Vous êtes sur la page 1sur 13

Indices boursiers-1 : les bases

Résumé :

Comment les indices sont-ils calculés ?

Quelles informations transmettent-ils ?

Après une présentation de la gamme des indices français, nous ferons un tour d'horizon des
principaux indices étrangers, en insistant sur le mode de sélection des titres.

Sommaire :

1. Présentation
1.1. Un indicateur synthétique de performance
1.2. Les modes de calcul

2. Les principaux indices français et étrangers


2.1. Les indices français
2.2. Les principaux indices internationaux

Mise à jour : 2016-08-08


Auteur : Fabien Joly
Expert : Y.B.
ISSN : 1623-3255

Page 1/13
A. Présentation
1. Un indicateur synthétique de performance
1.1. Définition
1. Un résumé du marché

Un indice peut-être défini comme un indicateur synthétique de la performance d'un marché boursier depuis une
date donnée. Il permet d'évaluer le sens et l'ampleur des mouvements de cours des titres cotés à partir d'un panier
de titres jugé significatif. Le mode de sélection de ces titres est différent selon le rôle qui est attribué à l'indice.
Afin de garantir une bonne représentativité de l'indice, le panier doit être régulièrement mis à jour.

L'indice se caractérise d'abord par son niveau indiqué en points. Le niveau de l'indice reflète l'évolution du panier
depuis la date de base. D'un jour sur l'autre, un indice varie ; cette variation est mesurable en points ou en
pourcentage. Cette donnée brute peut être enrichie par la description du nombre de titres en hausse et du nombre
de titres en baisse.

2. L'indice n'est pas coté, il est calculé

Il faut bien comprendre qu'en dehors des produits dérivés, les indices ne sont pas cotés par confrontation de l'offre
et de la demande ; ils sont calculés en fonction du cours des titres leur servant de base.

1.2. Promoteurs des indices


Les promoteurs des indices boursiers viennent d'horizons différents :

1. Les autorités de marché diffusent des indices pour promouvoir leur place et servir de support à des contrats
dérivés.
2. Les agences de diffusion d'information ; Dow Jones et Financial Times, qui entrent dans cette catégorie,
publient toutes sortes d'indices.
3. Certains brokers calculent par intérêt commercial ou pour leurs besoins internes des indices : c'est le cas
notamment de Morgan Stanley.

1.3. Utilité des indices


La multiplication des indices reflète bien la demande issue des investisseurs. Dans un contexte d'explosion de
l'information, les indices apportent une mesure globale, porteuse d'une information agrégée. Concrètement, les
indices servent :

1. De benchmark (étalon de performance) pour les gérants de fonds,


2. D'outil d'analyse des tendances globales ou détaillées par secteur ou par taille des entreprises,
3. De support à des produits dérivés comme des options ou des contrats à terme qui permettent de se couvrir,
d'arbitrer ou de spéculer.

Il faut bien comprendre que les indices sont des indicateurs économiques permettant de saisir les anticipations des
investisseurs sur la conjoncture d'un pays. Un indice action majeur qui augmente aux Etats-Unis est un signe de la
confiance des investisseurs dans la croissance de l'activité économique.

Page 2/13
Page 3/13
2. Les modes de calcul
2.1. Indices pondérés par les capitalisations boursières
1. Le mode de calcul du CAC 40

Les indices les plus couramment utilisés sont des indices de capitalisation nue : c'est notamment le cas du CAC
40.

Leur mode de calcul est le suivant :

Dans cette formule, la capitalisation boursière de l'échantillon est obtenue en additionnant la capitalisation
boursière (cours multiplié par nombre de titres) de chaque titre compris dans l'échantillon. La valeur de base
correspond à la valeur d'origine de l'indice, par exemple 3400 le 01/10/2012 pour le CAC 40.

2. Les opérations en capital ne doivent pas influencer l'indice

La capitalisation boursière de base est égale à la capitalisation de l'échantillon à la date de début du calcul de
l'indice. Mais on est obligé de l'ajuster à chaque modification du capital des entreprises entrant dans l'échantillon
(augmentation de capital en numéraire, détachement d'un droit de souscription, distribution d'actions gratuites,
réduction de capital, ...) ainsi qu'à chaque modification de la composition du panier de titres servant de support à
l'indice. Le coefficient d'ajustement de la capitalisation de base est la garantie de la continuité de la valeur de
l'indice après chacun de ces événements : la valeur de l'indice ne doit pas être influencée par les opérations en
capital.

3. L'influence d'un titre est le produit de sa pondération par sa variation

Lorsque le CAC 40 progresse de 0,5% cela signifie que la capitalisation boursière des valeurs entrant dans sa
composition a globalement progressé de 0,5%. Il suffit pour cela que les progressions soient concentrées sur les
valeurs ayant le poids le plus important sur l'indice, ou bien qu'un titre sorte particulièrement du lot.

En effet, l'influence d'un titre sur la variation d'un indice de capitalisation est égale au produit de son poids dans
l'indice et de sa progression.

Exemple :

Par exemple, supposons que l'indice CAC 40 progresse de 0,5 %.

L'Oréal annonce des résultats en forte hausse et progresse de 8,5 % dans la journée.

L'Oréal pèse à ce moment là 5,3 % de la capitalisation boursière de l'échantillon des 40 valeurs composant
l'indice.

La contribution de L'Oréal à la hausse de l'indice est facile à calculer :

Page 4/13
Contribution de L'Oréal = Pondération x Variation = 5,3 % x 8,5 % =0,45 %

A lui seul, L'Oréal fait bouger le CAC 40 de 0,45 %; les 39 autres titres contribuent à hauteur de 0,05 % à la
variation de l'indice.

2.2. Indices pondérés par les prix


1. Le mode de calcul du DJIA et du Nikkei

Le Nikkei et le Dow Jones ont un tout autre mode de calcul que le CAC 40 : ce sont des indices pondérés par les
prix (on dit aussi pondéré par les cours).

L'indice pondéré par les prix s'appuie sur une moyenne arithmétique du cours des actions le composant. Un titre a
d'autant plus d'influence que son cours est élevé, ce qui est problématique si le cours des titres est très dispersé.

Le cours de base de chaque titre est ajusté pour prendre en compte les opérations ayant affecté la valeur du titre
comme les divisions de nominal. Dans le cas spécifique des augmentations de capital, l'augmentation du nombre
de titres est sans influence sur l'indice pondéré par les prix. Par contre, la variation de cours due au détachement
d'un droit de souscription doit être corrigée.

2. La société ayant le cours le plus élevé a le plus de poids

Ce type d'indice pondéré par les prix a le défaut de donner le plus d'influence à la société ayant le cours le plus
élevé et non pas à celle ayant la plus forte capitalisation.

2.3. Indices de rentabilité


1. Les distributions de dividendes pèsent sur les indices nus

Les indices de capitalisation nus et les indices de prix nus sont influencés par les distributions de dividendes. En
effet, le jour du détachement du dividende, la valeur du titre diminue du montant du dividende distribué. Ce
phénomène est moins sensible dans les pays anglo-saxons où le paiement du dividende est fractionné
(généralement par trimestre).

En France, au contraire, le dividende est détaché une fois par an. Etant donné que la plupart des entreprises
clôturent leurs comptes au 31 décembre, cela implique une concentration des détachements sur la période allant de
mai à juillet. Cette concentration pèse sur la progression de l'indice observée pendant cette période (les dividendes
des sociétés du CAC 40 ont été de 56 milliards d'euros pour l'exercice 2014).

2. Les indices de rentabilité prennent en compte les dividendes

Page 5/13
Pour pallier cet inconvénient, on utilise des indices de rentabilité prenant en compte à la fois l'évolution de l'indice
de base nu (pondéré par les capitalisations ou par les prix) et le montant de liquidité qui a été rendu aux
actionnaires via des versements de dividende. Ce type d'indice reflète mieux l'évolution de la richesse des
actionnaires mais son utilisation reste plutôt marginale. En France, le SBF 120 fait ainsi l'objet d'un calcul nu, d'un
calcul de rentabilité brute (intégrant l'avoir fiscal) et de rentabilité nette (n'intégrant pas l'avoir fiscal). Parmi les
grands indices nationaux, il faut signaler le DAX 30 qui est le seul à intégrer les dividendes.

Ce type d'indice reflète mieux l'évolution de la richesse des actionnaires mais son utilisation reste plutôt
marginale. En France, le SBF 120 fait ainsi l'objet d'un calcul nu. Parmi les grands indices nationaux, il faut
signaler le DAX 30 qui est le seul à intégrer les dividendes.

Page 6/13
B. Les principaux indices français et étrangers
1. Les indices français
1.1. Les indices généraux : le CAC 40
1. Les "poids lourds" de la cote

Le marché français est doté d'une gamme complète d'indices permettant une segmentation multicritère fine : par la
taille ou le secteur d'activité des entreprises.

L'indice phare de la Bourse de Paris est le CAC 40. Cet indice regroupe les 40 principales sociétés cotées à Paris.
Les critères de sélection sont les suivants :

La taille : les sociétés doivent faire partie des 100 premières capitalisations françaises.
Une liquidité élevée.
Une bonne représentativité sectorielle, ce qui implique que certains titres sont écartés car leur secteur
d'activité est déjà suffisamment représenté eu égard à leur poids dans l'économie (à l'instar des services
financiers).

2. Base 1 000 le 31 décembre 1987

Le mode de calcul du CAC 40 est une pondération par les capitalisations, sans prise en compte des dividendes. Il
a été lancé le 15 juin 1988 mais sa base de référence (1 000 points) a été fixée au 31 décembre 1987. Cet indice
est calculé en continu, et est diffusé en continu pendant toute la durée de la séance (9 h 00 à 17 h 35).

Évolution du CAC 40 sur 10 ans (de Mars 2006 à Mars 2016)

La pondération des valeurs du CAC 40 est dépendante du flottant effectivement disponible. En outre, le poids des
sociétés est limité à un maximum de 15%.

3. Quatre toilettages annuels

Le CAC 40 fait l'objet d'au moins quatre toilettages annuels, sa composition étant examinée par un "conseil

Page 7/13
scientifique".

1.2. Les indices généraux : le SBF 120 et le SBF 250


1. La logique d'emboîtement

En plus du CAC 40, il existe deux autres indices complémentaires destinés à couvrir un échantillon plus large : le
SBF 120 et le SBF 250.

Ces deux indices sont construits selon la même logique que le CAC 40, mais plutôt que de couvrir 40 titres, ils
comprennent respectivement les 120 et 250 principales sociétés cotées à Paris. Il y a donc une logique
d'empilement entre ces indices, tout titre faisant partie du CAC 40 fait nécessairement partie du SBF 120 et du
SBF 250. Les valeurs entrant dans la composition du SBF 120 mais pas du CAC 40 sont regroupées dans l'indice
SBF 80.

L'empilement du CAC 40, SBF 120, SBF 250

2. Des indices larges couvrant grandes et moyennes capitalisations

Les titres composant le SBF 120 sont retenus parmi les 200 premières capitalisations du marché. Le conseil
scientifique retient les titres offrant :

Liquidité (être parmi les 150 valeurs les plus liquides du marché ou offrir des garanties d'augmentation de
la liquidité à un niveau satisfaisant dans les douze prochains mois).
Un flottant élevé.
Une bonne animation du carnet d'ordre.

L'intérêt du SBF 120 et du SBF 250 est de couvrir plus largement le marché parisien que ne le fait le CAC 40. Le
SBF 120 et 250 sont très adaptés pour comparer la performance des fonds gérés. Leur base 1000 a été fixée au 31
décembre 1990.

On considère généralement le CAC 40 et le SBF 120 comme des indices de sociétés de grande taille, tandis que le
SBF 250 est plus adapté pour l'étude historique de la valorisation du marché (il sert de prolongement aux indices
généraux CAC et INSEE).

Page 8/13
Évolution du SBF 120 sur 6 ans (de 2006 à 2016)

3. Le SBF 250, réservoir des indices sectoriels français

Le SBF 250 ne fait l'objet que de deux calculs quotidiens. Ceci s'explique par le nombre important de titres cotés
au fixing A, le composant. Grâce à son large échantillon, il permet le calcul d'indices sectoriels basés sur la
nomenclature sectorielle de l'autorité de marché.

1.3. La nouvelle gamme indicielle


Euronext complète régulièrement sa gamme d'indices pour coller au mieux aux besoins des investisseurs. En
janvier 2005, elle a ainsi rénové sa gamme d’indices en introduisant le CAC Next 20, dont le mode de calcul est le
même que celui du CAC 40, mais qui est basé sur les 20 valeurs suivantes en termes de flottant et de liquidité. Ces
deux indices sont complétés par le CAC Mid 100 (basé sur les 100 valeurs suivantes) et le CAC Small 90. Ces
quatre indices couvrent ainsi l’ensemble des valeurs du SBF 250 en s’attachant à les regrouper par taille.
Un autre indice de valeur technologique appelé le CAC IT 20 a également été introduit en remplacement des indices IT CAC. Enfin, un indice All-Shares reflétant l’évolution de toutes les valeurs d’Euronext Paris dont le taux de rotation annuel est supérieur à 5 % a également été créé.

Précédemment, avaient été lancés les indices Euronext 100 et Next 150 qui donnent la tendance du marché issu de
la fusion des places d'Amsterdam, Bruxelles et Paris. Ces indices regroupent à eux deux les 250 premières
capitalisations d'Euronext selon une logique transfrontalière.

Page 9/13
2. Les principaux indices internationaux
2.1. Le Dow Jones Industrials Average
1. Un siècle d'histoire

Il s'agit de l'indice le plus connu au monde ; il mesure l'évolution du cours de 30 valeurs cotées à la bourse de
New York. Il a été publié pour la première fois le 26 mai 1896. A cette époque il portait seulement sur 12 titres.
La liste de valeurs a été portée à sa taille actuelle en 1928. L'indice 100 a été fixé au 12 janvier 1906. Depuis, la
valeur du Dow Jones Industrials Average (DJIA) a centuplé, l'indice franchissait les 1000 points le 14 novembre
1972. Il se situait aux allentours de 17 000 points début 2016.

2. Le DJIA ne couvre pas l'ensemble du marché américain

A la différence de la plupart des indices actuels, le DJIA est pondéré par les prix. D'autre part, le nombre limité de
titres le composant ne permet pas réellement de rendre compte de l'évolution du marché boursier américain : c'est
plutôt un indice sectoriel excluant les valeurs financières et de transport ; pourtant il a un rôle directeur sur tous
les marchés mondiaux. Le mode de sélection des titres est assez opaque. Ainsi Microsoft, est-elle restée à l'écart
de l'indice jusqu'à la fin 1999. On peut citer un indice complémentaire permettant de mieux apprécier les
tendances du principal marché financier mondial : le S&P 500. Il est basé sur un échantillon de 500 titres,
couvrant 75 % de la capitalisation américaine.

3. Composition du Dow Jones Industrials Average

L'indice comprend 30 entreprises importantes, mais les entreprises présentes dans l'indice ont changé avec le
temps. Seule General Electric est présente depuis les origines de la publication de l'indice.

En 2016, les 30 entreprises entrant dans la composition du Dow Jones Industrial Average sont :

3M (chimie, électronique et entretien)


American Express (services financiers)
Apple (secteur technologique)
Boeing (aéronautique et aérospatiale)
Caterpillar Inc. (matériel de chantiers)
Chevron Corp. (pétrole)
Cisco Systems (réseautique)
The Coca-Cola Company (boisson, agroalimentaire)
DuPont (chimie)
ExxonMobil Corp. (pétrole)
General Electric (électronique, services financiers)
Goldman Sachs (banque)
Home Depot (distribution de matériel de bricolage)
Intel Corp. (microprocesseurs)
International Business Machines (matériel, logiciel et services informatiques)
Johnson & Johnson Corporation (pharmacie)
JPMorgan Chase & Co. (services financiers)
McDonald's Corporation (restauration rapide)
Merck & Co. Inc. (pharmacie)
Microsoft (logiciel)
Nike (équipement et habillement sportifs)

Page 10/13
Pfizer Inc. (pharmacie)
Procter & Gamble (entretien, pharmacie, alimentation)
The Travelers Companies (assurance)
UnitedHealth Group (santé)
United Technologies (aérospatiale, défense)
Verizon (télécommunications)
Visa (services bancaires)
Wal-Mart Stores Inc. (grande distribution)
Walt Disney Company (divertissement)

L'évolution du Dow Jones

L'évolution du DJIA de 2011 à 2016

2.2. L'indice Nikkei


Ne pas confondre le 225 et le 300 :

Le Nikkei est le principal indice du marché japonais. Lancé le 16 mai 1949, il est calculé comme le Dow Jones
(pondéré par les prix). Son échantillon porte sur 225 titres.

Les autorités de tutelle japonaises jugeant le Nikkei 225 trop facilement manipulable, ont décidé de lancer un
nouvel indice. C'est ainsi que le 14 février 1994 a été créé le Nikkei 300, indice pondéré par les capitalisations,
ayant pour base 100 le 1er octobre 1982 et portant sur 300 titres.

2.3. Les indices Stoxx


1. Plus de 600 sociétés européennes couvertes

Les indices Stoxx sont destinés à refléter le comportement des marchés boursiers européens. Ils regroupent un
éventail de plus de 600 titres représentant les principales sociétés européennes, sélectionnées pour leur
représentativité.

Tous les indices Stoxx ont la même date de base : le 31 décembre 1991. Ils sont calculés selon la méthode de

Page 11/13
pondération par les capitalisations. Le poids des titres est limité à 10 % de l'indice, ceci afin d'éviter qu'une société
n'ait un poids trop prépondérant sur les variations des indices. La méthode de sélection est basée sur des critères
de taille et de liquidité.

La liste des pays dont sont issus les titres entrant dans la composition des indices Stoxx est la suivante :
Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Norvège, Pays Bas,
Portugal, Royaume Uni, Suède, Suisse.

2. Les quatre principaux indices Stoxx

Il existe plus de 800 indices Stoxx, larges ou étroits, regroupés par secteur d'activité ou par pays, se basant sur une
partie de l'échantillon global. Les quatre principaux indices Stoxx sont les suivants :

Le Dow Jones Stoxx 50 est un indice portant sur les 50 principales sociétés du continent européen. Il
couvre 16 pays.
Le Dow Jones Stoxx porte sur 600 sociétés et adopte la même couverture géographique que le Stoxx 50.
Le Dow Jones Euro Stoxx 50 est l'indice de référence de la zone euro. Il porte sur 50 sociétés issues des
pays ayant adopté l'Euro.
Le Dow Jones Euro Stoxx est plus large que le précédent (300 titres), mais sa couverture géographique est
également limitée aux pays de la zone euro.

Cette gamme d'indice est particulièrement adaptée aux gérants de fonds à dimension internationale. Elle leur sert
de référence pour la zone européenne.

2.4. Les principaux indices européens


Pays Indice Promoteur Echantillon Pondération Base Calcul
Allemagne DAX 30 Deutsche Börse 30 Capitalisation 1000 le 1 minute
Group avec 30/12/1987
Dividendes
Angleterre FT-SE 100 FT-SE 100 Capitalisation 1000 le 1 minute
International 31/12/1983
Ltd
Autriche ATX Wiener Börse 22 Capitalisation 1000 le Continu
AG 2/01/1991
Belgique BEL 20 La Bourse de 20 Capitalisation 1000 le Continu
Bruxelles 30/12/1990
Danemark KFX Copenhagen 21 Capitalisation 100 le 1 minute
Stock 3/07/1989
Exchange
Espagne IBEX 35 Sociedad de 35 Capitalisation 3000 le Continu
Bolsas SA 29/12/1989
France CAC 40 Euronext 40 Capitalisation 1000 le 30 secondes
31/12/1987
Finlande HEX 20 Helsinki Stock 20 Capitalisation 1000 le 2 minutes
and Derivatives 28/12/1990
Exchange
Grèce ATG Greece Stock 75 Capitalisation 100 le 1 minute

Page 12/13
Exchange 31/12/1980
Hongrie HTX Wiener Börse 20 Capitalisation 1000 le Continu
AG 15/07/1996
Irlande ISEQ The Irish Stock Toutes Capitalisation 1000 le 1 minute
Exchange 4/01/1988
Italie MIB 30 Borsa Italiana 30 Capitalisation 10 000 le 1 minute
Spa 31/12/1992
Luxembourg LuxX Bourse de 11 Capitalisation 1000 le Quotidien
Luxembourg 2/01/1995
Norvège OBX 25 Oslo Bors 25 Capitalisation 200 le 1 minute
1/01/1987
Pays Bas AEX AEX Exchange 25 Capitalisation 100 en 1983 1 minute
Pologne WIG Warsaw Stock Toutes Capitalisation, 1000 le Quotidien
Exchange avec 16/04/1991
Dividendes
Pologne PTX Wiener Börse 16 Capitalisation 1000 le Continu
AG 15/07/1996
Portugal BVL 30 Lisbon Stock 30 Capitalisation, 1000 le 1 minute
Exchange avec 4/01/1993
Dividendes
Portugal PSI 20 Bolsa de 20 Capitalisation 3000 le Continu
Derivados do 31/12/1992
Porto
République CTX Wiener Börse 9 Capitalisation 1000 le Continu
tchèque AG 15/07/1996
Roumanie BET Bursa de Valori 10 Capitalisation 1000 09/1997 Continu
Bucuresti
Slovaquie SAX Bratislava 16 Capitalisation, 100 le Quotidien
Stock avec 14/09/1993
Exchange Dividendes
Slovaquie STX Wiener Börse 7 Capitalisation 1000 le Continu
AG 15/07/1996
Suède SX-16 Stockholm 16 Capitalisation 100 Continu
Stock le31/12/1979
Exchange
Suisse SMI Schweizer 21 Capitalisation 1500 le Continu
Börse SWX 30/06/1988

Page 13/13

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)