Vous êtes sur la page 1sur 32

Chapitre I / Généralités sur les barrages et les barrages en terre

I. C’est quoi un barrage ? Une digue ? Un barrage collinaire ?


II. Classification des barrages
III. Classification des barrages en terre
IV. Allure générale des barrages en terre
V. Calcul des volumes, surface, hauteurs et cotes dans un barrage en terre.

I. C’est quoi un barrage ? Une digue ? Un barrage collinaire ?


II. Classification des barrages
II.1. Classification Européenne

DOMAINE DES DIGUES H < 2m

La classification Européenne comprend 4 classes de barrages (A, B, C et D) et nécessite seulement 2


paramètres ; la hauteur totale (HT) du barrage et son volume du réservoir (VR)

Utilité de la classification (Européenne) des barrages : C’est pour fixer les opérations (taches) qu’il faut faire
avant (phase des études) et après (exploitation) afin de délimiter les responsabilités (Qui est responsable de
quoi ?). Selon la classe du barrage, les normes européennes donnent le tableau ci-dessous.

1
Les Barrages

Remarque
Au sens de la réglementation Européenne, « Le dossier du barrage » doit comporter les pièces suivantes :

1) Études préalables à la construction : dimensionnement, stabilité, étude de danger


2) Compte-rendu de réception de fouilles et chantier, décomptes et bordereaux de livraison
3) Plans d’exécution, plans coté et coupes de l’ouvrage (construction, réparation confortement)
4) Notices de fonctionnement et d’entretien des organes et instruments
5) Rapport de fin d’exécution du chantier
6) Rapport de première mise en eau
7) Rapport périodiques de surveillance et d’auscultation
8) Rapport de visites techniques approfondies
9) Rapport des revues de sûreté.

Il est à noter que « Le dossier du barrage » doit être ouvert dès construction de l’ouvrage et mis à jour
régulièrement.

En ce qui concerne les digues, les normes Européennes, donnent les critères suivants :
 Digue de Classe A : H  1 m et P  50 000 habitants
 Digue de Classe B : H  1 m et 1000 ≤ P ≤ 50 000 habitants
 Digue de Classe C : H  1 m et 10 ≤ P ≤ 1 000 habitants
 Digue de Classe D : H < 1 m ou P < 10 habitants
(H =la plus grande hauteur entre le sommet de l’ouvrage et le terrain naturel du côté de la zone protégée et P =
la population résidant dans la zone à protéger)

2
Les Digues
Pour les digues, la classification Européenne prévoit 4 classes encore (A, B, C et D). Pour les classer, on doit
préciser le nombre d’habitants à protéger contre les inondations (P) et la hauteur totale de la digue (HT)

II.2. Classification de l’ex-URSS (classification Russe)


La classification russe repose sur 3 facteurs :

1) Le type du matériau du barrage (remblais ou béton)


2) La perméabilité de la fondation
3) La hauteur totale du barrage

II.3. Classification de la CIGB (Commission Internationale des Grands Barrages)


Un barrage est appelé « Grand barrage » s’il remplit l’une des conditions ci-dessous :

1) Ht > 15 m
2) 10 < Ht < 15 m

3
 + Lc > 500 m (Lc = la longueur à la crête du barrage = largeur du cours d’eau)
 + VRES > 1.106 m3 (VRES = le volume du réservoir du barrage = volume d’eau à la cote CNR)
 + QDEV > 2000 m3/s (QDEV = le débit de l’évacuateur de crue)
 + Construction spéciale (particulière, formes inhabituelles).

Sinon, on parlera de « barrage » tout court.

II.4. Classification de l’USBR (United State Bureau of Reclamation- USA)


Les classifications américaines reposent sur 2 paramètres ; la hauteur totale (HT) et l’importance des dégâts
occasionnés après rupture du barrage.
 1ère classification (la plus ancienne) ne dépend que de la hauteur totale du barrage

High Dam (Grand Barrage) Medium Dam (Barrage Moyen) Small Dam (Petit Barrage)
Ht > 90 m 30 < Ht < 90 m Ht < 30m

 2ème classification (la plus récente) qui repose sur la hauteur et sur les dégâts probables. Cette
classification s’appelle « Dam Hazard Potential Classification = DHPC » En français, cela voudra dire ;
Classification du Potentiel de Risque du Barrage.

Tableau 1. Classification selon la DHPC


Downstream Hazard Downstream Population at
Potential Hazard Class Risk Economic Loss
(Potentiel de risque (Classe de risque (Population à (Pertes économiques)
à l’aval) à l’aval) risque)
Low Minimal (Minimales)
3 0  No inhabited structures (Pas de structures d’habitation)
(Faible)  Limited agricultural development (Développement agricole limité)
Appreciable A (Appréciables A)
2 D 1 to 6
Significant  1 to 2 inhabited structures (1 à 2 structures d’habitation)
Appreciable B (Appréciables B)
(Significatif) 2E 0  Notable agriculture or works sites (Agriculture moyenne)
 Secondary Highway and/or rail lines (RN et/ou chemins de fer)
Major (Majeures)
 3 to 10 inhabited structures (3 à 10 structures d’habitation)
1C 7 to 30  Low density suburban area with some industry and work sites (Petite ville avec
quelques industries)
 Primary Highway and/or rail lines (Autoroutes et/ou chemin de fer)
Extreme I (Extrêmes I)
High
 11 to 100 inhabited structures (11 à 100 structures d’habitation)
1B 31 to 300
(Grand)  Medium density suburban or urban area with associated industry, property and
transportation features (Ville moyenne avec industrie et VRD consequent)
Extreme II (Extrêmes II)
 More than 100 inhabited structures (Plus de 100 structures d’habitations)
1A > 300  Highly developed, densely populated suburban or urban area with associated
industry, property and transportation, and community life line features (Grande
ville densément peuplée avec beaucoup d’industries et VRD développé)

Tableau 2. Classification selon la hauteur totale du barrage

Dam Height Class (DHC) Hauteur HT Hauteur HT


(Classe de hauteur du barrage) (ft) (m)
Small (Petit) = S < 15 < 4,5
Intermediate (Moyen) = I 15 to 49 4,5 à 15
High (Grand) = H > 50 > 15
1 m = 3,28 ft
Le barrage sera classé selon le format suivant : (Tableau. 1 / Tableau. 2)
Downstream Hazard Class (Classe de risque à l’aval) / Dam Height Class (Classe de hauteur du barrage)
4
Par exemple, 2 E / S
Selon la classification de la DHPC :
La lettre « S » ……………….c’est un barrage de petite hauteur (Small) < 15 ft (= 4,5 m) …… Tableau 2.
Le chiffre et lettre « 2 E » …… Potentiel de risque à l’aval est Significatif avec des pertes économiques de type
« Appréciables B »

Exemple

Soit donné un barrage de 25 m. Après rupture, on estime qu’il va provoquer le décès de 25 personnes et des
dégâts économiques moyens. La ville où se trouve le barrage est assez importante industriellement, il y a
beaucoup de terres agricoles et dispose d’un chemin de fer et un important VRD. Le nombre moyen des
habitants est de 30 000.
Quelle est la classe du barrage selon l’USBR et la DHPC ?

Réponse
1) Classification selon l’USBR
Comme la hauteur du barrage = 25 m < 30 m, donc, c’est un petit barrage (Small dam)

2) Classification selon la DHPC


 Hauteur du barrage = 25 m ……………………. Classe H (Tableau 2)
 Grandes industries ……………………………... Extrêmes II
 Il y a de grandes terres agricoles ………………. Appréciables B
 VRD important…………………………………. Extrêmes II
 Chemin de fer …………………………………. .Appréciables B, Majeures, Extrêmes I, extrêmes II
 30000 habitants ………………………………… Extrêmes II

On regarde là où il y a le plus grand risque. Pour ce cas, c’est « Extrêmes II »


Donc, c’est un barrage de classe 1 A / I.

5
III. Classification des barrages en Terre
III. 1. Selon le matériau du corps du barrage
Barrage homogène

barrages non homogènes (hétérogènes)


 A zones (zonés)

 A masque amont

 A noyau central ou incliné

 A diaphragme

III. 2. Classification selon le dispositif anti infiltration (Internes+ Externes)


6
INFILTRATIONS

Internes Externes

Noyau argileux (central ou incliné) A, B Parafouille (argile) E

Masque amont (béton, asphalte) C Rideau de palplanche (métallique) F

Diaphragme ou membrane (béton, argile, bitume) D Tapis étanche superficiel (argile) G

Écran d'étanchéité (injection de bentonite, coulis de ciment) H

7
Infiltration Interne Infiltration externe

A E

F
B

C G

D
H

III. 3. Classification selon le dispositif du système de drainage


8
DISPOSITIF DU SYSTÈME DE DRAINAGE

BARRAGE BARRAGE
HOMOGÈNE NON HOMOGÈNE

Drain - prisme (de pied) A Tapis cheminée D, E

Drain tapis horizontal B Galerie de drainage F

Drain tapis cheminée C

A D

B E

9
C
F

IV. Allure générale des barrages en terre

Tous les barrages en terre ont la forme d’un trapèze formé par un triangle à l’avant (coté eau), un rectangle au centre et un autre triangle à l’arrière.

V. Calcul des Volumes, Surface, Hauteurs et Cotes dans un barrage en terre.

10
11
LÉGENDE
12
COTES VOLUMES
VU Volume Utile
CCB Cote Crête Barrage
VVID Volume Vidangeable
CPHE Cote des Plus Hautes eaux VM Volume Mort
CRN Cote Retenue Normale VT Volume Totale
CEL Cote Exploitation Limite
CVM Cote Volume Mort
CFL Cote Fond du Lit
HAUTEURS
HS Hauteur de Sécurité
R Revanche
HL Hauteur de Laminage Se déduit après étude de laminage des crues (Hydrologie)
HU Hauteur Utile Se déduit après étude de la topographie du BV (courbes Cotes - Volumes - Surfaces) et de la régularisation (Hydrologie)
HVM Hauteur Volume Mort Se déduit après étude de l'érosion et du transport solide du BV (Hydrologie)
HRN Hauteur Retenue Normale
HT Hauteur Totale

Calcul des paramètres géométriques


1) Les fruits amont (mam) et aval (mav)
2) Largeur à la crête (lC)
3) La hauteur totale du barrage (HT)

1) Détermination des fruits amont (mam) et aval (mav)

Pour le choix des fruits amont et aval des barrages en terre, on adoptera la méthode américaine.
La méthode repose sur 4 paramètres:
a) le type du barrage en terre (Homogène ou à zones)
b) la fonction principale du barrage en terre (stockage, régulateur de crue, quelconque)
c) le risque de vidange rapide (Toute diminution du plan d’eau > 13,5 cm/jour est appelée « vidange rapide »)
d) Types de sol (recharges et noyau) qui composent le barrage

13
14
15
16
17
18
Exemple 1
Soit à déterminer les fruits amont et aval d’un barrage homogène constitué par un sol du type ML. Pour le matériau qui compose le barrage (ML), toute vidange
rapide serait dangereuse pour la stabilité du barrage.

Solution 1
Pour ce barrage homogène, on a : mam = 3,0/1 et mav = 2,5/1 (x/y)

Exemple 2
Soit à déterminer les fruits d’un barrage zoné (hétérogène) constitué par des sols de type:
 Recharge amont : SP
 Recharge aval : SW
 Noyau : MH
Le futur barrage est appelé à stocker les eaux des crues. Il est important que le barrage ne soit pas soumis à la vidange rapide.

Solution 2
 Recharge amont : SP  mam = 2,5/1
 Recharge aval : SW  mav = 2,25/1
 Noyau : MH  mam = 3/1 et mav = 3/1

2) La largeur à la crête (lC)


1ere méthode 2eme méthode 3eme méthode 4eme méthode
2 ½
Ht . V < 100 100 à 300 > 300
lC = HT / 3 + 3,3 1,65 HT 1/2 3,6 HT 1/3 - 3 (m) (hm 3)
lC (m) 3 4 5

3) La hauteur totale du barrage HT = T+ HS + R + HVM + HU + HL


La hauteur d’un barrage sera la somme des termes ci-dessus.

T Tassement HT T (m)
< 20 (m) 0 à 0,5 % de HT
> 20 (m) 0,5 à 1 % de HT

19
HS Hauteur de Sécurité Classe du barrage I II III IV
HS 0,7 0,5 0,4 0,3
1ere méthode R = 0,75 Hvag + Vpv2 / 2g. (Hvag : Hauteur des vagues et Vpv Vitesse de propagation des vagues sur le plan d’eau)
Vpv = 1,5 + 2 Hvag
2eme méthode R = 1 + (F / 9 ) ½

R (m) = HRN + HL
3eme méthode 1,5 < 10 m
2,0 à 2,5 10 m à 20 m
≥4 > 20 m
R Revanche 4eme méthode R = S + HDV.(HDV = Hauteur de déferlement des vagues sur le talus, S = étalement forcé des vagues par le vent)

Remarques
 Les nouvelles théories et expérimentation sur modèles réduits ont toutes montré que la hauteur des vagues
dépend du Fetch qui dépend entièrement de la forme du réservoir et des vents dominants au niveau du site du
barrage (le temps de retour, la direction des vents dominats, l’intensité et la durée)
 L’expérience a démontré que les résultats obtenus par les formules de Stevenson et Molitor, ne sont valables
que pour des vitesses de vent de quelque 100 km/h. De ce fait, les 2 formules sont approximatives.
 Dans des projets réels, il est plus indiqué d’utiliser les formules de Saville et Jonswap.

Calcul de la revanche dans les projets de barrage


La revanche (R)
Par définition, elle représente la hauteur séparant la crête du barrage (CCB) et la cote des eaux (CRN ou CPHE).
Si c’est par rapport à la CRN, on parle de Revanche Normale (Rn). Si c’est par rapport à la CPHE, on parlera de Revanche Minimale (Rm).
Le calcul de la revanche R passe par la détermination de la hauteur et des actions des vagues.
La hauteur des vagues (Hv), générées par les vents dominants qui cisaillent le plan d’eau, dépend de la vitesse (Vw), la durée (T), le Fetch (F) et la profondeur moyenne de
l’eau (D) dans la direction des vents dominants (DVD).
Pratiquement, on fait 2 calculs différents ; l’un pour le cas Rn et l’autre pour le cas Rm. La revanche R = Max (Rn, Rm). Avec Rn  2,0 m et Rm  1,5 m
Notes
1) Les données météorologiques donnent les vitesses à une hauteur de 10 m au-dessus de la terre ferme.
2) Il existe une grande différence entre la vitesse des vents au-dessus de la terre ferme (VL), et celle au-dessus d’un plan d’eau (Vw)
3) Pour les calculs relatifs à la revanche, il est nécessaire de faire la conversion VL  Vw
4) Pour les calculs relatifs à Rm, il est conseillé de prendre la VL (Rm) = 50 à 75% de VL (Rn) ou bien VW (Rm) = 50 à 75% de VW (Rn)

20
DONNÉES

EXISTENT N'EXISTENT PAS

Climatologiques ou Cartes Iso-Vitesse Maximales (avec période


de retour = 50 ans)
Les données climatologiques sont les Séries des données des vents (Vitesse et
Directions) Maximales Mensuelles Interannuelles (Taille > 20 ans)
Pour des prédimensionnements, on peut utiliser des tailles de quelques années.

DVD ∑12
1 𝑉𝑖 .𝐴𝑧𝑖
DVD = ∑12
La plus grande distance libre
(Direction des Vents 1 𝑉𝑖 jusqu’au milieu du barrage
Dominants)

1 𝑋𝑖 .𝑐𝑜𝑠  𝑖
∑15 2
F
F= La plus grande distance libre
(Fetch) 1 𝑐𝑜𝑠 𝑖
∑15 jusqu’au milieu du barrage

∑12
1 Vi . 1 b) Prendre
1 a) VL = (Exemple : V1 = Vjanvier = Sur les n années (taille), voir les n Vitesses du mois de - VL = 160 km/h (CNR)
12
janvier puis prendre la Vmax. V2 = Vfévrier = Sur les n années (taille), voir les n Vitesses du mois de - VL = 80 km/h (CPHE)
février puis prendre la Vmax....etc
2 a) Prendre la Vmax de toute la série (mensuelles interannuelles), à laquelle il faut ensuite faire des 2 b) A partir des données de
VL corrections. vitesses (journalières, mensuelles)
3 a) Prendre Directement la Vmax à partir des cartes ISO-Vitesse 50 ans de la région étudiée et à travers les lois de probabilité
(Vitesse de Surface) (Galton, Gumbel, Fischer, Pearson,
...) essayer de trouver la Vmax
avec des périodes de retour de :
4 a) Prendre la Vmax de toute la série (mensuelles interannuelles) sans faire des corrections.
- 50 ans (normes USA et Inde)
- 10 et 100 ans (normes Suisses)

VL = MOY VLi 21
VL
VW

Fruit du talus (K)


(A)
Hauteur Finale des Vagues HVF = Hv x 1,67 Hauteur des vagues Hv

Longueur d'onde des vagues Ls Période des vagues Ts


(C) (B)

HDV = Hauteur de Déferlement des vagues (Wave run-up)


(D) Dm = Profondeur moyenne dans le sens de la DVD
(E)

S = sur-hauteur de HDV due à l'action directe des vents (Wind set-up)

(F)
La Revanche Rn = S + HDV

22
1, 00 F  1 km g.HV
= 0,0026. (
g.F 0,47
) .Vw [m/s]
g.TS
= 0,45. (
g.F 0,28
) F [m]
(K) VW / VL = 1,1022. F 0,0783 1 km < F < 10 km V2W V2W (B) VW V2W
(A)
1,31 F  10 km (C ) LS = 1,56. TS2 Ls [m], Ts [s]
1) Pour les talus à surface lisse à base de ciment
Avec
H0 = HVF [m]
R = HDV [m]
Slope = Fruit du talus
Le graphique ci-contre, permet de déterminer HDV = H0 [m]

2) Pour d’autres types de revêtement du talus


On doit utiliser des facteurs de correction.

Type surface talus Facteur de correction


Rip - Rap (Bloc de pierres) 0,60 à 0,65
Pierres rangées 0,80
(D)
Dalles en béton armé 0,90
Surfaces à base de ciment 1,00
Surface lisse (géomembane) 1,40

Les valeurs de HDV trouvées pour les talus à surface lisse à base
de ciment, doivent être multipliées par le facteur de correction,
en fonction du type de revêtement du talus.

V2W .F
D CRN = 2/3 (CRN – CFL) S= S [m]
62000.D
(E) (F)
D CPHE = 2/3 (CPHE – CFL)
VW [km/h], F [km], D [m]
23
Application
Soit un futur barrage en terre de caractéristiques :
CRN = 3200 ft
CRN – CFL = 40 ft et CPHE – CRN = 9 ft
mam = 3/1
On demande de déterminer la revanche R si la topographie du site ainsi que les vitesses sont données ci-dessous.

Carte ISO-Vitesse Max (T = 50 ans)

24
Les vitesses Max Mensuelles Interannuelles

Période d'observation Mois Vitesse VL (mph) Direction Azimut (°)


1941 à 1970 janvier 54 S 180
1941 à 1970 février 61 SO 225
1941 à 1970 mars 57 S 180
1941 à 1970 avril 60 S 180
1941 à 1970 mai 42 SO 225
1941 à 1970 juin 40 SO 225
1941 à 1970 juillet 31 S 180
1941 à 1970 aout 29 SO 225
1941 à 1970 septembre 61 S 180
1941 à 1970 octobre 88 S 180
1941 à 1970 novembre 56 SO 225
1941 à 1970 décembre 57 S 180

25
26
I. CALCUL DE LA REVANCHE NORMALE (Rn)
(Dans cette phase, le plan d’eau est à la cote CRN)

1) Calcul de la DVD
∑12
1 𝑉𝑖 .𝐴𝑧𝑖
A partir de la formule DVD = ∑12
1 𝑉𝑖

Période d'observation Mois Vitesse VL (mph) Direction Azimut (°) VL x Az


1941 à 1970 janvier 54 S 180 9720
1941 à 1970 février 61 SO 225 13725
1941 à 1970 mars 57 S 180 10260
1941 à 1970 avril 60 S 180 10800
1941 à 1970 mai 42 SO 225 9450
1941 à 1970 juin 40 SO 225 9000
1941 à 1970 juillet 31 S 180 5580
1941 à 1970 aout 29 SO 225 6525
1941 à 1970 septembre 61 S 180 10980
1941 à 1970 octobre 88 S 180 15840
1941 à 1970 novembre 56 SO 225 12600
1941 à 1970 décembre 57 S 180 10260
636 124740

DVD = 196°

27
On remarque que cet Azimut se trouve à l’extérieur de la Zone Active des Vents ZAV ( – 45° à + 45° / la ligne orthogonale à l’axe du barrage).
Dans pareils cas, il faut déterminer, graphiquement, sur carte topographique, la plus grande distance « libre » depuis la ligne CRN et le milieu du barrage.
En faisant ce travail, nous aurons une DVD de 330°.

28
2) Calcul du Fetch (F)
∑𝟏𝟓
𝟏 𝑿𝒊 .𝒄𝒐𝒔  𝒊
𝟐
A partir de la carte topographique du site et de la méthode du Fetch effectif, F = (tableau ci-dessous), on obtient:
𝟏 𝒄𝒐𝒔 𝒊
∑𝟏𝟓

29
Donc le Fetch (F) = 0,4 mile = 640 m
3) Le calcul de la vitesse maximale des Vents selon la DVD
∑12
1 Vi .
a) 1ère méthode : VL = 12

Période d'observation Mois Vitesse VL (mph)


1941 à 1970 janvier 54
1941 à 1970 février 61
1941 à 1970 mars 57
1941 à 1970 avril 60

30
1941 à 1970 mai 42
1941 à 1970 juin 40
1941 à 1970 juillet 31
1941 à 1970 aout 29
1941 à 1970 septembre 61
1941 à 1970 octobre 88
1941 à 1970 novembre 56
1941 à 1970 décembre 57
636

Donc la VL = 636/12 = 53 mph (mille per hour = mille/h)

b) 2ème méthode (Carte Iso-Vitesse max de période de retour 50 ans)


Par rapport aux données du problème, on peut lire que sur le site du futur barrage, la VL max est égale à 75 mph

c) 3ème méthode (Prendre la Vmax de toute la série (mensuelles interannuelles), à laquelle il faut ensuite faire des corrections)
La vitesse maximale de toute la série (voir tableau des données des vitesses) est égale à 88mph.
La correction (elle sera expliquée une autre fois) va donner une vitesse VL max est égale à 61 mph

d) 4ème méthode (Prendre la Vmax de toute la série (mensuelles interannuelles), sans faire des corrections)
La vitesse maximale de toute la série (voir tableau des données des vitesses) est égale à 88 mph.

Finalement, la vitesse maximale VL max est égale à (53 + 75 + 61 + 88) /4 = 70 mph

Donc, VL = 70 mph

 (Formule K. Feuilles 3 et 4). VW = 70 mph


 (Formule A. Feuilles 3 et 4). HV = 0,61 m
 (Formule B. Feuilles 3 et 4). TS = 2,4 s
 (Feuilles 3). HVF = 1,02 m
 (Formule C. Feuilles 3 et 4). LS = 9 m
 (Formule D. Feuilles 3 et 4). HDV = 1,33 m (surface lisse à base de ciment). On un revêtement rip rap, nous aurons : HDV = 1,33 x 0,65 = 0,87 m
 (Formule E. Feuilles 3 et 4). Dm = 9 m
 (Formule F. Feuilles 3 et 4). S = 0,014 m
31
 (Feuilles 3). Rn = 0,9 m. Mais à voir la feuille 1, on voit bien que Rn  2,0 m.

Donc finalement, la Revanche Normale (Rn) est égale à 2,0 m

II. CALCUL DE LA REVANCHE MINIMALE (Rm)


(Dans cette phase, le plan d’eau est à la cote CPHE

1) La DVD ne change pas = 330°


2) Le fetch (F) va changer car la topographie a changé. F = 0,45 mi (= 720 m)
3) (Voir feuille 1). La VL(CPHE) = 50 à 75% de VL (CRN). Donc VL = 52,5 mph
 (Formule K. Feuilles 3 et 4). VW = 52,5 mph
 (Formule A. Feuilles 3 et 4). HV = 0,48 m
 (Formule B. Feuilles 3 et 4). TS = 2,2 s
 (Feuilles 3). HVF = 0,8 m
 (Formule C. Feuilles 3 et 4). LS = 7,6 m
 (Formule D. Feuilles 3 et 4). HDV = 1,04 m (surface lisse à base de ciment). On un revêtement rip rap, nous aurons : HDV = 1,04 x 0,65 = 0,7 m
 (Formule E. Feuilles 3 et 4). Dm = 10,9 m
 (Formule F. Feuilles 3 et 4). S = 0,013 m
 (Feuilles 3). Rm = 0,71 m. Mais à voir la feuille 1, on voit bien que Rm  1,5 m  la Revanche Minimale (Rm) est égale à 1,5 m

Conclusion

La revanche R = max (Rn, Rm) = max (2,0 et 1,5)  R = 2,0 m

32