Vous êtes sur la page 1sur 5

  Université

 Badi  Mokhtar  Annaba                                                                                                                                                      Cycle  Licence.  Semestre  I  


                             
     Département  d’architecture                                                                                                                                                                        THEORIE  DU  PROJET    
   

  Cours    n°2  
   
 
La  profession  d’architecte  
 
 
 

Rôle  de  l’architecte  :  


Le   mot   architecte   vient   du   grec   «  arkhitecton  »   qui   est   composé   de   «  arkhos»  :   chef   ou  
maître  et  de  «  tektôn  »  qui  veut  dire  charpentier.  L’architecte  est  le  praticien  qui  se  charge  
de   concevoir   des   édifices   et   de   diriger   leur   construction.   Il   est   artiste   au   même   titre   que  
technicien,   son   activité   est   à   la   fois   intellectuelle   et   manuelle   et   demande   de   la   créativité,  
des  connaissances  techniques  et  le  sens  de  la  responsabilité.  
 
L’architecte   participe   à   tout   ce   qui   est   lié   à   l’aménagement   de   l’espace,   il   intervient   dans  
l’acte   de   bâtir   en   tant   que   maître   d’œuvre  :   celui   qui   conçoit   le   projet   à   construire   (le   projet  
conçu   par   l’architecte   est   considérée   comme   œuvre),   il   est   chargé   par   un   client   ou   maître  
d’ouvrage,  (‘ouvrage  désigne  le  bâtiment  réalisé)  qui  peut  être  public  ou  privé,  d’établir  les  
plans  des  bâtiments  à  réaliser  et  de  suivre  les  chantiers  de  construction.  
 
Ainsi   donc,   après   la   conception   et   l’établissement   des   plans   de   l’œuvre   envisagée   et   leur  
approbation   par   le   maître   d’ouvrage,   l’architecte   assiste   ce   dernier   pour   désigner  
l’entreprise   de   réalisation   du   projet,   il   sera   par   la   suite   chargé   de   contrôler   les   travaux   du  
point  de  vue  technique  et  financier  pour  le  compte  du  maître  d’ouvrage.  
 
Domaines  d’intervention  de  l’architecte  :  
L’architecte  intervient  dans  divers  domaines  :  
-­‐ Conception  d’édifices  nouveaux  
-­‐ Réhabilitation  et  restauration  de  bâtiments  anciens  
-­‐ Décoration  intérieure  
-­‐ Elaboration  de  plans  d’urbanisme  
-­‐ Elaboration  de  programmes  
-­‐ Préparations  de  marchés  de  constructions  
-­‐ Suivi  de  travaux  
-­‐ Conseil  et  expertise  
-­‐ Enseignement  et  recherche  scientifique    
 
 

1  
 
 

Qualités,  moyens  de  création  et  d’expression  :  


Si   les   peintres   et   sculpteurs   possèdent   des   matières   propres   à   leur   art   pour   exprimer   des  
idées   qu’ils   matérialisent   sur   papier,   bois   ou   tout   autre   support,   l’architecte   crée   des   formes  
et  des  espaces  destinés  à  répondre  à  des  impératifs  d’utilisation  humaine.  Il  matérialise  en  
premier   lieu   ses   idées   par   le   dessin,   il   met   en   forme   les   espaces   en   utilisant   l’élément  
minéral  :  la  pierre,  le  verre,  le  fer  ou  l’élément  végétal  :  le  bois  et  autres,  qu’il  met  en  scène  
avec  la  lumière  et  la  couleur.  
Dans   toute   démarche,   l’architecte   associe  sensibilité   artistique   et   rigueur   scientifique   qui  
permet   d’adapter   sa   création   aux   exigences   du   contexte   physique,   social,   économique   et  
culturel.   En   plus   des   capacités   d’expression   artistique   et   technique,   l’architecte   doit  
posséder  une  faculté  d’expression  orale  et  écrite  qui  lui  permet  de  présenter  son  œuvre  et  
d’argumenter   ses   choix   mais   aussi   de   rédiger   les   rapports   nécessaires   à   ses   missions  
administratives.    
Caractère  de  la  profession  :  
Dans   la   vie   active,   l’architecte   peut   opérer   à   titre   privé   ou   dans   une   institution   publique  
comme  fonctionnaire  de  l’état  dans  une  administration  telle  que  les  directions  d’urbanisme  
(DU)  ou  celle  du  logement  et  des  équipement  publics  (DLEP)  ou  encore  dans  des  services  liés  
aux   mairies   (APC),   il   représentante   dans   ce   cas   le   maître   d’ouvrage   et   veillera  
essentiellement   à   la   bonne   conduite   des   travaux   par   les   entreprise,   ou   sera   chargé   de  
délivrer   des   permis   de   construire   ou   de   démolir   ou   bien   d’autres   missions   relative   à  
l’aménagement  urbain.    
 
Dans   le   domaine   privé,   le   métier   d’architecte   est   réglementé   par   des   lois   (voir   arrêté  
ministériel  du  15  mai  1988    journal  officiel  du  26  octobre  1988  et  décret  législatif  du  18mai  
1994   celui   du   25   mai   1994).   Ainsi,   l’architecte   peut   exercer   une   fois   inscrit   à   l’ordre   des  
architectes  soit  comme  employé  ou  associé  soit  dans  sa  propre  agence  qu’on  appelle  bureau  
d’études  ou  cabinet  d’architecte,  il    sera  lié  au  maître  d’ouvrage  par  un  contrat  de  maîtrise  
d’œuvre.    
 
Au   sein   du   bureau   d’études,   l’architecte   peut   être   amené   à   travailler   avec   une   équipe  
pluridisciplinaire  composée    
-­‐ d’architectes  :   un   ou   plusieurs   selon   l’importance.   Ils   peuvent   être   associés   ou  
employés.  
-­‐ d’ingénieurs  :   en   génie   civil   (béton   armé   et   structures)   chargés   du   calcul   et  
dimensionnement   des   structures,   et   autres   techniciens   dans   différents   secteurs  :  
électricité,   plomberie,   chauffage   et   climatisation,   etc.   qui   seront   chargés   d’établir   les  
plans  technique  de  chaque  spécialité.    
-­‐ Des  projeteurs  :  chargés  de  mettre  à  l’échelle  les  esquisses  de  l’architecte.  
-­‐ Les  dessinateurs  :  chargés  de  la  présentation  et  du  rendu  définitif  des  éléments  mis  
en  forme.  

2  
 
 

-­‐ Métreurs  vérificateurs  :  qui  évaluent  les  travaux,  effectuent  le  métré  des  éléments  du  
projet   et   préparent   les   devis   et   marchés   familièrement   désignés   par   «  pièces  
écrites  »  par  opposition  aux  dessins  qui  sont  appelés  pièces  graphiques.    
 
Les  phases  du  projet  :  
La  mission  de  l’architecte  est  composée  de  quatre  phases  :  
-­‐ L’établissement  des  plans  du  projet  selon  trois  étapes  successives  :  
• Esquisse  
• Avant-­‐projet  
• Projet  d’exécution  
-­‐ L’établissement  des  marchés.  
-­‐ Le  suivi  technique  du  chantier.  
-­‐ Le  suivi  financier  et  l’établissement  des  pièces  comptables.  
 
a-­‐ L’établissement  des  plans  du  projet  :  
La   création   ou   conception   architecturale   est   en   réalité   un   processus   complexe   qui  
comporte  plusieurs  étapes  
§ Une   première   étape   consiste   en   une   discussion   avec   le   client   ou   maître  
d’ouvrage   pour   connaître   sa   demande,   ses   besoins   et   aspirations.   Le   maître  
d’ouvrage  peut  avoir  à  ce  stade  un  programme  défini  du  projet  ou  demander  
à   l’architecte   de   l’élaborer.   Ce   programme   doit   décrire   de   façon   détaillée   et  
précise   le   projet   à   réaliser   en   indiquant   les   fonctions,   les   surfaces   et  
caractéristiques  techniques  des  espaces  à  réaliser.  
A   ce   stade,   l’architecte   peut   évaluer   le   budget   à   consacrer   au   projet   et   doit  
prendre  connaissances  des  différentes  contraintes,  exigences  et  besoins  ainsi  
que  toutes  les  données  avec  lesquelles  il  devra  composer.  
 
ü Les  données  :  concerneront  
-­‐ Le   terrain  :   plans   cadastraux,   relevé   de   terrain   précisant   les   limites   cotées  
(dimension),   les   limites   de   propriétés   voisines,   les   servitudes   d’alignement   et   de  
passage,  les  ouvrages  existants,    
-­‐ la  végétation    
-­‐ L’hydrologie    
-­‐ La  géo-­‐technie  :  qui  précise  la  nature  du  sol,  les  données  sismiques  
-­‐ Le   climat  :   pluviométrie,   températures   minimales   et   maximales,   périodes   de   gel,  
orientation  et  force  des  vents.  
-­‐ Les   réseaux   extérieurs  :   voies,   réseaux   d’assainissement,   d’alimentation   en   eau  
potable  et  énergie  (gaz,  électricité)    
 

3  
 
 

ü Les  besoins  :  qui  permettront  de  définir  les  espaces,  leurs  surfaces  et  
leurs   relations   fonctionnelles   ainsi   que   leurs   caractéristiques  
qualitatives  et  techniques.  
 
ü Les   contraintes  :   se   sont   généralement   les   règlements   à   respecter   tels  
que   les   règlements   d’urbanisme,   exemple  :   coefficient   d’occupation  
du   sol   COS   ou   coefficient   d’emprise   au   sol   CES,   le   prospect   et  
différentes  servitudes.  
 
ü Les   exigences  :   qui   peuvent   être   les   conditions   que   le   maître  
d’ouvrage   impose   à   l’architecte   telles   que   la   date   de   mise   en   service  
de   l’ouvrage   ou   les   prix   plafonds   à   respecter.   Elles   peuvent   être  
d’ordre  technique  ou  administratif  et  financier  mais  généralement  pas  
d’ordre  architectural,  sur  cet  aspect  il  peut  y  avoir  discussion  entre  ces  
deux  partenaires.  
 
§ L’esquisse  :   c’est   l’étape   de   conception   préliminaire   et   de   recherche   des  
grandes  lignes  architecturales.  Elle  a  pour  but  de  fixer  les  idées  sur    
ü l’organisation  spatiale  :  qui  définit  la  distribution  en  plan  des  différents  
espaces  
ü la  volumétrie  :  qui  rend  compte  de  la  forme  du  projet.  
 
             L’esquisse  définit  ainsi  le  parti  architectural  ou  choix  retenu  par  l’architecte  et  
           exprime  à  la  fois  une  idée    et  les  réponses  aux  différentes  contraintes.  L’architecte  
           peut  à  ce  stade  présenter  plusieurs  variantes  que  le  maître        d’ouvrage  juge,  il  
           émet  alors  des  réserves  que  l’architecte  doit  lever  pour  poursuivre  son  étude.  
 
§ L’avant   projet  :   cette   phase   importante   est   dite   de   recherche   et   de   définition  
du   choix   structurel   et   son   adaptation   à   l’organisation   spatiale   définie   au  
niveau  de  l’esquisse.  Cette  étape  fait  ressortir  des  éléments  qu’on  ne  peut  pas  
maîtriser   à   l’esquisse   car   on   passe   à   une   échelle   supérieure   (de   1/200   à  
1/100),   cela   permet   d’affiner   et   de   préciser   les   choix   fixés.   On   peut   aussi   à   ce  
stade  formuler  une  estimation  préliminaire  (coût  du  projet).  
 
§ Le   projet   d’exécution  :   après   approbation   de     projet   l’avant   par   le   maître  
d’ouvrage,   l’architecte   procède   à   l’établissement   du   dossier   d’exécution  :  
c’est  l’ensemble  des  plans  et  détails  du  projet.  Ce  dossier  comporte  :  
ü Un   dossier   graphique  :   comportant   l’ensemble   des   plans   à   l’échelle  
1/50  et  détails  à  des  échelles  supérieures.  
ü Les   pièces   écrites  :   composées   d’une   note   explicative,   d’un   devis  
descriptif   et   d’une   estimation   financière   du   projet.   Ces   pièces  

4  
 
 

comportent   également   le   cahier   des   charges   qui   servira   à   la  


consultation  des  entreprises.  
 
               A  ce  moment  la  demande  du  permis  de  construire  peut  être  introduite  auprès    
               des  autorités  compétentes  et  l’architecte  assiste  le  maître  d’ouvrage  jusqu’à  
               l’obtention  du  permis  de  construire.  
 
b-­‐ Consultation  des  entreprises  :    
L’architecte   a   aussi   pour   mission   d’aider   le   maître   d’ouvrage   dans   la   consultation   des  
entreprises  de  réalisation  sur  la  base  du  devis  quantitatif  établi.  La  consultation  des  
entreprises  se  fait  selon  trois  modes  :  (la  différence  dépend  du  montant  du  projet)    
-­‐un  avis  d’appel  d’offres  
-­‐  une  consultation  restreinte  
Un   dossier   d’exécution   ainsi   qu’un   cahier   des   charges   sont   remis   aux   entreprises  
pour  soumission,  ces  entreprises  de  réalisation  proposent  alors  leur  offre  financière  
sous  pli  anonyme.  Le  maître  d’ouvrage,  assisté  par  le  maître  d’œuvre  procède  alors  à  
l’ouverture   des   plis   par   d’une   commission   qui   examine   et   vérifie   les   propositions  
pour  choisir  celle  qui  présente  la  meilleure  offre  de  coût,  de  délai  et  moyens  humains  
et  matériels  ainsi  que  des  références  satisfaisantes.    
 
Un   marché   (contrat)   est   alors   établi   entre   le   maître   d’ouvrage   et   l’entreprise   de  
réalisation   qui   entame   les   travaux   après   l’émission   d’un   ordre   de   service   (ODS),   le  
suivi   des   travaux   est   assuré   régulièrement   par   l’établissement   des   attachements  
mensuels   (métré   des   travaux   réalisés   durant   une   période   donnée)   qui   doivent   être  
approuvés   par   les   contractants   et   leurs   représentants   ce   qui   permet   d’établir   des  
situation   de   travaux   pour   délivrer   des   factures   par   le   maître   d’ouvrage   pour   le  
compte  de  l’entreprise.  A  la  fin  des  travaux  un  procès  verbal  de  réception  provisoire  
est  établi  pour  une  durée  déterminée  par  le  contrat  au  bout  de  laquelle  une  caution  
de  garantie  est  libérée  ou  pas  selon  la  levée  des  réserves  pour  la  signature  du  procès  
verbal   de   réception   définitive   par   les   membres   du   contrat   et   la   mise   en   service   du  
projet.  
 
La  responsabilité  technique  et  éthique  de  l’architecte  :  
«  L’architecte  est  seul  responsable  du  produit  qui  naît  sur  sa  table  à  dessin,  le  projet  porte  sa  
signature.   Aucun   politicien   ou   financier   ne   déchargerait   la   profession   d’architecte   de   sa  
responsabilité,   l’erreur   d’un   plan   mal   planifié   lui   incombe  »   Robert   KRIER.   L’architecte   est  
donc  soumis  à  la  fois  à  une  responsabilité  technique  et  aussi  éthique  (morale,  comme  tout  
métier   régi   par   un   code   de   déontologie).   Il   doit   être   doté   d’un   esprit   de   synthèse   et   avoir  
une   culture   étendue   et   se   singularise   par   son   originalité,   sa   capacité   à   l’écoute   et   à  
l’observation,  sa  sensibilité  à  ce  qui  l’entoure.    
 

5