Vous êtes sur la page 1sur 48

Université Ibn Tofail Master : Langue française et diversité linguistique

Faculté des lettres et des semestre : 2


Sciences humaines Matière: variation lexicale
Kenitra

L’argot des jeunes


des cités

Réalisé par les étudiants : Sous la direction :


- ANBOURI Meryem Prof N. SOURHATI
- EZZOUIRCHI Chada
- SIBENALI Med Yassine

Année Universitaire: 2006/2007

04/21/20
Plan
Introduction
I- L’argot
1- Définition
II- De l’argot à la langue des jeunes
III- La langue des jeunes
1-la langue des cités
2- des phénomènes à observer
a- Le verlan
b-Reverlanisation
c- Redoublement après aphérèse(réduplication )
d-La troncation
e- Métonymie
f- Métaphore.
j- emprunt .
IV- Corpus
V- Analyse
VI- Glossaire de quelques mots d argot des jeunes des cités.
- Des expressions utilises
Conclusion

04/21/20
Introduction

04/21/20
Les jeunes ont toujours eu des usages langagiers propres, mais la
nouveauté réside dans l’écho qu’ils rencontrent, lié à la nouveauté
de leur situation :

 prolongation de l’adolescence par la dépendance économique.


 émergence comme force de consommation.
 difficile entrée sur le marché du travail, chômage
 l’urbanisation et l’immigration augmentent le sentiment identitaire.

Cette dénomination de « langue des jeunes » dissimule le fait que


sont concernés surtout certains jeunes, majoritairement défavorisés
et immigrés.

04/21/20
 Un phénomène « langue des jeunes » est signalé partout dans le monde.
Mais le français semble touché jusque dans sa structure (ailleurs, il s’agit
d’un argot).
 On peut avancer deux hypothèses, non exclusives :
 La chape de la norme en France, à laquelle ils sont confrontés à l’école.
 le fait que beaucoup de ces jeunes sont issus de familles immigrées
d’anciennes colonies françaises, venues de cultures d’oralité.

• Les jeunes des cités manifestent la volonté d’inverser les normes


culturelles populaires de la même façon qu’ils inversent les normes
culturelles en général..

04/21/20
problématique

04/21/20
Peut-on considérer l’argot des
jeunes de cités comme étant
l’expression d’une sous-culture
ou bien d’une contre-culture ?

04/21/20
I – L’argot :
1- Définition .

04/21/20
Un argot est un registre de langue ou un parler
particulier à un groupe social, c'est-à-dire un
sociolecte, qui vise à exclure tout tiers de la
communication.

• L'argot a initialement pour fonction :


 de crypter le message, pour visée qu'un non-initié
ne le comprenne pas.
 une fonction identitaire car il permet la
reconnaissance mutuelle des membres du groupe et
la démonstration de leur séparation de la société
par un langage différent.

04/21/20
• L'argot contemporain répond aux mêmes finalités que l'argot
classique. Il conserve notamment les mêmes fonctions
exclusive et identitaire, même si c'est cette dernière qui
prédomine. Cependant, l'apparition du langage SMS et
surtout la diffusion de la culture hip-hop sur une large
échelle a permis deux évolutions :
• D'une part il a permis de diffuser cet argot dans la société en dehors des
quartiers populaires où il était utilisé principalement, ce qui a déplacé
une partie du vocabulaire propre à cet argot dans le registre familier.
• D'autre part, il a permis une relative unification de cet argot au niveau du
pays, même si des nuances locales et régionales continuent d'exister.

04/21/20
II - De l’argot à la langue
des jeunes

04/21/20
• L'apparition de l'argot semble concomitant avec l'urbanisation massive
des banlieues dans les années 1970, et la création de grands quartiers
populaires destinés à loger les populations d'ouvriers et d'employés, en
majorité immigrés.

• Dans l’argot et dans toute la gamme des jargons, enrichit le dictionnaire


de mots nouveaux : par exemple loufoque, que beaucoup utilisent
aujourd’hui sans soupçonner le moins du monde son origine jargonesque,
vient de la langue des bouchers de la Villette, le largonji des louchebem,
La méthode consiste à remplacer la première lettre du mot par un –l et à
la renvoyer à la fin du mot additionnée d’un suffixe fantaisiste : ainsi
jargon donne largonji et boucher devient louchebem…

04/21/20
Le même phénomène se produit aujourd'hui avec la langue des
jeunes:
D’abord considérée comme une curiosité, elle a pris corps et
s’est développée, et elle s’est largement déversée dans le français
familier puis dans le français courant. Elle ne peut d’ailleurs renier
une certaine filiation avec l’argot classique, laquelle ne se
manifeste pas seulement par la reprise de termes un temps éclipsés
comme « daron » pour « parent ».

04/21/20
II- La langue des jeunes 

04/21/20
• Les jeunes ont leur langage, dit-on. Il s'agit bien d'un
langage et non d'une langue. Car les deux, contrairement aux
apparences, ne sont pas synonymes.

• Les jeunes continuent à utiliser la langue française. Certes,


ils lui font subir nombre de contorsions, mais pas beaucoup
plus que les médecins, les psychologues, les psychiatres, les
pédagogues, lorsqu'ils s'expriment entre eux. On apprend
une langue (maternelle ou étrangère), on utilise un langage
châtié dans les réceptions ou un langage « peu soutenu »
dans les conversations de café.

04/21/20
• Le « langage jeune » est une des multiples façons
de se servir de la langue. Un langage peut
également, à l'intérieur d'un groupe linguistique,
soutenir une revendication identitaire.
• Les « jeunes des banlieues », comme on les
appelle, s'affirment avec des expressions inconnues
des autres milieux. Souvent, pour ces jeunes qui ont
eu du fil à retordre avec l'école, le français «
académique » est ressentie comme la langue du
pouvoir et de l'autorité.

04/21/20
1- Le langage des cités

04/21/20
Le langage des cités ou du parler jeune est l'un des
objets d'étude favoris de la sociolinguistique
urbaine. Les premiers travaux ont été ceux de
William Labov, l'un des fondateurs de la
sociolinguistique .
• Le «parler jeune des banlieues» n'est pas un
langage dégradé du français qui aurait vocation à se
généraliser à toute la société. Il relève d'un code
interne à un milieu destiné à marquer
provisoirement sa différence.

04/21/20
Exemple :
• « Ma meuf, quand j'lui dis que j'sors avec des potes, elle
bad-trippe grave. » Traduction : « Ma copine, quand je
lui dis que je sors avec les copains, elle s'inquiète
beaucoup.
• Tout le monde connaît désormais l'usage des mots :
- « Meuf » (femme, fille),
- « Keuf » (flic),
- « Keum » (mec),
- « Remps » (parents).
• De même le superlatif « grave », qui peut signifier :
-beaucoup, très (« Putain, tu me prends grave la tête !
»)

04/21/20
2- les phénomènes
observés:

04/21/20
L’étude du « parler urbain » et de ses variations va connaître un essor
important. C'est surtout le vocabulaire qui va faire l'objet des études
des linguistes, notamment l'invention des nouveaux mots. Car sur le
plan formel peux de phénomène se manifestent et surtout sur le plan
phonique et grammatical. Quand on parle de « langue des jeunes »,
c’est surtout, encore une fois, -le lexique qui est visé. Voici quelques
exemples de procédés fréquents (emprunt, codages, troncation,
réduplication, métaphore, métonymie) qui eux aussi répondent au
fond commun de la langue française :

On peut observer les phénomènes suivants :

04/21/20
 a- Le verlan : qui consiste à créer des mots argotiques selon des
procédés formels on inversant les syllabes .
 Verlan "monosyllabique"
aç (ça); ainf (faim); ap (pas); auch (chaud); ienb (bien); iench (chien); iep (pied);
ouam (moi); ouat (toi); ouf (fou).
 Verlan "orthographique"
à donf (àfond)
ulc (cul)
zen (nez)
Diverses possibilités de verlan pour un même mot
bitch (putain) = iatchbi, tchébi, tche bi, tchiab
celui-là = le-Iuice, la-çui ;
chinois = noiche, oinich ;
comme ça = askeum, asmeuk, comme aç ;
pétard (cigarette de haschisch) = pet [pe] ; pète[pEt].

04/21/20
b-Reverlanisation
Femme = meuf (verlan 1) feumeu (verlan 2) ;
Mère reum =(verlan 1) meureu (verlan 2) ;
Choper peucho= (verlan 1) peuoch (verlan 2) ;
comme ça = comme aç (verlan 1) askeum (verlan 2)
asmeuk (verlan 3).

04/21/20
c-Redoublement après aphérèse(réduplication )
- cain> caincain (africain)
- dic > dicdic (indicateur de police)
- fan> fanfan (enfant)
- gen > gengen (argent)
- leur> leur/eur (contrôleur)
- zic > ziczic (musique)
- zon > zonzon (prison )

04/21/20
d-La troncation :
• Apocope
assoc « association»
basks « baskets »
biz « bisness »
• Aphérèse
-blème « problème»
- dic « indicateur de police »
- dwich « sandwich »
- leur « contrôleur »
- nouche «manouche »
- rien « algérien »
-teur «inspecteur de police »
- Vail « travail »
- zic « musique ».
- zien « tunisien ».
- zon «prison ».

04/21/20
e- Metonymies :
- bleu (policier, flic)
- casquette (contrôleur)
- képi (policier) .
f-Métaphore
- airbags (seins, poitrine de femme) .
- ananas (seins) .
- arhnouch (policier)
- bombax (fille très belle) ;
- caisse (voiture, véhicule automobile) .
- fax oufindus (fille particulièrement maigre [sans
poitrine]) .
- fouetter (sentir mauvais).

04/21/20
j-Emprunt :
- A l’arabe -(kif, toubab),
- arhnouch (policier) .
- casbah (maison) .
- doura (virée dans la cité)
-A des langues africaines (go, fille),
- A l’anglais (au black, bitch) ;

04/21/20
IV– corpus :

04/21/20
Il s'appelle Bendy à 18 ans, habite courbevoie , va au lycée professionnel
painlevée ; lycée DESA ville .
« Au lycée, je fous le dawwaa, j'écoute aps les profs A la récré,
jm'embrouille avec les boufonns qui se la petent .
Pour moi le bahut, c'est la prison, ça sert a rien.
Quand je vais au lycée, c'est pour taper des barres et dahka avec les
potos .Aprés le lycée, jrentre chez oim, j'balance mon sac par terre et je
sors traîner dans la rue avec les potos, à base de partie de scooter et voilà
hassoul.
Buf ; mes études, pour l'instant jm 'en tape, jverrais plus
tard.
Les week-ends, j'essaie d'aller en boite, enfin, de rentrer t'as vu ; mais
aujourd'hui la même histoire, c'est recalage direct, motif : déguisé en
racaille style, survêt, casquette, banane. »

04/21/20
V- Analyse

04/21/20
On observe dans ce passage plusieurs caractéristiques d’un langage des
jeunes
-Des mots appartement au langage familier, même à la limite
argotiques, tel que (potos, boufonns, boite, jm’en tape…).
- On remarque aussi la présence de plusieurs phénomènes linguistique:
 Troncation :«  les profs » professeurs
« récré » recréation
 Ellipse : au niveau des voyelles
« jm’embrouille » je m’embrouille
« j’rentre » je rentre
« t’as vu » tu as vu
« j’verrais » je verrais

04/21/20
 Le phathème : qui ne rempli aucune fonction
syntaxique, mais il sert à maintenir le contact
communicatif, tel que « buf »
 Le verlan : qui consiste à dire les à l’envers.
« aps » « pas »
« oim » « moi »

04/21/20
Dans ce corpus on a repéré aussi la présence de plusieurs
phénomènes lexicaux, tel que l’argot qu’on a déjà
mentionner au paravent, puis il y a :
 L’emprunt : - des mots empruntés de l’arabe dialectale
« dahka » qui signifie « le rire »
« hassoul » qui signifie « voilà »
« bahut »qui signifie « 

Emprunts d’anglais
« les week-end » fin de semaine.

04/21/20
• On peut dire que le langage de bandy, et les mots qu’il
utilise sont issus du langage des immigrant, ces mots qui
gardent tout leurs sens, une fois qu’ils sont introduits dans la
langue française. Ils ont certainement un moyen pour ces
jeunes de garder une partie de leur propre culture, cela leurs
permet aussi de ne pas se faire comprendre par ceux qui les
rejettent.

De plus, le fait que bendy soit dans un lycée c'est-à-dire à


l’age l’adolescence, alors il utilise un « parler jeune » ou ce
qu’ils appelle « parlerdjeun » codifier pour se faire
comprendre par ces propres camarades

04/21/20
Glossaire des mots d’argot
des jeunes de cités:

04/21/20
• accélérer : mettre la sauce
• apercevoir (s') : se gaffer
• arrêt (sans) : à tout berzingue
• arriver : se pointer, radiner
• attendre (patienter) : poireauter
• automobile : bagnole, bahut, caisse, calèche, chignole, gamelle, guinde,
os, tire, to mbereau
• avocat : bavard, débarbot
• baiser : galoche, gamelle, pelle, patin.
• beaucoup : bézef, lerche
• bénéfice : bénef
• bled : Le pays d'origine (Jusqu'au Mali, Sénégal, Cameroun etc.
• boire : écluser, picoler, siffler, tuter
• boucher : louchebe

04/21/20
• cambrioler : casser .
• chance : baraka, bol, pot.
• chaussette : fumeuse .
• chaussure : écrase-merde, godasse, grolle, latte, péniche, pompe, riboui,
targette, tartisse.
• cigarette : cibiche, clope, cousue, tige .
• client de prostituée : micheton.
• comme : kif .
• comme ça : commak.
• débarrasser (se) de (quelqu'un ou quelque chose) : larguer.
• défendre (quelqu'un) : prendre les patins.
• donner : abouler, cloquer, refiler.
• dormir : en écraser, pioncer, piquer un roupillon, roupiller.
• drogue : came, chnouf (ou schnouffe), dope, stup - voir aussi cocaïne.

04/21/20
• emprisonner : embastiller, enchrister .
• enceinte : en cloque .
• enfant : chiare, gnard, morbach, morpion, moujingue, moufflet .
• ennuyer (lassitude) : faire tartir .
• épaule : endosse .
• épouse : bergère, bourgeoise, brancard, régulière .
• fou : braque, louf, maboule .
• homme : gnace, gnard, gonze, mec.
• homme (péjoratif) : branque, cave, gland, hottu, lavedu, pégreleu.
• ici : icigo .
• ivre : beurré(e), pété(e), pionardé(e), chlass.
• joli(e) : choucard(e).
• langue : menteuse .
• main : battoir, louche, manette, pogne .

04/21/20
• maison : bicoque .
• marcher : arquer.
• mentir : bourrer le mou, chambrer.
• mourir : calencher, canner, claboter, clamser, claquer, passer l'arme à
gauche .
• nez : blaire, pif, tarbouif, tarin .
• nourriture : becquetance, bouffe, bouffement, boustifaille, briffe, croque,
graille, jaffe, tambouille (cuisine), tortore.
• père : dabe, pater, paternel, vieux, vioque .
• policier : archer, bourdille, condé, drauper, flic, matuche, pandore,
perdreau, poulardin, pouleman, poulet.
• problème (ennui) : bidon, loup, mouscaille, pépin, problo, tuile.
• prostituée : écrèmeuse, gagneuse, horizontale, pouffe, pute, radasse,
radeuse, tapin,tapineuse.

04/21/20
• sein : nibbar, nichemard, robert, robloche, roploplo.
• service militaire : sapin.
• seul : seulâbre .
• sexe féminin : babasse, chaglatte, chatte, cramouille, frifri, moniche,
moule .
• sexe masculin : biroute, bite, bitoune, braque, chibre, noeud, paf, polduk,
zob .
• tomber : se casser la gueule, la tronche, la hure..., se fraiser, se gauffrer .
• travail : turbin, turf .
• trouver : dégauchir .
• tuer : buter, crounir, dégommer, descendre, dessouder, effacer, mataver,
repasser scrafer .
• ventre : baquet, bide, bidon, buffet, burlingue, placard .

04/21/20
Des expressions très
utilisés

04/21/20
• avoir l'estomac sur les talons=avoir faim
• avoir une éponge dans le gosier = avoir soif
• casser les rotules = embêter quelqu'un .
• se la couler douce = ne pas faire de zèle .
• se déguiser en courant d'air = s'enfuir .
• se déguiser en aiguille dans une botte de foin = se
cacher .
• être à fond de cale = être sans un sou.
• faire fissa = se tirer en vitesse .
• mettre le grapin dessus = attraper quelqu'un .
• panier à salade =car de police .

04/21/20
• printer la tangente = se tirer .
• ramasser l'argent à la pelle=gagner beaucoup
d'argent .
• sentir qu'il y a des punaises dans le beurre = sentir
un piège .
• tourner au vinaigre = commencer à aller mal
• travailler pour des prunes = travailler sans gagner
d'argent .
• vivre aux frais de la princesse = vivre aux frais du
gouvernement .

04/21/20
Conclusion

04/21/20
Si ce langage était l’expression d’une sous culture,
cela signifierait qu’il partagerait les traits essentiels
du langage véhiculé par la culture dominante...

Par contre, s’il était l’expression d’une contre-


culture, cela se traduirait par une volonté
d’autonomie langagière de la part des jeunes des
cités ainsi que par la symbolique d’une contestation
permanente à travers leur langage et son
évolution.

04/21/20
• Ce sont donc ceux qui ne se perçoivent pas intégrés
ou rejettent la société qui, généralement, font tout
ce qu’ils peuvent pour que le langage qu’ils parlent
soit l’expression d’une contre-culture. Ce sont eux
qui transforment les mots dès lors que ceux-ci se
trouvent appropriés par la culture dominante.
• En revanche, les individus désirant s’intégrer à la
société parlent moins ce langage et, de toute façon,
ils le perçoivent comme exprimant une sous-culture.

04/21/20
Bibliographie:
 Françoise GADET(2003), la variation sociale en français, Editions
ophyrys , Paris .
 Françoise GADET (1989), le français ordinaire, Armand colin,
Paris .
 GOUDAILLIER Jean-Pierre ( 1996), La langue des cités
françaises comme facteur d'intégration ou de non intégration, la
Fédération Nationale des Collectivités territoriales pour la Culture
(FNCC) , Paris, Conseil Économique et Social .

Webographie :
 casnav.scola.acparis.fr/docs/conf/langue_des_jeunes_des_cités.pd
f.
 users.skynet.be/Landroit/Langagejeune.html.
 www.cndp.fr/RevueDEES/pdf/111/05305611.pdf

04/21/20
Merci pour
votre attention

04/21/20