Vous êtes sur la page 1sur 7

I.

1 Introduction :
Un réseau électrique est un ensemble d'infrastructures
permettant d'acheminer l'énergie électrique des centres de
production vers les consommateurs d'électricité. Il est
constitué des lignes électriques exploitées à différents
niveaux de tension, connectées entre elles dans des postes
électriques. Les postes électriques permettent de répartir
l'électricité et de la faire passer d'une tension à l'autre
grâce aux transformateurs. Un réseau électrique doit aussi
assurer la gestion dynamique de l'ensemble production et
transport et consommation, mettant en œuvre des réglages
ayant pour but d'assurer la stabilité de l'ensemble.
Actuellement, la très grande majorité de l’énergie
électrique consommée dans le monde est acheminée par
l’ensemble des réseaux électriques existants. En un peu
plus d’un siècle, ce que représente le terme de réseau
électrique est passé de la mutualisation de quelques unités
de production à une interconnexion généralisée au niveau
des continents tout entiers. Si les étendues et les
ramifications qui caractérisent ces réseaux en multiplient
les performances et les potentiels, il faut savoir qu’elles en
font également des systèmes complexes, gérés par une
multitude d’intervenants et tiraillés par des contraintes
technico-économiques de plus en plus pesantes. Chapitre I
Généralités sur les Réseaux électriques 4 Sur le plan
purement technologique, ces contraintes sont
principalement liées au fait que l’électricité ne se stocke
pratiquement pas, et que par conséquent, l’intégralité des
transferts d’énergies est gérée en « temps réel » de telle
manière à conserver à la fois les valeurs normalisées des
tensions et de la fréquence, ainsi que des marges de
puissance permettant d’assurer la sûreté du système.
Parallèlement à cela, les particularités géographiques, la
répartition des populations et des lieux de consommation,
l’interconnexion internationale, l’aspect imprévisible des
avaries, etc., sont autant de contraintes supplémentaires
qui façonnent la réalité technique et stratégique des
réseaux d’aujourd’hui. Enfin, « le réseau » électrique est
un acteur incontournable et extrêmement familier de notre
vie quotidienne. Ses rares défaillances font réaliser à
chacun à quel point nos sociétés en sont dépendantes. De
par cette proximité, l’étudier, appréhender ses contraintes,
connaître son mode de fonctionnement constituent une
approche très instructive et absolument centrale dans la «
culture électrotechnique ».

I.2 Différents types de réseaux électriques :

I-1. Structure générale des réseaux électriques De façon très


générique, un réseau électrique est toujours dissocié en quatre grandes
parties :
I-1-1. Production
Elle consiste en la génération de l’ensemble de la puissance active
consommée par le réseau tout entier. En grande majorité, les tensions
associées à cette production sont produites sous la forme de systèmes
triphasés par l’intermédiaire d’alternateurs entraînés à partir de divers
types de sources d’énergie dites « primaires ».

Production = Consommation + pertes

I-1-2. Transport
Il consiste à acheminer les puissances produites par les unités de
production auprès des lieux de consommation. Les grandes centrales
étant en général groupées autour des fleuves, des cours d’eau et des
océans, le « grand transport » consiste à parcourir de longues distances
en direction des extrémités des territoires nationaux. L’ordre de
grandeur de ces distances impose, entre autres, le fait de véhiculer
l’énergie électrique sous très haute tension. Chapitre I Généralités sur
les Réseaux électriques 5
I-1-3. Distribution
Elle consiste en un maillage fin du territoire permettant à chaque
utilisateur d’être à proximité d’une liaison au réseau. C’est l’ultime
ramification des lignes et des installations qui permet également un
passage progressif des très hautes tensions du transport aux basses
tensions de la consommation.
I-1-4. Consommation
Chaque récepteur électrique connecté au réseau consomme une
puissance active et une puissance réactive. La consommation
domestique, qui est généralement majoritaire, est très ramifiée et se
fait sous basse tension souvent monophasée 220 V ou triphasé 380 V.
Certains « clients » industriels (grosses usines, ferroviaire, etc.) sont
directement reliés en moyenne, haute ou très haute tension. [1]

Structure générale des réseaux électriques.

Différentes perturbations touchant les réseaux électriques :


 Les courts-circuits :
Le court-circuit se traduit par une réduction de l’impédance entre les
phases ou entre la phase et la terre à zéro ou à une petite valeur, ce qui
engendre, ainsi, une augmentation importante de l’intensité du
courant.
Ces courts-circuits sont causés par des agents de nature extérieure ou
de nature intérieure.
– Les différents types de court-circuit :
1. D’après l’ordre de fréquence, on distingue quatre types de
courts-circuits :
a) Courts-circuits monophasés : Les défauts monophasés
sont les défauts les plus fréquents, ils résultent de la
mise en contact d’un conducteur à la terre.

Figure : Schéma d’un défaut monophasé


b) Courts-circuits biphasés C’est la mise en contact de deux conducteurs se
trouvant à différents potentiels, (figure
Figure II-4 : Schéma d’un défaut biphasé

c) Courts-circuits biphasés –terre C’est la mise en contact de deux


conducteurs se trouvant à différents potentiels à la terre, (figure

Figure II-5 : Schéma d’un défaut biphasé-terre


d) Court –circuits triphasés C’est la mise en contact des trois phases se
trouvant à différents potentiels.

Figure II-6 : Schéma d’un défaut triphasé

Les courts-circuits peuvent provoquer des dégâts économiques importants s’ils


ne sont pas éliminés rapidement par les systèmes de protection.
Origine des courts-circuits
a) Origine externe :
– Origine mécanique :
C’est le cas de la rupture d’un support, d’un conducteur ou d’un isolateur sur une
ligne aérienne, amorçage dus au contact de branches, de brindilles ou même d’oiseaux
avec les conducteurs.
– Origine atmosphérique :
C’est le cas de la foudre qui frappe les conducteurs d’une ligne, d’un poste ou tombe
dans leur voisinage immédiat, on peut aussi inclure les amorçages qui résultent des
dépôts conducteurs accumulés sur les isolateurs.
b) Origine interne :
Ils caractérisent les différentes avaries liées aux matériels du réseau telles que la
dégradation de l’isolement liée à la chaleur, à l’humidité ou à une ambiance corrosive,
ainsi que les fausses manœuvres dans le réseau.