P. 1
Contrôle qualité / Département Filature TIAF : Laboratoire de développement filature et tissage

Contrôle qualité / Département Filature TIAF : Laboratoire de développement filature et tissage

|Views: 1,154|Likes:
Le présent document est un Rapport de visite auprès de la COTONA Antsirabe Madagascar dans le département de la contrôle qualité - filature
Le présent document est un Rapport de visite auprès de la COTONA Antsirabe Madagascar dans le département de la contrôle qualité - filature

More info:

Categories:Types, Research, Science
Published by: RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo on Apr 23, 2011
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/26/2014

pdf

text

original

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo

2007 – 2008

RAPPORT DE VISITE COTONA
Du 19 mars 2008

Contrôle qualité / Département filature TIAF : Laboratoire de développement

Par : RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo (Promotion Spécial) Antsirabe, 31 mars 2008

Filière Textile – Habillement

Page 1 sur 15

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo

2007 – 2008

SOMMAIRE
INTRODUCTION

Partie I : Contrôle qualité (département filature)
Section I : Contrôle fibre I. Contrôle longueur II. Contrôle miellat III. Micronaire IV. Neps V. Résistance à l’allongement VI. Maturité Section II : Contrôle fil I. Numéros métriques II. Uster tester 3 a- Irrégularité b- Finesse c- Grosseur d- Neps e- Pilosité III. Résistance kilométrique IV. Irrégularité des fils V. Torsion

Partie II : Laboratoire de développement (TIAF)
Section I : Teinture et Impression Section II : Résistance au lavage Section III : Analyse de la couleur Section IV : Dureté de la teinture CONCLUSION

Filière Textile – Habillement

Page 2 sur 15

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo

2007 – 2008

INTRODUCTION
La COTONA (ou cotonnière d’Antsirabe) a été créée en 1951 est le groupe SOCOTA en 1957. La Cotona est l'un des principaux employeurs de l'île. La COTONA emplois aujourd'hui 3000 personnes. Ainsi, 60 millions de mètres de textiles sont produits par année dans l’usine. COTONA domine le marché de matière intérieur pour le coton et des matières synthétiques, 20% sont consacrées à la consommation locale du coton à Madagascar et 55% sont livrés à l'exportation1. La réputation de la COTONA s’est acquis au fil du temps. La qualité des « produits fini » de la société joue un rôle primordial dans cette culture de valeur. A travers ce rapport de visite, que nous avons fait le 19 mars 2008, nous essayons de retracer les procédés employés par la firme pour ses différents essais et tests. Le rapport se divise en deux grandes parties : Contrôle qualité (département filature) et Laboratoire de développement (TIAF)

Partie I : Contrôle qualité (département filature)
Le contrôle qualité se fait pour les fibres comme pour les fils. Avant chaque test, les produits (fibre, fil) sont toujours conditionnés. COTONA utilise le four à micro onde pour les conditionnements.

Section I : Contrôle fibre
La société utilise deux variétés de coton : Pima produite par UAVA (Fibre plus longue : longueur comprise entre 32mm et 36mm) ; Akala produite par Hasima (fibre plus courte : longueur

comprise entre 27mm et 31mm)). La société importe jusqu’à 600t/an de fibre de coton via Israël.
1

http://www.madanight.com/articles/tourisme/123-la-cotona.html

Filière Textile – Habillement

Page 3 sur 15

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo

2007 – 2008

Un test se fait pour chaque livraison. Une livraison est en moyenne de 20t avec une balle de 200kg chacune. A la COTONA, dans chaque balle on prélève 20g de fibre (le prélèvement se fait à l’intérieur d’une balle) pour les tests. Ce prélèvement se déroule au moment même du déchargement.

I. Contrôle longueur
Pulling ou étirage manuelle : Ce procédé se fait manuellement en utilisant un double décimètre. On étire un touffe de coton jusqu'à en arriver à une longueur plus ou moins constante sur l’ensemble de touffe, puis on mesure. Ce procédé est la plus utilisé auprès de la société (plus rapide donc économise plus de temps).

Source : ROVA Figure 1 : Pulling de touffe de fibre

Spin lab (Fibrograph 530) : COTONA n’utilise ce procédé que seulement pour moins de 5 pourcent des balles reçus. Il consisté à utiliser une machine appelée Fibrograph.

Filière Textile – Habillement

Page 4 sur 15

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo Source : ROVA

2007 – 2008

Figure 2 : Fibropraph 530

Pour le contrôle longueur, le norme est de 32mm pour la variété Pima est de 29mm pour la variété Akala (norme USDA2).

II. Contrôle miellat
Ce contrôle utilise un thermo détecteur. Il à pour but de quantifié la teneur en miellat (produit par les pucerons et autres insectes sur la fleur de coton) de la fibre de coton. Ce produit endommage la qualité du fil et/ou tissu fini. Procédé : Prélever 2,7g de fibre de coton (prélever sur les 20g destinée pour les tests) ; Introduire dans le Blender (pour avoir une nappe de coton et pour enlever les grosses impuretés (feuilles, tiges, etc.)) ; Envelopper la nappe avec du papier aluminium ; Introduire dans le Thermo à 80° (le temps de pass age dans la machine C est régler automatiquement) ; Refroidir sur la machine (le temps de refroidissement est régler automatiquement) ; Comptage sous projecteurs.

2

USDA : United State Department of Agriculture

Filière Textile – Habillement

Page 5 sur 15

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo

2007 – 2008

La touffe de coton collé sur la feuille en aluminium indique la présence de miellat dans la matière. Le comptage se fait à l’oeil nu sans recours à une loupe ou autres matériels. Le norme à la COTONA est indiquer comme suit : 0 – 12 points collants : passable ; 13 – 19 points collants : faible collage ; 20 – 28 points collants : fort collage ; > 29 points collants : très mielleux. Une valeur ≤ 19 est acceptée par la société. Source : ROVA Source : ROVA Figure 4 : Blender 4,5 – 5,0 : élevé ; > 5 : très élevé. Page 6 sur 15

Figure 3 : Thermodétecteur

III. Micronaire
La société utilise le Fibronaire pour connaître la valeur du micronaire des fibres. Il a pour but de connaître la finesse des fibres. Un échantillon de 3,24g est utilisé pour ce procédé. Pour la société COTONA, les fibres qui ont une valeur micronaire de 3,8 sont appelées fibre fine et ceux de 4,5 sont des fibres lourds. La norme utilisée est celle de l’USDA : 3,5 : très faible ; 3,5 – 3,9 : faible ; 4,0 – 4,4 : moyen ; Filière Textile – Habillement

Figure 5 : Fibronaire

IV. Neps
La société utilise l’Uster neptester 720. Il a pour but de compter le nep contenu dans une touffe de fibre de coton. Pour le procédé, un échantillon de 1 g est pris. La société accepte une valeur inférieure à 50, c’est-à-dire que la 10ème de l’affichage sur la machine doit être inférieure à 50. Source : ROVA Source : ROVA Page 7 sur 15

Figure 6 : Uster nep tester 720 Filière Textile – Habillement

Source : ROVA

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo

2007 – 2008

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo

2007 – 2008

V. Résistance à l’allongement
Ce test est fait pour connaître le carractéristique dinamométrique de la fibre. La société utilise le Spinlab Stelometer. Une très petite quantité de fibre est utilisé comme échanitillon. La résitance toleré par la société est de 21 à 25g/tex (norme) avec une allongement de 6%.

Figure 7 : Spinlab stelometer

VI. Maturité
La société utilise la maturimètre LHOMARGY (Modele ITF, type FI : 10). La norme pour la société est d’un taux de fibre mûre de 70%.

Filière Textile – Habillement

Source : ROVA

Page 8 sur 15

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo

2007 – 2008

Section II : Contrôle fil
Les fils produits dans le departement de la filature de la société sont contrôlés est testés.

I. Numéros métriques
Le titrage utilisé auprès de la société est le Nm. La COTONA produit un fil de 7Nm à 100Nm. Ce dernier est la plus bonne qualité produite par la société. Procedé : Mesurer 100m de fil sur un dévidoir ; Peser sur une balance (numérique) de grande précision. Ce procedé à un marge d’erreur de ±3% (exemple : 68Nm ±3%)

II. Uster tester 3

Figure 8 : Uster Tester 3

Filière Textile – Habillement

Source : ROVA

Page 9 sur 15

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo Plusieurs tests sont possibles par le biais de cet appareil. La durée du contrôle est de 1mn à 20mn (1 – 2,5 – 5 – 10 – 20).

2007 – 2008

Plusieurs types de produits peuvent être tester sur l’UT3. Ainsi, on peut tester un ruban de carde péigné, ruban de carde cardé, un fil peigné et un fil cardé.

a. Irrégularité
C’est l’irrégularité uster ou U%. Il a pour but de mésurer la variation linéaire de l’irrégularité du fil. La vitesse de passage du fil sur la machine est de 400m/mn et la longueur à terster depend du temps de contrôle.

b. Finesse
Défaut Défaut Dans cette analyse, la finesse mesurée est le défaut sur le fil. C’està-dire que la finesse sur un fil est représentée par une section de fil qui à moins de 50% sur sa valeur normale. La norme pour cette analyse est présentée par le cahier de charge du client.

c. Grosseur

Fil

Comme pour la finesse, la grosseur mesurée par l’UT3 est un défaut sur le fil. Contrairement à la finesse, la grosseur sur un fil est représentée par la grandeur des sections plus de 50% à la normale. La norme pour cette analyse est présentée par le cahier de charge du client.

d. Neps
L’analyse des neps d’un fil à la COTONA se fait par rapport à la section normale du fil. Pour un fil conventionnel, une valeur de 200% supérieur à la normale est considérée conne des neps. Pour un fil « open end », une valeur de 280% supérieur à la normale est considérée conne des neps. La norme pour cette analyse est présentée par le cahier de charge du client.

Filière Textile – Habillement

Page 10 sur 15

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo

2007 – 2008

e. Pilosité
La pilosité (désigné par la lettre M) est définie comme la largeur total des poils sur un centimètre de fil. La valeur maximum est de M égale à 7 (M = 7).

III. Résistance kilométrique
L’analyse de la résistance kilométrique (RKM) se fait sur l’Uster Tensorapide 3. Sur la machine, le nombre d’essai est défini à l’avance. Après les tests la machine calcule automatiquement la moyenne et la variance des résultats obtenus. La résistance kilométrique est définie comme la résistance d’un fil à supporter son propre poids. Exemple : si l’RKM d’un fil est de 18 (RKM = 18) donc le poids de 18km de ce fil coupe ce même fil.

Source : ROVA

Figure 9 : Uster Tensorapide 3 Filière Textile – Habillement Page 11 sur 15

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo

2007 – 2008

IV. Irrégularité des fils
Ce test est utilisé quand on obtient une très grande valeur après le test sur l’Uster Tester 3. Ce test consiste à enrouler le fil sur un planchette colorer en noir. Ensuite le comparer avec des images modèles. C’est à partir de cette comparaison qu’on évalue l’importance de l’anomalie. L’anomalie discernée sur le support est parfois une anomalie répétitive sur la machine à filler. Par exemple, on distingue des rayures sous forme de faux bois alors la défaillance se trouve sur le continue à filler (train de laminage).

Figure 10 : Irrégularité des fils

V. Torsion
La société utilise le torsiomètre Zweigle D314. Ce test mesure le nombre de torsion dans un mettre de fil (exemple : 1 115). La machine retord puis tord et retord le fil pour avoir la valeur. La valeur de la machine (pour COTONA) est minorer à 3% (- 3%).

Filière Textile – Habillement

Source : ROVA

Page 12 sur 15

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo Source : ROVA

2007 – 2008

Figure 11 : Zweigler D314

Partie II : Laboratoire de développement (TIAF)
C’est dans cette laboratoire que se fait la mise au point de l’uniteint, c’est-àdire la mise au point du colorant et l’approvisionnement en matière colorant. La plus utilisée est le trichome ajusté à un litre.

Section I : Teinture et Impression
Toute oppération de teinture ou d’impression commence toujours par la mise au point du malange. Ainsi, on procede d’abord au peusage. Par exemple, pour un litre de colorant on ajoute 800ml de colorant et de 200ml d’alcali. La cilicate depend de la concentration (36° gomé, 40° gomé ou 42° gomé) . Pour un colorant on ajoute toujours de l’urée à raison de 50g/l. l’urrée assure la refroidissement de la solution et joue le rôle de « cataliseur ». Pour les pigments on ajoute toujours des agents lin (rôle de fixateur). Il n’y a pas de maturation. On travail dirrectement à une sechage directe (température comprise entre 120° à 150° C C. Pour le coton on utilise le Remazole (Triactif) ou Levafix en tant que reactif. Le pigmentaire est utilisé dans le but d’avoir un tissu délavable ou tous simplement pour les délavages. Pour les alcalis, la société utilise le Remazole ou Triactif (silicate, soude) ou le Levafix. La quantité à utiliser depend de la concentration des colorants (exemple : 20 – 40 : 12,5g/l ; 40 – 60 : 14g/l). Après la peusage, on fait le test de foulardage (Pad Batch). Il s’agit d’un essai avec le tissu à teindre. Le lavage des colorants reactifs se fait dans de l’eau chaude. Avec une température de l’eau comprise entre 60° à 90° C C. Filière Textile – Habillement Page 13 sur 15

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo

2007 – 2008

Une methéde plus moderne est l’utilisation de la cuisine automatique assisté par ordinateur. L’ordinature calcul la quantité de matière à utiliser, fait le peusage et la melange.

Section II : Résistance au lavage
La société COTONA utilise des machines à laver spécial. Suivant la norme demandée par le client. La société utilise l’Electrolux Warcator (Fom 71MB – Lab) et l’Accudry.

Section III : Analyse de la couleur
Cette analyse à pour but de visionner la couleur du tissus dans sa condition réel, c’est-à-dire dans une lumière réelle (exemple : lumière de jour). Cotona utilise deux machines pour l’analyse. Ce sont : Gretag Macbeth, Spectra light III et Verivide CAC 150. Les types de lumière utilisés par ces machines sont : D 67 (lumière du jour) ; TL 68 / FA II ; Cool White : CWF ; Ultra violet (UV) ; Horizon / F.

Section IV : Dureté de la teinture
Il s’agit de frotter le tissu sur une machine spéciale. La société COTONA utilise le Crokmeter Janus H. Heal & Co.Ltd. Le tissu après frottement est ensuite mesurer (la teinture du tissu à tester se transmet au tissus qui la frotte).

Filière Textile – Habillement

Page 14 sur 15

RAZAFINDRABE Rovatiana Harivelo

2007 – 2008

CONCLUSION
Madagascar compte actuellement mois de dix sociétés opérationnelles dans le domaine de la filature et du tissage. La société COTONA se trouve parmi les plus renommé de ces sociétés. Néanmoins, beaucoup sont à améliorer dans la société. Parmi eux la condition de laboratoire (air conditionnée, température ambiant et l’humidité relatif). Si dans le temps avenir la société envisage une demande sur les normes ISO3, ces conditions doivent êtres respecter et des machines doivent être changer (trop vieilles). La perfection n’est jamais atteinte, mais une amélioration régulière est toujours utile.

3

ISO : International Standard Organisation

Filière Textile – Habillement

Page 15 sur 15

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->