Vous êtes sur la page 1sur 22

Investir dans la pierre ou dans la plume ?

Pourquoi pas les deux à la fois si on emploie ….. du carton plume . Le vrai carton plume , c'est-à-dire celui dont on peut peler une
des deux surfaces cartonnées , laissant apparaitre la mousse justement , qui peut être graver avec facilité au cutter ou au vulgaire
couteau de cuisine, ou encore avec divers outils ‘’maison’’, tubes tuyaux de stylos ou touts autres genres d’ustensiles qui pourront
faire l’affaire.

Le matériau : Le carton plume en 5 ou 10 mm d’épaisseur , mais le vrai celui qui peut se ‘’peler’’. J’insiste bien
sur ce fait car il est difficile d’en trouver dans les magasins d’arts créatifs , on nous vend du carton mousse ! Et celui-ci est
impossible à peler , il peut convenir malgré tout pour fabriquer des constructions en conservant l’intérêt d’une légèreté identique au
carton plume. Mais à force d’avoir graver du carton plume traditionnel de couleur blanche, je me suis aperçu que le temps perdu à
noircir les joints entre les pierres ,et ensuite recolorer chaque moellon ,j’ai donc utilisé du carton plume noir de 5 mm en format de
600X400 environ , largement suffisant pour nos besoins modélistiques.

Photo 1 et 2. Un portail de tunnel en carton plume blanc ,dont une partie du mur est partiellement coloré , assez fortement ,les
joints ayant la fâcheuse tendance à ressortir en blanc .

Photo 3 et 4 . Pour montrer une forme de renfort qu’il faudra de toute façon fabriquer à la convenance de l’emplacement
prévu sur votre réseau .
Mais passons au ‘’noir’’ directement ,sachant qu’il est plus facile à décoller la partie à peler , et plus facile également à graver .

Un viaduc en deux temps trois mouvements ! Ayant pris les mesures de l’ouvrage d’art à prévoir ,on peut soit peler avant ou
après le traçage pour la découpe d’une arche par exemple . Photo 5 et 6. Pelage de notre carton plume noir .
Photo 7 . La découpe de l’arrondi d’un pont à l’aide d’un compas cutter ,engin particulièrement utile pour ce genre de coupe . La
légèreté du matériau permet une coupe franche sans hésitation et sans effort.
Photo 8 . Ici les 2 faces cartonnées sont encore présentes.

Photo 9 . Un coté du pont est déjà prêt , voici l’état brut de l’autre mur du même pont .
Photo 10. Vérification avant gravure ,par superposition sur l’autre mur déjà gravé .

Photo 11. Pelage et ‘’gravage’’sont les deux mamelles………..


Photo 12. Préparation pour le marquage et la gravure symétrique des pierres de l’arrondi.

Photo 13. J’ai numéroté chaque faisceau , cette façon de faire n’est pas exhaustive et reste possible à main levée .
Photo 14. Les pierres de l’arrondi étant faites , on peut commencer à graver les autres pierres ,à l’aide d’un tube dont j’ai équarri
l’extrémité ,afin d’obtenir la forme souhaitée de moellons grossièrement posés avec un joint torché au mieux . Mais on peut aussi
graver plus rectiligne avec un cutter et à la règle , ici on peut enfoncer la matière en créant facilement le relief voulu , et laissant
apparaitre au contraire les ornements de la maçonnerie .

Photo 15.
Photo 16. On peut également se servir de d’un couteau xacto ou d’une lame de scalpel . Ici les pierres sont emfoncées ou
écrasées selon les besoins du rendu final avant peinture .

Photo 17, 18. Surfacer et aplatir les bonnes pierres pour affirmer les reliefs qui eux ne doivent conserver leur forme . On pourra
ensuite renforcer l’ensemble par des couches successives de gesso ,appliquées au

pinceau plat.
Photo 19. Après coloration complète , en insistant sur en blanc (Gesso) sur les pierres de parments ,La bordure du parapet est
restée en l’état ,pour bien montrer la différence après traitement , il sera teinté plus tard .

Photo 20. L’illusion du relief est obtenue sans grosse difficulté , la gravure et la peinture vont de paire , au fur et à mesure des
temps de séchage ,il est facile de reprendre l’aspect voulu toujours au gesso coloré et quelques touches de gouache à la couleur
appropriée.
Photo 20.21. On peut maintenant assembler le tablier après l’avoir découpé dans du carton simple , collé à la néoprenne par
exemple ,
Photo 22. Des renforts intérieurs sont nécessaires ( mais invisibles) pour solidifier l’ensemble selon la force demandée à l’édifice
une fois terminé .Ici ,il s’agit d’un passage routier .

Photo 23. Lautre face est définitivement collée en place , avec la voute confectionnée de la meme façon , la couleur gesso +
gouache viendra ensuite .
Photo 23. Ajustement de l’ensemble avant que la colle ne séche trop vite , malgré que cette voute ne soit trop visible une fois en
place ,il est important de bien ajuster le tout , la photo met naturellement en évidence tous les défauts que l’on ne voit pas à l’œil
humain. C’est aussi pour ça que je fais des clichés tout au long de mes diverses constructions .

Photo 24.
Photo25. La route est restée à l’état brut , elle sera peinte en gris et dotée d’un petit trottoir de part en part.

Photo 26. Un autre pont traité de la meme façon , on voit nettement les renforts intérieurs en carton de calendrier . On peut meme
envisager avec ce système ,de se lancer dans la construction d’un viaduc ! il suffit de poser ce modèle sur des maçonneries en
conséquence .
Photo 27.

Des piles de pont peuvent etre prévues pour constituer un viaduc de bonne facture . Des renforts intérieurs en carton fort sont à
prévoir ,collés à la néoprenne de façon symètrique ,pour la bonne tenue de l’ensemble .
Photo 28.

Certains ajustements ont été exécutés faisant suite à la photo 27 .


Photo 29. Encore beaucoup patine à faire pour les’’ yeux de l’appareil photo’’ . Vue sur la hauteur par rapport au pot de gesso sans
faire de pub pour cette marque ,bien que …..
Photo 30.

Les piles seront recouvertes entièrement du meme genre d’empierrement par la suite afin de mieux s’intégrer dans le décor
environnant .
Photo 31.

Le positionnement a été essayé sur place , et pour la photo et une évaluation des volumes , les piles sont garnies de pierres du
meme producteur .Une correction de teinte a de nouveau été faite , le morceau de carton sur le quel est posée la voiture conserve
l’entraxe requis pour la voie double en HO qui doit passer à cet endroit sur le réseau du club .
Photo 32. Les essais sur place pour déceller les imperfections , les dispositions à prendre pour la mise en place définitive .
Photo 33.

Vu sous en contre plongée . Après concertation ,il n’est pas impossible que ce soit la solution adoptée pour franchir ce ravin .

Photo 34. Malgré l’aspect spectaculaire envisagé il ne faut pas non plus dépasser la réalité . Il a donc été décidé de revoir cet
ouvrage d’art , que je garde pour des présentations d’ateliers en public .
Photo 34. C’est donc celui qui décrit depuis les photos 10 à 25 qu’il a été décidé d’implanter pour enjambé ce ravin . Le
positionnement en cours ainsi que la couleur du terrain environnant . La voie est protégée contre les projections de crépi
cellulosique et de platre et autre gesso , le temps des travaux .

Photo 35. La couleur de l’ensemble se précise ,et va s’éclaircir de jour en jour en séchant , il sera toujours temps de rattrapper la
clarté . La verdure viendra par la suite qui égaiera ce trou perdu , le balaste de la voie et la caténaire changeront pour beaucoup
cet endroit pitoresque …..

Centres d'intérêt liés