Vous êtes sur la page 1sur 2

Détaxe en faveur des touristes : Le système opérationnel dès juillet 2008

Le remboursement de la TVA en faveur des touristes sera effectif au plus tard en juillet prochain.
A cette échéance, les deux entreprises retenues par la Direction générale des impôts (DGI),
Global Refund Maroc et Morocco Tourist Refund SA, auront signé une convention avec
l’administration. Et ce sera le feu vert pour mettre en place l’infrastructure nécessaire.

Quant au démarchage commercial, il a d’ores et déjà été lancé par les deux entités. Au
programme, campagnes informationnelles auprès d’enseignes intéressées, et promotion du
système... Les deux opérateurs sont engagés dans une course contre la montre pour recruter un
maximum d’affiliés à leur réseau. Ils mettent également à contribution l’expérience de leurs
partenaires internationaux: Premier Tax Free pour Morocco Tourist Refund SA et Fintrax pour
Global Refund Maroc. «C’est que plus que la simple maîtrise technique, s’imposer sur le marché
de la détaxe nécessite un effort marketing», s’accordent à dire les deux opérateurs. Et pour
convaincre les enseignes, ils multiplient les arguments.

La détaxe TVA est présentée comme une possibilité pour les commerçants d’offrir à leur
clientèle une remise qui ne vient pas en déduction de leur marge de bénéfice. Les candidats
comptent même faire bénéficier certains commerçants d’une part, allant jusqu’à 50% de la
commission perçue sur les opérations de détaxe. De même, est-il souligné que les affiliés
bénéficient des retombées publicitaires des shoppings guide qu’éditent les opérateurs de la
détaxe.

Côté usager, il est à savoir que pour prétendre à la restitution de la TVA, le touriste devra
effectuer un minimum d’achat de 2.000 DH, le même jour et dans un même magasin. Pourquoi
de telles conditions? Mehdi Bencherki, administrateur de Global Refund Maroc, révèle que «la
DGI ne fait que reprendre le niveau plancher adopté en France». L’Hexagone fixe en effet un
minimum de 175 euros (1.997,31 DH). L’administrateur pronostique, par ailleurs, une correction
à la baisse de ce plancher dès que le système sera rodé. Entre-temps, ce sont nécessairement
les enseignes de luxe qui devraient être les plus favorisées par la détaxe.
Comment devrait se dérouler cette opération pour les usagers? Après avoir réalisé leurs achats,
les touristes se verront remettre un imprimé de détaxe rempli manuellement ou établi par un
terminal automatique. Ces mêmes imprimés sont à présenter à la sortie du territoire aux
services des douanes en même temps que la marchandise.

Le remboursement sera exigible après ce passage, une fois que les imprimés de détaxe sont
validés par la douane et que l’entreprise de détaxe en reçoit un exemplaire.

A noter toutefois que le passage à la Douane doit intervenir au maximum dans les 3 mois
suivant la date d’établissement du bordereau de détaxe.
Quant à la commission, elle est de l’ordre de 3%, retenue sur le montant de la détaxe. «Elle sert
à couvrir les frais de gestion du service», précisent les opérateurs.

Qu’en sera-t-il des modalités de remboursement? Il pourra se faire au choix du touriste soit en
cash à l’aéroport, soit par virement sur son compte bancaire ou sur sa carte de crédit. A ce titre,
Morocco Tourist Refund et Global Refund ont conclu des partenariats avec HPS et Visa Maroc
pour le premier. Visa et Mastercard pour le second.

Néanmoins, il est à savoir que les délais de remboursement peuvent varier de 2 à 30 jours selon
que le touriste a son compte bancaire au Maroc ou dans un pays étranger.

La détaxe promise à un bel avenir au Maroc? Saâd Sefrioui, administrateur de Morocco Tourist
Refund, tout autant que Bencherki, ne s’en cachent pas: «le marché marocain est minuscule».
«Tout au plus 700 à 1.000 enseignes se convertiront dans l’immédiat», pronostique Bencherki.
Une broutille au regard des 22.000 détaillants convertis en France ou des 60.000 points de vente
recrutés en Allemagne. Le marché marocain est nécessairement sous exploité. Les
commerçants, bazaristes en tête, peinent encore à se résoudre à vendre avec facture.

Mais pourquoi avoir choisi deux opérateurs à la fois? «Pour une couverture optimale du territoire
dans les meilleures conditions au profit des touristes et des boutiques», clame la DGI. Les
entreprises retenues ne sont pas plus gênées par ce choix. «Cela ne nous empêchera pas de
faire notre travail», informe Sefrioui. «Le remboursement de la détaxe constitue un métier très
spécifique. Qui plus est, les spécialistes en la matière ne sont pas très nombreux», renchérit
pour sa part Bencherki.

Carte de visite

Global Refund a été constitué par joint-venture entre le suédois Global Refund (lui-même filiale à
100% de Barclays) et des privés marocains dont Mehdi Bencherki, président de Diac Salaf. Son
capital initialement établi à 300.000 DH, a été récemment porté à 3 millions de DH.
Morocco Tourist Refund SA est quant à lui un consortium né du rapprochement des groupes
marocain Sefrioui-Laraki et irlandais Fintrax, via sa filiale Premier Tax Free. Cette nouvelle joint-
venture, détenue à hauteur de 51% par la partie irlandaise et 49% par le groupement marocain,
a été spécialement créée pour répondre à l’appel à manifestation d’intérêt lancé par la DGI pour
la gestion de la détaxe au Maroc.