Vous êtes sur la page 1sur 13

Méthodes de calcul :

Le calcul des forces sismiques peut être mené suivant plusieurs méthodes, parmi ces
méthodes on trouve :
Méthode statique équivalente,
Méthode modale.

I. Méthode statique équivalente :


Principe :
Les forces réelles dynamiques qui se développent dans la construction sont remplacées
par un système de forces statiques fictives dont les effets sont considérés équivalents à
ceux de l’action sismique.
Les forces sismiques horizontales équivalentes seront considérées appliquées
successivement suivant deux directions orthogonales caractéristiques choisies par le
projeteur. Dans le cas général, ces deux directions sont les axes principaux du plan
horizontal de la structure.
Il faut souligner toutefois que les forces et les déformations obtenues pour l’élément à
partir des méthodes d’analyse statiques pour les charges de conception recommandées
sont inférieures aux forces et aux déformations qui seraient observées sur la structure
sous les effets d’un séisme majeur pour lequel les charges ont été spécifiées. Ce
dépassement des forces est équilibré par le comportement ductile qui est fourni par les
détails de construction de l’élément.
C’est pourquoi l’utilisation de cette méthode ne peut être dissociée de l’application
rigoureuse des dispositions constructives garantissant à la structure :
 Une ductilité suffisante.
 La capacité de dissiper l’énergie vibratoire des secousses sismiques majeures.
1- Evaluation des données sismiques :
Toutes les hypothèses, les valeurs de calculs de cette partie sont issues de règlement
de parasismique déconstruction RPS2011.
1. Classification de bâtiment :
 Notre bâtiment est à usage habitation donc on est dans la zone III.
2. Le coefficient d’importance :
Les bâtiments sont repartis selon leur usage principal en trois classes de priorité.
A chaque classe de bâtiment correspond un facteur d’importance, qu’est un
facteur additionnel de sécurité.

 Notre bâtiment est dans la classe III. D’où le coefficient d’importance égale à 1.

3. Le coefficient de vitesse :
Le coefficient de vitesse est déterminé en fonction de la zone de sismicité a
laquelle appartient la structure.
Notre projet est situé a, donc selon le zonage sismique du Maroc, le projet est
dans la zone I, on a un coefficient de vitesse v de 0,07 (m/s).
4. Le coefficient de site :

Presqu’on a un manque d’information sur le site, on a adopté le site 2.


Donc pour notre projet le coefficient de site est de 1,2.
5. Le niveau de ductilité :
La ductilité d’un bâtiment est sa capacité de dissiper une grande partie
d’énergie sous des sollicitations sismiques, par des déformations inélastiques
sans faire influencer sa résistance.
Tout bâtiment doit respecter une ductilité suffisante au cours de séisme.
On définit trois niveaux de ductilité selon le comportement requis de la
structure.
1- ND1 : des structures de faible ductilité.
2- ND2 : des structures de moyenne ductilité.
3- ND3 : des structures de grande ductilité.

 Puisque notre bâtiment s’inscrit dans la classe III, et puisqu’on a un coefficient


de vitesse v= 0,07 m/s , donc on a le niveau de ductilité ND1.
6. Facteur de comportement k :
Le facteur de comportement, caractérise la capacité de dissipation de l’énergie
vibratoire de la structure qui lui est transmise par les secousses sismiques.
Ce coefficient est donné en fonction de type du système de contreventement et
du niveau de ductilité choisi.

Pour notre cas on a un système de contreventement par portique, donc k est


égale a 2.
7. Facteur d’amplification dynamique :
Le facteur d’amplification est un paramètre qui, qualifie le comportement de la
structure en fonction de son système de vibration.
Pour notre cas, puisqu’on est dans la zone I, on a une valeur d’accélération Za =7%, et
la valeur de vitesse Zv = 0,07 donc Za/Zv = 1 et en fonction de la période
T=0,075*H^3/4 = 0,29 , donc on a un facteur d’amplification D est égale à 2,4.
8. L’amortissement :
L’amortissement traduit la capacité de la structure soumise à des efforts
dynamiques à dissiper de l’énergie. Il dépend essentiellement du type de
matériau, des assemblages des différents éléments de la structure et des
liaisons avec le milieu environnant, donc de l’interaction du sol.

 Pour notre structure en béton armé, on a un coefficient d’amortissement de 5.


9. Le coefficient de masse partielle :
 Notre bâtiment est à usage habitation, donc le coefficient de masse partielle est
égal à 0,20.
10. Tableau récapitulatif :
Classification de bâtiment III
zonage Zone 1
Le coefficient de vitesse 0,07
Le coefficient de site 1,2
Le niveau de ductilité ND1
Facteur de comportement k 2
Facteur d’amplification dynamique 2,4
L’amortissement 5%
Le coefficient de masse partielle 0,20
La période de bâtiment 0,27
Le coefficient d’importance 1

Avant d’entamer l’étude de bâtiment, il est nécessaire de déterminer si ce dernier est


régulier, ou irrégulier par la vérification des critères suivantes :
1. Les critères de régularités :
Pour vérifier ces critères, il faut d’abord calculer la position du centre de la masse, de
torsion et l’excentricité.
1-1 Calcul de centre de masse :
Le calcul de centre de masse se fait d’une manière détaille pour l’ensemble de
bâtiment en utilisant l’équation suivante :

Niveau Xm Ym
RDC et étage 4,94 5,64
NB : le calcul est détaillé dans la feuille Excel.
1-2 Calcul de centre de torsion :
Le calcul de centre de torsion se fait d’une manière détaille pour l’ensemble de
bâtiment en utilisant l’équation suivante :

Niveau Xt Yt
RDC et étage 9,44 9,42

1-3 Calcul de l’excentricité :

Niveau ex ey
RDC et étage 4,5 3,9
 On remarque que le centre de masse est presque fondu avec le centre de
torsion.
1-4 Calcul de la raideur :
Le calcul de raideur se fait d’une manière détaille pour l’ensemble de bâtiment en
utilisant l’équation suivante :

Niveau rx^2 ry^2


RDC et étage 18,06 21,80
1-5 Période propre de bâtiment :
La détermination de la période propre est en fonction de type de contreventement,
puisque notre bâtiment est contrevente par un système portique et selon RPS 2011 la
période T s’évalue de la manière suivante :

AN : T = 0,07*6 ^ ¾ = 0,27 s

2. Vérification des critères de régularité :


2-1 le premier critère :
La structure doit présenter une forme en plan simple, tel que le rectangle, et une
distribution de masse et de rigidité sensiblement symétrique vis à vis de deux
directions orthogonales au moins, le long desquelles sont orientés les éléments
structuraux résistant à l’action sismique. Lorsque le système structural n’est pas
orienté le long d’un ensemble d’axes orthogonaux la structure est considérée
irrégulière.
En présence de parties saillantes ou rentrantes leurs dimensions ne doivent pas
dépasser 0.25 fois la dimension du coté correspondant : a +b ≤0 .25 B tel qu’illustré
dans la figure suivante :

 Notre structure est parfaitement régulière, c’est une structure carre de


(10,96 x 10,96 m). Donc on n’a pas besoin de vérifier la relation.
2-2 le deuxième critère :
A chaque niveau, la distance entre le centre de masse et le centre de rigidité,
mesure perpendiculairement à la direction de l’action sismique, ne duit pas
dépasser 0,20 fois la racine carrée du rapport de la raideur de torsion sur la
raideur de translation.

rx^2 18,06
ry^2 21,80

Niveau ex ey 0,20 rx 0,20 ry ex< 0,20 rx ey<0,20 ry

RDC et Etages 4,5 3,9 0,84 0,93 Condition Condition


vérifiée vérifiée

 On remarque que le deuxième critère est vérifié au niveau de RDC et étage.


2-3 le troisième critère :
L’élancement (grand cote L/ petit cote B) ne dépasse pas la valeur de 3,5.
L=10,96m B= 10,96m
AN : 10,96 / 10,96 =1 < 3,5
 Le troisième critère est vérifié.
3. Vérification de critères de régularité en élévation :
3-1 le premier critère :
La distribution de la rigidité et de la masse doit être sensiblement régulière le
long de la hauteur du bâtiment. Les variations de la rigidité et de la masse entre
deux étages successifs ne doivent pas dépasser 30 %.
Il faut que :

3-2 le deuxième critère :


Dans le cas d’un rétrécissement graduel en élévation, la saillie à chaque niveau
ne doit pas dépasser 15% de la dimension en plan du niveau précédent sans que
le retrait global ne dépasse 25% de la dimension en plan au niveau du sol.

3-3 le troisième critère :

La hauteur totale du bâtiment ne doit pas dépasser pas 4 fois la plus petite
dimension de sa base.
AN = 10,96*4 = 43,84 > 10,96 m
 Condition vérifiée

Notre structure est parfaitement régulière, c’est une structure carrée de


(10,96 x 10,96 m). Donc toute les critères sont vérifiés.

4. Vérification de critères de régularité en élévation :


4-1 le premier critère :
La période fondamentale T ne doit pas dépasser 2 s.

Pour le cas de notre bâtiment, on a T= 0,27s donc T<2 s


 Le premier critère est vérifié.
4-2 le deuxième critère :
La hauteur totale de bâtiment ne doit pas dépasser 60m.
AN : H= 6 < 60 m
 Le deuxième critère est vérifié.

Remarque : les critères de notre bâtiment sont parfaitement vérifiés,


alors le bâtiment étudie est régulier.
Calcul de la force statique résultante équivalente :
Les forces sismiques horizontales agissant sur les masses de la structure sont
représentées par la force équivalente de cisaillement à la base agissant dans la
direction du calcul. La force sismique latérale équivalente V doit être calculée à
l’aide de la formule suivante.
Classification de bâtiment III
zonage Zone 1
Le coefficient de vitesse 0,07
Le coefficient de site 1,2
Le niveau de ductilité ND1
Facteur de comportement k 2
Facteur d’amplification dynamique 2,4
L’amortissement 5%
Le coefficient de masse partielle 0,20
La période de bâtiment 0,27
Le coefficient d’importance 1
AN :

F= 22,68 t
La charge W de la structure correspond à la totalité des charges permanentes
G et une fraction des charges d’exploitation Q en fonction de la nature des
charges et leur durée.
On prend : W = G + Ψ Q
Pour la valeur de Ψ, on prend 0.2 puisque notre bâtiment est à usage
d’habitation (selon le RPS 2011) La masse totale du bâtiment est donnée
par le tableau suivant :

niveau G(t) Q(t) 0,2 Q W= G+1,2Q


1 er etage 102,591 96,891 19,3782 121,9692
RDC 82,607 78,281 15,6562 98,2632
220,2324
Répartition des efforts sismique :

La force sismique latérale totale V doit être répartie sur la hauteur de la


structure de la manière suivante : Une partie Ft de la force V est affectée au
sommet du bâtiment ; le reste (V-Ft) doit être réparti sur tous les niveaux y
compris le dernier niveau selon la formule suivante :
Ft = 0 si T < 0.7 s
Ft = 0.07TV si T > 0.7 s
Fn = (V -Ft) Wnhn /( Wihi ) i varie sur les étages.
Tableau : La distribution de l’effort sismique selon le niveau
niveau V-ft Wi Hi Wn Hn Wi*Hi Wn*Hn SUM(Wi*Hi) Fn
RDC 22,68 121,969 3 220,2324 3 365,9 660,7 365,9076 40,95
Etage 22,68 98,2632 3 318,4956 6 294,8 1911 660,6972 147
II. Méthode dynamique :
Si les conditions de régularité ou de hauteur d’une structure, exigées par
l’approche statique équivalente ne sont pas satisfaites, il est admis
d’utiliser une approche dynamique pour l’analyse de l’action sismique.
L’approche dynamique peut être basée sur :
 La réponse maximale de la structure au moyen de spectres de
réponse adaptés au site de la construction ;

 Un calcul direct en fonction du temps par l’utilisation


d’accélérogrammes adaptés au site de la construction.

La valeur de l’effort latéral sismique F servant au calcul ne doit pas être


inférieure à 0.90 fois la valeur obtenue par l’approche statique équivalente.
1. Calcul des masses :
M = G + 0,2*Q ;
-M etage= M2 =121,96 t
-M RDC = M1 =98,26 t
2. Calcul des raideurs :
N = 16
K1=k2 = 74456 kN/m

3. Détermination des matrices :


a) Matrice des masses :
M= =

b) Matrice de rigidité :

c) Détermination la pulsation :
On va résoudre l’équation suivante :