Vous êtes sur la page 1sur 3

Dulce A.

Jiménez
Lucianny Aybar

L’impact socio-économique des stéréotypes de genre en République Dominicaine

En République Dominicaine, les stéréotypes sexistes, en particulier à l’égard des femmes, existent depuis
longtemps. Ceux-ci ont été construits sur la base d’une idéologie machiste de la part de la société
dominicaine et ces croyances marquent le rôle et les capacités des femmes, depuis leur naissance,
générant, souvent, des situations d’inégalité et de discrimination. Donc, si on continue à forcer les femmes
à rester à la maison parfois contre leur volonté, la culture machiste restera en vigueur dans le pays, en
violation des droits des femmes. Ce qui favorisera l’abus des femmes, l’augmentation du taux de
féminicide et du taux d’analphabétisme. Cela limitera leur accès à la vie professionnelle, à l’indépendance
économique, à la génération de revenus et à de bons emplois. Par conséquent, cela freinera le
développement socio-économique du pays et impactera le développement des femmes. Tout au long de
notre article, nous analyserons en profondeur le stéréotype selon lequel les femmes devraient rester à la
maison pour faire les tâches ménagères, qui dénigrent la capacité des femmes d’exercer le travail qu’elles
souhaitent. Mais en quoi ce stéréotype nous affecte-t-il en tant que pays ? 

Tout d’abord, ce stéréotype se trouve dans les cas où les femmes, sans avoir terminé leurs études, sont
obligées de se marier, ce qui accroît l’analphabétisme chez les femmes. De plus, cela réduit leurs
possibilités d’emploi et diminue les revenus du foyer et cela affecte le développement de leurs enfants
ainsi que leur éducation et les possibilités de se nourrir. Avec cette croyance nous leur refusons la
jouissance de certains droits, comme le droit au travail, parce que les femmes, même si elles veulent
travailler, sont obligées par les stéréotypes de rester à la maison pour s’occuper de leurs enfants et faire
le ménage. Par conséquent, les possibilités de développement des femmes sont limitées, ce qui les
expose à la violence, aux abus sexuels et aux grossesses précoces. De même, l’estime de soi des
femmes diminue, provoquant de la dépression et de l’anxiété, car bien qu’elles aient le désir et le droit de
travailler, elles n’ont pas accès à des emplois formels ou à de bons salaires. Cependant, cette croyance
est toujours en vigueur dans notre pays parce que la culture dominicaine a développé un machisme qui
est encore vivant aujourd'hui. Pour cette raison, beaucoup de gens considèrent que des situations comme
celle-ci sont normales. De plus, en République Dominicaine, les enfants ne sont pas élevés pour savoir
cuisiner ou faire le ménage, car on dit qu’ils ne le feront pas bien, et c’est pourquoi les femmes doivent le
faire et les hommes continuent d’être les chefs de famille. Toutefois, il a été démontré que ce stéréotype
est irréaliste et contre-productif dans la société actuelle, parce que la structure familiale a changé, 78 %
des mères en République Dominicaine sont célibataires, et elles ont réussi à faire vivre leur famille sans
dépendre d’un homme. L’homme n’est plus le représentant de la famille, en fait 58 % des femmes dans le
pays génèrent plus de revenus que les hommes. En outre, des études ont montré que les femmes
réussissent mieux que les hommes sur le marché du travail grâce à leur organisation et à leur délicatesse,
ce qui explique que de nombreuses entreprises choisissent d’embaucher plus de femmes que d’hommes.
Ces résultats indiquent clairement que les femmes doivent poursuivre leurs objectifs professionnels et
qu’elles doivent avoir confiance dans leur capacité à les réaliser.

Par ailleurs, il existe une autre situation où les femmes croient à ce stéréotype et se contentent de se taire
et de consacrer leur vie uniquement à leur foyer, malgré leur désir de travailler, étudier ou se développer.
C'est un cauchemar que les femmes vivent depuis l'origine de l'humanité, entraînant la violation des droits
comme nous l'avons vu plus haut, ainsi que le droit au travail, l'égalité et la liberté d'expression. La
négation des droits susmentionnés entraîne des effets et des conséquences tels le manque de dignité, de
respect de soi et d'estime de soi pour ne pas pouvoir s'exprimer parce qu'elles doivent obéir aux décisions
de leur mari concernant leur vie professionnelle. Les femmes ont dû se taire en permanence, même sur
les réseaux sociaux, de peur d'être blessées, car il est arrivé qu'une femme courageuse s'exprime pour
défendre ses droits et finisse par être victime de violences. Ce stéréotype entraîne également un retard
dans le développement de la femme puisque la seule chose qu'elle sait faire, ce sont les tâches
ménagères. Ces types d'effets se produisent parce que l'on dit que seules les femmes doivent faire le
ménage, parce que l'on dit que les hommes sont de mauvais cuisiniers et désordonnés comme indiqué
dans le paragraphe précédent. Il est clair que la culture dominicaine a des traits machistes, ce qui fait que
les gens considèrent ce type de stéréotype comme quelque chose de normal et cela devient une
habitude. De même, les femmes ont adopté des attitudes machistes parce que c'est devenu une habitude
et ils justifient et défendent cette coutume. Cependant, les études montrent que 60 % des femmes ont
aujourd'hui le droit de s'exprimer et de choisir et 45 % des femmes victimes de violences de la part de leur
mari ont porté plainte contre lui. Aujourd'hui, il y a eu des centaines de mouvements féministes tels que
des marches, des protestations, des dénonciations, entre autres, qui ont donné force et motivation à
toutes les femmes du monde. Par conséquent, le déni de la liberté d'expression s'est beaucoup amélioré
dans le pays permettant aux femmes d'avoir accès au travail et pas seulement aux tâches ménagères. Ils
ont également accès à la liberté d'expression et à de nombreux droits qui leur étaient interdits. En bref, les
femmes sont plus libres et continuent de se battre pour leurs droits comme les héroïnes qu'elles sont. 

En conclusion, si les femmes continuent à être contraintes de rester à la maison, parfois contre leur gré, la
culture machiste continuera à prévaloir dans le pays, violant les droits des femmes cela conduira à la
maltraitance des femmes, à l'augmentation du taux de féminicide et à l'analphabétisme. Elle limitera leur
accès à la vie professionnelle, à l'indépendance économique, à la génération de revenus et à de bons
emplois. Par conséquent, elle entravera le développement socio-économique du pays et impactera le
développement des femmes. C'est pourquoi la République Dominicaine doit faire face à la coutume
machiste du pays et ouvrir de nouvelles opportunités aux femmes. Mais enfin, le défi le plus important
pour briser les barrières créées par ce stéréotype, c'est de commencer par les femmes elles-mêmes. Les
femmes doivent démarrer à se donner de l'amour-propre et à se soutenir mutuellement pour devenir plus
fortes et ainsi éliminer complètement ce stéréotype qui s'est développé au fil du temps. Toutefois, la
création de programmes éducatifs pour que les femmes en apprennent davantage sur l'estime de soi, la
haute estime de soi et le respect de soi serait d'une grande aide, car pour éliminer le stéréotype, il est
nécessaire qu'elles apprennent et mettent en pratique ce qu'elles ont appris, car si elles n’initient pas
elles-mêmes, personne d'autre ne le fera.