Vous êtes sur la page 1sur 2

- Aspect conceptuel du management interculturel

. La culture au sens large :

Pour comprendre le rôle clé et l’incidence des cultures sur le


management , il convient tout d’abord de définir le terme
culture.

En 1871 , elle est défini par Edward Taylor comme étant "un
tout complexe qui inclut les connaissances , les croyances , l’art ,
la morale le droit , les coutumes ainsi que toutes les autres
dispositions et habitudes acquises par l’homme en tant que
membre de la société". Edgar Schein définit la culture d’un groupe
comme l’ensemble des "hypothèses partagées qu’un groupe a
appris en résolvant ses problèmes d’adaptation externe et
d’intégration interne et qui ont suffisamment bien marché pour
être considérées comme valides et donc pour être enseignées aux
nouveaux membres comme étant la manière correcte de
percevoir , de penser et de sentir par rapport à ces problèmes". La
culture est "la vision ou bien la manière dont les humains
humanisent le monde" , les "finalités d’existence" et " les règles
de conduite " qui justifient le comportement des individus.

. Le management :

Le terme management vient de l’anglais to manage (diriger). En


langue française , on a abusivement traduit management par
gestion (gérer). Le management peut être ainsi défini : « Savoir
exactement ce que l’on veut que le personnel fasse et veiller à
ce qu’il le fasse de la meilleure manière et au moindre
coût »(Taylor). Historiquement l’école classique va tenter de
faire du management une science universelle en recherchant la
meilleur façon de manager alors que pour d’autres théoriciens
dont Mintzberg , le management est un art complexe où
coexistant de multiples pratiques déterminées par de nombreux
facteurs.
. L’identité de l’entreprise :

A. La culture de l’entreprise :

La culture de l’entreprise est une histoire, un système de


référence constituée par l’ensemble des mentalités, des
habitudes, des comportements, des croyances et des pratiques
professionnelles partagé par les membres de l’entreprise c’est-
à-dire un ensemble de valeur partagé par le personnel.

B. L’identité de l’entreprise :

L’identité est formée par des signes de reconnaissance qui


caractérisent l’entreprise dans son environnement. Elle
s’appuie sur un ensemble de modes de pensées et d’action plus
au moins partagé par tous ses membres.

Certains théoriciens de la culture d’entreprise font une


distinction entre l’identité et la culture. D’autres confondent ces
deux notions et emploient plus volontiers le mot culture, car
pour eux la culture est une identité forte.