Vous êtes sur la page 1sur 53

INTRODUCTION

1
“La chose la plus difficile à
comprendre au monde, c'est
l'impôt sur le revenu”
Albert Einstein

“l'impôt est une ponction que


l'Etat opère sur la richesse en
vue de sa redistribution de la
manière la plus équitable”

…. Difficulté ??
2
Et Pourtant

3
La fiscalité marocaine

4
5
Sources du droit
fiscal marocain
6
La constitution : c’est la loi suprême qui contient
des dispositions intéressant les fondements de
l’obligation fiscale et l’autorité compétente pour
l’établir ;

La loi des finances : conformément à l’article 49 de la


constitution, la chambre des représentants vote la loi
de finances dans les conditions prévues par le dahir
portant loi organique des finances.

La loi rectificative : Généralement, on a recours à cette


loi lorsque l’évaluation de la conjoncture, en égard aux
prévisions, rend nécessaire une réévaluation et une
actualisation des objectifs en matière de recettes et de
dépenses

La jurisprudence : Les contribuables qui ne sont pas


satisfaits d’une décision prise à leur encontre par
l’administration ont le droit de contester la légalité
de cette décision devant les tribunaux ;
7
La doctrine administrative : Ce sont l’ensemble des
opinions émises par les auteurs sur les problèmes
juridiques. Elle s’exprime par des écrits qui peuvent
prendre des formes très diverses tel que les
chroniques ou les notes d’arrêt, les articles manuels,
les traités, les thèses de doctorat…

Les sources internationales : Inspiré de la législation


française, le système fiscal marocain prend place
dans un cadre national et c’est ainsi que la Maroc a
pu passer, avec bien d’autres pays étrangers, des
conventions fiscales de réciprocité tendant à éliminer
les doubles impositions

Les circulaires : Ce sont l’ensemble des commentaires


formulés par l’administration à propos des textes
législatifs et réglementaires. Ces commentaires sont
rédigés dans le but d’interpréter le contenu des
dispositions fiscales.

8
Le Maroc
mon fils, le
Maroc

Père ?! Qu’y
a-t-il en bas ?

Historique
9
Avant Pendant Après
le protectorat le protectorat le protectorat

10
La fiscalité marocaine avant le protectorat :

Dès le VIII siècle de l’ère chrétienne, après la conquête du Maroc


par MOUSSA IBN NOCEIR, différentes sortes de contributions
apparaissent dans ce pays tirées de la religion musulmane. Ces
contributions sont subdivisées en deux sortes : directes et
indirectes.

Directe Indirecte
Les contributions d’essence Les impôts dits commerciaux :
religieuse directement du -Les droits de marché ;
Coran -Les droits de régie ;
- Les droits de porte.

Les contributions de
souveraineté Les droits de douane
11
Les contributions d’essence religieuse
directement du Coran

Le coran qui a institué la ZAKAT n’a fixé cependant


aucune règle de perception. Ce sont les gouvernements qui
appliquent suivant les besoins du moment, la loi de base et
décident de la forme du prélèvement.
Les taux d’imposition applicable à l’époque :

L’or et l’argent sont imposables à 2,5% ;

Les chameaux 2,17 et 1,5% ;

Les moutons 2,5 à 1%.

12
Les contributions de souveraineté
Parmi les autres impôts plus ou moins à caractère direct, il
convient de citer :

La HARKA: Le La Mouna et la Soukhra : Les


contingent demandé à fournitures de vivre aux
une tribu par le sultan armées du sultan ou des
commissions remises par la
lorsqu’il voulait tribu aux fonctionnaires qui
entreprendre une séjournent sur son territoire
exploitation ; pour quelque motif que ce
soit

La Ghorama : La La Dheira : L’amende


conséquence financière infligée à un
d’un dommage causé par coupable au profit
un membre d’une tribu.
du caïd pour son
Elle découle du principe
de la responsabilité propre usage.
collective ;

13
La fiscalité marocaine pendant le protectorat :

Cette période s’était caractérisée par la réforme du système fiscale suite


à la détérioration progressive des finances du Maroc et à l’aggravation
de son endettement. Cette réforme s’était manifestée par la
conservation de certains impôts, la modification, la création et
l’annulation d’autres :
les droits de porte, la zakat et
les droits de marché, l’achour ont été
les droits de marché, remplacés par
les droits de douane « le Tertib » ;

La conservation La
modification

la France avait créé


la taxe de transaction, la France a
la patente, la taxe annulé les
urbaine, l’impôt sur impôts de
le bénéfice pro. souveraineté.
le PTS…

La création L’annulation 14
La fiscalité marocaine après le protectorat :

•La taxe urbaine et le PTS ont subi des modifications légères ;

•La patente et l’IBP ont fait l’objet d’aménagement ayant porté sur le taux et des
modifications dans le calcul ;

•La taxe sur les produits et les services a été remplacée par la taxe sur les
transactions ;

•Le Tertib a été remplacé par l’impôt agricole.

15
Le cycle des
Réforme fiscales
16
Le cycle des réformes fiscales:
Au Maroc, les ajustements du système fiscal ont été entrepris depuis le
début du 20ème siècle. Trois périodes ont marqué son évolution :

1- Période 1910- 1922 : (Le protectorat) : Substitution des


impôts de la métropole, dits modernes, aux impôts
traditionnelles d’obédience religieuse)

2- Période 1961 – 1978 (L’indépendance): Remplacement des


impôts indiciaires par des impôts analytiques

3- Période 1984- 2007 : (Modernisation de l’Etat et de ses


institutions): Refonte des impôts analytiques (ou cédulaires)
dans des impôts synthétiques.

17
Phase actuelle
Résultats positifs
18
Transformation de la structure des recettes fiscales :

– « Dominance des impôts directs sur les


impôts indirects »
– Evolution des recettes fiscales consolidées des
impôts gérés par la DGI entre 1998 et 2009

19
Elargissement de l’assiette fiscale

Le nombre d’entreprises soumises à l’IS est


passé de 60000 à 118 150 entre 1998 et 2008 soit
une augmentation de 96,92%

Le nombre de contribuables soumis à l’IR est


passé de 2 072 000 en 1998 à 3 825 761 en 2008
soit une augmentation de 84,64%

Le nombre de redevables à la TVA est passé de


91000 à 234 184 durant la même période avec
une progression notable de 157,35%.

20
Maîtrise du déficit budgétaire :

La consolidation des recettes s’est traduite par une


amélioration de la contribution des recettes fiscales dans
la maîtrise substantielle des déficits budgétaires.

21
Les trois
principaux impôts
au Maroc

22
Définition générale
La territorialité de la
TVA

Le champ
Les taux de TVA
d’application
T.V.A
La périodicité du Les faits
paiement de la T.V.A générateurs

23
Térritorialité de la TVA

Sont imposables La vente est considéré


toutes ventes ou réalisé au Maroc Les services
prestations de lorsque la livraison
services effectués sur des marchandises a eu
le territoire marocain. lieu sur le sol l'imposition…
marocain,
compte du lieu de
préstation fournie et
exclus le port de non du lieu de sa
Tanger et les Darty sauf si leur destination production.
free est à l‘étranger.

24
Le champ d’application
industriel

artisanal imposition commercial

les
professions
libérales

L’entreprise
joue un rôle entre le
d’intermédiaire consommateur
finale et l’Etat
25
Les taux de TVA
•Opérations de restauration
• Produits de et de fourniture de logement
consommation dans les établissements
courante. (l’eau, touristiques, opérations
financières…
électricité, produits
pharmacies…)

Taux Taux
super particulier
réduit 7% 10%

Taux Taux
réduit normal
14% 20%
• Produits et services • Opérations
de consommation imposables dont
courants. (travaux
immobiliers,
aucun autre taux
transport…) n’a été prévu

26
LA PERIODICITE DE PAIEMENT DE LA TVA

• Les contribuables dont le chiffre d’affaires taxable réalisé est égal


ou supérieur à
1000 000 DH
Déclaration • Toute personne n’ayant pas d’établissement au Maroc et y
effectuant des opérations imposables.
mensuelle

• Les contribuables dont le chiffre d’affaires taxable réalisé est inférieur à


1000000DH
• Les contribuables exploitant des établissements saisonniers, des activités
Déclaration périodiques ou des opérations occasionnelles ;
• Les nouveaux contribuables pour la période de l’année civile en cours.
trimestrielle

27
LES FAIT GENERATEURS

Régime Régime Régime


d’encaissement débit suspensif

- la comptabilisation des - comptabilisation de Les entreprises


sommes encaissées toutes les factures exportatrices de produits
soient encaissées ou ou de services même
- tant qu’on n’a pas payé la celles exonérées peuvent
facture aux fournisseurs, on non encaissées.
sur leur demande et dans
ne peut récupérer la TVA. A - Ce régime peu la limite du montant du
contrario, tant qu’on n’a pas économique pour
encaissé le montant des chiffre d’affaire réalisé au
factures chez nos clients, on
l’entreprise sauf pour les cours de l’année écoulée,
n’a pas à payer la TVA à la exportateurs. être autorisées à recevoir
Perception (État). en suspension de la TVA.

28
Les nouvelles mesures de la L.F. 2011 : TVA

Prorogation de l’exonération du micro-crédit

Réduction du taux de la TVA à l’importation applicable aux


veaux destinés à l’engraissement

Entrée en vigueur des nouvelles échéances de dépôts


de la déclaration mensuelle et trimestrielle

29
Sanctions spécifiques à la TVA :

• En cas de dépôt de • En cas de dépôt de la • Si la déclaration du


déclaration de chiffre déclaration du chiffre Prorata n’est pas
d’affaires ne d’affaires ne
comportant de Taxe à déposée dans le
comportant ni Taxe à
payer ni crédit et en payer mais, délai légal prévu
dehors des délais + comportant un crédit par la loi + amende
amende 500 DH. de TVA. Dans ce cas, de 500 DH
ledit crédit est réduit
de 15% en guise de
pénalité.
1 2 3

• Pénalité de 10 % • intérêt retard 0,5


+ majoration de % par mois
5% pour le 1er supplémentaire
mois de retard

2 30
Réflexions a propos de la T.V.A au Maroc

Le fondement même de la TVA, à savoir la neutralité, subit


de sérieux accros de par les restrictions à la déductibilité.

Petit lifting : Supprimer la règle du décalage d’un


mois greffée à la déductibilité. (En France la les prélèvements de l'Etat deviennent de plus en plus
restriction n’existe plus car elle constitue une importants par rapport à la richesse produite
injustice du Trésor à l’égard du contribuable.)

La territorialité de la T.V.A : il n’existe aucune détaxe


comme cela se pratique en Europe, à partir d’un
montant minimum d’achats. Exemple : Lorsque vous
Le plus grand problème de la TVA marocaine tient aux un caméscope dans un commerce à Paris, Milan,
limitations au remboursement Berlin ou à Rome, vous avez la possibilité de
demander la détaxe à la frontière aux services de la
Douane.

31
Question-Réponse

Si je n'ai fait
Quand est ce Comment aucune
Comment
que je dois remplir le transaction,
calculer la TVA
déposer la document de suis-je obligé de
à payer au Fisc
déclaration de déclaration de faire la
?
TVA ? TVA ? déclaration de
TVA ?

Comment bénéficier Qu'arrive il si je ne


d'exonérations de la dépose pas ma
TVA ? déclaration à temps ?

32
Impôt Sur le Revenu (IR) :
L’impôt sur le revenu est un impôt direct qui porte sur les revenus des
individus ou des entreprises et autres entités similaires

Qui doit souscrire la 2°- les revenus


déclaration ? 1°- les revenus provenant des
professionnels exploitations
La déclaration doit être souscrite par agricoles
toute personne physique, ainsi que
par les Sociétés de personnes qui
n'ont pas opté pour leur
4°- les revenus et
assujettissement à l'I.S et ayant 3°- les revenus profits fonciers
Acquis au cours de l'année, objet de la salariaux et revenus 5°- les revenus et
déclaration, des revenus passibles assimilés profits de capitaux
mobiliers.
de l'I.R :
Les assujetties à l’impôt sur le
revenu ?

les personnes physiques qui ont au Maroc leur


domicile fiscal, à raison de l’ensemble de leurs
revenus et profits, de source marocaine et étrangère

les personnes physiques qui n’ont pas au Maroc leur


domicile fiscal, à raison de l’ensemble de leurs revenus et
profits de source marocaine

les personnes, ayant ou non leur domicile fiscal au Maroc, qui réalisent
des bénéfices ou perçoivent des revenus dont le droit d’imposition est
attribué au Maroc en vertu des conventions tendant à éviter la double
imposition en matière d’impôts sur le revenu

34
Dispense de la souscription de la déclaration ?

• l es ambassadeurs et agents diplomatiques, les consuls et


agents consulaires de nationalité étrangère, pour leurs
revenus de source étrangère, dans la mesure où les pays qu’ils
représentent concèdent le même avantage aux ambassadeurs
et agents diplomatiques, consuls et agents consulaires
marocains ;

• les personnes résidentes pour les produits qui leur sont versés
en contrepartie de l’usage ou du droit à usage de droits
d’auteur sur les œuvres littéraires, artistiques ou scientifiques.

35
Où la déclaration doit-elle être déposée?

La déclaration du revenu global doit être


déposée contre récépissé ou adressée par lettre
recommandée avec accusé de réception à
l'inspecteur des impôts du lieu de résidence
habituelle du contribuable, de son principal
établissement ou de son domicile fiscal.

36
Les Délais de dépôt
Conformément aux dispositions contenues dans la loi de finances pour
l'année 2010, la Direction Générale des Impôts informe l'ensemble des
contribuables soumis à l'I.R des nouveaux délais
er
Le 1 Mars de dépôt des déclarations annuelles de l'I.R.

Le 1er Avril
- Si vous disposez de revenus
professionnels déterminés selon le
régime du bénéfice forfaitaire ;
- Si vous avez des revenus fonciers
; - Pour les titulaires de revenus
professionnels, déterminés selon
le régime du résultat net réel
(RNR) ou celui du résultat
simplifié (RNS)
- Si vous avez deux salaires ou
plus ou deux retraites versés par
des employeurs ou débirentiers
différents ;
- Si vous avez un revenu de source
étrangère (pension de retraite,
salaire....).
Calcul d’impôt

L’IR se calcul suivant un barème annuel (ou


mensuel, trimestriel, semestriel, par quinzaine,
par semaine journalier …)

il suffit en effet de ramener les données annuelles


(tranches de revenus et somme à déduire) au
mois ou à toute autre période retenue.

38
39
Minimum d’imposition :

L’IR ne doit pas être inférieur à une cotisation minimale (CM)


pour les titulaires de revenus professionnels soumis au RNR ou RNS.

La cotisation minimale n’est pas due pendant les 3 premiers


exercices comptables qui suivent le début de l’activité professionnelle.
Les taux de la cotisation minimale sont de :

• pour la vente des


6%
produits suivants : • pour certaines • pour les autres
huile, sucre, beurre, professions libérales activité
farine, gaz et (avocats, notaires,
produits pétroliers ; architectes, ingénieurs,
vétérinaires,

0,25 % topographes, etc.) ;


0,5 %
L’impôt sur la Société:
Définition :

L’impôt sur les sociétés est un impôt qui


frappe les bénéfices réalisés au Maroc, par les
personnes morales au taux normal de 30%,
sauf cas spéciaux, abstractions faites des
sociétés de personnes qui sont imposables à
l’IR au nom du principal associé.

1988 1993 1996 À partir 2008


44% 38% 35% 30%

41
Champs d’application :

I’I.S. s’applique de droit à toutes


les sociétés de capitaux, aux
établissements publics et autres
personnes morales, et sur option
aux sociétés de personnes.

42
La base imposable

Le résultat fiscal de
chaque exercice
produits imposables comptable est déterminé
d’après le résultat
-charges déductibles
comptable rectifié, en
intégrant les charges non
déductibles fiscalement et
=Résultat Fiscal en déduisant les produits
exonérés totalement ou
partiellement selon la
formule suivante :
43
PAIEMENT DE L’I.S.

31/03 Le paiement de
l’impôt se fait
spontanément par 4
acomptes provisionnels
30/09 4 Acomptes 30/06
dont chacun est égal à
25 % du montant de
l’impôt dû au titre de
31/12 l’exercice précédent.

44
La cotisation minimale

Tous les produits imposables


sauf
les prix de
revient des
les produits
travaux effectués
exceptionnels par l’entreprise
pour elle-même.
45
• Le taux de cotisation est fixé à 0,50%. Elle ne
peut être inférieure à 1500 dh.

• Les 36 premiers mois d’activité sont


exonérés de la cotisation minimale.

• Le taux de calcul de la cotisation minimale


- d’I.S et d’I.R. est ramené à
prévue en matière
0,25% pour les produits ci-après : eau, électricité,
- gaz, beurre, huile, sucre,
produits pétroliers,
farine.

46
Paiement de l’IS :

Une fois les régularisations fiscales effectuées, l’IS est


déterminé sur la base du résultat fiscal multiplié par
30%.
L’impôt à payer est comparé avec les acomptes
provisionnels payés par la société sous la forme des
avances acquis au trésor public à concurrence du
montant de l’IS établi à la clôture de l’exercice.

Résultat
Acomptes
fiscal*30%

47
Actualité

48
Loi de finances 2011. 15% d’impôt sur les sociétés. Non, ce n’est pas en
France… mais au Maroc !

• 5% d’impôt sur les sociétés, pour 2 millions de dhs HT de CA.


• De quoi inciter les entrepreneurs qui hésitaient à franchir le Rubicon de
l’indépendance professionnelle au Maroc, et beaucoup d’autres à enjamber le détroit
de Gibraltar.

Exonération pour le «Casablanca Finance City»

• Les sociétés exportatrices de services ayant le statut «Casablanca Finance City» auront
droit à un régime fiscal de faveur. Le gouvernement a prévu une exonération totale de
l’IS durant les cinq premiers exercices et un taux réduit de 8,75%. Et ce au titre de leur
chiffre d’affaires à l’export et des plus-values mobilières de source étrangère. Les sièges
régionaux ou internationaux agréés se verront appliquer un taux réduit de 10% sur
une base imposable dont le montant ne peut être inférieur à 5% des charges de
fonctionnement.
• Les personnes non résidentes et appelées, pour une durée déterminée, à occuper un
emploi pour le compte d’une société ayant le statut «Casablanca Finance City»,
bénéficieront de l’exonération de l’IR sur les frais de transport accordés, lors du congé
annuel, ainsi qu’à leurs conjoints. S’y ajoute l’application d’un taux libératoire de 20%
aux rémunérations versées par leurs employeurs. Le salarié marocain résidant à
l’étranger est également concerné par cette dernière disposition.
49
Informel: Une éponge sur le passé

• Pour permettre aux contribuables exerçant dans l’informel de s’intégrer au tissu


économique, quatre mesures sont envisagées. La première consiste à imposer les revenus
acquis et les opérations effectuées à compter de la date d’identification du contribuable. La
deuxième accorde à partir de la date d’identification du contribuable les avantages prévus
par le Code général des impôts notamment l’exonération de l’impôt sur le revenu liée au
zoning et à l’exportation. La troisième porte sur l’évaluation des stocks de manière à
dégager des marges brutes supérieures ou égales à 20%. La quatrième mesure propose de
simplifier le paiement de la TVA. Celle-ci sera effectuée sur la marge brute réalisée sur la
vente du stock. Cette mesure est proposée pour une période de deux ans seulement. Elle
s’éteindra le 31 décembre 2012.

PEA: Exonéré à hauteur de 600.000 DH

• Le projet de loi de Finances propose d’exonérer totalement les revenus et profits de


capitaux mobiliers réalisés dans le cadre du PEA. Pour cela, il pose deux conditions: les
versements et les produits capitalisés y afférents doivent intégralement être conservés
pendant 5 ans au moins à compter de la date de l’ouverture du PEA. Cette disposition
permettra d’éviter l’imposition de ces revenus et profits au taux de 10% pour les
dividendes ou 15% pour les titres cotés. Deuxième condition, le montant des versements
effectués dans le PEA est plafonné à 600.000 dirhams.
50
Epargne logement: A conserver pendant au moins 3 ans

• Pour promouvoir l’accès à la propriété, il est proposé d’exonérer le montant des


intérêts d’épargne logement mais à condition que les sommes investies soient
destinées à l’acquisition ou la construction d’un logement à titre d’habitation
principale.
De plus, le montant des versements et des intérêts doivent être intégralement
conservés dans le plan pour une durée au moins égale à 3 ans à compter de la date
de l’ouverture du plan et ce, au lieu de l’imposition des intérêts aux taux de 20 ou
30%. Le montant des versements effectués exonérés est plafonné à 300.000 dirhams.

Epargne éducation: Exonéré à hauteur de 300.000 DH

• Voilà une mesure qui devrait faire plaisir aux parents, l’exonération du montant des
intérêts générés par un Plan d’épargne éducation. Les sommes investies doivent
être destinées au financement des études supérieures des enfants à charge et le
montant des versements ne doit pas dépasser 300.000 dirhams. Autre condition, le
montant des versements et les intérêts y afférents doivent être intégralement
conservés dans le plan en question pour une période au moins égale à 5 ans à
compter de la date de l’ouverture du PEA.

51
Etude
Comparative

52
Conclusion : Chiffres clés

quarantaine de 337 régimes de 242 articles de la


types de gabelle dérogation fiscalité nationale

Manque à gagner : 20% de la IR : 20 milliards DH


15 milliards de population active pour 2 millions de
dirhams déclarée salariés

4,3 milliards DH 60% des


taux de fraude ou
pour les déclarations de l'IS
d'évasion estimé à
redressement sur font ressortir des
20%
l'IS résultats négatifs

53