Vous êtes sur la page 1sur 18

POLITIQUE DE LA VILLE

RENOUVELLEMENT URBAIN
 Objectif
• Une ville algérienne qualitative, compétitive, attractive et durable

 Stratégie
• Promouvoir une Ville durable
• Assurer la qualité et le renouvellement de la forme urbaine
• Adapter la ville aux exigences des activités économiques
• Préserver et valoriser l’écosystème urbain,
• Mettre la ville « hors risques »,
• Maîtriser de la gestion urbaine
• Lutter contre les exclusions et les marginalisations et mettre à niveau
les« Zones Urbaines à Handicaps » (Z.U.H),
 Programme d’action
• La régénération urbaine,
• Le rattrapage et l’intégration des zones urbaines à handicaps,
• La réforme de la gestion urbaine.
Mettre en place une ville algérienne productive, qualitative,
compétitive, attractive et durable

 Des bases de production et de services adaptées aux


opportunités urbaines

 assurent l’attractivité de la ville pour leurs habitants et les


territoires qu’elles polarisent

 L’identité et la culture urbaine de ses habitants seront renforcées

 Une gestion durable de la ville :


• aspects économiques, socioculturels et environnementaux
• interactions entre acteurs / secteurs / territoires ;
• approches stratégiques /tactique / opérationnelle ;
• vision à long terme / moyen terme / court terme.
1- Assurer la qualité et le renouvellement de la forme
urbaine
dont le but sera un fonctionnement satisfaisant de la
ville ainsi que son attractivité.

 des documents d’urbanisme pertinents et respectés


 La maîtrise foncière
 La politique de l’habitat articulée aux activités,
équipements et services.
2- Adapter la ville aux exigences des activités économiques.
 La compétitivité et l’attractivité de la ville nécessitent un niveau
d’équipement et de service de qualité : (zones d’activités,
infrastructures de transport et de logistique, d’information ou
d’énergie, services supérieurs de formation et de recherche …)
3- Mettre la ville « hors risques »
 mettre la ville à l’abri des risques majeurs par des mesures de
prévention, de protection et de gestion,
 Des plans de prévention sont adoptés pour chaque type de risque
 Etablir des cartes de sensibilité au risque,
 Edictent des mesures de prévention et de protection 5reprises par
les documents d’urbanisme),
 des plans d’intervention sont.
4- Lutter contre les exclusions et les marginalisations et
mettre à niveau les « Zones Urbaines à Handicaps »
 réduire les quartiers d’exclusion (Zones Urbaines à Handicaps)
 assurer un niveau de services et d’équipement équitable,
 Mise en œuvre d’une politique de logement adaptée (logement social et
résorption de l’habitat précaire)
 inscrire l’ensemble des quartiers dans le fonctionnement de la ville
 lutter contre la ségrégation urbaine.
5- Améliorer la gestion urbaine
 les modalités d'application des politiques urbaines doivent être
adaptées aux réalités la ville,
 Priorité à la dimension sociale
 le montage financier qui permet la matérialisation,
 l'organisation institutionnelle qui garantit la mise en œuvre.
DYSFONCTIONNEMENTS

 CONSTATÉS EN MATIÈRE DE GESTION URBAINE

L’urbanisation se réalise depuis plusieurs décennies de manière permissive,


peu efficace, destructrice des milieux et de l’image de la ville, dépassée dans
ses méthodes et ses procédures.


Au niveau des procédures et des mécanismes de planification urbaine :
 Décalage entre le rythme de la planification et celui de l’urbanisation, qui rend les
orientations des plans dépassées au moment de leur mise en œuvre,

 Planification sans assise économique et sans prospective de développement,

 Programmation urbaine linéaire et rigide, obéissant à la logique de satisfaction des


besoins en sol urbanisables pour les différents programmes issus des projections
démographiques, sans la prise en compte des aspects d’insertion urbaine,

 Implantation non-coordonnée des programmes de logements et des projets


structurants au gré de la disponibilité du foncier et des décisions politiques,

 Planification sans vérification d’impacts, de rentabilité et de faisabilité des projets


proposés (habitat, grands équipements, transports,…),

 Absence des bases de données urbaines fiables et visualisables (SIG),


Au niveau des outils de la mise en œuvre de la politique urbaine :

 Outils de planification urbaine standardisés, applicables sur tout le territoire


national sans distinction de spécificités,
 Dispositifs institutionnels inadaptés à la dynamique des villes et ne permettant
pas la maîtrise de la croissance et l’étalement urbain,
 Système de suivi et de contrôle de la mise en œuvre défaillant,
 Maîtrise d’ouvrage défaillante (éclatement des pouvoirs, morcellement des
projets, insuffisance de programmation, faiblesse des cahiers de charges).

Au niveau des moyens de réalisation :


 Absence de coordination entre la disponibilité des moyens matériels et humains et
les programmes lancés,
 Absence de procédures de programmation et de contractualisation intercommunale,
métropolitaine, régionale,
 Absence de cadre régissant le financement des projets, notamment pour les
financements mixtes (partenariat public / privé),
 Faiblesse des moyens budgétaires issus des ressources propres de communes mis
au service des actions urbaines,
 Spéculation foncière et non viabilisation des terrains mis sur le marché.
Au niveau de la gestion urbaine et territoriale :

• Mécanismes de décentralisation et de déconcentration peu efficaces,

• Sous encadrement des collectivités locales et des services techniques


chargés de la gestion et du contrôle de l’urbanisation,

• Faible niveau de formation aux méthodes et techniques du management


des projets,

• Pratiques spéculatives de la gestion foncière,

• Absence du statut et du zonage fiscal des terrains urbanisés et


urbanisables,

• Absence de cadre de gestion intercommunale,

• Non implication de la société civile dans les processus décisionnels relatifs


au développement urbain.
LA RÉGÉNÉRATION URBAINE
1. la stratégie de développement urbain,
 Avoir une vision globale (superposition d’échelles),
 Proposer une conception systémique (interaction de plusieurs dimensions spatiale,
sociale et intersectorielle),
 S’inscrire dans le long terme (projection à 20 ans)

Elle sera transcrite sous forme d’un outil d’aménagement et de développement urbain.
qui doit mettre en cohérence les différentes politiques de l’habitat, des transports, de
l’implantation des activités et des pôles commerciaux, de la protection de
l’environnement...
Il expose les orientations stratégiques de l’Aire Urbaine et son développement par:
 La maîtrise de la croissance urbaine
 La maîtrise et le développement des composantes du système urbain,
 Son articulation et sa mise à niveau aux normes urbaines
 Le principe de développement durable
La requalification des quartiers périphériques:
Les quartiers périphériques = un tissu urbain décousu et disparate :
grands ensembles et habitat informel,
La régénération urbaine de ces quartiers nécessite:
- réhabilitation des grands ensembles et résorption de l’habitat
insalubre,
- mise à niveau des équipements et services de base
- réaffectation des immeubles abandonnés
- structuration du tissu urbain, intégration urbaine et aménagement
des espaces publics : voirie, espaces verts, reconquête des friches
urbaines,
- amélioration des liaisons avec l’espace central et des liaisons inter
– quartiers.
L’embellissement des villes (la qualité de la ville)
Les interventions en matière d’embellissement valorisent la qualité des sites
naturels ainsi que la richesse du patrimoine historique et culturel.
Les grands axes des interventions d’embellissement sont :
 la réhabilitation, la mise en valeur et l’entretien des espaces publics,
 la réhabilitation, la restauration et la mise en valeur du patrimoine
historique et culturel,
 la protection et la mise en valeur des paysages urbains,
 unevalorisation des espaces verts par l’entretien ou la création de parcs et
jardins, par des plantations urbaines,
 desréseaux d’assainissement et un ramassage des ordures performants
permettant de limiter les pollutions et nuisances.
Les projets de régénération urbaine
L’importance de la dégradation des centres urbains surtout coloniaux justifie le
lancement d’opérations de régénération urbaine conjuguant modernisation des
nouveaux centres et intégrations des centres historiques.
Ces projets s’organisent autour des programme suivants :
 restructuration urbaine : restructuration du centre-ville, restauration et
réhabilitation du patrimoine historique et culturel, réhabilitation des
équipements, aménagement d’espaces verts ...
 développement de structures d’affaires : complexes tertiaires et pôles
d’affaires, parcs technologiques, parcs des expositions, salles de congrès,
 développement des structures d’accueil : diversification de l’offre de
logements (logements de standing, logements sociaux ...), création de
complexes hôteliers de niveau international etc.
 implantations d’équipements touristiques, culturels, sportifs et de loisirs : pôles
multimédias, salles de spectacles, musées, complexes commerciaux …
Les critères d’identification :
- indicateurs socio-économiques (revenus, alphabétisation, emploi et
chômage, informel ...),
- qualité de l’habitat (niveau de l’habitat précaire, insalubre, informel),
- taux de raccordement aux réseaux AEP et d’assainissement, couverture du
ramassage des déchets,
- couverture par les équipements collectifs : santé, éducation, sport, culture ...
- sensibilité aux risques majeurs,
- insertion urbaine : localisation des infrastructures et services de transports,
type d’urbanisation (centre ancien, zone périurbaine, zones d’activités ...).
Les interventions sur les ZUH mettent en place différentes actions :
 La résorption de l’habitat précaire et la réalisation de logements
sociaux.
 Assurer un raccordement aux réseaux VRD (AEP et
d’assainissement) ainsi qu’un ramassage des déchets .
 L’accès aux équipements collectifs (éducation, santé, sports,
culture ...) Les liaisons avec ces équipements sont améliorées par
les transports en commun ainsi qu’au reste de la ville.
 Accessibilité aux lieux de service ou de travail, aux commerces,
au centre-ville, aux espaces de loisirs et de détente …
 la participation des habitants aux projets les concernant permet
de mieux les ajuster aux besoins et d’en assurer une meilleure
gestion.
Les capacités de management urbain renforcées

 développer les capacités de réflexion, d’analyse prospective, de


planification, de programmation, de mise en œuvre, de suivi et
d’évaluation,

 faciliter les évolutions engendrées par les nouvelles dynamiques


territoriales

 encadrer le développement régional et local des territoires,

 favoriser la réussite des porteurs de projets,

 favoriser l’émergence d’une ingénierie territoriale privée


notamment à travers des bureaux d’études.
Domaines sur lesquels porte le management urbain :
 étude, observation, analyse et cartographie des dynamiques territoriales,
 élaboration et mise en œuvre des documents d’orientation, de planification et de
programmation territoriale ainsi que des documents d’urbanisme : SNAT, SEPT,
PAW, PDAU, POS,
 montage technique, juridique et financer des projets de développement et
d’aménagement du territoire,
 suivi, contrôle et évaluation des projets de développement et d’aménagement,
 organisation et réalisation d’opérations de concertation, de communication et de
marketing territorial,
 gestion administrative et financière spécifique à l’aménagement du territoire.

Un dispositif de formation initiale et continue appui le


renforcement des capacités de management urbain et d’ingénierie
territoriale
Des outils réglementaires à développer et à adapter
-L’Algérie dispose d’une réglementation territoriale largement
déclinée en SRAT, PAW, PDAU, SDAAM, POS.

Lesdocuments en vigueur sont toutefois peu ou mal appliqués et


souvent dépassés par les évolutions urbaines spontanées.

-Développer d’autres outils en s’appuyant sur l’existant tout en prenant


en considération la stratégie de développement de la ville et de les
adapter aux enjeux de la régénération urbaine.

La cohérence entre les différents documents de planification urbaine


est nécessaire à une gestion urbaine efficace sur le plan réglementaire.
Chaque plan ou schéma territorial doit être conforme avec les plans et
schémas des niveaux territoriaux supérieurs, du national au local.