Vous êtes sur la page 1sur 31

UFR des science et gestion

République de Cote d’Ivoire


de l’environnement

EXPOSE MASTER 1 STE

Enseignant
PRÉSENTATION DU GROUPE4 Dr. SEU A. MURIELLE
Présenté par:
1. N’GUESSAN KOUADIO HENRI JOEL 1. GAKPA ZAGORE SERGE

2. KOUABENAN ABOUADJI THOMAS 2. KANSAYE ALMAMI DAIFOUROU

3. TOUSSEGBA KANITY MATHIEU 3. SYLLA GAOUSSOU

4. TANON CANDET FRANCK GUGUS 4. DIARRASSOUBA WASSA

5. AKE MAMBO KEVIN 5. COULIBALY KATCHINNIN ARDJOUMA

6. SIE KANBIRE 6. BELEM PAIOIH ULRICH EULOGE

7. KANGAH N’DRI JUSTINE 7. KONE NAGNINLIN

8. ELECHIE SOPIE ESTHER ELECINE 8. CAMARA NANTCHIN JOEL

9. SY SAVANE IDRISS JUNIOR 9. KOUE BI NEGONE DAVID ADOLPHE


INTRODUCTION
1. GENERALITE SUR LES ECOSYSTEMES AQUATIQUES
1.1. ECOSYSTEMES AQUATIQUES CONTINENTAUX
1.1.1. MILIEUX AQUATIQUES AUX EAUX STAGNANTE : DOMAINES LENTIQUES
1.1.2. MILIEUX AQUATIQUES AUX EAUX COURANTES : DOMAINES LOTIQUES
1.2. ÉCOSYSTEMES AQUATIQUES MARIN
2. CARACTERISTIQUE DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES CONTINENTAUX ET MARINS
2.1. ECOSYSTEMES AQUATIQUES CONTINENTAUX
2.1.1. LES EAUX STAGNANTES
2.1.2. LES EAUX COURANTES
2.2. ÉCOSYSTEMES AQUATIQUES MARIN
2.2.1. LA SALINITE
2.2.2. DENSITE
2.2.3. BIODIVERSITE
3. LA DIFFERENCE ENTRE LES ECOSYSTEMES AQUATIQUES CONTINENTAUX ET UN
ECOSYSTEMES MARINS
CONCLUSION
 L’écosystème se définit comme l’ensemble de la
biocénose (la relation établit entre les êtres vivant) et
du biotope (relation établit entre les êtres vivant et
leur milieu de vie).
 Ils existent plusieurs types d’écosystèmes (continental,
marin et estuaire)
 Deux types d’écosystèmes aquatiques sont connus
jusqu’à ce jour
 les écosystèmes aquatiques continentaux
 les écosystèmes aquatiques marins.
Donner les caractéristiques et différences entre les deux
écosystèmes aquatiques
 Les écosystèmes aquatiques continentaux
renferment différentes eaux de surfaces à savoir : les lacs, les
mares, les marais, les étangs, les zones humides, les torrents,
les ruisseaux, les rivières, les fleuves et les nappes d’eaux.
Ils peuvent se regrouper en deux grands types selon que leurs
eaux sont stagnantes, courantes ou souterraines.

 Concernant les eaux et les milieux aquatiques stagnantes, on


parle de domaine lentique, de même que les eaux et les
milieux aquatique courante sont appelée domaines lotiques.
 Le domaine lentique est un système caractérisé par des
eaux stagnantes. Ce système comprend :

 Les Lacs, grandes étendues d’eau libre à l’intérieur des


terres. Ce sont de vastes étendues d’eaux stagnantes
diverses par leurs dimensions. On y distingue les Lacs
d’origine tectonique, les Lacs d’origine glacière, les
Lacs volcanismes ;
 Les marais peu profonds et envahis par la végétation ;
 Le domaine lentique est un système caractérisé par des
eaux stagnantes. Ce système comprend :

 Les Mares: Ce sont de grandes étendues d’eaux


naturelles ou non, de faible importance et de faible
profondeur,
 Les Etangs : Ce sont de grandes étendues d’eaux
stagnantes peu profonde de surface relativement petite
résultant de l’imperméabilité du sol. On distingue
également les Etangs naturels et artificiels
 Le domaine lentique est un système caractérisé par des
eaux stagnantes. Ce système comprend :

 Les zones humides : ce sont des terrains exploités ou


non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce,
salée ou saumâtre de façon permanente ou
temporaire.
 Pour ce groupe, les eaux sont manifestement en
mouvement le long des pentes. C’est un domaine
caractérisé par un écoulement apparent de l’eau, qui la
plupart du temps permanent. Il s’agit des :

 Torrents :on parle de torrent si la pente de la rivière


est forte et le courant est rapide,
 Rivières :une rivière est un cours d’eau qui s’écoule
sous l’effet de gravité et qui se jette dans une autre
rivière ou dans un fleuve. Elle a pour origine appelée la
source et se coule sur un canal appelé lit.
 Pour ce groupe, les eaux sont manifestement en
mouvement le long des pentes. C’est un domaine
caractérisé par un écoulement apparent de l’eau, qui la
plupart du temps permanent. Il s’agit des :
 Ruisseaux (C’est un petit cours d’eau peu profond au débit
modéré (jusqu’à 2m3/s) alimenté par des sources d’eau naturelles
ou drainant un bassin versant souvent affluent d’un étang, lac ou
d’une rivière). Du point de vue écologique, du paysage, les
ruisseaux sont des corridors biologiques, en contournant les
obstacles (roches ou racines) et/ou par le jeu de l’érosion ou de la
sédimentation.
 Pour ce groupe, les eaux sont manifestement en
mouvement le long des pentes. C’est un domaine
caractérisé par un écoulement apparent de l’eau, qui la
plupart du temps permanent. Il s’agit des :

 Fleuves :un fleuve est un cours d’eau qui se jette dans


une mer, océan ou exceptionnellement dans un désert
(c’est le cas du fleuve OKAVANGO), dans une mer
intérieure (Jourdain).
Quant aux milieux aquatiques souterrains, ce sont le plus
souvent des nappes d’eau imbibant sous-sol.
Un écosystème marin désigne un écosystème d’eau
salé, y compris les océans et les eaux sales et les rivages les
écosystèmes océaniques comprennent les collectivités
pélagique (à la surface de la mer) et benthique (au fond de la
mer)
 Les eaux stagnantes sont classées selon leur taille et leur
profondeur

 Les mares : elles sont temporaires ou permanentes et


présentent des niveaux d'eau variant
considérablement
 Les étangs : ce sont des lacs de profondeur réduite,
dans lesquels la majeure partie des plantes touchent le
fond avec leurs racines ;
 Les eaux stagnantes sont classées selon leur taille et leur
profondeur

 Les lacs : ils se caractérisent par leur profondeur qui


est telle que la végétation ne peut se développer sur le
fond. Pour les plus profonds d'entre eux, il peut exister
des strates de températures.
 Les marais et tourbières : ce sont des milieux
intermédiaires entre les milieux strictement
aquatiques et les milieux terrestres. Ces milieux
représentent le dernier stade avant atterrissement.
 Les conditions de vie dans les eaux stagnantes sont
surtout dépendantes de la topographie, de l'éclairage, de
la température, de la teneur en substances nutritives et en
oxygène
 Les eaux courantes présentent deux caractéristiques
fondamentales une structure linéaire très marquée
souvent fortement ramifiée et la présence d'un flux
hydrique amont-aval. Au sein d'un même cours d'eau, il
existe un gradient structural et fonctionnel :
 le cours supérieur est caractérisé par des pentes fortes,
et une granulométrie grossière ; lorsque localement la
pente diminue, le tressage apparaît.
 Dans le cours inférieur, les pentes sont plus faibles et
la granulométrie plus fine ; lorsque localement la
pente diminue, le méandrage apparaît. Le cours
moyen présente des caractéristiques intermédiaires
entre ces deux extrêmes.
La composition de l’eau de mer varie peut de manière
relative. Le milieu marin est caractérisé par plusieurs
éléments qui sont déterminants pour comprendre
la biodiversité que l’on y trouve. Parmi ces éléments On
distingue la densité, la salinité, biodiversité et la masse de
l’eau.
La salinité, actuellement exprime selon une échelle pratique
et mesurer sans unité indique la teneur en sel globale d’une
eau de mer. Elle est également l’un des paramètres les plus
important de l’eau de mer, la salinité moyenne des océans est
de 32 g/l, et reste généralement comprise entre 30g/l et 40g/l
La densité de l’eau varie en fonction de sa température, de sa
salinité et de sa pression. Elle est égale en moyenne a 1028 kg
par mètre cube
La biodiversité marine est l’ensemble de la diversité
biologique propre aux océans ou en dépendant très
directement. Environ 13% des espèces sont marines.
 Ils existent plusieurs différences entre les écosystèmes
aquatiques continentaux et les écosystèmes aquatiques
marins mais dans notre expose nous avons mis l’absent
sue quatre (04) d’entre elles qui sont : la salinité, la
continuité, la stabilité et la biodiversité
 La première la salinité, Les eaux marines sont salés, très
différent des eaux continentales en ce qu’il déclenche
une pression osmotique, soit des forces particulières, qui
font que la vie dans les océans n’est pas la même que
dans une rivière. Il faut savoir que, si l’eau sur terre semble
d’apparence gigantesque en surface, elle est en réalité
relativement rare comparativement au volume global de la
planète (la profondeur maximum des océans est de 11 km)
et 97 % de celle-ci est salée, donc non utilisable
directement par les organismes. Par conséquent, ce sont
les 3 % d’eau restante, non salée, qui font la physiologie
des organismes vivants évolués et constituent la base de la
vie.
 La deuxième est la continuité. En effet, l’eau de n’importe
quel océan de la planète possède la même salinité. C’est
donc un milieu extrêmement stable et continu, qui permet
aux espèces marines d’être mobiles sur l’ensemble
du globe.
La troisième est la stabilité dans le temps par rapport aux
eaux continentales. L’océan est stable depuis au moins 100
millions d’années, soit identique depuis le milieu de
l’ère secondaire, bien avant la cinquième grande crise
d’extinction. Il est donc universel.
Et enfin la biodiversité, il y a moins de biodiversité
marine que continentale. Les groupes d’espèces marines
ayant quitté l’océan sont à l’origine de la faune terrestre et
parmi eux, deux grandes réussites : les arthropodes (c’est-
à-dire les crustacés devenus des insectes) et les vertébrés.
Un troisième grand groupe sortira de l’océan beaucoup
plus tard, les mollusques, qui sont tout autant
abondants en mer que sur terre. La vie terrestre explose
dans les forêts carbonifères il y a environ 345 millions
d’années.
Et enfin la biodiversité, il y a moins de biodiversité
marine que continentale. Les groupes d’espèces marines
ayant quitté l’océan sont à l’origine de la faune terrestre et
parmi eux, deux grandes réussites : les arthropodes (c’est-
à-dire les crustacés devenus des insectes) et les vertébrés.
Un troisième grand groupe sortira de l’océan beaucoup
plus tard, les mollusques, qui sont tout autant
abondants en mer que sur terre. La vie terrestre explose
dans les forêts carbonifères il y a environ 345 millions
d’années.
Si l’on compare aujourd’hui les faunes terrestres et
marines, elles sont différentes alors même que tous les
groupes d’espèces sont apparus dans l’océan. Certains
n’ont jamais quitté l’océan, comme les échinodermes
(oursins, étoiles de mer, concombres de mer…) qui n’ont
aucun représentant, ni terrestre, ni d’eau saumâtre ou
d’eau douce. Aujourd’hui, seul 13 % des espèces
connues sont marines. Cela s’explique justement par la
stabilité et la continuité de l’océan qui réduisent le
potentiel de niches écologiques. »
Au terme de cet exposé nous pouvons retenir que l’écosystème
aquatique englobe une subdivisons d’écosystème ;a savoir
l’écosystème aquatique continental et l’écosystème aquatique
marin. Ces deux types d’écosystème aquatique ont des
caractéristiques spécifiques offrant des différences au niveau de
plusieurs paramètres. Cependant, dans ce exposer nous avions
mis l’accent sur les paramètres tel que la biodiversité, la salinité
pour montrer cette différence.