Vous êtes sur la page 1sur 15
Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman -
Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman -

Département Aérospatiale et mécanique.

Laboratoire de Thermodynamique

Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4 366 48 12 web site : http://www.ulg.ac.be/labothap

Cours de thermodynamique appliquée. Laboratoires d’étudiants.

Banc d’essai du groupe frigorifique à tube capillaire.

Banc d’essai du groupe frigorifique à tube capillaire. Auteur :Bernard GEORGES tel : +32 (0)4 366

Auteur:Bernard GEORGES tel : +32 (0)4 366 48 18 email :b.georges@ulg.ac.be

Table de matières.

Dernière mise à jour : mars 2006

1 INTRODUCTION

4

2 PRINCIPE DU GROUPE FRIGORIFIQUE

5

2.1 Description du

5

2.2 Description du cycle frigorifique

6

2.3 Performances énergétiques

7

3

DESCRIPTION PHYSIQUE DU BANC D’ESSAI FRIGO CAPILLAIRE

7

3.1 compresseur

Le

8

3.2 Le

9

3.3 Le tube capillaire

10

3.4 L’évaporateur

10

4 EVOLUTION COMPLETE DU CYCLE FRIGORIFIQUE SUR LE BANC D’ESSAI

5 INSTRUMENTATION DU BANC

14

6 BILANS THERMIQUES

14

6.1 Rappel des principes

14

6.2 Bilans basés sur une intégration à long

15

6.3 Contre-vérifications

15

7 SET DE MESURES POUR REALISER UN BILAN DE LA MACHINE

15

Table des illustrations.

Figure 1: Principe thermodynamique du groupe

5

Figure 2: Cycle thermodynamique simplifié en diagramme p-

6

Figure 3: Vues d'ensemble du groupe

7

Figure 4:Vue du compresseur hermétique à

8

Figure 5: Aspect du

9

Figure 6: Vue du tube

10

Figure 7: Vue de

11

Figure 8:Coupe de

12

Figure 9:Schéma de principe d’essai

13

1

Introduction.

Le principe du groupe frigorifique est de refroidir un corps en transférant l’énergie absorbée à basse température dans un milieu d’échange se trouvant à plus haute température. Pour pouvoir comprendre et caractériser le fo nctionnement du processus thermique, il est nécessaire de mesurer différentes grandeurs physiques avec le moins d’erreurs possible. Pour vérifier le niveau de précision de ces mesures, on réalise des bilans thermiques qui permettent d’abord de vérifier que les premiers principes de la thermodynamique sont respectés, ensuite d’estimer la fiabilité globale des mesures réalisées. En cas de bilans erronés, on peut vérifier quelles sont les mesures incorrectes, après avoir toutefois vérifié les équations utilisées pour établir les bilans.

2 Principe du groupe frigorifique.

2.1 Description du principe.

On dispose d’une «source froide » à la température T f, par exemple de la nourriture que l’on veut maintenir à la température de 4°C. On va évacuer l’énergie absorbée lors du refroidissement en la transférant à travers un échangeur de chaleur, par exemple un condenseur aspirant de l’air ambiant à la température de 25°C : c’est la « source chaude » à la température T c . Le transfert de l’énergie ( ) (« les calories » ) disponible à basse température vers une source à haute température ne peut s’effectuer naturellement car « la chaleur s’écoule du chaud vers le froid »en vertu du second principe. On doit alors utiliser un fluide de transfert intermédiaire (l’air, l’eau glycolée, l’ammoniac, le fréon, le CO2 etc… peuvent être des fluides de transfert). Dans notre cas, on utilise du réfrigérant (fréon R134) comme fluide intermédiaire pour réaliser un cycle frigorifique. Les transferts thermiques entre « sources » et fluide de transfert sont réalisés dans des échangeurs thermiques. L’illustration de ce principe sur un diagramme est reprise à la Figure 1 . Côté source froide, le réfrigérant circule à une température inférieure à T f , soit T 0 , et reçoit de l’énergie ( « de la chaleur ») de la nourriture. Côté source chaude, le réfrigérant, dont la température doit être plus élevée que T c , soit T 1 , et cède de l’énergie ( « de la chaleur ») à l’air circulant à travers le condenseur.

chaleur ») à l’air circulant à travers le condenseur. températures ECHANGEUR ECHANGEUR Nourriture Réfrigérant

températures

ECHANGEUR ECHANGEUR Nourriture
ECHANGEUR
ECHANGEUR
Nourriture

Réfrigérant

(haute pression)

Circuit de l’air

Réfrigérant

(basse pression)

Énergie du réfrigérant

Figure 1: Principe thermodynamique du groupe frigorifique.

2.2

Description du cycle frigorifique.

Le groupe frigorifique est un ensemble constitué d’un compresseur, d’un condenseur, d’un évaporateur et d’une vanne de laminage. Le cycle thermodynamique simplifié est montré à la Figure 2.

? Le réfrigérant circule à basse pression (P 0 ) et basse température (T 0 ) dans l’échangeur (évaporateur ), dont les parois sont en contact avec la nourriture, et se vaporise progressivement en recevant de l’énergie (W evap ) de celle-ci, tout comme l’eau s’évapore au soleil. Son ENTHALPIE (niveau énergétique) augmente.

? Pour amener le réfrigérant de sa température basse T 0 à un niveau supérieur T 1 , on utilise un compresseur qui va élever la pression et la température de la vapeur. Ce compresseur va consommer une énergie électrique payante ( W cmp )

? Lorsque le réfrigérant circule dans l’échangeur de la source chaude (le condenseur), il cède de l’énergie ( W cond ) à l’air ambiant en se condensant progressivement jusqu’à se liquéfier (comme la buée sur une vitre). Son ENTHALPIE (niveau énergétique) diminue. Cette énergie provient de la source froide et du compresseur. En effet, une partie de l’énergie électrique consommée par celui-ci est convertie en énergie mécanique puis finalement en énergie thermique (échauffement du réfrigérant) W cond =

W cmp + W evap

? Le réfrigérant est ensuite détendu (il passe de la haute à la basse pression) à l’aide d’un organe de laminage pour entrer dans l’évaporateur en état diphasique et recommencer le cycle.

Pression P

Température T

CONDENSEUR W cond W cmp moteur EVAPORATEUR W evap
CONDENSEUR
W cond
W cmp
moteur
EVAPORATEUR
W evap

P1 , T1

T Tf
T
Tf

P0 , T0

Pres. condensation

Vanne de laminage

Pres évaporation

COMPRESSEUR

Enthalpie H (kJ/kg)

Figure 2: Cycle thermodynamique simplifié en diagramme p- h.

2.3

Performances énergétiques.

Le coefficient de performance du groupe frigorifique s’exprime par le rapport entre l’énergie utile W evap et l’énergie payée W cmp soit COP = W evap / W cmp. L’intérêt de cette méthode est que la puissance consommée par le compresseur est en général plus faible que celle apportée au niveau de l’évaporateur. Le COP du groupe frigorifique utilisé varie entre 2.5 et 3.5 selon les conditions de fonctionnement.

3 Description physique du banc d’essai frigo capillaire.

Le compresseur implanté sur le banc d’essai est utilisé dans les frigos domestiques. Les composants principaux du banc d’essai sont décrits brièvement ci-après. La Figure 3 montre une vue d’ensemble du banc frigo.

La Figure 3 montre une vue d’ensemble du banc frigo. Figure 3: Vue d'ensemble du groupe

Figure 3: Vue d'ensemble du groupe frigorifique.

3.1

Le compresseur.

La compression est réalisée par un piston. Le compresseur est hermétique, c’est à dire que le moteur électrique d’entraînement est refroidi par le réfrigérant. La puissance électrique consommée est donc intégralement apportée au mé lange de réfrigérant et d’huile de lubrification par le travail de compression et par le refroidissement du moteur, aux échanges à l’ambiance près. La Figure 4 montre un gros plan du compresseur hermétique .

Entrée du R134
Entrée du R134
un gros plan du compresseur hermétique . Entrée du R134 Figure 4:Vue du compresseur hermétique à

Figure 4:Vue du compresseur hermétique à piston.

Remarque sur la lubrification :

Le compresseur doit être lubrifié en permanence par de l’huile mélangée au réfrigérant. Cette huile est entraînée dans tout le circuit réfrigérant.

3.2 Le condenseur.

C’est un échangeur métallique qui ressemble à un radiateur de voiture (cf. Figure 5). Le gaz réfrigérant à refroidir et liquéfier passe dans des conduits à ailettes autour duquel circule l’a ir de refroidissement.

ailettes autour duquel circule l’a ir de refroidissement. Figure 5: Aspect du condenseur. Notes de labo

Figure 5: Aspect du condenseur.

3.3

Le tube capillaire

Il a pour but de laminer le réfrigérant sortant du condenseur à l’état liquide à haute pression pour l’amener dans l’évaporateur à basse pression et température, sous forme diphasique contenant peu de vapeur de réfrigérant (X est faible).

contenant peu de vapeur de réfrigérant (X est faible). Figure 6: Vue du tube capillaire. 3.4

Figure 6: Vue du tube capillaire.

3.4 L’évaporateur.

C’est un échangeur cylindrique dans lequel est plongé une résistance chauffante entouré de céramique et plongée dans un noyau d’acier. Le réfrigérant circule entre cette paroi intérieure et la paroi extérieure, isolée de l’ambiance par une couche de mousse isolante (cf Figure 7).

Sortie réfrigérant gazeux basse pression Niveau d’entrée du réfrigérant diphasique basse pression Figure 7: Vue

Sortie réfrigérant gazeux basse pression

Niveau d’entrée du réfrigérant diphasique basse pression

Figure 7: Vue de l’évaporateur.

La Figure 8 montre la coupe de l’évaporateur.

Supply

liquid

l = 0.68 m

refrigerant

Supply liquid l = 0.68 m refrigerant Exhaust refrigerant vapour Isolation External tube Ceramic resistance Internal
Supply liquid l = 0.68 m refrigerant Exhaust refrigerant vapour Isolation External tube Ceramic resistance Internal
Exhaust refrigerant vapour Isolation External tube Ceramic resistance Internal tube r = 0.04 m e
Exhaust
refrigerant
vapour
Isolation
External tube
Ceramic
resistance
Internal tube
r = 0.04 m
e = 0.005 m

Figure 8:Coupe de l’évaporateur.

4

Evolution complète du cycle frigorifique sur le banc d’essai.

On se réfère au schéma de principe du banc d’essai (cf. Figure 9 ) sur lequel est repérée la position des différents capteur s de mesure et des points de référence utilisés pour la description du système.

points du cycle

X

utilisés pour la description du système. points du cycle X Q a i r , c

Q air,cd =-1820 [W]

t 13 =35.6 t 12 =21.2 ? p trox =140 [Pa] 5 4 t cond
t 13 =35.6
t 12 =21.2
?
p trox =140 [Pa]
5
4
t cond =49.4 [C]
m air =0.13 [k g/s]
t 4 =44.3
t 3 =52 .0
m r =0.0097 [k g/s]
6
3
m oil =0.0022 [Kg/s]
? H,ev =-141569 [J/k g]
t 2 =57.2
dudt syst =152 [W]
?
H,cap =-267 [J/k g]
t 1 =10.3
2
t 8 =11.7
Q amb,global =-14 [W]
1
p ha ute =1298500 [Pa]
9
t 1 0 =12.2
8
p ba sse =418500 [Pa]
Q amb,cmp =-16 [W]
t 11 =502.1
dudt evap =70.97
t 7 =1 2.9
t e vap =10.3 [C]
7
W evap =1434 [W]
W evap =1434
[W]

W cmp =572

[W]

volumes de contrôlee vap =10.3 [C] 7 W evap =1434 [W] W c m p =572 [W] Figure

Figure 9:Schéma de principe d’essai capillaire.

Le réfrigérant est du fréon R134 qui suit un cycle fermé :

1. Il entre dans le compresseur en phase gazeuse surchauffée (t1 =5…20°C),à basse pression (P1=2 à 5 bar).

2. Il est comprimé à haute pression (P2=10 à 15 bar) et haute température (t2=40 …90°C).

3. Il entre ensuite dans le condenseur dans les mêmes conditions, aux pertes de charge et pertes à ’ambiancel près. Il cède sa chaleur à l’air ambiant en subissant d’abord un refroidissement sensible à pression constante.

4.

Il se liquéfie alors par transfert latent à température constante,

5. Puis est sous-refroidi. L’air, quant à lui, entre dans le condenseur à t12 et sort à t13 en emportant les calories apportées par le réfrigérant. A la sortie du condenseur (point t6), le réfrigérant doit normalement être en phase liquide, toujours à haute pression, pour permettre un bon fonctionnement du détendeur capillaire situé en aval. On observe l’état du réfrigérant grâce à un voyant situé avant le capillaire.

6. Le réfrigérant subit un laminage afin de passer de la haute à la basse pression. Ce laminage est supposé se dérouler à enthalpie constante, aux légers échanges de chaleur du tube chaleur près.

7. Le réfrigérant entre alors dans l’évaporateur à t7 et absorbe de la chaleur fournie par la résistance électrique. Cette dernière a pour fonction de remplacer la «source froide » C’est l’effet UTILE du cycle.

8. Le réfrigérant est consisdéré comme complètement évaporé, à la limite de la zone diphasique

9. A la sortie de l’évaporateur à température t8 ,le réfrigérant est normalement en phase gazeuse, à basse pression. Dans le cas contraire, des gouttelettes de réfrigérant pourraient être aspirées par le compresseur et risquer de le détériorer en « lavant » l’huile de lubrification qui circule dans tout le circuit du réfrigérant.

10. Le réfrigérant pénètre alors dans le compresseur et le cycle est fermé.

5 Instrumentation du banc

Elle est constituée de différents capteurs décrits dans le fascicule des notes de mesures.

6 Bilans thermiques.

6.1 Rappel des principes.

Les bilans thermiques et les calculs divers sont réalisés sur base des notes de cours de thermodynamique.

La mesure de débit d’air du compresseur est réalisée à l’aide d’un venturi industriel de marque TROX pour lequel il faut d’abord effectuer une conversion de la perte de charge en débit volumique normalisé à 20°C, soit une densité de l’air ? =1.2 kg/m³, selon la formule :

V ?

20

? C ? p
?
C
?
p

[m3/h] avec ? P en [Pa] et C =33 pour la tuyère utilisée.

On corrige ensuite le débit en tenant compte de la densité réelle de l’air (? ) soit :

V ? ?

1.2 ? V 20 [m3/h] ?
1.2
?
V 20
[m3/h]
?

On convertit ensuite en débit massique [ kg/s].

6.2

Bilans basés sur une intégration à long terme.

En prenant les index de départ et d’arrêt du régime oscillatoire considéré sur une période d’au moins 30 minutes, on peut trouver, par exemple, un COP moyen de l’installation que l’on pourra comparer avec le COP basé sur une mesure instantanée.

6.3 Contre -vérifications

Il est toujours intéressant de recouper les calculs avec les indications des fiches signalétiques telles que le volume balayé par le compresseur,etc…

7 Set de mesures pour réaliser un bilan de la machine.

Le

<Capillaire_2006>

calcul

complet

est

réalisé

à

l’aide

du

solveur

EES

dans

le

fichier

lié

suivant