Vous êtes sur la page 1sur 5

Proposition de correction pour le Français 2009 des filières 

technologiques 
 

Question 1 
 

Les personnes dans les différents monologues du corpus s’adressent à eux‐mêmes, ils sont seuls sur 
scène. Par déduction et puisqu’il s’agit d’une pièce de théâtre, ils s’adressent aussi indirectement au 
spectateur. 

‐ Exemples possibles : 
o Texte A : « George Dandin ! George Dandin ! Vous avez fait une sottise […] » (l.12). 
George Dandin s’interpelle par son propre nom. 
o Texte B : « et moi comme un benêt » (l.5) 
o Texte C : « Je voudrais bien savoir si je suis amoureux » (l.1) 
o Texte D : « Je me présente : je suis le détective privé Dubois » (l.3). Dubois Dupont 
s’adresse quant à lui directement au public. 
‐ Cette question portait sur la définition même du monologue 
o D’une manière générale, il désigne une conversation qu’une personne tient avec elle‐
même 
o Dans une pièce dialoguée, il ne s’agit que d’une ou quelques phrases qu’un 
personnage se dit à lui‐même ou au spectateur 

Question 2 
 

Rôle des monologues proposés. Plusieurs idées peuvent être développées et agrémentées 
d’exemples (au minimum trois). 

 Introspection intérieure des personnages à un tournant de la pièce permettant une analyse 
des sentiments humains 
o Ex : Texte B : « O femme ! Femme ! Femme ! Créature faible et décevante ! … nul 
animal crée ne peut manquer à son instinct, le tien est‐il donc de tromper ? » (l.1 et 
2)  multitude de phrases exclamatives exprimant les sentiments du personnage 
o Texte C : « Je n’ai qu’à n’y plus penser ; il est clair que je ne l’aime pas » (l.7 et  8) 

 Interaction avec le public : en s’adressant à lui‐même, le personnage interpelle indirectement 
le public : il étale ses mésaventures et attend en retour une solution 
o Nombreuses interrogations dans un style direct 
o ex : Texte C « mais pourquoi cette conversation d’hier ne veut‐elle pas me sortir de la 
tête ? »(l.8 et 9) 
 
 
 Présentation du personnage : de son caractère, de sa façon de penser, de ses réflexions, de 
son comportement. Le ton peut être spirituel. 
o Ex : Texte D « Voici ma carte : Dubois‐Dupont, homme de confiance et de méfiance » 
(l.4 et 5) 

I) Commentaire de texte : 
 

Vous commenterez le monologue de Dubois‐Dupont, extrait de « Il y avait foule au manoir » de Jean 
Tardieu (texte D), en vous aidant du parcours de lecture suivant : 

 vous analyserez ce que cette présentation a d'artificiel  
 vous étudierez les effets produits par ce monologue sur le spectateur. 
 
 

Un plan en 3 parties aurait été préférable, cependant un plan en 2 parties peut également 
fonctionner. Voici une proposition de plan en 2 parties. 

Introduction :  

Ce monologue peut surprendre au premier abord : Dubois‐Dupont ne s'adresse pas à un groupe de 
personnes de la pièce mais bien directement aux spectateurs de celle‐ci. La présentation ne se situe 
donc pas dans le cadre d'une action, il s'agit d'une présentation artificielle (partie 1). Dubois‐Dupont 
s'adresse directement aux spectateurs à leur grande surprise (partie 2). 

1) Une présentation artificielle 
 

a) Dubois‐Dupont décline précisément son identité dès les premières phrases du monologue.  

(Ligne 3 : « Je me présente : je suis le détective privé Dubois »). 

b) Il fait sa présentation mais aussi la présentation de la pièce tel un metteur en scène. 

(Ligne 9‐10 : « Qu'il ne suffise de vous indiquer que nous nous trouvons, par un beau soir de 
printemps dans le manoir du baron de Z »). 

c) Une présentation qui reste peu claire, de nombreuses interrogations subsistes. 

(Ligne 29 : «  Pourquoi ? Vous le saurez plus tard. »). 
Elle ne dévoile ni l'ensemble de la personnalité du personnage ni le scénario de la pièce mais se 
contente uniquement de dévoiler quelques pistes. 

2) Les effets produits sur le spectateur 
 

NB : les effets sur le spectateur sont multiples, en citer trois paraît un nombre convenable. Chaque 
idée doit être explicitée et justifiée par un exemple. 

a) Le spectateur est directement interpellé par Dubois‐Dupont par l'intermédiaire de phrases 
interrogatives.  

Par exemples :  

(Ligne 19 : « Vous voyez ? ») 

(Ligne 21 : « Vous entendez ? ») 

Celles‐ci sont entrecoupées par des moments de pause (points de suspension, didascalie indiquant 
« les bruits du bal ») permettant au spectateur de réagir aux propos de Dubois‐Dupont. 

b) Ce monologue suscite la surprise et l'interrogation. 

(Ligne 27 : « Le crime – car il y aura crime – n'est pas encore consommé »). 

c) Le spectateur est directement mêlé à l'intrigue. 

(Ligne 32 : « Chut !...Je m'éclipse. Ni vu ni connu ! ») 

(Ligne 8 : « Motus ! »). 

II) Sujet de dissertation : 
 

Un plan en 3 parties aurait été préférable, cependant un plan en 2 parties peut également 
fonctionner. Voici une proposition de plan en 2 parties. 

Introduction :  

Cette dissertation amène à réfléchir sur le rôle du théâtre et notamment sur l'illusion qu'il produit, 
sur sa façon de retravailler la réalité et de créer l'illusion. 
 

Ce sujet fait appel non seulement aux textes du corpus mais aussi à vos connaissances sur différentes 
pièces de théâtre, les structures du théâtre, et la mise en scène des pièces. Des exemples précis 
doivent être donnés. 

Le plan peut s'articuler en deux parties. La première permettrait d'affirmer que le théâtre est 
indéniablement un art de l'artifice et de l'illusion. La seconde partie apporterait alors une nuance, 
affirmant que le théâtre est aussi un art de société s'appuyant sur le réel. Voici quelques pistes. 

1) Le théâtre, un art de l'artifice et de l'illusion 
 

a) Rôle des décors pour ancrer la situation dans un lieu et des costumes permettant notamment de 
définir l'époque, le style de vie, la richesse des personnages. 

b) Utilisation des exagérations (comportement, voix des personnages) pour, par exemple, renforcer 
l'aspect comique d'une scène. 

c) Appel à l'imaginaire (costume, gestuelle, éclairage). 

d) Exemple du monologue peu naturel, semble être un aparté au sein d'une pièce de théâtre. 

2) Le théâtre, art de société 
 

a) Théâtre du réel dénonçant des faits de société, les comportements humains. 

b) Le théâtre comme lien social. 

c) Les auteurs de théâtre et les metteurs en scène des pièces proposent une véritable réflexion sur le 
monde qui nous entoure. 

III) Sujet d'écriture d'invention : 
 

Contraintes formelles :  

‐ Il s'agit d'un monologue. 
‐ Celui‐ci doit être rythmé et « vivant » par la ponctuation (points d'interrogation, 
d'exclamation, points de suspension, phrases courtes alternant avec des passages plus 
descriptifs). 
‐ Langage soutenu et maniéré. 
 
 

Contraintes logiques :  

‐ Il s'agit d'une femme qui parle et plus particulièrement l'épouse de George Dandin. 
‐ Elle donne son point de vue sur son mariage et son mari. 
‐ Son monologue fait suite à celui de son mari, il doit donc y avoir une cohérence logique entre 
les deux. 
‐ Ne pas oublier que l'épouse de George Dandin est issue de la noblesse, on peut donc 
supposer qu'elle utilise un langage soutenu et a des manières de se comporter en société 
très précises, codifiées. 
‐ Il ne s'agit pas d'un mariage d'amour mais bien d'un mariage négocié par les deux familles où 
l'argent tient une place importante. On peut alors supposer qu'elle exprime ses regrets, et 
qu'elle critique ouvertement son mari.