Vous êtes sur la page 1sur 37

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

ENTREPOSAGE, MANUTENTION
ET EMBALLAGE
PLAN

 1. Choix stratégiques et positionnements

 2. Ingénierie de la création d'entrepôts et


plates formes

 3. Emballage et conditionnement
1. Choix stratégiques et positionnements

1.1 Typologie des entrepôts

1.1.1 Entrepôt et Plate-forme


.
 Entrepôt: on y conserve un stock permanent
EX: « Produit sec ».

 Plate-forme: lorsque les marchandises ne


font qu'y transiter très peu de temps.
EX: « Produit frais ».
1.1.2 Plates formes classiques et cross docking

Plate-forme classique « l’allotement »

 On regroupe par fournisseur les commandes

 On les transmet aux fournisseurs qui vont livrer le


lendemain ou le sur lendemain à la plate-forme.

 Sur la plateforme, on éclate alors les livraisons entre


les différentes surfaces de vente

 On prépare pour chacune d'elles une expédition qui


regroupe sa part de ce qui a été reçu des différents
fournisseurs, conformément à sa commande.
Cross Docking :
 On transmet directement aux fournisseurs les commandes des
différentes surfaces de vente sans les regrouper.

 Chaque fournisseur prépare les expéditions à la plate-forme


par surface de vente. On dit qu'il fait l' "allotement".

 Arrivées à la plate-forme, on n'a plus qu'à regrouper les


différentes livraisons par surface de vente sans avoir à les
éclater. On parle de "cross docking" car la marchandise"
traverse" (cross) seulement l'entrepôt (dock).
1.1.3 Typologie des entrepôts et plates
formes dans la Supply chain

A. Le magasin d'usine

B. L’entrepôt du fabricant

C. Centre de distribution
D. Le Distributeur ( Cross-Docking)

E. L’Allotissement

F. Le Transporteur
1.1.4 Le stockage stratégique

 Le point cléf de la gestion des entreprises


industrielle. Il se situe au point d’équilibre
entre:
– Flux poussé: Production lancée à partir d’ordres
de production selon un programme défini.
(Amont)

– Flux tiré: Production lancée à la demande. (Aval)


1.1.5 Le rythme des flux logistiques :
exemple des   « produits frais »

 Chaque entrepôt vit au rythme des flux


logistiques qu'il sert.

 Les entrepôts et plates-formes de produits frais


sont soumis à des contraintes différentes du fait
des dates de péremption des produits qu'ils
délivrent.
La date limite de consommation (DLC)

 La date à partir de laquelle un article frais ne


peut plus être vendu à un consommateur.

 Cette date est déterminée à partir de la date


de fabrication augmentée d'un délai légal
fixée par la législation à 24 jours après la
fabrication.
REFLEXION
 Il reste donc peu de jours au fabricant et au
distributeur:

– Pour fabriquer le produit de base;

– L'enrichir, le conditionner;

– Le livrer au plates formes distributeur le plus


souvent;

– le livrer et le mettre en rayon sur les surfaces


de vente;
2. Ingénierie de la création d'entrepôts et plates
formes

2.1 Principes

2.1.1 Les participants à l'étude et à la réalisation

 La création d'un entrepôt ou d'une plate-forme


est une entreprise complexe intermédiaire
entre la construction d'une usine et celle d'un
bâtiment tertiaire.

 Dans le cas où l'entreprise décide de


construire elle-même, l'entrepôt en pleine
propriété, elle devra:
 acquérir un terrain,

 acquérir un permis de construire,

 Le poids et la complexité des formalités


administratives

 négociations avec l'État, les collectivités


locales et organismes associés ne doit pas
être sous estimé.
Ensuite la réalisation technique pourra être
entreprise :

 Soit par l'entreprise elle même sans assistance


extérieure : elle fait appel à un architecte, un ou
plusieurs maîtres d'oeuvre et des fournisseurs
divers.

 Soit par l'entreprise assistée d'un AMO


(Assistant du maître d'Ouvrage) qui intervient en
conseil: il peut s'agir d'un cabinet spécialisé, ou
d'une entreprise de rayonnage, manutention
 soit par l'entreprise assistée d'un maître
d'ouvrage délégué: qui prend en charge
l'ensemble de la réalisation pour le compte
de l'entreprise.
2.1.2 Procédure de réalisation
La réalisation d'un entrepôt ou d'une plate-forme
implique les étapes logiques suivantes:

- Le cahier des charges logistique:


description du besoin, présentation de
l’environnement du projet

- L'avant projet sommaire:


une ou plusieurs solutions répondant au
cahier des charges logistique

- L'avant projet détaillé ou cahier des


charges techniques: support contractuel
 Les consultations:
permettent de passer des marchés de
réalisation avec les nombreux prestataires
nécessaires.

 Les opérations de réalisation de la plate-


forme ou de l'entrepôt.

 La mise en exploitation:
période importante où les procédures se
mettent en place, sous la supervision de
l'ingénieur Supply Chain pour atteindre son
régime de croisière.
2.1.3 Comité de projet - groupes de travail

 Un chef de projet:
le plus souvent compétent en logistique et
management de la Supply Chain assisté
éventuellement d'un consultant extérieur,

 un spécialiste du magasinage
au sein de l'entreprise (par exemple responsable
d'un entrepôt équivalent) connaissant toutes ses
particularités,
 Analyste des flux:
capable de mener les études d'optimisation
avec le chef de projet,

 Un représentant du bureau d'études:


capable d'étudier les problèmes techniques
de stockage, manutention et capable de
conduire techniquement une telle opération
(cahier des charges, réceptions...)

 Un spécialiste du marketing: capable


d'apporter son expertise dans les
spécifications des services attendus et
l'évaluation des flux
 Un informaticien:

 Un spécialiste de l'immobilier,

 Un contrôleur de gestion: pour traiter les


aspects financiers et comptables du projet.
2.2 Le cahier des charges logistique

2.2.1 Le cahier des charges logistique

 Le cahier des charges logistiques:

est le document de base qui va permettre de déterminer les


besoins du ou des futurs entrepôts.

 Les conditions économiques du projet:

- l'environnement,

- les objectifs par rapport à la stratégie logistique de,


l’entreprise,

- les caractéristiques du niveau de service attendu,


 les conditions économiques du projet:

– coût attendu de l'investissement,

– financement,

– charges d'exploitation,

– retour sur investissement, etc..


Les formats:
 Ils décrivent les marchandises à stocker, à
manutentionner et leurs emballages :

- descriptions,

- mesures,

- valeurs,

- conditions de conservation
Les prévisions de flux et leurs modalités

 Les cycles d'activité de l’entrepôt ou de la


plate-forme d'un point de vue quantitatif
Les activités:

 Les activités mené dans l’entrepôt doivent


être décrites en détail:
– Le personnels nécessaires,
– les conditions de travail,
– les horaires,
– les activités périodiques (inventaires) ou
exceptionnelles (promotions)
 Le cahier des charges logistiques doit
expliciter les différents scénari possibles:

– Avantages

– Inconvénients

– Les éléments à exclure d'office.


2.2.2 La double logique de classification
des articles

 - Celle du marketing:
les flux, les stocks, leurs évolutions, les
cycles, les délais de livraison, les
conditions de préparation des
commandes,
 - Celle de la logistique:
les modes de stockage, de manutention
et de transport.
2.2.3 Les caractéristiques logistiques des
articles

 Les moyens de stockage :

 Stockage de masse,

 Nombre de niveaux, hauteur de chaque


niveau

 Palettiers,

 Nature et résistance des rayonnages,


 Les moyens de manutention:

– Chariots,
– Transtockeurs,
– Transpalettes,

 Les installations de picking et de


préparation de commandes
2.2.4 Les coûts d'exploitation d'un
entrepôt

 Les coûts d'exploitation annuelle d'un entrepôt


sont :

– Des charges d'amortissement


 rayonnages,
 installations de sécurité,
 moyens de manutention,
 informatique,
Des charges d'exploitation

 Constituées de salaires et charges sociales

 Postes de charges diverses

 Primes d'assurances qui peuvent être


importantes
 coût de location au m2 de tel type d'entrepôt,

 coût annuel d'un magasinier moyen, % de


coûts d'encadrement
2.3.1 Le cahier des charges technique

Le cahier des charges techniques est le document qui


sert de base à la consultation du maitre d’œuvre ou
des différents fournisseurs si l’entreprise assure elle
même la maitrise d’oeuvre.

C’est à partir de la que le maitre d’œuvre s’engage sur


les couts et les délais de réalisation

Il utilise ensuite le cahier des charges pour faire appel aux


différents Corp de métier à qui il soutraite la réalisation
2.4.2 Le cahier des charges techniques doit
répondre à ces différents besoins en précisant

 les caractéristiques techniques de l'ouvrage

 les modalités de réalisation,

 les règles de consultation et de choix du maître d'œuvre

 les règles de réception des travaux et de


traitement des incidents, litiges,

 les garanties et modalités financières.