Vous êtes sur la page 1sur 4

1

Roue de Maxwell

TP n°2 : Roue de Maxwell

PS : C’est juste un exemple d’un compte rendu.


Il est possible de trouver des fautes : de mesure,
démarche, langue…
On ne vous conseille pas de copier le compte
rendu.

TP n°2 : Mécanique (à ne pas copier)


2

Roue de Maxwell

I\But
Cette manipulation vise à étudier la loi de conservation de l’énergie pour un système
pratiquement isolé et dont la transformation de l’énergie mécanique en énergie thermique
est négligeable.

II\Manipulation
1) Présentation de la maquette

2) Mise en route et mesures


a-Etude expérimentale

On suit les étapes suivant : 𝑵 𝑺(𝒄𝒎) 𝒕(𝒔) 𝒕²(𝒔𝟐 )


1) Enrouler les fils sur l’axe de la roue jusqu’à
𝟏 5 1,532 2,347
amener l’orifice du pourtour de la roue au
niveau du téton enclenché.
2) Repérer l’abscisse de départ 𝑆0 à l’aide de 𝟐 10 2,309 5,331
l’index supérieur.
3) Fixer l’abscisse d’arrivée à l’aide de l’index 𝟑 15 2,871 8,246
inférieur à hauteur duquel on placera les
capteurs photoélectriques. 𝟒 20 3,391 11,498
4) Vérifier que l’horloge est à 0
5) Lâcher le déclencheur
𝟓 25 3,785 14,325
6) Relève la durée de parcours ∆𝑡 .

On refait toutes ces opérations pour des 𝟔 28 3,98 15,84


hauteurs de chute de 5cm → 25cm.

TP n°2 : Mécanique (à ne pas copier)


3

Roue de Maxwell

b-Représentation de la courbe 𝑆 = 𝑓(𝑡 2 )


On trace ainsi la courbe 𝑆 = 𝑓(𝑡 2 )

Cette courbe est une droite


linéaire passant par l’origine
de pente 𝑘 = 1,767. 10−2 𝑚.𝑠 −2

Donc 𝑆(𝑡) = 𝑘. 𝑡

c-Etude théorique
1
L’équation temporelle du mouvement s’écrit sous la forme : 𝑆(𝑡) = 2 𝑎𝑡 2 + 𝑣0 𝑡 + 𝑆0.

à 𝑡 = 0𝑠, 𝑆0 = 0 𝑐𝑚 1 2
Or { −1 ⇒ 𝑆(𝑡) = 2 𝑎𝑡
𝐿𝑒 𝑟𝑜𝑢𝑒 𝑒𝑠𝑡 𝑙𝑎𝑛𝑐é 𝑠𝑎𝑛𝑠 𝑣𝑖𝑡𝑒𝑠𝑠𝑒 𝑖𝑛𝑖𝑡𝑖𝑎𝑙, 𝑣0 = 0 𝑚. 𝑠
1
Ainsi: 2
𝑎 = 𝑘 ⇒ 𝑎 = 2𝑘 = 3,535. 10−2 𝑚. 𝑠 −2

d-Détermination du moment d’inertie 𝐼


𝑃 𝐼 𝐼 𝑟2
On a : 𝑎 = 𝐼 ⇒ 𝑎 (𝑚 + 𝑟2 ) = 𝑝 = 𝑚𝑔 ⇒ 𝑟2
𝑎 = 𝑚𝑔 − 𝑚𝑎 ⇒ 𝐼 = 𝑎
∗ 𝑚(𝑔 − 𝑎)
𝑚+ 2
𝑟

2
(5.10−3 )
𝐴𝑁 : 𝐼 = ∗ 0,47 ∗ (9,81 − 3,535. 10−2 )
3,535.10−2

𝐼 = 3. ,248. 10−3 𝐾𝑔. 𝑚²

TP n°2 : Mécanique (à ne pas copier)


4

Roue de Maxwell

e-Etude énergétique
Pour chacune des mesures effectuées, on calcule l’énergie et on en déduit l’énergie
cinétique de translation 𝐸𝑇 et celle de rotation𝐸𝑅 . On aboutit à ce tableau :

𝟐𝒔 𝒗 𝟏 𝟏 𝟐
𝒗= 𝝎= 𝑬𝒕 = 𝒎𝒗𝟐 𝑬𝑹 = 𝑰𝝎 𝑬𝑷 = −𝒎𝒈𝒔 𝑬𝒕𝒐𝒕𝒂𝒍𝒆
𝑵° 𝑺(𝒄𝒎) 𝒕(𝒔) 𝒕−𝟏 𝒓 𝟐 𝟐
(𝒋)
(𝟏𝟎−𝟐 𝒎. 𝒔 )
−𝟏
(𝒓𝒂𝒅. 𝒔 )
−𝟑
(𝟏𝟎 𝒋) (𝒋) (𝒋)

𝟏 5 1,532 6,527 26,1 1,01 0,305 -0,23 0,07

𝟐 10 2,309 8,72 34,88 1,786 0,545 -0,461 0,057

𝟑 15 2,871 10,39 41,56 2,536 0,77 -0,69 0,0825

𝟒 20 3,391 11,685 46,74 3,2 0,979 -0,922 0,069

𝟓 25 3,785 13,21 52,84 4,1 1,252 -1,15 0,09

III\Conclusions
D’après les valeurs expérimentales, on remarque que la somme des :

 énergie Potentielle
 énergie cinétique de Rotation
 énergie cinétique de Translation

est toujours égale à une constante quel que soit la variation du ∆𝑡 ou ∆𝑠 ,

ce qui confirme le principe de la conservation de l’énergie mécanique.

TP n°2 : Mécanique (à ne pas copier)