Vous êtes sur la page 1sur 4

[ANNEE 2018-2019]

CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE DONKA CFP/DONKA


COURS DE TECHNOLOGIE GENERALE TG 3e Année
OPTION : MACONNERIE
FORMATEUR : BAH Thierno Aliou

CHAPITRE I-1 : BOIS DANS LA CONSTRUCTION


Références: Matériaux et Eléments de Construction (A. KOMAR);
Technologie du Bois (C. Riollot) ;…

CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DONKA CFP/DONKA


CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE DONKA CFP/DONKA

2
Matière : Technologie Générale Chapitre I-1 : Bois dans la Option : Maçonnerie
(TG) 3e Année Construction
Formateur : TITRE : Bois dans la Groupe.Péda : Classe 3e Année
BAH Thierno Aliou construction Doc.Apprenants : Résumé

1-Généralités : Le bois est une matière organique.


Parmi ces principaux constituants organiques nous pouvons citer la cellulose environ 50% et la
lignine environ 20%.
Le bois est la matière ligneuse et compacte qui compose les branches, le tronc et les racines
d’un arbre.
2- Essences :
Toutes les essences de bois ne s’équivalent pas. Chaque espèce produit un bois possédant
ses propres caractéristiques, que ce soit au niveau de la dureté, de la texture, de la flexibilité
ou même du goût.
Pour l’artisan, la classification logique est celle établie est celle établie suivant l’échelle de
dureté, c’est-à-dire suivant la facilité qu’on éprouve à travailler les diverses essences et compte
tenu de leur provenance.
Les bois se classent en cinq catégories :
 Les bois très tendres ou très légers : (densité au-dessous de 0.5), ils sont généralement
clairs, ils fournissent les bois communs pour travaux économiques, la caisserie,…
Comme bois très tendres nous citons entre autres : les indigènes (l’épicéa), les feuillus
(le balsa, le fromager, samba, okoumé, le peuplier,…) et les résineux (sapin baumier,
l’épicéa stika, le parana-pin,..) ;
 Les bois tendres ou légers : (densité comprise de 0,51 à 0,6), la plupart des résineux se
trouvent réunis dans cette catégorie avec des essences feuillues.
Comme bois tendres nous citons entre autres : les résineux (le cyprès, le pin, le sapin,
le cèdre, le mélèze) et les feuillus (l’aulne, le tilleul, le saule, l’acajou, le Bahia, le fraké-
limbo, le framiré, …. ;
 Les bois mi-durs et mi-lourds : (densité de 0,61 à 0,70) parmi lesquelles prennent place
la presque totalité des fruitiers indigènes.
Comme bois mi-durs nous citons entre autres : les feuillus (l’érable, le cerisier, le
platane, le châtaignier, le mûrier, le noyer, l’orme, le poirier, le pommier) et le feuillus
(Niangon, tchitola, zingano, santal, sapelli, teck, ven-ven, …..) ;
 Les bois durs ou lourds : (densité de 0.71 à 0,90) groupant les principales essences
mises en œuvre dans le bâtiment.
Comme bois durs nous citons entre autres : les feuillus (le chêne, le frêne, le hêtre,
l’olivier, le robinier, le charme, le sorbier, acajous durs, iroko, ….) et le résineux
(pitchpin) ;

 Les bois très-durs ou très-lourds : (densité de plus de 0,90) réservés à des travaux

2
spéciaux. Comme très-durs nous citons entre autres : les feuillus (le buis, le chêne-
liège, l’ébène, l’azobé,….).
3- Qualités et défauts du bois :
3-1 Qualités du bois :
S’il y a un matériau de construction dont l’avenir est promoteur ; c’est bien le bois. Il se
renouvelle en permanence ce qui fait de lui un matériau disponible à long terme.
En même temps le bois est unique : qu’il s’agisse du bois de feuillus, du bois de résineux ou
des matériaux dérivés du bois, chaque pièce est différente. C’est un matériau de haute
performance tiré directement de la nature.
3-2- Défauts du bois :
Les principaux défauts du bois sont liés à des anomalies de croissance, des blessures ou des
perturbations climatiques. Nous avons entre autres :
Les défauts physiques :
- L’aubier qui constitue dans le bois une zone extérieure facilement altérable, sujette à la
pourriture et rapidement attaquée par les insectes ;
- Les nœuds qui sont des modifications de la structure du bois liées à l’existence d’une
branche, entrainant une irrégularité du fil et rendant la surface esthétiquement
disgracieuse et fragile ;
- Les anomalies de croissance chez les arbres qui poussent sur des terrains pentus ou
lorsque la terre est penché sous l’action du vent ou du poids des branches ;
Comme défauts physiques nous avons aussi : les roulures, l’entre-écorce, gélivure, le
cœur excentré, le cadranure,…) ;
Les blessures et autres anomalies :
- Les défauts du bois peuvent également être la conséquence d’une blessure comme la
frotture, la gouttière, bois foudroyés,…) ;
Certaines blessures peuvent être occasionnées par des balles ou des clous, provoquant
des épanchements colorant le bois dans la partie avoisinante et lui faisant perdre une
partie de sa résistance.
- Signalons aussi les fentes rencontrées dans les arbres vétustes;
- Un autre défaut du bois à tenir en compte existe sur la coloration anormale à l’intérieur.

4- Utilisation du bois :

2
La forêt et le bois sont deux éléments incontournables de notre passé et de notre avenir.
La récolte des arbres et l’utilisation du bois accompagnées d’une bonne politique de
reboisement s’inscrivent dans un processus d’amélioration et d’innovation.
Utiliser et valoriser cette ressource naturelle renouvelable permet d’améliorer l’empreinte
écologique, en plus de générer l’activité économique locale et de contribuer à la création et au
maintien de nombreux emplois.
Son utilisation est très divers entre autres comme : pâte à papier, menuiseries intérieures et
extérieures des maisons, huisseries, charpente des maisons, coffrage des structures en béton
armé et non armé, la fabrication des contreplaqués, des caisseries, l’isolation thermique,
l’ébénisterie, confection des pirogues de pêches, les revêtements intérieurs et extérieurs
(bardages), ….
5- Conservation et protection du bois :
L’humidité du bois récemment abattu est sensiblement supérieure à celle qui est admise à son
emploi. Lorsqu’un bois est desséché rapidement, le gauchissement et le fendillement sont
possibles. Cela explique le fait qu’avant son utilisation dans la construction, le bois est soumis
à un séchage naturel ou artificiel, ce qui protège le bois contre la putréfaction, augmente sa
résistance mécanique, diminue la masse spécifique et la disposition à la variation des formes
et des dimensions.
Le stockage du bois destiné à l’utilisation doit être à l’abri de la pluie et du soleil et surtout dans
des hangars appropriés.
La protection des bois exposés aux intempéries nécessite des mesures préventives avec une
protection insecticide et fongicide qui s’impose en badigeon, une ou deux couches de créosote,
ou de carbonyle, ou de goudron ou mieux une solution de sels.