Vous êtes sur la page 1sur 25

Pistes de lecture : « Pourquoi j’ai mangé mon père » de

Roy Lewis

Pour donner envie de lire … un bref résumé !

Quelque part dans la savane africaine, Edouard est un Pithécanthrope insatisfait de sa


situation de charognard frugivore. Snobant l’Australopithèque, primate encore mal
dégrossi, et quelque peu inquiet du raffinement des industries lithiques développées par
son voisin du Nord, le rugueux Néandertalien, Edouard est bien décidé à faire son petit
bonhomme de chemin sur la route jonchée d’épreuves de L’Evolution, quitte à changer
d’espèce s’il le faut. Alors, Edouard observe, expérimente, organise, cogite. Sorte de
Professeur Tournesol du pléistocène moyen, il réussit (presque) à maîtriser le feu et avec
ses enfants, il met au point, avec une foi inébranlable envers le Progrès, la fourrure
amovible, l’exogamie, le rôti de bœuf, l’orchestre symphonique, les traités de paix, l’art
figuratif, l’arc et les flèches, les discours à la fin des repas de famille... Le reste de la
horde suit avec enthousiasme ou méfiance tandis que le vieil oncle Vania, un peu
réactionnaire, garde pour seul mot d’ordre : « Back to the trees ! ». Roy Lewis résume en
« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)
4ième technique de qualification
180 pages, en un conflit de générations, quelques centaines de milliers d’années qui
mèneront l’Homo erectus vers un sapiens qui refermera ce livre dans un grand éclat de
rire.

À la différence des autres livres traitant du même sujet, Pourquoi j'ai mangé mon
père prend le parti de nous cultiver en nous faisant rire. Les personnages
s'expriment comme vous et moi mais ils vivent dans la Préhistoire. Approchez
homo sapiens ! Ce livre vous fera hurler de rire ! Faites la connaissance d’une
famille préhistorique : Edouard, le père, génial inventeur qui va changer la face
du monde en ramenant le feu ; Vania, l’oncle réac, ennemi du progrès ; Ernest, le
narrateur, un tantinet benêt ; Edwige, Griselda et autres ravissantes donzelles.
Ces êtres délicieux font le monde autour d’un feu en dégustant des os à moelle.
Regardez-les découvrir l’amour, s’essayer à la drague, se battre avec
l’évolution… Situations rocambolesques, personnages hilarants d’un monde où
l’homme est pourtant déjà homme : batailleur, jaloux, ingrat et aussi rétrograde.
Un miroir à consulter souvent.

Situations plus qu'hilarantes et dialogues inoubliables s'enchaînent alors au fil


des pages. Ainsi lit-on à propos de la chasse : « L'ennui, c'était qu'elle (la viande)
était toute sur quatre pattes. Et d'essayer de chasser la viande sur quatre pattes
[…] quand on essaie de se tenir soi-même difficilement sur deux, c'est
littéralement un jeu d'andouilles. » Ou plus loin, à propos des repas : « Oser dire
à maman qu'on ne voulait pas de ceci ou de cela, de la fourmi pilée, du crapaud
mariné, c'était vouloir s'attirer une bonne baffe. » Pourquoi j'ai mangé mon père
est également un joli conte sur la société, la famille, l'éducation et l'éternel débat
entre ceux qui veulent faire bouger les choses et ceux qui pensent que « c'était
mieux avant ». Le mot de la fin revient à Edouard parlant à ses fils : « Votre
devise, nous disait-il gravement, ce doit être de donner à vos enfants, comme j'ai
tenté de le faire, un départ meilleur que n'a été le vôtre. »

Roy Lewis fait ici de l'anachronisme sa seule loi et revisite avec brio les grands
thèmes sociaux : l'éducation, le rôle de la femme ou l'éternel combat entre
progressistes et réactionnaires. Il aborde également l'écologie, la famille et pose
la question cruciale de la maîtrise du progrès technique par le biais de cette
fresque grandiose, hilarante et moderne.

1. L'arbre généalogique de la tribu à partir du chapitre 3.

Laure+ Gudule + Aglaé MATHILDE EDOUAR Amélie Barbe


Oncle Ian D
Vania

Ernest Oswald Tobie Alexandr William De


Intellectue doué "géologue e apprivois nombreuse
l pour la " artiste e les s soeurs
Le chasse peintre animaux. destinées
narrateu à faire des
r épouses:
Elsa.

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)
4ième technique de qualification
2. Les conditions de vie des personnages. (organisation sociale,
activités, relations hommes/femmes, mortalité).

Organisation sociale:
Un chef: Edouard à qui tous sont soumis.
Les femmes ont aussi un chef: Mathilde, mais elle doit se soumettre à
Edouard.
Les filles sont des "quantités négligeables" alors que les garçons jouent un
vrai rôle dans la tribu et sont éduqués par le père.

Les activités:
"Lancer des pierres" "grimper aux arbres" "piéger toutes sortes de bêtes",
"attraper des poissons", "tailler des silex",

Relation homme/femme:
Inégalitaire. Cadeaux surprenants....

Mortalité :
Importante. Signe d'une vie dangereuse.
La horde est régulièrement décimée par les attaques de prédateurs.
Lions (voir Aglaé), rhinocéros, boa constrictor (animal à ne surtout pas avaler),
enfants dévorés par les loups.

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
Thèmes essentiels de chaque chapitre :

1 : situation initiale ou scène d’exposition

2 : évocation de la vie avant le feu : problèmes de nourriture : viande pour des


herbivores, problèmes d’abri : caverne disputée aux animaux.

3 : l’installation dans la grotte, présentation des membres de la famille.

4 : l’histoire de la conquête du feu par le père

5 : observation de l’évolution des animaux, l’éducation, considérations sur la


spécialisation.

6 : discussion sur le progrès entre Vania et le père, invention du dessin par


Alexandre.

7 : questions d’Edouard à propos du stade de l’évolution, du feu, le plus jeune


fils essaie, en vain, d’élever un chiot.

8 : le récit des voyages de l’oncle Ian en Europe et en Asie, la mort de l’oncle Ian
en voulant dresser un cheval.

9 : Edouard emmène ses fils pour qu’ils trouvent des femmes dans une autre
horde

10 : le plan des fils pour s’emparer des filles de la horde

11 : Ernest poursuit Griselda.

12 :

13 : l’amour

14 : les quatre frères se retrouvent, chacun a sa femme

15 : retour dans la famille, la mère a découvert la viande grillée

16 : le grand repas, le discours d’Edouard sur le progrès, le concert et la danse,


l’enlèvement des filles.

17 : Edouard découvre comment faire du feu et incendie la forêt.

18 : opposition d’Ernest à son père à propos de la divulgation des secrets de la


fabrication du feu aux autres hordes.

19 : passage de l’autocratie à la démocratie, Griselda suggère à Ernest de tuer


son père.

20 : la horde quitte son territoire rendu stérile par l’incendie et va s’installer au


sud, dans une plaine qu’elle partagera désormais avec une autre horde à
laquelle Edouard a révélé le secret du feu.

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
21 : Ernest tue son père qui est mangé par la horde.

THÈMES ESSENTIELS DE L’ŒUVRE.

NATURE- CULTURE. Ch. 6 essentiellement. Le souci du


progrès d’Edouard : le volcan ; le feu ;
le silex ⇒
l’artificiel → l’humanité.
≠L’oncle Vania, s’oppose à la
transgression de toute évolution
naturelle.
Oncle Vania habite les arbres ≠
Edouard > caverne avec conservation
du feu.
LES PROGRÈS TECHNIQUES. Education omnivore et carnivore p 32 ;
33.
L’évolution, l’innovation : pp. 80-91 (la
chasse et le chien) pp. 88. La
domestication du chien est envisagée ;
celle du cheval est manquée : mort de
l’oncle Ian.
La découverte du feu volé par le père.
Sa domestication pp. 92-93. La cuisine
ch.15 ; Observations climatologiques p
97-98. La génétique p110
LA MISE EN CAUSE DU PROGRÈS Le père idéaliste inconscient devient un
savant fou, un tyran et un dictateur :
son évolution le conduit à ne plus
respecter la volonté du clan, embryon
d’expression démocratique.
LA DÉCOUVERTE DE L’AUTRE. La découverte d’autres hommes à
travers les récits de l’oncle Ian, les
migrations des peuples
ch 8. Découverte d’une humanité
développée à des stades différents à
divers endroits de la terre.
Délimitation des pays et des frontières,
ch 20 : les traités, les règlements.
Le racisme, le rejet de l’autre, instinct
de conservation, peur de l’autre ? Ou 1er
aspect, conséquence des deux autres ?
Ch 21.
L’AMOUR La découverte de l’amour, du
romanesque et de la tendresse. Les
«femelles » deviennent les filles ch.14.
Les stances d’Ernest ; les enfants ; la
famille. L’exogamie
LE MONDE ET DE L’ART. Les arts graphiques (Alex, ch 6.) les
origines p.85.

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
La musique et la danse ch.16.

LES VALEURS RELIGIEUSES Existence d’un monde des rêves et du


sommeil ch.19. ⇒ Intuition d’un autre
monde possible après la mort ;
embryon de la culture religieuse. Voir
les nombreuses citations bibliques ou
références religieuses.
LE COMMERCE Faut-il distribuer gratuitement ses
connaissances ou les monnayer ?

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
Le schéma de communication :

Qui raconte ? un narrateur : Ernest / un auteur : Roy Lewis

A qui ? à un auditeur ou à un lecteur

Quand ? à l’époque des pithécanthropes / au XXe siècle

Où ? en Afrique / En Angleterre

Quoi ? sa vie et celle de sa horde ; la vie des pithécanthropes

Pourquoi il a mangé son père

Pour quelles raisons ? pour justifier son anthropophagie pour faire imaginer
aux lecteurs la vie de leurs lointains ancêtres

Comment ? par un récit du genre "roman autobiographique " écrit à la


première personne avec humour

Le schéma actantiel :

Etablis le schéma actantiel en utilisant les indications suivantes.

Besoin d’inventer lui-même, son plaisir les faire progresser l’humanité


habitudes
Son génie
les résultats obtenus
l’oncle Vania
l’échec de certaines expériences
son travail
la horde,
la peur de la horde
au début les risques,
le hasard
le danger
les difficultés
Désir de faire progresser la horde
les habitudes
les difficultés de la vie
les résultats obtenus
l’humanité
l’échec de certaines expériences
le souci du bien de la subhumanité
la horde,
Edouard
au début les risques,
faire progresser la horde
le danger

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
DESTINATEUR
DESTINATAIRE

SUJET OBJET

ADJUVANT(S) OPPOSANT(S)

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
Les découvertes :

Le feu (naturel puis artificiel), la chasse, la lance, l’habitation, le vêtement,


l’exogamie, le peigne, la cuisson de la viande, les tentatives de domestication
des animaux, la spécialisation, la démocratie, l’arc, le dessin, la magie, la
religion, l’amour, les pièges, l’éducation.

L’argumentation dans le roman

THÈME : le progrès.
PROBLÉMATIQUE (THESE): le progrès est-il une bonne ou une mauvaise
chose ?
MOTIFS : le feu ; l’art.

VANIA EDOUARD.
THESES Le progrès est sacrilège. Le progrès est bénéfique.
ARGUMENTS
Causalité. Parce qu’on s’éloigne par
Le feu a permis de se
orgueil de la nature… protéger des bêtes
féroces.
…Dont il faut se contenter Et de se chauffer.
(nourriture).
Argument d’autorité. Tu ne mangeras pas de L’utilisation du feu n’est
l’arbre de la qu’une forme d’évolution
connaissance : (allusion à naturellement adaptée à
la Bible). l’homme.
Il faut laisser l’évolution
se faire au gré de la
nature sans la forcer .
Argument d’autorité + Il ne faut pas vouloir sortir
Jugement de valeur ad de sa condition en
hominem: accélérant l’évolution ;
(petit bourgeois) c’est criminel.
L’évolution risque de se
faire au détriment de la
liberté d’autrui (le vol de
l’ombre).
Le progrès n’est pas
maîtrisable.

Argument implicite d’Edouard : en proposant à Vania de manger de


l’éléphant, Edouard l’amène à contredire en pratique ses propos.
En effet, le singe n’est pas carnivore, à la différence de l’homme ; or, Vania qui
veut rester singe, mange de la viande. Il consacre donc l’évolution qu’il critique :
il change de régime alimentaire et se comporte en homme et non en singe qu’il
prétend être ! Il reprend d’ailleurs plusieurs fois de la viande que les nouvelles
techniques de chasse dues au progrès ont permis à la meute d’amasser.

Le père amène ainsi l’oncle à se mettre en contradiction avec lui-même


sans que ce dernier s’en aperçoive !

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)
4ième technique de qualification
Chapitre 18 : Voici des thèses et des arguments émis par
Edouard et par Ernest. Replace-les dans le tableau suivant :

 Il faut partager le secret du feu avec les autres hordes


 Il ne faut pas divulguer des secrets intéressant notre sécurité au profit
d’une horde étrangère.
 Pouvais-je refuser le feu naturel à tous ces pauvres gens ? Ce secret est à
nous, c’est à nous de décider si nous voulons nous en défaire.
 Tu pouvais le leur vendre
 Tu voudrais que je leur fasse payer Pourquoi pas. Le feu nous permet
d’être la puissance dominante.
 L’invention m’appartient et j’en ferai ce que je veux. Tu appartiens à la
horde et tu devras faire ce qu’elle veut. Je pense à nos fils qui pourront
s’installer comme pyrotechniciens professionnels
 On doit faire cadeau du secret aux autres pour le salut de l’espèce.
 Les résultats de la recherche individuelle sont la propriété de la
subhumanité dans son ensemble.
 Quelle aide avons-nous reçue de la part des autres chercheurs ?
 Le feu doit servir comme monnaie d’échange entre les découvreurs.

 La découverte du feu a déjà provoqué un désastre. Serait-ce


raisonnable de confier à des gens qui ne sont, à peu de chose
près, que des grands singes, le moyen de réduire le monde en
cendres ?

THESE D’EDOUARD THESE D’ERNEST

ARGUMENTS D’EDOUARD ARGUMENTS D’ERNEST

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)
4ième technique de qualification
Analyse d’un extrait: Pourquoi j’ai mangé mon père (p 54-57)

— Eh oui, cette fois tu as passé les bornes, Edouard ! rabâchait oncle Vania, tout
en mastiquant à belles dents une épaule de cheval, le dos au feu.
— Tu l'as déjà dit, fit remarquer père qui, lui, s'attaquait à une côte de bœuf dans
le filet. Qu'est-ce qui ne va pas avec le progrès, je voudrais le savoir ?
— Progrès, progrès, c'est toi qui lui donnes ce nom, dit oncle Vania. Par-dessus
son épaule, il jeta dans le foyer un cartilage décidément incomestible. Moi, j'ap-
pelle ça de la rébellion. Aucun animal n'a jamais été conçu dans le but de
dérober le feu au sommet des montagnes. Tu as transgressé les lois établies par
la nature. Tu en seras puni. Oswald, passe-moi un morceau d'antilope, j'en
prendrai volontiers.
— Moi, je vois la chose au contraire comme un grand pas en avant, persistait
père. Peut-être un pas décisif. Evolution n'est pas révolution. Pourquoi serait-ce
de la rébellion ?
Oncle Vania pointa vers lui une clavicule accusatrice.
— Parce que ce faisant tu t'es expatrié de la nature, Edouard. Ne vois-tu pas
quelle damnée prétention c'est là ? Quel orgueil, quelle outrecuidance, pour ne
pas dire plus ? Tu étais un simple enfant de la nature, plein de grâce, d'ardeur, et
d'innocence, Edouard ! Tu étais un des éléments de l'ordre établi, acceptant ses
dons et ses peines, ses joies et ses terreurs, un élément du majestueux ensemble
formé par la flore et la faune, vivant avec lui en parfaite symbiose, avançant avec
lui dans le rythme solennel et infiniment lent des changements naturels. Or,
maintenant, qu'en est-il de toi ?
— Eh bien, qu'en est-il de moi ? dit père.
— Coupé ! aboya oncle Vania. Séparé ! Exilé !
— Coupé de quoi ?
— De la nature, de tes racines, de tout vrai sentiment d'appartenance, Edouard !
De l'Eden !
— Et toi non ? demanda son frère.
— Non. Moi, je persiste à n'être qu'un simple enfant, et innocent, de la nature. Ta
façon d'agir passée, présente et future, je la désapprouve de tout mon être. J'ai
fait mon choix. Je reste singe.
— Encore un peu d'antilope ? dit père en souriant.
— Je goûterai plutôt de l’éléphant, merci. Mais ne crois pas pour ça que tu me
dames le pion, Edouard. (…) Nos dents ne sont pas faites pour manger de la
viande. Vous autres, maintenant, à quoi passez-vous le plus clair de votre temps
libre ? A mastiquer. Outre que c'est malsain, à quoi cela vous mène-t-il ?
— Oui, ça c'est un problème, j'en conviens, dit père.
— Ah, tu vois ! Tu ne peux pas prétendre que la nature ne nous rend pas ses
commandements parfaitement explicites. Tu ne chasseras pas, car tu n'as pas
les dents idoines. Peut-on être plus clair ? Et encore : tu ne déroberas pas le feu
pour te chauffer, car tu es couvert d'une toison étudiée pour.
-Pas moi ! protesta père. Je n'ai presque plus de poil depuis des années.
D'ailleurs, ce n'était pas du tout mon but en dérobant le feu. C'était pour
empêcher les lions de nous dévorer. N'était-ce pas naturel ? Hein, dis voir un
peu ? Bien sûr, ça n'est pas désagréable de pouvoir se chauffer par-dessus le
marché. Tiens, fils, lance-moi un autre arbre là-dessus, dit-il à Oswald.
(…) Suppose que la glace descende jusqu'ici. Cela prendrait des siècles à me
faire repousser une fourrure. Et d'autres siècles à m'en débarrasser ensuite,
quand le climat se réchaufferait. Imagine que j'invente une fourrure amovible?
Tiens, il y a une idée là-dedans..., dit-il songeur, tandis que l'oncle Vania grognait
de mépris. Bien que dans la pratique, continuait-il, les sourcils froncés, je ne voie
pas comment l'appliquer... En attendant, le feu fait bien l'affaire, dit-il, on peut à
« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)
4ième technique de qualification
volonté réduire la chaleur ou l'augmenter. C'est de l'adaptation, ça, donc de
l'évolution, seulement nous y arrivons beaucoup plus vite, un point c'est tout.
— Voilà ! Voilà l'erreur ! ô misérable prétention d'homme que tu es ! s'écria oncle
Vania. De quel droit accélérer les choses ? De quel droit pousser à la roue, au lieu
de te laisser conduire ? Tu veux bousculer la nature, mais sois tranquille, elle ne
se laissera pas faire. Un jour tu t'en apercevras !
— Mais bon sang, dit père indigné, n'est-ce pas la même chose ? Plus vite ou plus
lentement, où est la différence ?
— La différence, cria l'oncle Vania, c'est que c'est une vitesse démentielle !
Vouloir faire en un jour, en un an, ce qui devrait prendre des milliers, des millions
d'années - à supposer, ce qui me semble hautement improbable, que ce soit cela
qui doive se réaliser. Personne n'est fabriqué pour vivre à ce rythme infernal ! Ne
me rebats pas les oreilles avec ton évolution, Edouard, et d'ailleurs, ce n'est pas
à toi de décider ni si ni comment tu dois continuer d'évoluer. Je vais te dire ce
que tu es vraiment en train de faire, Edouard : des pieds et des mains pour sortir
de ta condition. Et cela, outre que c'est vulgaire, petit-bourgeois, bassement
matérialiste, j'ai le profond regret de t'avertir que c'est dénaturé, rebelle,
outrecuidant et sacrilège. Allons, vas-y, dit-il sur un ton de perfidie caustique, dis-
nous la vérité ; tu t'imagines être en train d'engendrer une espèce tout à fait
nouvelle, n'est-ce pas ?
— Ben, dit père mal à l'aise, l'idée m'est passée par la tête qu'il se pourrait...

Roy Lewis, Pourquoi j’ai mangé


mon père.

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
Nom : Classe :
Prénom : Date :

DEVOIR : COMPREHENSION A LA LECTURE /20


EXTRAIT PP 54-57 : « Pourquoi j’ai mangé mon père » (Roy Lewis)

1) Pourquoi Oncle Vania qualifie-t-il le progrès de rébellion ? /2


………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
……………………………..

2) Pourquoi Oncle Vania reste t-il singe en refusant d’agir comme


Edouard ? /3
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
……………………………..

3) Quelle est la réponse d’Edouard ? /2


………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
……………………………..

4) Que reproche Oncle Vania à l’évolution d’Edouard ? (deux reproches)


/4
1)
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
……………………………………

2)
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
……………………………………

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
5) Qu’est-ce qui différencie l’homme Edouard du singe Vania ?
/3
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
……………………………………..

6) De quelle nature est le progrès d’Edouard ?


/3
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
……………………………………..

7) Pourquoi selon lui, est-ce le progrès qui différencie l’homme de


l’animal ? /3
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
……………………………………..

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
CORRIGE : EXTRAIT PP 54-57

1) Pourquoi Oncle Vania qualifie-t-il le progrès de rébellion ?


a. Parce que vouloir s’améliorer c’est ne pas se contenter de ce que la
nature nous a donné, transgresser les lois de la nature, s’expatrier,
se couper de la nature.
progrès = rébellion parce que sort de sa condition

2) Pourquoi Oncle Vania reste t-il singe en refusant d’agir comme


Edouard ?
a. L’animal ne modifie pas la nature : seul l’homme se sépare de la
nature pour agir sur elle
b. il ne veut pas modifier la nature
c. il ne veut pas faire ce pourquoi il n’a pas été « fait » : « nos dents ne
sont pas faites… »

3) Quelle est la réponse d’Edouard ?


a. c’est naturel de vouloir pallier les déficiences de la nature
b. c’est dans la nature de l’homme de s’adapter
c. cf + haut : « évolution n’est pas révolution » : c’est naturel de
vouloir progresser

4) Que reproche Oncle Vania à l’évolution d’Edouard ? : deux reproches


a. De vouloir aller beaucoup trop vite, de précipiter une évolution
naturelle
b. De décider dans quelle direction cette évolution doit se faire, au lieu
de laisser la nature faire les choses.

5) Qu’est-ce qui différencie l’homme Edouard du singe Vania ?


a. l’homme Edouard a conscience de ses limites et tente d’améliorer
ses conditions de vie, il veut progresser, il agit sur la nature.
b. l’animal Vania « reste dans son arbre » se contente de l’évolution
naturelle très lente ; l’animal n’est pas capable de progrès, il peut
seulement évoluer, car il n’est pas capable de penser objectivement
la nature car il ne s’en est pas séparé.

6) De quelle nature est le progrès d’Edouard ?


a. ce sont des outils qui prolongent ses outils naturels : les mains, les
pieds, les dents
qui pallient ses faiblesses : le manque de poils, la faiblesse des dents,
etc…

7) Pourquoi selon lui, est-ce le progrès qui différencie l’homme de


l’animal ?
1) l’homme est un singe qui est descendu de son arbre
2) l’homme pense la nature, il s’en est séparé, et est capable
d’agir sur la nature ;
c’est cette action sur la nature qui lui permet de s’améliorer en palliant
les faiblesses de ses « outils naturels » (ses poils, ses dents, ses mains)

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
Nom : Classe :

Prénom : Date :

Contrôle de lecture /40

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (Roy Lewis)

1-La tribu a quitté la forêt pour la plaine afin de :


 trouver de la viande en abondance
 rechercher le feu
 trouver des femmes à leurs enfants

2- Pourquoi est-il si difficile à la tribu de devenir carnivore :


 car les pithécanthropes n’ont pas de dents.
 car ils ne savent pas cuisiner la viande.
 car en changeant de régime alimentaire, ils doivent faire face à des
indigestions.

3- Toute femme d’un pithécanthrope veut avoir :


 une caverne bien sèche
 un manteau en peau de bête
 des ustensiles de cuisine taillés au silex

4- Edouard quitte la tribu pour :


 rapporter le feu
 rapporter à manger
 rapporter des silex

5- Ne le voyant pas revenir, la tribu pense qu’Edouard :


 a décidé de trouver une autre épouse
 a été dévoré par un crocodile
 a quitté la tribu ne supportant plus Oncle Vania

6- La bête borgne, le gigantesque lézard aperçu par Ernest n’est autre que :
 sa mère
 un mammouth
 son père

7- Dès le lendemain matin, la tribu déménage pour :


 rejoindre la jungle
 une caverne spatieuse
 retrouver Oncle Vania

8- Oncle Ian est :


 un aventurier qui passe son temps à voyager à l’étranger
 un chasseur de mammouths
 mort en combattant un rhinocéros

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
9- Le nom des 5 tantes sont :
 Gudule, Laure, Sidonie, Amélie, Gertrude
 Sidonie, Germaine, Francine, Cémence, Barbe
 Laure, Gudule, Aglaé, Amélie, Barbe

10- Oncle Vania a laissé tomber Tante Laure car :


 elle ne sait pas cuisiner.
 elle ne sait pas grimper aux arbres
 elle a tenté de séduire Edouard

11-Tante Barbe a perdu son époux du fait :


 d’une tarentule qui l’a piqué
 d’un boa qu’il a voulu avaler
 d’un crocodile qui l’a dévoré

12-La tribu ne peut pas trop compter sur Alexandre car :


 il casse tout ce qu’il touche
 il manque de courage
 tout l’intéresse au point de ne jamais finir ce qu’il a commencé

13- Oswald montra très tôt un don pour :


 la peinture
 la taille des silex
 piéger toutes sortes de bêtes

14- La meilleure copine du narrateur se nomme :


 Elsa
 Anne
 Emilie

15-En plus d’Elsa, combien le narrateur a-t-il de sœurs ?


2
3
4

16- Edouard a découvert le feu :


 car la foudre est tombée près de lui.
en le récupérant jusqu’au cratère d’un volcan.
 en embrasant son épieu dans la lave

17- Par un heureux hasard, Edouard invente :


 le lance-flamme
 la culture sur brûlis
 la lance à pointe trempée

18- Edouard exige que les enfants soient éduqués très tôt à :
 la chasse
 la taille des silex
 la cueillette

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
19- Edouard parvient à chasser les crocodiles :
 en les embrochant à l’aide d’un dard suspendu
 en les enflammant à l’aide d’une flèche
 en les assommant à l’aide d’un silex

20- Grâce aux progrès de la chasse, les femmes peuvent se consacrer à :


 la confection de vêtements
 à la cuisine
 aux travaux ménagers et à l’éducation de leurs enfants

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
Nom : Classe :

Prénom : Date :

Contrôle de lecture /30

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (Roy Lewis)

« Le volcan, c’était le feu-père, continuait-il tout en se grattant. Les arbres


étaient fils et filles, mais chacun d’eux ensuite, quand les branches d’un autre
arbre l’approchaient d’assez près, pouvait devenir un feu-père. L’application de
cette découverte m’apparut sans délai : tout ce que j’avais à faire, c’était de
ramasser quelque branche tombée, de l’approcher d’un arbre et de l’emporter.
Plus facile à dire qu’à faire ! car la chaleur, bien entendu, était infernale, et je
crus bien prendre feu moi-même. Mais enfin je réussis : je tenais une branche
enflammée ! J’avais du feu dans mes propres mains ! Criant de joie et de fierté,
je m’élançai, portant haut ce petit volcan à mon bras. J’allais effrayer le lion le
plus féroce à lui en faire perdre tous ses esprits ! Et je courais, joyeux, vers la
vallée. Il me fallut dix bonnes minutes pour m’apercevoir que mon volcan s’était
éteint, et que ce que je brandissais fièrement n’était plus qu’un tronçon noir qui
me brûlait la main.
On n’apprend que par l’expérience», dit père. Il retourna donc sur ses pas pour
faire une seconde expérience, et, s’il le fallait, d’autres et d’autres et d’autres
encore. Il vit et comprit bientôt qu’un petit feu avait tôt fait de dévorer sa
nourriture ; et que, si on ne voulait pas qu’il meure, il fallait lui en donner de
nouvelle. C’est donc ce que fit mon père. Il organisa une sorte de relais. Il mit le
feu à une branche, l’emporta en courant aussi loin qu’il put dans la forêt, arracha
une nouvelle branche avant que le feu n’eût atteint sa main, lui fit prendre feu,
l’emporta, et ainsi de suite. Nous écoutions père bouche bée, car tout cela paraît
simple et logique une fois qu’on l’a vu faire, nous comprenions combien peu ce
l’était avant cette première fois ».

1. A quelle époque se situe ce récit ? Par quels indices le texte confirme-t-il


cette lecture ? /3
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………

2. Qui est le narrateur ?


/2
…………………………………………………………………………………………………
……………………………………………

3. Pourquoi cette découverte du feu est-elle capitale dans le récit et dans


l’évolution de l’humanité ? /3
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)
4ième technique de qualification
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification
4. Quelle idée incarne le père ? Citez une phrase du texte qui témoigne de ce
point de vue.
/4
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………

5. Quel personnage s’oppose à l’évolution de l’espèce dans le roman et pour


quelles raisons ? Quelle est la formule qu’il répète sans cesse et que
signifie-t-elle ? /4
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………

6. « Tout cela paraît simple et logique » : quels sont les procédés dans le
récit qui montrent un enchaînement parfaitement logique des
événements ? /2
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………

7. Malgré cette logique, une personnification montre que les personnages ont
des croyances animistes1. Quelle est cette personnification et que nous
apprend-elle sur les croyances des personnages ?
/3
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………

8. A quel procédé principal tient le comique dans ce texte (et dans tout le
roman) ? /3
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………

1
Animiste : L'animisme (du latin anima « âme ») est une croyance ou religion selon laquelle la nature est régie
par des âmes ou esprits, analogues à la volonté humaine : les pierres, le vent, les animaux… Il se rencontre
surtout chez les sociétés traditionnelles.
« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)
4ième technique de qualification
9. Ce roman illustre l’évolution de l’humanité à travers des expériences et
des obstacles. Croyez-vous qu’on doive continuer à évoluer, ou « retourner
dans les arbres » ? /5
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………

« Pourquoi j’ai mangé mon père » (ROY LEWIS)


4ième technique de qualification