Vous êtes sur la page 1sur 327

FORMATION PROFESSIONNALISANTE PRO/ECO1 – GROUPE 1 

Économie et Management de l’Amont 
Technique pétrolière et gazière 
Alger – 3 au 7 mai 2015 
Frank BEIJER
Formation professionnalisante en 
économie et management de l’amont
Module 2 : Technique pétrolière et gazière
Frank BEIJER

Sommaire
 Objectifs de la formation

 Contexte énergétique mondial

 Les spécificités de l’E&P


© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 1


Objectifs et contenus

L’objectif de ces 5 jours de formation est de donner un aperçu des


activités principales de l’E&P à travers un processus global

 Exploration : Géologie and Géophysique

 Découverte : Forage et Ingénierie de réservoir

 Conception et Développement : Processus de décision


d’investissement

 Production : Traitement et Installations de Production

© 2015 ‐ IFP Training
 Restitution : restitution du site et abandons des installations

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Phases et processus global de l’E&P

ACQUERIR  EXPLORER APPRECIER & DEVELOPPER PRODUIRE RESTITUER


Domaine MINIER & DECOUVRIR CONCEVOIR

Evaluation
Evaluation
Opportunité Exploration
Appréciation Profils de Production
Conception
Développement

PRODUCTION
ABANDON

Temps (années) 2 ‐ 5 2 ‐ 4 3 ‐ 6 15 ‐ 25 1 ‐ 5


© 2015 ‐ IFP Training

Engagement Découverte Décision Démarrage Fin de 


Contractuel Investissement Production Production

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 24


E&P fournit la plus grande partie de l’énergie primaire 
mondiale 
En Million Tep

30% 32%

6% 11%
5%

24%

33%

© 2015 ‐ IFP Training
BP Statistical Review of World Energy 2014  57% for Huile & Gaz

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Consommation par régions en 2013 ( %)

© 2015 ‐ IFP Training

BP Statistical Review of World Energy 2014 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 3
Répartition des réserves huile et gaz (au 31/12/2013)

Réserves prouvée s d’huile 2013 Réserves prouvée s de gaz 2013

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Réserves prouvées de brut – 01/01/2014

Total : 238 Gt

Canada CIS
10.3% 7.8%
Europe
USA 1.0% Iran
2.6% Iraq 9.3% China
N. Africa 8.9% Kuwait 1.1%
Mexico 6.0%
0.7% 3.8% 
Saudi Arabia Rest of Asia
Venezuela W. Africa 15.8% Oceania
17.7% 3.9% 1.4%

Rest of Latin
Rest of ME*
7.9%*
© 2015 ‐ IFP Training

America
1.8%
* = Yemen ‐ Oman ‐ Qatar ‐
Bahrain ‐ Syria ‐ UAE

Source: BP Statistical Review
S205 – June 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 4
Le pétrole à travers le monde
Réserves prouvées: 1688 milliards de barils (Gb) = 238Gt (01.01.2014)
Production mondiale 2013 : 86,8 Million de barils par jour (Mbbl/d) = 4,1 Gt 
17%
25%
16%
8% 
19% 5%
14% 
4%
1%  CIS 34%

Europe 48%
Amérique du nord
10% 32%
7%  9%
Réserves 19%  4%
2%
Production
Consommation 9%
Afrique
7% Asie‐Océanie
9%

© 2015 ‐ IFP Training
Amérique du sud et centrale
Source : BP Stat Review – June 2014 Moyen orient
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Production, consommation et flux huile en 2013


Production mondiale = 4133 Mt
Consommation mondiale= 4185 Mt

Europe
P° 155 Mt
C° 665Mt 295
75 CIS
155 P° 680 Mt
C° 215Mt

US ‐ Canada Middle East


P° 635Mt P° 1330 Mt
C° 935Mt 25 C° 385 Mt
80
105 75 970
45
Asia Oceania
125 220 P°400 Mt
740 C° 1415Mt 
Africa
Latin America P° 420 Mt
P° 515Mt C° 170 Mt
C° 400Mt
© 2015 ‐ IFP Training

SS 139 – June 2014

Differences between these world consumption figures and world production statistics are accounted for by stock changes, consumption of non‐petroleum additives and 
substitute fuels, and unavoidable disparities in the definition, measurement or conversion of oil supply and demand data.

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 5


Quelques exemples de bruts

Moyenne Boscan
Sahara Brent Arabian Light Safaniyah
Marché mondial (Algerie) (Arabie Séoudite) (Arabie Séoudite) Huile lourde
(Mer du Nord) (Venezuela)
0%
Gas

20%
Light

40%

Middle
60% distillate

80%
Heavy
products
100%
Densité 0,806 0,837 0,855 0,893 0,995

© 2015 ‐ IFP Training
° API 44 37,5 34 27 10,7
Contenu Soufre 0,2 0,3 1,7 2,8 5,3
(% poids)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Prix de différents types de bruts

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 6


Gaz naturel à travers le monde
Réserves prouvées: 185 700 Gm3 = 167 Gtoe (01.01.2014)
Production commercialisée: 3 391 Gm3 = 3.1 Gtoe (2014)

29%
27%  27% 23% 
15% 17%
8% 
2%
6%
43% 
Europe
CIS
Amérique du nord
8% 6%  19%
4% 14%
8%
Réserves Africa 17%
4% 5%  5% 13%
Production
Consommation Asie‐Océanie

© 2015 ‐ IFP Training
Amérique du sud et 
centrale Moyen orient

Source : BP Stat Review
A113*6 – June 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Top 60 gas reserves

Rank country (cu m)  Rank country (cu m)  Rank country (cu m) 


1 Russia 47,800,000,000,000 21 Kuwait 1,798,000,000,000 41 Burma 283,200,000,000
2 Iran 33,610,000,000,000 22 Libya 1,547,000,000,000 42 Bolivia 281,500,000,000
3 Qatar 25,200,000,000,000 23 India 1,241,000,000,000 43 Israel 268,500,000,000
4 Turkmenistan 17,500,000,000,000 24 Australia 1,219,000,000,000 44 United Kingdom 244,000,000,000
5 United States 9,459,000,000,000 25 Ukraine 1,104,000,000,000 45 Syria 240,700,000,000
6 Saudi Arabia 8,150,000,000,000 26 Netherlands 1,090,000,000,000 46 Timor‐Leste 200,000,000,000
7 United Arab Emirates 6,089,000,000,000 27 Chad 999,500,000,000 47 Bangladesh 183,700,000,000
8 Venezuela 5,524,000,000,000 28 Azerbaijan 991,100,000,000 48 Colombia 169,900,000,000
9 Nigeria 5,153,000,000,000 29 Oman 849,500,000,000 49 Papua New Guinea 155,300,000,000
10 Algeria 4,504,000,000,000 30 Vietnam 699,400,000,000 50 Cameroon 135,100,000,000
11 Iraq 3,158,000,000,000 31 Pakistan 679,600,000,000 51 Mozambique 127,400,000,000
12 China 3,100,000,000,000 32 Mexico 487,700,000,000 52 Germany 125,000,000,000
13 Indonesia 3,069,000,000,000 33 Yemen 478,500,000,000 53 Romania 105,500,000,000
14 Kazakhstan 2,407,000,000,000 34 Brazil 395,500,000,000 54 Philippines 98,540,000,000
15 Malaysia 2,350,000,000,000 35 Brunei 390,800,000,000 55 Chile 97,970,000,000
16 Egypt 2,186,000,000,000 36 Trinidad and Tobago 375,400,000,000 56 Bahrain 92,030,000,000
17 Norway 2,070,000,000,000 37 Angola 366,000,000,000 57 Poland 92,000,000,000
18 Canada 1,930,000,000,000 38 Peru 359,600,000,000 58 Congo, Republic 90,610,000,000
19 Uzbekistan 1,841,000,000,000 39 Argentina 332,500,000,000 59 Cuba 70,790,000,000
20 European Union 1,811,000,000,000 40 Thailand 284,900,000,000 60 Tunisia 65,130,000,000
Sub‐Total 186,911,000,000,000 Sub‐Total 15,689,000,000,000 Sub‐Total 3,126,870,000,000
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 7


Principaux pays producteurs et consommateurs de gaz en 
PRODUCTION Mtoe/y 2013
United States 627
Russia 544
Iran 150
Qatar  143
Canada 139
China 105
Norway 98
Saudi Arabia 93
Algeria 71
Indonesia 63
World total 3060

CONSOMMATION Mtoe/y
United States 671
Russia 372
China 148
Iran 146
Japan 105
Canada 93
Saudi Arabia 93

© 2015 ‐ IFP Training
Germany 75
Mexico 74
UK 66
World total 3 020
Source : BP Statistical review
S342*14 – June 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Production‐consommation et flux gaziers en 2013
Production commercialisée = 3 391 Gm³ = 3 060 Mtoe
Consommation = 3 348 Gm³ = 3 020 Mtoe 

Europe
P° 250 Mtep
C° 440 Mtep CIS
P° 700Mtep
95 C° 520 Mtep
135
US ‐ Canada
P° 765 Mtep
80 C°765 Mtep 25
Asia Oceania
P° 440 Mtep
30 C° 575 Mtep
Middle East
P° 510Mtep 165
C° 385 Mtep
30
65
100
Africa
P° 185 Mtep
10 C° 110 Mtep
© 2015 ‐ IFP Training

Latin America
P° 210 Mtep LNG
C° 225 Mtep
Pipeline

Source: BP Stat. Review
G340 – June 2014
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 8
Spécificité de l’E&P : fondamentaux

 INDUSTRIE INTERNATIONALE
 ACTIVITÉ RISQUÉE
• Risque Exploration – Risque Prix – Risque Technique – Risque Politique …

 INDUSTRIE TRÈS CAPITALISTIQUE


• Plus de 75 % des investissements de toute l’industrie pétrolière et gazière

 RENTABILITÉ À LONG TERME


• Plusieurs années entre la découverte et la production
• Profils de production supérieurs à 15 ans

 COÛTS DE PRODUCTION DÉPENDANTS DES CONDITIONS LOCALES


• Offshore/onshore, géologie, climat, taille et profondeur du réservoir …

 HAUTE TECHNOLOGIE

© 2015 ‐ IFP Training
• Sismique 3D‐4D, forage horizontal, forage HP/HT, transport multiphasique
production en offshore profond…

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Produits dérivés du pétrole


Transport LNG

C1 Gaz commercial OU
Par pipe

C2 Options
Petrochemical plant
Ethylene Polyethylene

(Steam cracker) Usine Pétrochimique

C3 Gaz de Pétrole Liquéfié (GPL)
C4
© 2015 ‐ IFP Training

Raffinerie

Brut stabilisé Huile Produits
C5+ (ou Condensats stabilisés) raffinés

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 9


L’E&P dans la chaine des activités de l’huile et du gaz
AMONT

AVAL

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Acteurs de l’E&P

SOCIÉTÉ 
NATIONALE
SOCIÉTÉ DE 
COMPAGNIE PRIVÉE ÉTAT SERVICES
Valoriser ses  PARAPÉTROLIERS
Faire du profit :
rentabiliser une mise de  ressources naturelles Faire du profit
fonds risquée
Tirer des fruits de la rente:  Développer une 
Avoir accès à un domaine  rente = ventes des HC expertise
minier, découvrir et  ‐ coûts de développement 
produire  ‐ frais opératoires Proposer des 
des réserves services intégrés
Assurer le 
Assurer sa pérennité : développement durable 
développer ses réserves du pays
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 1020


Les acteurs de l’E&P (IOC, NOC, compagnies de services, 
contracteurs)

NOC

© 2015 ‐ IFP Training
Shipyards

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

E&P : top 20 des compagnies

S 603*27 – January 2014
© 2015 ‐ IFP Training

Criteres : Réserves, Production capacité de raffinage et 
commercialisation de produits des hyfrocarbures
* Compagnies déténues à majorité par les états 
Source: PIW December 2013
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 11
Les majors
(1) BP Amoco since 1998 & BP Amoco Arco since 2000 & BP since 2003
(2) Exxon Mobil since 1999
(3) Totalfina since 1999, TotalFinaElf since 2000 & Total since 2003
(4) Chevron Texaco since 2002 and Chevron since 2005

Source : companies
SS044 – February 2015

Indicateurs 2012
Ventes produits  Revenus Bénéfice net Capitalisation 
Compagnie (Mtoe) (M$) (M$) Nb Employés (G$)
Exxon 336 482 44.88 80 700 418
RD Shell 312 482 26.59 101 000 234

© 2015 ‐ IFP Training
Chevron 138 242 26.18 64 000 229
BP 283 371 11.82 80 300 144
TOTAL 170 257 13.74 96 387 96
Source : Rapports annuels
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Majors : gain par branches : BP, Exxon Mobil, Shell, Total, 
Chevron

© 2015 ‐ IFP Training

Source: Companies
S663 – February 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 12
E&P: un très long cycle

EXPLORATION

DEVELOPPEMENT
Évaluation PRODUCTION
préliminaire Exploration
Appréciation
Profil de production ABANDON

Conception Construction

Production
Abandon

Durée (années) 2 ‐ 5 2 ‐ 4 3 ‐ 6 15 ‐ 25 1 ‐ 5


% du Coût
Technique 10 ‐ 20 % 40 ‐ 60 % 30 ‐ 50 % 5 ‐ 15 %

© 2015 ‐ IFP Training
Obtention Découverte Décision Début de  Fin de  Réhabilitation
Des Développement Production Production Rendu du Site
Droits Miniers

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 25

Spécificité de l’E&P: activité à haut risque

+ risques technologiques
Risque  Et environnementaux
Géologique
1 chance sur 3
Volume d'accumulation 
RISQUE GLOBAL

Taux de récupération Risque Pays
Brut ou gaz ‐ Qualité Relations internationales 
Risque de souveraineté 
Risque  Stabilité politique et 
fiscale
“Association”
Opérateur 
Envergures technique et 
financière  Risque Économique
Société Nationale Prix
© 2015 ‐ IFP Training

Investissements et 
frais opératoires

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 13


Spécificité de l’E&P: investissements hors‐normes

Kashagan 
Sincor
Dalia
Dolphin
TGV Est (Paris‐Strasbourg)
Centrale nucléaire (2 000 MW)

Girassol
Elgin‐Franklin
‐ Pazflor (Angola) > 9 G$
South Pars phases 2 & 3 ‐ Projet ITER (France) > 10 G$
Démantèlement Ekofisk
‐ Complexe de Jubayl (Arabie Saoudite) > 10 G$
Paquebot Fantasia
Paquebot Queen Mary II
‐ Barrage des 3 Gorges (Chine) > 17 G$
Un tir d'Ariane V Pont de Rion‐Antirion ‐ Complexe Pearl GTL (Qatar) > 18 G$
(Grèce) ‐ Tunnel sous la Manche > 19 G$
Démantèlement Frigg
Démantèlement ITER
‐ Kashagan ~ 50 G$
‐ Stokman (Russie) : ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? 
Chaîne de montage de l'A‐380 à Toulouse
Coût standard de 10 km de tunnel

© 2015 ‐ IFP Training
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5 5 5,5 6 6,5

Milliards (€, $, …)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

E&P : niveaux d’investissements

Investissements de l’E&P par région 2005‐2013 – incluant l’exploration

 Les investissements de l’amont ont progressé de 16 % par an depuis 2005 
(inflation moyenne: 7 %) pour une augmentation de la production de 1 % par an
 Les investments ont atteint plus de U$ 650 milliards en 2012
 Augmentation élevée des compagnies internationales non‐majors

US + Canada Africa Latin America Europe FSU Asia Pacific Middle East


© 2015 ‐ IFP Training

% of world capex in 2012 32% 8% 10% 8% 11% 22% 10%


Weight of the 2 biggest countries 
in the region US: 67% Nigeria : 29% Brazil: 32% Norway: 49% Russia: 64% Australia: 41% S Arabia: 27%
Canada:33% Angola: 27% Mexico: 30% UK: 41% Kazakh.: 14% China: 30% UAE: 22%

Based on WM CAT Database, IHS CERA, Total estimates and Barclays Capital. CAPEX survey
Exploration & Development CAPEX only – excludes Acquisitions
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 14
Spécificité de l’E&P: fortes variations des prix

Historique prix du brut

© 2015 ‐ IFP Training
Source : Platt's Qui peut prévoir le prix du brut ???
S 402*16 – March 2015
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Prix du brut pour équilibrer les budgets des pays 
producteurs

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 15


E&P : une technologie de pointe

Non conventionnel
Environnement difficile
LNG

Shales Gas & Oil


Arctic/subartic areas

Floating LNG

HP-HT Huiles extra lourdes Offshore profond

© 2015 ‐ IFP Training
Oil sands-Bitumen
SAGD-Mining Ultra deep : > 2000 m WD

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Spécificité de l’E&P : structure contractuelle complexe

CONCESSION
ETAT

OPERATEUR
CONTRAT PARTAGE de
PRODUCTION
(PSC)
JOINT OPERATING
AGREEMENT

CONTRATS de 
PARTENARIAT (JV) SERVICE
© 2015 ‐ IFP Training

PARTENAIRES
(IOC, NOC)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 1632


Sécurité‐environnement : des règles de plus en plus 
contraignantes

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Engagement pour le développement durable et l’HSE

Réduction de l’impact
Haut niveau de sécurité Création de valeurs sociales
environnemental

Règles et procédures de  Réduction des émissions de gaz  Transfert de connaissances


sécurité de la compagnie à effet de serre et des rejets 
d’hydrocarbures dans l’eau
Gestion des risques en  Développement local
opérations Amélioration de l’efficacité 
énergétique Programmes d’éducation
Implantation de la 
culture de la sécurité Réhabilitation des sites:
Phase abandon
Intégrité des installations
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 17


18
Introduction à la géophysique

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Place de la géophysique dans l’E&P

 La Géophysique intervient à tous les stades de l’Exploration :


• Prise de Domaine Minier
• Reconnaissance Générale
• Reconnaissance Détaillée
• Implantation des Forages d’Exploration

 La Géophysique intervient pour l’Appréciation / Délinéation :


• Implantation des Forages d’Appréciation / Délinéation

 La Géophysique intervient dans l’Optimisation de la Production :


• Implantation des Forages de Développement
• « Monitoring » des Champs et des Méthodes « EOR » (Sismique 4D)
© 2015 ‐ IFP Training

 La Géophysique intervient enfin dans la conduite des Opérations


de Forage
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 19
Qu’est‐ce que la géophysique pétrolière ?

 La géophysique analyse la Terre grâce à des méthodes scientifiques


physiques quantitatives
 Ces méthodes géophysiques appréhendent les paramètres physiques
des roches, ou autrement dit leurs variations et contrastes dans
l’espace
 Les méthodes géophysiques analyse ou des signaux artificiels, ou des
signaux/phénomènes artificiels
 Les méthodes géophysiques s’appliquent à terre ou en mer, en 2 ou 3
dimensions, depuis la surface ou dans les puits
 Au vu de la profondeur d’investigation, les méthodes géophysiques
pétrolières sont limitées, en comparaison avec d’autres industries (ex :
mines)
 La principale méthode appliquée en géologie pétrolière est la sismique

© 2015 ‐ IFP Training
réflexion, principalement en 3D (3 dimensions)
 L’évaluation sismique donne une vue des couches géologiques, de leur
structure et des paramètres pétrophysiques
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Bases de la sismique réflexion

 C’est une véritable échographie de la terre


• La terre est agitée par une source sismique, les temps de retour des ondes
(réfléchies par les couches géologiques) sont mesurés
• Les ondes réfléchies sont enregistrées par des capteurs : les géophones
• La réflexion sismique est un outil performant, avec des profondeurs
d’investigation conséquentes (jusqu’à 15.000 mètres) et une résolution
potentielle de 2 à 20 m

Echographie Sismique
© 2015 ‐ IFP Training

Fréquence : 3 ‐ 7 MHz Fréquence : 6 ‐ 90 Hz


Milieu homogène Milieu hétérogène
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 20
Principe d’acquisition sismique

 Reconnaissance et géométrie des champs :


• Sources (marines et terrestres)
• Capteurs (géophones, hydrophones)
• Laboratoires d’acquisition (camions, bateaux)

 Amélioration des signaux/bruits (ex : interférences géologiques)

© 2015 ‐ IFP Training
Field recording (receiver, reception)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Opérations terrestres

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 21


Bateaux de sismique

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 22


Acquisition sismique

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Sources sismiques terrestres

 Explosifs

 Vibreurs

 Marteaux

 …
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 23


Explosifs : forage, tubage, charge, …

© 2015 ‐ IFP Training
One Shot Point = 2*12 holes at 3 metres / 250 g/hole
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Camions vibreurs
Main Lift Mass centring Air bag Hydraulic actuators

Reaction Mass Plaque de base Air Bags


© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 24


Principe du géophone « classique » « mono‐composante »

 Le Géophone
• Un aimant cylindrique
• Un solénoïde suspendu
par des ressorts
• Le tout enfermé dans un
boîtier étanche
• Planté dans le sol à l’aide
d’une solide pointe

© 2015 ‐ IFP Training
Une ligne (“String”) de 6 Géophones
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Lignes de géophones et boîte sismique

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 25


Sources marine

 Explosif

 Canon à air
• Canon à eau
• Steam Gun 
(Vaporchoc )
• ...

• Firing pressure : 2000 psi
• Operating depth : 2 – 6 m
• Volume : 10 – 500 inch3
• Diameter : 4 – 8 inch

© 2015 ‐ IFP Training
• Amplitude repeatability :  3 %
• Fire‐time repeatability :  0.25 ms

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Array d’Airguns (24) dans le pont arrière …

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 26


Exemple d’Airgun Array à 24 canons 24 guns = 3397 IN3

3m 3m 3m 3m 3m
155x3 235 155 90 54 30

16 m
195x3 290 195 125 90 54

© 2015 ‐ IFP Training
155x3 235 155 90 54 30
15 m
Figure 2
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Streamer

 Le Streamer est une gaine renfermant des Hydrophones ( + des


câbles de communication + de l’électronique + … ), qui est tirée
en permanence par le Bateau d’acquisition
 Un Streamer est classiquement composé de 96, 120, 160, 320 ( ou
plus ) “ traces ” actives constituées de groupes d’Hydrophones,
séparées par des portions de liaison
 Classiquement le Streamer est immergé à une certaine
profondeur grâce à un système de bouées et de contrôleurs de
profondeur
 La longueur des Streamers est variable en fonction des
paramètres d’acquisition recherchés et peut atteindre plusieurs
kilomètres ( 3, 6, 8 km et plus )
© 2015 ‐ IFP Training

 Le nombre de Streamers utilisés en 3D est de 4, 6, 8, 10, 12, 16, 20


EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 27


Acquisition marine 3D = multi‐streamer

M /V C G G A lizé
S pectro n S tarb o ard : 5 93 m
S tream er C on fig u ratio n
L ead in 1 : 5 3 1 m - B en d restrictor L B 2 56 + ex t. + n ew in serts P ro p o sal A d d ax
L ead in 2 : 4 6 3 m - B en d restrictor L B 2 56 / L B 15 6
L ead in 3 : 4 1 9 m - B en d restrictor L B 1 56
8 x 5 00 0 m x 10 0 m @ 6 o r 5 m
L ead in 4 : 3 9 3 m - B en d restrictor L B 1 56
L ead in 5 : 4 0 1 m - B en d restrictor L B 1 56
L ead in 6 : 4 2 0 m - B en d restrictor L B 1 56
L ead in 7 : 4 6 4 m - B en d restrictor L B 2 56 / L B 15 6
L ead in 8 : 5 3 0 m - B en d restrictor L B 2 56 + ex t. + n ew in serts
N
S pectro n P o rt: 5 87 m
KNOTS

4
3

Loch
2

d
Spee
1
H ea d ing

C ou rse

8m + 10 m @ 300m

7 m + 10m @ 200m
50 m

SN 7
CT

ET
P

8 m + 10m @ 110m
3
8m + 10 m @ 140m
SNT

SN
CT
P

SN 2
CT
SN P
7m + 10 m @ 70m
SNT

CT
HB

SN 2
CT
SNT

P
2 2
SAS 5

SN SN
CT CT
P SN
CT
P
SN 7 7 0 m Ø 32

SNT
CT
HB
SN 3 ET
P CT P
P

SNT
SAS 5

SNT

SNT
SNT
A
SAS 5

P
SAS 10
A
P
SAS 5

SAS 10

SAS 5
A

SAS 5
SAS 5

SAS 5
A

D raw in g at scale
SAS 5

A
10 0 m
SAS 10

A
A

SAS 10

SAS 5

SAS 5
SAS 5

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Acquisition marine 3D

Sources
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 28


Les qualités d’une source sismique

 Pouvoir de Pénétration = ÉNERGIE

 Pouvoir de Résolution = HAUTES FRÉQUENCES

 Répétabilité ou Fidélité = CONTRÔLE QUALITÉ

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Quelques idées de coûts sismiques

TERRESTRE ( Onshore ) MARINE ( Offshore ) **

3 000  à 18 000 $/km 400 à 3 000 $/km
SISMIQUE 2D
150 à 300 km/mois‐équipe 1 500 à 3 000 km/mois‐équipe
Acquisition
8 000 à 90 000 $/km2 4 000 à 20 000 $/km2
SISMIQUE 3D
50 à 400* km2/mois 500 à 2 000 km2/mois 

Traitement
 SISMIQUE 2D

SISMIQUE 3D
100 à 400 $/km

350 à 1 000 $/km2
>> 1 500 $/km2 ( PSDM )
50 à 200 $/km

200 à 800 $/km2
>> 1 300 $/km2 ( PSDM )

Interprétation 100 000 $ à 1 000 000 $ / campagne
dure de quelques semaines à quelques mois à plusieurs années …
© 2015 ‐ IFP Training

* opérations désert 24h/24h ** Conventionnel – pas SeaBed

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 29


Marché de la sismique et acteurs

Marché Global de la 
sismique en 2013
~ US$ 16 billion 

CONTRACTEURS PRINCIPAUX

© 2015 ‐ IFP Training
Source :IFPEN October 2013

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Le défi de l’Explorateur : changer d’échelle

15 m

X 50
0.25 m
X 50
5 mm
X 50
1/10 mm

Domaine 
Temps
Échelle
Domaine 
Profondeur
Lame Mince
Échelle Affleurement
Carottes
© 2015 ‐ IFP Training

Échelle Sismique Échelle Puits
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 30
Introduction à la géologie pétrolière

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Évolution des vertébrés et temps géologiques
1,7 Ma

23 Ma

65 Ma

130 Ma

210 Ma

245 Ma
290 Ma

360 Ma
© 2015 ‐ IFP Training

400 Ma

420 Ma

495 Ma

600 Ma
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 31
Temps géologiques
360 Ma 290 Ma

1,5 h Formation 
400 Ma
245 Ma de l’océan 
atlantique
210 Ma

420 Ma

130 Ma
495 My

600 Ma

20 min

65 Ma

© 2015 ‐ IFP Training
Roches les plus vieilles
trouvées sur Terre : Extinction des 
4,2 Milliards d’années  24 h
dinosaures
4,5 Milliards
1.7 Ma 30 sec
d’Années
Age de la terre Premier humanoïde

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 32


Géologie pétrolière :
Roches et bassins sédimentaires

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Structure interne de la terre
 Croûte
• Lithosphère (10 à 70 km)
 Manteau Croûte 
basaltique
Croûte 
granitique
• Supérieur : Asthénosphère (700km)
• Inférieur : Mésosphère (2 200 km)
 Noyau Ride médio‐oceanique
• Externe (2 200 km)
<marge passive>
• Interne (1 270 km)

Subduction
>marge active<
Rift
© 2015 ‐ IFP Training

SiAl NiFe

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 33


Les grandes plaques lithosphériques

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Les grandes plaques lithosphériques

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 34


Topographie du fond des océans

© 2015 ‐ IFP Training
Rides medio‐océaniques Convergence
(activité volcanique sous marine) Divergence
Tethys Video
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Limites de plaques : extension & compression 
 Lithosphère : limite inférieure = isotherme:
Divergence Convergence
• Dessous: plus chaud → déforma on plas que des 
roches (ductiles)
• Dessus: plus froid → déforma on rigide des roches  Lithosphère
(fragile)
 Manteau supérieur : roches chaudes
• Réagissent comme des fluides visqueux
 Croûte  roches froides Asthénosphère
• Rigidité permettant la transmission des contraintes
Extension Compression
Volcans et
iles volcalniques
Ride médio‐ Fosse Lithosphère CHAUD FROID
océcaniques Soulèvement

Asthénosphère Isothermes
© 2015 ‐ IFP Training

Implications majeures dans les 
mécanismes de tectonique des 
plaques et de formation des 
bassins sédimentaires
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 35
Tectonique des plaques : le cycle de Wilson

Du Graben à la Montagne : l’Histoire Cyclique du Plancher Océanique

Graben Rift Océan

DISTENSION

Subduction Subduction Collision

© 2015 ‐ IFP Training
COMPRESSION
La Croûte Océanique la plus vieille connue sur terre a 240 Millions d’Années seulement …
Les Océans plus Anciens ont été  ré‐incorporés dans des collisions anciennes !
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Bassins en compression

Formation des Chaînes de Montagnes (Orogénèse)
Prisme d’accrétion
[marge active]

Chaîne continentale plissée et déformée
SUBDUCTION

Croûte continentale COLLISION
© 2015 ‐ IFP Training

Croûte océanique
Sédiments
Jeu relatif des plaques Exemples : Himalaya, Andes, Rocheuses, Alpes, Pyrénées, …

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 36


Formation of the Hymalayas

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Différents types de marges
(bassins sédimentaires en jaune) 
Les mouvements complexes de la tectonique des plaques créent l’ouverture de larges
dépressions, généralement envahies par les mers ou les lacs et progressivement remplies par
un mélange de Matière Organique (M.O.) et de sédiments érodés et transportés jusqu’aux
terrains les plus proches.
Ces dépressions sont appelées des bassins sédimentaires
Sedimentary basins in yellow
© 2015 ‐ IFP Training

Les roches sédimentaires couvrent 75% de la surface  de la terre (croûte continentale)
Mais représentent seulement 5% du volume de la croûte terrestre 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 37
Carte des bassins sédimentaires

Bassins Onshore and Offshore

 Une dépression de la croûte terrestre (niveau bas) où les débris de l’érosion

© 2015 ‐ IFP Training
des reliefs (niveau haut) s’accumulent
 Une accumulation de sédiments lités (successions de strates) jusqu’à plusieurs
kilomètres d’épaisseur
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Exemples de bassins sédimentaires
Onshore (Bassin parisien)

Offshore (mer du Nord)
© 2015 ‐ IFP Training

Les roches sédimentaires sont disposées en strates superposées, leur 
ancienneté augmente avec la profondeur
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 38
Les roches

 Une roche est un assemblage de minéraux présentant une certaine


homogénéité

 Une roche peut‐être dure ou cohérente, parfois plastique ou meuble

 On distingue 3 grandes familles de roches :


• Les Roches Magmatiques
• Les Roches Métamorphiques
• Les Roches Sédimentaires

 Dans le domaine pétrolier, nous étudierons uniquement les Roches


Sédimentaires :
• Les Roches Sédimentaires se forment à la surface de la terre par
accumulation de particules élémentaires ( minéraux, débris, …)
• Les Roches Sédimentaires ne représentent que 5% de la croûte terrestre

© 2015 ‐ IFP Training
mais elles couvrent 75% de la surface du globe
• Les Roches Sédimentaires se déposent généralement en couches
successives stratifiées
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Roches : définitions

Trois types de roches sur Terre :


 Roches magmatiques (ignées)
Formées par refroidissement et cristallisation des magmas :
• Lent, à grande profondeur: roches plutoniques (e.g. granites)
• Rapide, à faible profondeur ou en surface: roches volcaniques (e.g. basalts)

 Roches métamorphiques
Formées par transformation de roches pré‐existantes
• Sous températures et/ou pression élevées (e.g. schists, gneiss).
• Formés d’associations de minéraux (recristallisés ou hérités)

 Roches sédimentaires
Formées en surface :
• Par processus mécaniques, i.e. érosion, transport et dépôt de roches existantes
© 2015 ‐ IFP Training

(e.g. grès, argiles)


• Par processus chimiques ou biochimiques (e.g. précipitation) suivie d’un
enfouissement modéré (e.g. calcaires)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 39


Roches sédimentaires : classification

ou CLASTIQUES  
ou 
EVAPORITIQUES

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Spécificité des roches sédimentaires

Roches sédimentaires :

 Sont les seules formations qui peuvent générer et accumuler des


hydrocarbures

 Formés à la surface de la Terre, par accumulation de particules


(minéraux érodés, débris, …)

 Représentent seulement 5% du volume de la croûte terrestre


mais recouvrent 75% de sa surface

 Généralement déposées en couches successives (stratifications, lits)


© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 40


Caractéristique des roches sédimentaires

Caractéristique des roches sédimentaires :


 Grains
• Minéralogie
• Taille des grains (granulométrie)
• Forme des grains (morphologie )
• Agencement

 Pores (espaces vides)


• Porosité (pourcentage de volume vide > différents types de porosité)
• Porosité effective (vides interconnectés)  paramètres 
• Perméabilité (capacité de permettre à un fluide de s’écouler) de réservoir !
 “Matrice”
• Matrice (liant inter granulaire primaire, déposé avec les grains)

© 2015 ‐ IFP Training
• Ciment (liant inter granulaire secondaire, déposé après la sédimentation, i.e.
diagénétique)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Exemples de roches sédimentaires

Détritiques Carbonatées

Evaporites
© 2015 ‐ IFP Training

Organique : charbon

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 41


Diagenèse

Compaction pendant l’enfouissement

Cimentation Boue Gravillons


fine Sable Matière organique

eau
Précipitation Pression Pression Pression Pression
Expulsion des Fluides Température
de 90° à 120°C
Schistes, argiles
et marnes
eau

Grès Huile et gaz
Schistes Conglomérats Charbons

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Roches Sédimentaires : résumé

Types de roches sédimentaires
 Détritiques
• Transport et accumulation de minéraux ou fragments organiques altérés
− Conglomérats, grès, marnes, argiles, shistes argileux [≠ taille des
grains]

 Carbonates
• Précipitation chimique ou biochimique de carbonate de calcium dissous
• Calcaire, dolomie [≠ composition]

 Evaporites
• Dépôt de sel à partir de saumures concentrées (évaporation de l’eau)
− Anhydrite, sel [≠ composition]
© 2015 ‐ IFP Training

 Organiques
• Dépôt et préservation (fossilisation) de matière organique
− Charbon, kérogène, bitume [≠ origine]
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 42
Cône Alluvial (Torrent)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Systèmes méandriformes

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 43


Dépôts littoraux

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Environnement deltaïque

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 44


Environnement deltaïque

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Environnement éolien (dunaire)

© 2015 ‐ IFP Training

Dunes (continentales)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 45


Environnement éolien (dunaire)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Dépôt des sédiments détritiques

Altération
et
Remobilisation Transport       Transport   Erosion

Sédimentation Sédimentation Sédimentation


(turbidite) (delta) (lac)

Enfouissement et
compaction Lithification

Dépôt final   →    Diagenèse    →   roches sédimentaires

Haute

• Conglomérats Réservoirs 
de dépôt

• Grès potentiels
Énergie

© 2015 ‐ IFP Training

Sédiments allochtones
• Silts Roches de 
• Argiles couverture
Basse potentielles

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 46


Différents environnements de dépôts silico‐clastiques

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Environnements de dépôts détritiques

Altération Erosion

Transport (eau, vent, glacier)

Dépôt

Enfouissement
et compaction

Diagénèse
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 47


Turbidites : mécanisme de dépôt gravitaire

© 2015 ‐ IFP Training
Reconstitution en laboratoire d’un courant de turbidites = avalanche
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Définition des roches carbonatées

 Les roches carbonatés résultent de la précipitation chimique et de


la fixation par des organismes vivants du carbonate de calcium
dissous dans l’eau

 Composition chimique des roches carbonatés :


• CO2 + H2O = H2CO3 = H+ + HCO3‐ = CO3‐ ‐ + 2 H+
• CO3‐ ‐ + Ca ++ = CaCO3 (i.e. calcite ou aragonite)

 Deux principaux types de roches carbonatés :


• Calcaire (Ca CO3 : calcium)
• Dolomie (Ca, Mg CO3 : calcium magnésium)
© 2015 ‐ IFP Training

 Très important prospects dans l’industrie pétrolière

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 48


Dépôt des roches carbonatées

« Pluie » Plateforme Calcaires


pélagique Récif carbonatée lacustres

Enfouissement et
compaction Lithification

Dépôt final   →    Diagenèse    →   roches sédimentaires

• Calcaires lacustres

© 2015 ‐ IFP Training
• Calcaires récifaux
Sédiments autochtones
• Calcaires marins (de plateforme et pélagiques)
• Dolomies
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Dépôt des sédiments carbonatés
 Les Roches Carbonatées proviennent de la précipitation chimique et de la
fixation par les êtres vivants du carbonate de calcium en solution dans
l’Eau
• Les Calcaires (Ca CO3 : calcium)
• Les Dolomies (Ca CO3 Mg : calcium–magnésium)

« Pluie » Plate‐forme Calcaire


pélagique Récif carbonatée lacustre

Enfouissement 
et Lithification
compaction

• Calcaires lacustres 
• Calcaires récifaux  Réservoir potential
© 2015 ‐ IFP Training

• Calcaires oolitiques  Réservoir potential
• Calcaires marins 
•Dolomies
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 49
Affleurements de carbonates

© 2015 ‐ IFP Training
Falaise de craie– Etretat, France
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Évaporites : formation et dépôt

 Dans des conditions de pression, de température et d’équilibre physico‐chimique


particulières à la surface des lagunes, des mers ou océans, des roches salines peuvent se
former
 En fonction de leur composition on distingue :
• Les Halites
• Les Anhydrites
• Les Gypses
© 2015 ‐ IFP Training

Sels  Couvertures potentielles
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 50
Roches salifères – Évaporites

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Définition des roches salifères ou évaporites

 Roches résultant de l'évaporation partielle ou totale de l'eau de


dépôts salins fortement concentrés (saumures)

 Formées par processus chimique : appelées évaporites parce


qu‘elles résultent de la précipitation de sel due à l'évaporation
des eaux saumâtres

 Type en fonction de la composition de la saumure :


• Gypse, Anhydrite (sulfates)
• Halite, Sylvite (sel & chlorures)

 Excellentes roches de couverture pour toutes les accumulations


d’hydrocarbures
© 2015 ‐ IFP Training

 Rôle très important dans l’évolution des systèmes pétroliers

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 51


Formation et dépôt des évaporites

Lagon

Pleine Mer

4 ‐ Sylvite (KCl)
4 3 ‐ Halite (NaCl)
3
2 2 ‐ Gypsum (CaSO4.2H2O
1 1 ‐ Calcium Carbonate (CaCO3)

Précipitation des sels sans assèchement complet du bassin

© 2015 ‐ IFP Training
Roches salifères  roches de couverture potentielle (cap rocks)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Accumulations naturelles et artificielles d’évaporites
Marais salants ‐ Île de Ré, France Lac salé Uyuni, cordillère Bolivienne (+4000m sm)

Mer Morte, Jordanie (‐400m sm)
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 52


Les roches organiques

 Elles sont dérivées de la fossilisation de matière organique vivante (végétale


et/ou animale)

 Selon leur origine, 3 types sont définis:


• Charbon, Anthracite, Tourbe
• Bitume, Asphalte
• Kérogène

 Les roches mères sont des roches organiques


Plants =  90% of biomass 

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 53


Géologie pétrolière :
Déformation structurale des roches

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Les différents types de déformations

 Déformations souples : les plis


• Anticlinaux
• Synclinaux

 Déformations cassantes : les failles


• Failles Normales
• Failles Inverses
• Décrochements : sénestres ou dextres
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 54


Déformation structurale : différent plis
Anticlinal

Synclinal

© 2015 ‐ IFP Training
Echelle :  du mm au km 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Déformation de la croûte terrestre

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 55


Extension : faille normale

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 56


Géologie pétrolière :
Des hydrocarbures au réservoir

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Conditions pour avoir une accumulation d’hydrocarbures

 Pour la génération d’hydrocarbures, il faut une roche mère


• Il s’agit d’une roche où les hydrocarbures ont été générés à partir
de la matière organique qu’elles contiennent
 Pour le stockage des hydrocarbures, il faut une roche réservoir
• C’est une roche ou les hydrocarbures se sont accumulés sur une
longue échelle de temps
• Ces roches doivent être poreuses
 Afin d’empêcher la dispersion des hydrocarbures, il faut une
roche couverture
• Cette roche empêche les hydrocarbures de s’échapper de la roche
réservoir
© 2015 ‐ IFP Training

Ces trois types de roches sont communément identifiés comme la 
“trilogie pétrolière”
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 57
La “trilogie pétrolière”

Roche Roche  Roche   La roche mère


couverture réservoir mère • C’est la roche où les hydrocarbures ont été
générés à partir de la matière organique en
place
• C’est généralement une roche très peu
perméable, comme des argiles riches en
matière organique, mélange de sédiments fins
mélangés avec des restes d’organismes vivants

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Les origines de la matière organique

TYPE III
TYPE II TYPE I
© 2015 ‐ IFP Training

Plancton Bactéries Cellulose Algues

Animaux = maximum 10% de la biomasse organique générée


EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 58
Génèse des hydrocarbures (« la cuisine »)
Dans la terre, la température augmente de +/‐ 3°C par 100m: gradient géothermique

Diagenèse : [< 60°C]
Dégradation bactérienne
Stade Immature
Stade Immature Méthane biogène

Catagenèse : [de 60 à 120°C]
60°C
Dégradation thermique
Rupture des liaisons chimiques “faibles”
Fenêtre à Huile

Fenêtre à Huile Métagenèse : [de 120 à 200°C]
Dégradation thermique
Rupture des liaisons chimiques fortes (C‐C)
Fenêtre à Gaz

© 2015 ‐ IFP Training
120°C

Fenêtre à Gaz

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Classification des hydrocarbures
Nb atomes  Formule 
carbone chimique t°eb t°fusion d154
_
Méthane C1 C1H4 ‐ 161,5 °C
_
Éthane C2 C2H6 ‐ 89 °C

Propane C3 Ratio C/H  GAZ C3H8 ‐ 42 °C


_
0,505
increase _
Butane C4 C4H10 ‐ 0,5 °C 0,585
_
Pentane C5 C5H12 + 36 °C 0,631
_
Hexane C6 C6H14 + 69 °C 0,664
_
Heptane C7 C7H16 + 98 °C 0,688
_
Octane C8 C8H18
LIQUIDE + 126 °C
_
0,707

Nonane C9 C9H20 + 151 °C 0,722


C10H22 + 174 °C _
Décane C10 0,727

C15 _
Pentadécane C15H32 + 271 °C 0,766

Hexadécane C16 C16H34 + 287 °C + 18 °C


© 2015 ‐ IFP Training

Eicosane C20 C20H42 + 344 °C + 36 °C


SOLIDE
Tricontane C30 C30H62 + 450 °C + 66 °C

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 59


Les roches réservoir : la “trilogie pétrolière”

 Les roches réservoir sont poreuses et perméables

 Les hydrocarbures s’y accumulent au cours des temps géologiques


et saturent partiellement le volume poreux du réservoir

 Les 3 propriétés principales des roches réservoir sont:


• Porosité : Φ
• Perméabilité : K
• Saturations : S (Huile, gaz et eau)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

La Porosité : Φ

C’est le volume de vide (“ pore ”) existant dans la roche divisé par le volume total de la
roche, exprimé en %
Volume des Pores
Porosité Φ = ______________________________
Volume Total de la Roche
L’ensemble des pores reliés entre eux est la porosité utile. La porosité restante est la porosité 
résiduelle.
Les roches réservoirs ont des porosités très variables, généralement comprises entre 10% et 
35%

Porosité Primaire :
Elle est héritée du dépôt du sédiment à l’origine

Porosité Secondaire :
Elle est due aux modifications diagénétiques du sédiment au cours ou
postérieurement à son enfouissement (cristallisation et/ou dissolution)
ou bien à la formation de fractures dans les roches consolidées
© 2015 ‐ IFP Training

Les valeurs de porosité sont obtenues par des mesures sur carottes et par les diagraphies

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 60


Exemples de porosités

Lame Mince dans un Grès Lame Mince dans un Calcaire Oolithique

Porosité en Rouge Porosité en Jaune Pâle

Lame Mince dans un Grès Coquillier Lame Mince dans un Calcaire Coquillier

© 2015 ‐ IFP Training
Porosité en Rose Porosité en Jaune Pâle

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Saturation en fluide(s)

 Il est essentiel de connaître la nature des fluides qui occupent les pores d’une
roche réservoir
 La saturation d’une roche en un fluide est le volume de ce fluide sur le volume
de pores, exprimée en %
Volume de Fluide
Saturation = ____________________________ Matrice
Huile
Eau
Volume des Pores
Lame Mince montrant la Saturation en Huile

 Les fluides en présence dans un réservoir


sont principalement de l’eau, de l’huile ou
du gaz :
Saturation en eau Sw
Saturation en huile So Sw+So+Sg = 1
© 2015 ‐ IFP Training

Saturation en gaz Sg

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 61


Perméabilité Notée K

 C’est l’aptitude d’une roche à laisser circuler les fluides contenus dans son
réseau poreux
 C’est le paramètre clé pour la production d’un réservoir
P1 P P2
Q K  A P
Q
Débit d’injection
 L
L
Q : débit, en cm3/sec A : section traversée, en cm2
K : perméabilité, en Darcy μ : viscosité du fluide, en centiPoise
K / μ : mobilité P : pression, en atm
L : longueur, en cm

L’unité de Perméabilité  est le Darcy 

© 2015 ‐ IFP Training
Elle a  la dimension d’une Surface :1 Darcy = 0,9869.10‐12 m2

On trouve toute la gamme de perméabilités dans les réservoirs


Typiquement : 0,1 (grés/calcaires consolidés) à plusieurs Darcy (sables inconsolidés)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Propriétés des matériaux poreux

K‐ Exemple de corrélation


10000000

1000000

100000

log (k) = A  + B
10000

k = perméabilité (millidarcys)
Perméabilité
Perméabilité

1000
 = porosité (fraction)
A, B = Constants
100

10

1
0 5 10 15 20 25 30 35

0.1
© 2015 ‐ IFP Training

0.01
Porosité
Porosité

Porosité et perméabilité sont très souvent corrélées
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 62
Mesure des propriétés des roches

Les mesures des propriétés des roches réservoir sont faites à partir
des données acquises dans les puits :
Carottes, diagraphies électriques et essais de puits

 Porosité:
• Mesures sur les plugs (carottes)
• Interpretation des diagraphies électriques

 Saturation:
• (Mesures sur les plugs)
• Interpretation des diagraphies électriques

 Perméabilité:

© 2015 ‐ IFP Training
• Mesures sur les plugs (carottes)
• Interprétation des essais de puits

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Carottes et plugs

Carottes Plugs

Plug: échantillon de roche

Perméabilité Porosité

Saturation en fluides
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 63


Diagraphies électriques dans les puits

 Objectifs
• Reconnaissance des réservoirs (lithologie, 
porosité et saturation)
• Connaissance des caractéristiques des puits 
(diamètre, déviation, cimentation, 
communication couche‐trou)
• Comparaison entre les puits, identification de 
marqueurs, corrélations

 Différents types de diagraphies
• Électriques (PS, resistivité…)
• Radioactives (GR, Neutron, Densité, TDT)
• Sonique
• Auxiliaires (diamétreur, déviation, 

© 2015 ‐ IFP Training
cimentation…)
• Autres (RFT, diagraphies de production…)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Exemple de diagraphies interprétées

PERFS.DESCRIPTION_1
FACIESLITH.VALUE_1
TENS_1
11000 LBF 1000

PEF_1
0 B/E 20

DRHO_1
CORE_NO_1
ELEVATION(TVD)

-0.35 G/C3 0.15


SHOWS_1

BS_1 RHOB_1
METRES
DEPTH

4 IN 14 1.95 G/C3 2.95 RHO_MAA_1 K_CORE_1 PHI_CORE_1 CALCI_3MN_1 PAY_1


GR_1 IDPH_1 NPHI_1 2.5 G/C3 3 0.01 MD 1000 0.2 V/V 0 100 0 0 3

DEPTH
0 GAPI 100 0.2 OHMM 2000 0.45 V/V -0.15
METRES

CALI_1 IMPH_1 DT_1 DENS_CORE_1 RT_1 SWE_1 VOL_UWAT_1 PHIE_1 RESERVOIR_1 METRES
4 IN 14 0.2 OHMM 2000 140 US/F 40
2.5 3 0.01 OHMM 1000 1 V/V 0 0.2 V/V 01 V/V 0 0 1.7
1510.2
GR_1 K_EZT_1 SWE_1 PHIE_1 VSH_1 EF_EZT_1 SAND_1
0 GAPI 100 0.01 MD 1000 1 V/V 0 0.2 V/V 00 V/V 10 10 0 1.2

1515
-1090

-1091
1515

1520

Call_Sup

1520
1525
-1095

-1096

1530

1525

1535 -1100

1530
1540

1545 -1105
1535

Call_Inf
1550

1540

1555 -1110

1560 1545
© 2015 ‐ IFP Training

1565 -1115

1550

1570 -1118

1555

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 64


Roches “couverture” (seal en anglais)

 Roches imperméables qui empêchent les hydrocarbures de s’échapper


des réservoirs
 Roches plastiques qui peuvent se déformer sous les contraintes sans se
fracturer
 Leur extension latérale continue est un paramètre critique, plus que
leur épaisseur
 Lithologies les plus courantes :
• Argiles
• Évaporites Seal
Gas
Oil

Water Water
Seal
Oil
Water

© 2015 ‐ IFP Training
Water
Seal / Source

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

La trilogie pétrolière : résumé

Roche mère Roche réservoir Roche couverture


• Non‐perméable (empêche 
• Poreuse et perméable
Définition la migration des 
• Roche sédimentaire riche 
hydrocarbures)
en MO, assez mature pour  • Permet le déplacement et 
générer des hydrocarbures l’accumulation des 
• Plastique (peuvent se 
hydrocarbures
déformer sans se fracturer)

• Roche à grains très fins 
(argiles, boues 
• Argiles ou Evaporites 
carbonatées mudstones,  • Roches clastiques 
Lithologie (roches plastiques)
marnes,…) litées, laminées  (ex: grès, sable)
(sédiment/MO)
• Grès ou Calcaire très 
• Roches carbonatées
compact (sans porosité, 
• Faible perméabilité  (ex: calcaire)
“tight”)
(surpression interne > sous 
compaction)

• Production de MO, dépôt,  • Paramètres 
Spécificité préservation et maturation pétrophysiques : Extension latérale et 
© 2015 ‐ IFP Training

‐ Porosité: Φ continuité de la couche plus 
(procédé,  • Génération  importantes que son 
d’hydrocarbures, expulsion  ‐ Perméabilité: K épaisseur
paramètres,…)
et migration ‐ Saturation: S

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 65


Migration des hydrocarbures

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Migration des hydrocarbures

Piège 3

2
2
1
1

1: Migration primaire
1
© 2015 ‐ IFP Training

2: Migration secondaire
3: Dysmigration
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 66
Les différents types de migration

 La migration primaire
• C’est l’expulsion des hydrocarbures de la roche mère
• Cette migration se fait sur de très courtes distances (quelques
centimètres)
• Cette migration fait intervenir des conditions de pression, de température
et de diamètre des molécules transportées
 La migration secondaire
• C’est le déplacement des hydrocarbures, une fois expulsés de la roche
mère
• Se fait sur des distances allant de quelques mètres à plusieurs centaines
de kilomètres
• Cette migration se fait à l’intérieur d’une roche réservoir car elle seule a
les caractéristiques qui permettent le déplacement des hydrocarbures.
• Cette migration est complexe et spécifique à chaque bassin. Elle peut être
latérale et/ou verticale

© 2015 ‐ IFP Training
 La dysmigration
• C’est le déplacement des hydrocarbures à partir d’un réservoir ou d’un
piège non étanche vers la surface du sol
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Dysmigration : huile et gaz
« Seeps » = Indices de surface

Surface gas (Irak) IRAK
Ceinture de l’Orinoque(Venezuela)
© 2015 ‐ IFP Training

Golfe du Mexique (Gaz)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 67


Les pièges

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Principaux types de pièges

Piège = Anomalie Géologique 
d’origine Tectonique, Stratigraphique ou Lithologique

1‐ Pièges structuraux
. Dôme de sel
. Anticlinal
. Contre faille
. … 

2‐ Pièges stratigraphiques
. Variation de faciès
. Récifs
. Lentilles
. Biseaux
© 2015 ‐ IFP Training

. … 

3‐ Pièges mixtes
L’extension latérale d’un gisement est contrôlée par sa fermeture.

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 68


Toutes les conditions pour avoir une accumulation 
d’hydrocarbures sont‐elles réunies ?

 NON

 Que manque‐t‐il?

 La quatrième dimension: le temps…

 Afin d’accumuler et de préserver des hydrocarbures dans un


piège, la chronologie entre l’expulsion de la roche mère, la
migration et la formation du piège doivent être adéquates, ainsi
que la préservation du système.

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Système pétrolier

Points‐clés à retenir

Conditions de formation d’un gisement pétrolier


 Nécessité de l’existence :
• Une (ou plusieurs) roches mères
• Une (ou plusieurs) roches reservoir
• Une roche couverture
• Une phase de migration (et des chemins de migration)
• Un (ou plusieurs) pièges,
• Une chronologie adéquate

 …et aussi :
• Préservation de l’intégrité des pièges au cours des temps géologiques
© 2015 ‐ IFP Training

• Assez de génération d’hydrocarbures pour nourrir les pièges

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 69


Système pétrolier conventionnel

© 2015 ‐ IFP Training
Huc and Vially 2011
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

70
Introduction à l’ingénierie
de réservoir

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Définitions
Qu’est‐ce que l’ingénierie de réservoir
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 71


Définition d’un champ

 Un champ est une zone fermée d’une roche
poreuse et perméable (réservoir) contenant
des hydrocarbures (huile et/ou gaz) et de
l’eau résiduelle
 Elle est recouverte par une roche couverture
dans un piège
 Les zones à hydrocarbures peuvent être en
communication avec un aquifère
 Le principal objectif des études de réservoir est l’optimisation du
développement, l’optimisation de la position des puits et des prévisions
de production
 La vie d’un champ producteur varie de quelques années à plus de 20‐30
ans

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Caractéristiques d’un réservoir
Géométrie du piège
Fluides et contacts
Type de roche

Gaz

Huile

Eau Eau
CAP ROCK
Roche couverture
Propriétés 
Couche imperméable pétrophysiques
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 72


Caractérisation d’un réservoir

 Type de roche: Grès‐Sable, Carbonates,…….

 Propriétés pétrophysiques :
• POREUSES, POROSITE (notée Ø, en %)
• CONTIENT assez d’HC, SATURATION (notée S, en %)
• PERMET le DEPLACEMENT des HC, PERMEABILITE (notée K en Darcy)

 Géométrie du piège :
• Anticlinal,
• Pièges stratigraphiques

 Hydrocarbures en place et interfaces


• Position du contact du plan d’eau

© 2015 ‐ IFP Training
• Position du contact de l’interface avec le gaz

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Différents types de pièges 

Anticlinal Faille
© 2015 ‐ IFP Training

Dôme de sel Lentilles de sable


EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 73
Quelques définitions 

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Définitions importantes

ACCUMULATION
C’est la Quantité d’Huile ou de Gaz initialement en Place 
en conditions de surface
(Original Oil in Place : OOIP)
(Initial Gaz in Place : IGIP)
RÉSERVES
C’est la Quantité d’Huile ou de Gaz récupérable ou restant à 
Produire en conditions de surface

R% : Facteur de Récupération
RÉSERVES = ACCUMULATION x R%
Oil: 5% < R < 60%     Gas: 50% < R < 95%
© 2015 ‐ IFP Training

Les réserves sont définies pour un modèle géologique mais aussi 
pour un schéma de développement et pour des critères économiques
Réserves et accumulations sont des volumes ramenées an conditions de surface
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 74
Définition : hydrocarbures en place et réserves

 Le volume d’hydrocarbures contenus dans un réservoir est appelée


Accumulation :
• STOIIP : STandart Oil Initially In Place
• IGIP : Initial Gas In Place
 La fraction productible de l’accumulation est appelée Réserves
 Le ratio Réserves/Accumulation est appelé facteur de récupération
 Le facteur de récupération varie selon les champs et les caractéristiques
des réservoirs (pétrophysique, géométrie, qualité des hydrocarbures,
mécanisme de récupération)
 Le facteur de récupération est spécifique à chaque champ mais peut
varier dans le temps
• Selon l’historique du mode opératoire

© 2015 ‐ IFP Training
• En réponse aux changements économiques
• Il peut augmenter dans le temps grâce aux techniques de récupération
améliorée
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Accumulation et réserves

Année 0 Fin de production

Réserves
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 75


Objectifs de l’ingénierie de réservoir

 Évaluer les volumes à l’échelle réservoir/champ


• Volumes d’hydrocarbures (huile et/ou gaz) en place
• Réserves récupérables
 Évaluation du comportement du réservoir
• Méthodologie de drainage des fluides dans le réservoir
• Prévisions de production d’huile/gaz/eau
• Évolution de la pression du réservoir
• Nombre et position des puits: producteurs et injecteurs (gaz/eau)
• Potentiel de production des puits
 Optimiser le schema de développement d’une découverte
• Dimensionner les installations de production
• Optimiser le schéma de développement

© 2015 ‐ IFP Training
• Établir un plan de management du réservoir à long terme
Clé du succès : un modèle réservoir représentatif
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Modélisation de réservoir : une approche multidisciplinaire

Géophysique Géologie

Structural model
Pétrophysique
© 2015 ‐ IFP Training

Property model
Modèle réservoir Analyse des
Essais de puits fluides
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 76
Résolution et profondeur d’investigation

Le modèle réservoir intègre des données à d’échelles différentes
10,000
Well
Log Seismic
1000 Data
Vertical Resolution, ft

100 Well Test

10
Core

1.0

© 2015 ‐ IFP Training
0.1
0.1 1.0 10 100 1000 10,000 100,000

Horizontal Resolution, ft
Source: Vinson and Bissell (1992)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 77


Modèle statique – Hydrocarbures en 
place

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Rappel : caractéristiques importantes

Fluides and contacts
Geometrie du piège
Type de roche

Gaz

Huile

Eau Eau
CAP ROCK
Roche couverture
Propriétés 
Couche imperméable pétrophysiques
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 78


Acquisition de données : caractéristiques réservoir

Carottes Logs  Echantillonnage


de fluides

+ +

Pay zone
Fluid composition
Oil/Water contact
Pressure Fluid viscosity
Gas/Water contact

© 2015 ‐ IFP Training
Température Bubble point Dew point
Net to gross ratio
Porosity Volume factor
Perméability
Saturation

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Classification des hydrocarbures
Nb atomes 
carbone Formule 
chimique t°eb t°fusion d154
_
Méthane C1 C1H4 ‐ 161,5 °C
_
Éthane C2 C2H6 ‐ 89 °C

Propane C3
GAZ C3H8 ‐ 42 °C
_
0,505
_
Butane C4 C4H10 ‐ 0,5 °C 0,585
_
Pentane C5 C5H12 + 36 °C 0,631
_
Hexane C6 C6H14 + 69 °C 0,664
_
Heptane C7 C7H16 + 98 °C 0,688
_
Octane C8 C8H18
LIQUIDE + 126 °C
_
0,707

Nonane C9 C9H20 + 151 °C 0,722


C10H22 + 174 °C _
Décane C10 0,727

C15 _
Pentadécane C15H32 + 271 °C 0,766
Hexadécane C16 C16H34 + 287 °C + 18 °C
© 2015 ‐ IFP Training

Eicosane C20 C20H42 + 344 °C + 36 °C


SOLIDE
Tricontane C30 C30H62 + 450 °C + 66 °C

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 79


Caractéristiques des fluides : quelques définitions

 Huile: Densité (ou Specific gravity)


• Densité (d) de l’huile en bac de stockage comparée à l’eau à 60°F (15.6°C).
141.5
• °API (mesure la densité) =         131.5
d

 Les principaux ratios de fluides:


• GOR : Production de gaz/Production d’huile (conditions de surface)
• WOR : Production d’eau/Production d’huile (conditions de surface)
• CGR: Production Condensats/Production de gaz (conditions de surface)
• BSW : Production Eau+Sédiments/ Production totale

 Formation Volume Factor


• Volume d’HC en conditions réservoir/Volume d’HC en conditions de surface

 Viscosité (cp)

© 2015 ‐ IFP Training
• Liquide : de 0,5 cp (condensats) à X 1000 cp (Huile lourde), la viscosité de l’eau
étant proche de 1 cp
• Viscosité du Gaz: X 10‐2 cp

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Différents types d’huile

Légère Moyenne Lourde

Densité 0,75 à 0,82 0,83 à 0,92 0,93 à 1,0

FVF 3 à 2 1,5 1,1 à 1,0

GOR (m3/m3) 300 à 200 100 10 à 0

Viscosité < 1 cp 1 à 20 cp 100 cp


© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 80


Études PVT

 Fluides réservoir
• Mélange très complexe de molécules d’HC
• Souvent accompagnées de composés non‐HC (comme CO2 H2S, N2, …)
• L’eau est presque toujours présente

 L’objectif des études PVT (Pression/Volume/Temperature) est


l’analyse des HC produits par le réservoir
• Les objectifs sont de déterminer les caractéristiques (chimiques et
physiques) des fluides afin de prédire leur comportement lorsque la
pression et la température varient
• Pendant la production, dans le réservoir, la température reste constante
alors que la pression varie considérablement

Les études PVT sont effectuées sur des échantillons de fluides

© 2015 ‐ IFP Training

prélevés dans le réservoir

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Comportement des fluides : phase liquide et gaz
T3
Définitions principales
Pression

T2
T1

Liquide C Vapeur (gaz)

Psat Point de bulle
Point de rosée

Liquide  + Vapeur

Volume

 Point de bulle : la pression à laquelle les premières bulles de gaz apparaissent


 Point de rosée : condition à laquelle le gaz est en équilibre avec une part infime
de liquide
 Pression de saturation : pression à laquelle chaque phase est en équilibre avec
© 2015 ‐ IFP Training

une part infime de l’autre phase


 La température est constante dans le réservoir
 La pression initiale décroit lors de la production
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 81
Facteur volumétrique de l’huile
Volume initial en conditions réservoir (P, T)
Bo =
Volume initial en conditions de surface

Bo = 1.2 m3/Sm3

© 2015 ‐ IFP Training
GOR= 200 Sm3/m3

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Facteur volumétrique  du gaz

Bg =

Bg = 0.005 m3/Sm3
© 2015 ‐ IFP Training

CGR= 0.001 Sm3/Sm3

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 82


Les fluides en place peuvent varier rapidement
Exemple Am. Du sud

E.NORTE : Riche en condensats E.Norte Field

E.CENTRAL : Huile légère E.Central

E.SUR : 3 systèmes gaz/huile E.Sur Field


indépendants
• FM1
• FM2/FM3
• RC Block

© 2015 ‐ IFP Training
RC‐ Block
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Calcul des volumes d’HC en place

HC en place =  GRV  ɸ  N/G  Shc  1/FVF

 Gross Rock volume (GRV) : Volume total de roche réservoir, dépend de :


• La géométrie du piège
• L’épaisseur du réservoir
• La position des interfaces entre fluides

 Épaisseur de réservoir imprégné (N/G : Net/Gross) en pourcentage, dépend de:

 La porosité du réservoir (ɸ) : dépend du type de roche


• Des hétérogénéités géologiques (sédimentologie)

 Saturation(s) en HC (Shc) : dépend des fluides et du type de roche

 Formation Volume Factor (FVF)


© 2015 ‐ IFP Training

HC Volume (conditions réservoir) / HC Volume (conditions surface)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 83


Détermination du GRV : incertitudes

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Net to Gross ratio (N/G)

Le ratio Net / Gross Ratio est le % de volume de réservoir contribuant à la production


Log Puits
3000

Le ratio N/G dépend de la description verticale et


Mapped Top horizontale des :
Reservoir
Net Layer 1  Caractéristiques Réservoir (PHI, K)

 Saturations en HC (Shc)

Le ratio N/G est calculé à partir des réponses des


3100
diagraphies électriques des puits, extrapolées pour le
Gross champ
Reservoir
Layer 2 En éliminant les roches à faciès de faibles
Net 
caractéristiques

 En utilisant le modèle de dépôt des roches


© 2015 ‐ IFP Training

Reservoir
réservoir
Net Layer 3
3200
Mapped or Inferred Base

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 84


Modèle dynamique – Réserves et profils 
de production

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Essais de puits : acquisition des premières
données dynamiques

Pourquoi tester les puits?


 Confirmer la présence d’HC
 Mesurer la pression et la température initiales du réservoir
 Déterminer la productivité : débit maximum
 Déterminer la perméabilité ‐ épaisseur : k*h
 Déterminer l’efficacité de la complétion : Skin S (endommagement du puits)
 Identifier la présence de barrières à l’écoulement
 Récolter des fluides pour analyse
 Déterminer la taille du réservoir
C’est une obligation pour que les réserves soient prises en compte par la SEC :
© 2015 ‐ IFP Training

“ … réserves sont considérées prouvées si la productibilité commerciale du 
réservoir est supportée par un essai de  production réalisée au puits … ”

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 85


Les outils de font
Lifting sub
Une complétion temporaire
Swab valve (drill stem test)
Flow-line Valve Wing valve

Master valve
Swivel
Tubing / Drill pipe

Slip joints

Annulus Operating Circulating Valve

Multi reverse circulating Valve

Annulus Operated Tester Valve

Gauge Carrier
Hydraulic Jar

Safety Joint

Packer

© 2015 ‐ IFP Training
Tail Pipe

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Matériel de surface

Bac de jaugeage
Séparateur

Pompe de transfert Réchauffeur

Collecteur d’huile
Compresseur

Panneau de control
Tete de puits

Porte duse
Collecteur gaz Vanne de sécurité

Poutre
Vanne de sécurité
© 2015 ‐ IFP Training

Eau Huile Gaz Effluent de puits

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 86


Well test off‐shore

Huile
Gaz

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 87


Well test on‐shore

Gaz
Condensat

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Modes de récupération des hydrocarbures
Conventional oil
PRIMARY
recovery RECOVERY
ARTIFICIAL LIFT
NATURAL FLOW HORIZONTAL DRILLING

SECONDARY
WATERFLOODING RECOVERY
PRESSURE
GAS INJECTION
MAINTENANCE
GAS CYCLING

TERTIARY
Enhanced oil
RECOVERY recovery

THERMAL GAS CHEMICAL MICROBIAL


© 2015 ‐ IFP Training

• Steam • Hydrocarbon miscible •Polymer


• In situ combustion • CO2 •Surfactant/polymer
• N2 •Alkaline

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 88


Mécanismes de drainage = 
mécanismes de récupération des HC
Récupération primaire

Pression Récupération secondaire
Pression atmosphérique
Tête de  Production huile
puits

Injection  Injection  Injection  Injection 


eau  gaz gaz eau 

Pression de 
fond

Pression
réservoir

Récupération tertiaire

© 2015 ‐ IFP Training
Méthodes miscibles
Méthodes chimiques
Méthodes microbiales
Méthodes thermiques

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Mécanismes de drainage
en ingénierie de réservoir

 Drainage naturel (ou récupération primaire)


Le champ produit grâce à son énergie propre (pression)
Sans maintien de pression naturelle la récupération est très faible (<10%)

 Injection de fluides immiscibles (ou récupération secondaire)


Pour augmenter la récupération, on apporte de l’énergie au réservoir par
• Injection d’eau
• Injection de gaz

 Récupération améliorée (EOR = Enhanced Oil Recovery) ou


récupération tertiaire
La récupération est améliorée par des méthodes complexes
• Procédés miscibles
© 2015 ‐ IFP Training

• Procédés chimiques
• Procédés thermiques
• Procédés microbactériens
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 89
Récupération primaire

 L’énergie naturelle du réservoir est utilisée pour produire les HC


• Pression initiale
• Compressibilité de la roche
• Compressibilité de l’huile et du gaz
• Drainage par gravité, forces capilaires
• Aquifère actif
• Expansion du gas cap ou du gaz en solution dans l’huile
 La récupération peut être améliorée à travers un drainage amélioré (ex : puits
horizontaux), stimulation des puits, pompage artificiel (artificial lift)
• Pour les champs à gaz sec, la récupération primaire est suffisante. Pour les
champs de gaz à condensat, l’injection de produits miscibles et alternance
injection gaz/eau sont de bonnes options
• Pour les champs à huile, en l’absence d’aquifère actif, la norme est la
récupération secondaire, en maintenant une pression élevée dans le

© 2015 ‐ IFP Training
réservoir via l’injection de gaz et d’eau
 Les mécanismes de récupération primaire doivent être compris/évalués le plus
tôt possible avant la sélection du concept de développement retenu

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Récupération primaire avec un aquifère actif

 La récupération peut être très élevée, plus de 50%

 Un aquifère est dit “actif” si l’aquifère est nourri par une venue
externe d’eau (ex: pluie, eau de mer) © 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 90


Récupération primaire avec expansion de gaz 

Drainage par Gaz en solution Expansion du « Gas Cap »

 La pression du réservoir est inférieure au  La pression initiale du réservoir est


point de Bulle égale au point de Bulle
 Le gaz libre dans le réservoir aide à la  L’expansion du “Gas cap” dans le
récupération de l’huile réservoir aide à la récupération

© 2015 ‐ IFP Training
d’huile
 La quantité de gaz produit augmente
avec le temps  Du gaz peut être produit dans les
puits (gas coning)
 La récupération est de l’ordre de 15‐25 %
 Récupération de l’ordre de 25‐35 %
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Récupération primaire d’un champ à gaz

 La déplétion d’un champ de gaz est


comparable à celle d’une bonbonne de gaz

 Récupération de l’ordre de 90 %

 Les récupérations ultimes dépendent de la


pression d’abandon du réservoir

 Les récupérations ultimes


dépendent du volume de gaz
© 2015 ‐ IFP Training

piégé dans l’eau

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 91


Objectifs de la récupération secondaire

 Le drainage naturel (primaire) est souvent associé à des facteurs de


récupération faibles
besoin d’injecter de l’énergie dans ces réservoirs pour assurer une
meilleure récupération
• Très souvent, le procédé utilisé après la décompression du réservoir est
l’injection de gaz et/ou d’eau  Récupération secondaire

 Augmentation des réserves par


• Maintien de la pression du réservoir
• Amélioration de l’efficacité du balayage des HC

 Méthodes
• Injection d’eau dans l’aquifère
• Injection de gaz dans le “gas cap” ou au sommet de la zone à huile

© 2015 ‐ IFP Training
30% <  R  < 60%
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Récupération secondaire

 À lieu lorsque l’énergie primaire du réservoir ne suffit pas à


maintenir la récupération primaire

 Nécessite de l’énergie extérieure

 Méthodes principales
• Injection d’eau à la base de la zone à huile dans l’aquifère
• Injection de gaz au sommet de la zone à huile, ou dans le gas cap

 La récupération secondaire a un impact conséquent sur le coût


des installations de surface
• Production d’eau, traitement et système d’injection
• Traitement et compression du gaz
© 2015 ‐ IFP Training

• Installations associées (énergie) et sécurité (utilisation du gaz)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 92


Récupération secondaire
INJECTION D’EAU Puits producteurs

Puits injecteurs d’eau

balayage

Zone à huile
Puits injecteurs de gaz
Eau INJECTION DE GAZ
Puits producteurs

© 2015 ‐ IFP Training
Zone à huile

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Méthodes de récupération tertiaire

 Augmenter la viscosité de l’eau injectée


• De 1 cp à 10 cp

 Micro émulsions
• Mélange d’huile, de modificateurs de tensions de surface, de
mélanges d’alcool/eau/huile
• Injection de gaz miscibles
• Nécessite des conditions thermodynamiques spécifiques

 Autres...
• Thermique, injection de vapeur
• WAG, CO2, N2, ...
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 93


© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 94


© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Taux de récupération

Configuration Taux de Récupération

Huile sous saturée P > Pb < 10 %


Huile saturée  P <= Pb 5 to 25 %
Huile avec Gas Cap 10 to 40 %

Huile avec aquifère 10 to 60 %

Gas sec 60 to 95 %
Gaz à condensats 40 to 65 %

Moyenne Huile 35% Pb = Pression de bulle


i.e. la pression à laquelle apparait le première bulle de gaz qui 
s’échappe de l’huile quand la pression décroit
Moyenne Gaz 75%
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 95


Modèle réservoir

Représentation spatiale du modèle géologique où les équations 
complexes des écoulements des fluides sont prises en compte

MODÈLE 
SISMIQUE GÉOLOGIE
GÉOLOGIQUE

FLUIDES PVT MODÈLE RÉSERVOIR PÉTROPHYSIQUE

© 2015 ‐ IFP Training
ESSAIS DONNÉES DE 
DE PUITS PRODUCTION
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Modélisation

La modélisation des réservoirs s’effectue à l’aide de modèle


numériques maillés en X,Y,Z

 Caractérisation du réservoir : environnement de dépôt, structure,


propriétés des roches et des fluides

 Modèle géologique : modèle fin rempli par des méthodes


automatiques; calcul des HC en place

 Upscaling : moyennage des propriétés des mailles

 Prédictions du comportement dynamique en production :


génération de profils de production
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 96


Modélisation

 Méthodes conventionnelles
• Cartes géologiques, évaluation des accumulations, évaluations
analytiques (bilan de matière), utilisation d’analogues

 Modèle mathématique des réservoirs


• Intégration des modèles géologique, pétrophysique et dynamique
(données de production incluses)
• Outil de gestion du réservoir

Modèle 
géologique

Modèle  Modèle numérique
pétrophysique Simulateur

© 2015 ‐ IFP Training
Données de
production

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Développement d’un champ: clé du succès…

…le modèle réservoir !
Réalité Modèle géologique Modèle réservoir
Simulation statique Simulation dynamique

‐ Comprendre la distribution des HC ‐ Anticiper le comportement dynamique


Objectifs
Objectifs •Profils de production
• Estimer les accumulations •Réserves
•Schéma de développement
• Optimisation de la production
© 2015 ‐ IFP Training

Caractérisation du réservoir 
et modélisation Ingéniérie de réservoir

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 97


Du modèle géologique…
… au modèle réservoir

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Construire un modèle 
réservoir…
Une tâche difficile ... © 2015 ‐ IFP Training

Vid2o  Réservoir
Modeling 9 min 

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 98


Schéma de développement de réservoir
Positionnement des puits

 Afin de drainer correctement le réservoir, le positionnement des


puits doit prendre en compte la géométrie du réservoir, sa
compartimentation, son étendue spatiale, le nombre de niveaux
producteurs, etc.

 Cela a un impact évident sur les coûts de forage, mais aussi sur les
installations de traitement
• Nombre de puits
• Système de collecte 
(flowlines, manifolds, risers, 
slug catcher, etc…) et type 
d’installations de traitement 
(centralisé ou dispersé)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Schéma de développement de réservoir
Amélioration du drainage : puits horizontaux

 Drainage amélioré par des puits horizontaux


two equivalent production
systems
well

L
h

 Applications typiques

water
© 2015 ‐ IFP Training

Un puits horizontal  Moins de “coning” dans un 


draine plus de failles puits horizontal

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 99


Catégories de réserves

 Réserves Prouvées, “1P”


• Quantités que l’on est certain de produire
• Certitude à plus de 90%,
• Chiffres officiels audités, publiés (Rapport Annuel des sociétés cotées)
• Chiffres retenus par la communauté financière (SEC)
 Réserves Prouvées et Probables “2P”
• Certitude à plus de 50%
• Chiffres non publiés
• Chiffres retenus pour la prise de décision* et le financement**
• Les Réserves Probables peuvent devenir Prouvées après une
meilleure connaissance du gisement
 Réserves Prouvées, Probables et Possibles “3P”
• Certitude à plus de 10%

© 2015 ‐ IFP Training
• Chiffres non publiés, non retenus pour la prise de décision

* Exploration, développement / ** prêts
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Catégories de réserves

Les réserves d’un réservoir sont définies comme le cumul de ses 
productions en hydrocarbures sur la durée de vie du gisement

Possible
Risque économique

Probable

Proved

© 2015 ‐ IFP Training

‐ +
Risque technique

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 100


Fondamentaux du forage et de la 
complétion

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Introduction
©  2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 101


Les activités de forage lors du processus E&P

ACQUERIR  EXPLORER APPRECIER & DEVELOPPER PRODUIRE RESTITUER


Domaine MINIER & DECOUVRIR CONCEVOIR

Evaluation
Evaluation
Opportunité Exploration
Appréciation Profils de Production
Conception
Developpement

PRODUCTION
ABANDON

Temps (années) 2 ‐ 5 2 ‐ 4 3 ‐ 6 15 ‐ 25 1 ‐ 5

© 2015‐ IFP Training
Engagement Décision Démarrage Fin de 
Contractuel Investissement Production Production

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Fonctions du puits

 Permet l’accès aux réservoirs à


hydrocarbures du sous sol et à ses
propriétés

 Assure une communication efficace


entre le réservoir et le fond du puits

 Fournit un conduit pour convoyer les


hydrocarbures de façon sure et
efficace à la surface

 Permet de contrôler et de contenir


en surface la production sous
pression

Permet d’intervenir pour optimiser la


© 2015‐ IFP Training


production lors de l’exploitation du
réservoir et de maintenir

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 102


Catégorie de puits et objectifs

 Puits d’exploration
• Forage des prospects d’exploration (le premier puits foré )
• Acquérir les données géologiques et sur le réservoir (fluides,
caractéristiques de la roche)
• Si positif  C’est le PUITS de DECOUVERTE
 Puits d’appréciation
• Ce sont les puits forés après le puits de découverte.
• Leur but est d’acquérir des données complémentaires pour :
− Réduire les incertitudes principales sur le réservoir (propriétés,
accumulations,…)
− Evaluer les réserves d’hydrocarbures et confirmer l’intérêt
économique de la découverte : déclaration de commercialité
 Puits de développement

© 2015‐ IFP Training
• Puits prévus dans le plan de développement (FDP)
• Producteurs et injecteurs positionnés et conçus afin d’optimiser la
récupération des hydrocarbures
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Nombre de puits forés en 2013


Onshore+ Offshore

Offshore
Onshore
© 2015‐ IFP Training

101 000 puits Source : IFPEN
3600 puits
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 103
Principales  unités nécessaires au forage
Appareil de forage
Mât Équipement 
levage
rotation

Garniture

© 2015‐ IFP Training
Circuit boue

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer


Outil

Les principales fonctions

Fonction levage

Fonction puissance

Fonction pompage

Fonction rotation
© 2015‐ IFP Training

Fonction sécurité 
(fermeture puits)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 104


Les principales fonctions

 Éléments communs à tous les appareils de forage


• Mat ou derrick d’une hauteur de 50 m
• Treuil de manœuvre (train de forage / cuvelages)
• Moufles de passage du câble de levage (fixe et mobile)
• Table de rotation ou "top drive" (TDS)
• Circuit boue (bacs / systèmes de reconditionnement)
• Pompes à boue (3 000 à 4 000 l/mn à une pression de 200 a 350
bar)
• Organes de sécurité – blow out preventer (BOP)
• Génération électrique

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Fonction levage : le treuil de forage

© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 105


Le plancher de forage

Treuil

Tige carrée

Table Flexible
de rotation d ’injection

Tige de forage
à ajouter cales

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Fonction rotation : la table de rotation

© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 106


Fonction rotation : la « top drive »

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Principaux composants du puits

Tête de production (« Christmas tree »)
Niveau du sol Flowline
Tête de puits

Tubages

Tubing de production

Tubage de production
© 2015‐ IFP Training

Réservoir

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 107


Principales étapes opérations puits

Exploration/Appréciation Développement

Mobilisation du Rig Skid du rig du slot précédent


 
Well spudding Well spudding
Forage et pose des  Forage et pose des tubages à objectif
tubages à objectif
 
Diagraphies Diagraphies *
 
Test * Descente Complétion
 
Abandon/suspension du puits Skid au slot suivant

© 2015‐ IFP Training
 
Démobilisation du Rig Connexion flowline
* optionnel
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Forages à terre ou en mer

Puits Aériens Puits ss marins Puits Aériens

Appareil  Appareil sur  Jack‐up Semi‐ Bateau  Appareil


terrestre Plateforme submersible de forage sur TLP

Têtes de Puits 
sous marines
© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 108


Organisation des opérations de forage

 Le Contracteur de forage
• Fournit l’appareil de forage et le personnel pour l’opérer
• Principaux contracteurs
− Offshore : Transocean (exTransocean Sedco‐Forex), Seadrill, Ensco (merged
with Pride), Saipem, Maersk, Rowan, Noble, …..
− Onshore : Nabors, KCA‐Deutag, Parker, de plus en plus de contracteurs locaux
aussi actifs à l’international
 Les compagnies de service
• Les grands groupes de services “puits” intégrés comme : Schlumberger,
Halliburton, Baker Hughes Inteq, Weatherford ont remplacés les petites
compagnies de service spécialisées
 Personnel travaillant sur un rig de forage*
• A terre : 35 to 40
• Offshore conventionnel: 65 to 80

© 2015‐ IFP Training
• Offshore profond : 70 to 100 +
* dépend de la phase d’opérations, plus de personnel lors des tests et complétion

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 109


Architecture du puits

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Architecture du puits

 Puits conçu en fonction :


• Du diamètre du dernier tubage (casing) à descendre
• Des pressions (pression de pore et de fracturation) des formations à
traverser
• De la lithologie des formations à traverser
• De la profondeur à atteindre
• Des contraintes sécurité, environnement, légales, …
• Du type de casing utilisé (casing ou liner)
© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 110


Architecture du puits

 La définition de l’architecture du puits est fondamentale pour son bon


fonctionnement
 L’architecture d’un puits doit permettre
• De forer le puits jusqu’à le profondeur finale programmée en pleine
sécurité
• De contenir les différents fluides sous pression rencontrés durant la vie du
puits
• De réaliser les évaluation nécessaires des formations ciblées(réservoirs,…)
• D’équiper le puits pour en optimiser la production ou l’injection
• De réaliser le puits dans les meilleures conditions économiques
 Les points suivants son principalement à définir
• Profondeurs des sabots des tubages
• Diamètres et épaisseurs des tubages (éclatement, tension, collapse)

© 2015‐ IFP Training
• Caractéristiques des tubages (mécanique, métallurgie)
• Propriétés de la boue de forage
• Trajectoire du puits
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Architecture du puits

 Les métiers géosciences préparent un rapport d’implantation du


puits qui contient :
• Informations sur les couches géologiques (lithologie, nature des
sédiments)
• Profondeurs des différentes couches et du réservoir
• Informations sur les pressions attendues
• Informations sur des anomalies potentielles (hautes pressions)

 L’ingénieur forage prépare le programme de forage et détermine :


• Le choix de l’appareil de forage
• Les approvisionnements nécessaires
• La durée prévisionnelle des opérations de forage
© 2015‐ IFP Training

• Le coût estimatif

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 111


Architecture du puits

 Le puits est construit en fonction :
• Du diamètre et type du dernier 
tubage (liner, …)
• Des pressions de pores des fluides 
des formations à traverser
• De la lithologie des formations à 
forer
• De la cible : X,Y, profondeur
• Des contraintes (sécurité, 
environnement, contexte local, …) 
• De le complétion a installer pour la 
production

© 2015‐ IFP Training
Plusieurs tubages sont utilisés pour 
atteindre la profondeur finale
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Rôle des tubages 

Plusieurs diamètres de tubes 
sont utilisés pour atteindre 
l’objectif.

 Rôle des tubages (cuvelages, casings)


• Contenir les fluides à l’intérieur du puits
• Tenir les terrains forés
© 2015‐ IFP Training

• Continuer le forage en toute sécurité (ils doivent permettre de


circuler une venue sans risque de fracturer les terrains)
• Rétablir et maintenir des étanchéités entre couches
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 112
Architecture du puits

Conductor pipe
Trou 26’’ (660 mm)
50 m  (164 ft)
Casing 20’’  (508 mm)
Présence d’un conductor
Trou 17’’1/2  (444 mm)
Casing de surface pipe, d’une colonne de 
Casing 13’’3/8  (340 mm)
240 m  (787 ft) surface et de production 
sur tous les puits. Les 
colonnes intermédiaires 
sont utilisées si besoin
Casing intermédiaire
Trou 12’’1/4 (311 mm)
2400 m  (7 874 ft)
Casing 9’’5/8  (224 mm)

Casing de production
Trou 8’’1/2 (216 mm)
3300 m  (10 826 ft)
Casing 7’’  (178 mm)

© 2015‐ IFP Training
Liner de production
Trou 5’’3/4 (146 mm)
3600 m  (11 811 ft)
Liner 4’’1/2  (114,3 mm)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Réalisation d’un forage

La réalisation d’un puits est faite de


phases de forage alternant avec des
phases de descente de tubage, de
cimentation et de changement de
© 2015‐ IFP Training

boue

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 113


Architecture du puits

© 2015‐ IFP Training
Configuration du puit à la fin Configuration du puit en 
des opérations de forage production
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Pressions de pore & de fracturation

Profils de pressions de pore 
et de frac dans un puits
P0 Pf0 Pressure
Pression pore Pression Frac
P0 to P1 Pf0 to Pf1
P1 Pf1
Pression pore
P1 to P2 Pression Frac
Pf2 Pf1 to Pf2
P2

Pression pore Pression Frac
P2 to P3  Pf2 to Pf3

P3 Pf3
Pression pore Pression Frac
P3 to P4 Pf3 to Pf4
© 2015‐ IFP Training

P4 Pf4 Pression pore
CAP ROCK Pression Frac
P4 to P5 Pf4 to Pf5
P5 Pf5 RESERVOIR
Depth RESERVOIR

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 114


Préparation des tubages sur le pipe racks 
et descente dans le puits

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 115


Construction du puits

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Principales étapes opérations puits

Exploration/Appréciation Développement

Mobilisation du Rig Skid du rig du slot précédent


 
Well spudding Well spudding
Forage et pose des  Forage et pose des tubages à objectif
tubages à objectif
 
Diagraphies Diagraphies *
 
Test * Descente Complétion
 
Abandon/suspension du puits Skid au slot suivant
© 2015‐ IFP Training

 
Démobilisation du Rig Connexion flowline
* : optionnel
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 116
Les barrières de sécurité du puits
Barrières en phases de forage

Deux barrières pour fuites  Blow out


intérieures au dernier casing : preventers
• Boue de forage
• Blow out preventers Sol/mud line  Joints étanchéités
annulaires
Deux barrières pour fuites  Tubage antérieur
extérieures au dernier casing :
• Ciment Dernier tubage
• Étanchéités de la tête de puits
Boue forage

Ciment

© 2015‐ IFP Training
Réservoir
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Garniture de forage
Crochet

Tension
Tension Plancher 
forage

ROTATION (50‐300 RPM)
COUPLE (Torque)
Train Tiges 
TENSION

Garniture
(Bottom Compression
Hole Point neutre
Assembly Mass tiges
(BHA)
© 2015‐ IFP Training

COMPRESSION

Outil

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer


POIDS sur OUTIL (Weight On Bit) : 5 ‐ 30t117
Train de tiges (drill string)

Longueur d’une tige de forage=30 ft

stabilizer

© 2015‐ IFP Training
Les masse tiges sont utilisées pour mettre du poids sur l’outil de forage 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Composants de la garniture de forage
Tiges (Drill pipe)
Joint Tige (tool joint)

Masse tige (Drill collars )
© 2015‐ IFP Training

Stabilisateurs
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 118
Opérations au plancher

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Types d’outils de forage

 Tricône à molettes  (inserts 
de carbure de tungstène)

 Outil diamant naturel

 Outil diamant synthétique
(STRATAPAX, PDC, TSP)

 Outil de carottage
© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 119


Outils à molettes

Outil pour formation tendre.


Poids sur l’outil : 1 ‐ 2 t / pouce
Vitesse de rotation : 100 ‐ 150 RPM

Outil pour formation dure.


Poids sur l’outil : 3 ‐ 4 t / pouce
Vitesse de rotation : 50 ‐ 100 RPM

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Les outils de forage

 Paramètres de forage de l’outil


• Rotation : de 50 à 300 tr / mn
• Poids sur l'outil : de 5 à 30 tonnes

 Vitesse d’avancement d’un outil


• 1 m / heure à plus de 30 m / heure

 Durée de vie d’un outil


• De quelques heures à 300 heures

 Coût d’un outil


• 5 000 $, 40 000 $, 80 000 $ et plus …
© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 120


Rôles de la boue de forage

 Nettoyage du front de taille et transport des


déblais (Cuttings)
 Maintien des cuttings en suspension
 Maintien des fluides dans les formations
 Tenue des parois du trou
 Refroidissement de l’outil
 Transport d’informations
 Fourniture d’énergie nécessaire pour faire
fonctionner les moteurs de fond et turbines
 Lubrification

© 2015‐ IFP Training
 Transport des signaux (mesures en temps réel)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Circuit boue
CIRCUIT Haute PRESSION
CIRCUIT BASSE PRESSION
Joint 
torunant
Rotary 
hose

Vibrateurs
Kelly

Table 
rotation

Pompes de forage

Jet HP aux 
© 2015‐ IFP Training

buses  de l’outil
Bassins boue
+ traitement

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 121


Traitement boue
 Nécessité d’éliminer les déblais de la boue pour :
• Maintenir les caractéristiques de la boue (viscosité et
gels, densité, filtrat, teneur en solides, etc.)
• Minimiser l’usure des équipements
• Économie (dilution, volume à traiter)
 Déblais de différentes tailles  nécessité d’utiliser plusieurs
types d’équipements :
• Tamis vibrants (shale shakers)
Dégazeur • Hydrocyclones (désableurs et désilteurs)
• Centrifugeuses.

© 2015‐ IFP Training
Tamis vibrants Hydrocyclones Centrifugeuse

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Types de boues

 Boue de forage
• La boue est formée d’une phase liquide continue (la base), avec en
suspension des solides et d’autres additifs nécessaires aux propriétés
recherchées
 Boue à base d’eau (Water Based Mud)
• Mélange d’eau et de Bentonite, ajout de sel pour inhiber la réactivité de
certaines argiles (KCL, Gypse, …) ou de polymères
• Type de boue majoritairement employée
 Boue à base d’huile (Oil Based Mud)
• Huile : 50 à 98%
• Emploi huiles basse toxicité (huiles synthétiques)
• Utilisée dans le cas de formations très réactives (argiles, sel,..), de longs
découverts et lors de la traversée du « réservoir »
© 2015‐ IFP Training

 Air, mousse
• Utilisées dans le cas de réservoir déplétés (basse pression) ou roches de
type granitique

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 122


Traitement des cuttings de la boue

Collecte et envoi dans centres de


traitement spécialisés, surtout en

© 2015‐ IFP Training
cas d’emploi de boue à l’huile

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Rôles de la cimentation des tubages

1. Ancrer et suspendre les tubages (transfert  Mud


poids du casing aux  formations)

2. Isoler formations productrices, protéger 
les niveaux aquifères (eaux potables)
3
3. Assurer l’étanchéité des annulaires au 
dessus  des formations réservoir 1
4. Résistance/étanchéité au sabot des  5 5
tubages (base annulaires)
Cement

5. Éviter l’éboulement du trou, supporter la  1
paroi du trou (argiles, sel, …)
2
La cimentation est une opération très 
© 2015‐ IFP Training

importante, elle va conditionner la vie et 
l’intégrité du puits
4

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 123


Hauteur du ciment 

 Tube conducteur et colonne de surface


• Jusqu’en surface
 Casings intermédiaires et de production
• >200 m au dessus de toute formation
hydrocarbonée ou au dessus d’une zone à
haute pression
• >300 m au dessus du sabot
 Liner
• Cimentation sur toute la longueur

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Running casing

© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 124


Utilisation de bouchons de ciment
Tige de forage

Kick Off Point


Découvert
Bouchon
de ciment

Outil
Bouch
Zone à pertes
Bouchon
CEMENT on de
PLUG
de ciment Cimen
Zone t
déplétée

Avant side track Zone à perte de boue

Isolation réservoir 
Bouchon en production
de
ciment

© 2015‐ IFP Training
Bouchon
de
ciment
Bouchon
de Abandon puits
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer
ciment

Forage dévié : définitions
Principaux paramètres puits déviés
• Kick Off Point (KOP) • Dog leg
• Build Up Rate (BUR)o/10 m • Profondeur mesurée (forée)
• Angle Inclinaison • True vertical depth (TVD)
• Azimut • Déport horizontal (offset)
• Section tangentielle
© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 125


Techniques d’orientation (1)

 Système d’orientation en rotation "Push The Bit "


• L’action de déviation est le résultat d’une poussée latérale de la BHA sur les
parois du puits
− A l’opposé de la direction de déviation souhaitée lorsque le système utilisé
constitue le premier point de contact de la BHA derrière l’outil de forage

R
− Dans le sens de la direction de déviation souhaitée lorsque le système utilisé
constitue le 2ème point de contact de la BHA derrière l’outil de forage

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Techniques d’orientation (2)

 Système d’orientation en rotation " Point The Bit "


• L’action de déviation est le résultat d’une orientation latérale du front de
taille de l’outil de forage (Trépan ou PDC)
− L’orientation de l’outil de forage est obtenue par flexion de l’arbre de
transmission ou par un système de cardan.
© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 126


Techniques pour le forage dirige
 Mode “Sliding”
• Moteur de fond (mû par la boue) + Coude + 
Garniture 

 Système orientable avec Moteur
• Assemblage d’un coude ajustable depuis la
surface et d’un moteur de fond
• Possibilité de changer du mode “rotation” en
mode “moteur” sans remonter la garniture
• Forage au moteur =“sliding” (sans rotation)

 Système orientable en rotation

© 2015‐ IFP Training
Mode «Sliding » Moteur Orientable
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Techniques d’orientation

© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 127


Applications du forage dirigé

4
1
1 3
6
2
5

1. Puits déviés et horizontaux 4. Emplacements inaccessibles

© 2015‐ IFP Training
2. Formes réservoir complexe 5. Side track d’un puits

3. Puits multi latéraux 6. Relief well (tuer un puits en éruption)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Records en forage dévié

TRÈS FORTE DÉVIATION = EXTENDED REACH DRILLING (ERD) 

ASM‐2 ‐ 1998
CN‐1 ‐ 1999
Argentina CS‐1  Argentina
L. drain = 2 554 m Argentina ‐ 1998
Déport= 8 108 m
Déport= 10 585 m
1000 Longueur= 11 184 m

HNP‐10 ‐ 1990
2000 Argentina HNP‐7 ‐ 1996 AS3  ‐ 1996
Argentina Argentina
AK‐9 ‐ 1975
Profindeur verticale (m)

Abu Dhabi
N‐28 ‐ 1990
TM‐38 ‐ 1997 North Sea
3000 Indonesia
TVD = 3 850 m D‐08 ‐ 1995
North Sea

4000
© 2015‐ IFP Training

Defense P. Maillot

0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000 8000 9000 10000
Déport Horizontal (m )
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 128
Application du forage dévié
Cluster à terre

Implantation des puits

© 2015‐ IFP Training
CLUSTER de puits (ou PAD)
Objectif : limiter l’emprise au sol

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Application du forage dévié
Développement offshore
Plare_forme de  CLAYMORE (Mer du Nord UK ) – 72 puits
EAST (m)
NORTH (m)
NORTH (m)

© 2015‐ IFP Training

EAST (m)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 129
Puits très long déport (ERD) en Argentine

Progressive Build Up  (BUR = 1.5 to 3.5°/30 m)
Long Slant Section (5215 m, Inc 81°)
Long Sub Horizontal Reservoir approach (88°)
CN‐1
TOTAL ARGENTINE

20’’ casing
13’’3/8 casing at 1135m MD
VD 1 656 m
VD 1 666 m
9’’5/8 casing at 6350m MD
MD 11 021 m 7” liner at 10025m MD

© 2015‐ IFP Training
MD 11 184 m 5’’ cemented liner

Déport Horizontal 10 422 m 10 585 m

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Application du forage dévié
Puits horizontaux pour SAGD

© 2015‐ IFP Training

Steam Assisted Gravity Drainage = Injection de vapeur pour la production 
de Bitume et huiles Extra lourdes

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 130


Mesures en cours de forage : MWD ‐ LWD

Mesure Évaluation des  Paramètres en 


directionnelles roches forage
Inclinaison Gamma Ray (Azimutal) Poids sur outil
Azimut Magnetique Resistivities (Azimutal) Couple
Oriantation outil Sonic Vibrations 
Densité Neutron 
(Azimutal)
Azimut Gyroscopique Pressions annulaires
Porosité Neutron
Pression des 
formations

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Contrôle de la trajectoire du puits (Geosteering)

Le Geosteering utilise les paramètres des formations en temps réel 
pour garder le puits dans le réservoir cible

Trajectoire géométrique
© 2015‐ IFP Training

Trajectoire avec Geosteering

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 131


Les problèmes en forage

PRINCIPALES SOURCES de PROBLÈME OPÉRATIONS pour Y REMÉDIER
 RUPTURE COMPOSANT GARNITURE
• Tige, masse tige, joint  REPÊCHAGE (FISHING)
• OUTIL Tricone  REPÊCHAGE (FISHING)

 INSTABILITÉ de la FORMATION
• CONDITIONS DE ROCHES DIFFICILES  ALÉSAGE du trou, REFORAGE
• COINCAGE GARNITURE DU a 
INSTABILITÉS des PAROIS  FISHING, FRAISAGE, WASHOVER, etc. SI 
• COLLAGE DIFFÉRENTIEL GARNITURE  NÉGATIF  SIDE‐TRACK
sur la PAROI du puits

 PERTE ÉQUILIBRE HYDROSTATIQUE


• PERTE de BOUE dans la formation  ÉTANCHER les pertes Colmatants ou 

© 2015‐ IFP Training
CIMENT
• VENUE de FLUIDES de la formation
(KICK)  CONTRÔLER le PUITS en CIRCULATION 
• ÉRUPTION INTERNE ou EXTERNE
 TUER le PUITS
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Situations de collage‐coincage

© 2015‐ IFP Training

Collage Différentiel Casing collapse Fluage de la  Instabilité parois


60% to 80% des cas formation

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 132


Dernier remède  side‐track

Kick  Off  Point

Bouchon
ciment

Poisson
(Fish)

Side‐track

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Contrôle des puits

In early times, a blow 
out was the usual way 
to find oil (shallow wells 
with low pressure) !!!

« Well control the most 
critical part of the 
hydrocarbons industry »
S.Colville (president of the International 
© 2015‐ IFP Training

Association of Drilling Contractors) – Rio 2013

Exlplosion du Deepwater Horizon sur  Macondo 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 133
Contrôle des venues : Blow Out Preventer

Obturateur
annulaire

Obturateurs
à mâchoires

© 2015‐ IFP Training
Les équipements du BOP ont pour but de pouvoir
contrôler une venue sous pression du puits
L’empilement de BOP est situé soit :
• Sous le plancher de Forage (cas puits aériens)
• Sur le fond de la mer (cas puits sous marins)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Contrôle du puits avec le BOP
Well control circulation system

Drilling floor
Shale shaker

Mud pumps Mud pits Gas vent


Drill string
Automatic
choke

Annular BOP
Manual
choke Mud return to pi
Pipe rams BOP Manual
choke

BOP FERME
Vertical degaser
Pipe rams BOP or degaser
Choke manifold
© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 134


BOP à mâchoires – Cameron type U

Cameron type U avec verrouillage manuel
Les BOP à mâchoires sont conçus pour être étanches du bas vers le haut. La
pression dans le puits aide à maintenir le BOP en position fermée. L’étanchéité
est faite en haut par le top seal plaqué par la pression du puits contre la cavité

© 2015‐ IFP Training
de la mâchoire (ram cavity) et latéralement par le packer (étanchéité
caoutchouc sur métal). Quel que soit le type et le fabricant, la fixation des
mâchoires sur la tige de piston leur permet un déplacement latéral et vertical
(pour se placer correctement)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

BOP annulaire hydril – Modèles GK et GX

© 2015‐ IFP Training

BOP annulaire Hydril type GK (en position ouverte) avec chapeau vissé

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 135


Le BOP stack

© 2015‐ IFP Training
Surface BOP stack Subsea BOP stack

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Éruptions (blow‐out)

Si les BOP ne peuvent plus contrôler 
une venue sous pression, le puits est 
en éruption (incontrôlée)
C’est une situation très généralement 
CATASTROPHIQUE

Yemen Blow‐out
© 2015‐ IFP Training

Macondo
BOP Macondo Deep Horizon
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 136
Principales étapes opérations puits

Exploration/Appréciation Développement

Mobilisation du Rig Skid du rig du slot précédent


 
Well spudding Well spudding
Forage et pose des  Forage et pose des tubages à objectif
tubages à objectif
 
Diagraphies Diagraphies *
 
Test * Descente Complétion
 
Abandon/suspension du puits Skid au slot suivant

© 2015‐ IFP Training
 
Démobilisation du Rig Connexion flowline

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer


* : optionnel

Diagraphies (logging)

 OBJECTIFS : acquérir les caractéristiques pétrophysiques des


roches
 Mode de transmission des données du fond à la surface
• Cable électrique (Electrical wireline)
• Par la boue de forage (MWD ‐ LWD)
• Par les terrains (MWD ‐ LWD)

 Phénomènes mesurés
• Naturels : radioactivité, potential électrique
• Induits : résistance électrique, vistesse du son, absorption rayons
gamma, absorption neutrons, …

 Résolution des mesures: 50 cm à qq mètres


© 2015‐ IFP Training

 Conséquence : problème d’extrapolation à tout le reservoir

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 137


Diagraphies au câble (wire line logging)

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Exemple de diagraphies interprétées

PERFS.DESCRIPTION_1
TENS_1

FACIESLITH.VALUE_1
11000 LBF 1000

PEF_1
0 B/E 20

DRHO_1
-0.35 G/C3 0.15

CORE_NO_1
BS_1 RHOB_1
METRES

ELEVATION(TVD)
DEPTH

4 IN 14 1.95 G/C3 2.95


SHOWS_1
GR_1 IDPH_1 NPHI_1 RHO_MAA_1 K_CORE_1 PHI_CORE_1 CALCI_3MN_1
0 GAPI 100 0.2 OHMM 2000 0.45 V/V -0.15 PAY_1
CALI_1 IMPH_1 DT_1
2.5 G/C3 3 0.01 MD 1000 0.2 V/V 0 100 0 0 3

DEPTH
4 IN 14 0.2 OHMM 2000 140 US/F 40
METRES

METRES
DENS_CORE_1 RT_1 SWE_1 VOL_UWAT_1 PHIE_1 RESERVOIR_1
1510.2
2.5 3 0.01 OHMM 1000 1 V/V 0 0.2 V/V 01 V/V 0 0 1.7
GR_1 K_EZT_1 SWE_1 PHIE_1 VSH_1 EF_EZT_1 SAND_1
0 GAPI 100 0.01 MD 1000 1 V/V 0 0.2 V/V 00 V/V 10 10 0 1.2
1515
-1090

-1091
1515

1520

Call_Sup

1525
-1095
Porosité Lithologie 1520

-1096

Réservoir : 1530

1525
Grès/sable propre
1535
-1100

1530
1540

1545
-1105
1535

1550
Call_Inf

Saturation 1540
1555
-1110

1560
1545
© 2015‐ IFP Training

1565
-1115

1550
1570
-1118

1555

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 138


Appareil de forage

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Appareil de forage

Dans les premiers temps

© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 139


Types appareil de forage
Appareil terrestre

 Léger : forage jusqu’à 2 500 m

 Moyen : forage jusqu’à 3 500 m

© 2015‐ IFP Training
 Lourd : forage jusqu’à 6 000 m

 Ultra‐lourd : forage jusqu’à 10 000 m

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Type de puits et d’appareil en fonction 
de la profondeur d’eau

Well type 
Exploration/appraisal Development
Water depth 

Shallow surface well surface well

< 10 m swamp barge swamp barge

Medium surface well subsea well surface well (most often)


semi-submersible
~ 10 to 100 m jack-up compact rig or tender or jack-up
( from 60 m WD)
Deep subsea well surface well subsea well

moored semi-
100 to 500 m (approx) moored semi-submersible compact rig
submersible

Ultra deep subsea well surface well subsea well


dynamically positioned
© 2015‐ IFP Training

dynamically positioned
> 500 m (approx) compact rig semi-submersible or
semi-submersible or drillship drillship

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 140


Types appareil de forage
Swamp barges

Les Swamp barges flottent jusqu’au site de forage puis sont

© 2015‐ IFP Training
ballastées pour se poser au fond de l’eau pour le forage
Utilisées pour des profondeur d’eau de 7‐8 m, particulièrement
utilisées en Louisiane, au Nigeria et en Indonésie
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Types appareil de forage : jack‐up
Utilisés par des Profondeurs d’eau jusqu’à 110‐120m 
en fonction des conditions de sol au fond de la mer

Système 
autoélévateur
Mat (derrick)

Cantilever

Plateforme fixe 
(pont)
© 2015‐ IFP Training

Quartiers vie
Plateforme fixe 
(Jacket)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 141


JACK‐UP

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

JACK‐UP

© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 142


Types appareil de forage : tender

Tender flottant
fonction pompage
stockage 
quartier vie 

Plateforme fixe de 
production 
derrick+treuil+BOP
Liaison souple

© 2015‐ IFP Training
passerelle ombilicaux 

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Types appareil de forage : compact rig

Appareil compact sur HIBERNIA 


© 2015‐ IFP Training

(CANADA)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 143


Les semi‐submersibles

Pour le transport une semi‐sub peut être remorquée ou chargée 
sur une barge. Certaines sont auto propulsées à faible vitesse

© 2015‐ IFP Training
Semi en opérations Semi en transport
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Types appareil de forage : bateaux de forage

142

Pride of Africa
© 2015‐ IFP Training

$ 450 OOO OOO,00

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 144


Forage Offshore drilling : records de profondeur d’eau

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Navires de forage à positionnement dynamique

Navire de 
forage
(drillship)
from 500 to 3000 m

Profondeur d’eau

Drilling riser

B O P
sous‐marin

Tête de puits 
sous‐marine
Profondeur forée
from 2000 to …. m

Trajectoire du 
© 2015‐ IFP Training

puits

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 145


Compensateur de houle

© 2015‐ IFP Training
Le compensateur de houle permet de 
garder un poids constant sur l’outil

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Liaison entre la surface et le fond

Joint télescopique

Riser

Kill et choke

Ball joint

BOP annulaire

Connecteur

BOP stack

Connecteur
© 2015‐ IFP Training

Suspension des casings

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 146


Suspension des casings, têtes de puits, BOP

© 2015‐ IFP Training
Unité de commande des BOP

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Liaison entre la surface et le fond – Le joint télescopique

Tensionneurs

Joint 
télescopique

Riser
© 2015‐ IFP Training

Riser, joint télescopique et tensionneurs de riser 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 147
Dernière génération d’appareil
Semi‐sub pour offshore très profond

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 148


Durées et coûts d’un puits

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Estimation du coût des puits

 Le coût d’un puits est estimé par trois composantes


• Partie Fixe
− Mobilisation et démobilisation de l’appareil
− Mob et demob des bateaux d’assistance, travaux génie civil
• Partie Variable : fonction du temps de forage
− Comprend tous les services : appareil de forage, services boues,
directionnel, logistiques, etc.
• Partie variable : fonction de l’architecture (longueur forée,
programme)
− Comprend tous les équipements et consommables : tête de puits,
tubages, outils, produits boue, ciments, complétion, etc.

 Les coût des puits (DRILLEX) peuvent représenter de 30 à 50 % du


© 2015‐ IFP Training

cout d’un projet de développement

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 149


Estimation du coût des puits

WellDurati on
WellCost  ( Mob  Demob )   DailyCost
n  Day 1
n  Consumable s n  ADC

 ADC = Coûts dépendants de l’architecture du puits

 Les Coûts de forage s’estiment en considérant


• Les prix du marché courant
• Les coûts dans les contrats déjà en vigueur des contrats déjà en
place : taux contractuels applicables
• Les coûts envisagés lors de résultats d’appel d'offre

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Durées de réalisation d’un puits

Répartition des temps -


FORAGE EXPLORATION / DEVELOPMENT
(pour exemple)
Forage Développement

Forage Geologie completion


Forage Exploration / Appréciation

Forage geologie tests Abandon

0 10 20 30 40 50 60 70
Durées en jours
© 2015‐ IFP Training

Source / Illustrations:  TOTAL
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 150
Durées de forage – Non Productive Time (NPT)

 Les opérations de forage induisent des risques et des imprévus dus :


Incertitudes géologiques, mauvais temps, casse de matériel, etc.
 La somme des jours “perdus” est en général un % du temps total
d’opérations
 Cependant, la plus grosse incertitude sur la durée d’un forage est la
perte de temps dus à des imprévus pour achever la réalisation du puits :
• Side track : accidentel, géologique
• Pertes de boue, pose de bouchon de ciment
• Contrôles de venues (Kick)
• Coincement de la garniture
• Récupération d’une partie de la garniture après rupture
• Récupération d’équipement perdu dans le puits (câbles wireline, outils)

© 2015‐ IFP Training
 Le NPT peut avoir un impact très significatif sur le coût final du puits

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Coût journalier des appareils de forage
Rigs à terre
K$/day

Semi‐Sub Jack‐Up
Rig rate Semi‐sub ( K$/d)

© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 151


Coût d’un puits
Profondeur moyenne 3 000 à 5 000 mètres
 Environnement pétrolier soutenu (onshore USA) 3 à 8 MM$

 Environnement pétrolier (on & offshore, Moyen / Extrême Orient) 10 à 15 MM$

 Forages à terre zones isolées 20 à 30 MM$

 Environnement difficiles (HPHT, …/offshore Mer du Nord) 30 à 50MM$

 Environnement Difficiles (mer profonde) > 60 MM$ …

 Mer très profonde (profondeur d’eau > 2000 m) > 80 MM$ …

© 2015‐ IFP Training
et parfois beaucoup plus …

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Marché des contracteurs d’appareils de forage 

Marché 2014 : ~US$ 80 milliards

Onshore: 30 milliards $ Offshore: 50 milliards $
© 2015‐ IFP Training

Source: IFP

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 152


Forage

Points‐clés à retenir
 Avoir un bon programme géologique définissant clairement les objectifs du puits (Puits d’exploration ou de
développement, informations à collecter, cibles à atteindre…), et donnant le maximum d’informations sur les
horizons géologiques à forer (Epaisseur, pression, température, lithologie…)
 Préparer le programme de forage à temps pour obtenir le budget, approvisionner matériel et logistique …
 Architecture puits : déterminer le profil puits et les phases de forage pour contenir la pression de pore de la
formation, pour éviter de caver, pour protéger les aquifères et pour permettre l’installation du tubing dans le
dernier casing/liner
 Rôle de la boue (fluide de forage) : transporter les cuttings à la surface, éviter de caver en trou ouvert,
contrôler la pression de formation (2 barrières de sécurité en forage avec la boue et le BOP), refroidir le
trépan, fournir l’énergie au moteur de fond le cas échéant, transmettre des informations vers la surface.
 Rôle du ciment : transférer le poids du casing vers le terrain, s’assurer de l’étanchéité de l’annulaire, éviter
l’écroulement du trou (collapse) et les gonflements (des argiles, sels…), isoler les réservoirs/formations situés
derrière le casing, éviter les pollutions vers la surface. Utiliser le CBL pour vérifier la qualité des cimentations

 Fonctions du Rig de forage : Levage, Pompage (circulation boue), Rotation (table de rotation + kelly + swiwel
ou Top Drive ou Moteur de fond), Puissance et Sécurité
 Types de Rig : Land, Jacket, Tender Rig, Jack‐up, Semi‐sub, DrillShip

© 2015 ‐ IFP Training
 Problèmes potentiels : casse matériel (tige, trépan), coincement garniture, perte de l’équilibre hydrostatique
(pertes de boue, kick, blow‐out)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

153
154
Complétion des puits – Interventions

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Principales étapes opérations puits

Exploration/Appréciation Développement
Mobilisation du Rig Skid du rig du slot précédent
 
Well spudding Well spudding
Forage et pose des  Forage et pose des tubages à objectif
tubages à objectif


Diagraphies *
Diagraphies


Test * Descente Complétion
 
Abandon/suspension du puits Skid au slot suivant
© 2015‐ IFP Training

 
Démobilisation du Rig Connexion flowline

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer


* : optionnel 155
Test des puits

OBJECTIFS du TEST :
Gas
Wellhead  PROUVER la production 
Separator Oil
d’hydrocarbures
Water
 IDENTIFIER  le comportement du 
réservoir pendant le production 
(en dynamique)

Well test   TESTER l’efficacité d’une 


Principles complétion
Well
 ACQUERIR des données :
• Pressions de formation
• Perméabilité du réservoir
• Endommagement éventuel de la 
liaison couche‐trou (mesuré par 

© 2015‐ IFP Training
le Skin)
• Fluides produits  (échantillonnage  
Reservoir pour analyses)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Test de puits offshore
ÉQUIPEMENT DE TEST (OFFSHORE)

© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 156


Test des puits durant la production
Équipement

Débitmètre Coriolis

© 2015‐ IFP Training
Séparateur de test
Compteur multiphasique (MPFM)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Test de puits offshore

Oil

Gas
© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 157


Off‐shore testing

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Rôle de la complétion

 Assurer :
• La connexion entre le gisement et la surface
(liaison couche‐trou puis transfert vers la surface)
• L’optimisation de la production avec des équipements spécifiques
(activation puits)
• La sécurité en cas d’incident fond ou incident surface

 La complétion permet aussi :


• De produire sélectivement des réservoirs ou zones multiples
• D’isoler des zones produisant trop d’eau ou trop de gaz
• De contrôler les venues de sable en provenance des formations non
consolidées
© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 158


Définition de la complétion

 Opérations qui préparent le puits pour la production (ou injection)


• Réaliser l’interface entre le réservoir et les parois du puits selon le
programme (perforations , stimulation, contrôle anti sable)
• Installer le the tubing de production et les équipements fond de
puits associés, le tout forme le « train de complétion »
• Installation de la tête de production (« Arbre de Noel » ou « X‐Mas
tree »)

 L’architecture du train de complétion est définie entre les ingénieurs


réservoir, exploitation et puits et doit tenir compte
• Des caractéristiques du réservoir à produire
• De la productivité attendue du puits

© 2015‐ IFP Training
• De considérations mécaniques pour assurer l’intégrité et la sécurité
• Des futures opérations de production et de la philosophie
d’intervention sur puits
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Objectifs de la complétion d’un puits

Installation traitement Bacs stockage huile


surface
Torche
X‐Mas tree Flow lines

Puits
© 2015‐ IFP Training

Réservoir

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 159


Méthode de complétion
Complétion simple
Trou ouvert Trou tubé

PRODUCTION TUBING
TUBING CASING

CEMENT

RESERVOIR

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Méthode de complétion
Complétion multiple
Production Complétion Complétion 
simultanée sélective double

TUBING

VANNE CIRCULATION
"SLIDING SLEEVE"
PACKER
© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 160


Équipements typiques d’une complétion

– TÊTE DE PRODUCTION 
(CHRISTMAS TREE)

– TÊTE de TUBING & 
SUSPENSION TUBING

– TUBING

– VANNE de SÉCURITÉ SUBSURFACE

– PACKER (pour isoler annulaires)

TRAIN de
– VANNE CIRCULATION
COMPLÉTION
– SIÈGES (ancrage instruments, 
plugs …)

© 2015‐ IFP Training
– Équipements ACTIVATION 
(optionnel)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Exemple d'équipement pour un puits éruptif : partie 
supérieure

© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 161


Exemple d'équipement pour un puits éruptif : partie 
inférieure 

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Équipement de la complétion
LA TÊTE de PRODUCTION (X‐MAS TREE)

Vanne 
curage
Duse

Vanne 
latérale

Vannes 
maîtresses
© 2015‐ IFP Training

Tubing 
spool

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 162


Tête de production sous marine 

WING
VALVE
CHOKE
VALVE

MASTER
VALVE

Seabed

SCSSV :
Sub surface Control Subsea
Safety Valve

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Les barrières de sécurité du puits complète

Exemple Puits éruptif Vannes de la
tête de puits
Vannes  Étanchéité suspension 
Deux barrières intérieures  au tubing :
annulaires Tubing
 SCSSV (vanne de fond)
 Vannes Tête de puits
Deux barrières extérieures au tubing : Tubage de Production

 Packer Vanne sécurité 
 Vannes annulaires Subsurface SCSSV
 Etanchéité suspension Tubing
Tubing
Enveloppe 1
Packer
Enveloppe 2
© 2015‐ IFP Training

Réservoir

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 163


Équipement de la complétion

SCSSV : Surface Controlled Sub‐Surface Safety Valve


Function
Shut in the well, below the ground or 
the mudline(‐150’)
Hydraulic operated from the surface 

Types
Retrievable by tubing; large flow path
Retrievable by wire line; restricted
flow path
Closing devices
Ball valve
Flapper valve

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Équipement de la complétion
Tubing

 Les hydrocarbures circulent du


réservoir à la surface a travers le train
de tubing
 Le train de tubing est suspendu dans la
tête de tubing (tubing head) par la
suspension Tubing (tubing hanger)
 Le choix du diamètre du Tubing est fait
en fonction des débits et des fluides
attendus
 Les caractéristiques et métallurgie du
tubing sont choisies en fonction de :
• Profondeur des réservoirs
• Pression et température
© 2015‐ IFP Training

• Présence de fluides corrosifs (H2S,


CO2)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 164


Équipement de la complétion
Les packers

PACKERS GONFLABLES
 Disponibles pour complétions
trou ouvert ou trou tubé

 Possibilité de les ancrer et libérer


mécaniquement (poids, traction,
rotation)

 Possibilité de les ancrer


hydrauliquement

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Perforation des tubages
Différentes méthodes et outils de perforation
Perforation « Over balanced » Perforation 
« Under balanced »

© 2015‐ IFP Training

A travers tubage A travers tubing Descendus avec le tubing


Canons gros diamètre Canons petit diamètre Gros canons perdus
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 165
Perforation des tubages
Exemple : perforation à travers tubage

© 2015‐ IFP Training
Opération de perforation Tubage perforé
du tubage  avec canons 
Schéma d’un canon
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Perforation : charges creuses

© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 166


Contrôle anti‐sable

Liner rainuré

© 2015‐ IFP Training
GRAVEL PACK « Trou ouvert »
Crépine
“Wire wrap”
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Activation des puits

Dans quel cas doit on activer les puits ?

 L’énergie du réservoir n’est plus suffisante pour remonter la


production en surface
• Puits non éruptifs ou faiblement éruptifs
− Pression du réservoir inférieure à la pression hydrostatique
− Peu ou pas de gaz dissous dans l’huile
− Réservoir envahi par l’eau (water breakthrough)
• Puits éruptifs sur le déclin
− Réservoir déplété

 Comment réalise t’on cette activation ?


• Allègement de la colonne de fluides dans le tubing
© 2015‐ IFP Training

• Pompage des fluides au fond du puits

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 167


Méthodes d’activation des puits

(from  F. Jahn & all)

GAS LIFT POMPAGES

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Gas‐lift

© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 168


Sucker rod pumping

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

PCP

© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 169


Activation des puits par gas lift

© 2015‐ IFP Training
Système Gaz Lift

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Activation des puits par gas lift

PRINCIPE OPÉRATOIRE DU GAS LIFT
GAZ GAZ GAZ

VANNES
FERMEES

VANNES
FERMEES
VANNES VANNES
OUVERTES OUVERTES

VANNE
OUVERTE
© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 170


Activation des puits pompage
Exemple : POMPAGE AUX TIGES
« Sucker rod pumping »

Sucker Rod

Plunger

Riding valve

Casing

© 2015‐ IFP Training
Standing Valve

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Efficacité et rendement de différents modes d’activation

© 2015‐ IFP Training

Note: La présence de gaz pénalise


l’efficacité de l’activation
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 171
Méthodes de stimulation

 Reperforation avec charges à forte pénétration

 Acidification

 Fracturation hydraulique

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Traitement de la couche – Acidification

 But : restaurer la perméabilité au abords du trou


• Perméabilité réduite à cause
− Du forage,
− Des perforations

 Formations carbonatées
• On utilise l’acide chlorhydrique, l’acide acétique, l’acide formique,
• Les acides attaquent la formation et non les colmatants

 Formations gréseuses
• On utilise un mélange d’acide fluorhydrique et d’acide chlorhydrique (mud
acid), l’acide chlorhydrique pour neutraliser les carbonates

 Généralement acide mis en place au coiled tubing après équipement du


puits
© 2015‐ IFP Training

 Pénétration de l’acide de l’ordre de quelques dizaines de centimètres


dans la formation

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 172


Stimulations des puits

 Pourquoi stimuler un puits ?


• Pour Restaurer la perméabilité aux abord du puits à la suite d’un
endommagement par le Forage (invasion de la boue, du ciment, …)
ou la Complétion (Perforations bouchées, …)
• Pour augmenter la perméabilité (et donc la productivité) du
réservoir aux abords du puits

 Principales opérations de stimulation


• Re‐perforations (complémentaire, plus profondes, …)
• Lavage des perforations (à l’acide généralement), de‐enssablage
fond de puis
• Acidification des réservoirs : Acide Chlorhydrique (Carbonates),
Fluorhydrique (grès),
• Fracturation hydraulique
− Le réservoir est fracturé artificiellement par un fluide haute pression

© 2015‐ IFP Training
(eau + gel)
− Les fractures crées sont gardées ouvertes grâce à du sable ou des billes
injectées dans les fractures

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Traitement de la couche – Fracturation hydraulique

Propagation de la fracture

CASING PERFORATIONS

CONTRAINTE
© 2015‐ IFP Training

CIMENT
MINIMALE

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 173


Complétion
Points‐clés à retenir
 Rôle de la complétion : assurer la connexion entre le gisement et la surface (liaison couche‐trou puis
transfert vers la surface), l’optimisation de la production avec des équipements spécifiques (activation
puits), la sécurité en cas d’incident fond ou incident surface. Permettre également de produire
sélectivement, d’isoler des zones et de contrôler les venues de sable
 Types de complétion : trou ouvert, trou ouvert avec liner préperforé ou Gravel pack, trou tubé;
Complétion simple ou multi tubing
 Équipement de complétion pour puits éruptif : tubing, packer, vanne de circulation, sièges, vanne de
sécurité fond (SCSSV si contrôlé depuis la surface), tête de puits avec vannes maîtresses, vanne de
sas/curage, vanne latérale, duse ... Deux barrières de sécurité en production: Vanne de sécurité fond +
Packer et Tête de puits de production (Christmas tree)
 Types de packer : permanent (design simple, fiable, supporte des efforts importants, a un diamètre
intérieur important mais nécessite un reforage ou surforage pour l’enlever) ou retirable (descente
avec le tubing, plusieurs à la fois si nécessaire, facile en principe à remonter, mais plus compliqué,
avec un diamètre interne plus petit et un reforage difficile en cas de blocage)
 Équipement divers : dispositifs de circulation, outils de Wireline, sièges, Blast joint & Flow coupling …
 Perforations : overbalanced (gros diamètre et avant descente complétion), underbalanced (après
descente complétion ou avec TCP). Perforations propres si underbalanced
 Stimulation : reperforation avec des charges à forte pénétration, acidification ou fracturation
hydraulique afin de restaurer la productivité après endommagement ou pour améliorer la

© 2015 ‐ IFP Training
productivité d’un puits médiocre

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 174


Intervention sur puits

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Intervention sur puits : définition

 Opérations effectuées sur une puits après sa complétion (en


production ou injection)
 Ces activités sont réalisées pour
• Opérations de stimulation du puits
• Assurer le suivi des performances du puits et du réservoir
• Remplacer ou réparer des équipements défaillants dans le puits
• Restaurer l’intégrité (barrières de sécurité) du puits

 Les moyens utilisées sont


1. « Au cable » (Wireline)
2. Unité coiled tubing
3. Unité snubbing
© 2015‐ IFP Training

4. Appareils workover
en fonction des types interventions à effectuer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 175


Catégories d’intervention sur puits 
et moyens mis en œuvre
 Interventions “légères
• Avec unité “Wireline”– (slick or electric line)

 Interventions “semi lourdes” Opérations 


• Unité “Coiled tubing” : tubing continu  Puits sous pression
(enroulé) de petit diamètre  (3/4 “ to 4”1/2)
• Unité “Snubbing” : tubing conventionnel
de petit diamètre

• Unité “Pulling”

Opérations puits “tués”
 Interventions “lourdes” (Pas de pression à la tête de 
• Unité “Workover” production)

© 2015‐ IFP Training
(identique à un petit rig de forage)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Exemples d’intervention puits

 Intervention « légères » avec unité « wireline »


• Installation d’un plug
• Descente de jauges de pression et température
• Diagraphies de production (débitmètres, calipers, ...) et échantillonnage fluides
• Remplacement de vannes gas lift
• Remplacement d’une vanne de sécurité Subsurface
• Ouverture/fermeture vanne de circulation ou chemise
• Reperforations, …

 Interventions « semi lourdes » (puits sous pression)


• Nettoyage fond de puits ou tubing par circulation fluides
• Opération de stimulation (traitement acide, fracturation hydraulique)
• Dessablage fond de puits
• Récupération obstruction de fond (fishing)

Interventions lourdes avec unités workover ou appareil de forage


© 2015‐ IFP Training


• Remplacement du train de complétion
• Changement de réservoir producteur

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 176


Moyens intervention puits
Slick line (wire line)

 Utilisation principale
• Mesures dans le puits
• Changement vannes, bouchon, 

© 2015‐ IFP Training
packer
• Perforations

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Moyens intervention puits
Coiled tubing

 Utilisation principale
• Nettoyage fond du puits
© 2015‐ IFP Training

• Stimulations : acidification, fracturation


• Injection produits spécialisés dans le réservoir (polymères, surfactants, gel, …)
• Forage petit diamètre
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 177
Moyens intervention puits
Snubbing

© 2015‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Snubbing

© 2015‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 178


Opérations de workover

 Un workover est nécessaire quand la maintenance ou une


réparation dans le puits ne peut pas être effectuer au “wire‐line”
ou avec une unité “Coiled tubing” ou “snubbing”

 Pour un work over le puits doit être neutralisé (pas de pression en


tête). Cela peut entrainer un endommagement du réservoir
producteur

 Il peut être nécessaire de retirer toute la complétion


• Équipement coincé dans le tubing
• Problèmes Tubing, packer (fuite, corrosion, …)
• Le type de complétion doit être changée (diamètre tubing, besoin
activation, …)

© 2015‐ IFP Training
• Intervention directe sur le réservoir

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Moyens intervention puits
Pulling unit

 Pulling Unit
• Ces unités sont capable de
retirer les complétions
légères du puits et de les
changer dans le cas de puits
ayant perdu leur
performance de production

 Applications principales
• Souvent utilisé pour changer
une pompe ou remplacer les
tiges de pompages

 Avantages
• Mobilisation et installation
© 2015‐ IFP Training

très facile
• Faibles couts journaliers

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 179


Moyens intervention puits
Workover unit
 Appareil de Workover
• Fonctions similaires à un appareil de forage
(léger) avec des équipements de plus faible
capacité:
− Capacité de levage plus faible
− Train de tiges de petit diamètre
− Diamètre et classe BOP moindre
− Capacité des installations du circuit boue
(bacs, pompes, …)
 Applications principales
• Installation et changement de la complétion
• Réparations lourdes tubage ou complétion
• Forage de drains de petit diamètre
• Bouchage et abandon des puits
 Avantages
• Équipement adapté aux opérations

© 2015‐ IFP Training
d’interventions lourdes
• Mise en place plus facile qu’un appareil de
forage
• Coût journalier plus faible
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

180
Production de surface
Installations Offshore

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Introduction
Principales composantes des installations de production
Les objectifs du traitement Huile et Gaz 
Le comportement des fluides produits
©  2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 181


Le cycle d’un champs 

ACQUERIR  EXPLORER APPRECIER & DEVELOPPER PRODUIRE RESTITUER


Domaine MINIER & DECOUVRIR CONCEVOIR

Evaluation
Evaluation
Opportunité Exploration
Appréciation Profils de Production
Conception
Developpement

PRODUCTION
ABANDON

Temps (années) 2 ‐ 5 2 ‐ 4 3 ‐ 6 15 ‐ 25 1 ‐ 5

© 2015 ‐ IFP Training
Engagement Décision Démarrage Fin de 
Contractuel Investissement Production Production

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Le  but de la production

 Vendre du brut...

 Vendre du gaz...
à court, moyen et long terme 

 Les installations de Production ont pour but :


• D’optimiser la production et la récupération d’hydrocarbures
• De mettre les effluents produits aux spécifications pour le
transport et la vente
• D’assurer la sécurité et respecter l’environnement
• De limiter les couts
© 2015 ‐ IFP Training

• D’anticiper le raccordement de nouvelles réserves...

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 182


Les étapes successives de la production surface

Collecter,
Traiter,
Stocker,
Mesurer,
Exporter
 Traitement des fluides produits
• Pour assurer leur transport/ exportation
• Toute en assurant le maximum de production
• En respectant les spécifications contractuelles

 Ces opérations de traitement doivent être effectuées

© 2015 ‐ IFP Training
• En prenant en compte les couts
• En respectant les normes de sécurité et d’environnement

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

La chaîne de traitement des effluents

metering
© 2015 ‐ IFP Training

Reservoir
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 183
Quelques exemples d’installations de production

En mer : on doit optimiser l’espace

À terre : on dispose de l’espace

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Collecte – Traitement – Exportation

COLLECTE
TRAITEMENT

PRODUCTION TRANSPORT
TETE de PUITS
EXPORT
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 184


Schéma de développement offshore au Nigéria

Prof d’eau : 40‐ 45 m

© 2015 ‐ IFP Training
Installations:
1‐2 Plateformes de Production d’AMENAM
3 Plateforme de production d’ODUDU
4‐5‐6 Plateformes Puits  (production et injection)
7 Tanker de stockage et export (FSO)
8 Quartiers Vie

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Schéma de développement sous‐marin : Girassol (Angola)

Offloading buoy
FPSO (production capacity 
FPSO 200,000 bb/d)
Storage capacity 2 Mbbl

Riser tower
Production loop

‐1350 m
Umbilicals
Injection line

2 wells Manifold
© 2015 ‐ IFP Training

Production well

Injection well
Source : TOTAL
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 185
Les effluents

 Une grande variété d’effluents …


• Huile (ou huiles de plusieurs champs)
• Gaz (seul ou associé)
• Eaux de gisement
• Solides … (sable, sels, … )
• …

 … dont les caractéristiques varient pendant la vie du champ


• en début de Vie du Champ : comportement G.O.R. ?
• pendant le plateau de production : débits élevés
• en fin de vie du champ : teneur en eau élevée ? Débits faibles
• …

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Caractéristiques des effluents en tête de puits

Normal Conditions: 1 atm.a


0 °C
……………………………………………………………………………………
© 2015 ‐ IFP Training

Standard Conditions: 1 atm.a


60 °F (≈ 15.6°C)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 186


Les grandes catégories de fluides

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Huiles légères et lourdes…

Avec augmentation de la densité, la couleur est plus sombre
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 18714


Exemples de bruts

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Caractéristiques des Fluides
Quelques Définitions

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 188


Exemple d’évolution des fluides produits avec le temps

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Constituants des effluents

 Hydrocarbures Légers : C1 C2 C3 C4
Lourds : C5 . C6 . C7 … C10 … C30 …
(Paraffines, Naphtènes, Aromatiques, …)

 Inertes Azote, Hélium

 Gaz Acides H2S : Hydrogène Sulfuré


CO2 : Gaz carbonique

 Composés d’Hydrocarbures Composés Sulfurés (mercaptans)


Composés Azotés, Oxygénés
Composés Organométalliques (Asphaltènes)
 Eau et Sel
© 2015 ‐ IFP Training

 Solides Sable, Argiles, Produit de Corrosion ...

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 189


Composants d’un brut entraînant des
problèmes opératoires

 Eau libre et sels  Hydrocarbures légers : C1C4
• Corrosion des équipements en  • Dégazage trop fort dans les 
présence d’H2S, de CO2, de Sels  bacs de stockage ou dans les 
et d'eau pétroliers (explosion possible)
• Bouchage par formation   Hydrocarbures lourds dans les 
d’Hydrates (C1, C2, C3, H2S,  gaz associés : C5 +
CO2)
• Bouchons liquides dans les 
• Bouchage par dépôts de sels pipelines, donc réduction de 
 H2S (extrêmement toxique) débit
• Forte réduction du % d’H2S   Paraffines : C18 + 
dans l’Huile et le Gaz avant  • Bouchage par formation de 
export  paraffines sur les parois des 
 Présence d’hydrocarbures dans  pipelines
les eaux traitées

© 2015 ‐ IFP Training
• Pollution (eaux, flore)
 Odeur (mercaptans)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Exemples de compositions en tête de puits

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 190


Exemples de spécifications export

Exemples
• Huile :
– Volatilité : Tension de Vapeur (TV Reid) • 10 psi (TVR max.)
– Teneur en H2S (ppm poids  • 40  ppm  poids
– Teneur en eau et en sédiments (BSW) • 0.2  %  max.
– Teneur en sels (mg/l de sels) • 60 mg/l  maxi

– Pouvoir calorifique par m3 • 36 300 MJ/m3
Exemples
• Gaz :
– Condensation HC (Point de rosée HC) • ‐ 7 °C @ 69 bar a
– Condensation d’eau (Point de rosée eau) • ‐ 15 °C @ 69 bar a
– Teneur en H2S (ppm H2S maxi) • 10  ppm  vol maxi

© 2015 ‐ IFP Training
– Teneur en CO2 (% CO2 maxi) • 2.5  %   vol maxi
– Pouvoir calorifique (Indice de Wobbe) • 40 / 43  MJ/Sm3

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

types de champs

 Onshore / Offshore (voire les deux)

 Champs avec Types de Fluides Différents


• Gaz sec
• Gaz humide (gaz à condensats)
• Gaz à condensation rétrograde
• Huile légère
• Huile lourde ‐ Huile « extra lourde »

 Champs Importants ou Marginaux


© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 191


Enveloppe de phase d’un composé mixte
huile et gaz
(Diagramme Pression ‐ Temperature)
Pression
Pression
Point Critique
Point Critique

Liquide
Liquide
Gaz
Gaz
Point de bulle Point de Rosée

Courbe de Liquide Courbe de 


Courbe 
Bulle Liquide+and gaz Rosée
de Rosée
Gaz

© 2015 ‐ IFP Training
Temperature

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Comportement du fluide produit depuis le réservoir


jusqu’au centre de traitement

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 192


Évolution d’une huile

Huile
P
Apparitions des premières Point Critique
Point Critique
bulles de gaz

10%
Courbe 20% 90%
de bulle
de Bulle

Courbe de
DansAu séparateur
le séparateur 20%  Gaz
20% gaz Rosée
de Rosée
80% Liquide
80% liquide
PSep

© 2015 ‐ IFP Training
TSep T
L’Huile produite devient un mélange huile et gaz
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Évolution d’un gaz à condensats

GazGaz
P
Point Critique Apparition des premières
gouttes de condensats

90%  Gaz
Courbe
Courbe  10% Liquide Courbe de
de bulle
de Bulle Rosée
Dans le séparateur
Au séparateur
PSep
© 2015 ‐ IFP Training

TSep T
Le Gaz produit devient un mélange de gaz et liquides (Condensats) 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 193
Résumé du comportement des fluides produits

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Séparation liquide‐vapeur ‘flash’ d’un mélange 
d’hydrocarbures
Vapeur 
Saturée
Pressure (bar)

Liquide 
Saturé
Temperature (°C)
© 2015 ‐ IFP Training

 La phase vapeur est une vapeur saturée à son point de rosée


 La phase liquide est un liquide saturé à son point de bulle
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 194
Installations de production surface
Collectes
Traitement
Transport et export
Les installations offshore

©  2015 ‐ IFP Training
Le sous marin

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Objectifs du traitement huile et gaz

COLLECTER et TRAITER les EFFLUENTS produits par les PUITS en 
conditions de SECURITE 
OBTENIR un FLUIDE TRANSPORTABLE  et/ou VENDABLE

Gaz naturel, Condensats, Bruts

OPTIMISER la RECUPERATION des HYDROCARBURES 
PRESENTS dans les RESERVOIRS

Par injection d’eau et/ou  de gaz 

REJETER TOUS les COMPOSANTS INDESIRABLES en SECURITE et 
SANS IMPACTER L’ENVIRONNEMENT

‐ Liquides:  eaux ou saumures produites des réservoirs 
(EAUX PRODUITES)

‐ Gaz associés et rejetés dans le cas de situations d’urgence ou 
© 2015 ‐ IFP Training

pour les besoins du traitement
(GAZ TORCHES)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 195


Schéma typique des installations de production

Puits injecteurs Puits producteurs

Récupération assistée Activation
Injection  Injection  Collectes Pompage Gaz lift
d’eau de gaz

Traitement huile/gaz
Compression
Injection d’eau
Stockage Utilités
Filtration
Electricité
Desoxygénation
Eau
Pompage HP Torche Air
Comptage ESD / Sécurité
Traitement des  & Export Détection gaz & feu
eaux de  Lutte incendie

© 2015 ‐ IFP Training
production Générateur secours
Tankers Quartiers vie
Mer / Rivière Lignes export

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Lignes de collecte

En suivant l’écoulement :
 Tête de puits avec vannes de
sécurité et vanne de détente…
"choke" (duse)

 Ligne de collecte du puits, avec


injections, allant vers Satellite

 Satellite avec
• manifold (avec vannes)
• séparateur de test
• organes de contrôle et de
transmission des données
© 2015 ‐ IFP Training

(Q, P, T, …)
• collecteur principal (header)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 196


Schema du réseau de collecte en surface

INLET MANIFOLD

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Réseau de collecte: lignes et manifold

Manifold
© 2015 ‐ IFP Training

Lignes de production

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 197


Lignes de collecte

Les lignes de collecte convergent  vers  
l’unité de traitement  :
• tracé (souvent difficile)
• posées sur supports ou enterrée
• vannes d’isolation pour mise en 
sécurité (ESDV)*
• isolation thermique 
• protection contre la corrosion

Collecteur principal (header) à l’arrivée à 
l’unité de traitement avec :
• gare de racleur (pig launcher / pig
receiver)

© 2015 ‐ IFP Training
* Sécurité par « Emergency Shut Down Valve »

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Raclage des lignes de production
Animation Gares Racleurs
2 min  <‐‐‐‐‐‐‐‐‐ Envoi du racleur
Reception du racleur‐‐‐‐‐‐‐>

Types de racleurs
Mandrel PIG

Sphere PIG
© 2015 ‐ IFP Training

Intelligent PIG
Brush PIG
Foam PIG
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 198
Chaîne conditionnement et traitement huile et gaz

Composants
indésirables

Traitement du gaz Traitement du gaz Ventes gaz


Pour transport  transport  Pour réseau 
par pipe par pipeline distribution
LPG

Puits producteurs Gas Associé Traitement du gaz LNG


Gaz naturel Pour liquéfaction
condensate

Traitement  Export par  pipe Brut stabilisé


de l’huile ou tanker

Composants
Puits producteurs

© 2015 ‐ IFP Training
indésirables
Huile (et gaz)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Traitements principaux huile et gaz

HUILE
• Séparation
• Stabilisation
• Déshydratation
• Extraction de l’H2S 
• Dessalage

GAZ
• Séparation
• Stabilisation des condensats
• Adoucissement ( H2S ‐ CO2 )
© 2015 ‐ IFP Training

• Déshydratation
• Récupération éthane, propane, butane

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 199


Les équipements de traitement

 Principaux équipement des installations de traitement:
• Séparateurs pour séparer Gaz, Huile et Eau de gisement
• Pompes (Liquide) et des Compresseurs (Gaz) pour faire circuler les fluides
ou fournir de l ’énergie
• Echangeurs entre un produit chaud et un produit froid (conservation de
l ’énergie) ou des aéro‐réfrigérants qui utilisent l’air pour refroidir un fluide
(radiateur …)
• Instruments de Mesure et de Contrôle … et beaucoup de câbles
« Instrument » qui sont reliés à la Salle de Contrôle
• Moteurs électriques (avec alimentation) et Turbines à gaz entraînant
pompes, compresseurs, générateurs ...
• Tuyauteries (et vannes) reliant tous ces équipements entre eux et les aux
Bacs de Stockage et aux Pipelines

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Conditionnement et traitement de l’huile

Unités Gaz
traitement gaz traité

compression
Gaz associé

Produits compression Produits metering


chimiques chimiques
Pipe export

separation Puits
Stabilisation Deshydratation Injecteur gaz
primaire
(& adoucissement*) (& désalage*)
Puits
producteur
(gas lift)

Huile
Unité traitée
Traitement eaux
Pipe export
metering ou tanker
Puits producteurs
Huile (et gaz) Puits
© 2015 ‐ IFP Training

Rejet des eaux Injecteur eau
* Traitements si besoin

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 200


Les problèmes à résoudre par le traitement huile

COMPOSANTS PROBLEMES 

Eau libre  Corrosion ( avec H2S et CO2 )


 Hydrates ( avec C1, C2, C3, H2S )

+ Sels  Emulsions
 Bouchages et Corrosion (pipelines)

 Corrosion (en présence d’eau libre )


Gaz acides H2S ‐ CO2
 Toxicité : % H2S < 40 ppm

 Légers : degazage dans les bacs


Hydrocarbures

© 2015 ‐ IFP Training
 Paraffines : bouchages des pipes

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Traitement du brut – Block flow diagram

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 201


Stabilisation : séparation multi‐étagée

15‐25 bars

5‐8 bars

1,5‐2 bars

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Types de séparateur

Séparateur Horizontal
Huile/Gaz/Eau
© 2015 ‐ IFP Training

Animation  Animation 
separator H separator V
Vertical : Scrubber Gaz
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 202
La séparation « 3 phases »

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Fonctionnement d’un séparateur

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 203


Séparation multi etagée

© 2015 ‐ IFP Training
XAN FIELD – PERENCO GUATEMALA
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Réchauffeurs

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 204


Déshydratation et dessalage

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Dessaleurs électrostatiques

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 205


Conditionnement et traitement du gaz

fuel gas compression
Gaz associé

CO2 / H2S H2O Gaz traité

Récupération
Adoucissement condensats Comptage
Sèchage
(si requis) ou
extraction LGN
Séparation pipe export
primaire Fractionnement
& stabilisation Puits
condensats injection
Traitement
eau
Liquides traités Puits production
(gas lift)

Puits producteurs metering
Eau pour rejet

© 2015 ‐ IFP Training
export pipe
ou tanker

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Problèmes du traitement du gaz

COMPOSANTS PROBLEMES
Eau  Hydrates (avec eau libre)
 Point de rosée de l'eau (condensation)

Gaz Acides  Corrosion (avec eau libre)


H2S et CO2  Toxicité (Pourcentage d'H2S)
 Valeur calorifique du Gaz (contenu CO2)

Composants  Condensation (dans Pipeline de Gaz)


lourds  Point de rosée du gaz (condensation)
 Valeur calorifique du Gaz
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 206


Toxicité de hydrogène sulfure (H2S)

H2S concentration Durée 
Effets sur l’homme
ppm vol. inhalation

1
Odeur œuf pourri
10

15 15 minutes  Limite d’exposition court terme (STEL)
TWA exposure
100 – 150 2 to 15 min Perte de l’odeur

150 – 200 2 to 5 min Perte des sens et odeur


150 – 200 8 to 48 hours Hémorragie et MORT
500 – 600 2 minutes Toux, perte de connaissance,

600 ‐ 1500 2 minutes Perte de connaissance et , MORT

© 2015 ‐ IFP Training
STEL : Short Term Exposure Limit
PEL : Permissible Exposure level (PEL), 
TWA :  Time Weighted Average exposure (in any 8‐hour work shift of a 40‐hour work week)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Formation d’hydrates

Formation Hydrates – Conditions nécessaires :

Présence d’eau
Pression

libre, dissoute, 
émulsion) ou de 
glace

Hydrocarbures Hydrates
Basse Temp légers C1, C2, 
Haute Pression C3, C4, CO2,  Pas d’Hydrates
H2S…

Temperature
 Conditions T&P de formation d’hydrates sont fonction du gas/liquid et de la
composition de l’eau
© 2015 ‐ IFP Training

 Les Hydrates peuvent se former partout si les conditions sont réunies


 Moteurs formation Hydrates : conditions P&T et cinétique chimique.
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 207
Caractéristiques des hydrates
GLACE SALE : eau cristallisée dans laquelle les molécules de  méthane, 
Pression

éthane, propane, butane, CO2, H2S sont emprisonnées (CLATHRATES)
Densité = 0.96 to 0.98

LES HYDRATES SONT STABLES
à HAUTE PRESSION ( >10 bar )
Et BASSE TEMPERATURE ( < 25 °C )
Hydrates
Se forment généralement dans la production d’hydrocarbures contenant 
Pas d’Hydrates de l’eau libre dispersée ou émulsionée .

Se forment aussi  dans la production des gaz saturés de vapeur d’eau 
Temperature (pas d’eau libre)

BLOQUE  flowlines, duses, vannes, instrumentation
BOUCHE les échangeurs
ERODE duses, vannes de contrôle, turbo‐expander

ON ELIMINE les BOUCHONS d’ HYDRATE PAR DEPRESSURISATION

© 2015 ‐ IFP Training
PEUT NECESSITER DES JOURS D’ARRET DE PRODUCTION

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Block diagram traitement du gaz

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 208


Séchage et adoucissement du gaz
PRINCIPE: ABSORPTION CHEMIQUE et REGENERATION du PRODUIT   ABSORBANT

© 2015 ‐ IFP Training
SECHAGE : ABSORPTION EAU par GLYCOL ADOUCISSEMENT : ABSORPTION GAZ ACIDES par AMINE

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Vues d’une unité TEG

Contactor

Re‐boiler
© 2015 ‐ IFP Training

TEG UNIT REGENERATOR (or STILL COLUMN)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 209
Dimensions – Unités amine 

Amine units can be very large, function of gas flowrate and composition
 Absorber columns
• Treatment pressure from atmospheric to over 100 bar.a
• 10 (selective MDEA) to 25‐30 trays
• Structured packing height: from 6 to 22 m
• Diameter from 0.5 m to 7 m
 Regeneration column
• Diameter 0.5 to 7 m
• 15‐25 trays
 Amine solution flowrate
• From 5 to 3000 m3/hr

© 2015 ‐ IFP Training
 Reboiler duty
• From 0.5 MW to 4x35 MW

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Adoucissement du gaz par membranes

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 210


Extraction (ou récupération) des liquides du gaz

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

La chaîne du GNL

COMMENTS
© 2015 ‐ IFP Training

Typically, an LNG plant will export its product by sea to customers distant of 5 to 6,000 km. As an average, a medium size plant (10 MMTPA) will
require around 12 ships to deliver around 140‐150 cargoes annually to customers located around 10,000 km away.
The LNG carriers are fast ships : they are designed for a charter speed around 20 knots (36 km/h), which is comparable to a cruise ship. Reason is
simple : when the ship is full of LNG, the ambiant sun, the sea, the wind, … all contribute to the heat inleak into the storage tanks, causing what is
known as “boil off”. The faster the ship, the lesser the amount of LNG lost (in fact, not lost : the ship uses the boil off gas as fuel). To be as efficient
when they return, empty, to the LNG plant, they sail on a load of sea water called “ballast”. Hence the name of the return voyage.
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 211
Les spécifications et compositions du GNL

 Méthane : 84 % mole min.

 C5+ : 0.1 % mole max.

 Benzène (BTX) : 1 ppmv max.

 Azote (N2) : 1.0% mole max.

 Total Sulfur : 30 mg/Nm3 max.

 H2S : 3 ppmv max.

 CO2 : 50 ppmv max.

© 2015 ‐ IFP Training
 Mercure : 10 ng/Nm3 max.

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Typical block flow diagram of liquefaction process

C1+N2
FUEL GAS
(4 MSm3/d)
‐150°C ‐160°C
(140 MMSCFD)
LIQUEFACTION
35  2   
SCRUB  bar  bar 
COLUMN
LNG
(10 MTPA)
FEED 30°C ‐37°C ‐60°C
PRECOOLING
GAS 50 
bar  DEETHANIZER
(45 MSm3/d) C2: ETHANE
(1575 MMSCFD)
NGL DEPROPANIZER
C3: PROPANE

FOUR MAIN STEPS DEBUTANIZER
C4: BUTANE
Heavy hydrocarbon removal: SCRUB column
Fractionation for LPG production
Pre‐Cooling and liquefaction
C5+: CONDENSATES
© 2015 ‐ IFP Training

Nitrogen removal & Flash Gas for fuel production

COMMENTS
The precooling generally uses a Propane Refrigerant Cycle, whilst the liquefaction uses either a succession of Pure Components Refrigerant or a Mixed
Component (MR) Refrigerant.
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 212
Bonny LNG plant – Bonny island (Nigeria)

© 2015 ‐ IFP Training
COMMENTS
A typical LNG train, seen in the distance : about 250m long, 100m wide, with the compressor shelters in the forefront. The aircoolers are located at
the top of the central piperack. An LNG plant normally has several LNG trains in parallel : from 2 (Yemen LNG) to 8 (Bontang or Malaysia Bin Tulu).
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Eaux produites

L’eau : Le problême n°1 des champs matures 

250 MBPD Production d’eau,  partout dans le monde…

• Pourcentage d’eau moyen de la 
production mondiale d’huile: 75%
• Cela coute cher de la produire, la traiter et la rejeter

… et cela va empirer :

85 MBPD • Législation de plus en plus contraignante pour les 


rejets
• Optimisation des réserves restantes des champs 
© 2015 ‐ IFP Training

matures. La production d’huile est souvent limité 
par la production d’eau

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 213


Origines et destination des eaux produites

Les eaux à traiter proviennent :

Eaux produites du réservoir

Eaux utilisées pour le traitement

Eaux de pluies et de ruissellement

Les eaux traitées sont destinées:

A être rejetées dans le milieu naturel

© 2015 ‐ IFP Training
A être injectées dans un réservoir

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Le cycle et utilisation de l’eau dans la production 

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 214


Water Management in E&P 

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Regulatory Evolution within OSPAR Context


 Paris Commission 1978
• Provisional target for PW discharges: OiW < 40 mg/l

 PARCOM Recommendation 1986


• Emission standard for PW discharges: OiW < 40 mg/l

 OSPAR Decision 2000/2 on a Harmonised Mandatory Control System for the Use and
Discharge of Offshore Chemicals
• Reduce discharge of hazardous substances
• List chemicals / substances for prioritary action and substitution

 OSPAR Recommendation 2001/1 on the Management of Produced Water from Offshore


installations
• OiW < 30 mg/l
• Best Available Techniques $$$

2020 target reinforcement
to ensure discharges will present no harm to marine life
© 2015 ‐ IFP Training

 OSPAR Recommendation 2012/5 on a Risk‐based Approach to Produced Water


discharged Offshore

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 215


Traitement eaux de production 
Flow Diagrammes Typiques

Collection of wastewater in production (oil)

General case Onshore
Offshore
Gas Gas Gas Gas
Oil
FWKO separators Desalters Buffer        Desalters
Storage

Drips
Purges Purges
Water
Buffer Water Water Buffer
(possible)

Open network Process Closed  Open network Process Closed 


water line network water line network

Settling  Treatment  Settling  Treatment  Treatment  Treatment 


treatment I+II+…III (poss.) treatment

© 2015 ‐ IFP Training
Discharge 1  Discharge 2  Biological T
Target: 30 mg/l Target: 30 mg/l
Discharge  Production
Production Target 10 mg/l

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Traitement des eaux de rejet

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 216


Traitement des eaux : équipement

BAC  API UNITE de FLOTATION

© 2015 ‐ IFP Training
HYDRO CYCLONE
FILTRES à  SABLE
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Ségrégation par gravitation, le + simple
Bac API 
HC recovery Level maintenance

Tranquilization Settling

Inlet compartment  Basin proper  Outlet compartment

T Résidence  1 heure minimum


© 2015 ‐ IFP Training

EXEMPLE: pour 3000 m3/d  ≈ 25 m long
≈   3 m large  UNIQUEMENT ONSHORE !!
≈   2 m profond

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 217


Ségrégation par gravitation assistée
Flottation
1) GAZ DISSOUS Mousse : Huile+ Eau+ Gaz

EAU
GAZ

Relief
valve TEMPS RETENTION :
7 – 8 min minimum
 4 cellules 
2) GAZ INDUIT en séries en général
Mousse Mousse

© 2015 ‐ IFP Training
HYDRO‐EJECTOR TURBINE
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Ségrégation par gravitation améliorée
Hydrocyclones

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 218


Filtration – Nomenclature

© 2015 ‐ IFP Training
WATER DESALTING SULFATE REMOVAL UNIT (SRU)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Traitement de l’eau de mer pour injection

Produits Produits
chimiques chimiques

Filtration Filtration
Desoxygénation
grossière avancée (vacuum tower)
(strainer) ( filters)

Produits
POMPES chimiques
+ bactericide
Pompes 
Injection
Electrochlorination

Eau de mer Réservoir
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 219


De‐oxygénation

GAS TO 
FLARE
INLET INLET

WATER

STRIPPING
Oxygen scavenger
GAS
(Sulfite: Na2SO3 + 1/2O2‐>Na2SO4) OXYGEN
LC LC
SCAVENGER

OUTLET OUTLET

© 2015 ‐ IFP Training
TOUR sous VIDE TOUR de STRIPPING

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Adsorption : Macro Porous Polymer Extraction (MPPE)

STEAM OUTLET

MPP1 MPP2

COOLER

DECANTER

INLET
WASTE/RE‐USE

Internal structure of the Macro Porous   Removes DISSOLVED HC.
Polymer
 Needs upstream filtration to 
remove suspended solids.
Reference in the 
© 2015 ‐ IFP Training


Netherlands, Norway, 
France, Australia.
 Limited to small flowrate.
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 220
Filtration – Cartridge filters

CARTRIDGES ON THEIR SUPPORT

CARTRIDGES AFTER AND BEFORE FILTRATION

GIRASSOL:
Cartridge filtration (original design: 0.5 µm)
Down‐stream the sand filters (10 µm)
IDEA: remove bacteria to protect SRU

© 2015 ‐ IFP Training
 Change cartridges every 5 DAYS!!!
Change design to 5 µm (Typical for SRU protection!!!)
 Change cartridges every 8 to 9 WEEKS (OK)
SUPPORT
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Filtration – MultiMedia Filters (MMF)

© 2015 ‐ IFP Training

SEA WATER FILTRATION – 16 MMF (GIRASSOL – ANGOLA)


EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 221
Sulfate removal (nanofiltration) – Girassol (Angola)

DELIVERY (OUTLET): 64 000 m3/day


Six (6) modules per cartridge  More than 3000 modules!!!
No Chlorine!!!  Injection of BISULFITE
No HC !!!

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Exemple : PWRI de Pazflor
UM produced w ater

O9 produced w ater
20131
A/B Desanding cyclone
VF 2711 Oily w ater

LP separators Degassing
F 27001 27011 F
V 2011 A/B drum Flow transmitter
T T
F F V 2711
T T
21061 A1/A2…D1/D2
F Cooler ES 2711
T
20142 F Desalting tanks
A/B T T 2112 A/B/C/D
Sand purging PA 2116
accumulator A1/A2 … D1/D2
Fresh v essel
w ater VF 2713
F
T
27063 F Slop tanks
Transfert Sand T
20034 bag
Cooler Manifold
ES 2712 F Seaw ater
Desanding T disposal
cyclone Degassing drum Surge drum caisson
VF 2712 27064

V 2712 V 2713
Slop tanks
Q mini

T 2801 A/B 27081 27062


PA 2716 27061
A/B
Q mini

F F F
Seawater T T T
disposal caisson 27101
PA 5411 A/B
F PA 2715 A/B
MD 2712
T
Hydrocyclone
UF 2712 27041 A/B Treated
sea w ater
(from SRU)
F
Closed drain T
PA 2811 A/B
Hydrocyclones
UF 2711 A/B

Sand j etting package

Slop tanks
LP separators Sand jetting
V 2011 A/B accumulator vessel
VF 2001 27031 A/B UM - 3 Risers &
© 2015 ‐ IFP Training

Fresh F 17 inj ection w ells


water T
Manifold of Q mi
LP separators ni

Main skimmed
MP separators oil return pump Main oily w ater
Sand booster pump
V 2001 PA 2713 A1/A2
bag PA 2711 A1/A2/A3
B1/B2
B1/B2/B3
Produced w ater tank T2711 A/B

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 222


L’eau dans l’exploitation des hydrocarbures de roche mère

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Utilités des installations de production

En complément des équipements principaux pour la collecte et le traitement, les


opérations de Production nécessitent :
 Salle de Contrôle, instrumentation, Process Logic Controler, Digital Control Software
 Télécommunications
 Utilités et “Offsites”
• Système Fuel Gaz
• Génération électrique (principal et de secours), le réseau de distribution électrique
• Torches
• Ventilation et Air Conditionné (HVAC)
• Air comprimé (et Azote comprimé)
• Stockage et équipements d’injection de produits chimiques
 Équipements pour la Sécurité (et Sureté) :
• Réseau Incendie (aspersants, eau, mousse,..)
• Détecteurs de gaz, chaleur et flammes,
• Panneaux de contrôle et activation des vannes ESDV (Emergency Shutdown Valves),
© 2015 ‐ IFP Training

 Zones de circulation et d ’évacuation (routes, escalier, helideck, ponts,…) , zones de


stockage
 Bureaux, ateliers, quartiers vie, aires de repos et de récréation, eau potable, cuisine,
etc.....
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 223
Transport : onshore pipelines

Positionnement
 Pipeline de Transport huile et gaz
• Construction longue et souvent difficile
• Tubes de large diamètre (>36 pouces)
• Tubes Enterrés ou aériens
• Doivent pouvoir être isolés par de Vannes
de Fermeture d’Urgence (ESDV)
• Doivent être isolés thermiquement
• Doivent être protégés contre la corrosion
Soudage

Enterrement

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Onshore Gas Pipelines Russia Europ

Northern Lights
Owned and operated by GASPROM
7300 km
51 BCM/y
Commissionned in 1985

Yamal‐Europe
Owned GASPROM and Wintershall
4000 km
33 BCM /y
Operational 1997

Nord Stream
GASPROM (51%), WINZ (15,5%), EON 
(15,5%), GasUnie (9%), GDF (9%)
Dual 48in lines Planned 55 Bcm gas/y 
© 2015 ‐ IFP Training

(8% of EU consumption), 1200 km,
First line operational in November 2011 

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 224


SUBSEA GAS PIPE : NEGP (Nord Stream)

GASPROM (51%), WINZ (15,5%), EON (15,5%), GasUnie (9%), GDF (9%)


55 Bcm gas/y (8% of EU consumption), 1200 km, max WD:210m

© 2015 ‐ IFP Training
Dual 48in pipe lines, Op Press 220 bars, 
First line operational November 2011, second in Oct 2012???
Cost >8 Geuros
Construction SAIPEM 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Pose pipelines offshore (4 km/day)

1 200 km ‐ Ø 42” S lay barge


© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 225


Export

HUILE :
• Stockage
• Comptage
• Pompage vers pipeline ou bouée de 
chargement
GAZ :
• Comptage
• Compression du gaz pour expédition 
par pipeline

Dans tous les cas : 
• On mesure avant expédition

© 2015 ‐ IFP Training
• On fournit de l’énergie au fluide

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Fonctions d’un terminal

 Réception de la Production

 Comptage de la Production
• Quantités vendues mesurées par un banc de comptage et
calibration
• Mesures volumes des bacs

 Stockage

 Export
• Chargement des Tanker
• Feedstock pour raffineries
© 2015 ‐ IFP Training

La Production doit être aux Specifications Commerciales : 


API ‐ BS&W – Salinité – Pression Vapeur‐ Viscosité – Point de figeage‐ contenu
H2S etc..

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 226


Installations d’export : les terminaux

TERMINAL ONSHORE

Quai de chargement des tankers

© 2015 ‐ IFP Training
Bacs de stockage

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Bacs de stockage

Bac à toit fixe

Bac à toit flottant: 


500 000 bls
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 227


Mesures de la production

 Un banc de mesure comprend généralement :


1. L’unité de mesure en ligne avec équipements de mesures (Debitmètres)
2. Une boucle d’étalonnage
3. Un échantillonneur en ligne automatique
4. Système de contrôle informatisé

Unité de Mesure   Echantillonneur  Automatique 

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Exemples de stockage et chargement de brut
Chargement tankers à une BOUEE
Chargement tankers à QUAI 
Stockage à terre

Tanker

Bouée

Tankers

Stockage flottant

FPSO
tanker
© 2015 ‐ IFP Training

Chargement FPSO à COUPLE

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 228


Les tankers

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

LNG carriers

138 000 m3 LNG Carrier (GT containment system)

© 2015 ‐ IFP Training

COMMENTS
Typical “membrane” technology gas carrier, today all new ships are built using this technology. A 138,000 m3 LNG carrier transports around 63,000
tons of LNG .
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 229
Les routes des tankers

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Offshore : histoire en bref

≈1900 Premier  puits « offshore » 


en Californie

Plateforme de forage et 
≈1910 production sur le lac  Caddo‐
Texas

Premières plateformes en 
© 2015 ‐ IFP Training

1947 acier en Louisiane 
30 km de la cote
(profondeur mer : 6 m)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 230


Offshore : statistiques

Années 90

© 2015 ‐ IFP Training
Records in 2014: Forage 3 174 m (India)
Tête de production 2 934 m (GoM)
Support flottant 2 500 m (GoM)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Généralités sur l’offshore

 La Mer
• Puissance et isolement : la Sécurité (design et opérations)
• Profondeur, mais aussi vagues, vents et courants
(les forces entraînant des efforts dynamiques…)

 Les Chiffres de la Production Offshore :
• Entre 30 % et 40 % de la Production Pétrolière… !
• Des Milliards de Dollars d’Investissement…

 Les Tendances :
• Les Champs Marginaux
• Les Supports Flottants
© 2015 ‐ IFP Training

• Le Grand Fond et l’Ultra Grand Fond
• Les Nouvelles Technologies
• Le Partage des Connaissances
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 231
Les grandes zones d’activités offshore

 Trois zones « pionnières » :


• Très importantes pour l’Histoire de l’Offshore et l’importance des
installations actuelles :
− La Mer du Nord,
− Le Golfe du Mexique,
− Le Brésil…
− Afrique ouest

 « Plus récemment»… et en croissance:


• Toujours l’Afrique (Ouest et Est),
• Asie SE – Pacifique (Australie),
• Encore le Brésil…

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Densité de plateformes
Golfe du Mexique

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 232


Critères pour développement offshore

 Environnement
• Profondeur d’eau et conditions environnementales (conditions de
mer, vents, climat, topographie fond de l’eau, …)

 Réservoir
• Taille, géométrie, nombre, stratégie de récupération, (naturelle,
injection eau ou gaz, …)

 Puits
• Nombre, implantation des centres de forage et des puits
• Trajectoires : très déviés, horizontaux
• Tête de puits aérienne ou sous marine, accès au puits

© 2015 ‐ IFP Training
 Support de production
• Fixe, flottant, une or plusieurs plateformes, …

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Critères pour développement offshore

 Traitements
• Centralisé, dispersé
• Distance au centre de traitement et au terminal (export)
• Effluents (huile/ gaz /eau) , poids et dimension des équipements

 Stockage/export
• Sur site ou export vers un autre centre de traitement
• Terrestre, sous marin?

 Habité/non habité
• Opérations pilotées localement ou à distance ?

 Coûts/économie
 Contexte local
© 2015 ‐ IFP Training

• Contraintes géographiques de construction, taille des yards, possibilité


dry‐dock
• Contraintes locales : environnement, industrielles et pour le personnel

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 233


Les supports de production offshore

 Les supports fixes


• (Plate‐Formes en bois…) début XXème siècle
• Plate‐Formes métalliques (« Jackets »)
• Plate‐Formes en béton
• Les Tours… (Compliant Towers)

 Les supports flottants


• Les Semi‐Submersibles
• Les TLP (Tension Leg Platform)
• Les Spars
• Les FPSO (Floating Production Storage Offloading)
• Les Barges

© 2015 ‐ IFP Training
• Les FPU, FSO

Avec, bien sûr, le sous‐marin (Subsea)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Installations de production offshore

Développements avec 
Têtes de Puits aériennes

PF CT TLP SPAR SemiSub MFB et     FPSO

412 m
535 m
1200 m
1460 m
© 2015 ‐ IFP Training

Développements Sous marins


avec liaisons ultérieures
(tie‐back)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 234
Les différents types de support Offshore
Fixed Platform Floating systems

Technical feasibility
Conventional Deepwater
Fixed platform
Compliant tower
TLP
Spar

© 2015 ‐ IFP Training
Semi‐sub
FPSO
Subsea systems

Water depth (m)        '0 500 m 1000 m 1500 m 2000 m 2500 m 3000 m


Shallow water Deep offshore Very Deep offshore Ultra…
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Les fonctions des plate‐formes
 L’objet d’une plateforme offshore est d’offrir une zone Integrées
stable et sure au dessus du niveau de la mer pour installer
les installations nécessaires à la production et aux
opérations .
 Plateformes Offshore ont differentes fonctions:
Forage Développement Quartier vie
Traitement des effluents Torche
Injection eau et gaz Ateliers‐Bureaux
Utilitaires Stockage
 Ces fonctions peuvent être:
Dispersées (une plateforme = une fonction) Plate‐forme quartiers vie
Intégrées (une plateforme = plusieurs fonctions)

Dispersées Stockage

Forage

Quartiers vie
© 2015 ‐ IFP Training

Jack‐Up de forage
Torche Sur Plateforme puits Traitement

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 235


Les plateformes fixes

Plateforme en Acier

Torche
Helideck
Modules

Ponts

Jambes

Renforts
Jacket

© 2015 ‐ IFP Training
Piles

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Plate‐formes fixes : fonctions dispersées

AMENAM (NIGERIA)
• Oil & Gas
• 40m water depth

Living Quarters Production
platform platform
Well platforms
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 236


Plate‐formes fixes : fonctions dispersées

Ekofisk field (Norway)


• Oil & Gas
• 70 m water depth

Living Quarters Production
platform platform

© 2015 ‐ IFP Training
Well platforms Flare platform

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Plate‐formes fixes : fonctions intégrées


Elgin Franklin
Elgin/Franklin field
11 min 
(UK North Sea)

• Gas + condensate (HP‐HT)


• Profondeur d’eau : 95 m
• Démarrage production : 2001
• 2 plateformes puits
•12 surface wells ELGIN
•9 surface wells FRANKLIN
• 1 Plateforme  Production + 
Utilitaires+ Quartier  (PUQ)

• Capacité de production : 140,000 
bpd condensats et 13 Mm3/d gaz
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 237


Installation des jackets: levage et fondations

Installation par levage

© 2015 ‐ IFP Training
Diamètre des Piles : 2 m !

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Les plus grands jackets: Virgo & Bullwinkle
VIRGO
Hauteur : 370 m 
Poids : 24 000 t

© 2015 ‐ IFP Training

BULLWINKLE
Hauteur : 440 m 
Poids : 49 000 t

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 238


Installation des ponts

By heavy Lifting 

By Float ‐ Over

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Barges de levage 
Balder      3 640 Tons  + 2 730 Tons

Thialf
7100 T + 7100 T
Saïpem 7000 : 7000 T + 7000 T
Saïpem 7000
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 239


Les tours “Roseaux”

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Supports de production flottants en 2014

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 240


Flottants
Concept spar
Perdido SPAR

Classic Spar Truss Spar Cell Spar

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Les spars

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 241


Concept spar – Champs de PERDIDO

SPAR de PERDIDO (Ultra Deep G.o.M)
 Profondeur d’eau : 2450 m

 Contracteur : TECHNIP (FINLAND, Baltic
sea)
 Capacité  production
• 100 000 bopd
• 200 MMscf/d of gas
 22 slots puits aériens + XT sous‐marines

 EPC attribution contrat: Nov 2006

 Démarrage production :  mars 2010

 POB 150 (sur SPAR) + 120 Flotel
adjacent
 Opérée par  SHELL

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Supports flottants 
Concept TLP
OLYMPUS TLP de MARS B (GoM)
 Profondeur d’eau : 3000 ft (914 m)

 210 km en mer 

 Poids : 119 0000 t

 Contracteur : SAMSUNG
(COREE du sud)
 Capacité 
• 100 000 bopd
• 2,8 MMm3/d de gaz
 24  slots puits aériens

 POB : 190 

 Fibre optique et câble jusqu’à terre

 FID : 2010
© 2015 ‐ IFP Training

 Démarrage production :  feb 2014

 Opérée  par SHELL

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 242


F supports flottants 
Concept semi‐sub
ASGARD B (Gas+condensates)
 Norvège

 Profondeur d’eau : 240‐ 300 m

 200 km de la cote norvégienne

 Pont : 33 000 t

 Contracteurs :  Kvaerner (Daewoo)

 Capacité 
 1,4 BSCFd of gas

 Démarrage production :  Oct 2000
“xxx” (xx– xx)
 Opérée  par STATOIL

© 2015 ‐ IFP Training
“Asgard B” (Norway – STATOIL)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Records enregistrés pour les semi‐sub

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 243


Pipeline offshore

© 2015 ‐ IFP Training
1 200 km ‐ Ø 42”
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Méthodes d’installation des pipeline et flowlines

J‐lay S‐lay
© 2015 ‐ IFP Training

Reel‐lay Towed

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 244


Exemple de planning d’un projet offshore 

Décision Investissement

Duréees approximatives
Ingénierie de base en mois ‐ 50% / + 100%
8 Appel offre contrats
12 Ingénierie de détail
Début Projet
12
24 Achat des équipements principaux (LLI)

Achat du matériel et autres équipements
20
Construction
18 Transport sur site
3

© 2015 ‐ IFP Training
Hook up & 
commissioning
6

50 months
Démarrage

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Des échelles hors normes …

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 245


Un environnement météo difficile

Après ouragan Katrina (Golfe du Mexique) Une journée en Mer du Nord

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Une logistique importante, …

Transport par hélicoptère Approvisionnement,
assistance par bateaux
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 246


Une activité dangereuse…

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Un risque de pollution …

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 247


Sécurité d’abord …

Free fall life boats

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Sécurité d’abord …

Survival suit

© 2015 ‐ IFP Training

Life raft

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 248


Offshore : aspects humains

 Le rôle du Chef de champ (l’OIM : Mer du Nord ou Thaïlande)


 Les risques techniques (production, transport, construction)
 La formation à la sécurité : exercices hebdomadaires
 Le climat … soleil ou vent et tempêtes (ou même « typhons »)
 Les rotations : passation de pouvoir, le log book,
 L’isolement (les communications, le sport, …)
 La vie en groupe (le travail en équipe, les double fonctions)
 Un monde multiculturel : compréhension … des instructions

© 2015 ‐ IFP Training
 Les changements d’affectation (Onshore et Offshore, pays du matin
calme … et pays à risques …)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

L’offshore profond, c’est le futur !!!

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 249


Architecture sous‐marine : vocabulaire 
Chargement
(bouée)

Topside (FPSO)

Risers &          
Umbilicals
Poids

Flowlines

Manifold

© 2015 ‐ IFP Training
Christmas Tree XT Well 
Head

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Les pièces du Puzzle d’un  développement sous‐marin

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 250


Architecture sous‐marine 
Composants principaux
Liaison fond‐surface : Risers 
Supports de Production Puits sous marins

Poids

Réseau de collecte ss marin Système d’Export


Contrôle : Ombilicaux

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Projet développement sous‐marin : 
une approche multi disciplinaire

© 2015 ‐ IFP Training

Source STATOIL

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 251


Contraintes principales pour un projet deep offshore

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Recencement 2014 des supports « Deepwater »

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 252


Les navires de production offshore profond : 
FPU‐FPSO
FPU ‐ Helix Producer I
FPU :  GoM (2009)
Floating Production Unit
FPSO : 
Floating Production Storage 
and Offloading

© 2015 ‐ IFP Training
FPSO ‐ PAZFLOR “Moho Bilondo” – FPU (2008)
Africa (2011)
“ASGARD A” – FPSO ‐ 1999
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

FPSO type “ancrages disperses”
Ce type de FPSO est utilisé dans des conditions de mer clémentes (Afrique, Asie, …) 
 Qu’est ce qu’un FPSO?
FPSO = Floating Processing Storage & Offloading unit
• “Bateau” avec une coque
destinée à stocker du brut 
et un pont qui  supporte 
toutes les installations pour 
le traitement de la 
production

 La coque :
• 300+ mètres de long, 60m de 
large et 30m de haut
• ~80 000 tonnes
• Contient 1.5 to 2 Million 
barils de stockage

 Le pont et ses installations de production :
© 2015 ‐ IFP Training

• Environ 15 modules,
• ~30/35,000 tonnes, 
• 80/150 MW (Iso) de génération puissance installée, 
• Capacité de traitement 200/400,000 bpd, injection d’eau et de gaz
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 253
Le FPSO de Girassol (Angola)

Fabriqué par Hyundai Heavy 
Industry en Corée (1999)
Génération électrique
Torche
Quartier vie  Profondeur d’eau: 1350 m
 Stockage huile : 2 million barrels
 Traitement huile : 200,000 bopd
Traitement huile  Puissance électrique: 3 x 25 MW
 Coque: 300 m long, 60 m large,
Compression gaz  Deadweight : 340,000 tons 
 Poids Topsides : 25,000 tonnes
Traitement eaux  7 modules principaux
 3 Mm3/d pour le Gas lift
 8 Mm3/d de compression gaz
(injection reservoir @ 285 bars)
 Traitement d’eau
 Reinjection d’eau (cap :390 000 
bwpd @150 bars)

© 2015 ‐ IFP Training
 Capacité en lits : 140
 Démarrage production: Dec 2001
 Opéré by TOTAL 
Source : TOTAL

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

FPSO à TURRET

Le Touret d’un FPSO, son ancrage par chaînes,
et les lignes de fluides qui remontent du champ

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 254


Les FPSO dans le monde en 2014

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Records enregistrés pour les FPSO

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 255


Système Production Subsea (SPS) : XT et Manifold

SPS Pazflor
guided tour

Umbilical XT

Manifold
Jumper

© 2015 ‐ IFP Training
HFL Flowline

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Système Production Subsea (SPS) 
Christmas Tree et Manifolds

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 256


Ombilicaux

 Les Ombilicaux servent à transporter :


• Les fluides hydrauliques LP, HP
• Les produits chimiques
• La puissance électrique
• Les signaux, les données
• Le gaz pour le gas‐lift
• …

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

SURF : Pipelines

Principaux types :
 Ligne simple avec revêtement anti 
corrosion et pour stabilisation
 Ligne simple avec revêtement pour 
isolation
 Pipe‐in‐pipe (à double parois)
 Bundles (tout en 1)
 Les Flexible
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 257


SURF : Risers

Riser Tower Single Top‐Tensioned Riser (STTR)

© 2015 ‐ IFP Training
Steel catenary  Flexible
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Système chargement‐export

Chargement en “tandem” Bouée de chargement


Tanker
Tanker
Bouée FPSO
FPSO

Ligne 
ancrage 
Tanker bouée
© 2015 ‐ IFP Training

Lignes flottantes 
de chargement 

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 258


Angola Bloc 17

Video Girasol  Video Dalia


GIRASOL DALIA
9 min 5  min
 First oil: 2001  First oil: late 2006
 Riser towers – 3 off  Flexible risers

© 2015 ‐ IFP Training
 WD = 1300m  WD = 1100m
 39 Wells  64Wells
 200 000 b/d  240 000 b/d

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Le défi thermique de la tranche d’eau
“Flow assurance”

1500 m
Pres = 150 atm Risers
Temp > 40°C
Temp =4 °C

1300 m
FLOW ASSURANCE
Paraffines T< 40 °C
Hydrates T< 20°C
© 2015 ‐ IFP Training

65° C

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 259


Développement de Pazflor
FPSO : Video Pazflor
Stockage brut : 1.9 million barils
Production huile: up to 220,000 bpd TERMINAL EXPORT: 3 min
Injection d’eau : 382,000 bwpd 6,600 m3/h
Compression Gaz : 4.3 MSm3/d
Génération puissance: 120 MW
SURF (Subsea Umbilicals Risers and Flowlines) :
Miocène :
3  Lignes de production avec séparation sous marine (SSU) 
PUITS: 3 lignes injection d’eau
49 puits (23 au démarrage) Oligocène :
Oligocène : 7 producteurs, 5 injecteurs eau et 2 gas inj. 1 boucle de production
Miocène : 18 producteurs, 17 injecteurs eau  1  Ligne injection d’eau et 1 ligne injection gaz

Risers and Ombilicaux

1  Pipe d’Export Gaz

Campagne de Forage:
2 Appareils à positionnement dynamique en 2009
Durée estimée de la campagne : 2700 jours

SSPS (Subsea Separation and Production System):


49  Xmastree horizontaux
3 SSU incluant modules contrôle  ombilicaux et FPSO
3 manifold 4 slots

© 2015 ‐ IFP Training
Longueur  totale de pipelines : 175 km
Longueur  totale d’ombilicaux : 90 km
SPS lay‐out : 600 km2 (30x20 km)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Bénéfices de la séparation sous‐marine 
sur PAZFLOR 
 Nouvelle approche pour élimination des hydrates par dépressurisation
• Opération simplifiée et plus rapide (cf. courbe dissolution hydrates)
 Bénéfices techniques
• Opérations
− Régime d’écoulement stabilisé dans les risers ( plus de bouchons)
− Activation plus efficace  moins de consommation énergétique
 Réduction des coûts
• Installation sous‐marines
− Ligne multiphasique liquide unique 10” vs boucle de production, pas de manifolds mais
raccordement individuel des puits “in line”
− Réduction des besoin en isolation thermique et injection méthanol/LDHI
• Installations de surface (FPSO)
− Moins de compression gaz (plus de gas‐lift au Miocène)
− Plus d’utilisation huile morte au Miocène : impact sur pompes, réchauffeurs, etc.
© 2015 ‐ IFP Training

− Réduction de la taille du premier étage de séparation


• Forage
− Trajectoires plus courtes (emplacements optimisés des Xmas trees), réduction des coûts
de forage

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 260


Acteurs du sous‐marin

REEL Pipe lay Flexible

Manifold
Xmas‐tree

© 2015 ‐ IFP Training
Pump
Separator
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

261
262
GNL 

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Quelles sont les différences essentielles entre l’huile et le 
gaz ?

 L’huile est une forme concentrée d’énergie : deux fois plus


d’énergie par mètre cube ou per tonne que les explosifs les plus
puissants

 Le gaz est une forme diffuse d’énergie : mille fois moins d’énergie
que l’huile par mètre cube... mais environ la même quantité
d’énergie par tonne.

 L’huile est liquide, donc facilement manipulable par des chaînes


interruptibles et flexibles.

 Le gaz est gazeux, donc difficilement manipulable et il exige des


chaînes presque non interruptibles et rigides.
© 2015 ‐ IFP Training

Le processus de vente su gaz naturel est donc fondamentalement 
différent de celui de l’huile
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 263
Chaîne huile vs chaîne gaz

Chaîne huile Chaîne gaz
 Chaîne courte et flexible  Chaîne longue et rigide (Tube
de gaz)
 Interruptions faciles à
compenser (stockage)  Maillons rigides de la surface
jusqu’au brûleur (contrats TOP)
 Les prix sont fixés selon les
mécanismes de base du  Industrie à forte intensité de
marché capital

 Marchés régionaux ayant peu

© 2015 ‐ IFP Training
de mécanismes de marché
(indexation)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Chaîne du gaz naturel

LNG Transport ‐ Distribution

Production Processing Production Processing/ Storage


Onshore Offshore
© 2015 ‐ IFP Training

Regasification
Compression

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 264


Raisons pour ne pas construire un pipeline de gaz ?

 Raisons géographiques : montagnes élevées, mer profonde,


permafrost ….

 Raisons politiques

 Coûts opérationnels liés à la distance, au droit de passage, taxes


trop onéreuses pour traverser la frontière de certains pays,
besoins de trop de stations de recompression

 Raisons environnementales : un pipeline de gaz peut


endommager l’écosystème (ex : Alaska)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Raisons pour ne pas construire un pipeline de gaz ?

Geographical reasons : high mountains, deep sea, permafrost ….)

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 265


Options disponibles

 Procédés physiques
• Réfrigération : GNL (Gaz Natural Liquéfié)
• Réfrigération et compression : GNLP (GNL pressurisé)
• Compression : GNC (Gaz Naturel Comprimé)

 Procédés chimiques
• Méthanol
• Di‐méthyl ester (DME)
• Gaz vers Liquides : essence non raffinée, gasoil …

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Options disponibles

 Procédés physiques
• Réfrigération : GNL (Gaz Natural Liquéfié)
• Réfrigération et compression : GNLP (GNL pressurisé)
• Compression : GNC (Gaz Naturel Comprimé)
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 266


GAS TREATMENT
GAS FIELD PEAK SHAVING
END USER
PRETREATMENT
STORAGE
P
I
P VAPORIZATION VAPORIZATION
E

50‐55bars SATELLITE
GAS TREATMENT GAS 
EXPORT POWER
PRE‐COOLING ‐ 35°C / ‐80°C ROAD 
TRANSPORT
LIQUEFACTION VAPORIZATION

STORAGE
‐160°C THE LNG  STORAGE ‐160°C

© 2015 ‐ IFP Training
WORLD
LOADING
SEA TRANSPORT UNLOADING
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

La chaîne GNL

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 267


GNL en 2013

© 2015 ‐ IFP Training
Source: Cedigaz
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

GNL en 2013

© 2015 ‐ IFP Training

Source: Cedigaz
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 268
Usine de GNL BONNY  – BONNY ISLAND (NIGERIA)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

GNL YEMEN de Balhaf

Jetty

Bac de stockage

APCI tower

Compresseurs

Pre‐traitement

Generateur electricute
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 269


Usine de GNL de Balhaf

 L’usine de GNL de Balhaf est alimentée en gaz par le champ gazier MARIB (nord du
Yémen)
 Le champ Marib fournit 1.140 mmscfd à l’usine de GNL
 Le gaz circule par un tube de 38” de diamètre d’une longueur de 320 Km jsuqu’à l’usine
de GNL.
 On élimine la première eau et les fractions lourdes avant d’envoyer le gaz à Balhaf
 Les fractions lourdes sont éliminée avec un “TurboExpander”
 L’usine de GNL, équipé de trains de GNL, produit +/‐ 9 mt GNL/an

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Méthaniers

Méthanier de 138 000 m3 (Système de stockage de type GT)

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 270


Chiffres clés sur le GNL

 Un Chargement typique de GNL de 135,000 m3


équivaut à environ : 60,000 tonnes de GNL
ou 3 1012 BTU (or 3 Tera BTU)
ou 3,000 MMSCF (3BSCF)
ou 15 MM US $ (Henry Hub value @ $5/MMBTU) de “Cash Flow” et pas “Netback !”

 Une usine typique de GNL (usine et non train) :


• 6 MTPY au quai de chargement (Par Exemple: QATARGAS I ‐ Initial)
• 100 chargements de GNL par an @ 60,000 tonnes/chargement 
(Chargements typiques d’une capacité de  135,000 m3 )
• 750 tonne/heure de GNL net, i.e. prêt au chargement
• Cash flow: 190,000 US $ par heure de production

© 2015 ‐ IFP Training
4.5 MM US $ par jour de production
1,500 MM US $ par année de production (1.5 Milliard US $ par an)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 271


B – Propriétés du GNL

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Température d’ébullition à 1 ATM

50
BOILING
POINTS 0 n‐Butane: ‐0,5 °C
iso‐Butane: ‐12 °C
NITROGEN -195.8°C ‐50 Propane: ‐42 °C

METHANE -161.5 °C ‐100


Ethane: ‐88 °C

ETHANE -88.6 °C ‐150


LNG: ‐163 to ‐152 °C
Oxygen: ‐183 °C
PROPANE -42.1 °C ‐200
Nitrogen: ‐195 °C

ISOBUTANE -11.8 °C ‐250


Hydrogen: ‐253 °C
© 2015 ‐ IFP Training

N-BUTANE -0.6°C

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 272


Densité des gaz liquéfiés

DENSITY
T/m3
METHANE 0.42
ETHANE 0.55
PROPANE 0.51
ISOBUTANE 0.56
N-BUTANE 0.58

© 2015 ‐ IFP Training
LNG 0.43 to 0.47

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

rapport gaz / liquide

RATIO
GAS/LIQUID*
WATER 1610

NITROGEN 680 625 m3 GAS 1 m3 LNG 

METHANE 625

ETHANE 430 ~250 at  ‐160°C


*Volume of liquid measured at 
boiling point & atmospheric 
PROPANE 275 pressure
*Volume of vapour measured at 
© 2015 ‐ IFP Training

60°F & atmospheric pressure
ISOBUTANE 230

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 273


C – Pré‐traitement du gaz de charge

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Traitement du gaz naturel

LNG
METHANE C1
Liquified 
ETHANE C2 Natural
LPG Gas
Liquified  PROPANE C3
Petroleum BUTANE C4
Gas NGL
PENTANES & HEAVY FRACTIONS: Natural Gas 
Pentanes plus Liquids
C5+
Natural gasoline
Condensate

Water Nitrogen Helium

CO2 H2S Mercury ...

 Separate liquids and gases for efficient transportation and distribution.
 Remove unwanted materials such as hydrogen sulfide and water. 
© 2015 ‐ IFP Training

 Meet specifications set by buyers of gas.

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 274


Traitements de la charge nécessaires

 POUR ASSURER LES SPÉCIFICATIONS COMMERCIALES DU GNL :


• Gaz acides : H2S, CO2, mercaptans, COS
• Pouvoir calorifique (HHV, Wobbe Index,…)

 POUR ÉVITER DES PROBLÈMES OPÉRATIONNELS :


• CO2 (gel)
• EAU (gel)
• MERCURE (corrosion)
• C5+: Pentanes, Aromatiques and heaviers
(gel)
• Azote (roll‐over  Boil‐Off x 1000)

© 2015 ‐ IFP Training
 POUR RÉDUIRE LES COÛTS DE TRANSPORT
• Élimination de l’azote (pas d’intérêt financier)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Schéma typique d’une usine de GNL

PRE‐TREATMENT CRYOGENICS
FLASH GAS
(Fuel Gas)
+ NITROGEN

H2S and CO2
FEED  removal
H2O Hg
LIQUEFACTION
GAS removal removal
(AGR)
LNG

H2S Sulfur
enrichment Recovery PROPANE

NGL
BUTANE
FRACTIONATION
© 2015 ‐ IFP Training

Sulfur Solidification CONDENSATES
and Storage

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 275


Types de pré‐traitements du GAZ

 ÉLIMINATION DES GAZ ACIDES


• Plusieurs procédés principalement basés sur les amines (DEA, DGA, MDEA,
aMDEA, Sulfinol …)
• Certains procédés avec ajout de carbonate de potassium (Benfield)
 DÉSHYDRATION
• Par tamis moléculaires
− Pour éliminer uniquement l’humidité
− Pour éliminer l’humidité et certains composants soufrés
(deux types de tapis moléculaires sur  deux lits séparateurs, l’un au‐dessus de 
l’autre)

 ÉLIMINATION DU MERCURE
• Catalyse avec du charbon actif imprégné en soufre
• Catalyseur métallique

© 2015 ‐ IFP Training
 ENRICHISSEMENT EN SOUFRE ET LIQUÉFACTION
• Processus CLAUS

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 276


D – Notions de base sur la liquéfation
du gaz

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Types d’usines de liquéfaction du GNL

 "Peak shaving"
• Opération discontinue
• Faible capacité

 Production de GNL comme combustible pour la consommation


locale
• Faible capacité
• Opération discontinue

 "Base load"
• Opération continue
• Très grande capacité
• Investissement très important (≈ $10 milliards pour une usine de
© 2015 ‐ IFP Training

10 Mt/an)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 277


Cycle Pictet – Exemple d’un réfrigérateur

COMPRESSION

VAPORIZATION
CONDENSATION BY 
EXTERNAL MEANS
CONDENSATION

PRESSURE 
EXPANSION

VAPORISATION (against 
fluid to be cooled)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Schéma typique du processus de liquéfaction

C1+N2
FUEL GAS
(4 MSm3/d)
‐150°C ‐160°C
(140 MMSCFD)
LIQUEFACTION
45  2   
SCRUB  bar  bar 
COLUMN
LNG
(5MTPA)
FEED 30°C ‐37°C ‐60°C
PRECOOLING
GAS 50 
bar  DEETHANIZER
(45 MSm3/d) C2: ETHANE
(1575 MMSCFD)
NGL DEPROPANIZER
C3: PROPANE
DEBUTANIZER
C4: BUTANE
FOUR MAIN STEPS
Heavy hydrocarbon removal: SCRUB column
Fractionation for LPG production
C5+: CONDENSATES
© 2015 ‐ IFP Training

Pre‐Cooling and liquefaction
Nitrogen removal & Flash Gas for fuel production

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 278


E – Processus de liquéfaction base load

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Processus APCI : C3‐MR
(C3 precooling + mixed refrigerant cycles)
FLASH GAS
(Fuel Gas)
‐150°C ‐160°C + NITROGEN

45  1   
bar  bar 
LNG
PROPANE CYCLE COLD
BUNDLE

WARM
BUNDLE

FEED 30°C

GAS 50 
bar 
‐ 35 °C
S&T OR PLATE FIN HEAT EXCHANGER  
© 2015 ‐ IFP Training

MIXED REFRIGERANT CYCLE
(N2, C1, C2, C3)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 279
H – Stockage du gnl – Bacs de stockage 
de GNL

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Stockage du GNL – Classification des bacs de stockage du 
GNL
 Bacs de stockage simples
 Bacs de stockage doubles
 Bacs de stockage 100%
• Autoporteurs
• Membrane
Single containment

Double containment
IN THE EVENT
OF 
INNER TANK RUPTURE
1‐6 m
© 2015 ‐ IFP Training

Full containment FLARE

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 280


Stockage du GNL – Matière en contact avec le GNL

 Acier 9 % de nickel

 Alliage d’aluminium 5083

 Béton précontraint

 Acier inox (304, 304L)

 Invar (36% Ni)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Bac de stockage du GNL simple

 Sans merlon (ex. Kenai)


 Avec merlon (P.T. Badak, ADGAS 1976)
 Avec connexions par le bas (ADGAS 1976)
 Avec connexions par la robe (la plupart des bacs des années 70,
début 80)
9% Ni or Al or PC
© 2015 ‐ IFP Training

insulation
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 281
Bac de stockage à 100% – Bacs à membrane ondulée

La membrane assure l’étanchéité et la résistance à la température
La résistance mécanique est assurée par le bac extérieur

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 282


I – Transport du GNL – Méthaniers

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Méthaniers ‐ Caractéristiques communes

 Bateaux à double coque avec ballasts

 Utilisation de matériels cryogéniques

 Taux de vaporisation: ≈ 0.15 % par jour (135 000 m3)

 Propulsion: turbine à vapeur conventionnelle

 Combustible : HFO et GAZ évaporé utilisé comme combustible


dans les chaudières

 Sécurité: espace d’isolation du cargo sous azote / air sec, avec 
© 2015 ‐ IFP Training

détecteur de gaz

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 283


Méthaniers – Stockage à membrane TGZ (MARK III)

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Méthaniers – Stockage à membrane GT 

FILLING
PIPES

CARGO 
PUMP
© 2015 ‐ IFP Training

EMERGENCY 
PUMP WELL

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 284


Méthaniers – Stockage à membrane GT 

137 000 m3 – GT containment system

© 2015 ‐ IFP Training
GT Membrane containment (138 000 m3)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Méthaniers – Bacs sphériques autoporteurs (MOSS)

Setting of aluminum spherical tanks (125 000 m3)

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 285


Méthaniers – Bacs sphériques autoporteurs (MOSS)

EKAPUTRA LNG EDO – NIGERIA LNG

© 2015 ‐ IFP Training
AL WAKRAH 4 SPHERICAL TANKS (138 000 m3)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Méthaniers – Bacs prismiques autoporteurs (SPB)

© 2015 ‐ IFP Training

Setting of SPB tanks on board
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 286
Méthaniers (janvier 2015)

Source : BG

Flotte mondiale :
• 252 méthaniers en activité
• Capacité utile totale : 32 Gm3
• 125 méthaniers commandés (22 Gm3) fin 2007, 26 commandés en
2007, 36 livrés en 2007, 52 en livraison pour 2008
Taille
Moyenne : 130 000 m3 en activité aujourd’hui
Carnet de commandes : moyenne : 180 000 jusqu’à 266 000 m3 (Q‐max)

© 2015 ‐ IFP Training
Vitesse moyenne : 15 à 20 nœuds
Double‐coque, propulsion : combustible ou gaz évaporé
Vaporisation du gaz : ~0,1% charge / jour
Source : BG
SEG ‐ G163 – April 2008 Source : Drewry

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Transporteurs de GNL – Opération

 Température du GNL conservée par une bonne isolation et le


contrôle de la pression

 Escales de 1 à 2 jours (débit chargement/déchargement : 10000 à


12000 m3/h)

 Bacs maintenus à basses températures (en‐dessous de ‐90°C)


constamment sauf pour la mise en cale sèche (tous les 2.5 ans en
moyenne) ou maintenance

 Durée de vie au‐dessus de 20 ans, même beaucoup plus


© 2015 ‐ IFP Training

 Aucun perte de confinement du GNL ne s’est produite au cours de


plus de 35,000 voyages jusqu’à maintenant

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 287


J – Terminaux récepteurs de GNL

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Terminal récepteur – Fonctions principales

Recevoir le gaz en phase liquide
Stocker le GNL dans des bacs cryogéniques
Regazifier le GNL en Gaz Naturel pour le transport et la distribution
Control  Connection to 
Room Grid

Process Area
Vaporizers & HP Pumps

Sea Water 
Pumps 
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 288


Terminal récepteur – Schéma typique de regazification

BOIL OFF  RE‐CONDENSER
COMPRESSORS

FLARE

HP PUMPS

LNG STORAGE
LNG
VAPORIZERS
UN LOADING ARMS

SUB‐MERGED
LP PUMPS

© 2015 ‐ IFP Training
TO NG GRID

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

LNG Vaporizers – Open Rack Vaporizers (ORV)

 Vaporisation du GNL en utilisant


l’eau de mer

 Important système pour l’eau de


mer (pompes, conduites)
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 289


LNG Vaporizers – Submerged Combustion Vaporizers (SCV) 

 Vaporisation du GNL dans un 
bain d’eau chaude

 ~1.5% auto‐consommation

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

290
La vision future de l’E&P

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Sommaire
 Le contexte actuel

 Energie future : production et demande

 Ressources et « Peak Oil »

 Les ressources non conventionnelles

 Les défis technologiques de l’E&P

 Vision du futur énergétique : énergies nouvelles et aspect 
climatiques
©  2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 291


Utilisation de l’énergie dans un pays développé 

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Consommation Energie Primaire par zones en 2013
Percentage

© 2015 ‐ IFP Training

BP Statistical Review of World Energy 2014 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 292
Réserves Fossiles/production 
Years

© 2015 ‐ IFP Training
BP Statistical Review of World Energy 2013 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Production/Consommation mondiale d’huile
Million barils par jour
Production par region Consommation par region

© 2015 ‐ IFP Training

Source : BP Statistical Review of World Energy 2014 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 293
Production/consommation de gaz
Billion M3
Production par region Consommation par region

© 2015 ‐ IFP Training
Source : BP Statistical Review of World Energy 2014 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 294


Sommaire
 Le contexte actuel

 Energie future : production et demande

 Ressources et « Peak Oil »

 Les ressources non conventionnelles

 Les défis technologiques de l’E&P

 Vision du futur énergétique : énergies nouvelles et aspect 
climatiques

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

La demande globale en énergie va continuer a croître

Population GDP Energy demand

(purchasing power parity)

© 2015 ‐ IFP Training

Sources : ExxonMobil 2015 Outlook for Energy

La croissance de la demande énergétique est due aux  transports et génération électrique

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 295


Demande énergétique par régions
IEA New Policies scenario 
2035

2011

66%
56%

14% 10%
7% 5%

20% 16%

© 2015 ‐ IFP Training
Source: IEA – WEO2013  and BPSR 3% bunkers
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Demande mondiale en énergie par type de fuel 


IEA New Policies scenario
2035

15%
2011 3%
6%
11%
2% 25%
5
%
28%
24%
23%

27%
31%
© 2015 ‐ IFP Training

In 2035 Fossil energies represent 76 %

la gestion des émissions CO2 at le diversification des sources d’énergie sont clés pour le futur

Source: IEA WEO  2013 and BSR
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 296
Demande en huile est due au transport dans les pays 
émergents
Oil products demand

North America CIS
2010‐2030 evolution 
of each segment
10  30(e)
Europe Transport +26%

Petrochemicals +40%
10  30(e) 10  30(e) China
Power generation ‐35%

Industry and other ‐4%
10  30(e)
Middle East Total +15%

10  30(e)
Asia excl. China
South America
Africa

10  30(e) 10  30(e) 10  30(e)

sources : Total estimates

© 2015 ‐ IFP Training
Croissance de la demande pour les produits pétroliers : naphta pour 
Pétrochimie, essence et diesel pour le Transport

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Accroissement de la demande entre 2008‐2030

© 2015 ‐ IFP Training

77%  de le croissance concerne les fuels fossiles
La production huile  augmente de 85 Mbpd (2008) à 88 (2015) et 105 (2030)

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 297


La capacité de production en huile doit s’accroître mais…

Demande‐Production d’huile
Mb/j
Demande huile
100
100 +0.6% / an Tight oil

Extra heavy oil

Deep offshore
~55 Mb/j

50 Déclin naturel des champs
~4‐5%/y en moyenne
Conventional
(including EOR)

2010 2015 2020 2025 2030


Source : TOTAL estimates

© 2015 ‐ IFP Training
…. Satisfaire la demande va demander de gros investissements

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

… À un coût technique plus élevé ?

Seuil de rentabilité des nouveaux projets (basé sur prix du Brent)                                
(On new or “drilling driven” projects)

120
EXCL. BIOFUELS &  GAINS DE TRAITEMENT
Mb/j Exemples de projets
100
EHO Mines – Arctique –
some plays TO* – Oil Shales
Une partie de l’ultra deep offshore –SAGD –
80 Certains plays TO*

TO* Bakken – une partie du Deep Offshore –


Certains projets IOR/EOR
60
IOR/EOR M.E.. – Une partie de l’exploration 
conventionnelle

40

20

0
2012

2014

2016

2018

2020

2022

2024

2026

2028

2030

Source : TOTAL 0 à 60 60 à 70 70 à 80 80 à 90 90 à 100 >100


* TO: Tight Oil
© 2015 ‐ IFP Training

Une demande en huile supérieure à 100 Mb/j entrainerait un prix du Brent supérieur 
à 100 $ /bbl ?
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 298
Le prix à payer pour une disponibilité de production huile

$/bbl

Oil 
Oil 
shale
shale
100

Extra‐heavy
Extra 
oil 
80 Heavy 
oil Arctic
Ultra deep water  Light Tight Oil
60
Deep water 

Other
40
conventional Enhanced recovery

OPEC
20
Middle East

© 2015 ‐ IFP Training
billions of barrels

1,000 2,000 3,000

Source : AIE World Energy Outlook 2008 & TOTAL
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Fuels pour la génération électrique
Le gaz naturel est le plus favorable

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 299


Estimation long terme de la production huile et gaz 
Le gaz domine

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Réserves prouvées d’huile et production 2013


Years

© 2015 ‐ IFP Training

BP Statistical Review of World Energy 2014 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 300
Réserves prouvées de gaz et production 2013 
Years

© 2015 ‐ IFP Training
BP Statistical Review of World Energy 2014 
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Vers un nouveau Peak‐oil avec le non conventionnel ? 

© 2015 ‐ IFP Training

Source : Cambridge Energy Research Associates
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 301
Majors : Production growth vision
Source Wood Mackenzie

» Exploration discoveries have transformed » Mozambique » Total’s growth derived from » Rosneft provides BP with a solid long-term
Statoil’s
o p st 2015 outlook, with strong growth LNG drives new resource themes, such production base, despite the portfolio’s lack of
despite domestic portfolio maturity. Offsetting Eni’s post- as deepwater, LNG and oil exposure to long-life resource themes such as
post-2020 declines remains a challenge. 2018 growth. sands. unconventionals, greenfield LNG and oil sands.

BP Chevron Eni ExxonMobil Shell Statoil Total


150
Indexed outlook production growth (%)

140

130

120

110

100

90
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025

© 2015 ‐ IFP Training
» Our forecasts are based on the current base- » ExxonMobil faces a growth challenge » Chevron’s production mix is going through a
case outlook for thesa sets within companies’ because of its superior scale – but it has transformation which will deliver best-in-class growth.
portfolios we believe are commercial. Upside some of the best longevity in the peer group Further progress is required on firming up the next
is possible through the commercialisation of with lower longer-term decline rates. wave of projects to ensure long-term sustainability.
existing captured resources

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Production of majors per themes
source WoodMackenzie
» ExxonMobil leads its peers in both the » Qatar underpins ExxonMobil’s LNG portfolio. Chevron is » BP is the leading Major in the deepwater
oil sands and unconventional gas currently undergoing a transformation with its Australian sector, but Shell and Chevron also have
sectors, but still lacks relative scale in LNG projects. Shell numbers exclude gas sales to the strong positions.
tight oil. NLNG plant in Nigeria. Statoil lacks exposure.

Conventional LNG Deepwater


2,500 800 800
Production (000 boe/d)
Production (000 boe/d)

700
Production (000 boe/d)

2,000
600 600

1,500 500
400 400
1,000
300

200 200
500
100

0 0 0
2013 2020 2013 2020 2013 2020

Oil Sands Unconventional Gas Tight oil


500 800 200
Production (000 boe/d)
Production (000 boe/d)

180
Production (000 boe/d)

700
400 160
600
140
300 500 120
400 100
200 300 80
© 2015 ‐ IFP Training

60
200
100 40
100 20
0 0 0
2013 2020 2013 2020 2013 2020

BP Chevron Eni ExxonMobil Shell Statoil Total

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 302


Majors : Reserves portfolio
Source Wood Mackenzie

» ExxonMobil has the largest and one of the most diverse » Shell’s
o p rtfolio is
l a so » Eni has made the strategic choice to focus on
reserve bases of all the Majors, which includes big differentiated through its diversity. conventional opportunities – it has very little
positions in oil sands, LNG and unconventionals. exposure to unconventional reserves and is not
present in the oil sands sector.

Conventional LNG Deepwater Oil Sands Heavy Oil Acid / Sour gas CBM Shale Gas Tight Gas Tight Oil GTL Reserve Life

45 45
WoodMac Commercial Reserves (bnboe)

40 40

35 35

Reserve Life (years)


30 30

25 25

20 20

15 15

10 10

5 5

0 0

© 2015 ‐ IFP Training
ExxonMobil Chevron BP Shell Total Statoil Eni

» Chevron is well placed to deliver a strong » BP’s portfolio is skewed by a bias » Statoil is well placed to out-perform on near-term
performance on reported organic reserve to conventional (which includes its reported organic RR metrics through its leading hopper of
replacement metrics over the next five years. It also 19.8% stake in Rosneft) and unbooked commercial reserves, but lacks longer-term
has a strong portfolio of sub-commercial resources. deepwater reserves. resource exposure relative to peers.

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Majors : Reserves replacement vision
Source Wood Mackenzie

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 303


NOC : Reserves portfolio
Source Wood Mackenzie

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

NOC: Production vision
Source Wood Mackenzie

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 304


NOC: Production vision
Source Wood Mackenzie

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 305


Sommaire
 Le contexte actuel

 Energie future : production et demande

 Ressources et « Peak Oil »

 Les ressources non conventionnelles

 Les défis technologiques de l’E&P

 Vision du futur énergétique : énergies nouvelles et aspect 
climatiques

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Les réservoirs non conventionnels

Hydrates de gaz Huile lourde Tar Sands

OIL SHALE

Coal Bed
Methane
Tight Gas
Tight Oil
© 2015 ‐ IFP Training

“Shale “ Oil, Condensate, Gas

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 306


Shale gas plays aux USA

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Coal Bed Methane (CBM)

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 307


Mode de production des ressources 
Non conventionnelles

 Réservoirs non conventionels :


• Shale oil & Shale gas
• Coal Bed Methane Puits Multi‐fracturés
• Tight oil* (and gas)
• Oil shale Techniques minières
• Tar sands
• Hydrates de Methane ?

 Technologies ou développement non conventionels


• Huile extra lourde Puits Horizontaux  stimulés vapeur

• Offshore ultra profond Subsea Processing,  long tie‐back, ROV

© 2015 ‐ IFP Training
• Environnements très difficiles: Arctique,.. HSE, winterization,….

* La plupart du temps: Light Tight Oil (LTO) est le terme employé pour Tight and Shale Oil


EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Production de gaz aux US

Projets LNG

24 Tcf (65 Bcfd)
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 308


Ressources de gaz  non conventionel (fin 2012, en tcm)

© 2015 ‐ IFP Training
Source: World Energy Outlook 2013
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Les défis des projets non conventionnels 
Technologies & acceptabilité
Les défis Geosciences
• Roches très hétérogènes
• Mécanismes de production complexes
• Perméabilités extrêmement faibles
• Extension à très grande échelle
• Pas de piégeage des hydrocarbures

Les défis développement


• Des dizaines de puits Explo/Appréciation
• Des milliers de puits de développement
• Des puits horizontaux très long déport
• Fracturation multi étagée
• Restreint à terre

Les défis acceptabilité


© 2015 ‐ IFP Training

• Empreinte au sol
• Utilisation de l’eau et gestion déchets
• Pollution des aquifères  Drillex = 70% à 90% des CAPEX
• Evénements sismiques  Drainage des volumes “en place” # de réserves
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 309
Fracking

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Acceptabilité des développements non conventionnels
Impact paysage et circulation véhicules

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 310


Développement non conventionnel
Contamination des aquifères ?

Fracture maps
with
microseismic
activity
11 Eiffel towers

500
Typical aquifer depths
1000
After Warpinski et al
1500 Among
Fracture tops
thousand of
Depth (m)

2000
Fractures
2500 performed
Fracture bottoms
3000
in US no one

© 2015 ‐ IFP Training
contaminates

1000 m
3500 fresh aquifer
Average perforation depth
Reservoir several 4000

thousand meters below 4500


the fresh aquifer 1 1001 2001 3001 4001 5001 6001

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer


Fracture stages

Où sont les ressources huile non conventionnelles ?

US, Chine, Amérique 
du Sud
and Russie

Source : Hart, EIA, IAE , SLB, SBC

50 % de l’augmentation
de la production d’huile
in 2035 ?
© 2015 ‐ IFP Training

Source : SBC Analysis
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 311
Tight oil et shale gas : maturité des pays

!
Quebec
!
! !
New York

© 2015 ‐ IFP Training
Probabilité de production en 2030
! Pays ou région ou la fracturation
hydraulique est interdite Foret
Moyenne
Faible
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Compagnies pétrolières : croissance de la production non 


MAJORS
conventionnelle ?
Oil Sands Unconventional Gas Tight oil
500 800 200
Production (000 boe/d)
Production (000 boe/d)

180
Production (000 boe/d)

700
400 160
600
140
300
500 120
400 100
200 300 80
60
200
100 40
100 20
0 0 0
2013 2020 2013 2020 2013 2020

BP Chevron Eni ExxonMobil Shell Statoil Total

NOC
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 312


Sommaire
 Le contexte actuel

 Energie future : production et demande

 Ressources et « Peak Oil »

 Les ressources non conventionnelles

 Les défis technologiques de l’E&P

 Vision du futur énergétique : énergies nouvelles et aspect 
climatiques 

©  2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Production future huile et gaz
Quelles technologies ?
Harsh Environment
Unconventional

Arctic/subartic areas
Shales Gas & Oil

LNG

Floating LNG

Deep offshore

Heavy oil
© 2015 ‐ IFP Training

Deeper : > 2000 m WD
SAGD‐Mining

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 313


Huiles extra lourdes et bitumes

Degree
Conventional oils

20

API Gravity
20
Heavy oils

10 10

Extra heavy oils Bitumen

10 000 mPa.s (cP)


Viscosity at reservoir temperature

API Gravity = (141.5 / Specific gravity) – 131.5


ayh 2012
TAR SAND

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Huiles extra lourdes et bitumes

Huile Extra Lourde
Ceinture Orénoque

IOIP: 1300 Gb (PDVSA)
Reserves: 230 Gb (PDVSA)
8‐10 API
μ = 5,000 cPo

Bitumes
Alberta

IOIP: 1630 Gb (AEUB)
© 2015 ‐ IFP Training

Reserves: 180 – 300 Gb (AEUB)
Part de la mine: 35 – 60
8‐10 API
μ > 10,000 cPo
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 314
Venezuela : Petrocedeño
Un développement  huile extra lourde
PRODUCTION UPGRADER à la COTE
CHAMPS
32° API 180 Kbbls/d
8.5° API 200 Kbbls/d

200 km Distillation Hydrotraitement

PDVSA Terminal
47° API 70 Kbbls/d
12”‐20” 5 km
26”‐36”
17° API 270 Kbbls/d

Pequiven Jetty
1,800 m
Coker Hydrocracker
Coke 6000 t/d
Sulfur 900 t/d

© 2015 ‐ IFP Training
Eau Gaz Electricité
Utilités Condominium

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

L’usine “upgrading” du brut lourd

VENEZUELA : L’UPGRADER àJOSE (Cote Caraibes)

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 315


Récupération par injection de vapeur
SAGD (Steam Assisted Gravity Drainage) Animation 3 min

• Développé for EHO et bitumes
• Efficace pour réservoirs épais (>~30m) et 
homogènes
• Distribution et conformité de la vapeur est 
primordiale
• Équipements activation haute température 
• Vie d’une paire de puits : 10‐12 ans
• 3 t de vapeur pour produire 1t d’huile
• Facteur de récupération jusqu’à 60%
• Production d’un puits : 500‐1000 bopd

SAGD Phase 1 SAGD Phase 2  
Pilot: 1 paire de puits Première phase industrielle
En production

© 2015 ‐ IFP Training
Athabasca, Joslyn SAGD

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Tar Sands‐Bitume : techniques minières en Alberta  

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 316


Bitumes : techniques minières en Alberta
Chaîne de traitement sur site

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Sables bitumineux

Pour produire 1 bbl d‘huile il faut :

2 000 Kg de sables bitumineux
3 à 9 bbl d’eau

100 t de sable bitumineux par pelletée
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 317


Le futur du “Deep Offshore “

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Offshore profond – de + en + profond : WD>2000 m … 

 Depuis les années 90, la production d’huile (et de gaz) en


offshore profond se développe avec les IOC, qq indépendants
et Petrobras
• Golfe du Mexique (tous les majors, quelques indépendants)
• Brésil (Petrobras)
• Golfe de Guinée:
− Angola : Blocks 14 (Chevron), 15 (Exxon), 17 (Total), 18 (BP)
− Congo : Total (Moho‐Bilondo), Murphy
− Nigeria : Shell (Bonga), Total (Akpo, Usan), Chevron (Agbami), ENI
(Abo)
− Guinée Equatoriale: Exxon (Zafiro), La Ceiba
− Ghana : Tullow (Jubilee)
• Egypte (gaz) avec BP, BG,….
 Demain : La production de gaz en offshore profond
• Mozambique (Anadarko, ENI)
© 2015 ‐ IFP Training

• NW Australie
• Méditerranée Orientale (Israel, Cyprus)
• Russie (Shtockman)
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 318
Technologies pour offshore profond
Traitement sous‐marin

 Séparation sous marine

 Pompage sous marin

 Compression sous marine

 Injection et traitement d’eau : eau de mer et eaux de production

 Ecoulement à froid

 Traçage électrique intélligent des lignes sous marines

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Les projets de traitement sous‐marins

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 319


Séparation sous‐marine

Separation: Gas/Liquid  or O/W/G

VERTICAL
HORIZONTAL

PAZFLOR

TORDIS

TROLL

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

PAZFLOR : séparation et pompage sous‐marin

Flexible connexions 
(risers) to FPSO

Subsea separation & 
diphasic pumping 
stations

Production 
flowline
© 2015 ‐ IFP Training

Subsea X‐mas 
trees
Umbilical

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 320


Bénéfices de la séparation sous‐marine 
sur PAZFLOR 
 Nouvelle approche pour élimination des hydrates par dépressurisation
• Opération simplifiée et plus rapide (cf. courbe dissolution hydrates)
 Bénéfices techniques
• Opérations
− Régime d’écoulement stabilisé dans les risers ( plus de bouchons)
− Activation plus efficace  moins de consommation énergétique
 Réduction des coûts
• Installation sous‐marines
− Ligne multiphasique liquide unique 10” vs boucle de production, pas de manifolds mais
raccordement individuel des puits “in line”
− Réduction des besoin en isolation thermique et injection méthanol/LDHI
• Installations de surface (FPSO)
− Moins de compression gaz (plus de gas‐lift au Miocène)
− Plus d’utilisation huile morte au Miocène : impact sur pompes, réchauffeurs, etc.

© 2015 ‐ IFP Training
− Réduction de la taille du premier étage de séparation
• Forage
− Trajectoires plus courtes (emplacements optimisés des Xmas trees), réduction des coûts
de forage
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Compression sous‐marine
Ormen lange
ORMEN LANGE

120 km de la cote
WD=800‐1100m

DEFIS
 Topographie du fond de la mer 
difficile
 Risque d’éboulement Future COMPRESSION sous marine =
• Maintenir le niveau de production
© 2015 ‐ IFP Training

 Forts courants : vitesses centenaires 
• Récupérer plus de réserves
of 1.3 to 1.5 m/s
• Défi: Qualifier une unité de compression sous
marine comme alternative à une plateforme
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 321
Configurations du traitement sous‐ marin
Courtes distances Longues distances

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Hydrates de methane : où les trouve t’on?

 Basses températures
 Hautes pressions

GAS HYDRATE
© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 322


Au‐delà du cercle polaire
Ressources potentielles

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

Le GNL offshore : un FPSO pour le gaz !

Stockage GNL

Liquéfaction

Traitement du gaz
Chargement 
méthaniers Extraction
Stockage GNL Condensats

Ancrage au 
touret
© 2015 ‐ IFP Training

Puits ss marins

Vidéo 2 min
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 323
GNL Flottant : Technip et Samsung pour Shell en Australie

Video

© 2015 ‐ IFP Training
A 500 m de  long and 600 000 t de charge–5 fois un terrain de foot 
Shell a investi 5 milliards $ dans cette usine GNL flottante

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

FLNG

© 2015 ‐ IFP Training

EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer 324


Shell Prelude FLNG – Caractéristiques
 488 m x 74 m x 43.4 m
 600 000 t de déplacement bacs pleins
 3.6 Mtpa de capacité GNL
 1.3 Mtpa production de condensat
 0.4 Mtpa production de GPL
 Stockage : 220 000 m3 GNL/ 90 000 m3 GPL/
126 000 m3 Condensats
Picture and graphic courtesy of Shell

© 2015 ‐ IFP Training
EM ‐ Sonatrach PRO/ECO1 2015 ‐ Module 2 ‐ Frank Beijer

325