Vous êtes sur la page 1sur 41

ROYAUME DU MAROC

OFPPT
Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail
DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION

RESUME THEORIQUE
&
GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MODULE N°:14 ETUDE DU TANNAGE VEGETAL

SECTEUR : CUIR
SPECIALITE : TANNERIE
NIVEAU : TECHNICIEN SPECIALISE

0
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

Document élaboré par :

Nom et prénom EFP DR


Mme LAMALIF Meriem ISTTC DRGC

Révision linguistique
-
-
-

Validation
-
-
-

OFPPT/DRIF 1
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

SOMMAIRE
Page
Présentation du module 6

Résumé de théorie
La mise en œuvre du tannage végétal 8
I. Tannage végétal 9
I.1 . Les tanins végétaux
I.2. Classification et nature des tanins végétaux 9
I.2.1. Les tanins pyrogalliques 10
I.2.2. Les tanins condensés 11
I.3. matières tannantes végétales 12
I.3.A. Les écorces
I.3.B. Les bois 13
I.3.C. Les feuilles
I.3.D. Les fruits tannants 14
I.3.E. Les galles 14
I.4. Extraits tannants 15
II. Conditions pratiques du tannage végétal
16
Méthodes du tannage végétal
I. Tannage végétal des gros cuirs :
I. 1. Tannage lent 17
2. Tannage rapide : 17
¾ Basserie
¾ Tannage au foulon 18
3. Tannage ultra rapide 26
27
II. Tannage des petites peaux
30
Evaluation
32

OFPPT/DRIF 2
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

MODULE : 14 ETUDE DU TANNAGE VEGETAL

Durée : 66H
100% : théorique
…..% : pratique

OBJECTIF OPERATIONNEL DE PREMIER NIVEAU


DE COMPORTEMENT

COMPORTEMENT ATTENDU

Pour démontrer sa compétence, le stagiaire doit étudier le tannage végétal


Selon les conditions, les critères et les précisions qui suivent

CONDITIONS D’EVALUATION

• Individuellement
• A partir de questionnaire
• A partir des contrôles

CRITERES GENERAUX DE PERFORMANCE

• Connaissance parfaite des caractéristiques des tanins végétaux


• Connaissance parfaite des principes d’utilisation des tanins végétaux

OFPPT/DRIF 3
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

OBJECTIF OPERATIONNEL DE PREMIER NIVEAU


DE COMPORTEMENT

PRECISIONS SUR LE COMPORTEMENT CRITERES PARTICULIERS DE


ATTENDU PERFORMANCE

1- Connaître les différents types de tanins • Connaissance exacte des propriétés des
végétaux tanins végétaux

2- Connaître la théorie du tannage végétal • Connaissance parfaite du mode du tannage


végétal

3- Maîtriser les facteurs influençant la tannage • Connaissance parfaite des facteurs agissant
végétale sur l’opération de tannage végétale

4- Etudier le tannage végétal ultra-rapide • Connaissance parfaite du processus de


tannage ultra-rapide

OFPPT/DRIF 4
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

OBJECTIFS OPERATIONNELS DE SECOND NIVEAU

Le stagiaire doit maîtriser les savoirs, savoir-faire, savoir-percevoir ou savoir-être jugés


préalables aux apprentissages directement requis pour l’atteinte de l’objectif de premier
niveau, tels que :

Avant d’apprendre à connaître les différents types de tanin végétal, le


stagiaire doit :
1- Déterminer les caractéristiques des tanins végétaux
2-Déduire le but du tannage végétal

Avant d’apprendre à connaître la théorie du tannage végétal, le


stagiaire doit :
3- Définir l’effet des tanins végétaux sur le cuir
4- Déterminer les étapes du tannage végétal
5-Définir la notion d’astringence

Avant d’apprendre à maîtriser les facteurs influençant le tannage


végétal, le stagiaire doit :
6-Déterminer l’action de la durée du chaulage
7-Déterminer l’action des sels neutres
8-Déterminer l’action de la concentration
9-Déterminer l’action du PH
10-Déterminer l’action de la température

Avant d’apprendre à étudier le tannage ultra-rapide, le stagiaire doit :


11-Définir le but du tannage ultra-rapide
12-Comparer le tannage ultra-rapide avec les autres types de tannage végétaux
13-Déterminer les étapes du tannage végétal
14-Déterminer les avantages et les inconvénients du procédé

OFPPT/DRIF 5
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

PRESENTATION DU MODULE

Le module « étude du tannage végétal »apporte aux stagiaires une nouvelle


méthode efficace pour transformer la peau en cuir, autre que la méthode
habituelle « tannage au chrome », différente par les produits utilisés et aussi
par le processus de fabrication.

Dans ce module, on présente les étapes par lesquelles a du passer ce


processus en citant les méthodes traditionnelles qui constituaient le tannage
lent, et les améliorations qui lui ont été apportées pour l’accélérer et le rendre
un tannage rapide et enfin un tannage ultrarapide qui est la méthode actuelle.

Le module est prévu pour les stagiaires en deuxième année de formation et


sera complété par le module suivant « fabrication du cuir tanné végétal » qui
constitue la partie pratique du module. La durée totale du module est de 66h.

OFPPT/DRIF 6
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

Module : ETUDE DU TANNAGE


VEGETAL
RESUME THEORIQUE

OFPPT/DRIF 7
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

LA MISE EN ŒUVRE DU TANNAGE VEGETAL :

I - Théorie du tannage végétal :

Le phénomène du tannage comporte une action d’absorption et une action de


fixation ou combinaison entraînant une déshydratation de la peau en tripe et sa
transformation en cuir, c’est à dire en un produit essentiellement imputrescible et
résistant à l’hydrolyse.

De nombreux chimistes ont tenté d’établir une théorie du tannage végétal, expliquant
les phénomènes ci-dessus, dans ce cas particulier, celle qui paraît encore
aujourd’hui comme l’une des plus satisfaisantes est dite « théorie de l’oxydation ».

En traitant la peau en tripe ou de la gélatine par une solution d’un diphénol en


l’occurrence l’hydroquinone à l’abri de l’air, les auteurs ont constaté qu’il y avait bien
combinaison mais que celle ci était réversible, c’est à dire qu’il n’y avait pas tannage
de la peau en tripe et que la gélatine était toujours soluble dans l’eau chaude.

En répétant cette expérience, mais en présence d’air, ils ont constaté que la peau en
tripe était transformée en cuir et que la gélatine était devenue insoluble. Ils en
conclurent que c’était le produit d’oxydation du poly phénol qui avait permis le
tannage.

Ils confirmèrent cette conclusion en traitant la peau en tripe par une solution de
quinone produit de l’oxydation de l’hydroquinone.

OH O

C6H4 + O C6H4 + H2O


OH O

Hydroquinone Quinone

OFPPT/DRIF 8
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

Ils obtinrent un bon tannage et ceci beaucoup plus rapidement. Quant à la


réaction de combinaison, il est logique de penser qu’elle se fait par l’intermédiaire
des fonctions amines libres, ou facilement libérables, de la peau. Une partie de la
quinone est réduite à l’état d’hydroquinone qui peut s’oxyder et régir à nouveau, on
atteint vraisemblablement un équilibre d’oxydoréduction.

COOH O COOH
R-CH2 C6H4 R-CH2
NH2 O NH – O OH
C6H4 + C6H4
O NH - O OH
NH2 C6H4
R-CH2 R-CH2
COOH O COOH

Comme les tanins végétaux sont des poly phénols complexes, on peut bien admettre
qu’il y a au cours du tannage végétal des phénomènes d’oxydation semblables
permettant de transformer la peau en tripe en cuir.

I – 1 - Les tanins végétaux :


Ce sont des composés phénoliques très répandus dans le règne végétal et qui
possèdent malgré les différences de leurs constitutions chimiques un ensemble de
caractères communs :
1- ils précipitent les protéines de leur solution, en particulier la gélatine. La
solution de « gélatine salée » est un réactif très utilisé pour caractériser les
tanins végétaux.
2- Ils donnent avec les sels des métaux lourds, des laques de couleurs variées,
en particulier avec les sels de fer, ils donnent des laques de couleur bleu noir.
3- Ils précipitent avec les matières colorants cationiques.
4- Ils sont solubles dans l’eau, leurs solutions sont toujours acides. En raison de
la grosseur de leurs molécules et de leur tendance à se polymériser par
oxydation, les solutions aqueuses de tanin se comportent comme des
dispersions colloïdales.
5- Ils sont amorphes et sans point de fusion précis.
6- Évidemment ils sont capables de se fixer sur la substance dermique de la
peau en tripe et de la transformer en cuir.

OFPPT/DRIF 9
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

I – 2 - Classification et structure des tanins végétaux :

Les tanins végétaux sont classés en deux groupes : -les tanins hydrolysables.
-les tanins condensés

1- Tanins pyrogalliques ou hydrolysables :


Ce groupe comprend des tanins susceptibles d’être décomposés en leurs
constituants par hydrolyse soit au moyen de diastases, soit par saponification. Il
s’agit en général d’esters que l’on peut classer en trois sous groupes.
a) Estérification mutuelle de deux ou plusieurs acides phénoliques, on les
appelle « Depsides ». l’acide le plus fréquent est l’acide gallique (extrait
du tanin de la noix de galle).

OH
I
HO - - COOH
I
OH

OH OH OH
I I I
HO- - COO - - COO - - COOH
I I I
OH OH OH

OFPPT/DRIF 10
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

b) Esters d’acides phénoliques avec des polyalcools, les produits


extraits des matières tannantes étudiés dans ce sous-groupe révèlent
essentiellement l’acide gallique et le glucose. Ces tanins soumis à la distillation
sèche donnent du pyrogallol, c’est pourquoi ils sont appelés tanins pyrogalliques.
Par exemple à partir du tanin de la galle d’Alep fut extrait un composé dit
pentagalloyglucose résultant de l’estérification des fonctions alcool d’une molécule
de glucose par cinq molécules d’acide gallique :

OH

HO - - COO - C
OH
OH
OH COO – C - - OH

OH
HO - - COO –C - H
OH
OH
COO – C - - OH

OH
OH HC – O

HO - - COO –CH2

OH

N.B:
Le symbole rencontré dans les réactions chimiques représente toujours le noyau
du benzène C6H6.

On comprendra la complexité possible des molécules composant ces tanins si l’on


imagine le remplacement de l’acide gallique par des acides di ou tri gallique.

OFPPT/DRIF 11
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

c) Glucosides et principalement de l’acide ellagique. L’acide ellagique est le


résultat de la condensation et de l’oxydation de deux molécules d’acide gallique.
COOH OH OH

HO - - - OH

OH OH COOH

Si l’on considère la molécule de glucose on peut imaginer là encore la grosseur et la


complexité de ces tanins.
Il faut également préciser que l’acide ellagique semble se former par oxydation au
moment des solutions aqueuses de tanin. Ainsi se forment des molécules de masse
de plus en plus importante et de moins en moins solubles. Il arrive un moment ou le
produit précipite, c’est ce que l’on constate dans les solutions utilisées dans le
tannage végétal.

2- Tanins condensés :

Contrairement aux tanins hydrolysables, les tanins condensés ne sont pas


décomposés par hydrolyse car ils résultent vraisemblablement de la condensation de
plusieurs molécules de produits de la classe des flavones et plus spécialement des
catéchines. C’est pourquoi on les appelle également tanins catéchiques.
On peut dire encore aujourd’hui que la composition de ces tanins n’est pas établie
avec certitude et que l’on en est réduit à des hypothèses.
A partir de divers produits extrait de certaines matières tannantes végétales on a pu
isoler des produits dits « catéchines ».
La catéchine extraite à partir du bois de quebracho, par exemple, peut être
représentée par la formule suivante conforme à la famille des flavones et voisine de
celle des matières colorantes végétales.

OFPPT/DRIF 12
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

A remarquer le noyau central n’est pas un noyau benzénique, à partir de là on


peut admettre que ces molécules de catéchine se lient les unes aux autres après
ouverture du pont oxygène du noyau central, par l’intermédiaire de deux carbones 2
et 6. ces liaisons peuvent mettre en œuvre un nombre important de molécules que
l’on trouve dans le quebracho et appelés « phlobaphènes ».

A noter dés à présent que dans le cas du quebracho, ces phlobaphènes peuvent être
solubilisés après traitement par du sulfite ou de l’hydrogénosulfite de sodium.

OFPPT/DRIF 13
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

I – 3 - Matières tannantes végétales :


Le tanin est très répandu dans le règne végétal , mais il n’est pas uniformément
réparti , au contraire , il est localisé dans certains organes du végétal .
C’est pourquoi on trouve :
o des écorces tannantes
o des bois tannantes
o des racines tannantes
o des feuilles tannantes
o des fruits tannantes
o des galles tannantes

A - les écorces :

a) ECORCE DU CHENE
L’écorce du chêne est probablement la matière tannante la plus anciennement
connu et utilisée.
Les espèces de chênes sont nombreuses, les unes à feuilles caduques, les autres à
feuilles persistantes plus spécialement localisées dans les régions
méditerranéennes. La composition des produits extraits et la teneur en tanin des
différentes écorces varient avec une multitude de facteurs. La teneur en tanin varie
de 5 à 17%. Le plus fréquemment une écorce de chêne sèche (12 à 15% d’eau)
renferme 10% de tanin.

b) ECORCE DE SAPIN :

Il s’agit essentiellement de l’écorce de l’épicéa commun très répandu dans le nord de


l’Europe. La teneur en tanin de ces écorces à 12 – 15% d’eau varie de 10 à 18%.

c) ECORCE D’HEMLOCK :

Elle provient du sapin du Canada, principale essence des vastes forêts du nord du
continent américain. Elle est très voisine de la précédente et la teneur en tanin est de
l’ordre de 10%.

OFPPT/DRIF 14
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

d) ECORCE DE MIMOSA :

Il s’agit de l’écorce d’un acacia qui provenaient primitivement d’Australie où une


multitude d’espèces d’acacia (350) se développent naturellement dans les régions
boissés de ce continent. Aujourd’hui, elle proviennent pour une large part de
plantations rationnellement constituées et exploitées.
En effet certains espèces sélectionnées en Australie placées dans de bonnes
conditions, à savoir :un terrain argilo-siliceux, température moyenne 15°C au moins,
chute annuelle de pluie plus de 500mm, se développent très rapidement. A un an
l’arbre atteint 2 à 3m de hauteur, à 4 ans 8 à 10m, à 10 ans 18 à 20m, le diamètre du
tronc est alors de 25 à 30cm.
Les plantations les plus importantes se trouvent en Afrique du sud mais il en existe
aussi au Kenya, au Sénégal, au Maroc.
Les arbres sont écorcées vers la 12e ou la 15e année. La teneur en tanin varie
quelque peu mais se situe en moyenne vers 35%. Il d’agit d’un tanin peu astringent
donnant un cuir de couleur faiblement rougeâtre. A partir de ces écorces, on prépare
un extrait « extrait de mimosa » très utilisé par les tanneurs du monde entier.

B - Les bois :

e) LE CHATAIGNIER :

C’est un arbre de l’Europe méridional et tempéré, il est particulièrement répandu en


France. On également dans d’autres régions tempérées. A noter que le châtaignier a
presque complètement disparu aux USA où il a été décimé par une maladie due à un
champignon.
On n’utilise que le bois du tronc et des grosses branches. La teneur en tanin
augmente en fonction de l’âge. Ainsi la teneur en tanin qui est de 1.5% pour un arbre
de 8 ans augmente jusqu’à 10 – 13% pour un arbre de 70 ans. Les arbres exploités
pour la production du tanin ont entre 50 et 70 ans.
Le tanin du bois du châtaignier est astringent mais on peut préparer des extraits dits
adoucis beaucoup moins astringents.
A noter que l’extrait de châtaignier est l’un des plus utilisés encore aujourd’hui
particulièrement dans le tannage du cuir à semelle.

OFPPT/DRIF 15
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

f) LE QUEBRACHO :

C’est un arbre qui se développe en Amérique du Sud entre 27° et 30° de latitude sud
dans la République Argentine, dans le Paraguay et le sud du Brésil.
Le bois du quebracho est de couleur rose qui s’assombrit à la lumière. Il est très dur
et sa densité est élevée (1.2 à 1.4).
Les arbres exploités sont très âgés, plusieurs siècles, le diamètre du tronc est
compris entre 40 et 60cm.
La teneur en tanin est en moyenne de 20%. Le tanin de quebracho présente
quelques particularités : il n’est pas soluble à froid mais seulement à chaud vers
80°C. on étudiera plus loin la sulfitation de l’extrait brut qui conduit à l’extrait dit
« quebracho sulfité » soluble à froid, ce tanin sulfité est le type de tanin doux à
pénétration rapide.
Le tanin de quebracho est de loin le plus utilisé dans le monde.

C - Les feuilles :

g) LE SUMAC :

C’est un arbuste se développant dans la partie méditerranéenne de l’Europe, à


Chypre, en Afrique du Nord. On connaît surtout le sumac de Sicile et du sud de
l’Italie.
Les feuilles de sumac séchées renferment en moyenne 25% de tanin. Ce produit est
très apprécié car il donne des cuir très clairs, son coût est assez élevé. On utilise
encore aujourd’hui directement la feuille broyée. En effet le tanin de la feuille de
sumac est très soluble dans l’eau froide mais il s’hydrolyse très fortement lorsque la
température s’élève. Ce caractère empêche la fabrication d’extraits concentrés
possédant les même qualités que la feuille broyée.

OFPPT/DRIF 16
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

D - Les fruits tannants :

h) LES VALONEES :

Les valonées constituent les cupules de glands de diverses espèces de chênes très
répandus en Turquie et dans les îles de la mer Égée. On récupère l’ensemble du
fruit, on sépare le gland pour ne conserver que les cupules avec leurs écailles qui
renferme en moyenne 30% de tanin. Ce tanin astringent donne un cuir ferme de
couleur claire en surface et plus foncée à l’intérieur.

i) LES MYROBOLAMS :

Ce sont les fruits de badamiers que l’on trouve dans les régions de Madras, du
Bengale, de Bombay, au pied de l’Himalaya, au nord du Vietnam, au sud de la
Chine. L’arbre est à feuilles caduques atteignant 10m de hauteur. Les fruits
ressemblent à une prune blanc verdâtre, ce sont effectivement des fruits à noyau.
Par dessication le fruit durcit et devient brun foncé presque noir, il prend l’aspect
d’une grosse noix.
Le noyau et l’amande ne renferme pas ou peu de tanin, le reste c’est à dire la pulpe
séchée peut contenir jusqu’à 50% de tanin. Par contre le fruit entier ne renferme que
35% de tanin en moyenne. Il s’agit d’un tanin moyennement astringent qui donne un
cuir souple, spongieux, de couleur jaune verdâtre.

j) LES ALGAROBILLES :

Ce sont les fruits d’un caroubier se développant naturellement au Chili dans les
zones à faibles chutes de pluie. Ces fruits sont des gousses de 3 à 5cm de longueur,
1cm de diamètre renfermant 3 à 5 graines ovales. Séchées, les gousses entières,
c’est à dire avec les graines, renferme 44% de tanin. Les graines seules sont
pauvres en tanin 5 à 6% seulement.
Ce tanin peu astringent donne un cuir très mou, souple et de couleur claire.

k) LE DIVIDIVI :

C’est le fruit d’un arbre que l’on trouve au Mexique, au Guatemala, au Vénézuéla, en
Colombie, au Brésil. L’arbre peut atteindre 10m de hauteur, il produit des gousses de
7 à 8cm de longueur, 1.5 à 2cm de largeur et quelques millimètres d’épaisseur. Leur
forme est tourmentée en S ou en C. elles renferment 7 à 8 graines dont la teneur en
tanin est pratiquement nulle.
En moyenne le fruit sec contient 42% de tanin qui donne un cuir souple, spongieux,
de couleur rougeâtre.

OFPPT/DRIF 17
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

E - Les galles :
Ce sont des tumeurs végétales riches en tanin qui se développent sous
l’influence de certains insectes qui perturbent le développement normal d’une partie
du végétal ou provoquent des réactions de celle-ci.

.F - Les racines :
Les matières tannantes de ce groupe sont peu utilisées car leur exploitation
serait très difficile à une échelle industrielle.

I – 4 - Extraits tannants :
Pendant très longtemps on a utilisé directement la matière tannante naturelle
pour le tannage. En principe la peau en tripe était immergée dans une solution
contenant la matière tannante broyée. Le tanin diffusant tout d’abord dans l’eau était
ensuite absorbé plus ou moins rapidement par la peau qui se transformait
progressivement en cuir. Ce mode de tannage était lent car pour tanner des peaux
de gros bovins il fallait entre 12 et 18 mois.
Pour accélérer le tannage végétal, on utilise aujourd’hui des « extraits tannants ».
Un extrait tannant est le résultat de la concentration par évaporation de l’eau de la
solution obtenue par lessivage de la matière tannante naturelle.
L’extrait obtenu peut être liquide, c’est à dire une solution concentrée contenant 50%
de matières sèches ou solide, en poudre, renfermant 90 à 96% de matières sèches.

Caractéristiques moyennes des extraits :

Châtaignier Châtaignier Quebracho Quebracho Mimosa


ordinaire adouci sulfité
Humidité 6% 5.5% 7% 7% 5%
Tanin 72% 69.2% 78% 76% 70%
Non tanin 22% 25.3% 15% 13% 24%
Insolubles 0% 0% 0% 4% 1%

Matières 0.8% 2% 5.9% 3.2% 1.7%


minérales
pH 3 à 3.3 4.2 – 4.2 5.6 – 5.8 4.6 – 4.8 4.4 – 4.8

Couleur 11.7 jaune-2.3 13 jaune, 2.9 8 jaune, 3 4.7 jaune, 2.2 2 jaune, 1.2
rouge rouge rouge rouge rouge
Tanin /non 3.3 2.8 5.2 5 2.9
tanin

OFPPT/DRIF 18
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

II - CONDITIONS PRATIQUES DU TANNAGE VEGETAL :

Pour obtenir un tannage complet et homogène dans toute l’épaisseur du cuir,


il faut respecter le principe énoncé dans les généralités à savoir : commencer le
tannage dans une solution peu astringente pour réaliser la pénétration et augmenter
ensuite progressivement l’astringence de la solution pour obtenir la fixation.
Pour cela il faut considérer les divers facteurs ayant une influence sur l’astringence
des solutions de tanins végétaux qui sont :

a) La concentration en tanin :

L’astringence d’une solution de tanin végétal augmente avec sa concentration.

b) pH – nature du tanin :

L’astringence d’une solution de tanin végétal augmente lorsque son pH diminue


c’est à dire lorsque son acidité augmente. Cette notion est en liaison étroite avec la
nature du tanin mis en œuvre, en effet, certains tanins sont naturellement astringents
par exemple l’extrait de bois de châtaignier dont les solutions sont à pH 3 –3.3,
d’autres naturellement doux par exemple l’extrait d’écorce de mimosa dont les
solutions sont à pH 4 – 4.8. on peut également préparer des extraits de châtaignier
adouci dont les solutions sont à pH 4.4, et l’extrait de quebracho sulfité dont les
solutions sont à pH 5.5 – 5.8.

c) Le rapport T/NT :

Ce facteur peut avoir une influence dans certaines méthodes de tannage végétal.
On a constaté dans certains cas qu’une solution ayant rapport T/NT faible laisse
pénétrer le tanin plus rapidement et que la fixation faible, on peut donc la considérer
comme une solution de faible astringence.

d) La température

L’élévation de la température des solutions au cours du tannage favorise


essentiellement la fixation du tanin, elle n’a pas beaucoup d’influence sur la vitesse
de pénétration. Mais il ne faut pas dépasser 35°C, en effet au dessus de cette
température des phénomènes d’hydrolyse et d’oxydation du tanin peuvent se
produire et les développements de certains micro-organismes peut être favorisé.

OFPPT/DRIF 19
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

METHODES DE TANNAGE VEGETAL :

Il faut noter dès à présent que les méthodes de tannage des petites peaux et
surtout les méthodes modernes de tannage des gros cuirs (méthodes appelées
parfois ultra rapides) ne sont plus du tannage végétal pur mais un tannage mixte. En
effet on fait généralement un prétannage avec des tanins synthétiques,suivi de
l’intervention de tanins végétaux. Malgré cela l’appellation tannage végétal ou cuir de
tannage végétal est employée pour ce genre de méthode et de cuir.

I – Tannage végétal des gros cuirs :

• LE TANNAGE LENT
. C’est la technique qu fut utilisée depuis les temps les plus reculés jusqu'à
l’apparition des extraits tannants. Bien que pratiquement disparue sous sa forme
originelle nous en donnerons une description générale en la considérant comme une
page de l’histoire de la tannerie.

Principe :

On utilise directement la matière tannante naturelle broyée. La peau venant du travail


de rivière est mise en présence d’une suspension dans l’eau de cette matière
tannante. En France en particulier il s’agit de l’écorce de chêne broyée appelée (tan).
La teneur en tanin des solutions est toujours faible ,c’est pourquoi le tannage
complet des peaux demande de nombreux mois. Dans le cas de gros cuirs (bœuf
,vache, taureau) il faut 12 à18 mois d’où l’appellation tannage lent.
Le tannage lent s’effectue en trois étapes : La basserie
Le refaisage
Les fosses

9 La basserie
Les peaux ont subi préalablement un travail de rivière comportant le reverdissage
,l’épilage pelannage dans des pelains de chaux (durée 12 jours), l’ébourrage,
l’écharnage, un rinçage prolongé. Il n’y a pas de déchaulage proprement dit dans ce
travail de rivière.

La basserie est constituée d’une série de cuves renfermant des solutions ou (jus)
provenant des opérations ultérieures (refaisage fosses) et du lessivage des écorces
(fosses à jus) dans lesquels on ajoute du tan en suspension. Ces jus sont acides

OFPPT/DRIF 20
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

(acidité due aux fermentations qui se développent dans les cuves de refaisage et les
fosses et renferment peu de tanin.

Les peaux non déchaulées venant du travail de rivière sont immergées dans ces jus.
Elles y séjournent 35 à 40 jours. Il se produit essentiellement le déchaulage et un
début de tannage. Les peaux sortant de la basserie sont en effet déchaulées et
colorées en surface par le tanin.

9 Refaisage

On dispose de cuves ou fosses, généralement cylindrique et enterrées dans le sol,


les cuirs sont mis à plat dans la cuve ,en intercalant entre chacune un peu de tan. Au
fur et à mesure on ajoute du jus provenant du lessivage des écorces. Ainsi les peaux
baignent dans une suspension de tan plus riche que celle de la basserie. Après deux
mois de séjour, les fosses sont vidées et on refait un second refaisage dans les
même conditions ; la durée totale est 4 mois et la quantité de tan utilisé pour chaque
refaisage est de l’ordre de 60 kg pour 100 kg de peau.
Sortant du refaisage les peaux sont traversées par le tanin mais la quantité fixée est
faible.

9 Les fosses
Venant de refaisage les cuirs sont «couchés en fosses». On dispose de cuves
semblables à celles du refaisage. Les cuirs sont disposés à plat un par un dans la
cuve. On intercale du tan entre chacun en tassant l’ensemble cuir et tan. On abreuve
la fosse avec du jus provenant du lessivage des écorces. On laisse ainsi trois mois ,
puis on refait un ou deux couchages en fosses dans les mêmes conditions. La durée
totale de séjour en fosses sera de six à neuf mois et pour chaque couchage on utilise
environ 125kg de tan pour 100kg de peau. Au cours de ces opérations le tanin se
fixe et à la sortie on obtient un indice de tannage de l’ordre de 60.
Les cuirs sortant des fosses sont nettoyés en surface par brossage et ils sont
suspendus à l’air pour le séchage. Après séchage on obtient le (cuirs en croûte),à
partir duquel on préparera diverses catégories de cuirs finis.

Il est bien évident qu’une telle méthode ne peut plus s’accommoder des contraintes
économiques modernes. Aussi depuis longtemps déjà on a cherché à accélérer le
tannage. Pour cela en a essentiellement enrichi les solutions de la basserie, des
refaisage et des fosses avec des extraits tannants. Plus tard on a combiné la
basserie du tannage rapide (voir page 61) avec un séjour en fosses ultérieur. On a
appelé cette combinaison tannage moyen, qui est encore employé aujourd’hui dans
quelques tanneries.

OFPPT/DRIF 21
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

• LE TANNAGE RAPIDE
L’appellation tannage rapide est toute relative car l’opération dure encore 30 jours
environ, mais par rapport au tannage lent ou au tannage moyen, cette méthode
représente une accélération considérable ;
Dans la méthode tannage rapide on s’efforce de réunir tous les éléments permettant
de réduire le plus possible la durée du tannage tout en obtenant une fixation
maximum du tanin.
Le tannage s’effectue en deux phases : la basserie – le tannage au foulon.

¾ LA BASSERIE :
Matériellement la basserie est un train de cuves prallélépidiques, en
maçonnerie partiellement enterrées dans le sol. Ces cuves communiquent entre elles
afin de permettre une circulation des solutions de l’une à l’autre. Elles renferment des
solutions du jus tannants dans lesquels on suspend la peau en tripe qui en
progressant de cuve en cuve sera transformée en cuir.

La basserie assure deux fonctions :

1) Elle doit permettre le tannage complet de la peau en tripe ; les cuirs sortant
de la basserie doivent être complètement traversés par le tanin et avoir un indice de
tannage. Le tannage au foulon ultérieur n’apportera qu’un complément de tannage .

2) Elle doit assurer l’utilisation rationnelle et complète du tanin mis en œuvre


,par un épuisement méthodique des solutions.
Pour arriver à ces résultats on exploite judicieusement les différents facteurs
ayant une influence sur l’astringence des solutions de tanins végétaux exposés
précédemment.
Composition des solutions de la basserie
Pour faciliter le raisonnement en prendra le cas d’une basserie comportant 8
cuves.
L’astringence doit croître de la première cuve dans laquelle entre la peau en tripe à
la huitième d’où sortira le cuir.

OFPPT/DRIF 22
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

Concentration en tanin
L’astringence des solutions de tanins végétaux augmente avec la
concentration en tanin.
Le tannage commencera dans des solutions à faible concentration en tanin et
se poursuivra dans des solutions de plus en plus concentrées.
Le tanneur exprime cette concentration par la densité de la solution. En
France on utilise le degré Baumé. Ainsi la densité des jus de la basserie varie de
1°Be dans la première cuve à 8°Be dans la huitième.
Il faut noter que cette densité n’est pas en relation absolue avec la
concentration en tanin, comme on le verra plus loin, le rapport T/NT varie dans les
différentes cuves. Cependant cette expression constitue une approximation
suffisante dans la pratique
Exprimé en grammes de tanin par litre la concentration des jus de basserie
varie de 8g dans la première cuve à 100g dans la huitième.

PH
L’astringence des solutions de tanins végétaux augmente avec l’acidité, c’est-
à-dire lorsque le PH de la solution diminue.

Le tannage commencera à PH 5-5,5 dans la première cuve pou finir à PH 3,5-


4 dans la huitième.

La basserie est alimentée avec la solution du foulon elle-même, préparée


avec un mélange d’extraits tel qu’il corresponde aux caractéristiques de la huitième
cuve. Ces mélanges sont variables par exemple :
50% de châtaigner ordinaire-50% quebracho sulfité.
50% de châtaigner ordinaire-50% mimosa.
50% de châtaigner ordinaire-25% quebracho sulfité-25% mimosa.
La progression du PH dans les diverses solutions de la basserie s’établit
naturellement. En effet la peau en tripe arrive dans la basserie à PH 7,5-8.Elle
neutralise progressivement les solutions au fur et à mesure de sa progression dans
la basserie.

OFPPT/DRIF 23
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

Rapport tanin/non tanin


Les solution de tanins végétaux ayant un rapport T/NT faible laissent pénétrer
le tanin mais avec une très faible fixation.
Il faudra donc s’efforcer de maintenir un rapport T/NT relativement élevé dans
les dernières cuves de la basserie pour ne pas ralentir la fixation du tanin. Pour les
première cuves on admet que le rapport T/NT ne doit pas être inférieur à 1/3.

Température
L’élévation de la température favorise essentiellement la fixation du tanin.
L’élévation de la température favorise également certains phénomène
annexes défavorables tel que l’oxydation. Polymérisation du tanin. Les solutions
prennent une couleur plus foncée qui se transmet au cuir . le développement des
moisissures et autres micro-organismes est aussi favorise par une élévation de
température. Ces phénomènes sont plus marqués dans les jus à faible concentration
que dans les jus plus concentrés. c’est pourquoi il est recommencé de maintenir vers
18°C les quatre première cuves et de chauffer vers 30-32°C les dernières cuves
seulement .

CARACTERISTIQUES MOYENNES DES JUS DE BRASSERIE

N° cuve 1 2 3 4 5 6 7 8

°Be 1-1,5 2-2,3 3 4 5 6 7 8

T g/l 6 8 20 40 51 66 80 100

NT g/l 20 25 30 34 41 43 44 45

T/NT 0,3 0,32 0,66 1,18 1,24 1,53 1,82 2,22

PH 5,7 5,3 5 4,7 4,5 4,3 4,3 4-3,8

T°C 18°C 30°C

OFPPT/DRIF 24
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

Basserie- teneur en tanin et non tanin

g/l 100
tanin
non
tanin
80
76

66

51 51

43 44 45
40 41
34
30
26 25
20 20

8
6
1
1 2 3 4 5 6 7 8 N° cuve

Tanin g/l Non tanin g/l

Mouvement de basserie
Pour obtenir un tannage convenable la durée de passage des cuirs dans la
basserie doit être comprise entre 24 et 30 jours. Ainsi dans l’exemple choisi les cuirs
resteront 3 à 4 jours dans chaque cuve.
Le principe de fonctionnement est le suivant. Les cuirs vont passer
successivement dans chaque solution depuis la moins astringente, cuve 1, jusqu’à la
plus astringente cuve 8. Au fur et à mesure du passage des cuirs les solutions
s’appauvrissent en tanin qui est absorbé par les cuirs. Il est nécessaire de les
renforcer pour les ramener aux caractéristiques initiales. Pour cela on pourrait ajouter
de l’extrait approprié dans chaque cuve. Mais dans ces conditions, la peau fixant
sélectivement le tanin, la concentration en non tanins augmenterait et le rapport T/NT
diminuerait ce qui serait néfaste pour la fixation du tanin.

Le renforcement se fera par circulation des solutions les plus concentrées vers
les moins concentrées, c’est-à-dire en sens inverse des cuirs. Autrement dit, on
renforce la solution moins concentrée par le suivante immédiate plus concentrée.

OFPPT/DRIF 25
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

Considérons la basserie de 8 cuves (figure 8) en ordre de marche. Les cuves


renferment les solutions ayant des caractéristiques conformes au tableau IV. Dans le
cuve 1 se trouvent les cuirs les moins tannés, dans le cuve 8 les cuirs complètement
tannés après avoir traversé toute la basserie.

Mouvement des cuirs

1ère méthode : les cuirs et les solutions circulent


Les cuirs de la cuve 8 sont sortis et envoyés vers le foulon de tannage.
On fait alors passer les cuirs de la cuve 7 dans la cuve 8, les cuirs de la cuve 6
dans la cuve 7, 5 dans 6, 4 dans 5, 3 dans 4, 2 dans 3, 1 dans 2. dans la cuve 1 on
place les peaux en tripe venant du travail de rivière.

Circulation des solutions


On évacue à l’égout une partie de la solution de la cuve 1. Le volume évacué
varie entre ½ et 1/3 du volume de la cuve. On ajoute une petite quantité de solution
d’extrait de quebracho sulfité ou de mimosa à 5°Bé dans la cuve 4. cette addition a
pour but de maintenir une astringence convenable dans les premières cuves.
En effet la peau en tripe étant très avide de tanin les solutions des premières
cuves s’épuisent proportionnellement plus vite que les suivantes.
Dans la cuve 8 on ajoute une solution à 9°Bé provenant de la dilution de la
solution du foulon. Le niveau s’élève dans la cuve 8 ce qui provoque l’écoulement
des solutions de cuve en cuve, par les cheminées, vers la cuve n° 1. les volumes

OFPPT/DRIF 26
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

ajoutés sont tels qu’ils rétablissent le niveau des solutions dans l’ensemble de la
basserie.

On laisse ensuite au repos 3 ou 4 jours puis recommence les mêmes opérations.

2ème méthode : seules les solutions se déplacent.


Respectant le même principe il existe un autre mode opératoire pour le
mouvement de basserie dans lequel on ne déplace que les solutions, les cuirs
restant dans la même cuve. Pour réaliser le mouvement il faut disposer d’une
cuve auxiliaire A et relier la cuve 1 à la cuve 8.
Considérons la basserie en ordre de marche. Les cuves & à 8 renferment des
solutions ayant des caractéristiques conformes au tableau pages . dans la cuve 1
figure 10 se trouvent les cuves les moins tannés. Dans la cuve 8 les cuirs
complètement tannés.

OFPPT/DRIF 27
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

Les cuirs de la cuve 8 sont sortis et envoyés vers le tannage au foulon. On


évacue à l’égout 1/3 du volume de la solution de la cuve 1 et on envoie les 2/3
restant dans la cuve A. la cuve 1 est donc complètement vide. On envoie dans A
envoie alors le contenu de A dans la cuve 8. les solutions circulent vers 1. dans 7 on
ajoute un volume suffisant de solution du foulon pour compléter le niveau des cuves.
Ainsi la cuve 8 contient maintenant la solution la moins concentrée 1’ dans laquelle
on place la peau en tripe venant du travail de rivière, la cuve 8 devient 1’, 7 devient
8’, 6 devient 7’, 5 devient 6’, 4 devient 5’, 3 devient 4’, 2 devient 3’, 1 devient 2’.
-Après trois ou 4 jours on recommencera

La même opération et la cuve 8 initiale deviendra 2’’, 7-1’’, 6-8’’, 5-7’’, 4-6’’, 3-5’’, 2-
4’’, 1-3 ‘’ et ainsi de suite. Ainsi les cuirs restant dans la même cuve seront en
contact progressivement avec toutes les solutions de la basserie de la moins
astringente 1°Bé à la plus astringente 8°Bé.
-Ce principe est appliqué jusqu’à la fin du tannage

OFPPT/DRIF 28
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

Phénomènes annexes :

Dans les solutions de la basserie se produisent des phénomènes annexes qui


peuvent présenter des inconvénients pour le cuir.

9 Les moisissures :

Lorsque les solutions de la basserie ne sont pas agitées plusieurs jours, la surface
du liquide très brillante devient mate. Elle se couvre d’un voile très légère, puis avec
le temps devient plus épais, avec une surface plus ou moins tourmentée et de
couleur jaune verdâtre ou noire. Ce sont les moisissures qui se développent ainsi à
la surface des solutions de la basserie.

OFPPT/DRIF 29
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

Ces moisissures se nourrissent de sucres, de sels minéraux, de tanins, elles sont


aéorbiques et par conséquent ne se développent qu’en surface. Si on agite la
solution pour les immerger on arrête leur développement. Il faut noter que ces
moisissures croissent plus facilement sur les
solutions faiblement concentrées de la basserie. Elles se développent aussi sur les
cuirs humides laissant après leur élimination des taches sur la surface cuirs secs,
ces défauts peuvent déprécier assez fortement les cuirs finis ou créer des difficultés
pour le finissage des cuirs.
Il est donc indispensable de lutter contre ces moisissures en agitant régulièrement
les solutions, ou en ajoutant des produits antiseptiques.

9 Les boues :

Au fur et à mesure de leur utilisation les solutions de la basserie s’enrichissent en


insolubles qui se déposent sur les cuirs et au fond des cuves et constituent les
« boues de basserie ».
Ces insolubles se forment par oxydation et polymérisation de certaines molécules de
tanin. Ces boues sont gênantes car elles se déposent irrégulièrement à la surface
des cuirs, s’y incrustent plus ou moins profondément, formant des marbrures difficiles
à faire disparaître par la suite, d’autre part ce dépôt gêne la pénétration du tanin. Il
faut de temps en temps laisser décanter les solutions, retirer la partie limpide,
évacuer les boues, et nettoyer les cuves.
On peut limiter ou ralentir la formation des insolubles en ajoutant au mélange
d’extrait 10% de tanin synthétique approprié « tanin de dispersion ». ce genre de
tanin éclaircit la couleur du cuir ce qui ne peut être qu’un avantage.

OFPPT/DRIF 30
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

¾ TANNAGE AU FOULON :

Les cuirs sortant de la basserie sont tannés mais pas toujours de façon très
homogène. D’autre part, ayant séjourné prés de 30 jours immobiles dans les cuves,
les cuirs sont rigides et plus ou moins couverts de boues.
Le foulon a pour but d’homogénéiser et compléter le tannage, assouplir et nettoyer
les cuirs. L’opération s’effectue dans un foulon renfermant une solution de tanin à 10
– 12°Be (120 – 140g/l de tanin). Cette solution est préparée à partir d’un mélange
d’extrait comme ceux déjà cités à savoir :
o 50% châtaignier ordinaire – 50% quebracho sulfité
o 50% châtaignier ordinaire – 50% mimosa
o 50% châtaignier ordinaire – 25% quebracho sulfité – 25% mimosa
on peut aussi remplacer le quebracho sulfité ou le mimosa par du châtaignier adouci.
L’opération dure 2 à 3 jours sous rotation intermittente, 15mn par heure et à une
vitesse de rotation de 5 à 6 tours par minute.
Au cours du tannage au foulon il peut se produire différents accidents :

o Bas de fleurs :

Ce défaut est une usure de la fleur par frottement des cuirs les uns contre les autres
et contre les parois du foulon. Pour éviter ce défaut il faut qu le rapport volume du
bain/poids des cuirs soit suffisamment élevé, que la vitesse du foulon ne soit pas
supérieure à 5 – 6 tours par minute et que la durée de rotation ne soit pas trop
longue.
o Pli ou barre de foulon :

Ce défaut se produit lorsque le cuir se plie et reste plié pendant toute la durée de
l’opération, le pli ainsi formé ne s’élimine que très partiellement au cours des
opérations de corroyage - finissage. Ce pli ou barre de foulon s’accompagne très
souvent de bas de fleur.
On peut éviter dans une certaine mesure ce défaut en équipant le foulon d’un
inverseur de sens de rotation automatique. lI faut également veiller, comme dans le
cas précédent, à travailler en bain suffisamment long.

OFPPT/DRIF 31
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

A la fin de l’opération les cuirs sont sortis du foulon mis en pile à plat et recouverts de
toiles imperméables pour éviter une dessiccation prématurée et une oxydation
conduisant à un noircissement prononcé des surfaces et bordage des cuirs.
Il n’est pas possible de faire sécher en croûte ces cuirs de tannage rapide. En effet si
on suspend au séchoir un cuir sortant du tannage nu foulon le cuir sec obtenu est
noir et la fleur casse très facilement lorsque le cuir est plié. Dans ces conditions le
cuir est presque inutilisable.
Pourquoi ce phénomène ? Après le tannage au foulon le cuir est imprégné d’une
solution riche en matières solubles. Lorsque les surfaces du cuir commencent à
sécher la solution contenue à l’intérieur migre par capillarité vers ces surfaces, où
elle se concentre et à la fin y dépose son extrait sec. Résultat coloration très foncée,
surcharge de la fleur en particulier en produits non fixés d’où la fragilité au pliage.
C’est pourquoi avant d’entreprendre les opérations de corroyage - finissage, et
quelque soit le cuir que l’on veut fabriquer (cuir à semelle, cuir en huile, cuir à
équipement, etc.) il faudra faire subir au cuir un traitement qui lui permettra
ultérieurement de sécher avec une couleur claire et une fleur résistante au pliage.
Le traitement avant corroyage a pour but soit d’éliminer l’excès de tanin non fixé (cas
des cuirs en huile à équipement) soit de fixer à l’intérieur du cuir ce même tanin afin
de l’empêcher de migrer vers la surface (cas des cuirs à semelle vendus au poids).

OFPPT/DRIF 32
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

• LE TANNAGE ULTRA-RAPIDE :

Le tannage rapide décrit précédemment reste malgré son appellation un procédé


relativement lent. Depuis longtemps déjà les techniciens ont cherché à accélérer
encore plus le tannage végétal pour diminuer les stocks en cours de fabrication et
tendre vers une méthode compatible avec les nécessités économiques modernes.
Dans le processus de tannage végétal l’expérience a montré que c’était le
phénomène de déshydratation homogène de la peau en profondeur qui était le plus
lent et qui ralentissait la pénétration et la fixation du tanin. Si l’on peut modifier
préalablement l’état de la peau en tripe on doit obtenir une accélération de la
pénétration et fixation des tanins végétaux.
Le problème a été en partie résolu par un pré tannage au moyen d’autres matières
tannantes qui, à l’inverse des tanins végétaux, ont tendance à déshydrater et à
tanner rapidement la peau dans toute son épaisseur. Divers produits ont été
préconisé formol, sulfate de chrome,
poly phosphates, tanins synthétiques. Il semble que les tanins synthétiques
conviennent compte tenu de l’accélération produite et des caractéristiques du cuir
obtenu.
Dans ces conditions on ne peut plus parler de tannage végétal pur, il s’agit d’un
tannage mixte. Mais les cuirs obtenus étant très voisins des cuirs de tannage végétal
il est raisonnable de les considérer comme tels.
Si la pénétration et la fixation du tanin sont fortement accélérées par un pré tannage
et un tannage végétal en bain concentré, le travail de rivière (pelanage et
déchaulage en particulier) u aussi une grande influence sur ces deux phénomènes.

¾ Pelanage:
Pour la préparation des peaux au tannage rapide décrit précédemment on pratique
généralement le travail de rivière au foulon. Ainsi en partant des peaux salées,
reverdissage, épilage pelanage sont rapides 48 h au plus dont 24h de pelanage.
Pour la préparation des peau au tannage ultra-rapide on opère aussi au foulon mais
après le pelain chaux-sulfure de 24 h on passe les peaux dans un pelain de chaux

OFPPT/DRIF 33
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

pure où elles séjournent 24 ou 48h. En effet en prolongeant le pelanage, on


accentue l’hydrolyse des fibres au moment du tannage.

¾ Déchaulage:

On pratique généralement le déchaulage de façon à amener la peau vers pH 7,5


pour faciliter le pré tannage. Dans le cas des peaux destinées au tannage végétal
ultra-rapide, on amène la peau en tripe le plus près possible du point isoélectrique
pH 5 de façon à libérer complètement les fonctions actives du collagène.
Pour éviter le danger de passer dans la zone de gonflement acide on opère avec des
produits acides qui seront fortement tamponnées par les sels formés. On utilise des
produits voisins des tanins synthétiques dits acides non gonflants dont on règle
l’efficacité avec du métabisulfite et de l’acide acétique. Pour que l’effet tampon soit
maximum, on opère en bain court donc en solution concentrée, ce qui a également
pour effet d’accélérer le déchaulage.

¾ Pré tannage:

Parmi tous les tanins synthétiques il faut choisir les moins astringents pour obtenir
une pénétration rapide, homogène dans l’épaisseur de la peau. Il n’est pas
nécessaire d’obtenir une forte fixation mais il suffit d’arriver à une déshydratation et
séparation des fibres dermiques afin de créer le chemin de pénétration pour les
tanins végétaux.

¾ Tannage végétal:

Pour cette opération, deux facteurs sont importants la nature des extraits et la
quantité mise en oeuvre.
Malgré les conditions de ce tannage ultra rapide, on trouve les mêmes
comportements des extraits tannants quant à la vitesse de pénétration, c’est-à-dire à
i’astringence. Ainsi le quebracho sulfité pénètre plus rapidement que le mimosa, le
châtaignier adouci, et le châtaignier ordinaire. Mais c’est également I’extrait qui fixe
le moins de tanin et conduit par conséquent au cuir le plus léger.

OFPPT/DRIF 34
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

Ainsi en fonction du cuir que l’on veut obtenir, on pourra faire des mélanges
d’extraits. II faut noter que dans cette méthode les possibilités de variation dans les
mélanges d’extraits restent limitées.
En effet, il n’est pas techniquement, ni même économiquement, envisageable de
doubler ou tripler la durée du tannage pour obtenir un cuir plus lourd.
Remarque:

™ Les conditions du tannage sont telles que la température augmente


rapidement dans le foulon pour atteindre 35°C et plus. Ce phénomène est
favorable à la fixation du tanin, cependant il est recommandé de ne pas
dépasser 40°C. Si on constate une élévation exagérée de la température il
faut arrêter le foulon ou bien, ce qui est préférable, réduire sa vitesse de
rotation ce qui implique d’équiper l’entraînement du foulon d’un variateur de
vitesse.

™ Le tannage terminé les cuirs sont sortis du foulon, mis en pile à plat et
recouverts de toiles imperméables pour éviter une dessiccation prématurée et
une oxydation conduisant à un noircissement prononcé des surfaces et
bordages des cuirs.

™ Ces cuirs sont déjà fortement tannés et peuvent pour certaines catégories de
cuirs passer aux opérations suivantes. Dans le cas des cuirs destinés au cuir
lissé (cuir à semelle) il est parfois utile de leur faire subir un complément de
tannage. Les cuirs sont placés dans des cuves semblables à celles de la
basserie du tannage rapide en présence d’une solution tannante à 80-100 g/1
de tanin pH 3,5-4 et chauffée à 30-35°C. Ce traitement peut durer 8 à 10
jours.

™ Comme pour les cuirs de tannage rapide, il n’est pas possible de les faire
sécher directement sans traitements préalables qui auront soit éliminé l’excès
de tanin libre, soit fixé ce tanin à l’intérieur du cuir.

™ Entre le tannage rapide et le tannage ultra rapide d’autres méthodes ont été
proposées qui accélèrent le tannage rapide sans toutefois obtenir les effets de

OFPPT/DRIF 35
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

la méthode ultra rapide décrite précédemment. Ces méthodes revendiquent


aussi l’absence de bain résiduaire et une simplification du travail en basserie.
Le principe repose sur un pré tannage, suivi du tannage végétal en cuve avec
des solutions relativement concentrées et chauffées.

Le pré tannage est fait avec des poly phosphates. Les solutions de tannage végétal
sont préparées avec des tanins doux quebracho sulfité, mimosa principalement, à
une concentration de 130 - 140g/l de tanin (Il - 12°Be) et chauffées à 30-35°C.
Le tannage végétal est effectué dans une batterie de 10 à 12 cuves, la solution
circule de cuve en cuve et à travers un réchauffeur. La durée du tannage est de 10 à
12 jours. Pour les cuirs destinés au cuir à semelle, il faut prévoir un complément de
tannage au foulon ainsi ces cuirs se trouveront sensiblement dans le même état que
ceux du tannage rapide.
Si ces méthodes permettent effectivement une accélération du tannage elles
nécessitent cependant la mise en oeuvre d’un volume important de solution
concentrée immobilisant une quantité de tanin au moins égale à celle du tannage rapide.

II - TANNAGE VEGETAL DES PETITES PEAUX:


II s’agit principalement des peaux de moutons et des peaux de chèvres. En
général le travail de rivière est conduit pour obtenir un cuir assez souple, les peaux
subissent pour cela un pelanage important.
Dans ces conditions les peaux ont tendance à être plus creuses, il faudra faire un
tannage capable de les remplir.
D’autre part ces peaux sont sensibles aux solutions astringentes et au cours du
tannage on risque de voir apparaître des crispations sur fleur qui déprécient le cuir
fini.
En général on commence par un pré tannage au moyen d’un tanin synthétique
pour favoriser la pénétration ultérieure des tanins végétaux. Le tannage végétal est
fait au moyen d’un tanin capable de remplir la peau sans être obligé d’opérer avec
des solutions astringentes. On utilise pour cela l’extrait de quebracho mi-soluble. On
a vu au chapitre «extraits tannants » que ce produit n’est pas complètement soluble
à froid, et donne ainsi des solutions troubles, riche en insolubles très finement

OFPPT/DRIF 36
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

dispersés. Les peaux prétannées mises dans une telle solution fixeront
chimiquement les tanins en solutions et absorberont physiquement les insolubles qui
contribueront à leur remplissage.

Pendant longtemps on a opéré le tannage en bain long en coudreuse, avec une


faible agitation, persuadé que de cette façon on éviterait le risque de crispation, La
durée du tannage dans ces conditions est de trois jours au moins et le bain
résiduaire est encore riche en tanin.
Depuis quelques années on rencontre la même évolution que pour le tannage
végétal des gros cuirs à savoir que l’on a cherché à accélérer le tannage en
améliorant les conditions de pré tannage et en travaillant au foulon avec des
solutions plus concentrées.
En fait la méthode moderne est très voisine de celle décrite pour le tannage ultra
rapide des gros cuirs.

¾ Tannage en coudreuse:

1er jour :
Les peaux déchaulées confitées sont placées dans une coudreuse avec pour 100 kg
de peaux écharnées:
300 litres d’eau
5 à 10kg de tanin synthétique.
10 kg d’extrait de quebracho mi-soluble préalablement dissout dans une partie
d’eau à
40CC.
On poursuit l’agitation pendant I heure. On laisse à l’arrêt jusqu’au soir. On agite à
nouveau 1h avant d’arrêter pour la nuit.

2ème jour:

Après remise en marche de la coudreuse on ajoute:


I0 kg d’extrait de quebracho mi-soluble préalablement dissout dans une partie d’eau
à 40°C

On agite pendant 1h puis on laisse à l’arrêt. 6h après on remet la coudreuse en


marche et on ajoute:
10 kg d’extrait de quebracho mi-soluble préalablement dissout dans une partie d’eau
à
40°C.

OFPPT/DRIF 37
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

On poursuit l’agitation pendant lh. On laisse à l’arrêt jusqu’au soir. On agite à


nouveau 1h avant d’arrêter pour la nuit.

3ème jour:

On agite lh trois ou quatre fois dans la journée. Le soir (ou le matin du 4ème jour )les
peaux sont sorties et mises en piles à plat pour. au moins 24h. Le bain résiduaire est
généralement évacué à l’égout.

¾ Tannage au foulon:

Les peaux déchaulées confitées sont placées dans un foulon avec pour 100 kg de
peaux écharnées:
— 50 litre d’eau
— 5 à 7 kg de tanin synthétique en poudre.

On ferme le foulon et on met en marche. Une heure après on ajoute par l’axe du
foulon en marche:
— 0,5 à 0,75 kg d’acide acétique à 80% préalablement dilué avec une partie d’eau.
On poursuit la rotation 45 minutes ou 1h. A ce moment on arrête, on vérifie le pH du
bain et des peaux, on doit trouver 4,5-5 (jaune verdâtre au vert de bromocrésol).
On évacue le plus complètement possible le bain résiduaire. On remet le foulon en
marche et on ajoute par l’axe du foulon en marche
— 10kg d’extrait de quebracho mi-soluble, préalablement dissout dans une partie
d’eau à 40°C
Une heure après
— 10kg d’extrait de quebracho mi-soluble, préalablement dissout dans une partie
d’eau à 40°C
On poursuit la rotation jusqu’au soir. Les peaux sont alors sorties du foulon et mises
en plie à plat pour au moins 24 heures.
Quelle que soit la méthode employée, les peaux de moutons ou de chèvres ne sont
pas directement séchées après tannage, on leur fait subir préalablement les
traitements suivants : Après le séjour en pile les peaux sont rincées pour éliminer le
maximum de produits non
fixés.
Après ce rinçage on leur fait absorber une petite quantité de matière grasse
(nourriture).
Pour cela les peaux sont placées dans un foulon avec, pour l’équivalent de 100 kg
de peaux écharnées.
— 50 litre d’eau à 50°C.
Le foulon étant en marche on ajoute par l’axe:
— 1kg d’huile de nourriture dispersée dans I litre d’eau à 50°C dans le cas des
peaux de moutons
ou
— 2 à 3 kg d’huile de nourriture dispersée dans 2 à 3 litre d’eau à 50°C dans le cas
des peaux de chèvres.

OFPPT/DRIF 38
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

EVALUATION DU MODULE

- Définir en comparant les différentes méthodes du tannage végétal


- Citer le principe de fonctionnement d’une basserie de tannage rapide
- Quels sont les facteurs mis en jeu lors d’un tannage rapide en basserie pour
respecter le principe général : pénétration puis fixation?
- Quel le but du tannage au foulon
- Quels sont les défauts qu’on risque d’avoir sur les cuirs de tannage rapide
?Comment les éviter ?
- Décrire le principe de tannage ultrarapide

OFPPT/DRIF 39
Résumé de Théorie et
Etude du tannage végétal
Guide de travaux pratique

Liste des références bibliographiques.

Ouvrage Auteur Edition


Documentation C.T.C
pédagogique
Mémento du technicien BASF

NB : Outre les ouvrages, la liste peut comporter toutes autres ressources


jugées utiles (Sites Internet, Catalogues constructeurs, Cassettes, CD,…)

OFPPT/DRIF 40