Vous êtes sur la page 1sur 11

LES ASSURANCES MARITIMES.

GENERALITE.
Pendant longtemps l’Assurance n’a existé que dans le domaine Maritime. On lui
prête comme Origine le « PRET A LA GROSSE », c’est à dire d’une réalisation inverse
de l’Opération de l’Assurance, le prêteur joue le rôle d’assureur, paie une Indemnité
avant le voyage et la récupère si le Voyage Arrive à terme.
Pendant longtemps l’assurance n’était pas codifiée – En France, c’est l’Ordonnance
de 1681 qui a Codifié le « CODE DE COMMERCE » et qui est à l’Origine de l’Assurance
écrite en France.
ANGLETERRE, c’est le Marin « INSURANCE ACT DE 1936 » qui a Codifié
En ANGLETERRE,
l’Assurance.
La TUNISIE a Codifié l’Assurance en 1962.
ALGERIE, il a fallu attendre la LOI des ASSURANCES de 1980 pour avoir un
En ALGERIE,
texte propre à cette matière.

Au niveau des « Contrats d’Assurance », il existe dans chaque pays des


Polices Types en matière d’Assurance --- POLICE « CORPS » & « FACULTE ».
Une des polices les plus curieuses dans la matière est la Police « LLOYD’S » établie
en 1779,
1779, elle n’a jamais changé jusqu’en 1984.

ELEMENTS ESSENTIELS DU CONTRAT D’ASSURANCE.


a. LES VALEURS ASSUREES.
Les assurances Maritimes sont des Assurances de Dommage en matière de
Valeurs Assurables. On distingue tout ce qui a trait au « CORPS » - Tout ce qui trait à la
« MARCHANDISE » sauf l’Assurance du FRET.

On distingue entre VALEURS AGRÉES


AGRÉES,, les VALEURS DÉCLARÉES
DÉCLARÉES..
La « VALEUR AGREE » est la Valeur prise en compte par l’Assurance – « LA
PRIME » sera calculée en fonction de cette valeur agrée et « L’INDEMNITE » ne
s’effectuera qu’en concurrence de la Valeur agrée.

b. DEUX TYPES D’ASSURANCE FACULTE.


On distingue la Police « PARTICULIERE & FLOTTANTE ».

1. ASSURANCE POLICE PARTICULIERE OU POLICE AU VOYAGE.


Elle est conclue pour toute sorte de Marchandise – Généralement pour une
Cargaison importante.

2. POLICE FLOTTANTE.
Il Existe deux formes différentes, la Police D’ABONNEMENT et la Police à ALIMENTER.

• POLICE D’ABONNEMENT.
L’ASSUREUR est tenu jusqu’à concurrence d’un chiffre déterminé donné le plein
d’Assurance à couvrir les marchandises – Ceci quelque soit le nombre des
Applications que l’Assuré en fera et quelque soit le nombre des évènements qui
donnent lieu à garantie.

• POLICE A ALIMENTER.
Dans laquelle le Plein d’Assurance constitue une Force pour toute la limite de la
Garantie de l’Assureur.
c. DECLARATION D’ALIMENTATION.

1
On la trouve surtout au niveau des Polices « FLOTTANTE », c’est la Déclaration par
laquelle l’Assuré avise l’Assureur qu’il a mis en Risque un Lot déterminé de la
Marchandise.
Marchandise.
Elle doit – être faite dans un délai que l’Assuré s’Oblige à Respecter. Le Délai est
généralement fixé par la Police.
Cette Déclaration est un « Procédé Technique » destiné à fixer la Prime.

d. LES RISQUES.
Les valeurs Assurés doivent – être soumises à des risques Maritimes. Les Polices
types excluent les Risques de Guerre qui eux sont Assurés par des Polices Spéciales.

e. TEMPS & LIEU DES RISQUES.

1. DUREE DE L’ASSURANCE.
L’Assureur ne Répond pas des Risques Maritimes que s’il produise dans le
temps et dans le lieu prévu par la Police.

2. LE LIEU DES RISQUES.


Les Navigations n’Offrent pas toutes la même sécurité, il est important
donc dans le calcul de la Prime de savoir quels sont les Lieux ou les Risques
sont susceptibles de se produire. Si l’Assurance est « CONCLUE A TEMPS »,
on indique les Lieux Géographiques dans lesquels l’Assurance jouera les
« POLICES D’ABONNEMENT FACULTE » - Fixent toujours les limites
Géographiques des Opérations qu’elle Couvre.

POLICE MARITIMES SUR FACULTE.


Elle est Régie par la LOI 80 – 07 du 09 Août 1980 des Assurances.
Les Imprimés utilisés sont ceux de Décembre 1981.

CONDITIONS GENERALES.
A --- OBJET ET ETENDUE DE L’ASSURANCE.
L’Assurance Maritime sur « FACULTE » est acquise par le biais de la police pour
tous les Transports faisant l’Objet d’un Transport Maritime et même éventuellement un
Transport Terrestre – Fluvial – Aérien, préliminaire ou complémentaire à un Transport
Maritime couvert par cette Police.

PRINCIPES – MODES D’ASSURANCE.

a. OUVERTURES PRINCIPALES.
La Police Type de 1981 prévoit DEUX MODES principaux de l’Assurance –

• L’AVARIE TOUT RISQUE


• L’ASSURANCE « F. A. P. SAUF » --- FRAIS D’AVARIE PARTICULIERE SAUF ---

L’ARTICLE 2 alinéa 5 dans Conditions Générales de la Police donnent la FACULTE


aux parties de convenir de tout autre Mode d’Assurance qui permettait à l’Assuré
d’adapter la Garantie à ses Besoins propres.

DEFINITIONS ASSURANCES TOUS RISQUES.


L’ASSURANCE « TOUT RISQUE » ne Signifie pas tous les Risques, car certains sont
formellement exclus, il faut se rapporter cette exclusion à l’Article 131 – 132 de la LOI
sur les Assurances où nous trouvons Art. 131, des Exclusions telles que les Fautes
Intentionnelles ou Lourdes de l’ASSURE.
Les Dommages et pertes Matériels résultant d’Infraction ou d’Amendes et les
Sinistres dus aux Explosions – L’Article 132 prévoit des Exclussions sauf Conventions
Contraires.

2
Ces Exclusions sont limitativement énumérées aux Articles 7 & 8 de la Police –
L’ASSURANCE tout Risque est la Couverture la Plus Large Possible.

L’ASSURANCE F. A. P. SAUF.
Contrairement à l’assurance Tout Risque ou Tout Dommage Causé à la
Marchandise est automatique.
L’ASSURANCE « F. A. P Sauf » affranchit/Libère
affranchit/Libère la Compagnie d’Assurance ou en
l’occurrence la CAAT de tout Avarie Particulière Occasionnée à la Cargaison en dehors
des Cas prévus énumérés limitativement à l’Article 2. Alinéa - 3.
Des conditions générales de la Police qu’il s’agit surtout des événement Graves
dont la plupart affectés à la fois la Marchandise et l’Engin de Transport.

b. GARANTIE COMMUNE AUX DEUX MODES D’ASSURANCE PRESCRITES.


Dans les deux modes d’Assurance sont également couvertes les Avaries Frais – la
Contribution d’AVARIE COMMUNE et la Garantie Bancaire.

AVARIES FRAIS.
Il s’agit des Frais engagés en vu de préserver les Objet Assurés d’un Dommage ou
d’une Perte Matérielle ou de Limiter l’Importance.
Exemple :
Le Re - Conditionnement de la Marchandise durant le Transport afin qu’elle puisse
supporter le Reste du trajet.

CONTRIBUTION « AVARIES - COMMUNES ».


L’ACTE de l’Avarie Commune peut – être défini comme étant ;

« la dépense Extraordinaire ou le Sacrifice fait INTENTIONNELLEMENT et


RAISONNABLEMENT par le Capitaine du Navire pour le Salut Commun du
Navire et de la Cargaison en vu de Préserver d’un Péril les Propriétés
Engagés dans l’Aventure Maritime ».
Il est nécessaire que les Mesures Prises aboutissent à un RESULTAT UTILE.
Les Causes D’avarie Commune déclarées sont diverses – On citera les plus
fréquentes --- L’ECHOUEMENT Volontaire et l’Incendie…/…
La contribution de l’Avarie - Commune couvre tous les Frais Engagés ou dispensés
d’Avaries Communes.

LA GARANTIE BANCAIRE.
A la suite d’une Avarie Commune, si l’Assuré doit Fournir une Garantie pour éviter
ou lever la saisie des Biens, la Compagnie d’Assurance intervient pour déposer à sa
place la Garantie Bancaire.

c. QUELQUES PARTICULARITES
CHARGEMENT EN PONTEE.
Il n’est couvert qu’aux conditions F. A. P Sauf moyennant sur prime contre les
Pertes de quantités provenant des jets à la mer ou d’enlèvement par la Mer à la charge
par l’assuré de faire connaître ce mode de chargement à l’Assureur.

FACULTE CHARGEE SANS CONNAISSEMENT.


L’ASSUREUR couvre en cas de sinistre mais il devra être justifié de leur Expédition
par tout Moyen.

CLAUSES D’UN TITRE DE TRANSPORT


L’ASSUREUR accepte les conséquences des Clauses d’un Titre de transport si elles
sont reconnues par la LOI Sauf les « Clauses Léonines ».

3
LES FACULTES SOUMISES AU REGIME SPECIAL
La présente police ne couvre pas les envois de Billets de Banques – Métaux
précieux – Bijouterie Fine – Elle ne couvre pas aussi les colis postaux sauf convention et
Prime Spéciale.

d. DUREE DE LA COUVERTURE
La durée des Risques assurés est prévue par l’Article 9. Il s’agit d’une couverture
« MAGASIN A MAGASIN », c’est à dire depuis le moment où les facultés assurées
quittent les Magasins du départ du voyage assuré et finissent au moment où elles
entrent dans le magasin du destinataire au lieu de Destination des Voyages.
Voyages.
La garantie au niveau de la durée des Risques prend fin automatiquement à
l’Expiration des délais suivants.
UN MOIS à compter du moment où les Facultés auront été déchargées du Navire et
Transporter aux autres Engins de Transport lorsque le Lieu de Destination final est un
port.
QUINZE Jours lorsque le LIEU de Destination Final est un Port de l’Intérieur.
Il peut y avoir prolongation de la durée du voyage assuré quand les Faits auront pour
causes un Risque Couvert par la Police.

e. LES VALEURS ASSUREES.


Nonobstant toute valeur agréée, l’assureur peut à l’heure de toute Réclamation
pour dommage ou Perte, demander la justification de la Valeur Réelle et en cas
d’Exagération, réduire le montant de la valeur assurée à celui de la Valeur Réelle
majorée de 20%.
Lorsque la déclaration définitive de valeur n’aura été faite qu’après Sinistre, la
Valeur qui sera prise pour base de règlement ne pourra – être supérieure au Mode de
Calcul appliqué à l’Assuré pour des Expéditions Antérieures de même Nature.

B --- CONSTATATIONS DES PERTES ET DOMMAGES


a. CONSTATATIONS CONTRADICTOIRES.
Les Réceptionnaires sont tenus de s’adresser pour les constatations à un Expert
agréée par l’Assureur aux fins d’une Expertise amiable ou Judiciaire.
L’ASSUREUR ayant droit de rejeter la réclamation lorsque les constatations n’auront pas
été faites comme il est dit précédemment.
Les constatations effectuées d’accord avec le Réceptionnaire par l’Expert désigné
par eux, ont entre les parties, la portée d’une Expertise amiable contradictoire dans le
But est de déterminer la nature, la Cause et l’importance des dommages et pertes.
Les parties ont le droit de demander dans les quinze jours qui suivent l’Expertise
une contre - expertise amiable ou judiciaire à laquelle il devra procéder
contradictoirement entre elles.

b. DELAI POUR CONSTATATION


La Police Prévoit que l’Expert doit – être requis au plus tard dans les TRENTE
JOURS de débarquement de la Marchandise lorsque Le Lieu de destination Final est Port
Intérieur du pays. CE DÉLAI EST DE RIGUEUR doit – être scrupuleusement respecté sous
peine d’Irrecevabilité de la Réclamation.

c. REGLEMENT DES DOMMAGES ET PERTE


Concernant le paiement des honoraires des Experts, il est différent du règlement
des dommages et PERTES.
PERTES. Les honoraires avancées par l’Assuré au moment où l’Expert
lui Remet son Rapport lui sont intégralement remboursées par la Cie D’ASSURANCE à
condition que les Dommages ou Pertes constatés proviennent en tout ou en partie du
Risque Couvert même sera établi séparément sur chaque colis qu’il fasse ou non partie
d’un Fardeau sauf les Facultés chargées en Vrac sur lesquelles il sera établi par Cale et
pour compte.

4
d. LA FRANCHISE
Elle est toujours indépendante du Courtage Ordinaire de la Route ou du déchet
tels qu’ils sont fixés par le Contrat de Vente ou à Défaut par l’Usage.

e. INDEMNITES
Les Indemnités dues par l’Assureur sont payables 30 Jours après remise du
dossier de Réclamation à ce moment là, l’Assureur qui a indemnisé est subjugué dans
les droits de l’assuré pour le montant qu’il a indemnisé.

f. PRESCRIPTION
Les Actions dérivant du Contrat d’assurant sont prescrites pour deux Ans.

g. NULLITE
Le contrat n’est nul si dans les deux Mois qui suivent la date de sa prescription, les
Risques n’ont pas commencés. D’Autre part en cas de non – paiement de prime échue,
le Contrat peut – être Résilié selon Certaines conditions.

C --- CONDITIONS PARTICULIERES


Les Conditions Particulières sont celles qui sont propres à chaque Contrat
d’Assurance. L’Assureur s’engagera à couvrir des Risques non Couverts par la Police
type, ces Risques sont les Suivants.

GUERRE --- Civile ou Etrangère. ---


Dans cette couverture sont compris les Actes de Sabotage ayant un Caractère
Politique ou se rattachant à la guerre.

PIRATERIE.
Prix ou Détention par tout Gouvernement ou Autorité Quelconque.

EMEUTE.
Mouvement Populaire – Grève ou Black Out.

RISQUE DE VOL.
En général et Pillage.

Les DOMMAGES assurés par les marchandises assurées à d’autres biens ou


Personnes.

VICE PROPRE de l’Objet Assuré.

D --- MODALITES PRATIQUES EN CAS PERTE OU D’AVARIE.


En cas de perte ou d’avarie, il existe une certaine procédure que l’assuré est tenu
de suivre s’il veut obtenir Indemnisations de son Dommage.
L’Assuré est tenu de fournir certains renseignements préalables à toute Assurance
et qui sont ---

a. NATURE DE LA MARCHANDISE.
La sensibilité aux évènements n’est pas la même pour toutes les Marchandises.

b. LE TYPE D’EMBALLAGE UTILISE


Les dommages résultant d’un Emballage insuffisant ou non approprié à la matière
transportée ne sont pas couverts.

c. NOMBRE ET POIDS DES COLIS EN QUANTITE EXPEDIES.


Ces renseignements permettent d’identifier les Marchandises et sont
indispensables lorsqu’il s’agit de Marchandises faisant l’Objet d’Expédition successives.

d. POINTS DE DEPART ET DE DESTINATION.


5
Des marchandises exportées et importées.

e. NOM ET AGE DU NAVIRE TRANSPORTEUR.


il faut souligner l’importance que joue la qualité du Navire, notamment dans le Cas
d’Affrètement au Voyage.
Voyage.
L’AFFRÈTEMENT d’Un Navire âgé, constitue un Risque aggravé – C’est la Raison
pour laquelle des surprimes d’âge et de Pavillon sont appliquées sur tout Navire ne
Répondant pas aux caractéristiques prévues à l’Article 32 des Conditions générales de la
Police.

f. LA VALEUR D’ASSURANCE.

E. PROCEDURES EN CAS D’AVARIE OU PERTE.


a. DECLARATION DU SINISTRE.
L’ASSURÉ est tenu de faire une déclaration du Sinistre à la Cie d’Assurance
immédiatement après avoir constaté le Sinistre et au plus tard dans les Trois Jours qui
suivent : la déclaration va comporter ;

• Une Description approximative du Dommage ou Manquant.


• Le nom et l’adresse du transporteur.
• Les références de la Police garantissant le Risque.
• La Déclaration doit Egalement mentionner les mesures prises en vue de conserver
au profit de la Cie d’Assurance de la Marchandise, le recours éventuel et le nom de
l’Expert qui a été désigné.
désigné.

b. EXPERTISE.
c. MESURES A PRENDRE.
Pour éviter l’Aggravation du Dommage, ces mesures sont des précautions élémentaires
pour l’assuré, il doit protéger la Marchandise entre les Risques d’Aggravation de
dommage.
Dans le cas où l’Assuré ne prend pas ces mesures, l’Assureur est en Droit de
Réduire ou de refuser de payer l’Indemnité. L’Article 16 de la Police d’Assurance fait
Obligation à l’Assuré de prendre, provoquer ou requérir toute mesure conservatrice,
veiller ou procéder au sauvetage des Objets Assurés.

F. CONSERVATION DU RECOURS ENTRE LES TIERS PERSONNES.


L’Assuré n’est pas tenu d’Exercer les poursuites contre le Responsable du
Dommage, il s’agira pour lui seulement de faire les Réserves de façon que la Cie
d’Assurance puisse effectuer ultérieurement les poursuites entre les tiers Responsables
et éventuellement demander des Causes Bancaires pour garantir les Créances.

a. LETTRE DE RESERVE.
La LOI Oblige les réceptionnaires à adresser une lettre de réserve au transporteur ou
à son représentant faute de quoi les Marchandises ayant fait l’objet du Connaissement
seront présumés avoir été livrés en bon état.
Ces Réserves doivent être détaillés et précis.
Le C. M. A dans son Article 790 à l’Instar de la Convention de Bruxelles de 1924
prévoit les délais suivants.

• Immédiatement au moment de la Livraison et ceci par lettre recommandée en cas


de dommage non apparent.

6
• Si l’Assuré ne remplit pas ces Obligations, la Cie d’Assurance peut se dégager
jusqu’à concurrence de la somme qu’elle aurait put récupérée de la part des 1/3
Responsables.

b. GARANTIE BANCAIRE.
Elle permet à la Cie d’Assurance de se prémunir contre l’Insolvabilité du débiteur
étranger, elle doit – être exigée par l’Assuré chaque fois que des Avaries ou Pertes
importantes sont constatées à la Réception des Marchandises et lorsque la
Responsabilité du transporteur peut – être mise en cause. Si cette Obligation n’est pas
exécutée, la Cie d’Assurance ou l’Assuré lui même peuvent demander la saisie
Conservatoire du Navire.

G. DOCUMENTS CONSTITUTIFS D’UN DOSSIER DE RECLAMATION.


Tout dossier de réclamation doit comprendre les documents justificatifs suivants :
L’AVIS d’Aliment.
d’Aliment.
Exige dans le cadre des Polices d’Abonnement ou à alimenter, il doit – être adressé
par l’Assuré à sa Cie d’Assurance en même temps que la Déclaration de Sinistre, il
permet de vérifier que le Risque est bien couvert.

La Facture Commerciale.
Elle est émise par le fournisseur et domicilié auprès d’une banque Algérienne, elle
permet à la Cie d’Assurance de connaître les Valeurs Réelles par rapport aux valeurs
assurées.

Le Connaissement et autres titres de transport Maritime.


Il atteste de la propriété des Marchandises transportées par son détendeur et
rend compte des quantités Réellement mises en Risque, il est exigé dans le Cadre de la
Procédure de Recours par les transporteurs ou les Assureurs.
Le Procès – Verbal de Constat.
Constat.
Il est dressé par le consignataire du Navire qui reconnaît à la Livraison
contradictoirement avec le Réceptionnaire.
Les Avaries ou manquants partiales dus au fait du transporteur Responsable.

La lettre de Réserve.
Elle consiste en une protestation écrite et détaillée que la LOI Impose au
Réceptionnaire d’adresser au transporteur ou son représentant en cas d’Avarie ou de
Manquant.

Lettre de non – Débarquement.


En cas de Manquant, elle est exigée pour justifier un manquant Total ou Partiel.
Elle est délivrée par le Consignataire du Navire après recherches infructueuses.
Les Factures des dommages émises par l’Assuré et faisant ressortir le décompte
de sa Réclamation chiffrée relativement aux Dommages subis à l’occasion du Sinistre.

Le Rapport d’Expertise.
Il est dressé par l’Expert, il sanctionne/Verbalise
sanctionne/Verbalise les Constatations définitives faites
à quai ou sur le Site, selon le cas de l’Assurance souscrite, il a pour rôle de rapporter
contradictoirement avec le Réceptionnaire, la Nature, la Cause et l’Importance du
Dommage causé,
causé, il peut – être accompagné de la note d’Honoraire.
L’INDEMNISATION de l’Assurance est faite dans les 30 --- Trente Jours après la
Remise Complète des documents sus – Cités.

ASSURANCES MARITIMES SUR CORPS DU NAVIRE.

7
I. TARIFICATION.
On distingue l’Assurance des Navires affectés aux transports de la Marchandise
ou des Voyageurs, de l’Assurance CORPS des Navires de Pêche.

A. TARIFICATION - MARCHANDISE ET VOYAGEURS.

a. PRELIMINAIRE.
La détermination des Taux en assurance fait intervenir tout ou calcul de
probabilité. On tient compte des limites importantes de certaines valeurs de Navires qui
excèdent les capacités de Rétention de la Cie Nationale et au Réassureur National. Pour
ces raisons, le Recours aux marchés extérieurs de réassurance est nécessaire. Il permet
l’Application de Taux qui bénéficie d’une assiette de risque plus Large – On tient compte
de la flotte mondiale du même type. Il permet de trouver une capacité de couverture
non disponible sur le Marché Local.
Enfin il permet une indemnisation des Sinistres en devises.

b. LES DIFFERENTS MARCHES POTENTIELS DE REASSURANCE


CORPS DES NAVIRES.
Il en existe un Marché Principal qui est celui de Londres auquel il y a Lieu d’Ajouter
quelques Marchés d’Appoint qui sont les Marchés Français – Scandinaves et Allemands.

c. LA PRATIQUE DANS LE MARCHE DE LONDRES.


Compte tenu de la pratique très ancienne de l’Assurance Maritime, les Procédures
précises se sont élaborées imposant une discipline à l’ensemble des souscriptions – CCR
– de cette catégorie de Risque. C’est ainsi que le Marché Anglais s’est doté d’un comité
spécialisé « JOINT HALL COMITY » constitué par des Représentants de l’ensemble du
Marché à qui il revient de fixer les conditions applicables au renouvellement des Flottes.

d. LE CAS DE LA CNAN.
Pour la CNAN,
CNAN, LA PROCEDURE QUE NOUS VENONS DE VOIR EST TOUJOURS
APPLIQUEE - Le Renouvellement des trois dernières années a été fait sur cette Base.
L’EXAMEN Statistique depuis 1975 permet de Constater la persistance des
Statistiques globalement déficitaires malgré l’Ajustement répétitif appliqué à chacune
des taux à savoir :

• Augmentation de 50% au renouvellement de 86.


• ………………………… 37,5%………………………… 87.
• ……………………..… 20%………………………….. 88.

Ces résultats sont dus à des Sinistres de moindre importance, mais tenir compte
De cas de Perte Totale enregistrée par la CNAN, à savoir le COLLO et le CHERCHELL
Par ailleurs, les Evolutions où les montants définitifs d’une partie encore appréciable des
Sinistres survenus ces trois dernières années ne sont pas pris encore en compte car non
Communiqués par l’Assuré alors que les Primes correspondantes ont été conclues dans
les Statistiques. De plus, les taux appliqués à la CNAN ne sont pas encore arrivé à faire
face sur une période de deux Ans à la Sinistralité courante, de ce fait, aucune réserve
n’a été constituée par cette flotte pour faire à une éventuelle perte Totale.
Toutes les Primes payées par la CNAN ont été Récupérées sous forme de Sinistre
par cet assuré.

TARIF DE L’ASSURANCE CORPS – NAVIRE DE PECHE.


Elle prend comme critère l’âge du Navire, sa J – B et la Nature des Matériaux de
Construction.

a. CALCUL DE LA PRIME D’ASSURANCE.


8
Pour l’Assurance Corps des Navires Marchands – Le taux de Sinistralité influe sur la
Prime de l’Assurance – Il est Déterminant.
Pour l’Assurance – Corps des Navires de pêche, cette prime se compose de deux
éléments.

• L’ELÉMENT CONSTANT qui détermine la prime Fixe.


• L’ELÉMENT FLUCTUANT- La détermination de ce qu’on appelle la prime de Risque
qui s’obtient en multipliant La Prime au tonneau prévu au Tarif par la J – B du
Navire.

b. DETERMINATION DE LA PRIME FIXE.


Elle s’obtient en appliquant le taux indiqué au tarif sur l’ensemble des capitaux
assurés sur Corps et dépendance – Moteurs et accessoires – Armement et produit de
pêche – les appareils électroniques ne sont pas pris en compte.

POLICE ALGERIENNE D’ASSURANCE - CORPS.


A. ETENDUE DE LA GARANTIE.
Les Assureurs couvrent les pertes et dommages subis par le Navire assuré et dus
généralement à des Causes Accidentelles.
L’Article 1er définit ce que l’on appelle la Garantie tout Risque.
L’Article 2 couvre le Recours de I/3 – C’est à dire que les Assureurs couvriront dans
la Limite d’un Capital Egal à sa valeur Agrée.
Les recours de 1/3 exercés contre le Navire assuré par Abordage de celui – ci avec
un autre Navire et pour les Dommages occasionnés à ses embarcations annexes.
Dans l’ASSURANCE
l’ASSURANCE AU VOYAGE – Le Voyage est exactement déterminé à qui ne
pose pratiquement aucun problème.

B. CHANGEMENT DE L’OPERATION COUVERTE.


Si l’Armateur change le Voyage convenu, on distingue entre le Changement
Volontaire et le Changement Fixé.

CHANGEMENT VOLONTAIRE.
L’Assureur n’est pas tenu de Réparer, on considère qu’il y a faute de l’Assuré qui a
modifié les Conditions du Risque.

CHANGEMENT FIXE.
L’Assureur peut – être tenu d’indemniser dans certains Cas.

S’il s’agit de Marchandise, l’Assureur doit connaître le Nom du Navire sur lequel la
Marchandise sera changée.

C. CONCLUSION DU CONTRAT D’ASSURANCE.


a. LES PARTIES AU CONTRAT.
L’Assuré est l’Armateur, le Transporteur ou le Propriétaire de la Marchandise,
l’Assureur est une Cie d’Assurance.

b. CONDITIONS ET VALIDITE DU CONTRAT.


Le Contrat d’Assurance est soumis aux règles Ordinaires de Validité du Contrat
avec quelques petites différences.

LA CAPACITE.
Elle ne présente aucun intérêt du côté de l’Assureur, mais l’Assuré doit avoir la
Capacité Commerciale si le Contrat est un Acte de Commerce pour Lui.

L’OBJET.
Il doit – être licite ainsi que la Cause.

9
Les fausses déclarations et Omissions n’entraînent pas automatiquement nullité –
On distingue entre la bonne et Mauvaise foie de l’Assureur.

c. FORME ET PREUVE DU CONTRAT.


Pour être prouver le contrat doit – être écrit – C’est l’Objet de la Police.
ENONCIATION DE LA POLICE.

• La date ; le Jour dans lequel le Contrat est souscrit.


• Le Lieu de souscription.
• Le Nom et Domicile des Personnes contractées.
• La chose ou l’intérêt assuré.
• Les Risques assurés et les Risques exclus.
• La somme Assurée.
• La Prime.
• La Clause à Ordre ou au Porteur si elle a été convenue.

PREMIERE GARANTIE
Assurance – Responsabilité du Propriétaire du Navire de Mer – Elle est Régie par la
LOI de 1980 sur les Assurances comme pour les Autres Couvertures.
Elle a pour Objet de Garantir les Recours ainsi que les Dommages, pertes et
Préjudices résultant d’évènements qui se produisent à bord du Navire Assuré et qui sont
en Relation avec sa Navigation, son Utilisation et son exploitation.
Elle couvre en outre la Pollution par Hydrocarbure : dans ce cas la Garantie s’étend
aux Obligations et aux Engagements Résultant pour l’Assuré et son Adhésion à un Plan
de lutte contre la Pollution.

LIMITATION DE RESPONSABILITE.
Dans ce cas où l’Assuré n’invoquerait pas les exonérations ou les Limitations de
Responsabilité dont il serait de se prévaloir, le Montant du Remboursement incomberait
aux assureurs, ne peut en tout état de cause dépasser cette Limitation.

EN CAS DE SAISIE.
1. En raison de la Réalisation d’un Risque couvert ou des Faits des Membres de
l’équipage à terre, l’Assuré doit fournir une garantie pour éviter ou pour lever le
Navire pour l’un de ses Navires. Les Assureurs interviennent aux bénéfices de
l’Assuré dans la Limite des Conditions.

2. LES RISQUES EXCLUS


Ce sont les mêmes exclusions que dans les autres polices concernant les
fausses déclarations de l’assuré mais il faut ajouter.

• Les Fautes intentionnelles du Capitaine.


• Les faits des Membres d’Equipage à Terre.
• Les conséquences des Contrats qui ne sont pas établis conformément aux Usages.
• Les Dépenses Normales de l’Exploitation du Navire Assuré.
• Le Violation du Blocus de contre – Bande ou de Commerce Clandestin.

10
3. DECLARATIONS ET REGLEMENTS DES SINISTRES.
L’Assuré est tenu sans Délai aux assureurs de déclarer toute Réclamation et
tous évènements susceptible de mettre en jeu leur Garantie. L’Assuré doit
reconnaître sa Responsabilité qu’avec l’accord des Assureurs. Les Indemnités dues
par les Assureurs sont payées Comptant dans Trente – 30 – Jours après la remise
complète des pièces justificatives.

4. MESURES CONSERVATOIRES
L’Assuré doit fournir aux assureurs tous les Documents pour aider à
l’Exécution de ces mesures, L’Assuré est Responsable de sa Négligence.
Négligence.
Les Assureurs peuvent prendre toutes les mesures de conservation ou de
sauvetage que comporte la situation.

5. OBLIGATION DE L’ASSURE
Elles sont les mêmes que les autres polices seulement au niveau du paiement
de la prime si l’Assurance est faite sur douze Mois.

6. FLOTTE DE COMMERCE.
Sauf en Cas de Perte Totale ou de Délaissement du Navire assuré, toutes les
Réclamations à la Charge des Assureurs pour un même événement sont Réglés
sans déduction de Franchise dont le montant est fixé aux conditions particulières.

11