Vous êtes sur la page 1sur 118

Agence du Bassin Hydraulique École Nationale Supérieure

de Souss Massa et Draa des Mines de Rabat


(ABHSMD) (ENSMR)

Mémoire de stage de formation


Département: science de la terre
Option : Hydro-géotechnique

SUJET :
Surélévation du barrage
Aoulouz : Etudes hydrologiques
Réalisé par :

 Nadia HFA
 Zineb NAJMI
Encadré par :

 Mr Hamza ELHIMRI

Année 2015/2016
Remerciement

Remerciement

L’accomplissement du présent travail n’a été possible qu’avec le soutien de DIEU et de certaines
personnes :

Nous souhaiterons alors remercier Monsieur le Directeur de l'Agence du Bassin Hydraulique de


Sous Massa Draa de nous avoir admis pour ce stage et de nous ‘avoir bien supervisé durant notre
présence ici

D’amples remerciements sont dus à M. Hamza ELHIMRI notre encadrant de stage pour son
soutien et ses conseils qui nous ont été de plus grande aide. Son encadrement et son attention ont été
indispensables pour l’accomplissement des objectifs de stage.

On ne peut passer sans remercier nos familles et tous ceux qui nous ’ont soutenu pour la recherche
du stage et puis pendant toute la durée de celui -ci.

Nous voudrons également remercier nos professeurs à l ’École Nationale Supérieure des Mines de
Rabat pour leurs efforts pendant l’année qui ont été nécessaires à la compréhension des différents
sujets rencontrés pendant ces deux mois.

Nos vifs remerciements et nos sincères gratitudes vont aussi aux employés de l'agence qui nous
ont accompagné tout au long de notre stage. Nous les remercions pour leur aide, leur temps qu’ils ont
bien voulu nous consacrer et leurs idées clairvoyantes dont nous avons tiré profit.
Table des matières

Table des matières

LISTE DES FIGURES : ........................................................................................................................................1

LISTE DES TABLEAUX :....................................................................................................................................2

INTRODUCTION GÉNÉRALE ..........................................................................................................................3

ORGANISME D’ACCUEIL .................................................................................................................................4


I. CRÉATION DE L’ABHSMD .......................................................................................................................5
II. MISSIONS ..................................................................................................................................................5
III. ZONE D’ACTION .....................................................................................................................................6
IV. STRUCTURE ORGANISATIONNELLE ...............................................................................................7

PARTIE I : GÉNÉRALITÉS ................................................................................................................................9

CHAPITRE 1 : GÉNÉRALITÉS SUR LES BARRAGES ...............................................................................10


INTRODUCTION ................................................................................................................................................11
I. SITUATION DES BARRAGES AU MAROC ..........................................................................................12
II. DIFFÉRENTS TYPES DE BARRAGES ...............................................................................................13
1. barrages en béton ......................................................................................................................... 13
2. Barrages en remblais .................................................................................................................... 13
3. Barrages mobiles .......................................................................................................................... 13
III. CLASSIFICATION DES BARRAGES .................................................................................................13
1. Les matériaux de construction ..................................................................................................... 14
2. La façon à résister à la poussée de l’eau ....................................................................................... 14
IV. CHOIX DU SITE ET DU TYPE DU BARRAGE .................................................................................14
1. La topographie et les apports du bassin versant ........................................................................... 14
2. La morphologie de la vallée .......................................................................................................... 15
3. La géologie de la fondation ........................................................................................................... 15
4. le régime des crues ....................................................................................................................... 16
5. Les matériaux disponibles ............................................................................................................ 16
6. Critère économique ...................................................................................................................... 16
V. LES TYPES DES BARRAGES EN BÉTON .............................................................................................17
1. Barrage voute ............................................................................................................................... 17
2. Barrage poids ............................................................................................................................... 17
3. Barrage à contreforts ................................................................................................................... 18
4. Barrage en BCR ........................................................................................................................... 19
VI. BARRAGE EN BÉTON COMPACTÉ AU ROULEAU ......................................................................19
VII. CADRE GÉNÉRALE DU BARRAGE AOULOUZ .............................................................................21
1. Fiche historique ............................................................................................................................ 21
2. Situation géographique: ............................................................................................................... 21
3. Cadre géologique.......................................................................................................................... 23
Table des matières

4. Situation climatique ..................................................................................................................... 25


5. Hydrogéologie Régionale:............................................................................................................. 25

CHAPITRE 2 : ETUDE HYDROLOGIQUE....................................................................................................27


INTRODUCTION : .............................................................................................................................................28
I. ETUDE DES CRUES ...................................................................................................................................29
1. Méthodes d’estimation des débits de crues ................................................................................... 31
1.1. Cas où les Informations sont inexistantes dans le bassin ..................................................................31
1.1.1. Méthodes analogiques .............................................................................................................31
1.1.2. Formules empiriques ...............................................................................................................33
1.2. Cas où les informations sur la pluviométrie sont relativement abondantes .......................................34
1.3. Cas où les informations sur les pluies et les débits sont disponibles sur une courte période ............35
1.3.1. Méthode de Gradex .................................................................................................................35
1.3.2. Méthode de l’ajustement statistique ........................................................................................37
2. Détermination de l’hydrogramme de la crue de projet ................................................................. 38
II. ETUDE DES APPORTS..........................................................................................................................40

PARTIE II : ÉTUDE HYDROLOGIQUE DU BASSIN VERSANT ..............................................................41

CHAPITRE 1 : ANALYSE MORPHO-MÉTRIQUE DU BASSIN VERSANT DU OUED SOUSS ...........42


INTRODUCTION ................................................................................................................................................43
I. DÉLIMITATION DU BASSIN VERSANT...............................................................................................44
II. DÉTERMINATION DES CARACTÉRISTIQUES DU BASSIN VERSANT ...................................46
1. Superficie, périmètre et longueur du thalweg principal ................................................................ 46
3. Indice de compacité ...................................................................................................................... 47
III. HYPSOMÉTRIE ET CALCUL DE LA PENTE MOYENNE ............................................................48
1. Carte hypsométrique .................................................................................................................... 48
2. Courbe hypsométrique ................................................................................................................. 49
3. Pente moyenne du cours d’eau ..................................................................................................... 51
IV. TEMPS DE CONCENTRATION ..........................................................................................................52
1. Ventura ........................................................................................................................................ 52
4. Giandotti ...................................................................................................................................... 52
5. Kirpich ......................................................................................................................................... 53
6. Formule Espagnole....................................................................................................................... 53
7. Ven Te Chow ................................................................................................................................ 53
8. Us Corps of Engineers .................................................................................................................. 54
9. Formule Californienne : ............................................................................................................... 54
10.Formule de Bransby Williams ...................................................................................................... 54
11.Formule de Turazza & Passini ..................................................................................................... 55
12.choix du temps de Concentration ................................................................................................. 55
V. COEFFICIENT DE RUISSÈLEMENT .....................................................................................................55
VI. RECTANGLE ÉQUIVALENT...............................................................................................................57
VII. RÉSEAU HYDROGRAPHIQUE ...........................................................................................................57
Table des matières

VIII. RÉCAPITULATIF DE L’ANALYSE MORPHOMÉTRIQUE DU BASSIN DE L’OUED SOUSS


À AOULOUZ........................................................................................................................................................60
IX. L’ANALYSE MORPHOMÉTRIQUE DES SOUS BASSINS VERSANTS : IMMERGUEN &
MOUKHTAR SOUSSI ........................................................................................................................................60
CONCLUSION.....................................................................................................................................................64

CHAPITRE 2 : CALCUL DES DÉBITS DES CRUES ET DES APPORTS .................................................65


INTRODUCTION ................................................................................................................................................66
I. DÉTERMINATION DE LA PLUVIOMÉTRIE MOYENNE ANNUELLE DU BASSIN VERSANT :
67
II. DÉTERMINATION DES DÉBITS DES CRUES : ...................................................................................73
1. Objectif et méthodes adoptées : .................................................................................................... 73
2. Estimation des débits des crues : .................................................................................................. 73
2.1. Calcul par la méthode d’ajustement statistique .................................................................................73
2.1.1. La démarche manuelle : ..........................................................................................................73
2.1.2. Ajustement statistique par le logiciel « Hyfran plus » ...........................................................74
2.2. Calcul des débits des crues à l’aide des formules empirique.............................................................78
2.3. Débits de pointe par la méthode du Gradex : ....................................................................................80
2.4. Récapitulatif des débits calculés pour Aoulouz et Immerguen : .......................................................87
3. Détermination de la forme de l’hydrogramme de crue : ............................................................... 88
III. DÉTERMINATION DES APPORTS ....................................................................................................90
1. Bilans des barrages .............................................................................. Error! Bookmark not defined.
2. Estimation par la formule empirique ........................................................................................... 94

CONCLUSION………………………………………………………………………………………………….95

CONCLUSION GENERALE…………………………………………………………………………………..96

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ...........................................................................................................97

ANNEXES : ..........................................................................................................................................................98
Liste des Figures

Liste des Figures :

Figure 1: Organigramme de l'ABHSMD .................................................................................................................8


Figure 2 : Développement de la construction des barrages au Maroc....................................................................12
Figure 3:Le barrage de Monteynard (Isère, France)- voûte ...................................................................................17
Figure 4: Profil type d'un barrage poids .................................................................................................................18
Figure 5:Barrage de d’Albertville, Rhône-Alpes, France (1955-1962)-contrefort ................................................18
Figure 6: Barrage du Riou-BCR ............................................................................................................................19
Figure 7: Barrage Aoulouz- BCR ..........................................................................................................................20
Figure 8: Situation géographique du barrage d'Aoulouz ........................................................................................22
Figure 9: Subdivisions du bassin versant du Souss ................................................................................................22
Figure 10 : Extrait de la carte géologique 1/1 000 000ème du Maroc présentant les principales formations du
bassin versant de l’oued Souss à Aoulouz (légende en annexe 7) ........................................................................24
Figure 11: Droite d'ajustement par la méthode de GRADEX de la loi de GUMBEL ...........................................36
Figure 12: Bassin Versant de l’Oued Souss à Aoulouz .........................................................................................45
Figure 13: Périmètre et surface du bassin versant obtenus à l’aide d’un logiciel SIG ...........................................46
Figure 14: Carte hypsométrique du Bassin de Souss à Aoulouz............................................................................48
Figure 15: Courbe hypsométrique du bassin versant .............................................................................................50
Figure 16: Description statistique des altitudes (tiré d'un logiciel SIG) ................................................................51
Figure 17: Réseau hydrographique du bassin versant du Souss à Aoulouz ...........................................................59
Figure 18: Situation des sous bassins du Souss à Aoulouz (Immergen & M. Soussi) ...........................................61
Figure 19 : Les zones d'influence des stations pluviométriques du bassin versant d'Aoulouz ..............................69
Figure 20:Les zones d'influence des stations pluviométriques du bassin de l’oued Souss à Immerguen ..............71
Figure 21: Les zones d'influence des stations pluviométriques du bassin de Souss à M. Soussi ..........................72
Figure 22: Introduction des données dans « Hyfran-plus » ...................................................................................75
Figure 23: les paramètres statistiques de l'échantillon ...........................................................................................76
Figure 24: La modélisation par la loi Gamma........................................................................................................76
Figure 25: La comparaison des différentes lois d'ajustement ................................................................................77
Figure 26: Les résultats des débits retenus (XT est le débit de pointe) ..................................................................78
Figure 27: Ajustement des pluies maximales journalières de la station d'Immergen par la loi de Gumbel ...........83
Figure 28:Hydrogramme de crue triangulaire (Méthode de Meckus) ....................................................................88
Figure 29: Hydrogramme triangulaire de la crue millénale pour Aoulouz ............................................................89
Figure 30: Hydrogramme triangulaire de la crue millénale pour Immerguen .......................................................90
Figure 31: Les apports mensuels moyens d’Aoulouz ............................................................................................92
Figure 32: Les apports mensuels moyens de M. Soussi .........................................................................................92
Figure 33:Les apports annuels du barrage Aoulouz ...............................................................................................93
Figure 34:Les apports annuels du barrage Moukhtar Soussi .................................................................................93

1
Liste des Tableaux

Liste des Tableaux :

Tableau 1: Paramètres de Montana ........................................................................................................................34


Tableau 2: Formules des lois statistiques ...............................................................................................................37
Tableau 3: Tableau de correspondance entre (t/Tm) et (Q/Qp) .............................................................................39
Tableau 4: tableau représentant les surface cumulées par rapport aux tranches d'altitudes ...................................49
Tableau 5: temps de concentration retenu ..............................................................................................................55
Tableau 6 : Les valeurs du coefficient du ruissèlement en fonction du type de la surface et de l'occupation du sol
................................................................................................................................................................................56
Tableau 7: Récapitulatif des caractéristiques du bassin de l’oued souss à Aoulouz ..............................................60
Tableau 8: Caractéristiques morphométriques du bassin du Souss à Immergen et à M. Soussi .... Error! Bookmark
not defined.
Tableau 9: Temps de concentration retenus pour les deux sous bassins ................................................................63
Tableau 10:Tableau de calcul de la pluie moyenne selon la méthode de Thiessen ...............................................68
Tableau 11: Tableau de calcul de la pluie moyenne d'Immergen selon la méthode de THIESSEN ......................70
Tableau 12: Tableau de calcul de la pluie moyenne de Moukhtar Soussi selon la méthode de THIESSEN .........70
Tableau 13: Table des valeurs des paramètres K1 et K2 de la méthode Hazan Lazarevick ..................................79
Tableau 14 : Résultats des débits de pointe pour les formules empiriques ............................................................80
Tableau 15: tableau représentant les variables réduites calculées ..........................................................................82
Tableau 16: Pluies maximales journalières par période de retour..........................................................................84
Tableau 17: Débits moyens maximaux journaliers pour la station d'Immergen ....................................................85
Tableau 18:Coefficient de pointe pour Aoulouz ....................................................................................................85
Tableau 19:Débits de pointe par temps de retour de la station d’Immerguen . ......................................................86
Tableau 20: débits de pointe d'Aoulouz issus par la méthode de GRADEX .........................................................86
Tableau 21: Récapitulatif des débits de pointe calculés par les différentes méthodes ...........................................87
Tableau 22: Les débits de pointe retenus pour différentes périodes de retour (Immergen & Aoulouz) ................87

2
Introduction générale

Introduction Générale

Les barrages constituent des éléments piliers de la politique hydrique au Maroc. En effet, leur rôle
important dans la sécurisation des besoins en eau potable de la population ainsi que leur fonction
déterministe dans la politique agricole du pays ne sont plus à prouver.

Le barrage Aoulouz sur l’Oued Souss, avait été construit au début pour faire face à une baisse
accrue de la nappe du Souss. Cette baisse avait freiné sensiblement le développement agricole, dont
l’économie de la région est fortement dépendante.

Actuellement le barrage Aoulouz (complexe Aoulouz-Mokhtar Soussi) assure toujours la fonction


de recharge de la nappe et contribue aussi à l’irrigation de la zone du Sebt El Guerdane dont le service
est délégué à la société concessionnaire Aman Souss ainsi que de la zone en aval du village Aoulouz.
De plus, le renforcement de l’alimentation en eau potable de la ville de Taroudant est programmé à
partir de ce barrage.

Les changements climatiques ainsi que l’évolution de la demande en aval des barrages, avaient
amené les décideurs publics à envisager l’augmentation des volumes régularisés par le barrage
Aoulouz, et ce selon deux scénarios possibles. Le premier consiste à la surélévation du barrage actuel
d’Aoulouz, cette surélévation était prévue lors de sa conception initiale. Le deuxième repose sur la
construction d’un nouveau barrage sur le principal affluent gauche Immerguen.

Pour ce faire, une comparaison entre les deux scénarios est nécessaire. Elle devra toucher
plusieurs volets, que ce soit techniques ou socio-économiques, relatifs aux études des barrages.

Le présent travail s’intéressera à l’un des plus importants volets techniques, à savoir les études
hydrologiques. Il a pour objectif l’évaluation et l’actualisation des caractéristiques hydrologiques au
niveau du barrage Aoulouz ainsi que la détermination de ces caractéristiques au niveau du site
Immerguen. Aussi il s’intéressera à une caractérisation des apports au niveau des différents sites en vue
d’une comparaison et mise en évidence de la contribution de chaque sous bassin.

Le schéma général du présent rapport, comprend deux parties :

La première partie traite des généralités sur les barrages, notamment les barrages en béton et en
BCR, en plus, elle donne une vue générale sur la zone d’étude. Par la suite, nous donnerons les
différentes méthodes utilisées pour une étude hydrologique dans le cas des barrages en présentant les
notions indispensables à la compréhension de cette étude.

La deuxième partie du rapport sera consacrée à l’étude hydrologique du bassin du Souss à


« Aoulouz ». Pour ce faire, nous avons choisi de suivre une démarche qui consiste à analyser tout
d’abord les caractéristiques morpho-métriques des bassins après leur délimitation. Nous calculons
après les débits de crues pour les différents sites par des méthodes statistiques et empiriques, et nous
concluons par le calcul des volumes des apports.

3
Organisme d’accueil

4
Présentation de l’organisme

I. Création de l’ABHSMD
L’agence du bassin hydraulique est créée par la loi 10-95 sur l’eau en tant qu’établissement public,
doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière.

Instituée par le décret 2-00-480 du 14-11-2000 pris en application de l’article 20 de la loi sur
l’eau, l’Agence du Bassin Hydraulique de Souss-Massa-Daraa, est chargée du développement et de la
gestion et la protection du capital eau et du domaine public hydraulique du groupement de bassins
hydrographiques de la région.

II. Missions
L’Agence de Bassin est chargée :

 D’élaborer le plan directeur d’aménagement intégré des ressources en eau relevant de sa


zone d’action ;

 De veiller à l’application du plan directeur d’aménagement intégré des ressources en eau à


l’intérieur de sa zone d’action ;

 De délivrer les autorisations et concessions d’utilisation du domaine public hydraulique


prévues dans le plan directeur d’aménagement intégré des ressources en eau de sa zone
d’action ;

 De fournir toute aide financière et toute prestation de service, notamment d’assistance


technique, aux personnes publiques ou privées qui en feraient la demande, soit pour
prévenir la pollution des ressources en eau, soit en vue d’un aménagement ou d’une
utilisation du domaine public hydraulique ;

 De réaliser toutes les mesures piézométriques et de jaugeages ainsi que les études
hydrologiques, hydrogéologiques, de planification et de gestion de l’eau tant sur le plan
quantitatif que qualitatif ;

 De réaliser toutes les mesures de qualité et d’appliquer les dispositions de la présente loi et
des lois en vigueur relatives à la protection des ressources en eau et à la restauration de
leur qualité, en collaboration avec l’autorité gouvernementale chargée de l’environnement

 De proposer et d’exécuter les mesures adéquates, d’ordre réglementaire notamment, pour


assurer l’approvisionnement en eau en cas de pénurie d’eau déclarée conformément au
chapitre 10 de la présente loi ou pour prévenir les risques d’inondation

 De gérer et contrôler l’utilisation des ressources en eau mobilisées ;

 De réaliser les infrastructures nécessaires à la prévention et à la lutte contre les inondations


en collaboration avec les collectivités locales.

5
Présentation de l’organisme

III. Zone d’action


La zone d’action de l’Agence s’étend sur une superficie de 116.450km², regroupant les Bassins
Hydrauliques du Souss, Massa, Tamri, Tamraght, les Bassins Côtiers Atlantiques situés entre Tiznit et
Sidi Ifni l’unité de Guelmim et le bassin hydraulique de Drâa.

Économiquement cette zone est considérée comme le deuxième pôle du pays ; En effet elle
dispose du premier port de pêche et compte le tiers de la capacité réceptive classée dans le secteur
touristique. Elle occupe le premier rang en ce qui concerne la production et l’exportation des agrumes
et primeurs. La diversité des richesses halieutiques et agricoles a permis l’implantation d’unités
industrielles et artisanales notamment dans le Grand Agadir.

La zone d’action de l’ABHSMD est composée de plusieurs bassins :

Le bassin de Sous Massa s’étend sur la région d’Agadir, Taroudant et Tiznit. Il comprend trois
provinces et deux préfectures :

 Préfecture d’Agadir Ida Outanane.


 Préfecture d’Inezgane Aït Melloul.
 Province de Chtouka Aït Baha.
 Province de Taroudant.
 Province de Tiznit.
Le bassin du Tamri Tamraght côtier atlantique est drainé par deux principaux oueds, le Tamri et le
Tamraght, qui prennent leur source dans le Haut-Atlas Occidental. La superficie globale des deux
bassins est de 2197 km². Administrativement ils relèvent de la préfecture d’Agadir Ida Outanane.

Le bassin versant de l’Oued Drâa s'étend des montagnes du Haut Atlas Central vers le sud aux
basses collines présahariennes. La superficie globale du bassin est égale à 92 500 km².ce bassin
comprend les provinces suivant :

 Province d’Ouarzazate.
 Province de Zagoura.
 Province de Tinghir.
 Province de Tata.
 Province d’Assa zag.
 Province de Tan Tan.

Le bassin de Guelmim fait partie de l’Anti-Atlas occidental. Il se présente comme une cuvette
limitée : au nord par les plateaux de Lakhsass, et par les chaînons du massif d’Ifni et au sud par le Jbel
Taïssa. L’ensemble s’étend sur une superficie d’environ 1240 Km². Ce comprend une seule province
qui est celle de Guelmim.

6
Présentation de l’organisme

La plaine de Tiznit-Sidi Ifni totalise une superficie de 2.226 km 2 . Les principaux oueds dans la
P P

plaine de Tiznit sont les oueds Adoudou et Tamdrhoust ainsi que l’oued Assaka et les affluents rive
gauche de l’oued Massa sur les bordures qui ne sont pas pérennes.

Au niveau de la plaine de Sidi Ifni, les oueds Ifni et Kraymat se déversent dans l’océan au niveau
de Sidi Ifni.

IV. Structure organisationnelle

7
Présentation de l’organisme

Directeur
secrétaire général

Service Communication et
Coopération
Service Contrôle de Gestion et
Audit Interne
Service Informatique et Systèmes
d’Informations

Délégation Délégation Division Affaires Division Domaine Division Gestion Division Evaluation et
GUELMIM OUARZAZATE Administratives et Public Durable des Planification des
Financières hydraulique Ressources en Eau Ressources en Eau

Service Suivi et Service Suivi et


Evaluation et Service Ressources Service Gestion Service Gestion et Service Suivi et
Evaluation et Domaine Public Développement des Evaluation des
Planification des Planification des Humaines et
RE Moyens Généraux Hydraulique Ressources en Eau Ressources en
RE Eau

Service Gestion Service Affaires


Service Gestion et Contrôle Service Service Travaux et Service
Juridiques et du Ouvrages
et Contrôle Domaine Public Programmation et Contentieux Planification et
Domaine Public Hydraulique Hydrauliques Etudes des
Financement
Hydraulique Ressources en
Eau
Service Aides et
Redevances Service Qualité
Service Marchés
et Comptabilité
de l'Eau

Figure 1: Organigramme de l'ABHSMD 8


Partie i :
Généralités

9
Chapitre 1 :
Généralités sur les barrages

10
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

Introduction
Les barrages sont généralement construits pour stocker l'eau pour usage domestique et
industriel, pour l'irrigation, la production d'électricité hydraulique ou de prévenir les
inondations.

L’étude d’un barrage nécessite l’intervention de plusieurs disciplines scientifiques


complémentaires les unes des autres à cause de sa nature complexe et délicate. Les données
environnementales de la région, hydrauliques, géologiques et géotechniques combinées
ensemble constituent le socle de ce genre d’étude. Ces données influencent toute la structure,
notamment le choix des matériaux de son corps, de la fondation et des mesures spécifiques de
sécurité.

Une autre caractéristique de l’étude de ces ouvrages est l’incidence considérable des
spécificités du site sur la conception et le dimensionnement qui font de chaque ouvrage un cas
particulier.

Le concept de sécurité pour les barrages d’accumulation repose sur les trois piliers : de la
sécurité structurale, de la surveillance et entretien, et de la planification en cas d’urgence.
Cette structure et les éléments de chacun de ces piliers sont une mise en œuvre logique de
l'objectif ultime qui est de garantir la sécurité en tout temps et en toute circonstance.

Le présent chapitre vise alors, une présentation générale sur les barrages, à savoir leurs
différents types, les critères utilisés pour leurs classification et ceux pris en considération pour
le choix de leurs types lors de la construction, en passant par leurs situation actuelle au Maroc.
Nous aborderons également la technique la plus utilisée aujourd’hui pour la construction des
barrages: Le béton compacté au rouleau (BCR) et nous concluons par le cadre générale du
barrage Aoulouz.

11
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

I. Situation des barrages au Maroc


La sécurisation des ressources en eau reste une priorité pour le Maroc. Preuve en est que
depuis quelques années, de plus en plus de barrages sont construits un peu partout dans le
pays. Le plus gros, M’Dez, dans la province de Sefrou, devrait coûter 850 MDH pour une
capacité de retenue prévue de 700 millions de m 3, soit le huitième du pays, en taille.
La stratégie nationale de l’eau retient une moyenne de trois grands barrages et 50 petits
ouvrages par an. A titre d’illustration, le budget alloué à la seule construction est passé de 500
à 600 MDH par an en 2003/ 2004 à 2, 2 milliards de DH pour l’année 2012.

Grâce à la politique des barrages, le royaume dispose de plus de 139 grands barrages
avec une capacité globale de plus de 17,6 Milliards de m3, 13 ouvrages hydrauliques de
transfert des eaux (Débitance : 200m3/s, Longueur 1100 km, Volume 2,5 Milliards M3/an) et
plus d’une centaine de petits barrages et lacs collinaires. Mais assurément les plus importants
sont Al Wahda dans la province de Sidi Kacem (3,8 milliards de m3) et Al Massira dans celle
de Settat (2,7 milliards de m3).Ce qui retient l’attention, aussi, est qu’en 1971 le pays ne
comptait guère que 18 grands ouvrages d’art et seulement 11 en 1955. De gros efforts et des
investissements énormes ont donc été entrepris pour aboutir à la situation actuelle.

Si l'évolution de la conception des barrages a connu un rythme très lent pendant des
siècles, en raison sans doute du coût de ces ouvrages et des performances à atteindre en
termes de sécurité, l'apparition dans les années 1980 d'une nouvelle technique, le béton
compacté au rouleau (B.C.R), a conduit à un changement radical, et les nombreuses
innovations qu'il a rendu possibles ont largement révolutionné les habitudes en matière de
conception, ainsi que les méthodes et délais de réalisation.

Figure 2 : Développement de la construction des barrages au Maroc

12
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

II. Différents types de barrages


Les barrages sont par définition des ouvrages hydrauliques disposés en travers d’un cours
d’eau pour créer une retenue ou exhausser le niveau en amont, ces types d’ouvrages barrent
sur toute la largeur une section d’une vallée et créer ainsi une cuvette artificielle
géologiquement étanche.

Chaque structure et matériau de construction définit le type de barrage. On distingue :

1. barrages en béton
 Barrage-poids (gravité)

 Barrages-voûtes

 Barrages à contreforts

 Barrages en béton compacté au rouleau (BCR)

2. Barrages en remblais
 Barrages en terre homogène

 Barrages à noyau

 Barrages à masque

3. Barrages mobiles
Ont une hauteur limitée, ils sont généralement édifié en aval du cours des rivières, de
préférence à l’endroit où la pente est la plus faible. On utilise généralement ce type de barrage
dans l’aménagement des estuaires et des deltas pour rendre les rivières navigables en les
canalisant.

Dans notre étude, on s’intéressera aux barrages en béton.

III. Classification des barrages


Un barrage fluvial permet la régulation du débit d’une rivière ou d’un fleuve, l’irrigation
des cultures, une prévention relative des catastrophes naturelles (crues, inondations), par la
création de lacs artificiels ou de réservoirs. Un barrage autorise aussi sous certaines conditions
la production de forces motrices (moulin à eau) et d’électricité (on parle alors de barrage
hydro-électrique).

La classification des barrages est faite en fonction des critères suivants :

13
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

1. Les matériaux de construction


 Barrages rigides : en béton, béton compacté au rouleau (BCR), maçonneries.

 Barrages souples : en terre ou enrochement.

2. La façon à résister à la poussée de l’eau


 Barrages à stabilité de forme (barrages voutes) : sa forme arquée horizontalement
et verticalement, permet de reporter la poussée de l’eau sur les flancs de la vallée. Il
doit donc s’appuyer sur une fondation rocheuse résistante.

 Barrage à stabilité de poids (barrages poids) : un barrage poids est un barrage


dont la propre masse suffit à résister à la pression exercée par l’eau. Ce sont des
barrages souvent relativement épais, dont la forme est généralement simple (leur
section s’apparente dans la plupart des cas à un triangle rectangulaire)

La conception des barrages est un art difficile, du fait que les contraintes sont très
importantes, les conditions locales ne sont jamais identiques et les matériaux à utiliser sont
ceux disponibles à proximité. La nature de ces matériaux et celle de la fondation de l'ouvrage
orientent le choix du type d’ouvrage.

IV. Choix du site et du type du barrage


Les principaux critères à prendre en considération dans le choix du site et du type du barrage
sont les suivants :

1. La topographie et les apports du bassin versant


Si l’on excepte le cas des plans d’eau à vocation touristique et les petits barrages
hydroélectriques, c’est le volume de la retenue qui conditionne toute la conception du barrage.

On cherche en effet à disposer d’un volume d’eau pour le soutien d’étiage, l’irrigation ou
l’eau potable, ou bien d’un volume disponible pour amortir une crue.

Le tout premier travail consiste donc à calculer le volume d’eau d’une cuvette, en
plusieurs sites éventuellement. Un premier dégrossissage peut être fait à l’aide de la carte IGN
au 1/25 000, sauf pour les retenues de quelques dizaines de milliers de m 3. Le deuxième
travail consiste à vérifier si le bassin versant autorise le remplissage de la retenue et calculer
avec quel risque de défaillance.

14
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

2. La morphologie de la vallée
En première approximation, une vallée large conviendra mieux à l’aménagement d’un
barrage en remblai. Un site étroit conviendra aussi à un barrage poids et un site très étroit
conviendra aussi à une voûte. Tout cela bien sûr sous réserve que les fondations le permettent.

3. La géologie de la fondation
La nature, la résistance, l’épaisseur, le pendage, la fracturation et la perméabilité des
formations rencontrées au droit du site constituent un ensemble de facteurs souvent
déterminants dans la sélection du type de barrage.

On distingue plusieurs types de fondations :

 FONDATIONS ROCHEUSES
Sauf en cas de roches très fissurées ou de caractéristiques très médiocres, les fondations
rocheuses se prêtent à l’édification de tous types de barrages, moyennant des dispositions
adéquates concernant la purge des matériaux très altérés et le traitement éventuel par
injection. L'aspect important est le régime des fractures (failles, joints, diaclases, schistosité).

Les barrages en remblai conviennent toujours. Pour les autres, les exigences vont en
croissant du BCR, au béton conventionnel et à la voûte.

 FONDATIONS GRAVELEUSES
Sous réserve qu’elles soient suffisamment compactes, ces fondations conviennent en
général pour des barrages en terre ou en enrochements, du moins au plan mécanique. Le
contrôle des fuites doit être assuré par un dispositif d’étanchéité et de drainage approprié.

Dans la pratique, ce type de fondation se rencontre surtout pour les rivières ou fleuves à
débit important. L’ouvrage doit donc évacuer des crues importantes, ce qui exclut les barrages
en terre. Des barrages en béton de très petite hauteur peuvent également être édifiés
moyennant des précautions concernant les fuites et les percolations (risque de renard) et les
tassements différentiels.

 FONDATIONS SABLO-SILTEUSES
Des fondations de silt ou de sable fin peuvent convenir à l’édification de barrages en
terre, voire exceptionnellement à de très petits barrages poids en béton moyennant de
sérieuses précautions.

 FONDATIONS ARGILEUSES
Des fondations argileuses impliquent presque automatiquement le choix de barrages en
remblai, avec des pentes de talus compatibles avec les caractéristiques mécaniques des
formations en place.

15
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

4. le régime des crues


Le coût des ouvrages d’évacuation des crues dépend des caractéristiques hydrologiques
du bassin versant.

Dans le cas de bassin versant étendu et de crues prévisibles sévères, il peut être
intéressant de combiner évacuateur de crues et barrage dans un ouvrage en béton déversant.
Au contraire, un déversoir de petites dimensions favorise plutôt le choix d’un barrage en
remblai, toutes choses égales d’ailleurs.

5. Les matériaux disponibles


D’une manière générale, si l’on dispose de sols limoneux ou argileux de qualité (teneur
en fines, plasticité, état) et en quantité suffisante (1,5 à 2 fois le volume du remblai), la
solution barrage en terre homogène ou pseudo-zoné - en réservant les matériaux les plus
grossiers en recharge aval - s’impose comme la plus économique, du moins tant que les débits
de crue à évacuer demeurent modestes.

Si l’on dispose de matériaux imperméables en quantité limitée, et par ailleurs de


matériaux grossiers ou d’enrochements, il est envisageable de construire un barrage en terre
zoné ou en enrochements avec noyau. Cette solution présente l’inconvénient d’une mise en
œuvre par zones, d’autant plus compliquée que le site est restreint et contrarie l’évolution des
engins.

Si l’on ne dispose que de matériaux grossiers, ceux-ci peuvent être exploités pour édifier
un remblai homogène, l’étanchéité étant assurée par une paroi au coulis construite après
montée du remblai en son centre, ou par une étanchéité amont artificielle (béton, membrane
ou béton bitumeux).

Si l’on ne dispose que d’enrochements, un barrage en enrochements compactés avec


étanchéité rapportée sur le parement amont éventuellement adouci (membrane, masque en
béton hydraulique ou béton bitumineux) conviendra. La solution béton, en particulier la
solution BCR, peut également s’avérer compétitive, sous réserve de fondation suffisamment
bonne (rocher ou terrain compact) ne nécessitant pas de fouilles excessives.

6. Critère économique
Dans plusieurs cas, les considérations précédentes auront permis de retenir plusieurs
types de barrage. Par exemple, des fondations rocheuses, la présence de matériaux meubles
proches du site, un débit de crue important, conduiront à mettre en balance un barrage en
BCR et un barrage en terre équipé d’un évacuateur de crue coûteux. Il convient alors de
poursuivre les études pour les deux types d’ouvrages, en veillant à affiner les estimations de
coût au fur et à mesure de la progression des études. Dès que l’un des types de barrages paraît
significativement plus économique, il est préférable de ne pas s’entêter sur l’autre option.

16
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

V.Les Types des barrages en béton


Il existe quatre types principaux de barrage en béton:

1. Barrage voute
Les barrages voûtes reportent la poussée hydrostatique sur la fondation par des arcs
travaillant en compression. C’est la géométrie de la voûte et le contraste de rigidité entre le
béton et le rocher qui déterminent le fonctionnement de l’ouvrage. La recherche de la forme
idéale vise à transmettre la poussée par des arcs entièrement comprimés. Traditionnellement,
les barrages voûtes ont été dessinés en limitant la contrainte maximale dans les arcs
comprimés à 5 MPa, correspondant à un coefficient de sécurité de 4 ou 5 pour un béton de
qualité moyenne.

Figure 3:Le barrage de Monteynard (Isère, France)- voûte

2. Barrage poids
Pour un barrage à profil poids, le fonctionnement de l’ouvrage est complètement
différent : c’est le poids de l’ouvrage (et non sa géométrie comme dans un barrage voûte) qui
assure l’équilibre de la poussée hydrostatique et des sous pressions. Les sous-pressions ne
sont généralement pas considérées pour les barrages voûtes car, du fait de la minceur du profil
dans le sens amont-aval, la part des sous-pressions dans l’équilibre est négligeable. Par contre,
pour un barrage poids, les sous-pressions jouent un rôle majeur dans l’équilibre.

17
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

Figure 4: Profil type d'un barrage poids

3. Barrage à contreforts
Les barrages à contreforts sont des barrages en béton constitués : des murs, généralement
de forme triangulaire, construits dans la vallée parallèlement à l’axe de la rivière. Ces murs
sont les contreforts.

Des bouchures entre les contreforts pour maintenir l’eau de la retenue. Ces bouchures
s’appuient sur les contreforts auxquelles elles transmettent la poussée de l’eau. Les bouchures
sont très souvent inclinées vers l’aval pour que la poussée de l’eau soit orientée vers le bas de
façon à améliorer la stabilité des contreforts. Dans le sens transversal, notamment vis-à-vis
des effets sismiques de rive à rive, les contreforts peuvent être munis de butons.

Figure 5:Barrage de d’Albertville, Rhône-Alpes, France (1955-1962)-contrefort


18
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

4. Barrage en BCR
Les plus récents sont en béton compacté au rouleau (BCR) : le barrage est construit par
couches successives mises en place par des engins de terrassement et compactées avant de
passer à la couche suivante. Les barrages sont ainsi construits très rapidement, ce qui apporte
pour les chantiers un intérêt économique certain.

C’est la forme conçue pour le barrage Aoulouz.

Figure 6: Barrage du Riou-BCR

VI. Barrage en Béton Compacté au


Rouleau
Le regain d’intérêt pour les profils poids est venu de l’invention du BCR qui est une
innovation technique majeure dans la technologie des barrages.

L’innovation consiste à mettre en place le béton et à le compacter, non plus par les
moyens traditionnels (grue ou blondin pour le transport et compactage par pervibration dans
la masse), mais en utilisant les techniques de terrassement, transport par camion, réglage au
bouteur, compactage au rouleau vibrant lourd. Ce mode de réalisation exige toutefois une
surface de plate-forme de travail supérieure à 500 m² (environ) pour que les engins puissent
évoluer efficacement.

La possibilité de réduire au strict nécessaire la quantité d’eau et le serrage efficace obtenu


par le compactage en couches de 30 cm ont permis de limiter les quantités de ciment à des
valeurs de 100 à 150 kg/m3 de façon à diminuer l’exo-thermie.

19
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

L’un des avantages importants du BCR, en particulier dans les pays développés, est la
rapidité d’exécution : le massif d’un petit barrage peut être construit en quelques semaines,
permettant de réduire les coûts d’immobilisation, de maîtrise d’œuvre et souvent de dérivation
des eaux, le barrage étant construit en étiage avec des ouvrages de dérivation réduits au
minimum.

Dans cet esprit, les matériaux BCR utilisés pour le corps du barrage sont avant tout des
matériaux rustiques, dont la composition variable est guidée par la disponibilité sur le site des
composants dans une formulation au moindre coût. Les teneurs en liant sont faibles, de l’ordre
de 100 kg/m3, et la teneur totale en fines est d'au moins de l’ordre de 12 %.

En effet, le Maroc figure parmi les quatre premiers pays dans le monde (avec les U.S.A,
le Japon et la Chine) ayant construit les plus grands barrages en B.C.R (le barrage
d’Aoulouz).

Le Maroc a ainsi déjà utilisé cette technique en 1987 dans la construction de deux petits
barrages collinaires (Koreima dans la région de Rabat, volume 30.000m3; et Rwidat dans la
région de Benslimane, volume 27.000 m3). Et en Novembre 1991 la construction d'un barrage
important (Aoulouz, dans la province de Taroudant, 75 m de haut).

Figure 7: Barrage Aoulouz- BCR

20
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

VII. Cadre générale du barrage Aoulouz

1. Fiche historique
Le but initial du barrage Aoulouz était la régularisation des apports de l’oued Souss en
vue de recharger la nappe de la grande plaine aval. Actuellement, en plus de son rôle
historique de recharge de nappe, il assure l’irrigation de plusieurs milliers d’hectares et
garantira l’approvisionnement en eau potable de la ville de Taroudant.

Les pompages excessifs dans cette nappe pour l’irrigation de près de 60 000ha ont
conduit dans les années 80 à une baisse du niveau de l’eau dans les puits .

La solution du problème passait par la réalisation d’un barrage en amont de la plaine,


destiné à stocker les crues pour les relâcher à des débits compatibles avec la capacité
d’absorption de la nappe, en évitant les pertes en mer.

Les premières études d'un barrage au site d'Aoulouz remontent aux années 70. Leur
actualisation a été menée entre les années 1983 et 1987. A l'avant sommaire, deux variantes
étaient en compétition, une variante "contrefort" et une en béton compacté au rouleau "BCR".

A l'époque, la technique du BCR était à ses débuts, mais compte tenu de l'économie
substantielle qu'elle promettait, d'une part, et de l'expérience du Maroc dans le "contrefort",
d’autre part, l'Administration opta pour le lancement de l'appel d'offres pour les deux
variantes.

Les travaux correspondants ont démarré au début de l'année 1988 avec un volume total
de 850 000 m3 dont 600 000 m3 de BCR. Le barrage Aoulouz fut à l'époque l'un des plus
grands barrages en BCR en construction dans le monde. La réussite de ce chantier constitua
un point de départ pour le développement important de cette technologie au Maroc.

2. Situation géographique
Le barrage Aoulouz est situé sur l’Oued Sous, à l’environ 150 km à l’est de la ville
d’Agadir et à 80 km environ à l’est de la ville de Taroudant.

Le site du barrage est repéré sur la carte au 1/50 000 d’Aoulouz par les coordonnées
Lambert suivantes :

X = 237331,08 Y = 413329,93

21
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

Figure 8: Situation géographique du barrage d'Aoulouz

Hydro-géographiquement, le bassin de Souss est subdivisé en trois parties :

 Une partie amont : entre le point culminant à l'est, le massif du Siroua (3000 m),
jusqu'à Aoulouz où l'oued débouche sur la plaine par des gorges qui marquent la fin de
son parcours montagneux. C’est notre zone d’étude.

 Une partie moyenne : entre Aoulouz et Taroudant ou la vallée forme comme un


rectangle de 60 Km sur 20.

 Une partie aval : jusqu'à l'embouchure. Sur cette partie, la vallée s'élargie d’avantage
vers l'ouest, la bordure de l'Anti-Atlas se dirigeant droit au sud.

Figure 9: Subdivisions du bassin versant du Souss

22
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

3. Cadre géologique
 Géologie régionale du bassin
Les phases orogéniques qui ont affecté le bassin du Souss étaient successivement :

- Le dernier cycle orogénique précambrien qui a donné naissance à l'ossature de l'Anti-


Atlas.

- Le cycle calédono-hercynien, La chaîne précambrienne de l'Anti-Atlas reçoit sa


couverture infracambrienne et paléozoïque.

Les puissantes séries infracambriennes sont principalement constituées de calcaires


dolomitiques, alors que le paléozoïque se caractérise par la puissance considérable de l'ordre
de 10000 m de sédiments où prédomine le matériel schisteux et gréso-quartzitique.

- Le cycle alpin, qui a remanié une partie du domaine atlasique calédono-hercynien et ses
sédiments, qui s'y étaient déposés au secondaire et au tertiaire.

La structure générale des trois domaines du bassin de l'Oued Souss est la suivante :

- Domaine de l'Anti-Atlas occidental :

Caractérisé par le vaste développement des séries essentiellement calco-dolomitiques


infracambriennes et géorgiennes qui atteignent localement 5000 m d’épaisseur.

- Domaine du Haut-Atlas (versant sud) :

Comprenant d’Est en ouest, dans sa partie axiale : le « massif ancien du Haut Atlas »
formé de roches éruptives précambriennes qui culmine au jbel Toubkal (4165m) et le « bloc
occidental » dont les puissantes formations cambro-ordoviciennes pénétrées par les granites
hercyniens font suite, au Nord, à celles de l’Anti-Atlas. Entre le Haute Atlas et l’Anti-Atlas, le
massif volcanique du Siroua, recouvert de coulées phonolitiques (âge Pontien et pliocène),
constitue la zone de liaison.

- La plaine du Souss :

Elle est comblée entièrement par des alluvions et limons quaternaires qui surmontent des
formations crétacées et éocènes, constituant un synclinal orienté E-W. Le flanc nord de ce
synclinal apparait en bordure du Haut-Atlas et à l'est d'Aoulouz, le flanc sud apparaît dans
l'alignement des collines crétacées (Haffaia, Ouled Bou Rbia, Sidi Bou Rja, Tagdrant et
Igoudar). Ce synclinal est faillé abondamment et de manière complexe en profondeur.

 Géologie locale
Le barrage d’Aoulouz est implanté dans une formation dolomitique de structure
régulière, relativement simple, très fracturée et affectée d’une importante karstification de
fissures .Le substratum dolomitique affleure en rive droite, il est recouvert d’alluvions sur une
dizaine de mètres en fond de vallée .Une terrasse ancienne dont l’épaisseur atteint 20 m par
endroits masque le substratum en rive gauche sur pratiquement toute l’emprise du barrage.

23
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

Figure 10 : Extrait de la carte géologique 1/1 000 000ème du Maroc présentant les
principales formations du bassin versant de l’oued Souss à Aoulouz (légende en annexe 7)

24
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

4. Situation climatique
Le climat de la région est à prédominance semi-aride, humide à hiver froid sur les sommets du
Haut-Atlas et présaharien à hiver tempéré en plaine en Anti-Atlas. Le caractère semi-aride est atténué
par la proximité de l’Océan et l’influence du courant froid des Canaries ainsi par la protection contre
les vents du Sud, assurée par l’Anti-Atlas.

 Température :
Les températures moyennes annuelles varient de 14°C sur le Haut-Atlas au Nord à 20°C
sur l’Anti-Atlas au Sud. La température maximale journalière atteint 49°C et la température
minimale descend jusqu’à 3°C au dessous de zéro. Les amplitudes thermiques sont également
élevées et peuvent atteindre 48°C.

 Vent :
La région est relativement ventée. Des vents d’Est chauds, communément appelés
Chergui, peuvent souffler en été et en automne. La vitesse moyenne annuelle du vent est de
l’ordre de 3km/h en montagne et 5km/h en plaine. Elle peut atteindre au piémont des
montagnes prés de 8km/h .

5. Hydrogéologie Régionale:

Dans le bassin de Souss, les unités hydrogéologiques suivantes peuvent être distinguées :

 Les nappes superficielles étendues, liées aux principales plaines de la zone, à


savoir Souss, Chtouka et Tiznit. Elles jouent un rôle essentiel dans le
développement économique et social de la région et sont par conséquent les lieux
privilégiés de concentration des prélèvements pour l’irrigation et l’AEPI.

 Les nappes localisées dans le Haut-Atlas et l’Anti-Atlas :

o dans le Haut-Atlas, les principaux aquifères sont liés aux


formations de la couverture mésozoïque qui sont représentées
principalement par les calcaires jurassiques et crétacés de la partie
occidentale.

o dans l’Anti-Atlas ce sont généralement des nappes d’extension


limitée et de productivité très variable. On y distingue les petites nappes
en relation avec des cours de surface et drainées par des résurgences. Il
s’agit des nappes des vallées des oueds Immerguen et Amaghous. Les
boutonnières de l’Anti-Atlas, Igherm et Kerdous, ainsi que les
formations carbonatées de l’Adoudounien et du Géorgien, renferment
également des eaux souterraines qui sont exploitées par un nombre
assez consistant de captages.

25
Chapitre 1 : Généralités sur les barrages

o Les petites nappes côtières : elles sont localisées en aval des


bassins hydrologiques côtiers de Tamraght, Tamri et Sidi Ifni. Ce sont
généralement des nappes de sous-écoulement, de faible contenance et
soumises à des variations de débit saisonnières importantes. Elles sont
captées pour des besoins limités d’irrigation et d’alimentation en eau.

 Les nappes profondes : ce sont des nappes en charge, exploitables, localisées sous
les nappes superficielles. Leur importance est due à leur rôle dans l’alimentation
par drainance ascendante des nappes superficielles et au statut qui pourrait leur
être assigné de réserves en eau stratégiques à développer en cas de besoin. La
nappe profonde des calcaires du Turonien a été ciblée par des forages sous la
plaine de Souss. Les calcaires géorgiens et adoudouniens constituent des
réservoirs profonds potentiellement aquifères sous la plaine de Souss. Leur
existence est soupçonnée sous celle de Tiznit.

26
Chapitre 2 :
ETUDE HYDROLOGIQUE

27
Chapitre 2 : Etude Hydrologique

Introduction :
D'une façon générale, l'hydrologie peut se définir comme l'étude du cycle de l'eau et
l'estimation de ses différents flux. Cette science couvre d’autres branches :

 La météorologie et L’hydrométéorologie (étude de l’eau atmosphérique).

 L’océanographie,

 L’hydrographie (étude des eaux de surface) qui elle-même est subdivisée en:

 potamologie (écoulement dans les fleuves et rivières),

 limnologie (lacs, réservoirs),

 l’hydrogéologie (eaux souterraines),….

Les études hydrologiques sont liées aux problèmes de conception d’aménagements de


projets de ressource en eau, tels : l’alimentation en eau potable, les usines hydroélectriques,
l’assainissement des eaux pluviales, la protection contre les crues, la navigation fluviale et
bien sur les barrages.

Pour les barrages, l’étude hydrologique a pour but, d’évaluer les apports du cours d’eau
qui assureront le remplissage de la retenue, de définir la crue de projet pour laquelle doit être
dimensionné l’évacuateur de crues ainsi que la crue de chantier pour le dimensionnement du
batardeau.

Les apports, et les débits des crues exceptionnelles serviront également à évaluer la
faisabilité hydrologique de l’ouvrage (faisabilité de remplissage pour les apports et faisabilité
économique pour les crues)

L’étude hydrologique sera décomposée en deux parties distinctes par leurs objectifs :

 Calcul des apports ;


 Étude des crues ;

Avant d’entamer l’étude proprement dite, il y a lieu de déterminer les principales


caractéristiques géométriques et morpho-métriques du bassin versant. Ces éléments
permettront d’opérer des comparaisons avec les bassins versants similaires ou on dispose de
mesure ou étude hydrologiques déjà réalisées.

28
Chapitre 2 : Etude Hydrologique

I. ETUDE DES CRUES


Pour pouvoir dimensionner un ouvrage tel qu’un évacuateur de crues d’un barrage, on
doit se poser la question :

Quel débit de crue Q doit-on évacuer 

Le débit de crue à évacuer est lié aux problèmes économiques et de sécurité, il faut
chercher un compromis entre le coût de l’évacuateur et l’importance des dégâts qui seront
enregistrés en cas de crue.

Ainsi, on peut opter pour une crue de fréquence rare 1/100, 1/1000,….

A la différence des apports qui sont des phénomènes moyens, les crues sont des
phénomènes exceptionnels, ce qui rend leur estimation plus délicate.

Il est important de rappeler que toute évaluation des crues est liée à une période de retour
qui dépend du risque qu’on pourrait encourir en cas d’apparition d’une crue exceptionnelle.

La crue de projet, pour laquelle sont dimensionnés les organes d’évacuation des crues
doit avoir une faible probabilité d’occurrence (crue millénale pour les barrages en béton et
décamillénale pour les barrages en terre).

Nous présentons en ce qui suit les méthodes d’estimation des débits des crues et ceux
pour la détermination de la forme de l’hydro-gramme de crues, mais avant cela nous
définirons la notion de période de retour, base indispensable à la compréhension de ces
méthodes.

 La notion de période de retour


En hydrologie, la notion de période de retour est largement utilisée, mais elle nécessite
d'être bien définie pour être employée à bon escient. Nous commencerons par nous placer
dans le cadre de l'approche classique d'analyse probabiliste d'une variable unidimensionnelle
Q à pas de temps annuel, de fonction de répartition F (Q, ), dont les paramètres  sont fixes.
Lorsque les paramètres sont connus, ce sont des constantes et nous écrirons simplement F(Q)
au lieu de F (Q, ),

29
Chapitre 2 : Etude Hydrologique

 Probabilité de non dépassement


La distribution F(Q) est aussi appelée probabilité de « non dépassement » :

F (Q)  prob (Q  Q) .Complémentairement [1- F(Q)] est appelée probabilité de


« dépassement » :

1  F (Q)  prob(Q  Q)

Par exemple, si F(Q) = 0.99, alors il y a 99 chances sur 100 pour que le débit le plus fort
d'une année ne dépasse pas la valeur Q. Il revient au même de dire qu'il y a 1 chance sur 100
pour qu'elle soit dépassée. De façon plus générale, si la crue la plus forte de l'année a une
probabilité p de n'être pas dépassée, elle aura la probabilité (1 - p) d'être dépassée.

 Période de retour
On peut montrer que l'intervalle de temps moyen entre deux crues maxima annuelles de
probabilité de non-dépassement p est théoriquement égal à T = 1/(1-p) années. C'est un tirage
dans une loi binomiale de paramètre p. Il y a en espérance 1/(1-p) tirages entre deux crues de
probabilité de non-dépassement p. Ceci a conduit à appeler «période de retour» cette durée de
T années. Pour un débit Q quelconque, elle se définit donc ainsi :

1
T 
1  F (Q)
Le débit QT, de période de retour T, se définit donc comme le débit dont la probabilité de
dépassement au cours d'une année est d'une chance sur T :

1
prob (Q T  Q)  1  F (Q T )  1  p 
T

Ou encore :

1
prob(Q  QT )  F (QT )  p  1 
T

On appelle ainsi « débit décennal » le débit Q10 de période de retour T égal à 10 ans et de
façon analogue le débit centennal Q100, millénnal Q1000 ...etc.

30
Chapitre 2 : Etude Hydrologique

L'appellation « période de retour », pratique pour souligner la rareté de l'événement Q T,


est néanmoins trompeuse car elle pourrait laisser croire que les crues se produisent
régulièrement toutes les T années. Bien entendu il n'en est rien, car il ne s'agit que d'une
espérance.

Si une crue QT vient de se produire, il peut tout aussi bien s'en produire une autre de
façon rapprochée ou très lointaine. Il peut arriver que plusieurs crues centennales se
produisent en peu de temps, ou inversement qu'en plusieurs siècles aucune crue centennale ne
survienne.

La période de retour T est utilisée comme une mesure de la probabilité de dépassement


de la crue QT.

Pour éviter toute confusion, on retiendra que le débit QT de période de retour T est le
débit qui a une chance sur T d'être dépassé au cours d'une année.

1. Méthodes d’estimation des débits de crues


Toute étude ou projet nécessitant la connaissance des débits maximums de période de
retour donnée implique la connaissance d’un certain nombre d’informations qui sont
malheureusement souvent partielles ou font totalement défaut notamment dans les petits
bassins versants.

Les trois cas suivants peuvent se présenter :

 Informations hydrologiques inexistantes dans le bassin.


 Informations sur la pluviométrie relativement abondantes.
 Informations sur les pluies et les débits disponibles sur une courte période.

1.1. Cas où les Informations sont inexistantes dans le bassin

Dans ce cas, l’hydrologue peut soit utiliser l’analogie avec d’autres bassins jaugés, soit
recourir aux formules empiriques.

1.1.1. Méthodes analogiques

Elles se basent sur la comparaison avec des bassins versants régionaux sur lesquels
existent des données .Ces méthodes consistent à extrapoler le débit de projet au site non jaugé
à partir des données observées dans un bassin jaugé qui lui est hydrologiquement comparable.

On se base dans cette comparaison sur les paramètres qui définissent géométriquement et
morphologiquement le bassin tels que: forme ,pentes et indice de pente ,paramètres de
rectangle équivalent ,caractéristiques du relief ,densité de drainage ainsi que des paramètres
climatiques ,géologiques, les perméabilités des sols ,la nature de la végétation .Toutes ces
informations sont capables d’aider l’hydrologue à comprendre le comportement hydrologique
du bassin et par conséquent son régime d’écoulement .

Deux méthodes sont généralement adoptées au Maroc

31
Chapitre 2 : Etude Hydrologique

 Méthode régionale de Francou – Rodier :


L’expression de cette formule est présentée ci-après

K
1
S  10
Q B  10 6  B8 
 10 

Avec :

K : le paramètre de Francou Rodier


SB : Superficie du bassin versant en km2

La première étape de l’utilisation de la formule régionale consiste à calculer le paramètre


K, connaissant le débit de crue QA, calculé pour une période de retour T, dans le bassin jaugé
de superficie SA.

  Q 
 Ln A6  
K  10 * 1   10  
  SA  
 Ln 8 
  10  

La deuxième étape du calcul consiste à utiliser la même valeur de K pour calculer le


débit QB de crue dans le bassin non jaugé de superficie SB. La formule de Francou Rodier est
donc utilisée pour cette extrapolation. Il faut bien noter qu’avant l’utilisation de cette
extrapolation, il faut s’assurer que les deux bassins sont homogènes.

 Méthode des débits spécifiques:


La méthode des débits spécifiques consiste à évaluer le débit QB recherché à partir de QA
en tenant compte uniquement de l’influence respective des surfaces des bassins versants.

Cela revient donc à négliger les autres facteurs qui contribuent au comportement
hydrologique de chacun des bassins : nature, sol et végétation …

Elle suppose que ces facteurs soient identiques pour les deux bassins, cette méthode est
définie par la relation :

32
Chapitre 2 : Etude Hydrologique

QA (T ) Q (T )
 B
SA SB
Ces méthodes sont qualifiées de méthodes approximatives et vu qu’elles aboutissent
approximativement aux mêmes résultats, nous avons opté pour l’utilisation de la formule de
Francou-Rodier.

1.1.2. Formules empiriques

Les méthodes de calcul recensées en utilisant différentes formules empiriques tiennent


compte de deux facteurs essentiels :

La taille du bassin versant, par le biais de sa surface et/ou de la longueur de son cours
d’eau principal.

Le gradient topographique du bassin versant, par le biais de sa pente ou de sa dénivelé.

les formules empiriques ne doivent être utilisées pour la détermination des débits de
pointe que lorsque les données hydro-climatologiques sont absentes ou insuffisantes pour
accomplir une analyse détaillée et précise .Les difficultés d’application des relations
empiriques ne sont pas tellement causées par l’empirisme des équations, mais plutôt par le
manque de connaissance des conditions exactes où on doit les appliquer .Évidemment on peut
se fier un peu plus aux équations et aux relations tirées de la région de l’étude .

Nous donnons en ce qui suit les principales formules empiriques utilisées dans les études
au Maroc.

 Petits bassins versants (< 100 ha)


- Mac Maths
- Rationnelle

 Grands bassins versants (> 100 ha)


- Maillet Gautier
- Fuller II
- Hazan Lazarevic
Pour notre étude, alors, on va se servir des formules correspondantes aux Grands Bassins
Versants.

33
Chapitre 2 : Etude Hydrologique

1.2. Cas où les informations sur la pluviométrie sont


relativement abondantes

Dans ce second cas, on peut utiliser la formule rationnelle ou toute autre information qui
fait intervenir la pluie et les caractéristiques physiques du bassin versant pour le calcul des
débits.

1.2.1. Méthode Rationnelle

Cette méthode est adaptée aux bassins versant dont la superficie n'excède pas 150 km2.
Elle fait intervenir la pente du bassin et la nature du couvert végétal.. Si on admet que la
période de retour du débit maximum déterminé est égale à celle de la pluie maximale au cours
de la durée Tc, le débit de pointe pour une période de retour T s‘écrit :

C (T ) * I (Tc , T ) * A
Q(T ) 
3.6 * Tc
Avec :
A : Surface du bassin versant (Km2).
I (Tc,T) : Intensité des pluies pour un temps de concentration donnée de période de
retour T.

C(T): Coefficient de ruissellement qui dépend de la période de retour T


Tc: temps de concentration (h)

Calcul de l’intensité de pluie : Il s’agit dans cette étape de calculer l’intensité moyenne de
pluie, de fréquence F et de durée égal au temps de concentration (Tc).

b
I  a * TC
Avec : a et b Coefficients de Montana.

Les paramètres a(T) et b(T) de Montana sont donnés par le tableau suivant :

Période de retour a(T) b(T)


T (ans)
10 1.973 0.540
20 2.258 0.537
50 2.631 0.534
100 2.911 0.533
Tableau 1: Paramètres de Montana

34
Chapitre 2 : Etude Hydrologique

Vu que le bassin versant du barrage Aoulouz a une grande superficie dépassant 150 Km²,
cette formule ne sera pas utilisée dans notre étude.

1.3. Cas où les informations sur les pluies et les débits sont
disponibles sur une courte période

Dans ce troisième cas on peut utiliser la méthode du gradex. Si la série des débits est
relativement longue, on peut dans ce cas procéder à l’ajustement statistique sur la série des
débits en utilisant les lois de distributions usuelles en hydrologie. Il est important de rappeler
qu’il faut toujours procéder à l’homogénéisation des données hydrologiques avant de les
utiliser pour le calcul des débits.

Avant de se lancer à corps perdu dans des analyses statistiques plus ou moins
complexes, il est indispensable de connaître et comprendre les mécanismes générateurs des
précipitations, puis des écoulements eux-mêmes. En pratique cela consiste d'une part à décrire
le bassin (hypsométrie, hydrographie, couverture des sols, effets anthropiques…etc.), sa
climatologie, son fonctionnement hydrométéorologique, les évolutions historiques et d'autre
part à analyser le déroulement des plus grandes crues. En particulier dans de nombreux
bassins, l'action de l'homme (effet anthropique) est significative : barrages,
imperméabilisation des sols, endiguements, etc. Il faudra donc identifier l'influence des
actions humaines et le cas échéant corriger les données impactées.

On examinera la nature, l'historique et la qualité des données. On s'assurera qu'aucun


déplacement ou détirage de station ne les a entachées. On confrontera et croisera les
informations bibliographiques ou d'archives. On vérifiera la cohérence régionale des données.
Faute de ce travail préalable, on s'expose à des interprétations erronées et à la constitution
d'échantillons hétérogènes, souvent incompatibles avec les hypothèses des analyses
statistiques

1.3.1. Méthode de Gradex

Le postulat de base de la méthode est l'existence d'une relation entre la distribution des
débits et celle des pluies génératrices puisque les débits sont formés par les pluies. Cette
relation est-elle simple?

La réponse est positive lorsque le sol parvient, au bout d'un certain temps de précipitations
intenses, à être saturé de sorte que tout accroissement du volume de pluie va se traduire par un
accroissement équivalent du volume écoulé dans la rivière à l'exutoire du bassin versant.
Autrement dit, pendant un intervalle de temps donné, tout ce qui est précipité finit par
ruisseler.

35
Chapitre 2 : Etude Hydrologique

L’intérêt de la méthode est de déduire la loi des débits à partir de celle des pluies dont
l’échantillon est plus long et offre par conséquent plus de précision. Le débit, à partir duquel,
toutes les précipitations qui tombent ruissellent est appelé débit de référence (Q0), dans notre
étude, on a pris le débit Décennal comme référence qui sera calculé par la formule de
Crupedix donnée comme suit :

 Pj (T  10ans) 
Q(T  10ans)  1,5  S 0,8  max 

 80 

Avec S : Surface du bassin versant

En général cette méthode s’applique aux bassins versants d’une superficie jusqu’à 5000
km2 et un temps de concentration compris entre 1h et 4 jours.

La méthode du GRADEX a pour but de rechercher les débits maximaux de crues pour
des fréquences d’apparition rares à très rares (temps de retour de plus de 100 ans). Elle
s’applique notamment lorsque l’on dispose d’une longue série de pluie et d’une courte série
de débits (env.10 ans) sur le bassin. Le principe de la méthode est de considérer que la droite
de distribution des débits est parallèle à partir du seuil (Pivot), correspondant au temps de
retour 10 ans, à celle des pluies.

La loi de Gumbel est souvent utilisée pour ajuster les séries de pluies maximales et les
débits correspondants.

Figure 11: Droite d'ajustement par la méthode de GRADEX de la loi de GUMBEL

36
Chapitre 2 : Etude Hydrologique

1.3.2. Méthode de l’ajustement statistique

La méthode de l’ajustement statistique permet d’ajuster des lois de probabilité aux crues
observées et à extrapoler la meilleure loi qui représente la distribution empirique pour des
périodes de retour données.

Il faut soumettre les séries de débits instantanés maximums annuels enregistrés au niveau
de la station indiquée à une analyse fréquentielle en vérifiant d'abord les hypothèses
suivantes :

Test d'indépendance des observations (absence d’auto-corrélation) : pour vérifier si


l’occurrence d’une observation n’est pas affectée par les observations précédentes.

Test d'homogénéité : pour vérifier si l’échantillon fait bien partie de la même population.

Les séries de données indépendantes et homogènes sont soumises aux différentes lois
d'ajustement (Gumbel, Frechet, Gauss, Galton, gamma, person III, etc.)

Diagramme à utiliser de préférence


Nom de Fonction de
Paramètres Relation
la loi Échelle répartition
Échelle des
Nom des
abscisses
ordonnées
Qm
M U
Normale Gauss Arithmétique Gauss S -
S
Q= m+U*S -

log Q  m1
Galton
Gauss- Log- m1= moy (log Qi) U1 
(log Gauss S1 -
Log Arithmétique
Normale)
S1   * log( Qi ) Q=10 (m1+u1*S1) -

S Q  Q0 U= -log(- logF)
aG  U
Gumbel Gumbel Arithmétique Gumbel 1.28 aG U
F   exp  exp
Q0= m- 0.45*S Q=aG*U+Q0

U= -log( logF)
(Q  Q0 L )
SL U L  log
Log- aL  aL
Frechet Frechet Gumbel 1.28
Arithmétique U

Q0L= mL*0 .45SL F   exp  exp


Q=e(aL*UL+Q0L)

Tableau 2: Formules des lois statistiques

37
Chapitre 2 : Etude Hydrologique

Le choix de la loi qui s'ajuste le mieux à la série de données se base sur des tests
d'adéquations qui jugent la validité de la loi.

Ces critères de choix se présentent comme suit:

Critère d’information Bayésien (BIC) :

BIC  2Log L  2 * K * Log N 

Avec :

L : la vraisemblance,
K : le nombre de paramètres,
N : la taille de l’échantillon.

Critère d’information d’Akaike (AIC) :

AIC  2 * Log L  2 * K

Avec

L : la vraisemblance
K : le nombre de paramètres.

Probabilité à posteriori (Méthode de Shwarz) : Ce type de probabilité est appelée


également "probabilité conditionnelle" et se note dans le cadre de l'étude des probabilités
conditionnelles ( par exemple la probabilité à postériori d’un événement B sachant A ) :

P( B )
A

Le choix de la loi qui s'ajuste le mieux doit répondre aux critères suivants :

 Les coefficients BIC et AIC les plus faibles.


 La probabilité à posteriori la plus grande.

2. Détermination de l’hydrogramme de la crue de


projet
L’hydrogramme de crue est la courbe qui illustre la variation des débits instantanés de la
crue en fonction du temps. Il est caractérisé par les paramètres suivants :

38
Chapitre 2 : Etude Hydrologique

QP : Débit de pointe ou débit instantané maximum ;


V : Volume de la crue ;
Tm : Temps de montée de la crue ;
Tb : temps de base de la crue ;

Dans la littérature, il existe plusieurs méthodes de détermination d’un hydro-gramme


type d’une crue. On décrit ci-dessous les deux méthodes les plus utilisées dans le cas des
barrages colinéaires, ou on ne dispose souvent pas d’observations hydrométriques directes.

 Hydrogramme triangulaire :
C’est une méthode très simple qui permet d’avoir une estimation assez grossière de
l’hydro-gramme de la crue de projet. Dans l’hydro-gramme triangulaire, le temps de base est
supposé égal à trois fois le temps de montée. Connaissant les débits de pointe (Qmax) et les
volumes de la crue (V) pour différentes périodes de retour, on peut en déduire les valeurs du
temps de montée Tm et du temps de base (Tb) puisque :

1
V  * Qmax * Tb
2

 Hydrogramme type sans dimension


La similitude de forme des hydro-grammes de crues simples a conduit à la recherche
d’une équation unique sans dimension dans laquelle on prend pour unité de débit Qp et pour
unité de temps Tm, l’équation de base de cette forme d’hydro-gramme est du type :

 4 4 t 
 
Q t Tm 
 * 4 * e
QP TM

Q étant le débit à l’instant t après le début de la crue. L’équation ci-dessus conduit à


la relation V / Qp = 1.28 Tm, Tm étant le temps de montée de la crue. Donc connaissant Qp(T)
et V(T) pour la période de retour T, on peut calculer Tm et construire l’hydro-gramme de la
crue de projet point par point en utilisant le tableau de correspondance ci-dessous entre t / Tm
et Q / Qp :

t 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2 2.2 2.4 2.6 2.8 3
Tm
Q 0 0.04 0.28 0.64 0.91 1 0.93 0.78 0.59 0.43 0.29 0.19 0.12 0.08 0.05 0.03
QP

Tableau 3: Tableau de correspondance entre (t/Tm) et (Q/Qp)

Dans notre cas, on a eu recourt à l’hydrogramme triangulaire.

39
Chapitre 2 : Etude Hydrologique

II. ETUDE DES APPORTS


En absence de données hydrométriques sur l’oued, il est nécessaire de procéder à des
estimations indirectes des apports en se basant sur les séries pluviométriques offertes par le
réseau de postes pluviométriques le plus proche et sur les quelques données climatiques
générales.

Le bilan hydrique d’un bassin versant donné peut s’exprimer comme suit :

P  R  ETP  DS
Avec

P : précipitation annuelle en mm

R : Écoulement moyen en mm

ETP : Évapotranspiration en mm

DS : Accumulation des ressources à la fin de l’année.

En ce qui concerne les petits bassins, DS est en général négligeable.

Dans le but de simplification, les hydrologues ont introduit la notion du coefficient de


ruissellement, qui est défini comme le rapport de la hauteur d’eau écoulée à la hauteur d’eau
précipitée. Il est choisi compte tenu de la nature du bassin versant, la couverture végétale, du
type de sol, de la pente et de la lithologie. On peut également obtenir une estimation du
coefficient d’écoulement à partir des bassins versants jaugés ou disposant de mesures
hydrologiques.

Les apports moyens du bassin peuvent être déterminés en appliquant la relation suivante

L  C*P

Avec :

L : lame d’eau écoulée en mm

P : pluie moyenne interannuelle en mm

C : coefficient de ruissellement

D’ou on peut calculer le volume :

V  1000 * L * S

Avec : V : volume des apports en m3 S : surface du bassin versant en km2

40
Partie ii :

Étude hydrologique du
bassin versant

41
Chapitre 1 :

Analyse morpho-métrique des


bassins versants étudiés

42
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

INTRODUCTION
Afin de pouvoir mettre en relation les précipitations et les débits d'un cours d'eau, il est
nécessaire de délimiter les surfaces qui contribuent à alimenter l'écoulement de ce cours d'eau.
L'ensemble de ces surfaces constitue le bassin versant. Il regroupe alors toutes les surfaces
qui, par ruissellement superficiel, contribuent à l'écoulement au niveau de la section de rivière
considérée.

Toute approche du milieu naturel doit s’efforcer dans un premier temps à fournir des
indications chiffrées permettant de caractériser le milieu étudié. C’est pourquoi, nous allons
analyser dans ce chapitre les principales caractéristiques morpho-métriques et
hydrographiques des bassins du Souss à : Aoulouz, Immerguen et Moukhtar Soussi après leur
délimitation. Ces informations, essentiellement descriptives, nous paraissent indispensables
pour l’étude du fonctionnement de ceux-ci.

En fait, nous commencerons par une étude détaillée des caractéristiques du bassin de
l’Oued Souss à Aoulouz, tandis que pour Immerguen et M. Soussi, nous donnerons un
récapitulatif de leurs caractéristiques à la fin.

43
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

I. Délimitation des bassins versants


On peut résumer le processus de la délimitation des bassins versants étudiés dans les
étapes suivantes effectuées par un logiciel SIG :

1. Téléchargement du Modèle Numérique de Terrain (MNT) de la zone d’étude à


partir du site américano-japonais ASTER GDEM.

2. Géo-référencement et découpage de la carte MNT.

3. Conversion de la MNT découpée en image raster lisible par le logiciel SIG.

4. Traitement de ce modèle MNT pour en établir des couches du réseau


hydrographique du bassin versant, des directions des écoulements et de calculer,
pour chaque cellule, la quantité d’eau accumulée dans la cellule du fait des
écoulements amont et d’autres qui serviront à établir la couche du bassin.

5. Désignation de l’exutoire par les coordonnées Lambert : ( Aoulouz :x = 238.05


et y =413.55, Immerguen : x = 249.17 et y = 403.57, Moukhtar Soussi :

x = 252.82 et y = 417.74 ) et découpage du bassin versant à la limite de cet


exutoire.

L’utilisation du model MNT sert à établir l’hypsométrie du bassin versant.

6. Géo-référencement des cartes topographiques de 1/50000 de la zone d’étude.

7. Projection du contour obtenu sur les cartes topographiques et leur traitement pour
en déduire les autres caractéristiques physiques que nous détaillerons dans les
parties suivantes.

La délimitation repose sur deux éléments essentiels :

 Les courbes de niveaux sur les cartes topographiques de la région ciblée.


 Le réseau de drainage de l’oued qui doit être entouré par la ligne de partage des
eaux (à l’intérieur de l’entité limitée)

Les cartes topographiques 1/50000 de la zone d’étude utilisées :

Aoulouz Assarag Tachoukacht


Taliwine Azaghar-n-irs Talat-N-yacoub
Assaragh Oukaimeden Sirwa
Tabadriste Agadir-Melloul Ighram
Taghdout Ighiry Ait Kine
Igli Azeguour Tamaloukt
Tafingoult Amezmiz Ouled-berhil

Pour la carte d’Oukeimeden-Toubkal, on a eu recourt à une carte de 1/100 000 vu qu’on n’a
pas trouvé celle de 50000.

44
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

Figure 12: Bassin Versant de l’Oued Souss à Aoulouz

45
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

II. Détermination des caractéristiques du


Bassin versant de l’Oued Souss à Aoulouz
L’étude consiste à déterminer les indices morpho-métriques pour comparer les indices
morphologiques des bassins versants et pour quantifier leur comportement hydrologique
potentiel. Pour caractériser la forme d’un bassin versant ,différents indices de forme destinés à
comparer les bassins voire à estimer certaines de leurs caractéristiques hydrologiques .L’indice
auquel il est le plus communément fait référence est l’indice de compacité ,dit de Gravelus .

1. Superficie, périmètre et longueur du thalweg principal


 Superficie
La surface constitue l'aire de réception des précipitations qui alimentent un cours d'eau par
écoulement. La surface déterminée pour l’oued Souss à Aoulouz est de :

S = 4434 Km²

 Périmètre
C’est la caractéristique de longueur la plus utilisée. P =463 Km

Figure 13: Périmètre et surface du bassin versant obtenus à l’aide d’un logiciel SIG

 Longueur du cours d’eau principal


La longueur du cours d’eau principal renseigne sur le temps de transite de l’eau pour
atteindre l’exutoire.

L = 133,666 Km

46
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

2. Indice de compacité
La forme d'un bassin versant peut avoir des conséquences hydrologiques importantes,
notamment sur la fonction de transfert des eaux, elle est en partie responsable de l'évolution des
crues et la forme des hydro-grammes observés à l'exutoire. Il existe plusieurs formules
permettant de chiffrer cette caractéristique telle que l'indice de compacité de Gravelius :

 Indice de Gravilus :
La forme du bassin versant est approchée par l’indice de compacité de Gravilus ( K G ).

K G  0,28
P
 K G  1,94  1,12
S

Avec :

P : périmètre du bassin en Km

S : surface en Km²

 Cet indice est proche de 1,12 pour un bassin versant de forme compacte, loin de 1,12
lorsque le bassin est de forme allongée, et égale à 1,12 dans le cas d’un bassin de forme
circulaire.

 Indice de Horton :
Il exprime le rapport de la largeur moyenne du bassin versant à la longueur du cours
d’eau principal.

S
KH 
 K H  0,241
L2
Avec :

S : surface en Km².

L : longueur du cours d’eau principal

Un bassin allongé présente un indice inférieur à 1.

Dans notre cas, le bassin présente alors une forme allongée, cette forme induire de faibles
débits de pointe de crue.

47
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

III. hypsométrie et calcul de la pente


moyenne
L’étude de la répartition des altitudes s’effectue à partir d’une carte en courbes de niveau.
En planimétrant et en cumulant les aires situées entre deux courbes, on obtient la carte et la
courbe hypsométrique.

1. Carte hypsométrique

Figure 14: Carte hypsométrique du Bassin de Souss à Aoulouz

48
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

L’altitude influence quelques paramètres climatologiques caractérisant le bassin versant :

1- au niveau du type et de l'intensité des précipitations

2- au niveau de la répartition spatiale des précipitations

3- au niveau de la valeur de la température

2. Courbe hypsométrique
Afin de définir la répartition de la surface sur les différentes tranches d’altitudes, il demeure
nécessaire d’établir une courbe hypsométrique de notre bassin représentée par les valeurs
groupées dans le tableau suivant :

Tranches
surface
altitude d’altitudes surfaces (km²) S(%)
cumulée(%)
(m)
9 3020-4141 41.637 0.939 0.939

8 2528-3020 136.591 3.081 4.020

7 2202-2528 341.654 7.705 11.725

6 1943-2202 423.253 9.546 21.270

5 1746-1943 991.394 22.359 43.629

4 1560-1746 810.487 18.279 61.908

3 1350-1560 661.489 14.918 76.826

2 1121-1350 624.217 14.078 90.904

1 707-1121 403.321 9.096 100.000

Tableau 4: tableau représentant les surface cumulées par rapport aux tranches d'altitudes

La courbe hypsométrique est la représentation graphique des couples (superficies cumulées


en % en abscisses, l’altitude en m en ordonnées) :

49
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

10
9
8
7
L'altitude (m) 6
5
4
3
2
1
0
0.000 20.000 40.000 60.000 80.000 100.000

Superficies cumulées en %

Figure 15: Courbe hypsométrique du bassin versant

On obtient les altitudes caractéristiques du relief :

 L’altitude maximale Hmax c’est le pont culminant du bassin pour une valeur de
4141m

 L’altitude minimale Hmin se situe à l’exutoire de bassin versant égal à 707 m

 L’altitude moyenne du bassin Hmoy en m. Elle est calculée en pondérant la hauteur


moyenne d’une tranche d’altitude par la surface partielle de cette tranche selon la
formule suivante :

1 hi  hi 1 
Hmoy   i 2
S i
S
 Hmoy  1687,84m

Avec :

S : surface totale du bassin versant en Km²


Hi+1 : limite supérieure d’une tranche d’altitude en m
Hi : limite inférieure de cette tranche d’altitude en m
Si : surface partielle de cette tranche en Km²

50
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

Figure 16: Description statistique des altitudes (tiré d'un logiciel SIG)

3. Pente moyenne du cours d’eau principal


Vu l’influence directe de la pente sur le ruissèlement des eaux superficielles, les
hydrologues travaillent avec des indices de pente, pour tenir compte des dénivellations du relief
qui sont en contact avec la réponse hydrologique du bassin versant.

La pente moyenne donne une bonne indication sur le temps de parcours du ruissellement
direct – donc sur le temps de concentration – et influence directement sur le débit de pointe lors
d’une averse.

Plusieurs méthodes ont été développées pour estimer la pente moyenne d’un bassin.

La pente moyenne se calcule par le rapport entre la dénivellation maximale du cours d’eau
et sa longueur totale L :

Pmoy  H max  H min  / L

51
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

Avec :

Hmax : Altitude maximale du bassin versant en m.

Hmin : Altitude minimale du bassin versant en m.

L : longueur du cours d’eau principal en Km

Pour notre cas, la pente moyenne du cours d’eau principal est égale à :

Pmoy  25,69m / Km

IV. Temps de concentration


Le temps de concentration Tc est le temps que met l'eau tombée au point hydrauliquement le
plus éloigné pour arriver à l'exutoire du bassin versant.

Pour ce paramètre on tient compte des caractéristiques géométriques et morphologiques du


bassin on le calcul à partir des formules empiriques :

1. Ventura

TC  7,632  S 0,5  Pmoy


0,5
 TC  52,84h
Avec :

- Tc en minutes.

- S = Superficie du bassin versant en Km².

- Pmoy = pente moyenne du cours d’eau principal en m /m.

2. Giandotti

4 S  1,5 L
TC   TC  18,63h
0,8 H m  H ex

Avec :

- Tc en minutes.

- S = Superficie du bassin versant en Km².

52
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

-L= longueur du cours d’eau principal en km.

- Hm= hauteur moyenne du bassin versant en m.

- Hex= hauteur de l’exutoire du bassin en m.

3. Kirpich

L1.155
TC  0,945 * 0.385  TC  19,02h
D
Avec :

- Tc en minutes.

-D =Différence d’altitudes entre les extrémités du talweg en m.

- L= longueur du cours d’eau principal en km.

4. Formule Espagnole

01925
TC  18  L0,77  Pmoy  TC  26,32h
Avec :

- Tc en minutes.

- Pmoy = pente moyenne du cours d’eau principal en m /m.

- L= longueur du cours d’eau principal en km.

5. Ven Te Chow

0 , 64
 L 
TC  7,38 
 TC  9,10h
 P 
 moy 

Avec :

- Tc en minutes.

- Pmoy = pente moyenne du cours d’eau principal en m /m.

53
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

- L= longueur du cours d’eau principal en km.

6. Us Corps of Engineers

 0, 25
TC  16,682 L  Pmoy 
0, 77
 TC  24,39h

Avec :

- Tc en minutes.
- Pmoy = pente moyenne du cours d’eau principal en m /m.
- L= longueur du cours d’eau principal en km.

7. Formule Californienne :

0 , 77
 
TC  8,712 
L
 TC  25,78h
 Pmoy 
 

Avec:

- Tc en minutes.

- Pmoy = pente moyenne du cours d’eau principal en m /m.

- L= longueur du cours d’eau principal en km.

8. Formule de Bransby Williams

TC  14,557  L  S 0,1  Pmoy


0, 2
 TC  29,13h

Avec :

- Tc en minutes.
- Pmoy = pente moyenne du cours d’eau principal en m /m.
- L= longueur du cours d’eau principal en km.

-S= superficie du bassin en km².

54
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

9. Formule de Turazza & Passini

TC  1.662 * S 0.5  TC  18,45h

-S= superficie du bassin en km².

10. choix du temps de Concentration


Le tableau suivant récapitule les diverses valeurs du temps de concentration obtenues par
ces formules. La valeur du temps de concentration retenue est la moyenne des valeurs proches.
On a éliminé les valeurs extrêmes très grandes ou très petites pour ne laisser que les valeurs
centrales.

Formule Tc en heure
Formule de Ventura 52,84h
Formule de Giandotti 18,63h
Formule de Kirpich 19,02h
Formule Espagnol 26,32h
Formule de Van Te Chow 9,10h
Formule de US corps of Engineers 24,39h
Formule Californienne 25,78h
Formule de Bransby Williams 29,13h
Formule de Turazza & Passini 18,45h
La valeur de Tc retenue 18,699h

Tableau 5: temps de concentration retenu

V. Coefficient de ruissèlement
le coefficient de ruissellement (Cr) est le rapport entre la hauteur d’eau ruisselée à la sortie
d’une surface considérée dite “pluie nette”, et la hauteur d’eau précipitée dite “pluie brute”.

Cr =Hauteur d’eau ruisselée (mm) / Hauteur d’eau précipitée


Il est fortement influencé par l’imperméabilisation des surfaces mais aussi par la pente, le
cloisonnement des surfaces de ruissellement (murs, remblais), la fréquence de la pluie ...

Les deux tablaux suivant présentent différentes « fourchettes » de coefficient de


ruisselement en fonction de la nature de la surface et du type d’occupation du sol :

55
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

Occupation du sol Coefficient de ruissellement

-Commercial 0,70 < C < 0,95


-Résidentiel
 aménagements 0,30 < C < 0,50
 collectifs 0,50 < C < 0,75
 habitats dispersés 0,25 < C < 0,40
-Industriel
-Parcs et jardins publics 0,50 < C < 0,80 à 0,90
-Terrains vagues 0,10 < C <0,25
-Terres agricoles 0,5 < C < 0,15 à 0,20
 drainées
 non drainées 0,10 < C < 0,13
0,30 < C < 0,07 à 0,10

Type de surface Coefficient de ruissellement


-Pavage, chaussées revêtues, pistes ciment 0,70 < C < 0,95
-Toitures et terrasses 0,75 < C < 0,95
-Sols imperméables avec végétation
 pente < 2% 0,13 < C < 0,18
 pente = 2 à 7% 0,18 < C < 0,22 à 0,25
 pente > 7% 0,25 < C < 0,35
-Sols perméables avec végétation
0,05 < C < 0,10
 pente < 2%
0,10 < C < 0,15
 pente = 2 à 7%
0,15 < C < 0,20
 pente > 7%

Tableau 6 : Les valeurs du coefficient du ruissèlement en fonction du type de la surface et


de l'occupation du sol

En tenant compte, du relief du bassin versant, la formation géologique ( imperméable pour


Aoulouz et Moukhtar Soussi et plus perméable à l’Immerguen ) et la valeur de la pente
moyenne, on estimera le coefficient de ruissèlement par les valeurs suivantes :

Bassin versant Aoulouz Immerguen M. Soussi

Coefficient de 0.23 0.13 0.4


ruissèlement

56
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

VI. Rectangle équivalent


Le bassin versant rectangulaire résulte d'une transformation géométrique du bassin réel dans
laquelle on conserve la même superficie, le même périmètre (ou le même coefficient de
compacité) et donc par conséquent la même répartition hypsométrique. Les courbes de niveau
deviennent des droites parallèles au petit côté du rectangle. La climatologie, la répartition des
sols, la couverture végétale et la densité de drainage restent inchangées entre les courbes de
niveau.

  1,12  
2
KG S 
Léq  1  1    Léq  209,51
1,12   K G  
 Km

  1,12  
2
KG S 
léq  1  1     l éq  21,16 Km
1,12   G  
K

VII. Réseau hydrographique


Le réseau hydrographique est une des caractéristiques les plus importantes du bassin. Le
réseau hydrographique peut prendre une multitude de formes. La différenciation du réseau
hydrographique d'un bassin est due à trois facteurs principaux qui sont :·

 La géologie : par sa grande sensibilité à l'érosion, la nature du substratum influence


sur la forme du réseau hydrographique.

 Le climat: le réseau hydrographique est dense dans les régions montagneuses très
humides et tend à disparaître dans les régions désertiques.

 La pente du terrain : détermine si les cours d'eau sont en phase érosive ou


sédimentaire. Dans les zones de pente plus élevées, les cours d'eau participent
souvent à l'érosion de la roche sur laquelle ils s'écoulent. Au contraire, en plaine, les
cours d'eau s'écoulent sur un lit où la sédimentation prédomine.

Divers paramètres descriptifs sont utilisés pour définir le réseau hydrographique.

La topologie s’avère utile dans la description du réseau hydrographique notamment en


proposant une classification de ceux-ci.

57
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

Cette classification est facilitée par système de numérotation des tronçons de cours d’eau
(rivière principale et affluente).

La codification des cours d’eau est également utilisée pour le traitement automatique des
données.

Il existe plusieurs types de classifications des tronçons des cours d’eau, dont la classification
de Strahler (1957) qui est la plus utilisée.

Cette classification permet de décrire sans ambigüité le développement du réseau de


drainage d’un bassin de l’amont vers l’aval. Elle se base sur les règles suivantes :

 Tout cours d'eau dépourvu de tributaires est d'ordre un.

 Le cours d'eau formé par la confluence de deux cours d'eau d'ordre différent prend
l'ordre du plus élevé des deux.

 Le cours d'eau formé par la confluence de deux cours d'eau du même ordre est
augmenté de un.

Dans notre cas alors et en se basant sur des traitements du bassin versant de la zone d’étude
par un logiciel SIG, on constate que le bassin de l’Oued Souss à Aoulouz est d’ordre 7 .

58
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

Cours d'eau d'ordre 1


Cours d'eau d'ordre 2
Cours d'eau d'ordre 3
Cours d'eau d'ordre 4
Cours d'eau d'ordre 5
Cours d'eau d'ordre 6
Cours d'eau d'ordre 7

Figure 17: Réseau hydrographique du bassin versant du Souss à Aoulouz

59
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

VIII. Récapitulatif de l’analyse


morphométrique du bassin de l’oued Souss
à Aoulouz
Pour conclure nous résumons dans le tableau récapitulatif suivant les caractéristiques
morpho-métriques du bassin de l’oued Souss à Aoulouz :

PARAMETRE VALEUR

Superficie en (km²) 4434

Périmètre en (km) 463

Altitude max (m) 4141

Altitude min (m) 707

Dénivelée (m) 3434

Longueur oued (km) 133.67

Pente moyenne oued (m/m) 0,026

Longueur rectangle équivalent (km) 209.51

Largeur du rectangle équivalent (km) 21.16

Indice de Gravilus (adimensionnel) 1.94

Indice d’Horton (adimensionnel) 0,24

Tableau 7: Récapitulatif des caractéristiques du bassin de l’oued souss à Aoulouz

IX. L’analyse morphométrique des sous


bassins versants : Immerguen & Moukhtar
Soussi

60
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

Figure 18: Situation des sous bassins du Souss à Aoulouz (Immergen & M. Soussi)

61
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

Ainsi compte tenu des différentes formules déjà utilisées pour calculer les caractéristiques
du bassin d’Aoulouz, on a obtenu les résultats suivants :

PARAMETRE Valeur pour le bassin Valeur pour le bassin de


d’Immergen Moukhtar Soussi
Superficie en (km²) 2766,96 1275,08

Périmètre en (km) 349 213,83

Altitude max (m) 3257 4141

Altitude min (m) 873 874

L’altitude moyenne 1590 2007

Longueur du cours d’eau 106,72 64,58


(km)
Pente moyenne oued (m/m) 0,022 0,051

Longueur du rectangle 157,1 93,49


équivalent (km)
Largeur du rectangle 17,61 13,64
équivalent (km)
Indice de Gravilus 1,86 1,68
(adimensionnel)
Indice d’Horton 0,24 0,30
(adimensionnel)

Tableau 8 : Caractéristiques morphométriques du bassin du Souss à Immergen et à M.


Soussi

62
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

Temps de concentration (en heure)

Formule Bassin Versant d’IMMERGEN Bassin Versant M. SOUSSI

Formule de Ventura 45,10 20,11

Formule de Giandotti 17,30 8,90

Formule de Kirpich 16,55 7,77

Formule Espagnol 22,80 13,17

Formule de Van Te Chow 8,29 4,59

Formule d’US corps of Engineers 21,13 12,21

Formule Californienne 23,01 11,31

Formule de Bransby Williams 25,15 13,90


14.57
Formule de Turazza & Passini 9.89

La valeur de Tc retenue 16,137 h 12,647 h

Tableau 9: Temps de concentration retenus pour les deux sous bassins

63
Chapitre 1 : Analyse morpho-métrique des bassins versants étudiés

CONCLUSION

En guise de conclusion, nous constatons que le logiciel SIG utilisé, nous a facilité la
détermination des caractéristiques morpho-métriques, physiques et hydrographiques des bassins
versants étudiés, à condition que la délimitation soit bien faite tout au début du travail.

L’ensemble des principales caractéristiques physiques ont une forte influence sur la
répartition spatio-temporelle des précipitations et de débits au sein de chaque bassin versant
étudié ainsi ils jouent un rôle très important dans l’évaluation du volume des apports .

64
Chapitre 2 :

Calcul des débits des crues


et des apports
Calcul des débits des crues et des apports

INTRODUCTION

Après la définition des caractéristiques physiques citées auparavant, on estimera les débits
de pointes des crues de nos bassins versants (Aoulouz et Immerguen), à l’aide des méthodes
usuelles .On en retiendra après justification les valeurs finales des débits des crues de fréquences
5, 10, 20, 50,100 ,1000 et 10000 ans.

Nous allons essayer également de faire une estimation des apports au niveau des trois
bassins versants tout en prenant en considération la disponibilité des données hydrologiques et
leur homogénéisation ainsi que la validité des méthodes utilisées.

Mais avant d’entamer ces deux axes, il y a lieu d’estimer la pluviométrie moyenne annuelle
au niveau de chaque bassin versant, ce qui est indispensable au calcul qui suit.

66
Calcul des débits des crues et des apports

I. Détermination de la pluviométrie moyenne


annuelle du bassin versant :
 Méthode de Thiessen :

La méthode des polygones de Thiessen est la plus couramment utilisée, parce que son
application est aisée et qu'elle donne en général de bons résultats. Elle convient notamment
quand le réseau pluviométrique n'est pas homogène spatialement (pluviomètres distribués
irrégulièrement).

Cette méthode permet d'estimer des valeurs pondérées en prenant en considération chaque
station pluviométrique. Elle affecte à chaque pluviomètre une zone d'influence dont l'aire,
exprimée en %, représente le facteur de pondération de la valeur locale. Les différentes zones
d'influence sont déterminées par découpage géométrique du bassin sur une carte topographique.

La précipitation moyenne pondérée Pmoy pour le bassin, se calcule alors en effectuant la


somme des précipitations Pi de chaque station, multipliées par leur facteur de pondération
(aire Ai), le tout divisé par la surface totale A du bassin. La précipitation moyenne sur le bassin
s'écrit :

Pmoy 
 A *P i i

A
Avec :

Pmoy : précipitation moyenne sur le bassin.

A : aire totale du bassin.

Pi : précipitation moyenne enregistrée à la station i.

Ai : précipitation du polygone associée à la station i.

Les pluviométries moyennes obtenues pour chaque station, présentent la moyenne des
pluviométries annuelles sur une période au moins de neuf ans .

Les résultats de ces calculs font l’objet de l’annexe 1.

Pour déterminer la zone d’influence de chaque station pluviométrique avec la méthode


THIESSEN, on peut se servir d’un logiciel SIG par la manipulation des coordonnées et la
pluviométrie moyenne au niveau de chaque station.

67
Calcul des débits des crues et des apports

la station Pluviométrie surface (Ai) coordonnée X coordonnée Y


moyenne (Pi) (km²)
(mm)
IGUIDI 271.515 1093,74 260726.302 429682.361
TALIOUINE 228.860 2581 ,83 259385.744 394527.985
IBERGUANTEN 298.870 319 ,18 249440.478 416713.783
IMERGUEN 257.853 341,17 249170.188 403577.660
AWLOUZ 257.327 98,10 237327.740 413330.376

Tableau 10:Tableau de calcul de la pluie moyenne selon la méthode de Thiessen

La pluviométrie moyenne du bassin versant du barrage d’Aoulouz est :

Pmoy  247 mm

68
Calcul des débits des crues et des apports

Figure 19 : Les zones d'influence des stations pluviométriques du bassin versant d'Aoulouz

69
Calcul des débits des crues et des apports

Par la même procédure, on détermine la pluviométrie moyenne annuelle au bassin versant


de la station d’Immergen et du barrage M. Soussi :

 Immerguen
Pluviométrie surface (Ai) Coordonnée
la station coordonnée Y
moyenne (Pi) (mm) (km²) X
TALIWINE 228.860 2508.246 259385.744 394527.985

IGUIDI 271.515 22.204 260726.302 429682.361


IMERGUEN 257.853 234.650 249170.188 403577.660

Tableau 11: Tableau de calcul de la pluie moyenne d'Immergen selon la méthode de


THIESSEN

La pluviométrie moyenne du bassin versant de la station d’Immerguen est :

Pmoy  232mm

 Moukhtar Soussi
pluviométrie Pluviométrie
Nom de la station surface (Ai) (km²)
moyenne (Pi) (mm) moyenne (Pi *Ai)
IGUIDI 271.515 1052.986 269446.520
TALIOUINE 228.860 72.241 13950.138
IMERGUEN 257.853 38.589 5772.009
IBERGUANTEN 298.870 110.827 625.340

Tableau 12: Tableau de calcul de la pluie moyenne de Moukhtar Soussi selon la méthode de
THIESSEN

Ainsi, on obtient, la pluviométrie moyenne annuelle suivante :

Pmoy  271mm

70
Calcul des débits des crues et des apports

Figure 20:Les zones d'influence des stations pluviométriques du bassin de l’oued Souss à
Immerguen

71
Calcul des débits des crues et des apports

Figure 21: Les zones d'influence des stations pluviométriques du bassin de Souss à M.
Soussi

72
Calcul des débits des crues et des apports

II. Détermination des débits des crues :

1. Objectif et méthodes adoptées :


 Objectif :

La présente étude vise principalement deux objectifs :

Estimation des débits de pointe (Qp), pour des périodes de retour allant de 5 à 10000 ans.

Détermination de la forme de l’hydro-gramme des crues et par la même occasion,


estimation des volumes de crues.

 Méthodologie adoptée :
Les débits de pointe ont été calculés pour le barrage Aoulouz et la station Immerguen par :

a. La méthode de l’ajustement statistique des débits instantanés maximums annuels


enregistrés au droit de la station hydrologique d’Aoulouz.

b. Calcul des débits de pointe par les formules empiriques.

c. Calcul des débits de pointe pour les fréquences rares (1/5, 1/10, 1/20, 1/50, 1/100,

1/1000 et 1/10000) en utilisant la méthode du Gradex pour la station Immerguen puis la


transposition par la formule de Franco-Rodier pour en déduire les débits d’Aoulouz.

2. Estimation des débits des crues :


2.1. Calcul par la méthode d’ajustement statistique

2.1.1. La démarche manuelle :


1. Préparation de la série des débits instantanés maximaux annuels

 Trie des valeurs dans l’ordre croissant

 Attribution d’un rang

2. Calcul de la fréquence de dépassement F1 pour chaque rang

r  0,5
 Fréquence empirique de Hazen :
n

r
 Fréquence empirique de Gumbel : n 1

73
Calcul des débits des crues et des apports

Où r est le rang dans la série de données classée, n est la taille de l’échantillon

3. Calcul de la variable réduite « u » correspondante pour chaque loi

4. Représentation graphique des couples (ui, xi) de la série à ajuster

5. Déduction des deux paramètres a et b (a*u +b) de la loi qui représente les
caractéristiques de la loi d’ajustement.

6. Utilisation du modèle statistique pour estimer des débits de pointe pour différentes
périodes de retour T.

7. Calcul de la fréquence de non-dépassement

F X i   1 
1
T

8. Calcul de la variable réduite correspondante

9. Calcul du quantile correspondant d’après la relation linéaire (avec a et b fournis par


l’étape précédente)

2.1.2. Ajustement statistique par le logiciel « Hyfran plus »


Compte tenu de la longueur des séries des échantillons utilisés, on a recours à l’outil
informatique « Hyfran-Plus » qui permet de déterminer rapidement, la loi qui s’ajuste le mieux à
l’échantillon et les valeurs des Qp pour différentes périodes de retour.

Les lois de probabilités testées par l’outil d’ajustement statistique sont :

 La loi Gamma,
 La loi de Gumbel,
 La Loi de Galton (ou loi dite Log normale),
 La loi de Pearson III.

Ces lois sont bien adaptées aux phénomènes extrêmes, car en effet, les pointes
correspondent à des événements rares.

Les ajustements sont effectués pour chacune de ces lois proposées. Les paramètres sont
estimés par la méthode du maximum de vraisemblance. Après classement des lois testées sur la
base de la probabilité à posteriori qui tient compte de la de la qualité statistique de l’ajustement.

74
Calcul des débits des crues et des apports

L’examen visuel confirme le classement effectué selon les probabilités à posteriori.

Les meilleurs ajustements correspondent aux valeurs les plus élevées de la probabilité à
posteriori.

Figure 22: Introduction des données dans « Hyfran-plus »

La série complète des débits instantanés maximums annuels de la station Aoulouz fait
l’objet de l’annexe 2.

75
Calcul des débits des crues et des apports

Figure 23: les paramètres statistiques de l'échantillon

Figure 24: La modélisation par la loi Gamma

76
Calcul des débits des crues et des apports

Le choix de la loi convenable pour ajuster l’échantillon doit être acceptable selon les critères
du test d’adéquation le plus utilisé en hydrologie « KHI- deux » et en faisant une comparaison
avec les résultats des autres lois d’ajustement.

Figure 25: La comparaison des différentes lois d'ajustement

Puisque La loi GAMMA est la loi qui présente les coefficients BIC et AIC les plus faibles
et une grande valeur de la probabilité à postériori (P (Mi /x)) par rapport aux autres lois, alors
c’est la loi Gamma qui s’adapte le mieux avec l’échantillon, d’où on peut déterminer les débits
de pointe des différentes périodes de retour.

L'intervalle de confiance (Confidence Level ) à 95% choisi, est un intervalle de valeurs qui a
95% de chance de contenir la vraie valeur de XT (débit de pointe ).

L’intervalle de confiance est constitué des valeurs qui ne sont pas statistiquement
significativement différentes du résultat observé.

77
Calcul des débits des crues et des apports

Figure 26: Les résultats des débits retenus (XT est le débit de pointe)

2.2. Calcul des débits des crues à l’aide des formules empirique
 Formule de Fuller II

 
Q  1  a * Log T  * S 0,8  8 / 3 * S 0,5 * 4 /* N *100
Avec :

Q : débit de pointe en m3/s de récurrence T .

T : Période de retour

a : Coefficient variant entre 0.7 et 0.8 au Maroc .Nous adoptons 0.8

S : Superficie du bassin versant en Km²

N : Coefficient régional pris égal à 80 en plaines ,85 en région accidentée et 100 en


montagne.

Nous prenons N=85 pour le bassin versant de la zone d’étude.

78
Calcul des débits des crues et des apports

 Formule de Mallet Gautier

Q  2 * K * Log10 1  a * H  * * 1  4 * Log10 T  _ Log10  A


A
L

Avec :

Q : débit maximal en m3/s


K : coefficient variant de 0.50 à 6 (on prend k=0.5)
H : Hauteur moyenne annuelle de pluie .Nous prenons H= 247mm
A : Superficie du bassin versant en km²
a : coefficient variant de 20 à 30 (au Maroc, a=20)
L : Longueur du drain principal en Km
T : Temps de retour.

 Formule DE HAZAN-LAZAREVICK

Q1000  K1 * S K 2
Où :

Q(1000) : Débit de pointe en m3/s de récurrence 1000 ans.

S : Superficie du bassin versant en km2

Les valeurs des paramètres k1 et k2 dépendent de la situation géographique de la zone et de


sa pluviométrie moyenne annuelle. Elles sont données dans le tableau suivant :

Province du Nord Moyen Atlas Haut


Atlas
Rif Rif Rif
central occidental oriental

K1 15.55 9.78 7.58 14.94 13.51 13.47 9.38

K2 0.776 0.793 0.808 0.636 0.613 0.587 0.742

Pluviométrie 1000- 800-1000 600-800 700-900 500-700 400-500 200-400


(mm) 1300

Tableau 13: Table des valeurs des paramètres K1 et K2 de la méthode Hazan Lazarevick

79
Calcul des débits des crues et des apports

En se basant sur la géographie et la pluviométrie de la zone d’étude, nous prenons :

 k1= 9.38

 k2=0.742

La transposition des débits des crues milléniales aux débits de récurrence T se fera par la
formule du Fuller I qui s’écrit comme suit :

QT   Q1000
1  a * Log T 
1  a * Log 1000
Q (T) : Débit de pointe en m3/s de récurrence T

a : coefficient régional variant de 0.8 à 2 pour la partie nord du Maroc ,2 à 3.5 pour le rif
occidental. Nous prenons a=2

 Résultats :

Période de
10000 1000 100 50 20 10 5
retour
Fuller II 4781.122 3870.432 2959.742 2685.597 2323.197 2049.052 1774.907

Mallet
5176.701 4332.519 3277.685 2885.602 2265.444 1647.942 546.986
Gautier
Hazan
6127.308 4765.684 3404.060 2994.170 2452.326 2042.436 1632.546
Lazarevick

Tableau 14 : Résultats des débits de pointe pour les formules empiriques

2.3. Débits de pointe par la méthode du Gradex :

Pour estimer le Gradex, différentes approches sont possibles. Lorsque la série d'observation
est longue (>30 ans) le plus simple et le plus efficace est d'ajuster directement les pluies
maximales annuelles à une loi de Gumbel. Pour cela on a eu recourt à la station d’Immergen vu
que la série d’Aoulouz ne dépasse pas 10 ans. Ces débits et à l’aide d’une transposition avec la
formule de Froncou Roudier vont nous permettre de calculer les débits de pointe du bassin
versant d’Aoulouz.

La méthode de transposition se base sur la comparaison avec des bassins régionaux sur
lesquels existent des données hydrologiques. Cette méthode consiste à extrapoler les débits au
site non jaugé à partir des données observées dans un bassin jaugé qui lui est hydrologiquement
comparable (les deux bassins versants d’Aoulouz et Immerguen présentent des caractéristiques
proches entre eux au niveau du relief, la géologie, réseau hydrographiques …)

80
Calcul des débits des crues et des apports

 La méthode de GRADEX:
Parmi les lois de distribution qui peuvent rendre compte de la statistique des phénomènes
extrêmes, c'est la loi de Gumbel qui s'adapte le mieux aux variables pluviométriques. La loi de
Gumbel a pour expression :

xb xb
F ( x)  exp(  exp(  )) u
a a

Où a et b sont les paramètres du modèle de Gumbel.

Dans un graphique de Gumbel la distribution s’écrit comme suit :

u   ln(  ln( F ( x)))

U étant la variable de Gumbel. Le terme « a » représente la pente de la droite d'ajustement.


Bien souvent et surtout pour les pluies, on appelle a « le Gradex».

En hydrologie, la Probabilité des valeurs d'un échantillon observé est donnée par la formule
de Hasen:

i  0,5
Fi 
n

Dans cette étude, on a ajusté les pluies journalières maximales annuelles de la station
d’Immergen pour une série d’observation assez longe (36 ans) (n=36) par la loi de Gumbel, cet
ajustement a permis d’estimer les valeurs des précipitations pour différentes fréquences de
retour. Par ailleurs ce Gradex présente une constance quelle que soit la période sur laquelle on
prend la pluie maximale.

La série des pluies journalières maximales annuelles de la station de l’Immerguen, fait


l’objet de l’annexe 4.

 Démarche et résultats :
La procédure d’ajustement des valeurs journalières maximales annuelles selon une
distribution de Gumbel est la suivante :

1. Classer par ordre croissant les valeurs retenues,

2. Associer à chaque valeur un rang r,

3. Associer à chaque valeur une probabilité cumulée de non-dépassement F (formule de


Hazen par exemple).

4. Pour chaque valeur retenue, calculer la variable réduite de Gumbel u.

81
Calcul des débits des crues et des apports

Pluies journalières maximales Fréquence Variable


Année Rang(r=i)
annuelles empirique réduite u
1998 12,7 1 0,013888889 -1,576567034
1982 13,6 2 0,041666667 -1,48262243
1976 18,7 3 0,069444444 -0,950269673
2000 18,8 4 0,097222222 -0,939831384
1992 18,9 5 0,125 -0,929393095
1993 19,5 6 0,152777778 -0,866763359
1999 21,4 7 0,180555556 -0,668435861
1977 22,7 8 0,208333333 -0,5327381
1985 23 9 0,236111111 -0,501423232
1972 23,7 10 0,263888889 -0,428355206
1986 24,2 11 0,291666667 -0,37616376
1980 24,7 12 0,319444444 -0,323972313
1973 27 13 0,347222222 -0,083891658
1970 28,9 14 0,375 0,114435839
2003 31,1 15 0,402777778 0,344078205
1996 32,6 16 0,430555556 0,500652545
2002 32,6 17 0,458333333 0,500652545
1989 32,8 18 0,486111111 0,521529124
1991 33,4 19 0,513888889 0,58415886
1971 34 20 0,541666667 0,646788596
2004 34,7 21 0,569444444 0,719856621
1995 35,6 22 0,597222222 0,813801225
1983 35,9 23 0,625 0,845116093
1987 36,1 24 0,652777778 0,865992672
1979 36,6 25 0,680555556 0,918184118
2005 36,9 26 0,708333333 0,949498986
1975 38,2 27 0,736111111 1,085196748
1990 42,6 28 0,763888889 1,544481479
1978 42,8 29 0,791666667 1,565358058
1974 47,5 30 0,819444444 2,055957656
1984 47,5 31 0,847222222 2,055957656
1997 48,7 32 0,875 2,181217129
1994 49,7 33 0,902777778 2,285600022
1981 53,2 34 0,930555556 2,650940149
1988 57,2 35 0,958333333 3,068471722
2001 62,5 36 0,986111111 3,621701057

Tableau 15: tableau représentant les variables réduites calculées

82
Calcul des débits des crues et des apports

5. Estimer les paramètres a et b de la droite d’ajustement par la méthode graphique ou par la


méthode des moments.

6
a 
 Et b    a  0,5772
Avec :

 : L’écart type (   12,28697336 )  a  9,58015313

 : La moyenne (   33,3333333 )  b  27,8036689

6. Représenter graphiquement les couples (u, x[r]) et (u, xq), avec x[r] la valeur observée de
rang r et xq la valeur estimée correspondante.

70
60
y = 9.5801x + 27.804
50
Pj max en mm

40
30 Droite de Gumble
20
Linear (Droite de
10 Gumble)
0
-2 -1 0 1 2 3 4
U vaiable de Gumbel

Figure 27: Ajustement des pluies maximales journalières de la station d'Immergen par la
loi de Gumbel

Avec un ajustement par la méthode des moments, on a alors une estimation des paramètres a
et b (a = 9,580 et b = 27,80) et on obtient une représentation graphique des couples (ui, xi) de la
série des pluies journalières maximales annuelles.

D’après le tableau, ci-dessous, on a pu reconnaître le Gradex et les pluies maximales


journalières pour différentes périodes de retour.

83
Calcul des débits des crues et des apports

Période de retour T (ans) 10000 1000 100 50 20 10 5


Probabilité de non 1 0,999 0,990 0,980 0,950 0,900 0,800
dépassement de Qp (Pr)
Variable réduite de Gumbel u 9,210 6,907 4,600 3,902 2,970 2,250 1,500
pluie par période de retour 116,039 93,976 71,874 65,185 56,259 49,362 42,173
(mm) P

Tableau 16: Pluies maximales journalières par période de retour

On note :

1
 Probabilité de non dépassement de Q p : Pr  1  T

 Variable réduite de Gumbel : u   ln(  ln(Pr))

 Pluie pour période de retour : P  ( a  u )  b

 Estimation du débit de référence (T=10 ans) :


La méthode du Gradex repose sur une certaine fréquence dite de référence (T) généralement
comprise entre la fréquence décennale et vingtennale, selon la perméabilité des sols. Pour le cas
du bassin versant d’Aoulouz, on va considérer comme fréquence de référence la fréquence
décennale (T = 10 ans). Le débit de référence Qp(T 10 ans) est calculé alors par la formule de
Crupedix :

 Pj (T  10ans) 
Q(T  10ans)  1,5  S 0,8  max 

 80 

Avec S : Surface du bassin versant d’Immerguen S  2766,69 Km 2


 Remarque :
Les unités des pluies et des débits doivent être identiques, si l’on procède à l’application de
cette méthode en utilisant la loi de Gumbel (en mm/24h).

84
Calcul des débits des crues et des apports

On obtient donc : Q(T  10ans)  323,824m 3 / s  10,112mm / 24h

On sait que P  ( a  u )  b alors par équivalence Q(mm / 24h)  (a * u )  d

Avec d  Q(T  10ans)  (a * u (T  10ans))  11,447

Période de retour T (ans) 10000 1000 100 50 20 10 5


Q (mm/24h) 76,789 54,725 32,623 25,934 17,008 10,112 2,922
Q (m3/s) 2459,159 1752,577 1044,747 830,533 544,670 323,824 93,589

Tableau 17: Débits moyens maximaux journaliers pour la station d'Immergen

 Il convient encore de signaler que les résultats obtenus par extrapolation sont des débits
maximaux moyens qui résultent de pluies maximales moyennes. Il s’agit donc de multiplier ces
valeurs de débits par le coefficient de pointe moyen (coefficient de pointe=débit de pointe/débit
moyen) pour obtenir le débit maximum instantané.

 Coefficient de pointe de la station d’Aoulouz :

Aoulouz
Date Débits de pointe Débits moyens Coefficients
correspondant ( maximaux journaliers de pointe
m3 / s ) annuels ( m 3 / s )
05/09/2002 61,5 60,5 1,016528926
03/08/2004 72,8 54 1,348148148
04/08/2005 72,8 42,2 1,725118483
01/07/2006 78,8 64,3 1,225505443
17/07/2007 62,4 35,6 1,752808989
31/08/2008 1,27 1,26 1,007936508
26/06/2009 73 15,6 4,679487179
18/02/2010 566 245 2,310204082 1,6633665

Tableau 18:Coefficient de pointe pour Aoulouz

85
Calcul des débits des crues et des apports

Période de retour T 10000 1000 100 50 20 10 5


(ans)
Qp (m 3 / s) 4090,482 2915,178 1737,797 1381,481 905,986 538,637 155,673

Tableau 19:Débits de pointe par temps de retour de la station d’Immerguen .

Les débits de pointe obtenue sont les débits correspondant à la station d’Immergen on va
alors effectuer une transposition avec le bassin versant d’Aoulouz pour obtenir les débits de
pointe de ce dernier.

Pour cela on a utilisé la méthode régionale de Froncou Roudier :La méthode utilise une
formule régionale :

 K
1
S  
10 
Q p  10 6 8
10

Avec :

S : la surface du bassin versant en Km 2

K : coefficient de Froncou Roudier obtenu par la formule :

  Q 
 Ln p6  
 10  
K  10 * 1  
 S 
 Ln 8  
  10  

Les valeurs de K obtenues ainsi que les débits de pointe après transposition sont regroupées
dans le tableau ci-dessous :

Période de retour T (ans) 10000 1000 100 50 20 10 5

Qmax (m3/s) 4090,482 2915,178 1737,797 1381,481 905,986 538,637 155,673


(Immerguen)
coefficient de 4,760 4,438 3,945 3,726 3,324 2,829 1,646
transposition k
Débits de Pointe 5236,951 3789,473 2312,103 1857,079 1241,193 755,372 230,834
(Aoulouz)

Tableau 20: débits de pointe d'Aoulouz issus par la méthode de GRADEX

86
Calcul des débits des crues et des apports

2.4. Récapitulatif des débits calculés pour Aoulouz et


Immerguen :

Les calculs effectués par les différentes méthodes et formules empiriques pour le bassin
versant de l’oued Souss à Aoulouz sont consignés dans le tableau suivant :

Période de
10000 1000 100 50 20 10 5
retour T (ans)
Gradex 5236.95 3789.47 2312.10 1857.08 1241.19 755.37 230.84

FULLER 2 4781.12 3870.43 2959.74 2685.59 2323.19 2049.05 1774.91

Maillet Gautier 5176.70 4332.52 3277.69 2885.60 2265.44 1647.94 546.99


Hazan
6127.31 4765.68 3404.06 2994.17 2452.33 2042.44 1632 .55
Lazarevick
Ajustement
3620 2740 1860 1590 1240 966 691
statistique

Tableau 21: Récapitulatif des débits de pointe calculés par les différentes méthodes

La méthode du Gradex présente l’avantage d’être moins subjective, car issue de mesures de
pluies réelles à un pluviomètre proche du bassin versant.

Les méthodes empiriques de MALLET GAUTHIER, FULLER et HAZAN LAZAREVICK,


donnent des débits surestimés sauf pour la période de retour millénale pour FULLER II et déca-
millénale pour Mallet Gautier qui présentent des débits proches de ceux obtenus par la méthode
de Gradex.

Finalement les débits de pointes de fréquences rares retenus sont donc ceux issues de la
méthode de Gradex:

Période de retour T 10000 1000 100 50 20 10 5


(ans)
Qmax (m3/s) 4090,482 2915,178 1737,797 1381,481 905,986 538,637 155,673
(Immerguen)
Qmax (m3/s) 5236,951 3789,473 2312,103 1857,079 1241,193 755,372 230,834
(Aoulouz)

Tableau 22: Les débits de pointe retenus pour différentes périodes de retour (Immergen &
Aoulouz)

87
Calcul des débits des crues et des apports

3. Détermination de la forme de l’hydrogramme de


crue :
L’élaboration des hydro-grammes des crues repose, au-delà de l’évaluation du débit de
pointe, sur le choix du temps de montée et le temps de base du bassin versant.

Étant donnée que l’hydro-gramme des crues est donnée uniquement à titre indicatif, on
retiendra pour le calcul des volumes des crues un hydro-gramme triangulaire avec la méthode de
Meckus caractérisé par :

- Un débit de pointe Qmax


- Un temps de monté pris égal au temps de concentration : Tm=Tc
Ainsi, le temps de base est de 2 fois le temps de concentration : Tb=2*Tc
Le volume de la crue est donné par la formule suivante :

Q * Tb
V 
2

Figure 28:Hydrogramme de crue triangulaire (Méthode de Meckus)

88
Calcul des débits des crues et des apports

- Pour le barrage d’Aoulouz :


 Tm=18,699 h
 Tb=37,40h

- Pour la station d’Immerguen :


 Tm=16.137 h
 Tb=32.274h
On obtient les résultats suivants :

Période de retour T (ans) 10000 1000 100 50 20 10 5

Volume de la crue
352.538 255.098 155.645 125.014 83.554 50.850 15.539
d'Aoulouz (Mm3)
Volume de la crue
237.629 169.352 100.954 80.255 52.632 31.291 9.044
d'Immerguen (Mm3)

Tableau 17: Le volume des crues pour différentes périodes de retour

6000

5000

4000

3000

2000

1000

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40

Temps en heures

Figure 29: Hydrogramme triangulaire de la crue décamillénale pour Aoulouz

89
Calcul des débits des crues et des apports

4500
4000
3500
3000
2500
2000
1500
1000
500
0
0 5 10 15 20 25 30 35
Temps en heures

Figure 30: Hydrogramme triangulaire de la crue décamillénale pour Immerguen

III. Détermination des apports

1. Bilans des barrages


Le bilan hydraulique d’un barrage est constitué à partir de l’analyse des volumes qui entrent
et sortent d’un barrage : précipitations, ruissèlement, évaporation, infiltration, usages,
déversement…

La détermination du bilan hydraulique des apports moyens mensuels du barrage Aoulouz


ainsi que du barrage M. Soussi est basée sur l’application du bilan qui découle du principe de
conservation des volumes d’eau exprimés en Mm3, soit :

VP  V  VS
 Vp : Volume des apports

 V (Variation de réserve) : c’est le volume d'eau contenue dans la retenue entre


deux jours successifs.

 Vs : volume des sorties

Les sorties d’un barrage sont constitués par les fuites, l’évaporation et les restitutions .

VS  Vr  V f  Vev

90
Calcul des débits des crues et des apports

 Vf (Volume des fuites) : sont calculées par les jaugeages (ces jaugeages sont
effectué à l'aide du moulinet ou micro moulinet, quand le barrage ne déverse pas. le
moulinet est un appareil de mesure de la vitesse du mouvement d'un fluide, il est
composé d'une hélice qui détecte la vitesse du courant et transmet les indications à
un compteur).

 Vev : évaporation

 Vr : Volume de restitutions

Ainsi le volume des restitutions est donné par la formule suivante :

Vr  VVi  Vd  VIr
 VVi : Volume vidangé par la vidange de fond

La vidange de fond est un organe d'évacuation situé au pied du barrage pour vider la
retenue.

 Vd : Volume déversé par l’évacuateur de crue

 VIr : Volume d’irrigation

Pour chacun des barrages, toutes les variables Vev, Vf, VVi, VIr, Vd ainsi que V ont
été mesurées quotidiennement pour la période comprise entre le 1 Janvier 2005 et le 31
Décembre 2014, et en faisant la somme pour chaque mois, des bilans journaliers, on obtient
l’apport mensuel.

Les apports mensuels moyens finals sont obtenus par le calcul de la moyenne des mois, de
chaque mois sur plusieurs années.

Les résultats obtenus pour le barrage Aoulouz font l’objet de l’annexe 3 et ceux de M.
Soussi de l’annexe 5.

Les principales caractéristiques de ces séries des apports sont illustrées dans les figures
suivantes :

91
Calcul des débits des crues et des apports

Mm3
60.000
47.965
50.000
39.974 38.512
40.000
33.394
30.000
18.226
20.000 15.223
10.923 11.019 11.158
10.000 6.811
4.308 4.488

0.000

Figure 31: Les apports mensuels moyens d’Aoulouz

L’apport annuel moyen calculé sur la période 2005-2014 s’élève à : 242 Mm3/an.

Mm3
40.000
35.000 32.280 32.898
30.000
25.594
25.000 21.699
20.000
15.157
15.000
10.840 10.558
10.000 6.087 7.089
3.831
5.000 1.431 2.740
0.000

Figure 32: Les apports mensuels moyens de M. Soussi

L’apport annuel moyen calculé pour le barrage M. Soussi sur la période 2005-2014 s’élève
à : 170.204 Mm3.

Les graphiques ci-dessus montrent que la saison qui s’étend d’octobre à mai où l’essentiel
des précipitations ont lieu montre un grand volume des apports par rapport à la saison sèche de
l’année qui s’étend de juin à septembre où le volume des apports représente moins de 12 Mm 3 .

92
Calcul des débits des crues et des apports

Ainsi en calculant l’apport annuel sur la période 2005-2014 pour les deux barrages
,nous obtenons les résultats suivants :

Mm3
1000
880.662
900
800
700
600
500
413.962
400
296.043
300 223.528
200 118.368 138.490
97.338 74.339
100 63.249 36.831
0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

Figure 33:Les apports annuels du barrage Aoulouz

Dans ce cas ,l’apport annuel moyen obtenu s’élève à : 234 Mm3

Mm3
600
538.465

500

400
346.957

300

200 175.588 165.208


103.256 110.284
100 70.721 70.085 73.917
28.57
0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

Figure 34:Les apports annuels du barrage Moukhtar Soussi

L’apport annuel moyen pour le barrage M. Soussi peut être estimé à : 168 Mm3

93
Calcul des débits des crues et des apports

Pour les deux barrages, le volume des apports annuels moyens obtenus par le calcul direct à
partir des bilans annuels sont inférieurs à ceux obtenus par le calcul des apports mensuels. Cela
est essentiellement dû au manque de données de quelques mois ( Février 2005, Mai 2009 et Avril
2012 pour le barrage Aoulouz et Mai 2009 et Septembre 2010 pour M. Soussi ) et à la saison de
l’année à laquelle appartiennent.

2. Estimation par la formule empirique

Parmi les méthodes utilisées également pour l’estimation du volume des apports, on trouve
la formule empirique :

Vapp  Cr * S * H *1000

Tels que :

Vapp : Volume d’apports en Mm3

Cr : Coefficient du ruissèlement

S : surface du bassin versant en Km²

H : La pluviométrie moyenne annuelle en mm.

Moukhtar
Station Aoulouz Immerguen
Soussi

Volume des apports (Mm3) 252.184 83.45 138.21

94
Calcul des débits des crues et des apports

Conclusion
Dans un premier temps nous avons commencé par le calcul de la pluviométrie moyenne de
chacun des bassins versants de la zone d’étude, en se basant sur la méthode des polygones de
Thiessen effectuée par un logiciel SIG ,et nous avons obtenus les résultats suivants :

 Aoulouz : 247 mm

 Immerguen :232 mm

 Moukhtar Soussi :271 mm

Après le calcul des débits des crues par les formules empiriques, la méthode de l’ajustement
statistique et du Gradex et en se basant sur les études antérieures, nous avons opté pour la
méthode du Gradex qui donne dans la plupart des cas des résultats moins subjectives.

Les débits de pointes des crues de fréquences rares, calculés à l’endroit du projet sont
comme suit :

 Débit décennal : 755,372 M3/s

 Débit vingtennale : 1241,193 M3/s

 Débit cinquentennal : 1857,079 M3/s

 Débit centennale : 2312,103 M3/s

 Débit millénale : 3789,473 M3/s

Une fois le calcul des débits des crues est terminé, nous avons passé à l’évaluation des
apports du cours d’eau qui assureront le remplissage de la retenue, en se basant sur le traitement
des bilans hydrauliques des barrages barrages et moyennant une estimation par la formule
empirique. Les résultats obtenus par cette dernière, bien qu’ils s’éloignent de ceux des études
disponibles, ils se rapprochent de ceux obtenus par analyse des bilans des barrages qui reflètent
la réalité du terrain.

95
Conclusion générale

Conclusion générale

Après la vérification des résultats obtenus pour chaque axe, et leur comparaison avec les
études antérieurs, nous affirmons que nous avons achevé notre tâche demandée : Évaluation et
actualisation des caractéristiques hydrologiques et des apports au niveau des différents sites.

En effet, durant notre présence à l’agence, pendant deux mois, nous avons consacré tout au
début, une période à la phase de documentation afin de découvrir le monde des barrages,
notamment, leurs types, les critères utilisés pour leurs choix lors de la construction, et les
différentes études effectuées avant le début des travaux. Ce qui nous a permis d’avoir les notions
indispensables à la compréhension de la sensibilité d’une étude hydrologique de barrage. A cet
égard, nous avons organisé une visite avec les responsables de l’agence au barrage d’Aoulouz,
où on a pu voir les différents ouvrages annexes, découvrir les galeries et leurs différents rôles
dans le fonctionnement du barrage.

Nous avons également arrivé à approfondir nos connaissances sur plusieurs options du
Système d’Information Géographique (SIG). Aujourd’hui, on se trouve capables de gérer et de
manipuler ce logiciel utilisé actuellement dans plusieurs domaines. Grâce à cette formation, le
SIG nous a aidé à rendre la détermination des différents paramètres des bassins versants de la
zone d’étude plus fructueuse en matière de l’étude hydrologique.

Certes, nous avons rencontré plusieurs problèmes au début de la deuxième partie de notre
étude, notamment dans le calcul des débits des crues, mais grâce à une autre phase de
documentation et l’assistance de notre encadrant, nous avons pu franchir ces difficultés et faire
connaissance de la majorité des méthodes utilisées dans une étude hydrologique dans le cas des
barrages, ainsi que les conditions de leurs utilisations. Dans cette période, on a pu apprendre à
travailler avec le logiciel « Hyfran-plus » qui sert dans la méthode de l’ajustement statistique des
débits des crues, et à faire connaissance et appliquer la méthode de Gradex, l’une des méthodes
les plus utilisées et reconnue par des résultats logiques et moins subjectives. Pareillement, on a
profité de cette occasion, pour apprendre un petit peu la manière de vérifier les séries des
données qu’on utilise avant de se lancer à corps perdu dans des analyses statistiques plus ou
moins complexes, de critiquer les résultats obtenus et à les comparer avec les études antérieures,
ce qui nous a obligé pas mal de fois à refaire les calculs pour pouvoir détecter la source des
résultats erronés. C’est une phase qui nous a pris beaucoup de temps pour arriver à la fin à
obtenir les résultats actuels.

Ce stage a été une expérience très enrichissante. Il nous a permis non seulement de mettre
en pratique nos connaissances théoriques et méthodologiques acquises lors de notre formation à
l’ENSMR, et de découvrir de nouvelles connaissances dans le domaine de l’hydrologie des
barrages mais aussi de nous confronter aux différents problèmes rencontrés par les décideurs
publics face aux changements climatiques et les besoins en eaux croissant.

.
Références bibliographiques

Références bibliographiques

 Gérard Degoutte (1997) - Petits barrages- Recommandation pour la conception, la


réalisation et le suivi .

 Mohamed Mehdi Saidi (2013) - Apports des logiciels de SIG dans la morphométrie
des bassins versants-l’exemple d’ARCGIS .

 Ahmed Chraïbi (2015) - Développement du BCR au Maroc . Fiche synoptique du


barrage Aoulouz (ABHSMD )

 Marc Barbet (2001) - Synthèse des méthodes simples de régionalisation .

 P. Dubreuil (1974) - Initiation à l’analyse hydrologique.

 l’Agence du Bassin Hydraulique de Souss Massa Draa – séries des pluies et des
débits pour les stations utilisées.

 bureau d’étude :Ougoug Étude – Séries des débits instantanés maximums annuels du
barrage Aoulouz.

 Conseil, Ingénierie et Développement (CID) 2011 - Étude Hydrologique du Barrage


Bab Ouender dans la province de Taounate .

Web-graphie
 http://gdem.ersdac.jspacesystems.or.jp/

 http://www.esrifrance.fr/sig2006/bentekhici.html

 http://echo2.epfl.ch/e-drologie/chapitres/chapitre2/chapitre2.html

 http://fr.slideshare.net/istp1/mmoire-de-fin-dtudes-definitive

 http://www.lavieeco.com/news/economie/

97
ANNEXES
Annexes

ANNEXE 1
Échantillon des Pluies
moyennes annuelles aux
postes pluviométriques
utilisés

99
Annexes

Année Awlouz Taliwine Ibergnaten Iguidi Immerguen


1970 556.3
1971 223.7
1972 99.2
1973 271.6
1974 141.3
1975 237.9
1976 217.4
1977 226.6
1978 278.3
1979 354
1980 128.8
1981 271.4
1982 73.9
1983 194.3
1984 377
1985 222.7
1986 172.5
1987 461
1988 294.4 443 354
1989 240.1 445.7 313.9
1990 213.6 330.1 316.3
1991 180.9 147 266.5 427.4 288.1
1992 148.7 139.1 110.4
1993 278.4 329.1 197.7
1994 232.5 195 261.4
1995 624.4 671.8 554.9
1996 297.6 300.9 317.7
1997 398.9 441.5 84.9 373.2
1998 185.9 225 114.8 145.9
1999 150 159.3 241.3 183.9
2000 182 240.1 79.2 140.8
2001 234.7 245.2 431.6 286.2 281.6
2002 224.6 196.9 297.7 207.9 173.5
2003 320.7 289.4 306.8 346.6 266
2004 167.7 169.1 239.1 258.6 195.4
2005 232.9 264 239.8 264 300.1
Moyenne 257.327 228.856 298.887 271.515 257.853

100
Annexes

ANNEXE 2 :
Échantillon des débits
instantanés maximaux annuels
à la station d’Aoulouz

101
Annexes

Année Débit instantané maximal Annuel


1955 1216
1956 240
1957 285
1958 115
1959 323
1960 27
1961 308
1962 404
1963 185
1964 615
1965 553
1966 482
1967 1068
1968 412
1969 1264
1970 251
1971 84
1972 113
1973 134
1974 94
1975 41
1978 1365
1979 495
1980 80
1981 462
1982 12
1983 730
1984 378
1985 88
1986 123
1987 1650
1988 516
1989 335
1990 269

102
Annexes

ANNEXE 3
Série des apports mensuels au
droit du site du barrage
Aoulouz

103
Annexes

Apport
Septem Octobr Novem Décem annuel
Année Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Aout
bre e bre bre (Mm 3)

2005 0.218 18.128 0.102 16.298 0.000 0.294 16.001 0.011 10.144 1.722 0.331
63.249

2006 6.758 14.534 32.523 6.870 0.446 0.236 1.388 16.447 0.000 18.109 0.027 0.000
97.338

2007 0.072 0.012 0.000 8.826 1.765 0.000 15.883 3.352 0.089 2.448 4.336 0.048
36.831

2008 0.807 0.279 0.012 4.526 19.213 0.038 0.015 0.000 14.920 5.174 7.615 21.740
74.339

2009 0.015 27.954 29.931 1.328 13.241 0.074 0.094 8.545 20.989 1.909 119.448
223.528

2010 48.188 360.552 120.035 10.624 2.296 1.789 4.694 24.855 24.855 22.483 126.866 133.425
880.662

2011 40.846 26.760 101.559 49.115 121.438 25.519 20.721 2.223 5.987 12.720 4.237 2.837
413.962

2012 10.558 1.056 0.035 0.030 0.325 0.727 0.431 7.798 57.616 34.732 5.060
118.368

2013 1.547 0.392 97.307 17.296 1.812 0.405 0.348 0.009 18.826 0.183 0.179 0.186
138.490

2014 0.222 0.148 0.208 0.482 0.739 1.525 0.738 4.702 30.548 2.367 203.501 50.863
296.043

Moyen
10.923 47.965 39.974 11.019 18.226 4.308 4.488 6.811 11.158 15.223 38.512 33.394
ne

104
Annexes

ANNEXE 4
Echantillon des Pluies
Journalières maximales
annuelles à la station
Immerguen.

105
Annexes

Année Pluies journalières maximales annuelles


1970 28,9
1971 34
1972 23,7
1973 27
1974 47,5
1975 38,2
1976 18,7
1977 22,7
1978 42,8
1979 36,6
1980 24,7
1981 53,2
1982 13,6
1983 35,9
1984 47,5
1985 23
1986 24,2
1987 36,1
1988 57,2
1989 32,8
1990 42,6
1991 33,4
1992 18,9
1993 19,5
1994 49,7
1995 35,6
1996 32,6
1997 48,7
1998 12,7
1999 21,4
2000 18,8
2002 32,6
2003 31,1
2004 34,7
2005 36,9

106
Annexes

ANNEXE 5
Série des apports mensuels au
droit du barrage de Moukhtar
Soussi

107
Annexes

Année Janvier février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septem Octobr Novem Décem Apport
bre e bre bre annuel

2005 3.078 7.029 33.060 3.284 7.112 0.860 0.079 1.718 0.265 4.116 3.763 6.357

70.721
2006 10.822 15.619 4.384 14.970 4.885 1.741 0.508 0.242 0.348 7.036 4.108 5.422

70.085
2007 3.773 9.139 1.854 1.336 1.182 0.467 0.126 2.587 0.280 1.652 4.032 2.142

28.57
2008 3.328 20.409 4.971 2.413 0.987 0.394 0.133 0.076 7.704 4.330 23.536 5.636

73.917
2009 6.647 31.960 35.468 5.006 21.846 3.888 0.244 1.902 3.253 0.449 64.925

175.588
2010 35.297 211.259 85.164 18.814 11.718 5.171 1.918 16.143 4.187 73.486 75.308

538.465
2011 34.362 21.987 88.211 35.292 101.099 26.699 6.959 5.176 3.149 5.711 9.468 8.844

346.957
2012 4.449 2.653 3.818 4.340 1.244 0.251 0.024 0.619 7.177 36.584 31.677 10.420

103.256
2013 4.658 1.998 71.520 17.898 8.123 3.418 0.638 0.249 0.733 0.084 0.469 0.496

110.284
2014 1.982 0.743 0.532 2.227 0.065 0.027 0.039 0.350 12.922 3.933 104.950 37.438

165.208
Moyenn 10.840 32.280 32.898 10.558 15.157 6.087 1.431 2.740 3.831 7.089 25.594 21.699
e

108
Annexes

ANNEXE 6
FICHE SYNOPTIQUE DU
BARRAGE AOULOUZ

109
Annexes

 DATE DE MISE EN EAU : Septembre 1991

 SITUATION
 Ville la plus proche : Aoulouz
 Coordonnées Lambert Sud Maroc : X= 238.05 – Y=413.55, Carte topo 1/50 000 Aoulouz
 CLIMATOLOGIE
 Pluie moyenne annuelle au barrage : 343 mm
 Température absolue maximale journalière : 48.1 °C
 Température absolue minimale journalière : 0.1 °C
 Température moyenne annuelle : 19.7 °C
 Evaporation annuelle (bac Classe A) : 1917 mm
 COURS D'EAU
 Oued : Souss
 Bassin versant principal : Souss
 Superficie : 4447 Km²
 Pluviométrie moyenne du bassin : 281 mm
 Apport en eau moyen annuel : 213 Mm3 ( 1949-50 à 1996-97)
 BARRAGE
 Type : Barrage poids en béton compacté au rouleau
 Cote du couronnement : 769.00 m NGM
 Hauteur maximum sur fondation : 79.00 m
 Longueur au couronnement : 476.00 m
 Volume du corps du barrage : 900 000 m3
 RETENUE
 Cote à retenue normale : 761.50 m NGM
 Volume à RN : 108.245 Mm3 (barème initial juin 85)
 Surface plan d'eau à RN : 5.327 Km²
 Cote des PHE : 767.84 m NGM
 Volume PHE : 145.442 Mm3
 Surface plan d'eau PHE : 6.454 Km²
 ENVASEMENT
 Envasement moyen annuel : 1.202 m3
 Dégradation bassin versant : 270 m3/Km²/an
 Tranche morte : 0.069 Mm3 ( 712 m NGM

110
Annexes

 ORGANES DE LACHER D'EAU


 EVACUATEUR DE CRUES
 Type d'évacuateur : Évacuateur central de surface à seuil libre à neuf passes
deversantes
 Longueur seuil déversant : 6 * 19 + 3 * 19.2 m = 171.60 m
 Cote de déversement : 761.50 m NGM
 Debit maximum : 5772 Mm3/s
 Fréquence : 1/10 000 ans
 VIDANGE DE FOND
 Type : Deux pertuis 6.00*4.00 m munis chacun d'une vanne de réglage à segment :
4.80*4.00 m
 Cote du seuil de la prise : 712.00 m NGM
 Débit maximum à RN : 522 m3/s par vanne, soit 1044m3/s au total,
Chacune des deux vannes est munie d'un By-pass débitant 12 m3/s à RN
 PRISE USINIERE
 Non encore fonctionnelle
 USAGE DE L'EAU
 Volume régularisé théorique : 139 Mm3
 Pour irriguer 2200 ha : 18 Mm3
 Pour recharger la nappe du souss : 121 Mm3
 Production d'énergie électrique prévue.
 BILAN DE LA RETENUE ( 1991-92 à 2002-2003 )
 Apport moyen observé : 127 Mm3
 Volume de recharge de la nappe : 105 Mm3
 Volume moyen fourni à l'irrigation : 2 Mm3
 Volume moyen des fuites : 13 Mm3
 Volume moyen évaporé : 3 Mm3
 COUT DE L’OUVRAGE : 898 192 484 Dhs

 ENTREPRISES :
 MATRAP : Géni Civil
 SOREFAM + AIC : Hydromécanique

111
Annexes

ANNEXE 7
LEGENDE DE LA CARTE
GEOLOGIQUE DU BASSIN
VERSANT DU SOUSS A
AOULOUZ

112
Annexes

113