Vous êtes sur la page 1sur 5

Des arbres à ma façon.

(1)

Texte & photos: Hervé Leclère

Après avoir confectionné plusieurs arbres, de différentes essences et possibles à reproduire en HO, je me suis
tourné vers une production 'au naturel', c'est-à-dire d'origine végétale, en sollicitant ma fleuriste pour les fournitures!

Ci-dessus sur la photo, de l'asparagus acheté à prix modique qui va pouvoir, après remaniement, ressembler à un
cèdre du Liban.

La sélection des branches à utiliser est soigneusement traitée par un voile de laque à cheveux (forte) et égouttée
sur un buvard absorbant.
Outre le zeechium qui est maintenant bien connu de tous, il semble intéressant de se lancer avec une autre
fourniture, en utilisant de l'asparagus utilisé par les fleuristes pour embellir leurs bouquets. "suffit de demander, c'est
pas cher et ça peut ...etc..". soit: un peu de colle, de la peinture en bombe, et beaucoup de patience faut-il l'avouer?
Certains pourront rechercher dans des bouquins ou dans les vidéos sur ce vaste sujet; NB: on en vient parfois -ou
toujours-... à tenter de le faire pousser soi-même!

Pour ma part j'ai utilisé des branches de troènes comme tronc principal, sur lesquelles sont enroulés et serrés des
fils de fer type clôtures et grillages de jardin; un peu de colle blanche sur le tronc pour faire tenir la sciure de bois
qui va masquer les fils, en donnant au final l'aspect d'écorce.

Le nombre de branches est établi en fonction de la taille du


tronc, bien qu'on ait toujours tendance à faire trop grand
pour l'échelle; c'est pour cette raison qu'il faut se réserver un
grand piétement, plus conforme à la réalité.

J'ai rajouté des branches en fil de fer de façon aléatoire,


après coup, soit 12 branches pour une hauteur de tronc de
14 cm,

Ces nouvelles branches vont être noyées dans le badigeon colle/sciure.


Préparation de la pose des échantillons d'asparagus par un passage à la laque à cheveux en bombe dans le but
principal de solidifier les branches. On peut remarquer la ressemblance avec de la fougère (en H0), à noter pour de
futurs dioramas.

Le tronc, garni de sciure est «bombé» en noir mat, afin de


simuler l'implantation de lichen et lierres grimpants,
envahissant les arbres exposés au vent dominant dans les
bois et forêts.

Les asparagus sont collés sur les fils de fer à la colle néoprène en commençant par le bas. On peut recouper les
fils de fer à la pince, si besoin, au cas par cas, pour une esthétique améliorée.
En cours de montage, le tronc s'étant malencontreusement cassé, je l'ai donc réparé en plaçant une aiguille dans
le bois des deux sections, le tout accompagné d'un point de colle. Le branchage du sommet est surtout là pour
cacher le bois trop visible, sans être monté sur un fil de fer. Quelques photos d'arbres saisies aux alentours aident
à viser le réalisme!
Voilà le début d'une petite forêt; il ne reste plus qu'à attendre l' implantation dans un diorama.,,,

Voyons quelques spécimens réels,

Nous approchons d' une reproduction d'un cèdre du Liban,


bien que celui-ci a été cassé lors d'un fort coup de
vent.Ceux-ci sont fabriqués depuis un bon mois, ont l'air de
résister au temps. Alors bonnes plantations........

Textes & photos: Hervé LECLERE