Vous êtes sur la page 1sur 26

Cours de Droit bancaire et

Droit des assurances


Technicien Super, 1er année GBA

ANIME PAR : Mme JIHADE LAABID


jihade.laabid@gmail.com

2018 / 2019
Introduction

« Nul n’est censé ignorer la loi »

Que veut dire cette expression ?


Exemple : le banquier à une double obligation de
contrôle à l’ouverture du compte bancaire :


Contrôle de l’identité et de l’adresse du Contrôle de la profession et de l’existence des
titulaire personnes morales

Que pensez vous d’un banquier qui a procédé à l’ouverture d’un


compte bancaire en 2017 toute en se basant sur la carte
nationale d’une personne morte en 2012 ?
Selon cet adage "Vous ne pouvez pas justifier votre
comportement en disant que vous ne connaissiez pas
la loi... même si cela est vrai et que vous ne saviez pas
que vous commettiez une infraction".
Mais que veut dire le mot loi ou droit?

 Le mot droit désigne l’ensemble des règles de conduite ayant pour but,
dans une société nationale ou internationale, de réglementer les rapports
noués entre les particuliers et/ou les collectivités. En ce sens, nul ne peut
alléguer l’existence d’une société en dehors de la loi, sinon on tombe
dans l’abus et dans l’injustice.
 Le caractère normatif de la règle de droit suppose l’existence d’une
sanction qui n’est, équitablement, applicable qu’en vertu d’une décision
judiciaire juste et raisonnable.
Donc
▪ Toute organisation suppose une discipline : 1er axiome
▪ Toute discipline suppose une règle : 2e axiome
▪ Toute règle suppose une sanction : 3e axiome
▪ Toute sanction doit être entre les mains de l’Etat : 4e axiome.
La loi

Émanant du pouvoir législatif

Générale A un caractère : Non-rétroactive

Incontestable Impérative
Les grandes divisions du droit
Droit public
Droit national Droit privé

Constitutionnel Administratif Fiscal Pénal


Commercial Travail Social
Civil

Règles Règles Règles Règles qui


Règles Règles Règles Règles applicables applicables s’appliquent
régissant
fixant le applicables détermina applicables aux rapports aux rapports aux rapports
aux nt les aux les rapports
fonctionn entre entre entre les
ement rapports impôts infractions entre commerçants employeurs particuliers
des entre dont le prévues par le particuliers dans et employés et les
pouvoirs l’Administra citoyen est Code pénal. l’exercice de à l’occasion organismes
publics. tion et les redevable. Ex : Règles qui Ex : Règles leur du travail. de Sécurité
particuliers. déterminent relatives au commerce. sociale
Ex : Règle Ex : Règles la peine Ex : Règles Ex : Règles
contrat de
électoral. Ex : règles fixant les applicable au organisant les relatives au Ex :
déterminant taux de la vol, à vente. transavtion Cotisations
contrat de
les pouvoirs TVA. l’homicide, au bancaire travail. sociales. À
du Conseil blanchiment la CNSS
communal. des capitaux
etc.
Droits mixtes
➢ La notion des Droits mixtes Droit mixte, s’étend à toute
branche du Droit qui réalise une combinaison de règles
relevant, pour les unes du Droit public, et pour les autres du
Droit privé, il s’agit essentiellement :
- Droit pénal;
- Droit processuel (la procédure pénale…);
- Droit social;
- et Droit international privé.
Les institutions créatrices de droit

 Le régime constitutionnel du Royaume est fondé sur la séparation,


l'équilibre et la collaboration des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire
(article 1er de constitution du 1er juillet de 2011) :
 - Le pouvoir législatif élabore la loi, (soit à l’initiative du parlement une
proposition de loi-)‫(مقترح قانون‬, soit à l’initiative du gouvernement, et dans
ce cas on est en présence d’un projet de loi)‫) (مشروع قانون‬
 - Le pouvoir exécutif assure sa mise en application.
 - Le pouvoir judiciaire contrôle la régularité de l’application de la règle de
droit. Au vu de la nouvelle charte de la Réforme du Système Judiciaire, on
assiste à l’élévation de la justice à un pouvoir indépendant vis-à-vis des
autres pouvoirs législatif et exécutif.
Hiérarchie des textes de loi ou la pyramide du droit

Traités
internationnaux
Constitution
Dahir

Loi

Règlement (Décret
et Arrêtés)
Actes Administratifs (
Circulaires et
Directives)
LES ACTES, LEUR AUTEUR
- Les traités internationaux : sont des règles de droit négociées par plusieurs
États dans le but de s’engager mutuellement, les uns envers les autres, dans
les domaines qu’ils définissent (défense, commerce, justice...).
- La Constitution: la loi fondamentale d'un Etat qui définit les droits et les
libertés des citoyens ainsi que l'organisation et les séparations du pouvoir
politique (législatif, exécutif, judiciaire). La constitution est élaborée par une
commission constitutionnelle, est soumise au référendum.
- Le dahir: acte émanant de Sa Majesté le Roi ;
- La loi: acte émanant du parlement ;
- Le décret-loi et le décret: actes émanant du chef de gouvernement et
contresigné par le ministre chargé de l’exécution ;
- L’arrêté et la décision: actes émanant des ministres ;
L’organisation judiciaire
Cour de cassation
Ch. Administrative Ch Ch.Pénale Ch. sociale Ch. Civil Ch. immobilière Ch. Du statut
commerciale personnel

Cours d’appel Cours d’appel


administratif commerciaux Cours d’appel

Tribunaux
Tribunaux Tribunaux de 1ere
administratifs
commerciaux instance (TPI)
Juridictions de
proximité
Syllabus du cours
Partie I: le droit bancaire Partie II: Le droit des assurances

• Introduction • I: L’Opération d’assurance


• I. Etablissements de crédit et • A : Mécanisme
organismes assimilés • B: Réglementation
• A. Les opérations de banques • C :Caractères
• D: La conclusion du contrat d’assurance
• B.Condition d’exercice de • E : La durée du contrat
l’activité des établissements de
• II : Les élémentsd’assurance
crédit
• A: Le risque
• II. Format code de commerce : • B: La prime d’assurance
• A. Les moyens de payement • C: Le Sisistre
• B. Les contrats bancaires • D: La subrogation de l’assurreur
• III: Le contentieux du contrat
d’assurance
Partie I: Le droit bancaire
INTRODUCTION

Définition
Selon une définition communément admise: « le droit
bancaire est une branche du droit des affaires qui
comprend l’ensemble des règles juridiques et des
dispositions légales applicables aux opérations de
banque et à ceux qui les accomplissent à titre
professionnel ».
.
Fondement et sources du droit bancaire

Fondement Sources
- Droit bancaire est une branche du - Le droit bancaire a plusieurs sources.
droit des affaires; - La principale source en la matière
est la réglementation bancaire
- Il s’apparente au droit commercial;
spécifique aux établissements de
- Plusieurs dispositions contenues dans crédits au Maroc, le texte légal relatif
le code de commerce sont à cette réglementtation est la loi n°
applicables aux banques tels que les 103-12 ( 24 décembre 2014) qui définit
chèques, le compte courant, les opérations de banque et les
l’ouverture de crédit, l’escompte conditions d’exercice de l’activité
d’effets etc.. bancaire.
A côté de cette loi, l’activité bancaire est
réglementée par Bank- Al Maghrib en
vertu de circulaires édictées dans les
divers domaines se rapportant à cette
activité. Celle-ci est, également, régie par
des lois spéciales applicables en
exclusivité aux banque et les dispositions
de droit commun, notamment, en ce qui
concerne les relations contractuelles
avec les clients et la responsabilité civile.
I. Etablissements de crédit et organismes
assimilés

A. Les opérations de banques

I. Loi N° 103-12 relative aux établissements de crédit et


organismes assimilés :
Sont considérés comme établissement de Article
crédit les personnes morales qui exercent
1
leur activité au Maroc, quel que soient le
lieu de leur siège social , la nationalité des
apporteurs de leur capital social ou de leur
dotation ou celle de leur dirigeants, qui
exercent , à titre de profession habituelle ,
une ou plusieurs des activités suivantes :

✓ la réception de fonds du public

✓ les opérations de crédit

✓La mise à la disposition de la clientèle de


tous moyens de paiement, ou leur gestion.
A.Les opérations de banques

Définition de la banque
•C’est un établissement de crédit dont l’activité
principale:
•la collecte de dépôt ,
•la distribution des crédits
•et délivre les moyens de paiement
À retenir

Le banquier est tenu à un devoir de vigilance,


mais également à une obligation de non-
immixtion.
La distinction entre les deux repose sur les
anomalies apparentes et manifestes que le
banquier est tenu de détecter, sous peine de voir
sa responsabilité engagée.
Les Etablissements De Crédit
Les Etablissements De Crédit
Les personnes morales qui effectuent :
- La réception de fonds du public : dépôt a vue / dépôt à terme
- Les opérations de crédit
L’affacturage : crédit sur l’achat des créances.
La vente a réméré : la vente avec faculté de rachat
- La mise à la disposition de moyens de paiement : chèques, effets de commerce, virements,
cartes de paiements…
Les banques Les sociétés de financement
Banques privéesisé AttijariWafa Bank; Sociétés de crédit à la consommation
Banque Centrale Populaire (BCP) et BMCE Bank, Sociétés de crédit immobilier
constitue environ deux tiers de parts de marché
au Maroc
Sociétés de gestion de moyens de
paiement
Banques offshore Attijari International bank, Sociétés de cautionnement
Banque internationale de Tanger (joint-venture Sociétés de crédit-bail
entre le Crédit Lyonnais et le Crédit du Maroc),
BMCIBanque offshore, Chaâbi international bank, Sociétés d’affacturage
etc.
Les conditions
Tout établissement de crédit doit avoir été préalablement agréé par le wali de Bank Al-
Maghrib, après avis du comité des établissements de crédit .

D’agrément D’exercice

Constitution d’une société Les changements de la nationalité, le


anonyme à capital fixe. contrôle, la nature des opérations sont
- Justifier au bilan d’un capital subordonnées à l’octroi d’un nouvel
intégralement libéré. agrément.
- L’expérience professionnelle - notifier à BAM : modification de statuts
- fusion, d’absorption, filiales - Tout établissement de crédit doit faire état :
soumises à l’octroi d’agrément de sa dénomination / forme juridique /
de BAM. l’adresse de siège / montant de capital
- L’agrément peut être limité si les social / du numéro de immatriculation.
moyens humains techniques ou - Communiquer à BAM tous documents de
financiers sont insuffisants. leur activité
Cadre Institutionnel (Contrôle)

 Le conseil national du crédit et de l’épargne : Présidé par le ministre des


finance et a pour rôle de débattre toute question intéressant le développement de
l’épargne ainsi que l’évolution de l’activité des établissements de crédit.
 - Le comité des établissements de crédit : Présidé par le gouverneur de BAM, il a
pour rôle de mener toutes études portant sur l’activité des établissements de crédit
et notamment sur leurs rapports avec la clientèle et sur l’information du public.
 - La commission de discipline des établissements de crédit : Chargée d’instruire les
dossiers disciplinaires et de proposer au gouverneur de BAM les sanctions
disciplinaires à prononcer en application des dispositions de la loi.
 - Le Groupement Professionnel des Banques du Maroc : Groupement qui sert
d’intermédiaire entre les Banques et les pouvoirs publics ou tout autre organisme
national ou étranger.
 - L’association professionnelle des sociétés de financements : constitue
l’intermédiaire entre les sociétés de financement et les pouvoirs publics ou tout autre
organisme nationale ou internationale.
La Clientèle Des Banques
Aspects juridiques
Droit au compte
Statut juridique des personnes
Physiques Morales
1- La capacité
L’article 150 loi bancaire
- la capacité de jouissance : droit public : Toute personne qui a des
- la capacité d’acquérir Collectivités territoriales, revenues en réserves
- des droits et d’assumer
- des devoirs (dès la naissance)
les établissements devrait pouvoir se faire
- la capacité d’exercice : publics… ouvrir un compte bancaire
- la capacité d’exercer ses droit privé : les sociétés, auprès de l’établissement
- droits (+18 ans)
2- L’incapacité
les associations… de crédit de son choix afin
- Mineur (-18 ans) de les sécuriser.
- Les incapables majeurs :
- le prodigue, le faible d’esprit
- et le dément.
Les opérations de crédits
 Au terme de l’Art. 3 de la loi : «constitue une opération de crédit
tout acte à titre onéreux par lequel une personne :
 Met ou s’oblige à mettre des fonds à la disposition d’une autre personne,
à charge pour celle-ci de les rembourser
 Ou prend dans l’intérêt d’une autre personne un engagement par
signature sous forme d’aval, de cautionnement ou de toute autre
garantie.
Sont assimilés à des opérations de crédit :
 Les opérations de crédit-bail et de location avec option d’achat et
assimilées
 Les opérations d’affacturage
 Les opérations de vente a réméré d’effets et de valeurs mobilières