Vous êtes sur la page 1sur 265

Figure 1 Sécateur pointu aux lames longues et étroites avec poignées à ressort. Pour couper petites branches et racines.

Figure 2 Ciseaux pointus à grandes poignées. Pour couper petites branches et raci- nes.

Figure 3 Ciseaux courts et étroits à petites

poignées. Pour tailler petites bran-

desséchés ou feuilles

(HAGARI).

ches,

fruits

Figure 4 Grand sécateur pouvant couper des branches et des racines.

desséchés ou feuilles (HAGARI). ches, fruits Figure 4 Grand sécateur pouvant couper des branches et des
desséchés ou feuilles (HAGARI). ches, fruits Figure 4 Grand sécateur pouvant couper des branches et des
desséchés ou feuilles (HAGARI). ches, fruits Figure 4 Grand sécateur pouvant couper des branches et des
desséchés ou feuilles (HAGARI). ches, fruits Figure 4 Grand sécateur pouvant couper des branches et des

1

Figure 5 Tenaille KUIKIRI de forme spéciale permettant de couper une branche ou une racine sans laisser d'aspérité. La section est concave et se cicatrise donc plus vite. A ne pas utiliser pour tailler les petites branches.

Figure 6 La tenaille KUIKIRI permet aussi de couper une branche à l'endroit de la ramification.

Figure 7 Grande tenaille KUIKIRI pour cou- per grosses branches, racines ou noeuds.

Figure 8 Scie pliable pour scier une branche, une racine ou un tronc ne pouvant pas être coupés avec un autre outil.

Figure 8 Scie pliable pour scier une branche, une racine ou un tronc ne pouvant pas
Figure 8 Scie pliable pour scier une branche, une racine ou un tronc ne pouvant pas
Figure 8 Scie pliable pour scier une branche, une racine ou un tronc ne pouvant pas
Figure 8 Scie pliable pour scier une branche, une racine ou un tronc ne pouvant pas

2

Figure 9

Scie pliable pour grosses racines ou branches.

Figure 10 Emondoir à main pour grosses racines ou branches.

Figure 11 Couteau à greffer à usages multiples:

greffage simple ou en écusson par exemple.

Figure 12 Cisaille coupe-boulons pour trancher les très gros fils.

greffage simple ou en écusson par exemple. Figure 12 Cisaille coupe-boulons pour trancher les très gros
greffage simple ou en écusson par exemple. Figure 12 Cisaille coupe-boulons pour trancher les très gros
greffage simple ou en écusson par exemple. Figure 12 Cisaille coupe-boulons pour trancher les très gros
greffage simple ou en écusson par exemple. Figure 12 Cisaille coupe-boulons pour trancher les très gros

3

Figure 13 Grande pince coupante à poignées droites. Sert à couper petits et gros fils de métal.

Figure 14 Petite pince coupante pour petits fils. Importée du Japon, elle possède de longues poignées faisant levier.

Figure 15 Pince coupante américaine à poignées droites.

Figure 16 Pince coupante en forme de ciseaux. Sa petite taille permet de retirer les fils des petites branches tout en les gardant bien en main.

en forme de ciseaux. Sa petite taille permet de retirer les fils des petites branches tout
en forme de ciseaux. Sa petite taille permet de retirer les fils des petites branches tout
en forme de ciseaux. Sa petite taille permet de retirer les fils des petites branches tout
en forme de ciseaux. Sa petite taille permet de retirer les fils des petites branches tout

4

Figure 17 Pince plate à bout pointu pour plier, tordre ou retirer les gros fils. Sur ce modèle, fabriqué au Japon, seuls les deux bouts pointus se touchent.

Figure 18 Pince plate normale dont les deux bouts se touchent.

Figure 19 Pince en forme de ciseaux, pour reti- rer les fils dont le bout est courbé et pour retirer les fils des branches sans les blesser. Elle est assez petite pour tenir dans la paume de la main et lais- ser les doigts libres.

Figure 20 Pince pour faire un JIN sur une bran- che ou un tronc.

la paume de la main et lais- ser les doigts libres. Figure 20 Pince pour faire
la paume de la main et lais- ser les doigts libres. Figure 20 Pince pour faire
la paume de la main et lais- ser les doigts libres. Figure 20 Pince pour faire
la paume de la main et lais- ser les doigts libres. Figure 20 Pince pour faire

5

Figure 21 Deux modèles de cintreurs pour les troncs et les branches que l'on ne peut plier à la main.

Figure 22 Baguettes pointues de bambou pour dégager la terre au moment du rempo- tage ou la tasser.

Figure 23 Baguette en fibre de verre ayant le même usage que sur la figure 22.

Figure 24 KUMADE. Grattoir en forme de grif- fes d'ours, avec spatule à l'autre bout, pour retirer la terre et tasser le sol après rempotage.

de grif- fes d'ours, avec spatule à l'autre bout, pour retirer la terre et tasser le
de grif- fes d'ours, avec spatule à l'autre bout, pour retirer la terre et tasser le
de grif- fes d'ours, avec spatule à l'autre bout, pour retirer la terre et tasser le
de grif- fes d'ours, avec spatule à l'autre bout, pour retirer la terre et tasser le

6

Figure 25 Petit croc pour dégager la terre et démêler de grosses racines lors du rempotage.

Figure 26 Truelle pour tasser le sol et la mousse après un rempotage, spécialement au

bord de la coupe. Utilisez des truelles

à bords droits pour les coupes rectili- gnes et à bords courbes pour les coupes rondes ou ovales.

Figure 27 Petite balayette pour égaliser la terre après rempotage.

Figure 28 Pincette pour saisir les feuilles et les aiguilles mortes, retirer les mauvaises herbes ou les insectes d'un arbre. L'autre bout en forme de spatule sert

à enlever ou tasser la terre.

herbes ou les insectes d'un arbre. L'autre bout en forme de spatule sert à enlever ou
herbes ou les insectes d'un arbre. L'autre bout en forme de spatule sert à enlever ou
herbes ou les insectes d'un arbre. L'autre bout en forme de spatule sert à enlever ou
herbes ou les insectes d'un arbre. L'autre bout en forme de spatule sert à enlever ou

7

Figure 29 Petite faux pour dégager la terre des bords de la coupe.

Figure 30 Plateau tournant avec arrêtoir. Utilisé surtout pour former ou rempoter de grands bonsaï. L'arrêtoir permet de stabiliser le plateau pendant le tra- vail.

Figure 31 Cale triangulaire en bois de 25 cm environ. Elle maintient la plante dans la position désirée pendant la réparti- tion des racines et l'installation dans la coupe.

Figure 32 Ciseaux à tôle pour couper le grillage. Ne vous servez pas du sécateur à bonsaï pour cet usage.

coupe. Figure 32 Ciseaux à tôle pour couper le grillage. Ne vous servez pas du sécateur
coupe. Figure 32 Ciseaux à tôle pour couper le grillage. Ne vous servez pas du sécateur
coupe. Figure 32 Ciseaux à tôle pour couper le grillage. Ne vous servez pas du sécateur
coupe. Figure 32 Ciseaux à tôle pour couper le grillage. Ne vous servez pas du sécateur

8

Figure 33 Cisaille à tôle pour ouvrir les boîtes en fer blanc ou les récipients plastiques. Ne pas s'en servir pour couper des branches.

Figure 34 Arrosoir à pomme fine pour bonsaï.

Figure 35 Pomme fine d'arrosage à brancher sur un tuyau de jardin.

Figure 36 Réserve d'eau dans un récipient en bois ou en terre (voir page 104).

brancher sur un tuyau de jardin. Figure 36 Réserve d'eau dans un récipient en bois ou
brancher sur un tuyau de jardin. Figure 36 Réserve d'eau dans un récipient en bois ou
brancher sur un tuyau de jardin. Figure 36 Réserve d'eau dans un récipient en bois ou
brancher sur un tuyau de jardin. Figure 36 Réserve d'eau dans un récipient en bois ou

9

Figure 37 Tamis de fabrication maison pour trier sable et terre.

Figure 38 Tamis avec mailles de 15 mm, 8 mm, 3 mm et 2 mm.

Figure 39 Gouges pour râcler.

Figure 40 Gouges, de fabrication maison, faites à partir de vieilles limes.

et 2 mm. Figure 39 Gouges pour râcler. Figure 40 Gouges, de fabrication maison, faites à
et 2 mm. Figure 39 Gouges pour râcler. Figure 40 Gouges, de fabrication maison, faites à
et 2 mm. Figure 39 Gouges pour râcler. Figure 40 Gouges, de fabrication maison, faites à
et 2 mm. Figure 39 Gouges pour râcler. Figure 40 Gouges, de fabrication maison, faites à

10

Figure 41 Ciseaux et pilon.

Figure 42 Perceuses électriques.

Figure 43 Marteau à bout pointu, poinçons, plombs de pêche et fil métallique pour style rupestre.

Figure 44

Hygromètre.

43 Marteau à bout pointu, poinçons, plombs de pêche et fil métallique pour style rupestre. Figure
43 Marteau à bout pointu, poinçons, plombs de pêche et fil métallique pour style rupestre. Figure
43 Marteau à bout pointu, poinçons, plombs de pêche et fil métallique pour style rupestre. Figure
43 Marteau à bout pointu, poinçons, plombs de pêche et fil métallique pour style rupestre. Figure

11

Figure 45 Boîte à outils, à compartiments.

Figure 45 Boîte à outils, à compartiments. Le débutant n'a pas besoin de tous ces outils

Le débutant n'a pas besoin de tous ces outils mais ils deviennent peu à peu nécessaires. Les plus importants sont ceux représentés sur les figures: 1, 2, 4, 5, 8. 11, 14 ou 15, 17 ou 18, 22, 28, 30, 31, 35, 37 et 38. L'assor- ti ment variera en fonction de l'expérience de l'amateur de bonsaï.

28, 30, 31, 35, 37 et 38. L'assor- ti ment variera en fonction de l'expérience de

1 2

Autres Accessoires

1. Pour colmater les sections: mastic pour arbres, écorce artificielle, peinture, blanc d'ceuf, ruban adhésif, résine d'arbre ou boue.

2. Auxine et vitamine B 1, pour rempoter ou stimuler la croissance d'un arbre affaibli.

3. Hormones pour racines, boutures et en cas de réduction sévère des racines.

4. Cordelette, raphia, toile, ruban plastique adhésif ou chambre à air pour protéger le tronc et les branches.

5. Colle époxyde pour la fixation des crochets dans le style rupestre.

à air pour protéger le tronc et les branches. 5. Colle époxyde pour la fixation des

13

Entretien des outils et des accessoires

1. Gratter au tampon abrasif et nettoyer avec un chiffon imbibé d'alcool.

2. Bien huiler.

3. Ne pas laisser les outils dehors ou dans un endroit humide.

4. Faire aiguiser régulièrement les outils.

5. Suspendre l'arrosoir dans le bon sens.

Figure 46 De cette manière, l'eau peut s'écouler totalement.

Figure 47 Ici, de l'eau reste à l'intérieur et pro- voque de la rouille.

peut s'écouler totalement. Figure 47 Ici, de l'eau reste à l'intérieur et pro- voque de la
peut s'écouler totalement. Figure 47 Ici, de l'eau reste à l'intérieur et pro- voque de la

14

Introduction génerale à l'art bonsaï

Apprentissage progressif des éléments de base.

1. Choisissez des plantes résistantes. Les conifères sont les plus utilisés, notamment les genévriers, sauf les variétés colorées qui sont moins rustiques. La famille des pins est résistante mais elle manque souvent de branches faciles à travailler et leur croissance est lente. Les feuilles se prêtent également à l'art bonsaï mais ce travail demande plus d'expérience.

2. Il est recommandé de commencer avec un petit arbre, pas trop petit cependant. La taille adéquate se situe entre 15 et 30 cm.

3. Il faut considérer cinq éléments dans le choix d'une plante.

Racines: Elles doivent être bien réparties dans toutes les directions et se ramifier à partir du pied du tronc (Cf. p. 18). Tronc: Le tronc doit être effilé jusqu'à la cime. Il est assujetti à d'autres règles (Cf. p.

18).

Cime: Chaque arbre a une cime. Si la cime est coupée, c'est la branche suivante qui doit prendre sa place (Cf. p. 18). Branches principales: Elles doivent être épaisses et amples à la base du bonsaï, et al- ler en diminuant vers le haut. Les branches doivent pousser dans toutes les directions et être garnies de rameaux (Cf. p. 21). Branches plus petites: Elles doivent être feuillues à partir de leurs aiguilles courtes et fournies. Chez les arbres à feuilles caduques, retenez ceux qui varient selon les sai- sons avec des fleurs, des fruits, des baies ou des feuilles dont les couleurs changent au printemps ou en automne. Même en hiver, une ramure peut présenter un aspect at- trayant et intéressant.

4. Le style de base. La forme fondamentale par laquelle tous les débutants devraient commencer est la forme rigoureusement verticale appelée CHOKKAN.

5. Position pour former un bonsaï. Placez-vous devant, de manière à regarder le milieu de l'arbre. Vos yeux ne doivent ni regarder vers le haut ni vers le bas.

6. Face devant: tout bonsaï doit avoir une face avant, qui doit correspondre à son plus beau côté.

15

7. Symétrie, équilibre et proportions: la création d'un bonsaï est l'une des expressions les plus nobles de l'art, qui doit associer un don artistique et une excellente pratique horticole. Pour créer un bonsaï à la fois beau et naturel, il est indispensable de com- prendre les notions de symétrie, d'équilibre et de proportions.

Chez un bonsaï, la symétrie est la répétition du même style et de la même dimension. Cela signifie que d'un point donné vers la gauche ou vers la droite, vers le sommet ou vers la base, tout a le même style et la même dimension. C'est une vue simpliste man- quant peut-être un peu d'imagination, mais il sera plus facile pour un débutant de com- mencer par une forme symétrique telle qu'un carré, un cercle ou un triangle équilatéral, et de s'engager progressivement vers des compositions plus esthétiques.

L'équilibre est une question d'égalité. Pour le bonsaï, l'équilibre correspond à une éga- lité, même lorsque le côté droit est différent du côté gauche.

La création d'un bonsaï dépend d'un rapport de proportions qui constitue l'un des éléments importants nécessaires à sa création. Une méthode, appelée «la section d'or de la division» a été utilisée pour obtenir les bonnes proportions. Les figures 48 et 49 illus- trent «la section d'or de la division» d'une façon plus méthodique. La figure 50 illustre l'emplacement de la première branche dans un bon équilibre par rapport à l'arbre.

Figure 48 Une suite numérique connue sous le nom de «séquence de Fibonnacci» est:

1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55 etc. Cha- que nombre est égal à la somme des deux précédents:

1+1 = 2, 1+2 = 3, 2+3 = 5, etc.

16

5, 8, 13, 21, 34, 55 etc. Cha- que nombre est égal à la somme des

Figure 49 Soit AB, un segment de 21 cm, C le milieu de la ligne AB. Décrivez un arc ayant BC comme rayon et B comme centre. Joignez B à D en formant un angle droit. Reliez A et D. Décrivez un arc avec un rayon égal à BD et D comme centre pour trouver E. Ensuite décrivez un arc de rayon égal à AE ayant A pour centre; Le point d'intersection F marque la section d'or de la division AF (13) + BF (8) _ AB (21).

Figure 50 Voici un arbre de 21 cm. La branche la plus basse est située à environ 1/3 de la hauteur, qui est à 8 cm de la base, ou au point F sur la figure 49. Les 13 cm restant pour les autres branches per- mettent de constituer un arbre bien proportionné.

F sur la figure 49. Les 13 cm restant pour les autres branches per- mettent de
F sur la figure 49. Les 13 cm restant pour les autres branches per- mettent de

1 7

Introduction à la forme de base rigoureusement verticale (CHOKKAN-KIHONGATA)

1. Racines (NEBARI): Retirez toutes les branches, pousses, feuilles mortes, racines re- montantes et rejets du pied du tronc. Puis retirez doucement la terre en commençant par le tronc. Repérez les racines bien développées pour les garder en surface. S'il n'y en a pas, gardez les plus petites afin qu'elles se développent.

2. Tronc (MIKI): Le tronc doit être droit et vertical. Toute courbure du tronc devra être corrigée par des fils métalliques, ou tournée à l'arrière. La face avant doit présenter un tronc effilé jusqu'à la cime.

3. Cime (SHIN): Déterminez la hauteur du bonsaï (Cf. fig. 66). Pour réduire la hauteur, remplacez la cime par une branche avant, mais par une branche latérale ou arrière. Coupez la cime toujours derrière et ligaturez-la. Si l'arbre est encore trop haut, il est possible de raccourcir encore la branche.

Figure 51 Diminuez la hauteur en coupant la cime.

encore trop haut, il est possible de raccourcir encore la branche. Figure 51 Diminuez la hauteur

18

Figure 52 Coupez à l'arrière de l'arbre.

Figure 53 Ligaturez la branche supérieure.

Figure 54 Redressez-la pour former une nou-

velle cime.

de l'arbre. Figure 53 Ligaturez la branche supérieure. Figure 54 Redressez-la pour former une nou- velle
de l'arbre. Figure 53 Ligaturez la branche supérieure. Figure 54 Redressez-la pour former une nou- velle
de l'arbre. Figure 53 Ligaturez la branche supérieure. Figure 54 Redressez-la pour former une nou- velle

19

Figure 55 Voici le résultat.

Figure 56 Si l'arbre est encore trop élevé, vous pouvez encore le raccourcir, mais en coupant la cime à l'arrière d'une bran- che avant.

Figure 57 La coupure doit se trouver à l'ar- rière.

coupant la cime à l'arrière d'une bran- che avant. Figure 57 La coupure doit se trouver
coupant la cime à l'arrière d'une bran- che avant. Figure 57 La coupure doit se trouver
coupant la cime à l'arrière d'une bran- che avant. Figure 57 La coupure doit se trouver

20

Figure 58 Ligaturez la branche et courbez-la doucement vers le haut. L'arbre aura ainsi une nouvelle cime.

4. La position des branches (Cf. fig. 59)

une nouvelle cime. 4. La position des branches (Cf. fig. 59) A. Branche inférieure (ICHI-NO-EDA): Elle

A. Branche inférieure (ICHI-NO-EDA): Elle peut se trouver à droite ou à gauche, mais jamais devant ni derrière le tronc. C'est la branche la plus grande, la plus longue, la plus grosse et la plus belle de

forme. Elle doit se trouver dans le tiers inférieur ou en dessus de la moitié (Cf. p.

17).

B. La branche arrière (USHIRO-EDA): Elle vient après la première branche et confère à l'arbre sa profondeur. Elle ne doit jamais se diriger vers l'arrière, mais un peu à droite ou à gauche, et avoir un côté visible de l'avant. Au cas où aucune branche venant juste après la première ne puisse devenir une branche arrière, il convient de prendre la suivante la plus apte à assurer cette fonction.

C. Seconde branche (NI-NO-EDA): Elle doit se trouver à l'opposé de la première branche. Si ce n'est pas possible, choisir une branche et la diriger dans une autre direction mais pas vers l'avant. Cette deuxième branche doit être placée au- dessus de la première et être un peu moins longue.

D. Troisième branche (SAN-NO-EDA): Doit être située à l'opposé de la deuxième.

E. La branche de face (MAE-EDA): Cette branche est placée au-dessus du niveau des yeux et ne doit jamais se diriger droit vers l'avant, mais plutôt vers la gauche ou vers la droite.

F. Les autres branches: elles doivent être alternées jusqu'à la cime.

G. Nombre de branches: il est toujours préférable d'avoir davantage de branches au départ, afin de pouvoir en enlever plus tard, au fur et à mesure de leur développe- ment.

2 1

Figure 59 Position des branches principales.

1. Cime.

2. Branches alternées.

3. Troisième branche.

4. Branche avant.

5. Seconde branche.

6. Branche arrière.

7. Première branche.

8. Tronc.

9. Racines.

branche. 4. Branche avant. 5. Seconde branche. 6. Branche arrière. 7. Première branche. 8. Tronc. 9.

22

Figure 60 Distance entre les branches principa- les. Les espaces doivent être inégaux, plus grands entre les branches inférieures et de plus en plus rapprochés en direc- tion de la cime. En cas d'espace trop grand, il vaut mieux abaisser la bran- che supérieure que de remonter la branche inférieure.

che supérieure que de remonter la branche inférieure. Figure 61 Direction des branches. N° 1, 5,

Figure 61 Direction des branches. N° 1, 5, 9, 13: branches de droite. N° 2, 6, 10, 14: branches arrière. N° 3, 7, 11, 15: branches de gauche. N° 4, 8, 12, 16: branches avant. L'arrière du cadran est à 12 H. La droite à 3 H.

L'avant à 6 H. La gauche à 9 H. Cette répartition est difficilement applicable car elle est trop symétri- que.

gauche

arrière

12

est difficilement applicable car elle est trop symétri- que. g a u c h e arrière

6

avant

23

3

droite

Figure 62 Angle de pente des branches pricipa- les. Lorsque la première branche est orientée vers le bas, les autres bran- ches doivent avoir la même pente. Il en est de même pour les branches horizontales ou pour celles dirigées vers le haut.

Figure 63 Exception. Sur cet arbre, la première branche est très penchée vers le bas. Plus on se rapproche de la cime, plus l'angle de la branche par rapport au tronc est ouvert vers le haut. A l'état naturel, cela indique un jeune arbre.

de la branche par rapport au tronc est ouvert vers le haut. A l'état naturel, cela
de la branche par rapport au tronc est ouvert vers le haut. A l'état naturel, cela

24

Figure 64 Longueur des branches principales. La longueur des branches va en dimi- nuant jusqu'à la cime de l'arbre, ce qui lui donne un contour triangulaire. Il en va de même pour les branches avant et arrière, en veillant toutefois à obtenir une face avant un peu plus étroite que la face arrière.

Figure 65 Largeur d'un bonsaï. La largeur totale des branches latéra- les les plus longues doit correspondre à la moitié de la hauteur du bonsaï, ou être inférieure à sa hauteur totale. Cette règle ne s'applique pas à un arbre doté d'un tronc extrêmement large.

à sa hauteur totale. Cette règle ne s'applique pas à un arbre doté d'un tronc extrêmement
à sa hauteur totale. Cette règle ne s'applique pas à un arbre doté d'un tronc extrêmement

2 5

Figure 66

La

hauteur d'un bonsaï.

Le

rapport idéal entre la grosseur du

tronc et sa hauteur est de 1 à 6. Ainsi,

lorsque le diamètre du tronc est de 2

cm à la base, la hauteur du bonsaï doit être de 12 cm.

2 cm à la base, la hauteur du bonsaï doit être de 12 cm. 5. Forme

5. Forme des branches. Elle doit correspondre à la forme d'un triangle étiré, d'un diamant ou d'une pointe de flèche. Sa surface doit être deux fois plus longue que large.

Figure 67 Forme triangulaire d'une branche vue d'en haut, montrant la structure des rameaux.

longue que large. Figure 67 Forme triangulaire d'une branche vue d'en haut, montrant la structure des

26

Figure 68 Vus de côté, les premier, deuxième et troisième rameaux forment un trian- gle.

Figure 69

Branche vue d'en haut, en forme de

diamant,

montrant la structure des

rameaux.

Figure 70 Branche vue de côté, en forme de dia- mant. Les premier, second et troi- sième rameaux ont aussi la forme d'un diamant.

vue de côté, en forme de dia- mant. Les premier, second et troi- sième rameaux ont
vue de côté, en forme de dia- mant. Les premier, second et troi- sième rameaux ont
vue de côté, en forme de dia- mant. Les premier, second et troi- sième rameaux ont

2 7

Figure 71 Branche en forme de flèche, vue d'en haut, dévoilant ses ramifications.

Figure 72 Branche en forme de flèche, vue de côté, laissant apparaître les premier, second et troisième rameaux en forme de flèche également.

flèche, vue de côté, laissant apparaître les premier, second et troisième rameaux en forme de flèche
flèche, vue de côté, laissant apparaître les premier, second et troisième rameaux en forme de flèche

28

Racines défecteuses

Figure 73 Les racines enroulées n'ont pas une forme naturelle et sont disgracieu- ses.

Figure 74 Des racines trop enterrées ne donnent pas l'impression d'un arbre qui pousse.

Figure 75 Des racines verticales donnent une impression de fragilité et d'instabi- lité.

arbre qui pousse. Figure 75 Des racines verticales donnent une impression de fragilité et d'instabi- lité.
arbre qui pousse. Figure 75 Des racines verticales donnent une impression de fragilité et d'instabi- lité.
arbre qui pousse. Figure 75 Des racines verticales donnent une impression de fragilité et d'instabi- lité.

2 9

Figure 76 Des racines sur le côté ne donnent pas non plus une impression de solidité. On peut cependant rééquilibrer l'ar- bre en le plantant au bord de la coupe. Les grosses racines ne doivent pas être placées à l'avant.

Figure 77 La grosseur des racines doit être en rapport avec celle du tronc. Un gros tronc sur de petites racines n'est pas harmonieux.

gros tronc sur de petites racines n'est pas harmonieux. Il est possible de pallier le manque
gros tronc sur de petites racines n'est pas harmonieux. Il est possible de pallier le manque

Il est possible de pallier le manque de racines à l'aide d'une pierre dont la couleur, la taille et la forme seront en harmonie avec les racines. Il est également possible de mettre une petite plante au pied du tronc ou d'amonceler la terre autour du pied pour la dissi- muler.

La formation des racines peut être favorisée en grattant l'écorce, en perçant de petits trous dans le pied du tronc, et en épandant de l'auxine pour activer la croissance des raci- nes.

30

Racines intéressantes

Figure 78 Pin noir du Japon. En laissant les racines apparentes lors du rempotage, elles prendront le même aspect que le tronc.

Figure 79

Orme.

Figure 80

Chêne.

racines apparentes lors du rempotage, elles prendront le même aspect que le tronc. Figure 79 Orme.
racines apparentes lors du rempotage, elles prendront le même aspect que le tronc. Figure 79 Orme.
racines apparentes lors du rempotage, elles prendront le même aspect que le tronc. Figure 79 Orme.

3 1

Figure 81 Pin rouge du Japon.

Figure 82 Genévrier de Californie.

Figure 83

Cyprès chauve.

Figure 81 Pin rouge du Japon. Figure 82 Genévrier de Californie. Figure 83 Cyprès chauve. 3
Figure 81 Pin rouge du Japon. Figure 82 Genévrier de Californie. Figure 83 Cyprès chauve. 3
Figure 81 Pin rouge du Japon. Figure 82 Genévrier de Californie. Figure 83 Cyprès chauve. 3

3 2

Figure 84

Chêne.

Figure 85

Micocoulier.

Figure 84 Chêne. Figure 85 Micocoulier. 33
Figure 84 Chêne. Figure 85 Micocoulier. 33

33

Troncs défectueux

Les cicatrices ou les boursouflures causées par l'incrustation d'un fil sont inesthétiques. Autant que possible, ne placez pas ces déformations sur la face avant.

Figure 86 Jabot de pigeon (HATOMUNE). La courbure du tronc ne doit pas res- sortir à l'avant comme un jabot de pigeon.

Figure 87 Forme arquée (YUMI-KAN). Le tronc ne doit pas avoir la forme d'un arc car c'est disgracieux.

Figure 87 Forme arquée (YUMI-KAN). Le tronc ne doit pas avoir la forme d'un arc car
Figure 87 Forme arquée (YUMI-KAN). Le tronc ne doit pas avoir la forme d'un arc car

34

Figure 88 Canon de fusil (TEPPO-MIKI). Un tronc cylindrique n'est pas naturel. Si vous gardez les branches inférieu- res sur un jeune arbre, cela aidera le pied du tronc à grossir.

Figure 89 Forme inversée (SAKASA-MIKI). Un tronc dont le milieu est plus long que sa base est disgracieux. Entourez la partie mince avec du fil serré pour faire grossir le pied, en veillant toute- fois à ce que le fil ne s'incruste pas.

Figure 90 Tronc en dents de scie (GIKKURI- MAGARI). Un tronc en dents de scie est mono- tone.

35

ne s'incruste pas. Figure 90 Tronc en dents de scie (GIKKURI- MAGARI). Un tronc en dents
ne s'incruste pas. Figure 90 Tronc en dents de scie (GIKKURI- MAGARI). Un tronc en dents
ne s'incruste pas. Figure 90 Tronc en dents de scie (GIKKURI- MAGARI). Un tronc en dents

Figure 91 De même, la répétition de courbes identiques est aussi monotone.

Figure 91 De même, la répétition de courbes identiques est aussi monotone. 36
Figure 91 De même, la répétition de courbes identiques est aussi monotone. 36

36

Troncs intéressants

Figure 92 Genévrier au tronc exceptionnelle- ment courbé et torsadé.

Figure 93 Genévrier au tronc très noueux, pres- que tordu, mais intéressant.

Figure 94 Genévrier au tronc très sinueux.

93 Genévrier au tronc très noueux, pres- que tordu, mais intéressant. Figure 94 Genévrier au tronc
93 Genévrier au tronc très noueux, pres- que tordu, mais intéressant. Figure 94 Genévrier au tronc
93 Genévrier au tronc très noueux, pres- que tordu, mais intéressant. Figure 94 Genévrier au tronc

37

Figure 95 Ecorce intéressante d'un pin des Iles Canaries, greffé sur un pin noir du Japon.

Figure 96 Le tronc a été écorcé, blanchi et scari- fié, pour lui donner l'aspect d'un vieil arbre naturel.

96 Le tronc a été écorcé, blanchi et scari- fié, pour lui donner l'aspect d'un vieil
96 Le tronc a été écorcé, blanchi et scari- fié, pour lui donner l'aspect d'un vieil

38

Cimes défectueuses

Figure 97 Si vous supprimez la cime d'un arbre, la branche destinée à la remplacer doit toujours être ligaturée et placée dans sa nouvelle position.

Figure 98 Il ne faut pas remplacer la cime par une branche plus courte et plus petite que celle placée immédiatement au- dessus.

Figure 99 Si vous remplacez la cime par une branche inférieure, supprimez le tron- çon d'origine. Ecorcez-le pour en faire un JIN ou coupez-le.

cime par une branche inférieure, supprimez le tron- çon d'origine. Ecorcez-le pour en faire un JIN
cime par une branche inférieure, supprimez le tron- çon d'origine. Ecorcez-le pour en faire un JIN
cime par une branche inférieure, supprimez le tron- çon d'origine. Ecorcez-le pour en faire un JIN

39

Figure 100 Mais la cime vivante et la branche transformée en JIN ne doivent pas avoir la même hauteur. En général, le JIN est placé à l'avant, légèrement à gauche ou à droite, un peu plus court ou un peu plus long.

Figure 101 Une cime fine émergeant d'une cou- ronne fournie ne paraît pas natu- relle.

Figure 102 Il ne faut pas créer deux ou plusieurs cimes sur un seul arbre, à moins que vous ne souhaitiez obtenir une forme en balai.

faut pas créer deux ou plusieurs cimes sur un seul arbre, à moins que vous ne
faut pas créer deux ou plusieurs cimes sur un seul arbre, à moins que vous ne
faut pas créer deux ou plusieurs cimes sur un seul arbre, à moins que vous ne

40

Branches défectueuses

Figure 103 Lorsque les défauts indiqués ne peuvent être corrigés par ligaturage, il faut supprimer ces branches.

1.

2.

3.

4.

5.

6.

7.

8.

9.

10.

11.

12.

13.

14.

15.

16.

17.

18.

, t
, t

Sans cime (SHINNASHI).

Branche mutilée (SHINKIRE-EDA).

Branche à croissance inversée (GYAKUBOSORI-EDA).

Branche retournée (GYAKU-EDA).

Branches parallèles (KASANE-EDA).

Branches opposées (KANNURI-EDA).

Branche prisonnière (FUTOKORO-EDA).

Branches en rayons de roue (KURUMA-EDA).

Branche croisant le tronc (MIKI KIRI-EDA).

Branches croisées (KOSA-EDA).

Branche en Y (FUTAMATA-EDA).

Branche arquée (HAN-EN-EDA).

Branche en U (KAERUMATA-EDA).

Branche coudée (HIJI TSUKI-EDA).

Branche se dressant verticalement (TACHI-EDA).

Branche retombante (SAGARI-EDA).

Branche emmêlée (KARAMI-EDA).

Branche pointant vers l'avant (METSUKI-EDA).

4 1

Comment tailler les branches et les racines

1. Taille des branches

Plus les branches sont coupées court, plus denses seront les rejets. Sur un arbre qui pousse bien droit, il faut davantage couper les branches supérieures que les basses. En général, la cime des espèces naines ou rampantes se développe lentement. Dans quel- ques cas comme par exemple certaines azalées, les branches doivent être sévèrement ra- battues par le bas.

Figure 104

Branches principales.

1. La coupe concave est la meilleure méthode car elle se cicatrise vite.

2. La coupe à plat se cicatrise plus lentement.

3. Les moignons sont inesthétiques et se cicatrisent trop lentement.

Figure 105

Rameaux.

1. Coupe concave (très bien).

2. Coupe à plat (bien).

3. Moignon restant (mauvais).

lentement. Figure 105 Rameaux. 1. Coupe concave (très bien). 2. Coupe à plat (bien). 3. Moignon
lentement. Figure 105 Rameaux. 1. Coupe concave (très bien). 2. Coupe à plat (bien). 3. Moignon

42

Figure 106

Comment raccourcir une branche.

1. Pas de taille à angle droit. La cica- trisation est bien plus lente.

en diagonale, la section

orientée vers le haut. La cicatrisa-

2. Taille

tion est plus rapide.

3. Surtout pas de coupe orientée vers le bas.

Figure 107 Comment scier une branche. Sciez d'abord la branche par le des- sous.

Figure 108 Ensuite, finissez de la scier par le des- sus. Tirez un peu et la branche viendra en laissant une coupe nette.

108 Ensuite, finissez de la scier par le des- sus. Tirez un peu et la branche
108 Ensuite, finissez de la scier par le des- sus. Tirez un peu et la branche
108 Ensuite, finissez de la scier par le des- sus. Tirez un peu et la branche

43

Figure 109 Voilà comment utiliser la tenaille KUIKIRI pour bien mordre la bran- che.

Figure 110 Ne taillez pas sur la longeur. La bles- sure serait trop longue.

Figure 111 Utilisation correcte de la grande te- naille. Il faut d'abord saisir la branche à couper.

trop longue. Figure 111 Utilisation correcte de la grande te- naille. Il faut d'abord saisir la
trop longue. Figure 111 Utilisation correcte de la grande te- naille. Il faut d'abord saisir la
trop longue. Figure 111 Utilisation correcte de la grande te- naille. Il faut d'abord saisir la

44

Figure 112 Faites pénétrer la tenaille dans l'écorce par un mouvement tournant. Ceci est valable pour couper de très grosses branches ou des racines.

Figure 113 Après avoir coupé une grosse bran- che, taillez en laissant une section dont le bas se terminera en pointe. La cica- trisation naturelle en sera plus rapide. Grattez toutes les aspérités.

Figure 114 Pour les très grandes sections, laissez un cône ressortir du centre. La cica- trice progressera vers le cône et la sur- face s'aplanira.

laissez un cône ressortir du centre. La cica- trice progressera vers le cône et la sur-
laissez un cône ressortir du centre. La cica- trice progressera vers le cône et la sur-
laissez un cône ressortir du centre. La cica- trice progressera vers le cône et la sur-

45

Figure 115 Si vous devez greffer un morceau d'écorce à l'endroit d'une grosse bran- che coupée, faites-le en hiver. Sinon, l'écorce qui sèche plus vite en été se détacherait du cambium. Gardez sous la branche un morceau d'écorce de même diamètre qu'elle.

Figure 116 Une fois la branche coupée, appliquez le bout d'écorce sur la section.

Figure 117 Attachez solidement un ruban ou du raphia jusqu'à cicatrisation.

le bout d'écorce sur la section. Figure 117 Attachez solidement un ruban ou du raphia jusqu'à
le bout d'écorce sur la section. Figure 117 Attachez solidement un ruban ou du raphia jusqu'à
le bout d'écorce sur la section. Figure 117 Attachez solidement un ruban ou du raphia jusqu'à

46

2. Taille des racines

Pour rendre un bonsaï plus dense et plus compact, rabattez sévèrement toutes les grosses racines. Cela favorisera le développement des radicelles.

Epointez celles qui existent déjà. Si un bonsaï manque de racines sur un côté, faites une petite entaille avec un couteau tranchant, à l'endroit où vous voulez voir se former des racines. Recouvrez de sable et de nouvelles racines apparaîtront d'ici quelques semai- nes.

Figure 118 Pour obtenir un bonsaï fourni et dense, taillez les grosses racines. Epointez les petites.

Figure 119 Entaillez la base du tronc sur le côté manquant de racines et recouvrez-la de sable.

les petites. Figure 119 Entaillez la base du tronc sur le côté manquant de racines et
les petites. Figure 119 Entaillez la base du tronc sur le côté manquant de racines et

47

Taille des rameaux, des pousses et des bourgeons

Pour affiner la forme du bonsaï, il est important de tailler les pousses et les rameaux et d'enlever les bourgeons. Cette méthode peut également s'appliquer aux conifères (Cf. p. 113).

Figure 120 Coupez à cet endroit.

Figure 121 La nouvelle pousse prendra cette direction.

aux conifères (Cf. p. 113). Figure 120 Coupez à cet endroit. Figure 121 La nouvelle pousse
aux conifères (Cf. p. 113). Figure 120 Coupez à cet endroit. Figure 121 La nouvelle pousse

48

Figure 122 Raccourcissez encore pour obtenir une nouvelle pousse.

Figure 123 Ne coupez pas à cet endroit.

Figure 124 Sinon la nouvelle pousse prendrait une direction verticale.

Figure 123 Ne coupez pas à cet endroit. Figure 124 Sinon la nouvelle pousse prendrait une
Figure 123 Ne coupez pas à cet endroit. Figure 124 Sinon la nouvelle pousse prendrait une
Figure 123 Ne coupez pas à cet endroit. Figure 124 Sinon la nouvelle pousse prendrait une

49

Figure 125 Et ne pourrait pas être corrigée même en la ligaturant.

Figure 126

Bourgeons opposés. Retirez tous les

bourgeons supérieurs.

peut être coupé derrière le dernier bourgeon.

Le rameau

Figure 127 Ne retirez pas les bourgeons infé- rieurs.

peut être coupé derrière le dernier bourgeon. Le rameau Figure 127 Ne retirez pas les bourgeons
peut être coupé derrière le dernier bourgeon. Le rameau Figure 127 Ne retirez pas les bourgeons
peut être coupé derrière le dernier bourgeon. Le rameau Figure 127 Ne retirez pas les bourgeons

50

Figure 128 Il faut tenir compte du sens de crois- sance des pousses et des bourgeons. Coupez les rameaux poussant vers l'intérieur, le haut ou le bas. De même ceux qui se croisent, qui sont parallè- les ou en forme de U.

Figure 129 Le résultat de la taille selon la fig. 128. Ces rameaux peuvent aussi être liga- turés.

Figure 130 Ebourgeonnage. Retirez tous les bourgeons poussant vers l'intérieur.

peuvent aussi être liga- turés. Figure 130 Ebourgeonnage. Retirez tous les bourgeons poussant vers l'intérieur. 51
peuvent aussi être liga- turés. Figure 130 Ebourgeonnage. Retirez tous les bourgeons poussant vers l'intérieur. 51
peuvent aussi être liga- turés. Figure 130 Ebourgeonnage. Retirez tous les bourgeons poussant vers l'intérieur. 51

51

Figure 131 Après l'ébourgeonnage, vous pouvez voir le sens de la croissance.

vous pouvez voir le sens de la croissance. Ces méthodes de taille et d'ébourgeonnement ont pour

Ces méthodes de taille et d'ébourgeonnement ont pour but d'obtenir une belle forme d'arbre, telle qu'on peut en voir en hiver. Les trois lignes suivantes sont nécessaires: la ligne fine de la lettre L, la ligne douce de la lettre C et la ligne droite de la lettre T.

52

Taille des feuilles ou Effeuillage

La taille des feuilles se pratique sur des arbres à feuilles caduques ou des persistants à larges feuilles. On ne l'emploie pas sur des arbres en fleurs, avec fruits, baies, ni sur les conifères. Cette méthode consiste à dépouiller l'arbre de toutes ses feuilles. Elle provo- que un nouveau printemps et la repousse qui s'ensuit apporte de nombreux avantages.

1. Les feuilles sont plus petites.

2. Le feuillage renouvelé aura des couleurs plus vives en automne.

3. Davantage de petits rameaux vont pousser.

4. Cela évitera un choc en cas de rempotage en période de croissance.

La taille des feuilles doit aussi avoir lieu de juin à début août. N'essayez pas plus tôt, si- non les nouvelles feuilles seront plus grandes que celles d'origine et elles ne resteront pas vertes jusqu'à l'automne. Mais si vous attendez trop longtemps, il n'y aura pas de re- pousse.

Ne taillez jamais les feuilles lorsque l'arbre est en mauvais état. Ne le faites que sur des arbres jeunes et sains. La taille des feuilles favorise aussi la croissance de l'année sui- vante. C'est pourquoi un arbre affaibli ou malade n'aurait plus les forces nécessaires pour reprendre et périrait.

Ne laissez aucune feuille sur l'arbre. S'il en restait quelques unes, elles seraient les seules à grandir et il n'y aurait pas de repousse. Chez les feuillus, comme l'orme et le grenadier, dont les pétioles sont courts, les feuilles peuvent être retirées à la main.

Gardez l'arbre dans un lieu ombragé jusqu'à la repousse qui doit normalement se pro- duire un mois après. Il ne faut pas mettre d'engrais juste avant et après la taille des feuil- les. Veillez aussi à ne pas noyer la plante. Sans feuilles elle consomme bien moins d'eau qu'à son habitude.

53

Figure 132 Bonne manière de couper les feuil- les.

Figure 133 A ne pas faire. Il ne doit rester aucune partie de feuille ni de jeunes feuil- les.

couper les feuil- les. Figure 133 A ne pas faire. Il ne doit rester aucune partie
couper les feuil- les. Figure 133 A ne pas faire. Il ne doit rester aucune partie

54

Taille des aiguilles ou des feuilles

Il existe une autre méthode pour tailler les aiguilles et les feuilles des pins et des podo- carpes. Mais elle ne s'applique qu'aux jeunes arbres et à ceux qui ne sont pas encore for- més. Ne l'essayez pas non plus sur des bonsaï ayant déjà plusieurs années. Lorsque les ai- guilles ou les feuilles des pins ou des podocarpes sont très longues et denses ou longues et bouclées, vous pouvez utiliser la technique suivante: réduisez les aiguilles ou les feuil- les à 2 cm environ. Voici les avantages.

1. La longueur des futures feuilles est réduite.

2. Les petits rameaux intérieurs reçoivent mieux le soleil, ce qui les encourage à former de nouvelles pousses.

3. La taille, le ligaturage et la mise en forme sont facilités.

Cette intervention peut être effectuée toute l'année, sauf si les aiguilles sont trop jeunes et trop tendres. Dans ce cas, il faut attendre ou alors retirer totalement les aiguilles et les feuilles.

Vaporisez tous les jours les arbres ainsi taillés, pour éviter le brunissement des pointes, mais au bout d'un an ou deux, les aiguilles taillées finiront par tomber.

Les genévriers, cyprès ou autres arbres à feuilles en écailles devraient toujours être épin- cés. Lorsque celles-ci sont très denses et longues, vous pouvez aussi les tailler et les éclaircir. Les parties coupées bruniront mais disparaîtront progressivement.

Les arbres à aiguilles courtes tels que les épicéas, les sapins, les ifs et les cèdres ne doi- vent pas être taillés.

Les aiguilles des pins jeunes et sains peuvent aussi être épincées. Mais veillez à ne pas ôter les jeunes aiguilles. N'épincez les plus vieilles que lorsque les jeunes sont devenues dures.

Une meilleure méthode consiste à enlever entièrement les aiguilles. Ainsi, l'écorce et les petites branches resteront intactes.

55

Vieillissement Artificiel: JIN, SHARI et SABA-MIKI

Le mot JIN désigne une tige d'arbre, une branche ou un tronc mort. Parfois c'est toute une branche qui peut être transformée en JIN.

Si vous devez réduire la taille d'un arbre ou la longueur d'une branche, cela fera plus d'effet de les transformer en JIN. C'est comme si la foudre avait frappé l'arbre, tels ces vieux arbres qui poussent en montagne ou au bord de la mer.

Il faut choisir normalement des arbres à l'écorce très dure comme le genévrier ou le chêne. Le JIN peut être aussi pratiqué sur un pin, un épicéa, un cèdre ou un if mais rare- ment sur un feuillu. Un JIN sur bois dur reste plus longtemps sans pourrir.

Figure 134 Entaillez le tronc de moitié à l'arrière et cassez-le vers l'avant.

Figure 135 Tirez vers le bas pour l'arracher.

le tronc de moitié à l'arrière et cassez-le vers l'avant. Figure 135 Tirez vers le bas
le tronc de moitié à l'arrière et cassez-le vers l'avant. Figure 135 Tirez vers le bas

56

Figure 136

La cime reste normalement plate.

Figure 137 Faites une entaille verticale à l'aide d'un sécateur.

Figure 138 Arrachez la partie détachée en tirant.

Faites une entaille verticale à l'aide d'un sécateur. Figure 138 Arrachez la partie détachée en tirant.
Faites une entaille verticale à l'aide d'un sécateur. Figure 138 Arrachez la partie détachée en tirant.
Faites une entaille verticale à l'aide d'un sécateur. Figure 138 Arrachez la partie détachée en tirant.

57

Figure 139

A l'aide d'une pince plate, tirez les

fragments du tronc.

Figure 140

En enroulant vers le bas.

Figure 141 Jusqu'à ce que vous obteniez une pointe.

les fragments du tronc. Figure 140 En enroulant vers le bas. Figure 141 Jusqu'à ce que
les fragments du tronc. Figure 140 En enroulant vers le bas. Figure 141 Jusqu'à ce que
les fragments du tronc. Figure 140 En enroulant vers le bas. Figure 141 Jusqu'à ce que

58

Figure 142

Utilisez une pince à JIN pour déta- cher et peler l'écorce.

Figure 143 Ecorcez jusqu'au bois.

Figure 144 Continuez l'écorçage encore plus bas.

et peler l'écorce. Figure 143 Ecorcez jusqu'au bois. Figure 144 Continuez l'écorçage encore plus bas. 59
et peler l'écorce. Figure 143 Ecorcez jusqu'au bois. Figure 144 Continuez l'écorçage encore plus bas. 59
et peler l'écorce. Figure 143 Ecorcez jusqu'au bois. Figure 144 Continuez l'écorçage encore plus bas. 59

59

Figure 145

Ecorcez

jusqu'à

une

branche

vivante.

Ecorcez jusqu'à une branche vivante. Pour donner le style JIN à une branche, cassez le bout

Pour donner le style JIN à une branche, cassez le bout vers l'avant pour que la texture du bois présente un aspect naturel. Arrachez morceau par morceau pour former une pointe. Pour un conifère, retirez toutes les aiguilles. La branche mourra d'elle même et l'écorce se détachera. Une branche de style JIN doit être formée comme une branche vivante. Vous pouvez la ligaturer et la plier avant qu'elle ne sèche. Si elle est déjà sèche, ligaturez-la tout d'abord, puis enveloppez-la dans un chiffon imbibé d'eau très chaude. Après quelques minutes, le JIN redeviendra suffisamment souple pour être plié.

Le style SHARI s'obtient en écorçant un tronc, une branche ou une racine apparente, pour produire le même effet qu'un vieil arbre exposé pendant des années aux intempé- ries, ou que la foudre a frappé. La branche n'est donc pas entièremenat morte comme dans le style JIN car une partie de son écorce doit rester intacte.

Figure 146 Choisissez un arbre formé depuis de nombreuses années.

60

car une partie de son écorce doit rester intacte. Figure 146 Choisissez un arbre formé depuis

Figure 147 Retirez les feuilles de toutes les bran- ches à transformer en JIN. Commen- cez par une branche du JIN et écor- cez-la doucement en suivant le fil du bois. Ainsi vous éviterez de blesser des branches vivantes.

Figure 148 Continuez d'écorcer jusqu'à la base du tronc. L'écorce est plus facile à détacher en période de pousse, parce que le cambium est tendre. Laissez d'abord sécher votre JIN et votre SHARI avant de continuer les opéra- tions.

JIN et votre SHARI avant de continuer les opéra- tions. Comment soigner un JIN ou un
JIN et votre SHARI avant de continuer les opéra- tions. Comment soigner un JIN ou un

Comment soigner un JIN ou un SHARI

Juin, juillet ou août est la bonne période pour traiter un JIN ou un SHARI avec un mé- lange de soufre et de chaux. Ce mélange liquide empêche les parties dénudées de pour- rir et éloigne les parasites. Employez-le dans les heures chaudes de midi. Les parties traitées doivent être complètement sèches. Appliquez le mélange avec une petite brosse. Mais auparavant, protégez le sol d'une feuille plastique pour éviter que des gout- tes ne tombent sur les racines ou sur la terre.

Il convient de renouveler cette application deux fois par an avec un intervalle d'un mois en été; et pendant deux ans si nécessaire. Le bois du JIN et du SHARI blanchit après chaque application, mais il reprend ensuite peu à peu sa couleur naturelle.

6 1

Le style SABAMIKI correspond à un tronc creusé ou fendu qui rappelle les arbres ayant été frappés par la foudre ou ravagés et creusés par les intempéries. On utilise cette méthode pour les feuillus et les persistants.

Figure 149 Une branche indésirable est retirée à l'avant du tronc. Au lieu d'attendre la cicatrisation de la plaie, on l'agrandit à l'aide d'un ciseau.

Figure 150 De même, le tronc est entaillé et creusé pour renforcer l'aspect natu- rel.

62

d'un ciseau. Figure 150 De même, le tronc est entaillé et creusé pour renforcer l'aspect natu-
d'un ciseau. Figure 150 De même, le tronc est entaillé et creusé pour renforcer l'aspect natu-

Fils métalliques et Ligaturage

1. Les fils C'est le cuivre qui convient le mieux pour former un bonsaï. Il est non seulement fa- cile à manier, mais encore il peut être réemployé après l'avoir chauffé ou recuit. Le fil galvanisé, trop raide et difficile à manier peut blesser les branches. Le fil d'alumi- nium a longtemps été considéré comme trop clair et inesthétique. Mais depuis qu'il existe sous gaine cuivrée dans le commerce, il est le plus employé.

Le fil pour bonsaï existe dans toutes les grosseurs correspondant aux grosseurs des branches. Les calibres 1, 1,5, 2, 2,5, 3, 3,5, 4, 4,5, 5 et 7 sont les plus employés.

2. Ligaturage Il faut d'abord choisir la bonne grosseur de fil pour la branche que vous voulez for- mer. En principe 1/3 du diamètre de la branche ou du tronc. Mesurez ensuite la lon- gueur de l'arbre ou du tronc, et comptez 1/3 en plus avant de couper le fil. Commen- cez toujours par ligaturer le tronc puis les branches principales avant les autres.

Ligaturez toujours vers l'avant et non sur le côté ou vers l'arrière. Autrement dit: ten- ez-vous toujours devant la branche que vous voulez ligaturer et ligaturez vers l'avant. Vous éviterez ainsi de prendre des feuilles ou des rameaux dans le fil.

63

Figure 151 Commencez à la base du tronc et liga- turez ensuite les branches en utilisant le bon calibre de fil. Terminez par la cime.

Figure 152 Ligaturage du tronc. Commencez à l'arrière du tronc après avoir enfoncé de 3 à 5 cm le fil dans la terre, pour le fixer.

Figure 153 L'angle des torsades doit être de 45°.

enfoncé de 3 à 5 cm le fil dans la terre, pour le fixer. Figure 153
enfoncé de 3 à 5 cm le fil dans la terre, pour le fixer. Figure 153
enfoncé de 3 à 5 cm le fil dans la terre, pour le fixer. Figure 153

64

Figure 154 Pas trop espacé.

Figure 155 Pas trop rapproché.

Figure 156 Pas aussi inégal.

Figure 157 Pas trop serré.

154 Pas trop espacé. Figure 155 Pas trop rapproché. Figure 156 Pas aussi inégal. Figure 157
154 Pas trop espacé. Figure 155 Pas trop rapproché. Figure 156 Pas aussi inégal. Figure 157
154 Pas trop espacé. Figure 155 Pas trop rapproché. Figure 156 Pas aussi inégal. Figure 157
154 Pas trop espacé. Figure 155 Pas trop rapproché. Figure 156 Pas aussi inégal. Figure 157

65

Figure 158 Pas trop lâche. Si le fil est trop lâche, la branche peut se casser si elle subit une tension trop forte.

Figure 159 Ne ligaturez que dans un sens. Vers la droite.

Figure 160 Vers la gauche.

Figure 161 Ne croisez pas les fils.

159 Ne ligaturez que dans un sens. Vers la droite. Figure 160 Vers la gauche. Figure
159 Ne ligaturez que dans un sens. Vers la droite. Figure 160 Vers la gauche. Figure
159 Ne ligaturez que dans un sens. Vers la droite. Figure 160 Vers la gauche. Figure
159 Ne ligaturez que dans un sens. Vers la droite. Figure 160 Vers la gauche. Figure

66

Figure 162 Si vous n'avez pas le fil de la taille adé- quate, vous pouvez employer plu- sieurs fils plus petits, deux ou trois, mais n'utilisez qu'un fil à la fois et ne laissez pas d'intervalle entre les fils.

Figure 163 Regroupez les fils.

Figure 164 Ne ligaturez pas sur une partie mince de la branche, même s'il vous reste du fil, sinon la branche serait endomma- gée.

Figure 165 Ne laissez pas les bouts de fil libres. Coupez-les.

reste du fil, sinon la branche serait endomma- gée. Figure 165 Ne laissez pas les bouts
reste du fil, sinon la branche serait endomma- gée. Figure 165 Ne laissez pas les bouts
reste du fil, sinon la branche serait endomma- gée. Figure 165 Ne laissez pas les bouts
reste du fil, sinon la branche serait endomma- gée. Figure 165 Ne laissez pas les bouts

67

Figure 166 Ne coupez pas le fil à l'avant du tronc ou de la branche, mais à l'arrière.

Figure 167 Evitez de prendre des feuilles sous le fil.

Figure 168 Evitez de ligaturer les petites bran- ches.

Figure 169 Ne prenez pas les aiguilles de pin sous le fil.

Figure 168 Evitez de ligaturer les petites bran- ches. Figure 169 Ne prenez pas les aiguilles
Figure 168 Evitez de ligaturer les petites bran- ches. Figure 169 Ne prenez pas les aiguilles
Figure 168 Evitez de ligaturer les petites bran- ches. Figure 169 Ne prenez pas les aiguilles
Figure 168 Evitez de ligaturer les petites bran- ches. Figure 169 Ne prenez pas les aiguilles

68

Figure 170 Ne ligaturez pas deux ou trois bran- ches à la fois.

Figure 171 Ne tressez pas des fils de calibre diffé- rent, ensemble.

Figure 172

On peut ligaturer une branche avec un

fil

double à condition que les fils

soient de même largeur.

Figure 173 N'attachez pas le bout du fil au tronc.

fil double à condition que les fils soient de même largeur. Figure 173 N'attachez pas le
fil double à condition que les fils soient de même largeur. Figure 173 N'attachez pas le
fil double à condition que les fils soient de même largeur. Figure 173 N'attachez pas le
fil double à condition que les fils soient de même largeur. Figure 173 N'attachez pas le

69

Figure 174 Maintenez le fil à la naissance de la branche et enroulez rapidement en le tendant bien.

Figure 175 Si le fil n'a pas été bien maintenu au départ de la branche, la position de celle-ci ne pourra pas être modifiée.

Figure 176 Si vous utilisez deux fils de grosseur égale, commencez par le tronc et fixez-les séparément.

Figure 177 Ne commencez pas le ligaturage à la naissance d'une branche secondaire car le fil tiendrait mal.

Figure 177 Ne commencez pas le ligaturage à la naissance d'une branche secondaire car le fil
Figure 177 Ne commencez pas le ligaturage à la naissance d'une branche secondaire car le fil
Figure 177 Ne commencez pas le ligaturage à la naissance d'une branche secondaire car le fil
Figure 177 Ne commencez pas le ligaturage à la naissance d'une branche secondaire car le fil

70

Figure 178 Ne ligaturez pas deux rameaux oppo- sés avec le même fil, car il flotterait et endommagerait l'un ou l'autre.

Figure 179 Mais on peut ligaturer ensemble un rameau ou une branche proche, pour leur donner une meilleure tenue.

Figure 180 Lorsque la branche doit être pliée vers le bas, commencez à ligaturer par le haut.

Figure 181 Ne commencez pas à ligaturer par le dessous de la branche, car elle pour- rait se casser sous l'effort.

181 Ne commencez pas à ligaturer par le dessous de la branche, car elle pour- rait
181 Ne commencez pas à ligaturer par le dessous de la branche, car elle pour- rait
181 Ne commencez pas à ligaturer par le dessous de la branche, car elle pour- rait
181 Ne commencez pas à ligaturer par le dessous de la branche, car elle pour- rait

71

Si l'écorce de l'arbre est fine et tendre comme celle du bouleau, du myrte et de l'érable, ou s'il s'agit d'une très jeune pousse, entourez le fil d'une bande de papier gaufré pour protéger l'écorce. N'entourez pas la branche avec la bande pour ne pas recouvrir les bourgeons.

N'utilisez pas de fil isolant car il n'est pas assez solide et trop voyant.

Si la branche est trop grosse pour être pliée par un gros fil, utilisez-en deux, trois ou plus, si nécessaire, jusqu'à ce que la branche garde sa position.

Les figures suivantes montrent une autre méthode pour courber un gros tronc ou une

branche.

Figure 182 Utilisez un rembourrage en raphia ou en cordon pour éviter la fracture ou le craquèlement de la branche. Placez d'abord le rembourrage et attachez- le.

Figure 183 Et ensuite, autour de la branche et du tronc.

branche. Placez d'abord le rembourrage et attachez- le. Figure 183 Et ensuite, autour de la branche
branche. Placez d'abord le rembourrage et attachez- le. Figure 183 Et ensuite, autour de la branche

72

Figure 184 Utilisez plusieurs rangées de fil métal- lique de gros calibre le long de la bran- che. Attachez-les à la branche ou au tronc avec un autre fil.

Figure 185 Si le tronc ou la branche sont très gros, utilisez une barre métallique ou un morceau de tube.

Figure 186 Pliez ensuite avec précaution pour obtenir la forme voulue.

une barre métallique ou un morceau de tube. Figure 186 Pliez ensuite avec précaution pour obtenir
une barre métallique ou un morceau de tube. Figure 186 Pliez ensuite avec précaution pour obtenir
une barre métallique ou un morceau de tube. Figure 186 Pliez ensuite avec précaution pour obtenir

7 3

Formation des branches

1. A quel moment procéder? Tenez compte de la saison. Certains arbres sont cassants et d'autres souples. La plu- part des conifères doivent être pliés pendant la période de croissance. Si des inter- ventions plus importantes sont nécessaires, évitez de les effectuer en plein été, sinon l'écorce pourrait se détacher et le cambium être endommagé, mettant ainsi la plante en danger.

La plupart des arbres feuillus doivent être formés au début du printemps, avant la pousse ou à l'automne, juste avant la période de repos. Pendant cette période, beau- coup d'arbres deviennent très cassants. Pendant la période de croissance, la forme de l'arbre n'est guère visible à cause du feuillage, et l'écorce se détache facilement. La période de la floraison n'est pas propice à la formation. Attendez qu'elle se termine. Quelques arbres feuillus comme l'érable ou l'orme, entre autres, peuvent être formés après la taille des feuilles (Cf. p. 53).

Avant un ligaturage important, cessez d'arroser pendant deux ou trois jours, pour le rendre plus souple.

Ne transplantez jamais juste avant un ligaturage et ne défaites pas la motte de racines.

2. De quelle manière procéder? Assurez-vous d'abord que la branche est correctement ligaturée (Cf. fig. 180 et 181). Pliez à l'endroit où le fil entoure la branche, en appuyant pa dessous avec les pouces. Puis en tenant bien la branche, pliez-la doucement mais vigoureusement dans la di- rection voulue. Si vous maintenez vos pouces bien en appui par dessous, la branche ne se fendra pas.

74

Figure 187 Evitez la forme en arc-en-ciel.

Figure 188 Pliez en suivant la courbure naturelle de la branche.

Figure 189 Ne forcez pas la branche dans un sens contraire à la courbure naturelle.

courbure naturelle de la branche. Figure 189 Ne forcez pas la branche dans un sens contraire
courbure naturelle de la branche. Figure 189 Ne forcez pas la branche dans un sens contraire
courbure naturelle de la branche. Figure 189 Ne forcez pas la branche dans un sens contraire

75

Figure 190 Chez le pin et le genévrier, la rigidité de la branche peut être réduite en écorçant le côté extérieur.

Figure 191 Mais il ne faut pas écorcer le côté inté- rieur.

Figure 192 Evitez de fendre la branche car la cica- trisation serait très difficile.

écorcer le côté inté- rieur. Figure 192 Evitez de fendre la branche car la cica- trisation
écorcer le côté inté- rieur. Figure 192 Evitez de fendre la branche car la cica- trisation
écorcer le côté inté- rieur. Figure 192 Evitez de fendre la branche car la cica- trisation

76

Figure 193 Pliez d'abord tout près du tronc. Une petite entaille facilite souvent l'opéra- tion.

Figure 194 Ne formez pas une courbure ronde à la naissance de la branche.

Figure 195

Pliez la branche légèrement vers l'avant et vers le bas.

courbure ronde à la naissance de la branche. Figure 195 Pliez la branche légèrement vers l'avant
courbure ronde à la naissance de la branche. Figure 195 Pliez la branche légèrement vers l'avant
courbure ronde à la naissance de la branche. Figure 195 Pliez la branche légèrement vers l'avant

77

Figure 196 Ne pliez pas trop vers l'avant. Pré- voyez exactement l'ampleur que vous voulez lui donner, sans faire de mou- vement d'avant en arrière.

Figure 197 Si une branche basse d'un arbre déjà formé s'est affaiblie, ne la raccourcis- sez pas. Ligaturez-la et pliez-la vers le haut.

Figure 198 Après avoir repris vigueur, cette bran- che pourra être taillée et pliée vers le bas.

vers le haut. Figure 198 Après avoir repris vigueur, cette bran- che pourra être taillée et
vers le haut. Figure 198 Après avoir repris vigueur, cette bran- che pourra être taillée et
vers le haut. Figure 198 Après avoir repris vigueur, cette bran- che pourra être taillée et

7 8

Traitement d'une branche cassée

Une branche cassée ou fendue doit être immédiatement traitée avec du mastic, de l'écorce artificielle ou même de la boue. Entourez l'endroit d'un pansement de raphia pour aider à la cicatrisation.

Figure 199 Si les dégâts sont importants, retirez une partie de la branche cassée.

Figure 200 Retirez tous les fragments d'une bran- che craquée.

retirez une partie de la branche cassée. Figure 200 Retirez tous les fragments d'une bran- che
retirez une partie de la branche cassée. Figure 200 Retirez tous les fragments d'une bran- che

7 9

Règles à suivre avant et après le ligaturage

1. Avant le ligaturage:

Suivez les instructions p. 74. Si l'arbre est faible ou s'il vient d'être transplanté, ne le ligaturez pas et ne le formez pas encore. Si l'arbre provient d'une région au climat différent, ne le ligaturez pas tout de suite; laissez-le s'acclimater.

2. Après le ligaturage:

Protégez votre arbre du soleil ou du vent pendant quelques jours. Même en période de croissance, attendez deux semaines avant de mettre de l'engrais. Arrosez bien l'arbre, surtout si vous ne l'avez pas fait avant le ligaturage et la forma- tion. En outre, le vaporiser ne peut lui faire que du bien.

ne l'avez pas fait avant le ligaturage et la forma- tion. En outre, le vaporiser ne

80

Retrait des fils métalliques

Il est difficile de prévoir le moment où il faut retirer un fil. Cela dépend du rythme de

croissance de l'arbre. Observez bien et dès que le fil entaille l'écorce, il est temps de le retirer. En règle générale, le fil doit rester entre six mois et un an.

Il peut être enlevé ou coupé par petits morceaux afin de ne pas blesser le tronc ou la

branche lors de son retrait.

Figure 201 N'utilisez pas de pinces coupantes pour ne blesser aucun rameau (Cf. fig. 13 et 14).

coupantes pour ne blesser aucun rameau (Cf. fig. 13 et 14). Lorsque le fil est déjà

Lorsque le fil est déjà incrusté, retirez-le avec précaution pour ne pas risquer de peler l'écorce. Pour retirer le fil, suivez le sens de l'enroulement. S'il y a entaille, appliquez du mastic. Ne laissez jamais le fil dans la cicatrice, car il provoquerait une boursouflure dis- gracieuse.

Si, après le retrait du fil, la branche reprend sa forme antérieure, ligaturez à nouveau, mais dans le sens opposé ou dans le même sens, s'il n'a pas laissé de marques.

Les branches de certains arbres plus élastiques reviennent peu à peu à leur forme ini- tiale. Dans ce cas, faites une petite entaille qui, après cicatrisation, permettra à la bran- che de garder sa nouvelle position. L'entaille diminue l'élasticité de la branche à cet en- droit et maintient bien sa position.

A ce propos, lors des expositions, il est permis de laisser les fils.

8 1

Le choix d'une coupe

Il est très important de bien choisir une coupe à bonsaï.Elle doit toujours être choisie en fonction de l'arbre formé. Ne choisissez pas la coupe avant la formation de l'arbre. Après celle-ci, l'arbre peut être directement planté dans une coupe à bonsaï ou dans un récipient provisoire. Ne transplantez jamais l'arbre avant de l'avoir formé.

Taillez les racines en fonction de la dimension de la coupe. En général, il faut raccourcir sévèrement les racines verticales ou les répartir de chaque côté du tronc. Les racines re- montantes seront taillées ou bien rectifiées. Les racines doivent être réparties dans tou- tes les directions.

Les couleurs des coupes qui conviennent à la majorité des arbres sont le brun, le gris ou la couleur terre-cuite. Les coupes non vernissées, à la surface mate et sombre, convien- nent à la plupart des conifères. Les coupes vernissées sont réservées en principe aux feuillus.

Figure 202 Les proportions entre l'arbre et sa coupe. Dans la plupart des cas, la lon- gueur de la coupe doit correspondre à un peu plus des 2/3 de la hauteur de l'arbre.

82

la plupart des cas, la lon- gueur de la coupe doit correspondre à un peu plus

Figure 203 Lorsque l'arbre est plus large que haut, la longueur de la coupe doit cor- respondre à un peu plus des 2/3 de la plus grande largeur de l'arbre. Elle ne doit jamais coïncider avec sa largeur ou sa hauteur.

Figure 204 La hauteur de la coupe doit corres- pondre à la taille du tronc, sauf pour les formes en cascade et à troncs multi- ples. Les arbres recueillis dans' la nature peuvent faire exception, parce qu'ils possèdent souvent une motte de racines plus grosse et de grandes raci- nes-pivot.

Figure 205 La largeur de la coupe peut être un peu plus petite que celle des grandes branches dépassant de chaque côté. Une fois la longueur choisie, sa lar- geur suit la norme des potiers.

des grandes branches dépassant de chaque côté. Une fois la longueur choisie, sa lar- geur suit
des grandes branches dépassant de chaque côté. Une fois la longueur choisie, sa lar- geur suit
des grandes branches dépassant de chaque côté. Une fois la longueur choisie, sa lar- geur suit

83

Figure 206 La forme de la coupe doit correspon- dre au caractère de l'arbre. Le style vertical se marie bien avec une coupe rectangulaire.

Figure 207 Les troncs contournés et aux formes plus souples seront mieux mis en valeur dans une coupe ovale, ronde, ou rectangulaire aux coins arrondis.

Figure 208 Un arbre vigoureux, à l'aspect sauvage aura besoin d'une coupe du même genre.

84

aux coins arrondis. Figure 208 Un arbre vigoureux, à l'aspect sauvage aura besoin d'une coupe du
aux coins arrondis. Figure 208 Un arbre vigoureux, à l'aspect sauvage aura besoin d'une coupe du
aux coins arrondis. Figure 208 Un arbre vigoureux, à l'aspect sauvage aura besoin d'une coupe du

En général, pour les formes en cascade, la coupe doit être profonde ou en hauteur. Par- fois une coupe d'une hauteur moyenne peut être employée, mais ne plantez jamais un bonsaï en cascade dans une coupe plate. La hauteur de l'arbre (entre la cime et la base du tronc) et celle de la coupe ne doivent jamais être identiques. La cime de l'arbre peut très bien redescendre plus bas que la coupe à condition qu'un grand présentoir surélève suf- fisamment le bonsaï pour le mettre en valeur. Mais elle ne doit jamais toucher ce présen- toir.

Choisissez une coupe étroite et longue pour les bonsaï à troncs doubles, à troncs ju- meaux, pour le style en radeau et celui aux racines contournées, ainsi que pour les plan- tations en groupe. Veillez aux proportions entre l'arbre le plus haut et la longueur de la coupe: celle-ci doit représenter environ le tiers de la hauteur du bonsaï le plus haut. Dans certains cas, on peut prendre une très grande coupe lorsqu'elle présente un pay- sage libre ou un pré.

Dans le cas du style à troncs multiples, la longueur de la coupe doit représenter les deux tiers de l'arbre le plus haut.

La coupe d'une forme rupestre peut être la même que celle d'un tronc multiple, à condi- tion d'être en harmonie avec la taille et la couleur du rocher.

Une coupe pour la forme du Lettré (BUNJIN) peut être petite, ronde et plate afin de souligner le caractère de l'arbre. La céramique artisanale convient aussi lorsque ses cou- leurs ne sont pas trop vives. Elle doit être SHIBUI c'est à dire réduite à l'essentiel.

La plupart des arbres à feuilles caduques et des persistants à grandes feuilles peuvent être plantés dans une coupe vernissée. Choisissez une couleur convenant à celle des feuilles, des fleurs, des fruits et des baies. Les coupes de couleur pastel s'harmonisent avec les arbres donnant de belles fleurs au printemps, et les coupes de couleur sombre, avec ceux prenant de belles couleurs en automne. Les coupes anciennes vernissées, de Corée, de Chine et du Japon peuvent être employées aussi bien pour les conifères que pour les feuillus.

On peut toujours utiliser des coupes non vernissées pour les arbres feuillus. Certains feuillus nécessitant une coupe plus grande et plus profonde, en raison de la forme de leurs racines.

8 5

Un bonsaï peut aussi être planté sur un rocher au lieu d'une coupe. Mais il ne faut pas le confondre avec un «ISHIZUKE», ou style sur rocher, qui est complètement différent et sera décrit plus loin. La pierre utilisée à la place d'une coupe doit avoir les caractéristi- ques suivantes:

1. Elle doit être dure et sa surface rugueuse, mais pas trop lisse ni fragile.

2. Sa couleur doit compléter celle du bonsaï. Les bruns rouge foncé et gris sont plus ap- propriés que les pierres claires ou calcaires.

3. La roche ne doit pas dominer l'arbre par sa taille et sa forme. Les formes oblongues

ou formes en bateau (FUNA-GATA) sont très appréciées. Les formes symétriques, c'est à dire rondes, carrées ou triangulaires, surtout si elles sont de grande taille, doivent être évitées. 4. En ce qui concerne la taille, la largeur et la hauteur, mêmes règles que pour les coupes.

Les coupes décorées de fleurs ou de scènes, ne se prêtent pas au style bonsaï parcequ'el- les détournent l'attention au détriment de l'arbre. En revanche, une coupe profonde aux signes calligraphiques, s'harmonisant avec les lignes de l'arbre, convient parfaite- ment.

Choix de la face avant avec des coupes rondes, carrées, hexagonales ou aux côtés symétriques

Figure 209 Deux positions possibles des pieds.

Figure 210 Vous pouvez placer à l'avant une ou deux encoches.

Figure 209 Deux positions possibles des pieds. Figure 210 Vous pouvez placer à l'avant une ou

86

Figure 211 Avec une coupe carrée, vous pouvez présenter à l'avant, soit un côté plat, soit un angle.

Figure 212 De même si elle est profonde.

Figure 213 Avec une coupe hexagonale plate, mettez l'un des côtés à l'avant.

Figure 214 Si elle est profonde, placez toujours un angle à l'avant.

mettez l'un des côtés à l'avant. Figure 214 Si elle est profonde, placez toujours un angle
mettez l'un des côtés à l'avant. Figure 214 Si elle est profonde, placez toujours un angle
mettez l'un des côtés à l'avant. Figure 214 Si elle est profonde, placez toujours un angle
mettez l'un des côtés à l'avant. Figure 214 Si elle est profonde, placez toujours un angle

87

Mélange de terre pour bonsaï

Un mélange de terre pour bonsaï doit être propre, sain et perméable. Il doit pouvoir ab- sorber l'eau sans qu'il y ait stagnation et ne doit pas être trop tassé pour permettre à l'air d'y pénétrer, car l'oxygène est vital pour les plantes, mais toutefois, évitez que des po- ches d'air ne se forment. Au début de la préparation, le bonsaï a besoin d'un mélange de terre qui active sa croissance et son développement. Cinq à six ans après sa formation, la plante doit changer de terre.

En principe, le mélange de terre doit correspondre aux besoins de la plante. Si une crois- sance rapide est nécessaire ou si l'arbre est malade, le mélange de terre doit être gros- sier. Ajoutez du sable plus gros pour assurer un bon drainage. On utilise un mélange plus fin lorsqu'il n'est pas nécessaire d'avoir une croissance rapide. N'ajoutez pas de tourbe et en tout cas, veillez à bien la tasser. Les arbres à feuilles caduques et les persistants à larges feuilles demandent plus de terre et de tourbe que de sable. Les conifères, plus de sable et moins de terre et de tourbe. Le mélange doit être adapté aux espèces. Consultez le tableau page 90.

Vous pouvez acheter de la terre végétale ou bien prélever de la terre de jardin, là où les plantes poussent bien. Si vous prélevez de la terre en montagne, en bordure de rivière ou en plein champ, observez les conditions de croissance des végétaux poussant à proxi- mité. S'ils sont en bon état, c'est signe que le sol est bon.

Si vous voulez vous-même votre terre à bonsaï, prenez une brouettée de terre de jardin à laquelle vous ajouterez une autre de sable et une autre de terreau. Etalez le tout sur une couche de 10 cm et épandez dessus 12 kg d'engrais organique (farine d'os, de sang, de poisson et sciure de corne).

Bien arroser ensuite. Ecartez la terre sur un sol solide que vous pouvez cerner de bri- ques. Laissez reposer la terre 2 à 3 mois environ. De temps en temps, versez de l'eau bouillante sur cette terre et vaporisez avec un insecticide et un fongicide, ce qui détruira les insectes et les neufs.

Ne réutilisez jamais de la vieille terre provenant d'un rempotage car elle n'a plus de qua- lité nutritive pour un bonsaï.

Pour les végétaux recueillis dans la nature, la terre d'origine ne convient pas forcément car ils ont changé d'environnement.

88

Le choix du sable. Il faut vérifier le degré salin ou alcalin des sables de construction, de rivière ou de granit désagrégé. Certains sols ont été traités avec des désherbants. Basez - vous donc sur la végétation environnante. N'utilisez jamais de sable de mer ou d'aqua- rium.

La litiére pour chat peut être utilisée si elle n'est pas traitée chimiquement. Lisez bien les indications sur l'emballage.

Le tamisage. Il faut d'abord tamiser le sable pour obtenir des grains de différentes gros- seurs. Cf. p. 10.

La poussière résiduelle qui passe à travers les plus petites mailles ne doit pas être em- ployée, sinon pour terminer la surface après un rempotage.

L'humus. C'est la feuille de chêne qui fournit le meilleur humus. Si vous le faites vous- même, stérilisez-le avec des produits chimiques ou de l'eau bouillante pour tuer les in- sectes et les champignons. Eliminez toutes les grosses particules avec le tamis. La mousse de tourbe, le terreau, vendus dans le commerce, sont également valables.

Les tableaux des pages suivantes indiquent les éléments des mélanges de terre de base, utilisables pour la plupart des espèces de bonsaï. Les mélanges se font à partir de parts égales.

N.B. L'indication «sable» englobe les types de sables cités plus haut. Assurez - vous que le pH est neutre et que le sable peut absorber 20 % d'humidité. S'il en absorbe plus, vous aurez un mélange trop trempé, et la pourriture des racines est à craindre. Tous les maté- riaux cités plus haut doivent être tamisés avec les différents tamis mentionnés p. 10 et

90.

89

Tableau de mélanges de terre

Légende du tableau

NATURE DU BONSAI

JEUNE

 

4 à 5 ans après formation et rempotage.

 

ÂGÉ

Lorsque sa croissance s'est ralentie.

DIMENSIONS DU BONSAI

GRAND

 

entre 75 et 120 cm.

 

PETIT

jusqu'à 75 cm.

 

MÉLANGE

 

terre, tourbe, sable et charbon de bois.

 

CALIBRE DU SABLE

G

gros: 3,1 à 6,3 mm.

 

M

moyen: 1,6 à 3,1 mm.

F

fin: 0,6 à 1,6 mm. Ne pas utiliser la poussière.

 

NATURE DU BONSAI

 

JEUNE

 

DIMENSION DU BONSAI

 

GRANDE

   

PETITE

 

MÉLANGE

terre

tourbe

 

sable

terre

tourbe

 

sable

CALIBRE DU SABLE

   

G

M

F

   

G

M

F

Abricotier du Japon

 

1

1

1

   

1 1

1

   

1

Arbres feuillus (autres)

1 1

 

1

1

   

1 1

1

   

1

Arbres tropicaux

1 2

 

1

1

   

3

1 1

   

1

Azalée

 

4

1

1

   

4

 

1

1

Azalée du Japon

 

4

2

1

   

4

 

2

1

Bambou

 

1 4

2

1

   

4

1 2

   

1

Bouleau

1 1

 

1

1

   

1 1

1

   

1

90

Tableau de mélanges de terre

NATURE DU BONSAI

 

JEUNE

 

DIMENSION DU BONSAI

 

GRANDE

   

PETITE

 

MÉLANGE

terre

tourbe

 

sable

terre

tourbe

 

sable

CALIBRE DU SABLE

   

G

M

F

     

M

F

Buis

1

1

1

1

 

1

1

 

1

1

Camélia

 

3

1

2

   

3

 

1

2

Cèdre

1

2

1

2

 

1

2

 

1

2

Chamaecyparis

 

2

2

1

   

2

 

2

1

Charme

1

2

1

1

 

1

2

 

1

1

Chêne

1

3

1

1

 

1

3

 

1

2

Citronnier

2

2

1

2

 

2

2

 

1

2

Cognassier

1

1

1

1

 

1

1

 

1

1

Conifères

1/2

2

2

1

 

1/2

2

 

2

1

Cotonéaster

1

2

2

1

 

1

2

 

2

1

Cyprès chauve

1

2

1

1

 

1

2

 

1

1

Épicéa

1/2

2

2

1

 

1/2

2

 

2

1

Érable

1

2

1

1

 

1

2

 

1

1

Ficus

1

1

1

1

 

1

1

   

2

Genévrier

1/2

1

1

2

 

1/2

1

 

1

2

Ginkgo

 

1 1

1

 

1

 

1

1

 

1

1

Glycine

 

2 1

     

2

2

   

1

Grenadier

 

3 1

2

 

1

 

3

2

 

1

1

Houx

 

1 1

1

 

1

 

1

1

 

1

1

 

9 1

Tableau de mélanges de terre

NATURE DU BONSAI

 

JEUNE

 

DIMENSION DU BONSAI

 

GRANDE

   

PETITE

 

MÉLANGE

terre

tourbe

 

sable

terre

tourbe

 

sable

CALIBRE DU SABLE

   

G

M

F

   

G

M

F

If

1/2

2

2

1

 

1/2

2

 

2

1

Juniperus chinensis

1/2

1

1

2

 

1/2

1

 

1

2

Myrte

 

1 2

2

1

 

1 2

   

2

1

Olivier

1 1

 

1

1

 

1 1

   

1

1

Orme

1 1

 

1

1

 

1 1

   

1

1

Palmier

1 1

 

1

1

 

1 1

   

1

1

Pins (autres)

 

2

3

1

   

2

 

3

1

Pin blanc du Japon

 

2

3

1

   

2

 

2

1

Pin noir de Thunberg

 

2

3

1

   

2

 

3

1

Pin noir de Thunberg «corticata»

 

2

3

1

   

2

 

3

1

Pin sylvestre

1/2

2

2

1

 

1/2

2

 

2

1

Podocarpe

1/2

2

2

1

 

1/2

2

 

2

1

Pommier

1

1

1

1

1

1

1

 

1

1

Pyracantha

1/2

2

2

1

 

1/2

2

 

2

1

Saule

 

2 1

2

 

1

   

2 1

2

   

1

Tamaris

 

1 1

2

 

1

   

1 1

2

   

1

Troène

 

1 2

2

 

1

   

1 2

2

   

1

92

Tableau de mélanges de terre

NATURE DU BONSAI

 

ÂGÉ

 

DIMENSION DU BONSAI

 

GRANDE

   

PETITE

 

MÉLANGE

terre

tourbe

 

sable

terre

tourbe

 

sable

CALIBRE DU SABLE

   

G

M

F

   

G

M

F

Abricotier du Japon

 

1

1

1

   

1

 

1

1

Arbres feuillus (autres)

 

1 1

1

 

1

 

1

1

 

1

1

Arbres tropicaux

 

1 1

2

 

1

 

1

2

 

1

1

Azalée

 

4

 

1

1

 

4

   

2

Azalée du Japon

 

4

 

2

2

 

4

   

2

Bambou

 

4

1 2

     

1

4

 

2

1

Bouleau

 

1 1

1

   

1

1

   

1

2

Buis

 

1 1

1

   

2

1

1

 

1

2

Camélia

 

3

1

2

   

3

 

1/2

2

Cèdre

1/2

2

2

1

 

1/2

2

 

2

1

Chamaecyparis

 

2

 

3

2

 

2

 

2

2

Charme

1

2

1

1

 

1 2

   

1

1

Chêne

1

3

1

1

 

1 3

   

1

1

Citronnier

1

2

2

1

 

1 2

   

2

1

Cognassier

1

1

1

1

 

1 1

   

1

1

Conifères

1/2

2

2

1

1

1/2

2

 

2

1

Cotonéaster

 

3

2

1

   

3

 

2

1

Cyprès chauve

1

2

   

1

1

2

   

2

Épicéa

1/2

2

2

1

1

1/2

2

 

2

1

 

9 3

Tableau de mélanges de terre

NATURE DU BONSAI

 

ÂGÉ

 

DIMENSION DU BONSAI

 

GRANDE

   

PETITE

 

MÉLANGE

terre

tourbe

 

sable

terre

tourbe

 

sable

CALIBRE DU SABLE

   

G

M

F

   

G

M

F

Érable

 

1 2

 

1

1

1

2

 

1

1

Ficus

1 1

 

1

1

 

1

1

   

2

Genévrier

 

1

 

1

3

 

1

 

1

3

Ginkgo

1 1

 

1

1

 

1

1

 

1

1

Glycine

2 2

 

2

1

 

2

     

2

Grenadier

 

3 1

2

   

1

3

2

   

1

Houx

 

1 1

1

   

1

1

1

 

1

1

If

1/2

2

2

1

1

1/2

2

 

2

2

Juniperus chinensis

 

1

 

1

3

 

1

 

1

3

Myrte

 

1 2

2

 

2

   

1 2

 

2

2

Olivier

 

1 1

1

 

2

 

1 1

   

1

2

Orme

 

1 1

1

 

1

 

1 1

   

1

1

Palmier

 

1 1

1

 

1

 

1 1

   

1

1

Pins (autres)

 

2

3

2

   

2

 

3

2

Pin blanc du Japon

 

2

3

1

   

2

 

3

2

Pin noir de Thunberg

 

2

3

2

   

2

 

3

2

Pin noir de Thunberg «corticata»

 

2

3

2

   

2

 

3

2

Pin sylvestre

1/2

2

2

1

1

1/2

2

 

2

1

Podocarpe

1/2

2

2

1

1

1/2

2

 

2

2

94

Tableau de mélanges de terre

NATURE DU BONSAI

 

ÂGÉ

 

DIMENSION DU BONSAI

 

GRANDE

   

PETITE

 

MÉLANGE

erre

tourbe

 

sable

terre

tourbe

 

sable

CALIBRE DU SABLE

   

G

M

F

   

G

M F

 

Pommier

1

1

 

1

1

1

1

 

1 1

 

Pyracantha

1/2

3

2

1

 

1/2

3

 

2 1

 

Saule

2