Vous êtes sur la page 1sur 7

Introduction à l’approche

communicative
Petithory François, attaché de coopération pour le français

1. Notions de base de l’approche communicative


Avant de poursuivre plus en avant, il paraît indispensable de préciser quelques notions
terminologiques autour de l’approche communicative dans le cadre de l’enseignement-
apprentissage de la langue française. Nous nous arrêtons rapidement sur ses origines te ses objectifs.

Quand on s’intéresse à l’approche communicative dans le Fle, on rencontrera des terminologies


comme approche notionnelle-fonctionnelle ou approche fonctionnelle ou encore approche
interactionnelle.

1.1. Approche notionnelle- fonctionnelle

Au point de départ de la réflexion sur cette approche, on trouve la question des contenus : que faut-il
enseigner ? L’approche notionnelle/ fonctionnelle est plutôt une façon d’organiser un programme
(curriculum) qu’une approche pédagogique. L’important dans un programme notionnel/fonctionnel
est qu’il soit organisé par des ‘notions’ et des ‘fonctions’, au lieu des traditionnelles structures
grammaticales. Une notion ici est un « contexte spécifique » qui implique pour un locuteur l’usage de
fonctions de communication. les fonctions sont des catégories de fonctions de communication; elles
indiquent ce que nous faisons avec le langage, comment nous agissons sur autrui à travers lui.

Cette approche permet à l’apprenant d’organiser cognitivement ses connaissances et ses savoir-faire
pour des situations réelles. Ainsi, une approche notionnelle- fonctionnelle s'appuie sur des
descriptions des «fonctions sociales remplies par les actes de paroles et leur contenus conceptuels»1;
autrement dit: c'est l’approche qui s'inscrit dans une perspective pragmatique2.

Notions Fonctions Réalisations linguistiques


Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit,
la quantité compter jusqu'à 10
neuf, dix
la exprimer
Tu dois….. Il faut…
modalité l'obligation

1
P. Martinez: La didactique des langues étrangères. Que sais-je? Deuxième édition, novembre 1998.
2
Voir. J-P. Cuq: Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde. Cle
international. Paris, 2003. P. 179.
1.2. Approche interactionnelle

Dans une approche interactionnelle «le modèle d'apprentissage proposé (…) n'est centré ni sur
l'enseignant, ni sur l'élève mais sur la relation qui s'établit entre participants»3; autrement dit: c'est
une approche qui considère la notion de "relation" comme constitutive de toute communication.

1.3. Approche cognitive

Du terme cognitif qui fait référence à la connaissance. Le cognitivisme considère que «les
connaissances qu'un individu possède déjà sont le principal déterminant de ce que cet individu peut
apprendre, qu'il s'agisse d'une situation d'apprentissage implicite (expérience quotidienne) ou
explicite (exercice scolaire).»4. Donc, "un comportement de langage" selon cette théorie ne serait pas
«une succession de mouvements de lèvres et du larynx, ni même un "flot de parole"; ce serait
essentiellement une activité de communication visant à transmettre un message ou à obtenir quelque
chose à travers des productions verbales. Le caractère global des comportements est aussi marqué
par le type de relations que l'organisme entretient avec son environnement»5.

L'approche communicative est une approche cognitive du moment que la psychologie cognitive met
la participation de l'apprenant en coeur de son apprentissage. Ici, la pensée jour un rôle fondamental
dans la découverte des règles qui permettent de produire de nouveaux énoncés.

1.4. Approche communicative

L’approche communicative est centrée sur l’aspect social de la langue (apprentissage et usage social).
Elle est basée sur l’idée qu’il faille communiquer effectivement pour qu’un apprentissage soit
efficace. Cela veut dire que l’enseignant va amener les élèves à s’exprimer, dessiner, jouer ou agir de
manière à entraîner la compréhension. Les activités qui sont favorisées sont celles qui reproduisent
ou qui contiennent de vraies situations de communication. Les cours sont souvent conçus autour de
thématiques : les animaux, les voyages, les fêtes, les anniversaires, l’école, la famille, etc. Les sujets
font ressortir un besoin de communication.

Aux origines

C'est seulement vers la seconde moitié des années 80 que les premiers manuels officiels apparurent,
prenant réellement en compte les grands principes pédagogiques de l'Approche Communicative:
authenticité, contexte, interaction, centration sur l'apprenant, etc. Cependant les projets
pédagogiques tombaient parfois dans des excès. La langue orale était tellement prédominante
qu'elle occupait toute la place du cours de langue, au détriment de l'écrit et de la grammaire.

Pour remédier à cet état de fait, une deuxième génération de l'Approche Communicative voit le jour
dans les années 90 lors de nouvelles instructions officielles mettant en avant les lacunes en ce qui
concerne l'absence de la langue écrite et de la grammaire. Quatre compétences indispensables pour
le cours de langue sont définies dans un ordre précis, à savoir la compréhension orale, la
compréhension écrite, la production orale, et la production écrite. S'ajoute également une cinquième
compétence dite "méthodologique", qui rejoint l'idée d'autonomie et de centration sur l'apprenant.

3
H. Besse: Méthodes et pratiques des manuels de langues. Didier, 1985. P. 139.
4
D. Gaonic'h: Théories d'apprentissage et acquisition d'une langue étrangère. Didier, 1991. P. 107.
5
D. Gaonic'h. Idem. PP. 66- 67.
Ce dernier est encouragé à acquérir des stratégies d'interaction, d'auto-évaluation et de réflexion sur
son apprentissage. Ainsi la grammaire retrouve sa place en cours de langue, dans le cadre d'une
phase de réflexion en contexte et d'induction des règles syntaxiques.

2. Les principes essentiels de l’approche communicative


L'approche communicative met en place de nouveaux principes et de nouvelles conceptions dont les
objectifs et les contenus sont essentiellement communicatifs.

2.1. Cognitivisme & constructivisme

Deux éléments clés caractérisent l’approche cognitiviste de l’apprentissage :

- l’apprentissage est conçu comme un processus de construction des connaissances et non


pas comme un processus d’acquisition ;
- les activités d’enseignement sont des activités d’aide à la construction des connaissances et
non pas des activités de transmission des connaissances.

Dans le cadre de l’approche communicative le rôle du contexte de « la vie réelle » montre que
l’apprenant construit ses connaissances à partir des interactions qu’il a avec les autres et le milieu
socioculturel dans lequel il se trouve.

2.2. La notion de compétence de communication

L’approche communicative s’appuie également sur la notion de compétence de communication que


l’on doit à Dell H. Hymes6 . Selon lui, « les membres d’une communauté linguistique ont en partage
une compétence [de] deux types, un savoir linguistique et un savoir sociolinguistique ou, en d’autres
termes, une connaissance conjuguée de normes de grammaire et de normes d’emploi » (Hymes, 1991
: 47).

On le voit, les dimensions sociologique et culturelle ne peuvent pas être dissociées des aspects
linguistiques.

2.3. Les forces de l’approche communicative

Le but de l’approche communicative est d’impliquer l’apprenant dans une communication pour faire
quelque chose : lire pour s’informer, parler pour exposer ses sentiments…

2.3.1. La centration sur l’apprenant

Avec l’approche communicative, l’apprenant (l’élève) devient un acteur autonome de son


apprentissage. L’objectif est de rendre l’apprenant le plus autonome et le plus responsable possible
de son apprentissage. Il n'est plus quelqu'un qui reçoit passivement de l'enseignant

L'approche communicative s'oriente vers quatre questions fondamentales:

-A qui enseigner? Public visé

6
HYMES, D. H. (1991). Vers une compétence de communication. Paris : CREDIF Hatier. Collection « LAL ».
-Pour quoi faire? Objectifs à atteindre

-Quoi enseigner? Contenus à délimiter

-Comment enseigner? Théorie, méthodologie et pédagogie à mettre en oeuvre

2.3.2. La dimension sociale

Avec l’approche communicative, l’importance est donnée aux interactions dans la classe. La prise en
compte de cette dimension interactionnelle amène à reconsidérer le contenu de
l’enseignement/apprentissage des langues. Il ne suffit plus, pour communiquer de connaître le
système linguistique, il faut aussi savoir utiliser la langue de manière appropriée, en fonction du
contexte social.

2.3.3. L’authenticité

Avec l’approche communicative, le document authentique fait son apparition en classe. Aujourd’hui
la notion de « ressources » paraît plus adéquate mais doit conserver qui doivent permettre
d’apporter à la fois une dimension culturelle et un usage langagier réel.

2.3.4. La compétence de communication

Toutes ces caractéristiques qui font les forces de l’approche communicative, mènent vers un but
commun : la construction d’une compétence de communication chez l’élève. Le but ultime étant de
permettre la communication hors de la classe.

Aujourd’hui, la sociolinguistique s’accorde sur la compétence de communication comme basée sur


les composantes suivantes :

COMPETENCE DE COMMUNICATION7

Composante Composante Composante discursive Composante


linguistique socioculturelle référentielle

Connaissance des Connaître les règles Connaissance Représentations de


règles et des structures sociales et les normes et appropriation des l’univers auquel
grammaticales d’interaction différents types de renvoie telle ou telle
discours et de leur langue. Cette
organisation en composante est plus
fonction des généralement prise en
paramètres de la compte par un
situation de enseignement de
communication civilisation

7
MOIRAND S. Enseigner à communiquer en langue étrangère, édition Hachette, Paris, 1982.
2.3.5. Rôle de l’enseignant

L'enseignant est tantôt (selon les besoins et les objectifs d'apprentissage) un facilitateur, tantôt un
guide, tantôt un organisateur; alors il encourage, guide, explique, corrige et même répète ce que
l'apprenant vient de structurer. il «revient à l'enseignant d'organiser le travail du groupe, de
proposer des documents et des activités, d'expliciter des points de fonctionnement de la langue et
de la communication lorsque ceci est nécessaire. Mais le groupe d'apprenants peut intervenir en
retour sur certains éléments: programmation des contenus, types de documents, activités. Ceci peut
se réaliser dans le cadre d'une négociation enseignant/apprenant».

Une des missions les plus importantes des enseignants est de réaliser des interactions avec les
apprenants par le déclenchement de prise de parole. C'est pourquoi, l'enseignant n'est plus le centre
de la classe: toutes les interactions ne passent plus par lui.

Schéma de réseau d’échange décentralisé :

A
A

E
A

A : Apprenant

E : Enseignant

: Le sens des échanges possibles en classe


Schéma de la disposition du groupe-classe :

A A

A A A

A A A A

A A

E (enseignant mobile)

A : Apprenant

E : Enseignant

Déplacements de l’enseignant

Dans cet esprit d'interaction et de centration sur l'apprenant, la dynamique de groupe est également
considérée comme un facteur majeur de motivation pour l'apprentissage des langues. Les jeux de
rôles, les travaux en groupes ou par pairs sont encouragés pour instaurer une atmosphère de
confiance et de solidarité favorable à la communication. De la même manière, le "feedback"
traditionnellement délivré par le professeur sera désormais produit par les apprenants eux même,
monopolisant les compétences de chacun et valorisant l'échange et l'entraide.
Bibliographie :
BERARD, E.( 1991) L'approche communicative. Théorie et pratiques, Coll. Techniques de classe, Clé
International, Paris.

HYMES, D.H.(1984) Vers la compétence de communication, Hatier.

MOIRAND, S.(1982) Enseigner à communiquer en langue étrangère, Hachette, Paris.

PUREN C. (1994). La didactique des langues étrangères à la croisée des méthodes. Essai sur
l'ecclétisme. Paris : Didier.