Vous êtes sur la page 1sur 7

L'acte administratif unilatéral

L'action administrative comporte un ensemble des décision prises, par les hauts
fonctionnaire des administrations de l'Etat dont la mission prépondérante c'est de
satisfaire l'intérêt général, parmi les moyens utilisés de l'administration , on trouve , l'acte
administratif qui est considéré , l'un des privilège de puissance publique, c'est pour cela,
cet acte est soumis à un régime juridique du droit public, et pris par une autorité
administrative ou par plusieurs autorités agissants dans le même but de la même décision ,
donc c'est un acte par lequel l’administration modifie l’ordonnancement juridique.
Toutefois, il s'agit de savoir la façon avec laquelle ces actes s'exécutent, comment ils
s'élaborent , et quelles sont les circonstances entrainent leur disparition ? pour répondre à
cette problématique, nous allons traiter tout au long de ce sujet dans une première
section, l'de l'acte administratif unilatéral alors que la deuxième sera consacrée pour leur
exécution et leur disparition.

I- L'élaboration des actes administratifs unilatéralaux


L'élaboration de la décision administrative se trouve soumises à un ensemble des règles
plus ou moins contraignantes :

- Règles de compétence (A)

- Règles de forme et de procédure (B)

A-Règle de compétence, de forme et de procédure


Les règles de compétence: La plupart de ces réglés sont d'origine jurisprudentielles, c'est à
dire, elle peuvent être classées en 3 types différents - La compétence en raison de la
matières - La compétence en raison du temps, - La compétence en raison du lieu
-Les réglés de compétence matérielle
La compétence matérielle impose de l'autorité administrative de ne prendre que des
décisions qui entrent dans les domaines de ses attributions. Ce principe de la compétence
matérielle doit être relativisé dans trois hypothèses : La substitution, délégation,
empêchement ou vacances
Concernant la substitution le règlement attribut au supérieures hiérarchique, ou à
l'autorité de la tutelle un pouvoir de substitution, autorisant à édicter, en cas de
défaillance, la décision administratives en lieu et place de l'autorité normalement
compétente. Par ailleurs, la délégation de pouvoirs est un acte juridique par lequel
une autorité (le délégant) se dessaisit d'une partie de ses pouvoirs et les transfère à une
autorité subordonnée (le délégataire). Il existe aussi la délégation par signature qui
n'implique pas le dessaisissement de l de l'autorité déléguant, puisqu'elle porte sur un
simple aspect matériel qui est la signature.
Enfin Dans le cas d'absence ou d'empêchement de l'autorité compétente une technique est
utilisées pour pallier ( remédier ) , cette situation , la suppléance qui suppose qu'en cas
d'absence ou d'empêchement , de longue durée , d'un président du conseil communal il
sera provisoirement remplacé par un adjoint… à défaut par un conseillé communal, ça ce
qu'on appelle , l'intérim par contre n'est généralement pas organisée.
D'autre part , les compétence territoriale impose à l'autorité administrative de limiter son
activité à la circonscription qui lui a été attribuée , cependant , la compétence temporelle
s'intéresses quant à elle à la date d'édiction de la décision administrative.

B- Règles de procédure et de forme


Les règles de procédure sont au cœur du processus d'élaboration de la décision
administrative : délais, qui peut être impératif ou seulement indicatifs, avis ou proposition
qui doivent être recueillis avant la prise de décision, enquête , études d'impact , etc… la
procédure peut être facultatif auquel cas l'auteur de la décision conserve toute liberté pour
suivre ou non l'avis formulé mais aussi pour apporter toute modification à son projet de
décision. Mais la procédure consultative peut parfois être obligatoire dont son omission
entrainera l'annulation de décision. D'autre part la Procédure contradictoire: signifie
qu'avant de prendre une décision qui risque de portée atteinte à son destinataire,
l'administration doit mettre l’intéresse en mesure présenter sa défense.

Par ailleurs les règles de forme ne touchent que l'apparence , l'aspect extérieur de l'acte :
caractère écrit ou non, explicite ou implicite qi signifie le silence gardé par l'administration
pendant quatre mois à l'égard d'une demande d'autorisation , il existe ainsi des décision
implicite d'acceptation , des visas, c'est-à-dire l'ensemble des textes légaux et
réglementaire qi fondent la décision signature et contresignes , et des motivation qui est
l'obligation de motiver les décision administrative individuelle et les décision individuelle
qui dérogent aux règles générale fixée par la loi ou le règlement et les décision individuelle
défavorable qui restreignent l'exercice des liberté publique.

II- Exécution et disparition


Dés que l'acte administratif entre en vigueur il commence à s'exécuter, et parfois c'est
exécution forcée (A) jusqu'à son abrogation et son retrait qui font disparaitre cet acte (B).'

A-L'exécution des actes administratif et l'exécution forcée


Dés son entrée en vigeur, une décision s'insère dans l'ordonnancement juridictionnel,
l'administré qui se conteste sa régularité doit adresser un recours ne sont pas dans la plus
part des cas suspensif de l'exécution de la décision. Lorsque les administrés refusent de se
conformer à une décision , l'administration peut les obliger par plusieurs moyens. La plus
remarquable étant l'exécution forcée.
L'exécution forcée peut se faire soir par voie juridictionnelle qui consiste pour
l'administration à demander au juge l'autorisation d'employer la force publique , pour
faire respecter la décision administrative mais cette décision doit être prévue par la loi ,
soit par voie administrative qui présente un caractère exorbitant et exceptionnel, puisque
l'administration seule ici de recours à la contrainte par exemple , mise en fourrière , dans
ce cas l'administration agit d'office , toutefois , l'exécution d'office est soumise faut qu'elle
soit rendue nécessaire en raison d'une désobéissance, ainsi qu'il faut qu'elle se limite par
ce qui est strictement nécessaire pour respecter la loi.

Le refus d'application de ces décisions, entraine des sanction de nature pénales, qui sont
prononcée par les juridictions répressive , et doivent être prévue par un texte , c'est à dire
une loi ou un décret. Il entraine également des sanction de nature administrative qui sont
très diverse , et elle sont infligée par une autorité administrative comme , la fermeture de
certains établissement , la suspension de permis de conduire..

B- La disparitions des décisions administratives


Toute décision administrative, peut sortir de vigueurs et n'être plus applicable pour
l'avenir , c'est l'abrogation ou bien elle disparait avec effet rétroactif , comme si elle
n'avait jamais existé c'est le retrait.

Concernant l'abrogation elle fait disparaitre une décision pou l'avenir , on distingue
l'abrogation des régalements administratif , c'est quand un règlement peut toujours être
abrogé par l'autorité compétente n les administrés n'ayant aucun droit au maintient d'un
règlement, et l'abrogation des décision individuelle dans laquelle on doit distinguer entre
les décision individuelle non créatrice de droit comme le cas des autorisation temporaire et
précaire, et les décision individuelle créatrice de droit , qui ne peuvent être abrogées que si
la loi les prévoit , comme la nomination d'un fonctionnaire.

Par ailleurs le retrait entraine la disposition rétroactive de l'acte considéré comme n'avoir
jamais produit des effets on distingue également, entre le retrait des décisions régulière et
irrégulière.

Dans le retrait des décision régulière on doit distinguer entre les décision créatrice de droit
qui ne peuvent retirer que dans trois cas : en vertu d'une loi, en application d'une décision
de justice, ou lorsque le retrait est demandé par le bénéficiaire de décision. , et la décision
non créatrices de droits.

En ce qui concerne les décision irrégulière non créatrices de droit , peuvent être retirées à
tout moment , par contre celles créatrices des droits ne peuvent être retirer que dans
certains condition précise.
I-Notion du contrat administratif

Pour assimiler cette notion , il convient d’abord , d’établir une distinction entre
le contrat administratif et le contrat du droit privé (A) , et puis on doit
mentionner les critères du droit administratif ( B)

A- Distinction entre le contrat administratif et le contrat du droit privé

Le contrat administratif suppose un accord de volonté : le consentement des


parties au contrat. Mais , le droit des contrats administratifs se caractérise
par les facultés laissées à l’administration de modifier unilatéralement les
termes des contrats. Cette pratique s’explique par la satisfaction de l’intérêt
général par l’administration.

B- Les critères du contrat du administratif

En effet , il existe deux types de contrats, le premier ; un contrat par


détermination législative qui se représente parfois d’un texte qui attribue,
expressément la connaissance de leurs contentieux à la juridiction
administrative, et la deuxième ; par la détermination jurisprudentielle , qui
comporte deux critères , le premier organique c'est-à-dire que le contrat ne
peut être administratif que si l’un des deux parties est une personne
publique sauf exception dans le cas du mandat qui autorise à une personne
privée d’agir pour le compte d’une personne publique . Le deuxième critère
c’est le critère alternatif , de ce fait , le contrat doit contenir une ou plusieurs
clauses exorbitantes du droit commun, exclues des relations entre
particuliers, mais inégalitaires , des garantit unilatérale , conféré à la
personne publique ou le pouvoir de contrôle ou d’arbitrage de l’autorité
administrative. Sauf exception, le contrats passés entre un SPIC et ses
usagers sont toujours des contrats de droit privé.
II- Formation et l’exécution des contrats

Cette formation comporte la forme et l’intérêt des contrat, ainsi que la procédure
de conclusion des marchés publics (A) Avant que le contrat soit exécuté (B)

A- la forme et l’intérêt du contrat, ainsi que la procédure de conclusion des


marchés publics.

Généralement, les contrats administratifs se présentent administratifs se


présentent sous une forme épineuse, quant à leur contenue, les contrats
administratifs sont constitués de clauses relatives à l’objet et au pire, ainsi que
de cahiers de charge établis par l’administration et qui fixent les conditions
d’ exécution du contrat.
On distingue trois types de cahier de charge :
- Les cahiers des clauses administratives générales applicable à tous les
marchés des travaux , fourniture ou service ou à une catégorie particulières
de ces marchés.
- Les cahiers de prescriptions commune fixant les dispositions techniques
applicables à tous, les marchés de même nature à tous les marché passés
les marchés par un même département ministériel.
- Les cahiers des prescriptions spéciales fixant les clauses propres à chaque
marché.

En ce qui concerne la procédure de la conclusion des marchés publics, on


relève trois modes de passations des marchés :
D’une part on trouve l’appel d’offre qui a remplacé, l’Adjudication consiste à
attribuer le marché au moins 10 ans à celui qui a proposé le prix le plus bas ,
l’appelle d’offre a pour principale caractéristique, la concurrence et la
publicité. Selon cette procédure , le contrat est conclu avec le
soumissionnaire qui présente l’offre le plus intéressent en égarât à divers
élément dont le prix, l'expériences etc. .. , l’appel d’offre peut être ouvert ou
restreint , lorsqu’il est retreint , les candidats se choisissent par
l’administration . De même que l’appel d’offre peut être avec ‘’ présélection
lorsque seuls sont autorisés à présenter des offres, les candidats des
capacités techniques et financière.
D'autre part un marché peut être passé sous concours lorsque des motifs
d'ordre techniques, esthétique, ou financiers justifiés les recherches
particulières. Un juré possède au classement des propositions qui
deviennent la propriété de maitre d'ouvrage.
Enfin le marché est négocié lorsque l'Administration engage librement des
discussion avec les candidats de son choix et attribue le marché au candidat
avec lequel, il a pu s'entendre. Les cas de recours au marché négocié sont
fixé de manière limitative comme la nécessité de la sécurité publique.

B- L'exécution du contrat
Lors de l'exécution des contrats administratif, il y a un certain nombre de prérogatives se
justifient par le caractère exorbitant des pouvoirs administratifs qui vise l'intérêt général.
Ces prérogatives sont les conséquences des principes de la continuité et mutabilité. Ces
prérogatives sont au nombre du 4 :

1- le pouvoir de contrôle et de direction qui permettent à l'administration d'exiger des


renseignements de son cocontractant et de lui donner des instructions.

2- Un pouvoir de sanction par l'administration qui peut recourir soit à des sanctions
pécuniaire comme amende en raison de pénalité de retard soit à des sanctions
coercitives comme la mise en régie d'un marché des travaux publics, sanctions
résolutoires, qui constituent une résolution du contrat au tort du titulaire

3- Un pouvoir de modification unilatérale, limité toutefois aux clauses intéressantes, le


fonctionnement du service public

4- Un pouvoir de résolution unilatérale dans l'intérêt des services publics

En ce qui concerne les droits et obligations du cocontractant, la seule obligation c'est


l'exécution du contrat qui n'a pas de limites que la force majeure ou la résiliation.

Les droits des cocontractants sont essentiellement pécuniaires comme le droit de paiement
du prix fixé par le contrat règle de l'équilibre financier qui l'autorise de réclamer des
indemnités en cas de sujétion imprévu, au d'application de la théorie de "fait du prince".

Toutefois il peut y avoir des faits nouveaux lors de l'exécution des contrats administratifs.

1- La force majeure qui peut être indépendante de la volonté des parties imprévues,
imprévisibles et insurmontables en ce sens qui le rentent totalement impossible l'exécution
du contrat.

La force majeure constitue une exception au principe de continuité des services publics.

Elle autorise le cocontractant a s'exonérer de son obligation d'exécution et à demander


éventuellement au juge la résiliation du contrat .

2- L'imprévision : L'événement doit être également indépendant de la volonté des parties


imprévues et imprévisibles , l'événement doit un provoquer véritable bouleversement dans
l'économie du contrat et non pas un simple déficit.
L'indemnité d'imprévision versée par l'administration ne couvre pas la totalité du préjudice
subit : Elle se contente d'opérer entre les parties , une répartition équitable des charges
venue grever l'exécution du contrat.

La théorie de l'imprévision ne vise que les difficultés d'exécution passagères.

3- Le fait du prince

Les difficultés rencontrées ici sont la conséquence directe de mesures éditées par
l'administration. Il s'agit là d'une application du principe de mutabilité ou d'adaptabilité
des services publics, ce pouvoir exorbitant doit se concilier avec la règle de l'équilibre
financier du contrat. A la différence de l'imprévision, toute aggravation ouvre droit a
répartition et celle-ci doit compenser intégralement la préjudice sur par le contractant.