Vous êtes sur la page 1sur 60

Tenseurs

Samuel Forest

Centre des Matériaux/UMR 7633


Ecole des Mines de Paris/CNRS
BP 87, 91003 Evry, France
Samuel.Forest@ensmp.fr

1/60
Plan

1 Pourquoi les tenseurs?

2 Introduction à l’algèbre tensorielle


Définitions, notations, exemples
Tenseurs euclidiens

3 Introduction à l’analyse tensorielle

4 Bilan

2/60
Plan

1 Pourquoi les tenseurs?

2 Introduction à l’algèbre tensorielle


Définitions, notations, exemples
Tenseurs euclidiens

3 Introduction à l’analyse tensorielle

4 Bilan
0bjectifs

historique de cette séance


12 séances de mathématiques...
prolégomènes à la MMC (”tenseur”)
rappel des éléments de votre bagage en algèbre et en analyse
indispensables aux cours de mécanique
pas vraiment deux séances de maths, l’occasion de fixer les notations
donner des noms nouveaux à des choses que vous connaissez déjà ou
que vous connaissez potentiellement!
pour une présentation mathématique plus rigoureuse, voir les
références dans le poly
la physique derrière ces notations arides ou élégantes (selon les
goûts)
documents http://mms2.ensmp.fr/

Pourquoi les tenseurs? 4/60


les tenseurs sont omniprésents dans toute la physique!
Cosmology and gravitation, S. Weinberg

Pourquoi les tenseurs? 5/60


Théorie des champs, L. Landau, E. Lifchitz

Pourquoi les tenseurs? 6/60


Grundlagen der Physik E. Schmutzer

Pourquoi les tenseurs? 7/60


Mécanique P. Germain

Pourquoi les tenseurs? 8/60


Plan

1 Pourquoi les tenseurs?

2 Introduction à l’algèbre tensorielle


Définitions, notations, exemples
Tenseurs euclidiens

3 Introduction à l’analyse tensorielle

4 Bilan
Plan

1 Pourquoi les tenseurs?

2 Introduction à l’algèbre tensorielle


Définitions, notations, exemples
Tenseurs euclidiens

3 Introduction à l’analyse tensorielle

4 Bilan

Introduction à l’algèbre tensorielle 10/60


Définition

E un espace vectoriel de dimension finie n sur IR, ses éléments, les


vecteurs sont notés u ∈ E
l’espace dual E ∗ : ensemble des formes linéaires sur E , ses
éléments sont les covecteurs u ∗

< u ∗ , v >= u ∗ (v ) ∈ IR, ∀u ∗ ∈ E ∗ , ∀v ∈ E

crochets de dualité
Les tenseurs sont les formes multilinéaires sur E , E ∗
tenseur p–contravariant et q–covariant :

T : (E ∗ )p × E q −→ IR

(u ∗1 , ..., u ∗p , u 1 , ...u q ) 7−→ T (u ∗1 , ..., u ∗p , u 1 , ...u q )


variance d’un tenseur : le couple (p, q)
ordre d’un tenseur : la somme p + q

Introduction à l’algèbre tensorielle 11/60


A quoi bon des formes linéaires en
mécanique/physique???

Introduction à l’algèbre tensorielle 12/60


A quoi bon des formes linéaires en
mécanique/physique???

tenseurs d’ordre 0 : les scalaires


exemple: la masse
tenseurs d’ordre 1 :
les vecteurs: variance (p, q) = (1, 0)
exemples : directions, vecteur position, vecteur vitesse
les covecteurs: variance (p, q) = (0, 1)
exemples : forces, éléments de surface
la force f ∗ est la forme linéaire qui à une vitesse v associe la
puissance
p =< f ∗ , v >
l’élément de surface ds est la forme linéaire qui à la direction de
l’espace u associe le volume du cylindre engendré

< ds , u >= dv

Introduction à l’algèbre tensorielle 13/60


Composantes des vecteurs et covecteurs

Introduction à l’algèbre tensorielle 14/60


Composantes des vecteurs et covecteurs
Soit (e i )i=1,n une base quelconque de E
n
X
u = ui e i
i=1

convention d’Einstein sur les indices répétés u = ui e i


les u i sont les composantes du vecteurs u dans la base (e i )i=1,n
base duale de (e i )i=1,n : c’est l’unique base (e ∗i )i=1,n de E ∗ telle
que
< e ∗i , e j >= δji
où δji est le symbole de Kronecker
composantes du covecteur v ∗ ∈ E ∗ :

v ∗ = vi∗ e ∗i

projections
u i =< e ∗i , u >, vj∗ =< v ∗ , e j >

Introduction à l’algèbre tensorielle 15/60


Tenseurs d’ordre 2
tenseur d’ordre 2, notés T

2-fois contravariant (p, q) = (2, 0) : E ∗ × E ∗ −→ IR
2-fois covariant (p, q) = (0, 2) : E × E −→ IR
1-fois contravariant, 1-fois covariant (p, q) = (1, 1) :
E ∗ × E −→ IR
ou E × E ∗ −→ IR
tenseurs d’ordre 2 (formes bilinéaires) et endomorphismes

Introduction à l’algèbre tensorielle 16/60


Tenseurs d’ordre 2
tenseur d’ordre 2, notés T

2-fois contravariant (p, q) = (2, 0) : E ∗ × E ∗ −→ IR
2-fois covariant (p, q) = (0, 2) : E × E −→ IR
1-fois contravariant, 1-fois covariant (p, q) = (1, 1) :
E ∗ × E −→ IR
ou E × E ∗ −→ IR
tenseurs d’ordre 2 et endomorphismes
à chaque endomorphisme t de E , on associe le tenseur d’ordre 2
T∼
: E ∗ × E −→ IR
T

(v ∗ , u ) :=< v ∗ , t(u ) >
c’est en fait un isomorphisme (voir plus loin)...
exemples connus : conductivité thermique, électrique
exemples nouveaux: tenseur des déformations, tenseur des
contraintes

Introduction à l’algèbre tensorielle 17/60


Produit tensoriel
combiner les tenseurs entre eux pour produire des tenseurs d’ordre plus
élevé
produit tensoriel a ⊗ b de deux vecteurs a , b ∈ E
décomposition d’un tenseur d’ordre 2, T∼
: E ∗ × E −→ IR

Introduction à l’algèbre tensorielle 18/60


Produit tensoriel
combiner les tenseurs entre eux pour produire des tenseurs d’ordre plus
élevé
produit tensoriel a ⊗ b de deux vecteurs a , b ∈ E
pour fabriquer le tenseur d’ordre 2, 2–fois contravariant

(a ⊗ b )(u ∗ , v ∗ ) :=< u ∗ , a >< v ∗ , b >∈ IR

on peut fabriquer des tenseurs d’ordre 2 de toute variance

(a ⊗ b ∗ )(u ∗ , v ) :=< u ∗ , a >< b ∗ , v >∈ IR

décomposition d’un tenseur d’ordre 2, T



: E ∗ × E −→ IR

T

(u ∗ , v ) = T

(ui∗ e ∗i , v j e j ) = ui∗ v j T

(e ∗i , e j )
= < u ∗ , e i >< e ∗j , v > T

(e ∗i , e j )
= T

(e ∗i , e j ) (e i ⊗ e ∗j )(u ∗ , v )

Introduction à l’algèbre tensorielle 19/60


Produit tensoriel

composantes d’un tenseur d’ordre 2

T

=T

(e ∗i , e j ) e i ⊗e ∗j = T i j e i ⊗e ∗j , avec T i j = T

(e ∗i , e j )

matrice des composantes du tenseur [T i j ]


(premier indice : numéro de ligne, second indice : numéro de colonne)
intérêt de la notation indicielle : reconnaı̂tre du premier coup d’œil
la variance des tenseurs
=⇒ l’espace des tenseurs d’ordre 2 1-fois contravariants et 1-fois
covariants est de dimension n2 , les (e i ⊗ e ∗j )i,j=1,n en constituent
une base

Introduction à l’algèbre tensorielle 20/60


Transposition et contraction

T
transposé T

de T

T

T
(u , v ∗ ) = T

(v ∗ , u ), ∀u ∈ E , ∀v ∗ ∈ E ∗
T
le tenseur T

admet comme matrice de composantes la transposée
de la matrice des composantes de T

dans la base (e i )i=1,n
la contraction d’un tenseur réduit de 2 son ordre. On ne contracte
que les indices de variance différente.
Pour un tenseur d’ordre 2, 1-fois contravariant, 1-fois covariant :

Tc = T (e ∗i , e i )

Tc = T i i =: trace T

il ne dépend pas de la base (à vérifier).

Introduction à l’algèbre tensorielle 21/60


Transposition et contraction
produit contracté : combiner les tenseurs entre eux pour produire
des tenseurs d’ordre moins élevé

a ∗ .b
(a ⊗ b ).u ∗
plus généralement
T

.u

Introduction à l’algèbre tensorielle 22/60


Transposition et contraction
produit contracté : combiner les tenseurs entre eux pour produire
des tenseurs d’ordre moins élevé

a ∗ .b :=< a ∗ , b >
(a ⊗ b ).u ∗ :=< u ∗ , b > a
plus généralement
T

.u = (T i j e i ⊗ e ∗j ).u = T i j (e i ⊗ e ∗j ).u
= T i j < e ∗j , u > e i = T i j u j e i
c’est le vecteur de composantes T i j u j

Introduction à l’algèbre tensorielle 23/60


Transposition et contraction
produit contracté : combiner les tenseurs entre eux pour produire
des tenseurs d’ordre moins élevé

a ∗ .b :=< a ∗ , b >
(a ⊗ b ).u ∗ :=< u ∗ , b > a
plus généralement
T

.u = (T i j e i ⊗ e ∗j ).u = T i j (e i ⊗ e ∗j ).u
= T i j < e ∗j , u > e i = T i j u j e i
c’est le vecteur de composantes T i j u j
endomorphisme sur E associé à un tenseur d’ordre 2

T

: E × E ∗ −→ IR
t(u ) = T

.u

Introduction à l’algèbre tensorielle 24/60


Changement de bases
e 0i = Pij e j , e i = (P −1 )ji e 0j
e 0∗i = , e ∗i =

matrice de passage:
j←−ligne
[Pi←−colonne ], avec Pij =< e ∗j , e 0i >
[x i ] = [P] [x 0i ]

Introduction à l’algèbre tensorielle 25/60


Changement de bases
e 0i = Pij e j , e i = (P −1 )ji e 0j
e 0∗i = (P −1 )ij e ∗j , e ∗i = Pji e 0∗j

matrice de passage:
j←−ligne
[Pi←−colonne ], avec Pij =< e ∗j , e 0i >
[x i ] = [P] [x 0i ]
formule de passage pour un tenseur d’ordre 2:
T

= T i j e i ⊗ e ∗j = T 0k l e 0k ⊗ e 0∗l

Introduction à l’algèbre tensorielle 26/60


Changement de bases
e 0i = Pij e j , e i = (P −1 )ji e 0j
e 0∗i = (P −1 )ij e ∗j , e ∗i = Pji e 0∗j

matrice de passage:
j←−ligne
[Pi←−colonne ], avec Pij =< e ∗j , e 0i >
[x i ] = [P] [x 0i ]
formule de passage pour un tenseur d’ordre 2:
T

= T i j e i ⊗ e ∗j = T 0k l e 0k ⊗ e 0∗l
T 0k l = (P −1 )ki Plj T i j
forme matricielle (chgt de base pour les endomorphismes)
[T 0k l ] = [P]−1 [T i j ] [P]

Introduction à l’algèbre tensorielle 27/60


Changement de bases pour les tenseurs d’ordre 2
notation tensorielle

T 0kl = (P −1 )ki (P −1 )lj T ij


Tkl0 = Pki Plj Tij
Tk0 l = Pki (P −1 )lj Ti j
T 0k l = (P −1 )ki Plj T i j

notation matricielle

[T 0kl ] = [P −1 ] [T ij ] [P −1 ]T
[Tkl0 ] = [P]T [Tij ] [P]
[Tk0 l ] = [P]T [Ti j ] [P −1 ]T
0k
[T l] = [P −1 ] [T i j ] [P]

supériorité de la notation tensorielle : presque rien à apprendre par


cœur!!!

Introduction à l’algèbre tensorielle 28/60


Plan

1 Pourquoi les tenseurs?

2 Introduction à l’algèbre tensorielle


Définitions, notations, exemples
Tenseurs euclidiens

3 Introduction à l’analyse tensorielle

4 Bilan

Introduction à l’algèbre tensorielle 29/60


Le tenseur métrique
L’espace physique E est euclidien. Il est muni d’un produit scalaire,
i.e. une forme bilinéaire symétrique définie positive. Il s’agit donc
d’un tenseur d’ordre 2 particulier noté G ∼
: E × E −→ IR, que l’on
appelle aussi tenseur métrique :
u .v := G

(u , v ) = G

(v , u ) ∈ IR, G

(u , u ) ≥ 0
G

(u , u ) = 0 =⇒ u = 0
on note gij les composantes du tenseur métrique
G

= gij e ∗i ⊗ e ∗j , gij = G

(e i , e j )
contraction / produit scalaire
G

(u , v ) =

Introduction à l’algèbre tensorielle 30/60


Le tenseur métrique
L’espace physique E est euclidien. Il est muni d’un produit scalaire,
i.e. une forme bilinéaire symétrique définie positive. Il s’agit donc
d’un tenseur d’ordre 2 particulier noté G ∼
: E × E −→ IR, que l’on
appelle aussi tenseur métrique :
u .v := G

(u , v ) = G

(v , u ) ∈ IR, G

(u , u ) ≥ 0
G

(u , u ) = 0 =⇒ u = 0
on note gij les composantes du tenseur métrique
G

= gij e ∗i ⊗ e ∗j , gij = G

(e i , e j )
contraction / produit scalaire
G

(u , v ) = u i v j G

(e i , e j ) = u i v j gij = u .G

.v = u .v
point de contraction / point de produit scalaire!

Introduction à l’algèbre tensorielle 31/60


Identification de E et de son dual
le tenseur métrique permet d’identifier E et son dual E ∗ par
l’intermédiaire de l’isomorphisme canonique

γ: E −→ E ∗

γ(v ) = G

.v
son inverse permet de définir un produit scalaire sur E ∗

G

= g ij e i ⊗ e j

dont la matrice des composantes [g ij ] est l’inverse de la matrice [gij ].



γ −1 (u ∗ ) = G

.u ∗

base réciproque (e i )i=1,n de (e i )i=1,n

e i .e j = δji

e ∗i = G

.e i , ei =G

.e ∗i , e i = g ij e j
composantes contra- et co-variantes d’un vecteur v = v i e i = vi e i
Introduction à l’algèbre tensorielle 32/60
Base réciproque pour n = 2

v
v2

e2

e1 v1

Introduction à l’algèbre tensorielle 33/60


Base réciproque pour n = 2

v
v2

v2 e2

θ e1
e2

v1
e1 v1

Introduction à l’algèbre tensorielle 34/60


Tenseurs euclidiens
les tenseurs euclidiens sont les tenseurs sur E , E × E , E × E × E , ... où E
est euclidien. On fait l’économie des tenseurs sur E ∗ en se servant du
produit scalaire:

(e i ⊗ e j )(u , v ) = (e i .u ) (e j .v )

tenseur euclidien d’ordre 1

v = v i e i = vi e i , vi = gij v j

tenseur euclidien d’ordre 2

T

= T ij e i ⊗ e j = Ti j e i ⊗ e j = T i j e i ⊗ e j = Tij e i ⊗ e j

Ti j = gik T kj , T i j = gkj T ik , Tij = gik gjl T kl


Les T ij , Tij , Ti j , T i j sont les composantes du même tenseur T

dans des bases différentes.

Introduction à l’algèbre tensorielle 35/60


Cas d’une base orthonormée
Lorsque la base (e i )i=1,n est orthonormée

e i .e j = δij
Les bases initiale et réciproque sont alors identiques
ei =ei
Les composantes gij du produit scalaire dans une base orthonormée
sont celles de l’identité :
gij = δij = g ij
Une conséquence fondamentale est que les 4 types de composantes
d’un tenseur euclidien d’ordre 2 coı̈ncident :
T ij = T i j = Ti j = Tij
En base orthonormée, on ne se préoccupe plus de la position
des indices. On les met toujours en bas et on somme sur tous
les indices répétés. Les règles de calcul tensoriel se simplifient
considérablement...
Introduction à l’algèbre tensorielle 36/60
Changement de bases orthonormées
deux bases de E :
e 0i = Qki e k , e i = Qik e 0k
formules de passage

Introduction à l’algèbre tensorielle 37/60


Changement de bases orthonormées
deux bases de E :
e 0i = Qki e k , e i = Qik e 0k
formules de passage
T

= Tij e i ⊗ e j = Tkl0 e 0k ⊗ e 0l
Tkl0 = Qik Qjl Tij
notation matricielle
[T 0 ] = [Q]T [T ] [Q]

Introduction à l’algèbre tensorielle 38/60


Plan

1 Pourquoi les tenseurs?

2 Introduction à l’algèbre tensorielle


Définitions, notations, exemples
Tenseurs euclidiens

3 Introduction à l’analyse tensorielle

4 Bilan
Champs de tenseurs

champ de scalaires
la masse volumique ρ(M) notée aussi ρ(x )
champ de vecteurs
Les champs de vecteurs–position x (M), de déplacements u (M), de
vitesses v (x )
champ de tenseurs d’ordre 2 champs de conductivité électrique
le champ des contraintes σ

(x , t)
champ de tenseurs d’ordre 3
champ des propriétés piézoélectriques
champ de tenseurs d’ordre 4
champ des propriétés élastiques
L’analyse tensorielle consiste à étudier les variations d’un champ de
tenseurs d’un point à un autre

Introduction à l’analyse tensorielle 40/60


Opérateurs différentiels (1)

repérage par une base mobile (e i (x ))i=1,3 associée à un système


de coordonnées M(q i )
∂M
ei =
∂q i
ex: coordonnées cylindriques, sphériques...
coordonnées cartésiennes: les champs e i (M) sont uniformes, les
coordonnées sont notées x i
dérivée de T (x ) suivant un vecteur v ∈ E :

T (x + λv ) − T (x )
Dv T = lim
λ→0 λ
Dv T (x ) est un tenseur du même ordre que T (x )

∂T
= De i T
∂q i

Introduction à l’analyse tensorielle 41/60


Opérateurs différentiels (2)
gradient d’un champ de tenseurs : c’est l’opérateur linéaire
∇T : v 7→ Dv , ∇T .v = Dv T
c’est un champ de tenseurs d’un ordre plus élevé que T (x )
expression à l’aide des dérivées partielles dans une base mobile
quelconque
∇T .v =
lien avec la différentielle d’un champ de tenseurs
dT = ∇T .dM

Introduction à l’analyse tensorielle 42/60


Opérateurs différentiels (2)
gradient d’un champ de tenseurs : c’est l’opérateur linéaire
∇T : v 7→ Dv , ∇T .v = Dv T
c’est un champ de tenseurs d’un ordre plus élevé que T (x )
expression à l’aide des dérivées partielles dans une base mobile
quelconque
∂T ∂T
∇T .v = v k k = < e ∗k , v >
∂q ∂q k
∂T
∇T = ⊗ e ∗k
∂q k
lien avec la différentielle d’un champ de tenseurs
∂M i
dT = ∇T .dM , dM = dq = dq i e i
∂q i
∂T ∂T
dT = i
< e ∗i , dM >= dq i
∂q ∂q i
ce sont les formules usuelles du calcul différentiel

Introduction à l’analyse tensorielle 43/60


Opérateurs différentiels (3)

l’opérateur différentiel divergence abaisse de 1 l’ordre du champ de


tenseur
div T

Introduction à l’analyse tensorielle 44/60


Opérateurs différentiels (3)

l’opérateur différentiel divergence abaisse de 1 l’ordre du champ de


tenseur
∂T ∗i
div T := (∇T )c = .e
∂q i

Introduction à l’analyse tensorielle 45/60


Opérateurs différentiels en coordonnées cartésiennes
dans une BON

Base cartésienne OrthoNormée

∇f =
∇u =
div u =
div σ

=

Introduction à l’analyse tensorielle 46/60


Opérateurs différentiels en coordonnées cartésiennes
dans une BON
Base OrthoNormée
∂f
∇f = e = f,i e i
∂xi i
∂u ∂ui
∇u = ⊗ej = e ⊗ e j = ui,j e i ⊗ e j
∂xj ∂xj i
∂u ∂ui ∂ui
div u = .e j = e i .e j = = ui,i
∂xj ∂xj ∂xi
∂σ

∂σik ∂σij
div σ = .e = (e i ⊗ e k ).e j = e = σij,j e i

∂xj j ∂xj ∂xj i
où l’on a introduit la notation fréquente en physique,

,i =
∂xi

Introduction à l’analyse tensorielle 47/60


Opérateurs différentiels en coordonnées cylindriques

Base OrthoNormée: les indices restent en bas... mais base mobile...

z ez OM = r e r + ze z
eθ dM = dr e r +rdθ e θ +dz e z
∂OM
M er =
er ∂r
O 1 ∂OM
eθ =
y r ∂θ
x r ∂OM
θ ez =
∂z

Introduction à l’analyse tensorielle 48/60


Opérateurs différentiels en coordonnées cylindriques
e 1 = e r,
e 2 = r e θ, e3 =ez
1
e 1 = e r , e 2 = e θ, e3 =ez
r
gradient d’un champ scalaire f (r , θ, z)
∂f i
∇f = e
∂q i

Introduction à l’analyse tensorielle 49/60


Opérateurs différentiels en coordonnées cylindriques
e 1 = e r,
e 2 = r e θ, e3 =ez
1
e 1 = e r , e 2 = e θ, e3 =ez
r
gradient d’un champ scalaire f (r , θ, z)
∂f 1 ∂f 2 ∂f 3
∇f = e + e + e
∂r ∂θ ∂z
∂f 1 ∂f ∂f
= e + e + e
∂r r r ∂θ θ ∂z z

Introduction à l’analyse tensorielle 50/60


Opérateurs différentiels en coordonnées cylindriques
gradient d’un champ de vecteurs u = ur e r + uθ e θ + uz e z
∂u
∇u = ⊗ei
∂q i
=

Introduction à l’analyse tensorielle 51/60


Opérateurs différentiels en coordonnées cylindriques
gradient d’un champ de vecteurs u = ur e r + uθ e θ + uz e z
∂u
∇u = ⊗ei
∂q i
∂u ∂u ∂u
= ⊗e1+ ⊗e2+ ⊗e3
∂r ∂θ ∂z
∂u ∂u e ∂u
= ⊗er + ⊗ θ + ⊗ez
∂r ∂θ r ∂z
∂ur ∂uθ ∂uz
= e ⊗er + e ⊗er + e ⊗er
∂r r ∂r θ ∂z z
1 ∂ur ur 1 ∂uθ uθ 1 ∂uz
+ e ⊗eθ + e ⊗eθ + e ⊗eθ − e ⊗eθ + e ⊗eθ
r ∂θ r r θ r ∂θ θ r r r ∂θ z
∂ur ∂uθ ∂uz
+ e ⊗ez + eθ ⊗ez + e ⊗ez
∂z r ∂z
 ∂z z 
∂ur 1 ∂ur ∂ur
 ∂r ( − uθ )
r ∂θ ∂z 
 ∂uθ 1 ∂uθ ∂uθ 
 
notation matricielle [∇u ] =  (ur + ) 
 ∂r r ∂θ ∂z 
 ∂u 1 ∂u ∂u 
z z z
∂r r ∂θ ∂z

Introduction à l’analyse tensorielle 52/60


Opérateurs différentiels en coordonnées cylindriques
divergence d’un champ de tenseurs d’ordre 2
∂σ
div σ

= (∇σ ) = ∼i .e i
∼ c
∂q
∂σ ∂σ e ∂σ
= ∼
.e r + ∼ . θ + ∼ .e z
∂r ∂θ r ∂z
σ

= σrr e r ⊗ e r + σθθ e θ ⊗ e θ + σzz e z ⊗ e z + σr θ (e r ⊗ e θ + e θ ⊗ e r )
+ σθz (e θ ⊗ e z + e z ⊗ e θ ) + σzr (e r ⊗ e z + e z ⊗ e r )

Introduction à l’analyse tensorielle 53/60


Opérateurs différentiels en coordonnées cylindriques
divergence d’un champ de tenseurs d’ordre 2
∂σ
div σ

= (∇σ ) = ∼i .e i
∼ c
∂q
∂σ ∂σ e ∂σ
= ∼
.e r + ∼ . θ + ∼ .e z
∂r ∂θ r ∂z
σ

= σrr e r ⊗ e r + σθθ e θ ⊗ e θ + σzz e z ⊗ e z + σr θ (e r ⊗ e θ + e θ ⊗ e r )
+ σθz (e θ ⊗ e z + e z ⊗ e θ ) + σzr (e r ⊗ e z + e z ⊗ e r )

 
∂σrr σrr − σθθ 1 ∂σr θ ∂σrz
div σ

= + + + er
∂r r r ∂θ ∂z
 
∂σr θ 1 ∂σθθ ∂σθz 2σr θ
+ + + + eθ
∂r r ∂θ ∂z r
 
∂σrz 1 ∂σθz ∂σzz σrz
+ + + + ez
∂r r ∂θ ∂z r
vous pouvez préférer le formulaire...

Introduction à l’analyse tensorielle 54/60


Intégration des champs de tenseurs

théorème de la divergence
Z Z
∇f dv = f n ds
Ω ∂Ω
Z Z
div v dv = v .n ds
Ω ∂Ω
Z Z
div T

dv = T

.n ds
Ω ∂Ω

Introduction à l’analyse tensorielle 55/60


Théorème de la divergence

en composantes cartésiennes BON


Z Z
•,i dV = •ni ds
Ω ∂Ω

démonstration en 1D...
Z Z
∇f dv = f n ds
Ω ∂Ω
Z Z
div v dv = v .n ds
Ω ∂Ω
Z Z
div T

dv = T

.n ds
Ω ∂Ω

Introduction à l’analyse tensorielle 56/60


Théorème de la divergence

en composantes cartésiennes BON


Z Z
•,i dV = •ni ds
Ω ∂Ω

démonstration en 1D...
Z Z Z Z
∇f dv = f n ds, f,i dv = fni ds
Ω ∂Ω Ω ∂Ω
Z Z Z Z
div v dv = v .n ds, vi,i dv = vi ni ds
Ω ∂Ω Ω ∂Ω
Z Z Z Z
div T

dv = T

.n ds, Tij,j dv = Tij nj ds
Ω ∂Ω Ω ∂Ω

Introduction à l’analyse tensorielle 57/60


Plan

1 Pourquoi les tenseurs?

2 Introduction à l’algèbre tensorielle


Définitions, notations, exemples
Tenseurs euclidiens

3 Introduction à l’analyse tensorielle

4 Bilan
Bilan: calcul tensoriel dans une BON
notation intrinsèque/indicielle calcul matriciel

u .v =

a ⊗b =

(a ⊗ b ).v =

u .(a ⊗ b ) =

T

.v =

v .T

=
Bilan 59/60
Bilan: calcul tensoriel dans une BON
notation intrinsèque/indicielle calcul matriciel

u .v = ui vi [u ]T [v ]

a ⊗ b = ai bj e i ⊗ e j [a ⊗ b ] = [a ] [b ]T

(a ⊗ b ).v = b .v a

u .(a ⊗ b ) = u .a b

T

.v = Tij vj e i [T

.v ] = [T

] [v ]

v .T

= vi Tij e j [v .T

] = [T

]T [v ]
Bilan 60/60