Vous êtes sur la page 1sur 2

PROPRIÈTES PHYSICO-CHIMIQUES DES SOLUTIONS AQUEUSES

D’ALCANOLAMINES UTILISEES DANS LE TRAITEMENT DU GAZ

PARTIE 1 : MASSE VOLUMIQUE ET VISCOSITÉ

Introduction
Dans le but d’alimenter les codes de calcul par de nouveaux paramètres fiables, nous proposons une analyse
critique des paramètres physico-chimiques utilisés lors de la modélisation et la simulation de colonnes
d’absorption et de régénération dans les procédés de traitement de gaz par des solutions aqueuses
d’alcanolamines. Nous nous intéressons plus particulièrement aux systèmes CO2/amines ou CO2/H2S/amine.

Masse volumique Viscosité


Nous avons comparé différentes corrélations pour la densité de solutions aqueuses
d’alcanolamines, principalement la MDEA et la DEA qui nous intéressent en priorité. Solutions aqueuses de MDEA

Weiland (1996) a utilisé les données expérimentales de trois articles : Al Ghawas et al. Pour les solutions aqueuses de MDEA, nous disposons des points expérimentaux de
(1989); D’Guillo et al. (1992) ; Ho et al. (1993). A partir de ces valeurs, une corrélation a été Rinker et al. (1994), ainsi que de plusieurs corrélations, celle de Al Ghawas et al. (7)
établie (1) (1989), Rinker et al. (1997) (8), (9) et (10) et la relation industrielle.
x M + x M + x M K 8
ρ =
Am Am H 2O H 2O CO 2 CO 2
(1) ln( µ MDEA ) = K 7 + + K 9 * T
VS T (7)

Dans (1) VS représente le volume molaire (en cm3 .mol-1) de la solution calculé à partir des B
relations suivantes : ln( µ MDEA ) = A +
VS = x V Am + x V H 2O + x V CO + x x V *
+ x x V **
(2)
T (8)
Am H 2O CO 2 2 Am H 2O Am CO 2

A = − 5 . 84969 − 6 . 21046 * w MDEA − 4 . 67885 * w DEA (9)


M Am
V Am = (3)
aT 2
+ bT + c B = 1651 . 37 + 3341 . 21 * w MDEA + 2867 . 85 * w DEA (10)
**
V = d + e× x Am (4) La corrélation de Al Ghawas et al. (1989) est valable pour 288.15 K < T < 323.15 K
Dans ces relations (2,3,4), V * et V * * sont les paramètres d'interaction respectifs de l'eau
et pour des fractions massiques w MDEA < 50 %. Les coefficients K7, K8 et K9 sont
avec l'amine et de l'amine avec le CO2. Pour des températures inférieures à 398 K, des calculés à partir de l'équation (6) et du Tableau 3. La viscosité µ est exprimée en 10-3
fractions massiques d'amines inférieures à 50 % et des taux de charge en CO2 inférieurs à 60 Pa. s.
% pour la MEA et la DEA et à 80 % pour la MDEA, Weiland (1996) a régressé les paramètres
suivants (Tableau 1). ki,j
Tableau 1 : Paramètres régressés par Weiland (1996) i/j 1 2 3 4
MEA DEA MDEA 7 -1.95214×101 -2.33979×101 -3.12363×101 3.67735×101
a (g.K .cm )
-2 -3
-5.352x10
-07
-6.913 x10
-07
-4.861 x10
-07
8 3.91273×103 4.85880×103 8.47705×103 -8.35776×103
b (g.K-1.cm-3) -4.514 x10-04 -2.066 x10-04 -4.249 x10-04
c (g.cm-3)
3 -1
1.195 1.217 1.205 9 2.1122×10-2 3.3389×10-2 2.7798×10-2 -4.0367×10-2
d (cm .mol ) - - 12.983
e (cm3.mol-1) - - 397.720
-1
M (g.mol ) 61.090 105.140 119.170 Tab. 3: Coefficients pour le calcul de la viscosité (Al Ghawas et al., 1989)
VCO2 (cm3.mol -1) 0.047 0.044 -2.856
V* (cm3.mol-1) -1.822 -2.966 -6.650 La corrélation de Rinker et al. (1997) est valable pour 293.15 K < T < 373.15 K et
pour des fractions massiques d'amines w MDEA et w DEA compris entre 0 et 50 % (avec
La comparaison va être établie avec les corrélations données par Al Ghawas et al. (1989) une fraction totale d'amines en solution inférieure à 50 %).
pour des solutions de MDEA (5,6, Tableau 2), les données expérimentales de Rinker et al. La corrélation de Al Ghawas et al. (1989) s'extrapole très bien à haute température et
(1997) pour des solutions de MDEA et de DEA et avec les corrélations industrielles. s'accorde parfaitement avec les valeurs expérimentales (Rinker et al. 1994) et avec la
ρ = G 1 + G 2T + G 3T 2
(5) corrélation de Rinker et al. (1997). La relation industrielle semble très imprécise à
basse température mais ses résultats sont très proches des autres corrélations dans le
2 3
G i = g i ,1 + g i,2 w Am + g i ,3 w Am + g i,4 w Am (6) domaine usuel de température des procédés. L'utilisation de la corrélation industrielle
pour des températures de l'ordre de 380 K ne pose donc aucun problème.
Dans (6), w Am est la fraction massique en pourcentage d’amine dans la solution.

Tableau 2 : Paramètres régressés par Al Ghawas et al. (1989) Solutions aqueuses de DEA
g i , j (g.cm-3) Pour les solutions aqueuses de DEA, nous disposons des points expérimentaux de
i/j 1 2 3 4 Rinker et al. (1994), de Teng et al. (1994) et de Rowley (1999), ainsi que de plusieurs
1 0.7159 0.3960 0.9280 -0.7949 corrélations, celle de Rinker et al. (1997) (8), (9) et (10) et les relations industrielles.
2 0.0021 -0.0020 -0.0039 0.0030 L'utilisation des relations industrielles pour des températures de 380 K est justifiée.
3 -4.010x10-06 3.070x10-06 3.585x10-06 -2.709x10-06

2.5
4

1,01 1,03
3.5
Valeurs expérimentales pour DEA 30 % (Rinker et al. 1994) Valeurs expérimentales pour DEA 20 % (Rinker et al. 1994)
Rinker et al. (1994) 2
1,02 Corrélation industrielle pour DEA 30 % Rinker et al. (1997) pour DEA 20 %
1 Weiland (1996)
Al Ghawas et al. (1989) Rinker et al. (1994) 3
Rinker et al. (1997) pour DEA 30 % Rowley (1999) pour DEA 20 %
Corrélation industrielle Weiland (1996)
1,01 Corrélation industrielle pour DEA 20 %
-3

eau pure Al Ghawas et al. (1989) eau pure


Masse volumique en g.cm

viscosité en 10 -3 Pa.s

Corrélation industrielle 2.5 eau pure


Masse volumique en g.cm-3

0,99 1.5
eau pure
viscosité en 10-3 Pa.s

2
0,98 0,99
1

1.5
0,98
0,97

1
0,97 0.5

0,96

0,96 0.5

0
0,95
0,95 0 283 293 303 313 323 333 343 353 363 373 383
293 303 313 323 333 343 353 363 373 383
293 303 313 323 333 343 353 363 373 383 283 293 303 313 323 333 343 353 363 373 383
Température en K Température en K
Température en K Température en K

Fig. 1 : Masse volumique d'une solution aqueuse de MDEA (10 % massique) Fig. 2 : Masse volumique d'une solution aqueuse de MDEA (30 % massique) Fig. 5 : Viscosité d’une solution aqueuse de MDEA (10 % massique) Fig. 6 : Viscosité d'une solution aqueuse de DEA (20 % massique)
1.6

1,05 1,02 2.5

Valeurs expérimentales pour DEA 10 % (Rinker et al. 1994)


1.4
1,04
Rinker et al. (1994) Teng (1994) pour DEA 10 %
1,01
Valeurs expérimentales pour DEA 20 % (Rinker et al. 1994) Rinker et al. 1997 pour DEA 10 %
Rinker et al. (1994) Weiland (1996)
1,03 2
1.2
Weiland (1996) Rinker et al. (1997) pour DEA 20 % Rowley (1999) pour DEA 10 %
Corrélation industrielle
Al Ghawas et al. (1989) Rowley (1999) pour DEA 20 % Corrélation industrielle pour DEA
Masse volumique en g.cm-3

1,02 Corrélation industrielle 1 eau pure 10%


Corrélation industrielle pour DEA 20 % eau pure
viscosité en 10-3 Pa.s
Masse volumique en g.cm-3

eau pure 1
viscosité en 10 Pa.s

1.5 eau pure


1,01
-3

0,99
0.8
1

0,98 1
0,99 0.6

0,98
0,97 0.4
0.5
0,97

0.2
0,96 0,96

0
0,95 0
283 293 303 313 323 333 343 353 363 373 383
293 303 313 323 333 343 353 363 373 383 0,95 283 293 303 313 323 333 343 353 363 373 383
Température en K
Température en K 293 303 313 323 333 343 353 363 373 383 Température en K

Température en K
Fig. 3 : Masse volumique d'une solution aqueuse de MDEA (50 % massique) Fig. 4 : Masse volumique d'une solution aqueuse de DEA (10% massique) Fig. 7 : Viscosité d'une solution aqueuse de DEA (30 % massique) Fig. 8 : Viscosité d’une solution aqueuse de DEA (10 % massique)

Conclusion
La comparaison entre les corrélations ou les points expérimentaux de la littérature et les corrélations internes
au simulateur met en évidence que la viscosité et la densité des solutions aqueuses de MDEA et de DEA
(amines principalement utilisées) sont très fiables (écart maximum non significatif de 3 ou 4 % avec la
PROPRIÈTES PHYSICO-CHIMIQUES DES SOLUTIONS AQUEUSES
D’ALCANOLAMINES UTILISEES DANS LE TRAITEMENT DU GAZ

PARTIE 2 : CONSTANTE DE LA LOI D’HENRY ET COEFFICIENT DE DIFFUSION

3500

CONSTANTE DE HENRY PHYSIQUE DE CO2 DANS DES


SOLUTIONS D'ALCANOLAMINES 3000
Conclusion
Les mesures effectuées par Al Ghawas et al. (1989)
Comme CO2 réagit avec les alcanolamines, sa constante de Henry ne peut être

Constante de Henry en Pa.m3.mol-1


2500
sont entachées d'erreurs concernant les constantes de
mesurée directement. N2O est alors utilisé en raison de sa similitude de masse, de
Henry pour des températures supérieures à 313 K.
structure moléculaire et de potentiel de Lennard-Jones avec CO2 et de son caractère
amorphe vis à vis des amines. 2000 Les solubilités données par Rinker et al. (1997), qui
solution eau
utilisaient un montage expérimental analogue à Al
H CO 2
H CO 2
1500 Ghawas et al. (1989), sont également à exclure pour
= (1) Lee et Mather (1977)
H solution
N 2 O H eau
N 2 O
Edwards et al. (1978) des températures supérieures à 333 K. Les valeurs
Gillepsie et Wilson (1982)
1000 Rinker et al. (1997) données par les corrélations industrielles, sont
Corrélation industrielle
Solutions aqueuses de MDEA et eau pure fiables à températures moyennes (T < 333K) mais
500
283 303 323 343 363 383 403 423 sont sous-estimées assez fortement à T=380 K.
Domaine de température Domaine de concentration en
Références Température en K

(en K) MDEA Fig. 3 : H H2Seau en fonction de la température

Haimour et Sandall (1984) 288-308 < 40 % massique


Versteeg et van Swaaij (1988) 293-333 <275 mol.m-3
Al Ghawas et al. (1989) 288-323 <50 % massique
DIFFUSIVITE DE CO2 DANS DES SOLUTIONS AQUEUSES
Rinker et al. (1997) 293-353 <50 % massique
Ko et Li (2000) 303-313 <300 mol.m-3
D'ALCANOLAMINES
Bishnoi et Rochelle (2000) 298 <50 % massique
L'analogie entre N2O et CO2 est également utilisable pour obtenir les coefficients de
diffusion de CO2 dans des solutions aqueuses d'alcanolamines.
Tab. 1 : Références bibliographiques et domaine d'étude
D CO 2 / solution a min e D CO 2 / eau
Les corrélations de Versteeg et van Swaaij (1988) (2), de Al Ghawas et al. (1989) = (8)
(3), ainsi que les résultats expérimentaux de Haimour et Sandall (1984), Rinker et al. D N 2 O / solution a min e D N 2 O / eau
(1997), Ko et Li (2000), et Bishnoi et Rochelle (2000) sont comparés entre eux avant
d'être confrontés aux relations industrielles.

MDEA RT DIFFUSIVITE D'H2S DANS DES SOLUTIONS AQUEUSES


H N 2O = i=5 (2) D'ALCANOLAMINES

i= 0
a iC i
MDEA
Le simulateur étudié utilise la formule de Wilke-Chang (10) (Wilke et al. 1955) pour
3
10 a1 106 a2 1012 a4 1015 a5 estimer le coefficient de diffusion d'H2S dans une solution aqueuse d'amines.
T /K a0 109 a3 (m9.mol3)
(m3.mol1) (m6.mol2) (m12.mol4) (m15.mol5)
293 0.689 -0.005 -0.066 0.048 -0.011 -
298 0.615 -0.221 0.57 -0.606 0.266 -0.041 ϕMsolution a mine × T
308 0.493 -0.022 - - - - Dsolution
H2S
a mine
= 7.4 ×10−12 (9)
318 0.403 -0.011 - - - - µsolution a mine VH0.26S
333 0.314 - - - - -
Tab. 2: Paramètres de l'équation (2)
MDEA G 5 G 6
M solution a min e représente le poids moléculaire du solvant (moyenne des poids
ln( H N 2O ) = G 4 + + 2 (3)
T T moléculaires de l'eau et des amines pondérées par leur fraction molaire) en g.mol-1 et ϕ le
Pour déterminer la constante de Henry de CO2 dans une solution aqueuse de MDEA, facteur adimensionnel d'association du solvant (= 2.6 pour des solutions aqueuses).
nous avons besoin pour l'analogie N2O de connaître la constante de Henry de N2O ainsi Les résultats expérimentaux de Rinker et al. (1997) sont régressés sous la forme d'une
que celle du CO2 dans l'eau pure (Figure 1). formule de type Stoke-Einstein dans l'eau pure (10).

eau 6  − 2284  µ 0.725


H = 8 . 547 × 10 exp  
N 2O
 T 
(4) D eau
H 2S = 22 .4 × 10 −14 (10)
T
Solutions aqueuses de DEA 9
6
Sur la Figure 2, nous observons les points expérimentaux de Rinker et al. (1997) et
Rinker et al. (1997)
Weiland (1996) pour la constante de Henry de N2O dans des solutions aqueuses de pour CO2 dans MDEA (10%) Rinker et al. (1997)
8
Haimour et Sandall (1984)
5
DEA. Les corrélations donnent des résultats équivalents à toutes les températures. Ces pour CO2 dans DEA (10%) Rinker et al. (1997) 7
Tavares et Danckwerts (1968)
Corrélation de Rinker et al. (1997)
C oe fficien t d e diffu sion e n 10 -9 m 2 s -1

corrélations sont extrapolables pour des températures de 380 K mais à cette température pour CO2 dans MDEA (10%) Corrélationindustrielle Formule Wilke-Chang
Coefficient de diffusion en 10-9m2.s-1

4 pour CO2 dans DEA (10%) Corrélation industrielle 6


leur fiabilité est incertaine et des points expérimentaux pour confirmation sont
nécessaires. 5

13000 4
20000
CO2 dans l'eau pure
Haimour et Sandall (1984) pour N2O 12000 N2O dans l'eau pure
18000 2 3
Versteeg et Van Swaaij (1988) pour N2O N2O dans une solution à 10%(Rinker et al. 1997)
11000 N2O dans une solution à 10%(Weiland 1996)
16000 Al Ghawas et al. (1989) pour N2O 2
N2O dans une solution à 20%(Rinker et al. 1997)
1
-1

Constante de Henry en Pa.m3.mol-1

Rinker et al. (1997) pour N2O 10000


N2O dans solution à 20% (Weiland 1996)
.mol

14000
1
Ko et Li (2000) pour N2O N2O dans solution à 30% (Rinker et al. 1997)
3

9000
N2O dans solution à 30% (Weiland 1996)
Constante de Henry en Pa.m

12000 Corrélation industrielle pour CO2


0 0
8000 283 293 303 313 323 333 343 353 363 373 283 293 303 313 323 333 343 353 363 373 383
10000 Température en K Température en K
7000

8000
6000 Fig. 4 : Coefficients de diffusion de CO2 en 10-9 m2.s-1 Fig. 5 : Coefficients de Diffusion de H2S dans l'eau pure en 10-9 m2.s-1

6000
5000

4000
4000
LA DIFFUSIVITE DES IONS ET DES AMINES
2000 3000
Le transfert de masse dans le cas d'absorption ou de désorption de gaz acides dans
0 2000
283 293 303 313 323 333 343 353 363 373 383 283 293 303 313 323 333 343 353 363 une solution d'alcanolamines est contrôlé par la diffusivité des ions, produits des
Température en K Température en K
réactions entre les gaz acides dissous et les alcanolamines (Rowley, 1999).
Fig. 1 : Constante de Henry dans l'eau Fig. 2 : Constantes de Henry dans des solutions aqueuses de DEA Les mesures de la diffusivité de la MDEA et de la DEA dans l'eau (Rowley, 1999)
fournissent un moyen de calculer la diffusivité des amines en fonction de leur fraction
CONSTANTE DE HENRY PHYSIQUE DE H2S DANS DES massique et cela pour certaines températures.
SOLUTIONS D'ALCANOLAMINES
D asolution 2
min e = d 0 + d 1 * w a min e + d 2 * w a min e (11)
Comme H2S réagit avec la MDEA ou la DEA de manière instantanée dans une
réaction acide-base, les solutions aqueuses d'amines ont été dans un premier temps D , w a min e et d0 ,d1, et d2 sont respectivement la diffusivité de l'amine en solution
solution
a min e

traitées avec HCl de manière à protoner quasiment toute l'amine présente à l'interface aqueuse en 10-10 m2.s-1, la fraction massique d'amine, et trois coefficients dépendant de
avant de réaliser les mesures de solubilité de H2S dans ces solutions. la température et du type d'amine dont les valeurs sont regroupées dans le Tableau 4.
La solution d'amine protonée par HCl contient les ions chlorures Cl- tandis que Ces relations sont valides pour 298 K < T < 373 K et pour w a min e < 0.5. Elles peuvent
normalement H2S s'absorbe dans une solution d'alcanolamine contenant des ions HS-. cependant être très bien extrapolées à 390 K.
L'effet de ces ions sur la solubilité peut être appréhendé par la méthode de van Krevelen
et Hoftijzer. T en K MDEA DEA

d0 d1 d2 d0 d1 d2
 Hsolution a mine

Log10  2 eau  = (h + + h − + h g )× I
HS
(5) 298 7.429 -16.2 15.26 7.951 -15.8 10.72
 HH S 
 2  323 13.351 -26.5 21.47 14.004 -19.3 3.66
h+, h-, hg et I représentent respectivement l'effet de sel dû aux ions positifs, négatifs, 348 19.807 -30.7 17.78 21.021 -29.8 13.9
au gaz dissous et la force ionique du milieu. Les coefficients, h+ et h- sont considérés 373 25.767 -23.3 - 28.167 -27.3 -
comme constants et seul hg est considéré comme variant avec la température. solution
Tab. 4: Coefficients di pour le calcul de Da mine
eau
Les corrélations donnant H fonction de la température de Lee et Mather (6) H2S en Au sein d'un mélange gazeux multiconstituant, l'estimation des coefficients de
diffusion ne peut se faire par rapport à un composé majoritaire considéré comme fixe.
(1977), Edwards et al. (7) (1978) et la relation industrielle s'accordent très bien à faible
Le calcul des coefficients binaires se fait en utilisant la théorie cinétique des gaz.
température.

Ln (H eau
H 2S ) = 18.1937 −
2808.5
+ 2.5629 * Ln (T ) − 0.01868 * T (6)
Conclusion
T
Les coefficients de diffusion donnés par les corrélations industrielles sont fiables dans
13236 . 8
Ln ( H eau
H 2 S ) = 358 . 138 − − 55 . 0551 * Ln ( T ) + 0 .059565 * T (7) le domaine de température de l'absorption mais si Dco2 est encore bien estimé à 380K,