Vous êtes sur la page 1sur 173

DEDICACE

A Dieu Tout Puissant, créateur du ciel et de la terre pour son amour sans cesse
renouvelé dans notre vie, Gloire et Louange lui soient rendues.

A celui qui m’a toujours épaulé et orienté, à mon cher père.

A celle qui a attendu avec patience les fruits de sa bonne éducation, à ma chère mère.

A mon cher frère et sa femme,

A ma tendre sœur, pour tant de confiance, d’amour, de patience et d’abnégation,

A Assia et sa famille,

A mon ami et frère Moustafa,

A toute ma famille, mes professeurs et mes amis,

A tous ceux que je respecte,

Je dédie le fruit de ces inoubliables années d’études.

Anas
BOUJRAF

Page 1
DEDICACE

Je dédie ce modeste travail

A ceux qui ont su éclairer mes pas de leur affection, de leurs bénédictions ainsi que de
leurs conseils avisés,

Mes très chers parents

A mon cher petit frère ISMAIL

A toute ma famille

A tous mes amis et camarades

Et à tous ceux que j’aime.


Brahim
ALEHYEN

Page 2
Remerciements

Nous tenons à exprimer, au terme de ce travail, nos sincères remerciements


à toutes les personnes dont l’intervention, de près ou de loin au cours de ce
projet, a favorisé son aboutissement.

Ainsi, nous remercions vivement notre encadrant externe Mr. HAMDI


Youssef, directeur de production, qui nous a accueilli au sein de l’entreprise
SEPROB et qui nous a consacré son temps et offert son soutien pour nous
aider à élaborer ce travail dans les meilleures conditions. Nous sommes très
reconnaissants des conseils fructueux qu’il n’a cessé de nous prodiguer.

Nos vifs remerciements s’adressent également à nos encadrant internes


Mr. AZIZI et Mr OULTIOUA, professeurS à l’EHTP, nous les remercions pour
nous avoir encadrés de très prés et pour tous les efforts qu’ils ont consentis et
leurs conseils précieux.

Nos remerciements vont également à tout le staff de SEPROB. Nous tenons


à remercier aussi tous les membres du jury pour leur bienveillance à vouloir
évaluer notre travail.

Nous adressons, enfin, nos remerciements au corps enseignant pour la


formation académique qu’ils nous ont fourni pendant les trois années et à tout
le personnel de l’EHTP pour avoir veillé à notre confort durant cette période.

Merci

Page 3
Sommaire :
Listes des tableaux : ..................................................................................................................... 9
Listes des figures : ...................................................................................................................... 11
Résumé ...................................................................................................................................... 13
Introduction ............................................................................................................................... 14
Etude de définition ..................................................................................................................... 15
I. Présentation du projet :................................................................................................... 16
1. Données de base : ..................................................................................................................... 16

2. Données générales : .................................................................................................................. 16

3. Trafic : ........................................................................................................................................ 16

II. Etude hydrologique ......................................................................................................... 17


1. Données : ................................................................................................................................... 17

2. Débit de crue centennale : ........................................................................................................ 17

III. Etude hydraulique : ......................................................................................................... 19


1. Eléments de calcul : ................................................................................................................... 19

2. Calage de l’ouvrage : ................................................................................................................. 20

3. Résumé des résultats hydrauliques :......................................................................................... 20

4. Présentation des variantes possibles : ...................................................................................... 20

5. Variantes retenues .................................................................................................................... 21

Conception de l’ouvrage ............................................................................................................. 23


I. Prédimensionnement du tablier de la variante I ............................................................... 24
1. Conception générale : ............................................................................................................... 24

2. Eléments de Prédimensionnement : ......................................................................................... 24

II. Prédimensionnement du tablier de la variante II .............................................................. 25


1. Conception générale : ............................................................................................................... 25

2. Eléments de Prédimensionnement : ......................................................................................... 26

III. Conception et prédimensionnement des appuis : ............................................................. 27


1. Estimation des affouillements : ................................................................................................. 27

2. Conception et prédimensionnement des appuis intermédiaires :............................................ 29

3. Conception et prédimensionnement des culées :..................................................................... 32

Page 4
4. Conception et prédimensionnement des fondations : ............................................................. 34

IV. Etude comparative : ........................................................................................................ 35


1. Comparaison des deux variantes : ............................................................................................ 35

2. Choix de la variante : ................................................................................................................. 36

Définition des charges ................................................................................................................ 37


I. Charges permanentes : .................................................................................................... 38
1. Les valeurs caractéristiques des charges des superstructures:................................................. 38

2. Tableau récapitulatif des charges de superstructures : ............................................................ 39

3. Inventaire des charges permanentes : ...................................................................................... 40

II. Les charges routières : ..................................................................................................... 40


1. Définitions : ............................................................................................................................... 40

2. Charges d’exploitation :............................................................................................................. 41

3. Les coefficients de majoration dynamiques : ............................................................................ 43

4. Action du vent : ......................................................................................................................... 44

5. Effets de la précontrainte : ........................................................................................................ 44

Analyse du tablier ...................................................................................................................... 45


I. A propos des ponts courbes : ........................................................................................... 46
1. Calcul du tablier d’un pont courbe : .......................................................................................... 46

2. Rappels sur la statique de la poutre courbe :............................................................................ 47

II. Modélisation de la structure : .......................................................................................... 50


III. Calcul des sollicitations longitudinales : ........................................................................... 51
1. Moments de flexion : ................................................................................................................ 51

2. Effort tranchant : ....................................................................................................................... 52

3. Moment de torsion : ................................................................................................................. 52

4. Combinaisons de charges : ........................................................................................................ 53

IV. Flexion transversale :....................................................................................................... 55


Etude de la précontrainte ........................................................................................................... 57
I. Détermination des moments fléchissants longitudinaux : ................................................. 58
II. Détermination de la force de précontrainte et du tracé du câble :..................................... 58
1. Force de précontrainte : ............................................................................................................ 58

Page 5
2. Choix de la catégorie des câbles :.............................................................................................. 59

3. Choix du tracé du câble : ........................................................................................................... 60

III. Calcul des pertes de tensions : ......................................................................................... 62


1. Pertes par frottements : ............................................................................................................ 62

2. Pertes par retrait du béton :...................................................................................................... 65

3. Pertes par fluage : ..................................................................................................................... 66

4. Correction de la relaxation : ...................................................................................................... 67

IV. Calcul de la force utile et du nombre de câbles : ............................................................... 68


V. Calcul des moments hyperstatiques : ............................................................................... 70
VI. Vérification des contraintes normales : ............................................................................ 71
VII. Etude des zones d’about .................................................................................................. 72
1. Diffusion de la précontrainte : .................................................................................................. 72

2. Justification de la bielle d’about- Equilibre du coin inférieur :.................................................. 75

Ferraillage passif ........................................................................................................................ 78


I. Ferraillage de la flexion longitudinale : ............................................................................. 79
1. Armatures de peau : .................................................................................................................. 79

2. Ferraillage de non fragilité : ...................................................................................................... 80

3. Renforcement longitudinal à l’endroit des appuis intermédiaires : ......................................... 81

II. Ferraillage de la flexion transversale : .............................................................................. 82


1. Ferraillage des chevêtres incorporés : ...................................................................................... 82

2. Zones courantes en travées : .................................................................................................... 83

III. Ferraillage de l’effort tranchant : ..................................................................................... 83


1. Etude à l’ELU : ............................................................................................................................ 83

2. Etude à l’ELS : ............................................................................................................................ 84

IV. Ferraillage de la torsion : ................................................................................................. 85


1. Vérification des contraintes : .................................................................................................... 85

2. Ferraillage longitudinal : ............................................................................................................ 86

3. Ferraillage transversal : ............................................................................................................. 86

V. Ferraillage des encorbellements : .................................................................................... 86


Etude des appareils d’appui ........................................................................................................ 89

Page 6
I. Evaluation des déformations : ......................................................................................... 90
1. Rotation d’appui : ...................................................................................................................... 90

2. Déplacements d’appui :............................................................................................................. 91

II. Réactions d’appuis : ........................................................................................................ 91


1. Charges permanentes : ............................................................................................................. 92

2. Surcharges réglementaires : ...................................................................................................... 92

3. Tableau récapitulatif :................................................................................................................ 95

III. Détermination des dimensions : ...................................................................................... 96


1. Aire de l’appareil d’appui : ........................................................................................................ 96

2. Prédimensionnement en plan de l’appareil .............................................................................. 97

IV. Effort horizontaux en tête d’appuis .................................................................................. 97


1. Généralités ................................................................................................................................ 97

2. Détermination des rigidités des appuis ..................................................................................... 98

3. Effort dynamique de freinage ................................................................................................... 99

4. Effets dues aux variations linéaires ........................................................................................... 99

V. Vérification de la validité des appareils d’appui...............................................................101


1. Condition sur la distorsion....................................................................................................... 101

2. Condition sur la somme des contraintes de cisaillement ....................................................... 101

3. Condition de non soulèvement ............................................................................................... 102

4. Condition sur l’épaisseur des frettes....................................................................................... 102

5. Condition de non glissement ................................................................................................... 102

6. Tableau des résultats............................................................................................................... 102

Etude des culées........................................................................................................................104


I. Culée gauche : ................................................................................................................105
1. Inventaire des charges :........................................................................................................... 105

2. Descente de charges : ............................................................................................................. 109

3. Stabilité de la culée gauche: .................................................................................................... 111

4. Ferraillage des culées : ............................................................................................................ 113

5. Vérification des contraintes à l’ELS : ....................................................................................... 119

Page 7
6. Récapitulatif des efforts : ........................................................................................................ 121

II. Culée droite ...................................................................................................................122


1. Inventaire des charges ............................................................................................................ 122

2. Combinaison des charges : ...................................................................................................... 124

3. Application des combinaisons : ............................................................................................... 124

4. Stabilité de la culée gauche: .................................................................................................... 125

5. Ferraillage de la culée : ............................................................................................................ 126

Etude des piles ..........................................................................................................................133


I. Inventaire des charges : ..................................................................................................134
1. Charges permanentes : ........................................................................................................... 134

2. Surcharges routières ............................................................................................................... 134

3. Actions naturelles et climatiques : .......................................................................................... 136

II. Descente de charges : .....................................................................................................137


III. Ferraillage des piles ........................................................................................................139
1. Ferraillage du chevêtre............................................................................................................ 139

2. Ferraillage des fûts : ................................................................................................................ 141

3. Ferraillage des butées sismiques. ............................................................................................ 142

Etude des semelles ....................................................................................................................144


I. Les hypothèses du calcul : ...............................................................................................145
II. Inventaires des charges ..................................................................................................146
III. Predimensionnement de la semelle ................................................................................146
IV. Ferraillage des semelles ..................................................................................................150
Etude d’exécution .....................................................................................................................152
I. Zone 1 ............................................................................................................................153
1. Sollicitation .............................................................................................................................. 153

2. Dimensionnement des montants : .......................................................................................... 154

II. Zone 2 ............................................................................................................................154


1. Sollicitation: ............................................................................................................................. 154

2. Dimensionnement des cintres :............................................................................................... 155

3. Vérification de la flèche des cintres : ...................................................................................... 155

Page 8
III. JUSTIFICATION DES ETAIS ...............................................................................................155
Conclusion : ..............................................................................................................................157
Bibliographie & Annexes :..........................................................................................................158

Liste des tableaux :


Tableau 1: Caractéristiques du bassin versant ...................................................................................... 17
Tableau 2: Temps de concentration ...................................................................................................... 18
Tableau 3: Détermination de la courbe de tarage ................................................................................ 19
Tableau 4: Résultats de l'étude hydraulique ......................................................................................... 20
Tableau 5: charges de superstructures ................................................................................................. 39
Tableau 6: Valeurs de A(l)...................................................................................................................... 41
Tableau 7: coefficients de majoration dynamique................................................................................ 43
Tableau 8: moment de flexion [t.m]...................................................................................................... 52
Tableau 9: Effort tranchant [t] .............................................................................................................. 52
Tableau 10: Moment de torsion [t.m] ................................................................................................... 53
Tableau 11: Moment de flexion à l'ELU et l'ELS [t.m] ........................................................................... 54
Tableau 12: Effort tranchant à l'ELU et l'ELS [t] .................................................................................... 55
Tableau 13: Moment de torsion à l'ELU et l'ELS [t.m] ........................................................................... 55
Tableau 14: moment de flexion transversale [t.m] ............................................................................... 56
Tableau 15: Caractéristiques du béton ................................................................................................. 61
Tableau 16: Contraintes admissibles..................................................................................................... 62
Tableau 17: Pertes par frottements ...................................................................................................... 62
Tableau 18: Pertes par recul d’ancrage ................................................................................................. 63
Tableau 19: Pertes par déformations instantanées du béton .............................................................. 64
Tableau 20: Pertes instantanées ........................................................................................................... 65
Tableau 21: Pertes par relaxation ......................................................................................................... 65
Tableau 22: Pertes par fluage................................................................................................................ 67
Tableau 23: Correction de la relaxation ................................................................................................ 68
Tableau 24: Force utile de la précontrainte en termes de contrainte .................................................. 68
Tableau 25: Force utile de la précontrainte .......................................................................................... 69
Tableau 26: Moment sur appuis dus à la précontrainte ....................................................................... 70
Tableau 27: Moments totaux dus à la précontrainte ............................................................................ 71
Tableau 28: Extrémums des contraintes de compression .................................................................... 71
Tableau 29: Extrémums des contraintes de traction ............................................................................ 72

Page 9
Tableau 30: Contraintes dans les fibres - équilibre de diffusion pure .................................................. 75
Tableau 31: contraintes moyennes du béton ....................................................................................... 80
Tableau 32: Aciers de non fragilité ........................................................................................................ 81
Tableau 33: aciers des chevêtres incorporés ........................................................................................ 83
Tableau 34: Poids d'une travée de tablier............................................................................................. 92
Tableau 35: Réactions d’appuis dues aux différentes charges ............................................................. 95
Tableau 36: Réactions d’appuis sur les piles et les culées .................................................................... 96
Tableau 37: Rigidités des appuis ........................................................................................................... 99
Tableau 38: Distribution des efforts de freinages ................................................................................. 99
Tableau 39: Efforts dus aux variations linéaires .................................................................................. 100
Tableau 40: Vérification des appareils d’appui ................................................................................... 103
Tableau 41: Charge permanente appliquée sur la culée droite .......................................................... 106
Tableau 42: Poussée des terres appliquée sur la culée gauche .......................................................... 107
Tableau 43: Surcharges routières........................................................................................................ 108
Tableau 44: Les efforts de freinage ..................................................................................................... 108
Tableau 45: Cas de charge pour la culée gauche ................................................................................ 110
Tableau 46: Descente de charges pour la culée gauche ..................................................................... 111
Tableau 47: Armatures à prévoir pour la dalle de transition .............................................................. 117
Tableau 48: moments et efforts agissants sur le mur frontal ............................................................. 120
Tableau 49: cas de charges possibles .................................................................................................. 120
Tableau 50: Charge permanente verticale appliquée sur la culée droite ........................................... 123
Tableau 51: charge de la poussée des terres sur la culée droite ........................................................ 123
Tableau 52: Cas de charge pour la culée droite .................................................................................. 124
Tableau 53 : Descente de charges pour la culée droite ...................................................................... 125
Tableau 54: efforts sur le mur frontal ................................................................................................. 130
Tableau 55: Cas de charge pour la culée droite .................................................................................. 131
Tableau 56: Charges permanentes appliquées à chacune des piles ................................................... 134
Tableau 57: Surcharges routières........................................................................................................ 135
Tableau 58: Les efforts de freinage ..................................................................................................... 136
Tableau 59: moment au centre de gravité de la semelle .................................................................... 137
Tableau 60: Les différents cas de charges pour la semelle sous chaque pile ..................................... 138
Tableau 61: La descente de charges pour la semelle sous chaque pile .............................................. 139
Tableau 62: Sollicitations enveloppes dans le chevêtre-pile .............................................................. 140
Tableau 63: Les sollicitations de calcul pour le fût de la pile .............................................................. 141
Tableau 64: descente de charge sur la semelle .................................................................................. 146

Page
10
Tableau 65: prédimensionnement des semelles................................................................................. 147

Listes des figures :


Figure 1: Courbe de Tarage ................................................................................................................... 20
Figure 2: Variante (1) - Morphologie ..................................................................................................... 21
Figure 3: Variante (2) – Morphologie .................................................................................................... 21
Figure 4: Variante (3) – Morphologie .................................................................................................... 21
Figure 5: tablier de la variante I............................................................................................................. 24
Figure 6: Profil en travers de la plate forme, Variante I ........................................................................ 25
Figure 7: tablier de la variante II............................................................................................................ 26
Figure 8: Profil en travers de la plate forme, Variante II ....................................................................... 27
Figure 9: Implantation des piles ............................................................................................................ 29
Figure 10: section d'une pille intermédiaire ......................................................................................... 29
Figure 11: dimensions du chevêtre ....................................................................................................... 30
Figure 12: Emplacement des points d’appuis ....................................................................................... 31
Figure 13: les éléments d'une culée remblayée. ................................................................................... 32
Figure 14: caractéristiques géométriques du corbeau. ........................................................................ 34
Figure 15: comparaison des solutions envisagées ................................................................................ 36
Figure 16: Le système Bc (Toutes les distances sont en mètre) ............................................................ 42
Figure 17: Le système MC120 ............................................................................................................... 43
Figure 18: modélisation de la structure ................................................................................................ 51
Figure 19: tracé du câble ....................................................................................................................... 61
Figure 20: diagramme des contraintes du béton .................................................................................. 80
Figure 21: disposition des appareils d'appui ......................................................................................... 90
Figure 22: Réaction d’appuis pour une travée chargées A(l) ................................................................ 92
Figure 23: Réaction d’appuis pour deux travées chargées A(l) ............................................................. 93
Figure 24: Réaction d’appuis pour une seule travée chargées Bc......................................................... 93
Figure 25: Réaction d’appuis pour deux travées chargées Bc ............................................................... 94
Figure 26: Réaction d’appuis pour une seule travée chargées Mc120 ................................................. 94
Figure 27: Réaction d’appuis pour deux travées chargées Mc120 ....................................................... 95
Figure 28: Paramètres géométriques d'un appareil d'appuis ............................................................... 96
Figure 29: Déplacement de l’appui ....................................................................................................... 98
Figure 30: Répartition des charges linéaires ....................................................................................... 100
Figure 31: Contrainte conventionnelle de calcul................................................................................. 101
Figure 32: culée gauche....................................................................................................................... 105

Page
11
Figure 33: Les caractéristiques géométriques des culées ................................................................... 106
Figure 34: charge de la poussé des terres ........................................................................................... 107
Figure 35: surcharge Bc ....................................................................................................................... 108
Figure 36: surcharge Mc120 ................................................................................................................ 108
Figure 37: calcul du facteur de sécurité à l'aide du logiciel TALREN ................................................... 113
Figure 38: ferraillage du mur garde grève ........................................................................................... 116
Figure 39: Surcharges Bt sur dalle de transition ................................................................................. 116
Figure 40: ferraillage du mur en retour............................................................................................... 119
Figure 41: culée droite ........................................................................................................................ 122
Figure 42: calcul du facteur de sécurité à l'aide du logiciel TALREN ................................................... 126
Figure 43: modélisation de la pile ....................................................................................................... 139
Figure 44: ferraillagr du chevêtre ........................................................................................................ 141
Figure 45: ferraillage du fût ................................................................................................................. 142
Figure 46: ferraillage de la butée sismique ......................................................................................... 143
Figure 47: Répartition des contraintes dans une fondation ............................................................... 145
Figure 48:distribution des contraintes sous la semelle. ...................................................................... 147
Figure 49: Coupe longitudinale du pont(le module gauche)............................................................... 153
Figure 50: Tour d’échafaudage............................................................................................................ 154
Figure 51: Modélisation des cintres .................................................................................................... 155

Page
12
Résumé

Dans le présent rapport, il s’agit de l’étude du tablier d’un pont-dalle courbe en béton
précontraint. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la construction de la
rocade routière méditerranéenne, la Direction Provinciale de l’Equipement de Chefchaouen
a lancé l’étude de construction d’un ouvrage d’art sur Oued MELLAH situé au PK 67+880 de
la rocade méditerranéenne.

Dans un premier temps, nous réaliserons une étude hydrologique et une étude hydraulique
permettant de déterminer la morphologie de la variante choisie.

Puis, nous aborderons la conception générale du pont et en particulier celle du tablier des
différentes variantes. Ensuite et après avoir défini les charges à prendre en considération,
nous présenterons la modélisation de notre structure ainsi que les méthodes de calcul que
nous allons utiliser.

Finalement, nous entamerons l’étude détaillée de la variante finale et le calcul des différents
éléments constituant l’ouvrage c.-à-d. tablier, appuis, et fondations.

Page
13
Introduction

L’étude de conception et dimensionnement d’un ouvrage d’art se déroule en trois phases


essentielles.
La première étant l’étude de définition qui à pour objectif la sélection d’un ensemble des
variantes qui semblent les mieux adaptées aux contraintes naturelles, fonctionnelles et
financières de l’ouvrage. Elle portera essentiellement sur l’étude hydrologique et
hydraulique afin de caler l’ouvrage (indice très important pour le choix des variantes à
adopter et pour la détermination des paramètres de dimensionnement de l’ouvrage :
emplacement des culées, l’intrados, nombre et type de piles …).
La deuxième étant l’étude d’avant projet, dans laquelle on s’intéresse à la conception et
le prédimensionnement des éléments de chaque variante (tablier, appuis, fondations..) en se
référant aux dispositions les plus courantes. Puis à une estimation comparative des coûts des
deux variantes, pour constituer le deuxième critère de sélection du projet optimal.
La dernière phase qui est l’étude d’exécution, comportant les calculs exhaustifs des
différentes parties de notre ouvrage, qui va mettre le point sur l’inventaire des charges
permanentes et routières susceptibles de solliciter le pont, le calcul des sollicitations dans
chaque élément, la vérification d’état des contraintes, et la détermination du ferraillage
nécessaire.

Page
14
Etude de définition

Page
15
L’étude de définition a pour objectif d’analyser les contraintes naturelles, fonctionnelles et
financières du site et fixer les variantes les plus appropriées. Pour ce faire on cite d’abord les
données du projet, puis on fera une étude hydrologique et hydraulique afin de caler
l’ouvrage (indice très important pour le choix des variantes à adopter et pour la
détermination des paramètres de dimensionnement de l’ouvrage : emplacement des culées,
l’intrados, nombre et type de piles …). Enfin, une estimation sommaire des variantes nous
permettra de choisir deux solutions envisageables à notre cas, qui feront l'objet d'une étude
technico-économique dans l'avant projet pour sélectionner la variante finale de notre projet.

I. Présentation du projet :

1. Données de base :
Les données de base ayant servi à l’établissement de la présente étude sont recueillies lors
de la reconnaissance détaillée de l’ouvrage d’art ainsi que des travaux topographiques
entrepris sur le terrain.
Les documents suivants ont été également utilisés :
 Carte topographique couvrant la zone d’étude ;
 Plan coté au droit de l’ouvrage projeté ;
 Données hydrologiques de l’oued Mellah;
 Rapport géotechnique ;

2. Données générales :
L’ouvrage d’art à pour le franchissement de OUED MELLAH objet de la présente étude est
situé au point kilométrique PK 67+880 de la rocade méditerranéenne au tronçon reliant
OUED LAOU à JEBHA. Ces coordonnées Lambert :

- X=577352

- Y=438163

3. Trafic :
D’après les informations fournies par la direction des routes, le trafic moyen journalier
annuel estimé dans ce tronçon de la rocade est de 958 veh/j.

Page
16
II. Etude hydrologique

1. Données :

Le bassin versant est caractérisé par les éléments donnés par le tableau suivant :

Surface du bassin (A) 6,1Km2


Longueur du cours d’eau (L) 1,6km
Pente moyenne (P) 23%
Pluviométrie (H) mm
Tableau 1: Caractéristiques du bassin versant

2. Débit de crue centennale :

 Notations
o QT : Débit de crue ;
o A : Superficie du bassin versant ;
o L : Longueur du cours d’eau ;
o P : Pente moyenne du bassin versant ;
o I : Intensité de pluie ;
o Tc : Temps de concentration.

 Calcul :

Etant donné que les mesures de crues ne sont pas disponibles, le calcul au débit de
projet sera effectué à l’aide des formules empiriques.
D’après la formule de Fuller I, le débit centennal Q100 et le débit décennal 𝑄10 sont reliés par
la formule suivante :

1 + a log⁡
(100)
Q100 = Q10
1 + a log⁡(10)

Le coefficient a varie entre 0.8 et 1.2, éventuellement 2 pour les régions du Nord. Etant
donné la situation géographique du bassin, on prend a=1.2. Par suite :
𝑄100 = 1.545𝑄10

D’après la formule rationnelle (recommandée pour les bassins de faible superficie):

1
𝑄10 = CIA
3.6
Où :
 C=0.72 coefficient de ruissellement

Page
17
 I : intensité moyenne (mm /h) de pluie de fréquence décennale et pendant le temps
concentration tc.

Le temps de concentration tc peut être calculé à partir de plusieurs formules empiriques


selon les données disponibles :

Kirpich 𝑳 𝟎.𝟕𝟕 23 min


tc=0.0195 [min]
𝑷
1
Turraza 𝐴.𝐿 3 25min
tc=0.108*60* [min]
𝑃
Espagnole 0.76 25 min
tc=0.3*60* 𝐿 1 [min]
𝑃 4
1
Ventura (P en %) 𝐴.𝐿 3 26 min
tc=76* [min]
𝑃
Californienne 𝐿 0.77 21 min
tc=0.1452*60* [min]
𝑃
US corps off enginneers 𝐿 0.76 12 min
tc=2.2*0.126*60* 1 [min]
𝑃 4
Tableau 2: Temps de concentration
En moyenne, nous avons :

tc=24min
D’autre part, nous avons

I=6.96 (tc) 0.67

Soit :

I=59 ,7203
Par suite

Q10=72,85m3 /s
Par la formule de mallet gauthier :

𝐴
𝑄10 = 2. 𝐾. log 1 + 𝑎. 𝐻 . . (1 + 4 log 10 − log 𝐴 )
𝐿
Où :

 H=1,6m : Hauteur de précipitation annuelle en mètre ;


 K=2 et a=20 pour le Maroc.
Soit

Q10=72,58m3 /s
 Débit à retenir :
Le bassin versant étant de faible superficie et compte tenu des données disponibles, on a
utilisé la formule rationnelle et celle de Mallet-Gauthier pour calculer le débit décennal, et
en déduire par la suite le débit centennal par la formule de Fuller I. le débit à retenir est :

Page
18
Q10=72,85m3/s

III.Etude hydraulique :

1. Eléments de calcul :

Le but est de déterminer la côte des plus hautes eaux. Pour ce faire, on trace la courbe de
tarage en utilisant la formule de Manning Strickler suivante :
Où :
𝑄 = 𝐾. 𝑅𝐻 2/3 . 𝑖 1/2 . 𝑆. cos(∅) [𝑚3 𝑠]

Où :

 Q : Débit d’écoulement
 i : Pente moyenne de l’oued
 k= 25 : Coefficient représentant la rugosité du lit de l’oued ;
 Rh = S/P: Rayon hydraulique;
 ∅ = 23°: Angle entre l’écoulement et la normale à l’ouvrage;
 S : Section mouillée ;
 P : Périmètre mouillée.

Pour ce qui suit, on note :


 H : La hauteur par rapport au point le plus bas du profil en long ;
 V : Vitesse d’écoulement.

Tout calcul fait, nous avons les résultats suivants :

Côte Pm Sm Rh Q(m3/s)
61 5,28 1,33 0,25 0,42
61,5 2,18 2,26 1,04 1,83
62 3,83 6,99 1,83 8,26
62,5 5,48 14,32 2,61 21,49
63 7,13 24,27 3,40 43,41
63,5 8,78 36,79 4,19 75,60
64 10,95 51,04 4,66 112,56
64,5 14,44 72,40 5,01 167,68
65 16,56 100,39 6,06 263,84
Tableau 3: Détermination de la courbe de tarage

D’où la courbe de tarage suivante :

Page
19
65,5
65
64,5
64
Hauteur [H]

63,5
63
62,5
62 Côte
61,5
61
60,5
0 50 100 150 200 250 300
Débit [Q]

Figure 1: Courbe de Tarage

D’après cette courbe, la côte qui correspond au débit centennal est de PHE=64.06 NGM

2. Calage de l’ouvrage :

De ce fait, l’ouvrage peut être calé sans aucun problème au niveau de la ligne rouge. En
prenant en considération la topographie du profil en travers de l’oued au niveau du
franchissement,

Soit
L=115m.

3. Résumé des résultats hydrauliques :

Cote des plus hautes eaux. 64.06 NGM


Largeur du miroir 25.85m
Débouché superficiel 32.11 m²
Vitesse d’écoulement 3.51m /s
Régime d’écoulement Fluvial
Tableau 4: Résultats de l'étude hydraulique

4. Présentation des variantes possibles :

Variante I : Pont dalle en béton précontraint avec encorbellements composé de 4 travées


hyperstatiques de longueurs 29.25m pour les travées centrales et 28.25m pour les travées
de rives.

Page
20
Figure 2: Variante (1) - Morphologie

Variante II : Pont à poutres préfabriquées précontraintes, composé de 3 travées de


longueurs 45m pour la travée centrale et 35m pour les travées de rives.

Figure 3: Variante (2) – Morphologie

Variante III : Pont dalle en béton précontraint avec nervures, composé 3 travées de
longueurs 45m pour la travée centrale et 35m pour les travées de rives.

Figure 4: Variante (3) – Morphologie

5. Variantes retenues

Rappelons tout d’abord que, vu les caractéristiques géotechniques du site, la réalisation de


fondations semi-profondes est indispensable. Cependant, le nombre d’appuis intermédiaires
varie selon la variante considérée.

Page
21
De ce fait, la deuxième et les troisièmes variantes semblent être les plus économiques de
point de vue nombre de fondations semi-profondes. Seulement dans le cas d’une seule
travée intermédiaire, il faut savoir que les longueurs des travées augmentent (de 29 m à
45m). Ceci pénalisera sans doute les appuis, y compris les culées, en augmentant leurs
dimensions, la quantité d’acier et la longueur d’ancrage des fondations. Autre inconvénient,
et vu la forme du profil en long, la hauteur de la pile, elle aussi, augmente.
Jusqu’à maintenant, les trois variantes sont relativement équivalentes de point de vue
économique. Cependant. De par leurs formes et mode de construction par coulage en place,
les ponts-dalles s'adaptent parfaitement au biais et à la courbure en plan du tracé, ce qui est
un avantage indéniable. En effet la courbure du pont crée des sollicitations de torsion des
poutres pour le VIPP, et les nervures de la dalle en béton précontraint avec nervures qui
augmenteront le ferraillage. En outre la troisième variante présente des difficultés de mise
en œuvre, notamment en ce qui concerne le coffrage des nervures
En conclusion, et compte tenue de ces considérations, on retient la première variante (pont
dalle en béton précontraint avec encorbellements latéraux) et la troisième variante pour la
suite de notre étude.
Dans le prochain chapitre, nous procéderons à l’étude technico-économique des deux
variantes I et III pour ne garder qu’une seule dont on fera l’étude détaillée par la suite.

Page
22
Conception de
l’ouvrage

Page
23
I. Prédimensionnement du tablier de la variante I

1. Conception générale :

Cette variante est de type dalle en béton précontraint avec encorbellements, composée de 4
travées hyperstatiques de longueurs 29.25m pour les travées centrales et 28.25m pour les
travées de rives.

Figure 5: tablier de la variante I

La section du tablier est une section de dalle à larges encorbellements (les longueurs des
travées dépassent 15 mètres). Ces encorbellements permettent de diminuer l'épaisseur
apparente de la dalle et augmentent le rendement géométrique de la section pour atteindre
des portées plus importantes.
Le profil en travers de la plate forme est de 10m de largeur comprenant une chaussée de 8m
et deux trottoirs de 1m chacun. La chaussée présente une pente transversale de 4 %
permettant l’assainissement de l’ouvrage et les trottoirs présenteront une pente de 2 %,
vers l’intérieur de la chaussée, pour le même rôle.

2. Eléments de Prédimensionnement :

Epaisseur de la dalle :
L’épaisseur du tablier est déterminée à partir des abaques du guide de conception des ponts
dalles par SETRA. La lecture de l'abaque relatif à la dalle avec encorbellements à quatre
travées symétriques de 28m donne une épaisseur de 1.15 m.

Les encorbellements :
L'inclinaison de la sous- dalle aura une valeur telle qu'elle réserve une section suffisante
pour l'encastrement tout en laissant bien apparente la joue de la dalle; la valeur de cette

Page
24
inclinaison par rapport à, l'horizontale, suivant la largeur de l'encorbellement et l'épaisseur
de la dalle, sera le plus souvent comprise entre 1/20 et 1/10.
L'inclinaison de la dalle sera voisine de 1/2 par rapport à la verticale.
On résume cela par le schéma suivant :

En prenant donc des valeurs moyennes, notre section devient :

Figure 6: Profil en travers de la plate forme, Variante I

II. Prédimensionnement du tablier de la variante II

1. Conception générale :

Cette variante est de type dalle en béton précontraint avec nervures, composé 3 travées de
longueurs 45m pour la travée centrale et 35m pour les travées de rives.

Page
25
Figure 7: tablier de la variante II

La section du tablier est composée de deux nervures trapézoïdales. Ces nervures permettent
d’atteindre des portées plus importantes.
Le profil en travers de la plate forme est de 10m de largeur comprenant une chaussée de 8m
et deux trottoirs de 1m chacun. La chaussée présente une pente transversale de 4 %
permettant l’assainissement de l’ouvrage et les trottoirs présenteront une pente de 2 %,
vers l’intérieur de la chaussée, pour le même rôle.

2. Eléments de Prédimensionnement :

Epaisseur de la nervure :
La hauteur de la nervure est fonction de la longueur de la travée et de la largeur de la
chaussée. Elle est en général comprise entre 1m et 1.5m.

Les encorbellements :
L'inclinaison de la sous- dalle aura une valeur telle qu'elle réserve une section suffisante
pour l'encastrement tout en laissant bien apparente la joue de la dalle; la valeur de cette
inclinaison par rapport à, l'horizontale, suivant la largeur de l'encorbellement et l'épaisseur
de la dalle, sera le plus souvent comprise entre 1/20 et 1/10.
L'inclinaison de la dalle sera voisine de 1/2 par rapport à la verticale.
On résume cela par le schéma suivant :

Page
26
Notre section devient :

Figure 8: Profil en travers de la plate forme, Variante II

III. Conception et prédimensionnement des appuis :

1. Estimation des affouillements :

L’affouillement général :

Les formules de calcul sont données ci-après, avec les paramètres suivants :
 Débit du projet : Q=112.6 m3/s
 Largeur au miroir en absence de l’ouvrage : L=25.85m
 Diamètre moyen des grains constituant le sol : d= 4cm
 Hauteur le l’eau : H=3.22 m

Par la formule de LPEE :


6
𝑄 7 −2
𝐻𝑎𝑓𝑓 = 0.217 𝑑 7 −𝐻
𝐿

Page
27
Par la formule de Levi :
5
𝑄 6 −1
𝐻𝑎𝑓𝑓 = 0.234 𝑑 4 −𝐻
𝐿

Par la formule de Larras :


𝐻𝑎𝑓𝑓 = 2 ∗ 𝐵 0.3 − 𝐻

Par la formule EDF :


2
𝑄 3 −1
𝐻𝑎𝑓𝑓 = 0.73 𝑑 6 −𝐻
𝐿

Tout calcul fait, nous avons les résultats suivants :


Haff(LPEE)=-1.30m
Haff(LEVI)=-1.60m
Haff(Larras)=2.08m
Haff(EDF)=0.11m

En prenant la moyenne des deux valeurs positives, on a :


𝑯𝒂𝒇𝒇 (𝑮é𝒏é𝒓𝒂𝒍) = 𝟐. 𝟎𝟖𝒎

Puisque le niveau du PHE est inferieure au niveau de la première et la troisième pile,


l’affouillement ne va concerner que la pile centrale (deuxième pile).
En conclusion, nous avons les résultats donnés par le tableau ci-dessous. La hauteur totale
des piles est calculée en supposant que les semelles seront implantées au niveau des
profondeurs correspondantes à l’affouillement général :

Appuis Première pile Deuxième pile Troisième pile


Hauteur vue(m) 22.425 25.805 18.022
Affouillement 0.00 2.08 0.00
général(m)
Affouillement 0.00 0.00 0.00
local(m)
Affouillement du au 0.00 0.00 0.00
rétrécissement du
lit de

Page
28
l’oued(m)
Hauteur total(m) 22.425 27.885 18.022
Hauteur total 22.50 27.90 18.10
arrondie(m)
Figure 9: Implantation des piles

2. Conception et prédimensionnement des appuis intermédiaires :

On adopte des piles octogonales creuses inscrites dans un rectangle de 4m de longueur et


2m de largeur. L’épaisseur de la paroi est de 30cm.

Figure 10: section d'une pille intermédiaire

a) Vérification du non flambement :

La section de notre colonne est :


𝐵 = 2.834 𝑚2
L’inertie est :
𝐷4 − 𝑑4
𝐼𝑥 = 𝜋 × = 1.380𝑚4
64
𝐷4 − 𝑑4
𝐼𝑦 = 𝜋 × = 4.505𝑚4
64
Par suite le rayon de giration est :

Page
29
𝐼𝑥
𝑖1 = = 0.697𝑚
𝐵

𝐼𝑦
𝑖2 = = 1.260𝑚
𝐵

L’élancement est donnée par :


𝑙
1 = 𝑖1𝑓 = 39.88 < 50 ; condition vérifiée ;
𝑙
2 = 𝑖2𝑓 = 22.06 < 50 ; condition vérifiée.

b) Conception et prédimensionnement du chevêtre :

Concernant le chevêtre, sa largeur dépend des dimensions des piles, de la largeur du tablier
et des espacements entre le bord des appareils d’appui et le bord du chevêtre. Pour sa
hauteur, elle doit être supérieure ou égale à 0. 80 mètres.
On envisage donc un chevêtre de 5m de longueur, de 2.4m de largeur et de 1 m de hauteur.

Figure 11: dimensions du chevêtre

c) Emplacement et nombre des points d’appuis :


Dans notre cas, deux points d’appuis paraissent suffisants pour supporter les charges du
tablier. D’après la pièce 1.1.2 du document PP 73de SETRA, leurs disposition optimale doit
vérifier la formule suivante :
𝐿1 = 𝑘 𝑙0 − 2 ; 1.4 ≤ 𝑘 ≤ 1.6 ; 0.25 ≤  ≤ 0.50

Page
30
 𝑳𝟏 : Largeur utile de la dalle ;
 K : coefficient de forme ;
 L0 : longueur du chevêtre ;
  : emplacement des appareils d’appuis à du bord du chevêtre.

Dans le cas des dalles à encorbellements, la largeur utile diffère de la largeur de la dalle.
En fait, la largeur utile est la largeur de la dalle rectangulaire ayant la même épaisseur que la
dalle réelle.
Tout calcul fait, la largeur utile de notre dalle est de 6.1m. Pour un emplacement de 0.5m,
nous avons :

𝐿1
𝑘= = 1.52 𝑒𝑡 1.4 ≤ 1.52 ≤ 1.6
𝑙0 − 2

On retient donc deux appareils d’appuis espacés de 2.8m entre eux.


La figure suivante illustre ses résultats :

Figure 12: Emplacement des points d’appuis

d) Protection des appuis


Il faut prévoir des enrochements pour protéger les appuis.
Le diamètre moyen sera obtenu à partir de l’équation d’isbash :
Vc=𝑚 2𝑔 ∗ ∆ ∗ 𝐷50
Avec
 Vc : Vitesse moyenne du courant de crue sous le pont.
 M=1.2 (écoulement a faible épaisseur)
𝛾𝑠 −𝛾
 ∆= 𝛾𝑠 𝑒𝑡 𝛾 𝑚𝑎𝑠𝑠𝑒 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝑙′𝑒𝑛𝑟𝑜𝑐𝑕𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑡 𝑑𝑒 𝑙 ′ 𝑒𝑎𝑢.
𝛾
 g : accélération de la pesanteur =9.81m /s2.

Page
31
En supposant que 𝛾𝑠 = 2.6 𝑡/𝑚3
On aboutit à D50=0.0221V2
Avec
Vc=3.1*1.1 m/s (coefficient de sécurité sur la vitesse de 1.1)
On obtient
D50 =0.26m
Le poids correspondant est de 23kg.
La fourchette pourra être caractérisée par P85=46kg----P15=12kg.

3. Conception et prédimensionnement des culées :

Vu les conditions topographiques, géotechniques et hydrologiques de l’oued, on envisage


l’implantation d’une culée remblayée à mur de front sur la rive gauche. L’adoption d’un tel
choix sur la rive gauche s’impose vue la grande hauteur du remblai avoisinant les 8m. Ce
type de culée permet de réduire la longueur du tablier.

Une culée remblayée est constituée par un ensemble de murs ou de voiles en béton armé.
Sur l’un d’entre eux nommé mur de front, s’appui le tablier de l’ouvrage ; les autres sont les
murs latéraux appelés murs en retour.

Figure 13: les éléments d'une culée remblayée.

Page
32
 Mur de front :

Le mur de front est un voile épais en béton armé dont l’épaisseur courante de 0 .80 à 1.20m
selon la hauteur. Pour notre projet, on opte pour une épaisseur de 1m.
Pour la longueur du mur de front, elle dépend directement de la largeur du tablier. On la
prend égale à 8m.
 Mur en retour :

Ce sont des voiles en béton armé encastrés à la fois sur le mur garde grève et le mur de
front. Ils sont destinés à retenir latéralement les terres.
Le mur en retour à une épaisseur de 50cm et une hauteur égale à celle de la culée, soit
9.35m.
On adopte une longueur de 9.4m pour le mur en retour.
 Le mur garde-grève :

Le mur garde grève a pour fonctionne de séparer physiquement le remblai de l’ouvrage. Il


s’agit d’un voile en béton armé, construit après achèvement du tablier (pour faciliter le
lancement de travées) par reprise de bétonnage sur le mur de front.
La hauteur du mur de garde grève :
𝑕𝑔𝑔 = 𝐻𝑡𝑎𝑏𝑙𝑖𝑒𝑟 + 𝐻(𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖𝑠 +𝑏𝑜𝑜𝑠𝑒 )
On prend une hauteur de 1.9m.
Son épaisseur est donnée par :
𝑕𝑔𝑔
𝑒 = 𝑀𝑎𝑥 0.3;
8
On adopte une épaisseur de 0.3m
Sa longueur est identique à celle du tablier, soit 8.00m.
 La dalle de transition :

Quant à la dalle de transition, elle présente une pente dans le sens longitudinal de l’ouvrage
de l’ordre de 5%. Son épaisseur est prise en général égale à 30 cm. Sa longueur est estimée
par la formule :𝐿 = 𝑚𝑖𝑛 (6 𝑚, 𝑚𝑎𝑥 (3𝑚, 0.6 × 𝑕𝑟𝑒𝑚𝑏𝑙𝑎𝑖 ))
Soit dans notre cas : 𝐿 = 𝑚𝑖𝑛 [6 𝑚, 𝑚𝑎𝑥 (3𝑚, 0.6 × 6.7𝑚)] ≈ 4𝑚

Page
33
 Le corbeau :

C’est un élément derrière le mur garde grève qui sert comme appui pour la dalle de transition. On
l’implante à la jonction du mur garde grève avec le mur de front.

Figure 14: caractéristiques géométriques du corbeau.

4. Conception et prédimensionnement des fondations :

Tenant compte des conditions géotechniques du site présenté dans le rapport géotechnique,
on envisage des fondations semi-profondes.
Fondations semi-profondes :

On propose comme solution courante une semelle unique.


La pièce 1.2.3 du document SETRA PP 73 propose les éléments de prédimensionnement
suivants :
 𝑏 ≥ 𝑐 + 0.1[𝑚] 𝑐 = 1 : dimension de la colonne

La hauteur de la semelle est donnée par :


𝐵−𝑏
 𝑕𝑠 ≥ 4 B étant la largeur de la semelle

La hauteur de la nervure doit être supérieure à celle de la semelle :


 𝑕𝑛 ≥ 𝑕𝑠 𝑒𝑡 𝑕𝑛 + 𝑕𝑠 ≥ 0.3 𝑒 ; e étant l’entraxe des colonnes
On prend donc les valeurs suivantes :
𝐵 = 3𝑚 ; 𝑏 = 1.2𝑚 ; 𝑕𝑠 = 1𝑚 ; 𝑕𝑠 = 1.10𝑚
Prenant un débord de la semelle de l’ordre de d = 0.5 m, la longueur de la semelle sera 7m.
Remarque :
Les dimensions présentées dans cette partie sont tirées de formules empiriques des pièces
pilotes P.P.73, elles peuvent donc subir des rectifications en phase de projet d’exécution, de
façon à optimiser les solutions, en termes d’étude et mise en œuvre de l’ouvrage. Ainsi, en

Page
34
fonction des conditions géotechniques, la conception des fondations peut être modifiée en
faisant un compromis entre la hauteur d’encrage des pieux et leur nombre, par exemple.

IV. Etude comparative :

1. Comparaison des deux variantes :


Afin de simplifier la comparaison relative des familles de solutions envisagées et de l’éventail
qu’elles recouvrent, il paraît objectif dans un premier temps, de fixer des critères de
jugement et de les hiérarchiser. Afin de simplifier la comparaison relative des solutions
envisagées, on va se baser sur des critères de choix. Ces critères sont par ordre de priorité
relative :

 Le coût : il détermine le domaine de compétitivité de la variante ;

 La facilité d’exécution : il comprend l’accès aux appuis du pont, les procédés


d’érection de toutes les parties du pont (fondations, piles et culées, tablier) ;

 L’adaptation au site et au milieu : il inclut la simplicité par rapport aux exigences de


la brèche, le respect du lit principal du cours d’eau et la bonne insertion dans le site ;

 Les délais d’exécution : il s’intéresse aux modes de réalisation et aux moyens de mise
en place requis par les structures proposées.

 La pérennité, la fiabilité et la facilité d’entretien : il englobe le rendement


mécanique de la structure, la bonne maîtrise de la conception et de la mise en
oeuvre, ainsi que le coût d’entretien.

Chacun de ces critères peut être pondéré lors de l’analyse de choix. Le tableau suivant
illustre le niveau de réponse aux critères évoqués ci-dessus par chacune des variantes
étudiées.

Page
35
Variante proposée Dalle en béton Dalle en béton
précontraint avec précontraint avec
encorbellement nervures
14 601 000 13 997 000
COUT Estimation (en DH)
Coût/m2 (en DH)
FACILITE Accès aux appuis  
D’EXECUTION
Procédé de  
réalisation
ADAPTATION AU Simplicité  
SITE
Respect du lit mineur  
Esthétique  
Figure 15: comparaison des solutions envisagées

Avec :
 : Réponse suffisante au critère
 : Bonne réponse au critère ;
 : Très bonne réponse au critère

2. Choix de la variante :
En analysant les réponses apportées par chaque solution aux divers critères de choix, la
variante dalle en béton précontraint avec encorbellements semble la mieux adaptée à notre
projet.

Page
36
Définition des charges

Page
37
I. Charges permanentes :

Les charges permanentes du tablier du pont regroupent le poids propre de la dalle et le


poids de la superstructure.

1. Les valeurs caractéristiques des charges des superstructures:

Elles entrent dans les éléments de second œuvre et de finition du tablier. Elles jouent un rôle
important sur le plan de l’esthétique, de la sécurité et de la durabilité de l’ouvrage. D’où
l’importance de les prendre en compte dans la conception transversale du tablier et le calcul
de la structure.

 Chape d’étanchéité :
La pénétration de l’eau à l’intérieur du tablier entraîne des risques graves de corrosion des
armatures en acier (passives et actives). Pour éviter ce problème, on recourt généralement à
une chape d’étanchéité disposée sur la dalle de béton une chape épaisse de densité 2.2
t/m3, coulis sur le hourdi en deux couches ; une en asphalte pur de 8 à 12 mm, l’autre en
asphalte porphyré de 22 à 27 mm d’épaisseur.

 Chaussée :
La couche de roulement qui vient au-dessus de la chape d’étanchéité est constituée le plus
souvent d’une couche de béton bitumineux de 5 à 10 cm d’épaisseur et de densité égale à
2,3 t/m3. On adoptera une épaisseur de 6 cm pour tenir compte des éventuels
renforcements de chaussée.

 Trottoirs :
Ils ont pour rôle la protection des piétons en les isolants de la circulation à la chaussée. Deux
types de trottoirs se présentent généralement : trottoir sur caniveau et trottoir plein. On
envisagera des trottoirs sur caniveau recouverts par des dallettes de 5 cm d’épaisseur qui
reposent sur la contre-bordure et la contre-corniche. Ils présentent l’avantage d’être légers
et permettent de disposer des canalisations ou des câbles (électriques, PTT…) sous les
dallettes.

 Les corniches :

Page
38
Elles ont un rôle essentiellement esthétique. Situées à la partie haute du tablier, elles en
dessinent la ligne. Elles peuvent être coulées en place ou préfabriquées en éléments
généralement de 1 m. Le premier type est moins cher, mais il nécessite un coffrage spécial
se déplaçant le long du tablier, c’est la raison pour laquelle on adoptera des corniches
préfabriquées.
 Garde-corps :
C’est un organe destiné à empêcher les chutes de piétons. Il doit de plus résister à la
pression verticale et la poussée horizontale d’une foule et être conçu de telle sorte qu’un
enfant ne puisse passer à travers ou l’escalader. Sa masse classique varie de 20 à 50 kg/ml.

2. Tableau récapitulatif des charges de superstructures :


Ainsi, les charges de superstructures se présentent comme suit :

Equipement Nombre Poids unitaire (t/ml) Poids total (t/ml)

Trottoir
Garde-corps 2 0,025 0,050

Corniche Préfa 2 0,480 0,960

Contre corniche 2 0,090 0,180

Bordure 2 0,108 0,216

Contre bordure 2 0,070 0,140

Dallette 2 0,051 0,103

Total trottoir 1,649

Chaussée

Chape d'étanchéité 1 0,704 0,704

Revêtement 1 1,472 1,472

Total chaussée 2,176

Total
3,825

Tableau 5: charges de superstructures

Page
39
3. Inventaire des charges permanentes :
 Poids propre : 17.54 [t/m]
 Les charges de superstructures : 3,825[t/m]

Donc on estimera un poids total du tablier de 21.365 [t/m]

II. Les charges routières :


Selon le fascicule 61 titre II, les charges d’exploitation prises en compte pour notre ouvrage
sont les systèmes A(l), Bc, Bt, Br, Mc120 et Les charges sur les trottoirs. Avant de procéder à
l’étude de ces chargements, on définit tout d’abord certaines notions qui seront utiles par la
suite. Toutes les parties du tablier ne sont pas forcément à charger par les charges de
chaussée. Il faut donc définir une largeur chargeable qui se déduit elle-même de la largeur
roulable. On donne ci-dessous les définitions correspondantes.

1. Définitions :

 La largeur roulable LR :
C’est la largeur de tablier comprise entre les dispositifs de retenue, s’il y en a, ou les
bordures. Elle comprend donc la chaussée proprement dite et les sur-largeurs éventuelles
telles que les bandes d’arrêt d’urgence, bandes dérasées, etc.
𝐿𝑅 = 𝑝𝑙𝑎𝑡𝑒 𝑓𝑜𝑟𝑚𝑒 − (2 × 𝑙𝑎𝑟𝑔𝑒𝑢𝑟 𝑑′𝑢𝑛 𝑡𝑟𝑜𝑡𝑡𝑜𝑖𝑟)
La largeur roulable calculée est donc : 𝐿𝑅 = 10 − 2 × 1 = 8,0 𝑚
 Classe des ponts :
Les ponts sont rangés en trois classes suivant leur largeur roulable, LR, et leur destination :
P𝑜𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑙𝑎 1è𝑟𝑒 𝑐𝑙𝑎𝑠𝑠𝑒 ∶ 𝐿𝑅≥7 𝑚 𝑜𝑢 𝑒𝑥𝑐𝑒𝑝𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠
2è𝑚𝑒 𝑐𝑙𝑎𝑠𝑠𝑒∶ 5,5 𝑚<𝐿𝑅<7 𝑚
3è𝑚𝑒 𝑐𝑙𝑎𝑠𝑠𝑒∶ 𝐿𝑅≤5,5 𝑚
Ainsi, notre pont est de : 1è𝑟𝑒 𝑐𝑙𝑎𝑠𝑠𝑒

 La largeur chargeable :
Elle est définie par la formule suivante : 𝐿𝑐𝑕 = 𝐿𝑅 − 𝑛 × 0,5 Avec,
𝐿𝑅 : largeur roulable en (m) ;
𝑛 : nombre de dispositifs de retenue (𝑛≤2).
Dans notre cas, il n’y aura pas de dispositifs de retenue, donc : 𝑛=0 ⇒𝐿𝑐𝑕 = 8,0 𝑚

Page
40
 Le nombre de voies :
Par convention, le nombre de voies de circulation des chaussées est :
𝐿𝑐𝑕 8
𝑁𝑉 = 𝐸 =𝐸 =2
3 3
Notons que les chaussées comprises entre 5m (inclus) et 6m sont considérées comme ayant
deux voies

 La largeur d’une voie :


Par convention, la largeur d’une voie de circulation est donnée par :
𝑉 = 𝐿𝑐𝑕. 𝑁𝑣 = 82 = 4,0 𝑚

2. Charges d’exploitation :

a) Le système A(l) :
La charge A(l) est donnée par la formule suivante :
36
𝐴(𝑙) = 0.23 + 𝐿+12 [𝑡/𝑚2 ] L : étant la longueur chargée.

La valeur calculée est ensuite corrigée en la multipliant par deux coefficients a1 et a2.
Pour un pont de première classe avec deux voies chargées ou avec une seule voie chargée,
a1 = 1. Pour le coefficient a2, il est donné par la formule suivante :
𝑉0
𝑎2 = , 𝑉0 = 3.5𝑚 𝑒𝑡 𝑉 = 4𝑚
𝑉
Soit :
3.5
𝑎2 = = 0.875
4

En résumé, nous avons les résultats donnés par le tableau suivant :

Elément l [m] A(l) [t/m2] a1 a2 A2(l) [t/m2]


chargé
Travée 1 27,750 1,136 1 0.875 7,952
Travée 2 27,750 1,136 1 0.875 7,952
Travée 1&2 55,5 0,763 1 0.875 5,341
Tableau 6: Valeurs de A(l)

b) Le système Bc :

Le système Bc est composé d’un ou au maximum de deux camions types par file. Dans le
sens transversal le nombre de files est inférieur ou égal au nombre de voies.

Page
41
Figure 16: Le système Bc (Toutes les distances sont en mètre)

c) Le système Mc120:
Ce convoi comporte deux chenilles de 55 tonnes de masse chacune.

Page
42
Figure 17: Le système MC120

3. Les coefficients de majoration dynamiques :


Les charges du système B et le système Mc120 sont des surcharges roulantes et par
conséquent doivent être multipliées par un coefficient de majoration pour effet dynamique.
Il est déterminé à partir de la formule :
1 4𝐺
𝛿 = 1 + 0.4 + 0.6/(1 + )
1 + 0.2𝐿 𝑆
Avec, G : poids total d’une travée ;
S : charge Bc (respectivement Bt, Br et MC120) qu’on peut dispose
Ainsi on obtient les résultats suivants :

Type de chargement La valeur de S en (t) Valeur du coefficient 


Bc une file 60 1.0758
Bc deux files 120 1.0899
Bt un tandem 32 1.0690
Bt deux tandems 64 1.0768
Br 10 1.0635
Mc120 110 1.0876
Tableau 7: coefficients de majoration dynamique

Page
43
4. Action du vent :
Le vent est supposé souffler horizontalement dans une direction normale à l’axe longitudinal
de la chaussée. Il développe sur toute surface frappée normalement une pression de
0.2t/m2.

5. Effets de la précontrainte :
En plus de l’effet des charges permanentes et des charges d’exploitation, il faut prendre en
compte l’effet des câbles de précontrainte. L’étude de la précontrainte, en termes de
détermination du tracé optimale, de la tension nécessaire, des pertes et des sollicitations
engendrées, est présentée dans la partie étude de la précontrainte.

Page
44
Analyse du tablier

Page
45
I. A propos des ponts courbes :

De façon générale, on dit qu’un pont est courbe lorsque son axe est curviligne. On distingue
donc les rayons de courbure dans le plan horizontal et dans le plan vertical. Ces rayons de
courbure peuvent être constants ou variables. Dans ce dernier cas, l’ouvrage est souvent
composé d’éléments droits et d’éléments d’arcs de cercle ou de clothoïde.
La réalisation de ce type de ponts, est devenue de plus en plus fréquente pour deux raison :
d’une part, il faut signaler qu’il s’agit d’une évolution qui a été rendu possible par la
puissance de calcul de l’ordinateur et les technologies de fabrication et de mise en œuvre
qui ont beaucoup évolué. D’autre part, les ponts courbes présentent l’avantage de s’adapter
au mieux au tracé optimal de la voie de circulation.
Pour notre cas, on rappelle qu’il s’agit d’un pont dalle courbe en plan, avec un rayon de
courbure constant égal à 75 mètres.

1. Calcul du tablier d’un pont courbe :

Dans le cas général, l’étude du tablier d’un pont courbe est très délicate dans la mesure où
elle nécessite des programmes de calcul de structure spatiale sophistiqués, notamment les
programmes de calcul aux éléments finis. Cette difficulté provient de la torsion introduite
par la courbure en plan en modifiant les états de flexion.
Cependant, pour des cas particuliers, il est possible de développer des méthodes plus moins
simplifiées permettant le dimensionnement. Parmi ces méthodes, on cite :

Les programmes P.S.I.D.A. EL et P.S.I.D.P. EL du S.E.T.R.A. :


Ces deux programmes permettent l’étude des ponts-dalles en utilisant la méthode de
Guyon-Massonnet-Bares. Ils ne peuvent être de ce fait utilisés valablement que pour des
tabliers-dalles de biais et de courbure en plan modérés, c'est-à-dire pour des angles de biais
mécanique supérieurs (l'angle de biais mécanique est celui formé par la direction des plus
grands moments en travée et la direction perpendiculaire aux bords libres) à 70 grades
environ et pour des portées angulaires (c'est-à-dire rapports des portées développées au
rayon de courbure en plan) ne dépassant pas 0,3 radian.

Le programme MRB du S.E.T.R.A. pour les dalles à bords libres parallèles :

Page
46
Utilisé pour des tabliers-dalles de biais et de courbure en plan plus prononcés, en raison de
la torsion introduite et de la répartition des efforts (dans les angles obtus et vers les bords
libres) différente de celle fournie par la méthode de Guyon-Massonnet-Barres utilisée par les
programmes PSIDA et PSIDP. Ce programme assimile approximativement le comportement
de la dalle à celui de la plaque mince homogène et isotrope. Le traitement numérique du
problème est basé sur l’étude de la fonction de Green par la méthode des réflexions bi-
harmoniques (MRB) inspirée du travail de NGUYEN Van Ke, Ingénieur au S.E.T.R.A.

Les programmes aux éléments finis.


Les tabliers-dalles de biais prononcé ou de forte courbure en plan doivent être calculés par
des moyens ou programmes plus généraux, tels que les programmes aux éléments finis.

2. Rappels sur la statique de la poutre courbe :

On admet que notre structure résiste en torsion uniforme (De St Venant). C’est-à-dire que
nous avons les hypothèses suivantes :
- Les déformations sont petites par rapport aux dimensions de la section ;
- Les déformations dues à l’effort tranchant sont négligeables ;
- Le matériau est continu, homogène et isotrope ;
- La loi de Hooke est applicable ;
- La section transversale conserve sa forme.
Considérons un tronçon de poutre courbe en plan (XY), sollicitée par une charge
uniformément répartie q.

Page
47
Dans ce paragraphe, on considère les notations suivantes :
T : Moment de torsion ;
M : Moment de flexion ;
V : Effort tranchant ;
𝜈 : Déformation verticale de l’axe de gravité de la poutre ;
𝜑 : Rotation de la section autour de l’axe de gravité ;
𝜃 : Rotation normale à l’axe de gravité de la poutre ;
R : Rayon de courbure supposé constant ;
s : Abscisse curviligne ;
𝛼 : Variable angulaire tel que 𝑠 = 𝑅. 𝛼

L’équilibre des efforts intérieurs avec les charges extérieures donne les équations suivantes :

Selon l’axe des X :

Selon l’axe des Y :

Selon l’axe des Z :

Ce qui donne :

Page
48
Les déformations dans la section B de la poutre courbe peuvent être exprimées en fonction
de ceux de la section A. En effet :

𝛼𝐵 𝛼𝐵
𝑇 2 𝑀 2
𝑣𝐵 = 𝑣𝐴 + 𝜑𝐴 𝑅(1 − cos(𝛼𝐵 )) − 𝜃𝐴 𝑅 sin 𝛼𝐵 + 𝑅 1 − cos(𝛼𝐵 − 𝛼 )𝑑𝛼 − 𝑅 sin 𝛼𝐵 − 𝛼 𝑑𝛼
0 𝐺𝐾 0 𝐸𝐼𝑦
𝛼𝐵 𝛼𝐵
𝑇 𝑀
𝜃𝐵 = 𝜃𝐴 cos 𝛼𝐵 − 𝜑𝐴 sin(𝛼𝐵 ) − 𝑅 sin 𝛼𝐵 − 𝛼 𝑑𝛼 + 𝑅 cos(𝛼𝐵 − 𝛼)𝑑𝛼
0 𝐺𝐾 0 𝐸𝐼𝑦
𝛼𝐵 𝛼𝐵
𝑇 𝑀
𝜑𝐵 = 𝜑𝐴 + 𝜃𝐴 cos(𝛼𝐵 ) + 𝑅 cos 𝛼𝐵 − 𝛼 𝑑𝛼 + 𝑅 sin(𝛼𝐵 − 𝛼)𝑑𝛼
0 𝐺𝐾 0 𝐸𝐼𝑦

La résolution du système ci-dessus pour une poutre simple à la flexion et bi-encastrée à la


torsion, sollicitée par une charge uniformément répartie q, donne :

L’effort tranchant :

Le moment de flexion :

Page
49
Le moment de torsion :

Nous remarquons que l’effort tranchant est le même que celui d’une poutre droite de
longueur𝑅. 𝛼1 .
Concernant le moment de flexion, les moments maximaux sont :

L’erreur relative est donc donnée par :

Cette erreur reste faible pour les portées angulaires relativement faibles, par contre pour
des courbures prononcées l’erreur devient importante d’où la nécessité d’utiliser des
modèles d’éléments finis pour la détermination des sollicitations.

II. Modélisation de la structure :

Pour notre tablier la portée angulaire est égale à 0.38 radian :


𝑙𝑚𝑎𝑥 27.75
𝛼𝑙𝑚𝑎𝑥 = = = 0.37𝑟𝑎𝑑
𝑅 75

Page
50
Donc la courbure du tablier est assez prononcée ce qui rend impossible l’utilisation du
programme P.S.I.D.P. EL. De ce fait, on a opté pour une modélisation en éléments finis.

Le tablier est modélisé par une poutre discrétisée, selon un découpage, opéré tout les
1/10ème de travées, en plus des sections situées à une distance h/2, de part et d’autres des
appuis sur les piles.

On a utilisé le logiciel Robobat pour réaliser la modélisation en découpant le tablier en un


ensemble de plaques minces.

Figure 18: modélisation de la structure

III. Calcul des sollicitations longitudinales :

1. Moments de flexion :
Les moments de flexion sont donnés tous les 1/10éme de longueur du module.
Les résultats sont donnés dans le tableau suivant :
P.P St Tr A(l) B Mc
0 max 69.28 93.94 0.61 31.05 0.25 0.85
min 33.8 35.25 0.23 7.2 -3.59 -9.91
0.1L max 10.38 24.7 0.16 10.05 -0.6 -1.5
min 7.47 14.07 0.1 3.76 -2 -5.5
0.2L max -2.9 -3.9 0.46 0.57 -0.73 -2
min -9 -12.2 -0.48 -0.43 -1.6 -4.6
0.3L max -16.3 -22.19 -0.1 -4.4 -0.7 -2.03
min -34.5 -46.8 -0.18 -10.38 -1.93 -2.7
0.4L max -31.4 -42.59 -0.27 -9.37 -0.8 -2.5
min -49.39 -90.8 -0.49 -26.38 -3.02 -2.508
0.5L max 53.85 73.02 0.41 11.54 11.09 80.61

Page
51
min -68.47 -92.85 -0.4 -16.19 5.79 7.55
0.6L max 66.9 60.12 0.59 14.7 10.18 3.6
min 25.4 34.45 0.22 8.3 5.7 3.8
0.7L max 21.99 41.36 0.1 5.29 -0.31 3.1
min 15.27 18.28 0.14 3.49 -2.4 4.5
0.8L max 0.65 6.7 0.05 -1.2 -2.8 3.5
min -2.02 -2.7 -0.18 -32 -4.5 2.8
0.9L max -13.2 -17.9 0.17 -6.03 2.94 3.6
min -27 -38.8 -0.14 -13.2 -2.8 2.9
L max -48.7 -66.04 -0.43 -10.27 -6.9 1.25
min -24.8 -33.63 -0.22 -21.5 -3.35 -9.5
Tableau 8: moment de flexion [t.m]

2. Effort tranchant :
De la même façon les résultats concernant l’effort tranchant sont donnés dans le tableau suivant :
P.P St Tr A(l) B Mc
0 max 69.28 93.94 0.61 31.05 0.25 0.85
min 33.8 35.25 0.23 7.2 -3.59 -9.91
0.1L max 10.38 24.7 0.16 10.05 -0.6 -1.5
min 7.47 14.07 0.1 3.76 -2 -5.5
0.2L max -2.9 -3.9 0.46 0.57 -0.73 -2
min -9 -12.2 -0.48 -0.43 -1.6 -4.6
0.3L max -16.3 -22.19 -0.1 -4.4 -0.7 -2.03
min -34.5 -46.8 -0.18 -10.38 -1.93 -2.7
0.4L max -31.4 -42.59 -0.27 -9.37 -0.8 -2.5
min -49.39 -90.8 -0.49 -26.38 -3.02 -2.508
0.5L max 53.85 73.02 0.41 11.54 11.09 80.61
min -68.47 -92.85 -0.4 -16.19 5.79 7.55
0.6L max 66.9 60.12 0.59 14.7 10.18 3.6
min 25.4 34.45 0.22 8.3 5.7 3.8
0.7L max 21.99 41.36 0.1 5.29 -0.31 3.1
min 15.27 18.28 0.14 3.49 -2.4 4.5
0.8L max 0.65 6.7 0.05 -1.2 -2.8 3.5
min -2.02 -2.7 -0.18 -32 -4.5 2.8
0.9L max -13.2 -17.9 0.17 -6.03 2.94 3.6
min -27 -38.8 -0.14 -13.2 -2.8 2.9
L max -48.7 -66.04 -0.43 -10.27 -6.9 1.25
min -24.8 -33.63 -0.22 -21.5 -3.35 -9.5
Tableau 9: Effort tranchant [t]

3. Moment de torsion :
Pour ce qui est de la torsion, il s’agit de la torsion due à la courbure en plan du tablier.

Page
52
L’enveloppe des moments de torsion engendrés par les différents cas de charges, sont donnés dans
le tableau suivant :
P.P St Tr A(l) B Mc
0 max -0.6 -0.87 0 8.9 1.26 3.5
min -13.88 -25.4 -0.17 0.59 0.59 0.94
0.1L max -0.56 -0.7 0 -1.8 0.21 18.26
min -13.1 -8.1 -0.12 -5.1 0.9 -21.77
0.2L max 2.3 1.4 0 -2.07 1.3 14.88
min 1.1 3.12 0 -5.01 0.6 2.52
0.3L max 12.2 16.5 0.1 4.46 0.4 3.28
min -2.2 -3 0.08 1.13 -0.5 -13.65
0.4L max 10.9 19.4 0.08 6.8 5.76 17.44
min 8.02 2.4 0.06 1.9 -12.78 -30.66
0.5L max 2.4 3.3 0 6.3 -2.1 5.5
min -8.9 -2.29 -0.08 2.07 -3.3 -13.8
0.6L max 2.2 3.1 0 -1.8 22.42 -15.45
min -14.38 -19.5 -0.12 -6.2 -41.76 -59.52
0.7L max 1.85 2.5 0 6.8 16.94 14.51
min -6 -8.7 -0.07 -2.2 -17.64 -3.93
0.8L max 3.4 4.6 0.02 22.22 29.53 32.99
min 2.8 3.8 0 19.23 14.81 19.11
0.9L max 9.8 15.58 0.12 7.01 17.65 45.1
min 0.6 7.9 0.04 3.03 7.43 13.14
L max 18.7 25.39 0 -0.7 3.5 5.2
min 8.1 0.6 0.16 -8.9 1.76 2.7
Tableau 10: Moment de torsion [t.m]

4. Combinaisons de charges :
Pour le calcul des sollicitations, on utilisera les combinaisons suivantes :

Les tableaux suivants rassemblent les résultats obtenus :

Page
53
Moment de flexion :
ELU ELS
0 max 54.5 40.4
min -5.04 -3.7
0.1L max -372.49 -244.9
min -377.1 -302.7
0.2L max -409.4 -311.07
min -432.2 -320.7
0.3L max -146.2 -102.5
min -273.1 -160.9
0.4L max 386.5 298.1
min 285.2 201.2
0.5L max 1056.4 782.5
min 466.3 454.5
0.6L max -103.4 -60.3
min -180.7 -74.22
0.7L max -355 -262.9
min -492.2 -306.4
0.8L max -354.7 -390.4
min -535.2 -410.9
0.9L max -325.1 -243.1
min -380.6 -281.9
L max 61.2 45.3
min -38.7 -28.7
Tableau 11: Moment de flexion à l'ELU et l'ELS [t.m]
Effort tranchant :

ELU ELS
0 max 207.9 154.05
min 50.7 52.8
0.1L max 65.6 48.6
min 30.6 7.7
0.2L max -11.2 -8.3
min -27.9 -14.6
0.3L max -55.2 -37.3
min -57.6 -63.5
0.4L max -103.9 -72.9
min -157 -116.3
0.5L max 320 237.1
min 22 -194.5

Page
54
0.6L max 103.06 76.3
min 86 65.2
0.7L max 78.05 46.6
min 18.4 30.2
0.8L max -2.1 3.7
min -25.9 -19.2
0.9L max -43.07 -31.9
min -58.1 -37.6
L max -75.5 -56.7
min -101.3 -124.8
Tableau 12: Effort tranchant à l'ELU et l'ELS [t]

Moment de torsion :
ELU ELS
0 max -2.9 -2.1
min -55.1 -40.8
0.1L max 11.07 -3.4
min -30 -22.2
0.2L max 31.8 1.7
min 2.3 8.2
0.3L max 34.7 25.7
min 3.8 2.8
0.4L max 31.8 25.8
min -3.5 -2.6
0.5L max 17.9 1.3
min -57.1 -42.3
0.6L max -8.8 -6.5
min -52.3 -38.7
0.7L max 1.6 1.1
min -23.2 -17.1
0.8L max 14.4 10.6
min 12.3 9.1
0.9L max 48.1 35.6
min 20.6 1503
L max 66.8 49.5
min 29.9 22.2
Tableau 13: Moment de torsion à l'ELU et l'ELS [t.m]

IV. Flexion transversale :


Nous avons les moments de flexion transversale suivants :

Page
55
Y(m) PP St A(l) Bc Mc
y=0 max 59 46 8,08 7,21 16,19
min 34 7,86 4,49 3,83 8,54
y=-3,1 max 21 29 14,05 10,02 18,51
min 7 10 5,09 2,41 -7,92
y=-4,575 max 33,62 25,72 1,8 0,87 0,8
min -20 -27,26 -4,75 -2,6 -3,73
Tableau 14: moment de flexion transversale [t.m]

Page
56
Etude de la précontrainte

Page
57
Le calcul de la précontrainte passe par plusieurs étapes de telle façon à choisir le câblage
optimale qui annule les sollicitations du tablier.
On disposera le câblage en une seule nappe dans laquelle tous les câbles ont même altitude
sur appuis et en travée reprenant la flexion longitudinale.

I. Détermination des moments fléchissants longitudinaux :


Les moments de flexion longitudinale sont déterminés dans la partie analyse du tablier, on
retiendra pour le calcul de la précontrainte la variation maximale du moment en appliquant
différents cas de charge. Cette variation est égale dans notre cas à : ∆Mmax = 7.16 MN.m .

II. Détermination de la force de précontrainte et du tracé du


câble :
Le dégrossissage du calcul peut se faire en considérant le pont comme droit (erreur de
quelque %).

1. Force de précontrainte :
La force minimale P de la précontrainte est fonction de la géométrie de l'ouvrage, des
charges admises sur l'ouvrage et de la classe de vérification.

Les ponts-dalles de béton précontraint sont normalement à calculer en classe II ou III, pour
les justifications aux efforts généraux. Cependant on peut préciser dès maintenant que la
classe III (dite de précontrainte partielle) peut être admise pour les tabliers-dalles routiers de
2ème et 3ème classe au sens du Fascicule 61 titre II, et situés en atmosphère peu agressive. Les
autres ponts-routes de 1ère classe sont de préférence à calculer en classe II.
Notre pont, étant de 1ère classe, sera calculé en classe II.

Supposons a priori que la section est sous-critique, c’est-à-dire que le câble peut être
excentré suffisamment sans atteindre la limite d’enrobage.
La précontrainte sous-critique en classe II est donnée par :
∆𝑴𝒎𝒂𝒙
𝑷=
𝝆𝒉

Avec :

Page
58
ρ : le rendement géométrique de la section :
𝑰 𝟎. 𝟕𝟕𝟏𝟏
𝝆= =
𝑩𝒗𝒗′ 𝟔. 𝟕𝟔 ∗ 𝟎. 𝟒𝟔𝟒 ∗ 𝟎. 𝟔𝟖𝟔

ρ=0.36

h : l’épaisseur de la dalle.
𝟕.𝟏𝟔
Soit : P= =17.29 MN
𝟎.𝟑𝟔∗𝟏.𝟏𝟓

Il faut maintenant vérifier que l’hypothèse faite sur la nature de la section (sous-critique) est
fondée.
Le moment maximum vaut 10.16 MN et l’excentricité maximale vaut :
𝑒0 = 𝑐 − 𝑀𝑚𝑎𝑥/𝑃 = −0.42𝑚 𝑒𝑡 – (𝑣’ – 𝑑’) = −0.678𝑚.
Donc, on a bien – (𝑣’ – 𝑑’) < 𝑒0.

2. Choix de la catégorie des câbles :

En se référant au guide de conception des ponts dalles du SETRA, il est préférable d’utiliser
des câbles de type 12T13 ou 12T15. On retiendra donc les torons 12T15 Super classe 1860
(les 12T13 ne sont plus utilisés au Maroc) dont les caractéristiques sont comme suit :

Procédé Unité Section Diamètre Section Rayon


d’armatur de la de la minimal de la
e gaine gaine gaine
(m²) (m) (m²) (m)
FREYSSINET 12T15S 0,0018 0,085 0,005674 8

fprg fpeg Ep ρ(1000) µ0 φ f g


p0

1860 1660 190000 1488 0.025 0.43 0.0046 0.2 0.006 0.009

Où :
 fprg : La contrainte de rupture garantie(MPa).
 fpeg : La contrainte à la limite conventionnelle d’élasticité(MPa)..
 Ep : Le module d’élasticité des armatures de précontrainte (MPa).
 p0: Valeur maximale de la tension à l’origine en post tension (MPa).
𝜍𝑝0 = 𝑚𝑖𝑛 (0.8𝑓𝑝𝑟𝑔 ; 0.9𝑓𝑝𝑒𝑔)
 ρ(1000h):Valeur garantie de la perte par relaxation à 1000h .
 μo : Coefficient dont la valeur dépend du type d’acier de précontrainte (TBR dans
notre cas)

Page
59
 φ : Le coefficient de perte de tension par unité de longueur (en m-1) ; ce coefficient
est égale à 0,002 pour les torons ne traversant ni joints ni surfaces de
reprise dans les ponts rectilignes. Pour les ponts courbes, on le calcule par la formule
suivante :
𝑓
𝜑 = 𝜑 (𝑝𝑜𝑛𝑡 𝑟𝑒𝑐𝑡𝑖𝑙𝑖𝑔𝑛𝑒) +
𝑟𝑎𝑦𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑏𝑢𝑟𝑒 𝑒𝑛 𝑝𝑙𝑎𝑛 𝑑𝑢 𝑝𝑜𝑛𝑡

 f : Le coefficient de frottement en courbe pour les torons (rd-1) ;


 g : Recul d’ancrage probable (mm).
 ᵡ : L’écart entre le centre de gravité des aciers de précontrainte et le centre de la
gaine (en m).

3. Choix du tracé du câble :

En théorie, le tracé du câble est calculé de telle façon qu’il n’y ait pas de réactions
hyperstatiques dues à la précontrainte. Ce genre de tracé engendre ce qu’on appelle un
« câble concordant ». L’hypothèse de la nullité des réactions hyperstatiques de
précontrainte à pour conséquence: 𝜔’𝑖 + 1 – 𝜔’’𝑖 = 0.
Où :
𝑙 𝑖+1 𝑥 𝑑𝑥
ω’i+1=− 0
𝑃 𝑥 𝑒0 𝑥 1−
𝑙 𝑖+1 𝐸𝐼
𝑙𝑖 𝑥 𝑑𝑥
ω’’i= 0
𝑃 𝑥 𝑒0 𝑥
𝑙 𝑖 𝐸𝐼

Ainsi, la recherche d’un tel câble requiert des outils de calcul très puissants étant donné qu’il
faut d’abord établir un tracé respectant les conditions d’enrobage puis de calculer les efforts
de précontrainte en tout point de la poutre continue pour ensuite vérifier la concordance du
câble et enfin itérer, si le tracé ne vérifie pas l’hypothèse de nullité des réactions, jusqu’à ce
que le câble soit concordant. A cela s’ajoute un autre problème qui réside dans le fait que la
condition de concordance du câble n’est pas toujours assurée si bien que dans la littérature
on trouve des expressions comme « quasi concordant ».

Dans notre cas, on cherchera un tracé qui respecte la condition d’enrobage.


En plus, il faut s’assurer que le rayon du câble reste inférieur au rayon minimal de la gaine
(𝑅𝑚𝑖𝑛 = 8𝑚).

Page
60
Tracé définitif :
Après avoir effectuer toutes les vérifications nécessaires, le tracé final rectifié du câble est le
suivant :
𝑒1 = 0.003𝑥 2 − 0.068𝑥 𝑥 ∈ [0 ; 25.25]
𝑒2 = −0.013𝑥 2 + 0.74𝑥 − 10.3 𝑥 ∈ [25.25 ; 27.75]

Figure 19: tracé du câble

𝑹𝟏 𝟎 = 𝟏𝟔𝟕. 𝟖𝟐𝒎 ≥ 𝑹𝒎𝒊𝒏


𝑹𝟏 𝟐𝟓. 𝟐𝟓 = 𝟐𝟎𝟒. 𝟔𝟖𝒎 ≥ 𝑹𝒎𝒊𝒏
𝑹𝟐 𝟐𝟓. 𝟐𝟓 = 𝟑𝟓𝒎 ≥ 𝑹𝒎𝒊𝒏
𝑹𝟐 𝟐𝟕. 𝟕𝟓 = 𝟐𝟗. 𝟔𝟔𝒎 ≥ 𝑹𝒎𝒊𝒏

Caractéristiques du béton utilisé :


Résistance caractéristique requise fc28 = 40 MPa
Résistance caractéristique à la mise en fcj1 = 35 MPa
tension des câbles de précontrainte
Résistance à la traction à l’âge de j jours ftj28 = 3 MPa
ftj = 0.6+ 0.06 fcj ftj1 =2.7 MPa
Module de déformation instantanée à j Eij = 11000 3 fcj =35981.7294 MPa
jours
Tableau 15: Caractéristiques du béton

Contraintes admissibles du béton:

Pour un âge « j » du béton, les contraintes admissibles de compression et de traction


correspondantes sont :

Page
61
 𝑐𝑠 =0.6 𝑓𝑐𝑗 𝑀𝑃𝑎 𝑒𝑛 𝑐𝑜𝑚𝑏𝑖𝑛𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛𝑠 𝑟𝑎𝑟𝑒𝑠.

 𝑐𝑖 =0.5 𝑓𝑐𝑗 𝑀𝑃𝑎 𝑒𝑛 𝑐𝑜𝑚𝑏𝑖𝑛𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛𝑠 𝑞𝑢𝑎𝑠𝑖 𝑝𝑒𝑟𝑚𝑎𝑛𝑒𝑛𝑡𝑒𝑠.

 𝑡𝑖 =− 𝑓𝑡𝑗 𝑀𝑃𝑎 𝑒𝑛 section 𝑑′𝑒𝑛𝑟𝑜𝑏𝑎𝑔𝑒.


 𝑡𝑠 =−1.5 𝑓𝑡𝑗 𝑀𝑃𝑎 hors section d’enrobage.

Le tableau suivant récapitule les différentes valeurs en construction et en service :


Contraintes En construction (14j) En service (28j)
𝑐𝑠 =0.6 𝑓𝑐𝑗 21 24
𝑐𝑖 =0.5 𝑓𝑐𝑗 17.5 20
𝑡𝑖 =− 𝑓𝑡𝑗 -2.7 -3
𝑡𝑠 =−1.5 𝑓𝑡𝑗 -4.05 -4.5
Tableau 16: Contraintes admissibles

III. Calcul des pertes de tensions :

1. Pertes par frottements :


La tension d'une armature de précontrainte, dans une section donnée d’abscisse x lors de sa
mise en tension, s'obtient, compte tenu des frottements, à partir de la tension σp0 à
l'ancrage actif le plus proche, par la formule suivante :
Où :
𝜍𝑝0 𝑥 = 𝜍𝑝0 𝑒 −𝐾(𝑥)

𝐾 𝑥 = 𝑓. 𝛼 𝑥 + ∅. 𝑥

Les pertes de tensions dues aux frottements sont donc comme suit :

section x α(x) k(x) σp0(x) ∆σp0(x) %


0 0 0 0 1488 0 0
0,1 2,775 0,0448 0,021725 1456,02182 31,9781793 2,14907119
0,2 5,55 0,0448 0,03449 1437,55382 50,4461751 3,39019994
0,3 8,325 0,0448 0,047255 1419,32007 68,6799252 4,61558637
0,4 11,1 0,0448 0,06002 1401,3176 86,6824007 5,82543015
0,5 13,875 0,0448 0,072785 1383,54346 104,456535 7,01992843
0,6 16,65 0,0448 0,08555 1365,99478 122,005225 8,19927585
0,7 19,425 0,0448 0,098315 1348,66867 139,331329 9,36366457
0,8 22,2 0,1766 0,13744 1296,92093 191,079074 12,8413356
0,9 24,975 0,1766 0,150205 1280,47095 207,529055 13,9468451
1 27,75 0,1766 0,16297 1264,22961 223,770385 15,0383323
Tableau 17: Pertes par frottements

Page
62
On peut remarquer que ces pertes sont plus élevées que pour le cas des ponts rectilignes du
fait que, comme ça a été dit précédemment, la courbure en plan amplifie les frottements en
longueur des câbles.

Pertes par recul d’ancrage :

En raison de la perte d’allongement qui se produit au blocage du câble sur l’ancrage, on a


une perte de tension derrière l’ancrage où la tension passe de σp0 à la mise en tension à σ’p
après le blocage et n’est plus modifiée au-delà de l’abscisse d qui s’obtient par la formule :

𝑔. 𝐸𝑝
𝑑= 𝛼𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 = 11,421644𝑚
𝜍𝑝 0 (𝑓 + 𝜑)
𝑙

Et donc :
𝜍 ′ 𝑝 𝑥 = 𝜍𝑝 𝑜 𝑒 −(2𝐾 𝑑 −𝐾 𝑥 )

section x σp'0(x) ∆σpg(x) %


0 0 1339,57689 148,423109 9,97467129
0,1 2,775 1344,68369 143,316309 9,63147239
0,2 5,55 1361,9586 126,041399 8,47052415
0,3 8,325 1379,45544 108,544562 7,29466141
0,4 11,1 1397,17705 90,8229456 6,10369258
0,5 13,875 1415,12634 72,8736629 4,89742358
0,6 16,65 1433,30621 54,6937891 3,67565787
0,7 19,425 1451,71964 36,2803616 2,43819634
0,8 22,2 1432,11706 55,8829396 3,7555739
0,9 24,975 1450,51521 37,484789 2,51913905
1 27,75 1469,14972 18,8502806 1,26681993
Tableau 18: Pertes par recul d’ancrage

Pertes par déformations instantanées du béton :


Les pertes de tension qui résultent des déformations instantanées du béton dues à l'action
des armatures de précontrainte et aux autres actions permanentes peuvent être assimilées à
une perte moyenne affectant chacune des armatures et égale dans une section donnée à :
𝐾𝐸𝑝 𝜍𝑏𝑗
𝜍𝑑𝑖𝑏 =
𝐸𝑖𝑗
Avec :
𝑛−1
𝐾= ; n étant le nombre de câbles.
𝑛

Page
63
Sachant que le nombre de câbles nous est toujours inconnu, et que le coefficient K se
rapproche d’autant plus de 1/2 que le nombre d’armatures actives est plus élevé, on peut
prendre dans une perspective de simplification K = 1⁄2. Dans notre cas, comme les calculs
ont été faits grâce au tableur Excel, Le coefficient k peut être calculé, ainsi que les pertes par
déformations instantanées du béton, avec plus de précision et ce en procédant par des
calculs itératifs en boucles prenant en compte le nombre de câbles (l’inconnue du problème)
garantissant la tension désiré toutes pertes déduites précédemment calculée. Il en résulte,
après toutes les itérations, calculs des moments hyperstatiques et nombre de câbles, les
pertes suivantes :

section x ∆σpdip(x) %
0 0 48,7725458 3,27772485
0,1 2,775 48,4420278 3,25551262
0,2 5,55 48,4273528 3,2545264
0,3 8,325 48,4182888 3,25391726
0,4 11,1 48,4148342 3,2536851
0,5 13,875 48,4169886 3,25382988
0,6 16,65 48,4247521 3,25435162
0,7 19,425 48,4381262 3,25525042
0,8 22,2 47,5605172 3,19627132
0,9 24,975 47,5844797 3,1978817
1 27,75 47,6139158 3,19985993
Tableau 19: Pertes par déformations instantanées du béton

Pertes instantanées :
La tension résiduelle de précontrainte après les pertes instantanées est égale à :
𝜍𝑝 𝑖 𝑥 = 𝜍𝑝 0 − ∆𝜍𝑖 𝑥 = 𝜍𝑝 0 − (∆𝜍𝑝 0 𝑥 + ∆𝜍𝑔 𝑥 + ∆𝜍𝑑𝑖𝑏 )

section x ∆σi(x) % σi(x)


0 0 197,195655 13,2523961 1290,80435
0,1 2,775 223,736516 15,0360562 1264,26348
0,2 5,55 224,914927 15,1152505 1263,08507
0,3 8,325 225,642776 15,164165 1262,35722
0,4 11,1 225,92018 15,1828078 1262,07982
0,5 13,875 225,747187 15,1711819 1262,25281
0,6 16,65 225,123766 15,1292853 1262,87623
0,7 19,425 224,049817 15,0571113 1263,95018
0,8 22,2 294,522531 19,7931809 1193,47747

Page
64
0,9 24,975 292,598323 19,6638658 1195,40168
1 27,75 290,234582 19,5050122 1197,76542
Tableau 20: Pertes instantanées
Pertes par relaxation :
La perte finale de tension due à la relaxation de l'acier est donnée par :
6 𝜍𝑝 𝑥
∆𝜍𝑝 𝑥 = 𝜌1000 ( 𝑖 − 𝜇0 )𝜍𝑝 𝑖 𝑥
100 𝑓𝑝𝑟𝑔

section x σi(x) ∆σp(x) %


0 0 1290,80435 51,1121405 3,43495568
0,1 2,775 1264,26348 47,3551792 3,18247172
0,2 5,55 1263,08507 47,1910048 3,1714385
0,3 8,325 1262,35722 47,089714 3,16463132
0,4 11,1 1262,07982 47,0511315 3,16203841
0,5 13,875 1262,25281 47,0751907 3,16365529
0,6 16,65 1262,87623 47,1619331 3,16948475
0,7 19,425 1263,95018 47,3115088 3,17953688
0,8 22,2 1193,47747 37,8907411 2,54642077
0,9 24,975 1195,40168 38,1373313 2,56299269
1 27,75 1197,76542 38,4410658 2,58340496
Tableau 21: Pertes par relaxation

2. Pertes par retrait du béton :


La perte finale de tension due au retrait du béton est égale à :
∆𝜍𝑟 = 𝜀𝑟 [1 − 𝑟 𝑗 ]𝐸𝑝

𝜀𝑟 : étant le retrait total du béton ;


j : est l'âge du béton au moment de sa mise en précontrainte en jour ;
r(j) : est une fonction traduisant l'évolution du retrait en fonction du temps.

A défaut de résultats expérimentaux le retrait final 𝜀𝑟 est donné :


 1,5 × 10-4 : dans les climats humides ;
 2 × 10-4 : en climat humide, ce qui est le cas en France, sauf en son quart sud-est ;
 3 × 10-4 : en climat tempéré sec, comme dans le quart sud-est de la France ;
 4 × 10-4 : en climat chaud et sec ;
 5 × 10-4 : en climat très sec ou désertique.

On prendra donc : 𝜀𝑟 = 4. 10-4. Et la loi d'évolution du retrait r(t) est donnée par :

Page
65
𝑡
𝑟 𝑡 =
𝑡 + 9𝑟𝑚

Où t est l'âge du béton, en jours, compté à partir du jour de fabrication, et 𝑟𝑚 le rayon moyen
de la pièce, exprimé en centimètres.

N’ayant aucune donnée concernant l’âge du béton utilisé et vu que la valeur de r(t) tend vers
0 quand t tend vers 0, on préférera majorer la valeur des pertes par retrait en prenant
𝑟 𝑡 = 0.
Ce qui donne :
∆𝜍𝑟 = 𝜀𝑟 × 𝐸𝑝
Avec 𝜀𝑟 = 3. 10−4 , on trouve: ∆𝜍𝑟 = 57 𝑀𝑃𝑎 soit 3.8%.

3. Pertes par fluage :

Lorsqu'une pièce est soumise, à partir de sa mise en précontrainte, à des actions


permanentes subissant des variations dans le temps, la perte finale de tension due au fluage
du béton est prise égale à :
𝐸𝑝
∆𝜍𝑓𝑙 = 𝜍 + 𝜍𝑏
𝐸𝑖 𝑀
σb étant la contrainte finale et σM la contrainte maximale, supportées par le béton dans la
section considérée, au niveau du centre de gravité des armatures de précontrainte sous les
actions précédentes, y compris celles dues à la précontrainte. j est l'âge du béton lors de sa
mise en précontrainte.

Si 𝜍𝑀 ≤ 1,5. 𝜍𝑏 , il est loisible, à titre de simplification, d'évaluer la perte finale de tension

due au fluage du béton à :

𝐸𝑝
∆𝜍𝑓𝑙 = 2.5𝜍𝑏
𝐸𝑖

Les contraintes supportées par le béton étant toujours inconnues à ce stade, on procédera
de la même manière que pour les pertes par déformation instantanée du béton, c’est-à-dire

Page
66
par itérations successives en boucle : On prend une valeur initiale de σb, on calcule les pertes
totales et on en déduit la force utile d’une unité de précontrainte d’où on tire le nombre de
câble. On calcule après les moments hyperstatiques de précontrainte et ensuite les
contraintes dans le béton au niveau des câbles que l’on introduit dans la formule du fluage.
Et ainsi de suite jusqu’à stabilisation des pertes, et donc des contraintes et du nombre
d’unités de précontraintes requises pour garantir la tension nécessaire au tablier.

section x ∆σfl(x) %
0 0 201,149194 13,518091
0,1 2,775 200,466503 13,4722112
0,2 5,55 200,436192 13,4701742
0,3 8,325 200,41747 13,468916
0,4 11,1 200,410335 13,4684365
0,5 13,875 200,414784 13,4687355
0,6 16,65 200,43082 13,4698132
0,7 19,425 200,458444 13,4716697
0,8 22,2 198,645728 13,3498473
0,9 24,975 198,695222 13,3531736
1 27,75 198,756023 13,3572596
Tableau 22: Pertes par fluage

4. Correction de la relaxation :

Même au cours d'une phase où les actions autres que la précontrainte ne varient pas, les
armatures, du fait du retrait et du fluage du béton, ne sont pas soumises, comme dans les
essais de relaxation, à un allongement constant. Ceci est pris en compte de façon forfaitaire
en ne considérant que 5/6 des pertes par relaxation mais il est prescrit d'en tenir compte de
manière plus précise en se basant sur les considérations suivantes :
∆𝜍𝑑 = ∆𝜍𝑝 + ∆𝜍𝑟 + ∆𝜍𝑓𝑙 − ∆𝜍𝑐𝑝

Où : ∆𝜍𝑐𝑝 désigne la totalité des pertes différées.


Et le terme correctif des pertes par relaxation est égal à :
2∆𝜍𝑝 (∆𝜍𝑟 + ∆𝜍𝑓𝑙 )
∆𝜍𝑐𝑝 =
𝜍𝑝 𝑖

section x σi(x) ∆σp(x) ∆σr(x) ∆σfl(x) ∆σcp(x) ∆σd(x) %


0 0 1290,80435 51,1121405 57 201,149194 10,2219658 299,039369 20,0967318

Page
67
0,1 2,775 1264,26348 47,3551792 200,466503 7,5088202 240,312862 16,1500579
0,2 5,55 1263,08507 47,1910048 200,436192 7,48863675 240,13856 16,1383441
0,3 8,325 1262,35722 47,089714 200,41747 7,47617327 240,031011 16,1311163
0,4 11,1 1262,07982 47,0511315 200,410335 7,47142365 239,990042 16,1283631
0,5 13,875 1262,25281 47,0751907 200,414784 7,47438555 240,015589 16,1300799
0,6 16,65 1262,87623 47,1619331 200,43082 7,48506043 240,107693 16,1362697
0,7 19,425 1263,95018 47,3115088 200,458444 7,50345353 240,2665 16,1469422
0,8 22,2 1193,47747 37,8907411 198,645728 6,3066409 230,229828 15,4724347
0,9 24,975 1195,40168 38,1373313 198,695222 6,33904542 230,493508 15,4901551
1 27,75 1197,76542 38,4410658 198,756023 6,3788729 230,818216 15,5119769
Tableau 23: Correction de la relaxation

IV. Calcul de la force utile et du nombre de câbles :


La précontrainte est représentée par une valeur de calcul Pd qui est :
- la plus défavorable de deux valeurs caractéristiques P1 et P2 pour les justifications
vis-à-vis des états limites de service ;
- sa valeur probable Pmoy pour les justifications vis-à-vis des états-limites-ultimes.

Lorsque Pd =P1, P2, il n'y a jamais lieu d'envisager le cas où des armatures de directions

voisines seraient tendues les unes à leur valeur caractéristique maximale, les autres à leur
valeur caractéristique minimale. On considère donc uniquement l’un des deux cas et jamais
les deux en même temps. On gardera pourtant la valeur minimale sur ce tableau
uniquement pour le calcul du nombre de câbles.

mise en tension mise en service service définitif


Section x ∆σi(x) ∆σd(x) ∆σtot(x) σ1(x) σ2(x) σmoy(x) σ1(x) σ2(x) σmoy(x) σ1(x) σ2(x) σmoy(x)
0 0 197,2 299,04 496,24 1360 1221,6 1290,8 1240,4 1042,2 1141,3 1120,8 862,76 991,76
0,1 2,775 223,74 240,31 464,05 1338,8 1189,8 1264,3 1242,6 1045,6 1144,1 1146,5 901,38 1024
0,2 5,55 224,91 240,14 465,05 1337,8 1188,3 1263,1 1241,8 1044,3 1143 1145,7 900,18 1022,9
0,3 8,325 225,64 240,03 465,67 1337,2 1187,5 1262,4 1241,2 1043,5 1142,3 1145,2 899,43 1022,3
0,4 11,1 225,92 239,99 465,91 1337 1187,1 1262,1 1241 1043,1 1142,1 1145 899,15 1022,1
0,5 13,875 225,75 240,02 465,76 1337,2 1187,3 1262,3 1241,2 1043,3 1142,2 1145,1 899,32 1022,2
0,6 16,65 225,12 240,11 465,23 1337,7 1188,1 1262,9 1241,6 1044 1142,8 1145,6 899,96 1022,8
0,7 19,425 224,05 240,27 464,32 1338,5 1189,4 1264 1242,4 1045,2 1143,8 1146,3 901,06 1023,7
0,8 22,2 294,52 230,23 524,75 1282,1 1104,8 1193,5 1190,1 966,68 1078,4 1098 828,54 963,25
0,9 24,975 292,6 230,49 523,09 1283,7 1107,1 1195,4 1191,5 968,83 1080,2 1099,3 830,53 964,91
1 27,75 290,23 230,82 521,05 1285,6 1110 1197,8 1193,2 971,47 1082,4 1100,9 832,98 966,95
Tableau 24: Force utile de la précontrainte en termes de contrainte

Page
68
𝑃𝑚𝑎𝑥 = 𝑃1 𝑥, 𝑡 = 1.02𝑃0 − 0.8∆𝑃(𝑥, 𝑡)

𝑃𝑚𝑖𝑛 = 𝑃2 𝑥, 𝑡 = 0.98𝑃0 − 1.2∆𝑃(𝑥, 𝑡)


Et sont centrées sur la valeur probable :
𝑃𝑚𝑜𝑦 = 𝑃0 − ∆𝑃(𝑥, 𝑡)
Pour le calcul de la précontrainte, on considère trois états de tension : la mise en tension, où
l’on ne prend en compte que les pertes instantanées, la mise en service, où on suppose que
50 % des pertes différées se sont produites et enfin la mise en service définitif où le calcul se
fait avec la totalité des pertes.

Ce qui donne en forces utiles :


force utile
mise en tension mise en service service définitif
section x P1 P2 Pmoy P1 P2 Pmoy P1 P2 Pmoy
0 0 244,8 219,89 232,34 223,27 187,59 205,43 201,74 155,3 178,52
0,1 2,775 240,98 214,16 227,57 223,68 188,2 205,94 206,37 162,25 184,31
0,2 5,55 240,81 213,9 227,36 223,52 187,97 205,74 206,23 162,03 184,13
0,3 8,325 240,7 213,74 227,22 223,42 187,82 205,62 206,14 161,9 184,02
0,4 11,1 240,66 213,68 227,17 223,39 187,77 205,58 206,11 161,85 183,98
0,5 13,875 240,69 213,72 227,21 223,41 187,8 205,6 206,13 161,88 184
0,6 16,65 240,78 213,86 227,32 223,49 187,92 205,71 206,2 161,99 184,1
0,7 19,425 240,93 214,09 227,51 223,63 188,14 205,89 206,34 162,19 184,26
0,8 22,2 230,79 198,87 214,83 214,21 174 194,11 197,63 149,14 173,38
0,9 24,975 231,06 199,28 215,17 214,47 174,39 194,43 197,87 149,5 173,68
1 27,75 231,4 199,79 215,6 214,78 174,86 194,82 198,17 149,94 174,05
Tableau 25: Force utile de la précontrainte

Il est désormais possible de calculer le nombre de câbles nécessaire :


𝑃 1729
𝑁= 𝑚𝑖𝑛
= = 15.66
𝑥∈[0;55.5][min 𝑃1 ; 𝑃2 ; 𝑃𝑚𝑜𝑦 ] 110.42

On prendra donc 16 câbles 12T15S. Maintenant que le nombre d’unités de précontrainte a


été déterminé, on n’utilisera plus que la tension maximale et moyenne.

Il ne reste à ce point plus qu’à vérifier les contraintes normales dans le béton. Pour cela, on
explicitera la méthode de calcul des moments hyperstatiques qui ont déjà été calculés avant
cette étape pour itérer sur les pertes.

Page
69
V. Calcul des moments hyperstatiques :

Il existe dans la littérature plusieurs méthodes pour calculer les moments hyperstatiques de
précontrainte, à savoir : La méthode interne, externe et directe. Pour des raisons de
simplifications, les calculs seront faits méthode directe qui consiste à remplacer le câble par
des charges réparties uniformément sur chaque partie du parabole dont l’intensité est
donnée par :
𝑃(𝑥)
𝑞 𝑥 =
𝑟(𝑥)

Le reste des calculs du moment sur appuis (un seul puisque le système est symétrique) se
fait comme pour le cas d’une poutre chargée par 𝑞 𝑥 . On trouve :
moment totale sur appui (t.m)
mise en tension mise en service service définitif
max moy max moy max moy
314,186303 298,200006 286,552823 263,658156 258,919342 229,116305
Tableau 26: Moment sur appuis dus à la précontrainte
Pour les moments de précontrainte en travée, on utilisera la relation suivante :
𝑥 𝑥
𝑀𝑖 𝑥 = 𝜇𝑖 𝑥 + 𝑀𝑕𝑦𝑝𝑒𝑟 + (1 − )𝑀𝑕𝑦𝑝𝑒𝑟
𝑙𝑖 𝑖 𝑙𝑖 𝑖+1

Où :
𝜇𝑖 𝑥 = 𝑃 𝑥 𝑒(𝑥): est le moment isostatique de la travée i ;
𝑀𝑕𝑦𝑝𝑒𝑟 : est le moment total sur appui précédent la travée i du quel on déduit lemoment
𝑖
isostatique de précontrainte sur le même appui Pi. ei.

Ce qui donne :
section x moment hyperstatique (t.m)
mise en tension mise en service service définitif
max moy max moy max moy
0 0 0 0 0 0 0 0
0,1 2,775 352,959728 306,064745 321,906403 295,993495 265,894187 235,090853
0,2 5,55 380,550671 303,354564 347,062926 318,985696 263,657399 232,954043
0,3 8,325 397,005891 290,127914 362,065798 332,689016 252,249031 222,755941
0,4 11,1 402,354158 266,420755 366,941729 337,136844 231,693735 204,527364
0,5 13,875 396,606255 232,246568 361,700735 332,341698 202,000756 178,279866
0,6 16,65 379,754994 187,596366 346,336137 318,295231 163,163932 144,005744
0,7 19,425 351,775202 132,438685 320,824566 294,968232 115,16169 101,678034
0,8 22,2 341,343549 93,3504885 311,281964 285,736755 81,5492464 71,471884

Page
70
0,9 24,975 252,586917 -18,054088 230,426004 212,953425 -16,364932 -13,521591
1 27,75 314,186303 298,200006 286,552823 263,658156 258,919342 229,116305
Tableau 27: Moments totaux dus à la précontrainte

VI. Vérification des contraintes normales :


Pour les sections courantes, les vérifications se répartissent en trois classes auxquelles
correspondent des contraintes limites des matériaux. Quelle que soit la classe de vérification
retenue, les contraintes de compression du béton sont, en règle générale, limitées aux
valeurs suivantes :
 0,50 fc28 sous l'effet de la combinaison quasi-permanente ;
 0,60 fc28 sous l'effet des combinaisons rares et des combinaisons fréquentes ;
 0,60 fcj en cours d'exécution, ramenée à 0,55 fcj si j est inférieur à trois jours.

Sachant que :
- Combinaison quasi-permanente : état à vide ;
- Combinaisons fréquentes : charges permanentes auxquelles on ajoute une fraction des
charges permanentes Ψ = 0,6 (car pont de première classe) ;
- Combinaisons rares : état en charge.

Les ponts dalles étant justifiés en classe II (réf : guide de conception des ponts-dalles du
S .E.T.R.A), on ne citera que les vérifications nécessaires sous cette classe. En classe II, le
calcul des contraintes normales est toujours effectué sur la section non fissurée. Il doit être
vérifié que les contraintes de traction du béton sont limitées aux valeurs suivantes :
- En situation d'exploitation, sous l'effet des combinaisons rares : ftj dans la section
d'enrobage 1,5 ftj ailleurs ;
- En situation d'exploitation, sous l'effet des combinaisons fréquentes : 0 dans la section
d'enrobage ;
- En situation d'exécution : 0,7 ftj dans la section d'enrobage et 1,5 ftj ailleurs.
Voici un résumé des vérifications :
Etat Atteinte Limite

mise en tension 1067 2000


mise en service 1135 2400
service définitif 1098 2400
Tableau 28: Extrémums des contraintes de compression
combinaison atteinte hors limite atteinte en limite
section section
d'enrobage d'enrobage

Page
71
mise en tension
366 -405 -143 -189
mise en service
quasi- -274 -450 68,7 0
permanente
fréquente 12 -450 62,2 0
rare 30,6 -450 60,4 -300
en service
quasi- -143 -450 168,7 0
permanente
fréquente 33 -450 162,2 0
rare -33 -450 30,6 -300
Tableau 29: Extrémums des contraintes de traction

VII. Etude des zones d’about

L’étude se fait selon le principe de l’annexe 4 du BPEL 91.

1. Diffusion de la précontrainte :
L’étude de la diffusion se fait en deux étapes :
 Etude de la zone de Première régularisation.
 Equilibre général de diffusion pure.
d) Zone de première régulation :

Données :

fcj=35 MPA σbj= 19.83 MPA


ftj=2.7 MPA σslim=333MPA
fe=500 MPA
Tension de chacun des câbles :
- A l’origine f0j=2680 KN
- La plaque d’ancrage mesure 0.26x0.26 m.
Diffusion dans le plan vertical :
Effet de surface :

Les effets de surface qui se manifestent dans la zone d’about exigent la mise en place d’un
ferraillage au voisinage immédiat de celle-ci dont la contrainte de traction est limitée à
σslim.

Page
72
𝑓 0𝑗
Cette section d’armatures est donnée par : 𝐴𝑠 = 0.04 × 𝜍 = 3.22 𝑐𝑚2 par ancrage.
𝑠 𝑙𝑖𝑚

On adopte des frettes HA12 (4.52 cm2).

Effet d’éclatement :

La contrainte maximale d’éclatement est donnée par :


𝑒 𝐹𝑗𝑜
𝜍𝑡𝑚𝑎𝑥 = 0.5 × 1 − × = 2.22𝑀𝑃𝐴
𝑑 𝑑𝑎

On vérifie que :
𝜍𝑡𝑚𝑎𝑥 ≤ 1.25𝑓𝑡𝑗 = 3.37 𝑀𝑃𝐴 OK
La contrainte moyenne de compression longitudinale:
𝐹𝑗 0
𝜍𝑐𝑚𝑜𝑦 = = 11.65 𝑀𝑃𝐴
𝑑𝑎

2
𝜍𝑐𝑚𝑜𝑦 ≤ 𝑓 = 23.33 𝑀𝑃𝐴
3 𝑐𝑗
Ferraillage d’éclatement :
La résultante des contraintes d’éclatement est donnée par :
𝑒
𝑅𝑗 = 0.25 1 − 𝐹𝑗 = 2.042 𝑀𝑁
𝑑
D’où la section d’acier d’éclatement :
𝑅𝑗
𝐴𝑒 = = 61.26 𝑐𝑚2
𝑘𝜍𝑠𝑙𝑖𝑚
Diffusion dans le plan horizontal :
Effet de surface :

ns ni
Nombre d’ancrages/file : 1 1

Page
73
De la même façon on calcule la section d’armatures : 𝐴𝑠 = 3.22 𝑐𝑚2
Effet d’éclatement :
𝝈𝒕𝒎𝒂𝒙 (𝑴𝑷𝑨) 𝝈𝒄𝒎𝒐𝒚 (MPA) 𝑹𝒋 (MN) 𝑨𝒆 (cm2)
1.083 5.296 0.274 8.22

e) Equilibre général de diffusion pure :


Forces de précontrainte :
F1=21.44 MN F2=21.44MN
Angle e1=0.80 gr angle e2=8.44 gr
Caractéristiques de la section:
S=6.76 m2 ; v=0.464m ; v’=0.686m ; i=0.7711 m4
Les contraintes dans les fibres extrêmes sont :
σs=3.561 MPA et σi=10.388 MPA

Les sollicitations sont données par :

2𝑉𝑥
Le cisaillement conventionnel dû à l’effort tranchant est : 𝜏𝑑 =
𝑏𝑙 𝑟
𝑓 𝑡𝑗
L’effort tranchant est écrêté à : 𝑉𝑥𝑒 = 𝑉𝑥 (1 − )2
3𝜏 𝑑

Les résultats en MPa (MN pour les efforts) sont donnés sur le tableau suivant :

Page
74
t(m) bn mu TauRdm X Vx Taud T Nc Taug
0 9,656 0 0 0 0 0 0 0 0
0,041 9,656 0,184 -0,01 1,53 -1,53 -0,27 0 0 -0,28
0,212 9,656 0,758 -0,042 8,88 -8,88 -1,55 -0,05 -0,05 -1,59
0,213 9,656 0,761 -0,042 8,93 12,32 2,14 -0,05 -2,88 2,1
0,384 4,34 0,99 -0,122 15,59 5,67 2,1 -0,09 -2,92 1,98
0,755 4,01 0,817 -0,109 27,17 -5,92 -2,36 -0,09 -2,92 -2,47
0,925 3,857 0,543 -0,075 33,4 -12,15 -5,03 -0,07 -2,9 -5,1
0,926 3,856 0,541 -0,075 33,44 9,25 3,83 -0,07 -3,17 3,76
1,097 3,703 0,154 -0,022 40,2 2,49 1,07 -0,01 -3,12 1,05
1,15 3,656 0,015 -0,002 42,36 0,33 0,14 0,01 -3,09 0,14
Tableau 30: Contraintes dans les fibres - équilibre de diffusion pure

Vérification :
𝜏𝑔𝑚𝑎𝑥 = 2.47 𝑀𝑃𝐴 < 1.5𝑓𝑡𝑗 = 4.05 𝑀𝑃𝐴
𝑉𝑥𝑚𝑎𝑥 = 5.92 𝑀𝑁 𝑉𝑥𝑒𝑚𝑎𝑥 = 5.06 𝑀𝑁
𝑁𝑡𝑐 = −2.39 𝑀𝑁
𝐴𝑐 = 223.64 𝑐𝑚2 à 𝑑𝑖𝑠𝑝𝑜𝑠𝑒𝑟 𝑠𝑢𝑟 0.77 𝑚𝑚

On a Ac < Ae + As
Donc les armatures prévues sont suffisantes.

2. Justification de la bielle d’about- Equilibre du coin inférieur :

f) Justification de la bielle d’about :

Par soucis de simplification et à défaut de méthode de calcul plus précis, on admet que la
transmission des charges appliquées à la poutre se fait sur l’appui par l’intermédiaire d’une
bielle unique inclinée d’un angle βu sur l’axe longitudinal, calculé au centre de gravité de la
section. La valeur de βu est la plus grande entre 30 et celle donnée par la formule :
2𝜏𝑢
tan 2𝛽𝑢 = = 0.35
𝜍𝑥𝑢 − 𝜍𝑇𝑢
Dans le cas où l’on dispose de plusieurs câbles susceptibles d’équilibre la bielle unique, on
recherche le rang r du câble qui donne une résultante de la réaction d’appui et des efforts
des câbles Pi inclinés de moins de βu sur l’horizontale. Les câbles situés en dessous de ce
rang suffisent donc à équilibrer la bielle unique.

Page
75
La réaction d’appui vaut R=5.8 MN.
L'effort tranchant réduit : Vu=3.04 MN
𝑢 𝑉
Donc le cisaillement vaut : 𝜏𝑢 = 𝑍×𝑏𝑛 = 0.98 𝑀𝑃𝐴

Où :
 Z=0.766m : bras de levier.
 bn=4.04m : largeur nette.
Recherche du rang :
Le rang r existe si :

Ce qui est vérifié dans notre cas.


« r » est le rang recherché si :

Avec :

On trouve 𝑟 = 1 𝑒𝑡 𝑡𝑎𝑛(𝜃𝑘) = 0.2663


On obtient un ferraillage At/St=37.17cm2.

g) Equilibre du coin inférieur :


Lorsque la réaction d’appui est appliquée près d’une arrête de la dalle il faut s’assurer qu’il n
y a pas de risque de fendage d’un coin de béton entraînant de l’arrête.
Il y a lieu de mettre en place une section minimale d'aciers passifs longitudinaux assurant la
couture du coin inférieur :

Page
76
On trouve Aemin=8.57 cm2 qui correspond à K=0.848.

Page
77
Ferraillage passif

Page
78
I. Ferraillage de la flexion longitudinale :

Les sections d’armatures passives longitudinales résultent de l’application de BPEL Art 6.1,31
(armatures de peau), Art 6.1,32 (reprise conventionnelle des tractions du béton dans les
zones tendues) et Art 6.3 (état limite ultime de résistance) et des compléments
recommandés par le dossier PSIDP.EL.

1. Armatures de peau :
Des armatures passives, dénommées armatures de peau, sont réparties et disposées suivant
deux directions sensiblement orthogonales sur toute la périphérie du tablier. Leur section
constitue un minimum qu'il n'y a lieu de cumuler avec aucune des sections résultant des
autres calculs.
La section des armatures de peau disposées parallèlement à la fibre moyenne d'une poutre
doit être d'au moins 3 cm² par mètre de longueur de parement mesuré perpendiculairement
à leur direction, sans pouvoir être inférieure à : 0,10 % de la section du béton de la dalle
pour les armatures en travée et 0,15 % pour les armatures de la fibre inférieure sur les
appuis intermédiaires.
Il en résulte :
Le périmètre de la dalle est de : 21.162cm2.
D’où :
𝐴𝑠1 𝑒𝑛 𝑡𝑟𝑎𝑣é𝑒 = 𝐴𝑠1 𝑠𝑢𝑟 𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖 = 3 × 21.486 = 63.486 𝑐𝑚2

Alors que la section du béton est égale à :


6,76 m²
On a donc :
𝐴𝑠2 𝑒𝑛 𝑡𝑟𝑎𝑣é𝑒 = 0.001 × 6.76 = 67.6 𝑐𝑚2
𝐴𝑠2 𝑠𝑢𝑟 𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖 = 0.0015 × 6.76 = 101.4 𝑐𝑚2
La section d’acier à retenir est :
𝐴 = 𝐴𝑠1 = 𝐴𝑠2 [𝑐𝑚2 ]
En travée :

- A la fibre inférieure :
𝐴𝐹−𝑖𝑛𝑓 = 20 𝑐𝑚2
On adopte 18 HA12 (22.6 cm2)
- A la fibre supérieure :

Page
79
𝐴𝐹−𝑠𝑢𝑝 = 47.6 𝑐𝑚2
On adopte 44 HA12 (49.72 cm2)
Sur appui intermédiaire :

- A la fibre inférieure :
𝐴𝐹−𝑖𝑛𝑓 = 101.4 𝑐𝑚2
- A la fibre supérieure :
𝐴𝐹−𝑠𝑢𝑝 = 47.6 𝑐𝑚2

2. Ferraillage de non fragilité :


Dans les parties de section où le béton est tendu et sous réserve que la zone tendue
présente une hauteur supérieure à 5 centimètres, la section d´armatures de peau est
augmentée, en tant que de besoin, de façon à représenter au moins :
𝐵𝑡 𝑁𝑏𝑡 𝑓𝑖𝑗
𝐴𝑠 = +
1000 𝑓𝑒 𝜍𝐵𝑡
Où :
 𝐵𝑡 : est l'aire de la partie du béton tendu ;
 𝜍𝐵𝑡 : est la contrainte maximale de traction ;
 𝑁𝑏𝑡 : est l’effort de traction correspondant.

On prend une section où les tractions de béton sont maximales est étudiée (section située à
0.575 de l’appui intermédiaire).
Section 𝝈𝒔 𝝈𝒊
𝒙 = 𝟓𝟒. 𝟐𝟓𝒎 1100.6 -273.6
Tableau 31: contraintes moyennes du béton
𝜍𝑠 : Contrainte moyenne en fibre supérieure.
𝜍𝑖 : Contrainte moyenne en fibre inférieure.

Figure 20: diagramme des contraintes du béton

Page
80
On a: 𝑣 + 𝑣’ = 𝑕 = 1.15𝑚.
𝜍𝑠− −𝜍 𝑖 −𝜍 𝑖 𝜍𝑖
= 𝑦=− = 0.229𝑚
𝑕 𝑦 𝜍𝑠 −𝜍 𝑖

section Y(m) Bt(m2) As(cm2) Observation


𝒙 = 𝟓𝟒. 𝟐𝟓𝒎 0.229 0.994 36.78 La section prévue
à cet endroit est
de 101.4 cm2
Tableau 32: Aciers de non fragilité

Dans toutes les sections tendues la section prévue d’armatures est de 101.4 cm2.
Donc, les armatures calculées précédemment sont suffisantes pour reprendre la traction du
béton dans ces sections.

3. Renforcement longitudinal à l’endroit des appuis intermédiaires :


(Selon §7 annexe 4 de la notice de PSIDP-EL)
Notations :
 B : largeur équivalente (B=6.1m).
 L : demi-somme des travées adjacentes (L=27.75m).

Les moments longitudinaux calculés précédemment au droit des appuis correspondent à des
lignes d’appui continues. Or dans le cas d’une ligne d’appui intermédiaire comportant des
appareils d’appui très espacés, la répartition transversale du moment longitudinal au droit
de cette ligne n’est pas uniforme mais donne lieu à des pointes de moment soit au droit d’un
appareil d’appui (Moment négatif) soit entre deux appareils d’appui (Moment positif).
On a M=735.7 t.m : moment sur appui (valeur absolue max. de M<0)
Pour le cas d’une ligne d’appui comportant 2 appareils d’appui, on a les résultats suivants :
Ferraillage supérieur :
-La variation ∆M_ en valeur absolue du moment au droit d’un appareil d’appui de rive est
donnée par :
∆𝑀_
= 0.25𝜂
𝑀
𝐵
𝜂=
𝐿

Page
81
Soit ∆M_=40.3 t.m
La section d’armatures longitudinales à disposer au droit de l’appui de rive en face
supérieure est à calculer par les règles du BAEL avec le moment -40.3t .m, une largeur de
𝑐 𝑒
𝐿𝑎𝑟 = + = 1.522𝑚 et doivent avoir une longueur de 0.3L (8.325m).
2 4
On obtient une section A=10.24 cm2
On adopte 10 HA12 (11.3 cm2)
Ferraillage inférieur :
∆𝑀
= 0.5𝜂
𝑀
Soit ∆M_=80.6 t.m
Cette section d’armatures est à disposer sur une largeur de 0.8e (2.24m).
On obtient une section de 14.06 cm2
On adopte 16HA12 (18.08cm2)

II. Ferraillage de la flexion transversale :

1. Ferraillage des chevêtres incorporés :


Ces parties de dalle sont situées de part et d’autre de chaque appui .leur étendue est
essentiellement fonction de l’espacement des appareils d’appui et de l’angle de biais formé
par la ligne d’appui considérée avec l’axe longitudinal de l’ouvrage.
Soit B=6.1m la largeur de la dalle rectangulaire.
On a adopté pour tous les appuis 2 appareils d’appuis par file d’appuis espacés de e=2.80m
et c=1.644m.

Donc on a une largeur de chevêtre :


𝑒
 𝑏 = 3 + 𝑎𝑏𝑜𝑢𝑡 = 1.433𝑚 pour la culée
2×𝑒
 𝑏= 3
= 1.867𝑚 pour la pile intermédiaire

Page
82
Moment de calcul :
𝑝𝑐 2
𝑀𝑐 =
2
𝑅
Avec : 𝑝 =𝑒
+𝑐
2

Où R est la réaction maximale par appareil d’appui à l’ELS.


𝑀𝑐
Ainsi le moment par mètre 𝑚𝑐 =
1.5𝑐
appui culée
R(t) 854.67 480.76
p(t/m) 280.77 157.93
Moment (t.m/m) 153.86 86.54
Section d’armatures 34.05 62.15
(cm /m)
2

Tableau 33: aciers des chevêtres incorporés

2. Zones courantes en travées :


En face supérieure le calcul de l’encorbellement conduit à adopter HA20e=18 (17.45
cm2/ml). Nous adopterons ce même ferraillage en face inférieure.
Nous vérifions qu’il est supérieur au pourcentage de non fragilité (voir PSIDP-EL) :
%𝑁𝐹𝑅 = 0.25 ∗ 𝑕 ∗ 𝑓𝑡/𝑓𝑒 = 17.25𝑐𝑚2/𝑚𝑙.

III. Ferraillage de l’effort tranchant :


Ci-dessous, on procèdera à la justification vis-à-vis du cisaillement des sollicitations
tangentes. On effectuera donc les calculs de dimensionnement des armatures verticales
(étude ELU) et de vérification des contraintes tangentes (étude ELS) pour la section la plus
sollicitée, à savoir la section située à gauche de la pile intermédiaire à une distance h/2.

1. Etude à l’ELU :

L’effort tranchant dans cette section vaut Vu=446.9t.


Il en résulte une contrainte conventionnelle de :
𝑉𝑢
𝜏𝑢 = = 107.3 𝑡/𝑚2
𝑏𝑛 𝑑
Avec :
 d=1.15m2 : l’épaisseur de la dalle ;

Page
83
 bn=3.8m2 : la largeur nette de l’intrados.

La contrainte du béton au niveau de cette section est σx =514.5t/m2:


Ce qui nous permet de calculer l'inclinaison 𝛽𝑢 des bielles de béton :

180 2𝜏𝑢
𝛽𝑢 = max 30° ; 𝐴𝑟𝑐𝑡𝑎𝑛 = 30° ; tan 𝛽𝑢 = 0.577
2𝜋 𝜍𝑢

D’où le taux de travail des aciers transversaux (étriers) :


𝑓𝑡𝑗
𝐴𝑡 max⁡
(10 ; 𝜏𝑢 − 2 tan 𝛽𝑢 )
= = 5.66𝑐𝑚2 /𝑚
𝑆𝑡 𝑓𝑒 𝛾𝑠
Où :
 At : est la section d’acier transversal ;
 St : est l’espacement des armatures transversales ;
 γs : est le coefficient de sécurité égal à 1,15.

Avant de passer à la vérification de l’ELS, on doit d’abord vérifier que :


2 × 0.85𝑓𝑐𝑗
𝜍𝑏 ≤
3𝛾𝑏
On a :
2𝜏 2×0.85𝑓 𝑐𝑗
𝑢
𝜍𝑏 = sin ⁡(2𝛽 = 213.6𝑡/𝑚2 et = 1511𝑡/𝑚2
𝑢) 3𝛾 𝑏

2. Etude à l’ELS :

La valeur de l’effort tranchant en combinaison rare est : Vu=259.3t.


D’où :
𝑉𝑢
𝜏𝐸𝐿𝑆 = = 59.33 𝑡/𝑚2
𝑏𝑛 𝑑

Qui vérifie effectivement : 𝜏 ≤ 𝜏


𝜏 = 272𝑡/𝑚2
Maintenant que les contraintes vérifient la condition de l’état limite de service, on peut
calculer l’espacement maximal des armatures transversales :
𝑆𝑡 ≤ 𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 = min 0.8𝑕 ; 3𝑏0 ; 1 = 0.92𝑚
Avec :

Page
84
 𝑕 = 1.15m : l’épaisseur de la dalle ;
 b0=4.2m: la largeur de l’intrados.

IV. Ferraillage de la torsion :


Rappelons tout d’abord la valeur du moment maximal pondéré de torsion :
771.2 𝑡. 𝑚 ; à 𝑙′𝐸𝐿𝑈
𝑇𝑚𝑎𝑥 =
541.3 𝑡. 𝑚 ; à 𝑙′𝐸𝐿𝑆
La contrainte tangentielle maximale engendrée par le moment de torsion est définie par la
formule :
𝑇
𝜏𝑡 =
2𝑒𝛺
Où :
 e: est l’épaisseur de la paroi équivalente de la section ;
 Ω : est l’aire du contour tracé à mi-épaisseur de la paroi.

Pour notre cas, et en considérant la section rectangulaire équivalente, nous avons :


𝑕 1.15
𝑒= = = 0.192𝑚 et 𝛺 = 1.15 − 0.192 × 6.1 − 0.192 = 5.66𝑚
6 6

Donc
354.82 𝑡/𝑚2 ; à 𝑙′𝐸𝐿𝑈
𝜏𝑚𝑎𝑥 =
249.05 𝑡/𝑚2 ; à 𝑙′𝐸𝐿𝑆

1. Vérification des contraintes :


A l’état limite de service, nous avons :
𝜏v=59.33t/m2 et 𝜏t=249.05t/m2
Où :
 𝜏v: est la contrainte tangentielle due à l’effort tranchant ;
 𝜏t: est la contrainte tangentielle due à la torsion.
Donc :
𝜏𝑉2 + 𝜏𝑡2 < 𝜏 2
𝑓 𝑐𝑗
Où : 𝜏 =
4𝛾 𝑏

Page
85
2. Ferraillage longitudinal :
La densité de l’effort de traction longitudinale, engendrée par la torsion, à équilibrer est
donnée par :
𝑇𝑢
𝑐𝑜𝑡𝑎𝑛( 𝛽𝑢 ) = 𝑒𝜏𝑢 𝑐𝑜𝑡𝑎𝑛(𝛽𝑢 )

Donc la section d’acier nécessaire est :

𝐴𝑙 = 187𝑐𝑚2
Soit donc :
- A la fibre inférieure : AF-inf=55.3cm2
- A la fibre supérieure : AF-sup=131.7cm2

3. Ferraillage transversal :
Dans le sens transversal, l’acier doit vérifier :
𝐴𝑡 𝑒. 𝜏𝑢 . tan 𝛽𝑢
≥ = 8.95𝑐𝑚2 /𝑚2
𝑆𝑡 𝑓𝑒 /𝛾𝑏

V. Ferraillage des encorbellements :


Ce calcul est effectué selon l’annexe 3 de la notice d’utilisation du programme PSIDP-EL.
On doit d’abord délimiter la zone à étudier et la section à justifier St. ces deux entités sont
déterminées comme le montre la figure suivante :

Où :

Page
86
 e : est la portée de la console ;
 h1 : Hauteur de section d’encastrement (≥ 0,35 ) ;
 h2 : Epaisseur au bord libre de la console :
 β : Coefficient de forme de la console ;
 a : est la distance de la section d’encastrement au bord de la largeur roulable.

La hauteur de la section d’encastrement est prise à la limite de la pente de 1 pour 3 à partir


de la partie intérieure de l’encorbellement.

Il en résulte les valeurs suivantes :


e(m) a(m) h1 h2 β a/e
2.62 1.62 0.43 0.20 0.47 0.62

Le calcul des moments à l’encastrement en donne les résultats suivants :


Permanente [t.m] Trottoir [t.m] A(l) [t.m]
4.889 0.95 4.42

Et à partir des abaques de l’annexe 3 du guide PSIDP-EL du SETRA, On trouve les moments
suivants :
 Système B :
M(t.m/ml)=6.5 y compris majoration pour effet centrifuge (K=1+(R+150)/(6*R+350)=1.281).
 Système Mc120 :
M(t.m/ml)=10 .
On peut admettre que le ferraillage transversal en face supérieure à l'encastrement d'un
encorbellement est calculé à l'état-limite ultime. La section d'acier doit reprendre à cet effet
un moment ultime calculé dans la section St, compte tenu de la définition des moments Mg,
Mtr, MA, MB, Mc à:

Calcul à l’ELU :

Page
87
On a donc 𝑀𝑚𝑎𝑥 = 20.86𝑡𝑚/𝑚𝑙
Ce qui donne un ferraillage 𝐴𝑠𝑡 = 10.3𝑐𝑚2 /𝑚𝑙
Calcul à l’ELS :
𝑀𝑔 + 𝑀𝑡𝑟 + 1.2𝛿𝑀𝐴
𝑀 = 𝑚𝑎𝑥 𝑀𝑔 + 𝑀𝑡𝑟 + 1.2𝛿𝑀𝐵
𝑀𝑔 + 𝑀𝑡𝑟 + 1.2𝛿𝑀𝐶
On obtient 𝑀𝑚𝑎𝑥 = 15.28𝑡𝑚/𝑚𝑙

Ce qui donne un ferraillage 𝐴𝑠𝑡 = 15.58𝑐𝑚2 /𝑚𝑙


Le ferraillage adopté est HA20e=18 A=17.45cm2/ml
Sur une distance égale à 1.5a à partir de l’about, avec a=2.9m (longueur de
l’encorbellement), on prend 𝐴 = 2 × 15.58 = 31.16𝑐𝑚2 /𝑚𝑙 soit HAe=0.10.

Page
88
Etude des appareils

d’appui

Page
89
Ces appareils, placés entre la dalle et les appuis, sont destinés à transmettre les charges
normales à leur plan. Ils permettent en même temps d’absorber respectivement par rotation
et distorsion les déformations et translations de la structure, lorsqu’elles sont limitées.

Pour chaque pile on mettra 2 lignes de 2 appareils d’appuis en élastomère fretté. Pour les
culées on dispose une ligne de 2 appareils d’appui.

Figure 21: disposition des appareils d'appui

I. Evaluation des déformations :

1. Rotation d’appui :
Rotation d’appui sous le poids propre :
Elle est donnée par la formule suivante :
αg = gxL3/ (24xEdxI)
Avec:
 g : Le poids propre de la dalle et les superstructures (g=5,341 t/ml).
 L : La portée de la travée.
 Ed : Le module différé de déformation du béton pour les charges de durée
d’application supérieure à 24h (Ed = 11393 MPa).
 I : Le moment d’inertie de la dalle (I=0.7716 m4).
D’où : αg = 5,41.10-3

Rotation d’appui sous les surcharges :

Elle est donnée par la formule suivante :


Αq = qxL3/ (24xEixI)
Avec :

Page
90
 Ei : Le module instantanée de déformation du béton pour les charges de durée
d’application inférieure à 24h (Ei = 34180MPa).
 q : Surcharges de chaussée.

A partir des résultats des surcharges de chaussée on a :


q = 6,7 t/ml
D’où : αq =2,26.10-3

Rotation totale :

La rotation due à la précontrainte vaut : 2.25.10 -3


La rotation résultante vaut :
A vide : α = α g = 3,16.10-3
En service : α = αg + αq = 4.42. 10-3

2. Déplacements d’appui :
Déplacement dû à la rotation :
Δα=αh/2=2.54.10-3 m

Déplacement dû au retrait :
Il est dû à l’évaporation de l’eau qui chimiquement n’était pas nécessaire à la prise du
ciment, mais qui était indispensable pour obtenir une consistance plastique du béton pour
faciliter sa mise en œuvre.
La déformation de retrait : Ɛ = 3.10-4.
Donc: Δr = -3.10-4x27.75/2 = 4,16.10-3

Déplacement dû à la variation de température :


La température durant la construction de l’ouvrage varie entre 15 et 25 °C.
La plage de variation des températures en exploitation : -10°C < Δθ < 50°C.
Donc, l’allongement maximal est (Tf – Ti)*10-5 = (50-15)*10-5 = +3,5.10-4 m.
Le raccourcissement maximal est (Tf-Ti)*10-5 = (-10-25)*10-5 = -3,5.10-4 m.

II. Réactions d’appuis :


Les efforts normaux sollicitant les appareils d’appui sont déduits des réactions d’appuis dues
aux différents cas de charges en divisant par le nombre de plaques par appuis.

Page
91
1. Charges permanentes :
Les charges permanentes dues au tablier sur une seule travée sont :
Charges du tablier en t
Dalle 504.27
superstructures 109.97
Total 614.24
Tableau 34: Poids d'une travée de tablier

L’effort transmis à un seul appui est donc :


Pour une pile : R (G) =614.24 t
Pour une culée : R (G) =307.12 t

2. Surcharges réglementaires :
Système A[l] :
 Cas d’une travée chargée :

Figure 22: Réaction d’appuis pour une travée chargées A(l)

𝐴(𝑙) = 9.94 𝑡/𝑚𝑙


𝑅 = 𝐴(𝑙) × (28.25/2)
Donc : 𝑹 = 𝟏𝟒𝟎. 𝟒𝟎 𝒕

 Cas de deux travées chargées :

Page
92
Figure 23: Réaction d’appuis pour deux travées chargées A(l)

𝐴(𝑙) = 6.67 𝑡/𝑚𝑙


𝑅1 = 𝑅2 = 6.67 ∗ (28.75/2) = 95.88 𝑡
Donc : 𝑹 = 𝑹𝟏 + 𝑹𝟐 = 𝟏𝟗𝟏. 𝟕𝟔 𝒕
Système B C :

 Cas d’une travée chargée :

Figure 24: Réaction d’appuis pour une seule travée chargées Bc

Donc : 𝑹 = 𝟏𝟎𝟎. 𝟖𝟒 𝒕

 Cas de deux travées chargées :

Page
93
Figure 25: Réaction d’appuis pour deux travées chargées Bc

Donc : 𝑹𝟏 = 𝟔𝟐. 𝟗𝟏 𝒕
𝑹𝟐 = 𝟒𝟔. 𝟒𝟗 𝒕
Donc : 𝑹 = 𝑹𝟏 + 𝑹𝟐 = 𝟏𝟎𝟗, 𝟒 𝒕
Système Mc120 :

 Cas d’une travée chargée (1char) :

Figure 26: Réaction d’appuis pour une seule travée chargées Mc120

Donc : 𝑅 = 6,1 × 𝑞 × (28,25 − 6,1/2)/27,75


𝑹 = 𝟗𝟗, 𝟖𝟕 𝒕

 Cas de 2 travées chargées (1char sur les deux travées) :

Page
94
Figure 27: Réaction d’appuis pour deux travées chargées Mc120
6.1
𝑅1 = 𝑅2 = × 𝑞 × (28,25 − 6,1/4)/27.75 = 52.96 𝑡
2
Donc : 𝑹 = 𝑹𝟏 + 𝑹𝟐 = 𝟏𝟎𝟓, 𝟗𝟐 𝒕

Trottoir :
La réaction d’appuis due aux surcharges sur trottoir se calcule de la même façon que le
système A(l) en remplaçant la valeur de A(l) par la surcharge sur le trottoir q=0,15t/m², on
trouve pour :
Cas d’une travée chargée : R = 4.30 t
Cas de 2 travées chargées : R = 8,60 t

Pour les calculs des réactions d’appuis on utilisera les deux combinaisons suivantes :

A l’ELU : Rmin = R(G)

A l’ELS : Rmin = R(G)

3. Tableau récapitulatif :
En résumé, les réactions d’appuis (piles et culées) sont comme suit:
C.P A B M Tr
pile 614,24 191,76 109,4 105,92 8,6
culé 307,12 140,4 100,84 99,87 4,3
Tableau 35: Réactions d’appuis dues aux différentes charges

Page
95
Et en faisant les combinaisons à l’ELU et l’ELS :
ELU ELS
Rmax(t) Rmin(t) Rmax(t) Rmin(t)
pile 1034,787 829,224 854,672 614,24
culée 561,9135 414,612 480,76 307,12
Tableau 36: Réactions d’appuis sur les piles et les culées

III. Détermination des dimensions :

1. Aire de l’appareil d’appui :


D’après les recommandations de SETRA la contrainte moyenne de compression ne doit pas
dépasser 15MPa

Figure 28: Paramètres géométriques d'un appareil d'appuis

𝑅𝑚𝑎𝑥
𝜍=
𝑛×𝑎×𝑏

 Rmin :étant la réaction maximale qui s’exerce sur l’appui à l’ELS.


 n :le nombre d’appareil disposés sur chaque appui.

Pour les appareils d’appuis des piles, leurs surfaces doivent vérifier la relation suivante :
𝒂𝒃 > (1/4)𝑅𝑚𝑎𝑥/1500 = 𝟏𝟔𝟎𝟐, 𝟓𝟑 𝒄𝒎²

Page
96
Pour les appareils d’appuis des culées, leurs surfaces doivent vérifier la relation suivante :
𝒂𝒃 > (1/2)𝑅𝑚𝑎𝑥/1500 = 𝟏𝟒𝟐𝟒, 𝟒𝟓 𝒄𝒎²

2. Prédimensionnement en plan de l’appareil


On prend : a= 50 cm
On cherche à respecter les inégalités suivantes qui concernent la condition de non
flambement et la condition d’épaisseur minimale pour les irrégularités de la surface de pose.
a/10 < T < a/5 (Avec a<b)
On choisit un appui rectangulaire avec le côté a parallèle à l’axe longitudinal de l’ouvrage
et ab, afin de limiter les contraintes dues à la rotation.

Or, a = 50 cm donc, 50 mm < T <100 mm


On retient une hauteur d’élastomère de T= 90 mm. Soit 6 feuillets de 14 mm.
Pour la longueur b de l’appareil d’appui, elle sera prise supérieure à 30 cm.
On vérifie bien que :
 Pour les piles : a  b = 5060 (>1602,53 cm²)
 Pour les culées : a  b = 5050 (>1424,45 cm²)
Par suite, nous adopterons pour les piles, les appareils d’appui :
a  b  n(t+ts) = 500  600  6(14+5)
Par suite, nous adopterons pour les culées, les appareils d’appui :
a  b  n(t+ts) = 500  500  6(14+5)
Avec : ts = 5mm épaisseur des frettes et n = 5 nombre de feuillets.

IV. Effort horizontaux en tête d’appuis

1. Généralités
Les efforts se répartissent en fonction de la rigidité de chaque appui. La rigidité k d’un
appui sera par définition, k = 1/u, u étant le déplacement de la tête d’appui sous l’action
d’une force horizontale unité.

Ce déplacement u = u1+u2 provient de la distorsion de l’appareil d’appui et de la


déformation du corps de l’appui.

Page
97
Il est à noter que les rigidités k1 et k2 d’un appui sont à calculer pour les déformations
lentes et les efforts dynamiques.

Figure 29: Déplacement de l’appui

2. Détermination des rigidités des appuis


Les déplacements en tête d’appui, sous un effort unitaire sont les suivants :
 Pour la culée
Les culées sont supposées infiniment rigides. Seuls les appareils se déforment. On a donc, en
tenant compte des quatre appareils d’appui :
 Sous un effort statique : u1 = (1/n)T/ (Gab)
 Sous un effort dynamique : u2 = u1 /2
 Pour la pile
Les déformations prises en compte, pour les déplacements sous efforts statiques et
dynamiques, sont celles du fût de la pile supposé encastrée sur la semelle de liaison.
Nous aurons donc :
ui = l3 / (3EiI)
uv= l3 / (3EvI)
Avec:
l : La hauteur du fût de la pile considérée ;
Ei : Le module instantané de déformation (Ei = 34180 MPa).
Ev : Le module différé de déformation (Ev = 11393 MPa).
I : Le moment d’inertie du fût (I =0.7711 m4).
n : Nombre de fûts de la pile.

Page
98
Les déplacements sous efforts statiques et dynamiques de la semelle de la pile ont été
négligés en raison de l’ancrage de cette dernière sous le terrain naturel d’une part, et de
l’ancrage des pieux dans le substratum d’autre part.
Le tableau suivant récapitule les résultats trouvés :

Fût Appareil d’appui Appui


Appui ui (mm) uv(mm) Elastomères ui(mm) uv(mm) ki(t/m) kv(t/m)
C0 0 0 2x500x500x6(14+5) 2 1 500 1000
P1 0,143 0,428 4x500x600x6(14+5) 0,83 0,42 1024,63 1184,06
P2 0,274 0,823 4x500x600x6(14+5) 0,83 0,42 902,89 806,86
P3 0,074 0,222 4x500x600x6(14+5) 0,83 0,42 1102,09 1565,53
C5 0 0 2x500x500x6(14+5) 2 1 500 1000
Tableau 37: Rigidités des appuis

3. Effort dynamique de freinage


L’effort de freinage du système Bc, F= 30 t, se répartit entre les différents appuis de l’ouvrage
selon la relation : Fj = F  kij/kij (j = 0 à 5).

D’après la distribution des raideurs du paragraphe précédent, on obtient les efforts


suivants :

Appui Effort de freinage (t)


C0 3,72
P1 6,43
P2 5,72
P3 6,54
C5 3,72
Tableau 38: Distribution des efforts de freinages

Pour les calculs on retiendra la valeur de : 6.54 t pour les piles et 3.72 t pour les culées.

4. Effets dues aux variations linéaires


On adopte les notations suivantes :
𝑼𝒊 : Le déplacement de l’appui i ;
𝒅𝒊 : Le déplacement relatif de l’appui i par rapport à l’appui 1 ;
∆ 𝒍𝒊 : La variation de la longueur de la travée i ;
𝑯𝒍𝒊 : L’effort dû aux déformations appliqué à l’appui i ;
𝑲𝒍𝒊 : Rigidité vis-à-vis des déformations de l’appui.

Page
99
Figure 30: Répartition des charges linéaires

Les données sont les variations de la longueur ∆ 𝑙𝑖 de chaque travée calculées avec les
données suivantes :

 Dilatation linéaire relative de 1 10-4 pour les actions à courte durée ;


 Dilatation linéaire relative de 2 .10-4 pour les actions de longe durée ;
 Déformation relative de 3.10-4 imposé à la tête des appuis suite au retrait et fluage du
béton.

Donc pour les actions de courtes durées : ∆ 𝒍 = 𝟏 × 𝟏𝟎−𝟒 × 𝟐𝟖. 𝟐𝟓/𝟐 = 1.41 mm
Et pour les actions de longues durées : ∆ 𝒍 = 𝟐 + 𝟑 × 𝟏𝟎−𝟒 × 𝟐𝟖. 𝟐𝟓/𝟐= 7.06mm
On déduit le déplacement relative de l’appui i par rapport à l’appui 1 situé le plus gauche.
𝒊−𝟏

𝑼𝒊 − 𝑼 𝟏 = ∆ 𝒍𝒋 = 𝐝𝐢
𝒋=𝟏
𝒏
Des relations 𝑯𝒍𝒊 = 𝑲𝒍𝒊 × 𝑼𝒊 et 𝒋=𝟏 𝑯𝒋 = 𝟎 on déduit :
𝒏
𝟏 𝑲𝒍𝒊 × 𝒅𝒊
𝑼𝟏 = − 𝒏
𝟏 𝑲𝒍𝒊

Ainsi connaissant 𝑈1 , on détermine :


𝑼𝒊 = 𝑼𝟏 + 𝒅𝒊 Et 𝑯𝒍𝒊 = 𝑲𝒍𝒊 × 𝑼𝒊
Le tableau suivant récapitule les résultats trouvés :
Appui di (mm) Kli (t/m) Kli x di Ui Hi (t)
C0 -7.06 500 -3530 14.07 7.035
P1 -14.12 1024,63 -14467.77 7.01 7.18
P2 -21.18 902,89 -19123.21 -0.05 -0.45
P3 -28.24 1102,09 -31123.02 -7.11 -7.83
C1 -35.3 500 -17650 -14.17 -7.08
Tableau 39: Efforts dus aux variations linéaires

Pour les calculs on retiendra la valeur de : 7.83 t pour les piles et les culées.

Page
100
V. Vérification de la validité des appareils d’appui

1. Condition sur la distorsion


Il convient de vérifier la condition : H = H1+0.5H2 = (G x u1/T) + (H2/2ab) < 0.7G

Figure 31: Contrainte conventionnelle de calcul

Avec :
H : Contrainte conventionnelle de calcul ;
H1 : Contrainte correspondant aux efforts horizontaux statiques ;
H2 : Contrainte correspondant aux efforts horizontaux dynamiques

2. Condition sur la somme des contraintes de cisaillement


Il reste à contrôler que pour les différents cas de charges, la somme des contraintes de
cisaillement respecte la condition : N + H + < 5G
Avec :
N : C ontrainte de cisaillement due à l’effort normal : N = 1,5m / 
Où  : Coefficient de forme donné par la relation :  = ab/2t (a+b);
m : Contrainte moyenne de compression, elle est donnée par la formule :
m = Nmax/na x ab ; Avec na Le nombre d’appareils d’appui.

H : Contrainte conventionnelle de calcul définie précédemment;


 : Contrainte de cisaillement due à la rotation d’une face d’un feuillet par rapport à
l’autre face ; elle est donnée par la formule suivante :  = (G/2) (a/t)²t
Où t : L’angle de rotation, exprimé en radian, d’un feuillet élémentaire :
t = T /n ; Avec T L’angle de rotation de l’appareil d’appui : T =0 +  ;
0 = 3. 10-3 rad (tablier en béton coulé sur place) et  est la rotation calculée.

Page
101
3. Condition de non soulèvement
Elle est à vérifier lorsque les contraintes de cisaillement dues à la rotation sont susceptibles
d’atteindre des valeurs semblables à celles dues à l’effort normal.
t < (3/) (t/a)² (m/G)

4. Condition sur l’épaisseur des frettes

La condition à vérifier est : ts > (a/) (m, max /e)


Les frettes ont à priori une épaisseur de 5mm : e = 235 MPa.

5. Condition de non glissement


On doit vérifier : H < f.N
H et N étant concomitant (f = 0,12 + 0,2/min ; Avec min en MPa)
Si cette condition n’est pas vérifiée, il faudrait prévoir un dispositif d’anti-cheminement.
On a H=7.83t et N=307.12t.
Donc f.N=46.05t.
D’où la condition de non glissement est vérifié.

6. Tableau des résultats


Le tableau dans la page suivante résume les vérifications des appareils d’appui en
élastomère fretté pour les piles et les culées :

Appui Pile Culée


Appareil d’appui A 50 cm 50 cm
B 50 cm 60 cm
N 4 2
T 14 14
ts 5 5
Effort normal Nmax 854.67 t 480.77 t
Effort lent Nmin 614.24 t 307.12 t
Effort dynamique
H1 7.83 t 7.83 t
H2 6.54 t 3.72 t
Rotation (10-3) α 4.42 4.42
α0 3 3
Distorsion τH1 0.231 0.228
τH2 0.218 0.148
τH 0.34 0.302
Rotation τα 1.06 2.13

Page
102
Compression σmax 7.2 9.61
β 9.7 8.9
σ min 5.11 6.14
τN 1.11 1.62
Cisaillement τ 2.51 4.05
Non soulèvement (10-3) OK OK
Epaisseur des frettes (mm) 5>1.58 5>2.29
τH1 < 0.5G (MPa) 0.231<0.45 0.228≤0.45
τH < 0.7G (MPa) 0.34<0.63 0.302<0.63
τ< 5G (MPa) OK OK
Tableau 40: Vérification des appareils d’appui

Toutes les conditions sont bien vérifiées.

Conclusion
Nous adopterons pour les piles, les appareils d’appui :
a  b  n(t+ts) = 500  600  6(14+5)

Et nous adopterons pour les culées, les appareils d’appui :


a  b  n(t+ts) = 500  500  5(14+5)

Avec: ts=5mm épaisseur des frettes et n=6 nombre de feuillet.

Page
103
Etude des culées

Page
104
Une culée bien conçue doit satisfaire à toutes les exigences de la fonction culée, à savoir :

 Une bonne transmission des efforts au sol de fondation ;


 La limitation des déplacements horizontaux en tête, de façon à ne pas entraver le
fonctionnement des appareils d’appui ;
 La limitation des déplacements verticaux (tassement).

Dans ce chapitre, nous présenterons d’abord l’inventaire des charges sollicitant les culées.
Puis nous effectuerons la descente des charges. Enfin, nous déterminerons le ferraillage des
deux culées droite et gauche.

I. Culée gauche :

1. Inventaire des charges :

a) Charges permanentes :

La figure suivante présente les caractéristiques géométriques des culées :

Figure 32: culée gauche

Page
105
Figure 33: Les caractéristiques géométriques des culées

Pour chaque culée, nous déterminons la charge permanente en G (point situé au milieu de
la base de la semelle) due au poids des différents éléments constituants le tablier et la culée
considérée.

Charges verticales

Désignation N (t) gauche


Poids du tablier sur Ossatures 243.36
la culée Superstructures 53.07
Total : 296.43
Poids mort de la Corbeau 4.5
culée Mur garde-grève 7.8
Dalle de 88
Transition
Mur de front 221
Mur en retour 178.2
Semelle 99
Remblai sur semelle 725.12
Total 1620.05

Tableau 41: Charge permanente appliquée sur la culée droite

Poussée des terres :

Page
106
Figure 34: charge de la poussé des terres

La poussée des terres sur les différentes parties de la culée s’écrit sous la forme suivante :
𝐻𝑥 = 1/2. 𝐾𝑎. 𝛾. 𝑕1². 𝐿
1−𝑠𝑖𝑛𝜑
 𝐾𝑎 = 1+𝑠𝑖𝑛𝜑 = 0.3
 𝛾 = 2.00 𝑡/𝑚3

Le tableau ci-dessous récapitule les poussées sur les différentes parties de la culée.
Désignation H (t) culée gauche
Poussée sur le mur GG 5.44
Poussée sur la semelle 703.12
Poussée sur le mur de front 184.32
Total 842.19
Tableau 42: Poussée des terres appliquée sur la culée gauche

b) Actions de surcharges :
Surcharges sur remblai :
Sur les remblais d’accès aux ouvrages, on dispose une charge uniforme répartie sur toute
la largeur de la plate forme et d’intensité égale à 1t/m². Elle intervient dans la justification de
la stabilité des culées.
Surcharges routières :
Sur trottoir :

𝑇𝑅 = 0,15 × 1 × 2 × 13.87 = 𝟒. 𝟏𝟔 𝒕.

Système AL 1 travée :

Deux travées qui sont chargées, donc L = 55 m La charge qui en découle est :
𝑸(𝑳) = 𝟖𝟒 . 𝟖𝟎 𝒕

Page
107
Système Bc :
La charge découlant de la surcharge Bc est :
𝑸𝑩𝒄 = 𝟕𝟗. 𝟔 𝒕
Pour une travée chargée avec 𝑒𝑦 = 1.5. 𝑒𝑡 𝑒𝑥 = 0.

Figure 35: surcharge Bc


Système Mc120 :
La charge découlant de la surcharge Mc120 est :

𝑸𝑴𝒄𝟏𝟐𝟎 = 𝟗𝟏. 𝟕𝟎 𝒕

Pour une travée chargée avec 𝑒𝑦 = 1.85. 𝑒𝑡 𝑒𝑥 = 0.


Figure 36: surcharge Mc120
Le tableau ci-dessous récapitule les surcharges routières :

Types de surcharges Valeur N(T)

Trottoirs 4.16 T
A(l) 84,80 T
Bc 79,60 T
MC120 91,70 T
Tableau 43: Surcharges routières

Répartition des efforts de freinage:

D'après les résultats précédents on a les valeurs suivantes :


Types de charges Valeur H(T)

A(l) une voie 10 .62


A(l) deux voies 12.35
BC 30
Tableau 44: Les efforts de freinage

On prend donc la valeur max, soit : BC=30t.


En prenant la même distribution que pour le freinage Bc, la valeur maximale en découlant
est :
𝐹𝑟 = 6.54𝑡

c) Actions naturelles et climatiques :


Action du vent :

En général, on admet les hypothèses suivantes :


 Le vent souffle horizontalement dans une direction normale à l’axe longitudinal.

Page
108
 Les pressions appliquées aux surfaces sont statiques.
 L’intensité du vent vaut 2kN/m² pour les ouvrages en service.
Lorsque le vent souffle le pont est supposé porter aucune charge de chaussée ou de trottoir.

Alors l’action du vent qui s’exerce sur la culée est :


𝑄 = 3.19𝑡.

Retrait et dilatation :

La répartition des efforts dus au retrait et dilatation est définie comme suite :
C0 :3.42t
P1 :2.6t
P2 : 2.98t

d) Force centrifuge :

Vu la courbure du pont un poids P génère a son passage une force centrifuge qui
s’exprime comme suite :
𝑅 + 150
𝐹𝑐𝑒𝑛𝑡𝑟𝑖𝑓𝑢𝑔𝑒 = ∗𝑃
6𝑅 + 350
Avec R est le rayon du tablier.
Alors on a donc :
𝐹𝑐𝑒𝑛𝑡𝑟𝑖𝑓𝑢𝑔𝑒 = 33.75𝑡

2. Descente de charges :

a) Différents cas de charges:


Nous donnons dans le tableau ci-après les différents cas de charges possible que nous
allons utiliser dans la justification des appuis

Cas de Désignation N Ex Ey Mx My Hx Hy Z
charge
Cas1 Gmin 884.36
Cas2 Gmax 1641.27

Page
109
Cas3 Surcharge 4.16
trottoir

Cas4 Surcharge 32 0.5 16,00


dalle
transition

Cas5 5 AL 1 84,80
Travée
Cas6 Surcharge 79,60 1 .5 119,40
Bc

Cas7 Surcharge 91,70 1.85 169,65


Mc120

Cas8 Vent 37.82 4.79 9.35

Cas9 Freinage Bc 61.54 6.54 9.27

Cas10 Retrait 31.94 3.38 9.27


dilatation

Cas11 Force 1.5 50.625 33.75


centrifuge
Tableau 45: Cas de charge pour la culée gauche

b) Combinaison des charges :

Les combinaisons que nous allons adopter pour la descente des charges sont les
suivantes :
A l’état limite de service :

COMB 01 : CAS2 +CAS3+1,20CAS4+CAS10+1,2CAS11


COMB 02 : CAS2+CAS3+1,20CAS4+CAS10+1,2CAS11
COMB 03 : CAS2+CAS3+1,20CAS5+CAS10+1,2CAS11
COMB 04 : CAS2+CAS3+1,2CAS6+1,2CAS9+CAS10++1,2CAS11
COMB 05 : CAS2+CAS3+CAS7+CAS10+1,2CAS11
COMB 06 : CAS2+CAS8+CAS10+1,2CAS11
COMB07 :CAS1+CAS8+CAS10+1,2CAS11
COMB08 :CAS1+1,2CAS9+CAS10+1,2CAS11
COMB09 :CAS1+1,2CAS9+CAS10+1,2CAS11

A l’état limite ultime :

Page
110
COMB 10 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS4+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB 11 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS4+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB 12 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS5+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB 13 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,35CAS5+1,605CAS9+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB 14 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,35CAS7+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB15 : 1,35CAS2+1,5CAS8+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB16 : CAS1+1,5CAS8+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB17 : CAS1+1,605CAS9+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB18 : CAS1+1,605CAS9+1,35CAS10+1,6CAS11

c) Application des combinaisons :

Les calculs effectués sont regroupés dans le tableau suivant :

Combinaisons N My Mx Hx Hy
COMB 01 1683,83 60,75 111,16 3,38 45,29
COMB 02 1683,83 0 500.53 3,38 0
COMB 03 1747,19 0 310,33 8,82 0
COMB 04 1740,95 143,28 104,08 11,23 0
ELS

COMB 05 1737,13 169,65 310,33 3,38 0


COMB 06 1641,27 105,54 310,33 3,38 4,79
COMB 07 884,36 166,29 310,33 3,38 45,29
COMB 08 884,36 0 104,08 11,23 0
COMB 09 884,36 60,75 104,08 11,23 40,50
COMB 10 2273,75 81,25 250,68 11.56 54,17
COM B 11 2273,75 0 670,98 4,56 0
COMB12 2358,50 0 420,30 11,84 0
COMB13 2350,15 272,89 139,60 15,06 0
ELU

COMB14 2346,19 310,27 420,30 4,56 0


COMB15 2215,71 239,56 420,30 4,56 61,35
COMB16 884,36 239,56 420,30 4,56 7,19
COMB17 884,36 0 139,60 15,06 0
COMB18 905.31 00.00 1615.39 249,06 00.00
Tableau 46: Descente de charges pour la culée gauche

3. Stabilité de la culée gauche:


Sécurité au renversement

La culée à vide :
La culée est soumise aux forces suivantes :

 Poids propre
 Force de poussée des terres

Page
111
Poids propre :
𝑊 = 993.02𝑡
Forces de poussée des terres :
𝐹𝑎 = 222.04𝑡

On a donc :
𝑤 ∗ 𝑑2 + 𝐹𝑡 ∗ 𝑑3
𝐹𝑆 = = 2.03 > 1.5
𝐹𝑎 ∗ 𝑑1

Donc la culée est stable vis-à-vis le renversement

La culée en service :

La culée est soumise aux forces suivantes :

 Poids propre
 Force de poussée des terres
 Forces transmises par le tablier F
t
Poids propre :
F
W=993.02t
aw

Forces de poussée des terres : D


D
Fa=222.04 1
2

Forces transmises par le tablier : D

Ft= 296.43t 3

On a donc :
𝑤∗𝑑2+𝐹𝑡∗𝑑3
FS= =1.65>1.5
𝐹𝑎 ∗𝑑1

Donc la culée est stable vis-à-vis le renversement.

Sécurité au glissement

On a:
𝐶𝑎𝐵 + 𝑁𝑡𝑔𝛿
𝐹𝑆𝑔 =
𝑇

Avec
 Ca : adhésion sol mur.
 𝛿 : angle de frottement sol-mur
 T : composante horizontale de la réaction du sol.

Page
112
On suppose que Fa la poussée des terres agit horizontalement afin de se placer dans la
cas le plus défavorable, donc T=Fa.

La culée à vide :
𝐹𝑆𝑔 = 1.7 > 1.5

La culée en service :
𝐹𝑆𝑔 = 2.3 > 1.5

Donc la culée est stable vis-à-vis le glissement.

Sécurité au grand glissement :

Pour vérifier la stabilité de la pente sur la quelle s’accroche la culée on calcul le facteur de
sécurité Fs en utilisant la méthode de bishop à l’aide du logiciel TALREN.
On trouve :
𝐹𝑠 = 1.49 > 1
Donc la pente est stable.

Figure 37: calcul du facteur de sécurité à l'aide du logiciel TALREN

4. Ferraillage des culées :

a) Hypothèses de calcul :

 Les règlements BA utilisées : B,A,E,L 91,


 La fissuration est considérée comme préjudiciable

Béton :

 La résistance caractéristique fc28 du béton en compression à 28 jours d’âge est


supposée égale à 𝑓𝑐28 = 25 𝑀𝑃𝑎

Page
113
La résistance de calcul en flexion est : 𝑓𝑏𝑢 = 0,85 × 𝑓𝑐28 / 𝛾𝑏 ;
Avec, 𝛾b = 1,5 donc : fbu = 14,17 MPa ;
 La résistance du béton à la traction : 𝑓𝑡28 = 2,10 𝑀𝑃𝑎 ;
 Coefficient de poisson : 𝜈 = 0,2 à l’ELS et 𝜈= 0 à l’ELU ;

Acier :
 L’acier retenu est du Fe E500 de type 1 ;

Il s’agit d’un acier de limite élastique : 𝑓𝑒 = 500 𝑀𝑃𝑎 ;


 La contrainte limite de service est : 𝜍𝑠 = 240 𝑀𝑃𝑎 ;
 Enrobage des aciers : 3 cm (ou 5 cm pour les éléments de grandes dimensions tels
que : les semelles et les fûts),

b) Mur garde-grève :

Sollicitations :
On néglige l’effet des charges verticales (venant en déduction des moments produits par
les forces horizontales), Il reste donc les forces horizontales suivantes :

La poussée des terres :

Le moment du à la poussée des terres derrière le mur est :

𝑴𝒕 = 𝜸 × 𝑲𝒂 × 𝒉𝟑 /𝟔
Avec :
 𝜸 = 2 t/m3
 Ka = 0,3 e
 h = 1. 35 m
Soit :
𝑴𝒕 = 𝟎. 𝟐𝟒𝟔 𝒕. 𝒎/𝒎𝒍

La poussée d’une charge locale située derrière le mur :

Page
114
Le moment fléchissant maximum est obtenu pour le système Bc, Il a pour valeur :
𝟏.𝟑𝟓
𝑴𝒑 = 𝟏𝟐𝑲 / (𝟎, 𝟕𝟓 + 𝟐𝒉) ∗ (𝒉 − 𝒙) /(𝟎, 𝟐𝟓 + 𝒙) 𝒅𝒙
𝟎

Le coefficient K a pour valeur :


𝑲 = 𝑲𝒂 × 𝜹 × 𝒃𝒄 × 𝜸 = 𝟎, 𝟒𝟑
Avec bc = 1,1, 𝛿 = 1, 𝛾 = 1,2 coefficient de pondération.
Soit :
𝑴𝒑 𝟐. 𝟒𝟐 𝒕. 𝒎/𝒎𝒍
Effet de freinage d’un essieu lourd du camion Bc :
D'après les résultats précédents on a pour les deux culées les valeurs suivantes :

𝑴𝒇 = 𝟔, 𝟐𝟕 × 𝟏, 𝟐 × 𝒉 / (𝟎, 𝟐𝟓 + 𝟐𝒉) = 𝟑, 𝟒𝟒 𝒕, 𝒎/𝒎𝒍


a) Combinaisons de calcul :
Le moment total dans la section d’encastrement du mur garde-grève :
 À l’ELU : M = 1,35Mt + 1,6Mp + 1,6Mf = 9.70 t.m/ml
 À l’ELS : M = Mt + Mp + Mf = 6.1 t.m/ml

Armatures :
a) Aciers verticaux dans le mur :

 sur la face arrière (en contact avec les terres) :

Les données sont : M = 9.70 tm/ml, b = 1,00 m et h = 0,30 m

La section d’armatures requise est :

A = 12,05 cm²/ml,

Soit :
8 HA 14/ml

 sur la face avant :

On respecte le ferraillage minimal préconisé par le PP73, soit des armatures HA12 avec
un espacement e = 20cm.

b) Aciers horizontaux dans le mur :

Page
115
On respecte le ferraillage minimal préconisé par le PP73, soit des armatures HA10 avec
un espacement e = 15cm sur les deux faces.

Figure 38: ferraillage du mur garde grève

c) Corbeau d’appui de la dalle de transition :

On adopte le ferraillage type défini au paragraphe 2,2,6 de la pièce 1,3,2 du PP73, Soit
des armatures horizontales 8 HA 10 et des armatures de peau HA10 espacées de 10 cm,

d) Dalle de transition :
Sollicitations :
a) Réaction de charge permanente :

 Poids propre : 2.5*0,3 = 1.2 t/m²

 Revêtement : 0,07*2.3 = 0.16 t/m²

 Remblai : 2*(1.35-0,3) = 2.1 t/m²

D’où g = 3.46t/m2 de largeur de dalle


b) Réaction des surcharges :
On appliquera le système Bt avec des valeurs pour les charges P1 et P2 (voir pp73)
moins défavorables que celles proposées par le pp73 (pièce 1,3,2 paragraphe 2,2,2,3).
L’application du système Bt revient à considérer deux charges en lame de couteau
espacées de 1,35 m de densité q = 4t/ml.

Figure 39: Surcharges Bt sur dalle de transition

Page
116
Ces charges sont affectées d’un coefficient de majoration dynamique de 1,27 :
𝑷𝟏 = 𝑷𝟐 = 𝟏, 𝟐𝟕𝒒 = 𝟓. 𝟎𝟖 𝒕/𝒎𝒍
On obtient ainsi :
𝑹𝒃 = [𝑷𝟏 × 𝟑, 𝟔 + 𝑷𝟐 × (𝟑, 𝟔 − 𝟏, 𝟑𝟓)]/𝟑, 𝟔 = 𝟖. 𝟐𝟓 𝒕/𝒎𝒍.
Réaction totale :
𝑹𝒅 = 𝑹𝒃 + 𝒈 = 𝟐𝟐. 𝟎𝟗 𝒕/𝒎𝒍 𝒅𝒆 𝒍𝒂𝒓𝒈𝒆𝒖𝒓 𝒅𝒆 𝒅𝒂𝒍𝒍𝒆 𝒅𝒆 𝒕𝒓𝒂𝒏𝒔𝒊𝒕𝒊𝒐𝒏
Armatures :
Le moment total est égale à :
M = Rd× 3/8=8.9 t.m/ml
Ce qui nécessite une section d’armatures A = 5. 32 cm²/ml, soit 5HA12 e=20
Ainsi, et selon le guide de SETRA dalle de transition des ponts routes (page 15) on a :

Ferraillage

Armatures longitudinales Supérieures 23 HA10

Inférieures 40 HA12

Armatures transversales Supérieures 7 HA10

Inférieures 17 HA12

Tableau 47: Armatures à prévoir pour la dalle de transition

e) Mur en retour :

Nous calculons le mur sous les actions suivantes :


 Poids propre y compris les superstructures.
 Poussée horizontale répartie.
 Les charges concentrées qui sont appliquées à 1 m de l'extrémité théorique du mur
et comprennent une charge verticale de 4t et une charge horizontales de 2t.

Les efforts horizontaux :


 Poussée des terres : Pt =26.22 t /ml.
 Poussée des surcharges sur remblai :11.2t/ml
 Poussée de la surcharge concentrée (2t):8t

Les moments :
 Poussée des terres : Mt = 81.7 t.m /ml.
 Poussée des surcharges sur remblai : Msr =44.8 t.m /ml.
 Poussée de la surcharge concentrée : 7.48t.m.

Page
117
Les combinaisons :
 ELU : MELU = 1.35 Mt +1.6 (Msr +Msc) = 301.6 t.m /ml.
 ELS: MELS = Mt +1.2 (Msr +Msc) = 225.2 t.m /ml.

Les efforts verticaux :


 Poids propre du mur : PG =96.6 t /ml.
 Poussée de la surcharge concentrée (4t) : Psc = 4,8 t.
 Poids propre de la superstructure: Psu = 0,3 t/ml.

Les moments :
 Poids propre du mur : MG = 96.6 x (9.35/2) = 451.6 t.m /ml.
 Poids propre de la superstructure: Msu = 0,3 x 0.8 = 0,24 t.m/ml.
 Poussée de la surcharge concentrée : Msc = 4,8 x 10.4 = 49.92 t.m.

Les combinaisons :
 ELU: MELU = 1.35 (MG + Msu ) +1.6 Msc = 685.05 t.m /ml.
 ELS: MELS = (MG + Msu )+1.2 Msc = 511.7 t.m /ml.

Armatures :

Zone 1

Armatures pour le moment d’axe horizontal :
Armatures internes : 26cm2 /ml
Armatures externes : 5.32cm2 /ml

 Armatures pour le moment d’axe vertical :


Armatures internes 8.022 /ml
Armatures externes : 5.32cm2 /ml

Zone 2
 Armatures pour le moment d’axe horizontal :
Armatures internes : 10.05cm2 /ml
Armatures externes : 5.32cm2 /ml

 Armatures pour le moment d’axe vertical


Armatures internes : 5.32cm2 /ml
Armatures externes : 5.32cm2 /ml

Page
118
Figure 40: ferraillage du mur en retour

5. Vérification des contraintes à l’ELS :

En fissuration préjudiciable :
 σst = min (2/3ƒe , 110 (nƒtj) 1/2 ) = 207,3MPa.
 σbc = 0,6 fc28 = 21MPa.

𝛔𝐛𝐜 = 𝟏𝟗. 𝟖𝟑 < 21. 𝑉é𝐫𝐢𝐟𝐢𝐞


𝛔𝐬𝐭 = 𝟐𝟎𝟐 < 207.3. 𝑉é𝐫𝐢𝐟𝐢𝐞

Mur frontal :

Evaluation des charges et surcharges :

Le mur frontal est encastré sur la semelle, et travaille à la flexion composée car il est
sollicité par :

Forces verticales :
 Réaction du tablier du à la charge permanente.
 Poids propre du corbeau et de mur garde grève.
 Leur poids propre.
Forces horizontales :
 Poussée des terres.
 Forces de freinage d’un essieu lourd du camion Bc.

Le tableau suivant donne l’ensemble des moments et efforts agissants sur le mur frontal

Désignation N (t) gauche


Poids du tablier Ossatures 243.36
Superstructures 53.07

Page
119
Total : 296.43
Autres charges Corbeau 4.5
Mur garde-gréve 7.8
Dalle de 88
Transition
Poids propre 221
Mur en retour 178.2
Poussées des terres 218.04
Surcharges sur 11.22
remblai
Total 1025.19
Tableau 48: moments et efforts agissants sur le mur frontal

Tableauci-dessous
On donne dans le tableau : les différents cas de charges possibles :

Cas de Désignation N Ex Ey Mx My Hx Hy Z
charge
Cas1 G 883.15

Cas3 Surcharge 4.16


trottoir

Cas4 Surcharge 64 2.5 160,00


dalle
transition

Cas5 5 AL 1 84,80
Travée
Cas6 Surcharge 79,60 1 .5 119,40
Bc

Cas7 Surcharge 91,70 1.85 169,65


Mc120

Cas8 Vent 3.19

Cas9 Freinage Bc 30.57 6.54 4.67

Cas10 Retrait 15.44 3.38 4.67


dilatation

Cas11 Poussée des 26.31


terres
Tableau 49: cas de charges possibles

Page
120
6. Récapitulatif des efforts :

La culée à vide :
Effort normal :
ELS : N =823.4t
ELU: N = 934.93t

Moment
ELS : M =87.5tm
ELU: M =100.1tm

La culée en service :
Effort normal :
ELS : N =1042.86
ELU: N = 1432.49 t

Moment
ELS : N =64.58tm
ELU: N =87.18tm

Ferraillage :

Culée à vide
Les armatures longitudinales :
Armatures internes : 23.3 cm2 /ml
Armatures externes : 10.9cm2 /ml

Les armatures transversales :


Armatures internes : 8.6cm2 /ml
Armatures externes : 5.12cm2 /ml

Culée en service
Les armatures longitudinales :
Armatures internes : 18.4 cm2 /ml
Armatures externes : 9.9cm2 /ml

Les armatures transversales :


Armatures internes : 8.6cm2 /ml
Armatures externes : 5.12cm2 /ml

Condition de non fragilité :


As ≥ 0,23bdft28 / fe (As : section des armateurs tendus)
17.9 > 0,23 x 1 x1,08 x 2,7 /500 = 13,41 cm2. Vérifie.

Vérification :
On fait la vérification à L’E.L.S:

Page
121
𝜍𝑏𝑐 = 9.94 𝑀𝑃𝑎 < 𝜍𝑏𝑐 = 18𝑀𝑃𝑎

II. Culée droite

Figure 41: culée droite

1. Inventaire des charges

a) Charge permanente
Pour chaque culée, nous déterminons la charge permanente en G (point situé au milieu
de la base de la semelle) due au poids des différents éléments constituants le tablier et la
culée considérée.

Charges verticales :

Désignation N (t)
Poids du tablier sur Ossatures 243.36
la culée Superstructures 53.07
Total : 296.43
Poids mort de la Corbeau 4.5
culée Chevêtre 21
Mur garde-gréve 7.8
Dalle de 88
Transition
Mur de front 25
Mur en retour 7.755
Semelle 35

Page
122
Remblai sur semelle 38.4
Total 443.95
Tableau 50: Charge permanente verticale appliquée sur la culée droite

Poussée des terres :


Désignation H (t) culée droite
Poussée sur le mur GG 5.44
Poussée sur la semelle 84
Poussée sur chevêtre 12.15
Poussée sur le mur de front 9.6
Total 111.19
Tableau 51: charge de la poussée des terres sur la culée droite

b) Surcharges sur remblai :


Sur les remblais d’accès aux ouvrages, on dispose une charge uniforme répartie sur toute
la largeur de la plate forme et d’intensité égale à 1t/m². Elle intervient dans la justification de
la stabilité des culées.

Cas de Désignation N Ex Ey Mx My Hx Hy Z
charge
Cas1 Gmin 474.87
Cas2 Gmax 506.71

Cas3 Surcharge 4.16


trottoir

Cas4 Surcharge 64 0.5 32


dalle
transition

Cas5 5 AL 1 84,80
Travée
Cas6 Surcharge 79,60 1 .5 119,40
Bc

Cas7 Surcharge 91,70 1.85 169,65


Mc120

Cas8 Vent 12,84 3.19 4.025

Cas9 Freinage 61.54 6.54 9.45


Bc

Cas10 Retrait 31.94 3.38 9.45


dilatation

Page
123
Cas11 Force 312 .86 33.75 9 .27
centrifuge
Tableau 52: Cas de charge pour la culée droite

2. Combinaison des charges :


Les combinaisons que nous allons adopter pour la descente des charges sont les
suivantes:
A l’état limite de service :
COMB 01 : CAS2 +CAS3+1,20CAS4+CAS10+1,2CAS11
COMB 02 : CAS2+CAS3+1,20CAS4+CAS10+1,2CAS11
COMB 03 : CAS2+CAS3+1,20CAS5+CAS10+1,2CAS11
COMB 04 : CAS2+CAS3+1,2CAS6+1,2CAS9+CAS10++1,2CAS11
COMB 05 : CAS2+CAS3+CAS7+CAS10+1,2CAS11
COMB 06 : CAS2+CAS8+CAS10+1,2CAS11
COMB07 :CAS1+CAS8+CAS10+1,2CAS11
COMB08 :CAS1+1,2CAS9+CAS10+1,2CAS11
COMB09 :CAS1+1,2CAS9+CAS10+1,2CAS11
A l’état limite ultime :
COMB 10 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS4+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB 11 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS4+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB 12 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS5+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB 13 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,35CAS5+1,605CAS9+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB 14 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,35CAS7+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB15 : 1,35CAS2+1,5CAS8+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB16 : CAS1+1,5CAS8+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB17 : CAS1+1,605CAS9+1,35CAS10+1,6CAS11
COMB18 : CAS1+1,605CAS9+1,35CAS10+1,6CAS11

3. Application des combinaisons :


Les calculs effectués sont regroupés dans le tableau suivant.
Combinations N My Mx Hx Hy
COMB 01 629.17 00.00 269.69 30,57 00.00
COMB 02 629,17 00.00 -194.37 30,57 00.00
COMB 03 654,13 00.00 -2.37 36,01 00.00
COMB 04 647.89 143.28 29.22 38,42 00.00
COMB 05 644.07 169.65 -2.37 30,57 00.00
COMB 06 548.21 12.84 -2.37 30,57 3,19
COMB 07 515.37 12.84 2.88 30,57 3,19
COMB 08 515.37 00.00 34.47 38,42 00.00
COMB 09 515.37 00.00 498.53 38,42 00.00

Page
124
COMB 10 848.81 00.00 348.11 36,71 00.00
COM B 11 848.81 00.00 -260.00 41,27 00.00
COMB12 882.19 00.00 -3.20 48,55 00.00
COMB13 873.84 191.64 39.05 51,77 00.00
COMB14 868.88 229.02 -3.20 41,27 00.00
COMB15 739.41 19.26 -3.20 41,27 4,79
COMB16 528.87 19.26 7.64 31,75 4,79
COMB17 528.87 00.00 49.89 42,25 00.00
COMB18 528.87 00.00 676.38 42,25 00.00
Tableau 53 : Descente de charges pour la culée droite

4. Stabilité de la culée gauche:


Sécurité au renversement

La culée est soumise aux forces suivantes :

 Poids propre
 Force de poussée des terres
 Forces transmises par le tablier
Poids propre :
𝑊 = 212𝑡
Forces de poussée des terres :
𝐹𝑎 = 27.19𝑡
Forces transmises par le tablier :
𝐹𝑡 = 296.43𝑡

La culée à vide :

𝑤 ∗ 𝑑2 + 𝐹𝑡 ∗ 𝑑3
𝐹𝑆 = = 16.80 > 1.5
𝐹𝑎 ∗ 𝑑1

La culée en service:
𝑤 ∗𝑑2+𝐹𝑡∗𝑑3
F𝑆 = = 11.22 > 1.5
𝐹𝑎 ∗𝑑1

Donc la culée est stable vis-à-vis le renversement

Sécurité au glissement
On a :
𝐶𝑎𝐵 + 𝑁𝑡𝑔𝛿
𝐹𝑆𝑔 =
𝑇
Avec
 Ca : adhésion sol mur.
 𝛿 : angle de frottement sol-mur
 T : composante horizontale de la réaction du sol.

Page
125
On prend Fa la poussée des terres horizontale pour se placer dans la cas le plus
défavorable.
La culée à vide :
𝐹𝑆𝑔 = 2.13 > 1.5

La culée en service :
𝐹𝑆𝑔 = 7.17 > 1.5

Alors la culée est stable vis-à-vis le glissement.

Sécurité au grand glissement.

Pour vérifier la stabilité de la pente sur la quelle s’accroche la culée on calcul le facteur de
sécurité Fs en utilisant la méthode de bishop à l’aide du logiciel TALREN.
On trouve :
𝐹𝑠 = 1.85 > 1
Donc la pente est stable.

Figure 42: calcul du facteur de sécurité à l'aide du logiciel TALREN

5. Ferraillage de la culée :

a) Mur en retour :
Nous calculons le mur sous les actions suivantes :
 Poids propre y compris les superstructures

Page
126
 Poussée horizontale répartie
 Charges concentrées vers l’extrémité du mur

Sollicitations :
La poussée des terres :
Le moment dû à la poussée des terres derrière le mur est : 𝑴𝒕 = 𝜸 × 𝑲𝒂 × 𝒉 𝟑/𝟔
Avec 𝜸 = 2 t/m3, Ka = 0,3 et h = 1. 35 m
Soit :
𝑴𝒕 = 𝟎. 𝟐𝟒𝟔 𝒕, 𝒎/𝒎𝒍

La poussée d’une charge locale située derrière le mur :


Le moment fléchissant maximum est obtenu pour le système Bc, Il a pour valeur :
𝟏.𝟑𝟓
𝑴𝒑 = 𝟏𝟐𝑲 / (𝟎, 𝟕𝟓 + 𝟐𝒉) ∗ (𝒉 − 𝒙) / (𝟎, 𝟐𝟓 + 𝒙)𝒅𝒙
𝟎

Le coefficient K a pour valeur :


𝑲 = 𝑲𝒂 × 𝜹 × 𝒃𝒄 × 𝜸 = 𝟎, 𝟒𝟑
Avec bc = 1,1 , 𝛿 = 1, 𝛾 = 1,2 coefficient de pondération,
Soit :
𝑴𝒑 𝟐. 𝟒𝟐 𝒕. 𝒎/𝒎𝒍
a) Effet de freinage d’un essieu lourd du camion Bc :
𝑴𝒇 = 𝟔, 𝟐𝟕 × 𝟏, 𝟐 × 𝒉 / (𝟎, 𝟐𝟓 + 𝟐𝒉) = 𝟑, 𝟒𝟒 𝒕. 𝒎/𝒎𝒍
Combinaisons de calcul :
Le moment total dans la section d’encastrement du mur garde-grève :
À l’ELU : 𝑴 = 𝟏, 𝟑𝟓𝑴𝒕 + 𝟏, 𝟔𝑴𝒑 + 𝟏, 𝟔𝑴𝒇 = 𝟗. 𝟕𝟎 𝒕. 𝒎/𝒎𝒍
À l’ELS : 𝑴 = 𝑴𝒕 + 𝑴𝒑 + 𝑴𝒇 = 𝟔. 𝟏 𝒕. 𝒎/𝒎𝒍
Armatures :
c) Aciers verticaux dans le mur :
 sur la face arrière (en contact avec les terres) :

Les données sont : M = 9.70 t,m/ml, b = 1,00 m et h = 0,30 m La section d’armatures requise
est

A = 12,05 cm²/ml, Soit 8 HA 14/ml,

 sur la face avant :

Page
127
On respecte le ferraillage minimal préconisé par le PP73, soit des armatures HA12 avec un
espacement e = 20cm,
d) Aciers horizontaux dans le mur :
On respecte le ferraillage minimal préconisé par le PP73, soit des armatures HA10 avec
un espacement e = 15cm sur les deux faces,

b) Corbeau d’appui de la dalle de transition :


On adopte le ferraillage type défini au paragraphe 2,2,6 de la pièce 1,3,2 du PP73, Soit
des armatures horizontales 8 HA 10 et des armatures de peau HA 10 espacées de 10 cm,
Dalle de transition :
a) Sollicitations :
Réaction de charge permanente :

 Poids propre : 2.5*0.3 = 1.2 t/m²

 Revêtement : 0,07*2.3 = 0.16 t/m²

 Remblai : 2*(1.35-0,3) = 2.1 t/m²


D’où g = 3.46t/m2 de largeur de dalle
Réaction des surcharges :
On appliquera le système Bt avec des valeurs pour les charges P1 et P2 (voir pp73) moins
défavorables que celles proposées par le pp73 (pièce 1,3,2 paragraphe 2,2,2,3), L’application
du système Bt revient à considérer deux charges en lame de couteau espacées de 1,35 m de
densité q = 4t/ml .

Ces charges sont affectées d’un coefficient de majoration dynamique de 1,27 :


P1 = P2 =1,27q = 5.08 t/ml
On obtient ainsi :
Rb = [P1×3,6+ P2×(3,6-1,35)]/3,6 = 8.25 t/ml.

Page
128
Réaction totale :
Rd = Rb+ g = 22.09 t/ml de largeur de dalle de transition
Armatures :
Le moment total est égale à :
M =8.9 t.m/ml
Ce qui nécessite une section d’armatures A = 16 cm²/ml, soit HA20 e=20

c) Mur en retour :

Nous calculons le mur sous les actions suivantes :


 Poids propre y compris les superstructures
 Poussée horizontale répartie
 Les charges concentrées qui sont appliquées à 1 m de
l'extrémité théorique du mur et comprennent une charge
verticale de 4t et une charge horizontales de 2t.

Sollicitations
 Actions verticales :

Tv=e*l*h/2+0.55*3.3+4=9.39t
Alors le moment sollicitant est Mv=19tm

 Actions horizontales :

Th=(h /3+0.5)*h/2*l+2=8.25t
Donc le moment sollicitant est Mv=13.4tm

Ferraillage :

Armatures verticales
On a Mv=19tm, b=0.3m, h=2.25m A=4cm2(8HA10).

Armatures horizontales
On a Mv=13.4tm, b=2.5m, h=0.26m A=23.46cm2(8HA20).

Les armatures pour la face interne du mur :

On a une section de 23,46 cm2, soit 14 HA 16. La moitié de cette section d’armatures, soit
7HA 16 sera disposée sur le quart supérieur de la hauteur d’attache, soit sur 0,7 m (7HA 16,
espacement de 10cm) L’autre moitié de cette section d’armatures, soit 7HA16 sera disposée
sur le trois quarts inférieurs de la hauteur d’attache, soit sur 1 .77 𝑚 (7 HA16, espacement
de 26cm)

Page
129
Les armatures pour la face externe du mur :

 Ferraillage minimal :
D’après le PP73, le ferraillage minimal à prévoir dans le mur sera de 2 cm²/ml sur les deux
faces et dans les deux directions horizontales e t verticales,

 Les armatures verticales :


Les armatures verticales sont proposées par le PP73, soit des cadres HA 10 tous les 30 cm,
car l’effort tranchant dans notre cas est faible.

Mur frontal :

Evaluation des charges et surcharges :

Le mur frontal est encastré sur la semelle, il travaille à la flexion composée car il est
sollicité par :

Forces verticales :
 Réaction du tablier du à la charge permanente.
 Poids propre du corbeau et de mur garde grève.
 Leur poids propre.

Forces horizontales :
 Poussée des terres.
 Forces de freinage d’un essieu lourd du camion Bc.

Le tableau suivant donne l’ensemble des moments et efforts agissants sur le mur frontal

Désignation N (t) gauche


Poids du tablier Ossatures 243.36
Superstructures 53.07
Total : 296.43
Autres charges Corbeau 4.5
Mur garde-gréve 7.8
Dalle de 88
Transition
Poids propre 25
Mur en retour 7.755
Poussées des terres 27.19
Surcharges sur 20.16
remblai
Total 476.83
Tableau 54: efforts sur le mur frontal

Page
130
Tableauci-dessous
On donne dans le tableau : les différents cas de charges possibles :

Cas de Désignation N Ex Ey Mx My Hx Hy Z
charge
Cas1 G 474.87

Cas3 Surcharge 4.16


trottoir

Cas4 Surcharge 64 2.5 160,00


dalle
transition

Cas5 5 AL 1 84,80
Travée
Cas6 Surcharge 79,60 1 .5 119,40
Bc

Cas7 Surcharge 91,70 1.85 169,65


Mc120

Cas8 Vent 3.19

Cas9 Freinage Bc 30.57 6.54 4.67

Cas10 Retrait 15.44 3.38 4.67


dilatation

Cas11 Poussée des 30.36 27.19 1.11


terres
Tableau 55: Cas de charge pour la culée droite

Tableau :

d) Récapitulatif des efforts :


La culée à vide :
Effort normal :
ELS : N =589.13t
ELU: N = 892.49 t

Moment
ELS : M =33.16tm
ELU: M =45.03tm

La culée en service :

Page
131
Effort normal :
ELS : N =799.13t
ELU: N = 1078.8.49 t

Moment
ELS : N =24.25tm
ELU: N =32.85tm

Ferraillage :
Culée à vide
Les armatures longitudinales :
Armatures internes : 23.3 cm2 /ml
Armatures externes : 10.9cm2 /ml

Les armatures transversales :


Armatures internes : 8.6cm2 /ml
Armatures externes : 5.12cm2 /ml

Culée en service
Les armatures longitudinales :
Armatures internes : 21.1 cm2 /ml
Armatures externes : 13.93cm2 /ml

Les armatures transversales :


Armatures internes : 6.7cm2 /ml
Armatures externes : 5.12cm2 /ml

Page
132
Etude des piles

Page
133
Introduction

Elles se distinguent des culées par le fait qu’elles sont à l’air libre sur la plus grande partie de
leur hauteur et qu’elles ne transmettent pas des réactions horizontales importantes. Dans ce
chapitre, nous présenterons, d’abord, l’inventaire des charges et leurs combinaisons. Puis, nous
effectuerons la descente des charges. Par la suite, nous vérifierons les semelles des piles. Et
finalement, nous déterminerons le ferraillage des chevêtres, des fûts et des semelles.

I. Inventaire des charges :

1. Charges permanentes :
Nous déterminons la charge permanente due au poids des différents éléments
constituants le tablier et la pile. La charge minimale Gmin est calculée en réduisant le poids
volumique du béton des voiles et de la semelle à 1,5 t/m3. (Déjaugeage en cas de crue).

Les résultats en tonnes figurent dans le tableau ci-dessous :

Désignation N (t) pile1 N (t) pile2

Ossatures 243.36 243.36

Poids propre des voiles 166.95 234.21


Semelle 310 310
poids total 501.31 769.57
Superstructures 105.45 105.45
Gros béton 637.56 455.4
déjaugeage des voiles 166.95 217.26
déjaugeage de la semelle 310 186
déjaugeage du Gros béton 637.56 297
terre sur semelle 548.4 438
terre sur gros béton 352.5 172.9
Gmin 2124.13 1673.29
Gmax 2166.31 1983.29
Tableau 56: Charges permanentes appliquées à chacune des piles

Pour faciliter les calculs dans la descente des charges on prend la même charge permanente
maximale pour toutes les piles : 2166.3t.

2. Surcharges routières
Rappel des données :

Page
134
 Classe du pont : 1
 Largeur changeable Lc : 8,00 m
 Nombre de voies : 2
 Largeur nominale de voies vo : 3,50 m
 Largeur de voie : 4,00 m
 Portée L : 25,00 m
 a1 = 1 , a2 = 3,5/4 = 0,875 , bc = 1,1 , bt = 1.
 Les coefficients de majoration dynamique : b =1.0899et c = 1.0876.

Système AL:

𝑨(𝑳) = 𝟎, 𝟐𝟑 + 𝟑𝟔/(𝑳 + 𝟏𝟐)

La charge qui en découle est : 𝑄(𝐿) = 𝑎1 × 𝑎2 × 𝐴(𝐿) × 𝐿𝑐 × 𝐿/2,

D’où 𝑸(𝑳) = 𝟖𝟒 . 𝟖𝟎 𝒕

Système Bc :
La charge découlant de la surcharge Bc est : 𝑸 𝑩𝒄 = 𝟕𝟗. 𝟔 𝒕
Pour une travée chargée avec 𝑒𝑦 = 1.5. 𝑒𝑡 𝑒𝑥 = 0.

Système Mc120 :
La charge découlant de la surcharge Mc120 est : 𝑸𝑴𝒄𝟏𝟐𝟎 = 𝟗𝟏. 𝟕𝟎 𝒕
Pour une travée chargée avec 𝑒𝑦 = 1.85. 𝑒𝑡 𝑒𝑥 = 0.

Types de surcharges Valeur N(T)

Trottoirs 4.16 T
A(l) 84,80 T
Bc 79,60 T
MC120 91,70 T
Tableau 57: Surcharges routières

Sur trottoir :

TR = 0,15×1×2×55= 16.5 t.

Répartition des efforts de freinage:

D'après les résultats précédents on a les valeurs suivantes :

Page
135
Types de charges Valeur H(T)

A(l) une voie 10 .62


A(l) deux voies 12.35
BC 30
Tableau 58: Les efforts de freinage

On prend donc la valeur max, soit : 𝐵𝐶 = 30𝑡


En prenant la même distribution que pour le freinage Bc, la valeur maximale en découlant
est
𝐹𝑟 = 6.7𝑡

3. Actions naturelles et climatiques :


Action du vent :
En général, on admet les hypothèses suivantes :
 Le vent souffle horizontalement dans une direction normale à l’axe longitudinal.
 Les pressions appliquées aux surfaces sont statiques.
 L’intensité du vent vaut 2kN/m² pour les ouvrages en service.

Lorsque le vent souffle le pont est supposé porter aucune charge de chaussée ou de trottoir.
Alors l’action du vent qui s’exerce sur la culée est Q=19.462t.

Retrait et dilatation :

La répartition des efforts dus au retrait et dilatation est définie comme suit :
Culée 0 :2.65t
Pile 1 :2.98t
Pile 2 :2.07t

Force centrifuge :
Vu la courbure du pont un poids P génère a son passage une force centrifuge qui
s’exprime comme suite :
𝑅+150
𝐹𝑐𝑒𝑛𝑡𝑟𝑖𝑓𝑢𝑔𝑒 = 6𝑅+350 × 𝑃 avec R est le rayon du tablier

Alors on a :
𝐹𝑐𝑒𝑛𝑡𝑟𝑖𝑓𝑢𝑔𝑒 = 33.75𝑡

La force du courant :

Les efforts engendrés par l’eau sur une pile sont évalués par la formule :

Page
136
𝑯 = 𝟐𝒌 × 𝑸𝒘 × 𝒉 × 𝒃 × 𝒗².

Ci-dessous, on retrouve la figure 8.2 qui illustre l’action de cette force sur la pile :

La force par mètre linière exercée par l’eau :

 sur le fût au niveau des plus hautes eaux est : 𝒑 = 𝟐𝒌 × 𝑸𝒘 × 𝒃 × 𝒗²


Avec k = 0,72, Qw = 1 t/m3, b=2,00 m et v = 3 m/s.
On aura donc P=25.92t/ml
Ainsi 𝐻1 = 35.51𝑡

 sur la semelle est : p = 2k×Qw×b×v²


Avec k = 0,72, Qw = 1 t/m3, b=8,00 m et v = 0,81 m/s.
On aura donc p=7.5t/ml
Ainsi 𝐻2 = 9𝑡

L’action H engendre au centre de gravité de la semelle un moment égale à :

H (t) d (m) Mx (t.m)

Force 9 1.2 10.8


hydrodynamique
sur la semelle

Force 35.51 2.57 91.26


hydrodynamique
sur les fûts

Tableau 59: moment au centre de gravité de la semelle

II. Descente de charges :

On donne dans le tableau ci-dessous les différents cas de charges possibles qu’on va
utiliser dans la justification des appuis :

Cas de Désignation N Ex Ey Mx My Hx Hy Z
charge
Cas1 Gmin 2124.13 1.5 365.04
Cas2 Gmax 2166.31 1.5 365.04

Cas3 Surcharge 16.5


trottoir

Cas5 AL 1 84,80 1.5 127.2


Travée

Page
137
Cas6 Surcharge 79,60 1 .5 119,40
Bc

Cas7 Surcharge 91,70 1.85 169,65


Mc120

Cas8 Vent 266.11 19.462 13.67

Cas9 Freinage Bc 85.02 6.54 13

Cas10 Retrait 26.91 2.07 13


dilatation

Cas11 Force 461.36 33.75 13.67


centrifuge
Tableau 60: Les différents cas de charges pour la semelle sous chaque pile

Combinaisons des charges : Les combinaisons qu’on va adopter pour la descente des charges
sont les suivantes :

A l’état limite de service :


COMB 01 : CAS2+CAS3+1,20CAS4+CAS10+CAS11
COMB 02 : CAS2+CAS3+1,20CAS4+CAS10
COMB 03 : CAS2+CAS3+1,20CAS5+CAS10
COMB 04 : CAS2+CAS3+1,20CAS6+1,20CAS9+CAS10
COMB 05 : CAS2+CAS3+CAS7+CAS10
COMB 06 : CAS2+CAS8+CAS10
COMB 07 : CAS1+CAS8+CAS10
COMB 08 : CAS1+1,20CAS9+CAS10
COMB 09 : CAS1+1,20CAS9+CAS10+CAS11

A l’état limite ultime :


COMB 10 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS4+1,35CAS10+1,35CAS11
COMB 11 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS4+1,35CAS10
COMB 12 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS5+1,35CAS10
COMB 13 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS6+1,605CAS9+1,35CAS10
COMB 14 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,35CAS7+1,35CAS10
COMB 15 : 1,35CAS2+1,50CAS8+1,35CAS10
COMB 16 : CAS1+1,50CAS8+1,35CAS10
COMB 17 : CAS1+1,605CAS9+1,35CAS10
COMB 18 : CAS1+1,605CAS9+1,35CAS10+1,35CAS11

Application des combinaisons :

Dans ce qui suit, nous déterminerons les différents efforts exercés à la base de la semelle
pour chaque pile. Les résultats sont donnés dans le tableau ci-dessous :

Page
138
N Mx My Hx Hy
COMB 100 2284,57 84,21 102,06 6,906 44,51
COMB 101 2284,57 84,21 0 6,906 0
COMB 102 2284,57 157,41 0 6,906 0
COMB 103 2278,33 128,946 204,42 9,918 0
COMB 104 2274,51 26,91 197,32 2,07 0
COMB 105 2166,31 26,91 266,11 2,07 19,462
COMB 106 2124,13 26,91 266,11 2,07 19,462
COMB 107 2124,13 128,946 102,06 9,918 44,51
COMB 108 2124,13 128,946 102,06 9,918 44,51
COMB 110 3087,105 112,967 137,781 9,26265 60,088
COMB 111 3087,105 112,967 0 9,26265 0
COMB 112 3087,105 210,872 0 9,26265 0
COMB 113 3078,759 172,801 273,411 13,2912 0
COMB 114 3074,796 36,328 266,382 2,7945 0
COMB 115 2924,518 36,328 399,165 2,7945 29,193
COMB 116 2124,13 172,801 0 13,2912 0
COMB 117 2124,13 172,801 0 13,2912 0
COMB 118 2124,13 172,801 137,781 13,2912 60,088
Tableau 61: La descente de charges pour la semelle sous chaque pile

III. Ferraillage des piles

Pour les hypothèses de calcul, ils sont les mêmes que celles adoptées pour les culées.

Vu la structure compliquée de la pile on déterminera le ferraillage en utilisant le logiciel


Robot structural analysis 2009.

Figure 43: modélisation de la pile

1. Ferraillage du chevêtre

Sollicitations dans le chevêtre :


 Cas 1 : Poids du tablier

Page
139
 Cas 2 : Vérinage du tablier (Charges dues aux vérins : V1=107.825 t et V2=84.67 t).

Désignation Moment fléchissant Effort tranchant

>0 <0 T+ T-
Cas 1 74.34tm -54tm 154.7t -163.8t

Cas 2 57.85 t.m -30.60 t.m 106.7 t -107.5 t

Tableau 62: Sollicitations enveloppes dans le chevêtre-pile

Pour les armatures de flexion dans le cas ou la pile ne supporte qu’un seul module :
 Armatures supérieures : 𝐴𝑠 = 25.57𝑐𝑚² /𝑚𝑙
 Armatures inférieures : 𝐴𝑖 = 23.62𝑐𝑚² /𝑚𝑙

Pour les armatures de flexion dans le cas du vérinage


 Armatures supérieures : 𝐴𝑠 = 12.57𝑐𝑚²
 Armatures inférieures : 𝐴𝑖 = 9.35𝑐𝑚²

Pour les armatures de flexion dans le cas ou la pile est en service :


 Armatures supérieures : 𝐴𝑠 = 15.57𝑐𝑚²
 Armatures inférieures : 𝐴𝑖 = 10.62𝑐𝑚²
 Armatures de non fragilité : 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,5%𝐵 = 0,2 × 4 × 1,00/100 = 200𝑐𝑚²

On adopte donc la section minimale 𝑨𝒍 = 𝟐𝟎𝟎𝒄𝒎², 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝟒𝟎 𝑯𝑨 𝟐𝟓.

Pour les armatures de cisaillement

𝐴𝑡/ (𝑏𝑜 × 𝑆𝑡) = 𝜏𝑢 / (0,8 × 𝑓𝑒)

Avec, Vu = 1,35 × Vmax = 150.125 t et 𝜏u = Vu / (bo×d) = 0,49 MPa

Or 𝐴𝑡/𝑆𝑡 >= 0,2% 𝐵 = 20 𝑐𝑚²/𝑚𝑙 qui est au dessous de la valeur trouvé. Donc on
laisse la disposition prévue pour ces armatures, soit 𝑨𝒕/𝑺𝒕 = 𝟒𝟗 𝒄𝒎²/𝒎

Page
140
Figure 44: ferraillagr du chevêtre

2. Ferraillage des fûts :

Les sollicitations dimensionnantes des piles se présentent comme suite :

Sollicitations dimensionnantes
N M H
ELS 2284,57 157,41 44,51
ELU 3087,10 210,87 60,08
Tableau 63: Les sollicitations de calcul pour le fût de la pile

Armatures longitudinales

Calcul des armatures à l’E.L.U

Après avoir effectué le calcul avec robot on trouve une section de 139.12 cm 2.
D’après les recommandations du PP73, et en raison du risque de choc sur les colonnes
(charriage d’Oued, choc d’un engin de chantier), la section minimale d’armatures
longitudinales correspond à un taux de 2% de la section du béton, soit 147 cm².

On adopte donc : des armatures de 20 HA 32.

Ferraillage transversal

Pour les armatures de cisaillement

At/ (bo × St) = 𝜏u / (0,8 × fe)

Avec, 𝑉𝑢𝑥 = 1,35 × 𝑉𝑥𝑚𝑎𝑥 = 48 𝑡 𝑒𝑡 𝜏𝑢𝑥 = 𝑉𝑢 ∗ 𝑚𝑥 / (𝑏𝑜 × 𝐼𝑦) = 0,49 𝑀𝑃𝑎


𝑉𝑢 = 1,35 × 𝑉𝑦𝑚𝑎𝑥 = 42 𝑡 𝜏𝑢𝑦 = 𝑉𝑢 ∗ 𝑚𝑦 / (𝑏𝑜 × 𝐼𝑥) = 0.36𝑀𝑃𝑎

Page
141
Or 𝐴𝑡/𝑆𝑡 >= 0,2% 𝐵 = 20 𝑐𝑚²/𝑚𝑙 qui est au dessous de la valeur trouvé. Donc on
laisse la disposition prévue pour ces armatures.
Soit 𝑨𝒕/𝑺𝒕𝑿 = 𝟒𝟗 𝒄𝒎²/𝒎 , 𝑨𝒕/𝑺𝒕𝒀 = 𝟑𝟖 𝒄𝒎²/𝒎

Figure 45: ferraillage du fût

3. Ferraillage des butées sismiques.

Les butées se calcul en les modélisant des consoles courtes.


On a Fy=120t alors
Vu=1.4*1.19= 1.67MN
 B0= 1.35 (largeur console)
 d=2.88 hauteur utile fc=25 MPa
 Mu=0.802 tm
𝑑
 𝛿 = min ,4 = 4
0.48

 z=min (0.7d(1+0.1 𝛿), (2.4 ∗ 0.48 ∗ 0.4 + 0.1𝛿 )=0.922


alors
As=Mu/(z*fe/1.15)=17.40 cm2
Vérification au cisaillement
Vu
τu = = 0.43MPa < 𝜏𝑙𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒 = 4𝑀𝑃a
b0 ∗ d

Page
142
Figure 46: ferraillage de la butée sismique

Page
143
Etude des semelles

Page
144
Introduction :

Notre ouvrage contient des fondations profondes pour les piles P1, P2 et P3 et les deux
culées C0 et C4. Ce choix dépend de la proximité du substratum de la surface. On se propose
dans ce chapitre de déterminer la contrainte ultime du sol pour la pile 2 puis on passera à
leur principe de justification en comparant la contrainte admissible du sol avec la contrainte
de référence obtenue à partir de la descente de charge dans les piles et les culées.
Avant d’entamer les calculs, il serait judicieux de rappeler quelques hypothèses, ainsi que
quelques notions de base qui vont être utilisées par la suite :

I. Les hypothèses du calcul :


 La fissuration est considérée comme préjudiciable.

Béton :
 La résistance caractéristique : 28 = 30 .
 La résistance de calcul en flexion est : = 0,85 × 28/ = 17 MPA.
 La résistance du béton à la traction : 28 = 2,40 .

Acier :
 L’acier retenu est Fe E500 de limite élastique : fe= 500 .
 Enrobage des aciers : d = 5

Notations :
B : Largeur de la semelle
A : Longueur de la semelle
b : La petite dimension de la section du poteau
a : La grande dimension de la section du poteau
M : Le moment appliqué sous la semelle
N : L’effort normal transmis par l’ouvrage sous la semelle

Figure 47: Répartition des contraintes dans une fondation

Page
145
On définit les hauteurs utiles da et db par les relations suivantes :
𝑑𝑎 = 𝐴 − 𝑎
𝑑𝑏 = (𝐵 − 𝑏)/4
𝑒0 = 𝑀/𝑁
Les contraintes maximale et minimale sous la semelle sont données par les relations
suivantes :
𝜍𝑀 = 𝑀/(𝐴 ∗ 𝐵)(1 + 6𝑒/𝐵)
𝜍𝑚 = 𝑀/(𝐴 ∗ 𝐵)(1 − 6𝑒/𝐵)
La contrainte de référence est définie par la relation suivante :
3 ∗ 𝜍𝑀 + 𝜍𝑚
𝜍𝑟𝑒𝑓 =
4

Le ferraillage de la semelle dans les deux sens longitudinal et transversal est obtenu par les
formules ci-après :
3𝑒
𝐴𝑏 = 𝑀(1 + )(𝐵 − 𝑏)/(8𝑑𝑏𝜍𝑠 )
𝐵
3𝑒
𝐴𝑎 = 𝑀(1 + )(𝐴 − 𝑎)/(8𝑑𝑎𝜍𝑠 )
𝐵
𝐴𝑣𝑒𝑐 ∶ 𝑓𝑒 = 500𝑀𝑃𝑎

II. Inventaires des charges


N(t) M(tm)
designation ELU ELS ELU ELS
Culée C0 1389.03 1355.65 1505.70 1145.50
Culée C4 882.19 654,13 676.38 498.53
Pile 3074,796 2284,57 399,165 266,11
Tableau 64: descente de charge sur la semelle

III. Predimensionnement de la semelle


Calcul de la capacité portante du sol
Détermination des dimensions de la semelle
On a la contrainte admissible du sol est 𝜍𝑠 = 4𝑏𝑎𝑟𝑠
Pour
𝑁
 la culée droite S=𝜍 < 66m2 (L=6 /l=11)
𝑠
𝑁
 la culée gauche S=𝜍 < 38.5 m2 (L= 3.5 /l=11)
𝑠
𝑁
 2
la pile S=𝜍 < 88 m (L=8 /l=11)
𝑠

Page
146
Désignation Largeur(m) longueur(m)
Culée C0 6 11
Culée C4 3.5 11
Pile 8 11
Tableau 65: prédimensionnement des semelles
Culéé C0
En service
Vérification du tiers central
Les contraintes au dessus de la semelle doivent être toutes de compression. A la limite, on
accepte d’avoir une partie qui ne peut guère être au dessous de 10% de l’aire de la semelle.
Dans notre cas, la position de la résultante est donnée par :
𝑴𝒀𝒖
𝒆=
𝑵𝒖
Avec :
NU : l’effort normal minimal déduit des combinaisons déjà faite à l’ELU.
MYU : le moment maximal à l’ELU au point central de la semelle.
1505.70
𝒆= = 𝟏. 𝟏𝒎
1389.03
Vérification du poinçonnement :
On doit vérifier le non dépassement de la capacité portante de la fondation au dessus de la
semelle.

Figure 48:distribution des contraintes sous la semelle.

La contrainte de référence est donnée par Meyerhof par :


3 × 𝑚𝑎𝑥 + 𝑚𝑖𝑛 𝑡
𝑞𝑟 = = 16.15
4 𝑚²
D’où : 𝑞𝑟 < 𝑞𝑎𝑑𝑚 = 4𝑏𝑎𝑟𝑠.
Donc pas de poinçonnement sous la semelle.

Page
147
A vide
Tiers central :
𝟒𝟓𝟎. 𝟓
𝒆= = 0.74𝑚
603.5

Poinçonnement :

min(t/m²) 0.77
max(t/m²) 2.76

Conclusion :
L’ensemble de vérifications faites montre que notre culée est bien conçue.
Culée C4
En service
Vérification du tiers central
Les contraintes au dessus de la semelle doivent être toutes de compression. A la limite, on
accepte d’avoir une partie qui ne peut guère être au dessous de 10% de l’aire de la semelle.
Dans notre cas, la position de la résultante est donnée par :
𝑴𝒀𝒖
𝒆=
𝑵𝒖
Avec :
NU : l’effort normal minimal déduit des combinaisons déjà faite à l’ELU.
MYU : le moment maximal à l’ELU au point central de la semelle.
676.38
𝒆= = 𝟎. 𝟕𝟔𝟔𝒎
882.19
Vérification du poinçonnement :
On doit vérifier le non dépassement de la capacité portante de la fondation au dessus de la
semelle.

La contrainte de référence est donnée par Meyerhof par :


3 × 𝑚𝑎𝑥 + 𝑚𝑖𝑛 𝑡
𝑞𝑟 = = 8.6
4 𝑚²
D’où : 𝑞𝑟 < 𝑞𝑎𝑑𝑚 = 2𝑏𝑎𝑟𝑠.
Donc pas de poinçonnement sous la semelle.

Page
148
A vide
Tiers central :
𝟐𝟎𝟔. 𝟑
𝒆= = 0.74𝑚
𝟐𝟕𝟖. 𝟓

Poinçonnement :
min(t/m²) 0.32
max(t/m²) 1.5

Conclusion :
L’ensemble de vérifications faites montre que notre culée est bien conçue.
La pile
En service
Vérification du tiers central
Les contraintes au dessus de la semelle doivent être toutes de compression. A la limite, on
accepte d’avoir une partie qui ne peut guère être au dessous de 10% de l’aire de la semelle.
Dans notre cas, la position de la résultante est donnée par :
𝑴𝒀𝒖
𝒆=
𝑵𝒖
Avec :
NU : l’effort normal minimal déduit des combinaisons déjà faite à l’ELU.
MYU : le moment maximal à l’ELU au point central de la semelle.
399,165
𝒆= = 𝟎. 𝟏𝟐𝟑𝒎
3074,796
Vérification du poinçonnement :
On doit vérifier le non dépassement de la capacité portante de la fondation au dessus de la
semelle.

La contrainte de référence est donnée par Meyerhof par :


3 × 𝑚𝑎𝑥 + 𝑚𝑖𝑛 𝑡
𝑞𝑟 = = 19.54
4 𝑚²
D’où : 𝑞𝑟 < 𝑞𝑎𝑑𝑚 = 4𝑏𝑎𝑟𝑠.
Donc pas de poinçonnement sous la semelle.
Conclusion :

Page
149
L’ensemble de vérifications faites montre que notre pile est bien conçue.

IV. Ferraillage des semelles


Culée droite :
Armatures transversales
On a une semelle sous un voile de 8 m de long
Donc la section d’armatures s’écrit comme suite :
3𝑒
𝑃 1 + 𝐵 (𝐵 − 𝑏)
𝐴= = 31.71𝑐𝑚2/𝑚𝑙 (7𝐻𝐴25)
8 ∗ 𝑑 ∗ 𝜍𝑠

Culée gauche :
On a une semelle sous un voile de 8 m de long
Donc la section d’armatures s’écrit comme suite :
3𝑒
𝑃 1 + 𝐵 (𝐵 − 𝑏)
𝐴= = 9𝑐𝑚2/𝑚𝑙 (10𝐻𝐴12)
8 ∗ 𝑑 ∗ 𝜍𝑠

La pile :
La semelle est sous un fut octogonal creux inséré dans un rectangle (2x4)
Donc :
𝑃(𝐵 − 𝑏)
𝐴= = 52𝑐𝑚2(8𝐻𝐴32)
8 ∗ 𝑑 ∗ 𝜍𝑠

Armatures longitudinal
Pour la culée C0 :
𝐴∗𝐵 𝐵∗𝑕
Les armatures longitudinales inferieures 𝐴𝑠 = 𝑚𝑎𝑥( , 1000 ) = 78𝑐𝑚2 (80𝐻𝐴12)
4
0.5∗𝐵∗𝑕
Les armatures longitudinales supérieures 𝐴𝑠 = = 28.2𝑐𝑚2 (48𝐻10)
1000

Les armatures transversales inferieures 𝐴𝑠 = 214.23 𝑐𝑚2 (77𝐻32)


Les armatures transversales supérieures 𝐴𝑠 = 67.3 𝑐𝑚2 (77𝐻25)
Pour la culée C4 :
𝐴∗𝐵 𝐵∗𝑕
Les armatures longitudinales inferieures 𝐴𝑠 = 𝑚𝑎𝑥( , 1000 ) = 35𝑐𝑚2 (28𝐻14)
4
0.5∗𝐵∗𝑕
Les armatures longitudinales supérieures 𝐴𝑠 = = 16.45𝑐𝑚2 (28𝐻10)
1000

Page
150
Les armatures transversales inferieures 𝐴𝑠 = 173.52𝑐𝑚2 (77𝐻32)
Les armatures transversales supérieures 𝐴𝑠 = 55.32𝑐𝑚2 (77𝐻32)

Pour la pile :
𝐴∗𝐵 𝐵∗𝑕
Les armatures longitudinales inferieures 𝐴𝑠 = 𝑚𝑎𝑥( , 1000 ) = 104𝑐𝑚2 (56𝐻16)
4
0.5∗𝐵∗𝑕
Les armatures longitudinales supérieures 𝐴𝑠 = = 37.6𝑐𝑚2 (56𝐻10)
1000

Les armatures transversales inferieures 𝐴𝑠 = 345.63 𝑐𝑚2 (77𝐻32)


Les armatures transversales supérieures 𝐴𝑠 = 214.4 𝑐𝑚2 (77𝐻20)

Page
151
Etude d’exécution

Page
152
Introduction

Dans cette partie on vérifiera la résistance des éléments destinés au coffrage du pont.
A cause de la forme des rives de l’oued on prévoit donc deux zones :
 Zone1: on adopte des étaiements.
 Zone 2 : on utilise des cintres de 18m de portées.

Figure 49: Coupe longitudinale du pont(le module gauche)

I. Zone 1

1. Sollicitation

Poids propre :
 Poids du tablier = Epaisseur du tablier x 2500
G = 1.15 x 2 500 = 2 875 Kg/m²
Surcharge:
 Equipe de bétonnage & surépaisseur du béton frais 500 kg/m²
 Coffrage: 75 Kg/m²
La combinaison des charges à considérer est : (G + Q)=3450 Kg/m²
Les charges climatiques :
Vu la grande hauteur des piles l’action du vent sera prise en compte.

Page
153
2. Dimensionnement des montants :
Afin de déterminer les contraintes dimensionnantes dans les barres des étaiements on
utilise le logiciel robot structural analysis.
Résultats :
La contrainte maximales de la compression : 𝜍𝑐 = −5.22𝑀𝑃𝑎
La contrainte maximales de la compression : 𝜍𝑡 = 10.17𝑀𝑃𝑎

Alors chaque montant peu supporter une charge de 3t

Figure 50: Tour d’échafaudage

II. Zone 2

1. Sollicitation:
Poids propre :
 Poids du tablier = Epaisseur du tablier x 2500
𝐺 = 1.15 𝑥 2 500 = 2 875 𝐾𝑔/𝑚²
Surcharge:
 Equipe de bétonnage et surépaisseur du béton frais 500 kg/m²
 Coffrage: 75 Kg/m²
La combinaison des charges à considérer est : (G + Q)=3450 Kg/m²

Page
154
2. Dimensionnement des cintres :
Les calculs sont faits par le logiciel robot :
Poids propre:
Poids du tablier = Epaisseur du tablier x 2500
𝐺 = 1.15 𝑥 2 500 = 2 875 𝐾𝑔/𝑚²
Surcharge:
 Equipe de bétonnage & surépaisseur du béton frais 500 kg/m²
 Coffrage: 75 Kg/m²
 La combinaison des charges à considérer est : (G + Q)=3450 Kg/m²
Donc on aura une charge linaire de 2760kg /ml.

Figure 51: Modélisation des cintres

Donc
 Le moment fléchissant: 109.35tm<153tm.
 Les réactions d’appui : 24.8t<33.9t.

3. Vérification de la flèche des cintres :


La flèche au milieu du cintre est : 1.7cm<18.00/500 =3,6 cm (la flèche admissible).
On adoptera donc des cintres H33.

III. JUSTIFICATION DES ETAIS

Sollicitation :

Charges transmises par les cintres:27.9t

Page
155
Résultats :
Les resultats obtenu par robot sont:
 La contrainte maximales de la compression :𝜍𝑐 = −83.5𝑀𝑃𝑎.
 La contrainte maximales de la compression :𝜍𝑡 = 144.5𝑀𝑃𝑎.
Alors on aura une charge de 27.9<37t.
On adoptera donc des étais SL40.

Page
156
Conclusion :
Les ponts courbes présentent l’avantage de s’adapter mieux au tracé optimal de la voie de
circulation. Cependant, dans le cas où le rayon de courbure est prononcé, l’étude du tablier
de ce type de pont est très délicate dans la mesure où elle nécessite des programmes de
calcul de structure spatiale sophistiqués, notamment les programmes de calcul aux éléments
finis.

En conclusion, il faut avoir une bonne compréhension du comportement général de la


structure étudiée afin de pouvoir :
- Choisir le type de programme approprié ;

- Développer une modélisation plus fidèle de la structure, tout en prenant en considération


son mode de résistance, le cheminement des efforts et les possibilités du programme à
disposition ;

- Interpréter judicieusement les résultats.

Page
157
Bibliographie & Annexes :
 Projet et construction des ponts « Généralités. Fondations.
Appuis.Ouvrages courants » par J.A. Calgaro et M.Virlogeux.

 TABLIERS DALLE COURBES OU BIAIS, PROGRAMME DE


CALCUL MBR-GUIDE DE CALCUL- SETRA .

 Cours de « la précontrainte hyperstatique des ponts » de M.AZIZI


(EHTP).

 Cours de conception des ponts de M.OUTLIOUA (EHTP).

 Techniques de l’ingénieur « Fondations profondes » par Roger FRANK.

 Pièces pilotes PP 73 du SETRA

 Fascicule 61 titre II, relatifs aux surcharges routières

 Appareils d’appui en élastomère fretté – Bulletin technique n°4 – 1974.

 « Le béton précontraint aux états limites » par Henry THONIER, presses


de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées

 Fascicule n°62-titre V : Règles techniques de conception et de calcul des


ouvrages de génie civil

 BPEL 91

Page
158
Avant métré :
Dalle à encorbellement
DESIGNATION U Q.tot P.U. MONTANT

INSTALLATIONS ET DIVERS

Installation / repli. Chantier F 1 3 000 000 3 000 000

S/ TOTAL INSTALLATIONS ET DIVERS 3 000 000

FONDATIONS SUPERFICIELLES

Mise en place du matériel F


Installation au droit de chaque appui U 4 5 000 20 000
semelles ml 5 2 000 10 000
Béton pour semelles m3 582 1 400 814 800
Aciers kg 33 867 14 474 138
Mise en place du béton et aciers ml 5 1 000 5 000
béton dosé à 200 kg/m3 m3 1 105 800 884 000
Tubes d'auscultation ml 0 300 0

S/ TOTAL FONDATIONS SUPERFICIELLES 2 207 938

REALISATION DES APPUIS

béton dosé à 350 kg/m3 m3 310 1 200 372 000


béton dosé à 200 kg/m3 m3 2 800 1 600
coffrage parois cachées m2 547 120 65 606
coffrage parement vus m2 837 150 125 520
badigeonnage parois enterrées m2 0 40 0
Aciers kg 88 363 14 1 237 082

S/ TOTAL REALISATION DES APPUIS 1 801 808

REALISATION DU TABLIER

Béton dosé à 350 kg/m3 m3 805 1 400 1 127 000


coffrage m2 3 210 1 150 3 691 981
aciers passifs kg 53 603 14 750 442
aciers actifs y compris ancrages kg 21 459 60 1 287 544

S/ TOTAL REALISATION DU TABLIER 6 856 967

EQUIPEMENTS DU TABLIER

Etanchéité m2 1 197 250 299 322


Revêtement bitumineux m2 1 150 150 172 500
Béton maigre pour trottoirs m3 60 800 48 000
Bordure T1 ml 240 1 000 240 000
Corniche préfabriquée ml 240 1 000 240 000
Contre corniche ml 240 200 48 000
Garde-corps ml 240 1 000 240 000
Appareils d'appui dm3 68 1 000 68 000
Joints de chaussée ml 32 7 000 224 000
Joints de trottoirs ml 4 1 000 4 000
Avaloirs et descentes d'eau F 16 20 000 320 000

S/ TOTAL EQUIPEMENTS DU TABLIER 1 940 822

REALISATION DES ACCES

Remblais m3 40 50 2000
Protections m3 0 400 0
Ouvrages de décharges - buses f1000 ml 0 1 300 0

Page
159
Couche de fondation GNF m3 0 120 0
Couche de base GNB m3 0 160 0
Revêtement superficiel m2 0 20 0
Cut Back 0/1 T 0 4 500 0
Glissières de sécurité ml 0 500 0

S/ TOTAL REALISATION DES ACCES 2000

TOTAL (DH TTC) 12 807 535


Somme à valoir 14% 1 793 055

TOTAL GENERAL ARRONDI (DH TTC) 14 601 000

Dalle nervurée
DESIGNATION U Q.tot P.U. MONTANT

INSTALLATIONS ET DIVERS

Installation / repli. Chantier F 1 3 000 000 3 000 000

S/ TOTAL INSTALLATIONS ET DIVERS 3 000 000

FONDATIONS PROFONDES

Mise en place du matériel F


Installation au droit de chaque appui U 4 5 000 20 000
semelles ml 5 2 000 10 000
Béton pour pieux m3 582 1 400 814 800
Aciers kg 33 867 14 474 138
Mise en place du béton et aciers ml 5 1 000 5 000
gros béton m3 1 105 800 884 000
Tubes d'auscultation ml 0 300 0

S/ TOTAL FONDATIONS PROFONDES 2 207 938

REALISATION DES APPUIS

béton dosé à 350 kg/m3 m3 370 1 200 444 000


béton dosé à 200 kg/m3 m3 2 800 1 600
coffrage parois cachées m2 547 120 65 606
coffrage parement vus m2 837 150 125 520
badigeonnage parois enterrées m2 0 40 0
Aciers kg 95 732 14 1 340 248

S/ TOTAL REALISATION DES APPUIS 1 976 974

REALISATION DU TABLIER

Installation pour lancement des poutres F 0 150 000 0


Lancement des poutres U 0 20 000 0
Béton dosé à 350 kg/m3 m3 752 1 400 1 052 800
coffrage m2 2 300 1 150 2 645 000
aciers passifs kg 65 234 14 913 276
aciers actifs y compris ancrages kg 25 124 60 1 507 440

S/ TOTAL REALISATION DU TABLIER 6 118 516

EQUIPEMENTS DU TABLIER

Etanchéité m2 1 197 250 299 322


Revêtement bitumineux m2 1 150 150 172 500
Béton maigre pour trottoirs m3 60 800 48 000
Bordure T1 ml 240 1 000 240 000
Corniche préfabriquée ml 240 1 000 240 000

Page
160
Contre corniche ml 240 200 48 000
Garde-corps ml 240 1 000 240 000
Appareils d'appui dm3 136 1 000 136 000
Joints de chaussée ml 32 7 000 224 000
Joints de trottoirs ml 4 1 000 4 000
Avaloirs et descentes d'eau F 16 20 000 320 000

S/ TOTAL EQUIPEMENTS DU TABLIER 1 971 822

REALISATION DES ACCES

Remblais m3 40 50 2 000
Protections m3 0 400 0
Ouvrages de décharges - buses f1000 ml 0 1 300 0
Couche de fondation GNF m3 0 120 0
Couche de base GNB m3 0 160 0
Revêtement superficiel m2 0 20 0
Cut Back 0/1 T 0 4 500 0
Glissières de sécurité ml 0 500 0

S/ TOTAL REALISATION DES ACCES 2 000

TOTAL (DH TTC) 12 277 250


Somme à valoir 14% 1 718 815

TOTAL GENERAL ARRONDI (DH TTC) 13 997 000

Page
161
calcul du coefficient de sécurité à l’aide du logiciel TALREN

Page
162
Page
163
Page
164
Page
165
Réaction au niveau de la pile P2

diagramme des réaction au niveau de la pile P1

Page
166
Cartographie des moment Mx sollicitant le tablier.

Cartographie du moment My sollicitant le tablier

Page
167
Cartographie de l’effort tranchant suivant x

Cartographie de l’effort tranchant suivant y

Page
168
Cartographie du moment MX Cartographie du moment My

Cartographie des armatures inferieure selon la direction X et Y

Page
169
Page
170
Page
171
Page
172
Page
173