Vous êtes sur la page 1sur 49

SYSTÈME OSSEUX

OBJECTIFS
PLAN
INTRODUCTION
Le squelette humain représente l’ensemble
des os du corps humain. Chez l’être humain
adulte, on dénombre environ 206 os, certain os
étant inconstant en fonction des individus. Le
squelette sert de charpente à notre organisme
et nous donne notre silhouette extérieure. Il
sert également de support aux muscles
squelettique et forme avec eux le système
locomoteur.
I- LE SQUELETTE HUMAIN
Le squelette de l’organisme est divisé en
deux parties :
 Le squelette axial qui forme l’axe
longitudinal du corps, il comprend les os de
la tête, du thorax et la colonne vertébrale
 Le squelette appendiculaire qui est
constitué des os des membres et des
ceintures (scapulaire et pelvienne)
1- Le squelette axial
a) La tête osseuse

Les os de la tête se classent en deux groupes : les os du


crane (au nombre de 8 avec 2 paires et 4 impairs) et les os
de la face (au nombre de 14 avec 6 pairs et 2 impairs)
 Lesos du crane sont : les os pariétaux, les os temporaux,
l’os occipital, l’os sphénoïde, l’os ethmoïde, et l’os
frontal.
 Lesos de la face : les os lacrymaux, les os zygomatiques,
les os nasaux, les os palatins, les os maxillaires, les
cornets nasaux inferieurs, le vomer et la mandibule
1- Le squelette axial
a) La tête osseuse

L’os hyoïde parfois appelé os lingual, est


un os situé au-dessus du larynx, dans la
partie antérieure du cou, en dessous de la
base de la langue. C'est le seul os
du squelette qui ne soit pas articulé avec
un autre os, donc ne fais pas véritablement
partie des os de la tête.
1- Le squelette axial
a) La tête osseuse

La tête osseuse du fœtus est différente


de celle de l’adulte. En effet à la naissance
la face osseuse du fœtus est plus petite par
rapport au crane. De plus les os du cranes
ne sont pas encore entièrement soudés
entre eux et sont reliés dans certaines
régions par des intervalles membraneux
qu’on appelle fontanelles.
1- Le squelette axial
a) La tête osseuse

Tous ces mécanismes permettent à la


tête du fœtus de subir les contraintes liées
à l’accouchement lors de sa naissance. Les
fontanelles sont palpable jusqu’à l’âge
moyen de 18 mois où elles sont supposée se
fermer en s’ossifiant et en soudant les os
entre eux.
1- Le squelette axial
b) La colonne vertébrale

Encore appelé rachis, elle est constituée


de l’ensemble des vertèbres qui sont
séparés les unes des autres par des disques
intervertébraux. Elle sert de support axial
au corps et protège la moelle épinière. La
colonne vertébrale est constituée de 33
vertèbres divisées en 5 segments.
1- Le squelette axial
b) La colonne vertébrale

De la partie supérieure à la partie


inférieure, on distingue 7 vertèbres
cervicales, 12 vertèbres thoraciques ou
dorsales, 5 vertèbres lombaires, 5 vertèbres
sacrées et 4 vertèbres coccygiennes. Les
vertèbres sacrées et coccygiennes vont
fusionner après la naissance pour former le
sacrum et le coccyx.
2- Le squelette appendiculaire

Il comprend les membres


supérieurs, les membres inférieurs,
la ceinture scapulaire et la ceinture
pelvienne.
2- Le squelette appendiculaire
a) Les membres supérieurs
Les os du membre supérieur se répartissent entre le
bras, l’avant-bras et la main.
 Le bras : il comprend l’humérus
 L’avant-bras : il comprend le radius et le cubitus
La main : elle comprend les os du carpe (au
nombre de 8 au niveau du poignet) les métacarpes (au
nombre de 5 au niveau de la paume) et les phalanges
(3 par doigt à l’exception du pouce qui n’en compte
que deux).
2- Le squelette appendiculaire
b) La ceinture scapulaire

Elle est composée de deux paires


d’os : l’omoplate et la clavicule. Elle a
pour rôle de fixer le les membres
supérieurs au squelette axial.
2- Le squelette appendiculaire
c) Les membres inférieurs :
Les os des membres inférieurs se répartissent entre
la cuisse, la jambe et le pied.
La cuisse : elle comprend le fémur, c’est le plus long os du
corps humain.
La jambe : elle comprend le tibia et le péroné (fibula)
Le pied : il comprend les os du tarse (au nombre de sept),
les métatarsiens (au nombre de 5) et les phalanges (au
nombre de 14, le gros orteil ne possédant que deux, les
autres orteils trois)
2- Le squelette appendiculaire
d) La ceinture pelvienne
Elle est constituée des os coxaux qu’on
appelle encore os de la hanche. Chaque os
coxal provient de la fusion de trois os ilium,
ischium et le pubis. L’ensemble formé par
les os coxaux, le sacrum et le coccyx forme
le bassin ou pelvis. La ceinture pelvienne
fixe les membres inférieurs au squelette
axial.
3-Anatomie microscopique
L’os au microscope est constituée de
petites unités cylindriques appelées ostéon
ou système de haver. Les ostéons possèdent
un canal central qui abrite les vaisseaux
sanguins qui alimentent l’os en nutriments.
Entres ces cylindres d’ostéon on retrouve
les ostéocytes qui assure l’entretien de
l’os.
4- Classification des os
Selon le type de tissu, on distingue :
L’os compact qui est dense,
d’apparence lisse et solide
L’os spongieux qui est constitué de
petites pièces pointues entrecoupées
de nombreuses cavités.
4- Classification des os
Selon la forme et la grosseur, on
distingue :
Les os long : ils possèdent un corps et deux
extrémités. Exemple : tous les os des membres
à l’exception des carpes et des tarses.
Les os courts : ils sont généralement cubiques
et contiennent surtout l’os spongieux. Exemple
les os du carpe et du tarse
4- Classification des os
Les os plats : Sont minces, courbés, aplatis.
Ils sont composés de deux couches d’os
compacts minces séparées par une couche d’os
spongieux. Exemple la plus part des os de la
tête, le sternum, les cotes.
Les os irréguliers : il s’agit des os qui
n’appartiennent à aucune des catégories
précédentes. Les vertèbres, les os coxaux.
5- Structure d’un os long
L’os long adulte comprend trois parties :
la diaphyse ou corps qui est centrale et les
épiphyses aux deux extrémités. La diaphyse
contient en son centre la cavité médullaire
qui accueille la moelle osseuse jaune. La
paroi de la diaphyse est constituée de
plusieurs couches de tissu osseux. De
l’extérieur vers l’intérieur on a :
5- Structure d’un os long
Le périoste fait d’une mince couche de
tissus conjonctif dense et protège l’os
compact
L’os compact plus épais
L’endoste qui est constitué de cellules
ostéoblastes (cellules productrices de tissus
osseux) et d’ostéoclastes (cellules
destructrices de tissus osseux)
II- LES ARTICULATIONS
Les articulations ont pour rôle de
permettre une certaine mobilité à
notre corps et à relier les os
solidement entre eux. On peut les
classer suivant leur fonction ou
suivant leur structure.
II- LES ARTICULATIONS
Suivant leur fonction on distingue
Les articulations mobiles : genou,
coude, épaule etc…
Les articulations semi-mobiles :
articulations de la colonne vertébrale
Les articulations immobiles :
articulations des os de la tête
II- LES ARTICULATIONS
Suivant leur structure on distingue :
Les articulations fibreuses : les os sont reliés entre
eux par du tissu conjonctif. C’est le cas des sutures du
crâne
Les articulations cartilagineuses : les os sont reliés
entre eux par un coussinet de cartilage fibreux.
Exemple les articulations des vertèbres
Les articulations synoviales : les os sont reliés entre
eux par l’intermédiaire d’une cavité remplie de synovie
(ou liquide synovial). Exemple : les art. des membres.
II- LES ARTICULATIONS
Les articulations sont maintenues
en place par des ligaments. La
rupture de ces ligaments est appelés
entorse. Le déboitement d’un os dans
une articulation est appelé luxation.
Une subluxation est une luxation
incomplète.
III- FONCTION DES OS
Les os, en plus de donner la forme extérieure de
notre corps remplissent de nombreuses autres
fonctions:
Rôle de soutien : ils constituent une
structure rigide qui soutien notre corps et sert
de point d’ancrage aux organes mous. Les os
des membres inférieurs servent de piliers pour
soutenir notre corps en position debout et la
cage thoracique soutien la paroi thoracique.
III- FONCTION DES OS
Rôle de protection : c’est le cas du crâne qui
protège le cerveau, la colonne vertébrale qui
protège la moelle épinière, la cage thoracique qui
protège le cœur, les poumons et les gros
vaisseaux.
Rôle de mouvement : ils servent de point
d’attache aux muscles squelettiques qui en se
contractant agissent comme des leviers et
permettent des mouvements. C’est ainsi que nous
pouvons marcher nager tenir des objets etc…
III- FONCTION DES OS
Stockage de minéraux et des graisses : le tissu
osseux sert de réservoir de minéraux notamment
pour le calcium et le phosphore. Ce calcium est
distribuer au sang en cas de besoin par
l’organisme et emmagasiné en cas d’excès ou de
non nécessité. Les graisses sont également
stockées au niveau des os
Production des cellules sanguines : les cellules
sanguines sont toutes formées au niveau des os au
cours d’un processus appelé hématopoïèse.
III- FONCTION DES OS
Bien que les os soient rigides, s’ils subissent
d’énormes contraintes ils peuvent être sujets
à des fractures.
SYSTÈME
MUSCULAIRE
I- INTRODUCTION
1. Aspect morphologique
On distingue :
Les muscles lisses
Les muscles striés (squelettique et
cardiaque)
1. Aspect morphologique

Les muscles sont entourés d’une


membrane fibreuse : aponévrose qui
empêche le muscle de se déplacer
latéralement lorsqu’il se contracte. Les
gaines synoviales apparaissent autour des
tendons soumis aux frottements et
secrètent le liquide synovial.
1. Aspect morphologique
 Les muscles striés : muscles de la vie de
relation, ils sont innervés par le système
nerveux cérébro spinal et leur contraction est
soumise à la volonté. Chaque muscle strié
comporte un corps charnu et 2 extrémités par
lesquelles ils s’insèrent. La myoglobine est un
pigment rouge qui est un réservoir d’O2. Les
formes sont adaptées aux fonctions et on a :
1. Aspect morphologique
 Les muscles longs : corps fusiforme qui se termine à
chaque extrémité par des fibres conjonctives serrées : les
tendons.
 Les muscles plats : corps charnu sans tendon dont les
fibres s’étalent en éventail sur une grande surface.
 Les muscles courts : corps charnu court mais sans
tendon : muscles masticateurs.
 Les muscles annulaires : corps charnu circulaire
entourant un orifice creux : bouche, yeux ou viscère
creux : sphincter.
1. Aspect morphologique
 Les muscles lisses : la contraction ne dépend pas de
la volonté, ils échappent à la commande du système
nerveux cérébro spinal (système volontaire) et ne sont
soumis qu’aux indication du système nerveux végétatif
(involontaire) qui gère tous les viscères de l’organisme.
On les rencontre dans les viscères creux du tube
digestif, les voix biliaires, urinaires, respiratoires, de
l’appareil génital, les vaisseaux sanguins, les
téguments. Ils sont disposés en nappe dans les viscères
ou sous l’aspect d’un muscle creux (utérus).
2. Etude histologique (microscope)
a) Fibre musculaire striée
C’est une très grande cellule (jusqu’à 15 cm de
long). Elle est cylindrique avec des extrémités
arrondie, limitée par une membrane cellulaire :
sarcolemme. Il y a des mitochondries et de
nombreux noyaux disposés à la périphérie. Le
cytoplasme contient des myofibrilles constituées
par des faisceaux de longs filaments allongés dans
la cellule. Elles sont formées par une succession
régulière de bandes claires et sombres qui sont les
unités contractiles du muscle.
2. Etude histologique (microscope)
a) Fibre musculaire striée
Chaque fibre musculaire reçoit un filet
nerveux qui commande ces contractions.
Le contact entre les 2 fibres s’effectuer
sur la plaque motrice. La fibre musculaire
se contracte vite, la secousse musculaire
est de courte durée. Le muscle se
contracte rapidement puis se relâche.
2. Etude histologique (microscope)
b) Fibre musculaire lisse
C’est une petite cellule (de 5 à 20
micron). Son cytoplasme s’appelle
sarcoplasme, membrane : sarcolemme. Elle
a un noyau unique ; des myofibrilles sans
bandes claires et sombres. Elle se contracte
de façon lente et puissante. Contraction
prolongée dans le temps qui demande des
besoins énergétiques pauvre.
3. Composition des muscles

Eau : 75 à 80 % de la masse des


muscles
Eléments minéraux : Na, Ca …
Protéines : myoglobine
II- PHYSIOLOGIE DES MUSCLES
Excitabilité
C’est la propriété de répondre par
sa réponse naturelle à toute
excitation portée sur lui. Le muscle
réagit à des excitations mécaniques
(pincement), thermiques, chimiques

II- PHYSIOLOGIE DES MUSCLES
Contractilité
C’est la faculté du muscle de se
raccourcir donc de rapprocher ses
extrémités et de mouvoir les
éléments squelettiques où ils sont
fixés.
II- PHYSIOLOGIE DES MUSCLES
Elasticité
Propriété de se laisser allongé par
traction et de revenir à sa position
première lorsque cesse la traction.
Elle joue le rôle d’amortisseur,
supprimant les chocs, améliorant le
rendement.
II- PHYSIOLOGIE DES MUSCLES
Tonicité
Propriété qu’à le muscle vivant en
dehors de tout mouvement actif de
demeurer dans un état de tension, de
légère contraction permanente
involontaire : tonus musculaire.
II- PHYSIOLOGIE DES MUSCLES
Les phénomènes thermiques
Production de chaleur.
Les phénomènes électriques
A l’état de repos, existe une
différence de potentiel électrique
entre la surface du muscle et
l’intérieur du corps charnu.
II- PHYSIOLOGIE DES MUSCLES
Les phénomènes hormonaux
La contraction musculaire est
déclenchée par la libération au
niveau de la plaque motrice de
l’acétylcholine.
II- PHYSIOLOGIE DES MUSCLES
Les phénomènes mécaniques
Le muscle qui se contracte
rapproche ses insertions, la
contraction est dite isotonique. Le
déplacement des leviers osseux sur
lesquels s’insère le muscle constitue
un travail dynamique
II- PHYSIOLOGIE DES MUSCLES
Les phénomènes chimiques
Contraction = dépense d’énergie.
Les aliments dont la transformation
fournie de l’énergie sont les glucides.
CONCLUSION
L’appareil locomoteur est
constituer par les os et les muscles
squelettique. Il a pour rôle principal
de nous permettre de se mouvoir