Vous êtes sur la page 1sur 84

Communauté française de Belgique

Module 207 ENSEIGNEMENT À DISTANCE Série 2 de 7

Chimie minérale
Jury de l’enseignement secondaire supérieur Niveaux A et B

L’équilibre chimique

Il faut absolument que je déplace


au plus vite cet équilibre !

Juin 2008
© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique
207 Chimie minérale - JESS Série 2 Contenu

Table des matières


1 Présentation de la série 1 Leçon 2 - Applications des déplacements d’équilibre

1.1 Motivation 1 2.1 Introduction 46


1.2 Objectifs de la série 1 2.1.1 Motivation 46
1.3 Place de la série dans le module 1 2.1.2 Objectifs de la leçon 46
1.4 Plan de la série 2 2.1.3 Plan de la leçon 46
1.5 Prérequis de la série 2 2.1.4 Prérequis de la leçon 46
2.2 Contenu de la leçon 47
2 Développement des leçons 4 2.2.1 Leçon 47
Résines échangeuses d’ions 47
Leçon 1 - Principe de Le Chatelier
Loi d’action de masse Lampe à iode 49
Lampe ordinaire 49
2.1 Introduction 4 Lampe à iode 50
2.1.1 Motivation 4
2.1.2 Objectifs de la leçon 4 Synthèse de l’ammoniac 51
2.1.3 Plan de la leçon 4 2.3 Synthèse de la leçon 53
2.1.4 Prérequis de la leçon 5 2.4 Évaluation de la leçon 54
2.2 Contenu de la leçon 5 2.4.1 Travaux d’autocontrôle 54
2.2.1 Leçon 5 2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 55

L’équilibre chimique : définition 5 3 Synthèse de la série 56


 oi de Guldberg et Waage ou
L
loi d’action de masse 10 4 Évaluation de la série 57
 acteurs d’évolution spontanée
F 4.1 Travaux d’autocontrôle 57
des réactions chimiques 18 4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 59
Un premier facteur à prendre en 4.3 Devoir de fin de série 61
considération, l’enthalpie de réaction 18
Un second facteur à prendre en Annexe - Cinétique chimique
considération, l’entropie de réaction 19 Indispensable pour le jury (niveau A)
 rincipe de Le Chatelier : le dépla-
P
cement de l’équilibre chimique 22 Vitesse des réactions chimiques 69
Variation de la température 23 Vitesse moyenne 70
Variation des concentrations 24 Vitesse instantanée 71
Variation de la pression totale 27  acteurs influençant la vitesse
F
Généralisation : la loi de Le Chatelier 29 d’une réaction 73
Un cas particulier : la règle de Berthollet 30 La nature des substances réagissantes 73
2.2.2 Corrigé des activités 31 La concentration des réactifs 74
2.3 Synthèse de la leçon 36 La température 75
2.4 Évaluation de la leçon 38
2.4.1 Travaux d’autocontrôle 38 Les catalyseurs 75
2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C. 43 Grandes théories cinétiques 76
Théorie des collisions 76
Théorie du complexe activé 78
Corrigé des activités 81

L’Enseignement à Distance s’est efforcé de respecter les prescriptions légales relatives aux droits d’auteur et de contacter les ayants droit.
Toute personne qui se sentirait lésée et qui souhaiterait faire valoir ses droits est priée de se faire connaître.

Éditeur responsable Direction de l’Enseignement à Distance


M. Denis Van Lerberghe Téléphone : 02/690 82 82
Directeur Courriel : ead@cfwb.be

Ministère de la Communauté française de Belgique - Administration générale de l’Enseignement et de la Recherche scientifique


Boulevard du Jardin Botanique 20-22 – 1000 Bruxelles

Dépôt légal : D/2006/10.930/01

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Présentation P. 1

1 Présentation de la série
1.1 Motivation
Si vous consultez le dictionnaire (Le Petit Larousse 2005) pour obtenir la définition de l’équilibre, vous
obtenez :

équilibre : n. m. État de repos résultant de l’action de forces qui s’annulent // Position stable // Pose
acrobatique tenue la tête en bas et le corps redressé à la verticale.

Vous n’êtes pas bien avancé car l’équilibre chimique n’a strictement rien à voir avec cette définition.
Mais alors, que se cache-t-il derrière ce terme ?

Cette série aura comme but principal de vous le faire découvrir car il est vrai que toutes les réactions
chimiques sont équilibrées, tant en chimie organique que minérale, si, bien entendu, les conditions expé-
rimentales permettent la transformation chimique.

1.2 Objectifs de la série


Au terme de cette série, vous serez capable de :

- identifier un système à l’équilibre et appliquer le principe de Le Chatelier;


- résoudre divers types de problèmes relatifs aux équilibres chimiques et à leurs déplacements.

Vous trouverez les réponses aux activités proposées dans les leçons au point 2.2.2 de chaque leçon.

1.3 Place de la série dans le module


Module Chimie minérale
Série 1 Entrée du module
Série 2 L’équilibre chimique VOUS ÊTES ICI
Série 3 Les réactions de précipitation
Série 4 Les réactions acide-base
Série 5 Les réactions rédox
Série 6 La thermochimie
Série 7 Sortie du module

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 2 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Présentation

1.4 Plan de la série


Cette série comprend les leçons suivantes :

Leçon 1 Principe de Le Chatelier - Loi d’action de masse


Leçon 2 Applications des déplacements d’équilibre
Annexe Cinétique chimique

1.5 Prérequis de la série


Avant d’aborder cette série, rappelons les notions de réactifs, de produits et de catalyseur.

Réactifs : substances prenant part à une réaction chimique quelconque.

Produits : substances produites par une réaction chimique quelconque.

Catalyseur : corps qui provoque ou accélère une réaction chimique sans être lui-même un réactif. On le
retrouve non modifié à la fin de la réaction.

Il est également important de connaître les propriétés des gaz parfaits. Une mole de gaz dit « parfait »
occupe un volume de 22,414 litres à 0°C et P = 1 atm = 101 325 Pa.

L’équation d’état des gaz parfaits est étudiée dans le cours de physique. C’est une synthèse des lois des
gaz énoncées par Boyle (1627-1691) et Mariotte (1620-1684) : « La pression d’un gaz est inversement
proportionnelle à son volume », par Charles (1746-1823) : « à volume constant, la pression est propor-
tionnelle à la température absolue », par Gay-Lussac (1778-1850) : « à pression constante, le volume est
proportionnel à la température absolue. »

P.V=n.R.T

Pour se servir correctement de cette relation, il faut utiliser des unités adéquates :
T = température absolue exprimée en kelvins (symbole K)
= 273,15 + température exprimée en degrés Celsius (symbole °C)

m
n = nombre de moles de gaz =
M
m = masse de l’échantillon gazeux, exprimée en g ou en kg
M = masse molaire du gaz exprimée en g/mol ou en kg/mol, selon les unités de m

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Présentation P. 3

P.V
R= = constante des gaz parfaits dont la valeur dépend des unités de P et de V
n.T

1 atm . 22,414 l.mol–1


si P en atmosphères et V en litres, R = = 0,08206 l.atm.mol–1.K–1
273,15 K

101 325 Pa . 22,414 m3.mol–1


si P en pascals et V en m3, R = = 8,314 J.mol–1.K–1
273,15 K
Par exemple, pour calculer le volume occupé par 1 mol de gaz parfait à 25°C sous 1 atm :

n.R.T 1 mol . 0,08206 l.atm.mol–1.K–1 . 298,15 K
V= = = 24,46 l
P 1 atm
Si l’on effectue le même calcul dans les unités SI, le volume occupé par 1 mol de gaz parfait à 25°C sous
101 325 Pa vaut :

n.R.T 1 mol . 8,314 J.mol–1.K–1 . 298,15 K
V= = = 24,46.10–3 m3
P 101 325 Pa

Certains atomes ou molécules sont assortis d’une annotation qui renseigne sur l’état dans lequel ils se
trouvent : gazeux(g), liquide (l), solide (s), aqueux (aq).

Exemple : Na(s) => le sodium se trouve sous sa forme solide


CO2(g) => le dioxyde de carbone se trouve à l’état gazeux

Vous devez pouvoir résoudre une équation du deuxième degré.

Soit ax² + bx + c = 0

Les racines se calculent : x 1 = – b +2 ab² – 4 ac

x = – b – b² – 4 ac
2 2a

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 4 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

2 Développement des leçons


Leçon 1
Principe de Le Chatelier
Loi d’action de masse
2.1 Introduction
2.1.1 Motivation
Pour les avoir sans doute déjà rencontrés dans la vie quotidienne, nous connaissons quelques exemples
physiques d’équilibre dynamique - comme l’évaporation et la condensation simultanées d’un liquide en
milieu clos - dans lequel le processus direct et le processus inverse se produisent continuellement à la
même vitesse.
Nous allons à présent voir que nous pouvons appliquer la même notion aux réactions chimiques aboutis-
sant à un état d’équilibre dynamique dans lequel les réactions directe et inverse se poursuivent au même
rythme (à la même vitesse).
Nous allons également nous pencher sur la manière de déplacer ces équilibres et favoriser ainsi le ren-
dement d’une réaction.

2.1.2 Objectifs de la leçon


À la fin de cette leçon, vous serez capable de :
- interpréter l’équilibre chimique en fonction de la nature dynamique du système isolé et des propriétés
macroscopiques;
- calculer la valeur de la constante d’équilibre à partir de diverses données et inversement;
- prévoir si un système peut atteindre un état d’équilibre chimique en fonction de son entropie et de son
enthalpie;
- prévoir l’effet de variations de concentration, de température ou de pression.

2.1.3 Plan de la leçon


L’équilibre chimique : définition
Loi de Guldberg et Waage ou loi d’action de masse
Facteurs d’évolution spontanée des réactions chimiques
Principe de Le Chatelier : le déplacement de l’équilibre chimique

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 5

2.1.4 Prérequis de la leçon


Pour aborder sans problème cette leçon, il est important de rappeler le fondement d’une réaction
chimique.
Une réaction chimique est une transformation chimique au cours de laquelle la nature intime de la ma-
tière est profondément modifiée.
Dans une réaction chimique, il n’y a ni création, ni disparition d’atomes. Les atomes formant les molé-
cules « réactifs » se groupent de façon différente : il y a rupture des liaisons existantes au sein des « réac-
tifs » et formation de nouvelles liaisons pour former les « produits ».

Les chimistes utilisent souvent la lecture molaire d’une équation :

Soit une réaction de synthèse : a A + b B cC + dD

« a mole(s) de molécules de A réagi(ssen)t avec b mole(s) de molécules B pour former c mole(s) de mo-
lécules de C et d mole(s) de molécules de D ».

Soit une réaction de décomposition : a A bB+cC

Si l’on a affaire à une réaction de décomposition, la lecture de l’équation sera différente. On lira :
« a moles(s) de molécules de A se décompose(nt) en b mole(s) de molécules de B et c mole(s) de molé-
cules de C ».

2.2 Contenu de la leçon


2.2.1 Leçon
L’équilibre chimique : définition
Nous savons qu’au cours d’une réaction chimique, les réactifs réagissent selon des relations molaires
simples. Nous savons également que certaines substances réagiront entre elles alors que d’autres pas.
Mais nous ne savons pas encore expliquer pourquoi ni comment certains réactifs se transforment com-
plètement en produits (réactions complètes) et d’autres réactifs ne le font que partiellement (réactions
incomplètes). Ces réactions incomplètes portent le nom de réactions équilibrées. En fait, toute réaction
chimique se déroulant en milieu clos finit par atteindre un équilibre. Cependant, dans certains cas, la
position de l’équilibre est tellement déplacée vers les produits que la réaction paraît complète. On dira
plutôt alors que la position d’équilibre est très à droite.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 6 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Proposons-nous d’abord d’observer, de reconnaître et de définir une réaction équilibrée.

Partons pour cela d’un exemple.

Les substances considérées sont :


l’acide acétique reconnaissable à sa forte odeur de vinaigre;
l’alcool isoamylique d’odeur très désagréable;
l’acétate d’isoamyle (essence de poire) qui est un ester (vous étudierez les esters dans le module
208 consacré à la chimie organique) d’odeur agréable rappelant celle des poires.

Envisageons les réactions suivantes :

1) On fait bouillir pendant 25 minutes un mélange d’une demi-mole d’acide et d’une demi-mole
d’alcool.
Observations :
* Avant la réaction, on discerne les odeurs caractéristiques de l’acide et de l’alcool .
* Après 25 minutes de réaction, on laisse refroidir. On discerne en plus des deux odeurs initiales, le
parfum de l’acétate d’isoamyle .
Interprétation :

réaction directe incomplète
acide acétique + alcool isoamylique acétate d’isoamyle + eau (1)

Après réaction, on identifie, à l’odeur, la présence simultanée de l’alcool, de l’acide et de l’ester. La


réaction (1), que nous qualifierons de directe, est donc incomplète.

2) On fait bouillir pendant 25 minutes un mélange d’eau et d’acétate d’isoamyle.


Observations :
* Avant la réaction, on détecte uniquement le parfum de l’acétate d’isoamyle .
* Après 25 minutes de réaction, on laisse refroidir. On détecte alors, à l’odeur, la présence de
l’acide et celle de l’alcool en plus de celle de l’ester .
Interprétation :

réaction inverse incomplète
acétate d’isoamyle + eau acide acétique + alcool isoamylique (2)

La réaction (2), que nous qualifierons d’inverse, se produit et se déroule dans les mêmes conditions que
la réaction directe. Elle est également dite incomplète.

Conclusions
Dans les deux réactions, on est arrivé à un système intermédiaire comportant les quatre substances,
c’est-à-dire les réactifs (acide acétique et alcool isoamylique) et les produits formés (acétate d’isoamyle
et eau).

Ce système intermédiaire peut être représenté par :

acide acétique + alcool isoamylique acétate d’isoamyle + eau

L’utilisation de la double flèche souligne le fait que la réaction a lieu dans les deux sens.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 7

Si l’on analyse le système de manière plus quantitative, on remarque qu’au cours de la réaction les con-
centrations en réactifs diminuent. Si la position de l’équilibre était très à droite, les concentrations en
réactifs devraient s’annuler après un certain temps. Or, il n’en est rien. Les concentrations en réactifs ne
varient plus après un temps t de réaction.

D’autre part, les concentrations en produits qui étaient évidemment nulles au départ, augmentent au
cours de la réaction. Si la position de l’équilibre était très à droite, ces concentrations en produits de-
vraient atteindre 100% après un certain temps. Ce n’est pas le cas. Les concentrations en produits se
stabilisent également après une durée t de réaction.

Comme nous le verrons plus loin, dans l’annexe consacrée à la cinétique chimique, les vitesses des réac-
tions chimiques sont, dans certaines conditions expérimentales, proportionnelles aux concentrations des
réactifs. Dans la suite de ce module, nous symboliserons la concentration d’une substance en plaçant la
formule chimique de celle-ci entre crochets.
Supposons que les conditions expérimentales soient telles que cette proportionnalité soit observée dans
la réaction entre l’acide acétique et l’alcool isoamylique. Alors, en reprenant notre exemple, si l’on con-
sidère la réaction directe (1) et la réaction inverse (2), on peut représenter cette proportionnalité par les
deux équations suivantes :

v1 = k1 [alcool].[acide] v2 = k2 [ester].[eau]

k1 et k2 sont les coefficients de proportionnalité

v1
acide acétique + alcool isoamylique acétate d’isoamyle + eau
v2

Au cours de la réaction, les concentrations Au cours de la réaction, les concentrations


en alcool et en acide diminuent. en ester et en eau augmentent.

v1 doit donc diminuer v2 doit donc augmenter

Lorsque les deux vitesses v1 et v2 atteignent une même valeur, la réaction inverse compense
exactement la réaction directe et les concentrations des différentes substances en présence ne varient
plus. Le système est dit EN ÉQUILIBRE.
Le système semble figé, mais pourtant on assiste à un équilibre dynamique, c’est-à-dire
que même si nous n’observons plus AUCUNE MODIFICATION DES PROPRIÉTÉS
MACROSCOPIQUES*, il se produit des transformations INVERSES À VITESSES ÉGALES
au niveau moléculaire.

* macroscopique : qui se voit à l’œil nu avec des moyens courants d’observation.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 8 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Pour que le système reste dans un état d’équilibre déterminé, il faut qu’il soit isolé.

Qu’est-ce qu’un système isolé ?


Un système isolé est un système qui n’échange ni matière, ni énergie avec le monde extérieur.

Pourquoi le système en équilibre doit-il être isolé ?


1. Lorsque la température du système varie, les concentrations des réactifs et des produits changent
également. La température du système doit donc être constante.
2. Il faut également que la masse du système n’évolue pas. Le système comprenant certaines substances
gazeuses doit être fermé, sinon la réaction se poursuivrait continuellement dans un sens ou dans
l’autre. Par exemple, si l’on laisse ouvert un ballon contenant de l’acétone liquide et gazeuse,
l’équilibre ne sera jamais atteint, car toute l’acétone va s’évaporer. Les molécules gazeuses d’acétone
diffuseront dans l’atmosphère ambiante et n’auront pratiquement plus la chance de se rencontrer pour
se recondenser en acétone liquide. La transformation inverse ne pourra donc se faire. Par contre, si
l’on ferme le système, celui-ci va atteindre un état d’équilibre après un certain temps.

Les schémas suivants illustrent les phénomènes observés pour un système ouvert et un système fermé.

système ouvert système fermé

Néanmoins, si le système ne comprend pas de composés gazeux, il peut atteindre l’équilibre même s’il
est ouvert. C’est très souvent le cas de réactions chimiques se déroulant dans la nature ou en laboratoire.
On considère alors l’influence de l’ouverture du système comme négligeable. Le système isolé, dans ce
cas, n’est pas fermé au sens strict, mais le résultat est analogue puisque les particules ne peuvent quitter
ce système de par leur nature. Il n’y a donc pas de perte de matière. Attention cependant à l’évaporation
si l’on travaille à 25°C !

En bref, on dira que tout système est à l’état d’équilibre dynamique lorsque les 3 conditions
suivantes sont réunies :
1. le système est isolé;
2. les propriétés macroscopiques du système ne varient plus;
3. deux réactions inverses s’y produisent en permanence à vitesses égales.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 9

Activité 1 (corrigé au point 2.2.2 page 31)


Soient les deux situations suivantes à température constante :
1. un liquide et sa vapeur dans un bécher : 2. un liquide et sa vapeur dans un bécher
recouvert d’un verre de montre :

Cochez la bonne proposition.


Le système 1 est un système isolé. Vrai ou Faux
Le système 2 est un système isolé. Vrai ou Faux

Activité 2 (corrigé au point 2.2.2 page 31)


Pour les exemples suivants, précisez s’il s’agit d’un système isolé ou pas (tous les systèmes sont consi-
dérés à température constante). Indiquez votre choix à l’aide d’une croix dans le tableau.

Exemple Système isolé Système non isolé


1. une bouteille de vin scellée
2. un verre comprenant de l’eau et de la glace
3. l’eau d’une piscine extérieure sous le soleil de l’été
4. un thermomètre renfermant du mercure liquide et gazeux
5. l’eau d’un lac et sa surface gelée
6. l’eau amenée à ébullition dans une bouilloire
7. une bouteille thermos remplie à moitié d’eau bouillante

Activité 3 (corrigé au point 2.2.2 page 31)


Soit l’expérience suivante :
a) I2(s) en équilibre avec I2 dans une solution d’alcool.

I2(alcool)
I2(s)

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 10 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

b) On ajoute des particules solides d’iode radioactif symbolisées par I2(s)*.


Ces particules s’ajoutent à celles de I2(s).

I2(alcool)
I2(s) + I2(s)*

c) Après avoir mélangé le système pendant un certain temps, on prélève un échantillon de la solution.
Suite aux analyses, on constate que cette solution contient de l’iode radioactif.

I2(alcool) + I2(alcool)*
I2(s) + I2(s)*

1) Quelles conclusions pouvez-vous tirer de ces observations ?


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

2) à l’équilibre, on est donc en présence de deux phénomènes inverses s’effectuant à la même vitesse.

Équation directe : ........................................................................................................................................

Cette transformation porte le nom de : .......................................................................................................

Équation inverse : .......................................................................................................................................

Cette transformation porte le nom de : .......................................................................................................

3) Écrivez une seule équation pour représenter le système en équilibre :


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

Loi de Guldberg et Waage ou loi d’action de masse


Nous avons à présent une bonne idée de ce qu’est un système à l’état d’équilibre. Il nous manque cepen-
dant un moyen quantitatif précis pour le caractériser. En faisant le lien entre les notions de vitesses de
réaction (notions qui seront vues en cinétique chimique) et l’analyse chimique des concentrations, nous
pouvons trouver ce moyen.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 11

Reprenons la réaction vue précédemment :


v1
acide acétique + alcool isoamylique acétate d’isoamyle + eau
v2
Nous avons vu que l’équilibre est atteint lorsque : v1 = v2
Si v1 = k1 . [alcool] . [acide]
et v2 = k2 . [ester] . [eau]
alors, k1 . [alcool] . [acide] = k2 . [ester] . [eau]
k [ester] . [eau]
ou encore 1 =
k2 [alcool] . [acide]

Le rapport de deux constantes k1/k2 est lui-même une constante Kc.
[ester] . [eau]
Kc =
[alcool] . [acide]

Kc est la constante d’équilibre du système à une température donnée.

Voici un autre exemple :

Soit l’équilibre chimique suivant :


v1
H2 (g) + I2 (g) 2 HI (g)
v2
v1 = k1 . [H2 (g)] . [I2 (g)]

v2 = k2 . [HI(g)]2

À l’équilibre : v1 = v2

On peut donc poser l’équation : k1 . [H2 (g)] . [I2 (g)] = k2 . [HI(g)]2

Si l’on isole le rapport des constantes k1 et k2, on obtient :


k1 [HI (g)]2
=
k2 [H2 (g)] . [I2 (g)]
Ce rapport de concentrations est une constante car le rapport de deux constantes est une constante.

L’expression de la constante d’équilibre du système est :



[HI (g)]2
Kc =

[H2 (g)] . [I2 (g)]

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 12 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Pour une réaction générale a A + b B + ..... x X + y Y + ..... (I)


la constante d’équilibre s’écrit :

[X]x . [Y]y . [..]..


Kc =
[A]a . [B]b . [..]..

Cette expression est la loi de Guldberg et Waage ou la loi d’action de masse.

* Kc est la constante d’équilibre relative aux concentrations molaires de la réaction (I) (d’où le c en in-
dice). Elle caractérise cette réaction à une température donnée et permet une étude de l’état d’équilibre
auquel le système aboutit, quel qu’ait pu être l’état initial.

* Au numérateur de l’expression de la constante d’équilibre, on trouve le produit des concentrations


des produits et au dénominateur, le produit des concentrations des réactifs. Chaque concentration est
entachée de son coefficient stœchiométrique comme exposant.

* Les concentrations sont exprimées en mol/l.

* Puisque la présence d’un catalyseur a une influence identique sur k1 et k2, la constante d’équilibre est
indépendante de l’action d’un catalyseur.

* Kc dépend de la température.


À une température déterminée, la constante d’équilibre d’un système isolé a une valeur déterminée.
Tant que cette valeur n’est pas atteinte, le système n’est pas à l’équilibre.

* À l’équilibre :
- si Kc > 1 : les produits sont plus ou moins favorisés selon la valeur de Kc
- si Kc < 1 : les réactifs sont plus ou moins favorisés selon la valeur de Kc
- si Kc est proche de 1 : l’équilibre favorise autant les produits que les réactifs.

* La masse volumique d’un solide ou d’un liquide pur étant constante, il en est de même pour leur con-
centration. Les concentrations des composés solides ou liquides purs n’apparaissent donc pas dans
l’expression de Kc.
Exemple : Pb2+(aq) + 2 I–(aq) PbI2(s)
1
Kc =
[I–(aq)]2 . [Pb2+(aq)]
* Dans une solution diluée, le solvant peut être considéré comme un liquide pur et, au même titre que les
solides et les liquides purs, il n’apparaît pas dans l’expression de la constante d’équilibre.
Exemple : l’équation de la réaction entre une solution d’acide fort, HCl(aq), et une solution de base
forte, NaOH(aq), doit s’écrire :
H+(aq) + Cl–(aq) + Na+(aq) + OH–(aq) Cl–(aq) + Na+(aq) + H2O(l)

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 13

 es ions Cl–(aq) et Na+(aq) sont spectateurs : ils se simplifient dans l’équation chimique comme dans
L
l’expression du Kc qui s’écrit donc :
1
Kc =
[H+(aq)] . [OH–(aq)]

* Si le système ne comprend que des molécules à l’état gazeux, on utilisera la constante d’équilibre Kp
relative aux pressions partielles plutôt que Kc.

Soit la réaction :
a A(g) + b B(g) c C(g) + d D(g)
(pC) . (pD)d c

L’expression est : Kp =
(pA)a . (pB)b
Kp est une constante, pour une réaction donnée, à une température donnée.

Rappelons-nous l’équation des gaz parfaits :


P.V
P.V=n.R.T (n = )
R.T
pA . V pA
En sachant que [A] = nA/V, on peut écrire : [A] = =
R.T.V R.T

ce qui donne pour Kp


[C]c . [D]d
K = . (R . T) ((c+d) – (a+b))
p [A]a . [B]b
Exemple :
4 HCl(g) + O2(g) 2 Cl2(g) + 2 H2O(g)
(pCl )2 . (pH O)2 [Cl2]2 . [H2O]2
K = 2 2
= . (R . T)(2 + 2) – (4 + 1)
p (pO ) . (pHCl)4
2
[HCl]4 . [O2]

[Cl2]2 . [H2O]2 –1
Kc
= . (R . T) =
[HCl]4 . [O2] R.T
 onc, une réaction réversible se déroulant en phase gazeuse est caractérisée, à une température donnée,
D
par un Kc et un Kp. Si les concentrations sont connues, on utilisera Kc. Si les pressions sont connues,
on raisonnera plutôt avec Kp.
Notons que, si le système gazeux ne comprend pas de variation du nombre de moles gazeuses au cours
de la réaction, on utilisera de façon équivalente Kc et Kp puisque dans ce cas :
Kc
Kp = = Kc
(R . T)0
Dans cette série, on travaillera exclusivement avec Kc.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 14 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Activité 4 (corrigé au point 2.2.2 page 32)


Écrivez l’expression de la constante d’équilibre des équations suivantes :

1) N2(g) + 3 H2(g) 2 NH3(g)


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

2) 2 NO(g) + O2(g) 2 NO2(g)


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

3) 4 HCl(g) + O2(g) 2 H2O(g) + 2 Cl2(g)


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

4) CH3COOAg(s) CH3COO–(aq) + Ag+(aq)


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

5) CaCO3(s) CaO(s) + CO2(g)


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

6) Zn(s) + 2 H+(aq) + 2 Cl–(aq) Zn2+(aq) + H2(g) + 2 Cl–(aq)


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

7) HNO2(aq) + Na+(aq) + OH–(aq) NO–2(aq) + Na+(aq) + H2O(l)


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

8) NH+4 (aq) + Cl–(aq) + Na+(aq) + OH–(aq) NH3(g) + Cl–(aq) + Na+(aq) + H2O(l)


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

À partir des données expérimentales, on peut calculer la valeur numérique de Kc.

Prenons comme exemple la décomposition de l’iodure d’hydrogène HI(g) dont voici l’équation à haute
température :
2 HI(g) H2(g) + I2(g)

À l’équilibre à 560°C, on obtient les concentrations suivantes :


[H2(g)] = 2,91.10–3 mol/l [I2(g)] = 1,71.10–3 mol/l [HI(g)] = 1,65.10–2 mol/l

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 15

Pour calculer la valeur numérique de la constante d’équilibre, partons de son expression :


[H2(g)] . [I2(g)]
Kc =
[HI(g)]2
Remplaçons les concentrations par leur valeur :
(2,91.10–3 mol/l) . (1,71.10–3 mol/l)
K = = 1,82.10–2
c (1,65.10–2 mol/l)2
Remarque : dans ce cas-ci, Kc est un nombre sans unité.

Activité 5 (corrigé au point 2.2.2 page 32)


Soit la dissociation de l’acide acétique :
CH3COOH(aq) CH3COO–(aq) + H+(aq)
à 25°C, les concentrations à l’équilibre sont :
[CH3COOH(aq)] = 0,100 mol/l
[CH3COO–(aq)] = 1,34.10–3 mol/l
[H+(aq)] = 1,34.10–3 mol/l
Quelle est la valeur numérique de la constante d’équilibre à 25°C ?
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

Activité 6 (corrigé au point 2.2.2 page 33)


Soit le système :
SrCrO4(s) Sr2+(aq) + CrO24 –(aq)
À l’équilibre à 25°C, on trouve dans un ballon de 100 ml le nombre de moles suivant :
n(Sr2+(aq)) = 4.10–5 mole
n(CrO2– 4
(aq)) = 9.10–3 mole
Trouvez la valeur de la constante d’équilibre à 25°C.
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

Activité 7 (corrigé au point 2.2.2 page 33)


Dans 3 béchers, on dissout les 3 substances suivantes CaSO4(s), PbSO4(s), RaSO4(s).
Les équations des systèmes à l’équilibre sont :
1) CaSO4(s) Ca2 +(aq) + SO42 –(aq) Kc = 6,1.10–5 (mol/l)2
2+ 2–
2) PbSO4(s) Pb (aq) + SO4 (aq) Kc = 2,2.10–8 (mol/l)2
3) RaSO4(s) Ra2 +(aq) + SO42 –(aq) Kc = 4.10–11 (mol/l)2
Pour quel système la concentration en sulfate SO42 –(aq) est-elle la plus élevée ? Motivez votre réponse.
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 16 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

I l peut arriver que l’on ne connaisse pas d’emblée toutes les concentrations à l’équilibre.
Il faudra donc les déterminer pour calculer ensuite la valeur numérique de Kc.

Soit l’équation générale suivante où les réactifs sont représentés par A et B et les produits par C et D :
2 A(g) + B(g) C(g) + 3 D(g)
Au départ, on utilise 10 moles de A(g) et 10 moles de B(g) dans un ballon de 2 litres. À l’équilibre, il
s’est formé 2 moles de C(g).

Pour calculer la valeur de Kc, il faut déterminer la valeur de toutes les concentrations à l’équilibre.

Procédons méthodiquement :

Volume = 2 l
2 A(g) + B(g) C(g) + 3 D(g)
Nombre de moles au départ : 10 10 0 0
Nombre de moles à l’équilibre :  ?  ? 2  ?

En lisant l’équation, nous pouvons dire que 2 moles de A réagissent avec 1 mole de B pour donner
1 mole de C et 3 moles de D. Donc, pour obtenir 2 moles de C, il faudra utiliser 4 moles de A et 2 moles
de B. On obtiendra également 6 moles de D.

Volume = 2 l
2 A(g) + B(g) C(g) + 3 D(g)
Nombre de moles au départ : 10 10 0 0
Nombre de moles à l’équilibre : 10 – 4 10 – 2 2 6
=6 =8

Déterminons les concentrations à l’équilibre des différentes substances :


[A(g)] : 6 moles dans 2 litres, c’est-à-dire 3 moles par litre.
[B(g)] : 8 moles dans 2 litres, c’est-à-dire 4 moles par litre.
[C(g)] : 2 moles dans 2 litres, c’est-à-dire 1 mole par litre.
[D(g)] : 6 moles dans 2 litres, c’est-à-dire 3 moles par litre.

Nous pouvons à présent remplacer les différentes concentrations par leur valeur dans l’expression de la
constante d’équilibre :

[C(g)] . [D(g)]3 (1 mol/l) . (3 mol/l)3


Kc = = = 0,75 mol/l
[A(g)]2 . [B(g)] (3 mol/l)2 . (4 mol/l)

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 17

Activité 8 (corrigé au point 2.2.2 page 33)


Soit l’équation :
A(g) + B(g) 3 C(g) + 2 D(g)
Au départ, on utilise 2 moles de A(g) et 4 moles de B(g) dans un ballon de 0,5 litre. À l’équilibre, l’ana-
lyse révèle la présence de 0,3 mole de C(g). Trouvez la valeur numérique de Kc.
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

I nversement, on peut, à partir de la valeur numérique de la constante d’équilibre, calculer


la valeur d’une concentration à l’équilibre ou d’une concentration initiale.

Prenons un exemple tout à fait général. On établit l’équation :


A(g) + B(g) 2 C(g)
Au départ, on a 2 moles par litre de A(g). À l’équilibre, on trouve 1 mole par litre de la même substance.
Sachant que Kc vaut 16, on peut calculer la concentration finale de C(g) et de B(g).

Volume = 1 l
A(g) + B(g) 2 C(g)
Nombre de moles au départ : 2  ? 0
Nombre de moles à l’équilibre : 1 x 2

En effet, à la lecture de l’équation, on peut dire que chaque mole de A(g) donne 2 moles de C(g). Comme
il reste 1 mole de A(g) à l’équilibre, cela veut dire que 1 mole de A(g) a réagi pour donner 2 moles de
C(g).
Reprenons la valeur de Kc où l’on remplace les concentrations à l’équilibre par leur valeur.
[C(g)]2 (2 mol/l)2
K = = = 16
c [A(g)] . [B(g)] (1 mol/l) . (x mol/l)
x = 0,25 mol/l = [B(g)] à l’équilibre

Activité 9 (corrigé au point 2.2.2 page 34)


Soit l’équation :
2 A(g) + B(g) 3 C(g)
Au départ, on a 3 moles par litre de A(g) et, à l’équilibre, on retrouve 2,6 moles par litre de cette même
substance. On sait que Kc vaut 16.
Quelle sera la valeur de la concentration en B(g) à l’équilibre ?
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 18 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Facteurs d’évolution spontanée des réactions chimiques


Jusqu’à présent, nous ne nous sommes pas encore posé la question embarrassante suivante :

« Comment prévoir la position de l’équilibre ? »

Les chimistes peuvent répondre à cette question en utilisant des notions de thermodynamique. Celle-ci
fera l’objet de la série 6 de ce module mais, pour la compréhension de cette série, nous allons en balayer
quelques grandes lignes.
Nous comprendrons comment prévoir la position de l’équilibre après avoir défini les notions d’enthal-
pie et d’entropie.

Un premier facteur à prendre en considération, l’enthalpie de réaction

Lors de la combustion du charbon en présence d’oxygène, l’énergie contenue dans le charbon n’est ni
détruite ni créée, elle est tout simplement transformée.

Énergie sous forme de liaisons combustion Énergie sous forme de chaleur


chimiques dans le charbon dissipée dans le milieu ambiant

Le charbon possédait donc, au départ, un certain « contenu énergétique ». C’est ce contenu énergétique
qui est appelé ENTHALPIE. Chaque substance, réactif ou produit, possède sa valeur d’enthalpie. Cette
enthalpie se note H.

L’enthalpie des réactifs est notée HRéactifs ou HR


L’enthalpie des produits est notée HProduits ou HP

Au cours d’une réaction, il y a donc variation d’enthalpie : H. Cette variation d’enthalpie se traduit par
l’expression suivante :

H = HP – HR

En somme :

* si une réaction dégage de l’énergie (ce qui est le cas de la combustion du charbon), l’énergie contenue
dans les produits est inférieure à celle contenue dans les réactifs. Donc, l’enthalpie des produits est
inférieure à l’enthalpie des réactifs et H < 0.
On dit que la réaction est exothermique.
Si la réaction libère x kilojoules, l’équation s’écrit : A + B C+D H = –x kJ
ou parfois aussi A + B C + D + x kJ

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 19

* si une réaction consomme de l’énergie (ce qui est le cas de la réaction du vinaigre avec le bicarbonate
de soude), l’enthalpie des produits est supérieure à l’enthalpie des réactifs et H > 0.
On dit que la réaction est endothermique.
Si la réaction absorbe x kilojoules, l’équation s’écrit : A + B C+D H = +x kJ
ou parfois aussi A + B C + D – x kJ

Dans la grande majorité des cas, les réactions exothermiques, donc associées à une libération d’énergie
( H < 0), ont, à température ordinaire, leur équilibre très déplacé vers la droite, vers les produits de
réaction.

Un second facteur à prendre en considération, l’entropie de réaction

Considérons les transformations chimiques suivantes :


NH4Cl(s) NH3(g) + HCl(g) (a)
CaCO3(s) CaO(s) + CO2(g) (b)
2 NH3(g) N2(g) + 3 H2(g) (c)

Ces trois réactions sont endothermiques. L’expérience montre que l’équilibre se déplace vers la droite à
mesure que la température s’élève et peut même devenir très en faveur des produits de réaction à haute
température. Il est aisé de découvrir que ces trois réactions ont un point commun : les produits de réaction
ont plus de liberté de mouvement que les réactifs. Une molécule de gaz qui se déplace dans un espace à
trois dimensions a trois degrés de liberté, une molécule immobilisée dans un solide n’en a aucun.

Réaction (a) => gain de 6 degrés de liberté


Réaction (b) => gain de 3 degrés de liberté
Réaction (c) => gain de 6 degrés de liberté

Cette observation sera associée plus tard à l’augmentation de la valeur d’une fonction que les physico-
chimistes ont appelée ENTROPIE liée également à une idée de « désordre ».

Même en faisant abstraction des calculs et des équations, on peut aisément comprendre que l’entropie,
ou le désordre, est plus grande dans un gaz que dans un liquide. L’entropie est également plus grande
dans un liquide que dans un solide.

Solides Liquides Gaz

Mouvements des molécules

Entropie/Désordre

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 20 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Par exemple, si les réactifs sont des liquides et les produits sont des gaz, il y a augmentation du désordre
au cours de la réaction.

Spontanément, la nature tend vers un désordre croissant (il n’y a qu’à constater l’état de notre maison ou
appartement à la fin de la semaine !!!).

Attention !
Ce n’est pas parce qu’une réaction chimique est spontanée qu’elle est nécessairement rapide.
Par exemple, l’oxydation du fer (formation de la rouille) est une réaction spontanée, mais particulière-
ment lente.

Pour mieux comprendre ces tendances naturelles, utilisons une comparaison.

• Des balles de golf se trouvent dispersées sur la tablette supérieure d’un toboggan. Elles possèdent une
certaine énergie potentielle. Spontanément, ces balles vont rouler vers le niveau inférieur et auront
donc une énergie potentielle plus basse.

Balles de golf SPONTANÉMENT


Sur niveau supérieur Sur niveau inférieur
Énergie potentielle Énergie potentielle
importante plus basse

Tout comme les balles de golf roulent toujours vers le niveau le plus bas, les réactions chimiques se font
spontanément dans le sens d’une énergie minimum.

Réaction chimique SPONTANÉMENT


Enthalpie importante Enthalpie plus basse

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 21

• Lors de leur chute, les balles de golf ne resteront pas groupées. Elles vont se disperser spontanément.

Balles de golf SPONTANÉMENT


Regroupées Dispersées

Réaction chimique SPONTANÉMENT


Ordre ou moindre Désordre plus grand
désordre

La nature favorise un état de plus grand désordre.

L’équilibre est un compromis entre ces deux facteurs : énergie minimum et désordre maximum.

Au point de vue chimique, trois cas peuvent se produire :

a) Si, au cours d’une réaction, l’enthalpie diminue ( H < 0) et l’entropie augmente (désordre augmente),
les deux facteurs favorisent la réaction directe. La réaction sera complète.

b) Envisageons les cas où :

H < 0 et désordre diminue


H > 0 et désordre augmente

Un des deux facteurs favorise la réaction directe et l’autre favorise la réaction inverse.
Dans ce cas, on a un état d’équilibre caractérisé par la présence persistante de réactifs et de produits
de réaction.

c) Si au cours de la réaction, l’enthalpie augmente ( H > 0) et le désordre diminue, les deux facteurs
favorisent la réaction inverse. La transformation spontanée est donc considérée comme impossible.

Nous savons à présent pourquoi une réaction chimique peut être complète, atteindre un état d’équi-
libre ou être impossible.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 22 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Activité 10 (corrigé au point 2.2.2 page 34)


Sur base de ce qui a été vu sur l’enthalpie et l’entropie, déterminez si les systèmes suivants peuvent
atteindre un état d’équilibre entre réactifs et produits de réaction. Motivez votre réponse.

1) 3 Mn(s) + 2 O2(g) Mn3O4(s) libère 1360 kJ


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

2) NaOH(s) Na+(aq) + OH–(aq) libère 42 kJ


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

3) 4 Fe(s) + 3 O2(g) 2 Fe2O3(s) libère 1660 kJ


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

4) O2(g) O2(aq) H = –12,5 kJ


.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

Principe de Le Chatelier : le déplacement de l’équilibre chimique


Posons-nous encore une autre question :

«Lorsqu’un état d’équilibre est atteint, comment peut-on le modifier ?»

Pour influencer un état d’équilibre, on peut agir sur deux ou trois facteurs :

1. la valeur de Kc qui dépend de la température;


2. l’une des concentrations, ce qui entraîne un réajustement des autres concentrations pour maintenir la
valeur de Kc constante;
3. la pression totale si au moins l’un des réactifs ou des produits est gazeux.

Vérifions successivement l’impact d’une variation de température, de concentration et de pression sur


un état d’équilibre.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 23

Variation de la température

Si l’on considère le système :


2 NO2(g) N2O4(g) H = –57 kJ
brun foncé incolore

L’équation montre que l’association de deux molécules de NO2 pour donner une molécule de N2O4
dégage de l’énergie. La réaction est exothermique.

La constante d’équilibre de cette réaction est :


[N2O4(g)]
Kc =
[NO2(g)]2

On place dans une éprouvette un mélange des gaz NO2 et N2O4. Expérimentalement, on observe qu’à :
- 40°C, la coloration est brunâtre;
- 0°C, la coloration brûnatre s’affaiblit et devient jaune paille;
- 80°C, la coloration brunâtre s’accentue.

On peut en conclure que :


a) lorsqu’on diminue la température, la formation de N2O4 incolore est favorisée. On dira que la réaction
est déplacée vers la droite. Le refroidissement favorise donc la réaction exothermique.
L’équation est : 2 NO2 N2O4 H = –57 kJ

b) lorsqu’on augmente la température, la formation de NO2 de couleur brune est favorisée. On dira que
la réaction est déplacée vers la gauche. L’augmentation de température favorise donc la réaction
endothermique.
L’équation est : N2O4 2 NO2 H = +57 kJ

Van’t Hoff a généralisé ces conclusions dans une loi qui s’énonce de la manière suivante :

Dans un système en équilibre, une élévation de température favorise la réaction


endothermique, tandis qu’un abaissement de température favorise la réaction exothermique.

Une variation de la température T du système a pour effet de modifier l’état d’équilibre et de l’amener à
un nouvel état d’équilibre caractérisé par une valeur différente de Kc.
Variation de T
État d’équilibre 1 État d’équilibre 2
Kc1 Kc2

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 24 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Activité 11 (corrigé au point 2.2.2 page 35)


Soient les systèmes :

1) I2(s) I2(alcool) consomme 6,7 kJ


Quel sera l’effet d’une élévation de température sur ce système ?
. .............................................................................................................................................................
. .............................................................................................................................................................

2) 4 Fe(s) + 3 O2(g) 2 Fe2O3(s) libère 1660 kJ


Quel sera l’effet d’une diminution de température sur ce système ?
. .............................................................................................................................................................
. .............................................................................................................................................................

3) P4(s) + 5 O2(g) P4O10(s) H = –3042 kJ


Quel sera l’effet d’une augmentation de température sur ce système ?
. .............................................................................................................................................................
. .............................................................................................................................................................

Variation des concentrations

Si l’on ne modifie pas la température, la valeur de Kc reste constante. De ce fait, si l’une des concentra-
tions varie, les autres concentrations devront s’ajuster pour garder cette valeur de Kc constante.

En toute généralité, on peut écrire :


A + B C + D
[C] . [D]
Kc =
[A] . [B]
Si l’on augmente la concentration [A], alors la concentration [B] doit diminuer et les concentrations [C]
et [D] doivent augmenter pour garder la valeur de Kc constante.

A + B C + D
[C] . [D]
Kc =
[A] . [B]
Cela veut dire que la réaction est déplacée vers la formation de produits C et D, c’est-à-dire vers la
droite.
Par un raisonnement similaire, on peut comprendre qu’une diminution de la concentration en l’un des
réactifs, A par exemple, déplace l’équilibre vers la gauche.
Faites-en la démonstration !

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 25

Examinons à présent ce qui se passe si l’on diminue la concentration d’un des produits de la réaction,
C par exemple, en l’éliminant du milieu réactionnel.

Exemple : synthèse de l’ammoniac


[NH3]2
N2(g) + 3 H2(g) 2 NH3(g) Kc =
[N2] . [H2]3
Par un moyen quelconque, on élimine le NH3 au fur et à mesure de sa formation (sa concentration diminue).
La valeur numérique du numérateur de l’expression de Kc va donc diminuer.
Pour que Kc puisse garder une valeur constante, il faudra réduire le dénominateur dans les mêmes pro-
portions, ce qui revient à déplacer l’équilibre dans le sens :
N2(g) + 3 H2(g) 2 NH3(g)

En effet, si l’équilibre est déplacé vers la droite, les concentrations [N2] et [H2] diminuent.
Mais, puisque NH3(g) est éliminé au fur et à mesure de la réaction, on arrive à l’épuisement des réactifs.
Un nouvel équilibre ne pourra jamais être atteint. Si l’on veut que la réaction se poursuive, on doit intro-
duire du N2(g) et de l’H2(g) dans le milieu réactionnel.

En conclusion :
Si l’on augmente la concentration d’une substance, le système tend à consommer la substance
ajoutée.
Si l’on réduit la concentration d’une substance, le système tend à produire cette substance.

Une variation de la concentration d’une substance a pour effet de modifier l’état d’équilibre sans modi-
fier la valeur de Kc.

Variation de concentration
État d’équilibre 1 État d’équilibre 2
Kc Kc

Illustrons une réaction chimique à l’aide


- d’étoiles pour les réactifs
- de carrés pour les produits

Nous schématiserons l’équilibre initial par :

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 26 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Nous allons modifier cet équilibre 1 en augmentant la concentration en réactifs. En effet, la réaction sera
déplacée vers la droite pour consommer la substance ajoutée. Nous passerons à un autre état d’équilibre.

déplacement de
l’équilibre vers

la droite =>
produits formés

équilibre 1 équilibre 2
On peut également augmenter la concentration en produit. L’équilibre initial sera alors déplacé vers la
gauche pour aboutir à un autre état d’équilibre et diminuer la concentration en produit ajouté.

déplacement de
l’équilibre vers

la gauche =>
produits consommés

Une illustration analogue pourrait être faite si l’on envisage la diminution d’une des concentrations.
Imaginez cette possibilité !

Activité 12 (corrigé au point 2.2.2 page 35)


Si l’on considère les équations suivantes :

1) CH3COOH(aq) H+(aq) + CH3COO–(aq)


Quel sera l’effet sur les concentrations à l’équilibre :
- d’une augmentation de la concentration [H+(aq)] ?
L’équilibre est déplacé vers la ...………………………………………………………..

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 27

- d’une diminution de la concentration [CH3COO–(aq)] ?


L’équilibre est déplacé vers la ...………………………………………………………..

2) CO2–3
(aq) + H+(aq) HCO–3(aq)
Quel sera l’effet sur les concentrations à l’équilibre :
- d’une augmentation de la concentration [CO2– 3
(aq)] ?
L’équilibre est déplacé vers la ..………………………………………………………….
- d’une augmentation de la concentration [H+(aq)] ?
L’équilibre est déplacé vers la ...…………………………………………………………
- d’une augmentation de la concentration [HCO–3(aq)] ?
L’équilibre est déplacé vers la ...…………………………………………………………

Variation de la pression totale

Il va de soi que la variation de la pression totale n’a d’effet que sur les systèmes gazeux.
Comme une variation de pression entraîne une variation de volume des gaz, une variation de pression
entraîne automatiquement une variation de leur concentration. En effet, on entend par concentration un
nombre de moles par litre. Si la pression augmente, la concentration croît également.
Le schéma suivant illustre cette affirmation :

augmentation de la pression totale

P1 c1 P2 c2
P2 > P1 P = pression
c2 > c1 c = concentration

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 28 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Pour étudier l’effet d’une variation de pression sur l’état d’équilibre, 3 cas sont à considérer :

1. La réaction directe (de gauche à droite) a lieu avec augmentation de volume à pression constante
Reprenons l’exemple :
[NO2]2 [NO2] . [NO2]
N2O4(g) 2 NO2(g) Kc = =
[N2O4] [N2O4]
22,4 l 2 . 22,4 l

Si l’on augmente la pression, la concentration des différentes substances augmente également. Pour que
l’expression du rapport des concentrations reste constante, il faut que la variation de [NO2] reste plus
faible que la variation de la concentration [N2O4] (car la concentration [NO2] est au carré).
Donc, si l’on augmente la pression, c’est-à-dire la concentration des différentes substances, le sens de la
réaction doit évoluer vers la formation de N2O4 (pour garder Kc constante) soit dans le sens qui corres-
pond à une contraction de volume.
2 NO2(g) N2O4(g)
2 . 22,4 l 22,4 l

Essayez d’imaginer ce qui se passe lorsque la pression diminue !

2. La réaction n’implique aucune variation de volume à pression constante


Soit la réaction :
[NO]2 [NO] . [NO]
N2(g) + O2(g) 2 NO(g) Kc = =
[N2] . [O2] [N2] . [O2]
22,4 l 22,4 l 2 . 22,4 l

Dans ce cas, il est évident que toutes les concentrations sont influencées de la même manière par la va-
riation de pression. L’équilibre est inchangé lors d’une variation de la pression totale.

3. La réaction directe a lieu avec contraction de volume à pression constante


Reprenons comme exemple la réaction de synthèse de l’ammoniac :
[NH3]2 [NH3] . [NH3]
N2(g) + 3 H2(g) 2 NH3(g) Kc = =
[N2] . [H2]3 [N2] . [H2] . [H2] . [H2]
22,4 l 3 . 22,4 l 2 . 22,4 l

Si l’on augmente la pression totale du système, la concentration [NH3] doit augmenter bien plus que les
autres pour que Kc garde une valeur constante, ce qui implique une formation plus importante d’ammo-
niac. La réaction favorisée est donc celle où il y a contraction de volume.

Essayez d’imaginer ce qui se passe lorsque la pression diminue !

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 29

Grâce à ces trois exemples, on peut généraliser :

Dans le cas d’une variation de la pression totale subie par un système gazeux à l’état
d’équilibre :
- une augmentation de pression favorise la réaction qui se fait avec contraction de volume, donc
dans le sens d’une diminution du nombre de moles gazeuses;
- une diminution de pression favorise la réaction qui se fait avec augmentation de volume;
- une variation de pression n’a pas d’effet sur un système à l’équilibre qui ne comporte aucune
variation du nombre de moles gazeuses.

Une variation de la pression totale a pour effet de modifier l’état d’équilibre d’un système gazeux sans
modifier la valeur de Kc.
Variation de la pression
État d’équilibre 1 État d’équilibre 2
Kc Kc

Activité 13 (corrigé au point 2.2.2 page 35)


Quel sera l’effet d’une augmentation de pression sur le système suivant ?
2 H2O(g) 2 H2(g) + O2(g)
Motivez votre réponse.
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................

Généralisation : la loi de Le Chatelier

La loi de Le Chatelier permet d’exprimer un comportement que l’on retrouve dans tous les cas envisagés.
Elle s’énonce comme suit :

Un système en équilibre évolue de façon à s’opposer à toute intervention extérieure.

En effet, si l’on considère :

Une variation de température :


Soit une réaction exothermique (qui dégage de l’énergie) :
- si l’on augmente la température, le système va la diminuer en consommant de l’énergie et favorisera
la réaction inverse (endothermique);
- si l’on diminue la température, le système va l’augmenter en fournissant de l’énergie et favorisera
la réaction directe (exothermique).

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 30 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Soit une réaction endothermique (qui consomme de l’énergie) :


- si l’on augmente la température, le système va la diminuer en consommant de l’énergie et favorisera
la réaction directe (endothermique);
- si l’on diminue la température, le système va l’augmenter en fournissant de l’énergie et favorisera
la réaction inverse (exothermique).

Une variation de concentration :


- si l’on diminue la concentration d’un réactif, le système va l’augmenter et favorisera la réaction
inverse;
- si l’on augmente la concentration d’un réactif, le système va la diminuer et favorisera la réaction
directe;
- si l’on diminue la concentration d’un produit, le système va l’augmenter et favorisera la réaction
directe;
- si l’on augmente la concentration d’un produit, le système va la diminuer et favorisera la réaction
inverse.

Une variation de pression :


- si l’on augmente la pression totale d’un système gazeux, celui-ci va la diminuer en favorisant la
réaction qui se fait avec contraction de volume;
- si l’on diminue la pression totale d’un système gazeux, celui-ci va l’augmenter en favorisant la
réaction qui se fait avec augmentation de volume.

Activité 14 (corrigé au point 2.2.2 page 35)


Soit le système en équilibre :
N2(g) + 3 H2(g) 2 NH3(g) H = –92 kJ
Expliquez, selon le principe de Le Chatelier, l’effet sur ce système :
- d’une augmentation de la pression totale;
- d’une augmentation de la concentration en hydrogène;
- d’une diminution de température.

Un cas particulier : la règle de Berthollet

Lorsque l’un des produits de la réaction quitte le milieu réactionnel, soit sous forme solide (précipitation),
soit sous forme de gaz, la règle de Berthollet prévoit un déplacement d’équilibre très à droite. Elle s’énonce
comme suit :

La réaction entre deux solutions ioniques (sel, acide, base) est complète
si l’un des produits formés est insoluble (ou peu soluble) ou gazeux.

Des exemples d’application de cette règle seront vus dans les séries 3 et 4 de ce module.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 31

2.2.2 Corrigé des activités


Activité 1
Le système 1 est un système ouvert dont la phase gazeuse peut s’échapper.
Le système 2 est un système isolé car il n’échange ni matière, ni énergie avec le monde extérieur.

Activité 2
Les systèmes isolés sont les exemples 1, 4, 5, 7 car ils n’échangent ni matière, ni énergie avec le monde
extérieur.

Exemple Système isolé Système non isolé


1. une bouteille de vin scellée oui
2. un verre comprenant de l’eau et de la glace oui
3. l’eau d’une piscine extérieure sous le soleil de l’été oui
4. un thermomètre renfermant du mercure liquide et gazeux oui
5. l’eau d’un lac et sa surface gelée oui
6. l’eau amenée à ébullition dans une bouilloire oui
7. une bouteille thermo remplie à moitié d’eau bouillante oui

Activité 3
1) Même après l’établissement de l’équilibre entre I2(s) et I2(alcool), on observe un passage de l’iode
radioactif en phase liquide.
On peut conclure que, même lorsque l’équilibre est atteint, il existe toujours une certaine dissolution
de l’I2* dans la solution alcoolique. Certaines particules quittent la masse solide pour passer dans la
phase liquide et certaines molécules de la phase liquide rejoignent la phase solide.

2) À l’équilibre, on est donc en présence de deux phénomènes inverses s’effectuant à la même


vitesse.

Équation directe : I2(s) I2(alcool)



Cette réaction porte le nom de dissolution.

Équation inverse : I2(alcool) I2(s)

Cette équation porte le nom de cristallisation ou précipitation.

3) L’équation unique est : I2(s) I2(alcool)

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 32 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Activité 4
[NH3(g)]2
1) Kc =
[H2(g)]3 . [N2(g)]

[NO2(g)]2
2) Kc =
[O2(g)] . [NO(g)]2

[H2O(g)]2 . [Cl2(g)]2
3) K =
c [O2(g)] . [HCl(g)]4

4) Kc = [CH3COO–(aq)] . [Ag+(aq)]

5) Kc = [CO2(g)]
[Zn2+(aq)] . [H2(g)]
6) Kc =
[H+(aq)]2

[NO–2(aq)]
7) Kc =
[HNO2(aq)] . [OH–(aq)]

[NH3(g)]
8) Kc =
+
[NH4 (aq)] . [OH–(aq)]

Activité 5
CH3COOH(aq) CH3COO–(aq) + H+(aq)

à 25°C, les concentrations à l’équilibre sont :


[CH3COOH(aq)] = 0,100 mol/l
[CH3COO–(aq)] = 1,34.10–3 mol/l
[H+(aq)] = 1,34.10–3 mol/l

Pour calculer la valeur numérique de la constante d’équilibre à 25°C, partons de son expression :
[H+(aq)] . [CH3COO–(aq)]
K =
c [CH3COOH(aq)]
Remplaçons les concentrations par leur valeur :
1,34.10–3 mol/l . 1,34.10–3 mol/l
K = = 1,79.10–5 mol/l
c 0,100 mol/l

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 33

Activité 6
SrCrO4(s) Sr2+(aq) + CrO24 –(aq)

L’expression de la constante d’équilibre est :


Kc = [CrO2–
4
(aq)] . [Sr2+(aq)]

Calculons les concentrations à l’équilibre :


[CrO2–4
(aq)] : on a 9.10–3 mole dans 100 ml, ce qui fait 9.10–2 mole dans 1 litre.
[Sr2+(aq)] : on a 4.10–5 mole dans 100 ml, ce qui fait 4.10–4 mole dans 1 litre.

Remplaçons les concentrations par leur valeur :


Kc = 9.10–2 mol/l . 4.10–4 mol/l = 3,6.10–5 (mol/l)2

Activité 7
Si l’on s’en réfère aux valeurs des constantes d’équilibre, on peut dire que c’est pour le premier système
que la concentration en ions sulfate est la plus élevée. En effet, plus la valeur de Kc est élevée, plus les
produits sont favorisés.

Activité 8
Volume = 0,5 l
A(g) + B(g) 3 C(g) + 2 D(g)
Nombre de moles au départ : 2 4 0 0
Nombre de moles à l’équilibre :  ?  ? 0,3  ?

En lisant l’équation, nous pouvons dire que 1 mole de A réagit avec 1 mole de B pour donner 3 moles de
C et 2 moles de D. Donc, pour obtenir 0,3 mole de C, il faudra utiliser 0,1 mole de A et 0,1 mole de B.
On obtiendra également 0,2 mole de D.

Volume = 0,5 l
A(g) + B(g) 3 C(g) + 2 D(g)
Nombre de moles au départ : 2 4 0 0
Nombre de moles à l’équilibre : 2 – 0,1 4 – 0,1 0,3 0,2
= 1,9 = 3,9
Déterminons les concentrations à l’équilibre des différentes substances :
[A(g)] : 1,9 mole dans 0,5 litre, c’est-à-dire 3,8 moles par litre.
[B(g)] : 3,9 moles dans 0,5 litre, c’est-à-dire 7,8 moles par litre.
[C(g)] : 0,3 mole dans 0,5 litre, c’est-à-dire 0,6 mole par litre.
[D(g)] : 0,2 mole dans 0,5 litre, c’est-à-dire 0,4 mole par litre.

Nous pouvons à présent remplacer les différentes concentrations par leur valeur dans l’expression de la
constante d’équilibre :
[C(g)]3 . [D(g)]2 (0,6 mol/l)3 . (0,4 mol/l)2
K = = = 1,16.10–3 (mol/l)3
c [A(g)] . [B(g)] (3,8 mol/l) . (7,8 mol/l)

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 34 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Activité 9
Volume = 1 l
2 A(g) + B(g) 3 C(g)
Nombre de moles au départ : 3  ? 0
Nombre de moles à l’équilibre : 2,6 x 0,6

En effet, à la lecture de l’équation, on peut dire que 2 moles de A donnent 3 moles de C. Comme il reste
2,6 moles de A à l’équilibre, cela veut dire que 0,4 mole de A a réagi pour donner 0,6 mole de C.

Reprenons la valeur de Kc où l’on remplace les concentrations à l’équilibre par leur valeur :
[C(g)]3 (0,6 mol/l)3
Kc = = = 16
[A(g)]2 . [B(g)] (2,6 mol/l)2 . (x mol/l)

x = 2.10–3 mol/l = [B(g)] à l’équilibre

Activité 10
1) 3 Mn(s) + 2 O2(g) Mn3O4(s) libère 1360 kJ

La réaction dégage de l’énergie ( H < 0) et l’entropie diminue. L’état d’équilibre entre réactifs et pro-
duits de réaction peut être atteint.

2) NaOH(s) Na+(aq) + OH–(aq) libère 42 kJ

La réaction dégage de l’énergie ( H < 0) et l’entropie augmente. L’état d’équilibre entre réactifs et pro-
duits de réaction ne peut être atteint. La réaction est complète.

3) 4 Fe(s) + 3 O2(g) 2 Fe2O3(s) libère 1660 kJ

La réaction dégage de l’énergie ( H < 0) et l’entropie diminue. L’état d’équilibre peut être atteint.

4) O2(g) O2(aq) H = –12,5 kJ /mol

La réaction dégage de l’énergie ( H < 0) et l’entropie diminue. L’état d’équilibre peut être atteint.

Activité 11
1) La dissolution de l’iode dans l’alcool est endothermique ( H > 0). Si l’on augmente la température, le
système va consommer de l’énergie en favorisant la réaction endothermique. L’équilibre sera déplacé
vers la droite.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 35

2) La synthèse de Fe2O3 est exothermique ( H < 0). Si l’on diminue la température, le système va fournir
de l’énergie en favorisant la réaction exothermique. L’équilibre sera déplacé vers la droite. La syn-
thèse sera favorisée par une diminution de température.

3) L
 a synthèse de P4O10 est exothermique ( H < 0). Si l’on augmente la température, le système va con-
sommer de l’énergie en favorisant la réaction endothermique. L’équilibre sera déplacé vers la gauche.
Une augmentation de température favorise la décomposition.

Activité 12
1) Si l’on augmente la concentration en H+(aq), le système va la diminuer en déplaçant l’équilibre vers
la gauche.
Si l’on diminue la concentration en CH3COO–(aq), le système va l’augmenter en déplaçant l’équilibre
vers la droite.

2) Si l’on augmente la concentration en CO2–


3
(aq), le système va la diminuer en déplaçant l’équilibre
vers la droite.
Si l’on augmente la concentration en H+(aq), le système va la diminuer en déplaçant l’équilibre vers
la droite.
Si l’on augmente la concentration en HCO–3(aq), le système va la diminuer en déplaçant l’équilibre
vers la gauche.

Activité 13
Si l’on augmente la pression du système, celui-ci va la diminuer en favorisant la réaction qui se fait avec
contraction de volume : l’équilibre sera déplacé vers la gauche.

Activité 14
1) S
 i l’on augmente la pression totale, le système va la diminuer en favorisant la réaction qui se fait avec
contraction de volume, c’est-à-dire que l’équilibre sera déplacé vers la droite.

2) S
 i l’on augmente la concentration en dihydrogène, le système va la diminuer en déplaçant l’équilibre
vers la droite.

3) S
 i l’on diminue la température, le système va l’augmenter en favorisant la réaction exothermique,
c’est-à-dire en déplaçant l’équilibre vers la droite.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 36 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

2.3 Synthèse de la leçon


N’importe quel système de nature physique ou chimique est ouvert, fermé ou isolé.
Si le système est clos ou que les particules qu’il contient ne peuvent le quitter, on a un système dit
fermé.
Au contraire, un système ouvert permet aux particules de s’en échapper. Il y a perte de matière.
Un système isolé est un système qui n’échange ni matière, ni énergie avec le monde qui
l’entoure.

Pour que le système reste dans un état d’équilibre déterminé, il faut qu’il soit isolé.

Si le système n’est pas isolé, il y aura déplacement de l’équilibre.

Pour qu’un système atteigne un état d’équilibre, il faut que les réactions directe
et inverse se produisent à vitesse égale. Il y a alors compensation d’une réaction
par l’autre et les propriétés macroscopiques demeurent constantes.

Sens du courant

Une personne nageant à contre-courant à la même


vitesse que le courant se trouve en état d’équilibre.

La position de l’équilibre peut varier en fonction de l’enthalpie et de l’entropie de réaction.

Si, au cours d’une réaction, l’enthalpie diminue ( H < 0) et l’entropie (le désordre) augmente, les
deux facteurs favorisent la réaction directe. La réaction sera complète.
Si, par contre, H < 0 et le désordre diminue,
ou que H > 0 et le désordre augmente,
on a un état d’équilibre entre les réactifs et les produits de la réaction.
Enfin, si l’enthalpie augmente ( H > 0) et l’entropie (le désordre) diminue, les deux facteurs fa-
vorisent la réaction inverse. La réaction directe est donc impossible.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 37

On peut caractériser quantitativement l’équilibre chimique.

Soit le système :
a A + b B cC+dD
L’expression de la constante d’équilibre en fonction des concentrations d’équilibre caractérisant
ce système est :
[D]d [C]c
Kc = Loi de Guldberg et Waage ou loi d’action de masse
[A]a [B]b
Cette expression relative aux concentrations s’applique à tout système gazeux ou en solution. No-
tez cependant que les concentrations des solides, des liquides purs et des solvants n’apparaissent
pas dans l’expression de Kc.

Kc dépend de la température

Il est possible de modifier l’équilibre chimique en agissant sur :


- la température, ce qui entraînera une modification de la valeur de Kc
- l’une des concentrations, ce qui entraîne un réajustement des autres concentrations pour
maintenir la valeur de Kc constante;
- la pression totale si au moins l’un des réactifs ou des produits est gazeux.

Il est un fait que, en déplaçant l’équilibre, le but des chimistes est d’obtenir le meilleur rendement
possible.
Ils se basent pour cela sur un principe : le principe de Le Chatelier qui s’énonce de la sorte :

Si l’on impose une MODIFICATION de concentration, de pression ou de tem-


pérature à un système chimique en équilibre, il s’ensuit une RÉACTION chi-
mique qui S’OPPOSE en partie à la modification imposée. Le système évolue
donc vers UN NOUVEL ÉTAT D’ÉQUILIBRE.

En d’autres termes :
- une augmentation de température favorise la réaction dans le sens où elle est endothermique
et réciproquement;
- une augmentation de la concentration de l’un des constituants favorise la réaction dans le
sens où il y a diminution de la concentration de ce constituant et réciproquement;
- une augmentation de la pression favorise la réaction dans le sens où il y a diminution du nom-
bre de moles gazeuses (contraction de volume) et réciproquement. Si le nombre de moles
gazeuses ne varie pas, une variation de pression sera sans effet sur l’équilibre.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 38 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

2.4 Évaluation de la leçon


2.4.1 Travaux d’autocontrôle (T.A.C.)
Consignes de travail
Votre leçon étant terminée, voici votre test d’autocontrôle. Il vous permettra de faire le point sur vos
connaissances.
Il comprend vingt-deux questions sur les notions que vous devez maîtriser sans difficulté pour aborder
la suite du cours.
Nous espérons vous voir atteindre le maximum.
Réfléchissez avant d’arrêter votre choix et évitez surtout de répondre au hasard; ce test est destiné à vous
aider en vous permettant une autoévaluation et non à vous juger ou vous noter.
Si vous n’obtenez pas toutes les bonnes réponses, résolvez vos problèmes de connaissances et de com-
préhension en vous aidant du corrigé et du cours avant d’aborder la suite.

Bon travail !
Questionnaire
1. Les situations suivantes sont-elles des situations d’équilibre ? Répondez par oui ou non.
Dans tous les cas, on considère la température constante.
oui non
1. Une équipe de hockey et le banc de réserve. Le nombre de joueurs
engagés dans la partie est constant.
2. Le mercure liquide et la vapeur de mercure dans un thermomètre.
3. Le barrage de Manicouagan et le lac qu’il forme. Le niveau de
l’eau est constant bien qu’une rivière alimente le lac.
4. Un morceau de bois qui flotte sur l’eau.

2. Quel rapport existe-t-il entre les vitesses de réaction dans une réaction d’équilibre ?
a. vitesse de la réaction directe > vitesse de la réaction inverse
b. vitesse de la réaction directe < vitesse de la réaction inverse
c. vitesse de la réaction directe = vitesse de la réaction inverse

3. Soit le changement de phase suivant (la vaporisation consomme de l’énergie) :


H2O(l) H2O(g)
1) Une diminution de volume, donc une augmentation de la pression totale :
a. a comme effet de déplacer l’équilibre vers la droite
b. a comme effet de déplacer l’équilibre vers la gauche
c. n’a aucun effet sur l’état d’équilibre

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 39

2) Une augmentation de température :


a. a comme effet de déplacer l’équilibre vers la droite
b. a comme effet de déplacer l’équilibre vers la gauche
c. n’a aucun effet sur l’état d’équilibre

4. On prépare le méthanol (alcool méthylique) selon la réaction suivante (qui dégage de la chaleur) :
CO(g) + 2 H2(g) CH3OH(g)
1) Si l’on augmente la température du système :
a. la concentration en CH3OH(g) diminue
b. la concentration en CH3OH(g) augmente
c. la concentration en CO(g) diminue
2) Si l’on augmente la pression totale du système :
a. la concentration en CH3OH(g) diminue
b. la concentration en CH3OH(g) augmente
c. la concentration en CO(g) augmente

5. La transformation de l’éther liquide en éther gazeux en milieu fermé est :


a. toujours complète, car la réaction dégage de l’énergie et le désordre augmente
b. impossible, car la réaction absorbe de l’énergie et le désordre diminue
c. équilibrée, car la réaction absorbe de l’énergie et le désordre augmente

6. Pour le système suivant :


H2O(l) H2(g) + ½ O2(g)
La tendance au désordre maximum :
a. favorise la formation des réactifs
b. favorise la formation des produits
c. ne favorise ni la formation des produits ni celle des réactifs

7. Une réaction est impossible si elle se fait avec :


a. dégagement d’énergie et augmentation du désordre
b. absorption d’énergie et diminution du désordre
c. absorption d’énergie et augmentation du désordre

8. Pour qu’une réaction soit complète, il faut que :


a. l’enthalpie et l’entropie varient dans le même sens
b. l’enthalpie diminue et l’entropie augmente
c. l’enthalpie augmente et l’entropie diminue

9. L’équation représentant une réaction exothermique est :


a. A B libère de l’énergie
b. A + B C + D H>0
c. A + B C consomme de l’énergie

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 40 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

10. Dans un système en équilibre, à température constante, une variation de la pression totale :
a. augmente la valeur de la constante d’équilibre
b. diminue la valeur de la constante d’équilibre
c. n’a pas d’effet sur la valeur de la constante d’équilibre

11. Soit le système en équilibre :


2 HI(g) H2(g) + I2(g)
Kc1 à 440°C = 145.10–4
Kc2 à 644°C = 208.10–4
La température la plus favorable à la formation de H2(g) et de I2(g) est :
a. 644°C
b. 440°C
c. la température n’a aucune importance

12. Si l’on considère le système suivant :


2 NO(g) N2(g) + O2(g)
avec les concentrations à l’équilibre ci-dessous :
- concentration [NO] vaut 0,25 mol/l
- concentrations [N2] et [O2] valent 4,2 mol/l.
On peut déterminer la valeur de Kc. Celle-ci vaut :
a. 16,8
b. 282
c. 59,5.10–3

13. Soit le système CO(g) + 2 H2(g) CH3OH(g)


Une augmentation de la concentration en CO(g) :
a. favorise la décomposition de CH3OH(g)
b. favorise la synthèse de CH3OH(g)
c. n’a aucun effet sur la production de CH3OH(g)

14. La constante d’équilibre correspondant au système à l’équilibre suivant est :


PCl5 (g) PCl3(g) + Cl2(g)
[PCl3(g)] . [Cl2(g)]
a. Kc =
[PCl5(g)]

[PCl5(g)]
b. Kc =
[PCl3(g)] . [Cl2(g)]

[PCl3(g)]3 . [Cl2(g)]2
c. Kc =
[PCl5(g)]5

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 41

15. Si l’on augmente la température d’un système, la constante d’équilibre Kc :


a. varie
b. ne varie pas
c. varie ou pas selon le système

16. Soit le système en équilibre CO(g) + H2O(g) CO2(g) + H2(g)


On introduit 1 mole de CO et 1 mole de H2O dans un récipient de deux litres.
À l’équilibre, il y a 0,65 mole de H2. Que vaut Kc ?
a. 3,45
b. 0,422
c. 1

17. Soit le système en équilibre 2 SO3(g) O2(g) + 2 SO2(g)


Si, pour un équilibre donné, Kc = 5,3 mol/l et [SO3] = 1,2 mol/l et [O2] = 1,5 mol/l, que vaut la
concentration en SO2(g) à l’équilibre ?
a. 0,181 mol/l
b. 2,26 mol/l
c. 1,61 mol/l

18. La constante d’équilibre du système A(g) + B(g) C(g) + D(g)


est supérieure à 1. Dans ce cas :
a. [produits] > [réactifs]
b. [produits] < [réactifs]
c. [produits] = [réactifs]

19. Soit l’équilibre NH4HS(s) NH3(g) + H2S(g)


Cette réaction absorbe 93 kJ.
Une élévation de température :
a. déplace l’équilibre vers la droite
b. déplace l’équilibre vers la gauche
c. ne déplace pas l’équilibre

20. Soit le système 2 A + B 2C + 2D


Quelle est la condition pour que l’équilibre ne se déplace pas lorsque l’on diminue le volume ?
a. si B et D sont gazeux, A et C étant solides
b. si tous les corps sont gazeux
c. si B et C sont solides, A et D étant gazeux

21. Soit le système en équilibre 2 SO2(g) + O2(g) 2 SO3(g)


Cette réaction est exothermique.
Si les opérations suivantes sont effectuées :
A. accroissement de volume
B. compression
C. élévation de température

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 42 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

Celle(s) qui produi(sen)t un déplacement de l’équilibre vers la droite est (sont) :


a. A et C
b. B
c. C et B

22. L’équilibre entre le carbonate de calcium, l’oxyde de calcium et le dioxyde de carbone peut être
représenté par :
CaCO3(s) CaO(s) + CO2(g)
On peut rendre la réaction complète en :
a. ajoutant un catalyseur
b. mélangeant initialement le carbonate de calcium et l’oxyde de calcium
c. ouvrant le récipient

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 43

2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C.


1.
oui non
1. Une équipe de hockey et le banc de réserve. Le nombre de joueurs
X
engagés dans la partie est constant.
2. Le mercure liquide et la vapeur de mercure dans un thermomètre. X
3. Le barrage de Manicouagan et le lac qu’il forme. Le niveau de l’eau
X
est constant bien qu’une rivière alimente le lac.
4. Un morceau de bois qui flotte sur l’eau. X

2. La proposition correcte est la proposition c.


Dans une réaction d’équilibre, la vitesse de la réaction directe est égale à la vitesse de la réaction inverse.

3. 1) La proposition correcte est la proposition b.


Si l’on augmente la pression du système, celui-ci va la diminuer en favorisant la réaction qui se fait
avec contraction de volume. L’équilibre sera, dès lors, déplacé vers la gauche.

2) La proposition correcte est la proposition a.


Si l’on augmente la température, le système va la diminuer en favorisant la réaction endothermique.
La réaction sera, dès lors, déplacée vers la droite.

4. 1) La proposition correcte est la proposition a.


Si l’on augmente la température du système, celui-ci va la diminuer en favorisant la réaction endo-
thermique. L’équilibre sera donc déplacé vers la gauche et la concentration en CH3OH(g) diminuera
alors que la concentration en CO(g) va augmenter..

2) La proposition correcte est la proposition b.


Si l’on augmente la pression totale du système, celui-ci va la diminuer en favorisant la réaction qui
se fait avec contraction de volume. L’équilibre sera donc déplacé vers la droite et la concentration en
CH3OH(g) augmentera alors que la concentration en CO(g) va diminuer.

5. La proposition correcte est la proposition c.


Si vous frottez sur votre peau un tampon imbibé d’éther, vous ressentez une sensation de froid. Ceci
est dû au fait que, pour passer de l’état liquide à l’état gazeux, l’éther absorbe de l’énergie, en l’oc-
currence celle de notre corps. Par ailleurs, lors de ce changement d’état, le désordre augmente. La
réaction aboutit donc à un état d’équilibre.

6. La proposition correcte est la proposition b.


La tendance au désordre maximum favorise la formation des produits.

7. La proposition correcte est la proposition b.


Une réaction est impossible s’il y a absorption d’énergie et diminution du désordre.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 44 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1

8. La proposition correcte est la proposition b.


Pour qu’une réaction soit complète, il faut que l’enthalpie diminue ( H < 0) et que l’entropie (le
désordre) augmente.

9. La proposition correcte est la proposition a.


La réaction est exothermique si elle dégage de l’énergie.

10. La proposition correcte est la proposition c.


Une augmentation de pression, à température constante, n’a pas d’effet sur la valeur de la constante
d’équilibre.

11. La proposition correcte est la proposition a.


La température la plus favorable à la formation de H2(g) et de I2(g) est de 644°C. En effet, plus la
valeur de Kc est élevée, plus la formation des produits est favorisée.

12. La proposition correcte est la proposition b.


L’expression de la constante d’équilibre correspondant au système est la suivante :
[O2] . [N2]
Kc =
[NO]2
En remplaçant les concentrations à l’équilibre par leur valeur, on obtient :
4,2 mol/l . 4,2 mol/l
Kc = = 282
(0,25 mol/l)2
13. La proposition correcte est la proposition b.
Si l’on augmente la concentration en CO(g), le système va la diminuer en déplaçant l’équilibre vers
la droite. La synthèse de CH3OH(g) sera, dès lors, favorisée.

14. La proposition correcte est la proposition a.


PCl5(g) PCl3(g) + Cl2(g)
L’expression de la constante d’équilibre correspondant à ce système est :
[PCl3] . [Cl2]
Kc =
[PCl5]
15. La proposition correcte est la proposition a.
La valeur de Kc dépend de la température du système en équilibre.

16. La proposition correcte est la proposition a.


Volume = 2 l
CO(g) + H2O(g) CO2(g) + H2(g)

Nombre de moles au départ : 1 1 0 0


Nombre de moles à l’équilibre : 1 – 0,65 1 – 0,65 0,65 0,65

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 1 P. 45

[CO(g)] = 0,35 mol dans 2 l = 0,175 mol/l


[H2O(g)] = 0,35 mol dans 2 l = 0,175 mol/l
[CO2(g)] = 0,65 mol dans 2 l = 0,325 mol/l
[H2(g)] = 0,65 mol dans 2 l = 0,325 mol/l
[H2(g)] . [CO2(g)] (0,325 mol/l) . (0,325 mol/l)
Kc = = = 3,45
[CO(g)] . [H2O(g)] (0,175 mol/l) . (0,175 mol/l)
17. La proposition correcte est la proposition b.
[SO2(g)]2 . [O2(g)] x2 . 1,5
Kc = = = 5,3
[SO3(g)]2 (1,2)2

5,3 . (1,2)2
x2 = = 5,09 x = 2,26 et [SO2(g)] = 2,26 mol/l
1,5
18. La proposition correcte est la proposition a.
Si la valeur de Kc est supérieure à 1, cela signifie que le numérateur est supérieur au dénominateur ou
encore que les concentrations des produits sont supérieures à celles des réactifs.

19. La proposition correcte est la proposition a.


Si l’on élève la température, le système va la diminuer en favorisant la réaction endothermique :
l’équilibre sera donc déplacé vers la droite.

20. La proposition correcte est la proposition c.


Une diminution de volume correspond à une augmentation de pression.
Pour le système :
2 A(g) + B(s) 2 C(s) + 2 D(g)
une augmentation de pression n’a pas d’effet, car, dans chaque membre de l’équation, on a 2 moles
de substance gazeuse.

21. La proposition correcte est la proposition b.


Pour le système considéré :
- si l’on augmente le volume, c’est-à-dire que l’on diminue la pression, le système va l’augmenter
en favorisant la réaction qui s’accompagne d’une augmentation de volume. L’équilibre sera donc
déplacé vers la gauche;
- si l’on comprime le système, c’est-à-dire que l’on augmente la pression, le système va la diminuer
en favorisant la réaction qui s’accompagne d’une contraction de volume. L’équilibre sera donc
déplacé vers la droite;
- si l’on élève la température, le système va la diminuer en favorisant la réaction endothermique.
L’équilibre sera donc déplacé vers la gauche.

22. La proposition correcte est la proposition c.


On peut rendre la décomposition du carbonate de calcium complète en ouvrant le récipient. En effet,
si le récipient est ouvert, le CO2(g) formé quitte le milieu au fur et à mesure de sa formation. Le sys-
tème va compenser cette perte en déplaçant l’équilibre vers la droite.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 46 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 2

Leçon 2
Applications des déplacements
d’équilibre
2.1 Introduction
2.1.1 Motivation
Bien des applications faisant intervenir une ou plusieurs réactions équilibrées sont envisageables. Nous
nous limiterons néanmoins à trois exemples :
- les résines échangeuses d’ions;
- la lampe à iode;
- la synthèse de l’ammoniac.

2.1.2 Objectifs de la leçon


À la fin de cette leçon, vous serez capable d’écrire les différentes réactions équilibrées intervenant dans
ces cas pratiques et d’appliquer les notions concernant le déplacement de l’équilibre chimique.

2.1.3 Plan de la leçon


Résines échangeuses d’ions
Lampe à iode
Synthèse de l’ammoniac

2.1.4 Prérequis de la leçon


Cette leçon nécessite la bonne connaissance des matières suivantes :
- la loi de Guldberg et Waage;
- le mécanisme de déplacement d’un équilibre chimique;
- le principe de Le Chatelier.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 2 P. 47

2.2 Contenu de la leçon


2.2.1 Leçon
Résines échangeuses d’ions
On utilise des résines échangeuses d’ions dans le but d’obtenir de l’eau déminéralisée, c’est-à-dire de
l’eau dans laquelle on ne trouve plus aucun ion autre que les ions H+ et OH–.

Deux types de résines sont utilisées pour purifier l’eau : les résines cationiques et les résines anioniques.
- Les résines cationiques vont échanger les ions positifs indésirables de la solution contre des ions
H+. Ces résines sont constituées de grosses molécules représentées par R–H+ où H+ est l’ion échan-
geable et R– le radical représentant le reste de la molécule.
- Les résines anioniques vont échanger les ions négatifs indésirables de la solution contre des ions
OH–. Elles sont représentées par R+OH– où OH– est l’ion échangeable et R+ le radical représentant
le reste de la molécule.

Les équations mises en jeu sont des équilibres chimiques.

Considérons, à titre d’exemple, que l’eau « minéralisée » comprend des ions Ca2+ et Cl– dont on veut se
débarrasser. Pour cela, on fera passer cette eau successivement sur les deux types de résines. On obser-
vera les réactions suivantes :

- sur la résine cationique :


2 R–H+ + Ca2+ (R–)2Ca2+ + 2 H+
Lorsque l’eau chargée d’ions Ca passe sur la résine cationique, il y a échange des ions H+ de la résine
2+

au profit des ions Ca2+ venant de la solution.

- sur la résine anionique :


R+OH– + Cl– R+Cl– + OH–

Lorsque l’eau chargée d’ions Cl passe sur la résine anioni-
que, il y a échange des ions OH– de la résine au profit des
ions Cl– venant de la solution.
résine
cationique
Voici un schéma représentant le principe des résines échan-
geuses d’ions. L’eau qui sort du robinet passe successive-
eau déminéralisée

ment sur la résine cationique et sur la résine anionique, puis


sort du système «déminéralisée», c’est-à-dire débarrassée
des ions Ca2+ et Cl–.

Les flèches nous renseignent sur le sens de la circulation


de l’eau.
résine
anionique

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 48 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 2

Dans la résine 1 :

2 R–H+ + Ca2+ (R–)2Ca2+ + 2 H+

L’équilibre est déplacé vers la droite puisque la concentration en ions Ca2 + augmente lors de l’arrivée de
l’eau dans la colonne.

Dans la résine 2 :

R+OH– + Cl– R+Cl– + OH–


L’équilibre est déplacé vers la droite puisque la concentration en ions Cl– augmente lors de l’arrivée de
l’eau dans la colonne.

Dans la solution évacuée, les ions H+ et OH– se combinent pour former de l’eau selon l’équation :
H+ + OH– H 2O

Lorsque l’eau déminéralisée sort, les résines, elles, sont gorgées d’ions Ca2+ et Cl–. Pour régénérer les
résines, il suffit de déplacer les équilibres décrits ci-dessus dans l’autre sens, c’est-à-dire vers la gauche.
On traite séparément les deux résines :

Sur les résines cationiques, on fait passer


des ions H+ provenant d’un acide fort.
résine
2 R–H+ + Ca2+ (R–)2Ca2+ + 2 H+ cationique
L’accroissement de la concentration en
ions H+ a comme conséquence un dépla-
cement de l’équilibre vers la gauche.
HCl NaOH
Sur les résines anioniques, on fait passer
des ions OH– provenant d’une base forte.

R+OH– + Cl– R+Cl– + OH–


L’accroissement de la concentration en résine
anionique
ions OH– a comme conséquence un dé-
placement de l’équilibre vers la gauche. Eaux de lavage

Pratiquement, on utilise des solutions de HCl et de NaOH pour laver les résines.
Les flèches nous renseignent sur le sens de la circulation des solutions de rinçage.

Après ce traitement, les résines sont donc régénérées, c’est-à-dire libérées des ions Cl– et Ca2 +.
On évacue ensuite les solutions contenant les ions Ca2 + et Cl–.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 2 P. 49

Lampe à iode
Avant d’envisager l’étude de la lampe à iode,
Filament
étudions le principe d’une lampe ordinaire.

Lampe ordinaire Ampoule


en verre
La lampe ordinaire est constituée d’un filament
en tungstène (symbole du tungstène : W), d’une
ampoule en verre et d’un culot.
Lorsque le courant passe par le filament, celui-ci
peut atteindre une température de 2700°C. à cette Culot
température, une partie du tungstène se sublime,
c’est-à-dire qu’il passe de l’état solide à l’état gazeux.
Cette transformation est ENDOTHERMIQUE.

W(s) W(g) H>0


Puisque la température augmente, l’équilibre est déplacé vers la droite, c’est-à-dire vers W(g). La réac-
tion directe est favorisée et le filament se sublime.
Par ailleurs, au niveau de la paroi en verre de l’ampoule, la température chute. Cette fois, l’équilibre est
déplacé vers la gauche, vers W(s), et du tungstène solide se dépose sur la paroi.

W(s) W(g)
Le verre devient opaque et le rendement lumineux diminue.
Le schéma suivant résume les réactions ayant lieu au sein d’une ampoule normale :

Région chaude Région froide


Sublimation du filament Dépôt de tungstène
et usure et opacité
W(s) W(g) W(g) W(s)
2700°C

Ampoule en verre

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 50 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 2

Lampe à iode

Comme vous l’avez compris, puisque le filament se sublime, une lampe ordinaire se caractérise par
une durée de vie moyenne et un rendement lumineux affaibli par un dépôt de tungstène sur la paroi de
l’ampoule.
La lampe à iode permet d’améliorer ces deux caractéristiques.
L’ampoule de la lampe à iode comprend de l’iode gazeux et le filament atteint une température de
3000°C. On observe bien évidemment toujours la sublimation du tungstène au niveau du filament :
W(s) W(g) H>0
Tout comme précédemment, l’équilibre est déplacé vers la droite puisque, au niveau du filament, la
température augmente.

Mais, dans le cas de la lampe à iode, il y a réaction entre le tungstène gazeux et l’iode gazeux présent
dans l’ampoule.
W(g) + I2(g) WI2(g) H<0
Cette réaction est exothermique.

Quels sont les avantages de la lampe à iode ?

1) Au niveau de la paroi froide de l’ampoule, on ne trouve pratiquement plus de W(g) puisque celui-ci
réagit avec I2(g).

W(g) + I2(g) WI2(g) H<0
La réaction est, en effet, déplacée vers la droite puisque la température diminue.
Comme la concentration en tungstène gazeux est très réduite, le dépôt de tungstène solide l’est égale-
ment.

2) Au niveau du filament, on observera un dépôt de tungstène solide.

En effet, à cet endroit, la réaction :



W(g) + I2(g) WI2(g) H<0
est déplacée vers la gauche puisque la température augmente.
Comme la concentration en tungstène gazeux augmente, l’équilibre :

W(g) W(s)
est déplacé vers la droite.

Le filament s’usera, dès lors, beaucoup moins vite, car la sublimation du tungstène est contrecarrée par
la solidification de ce même élément.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 2 P. 51

REMARQUE
Ampoule en quartz
La température de la pa-
roi avoisine les 600°C. On
utilisera, par conséquent,
du quartz plutôt que du
verre pour des raisons de
solidité. Ceci explique le W(g) + I2(g) WI2(g)
coût plus élevé des lampes
à iode.

Le schéma suivant résume


les différentes réactions Région froide
ayant lieu au sein d’une Région chaude 600°C
lampe à iode : 3000°C

Synthèse de l’ammoniac
À plusieurs reprises, nous avons fait référence à la réaction de synthèse de l’ammoniac. Cette réaction
est largement pratiquée dans l’industrie, car l’ammoniac entre dans la fabrication de nombreux produits
d’utilité courante comme les engrais, les colorants, les matières plastiques, les explosifs...
C’est la crainte, au début de ce siècle, d’une pénurie mondiale d’engrais azotés - tirés principalement, à
l’époque, des dépôts de nitrate du Chili - qui a conduit le chimiste allemand Fritz Haber (1868-1934) à
mettre au point le procédé portant son nom et qui est encore utilisé de nos jours.

La réaction de synthèse de l’ammoniac est la suivante :

N2(g) + 3 H2(g) 2 NH3(g) H<0 Réaction exothermique

Le souci des entreprises est évidemment d’obtenir le rendement maximal.

À votre avis, comment peut-on obtenir cette optimalité dans le rendement ?

Pour répondre à cette question, basons-nous sur les règles de l’équilibre chimique vues précédemment.

Pour déplacer l’équilibre vers la droite, c’est-à-dire augmenter la production de NH3(g), donc le rende-
ment, il faut :
- a jouter H2(g) et N2(g) en permanence et évacuer NH3(g) du milieu au fur et à mesure de sa formation;
- diminuer la température du système;
- augmenter la pression du système.
Vous êtes capable de justifier ces conditions expérimentales en appliquant le principe de Le Chatelier.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 52 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 2

Les chimistes obtiennent ainsi un rendement valable. Ils ont néanmoins été confrontés à un dilemme : si
la température du système diminue trop, les vitesses de réaction se trouvent également diminuées. Un
compromis a donc été adopté au niveau de la température. Par ailleurs, l’emploi d’un catalyseur permet
d’accélérer la réaction tout en permettant de garder une température moyenne.

Finalement, les conditions optimales pour la synthèse de l’ammoniac sont :


- ajouter H2(g) et N2(g) en permanence et évacuer NH3(g) du milieu au fur et à mesure de sa formation;
- température : 500°C;
- pression : 600 atm;
- catalyseur : fer divisé associé à divers oxydes.

Le schéma suivant illustre le procédé de synthèse de l’ammoniac :

Mélange gazeux N2 + H2 + NH3

eur
ess
Réfrigérant
Réacteur
Compr

Mélange gazeux
N 2 + 3 H2

Retour du mélange Séparateur


gazeux N2 + H2
qui n’a pas réagi Gaz - Liquide
NH3 (liquide)

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 2 P. 53

2.3 Synthèse de la leçon


Applications des déplacements d’équilibre :

Les résines échangeuses d’ions :


Soit une eau contenant des ions Ca2+ et Cl– indésirables. Lors du passage de cette eau sur les
résines, les équilibres sont déplacés vers la droite :

2 R–H+ + Ca2+ (R–)2Ca2+ + 2 H+

R+OH– + Cl– R+Cl– + OH–
Les ions Ca2+ et Cl– sont retenus par les résines et échangés contre des ions H+ et OH–.
Les résines cationiques sont régénérées par une solution d’acide fort.
Les résines anioniques sont régénérées par une solution de base forte.

La lampe à iode :
W(s) W(g) H>0
Au contact de la paroi froide :

W(g) + I2(g) WI2(g) H<0
Au niveau du filament :

W(g) + I2(g) WI2(g) H<0

W(g) W(s) H<0
Avantages de la lampe à iode :
ampoule moins opaque et rendement lumineux plus important;
usure du filament moins rapide.

La synthèse de l’ammoniac :
N2(g) + 3 H2(g) 2 NH3(g) H<0

Pour un rendement optimal :


- a jouter H2(g) et N2(g) en permanence et évacuer NH3(g) du milieu au fur et à mesure de sa
formation;
- température : 500°C;
- pression : 600 atm;
- catalyseur : fer divisé associé à divers oxydes.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 54 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 2

2.4 Évaluation de la leçon


2.4.1 Travaux d’autocontrôle (T.A.C.)
Consignes de travail
Votre leçon étant terminée, voici votre test d’autocontrôle. Il vous permettra de faire le point sur vos
connaissances.
Il comprend trois questions sur les notions que vous devez maîtriser sans difficulté pour aborder la suite
du cours.
Nous espérons vous voir atteindre le maximum.
Réfléchissez avant d’arrêter votre choix et évitez surtout de répondre au hasard; ce test est destiné à vous
aider en vous permettant une autoévaluation et non à vous juger ou vous noter.
Si vous n’obtenez pas toutes les bonnes réponses, résolvez vos problèmes de connaissances et de com-
préhension en vous aidant du corrigé et du cours avant d’aborder la suite.

Bon travail !
Questionnaire
1. Lorsqu’une certaine quantité d’eau a été déminéralisée, les résines échangeuses d’ions sont saturées
et doivent être régénérées. Pour les résines cationiques, on utilise un acide car :
a. il y a réaction acide/base donnant de l’eau comme produit
b. l’acide permet de déplacer l’équilibre :
2 R–H+ + Ca2+ (R–)2Ca2+ + 2 H+ vers la droite
c. l’acide permet de déplacer l’équilibre :
2 R–H+ + Ca2+ (R–)2Ca2+ + 2 H+ vers la gauche

2. Le dépôt de tungstène sur une ampoule de lampe à iode est réduit car :
a. la concentration en W(g) augmente au niveau de l’ampoule
b. la concentration en W(g) diminue au niveau de l’ampoule
c. il n’y a plus de W(g) au niveau de l’ampoule

3. L’effet d’une compression sur la réaction de synthèse de l’ammoniac est :


a. nul
b. l’équilibre est déplacé vers la droite
c. l’équilibre est déplacé vers la gauche

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Leçon 2 P. 55

2.4.2 Corrigé commenté des T.A.C.


1. La proposition correcte est la proposition c.
L’équilibre :
2 R–H+ + Ca2+ (R–)2Ca2+ + 2 H+
est déplacé vers la gauche lors de l’ajout de l’acide. En effet, comme la concentration en H+ aug-
mente, le système va tendre à la diminuer en favorisant la formation des réactifs. La résine est ainsi
régénérée.

2. La proposition correcte est la proposition b.


Au niveau de l’ampoule, la température est plus basse.
La réaction exothermique :

W(g) + I2(g) WI2(g)
est déplacée vers la droite.
La concentration en W(g) s’en trouve diminuée et donc le dépôt de tungstène sur l’ampoule est
réduit.

3. La proposition correcte est la proposition b.


Soit la réaction de synthèse de l’ammoniac :
N2(g) + 3 H2(g) 2 NH3(g)
S’il y a compression, le système va tendre à diminuer la pression en favorisant la réaction qui a lieu
avec diminution du nombre de moles gazeuses. L’équilibre sera donc déplacé vers la droite.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 56 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Synthèse

3 Synthèse de la série
 rois conditions doivent être réunies pour que le système atteigne un état d’équilibre chimique :
T
1. le système doit être isolé (pour que l’équilibre ne soit pas déplacé);
2. les propriétés macroscopiques du système ne varient plus;
3. deux réactions inverses se produisent en permanence à vitesses égales.

 i, au cours d’une réaction, l’enthalpie diminue ( H < 0) et l’entropie (le désordre) augmente, les
S
deux facteurs favorisent la réaction directe. La réaction sera complète.
Si, par contre, H < 0 et le désordre diminue,
ou que H > 0 et le désordre augmente,
on a un état d’équilibre entre les réactifs et les produits de la réaction.
Enfin, si l’enthalpie augmente ( H > 0) et l’entropie (le désordre) diminue, les deux facteurs fa-
vorisent la réaction inverse. La réaction directe est donc impossible.

Pour l’équation :
aA + bB cC + dD
[C]c . [D]d
K =
c [A]a . [B]b
Kc est la constante d’équilibre, relative aux concentrations, qui s’applique à tous les systèmes
gazeux ou en solution.

Loi ou principe de Le Chatelier :

Un système en équilibre évolue de façon à s’opposer à toute intervention extérieure.

u ne augmentation de température favorise la réaction dans le sens où elle est endothermique et


réciproquement;
une augmentation de la concentration de l’un des constituants favorise la réaction dans le sens
où il y a diminution de la concentration de ce constituant et réciproquement;
une augmentation de la pression favorise la réaction dans le sens où il y a diminution de volume
et réciproquement.

Applications des déplacements d’équilibre :


- les résines échangeuses d’ions;
- la lampe à iode;
- la synthèse de l’ammoniac.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 évaluation P. 57

4 Évaluation de la série
4.1 Travaux d’autocontrôle
Consignes de travail
Votre série étant terminée, voici votre test d’autocontrôle. Il vous permettra de faire le point sur vos
connaissances.
Il comprend sept questions sur les notions que vous devez maîtriser sans difficulté pour aborder la suite
du cours.
Nous espérons vous voir atteindre le maximum.
Réfléchissez avant d’arrêter votre choix et évitez surtout de répondre au hasard; ce test est destiné à vous
aider en vous permettant une autoévaluation et non à vous juger ou vous noter.
Si vous n’obtenez pas toutes les bonnes réponses, résolvez vos problèmes de connaissances et de com-
préhension en vous aidant du corrigé et du cours avant d’aborder la suite.

Bon travail !
Questionnaire
1. De l’éther qui s’évapore sur la main satisfait aux conditions d’un système à l’état d’équilibre chimique.
a. vrai
b. faux
c. impossible à déterminer

2. Au niveau moléculaire, l’état d’équilibre est une situation où les vitesses des deux réactions opposées
sont :
a. égales
b. différentes
c. nulles

3. Soit la réaction CaCO3(s) CaO(s) + CO2(g)


Si le CO2 s’échappe du système (comme dans les fours à chaux), on constate que :
a. la constante d’équilibre augmente
b. la réaction dégage plus d’énergie
c. la réaction est déséquilibrée et dans ce cas-ci est complète

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 58 207 Chimie minérale - JESS Série 2 évaluation

4. Soit le système CO(g) + 2 H2(g) CH3OH(g)


L’expression de la constante d’équilibre est :
[CH3OH(g)]
a. Kc =
[H2(g)]2 . [CO(g)]

[H2(g)]2 . [CO(g)]
b. K =
c [CH3OH(g)]

[CH3OH(g)]
c. Kc =
[H2(g)] . [CO(g)]

5. Soit le système en équilibre : A(g) + B(g) 4 C(g) + 2 D(g)


On utilise 3 moles de A(g) et 5 moles de B(g) dans un ballon de 0,75 l. À l’équilibre, l’analyse révèle
la présence de 0,4 mole de C(g). La valeur numérique de Kc est :
a. 8,2.10–4
b. 5,3.10–3
c. 2,3.10–4

6. Lorsque la constante d’équilibre Kc d’un système est largement supérieure à 1 :


a. les réactifs sont favorisés
b. les produits sont favorisés
c. ni les produits, ni les réactifs ne sont favorisés

7. La réaction H2O2(aq) H2O(l) + ½ O2(g) ( H = –96,6 kJ) est :


a. complète
b. équilibrée
c. impossible

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 évaluation P. 59

4.2 Corrigé commenté des T.A.C.


1. La proposition correcte est la proposition b.
Le système n’est pas isolé car les molécules d’éther qui s’évaporent s’égarent dans l’atmosphère.

2. La proposition correcte est la proposition a.


À l’équilibre, la vitesse de la réaction directe est égale à la vitesse de la réaction inverse.

3. La proposition correcte est la proposition c.


Si l’un des produits quitte le milieu réactionnel au fur et à mesure de la réaction, le système va réagir
de façon à augmenter la concentration de ce produit. Il y aura déséquilibre et, dans ce cas, la réaction
sera complète puisque jamais un nouvel équilibre ne pourra s’établir (comme CO2(g) quitte le milieu,
la réaction inverse ne peut se faire).

4. La proposition correcte est la proposition a.


L’expression de la constante d’équilibre du système CO(g) + 2 H2(g) CH3OH(g) est :
[CH3OH(g)]
Kc =
[H2(g)]2 . [CO(g)]

5. La proposition correcte est la proposition c.


Volume = 0,75 l
A(g) + B(g) 4 C(g) + 2 D(g)
Nombre de moles au départ : 3 5 0 0
Nombre de moles à l’équilibre :  ?  ? 0,4  ?

En lisant l’équation, nous pouvons dire que 1 mole de A réagit avec 1 mole de B pour donner 4 moles
de C et 2 moles de D. Donc, pour obtenir 0,4 mole de C, il faudra 0,1 mole de A et 0,1 mole de B. On
obtiendra également 0,2 mole de D.

Volume = 0,75 l
A(g) + B(g) 4 C(g) + 2 D(g)
Nombre de moles au départ : 3 5 0 0
Nombre de moles à l’équilibre : 3 – 0,1 5 – 0,1 0,4 0,2
= 2,9 = 4,9

Déterminons les concentrations à l’équilibre des différentes substances :


[A(g)] : 2,9 moles dans 0,75 litre, c’est-à-dire 3,87 moles par litre
[B(g)] : 4,9 moles dans 0,75 litre, c’est-à-dire 6,53 moles par litre
[C(g)] : 0,4 mole dans 0,75 litre, c’est-à-dire 0,533 mole par litre
[D(g)] : 0,2 mole dans 0,75 litre, c’est-à-dire 0,267 mole par litre

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 60 207 Chimie minérale - JESS Série 2 évaluation

Nous pouvons à présent remplacer les différentes concentrations par leur valeur dans l’expression de
la constante d’équilibre :
[C(g)]4 . [D(g)]2 (0,533 mol/l)4 . (0,267 mol/l)2
Kc = = = 2,3.10–4 (mol/l)4
[A(g)] . [B(g)] (3,87 mol/l) . (6,53 mol/l)

6. La proposition correcte est la proposition b.


Puisque les concentrations des produits se trouvent au numérateur dans l’expression de la constante
d’équilibre, la synthèse de ces produits est favorisée lorsque la constante d’équilibre Kc est largement
supérieure à 1.

7. La proposition correcte est la proposition a.


H < 0 et désordre augmente => deux facteurs favorables => réaction complète

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 évaluation P. 61

4.3 Devoir de fin de série


Consignes de travail
Vous avez terminé cette deuxième série de leçons consacrées à l’équilibre chimique. Nous espérons que
vous êtes satisfait(e) de votre travail et que vous vous apprêtez à passer à la série 3 qui se rapporte aux
réactions de précipitation.
Auparavant, nous vous proposons un devoir récapitulatif.
Résolvez les exercices sans faire appel à vos notes. En cas de doute, n’hésitez pas, cependant, à relire
votre cours (leçon, corrigé des travaux d’autocontrôle, ...)
Faites un brouillon et gardez-le jusqu’à la réception de votre devoir. Vous pourrez ainsi mieux compren-
dre et corriger vos erreurs.
Vous renverrez votre version définitive sur la feuille prévue à cet effet. Il vous suffit de cocher la case
appropriée.
N’oubliez pas de joindre la feuille avec le code-barres.
Attention ! il vous faut au moins 16 bonnes réponses pour réussir ce devoir.

REMARQUES SUR LA MANIÈRE DE RÉPONDRE AUX QUESTIONS DU DEVOIR

Pour toutes les questions posées, plusieurs réponses vous sont proposées. UNE SEULE est correcte.
C’est à vous de choisir et de cocher la lettre correspondant à la bonne réponse, comme vous l’avez déjà
fait pour le devoir précédent.

Bon travail !
Questionnaire
1. Pour le système suivant :
4 HCl(g) + O2(g) 2 H2O(g) + 2 Cl2(g) H = –116 kJ
la tendance à un état d’énergie minimum :
a. favorise la formation des réactifs
b. favorise la formation des produits
c. ne favorise ni la formation des réactifs, ni celle des produits

2. L’évolution vers un état final plus énergétique et présentant moins de désordre correspond à une
réaction :
a. impossible
b. équilibrée
c. complète

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 62 207 Chimie minérale - JESS Série 2 évaluation

3. O
 n considère une équipe de football répartie sur le terrain et sur le banc des réserves, au cours d’un
match. Parmi les exemples repris ci-dessous, lequel n’est pas un exemple d’équilibre dynamique en
système isolé ?
a. Un joueur quitte le jeu, rejoint le banc des réserves et est remplacé par un joueur de réserve
b. Un joueur est exclu du jeu, renvoyé aux vestiaires et n’est pas remplacé
c. Un joueur de l’avant est remplacé par un joueur de l’arrière et celui-ci est remplacé par un joueur
de réserve

4. Dans une réaction, lorsque l’équilibre est atteint :


a. il y a 50% de réactifs et 50% de produits
b. macroscopiquement, il n’y a plus aucun changement mais, microscopiquement, les processus di-
rect et inverse se poursuivent, à vitesse égale
c. les processus direct et inverse continuent à évoluer jusqu’à atteindre une vitesse limite, puis tout
s’arrête

5. Dans un système en équilibre, à pression constante, une variation de température :


a. n’a pas d’influence sur la valeur de la constante d’équilibre
b. a une influence sur la valeur de la constante d’équilibre
c. a une influence sur la valeur de la constante d’équilibre selon la réaction

6. Soit le système à l’équilibre :


2 HI(g) H2(g) + I2(g)
À 440°C, Kc1 = 145.10 et à 644°C, Kc2 = 208.10–4
–4

La température la plus favorable à la synthèse de HI est :


a. 644°C parce que Kc1 < Kc2
b. 440°C parce que Kc1 < Kc2
c. 644°C parce que Kc2 > Kc1

7. La constante d’équilibre se calcule à partir :


a. de la masse à l’équilibre des réactifs et des produits
b. du volume à l’équilibre des réactifs et des produits
c. de la concentration à l’équilibre des réactifs et des produits

8. Soit le système en équilibre : 4 HCl(g) + O2(g) 2 H2O(g) + 2 Cl2(g)


L’expression de la constante d’équilibre est :
[HCl(g)]4 . [O2(g)]
a. Kc =
[H2O(g)]2 . [Cl2(g)]2

[HCl(g)]4 . [O2(g)]
b. Kc =
[Cl2(g)]2

[H O(g)]2 . [Cl2(g)]2
c. Kc = 2
[HCl(g)]4 . [O2(g)]

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 évaluation P. 63

9. Soit le système équilibré A + B C + D


L’équilibre étant atteint, on ajoute une quantité supplémentaire de A. Après établissement d’un nouvel
état d’équilibre (à température constante) les concentrations :
a. [C] et [D] ont augmenté, [B] a diminué
b. [C] et [D] ont diminué, [B] a augmenté
c. [C], [D] et [B] ont augmenté

10. L’acide faible HF est partiellement dissocié en solution aqueuse :


HF(aq) + H2O(l) F–(aq) + H3O+(aq)
[F–] . [H3O+]
Kc =
[HF]
On introduit au départ 10–2 mole d’acide dans 1 litre d’eau et, à l’équilibre, la concentration en ions
H3O+ est de 2,5.10–3 mol/l. Quelle est la valeur correcte de Kc ?
(2,5.10–3 mol/l) . (10–2 mol/l)
a. Kc = = 10–2 mol/l
(2,5.10–3 mol/l)

(10–2 mol/l)
b. K = = 1,6.103 (mol/l)–1
c (2,5.10–3 mol/l) . (2,5.10–3 mol/l)

(2,5.10–3 mol/l)2
c. K = = 8,3.10–4 mol/l
c (7,5.10–3 mol/l)

11. Soit le système en équilibre :


3 A(g) + B(g) 2 C(g)
Initialement, on a 3 mol/l de A(g) et, à l’équilibre, on en retrouve 2,6 mol/l. Sachant que la valeur de
Kc est de 2,3, la concentration de B(g) à l’équilibre vaut :
a. 1,7.10–3 mol/l
b. 4.10–1 mol/l
c. 3,7.10–2 mol/l

12. Soit la réaction :


A + B C + D
caractérisée par une constante d’équilibre Kc à la température T.
On laisse l’équilibre s’établir puis on ajoute une quantité supplémentaire de la substance B.
Après établissement d’un nouvel équilibre, (la température reste constante) :
a. la valeur de Kc est diminuée
b. la valeur de Kc est augmentée
c. la valeur de Kc reste la même

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 64 207 Chimie minérale - JESS Série 2 évaluation

13. Considérons le système en équilibre :


N2O4(g) 2 NO2(g) H = +57 kJ
On élève la température de ce système :
a. le nombre de moles de NO2(g) augmente
b. la masse de NO2(g) est devenue 2 fois plus grande que celle de N2O4(g)
c. le nombre de moles de N2O4(g) augmente

14. Soit le système : N2(g) + 3 H2(g) 2 NH3(g)


Comment se comporte ce système équilibré sous l’action d’une augmentation de volume ?
a. l’équilibre est déplacé vers la droite
b. l’équilibre est déplacé vers la gauche
c. l’équilibre est inchangé

15. À température constante, dans le système à l’équilibre :


2 NO(g) + O2(g) 2 NO2(g)
on favorise la formation de NO2 :
a. en diminuant la pression
b. en augmentant la pression
c. en ne modifiant pas la pression

16. Parmi les systèmes en équilibre suivants en phase gazeuse :


A) N2(g) + 3 H2(g) 2 NH3(g)
B) H2(g) + I2(g) 2 HI(g)
C) CO(g) + H2O(g) CO2(g) + H2(g)
D) 4 HCl(g) + O2(g) 2 H2O(g) + 2 Cl2(g)
ceux qui ne sont pas influencés par une variation de pression sont :
a. a, b, c
b. b, c, d
c. b, c

17. Soit l’équilibre gazeux :


2 SO2(g) + O2(g) 2 SO3(g)
Cette réaction est exothermique. Parmi les moyens suivants, ceux qui peuvent favoriser la transfor-
mation de SO2(g) en SO3(g) sont :
A) présence d’un catalyseur
B) augmentation de volume
C) compression
D) abaissement de température
E) augmentation de température
F) addition de O2(g) sans changement de volume
a. c, d et f
b. b, d et f
c. a, b, e et f

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 évaluation P. 65

18. Soit le système :


N2(g) + H2O(g) N2O(g) + H2(g) H = +324 kJ
Pour obtenir le composé N2O, les opérations que l’on a intérêt à effectuer sont :
A) augmenter la concentration de H2(g)
B) augmenter la concentration de H2O(g)
C) augmenter la température
D) diminuer la concentration de N2(g)
E) introduire un catalyseur
F) isoler, du mélange réactionnel, le N2O(g) au fur et à mesure de sa formation
a. b, c et d
b. b, c et f
c. a, c et f

19. La ressemblance entre un système isolé et un système fermé est :


a. il n’y a pas de perte de matière à l’extérieur du système
b. les deux systèmes sont clos
c. les deux systèmes ne peuvent contenir que des substances liquides ou gazeuses

20. L’affirmation suivante :


« Pour éviter une perte de matière, le système fermé doit être clos, tandis que le système isolé peut
être découvert, selon la nature du système » est :
a. vraie
b. fausse
c. on ne peut répondre à la question

21. Lorsque l’eau chargée d’ions Ca2+ passe sur la résine cationique, l’équilibre suivant :
2 R–H+ + Ca2+ (R–)2Ca2+ + 2 H+
a. est déplacé vers la droite
b. est déplacé vers la gauche
c. n’est pas déplacé

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 66 207 Chimie minérale - JESS Série 2 évaluation

Cochez l’alternative correcte sur la grille suivante et recopiez soigneusement ce choix sur la feuille de
devoir à renvoyer à l’EAD.

1. a b c 8. a b c 15. a b c

2. a b c 9. a b c 16. a b c

3. a b c 10. a b c 17. a b c

4. a b c 11. a b c 18. a b c

5. a b c 12. a b c 19. a b c

6. a b c 13. a b c 20. a b c

7. a b c 14. a b c 21. a b c

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Devoir

Complétez ce formulaire :

NOM : .......................................................................... Prénom : .......................................................


Adresse : Rue ..................................................................................................... N° ..........................
Code postal : . .............. Localité : . .....................................................................................................
N° d’inscription EAD : . .................................... Numéro du professeur : ..........................................
Le précédent devoir corrigé m’est parvenu le : ...................................................................................
Ce devoir est envoyé le : .....................................................................................................................

Reportez vos réponses sur cette feuille.


Avez-vous agrafé en page 1 la feuille éditée par le Service et reprenant vos adresse et code à barres ?
Avez-vous tenu compte des remarques indiquées sur le devoir précédent ?

Ce devoir est arrivé chez votre professeur le : ....................................................................................


Devoir de la série 2
Cochez l’alternative correcte :

1. a b c 8. a b c 15. a b c

2. a b c 9. a b c 16. a b c

3. a b c 10. a b c 17. a b c

4. a b c 11. a b c 18. a b c

5. a b c 12. a b c 19. a b c

6. a b c 13. a b c 20. a b c

7. a b c 14. a b c 21. a b c

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


Cette feuille vous est réservée
Vous pouvez y inscrire vos remarques, suggestions, questions, critiques, ...

.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe P. 69

Annexe
Cinétique chimique
Indispensable pour le jury (niveau A)

Vitesse des réactions chimiques


Les vitesses des réactions chimiques sont très variables. Certaines réactions peuvent se dérouler en
quelques fractions de seconde, d’autres prendront plusieurs jours, voire plusieurs mois. Un mélange
de gaz de chauffage et d’air explose en effet instantanément et violemment au contact d’une cigarette
allumée, tandis que le fer réagit lentement avec l’air pour se transformer en rouille. Ainsi, lorsqu’une
réaction chimique est thermodynamiquement possible (vous envisagerez cet aspect dans la série 6), elle
n’est donc pas obligatoirement rapide. Certaines réactions extrêmement lentes paraissent d’ailleurs ne
pas évoluer. Grâce à la cinétique, étudions le sens de l’expression «vitesse de réaction» et des facteurs
qui la déterminent.

Partons pour cela d’un exemple précis.


Soit la réaction entre le monoxyde de carbone CO et le dioxyde d’azote NO2. Les produits de cette
réaction sont le dioxyde de carbone CO2 et le monoxyde d’azote NO.

Voici l’équation de cette réaction :


200°C
CO(g) + NO2(g) CO2(g) + NO(g)
couleur brun rouge

À mesure que la réaction progresse, la couleur brun rouge caractérisant le NO2 s’atténue puisque celui-
ci disparaît. Ce changement de couleur peut être mesuré dans un intervalle de temps donné et sera
révélateur du nombre de moles de NO2 qui aura réagi dans cet intervalle de temps.
On appelle vitesse de réaction le quotient de la quantité de substance qui a réagi et de l’intervalle de
temps.
quantité de NO2 transformée
vitesse =
intervalle de temps

vitesse = quantité de NO2 transformée par unité de temps

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 70 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe

On peut également évaluer la vitesse de réaction, non plus en fonction de la disparition d’un des réactifs,
mais en fonction de l’apparition d’un des produits (CO2 ou NO).
quantité de CO2 formée quantité de NO formée
vitesse = =
intervalle de temps intervalle de temps
vitesse = quantité de CO2 produite par unité de temps
= quantité de NO produite par unité de temps

Quelles unités employer ?


a. Quantité de substance utilisée ou produite :
- en unités de concentration si les substances sont en solution;
- en unités de pression partielle si les substances sont gazeuses.
b. Temps :
- en microsecondes, secondes, minutes, jours, mois ... selon la réaction.

La méthode la plus utilisée pour déterminer la vitesse d’une réaction dans un système fermé
est celle qui consiste à suivre la variation, au cours du temps, de la concentration (mol/l) d’un
produit formé.

Remarque
Si le coefficient stœchiométrique d’un réactif ou d’un produit vaut 2, par exemple, la quantité formée
ou disparue sera doublée. Il faudra donc diviser cette grandeur par 2 pour obtenir la vitesse de réaction.
Ainsi pour la réaction :
H2(g) + I2(g) 2 HI(g)

quantité de H2 transformée quantité de I2 transformée


vitesse = =
intervalle de temps intervalle de temps

1 quantité de HI formée
vitesse =
2 intervalle de temps

Activité 1 (corrigé page 81)


Soit la réaction :
2 NO(g) + O2(g) 2 NO2(g)
Donnez les différentes expressions envisageables des vitesses de réaction.

vitesse moyenne de formation d’un produit

Lors d’une réaction, mesurons la concentration d’un même produit formé à des moments différents.
Soit la concentration C1 au temps t1.
Soit la concentration C2 au temps t2.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe P. 71

Nous pouvons dire que la vitesse moyenne v de formation du produit entre les instants t1 et t2 est :
C2 – C1 C
v = =
t2 – t1 t

mol si la concentration est exprimée en mol/l


Unités =
l . s si le temps est exprimé en secondes

Activité 2 (corrigé page 81)


Si l’on envisage la réaction :
CaCO3(s) + 2 H3O+(aq) Ca2+(aq) + CO2(g) + 3 H2O(l)
et qu’on trace le graphique représentant l’évolution de la concentration en ions Ca2+(aq) en fonction du
temps (sur base de données expérimentales), on obtient :

CCa2+

(10–3 mol/l)
10

50 100
t(s)

Sur base de ce graphique, calculez la vitesse moyenne v de formation des ions Ca2+ entre le temps
t1 = 10 s et le temps t2 = 40 s.

vitesse instantanée de formation d’un produit

Grâce à la notion précédente, nous pouvons calculer une vitesse moyenne de formation d’un produit
dans un intervalle de temps déterminé. Cependant, diverses expériences nous montrent que :
- la vitesse moyenne n’est pas constante au cours du temps;
- la vitesse de réaction diminue généralement au cours du temps.

Pour obtenir la vitesse de formation d’un produit à un moment précis, nous allons définir une vitesse
instantanée de formation d’un produit : v.
C dC
v = lim =
t 0 t dt

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 72 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe

Si nous envisageons la disparition d’un réactif, nous pouvons également définir sa vitesse moyenne et sa
vitesse instantanée de disparition.
Dans ce cas, la concentration du corps diminue avec le temps. Donc, C2 < C1 et C est négatif.

vitesse moyenne vitesse instantanée


C
C dC
v =– v = – lim =–
t t 0 t dt
On introduit un signe négatif dans l’expression de v et de v afin que ces vitesses aient malgré tout une
valeur positive.

En bref :

Vitesse = quantité de réactif transformé par unité de temps


ou
Vitesse = quantité de produit formé par unité de temps

Vitesse moyenne :

=> de formation d’un produit :


C
v = (mol/l . s) si C en mol/l et t en s
t
=> de disparition d’un réactif :
C
v =– (mol/l . s)
t

Vitesse instantanée :

=> de formation d’un produit :


C dC
v = lim = (mol/l . s)
t 0 t dt
=> de disparition d’un réactif :
C dC
v = – lim =– (mol/l . s)
t 0 t dt

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe P. 73

Facteurs influençant la vitesse d’une réaction

la nature des substances réagissantes

Les caractéristiques moléculaires qui influencent la vitesse des réactions restent un des plus importants
problèmes de la chimie.

Considérons deux réactions d’oxydation qui se déroulent en phase gazeuse :


a. 2 NO(g) + O2(g) 2 NO2(g)
b. CH4(g) + 2 O2(g) CO2(g) + 2 H2O(g)

Nous ne savons pas si une réaction est lente ou rapide, mais l’expérience montre que la réaction a est
relativement rapide alors que la réaction b est très lente à 20°C.

À quoi peut-on attribuer cette différence de vitesse de réaction ?

Toutes choses étant égales, (température de la pièce, concentration des solutions initiales ...), on peut
attribuer cette différence de vitesse de réaction aux caractéristiques spécifiques des molécules de NO et
de CH4.
Suite à différentes expériences que nous ne décrirons pas dans le cadre de ce cours, il semblerait que les
réactions chimiques impliquant la rupture de plusieurs liaisons chimiques et la formation de plusieurs
autres liaisons tendent à s’effectuer lentement à température ordinaire.

La réaction a ne nécessite la rupture que d’une seule liaison et la formation de deux autres. Par contre,
pour la réaction b, il faut rompre et reformer plusieurs liaisons.

De manière générale, en se basant sur des résultats expérimentaux à 25°C, on peut dire que :
a. les réactions qui n’impliquent pas ou peu de réarrangements de liaisons sont d’habitude rapides à
température ordinaire;
Exemple : Ag+(aq) + Cl–(aq) AgCl(s)
b. les réactions impliquant de nombreuses ruptures de liaisons et formations de nouvelles liaisons tendent
à être lentes à température ordinaire.
Exemple : 5 H2C2O4(aq) + 2 MnO4–(aq) + 6 H+(aq) 10 CO2(g) + 2 Mn2+(aq) + 8 H2O(l)

Nous attirons votre attention sur le fait que les conclusions tirées à propos de la relation entre le nombre
de liaisons à rompre et la vitesse d’une réaction chimique ne sont pas générales. Beaucoup d’exceptions
sont observées. Certaines réactions n’impliquant qu’une seule rupture de liaison peuvent être très lentes
à température ordinaire et d’autres réactions faisant intervenir de nombreuses liaisons rompues peuvent
être très rapides à température ordinaire.

On ne peut donc pas prédire si la réaction sera lente ou rapide uniquement sur base du nombre de
ruptures de liaisons au cours d’une réaction chimique. C’est en fait le mécanisme même de la réaction
qui influence la vitesse de celle-ci.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 74 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe

la concentration des réactifs

Pour illustrer l’influence de la concentration des réactifs sur la vitesse de réaction, considérons l’action
des ions H3O+ sur les ions thiosulfate S2O2–3
.
2– +
S2O3 (aq) + 2 H3O (aq) S(s) + SO2(aq) + 3 H2O(l)

Voici le schéma illustrant cette expérience. Les ions S2O2–


3
proviennent de Na2S2O3 et les ions H3O+ de
HCl. On introduit goutte à goutte H3O+ à l’aide d’une pipette dans une éprouvette contenant S2O2–
3
.

1 ml HCl 3 mol/l

24 ml Na2S2O3 0,16 mol/l

On réalise l’expérience plusieurs fois en gardant comme :


- paramètre variable : la concentration d’un des réactifs (par exemple Na2S2O3) dans les différents
essais;
- paramètres invariables : la température, le volume du mélange, l’agitation, la lumière, la concentration
de l’autre réactif (HCl) dans les différents essais.

Pour chacune des expériences, on notera le temps nécessaire pour ne plus observer la croix à travers
l’éprouvette, ce qui correspond à une quantité donnée de soufre formé (même quantité de produit formé
pour chaque expérience).

Suite aux diverses expériences décrites ci-dessus, le graphique suivant peut être tracé :

t(s)

200

100

0,1 0,2 C Na S O (mol/l)


2 2 3

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe P. 75

Activité 3 (corrigé page 81)


Comment pouvez-vous interpréter ce graphique ?
Quelles conclusions pouvez-vous en tirer ?

De manière générale, on peut conclure que :

La vitesse de formation d’un produit augmente lorsque la concentration molaire des réactifs croît.

la température

Nous ne citerons que les conclusions tirées suite à de multiples expériences :

- Si la température augmente, la vitesse de la réaction croît.


- Habituellement, la vitesse d’une réaction est multipliée par un facteur de 2 à 4 pour un accroissement
de 10°C.

les catalyseurs

Qu’est-ce qu’un catalyseur ?

Un catalyseur est un corps que l’on introduit dans le milieu réactionnel. Ce corps a la particularité :
- d’augmenter la vitesse de la réaction;
- de se retrouver intact à la fin de la réaction;
- d’être spécifique à un type de réaction.

Nous étudierons plus précisément par la suite l’action d’un catalyseur sur la vitesse de réaction.

Parmi les différents facteurs influençant la vitesse d’une réaction, on peut citer :
- la nature des substances réagissantes;
- les concentrations des réactifs;
- la température;
- le catalyseur.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 76 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe

Grandes théories cinétiques


Deux théories sont énoncées afin d’intégrer l’action des facteurs cinétiques décrits ci-dessus.

théorie des collisions

Il est évident que, pour réagir, les molécules, les ions, les atomes doivent s’approcher et se cogner. Il y a
donc collision entre particules.
Ces collisions sont à la base d’une théorie : la théorie des collisions.

La théorie des collisions explique fort bien l’influence de la concentration des réactifs sur la vitesse
de réaction. Il est logique que, plus il y a de particules dans un volume donné, plus les collisions sont
nombreuses, tout comme une augmentation de véhicules sur une autoroute augmente le nombre de
collisions.
Plus il y a de collisions entre les particules, plus la vitesse de réaction croît. Les collisions permettent, en
effet, un réarrangement des atomes.
Le schéma suivant illustre l’influence de la concentration des substances réagissantes sur le nombre de
collisions (ici, à l’état gazeux).

Penchons-nous plus précisément sur une réaction telle que :


5 Fe2+(aq) + MnO4–(aq) + 8 H+(aq) 5 Fe3+(aq) + Mn2+(aq) + 4 H2O(l)

Au total, 14 ions (5 Fe2+, 1 MnO–4, 8 H+) doivent réagir entre eux. Si la réaction se produisait en une
seule étape, les 14 ions devraient entrer simultanément en collision. Cela est improbable et pourtant la
réaction est relativement rapide.

Comment expliquer cela ?


On peut supposer que la réaction ne se déroule pas en une seule étape, mais en plusieurs étapes
successives. En fait, les expériences montrent qu’il en est ainsi.
Une étape peut mettre en jeu 1 ou 2 particules, exceptionnellement 3.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe P. 77

Dans cette série d’étapes, certaines sont cependant plus lentes que d’autres.

Activité 4 (corrigé page 82)


Imaginons 5 personnes entreprenant ensemble de laver la vaisselle. Les 2 premières débarrassent la
table et donnent les assiettes à la troisième personne qui les lave. Les deux dernières les essuient et les
empilent. On admet que le travail le plus long est de laver la vaisselle.
Dans ce cas, que provoquerait l’introduction d’une sixième personne soit pour débarrasser la table, soit
pour laver la vaisselle, soit pour l’essuyer ?

Vous pouvez appliquer les réflexions dégagées dans l’activité 4 aux réactions chimiques. Les différentes
étapes permettant à la réaction de se produire constituent le mécanisme de la réaction.

L’étape la plus lente du mécanisme va déterminer la vitesse de la réaction. Cette réaction la plus lente
s’appelle l’étape déterminante de la vitesse.

En regardant simplement l’équation globale d’une réaction chimique, il est impossible d’en déduire les
différentes étapes. Celles-ci ne peuvent être déterminées que par voie expérimentale.

Grâce à la théorie des collisions, nous pouvons expliquer l’influence de la concentration des substances
réagissantes sur la vitesse de réaction. Nous pouvons également, par cette théorie, interpréter l’effet de
la température. Rappelons que, lorsque la température augmente, la vitesse de réaction croît. Si l’on
analyse plus finement les collisions, on remarque que seules celles à contenu énergétique minimum
(énergie d’activation), notamment apportée par l’énergie cinétique (de mouvement) des 2 partenaires,
sont efficaces. Si nous prenons l’analogie avec les véhicules roulant sur l’autoroute, nous comprenons
aisément qu’en cas de choc, seules les collisions se produisant à grande vitesse causent des dommages.
De même, pour une réaction chimique, une énergie minimum est nécessaire pour que la réaction se
produise.

Dans ce contexte, quel sera l’effet d’une élévation de la température ?

Le fait d’augmenter la température de réaction augmente l’énergie cinétique des particules et par
conséquent le nombre de collisions efficaces.

La théorie des collisions nous apporte une explication quant à l’influence de la concentration des réactifs
et de la température sur la vitesse d’une réaction. Cette théorie ne permet néanmoins pas de nous éclairer
sur l’action d’un catalyseur.
Nous envisageons, dès lors, une seconde théorie complémentaire à la première : celle du complexe
activé.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 78 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe

théorie du complexe activé

Utilisons une image afin de mieux comprendre l’influence d’un catalyseur sur la vitesse d’une réaction.
Soit un automobiliste désirant se rendre de Toulouse (à 100 mètres d’altitude) à Barcelone (à 20 mètres
d’altitude). Pour ce voyage, il faut franchir les montagnes de la principauté d’Andorre (Pyrénées).
Toulouse

N20
Col de Puymorens
Altitude 1915 mètres
Frontière

C1411

Barcelone

1915
Col de Puymorens
Altitude (mètres)

1815 m 1895 m

100
Toulouse Barcelone
20
0 Distance parcourue
Toulouse Col de Puymorens Barcelone

La route (N20 en France et C1411 en Espagne) emprunte le col de Puymorens à 1915 m d’altitude et
rend le trajet difficile et très lent. Les pannes se multiplient et certains anciens véhicules font demi-tour.
Néanmoins, ce col est le moins élevé des montagnes environnantes et donc, cette route semble la plus
accessible. Si la voiture de notre voyageur arrive à ce col, il parviendra à Barcelone sans problème.

Il en est de même pour les réactions chimiques. Pour donner les produits, les réactifs subissent des
réarrangements. Ces réarrangements constituent un état de transition où les anciennes liaisons se
détruisent et les nouvelles se forment. Si X2 réagit avec Y2 pour donner 2 XY en une seule étape, on peut
représenter ce passage par l’état de transition par X2Y2*. Ces réarrangements, à haute énergie moléculaire,
rappellent le col des montagnes.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe P. 79

X 2Y 2*

Énergie potentielle Ea
E'a

X 2 + Y2
H
2 XY
réactifs complexe produits degré
activé d'évolution

Toulouse

Afin de rendre le passage A9

plus aisé entre Toulouse et N20


Barcelone, une autoroute Col de Puymorens
a été construite le long de Altitude 1915 mètres
Frontière
la côte (autoroute A9 en
France et A7 en Espagne).
Bien que plus longue, cette
route est plus accessible et
ne franchit qu’un col de 200 A7
mètres d’altitude. Grâce à
cette autoroute, les voyageurs C1411

peuvent plus facilement se


rendre d’une ville à l’autre
dans les deux sens.
Barcelone

1915
Col de Puymorens
Altitude (mètres)

Col franchi par autoroute


200
100 m 180 m
100
Toulouse Barcelone
20
0

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 80 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe

De la même façon, un catalyseur

Énergie potentielle
permet à une réaction chimique
d’emprunter une autre route, Ea Sans catalyseur
c’est-à-dire d’avoir une autre E'a
énergie d’activation qui est
moins élevée (représentée en Ea
bleu). Il y a donc formation Avec catalyseur E'a
d’un autre complexe activé. La H
nouvelle énergie d’activation
étant plus faible, la vitesse de Progression de la réaction
réaction sera augmentée. L’effet
sera le même sur la réaction inverse. Nous remarquons également que l’énergie libérée lors des deux
réactions ( H : voir série 6) ne change pas.

Nous comprenons à présent que, sur base de cette théorie, un catalyseur peut :
- modifier le mécanisme d’une réaction en abaissant l’énergie d’activation;
- augmenter de cette façon la vitesse de réaction

Activité 5 (corrigé page 82)


Soient deux gaz A et B enfermés dans un récipient à température ordinaire. Quels seront les effets des
changements suivants sur la vitesse de la réaction ?
a. On augmente le volume.
b. On augmente le nombre de molécules de gaz B.
c. On diminue la température à volume constant.

Activité 6 (corrigé page 82)


Lorsqu’il y a collision entre particules, quel est le premier facteur qui détermine la possibilité d’une
réaction chimique ?

La théorie des collisions explique l’influence de la concentration et de la température sur la


vitesse de réaction.
L’étape la plus lente du mécanisme va déterminer la vitesse de la réaction. Cette réaction la plus
lente s’appelle l’étape déterminante de la vitesse.
Le fait d’augmenter la température de réaction augmente l’énergie cinétique des particules et par
conséquent le nombre de collisions efficaces.

La théorie du complexe activé permet de comprendre qu’un catalyseur peut modifier le mécanisme
d’une réaction en abaissant l’énergie d’activation et augmenter ainsi la vitesse de réaction.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe P. 81

Corrigé des activités


Activité 1
2 NO(g) + O2(g) 2 NO2(g)

1 quantité de NO transformée quantité de O2 transformée


Vitesse = =
2 intervalle de temps intervalle de temps

1 quantité de NO2 formée


Vitesse =
2 intervalle de temps

Activité 2
C Ca2+
(10 mol/l)
–3

10

5
C2

C1

t1 t2 t(s)
50 100

t1 = 10 s (4,0 – 1,0) . 10-3


t2 = 40 s v= = 1,0.10-4 mol/l.s
40 – 10

Entre t1 et t2, il se forme en moyenne 10-4 mol/l de Ca2+ par seconde.

Activité 3
t(s)

200

100

0,1 0,2 C Na S O (mol/l)


2 2 3

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique


P. 82 207 Chimie minérale - JESS Série 2 Annexe

La durée nécessaire pour que la croix ne soit plus visible, ce qui correspond à une quantité donnée de
soufre formé, est fonction de la concentration initiale en ions S2O2-3 .
Cette durée diminue au fur et à mesure que la concentration initiale en ions S2O2-3 augmente.
Donc, plus la concentration en Na2S2O3 augmente, plus vite on obtient une quantité déterminée de produit
formé.
Conclusion : la vitesse de réaction augmente lorsque la concentration des réactifs augmente.

Activité 4
La vitesse de l’ensemble sera déterminée par l’étape la plus lente, c’est-à-dire celle de la seule personne
qui lave la vaisselle.
Si l’on introduit une sixième personne, soit pour débarrasser la table, soit pour essuyer la vaisselle,
la vitesse de l’ensemble ne sera pas augmentée. Par contre, si une sixième personne vient en aide à la
personne qui lave, l’étape la plus lente se verra accélérée, ainsi que la vitesse de l’ensemble.

Activité 5
a. Si l’on augmente le volume, le nombre de chocs diminue. La vitesse de réaction diminue.
b. Lorsque le nombre de molécules de gaz augmente, le nombre de chocs augmente. La vitesse de
réaction augmente.
c. Une diminution de la température entraîne une diminution du nombre de collisions efficaces.
La vitesse de réaction diminue.

Activité 6
Lors d’un choc entre molécules, le premier facteur qui détermine s’il y a réaction ou pas est l’énergie
produite par la collision. Seules les collisions qui produisent une certaine quantité d’énergie minimum
sont efficaces.

© Enseignement à distance - Ministère de la Communauté française de Belgique