Vous êtes sur la page 1sur 86

GARNITURES MECANIQUES

Date et événement
Chapitre 1 :
Historique des garnitures mécaniques
Introduction

 l’étanchéité sur les pompes a été tout d’abord assurée par des presse-
étoupes ou tresses.

 Ce système d’étanchéité présente des inconvénients (encombrement


axial, usure de l’arbre, ce qui ont conduit au développement des
nouvelles solutions techniques.

 le début du 20ème siècle apparaissent la première garnitures


mécaniques simple

 les garnitures mécaniques ont été inventées par un américain nommé


George Cook.
Introduction

 La structure de ces systèmes d’étanchéité est alors très proche de celle


des garnitures actuelles comme on peut le voir sur l’exemple
Introduction

 Malgré leur succès commercial, les garnitures


mécaniques ne sont pas encore suffisamment
fiables et peuvent entraîner des coûts de
maintenances importants
Garnitures mécaniques sur les pompes
NÉCESSITÉ D'UNE ÉTANCHÉITÉ DYNAMIQUE

 l'étanchéité est à l'origine d'un grand nombre de défaillances des


machine tournantes .

 Dans l'industrie pétrochimique


l'intervalle de temps moyen
entre deux pannesou MTBF
pour les pompes en service
continu est de 12 à 18 mois ;

 l'objectif d'un grand nombre


d'utilisateurs étant d'atteindre
environ 25 mois et plus
récemment 36 mois.
NÉCESSITÉ D'UNE ÉTANCHÉITÉ DYNAMIQUE

 L'intérieur de la pompe contient du liquide sous pression qui peut donc


fuir vers l'atmosphère le long du rotor.

 Cette fuite est gênante pour le rendement de la pompe, mais aussi pour
la sécurité de l'installation, surtout dans le cas de pompage de produit
corrosif ou inflammable.

 Dans la pratique , il existe trois grandes familles de garniture


d'étanchéité ; la première utilise des tresses déformables, on parle alors
de garniture à tresses ;

 la seconde réalise une étanchéité par contact entre deux pièces rigides,
il s'agit de garnitures mécaniques.

 La dernière c’est la garniture sèche dont l’étanchéité est assurée par un


gaz.
NÉCESSITÉ D'UNE ÉTANCHÉITÉ DYNAMIQUE

 Pour chaque famille, il existe une grande variété dans les dispositifs
utilisés afin de pouvoir répondre aux différents problèmes posés par le
type de pompe, par les conditions de pompage et par la nature du fluide
pompé : volatilité, viscosité, présence de particules solides, etc.

 Les garnitures à tresses gardent toutefois un avantage pour des


services particuliers (liquides chargés, visqueux, …).
LES GARNITURES À TRESSES

 Le schéma de principe d'une garniture à tresses encore appelée presse-


étoupe est représenté ci-dessous.
LES GARNITURES À TRESSES

 La garniture a tresse se compose essentiellement :

 1- des tresses ou anneaux qui frottent sur l'arbre et réalisent ainsi


l'étanchéité

 2- du fouloir ou chapeau qui permet de comprimer les tresses grâce


aux goujons de serrage

 3- de la lanterne d'arrosage par laquelle on injecte un liquide de


refroidissement et de lubrification de la garniture

 4- du corps de garniture ou boîte à garniture ou encore boîte à étoupe


qui maintient l'ensemble du système
LES GARNITURES À TRESSES

 Le fouloir exerce sur les anneaux une force de compression, parallèle à


l'axe de la pompe, qui provoque une expansion des anneaux à la fois
vers l'arbre et vers le corps de garniture comme cela est représenté sur
le schéma ci-dessous.
LES GARNITURES À TRESSES

 Les anneaux écrasés s'opposent à la fuite de liquide grâce au contact


obtenu entre l'arbre et les anneaux qu'entre ceux-ci et le corps de la
garniture.

 Parallèlement, le frottement de l'arbre et des tresses, provoque


progressivement de l'usure qui conduit à un dégagement de chaleur
important et il est nécessaire d'éliminer pour avoir une bonne tenue de
la garniture.

 Cela exige une circulation de liquide entre l'arbre et les anneaux qui est
obtenue par l'injection d'un liquide d'arrosage ou flushing.
LES GARNITURES À TRESSES

 la fuite repérée 1 se dirige vers l'intérieur de la pompe ; elle refroidit et


lubrifie les anneaux intérieurs
 la fuite 2 se produit vers l'extérieur en lubrifiant et refroidissant les
anneaux situés entre la lanterne et le fouloir
LES GARNITURES À TRESSES

 Cette seconde fuite doit être faible (5 à 10 gouttes par minute, par exemple) mais
elle ne peut être nulle car cela signifierait un arrosage insuffisant qui conduirait à une
destruction rapide des anneaux extérieurs de l'arbre.

 Le liquide d'arrosage est le plus souvent le produit pompé lui-même. Dans certains
cas, on peut être amené à réaliser l'arrosage avec un liquide auxiliaire (gland-oil).

 Les pompes équipées de garnitures à tresses ont l'avantage de pouvoir fonctionner


dans les conditions difficiles et de ne perdre leur efficacité que très progressivement.

 L’usure des anneaux est compensée par une intervention consistant à resserrer les
boulons du fouloir pour maintenir la fuite à un niveau acceptable.

 Les resserrages successifs aboutissent , quand l'usure est devenue trop importante,
à la nécessité de remplacer les anneaux.

 La bonne opération de ce type de garniture exige un bon arrosage des tresses et


donc une fuite permanente que l'on doit surveiller attentivement.
LES GARNITURES MÉCANIQUES

1- PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT
 L'étanchéité est réalisée par la friction l'une sur l'autre de deux pièces
rodées, l'une fixe : le grain, l'autre mobile : la coupelle.
LES GARNITURES MÉCANIQUES
Comportement des fuites

 Dans une garniture mécanique, il y a toujours un minime


transport de liquide entre les faces.

 Ce liquide est nécessaire pour la lubrification.

 L’objectif n’est donc pas d’empêcher complètement le liquide de


passer entre les deux faces de joint.

 L’objectif consiste plutôt à garder la fuite de liquide à un niveau


peu élevé et acceptable.

 Le critère le plus important pour obtenir la faible fuite nécessaire


réside dans les faces de joint plates.
LES GARNITURES MÉCANIQUES

a - La partie fixe
 Le grain est monté flottant dans le chapeau par l'intermédiaire d'un joint
souvent torique, le joint degrain.
 L'étanchéité entre le corps et le chapeau est assurée par le joint de
chapeau.
 Un ergot ou "pion" empêche très souvent la rotation du grain dans son
logement du chapeau.
LES GARNITURES MÉCANIQUES

b - La partie mobile
 Pour les garnitures les plus simples, la coupelle est entraînée en
rotation par l'arbre, par l’intermédiaire d’un ressort spiralé.
 Ce ressort est monté serré sur la coupelle d'un côté, de l'autre sur
l'arbre ou sur une pièce d'adaptation.
 Un joint de coupelle assure l'étanchéité "statique" entre l'arbre et la
coupelle.
LES GARNITURES MÉCANIQUES

 La pression sur les faces de friction, exercée par le liquide et le ressort,


occasionne un frottement considérable, qui conduirait au grippage, sans
la présence d'un film liquide qui s'établit entre les faces de friction.

 Le maintien du film liquide est capital pour le fonctionnement de la


garniture. Son existence est liée à des conditions de :
- présence de liquide
- température afin de s'assurer que le film est liquide et non gazeux
- épaisseur afin de s'assurer que les faces ne sont pas en contact
- résistance mécanique et chimique
2 – CONDITIONS DE BON FONCTIONNEMENT

a - La présence de liquide:
 Le manque de liquide est une des causes courantes de détérioration des
garnitures. Ce cas peut se rencontrer :
- au démarrage si la pompe n'a pas été amorcée
- en marche si la pompe Cavite et si la pression à la garniture est proche de
la pression d'aspiration
- à vanne de refoulement fermée si le liquide s'échauffe trop et se vaporise

b - La température:
 Le fluide dans l'interface doit toujours être en phase liquide.
 Le frottement des particules du film liquide entre elles et sur les surfaces
de friction dégage de la chaleur.
 Le fluide souvent proche de ses conditions de vaporisation devant rester à
l'état liquide, les concepteurs doivent donc évacuer avec le maximum
d'efficacité les calories générées dans l'interface.
Flushing

C- La circulation ou flushing
 On assure une circulation du produit d'un point de haute pression vers
un point de pression plus faible (à l'arrière de l'impulseur) afin :
1- d'éliminer la chaleur
produite par la friction à l'interface.
2- de favoriser le refroidissement
de la garniture sur les produits
très chauds.
3- de maintenir la garniture
à une température normale sur un
produit froid.
La circulation ou flushing

 Le débit de circulation doit être strictement contrôlé, la manière la plus


simple de le réaliser est de placer sur le circuit un orifice de Ø 1,5 mm
environ.

 Les organes de réglage vendus par certains fournisseurs présentent des


risques de bouchage importants. La tubulure est généralement de
diamètre DN 8 (1/4").

 Il faut demander au fournisseur de la garniture, de réaliser le calcul


exact du débit à assurer et du diamètre de l'orifice.
1 - LE CIRCUIT D'ARROSAGE OU FLUSHING:

 Ce circuit est très souvent réalisé par une circulation de produit établie à
partir d'un piquage sur la tubulure de
refoulement vers un orifice, en général
situé sur la partie supérieure du
chapeau de la garniture.

 Afin de réguler la différentielle de


pression entre la chambre de garniture
et la tubulure de refoulement, il est
implanté un contrôleur de débit ou un
robinet à pointeau.
LE CIRCUIT D'ARROSAGE OU FLUSHING:

 Si le produit véhiculé est à une température trop importante (T > 150°C)


il peut être nécessaire, avant injection dans la chambre de garniture, de
procéder à un refroidissement de ce liquide avant son utilisation dans
l'environnement de l'interface grain-coupelle.
 Cette réfrigération peut être effectuées à l'aide :
- d'un réseau d'eau perdue à la pression atmosphérique
1 - LE CIRCUIT D'ARROSAGE OU FLUSHING:

 Lorsque le produit véhiculé n'est pas utilisable dans l'environnement


proche de l'interface de la garniture (charge solide trop importante, …)
on utilise un fluide extérieur (seal oil) qui peut être le fluide lui-même
mais débarrassée de sa charge solide, ou un autre produit dont le
mélange est compatible avec le produit véhiculé mais ne dégradant pas
ces qualités.
LE CIRCUIT D'ARROSAGE OU FLUSHING:

 Dans les dispositions de garnitures doubles, dos à dos, le circuit d'arrosage de la


chambre de garniture doit remplir les fonctions suivantes :
1 - circulation ; pour ce faire
il y a souvent une turbine incorporée
à la garniture afin de faciliter
la circulation par thermosiphon
2 - refroidissement ; il faut prévoir
un dispositif d'évacuation des calories
3 - application de la pression ; celle-ci
est souvent régulée à partir d'une prise
d'impulsion sur le refoulement de la
pompe
4- compensation des fuites vers
l'intérieur de la pompe à l'interface
interne, vers l'atmosphère à
l'interface extérieure
LE CIRCUIT D'ARROSAGE OU FLUSHING
LE CIRCUIT D'ARROSAGE OU FLUSHING

 Dans les dispositions de garnitures doubles en tandem ou en cascade, il


y a deux circuits d'arrosage.
 La première garniture est alimentée en général par le produit lui-même
selon une disposition classiquesur une garniture simple. La seconde
garniture sera, elle, alimentée selon une disposition semblable à celle
d'une garniture double dos à dos.
LE CIRCUIT D'ARROSAGE OU FLUSHING
Refroidissement de la boîte de garniture

 Certaines conditions de service justifient une évacuation des calories


par circulation d'eau de refroidissement dans un chemisage autour de la
boîte de garniture.
L'épaisseur du film

 Elle est liée à la pression aux faces et donc à la pression du liquide à


étancher,
 au ressort, à la conception de la garniture, mais aussi à la finition des
faces.
 On peut fabriquer des garnitures sur lesquelles la pression du liquide n'a
qu'une action limitée sur la pression aux faces de friction. On dit alors
que la garniture est équilibrée ou compensée.
L'épaisseur du film

1- Elle est liée à l'action du ressort:


 La force de poussée développée par le dispositif à ressort dépend des
caractéristiques du dispositif lui-même;

 On peut jouer sur cette poussée dans le cas d'une garniture existante en
la comprimant plus ou moins lors du montage.

 La pression de contact Pc assurée par ce dispositif est de l'ordre de 1,5


à 2 bars. Son action est prépondérante dans le cas d'une pompe sous
vide ;
 par contre elle devient très faible dans le cas de pression, dans la
chambre de garniture, importante.

 A l'arrêt, l'action du dispositif à ressort est souvent prépondérante afin


d'assurer la pression de contact à l'interface pour garantir la contrainte à
l'interface de la garniture.
L'épaisseur du film

2- Elle est liée aux vibrations de la pompe

 Certaines études ont même montré que de faibles vibrations favorisaient


la tenue du film, mais à partir d'un certain seuil, ces vibrations
deviennent néfastes à la bonne marche de la garniture.

 En fait, il est difficile de tirer des études effectuées des conclusions


rigoureuses car en plus de l'amplitude, la fréquence et la direction des
vibrations sont des aspects très importants;

 L'équilibrage, l'alignement et l'état des roulements des pompes sont les


facteurs qui influent le plus sur la durée de vie de la garniture.
L'épaisseur du film

3- Elle est liée à l'état du film grain-coupelle:

 A la fabrication des garnitures, les constructeurs apportent un grand soin


à la réalisation du grain et de la coupelle en particulier (rodage, contrôle
optique, …). Finition à 0,3 μ.

 Au montage, les équipes d'entretien apportent également une grande


attention aux conditions de positionnement géométrique des faces du
grain et de la coupelle, ainsi qu'à une très grande propreté du
montage, afin d'éviter de dégrader cet état de surface.
L'épaisseur du film

 En marche, il faut éviter de le dégrader en combattant l'érosion créée


par la présence éventuelle de particules solides dans le liquide
d'arrosage.
 On utilise de filtre simple, voire magnétique pour piéger les particules
d'oxyde de fer (pompe alimentaire) ou de séparateur cyclone.

 Elle est liée à la viscosité du liquide. Un liquide qui s'accroche bien aux
faces assure un film plus épais qu'un liquide peu onctueux. C'est une
des raisons de problèmes d'étanchéité rencontrés avec des
liquides dits "secs" comme les GPL, essences ou eau chaude.

 La nature des faces peut aussi améliorer le comportement de la


garniture pour un fluide peu visqueux.
L'épaisseur du film

4- Résistance mécanique et chimique:

 Les matériaux constituant les faces de friction doivent conserver leur


forme et leurs caractéristiques.

 Ils sont choisis en fonction de la vitesse périphérique, de l'action


corrosive du liquide, de sa viscosité, de sa température, de sa nature
chimique (produit à caractère lubrifiant ou non).
L'épaisseur du film

4- Résistance mécanique et chimique:

 La présence de particules solides (sable, poussière de catalyseurs, de


coke, ...) a aussi une très grande importance.

 Les plus utilisés sont :

 - carbone sur carbure de silicium massif


 - carbone sur stellite ou inox
 - carbone sur carbure de tungstène ou de silicium en couche
 - carbone sur céramique (oxyde d'aluminium ou de chrome)
 - carbure sur carbure (tungstène ou silicium)
 - PTFE chargé sur céramique (pour acides par exemple)
 - fonte sur bronz
Résistance mécanique du carbone

 Il faut noter que l'appellation "carbone" peut regrouper plusieurs qualités


de matériaux :

 les carbones "amorphes" à caractéristiques correctes pour les grains,


mais de plus en plus remplacés par les graphites;
 les carbones "graphités" ou graphites avec ou sans imprégnation de
résines ou matériaux.
 Ce type de produit est intéressant pour sa résistance mécanique, sa
résistance à l'usure et sa conductibilité thermique
 Les carbones ont d'autre part une dilatation de 3 à 6 fois plus faible que
l'acier.
L'épaisseur du film
3 - LES ÉTANCHÉITÉS STATIQUES DANS LES GARNITURES MÉCANIQUES

 les étanchéités statiques sont fréquemment la cause d'incidents mineurs


aux conséquences onéreuses.
 Dans une garniture mécanique, on distingue les étanchéités totalement
statiques, des étanchéités dites "pseudo-statiques".

a - Les étanchéités totalement statiques:


 On trouve ici les étanchéités d'assise du grain dans le chapeau et les
étanchéités entre la chemise et l'arbre.
3- LES ÉTANCHÉITÉS STATIQUES DANS LES GARNITURES MÉCANIQUES

b - Les étanchéités dites "pseudo-statiques"


 C'est l'étanchéité assurée entre la coupelle et sa portée sur la chemise
ou sur l'arbre. Elle est dite "pseudo-statique" car elle doit être capable
d'admettre les faibles déplacements entre la coupelle et l'arbre ou la
chemise.
Les soufflets

1- Pour certaines applications particulières, les joints toriques sont


remplacés par des soufflets.
 Ceux-ci sont en élastomère ou en PTFE dans le cas de problème de
résistance chimique.
 Dans d'autres cas d'utilisation, liés principalement à des problèmes de
basse ou haute températures, il est utilisé des soufflets métalliques.

 La faiblesse de cette conception réside


sur la fragilité des soudures face aux phénomènes
vibratoires.
 La raideur et la course de ce type de soufflet
impose une précision de montage souvent
garantie par des solutions à cartouche
4 - LES DISPOSITIFS AUXILIAIRES DIRECTEMENT INCORPORÉS AUX GARNITURES MÉCANIQUES

a - La circulation d'arrosage
 Outre sa fonction d'évacuation des calories déjà vues, la circulation va
renouveler le liquide dans la boîte à garniture afin d'éviter au maximum
le dépôt de dépôts qui s'y accumulerait.
 La centrifugation par la rotation de la coupelle favorise l'évacuation de
ces mêmes dépôts.
4 - LES DISPOSITIFS AUXILIAIRES DIRECTEMENT INCORPORÉS AUX GARNITURES
MÉCANIQUES

b - Le circuit de balayage ou de quench


 Il consiste en une injection d'un fluide (eau, vapeur, quelquefois azote),
dans l'espace annulaire situé à l'arrière de l'interface grain-coupelle,
dans une chambre aménagée dans le chapeau. Ce circuit a pour but de
diluer une fuite éventuelle avant son passage à l'atmosphère. Il sert
également à assurer par dilution un nettoyage de la zone aval de
l'interface.
4 - LES DISPOSITIFS AUXILIAIRES DIRECTEMENT INCORPORÉS AUX GARNITURES
MÉCANIQUES

c - Douille de sécurité ou bushing


 C'est une bague mise en place à la sortie de l'arbre du chapeau. Son
rôle est de réduire, par laminage, la pression du fluide à étancher en cas
de fuite.
 Cette bague est souvent en un matériaux anti-étincelle (bronze,
carbone) afin d'éviter un contact métal sur métal de l'arbre et du
chapeau.
4 - LES DISPOSITIFS AUXILIAIRES DIRECTEMENT INCORPORÉS AUX GARNITURES
MÉCANIQUES

d - Montage d'étanchéité secondaire


 Certaines dispositions prévoient le montage d'un second dispositif
d'étanchéité lorsque le circuit de balayage est connecté à un réseau
d'évacuation ou de récupération du fluide de quench (balayage à
l'eau déminéralisée, à l'azote) ; principalement lorsque le débit est
important ou doit être constant.
4 - LES DISPOSITIFS AUXILIAIRES DIRECTEMENT INCORPORÉS AUX GARNITURES
MÉCANIQUES

e - Montage dit "montage cartouche"


 C'est une disposition, qui, grâce à un préréglage de tarage du dispositif
à ressort, permet de s'assurer d'un positionnement correct du grain et
de la coupelle l'un par rapport à l'autre et d'une pression de contact
adéquate.
QUELQUES TYPES DE GARNITURES MÉCANIQUES

 Selon la nature du service demandé, les différents constructeurs


proposent des garnitures mécaniques reprenant les principes énoncés
ci-dessus.
1 - LES GARNITURES SIMPLES
 On trouvera dans cette famille de garnitures, toutes les dispositions ne
comportant qu'un seul interface grain-coupelle, la différentielle de
pression à étancher n'étant reprise que par ce seul interface.
 a - Garniture simple
b -Garniture simple avec adjonction d'un système auxiliaire d'étanchéité

 L'étanchéité du circuit de quench est assurée grâce à un joint à lèvre


disposé à la partie arrière du chapeau.
 Le joint à lèvre peut être remplacé en variante par une garniture à
tresse auxiliaire.
 Ce système tend à ne plus être utilisé.
c -Garniture simple avec une disposition particulière d'étanchéité secondaire

 Il est à noter une disposition particulière d'étanchéité secondaire sans


contact en service normal.
 En cas de rupture de l'étanchéité principale la pression aval augmente
et développe alors un effet qui repousse le grain en attente sur la
seconde coupelle. Un système de détection (manomètre ou pressostat)
est généralement installé sur la chambre inter-garnitures
2 - LES GARNITURES DOUBLES

 Les garnitures mécaniques sont dites "doubles" lorsqu'elles présentent


deux interfaces où se réalise l'étanchéité.

 Dans la généralité, elles sont équipées de deux grains et de deux


coupelles.

 On utilise cette disposition pour différentes raisons :


 1- lorsque le produit pompé ne peut être utilisé pour alimenter le film de
lubrification (produit légers proches de sa tension de vapeur, produits
abrasifs cristallisants, produits givrants, chauds, sous vide, ou même
dans le cas de phase gazeuse, …)
 2- pour former un barrage entre le produit et l'atmosphère (produits
nocifs, trop forte ΔP, …) c'est-à-dire pour des raisons de sécurité.
2 - LES GARNITURES DOUBLES

a - Le montage en tandem
 Deux ou plusieurs garnitures mécaniques sont montées l'une derrière
l'autre, la première étant en contact avec le fluide à étancher, la seconde
(ou les suivantes) étant alimentée par un fluide auxiliaire. e récipient
collecteur.
a - Le montage en tandem

 La garniture tandem fournit une rupture de toute la pression au


travers des faces de la garniture primaire.
 Les faces de la garniture secondaire opèrent normalement à basse
pression.
 Dans le cas d’une défaillance de la garniture primaire, la garniture
secondaire agit comme garniture secours de la primaire.
 La fuite de gaz est contrôlée au travers des deux jeux de faces.
 La garniture tandem est devenue
un standard de l’industrie pour des
applications critiques ou sur
les hydrocarbures
b - Le montage double dos à dos

 Deux garnitures sont montées en opposition, ce qui permet de réaliser


l'étanchéité par barrage d'un liquide auxiliaire injecté à une pression légèrement
supérieure, de 1,5 à 2 bars, à la pression du liquide à étancher.
b - Le montage double dos à dos

 On utilise ce système chaque fois que le produit à étancher est inapte à


former un film entre les faces de friction :
- produit chargé de particules abrasives
- produits très visqueux, polymérisant facilement avec grand risque de
vaporisation
- produit très dangereux ou corrosif interdisant toute fuite vers l'extérieur
 Dans le cas de fuite, la seule possibilité est une fuite du liquide auxiliaire
soit vers l'atmosphère
ou vers l'intérieur de la pompe.
CONDITIONS DE BONNE EXPLOITATION DES GARNITURES MÉCANIQUES

 La fiabilité du fonctionnement d'une garniture mécanique est


principalement liée à l'existence du film liquide à l'interface grain-
coupelle, condition nécessaire pour permettre le mouvement rotatif des
faces sans qu'elles ne soient en contact,

 ce qui aboutirait à un frottement à sec donc à une destruction de la


garniture.

 Divers facteurs peuvent, durant le service de la garniture, entraîner une


destruction de ce film liquide.
1 - VAPORISATION DU FILM LIQUIDE

 Il est important que l'arrosage de la garniture soit effectué par un fluide


qui conserve son état liquide.

 S'il apparaît une vaporisation partielle dans la pompe, la phase vapeur


risque d'être injectée partiellement dans la chambre de garniture.

 La présence de cette phase vapeur aura pour conséquence la création


des difficultés à la dissipation de la chaleur ; la température augmentant
on assiste dans ce cas à une vaporisation brutale du film liquide,

 ce qui aboutit à une destruction des faces de la garniture.


1 - VAPORISATION DU FILM LIQUIDE

Les causes de cette vaporisation peuvent être, entre autres :


a - Pompe fonctionnant à très faible débit
 Si le débit de la pompe est très faible par rapport à son débit nominal, le
rendement de la pompe
 chutant hydrauliquement, il se crée à l'intérieur de celle-ci une circulation
interne très importante.

b - Pompe cavitant en cours de service


 Une perte de charge temporaire trop importante à l'aspiration de la
pompe (filtre encrassé,
 vanne non complètement ouverte, baisse de niveau dans la capacité
amont, …) va provoquer un phénomène de cavitation.
 Il peut y avoir dans ce cas une partie de la phase gazeuse recyclée
vers la chambre de garniture.
2 - VIBRATIONS

 Les vibrations ne concourent pas à la stabilité du film à l'interface, tous


facteurs générant ce type de phénomène doivent être impérativement
évités.

 Les causes originelles des vibrations peuvent être :

1- Causes hydrauliques

 • cavitation
 • mauvaise répartition du liquide dans la roue
 • harmonique liée au nombre d'aubages
 • débit trop faible ou trop important
2 - VIBRATIONS

2- Causes mécaniques : l'origine de ces causes est liée à :


a- l'installation de la pompe
 alignement
 tension des tuyauteries
 mauvaise fixation sur son châssis

b- la réparation de la pompe
 roulements mal montés
 équilibrage non réalisé

c- l'usure du matériel avec le temps


 fatigue et usure des roulements
 usure des bagues d'étanchéité
3 - CONDITIONS DE BON FONCTIONNEMENT - PROBLÈMES D'EXPLOITATION

1- toute marche à sec, même de très courte durée, est néfaste à la tenue
de la garniture. Les causes peuvent en être :
 démarrage à sec
 mauvais dégazage du corps de garniture
 mauvais amorçage
 désamorçage de la pompe pour vider une capacité

2- Attention aux consignes "vider le ballon jusqu'au désamorçage de la


pompe" !
 marche à l'envers de la garniture, surtout si celle-ci est équipée d'un
ressort spiral (top de démarrage)
 mauvais débit de flushing

3- Trop → turbulence, vaporisation dans l'interface


 Pas assez → voir chapitre sur la vaporisation
3 - CONDITIONS DE BON FONCTIONNEMENT - PROBLÈMES D'EXPLOITATION

4- Ne jamais intervenir sur ces débits, qui, en général sont réglés au


démarrage initial par le constructeur ou les services entretien.
 Variation de pression brutale dans le corps de la pompe (ouverture trop
rapide des isolements)
 problème de la certitude de dégazage dans les garnitures dites en "cul
de sac".

5- Demander éventuellement la mise en place d'un évent


 attention au dévirage des pompes lors de la mise en température par
bipassage du clapet de non retour. Le problème se pose également sur
les pompes attelées à une turbine à vapeur ; penser à la désaccoupler
si le système le prévoit
 blocage de la garniture, au démarrage, sur les produits visqueux
insuffisamment réchauffés
3 - CONDITIONS DE BON FONCTIONNEMENT - PROBLÈMES D'EXPLOITATION

6- sur les pompes véhiculant des fluides à une pression inférieure à la


pression atmosphérique, purger en utilisant les lignes d'équilibre

 lavage des circuits par un produit incompatible avec les matériaux de la


garniture, attaque des faces, détérioration de la matière des joints
 cristallisation, polymérisation, figeage du produit : fuite immédiate au
redémarrage, si les opérations de rinçage ou de réchauffage ne sont
pas correctement effectuées
 éviter tous les cycles de température provoquant des chocs thermiques
générant des ruptures sur les faces de carbone
 vérifier la pression de quench. Si elle est trop importante il y a risque de
décollement du grain fixe (Pquench ≅ 0,5 bar)
3 - CONDITIONS DE BON FONCTIONNEMENT - PROBLÈMES D'EXPLOITATION

 au démarrage, si un manomètre de refoulement est instable,


recommencer l'opération de purge ; la pompe n'est pas totalement
dégazée;

 sur les pompes très chaudes, le refroidissement s'effectue très souvent


avec de la vapeur, la circulation de ce circuit est inversée, entrée par le
bas, sortie par le haut;

 n'ouvrir les circuits de balayage qu'après la stabilisation de la garniture


lors du démarrage, afin de déceler une fuite éventuelle à l'interface due
à un mauvais positionnement de celui-ci
3 - CONDITIONS DE BON FONCTIONNEMENT - PROBLÈMES D'EXPLOITATION

7 -Sur les garnitures doubles:


a - Montage en tandem

 En cas de défaillance de la garniture interne, la fuite de produit pompé


sera recueillie dans la cavité où circule le fluide auxiliaire puis est
entraînée vers le réservoir dans lequel le niveau va augmenter.

 En marche normale, le volume de fuite à travers la garniture étant très


faible, le niveau de liquide dans le réservoir montera lentement.

 En cas de fuite anormale le niveau montera brutalement et activera


l'alarme haute montée éventuellement sur le réservoir.
3 - CONDITIONS DE BON FONCTIONNEMENT - PROBLÈMES D'EXPLOITATION

b - Montage dos à dos

 tous les cas de montage de garnitures doubles une attention doit être
portée sur :

 la contamination du fluide auxiliaire par le produit pompé (changement


de ses caractéristiques d'origine).

 Si le produit devient pollué de manière significative, il est nécessaire de


le renouveler le contrôle visuel du niveau du fluide auxiliaire et, si
nécessaire rétablissement du niveau normal
Garnitures pour compresseur
1- Etanchéité par labyrinthe:

 Lorsque le gaz véhiculé n'est pas dangereux (air, azote, gaz


carbonique) et que l'on peut tolérer une fuite vers l'atmosphère,
 on utilise généralement des garnitures à labyrinthes.
 Ces garnitures peuvent utiliser des léchettes ou des blocs-labyrinthes
entièrement usinés.
1- Etanchéité par labyrinthe:

 Dans certains cas on peut procéder à une injection de gaz neutre dont
la pression est supérieure à la pression atmosphérique et à la pression
du gaz (voir figure ci-dessous).
 Le niveau de pression du gaz de barrage et le nombre de léchettes
disposé côté intérieur et côté extérieur commandent les fuites de gaz
vers l'intérieur et vers l'atmosphère.
 Il est évident que ce système n'est valable que si l'on accepte une
légère pollution du gaz comprimé
2 - Garniture à douilles:

 Une douille flottante est montée libre radialement autour de l'arbre avec
un faible jeu. Elle est bloquée en rotation par des ergots et plaquée
contre le support de garnitures par des ressorts dont la tension
 ne doit pas être trop forte et empêcher ainsi le déplacement radial de la
douille.
Principe de fonctionnement des garniture à douille

 Les dispositifs à douilles, utilisent le barrage d'un film d'huile établi entre
une face tournante et une face fixe.
 La pression régnant dans ce film d'huile doit être légèrement supérieure
à la pression de référence (ΔP ~ 0,2 à 0,8 bar) pour interdire tout
passage du gaz vers l'extérieur.
 Dans ces conditions se produisent deux fuites d'huiles :
 - une fuite importante (car forte Δ P en général) vers l'atmosphère.
 Cette huile n'a pas été en contact avec le gaz et peut être retournée
vers la caisse à huile.
 - une fuite à faible débit (car faible Δ P) vers l'intérieur du compresseur.
Un système de labyrinthes et de chambres permet de recueillir la quasi
totalité de cette huile.
 Celle-ci ayant été en contact avec le gaz est dirigée vers un purgeur où
elle est dégazée puis stockée dans un bac à huile polluée.
Les limite des garnitures à douille

 Cette garniture, très répandue, donne entière satisfaction une fois résolu
le problème du refroidissement de la douille intérieure.

 En effet le faible débit d'huile sous la garniture (2 à 8 l/h) ne suffit pas à


évacuer la chaleur dégagée par le frottement visqueux de l'huile dans la
garniture.

 Il peut s'ensuivre un grippage de la bague suivi d'une fuite d'huile


massive.

 C'est là la principale difficulté de ce type de garnitures que l'on peut


résoudre par une étude soignée du profil de la douille
Garniture mécanique à grain

 L'avantage essentiel d'une garniture à grain est de réaliser l'étanchéité


sur une face radiale d'un collet solidaire de l'arbre,

 ce qui conserve un jeu constant quels que soient les mouvements


transversaux de l'arbre, vibrations en particulier.

 Pour assurer un fonctionnement correct de la garniture malgré le


décalage angulaire de l'arbre et ses éventuels déplacements axiaux, il
est nécessaire de réaliser un montage souple du grain.

 Ceci est obtenu par l'utilisation de ressorts convenablement tarés et


d'une surface de contact réduite entre grain et collet. Cette réduction de
surface amène à fonctionner avec des jeux réduits pour conserver des
fuites d'huile faibles (1 à 3 l/h).

 Le matériau choisi pour le grain est généralement du carbone.


4- Garnitures sèches

 Entre le grain tournant en carbure de silicium et le grain fixe en carbone


un film de gaz s'établit sous l'action de rainures spiralées non
débouchantes.

 La montée en pression du gaz qui en résulte, assure un film gazeux de


quelques microns d'épaisseur entre les faces. Il n'y a plus de contact
des faces entre elles, quasiment plus d'échauffement et donc plus
d'usure.

 Pour éviter l'usure et l'encrassement on injecte en amont de la garniture


un gaz parfaitement filtré (venant en général du refoulement du
compresseur).
4- Garnitures sèches

 La fuite de gaz qui se produit entre les faces n'est généralement pas
acceptable et on est conduit à disposer une deuxième garniture "en
tandem". On fait un balayage d'azote entre les deux garnitures,
 la fuite mélangée à l'azote est dirigée vers la torche, un évent en point
haut ou se trouve recyclée, la deuxième garniture ne laisse fuir à
l'atmosphère que l'azote de balayage.
4- Garnitures sèches
INTRODUCTION

Procédés d’étanchéité

 Joints toriques et assimilés.

 Joints à lèvre.

 Presse-étoupe.

 Garniture mécanique humide.

 Garniture mécanique sèche .


Les joints toriques

 anneaux en élastomères de synthèse, à profils circulaires (o’rings)


 sont le plus souvent employés comme joints statiques ;

 utilisés comme joints pour arbres tournants aux faibles vitesses .

 Montage : Montage avec bagues ; Montage type piston


Joints à lèvres

 remarquable par sa résistance aux solvants organiques, notamment aux


carburants liquides et aux huiles de graissage, même chaudes