Vous êtes sur la page 1sur 10

I.

Généralités

La fonction globale d’un engrenage est de transmettre un mouvement de rotation par obstacles en
changeant ses caractéristiques.
L’engrenage est un mécanisme élémentaire constitué de deux roues dentées mobiles autour d’axes de position
relative invariable. L’une des deux roues entraîne l’autre par l’action des dents successivement en contact.
La plus petite des roues est appelée pignon

On utilise les engrenages pour transmettre un mouvement et une puissance entre deux arbres qui peuvent avoir
différentes positions. Pour un prix de revient modéré, ils ont pour avantage un excellent rendement (en général)
et un encombrement plutôt faible.
Une combinaison d’engrenages est appelée train d’engenages. Ils peuvent avoir pour fonction :
 Réduction ou augmentation de la fréquence de rotation.
 Réduction ou augmentation du couple moteur.
 Transmission d’un mouvement de rotation.
 Transformation des caractéristiques d’un mouvement.

II. Les types de contact

Contact extérieur Contact intérieur


III. Les différents types d’engrenages

On distingue trois catégories d’engrenages.


Engrenages parallèles Engrenages concourants Engrenages gauches

IV. Engrenages parallèles à denture droite

Les plus simples et les plus économiques, ils sont utilisés pour transmettre la puissance et le mouvement
entre deux arbres parallèles. Ces engrenages sont bruyants et génèrent des vibrations.

Engrenage extérieur Engrenage intérieur

Dans le cas du pignon crémaillère, il s’agit de transformer le


mouvement de rotation du pignon en mouvement de
translation de la crémaillère.

Pignon crémaillère
Caractéristiques :

La majorité
des

Module m RDM
Déterminé à partir des rapports des vitesses angulaires :
Nombre de dents z (ωA ÷ ωB) = (nA ÷ nB) = (zB ÷ zA)
A étant la roue menée et B la roue menante
Pas P P=m.π
Saillie ha ha = m
Creux hf hf = 1.25m
Hauteur de dent h h = ha + hf = 2.25m
Diamètre primitif d d=m.z
Diamètre de tête da da = d + 2m
Diamètre de pied df df = d -2.5m
Largeur de la denture b b = k . m (k est un coefficient à choisir, généralement entre 6 et
10)
a = dA + dB = m . zA + m . zB = m (zA + zB)
Entraxe de deux roues A et B a
2 2 2 2

caractéristiques change en fonction du type d’engrenage. Pour information, on peut retrouver les
caractéristiques de chaque type d’engrenage sur le GDI. Le but de ce cours n’est pas de les connaître.
3.2. Engrenages parallèles à denture hélicoϊdale
Ils transmettent un mouvement et une puissance entre deux arbres parallèles. L’angle d’inclinaison de
la denture et le même pour les deux roues mais de sens opposé.

Les dentures hélicoϊdales assurent une transmission avec moins de vibrations et un bon rendement mais elles
engendrent une poussée axiale. Pour remédier à cette poussée, on peut utiliser la denture chevron.

V. Engrenages concourants

C’est un groupe important utilisé pour transmettre un mouvement entre deux axes concourants. Les axes à 90°
sont les plus courants.

On distingue trois types de dentures :

• Denture droite : la plus simple, pour des fréquences de rotations élevées. Ils sont plutôt bruyants et génèrent
des vibrations.
• Denture hélicoϊdale ou spirale : moins bruyant à très grande vitesse.
• Denture hypoϊde : variante plus complexe avec les mêmes qualités générales.
VI. Engrenages gauches

Les plus courants sont les engrenages roue et vis sans fin. La transmission du mouvement se fait à l’aide
d’une vis à un ou plusieurs filets engrenant avec une roue. Le sens de l’hélice est le même pour la vis et la roue.
Ces engrenages permettent de grands rapports de réduction et offrent des possibilités d’irréversibilité. Ce sont
les plus silencieux et ils sont sans chocs.
En contrepartie, le glissement et le frottement important provoquent un rendement médiocre. Afin
d’augmenter la puissance transmissible, on choisit des matériaux à faible coefficient de frottement.

VII. Rapport de transmission


(ou raison) d’un
engrenage
1. Contact extérieur

3. Roue et vis sans fin

r = ω (roue) = n (roue) = Nombre de filets de la vis


ω (vis) n (vis) Z (roue)
4. Un engrenage avec roue d’inversion

5. Sens de rotation :

• Nombre de contacts extérieurs pairs : sens de rotation de sortie identique à celui de l’entrée.
• Nombre de contacts extérieurs impairs : sens de rotation inverse à celui de l’entrée.

VIII. Train d’engrenages

Présents dans une grande quantité de machines et de mécanismes, les trains d’engrenages peuvent utiliser les
différentes roues dentées vues précédemment.
Ils ont pour vocation de transformer les carctéristiques du mouvement de l’arbre moteur en un ou plusieurs
mouvements sur le ou les arbres de sorties.

Dans chaque couple de roue, on appelle roue menante la roue dentée motrice et roue menée la roue
dentée réceptrice.
IX. Rapport de transmission (ou raison) d’un train d’engrenages

1. Train à 2 engrenages

Il y a deux couples de roues en série, 1 avec 2 et 3 avec 4.

Le rapport de transmission est :

2. Train à n engrenages

Le rapport de transmission du
train d’engrenages est égal au
rapport de la vitesse de
rotation de sortie sur la
vitesse de rotation d’entrée du
train d’engrenages.
Elle est égale au produit des rapports de
transmission de chaque engrenage (r N/N-1 x … x r 2/1)

a : nombre de contacts extérieurs.


(-1)ª : permet de savoir s’il y a inversion du sens de rotation de l’arbre d’entrée.

Donc :
3. Trains épicycloϊdaux parallèles

Un train d’engrenage est dit « train épicycloϊdal » lorsque une ou plusieurs roues dentées tournent
autour d’un arbre mobile en rotation. Ces roue dentées possèdent donc un mouvement relatif de rotation autour
de leur axe et un mouvement d’entraînement de rotation autour de l’axe de l’arbre.
Ils autorisent de grands rapports de réduction sous un faible encombrement et sont régulièrement utilisés dans
les boîtes de vitesse automatique ou les réducteurs par exemples.

On définit alors :
• Le satellite : c’est la roue dentée dont l’axe est mobile.
• Le porte satellites : c’est le bras sur lequel est monté le satellite.
• Les planétaires ou couronnes : ce sont les roues dentées en contact avec le satellite.

On peut avoir jusqu’à 4 satellites. Leur nombre est sans influence sur le rapport de transmission (en général il y
en a plusieurs pour équilibrer les efforts). Le fonctionnement est possible que si l’un des trois éléments est
bloqué ou entraîné par un autre dispositif.