Vous êtes sur la page 1sur 2

ECOTOXICOLOGIE

CHAPITRE I : INTRODUCTION

I – CRÉATION DE L’ÉCOTOXICOLOGIE

L’écotoxicologie est l’étude du devenir des polluants dans les milieux et leurs effets sur les écosystèmes. Certains laboratoires se
destinent alors à l’étude de cette matière au niveau cellulaire ou moléculaire.
Au cours de l’histoire on a pu constater certaines catastrophes chimiques révélant trois points cruciaux :
- Les polluants chimiques peuvent avoir des conséquences néfastes pour l’homme
- Les polluants chimiques peuvent se transformer en produits vraiment toxiques, par l’action de paramètres biotiques ou
abiotiques
- Les polluants chimiques peuvent se transférer et se biomagnifier (c'est-à-dire accroitre son taux à chaque échelle
trophique) dans les chaines alimentaires et jusqu’à l’homme.
Les inquiétudes autour de ces trois points ne sont venues qu’à partir des années 90, lorsque pas mal de pathologies ont alors été
assignées à ces pollutions, au-delà même de l’homme et des espèces avoisinantes :
• Problèmes d’augmentation de stérilité et extinctions d’espèces à la suite de la contamination au DDT
• Maladie d’Itai-itai (décalcification des os) répandue aux gens qui mangent du poisson ou du riz, du à la contamination
de l’eau par le cadmium (accumulé dans le riz)
• Maladie de Minamata également due au poisson, mais cette fois c’est une contamination au mercure.
Les polluants organiques sont lipophiles et peuvent se bioaccumuler dans l’organisme. Le foie sert alors d’outil de détoxification
pour faire face à un xénoorganisme. On biotransforme le produit à l’aide de cytochrome p450, ou on élimine carrément celui-ci
lentement.
La persistance est le facteur de toxicité sur le long terme.

Du fait de cette prise de conscience il devenait donc nécessaire de connaitre :


- La toxicité potentielle du polluant
- Le devenir de celui-ci
- Son impact sur les espèces vivantes
- Le mécanisme de toxicité qu’il utilise
Ce fut donc l’émergence d’une nouvelle matière : l’écotoxicologie, née de la mise en accord entre les différentes factions qui se
partageaient la discipline depuis les années 60 : écologistes, pharmacologues, etc.… Cette nouvelle discipline est chargée
d’établir les effets des agents chimiques, physiques et biologiques sur l’ensemble des organismes vivants, à différencier de la
toxicologie environnementale qui ne se charge que de la santé humaine. Elle intègre le concept d’évaluation des risques pour
peser le risque en rapport aux bénéfices et est donc pluridisciplinaire puisque concerne toutes les sciences mais également du
droit (règlements comme REACH). C’est une science basée sur les états anormaux des systèmes.

II – LA POLLUTION

La pollution est une modification défavorable du milieu naturel apparaissant comme un sous-produit de l’action humaine
altérant les critères de répartition :
 Des flux d’énergie
 De la constitution physico-chimique
 De l’abondance des espèces vivantes
C’est donc une substance, naturelle ou anthropique, introduite par l’homme dans un biotope ou elle était absente ou présente
en quantité non-dangereuses.

Afin de mesurer cette pollution, les écotoxicologues peuvent utiliser les techniques de saprobie c'est-à-dire référencer un
certain nombre d’organismes qui se trouvent très présent lorsque l’eau est très bonne, lorsqu’elle est de qualité moyenne, ou
lorsqu’elle est sale. Ainsi, le fait de retrouver ces organismes donnera la qualité de l’eau.

Les produits anthropiques qui peuvent arriver en Mer et ayant des effets polluants sont donc :
• Marées noires
• Armement (munitions)

Par Krys3000 (Groupe « The Trust » - http://www.cours-en-ligne.tk/) Page 1


• Déchets des bateaux (peintures des coques – cuivre, stannates désormais interdits)
• Déchets industriels et nucléaires
• Epaves
• Engrais et Pesticides
• Eaux d’égouts
On peut les répartir entre plusieurs catégories : les déchets dégradables, essentiellement organiques et sujets aux attaques
bactériennes, les déchets stables (métaux lourds, halogénés) ou déchets inertes (solides).

III – LES CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

Tous les éléments naturels ou anthropiques libérés effectuent des cycles entre biosphère et les autres compartiments comme la
lithosphère, l’hydrosphère ou l’atmosphère.

Les réseaux trophiques qui composent les écosystèmes sont composés de :


- Producteurs primaires (autotrophes)
- Consommateurs primaires (herbivores)
- Consommateurs secondaires (carnivores, omnivores)
- Décomposeurs (bactéries qui dégradent les détritus végétaux et animaux).

Par Krys3000 (Groupe « The Trust » - http://www.cours-en-ligne.tk/) Page 2