Vous êtes sur la page 1sur 10

QCM

Structure électronique de l’atome


■ Énergie
1) Un photon est associé à l’onde électromagnétique de longueur d’onde 𝜆. Exprimer l’énergie
ℰ de ce photon en fonction de 𝜆, de la constante de Planck ℎ et de la célérité de la lumière 𝑐.
 ℎ   ℎ.𝜆   ℎ.𝑐   𝜆.𝑐
A ℰ = 𝜆.𝑐 B ℰ = 𝑐 C ℰ = 𝜆 D ℰ = ℎ
2) ℎ = 6, 63.10−34 𝐽.𝑠 et 𝑐 = 3.108 𝑚.𝑠−1 . Calculer l’énergie d’un photon associé à un rayonne-
ment infrarouge de longueur d’onde 𝜆 = 0, 1 𝑚𝑚.
      
A ℰ = 2, 21.10−46 𝐽  
B ℰ = 2, 21.10 −38 𝐽
 
C ℰ = 1, 38.10 −27 𝑒𝑉
D ℰ = 1, 24.10−2 𝑒𝑉
13, 6
3) Au niveau 𝑛, l’énergie propre de l’atome d’hydrogène est ℰ = − (𝑒𝑉 ).
𝑛2
À quelle série du spectre d’émission de l’atome d’hydrogène appartient la raie correspondant à

QCM1 • SM
la transition 3 → 2 ?
      
A Série de Brackett B Série de Paschen C Série de Balmer D Série de Lyman
4) Calculer la longueur d’onde correspondant à cette transition.
      
A 𝜆3→2 = 103 𝑛𝑚 B 𝜆3→2 = 548 𝑛𝑚 C 𝜆3→2 = 658 𝑛𝑚 D 𝜆3→2 = 823 𝑛𝑚
5) Calculer l’énergie d’ionisation ℰ𝑖 de l’atome d’hydrogène dans l’état excité 3d.
      
A ℰ𝑖 = 0, 661 𝑒𝑉 B ℰ𝑖 = −4, 53 𝑒𝑉 C ℰ𝑖 = 13, 6 𝑒𝑉 D ℰ𝑖 = 1, 51 𝑒𝑉

■ Élément nickel
6) On propose différentes configurations électroniques pour l’atome de nickel de numéro ato-
mique 𝑍 = 28. Quelle(s) configuration(s) ne respecte(nt) pas le principe de Pauli ?
  2 2 6 2 6 10 0  2 2 6 2 8 6 2
A 1s 2s 2p 3s 3p 3d 4s B 1s 2s 2p 3s 3p 3d 4s
 2 2 6 2 6 8 2  2 2 6 2 6 6 2 2
C 1s 2s 2p 3s 3p 3d 4s D 1s 2s 2p 3s 3p 3d 4s 4p
7) Quelle configuration donnée en 6) représente l’atome de Nickel dans son état fondamental ?

8) Quelle configuration donnée en 6) ne comporte aucun électron célibataire ?

9) Quelle configuration donnée en 6) est la moins stable ?

10) Déterminer la composition de l’ion 58 Ni2+


  
A 30 protons, 28 électrons, 30 neutrons B 30 protons, 28 électrons, 28 neutrons
   
C 28 protons, 28 électrons, 30 neutrons D 28 protons, 26 électrons, 30 neutrons
■ Orbitales atomiques
11) L’oxygène a pour numéro atomique 𝑍 = 8.
Structure électronique de l’atome 2010-2011

A L’atome d’oxygène possède 2 électrons de cœur et 6 électrons de valence, et sa valence est 6.
B L’atome d’oxygène possède 2 électrons de cœur et 6 électrons de valence, et sa valence est 2.
C L’atome d’oxygène possède 4 électrons de cœur et 4 électrons de valence, et sa valence est 2.
D L’atome d’oxygène possède 4 électrons de cœur et 4 électrons de valence, et sa valence est 4.
12) Pour un électron d’un atome polyélectronique :

A Il peut exister 3 niveaux d’énergie distincts ayant même valeur de nombre quantique principal
𝑛 = 4.
 
B Il peut exister 16 orbitales atomiques ayant même valeur de nombre quantique principal
𝑛 = 4.
 
C Il peut exister 16 électrons ayant même valeur de nombre quantique principal 𝑛 = 4.
D Il peut exister 3 niveaux d’énergie distincts dégénérés ayant même valeur de nombre quan-
tique principal 𝑛 = 4.

13) Déterminer les quadruplets de nombres quantiques des 4 électrons de l’atome de béryllium
(𝑍 = 4) dans son état fondamental.
 ( ) ( ) ( ) ( )
QCM1 • SM

1 1 1 1
A  1, 0, 0, 2 ; 1, 0, 0, − 2 ; 2, 0, 0, 2 ; 2, 0, 0, − 2 .
 ( 1
) (
1
) (
1
) (
1
)
B  1, 0, 0, 2 ; 1, 1, 0, 2 ; 2, 0, 0, 2 ; 2, 1, 0, 2 .
 ( 1
) (
1
) (
1
) (
1
)
C  1, 0, 0, 2 ; 1, 0, 0, − 2 ; 2, 1, 1, 2 ; 2, 1, 1, − 2 .
 ( 1
) (
1
) (
1
) (
1
)
 
D 1, 0, 0,
2
; 2, 1, 0,
2
; 2, 1, 1,
2
; 2, 1, −1, −
2
.

14) Déterminer la(les) distribution(s) des électrons qui est(sont) possible(s) dans une configu-
ration électronique en nd6 .
  
A  ↑↓ ↑↓ ↑ ↑ . B  ↑↓ ↑↓ ↑↓ . .
   
C  ↑↓ ↑ ↑ ↑ ↑ D  ↑↑ ↑ ↑ ↑ ↑

■ Classification périodique des éléments On a représenté ci-dessous les 5 premières périodes


de la classification périodique des éléments.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18

1 H He

2 Li Be B C N O F Ne

3 Na Mg Al Si P S Cl Ar

4 K Ca Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr

5 Rb Sr Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe

15) Lequel de ces éléments possède exactement deux électrons non appariés ?
      
A L’hélium He B Le béryllium Be C Le bore B D L’oxygène O
2 http ://atelierprepa.over-blog.com/ Qadri J.-Ph. ∣ PTSI
2010-2011 Structure électronique de l’atome

16) Établir la configuration électronique de l’ion formé par le soufre S.


2 2 6 2 6  
A 1s 2s 2p 3s 3p B 1s2 2s2 2p6 3s2
   2 2 6 2 5
C 1s2 2s2 2p6 D 1s 2s 2p 3s 3p
17) Prévoir à l’aide de la classification périodique des éléments la formule chimique de l’oxyde
que forme l’élément oxygène O avec l’élément sodium Na.
      
A 𝑁 𝑎2 𝑂 B 𝑁 𝑎2 𝑂3 C 𝑁 𝑎𝑂 D 𝑁 𝑎𝑂2
18) Classer les éléments béryllium Be, oxygène O, fluor F et strontium Sr par ordre d’électronégati-
vité croissante.
  
A F − O − Be − Sr B Sr − F − O − Be
   
C Be − O − F − Sr D Sr − Be − O − F
19) Classer les éléments béryllium Be, oxygène O, fluor F et strontium Sr par ordre de rayon
atomique décroissant.
  
A F − O − Be − Sr B Sr − F − O − Be
   

QCM1 • SM
C Be − O − F − Sr D Sr − Be − O − F
Réponses

1) 2) 3) 4) 5) 6) 7) 8) 9) 10) 11) 12) 13) 14) 15) 16) 17) 18) 19)
C D C C D B C A D D B B/D A C D A A D D

Solution
ℎ.𝑐
1) ℰ = Rép. C
𝜆
Cette relation doit être connue. Elle peut toutefois être retrouvée par l’analyse dimension-
nelle. . . à condition de connaı̂tre l’unité de la constante de Planck ! Ici, cette information était
donnée à la question 2) :
[ ]
ℎ.𝑐 [𝐽.𝑠].[𝑚.𝑠−1 ]
= = [𝐽]
𝜆 [𝑚]

2) L’énergie du photon est calculée à l’aide de la relation de la question pré- cédente :


ℎ.𝑐 6, 63.10−34 × 3.108
ℰ= = = 1, 99.10−21 𝐽
𝜆 10−4
Cette énergie peut également être convertie en électron-volt (𝑒𝑉 ), unité plus appropriée à l’ordre
de grandeur du résultat obtenu.
La valeur absolue de la charge d’un électron est : 𝑒 = 1, 6.10−19 𝐶
On en déduit :
1 𝑒𝑉 = (1, 6.10−19 𝐶) × (1 𝑉 ) = 1, 6.10−19 𝐽
Donc, pour passer des joules aux électronvolts, il suffit de calculer :
ℰ(𝐽) ici 1, 99.10−21
ℰ(𝑒𝑉 ) = −19
= = 1, 24.10−2 𝑒𝑉
1, 6.10 𝐽.𝑒𝑉 −1 1, 6.10−19

Donc : ℰ = 1, 24.10−2 𝑒𝑉 Rép. D

Qadri J.-Ph. ∣ PTSI http ://atelierprepa.over-blog.com/ 3


Structure électronique de l’atome 2010-2011

3) . Les séries proposées appartiennent F Rappel : Transitions, spectre et série F


toutes au spectre d’émission de l’atome
d’hydrogène, et correspondent à des tran- Transition Domaine du spectre Série
sitions de type 𝑛′ → 𝑛 avec 𝑛′ > 𝑛, c’est- 𝑛′ → 1 ultraviolet Lymann
à-dire à une stabilisation de l’atome qui 𝑛′ → 2 visible Balmer
passe ainsi d’un état de plus haute énergie 𝑛′ → 3 infra rouge Paschen
à un état de plus basse énergie. 𝑛′ → 4 infra rouge Brackett
La raie de la transition 3 → 2 appartient 𝑛′ → 5 infra rouge Pfund
à la série de Balmer ⇒ Rép. C .

4) La variation d’énergie Δℰ de l’atome d’hydrogène au cours de la transition 3 →> 2 vaut :


( )
13, 6 13, 6
Δℰat,3→2 = ℰ2 − ℰ3 = − 2 − − 2 = −1, 89 𝑒𝑉 = −3, 02.10−19 𝐽
2 3

Au cours de cette transition, l’atome perd donc l’énergie : −Δℰ𝑎𝑡,3→2 = 3, 02.10−19 𝐽


Cette énergie perdue correspond à l’énergie ℰ𝜑 du photon émis au cours de cette transition avec
la longueur d’onde 𝜆3→2 telle que :
ℎ.𝑐
ℰ𝜑 = −Δℰ𝑎𝑡,3→2 =
𝜆3→2
QCM1 • SM

ℎ.𝑐 6, 63.10−34 × 3.108


Donc : 𝜆3→2 = − = = 6, 58.10−7 𝑚
−Δℰ𝑎𝑡,3→2 3, 02.10−19
Cl : 𝜆3→2 = 658 𝑛𝑚 Rép. C

5) . F Rappel : Énergie d’ionisation F


L’énergie d’ionisation ℰ𝑖 de l’atome d’hydrogène représente l’énergie qu’il faut
fournir à cet atome pour lui arracher son unique électron, c’est-à-dire pour amener
cet électron au niveau d’énergie caractérisé par la valeur du nombre quantique
principal 𝑛 → +∞
L’atome d’hydrogène étant initialement dans l’état excité 3d, ℰ𝑖 représente la variation d’énergie :
( )
13, 6 13, 6
ℰ𝑖 = ℰ∞ − ℰ3 = − 2 − − 2 = 1, 51 𝑒𝑉
∞ 3

Cl : ℰ𝑖 = 1, 51 𝑒𝑉 Rép. D

• Rq : Précisons une différence par rapport au cours : la définition vue en classe


de l’énergie d’ionisation considère la transition de l’atome d’hydrogène depuis
.
son état fondamental à l’état ionise, alors qu’ici le calcul présent a été mené à
partir de l’état excité 3d.

. • Erreur : L’énergie d’ionisation étant forcément positive, la réponse B est fausse.

6) Dans la configuration de la réponse B (1s2 2s2 2p6 3s2 3p8 3d6 4s2 ), 8 électrons occupent la
sous-couche 3p (𝑛 = 3 et 𝑙 = 1). Or il n’y a que 6 quadruplets possibles pour cette sous-couche :
( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )
1 1 1 1 1 1
3, 1, −1, ; 3, 1, −1, − ; 3, 1, 0, ; 3, 1, 0, − ; 3, 1, 1, ; 3, 1, 1, −
2 2 2 2 2 2

Donc plusieurs électrons devraient posséder le même quadruplet, ce qui contredit évidemment
la règle de Pauli.
Cl : Rép. B

4 http ://atelierprepa.over-blog.com/ Qadri J.-Ph. ∣ PTSI


2010-2011 Structure électronique de l’atome

F Rappel : Nombres quantiques d’un électron dans un atome polyélectronique F


• Règles de quantification : Il faut 4 nombres quantiques pour caractériser totalement un
électron d’un atome polyélectronique. Le tableau ci-dessous reprend les noms, les environne-
ments, les notations, les domaines de définition, les règles de quantification et les occupations
maximales pour chacun d’eux :
Domaine Nombre
Environ- Règle de
Nom Notation de maximal
nement Quantification
définition d’électrons
Nombre
quantique couche 𝑛 ℕ∗ 𝑛 = 1, 2, 3, 4, 5, 6, . . . 2𝑛2
principal
Nombre sous-
quantique 𝑙 ℕ 0≤𝑙 ≤𝑛−1 2.(2𝑙 + 1)
couche
secondaire
Nombre
orbitale
quantique 𝑚 ℤ −𝑙 ≤ 𝑚 ≤ +𝑙 2
atomique
magnétique
Nombre
1

QCM1 • SM
quantique électron 𝑠 ℝ 𝑠=± 1
2
de spin

• Le remplissage des OA par les électrons dans un atome obéit à trois règles de remplissage :
,
1 Règle d’exclusion de Pauli
Deux électrons d’un même atome ou d’un même ion monoatomique ne peuvent avoir les
mêmes valeurs de leurs quatre nombres quantiques. Donc, deux quadruplets identiques ne
peuvent coexister.
,
2 Règle de Klechkowski
Le remplissage des sous-couches se fait par ordre (𝑛 + 𝑙) croissant, 𝑛 croissant pour (𝑛 + 𝑙)
constant.
Les sous-couches sont donc remplies dans l’ordre suivant, le remplissage d’une sous-couche
donnée ne pouvant commencer que si la précédente est saturée :
â 𝑛+𝑙 =1 : 1s â 𝑛+𝑙 =5 : 3d - 4p - 5s
â 𝑛+𝑙 =2 : 2s â 𝑛+𝑙 =6 : 4d - 5p - 6s
â 𝑛+𝑙 =3 : 2p - 3s â 𝑛+𝑙 =7 : 4f - 5d - 6p - 7s
â 𝑛+𝑙 =4 : 3p - 4s â 𝑛+𝑙 =8 : 5f - 6d - 7p
,3 Règle de Hund Conséquence de
la règle de Hund
Lorsqu’une sous-couche n’est que partiellement occupée, la configuration de plus basse associée à la
règle de Pauli :
énergie, donc la plus stable et la plus probable, est celle correspondant à l’occupation du toutes les OA
d’une même
maximum d’orbitales atomiques, c’est-à-dire celle correspondant à un spin total maximum. sous-couche sont
d’abord remplies
par des électrons
7) L’unique configuration qui obéit à la règle de Klechkowski est : « célibataires »,
ayant tous le
même spin,
jusqu’à ce
1s2 2s2 2p6 3s2 3p6 3d6 4s2 4p2 ⇒ Rép. C qu’apparaissent
nécessairement
des paires.

• Erreur : La configuration A est fausse : 1s2 2s2 2p6 3s2 3p6 3d10 4s0 contredit la
règle de Klechkowski puisque la sous-couche 3d test occupée avant la sous-couche
4s.
.
• Erreur : La configuration D est également fausse : 1s2 2s2 2p6 3s2 3p6 3d6 4s2 4p2
contredit la règle de Klechkowski puisque la sous-couche 4p est occupée alors que
la sous-couche 3d n’est pas saturée à 10 électrons.

Qadri J.-Ph. ∣ PTSI http ://atelierprepa.over-blog.com/ 5


Structure électronique de l’atome 2010-2011

8) Rép. A.
Seule la configuration A, dont toutes les sous-couches sont saturées, ne comporte aucun électron
célibataire. En effet :
- la configuration électronique B comporte une sous-couche 3d6 , donc quatre électrons célibataires :
3d6 ↑↓ ↑ ↑ ↑ ↑
- la configuration électronique C comporte une sous-couche 3d8 , donc deux électrons célibataires :
3d8 ↑↓ ↑↓ ↑↓ ↑ ↑
- la configuration électronique D comporte une sous-couche 3d6 et une sous-couche 4p2 , donc six
électrons célibataires :
4p2 ↑ ↑

3d6 ↑↓ ↑ ↑ ↑ ↑

9) Rép. D
La configuration la moins stable est :

1s2 2s2 2p6 3s2 3p6 3d6 4s2 4p2


Deux justifications possibles au moins :
- cette configuration comporte deux sous-couches non saturées en électrons, les sous-couches 3d
QCM1 • SM

et 4p (cf. réponse à la question précédente). Or, la saturation d’une sous-couche tend à stabiliser
l’atome, et donc à minimiser son énergie, donc le nombre de sous-couches non saturées.
- c’est la seule des 4 configurations proposées à occuper la sous-couche 4p, d’énergie plus élevée
que toutes celles occupées ici.

10)
F Rappel : Signification de la notation A
Z𝑋 F
• 𝑋 représente le symbole chimique de l’élément.
• Z, appelé numéro atomique ou nombre de charge, représente le nombre de protons de
l’élément.
• A, appelé nombre de masse, représente le nombre de nucléons (neutrons + protons)
présents dans le noyau de l’élément.
Les neutrons sont électriquement neutres. Les protons, chargés positivement, et les électrons,
chargés négativement, portent en valeur absolue la même charge 𝑒 = 1, 6.10−19 𝐶. L’atome,
électriquement neutre, comporte Z protons, Z électrons et N = A − Z neutrons.
L’ion monoatomique est obtenu par cession ou apport d’un ou plusieurs électrons, jamais
de protons.
Il existe des atomes ayant même numéro atomique Z, mais des nombres de neutrons, et donc
des nombres de masse A différents : on les appelle des isotopes.
Dans un élément chimique, seul le nombre de protons, donc le numéro atomique Z, est
invariable : il représente la signature de l’élément et est directement lié à son nom et à son
symbole chimique X

Dans le cas de l’ion 58 Ni2+ de numéro atomique 𝑍 = 28 :


- il y a 28 protons ;
- 𝑁 = 𝐴 − 𝑍 = 58 − 28 = 30 : il y a 30 neutrons ;
- l’ion est chargé 2+, ce qui signifie qu’il y a deux électrons de moins que de protons, soit 26
électrons.
Cl : Rép. D : l’ion 58 Ni2+ possède donc 28 protons, 26 électrons, 30 neutrons.

11) La configuration électronique de l’atome d’oxygène (𝑍 = 8) est :


1s2 2s2 2p4

6 http ://atelierprepa.over-blog.com/ Qadri J.-Ph. ∣ PTSI


2010-2011 Structure électronique de l’atome

La distribution des électrons dans les sous-couches est la suivante :


}
2s2 ↑↓ 2p4 ↑↓ ↑ ↑ électrons de valence

}
1s2 ↑↓ électrons de cœur

F Rappel : Électrons de valence - schéma de Lewis - valence F


• Les électrons de valence d’un atome sont ceux dont le nombre quantique principal 𝑛 est
le plus grand ou qui appartiennent à une sous-couche en cours de remplissage : ce sont les s Se souvenir
de ce « ou » !
électrons les plus périphériques et les moins liés au noyau, donc ceux qui sont susceptibles
d’être impliqués dans des liaisons de covalence, d’où le nom qui leur a été donné.
• Les électrons de coeur sont les autres électrons, occupant les couches les plus profondes,
de plus basse valeur de 𝑛 et donc de plus faible énergie : ce sont les électrons les plus liés
au noyau.
• Le schéma de Lewis de l’atome représente uniquement les électrons de valence.
• La valence d’un atome est le nombre de liaisons covalentes simples auxquelles peut
participer cet atome.

L’oxygène possède donc 2 électrons de cœur et 6 électrons de valence.


Son schéma de Lewis est : 𝑂∙ ∙

QCM1 • SM
La valence de l’oxygène est donc égale à deux, comme dans le cas de la molécule d’eau 𝐻2 𝑂 où
un atome d’oxygène se lie à deux atomes d’hydrogène par deux liaisons covalentes simples.
L’atome d’oxygène possède finalement 2 électrons de coeur et 6 électrons de valence, et sa
valence est 2.
Cl : Rép. B

12) . F Rappel : Niveaux d’énergie d’un atome polyélectronique F


Pour un atome polyélectronique, un niveau d’énergie ℰ(𝑛,𝑙) correspond à une
valeur donnée du couple (𝑛, 𝑙) des deux premiers nombres quantiques.
• Il existe donc 4 niveaux distincts ayant même valeur de nombre quantique principal 𝑛 = 4 :
ce sont les sous-couches 4s, 4p, 4d et 4f, correspondant respectivement aux valeurs du nombre
quantique secondaire 𝑙 = 0, 1, 2 et 3.
⇒ la réponse A est fausse.
• On peut associer (cf. le rappel du corrigé de la question 6)) :
- 1 unique triplet de nombres quantiques à la sous-couche 4s : (𝑛, 𝑙, 𝑚) = (4, 0, 0)
- 3 triplets de nombres quantiques à la sous-couche 4p :

(𝑛, 𝑙, 𝑚) = (4, 1, −1) ; (4, 1, 0) ; (4, 1, 1)

- 5 triplets de nombres quantiques à la sous-couche 4d :

(𝑛, 𝑙, 𝑚) = (4, 2, −2) ; (4, 2, −1) ; (4, 2, 0) ; (4, 2, 1) ; (4, 2, 2)

- 7 triplets de nombres quantiques à la sous-couche 4f :

(𝑛, 𝑙, 𝑚) = (4, 3, −3) ; (4, 3, −2) ; (4, 3, 4) ; (4, 3, 0) ; (4, 3, 1) ; (4, 3, 2) ; (4, 3, 3)

On a donc 16 orbitales atomiques possibles pour la même valeur du nombre quantique principal
𝑛 = 4.
⇒ la réponse B est correcte.
• Comme chaque orbitale atomique (case quantique) peut être occupée par au plus deux électrons
(conséquence de la règle de Pauli), il peut exister 16 × 2 = 32 électrons ayant le même nombre

Qadri J.-Ph. ∣ PTSI http ://atelierprepa.over-blog.com/ 7


Structure électronique de l’atome 2010-2011

quantique principal 𝑛 = 4.
⇒ la réponse C est fausse.
.
F Rappel : dégénérescence d’un niveau d’énergie F
Lorsqu’on peut associer plusieurs orbitales atomiques (case quantiques) à un
même niveau d’énergie ℰ(𝑛,𝑙) d’un atome polyélectronique, on parle d’un niveau
« dégénéré ».
• D’après ce qui précède, le niveau 4s n’est pas dégénéré (une seule OA) alors que les niveaux
4p (3 OA), 4d (5 OA) et 4f (7 OA) le sont.
Donc, il existe 3 niveaux d’énergie distincts dégénérés ayant même valeur de nombre quantique
principal 𝑛 = 4. ⇒ la réponse D est correcte.
Cl : Rép. B et D.

13) La configuration électronique du béryllium (𝑍 = 4) est : 1s2 2s2


On a donc, en respectant les règles de quantification et les règles de remplissage (règle de Pauli,
Klechkowski et Hund) :
}
2s2 ↑↓ 2p0 électrons de valence

}
QCM1 • SM

1s2 ↑↓ électrons de cœur


Ce qui correspond aux quadruplets de nombres quantiques :
( ) ( ) ( ) ( )
1 1 1 1
1, 0, 0, ; 1, 0, 0, − ; 2, 0, 0, ; 2, 0, 0, −
2 2 2 2
| {z } | {z }
OA de 1s OA de 2s
Cl : Rép. A
( )
1
• Erreur : la réponse B est fausse car le quadruplet 1, 1, 0, n’existe pas : la
2
règle de quantification 0 ≤ 𝑙 ≤ 𝑛 − 1 n’y est pas vérifiée puisque 𝑙 = 𝑛 = 1.
• Attention : les réponses C et D sont egalement fausses : si les propositions
.
respectent les règles de quantification, elles ne respectent pas la règles de rem-
plissage de Klechkowski : le béryllium ne possédant que 2 électrons dans la couche
𝑛 = 2, sa sous-couche 2p ne peut pas être occupée puisque c’est la sous-couche 2s
qui doit être remplie dans l’état fondamental.

14) Rép. C : c’est l’unique réponse qui respecte à la fois :


- la règle d’exclusion de Pauli : les électrons appariés doivent avoir des spins opposés sur une
même OA) ;
- et la règle de Hund : en cas d’occupation partielle d’une sous-couche, les maximum d’orbitales
atomiques doit être occupé, avec un spin total maximum.
• Erreurs : les réponses A et B ne vérifient pas la règle de Hund, alors que la
.
réponse D ne vérifie pas la règle de Pauli.

15) La classification périodique donne accès à 𝑍, donc au nombre d’électrons du cortège


électronique, donc à la configuration électronique. On constate que :
- l’hélium et le béryllium ne possèdent que des couches saturées (pour Be, cf. 13)) ;
- le bore ne possède d’un électron dans sa sous-couche 2p ; ce dernier est donc forcément non
apparié ;
- l’oxygène possède 4 électrons dans sa sous-couche 2p. Pour respecter la règle de Hund (la
configuration la plus stable est celle du spin maximal), il y a deux électrons non appariés (cf.
11)).

8 http ://atelierprepa.over-blog.com/ Qadri J.-Ph. ∣ PTSI


2010-2011 Structure électronique de l’atome

Cl : Rép. D Configuration
Atome 𝑍 Électrons non
électronique appariés
He 2 1s2 0
Be 4 1s2 2s2 0
B 5 1s2 2s2 2p1 1
O 8 1s2 2s2 2p4 2
16) La configuration électronique de l’atome de soufre est :
1s2 2s2 2p6 3s2 3p4
Sauf exceptions qui s’expliquent par des facteurs cinétiques, la règle qui régit l’ensemble des
réactions chimiques est toujours la même : les espèces qui existent (ou ont spontanément tendance
à se former) sont celles qui sont les plus stables, donc d’énergies les plus faibles.
Or, il apparaı̂t que la stabilité des éléments chimiques est liée au taux de remplissage de leur
couche électronique externe, et que les éléments les plus stables sont ceux dont la couche
externe est saturée en électrons. Ces éléments, situés dans la dernière colonne de la classification
périodique, sont tous des gaz rares, souvent qualifiés de nobles car inertes chimiquement, stables,
non combustibles.
Cette règle s’applique en particulier à la formation des ions : Si un ion existe, c’est qu’il est
stable. Dans le cas des éléments des trois premières périodes, on peut affirmer qu’en formant des

QCM1 • SM
ions, tous les éléments cherchent à acquérir une configuration électronique de gaz rare, et qu’ils
choisissent pour le faire la voie qui minimise leur charge :
- les atomes associés aux éléments des colonnes 1, 2 et 13 perdent donc un ou plusieurs électrons
et forment des cations ;
- les atomes associés aux éléments des colonnes 15, 16 et 17 gagnent un ou plusieurs électrons
et forment des anions.
Appartenant à la colonne 16, le soufre forme donc l’anion 𝑆 2− , lequel possède la configuration
électronique de l’argon : 1s2 2s2 2p6 3s2 3p6
Cl : Rép. A.

17) Pour répondre à cette question, il suffit d’appliquer la règle de la question précédente aux
éléments sodium et oxygène :
- comme le sodium appartient à la colonne 1, il forme le cation 𝑁 𝑎+ , lequel possède la configu-
ration électronique du néon : 1s2 2s2 2p6
- comme l’oxygène appartient à la colonne 16, il forme l’anion 𝑂2− , lequel possède également la
configuration électronique du néon : 1s2 2s2 2p6 .
La formule chimique de l’oxyde que forme l’élément oxygène 𝑂 avec l’élément sodium 𝑁 𝑎, qui
à la fois soit la plus simple et respecte l’électroneutralité de la matière, est 𝑁 𝑎2 𝑂 .
Cl : Rép. A.

18) F Rappel : L’électronégativité F


.
L’électronégativité d’un élément chimique, c’est-à-dire son avidité pour les
électrons, croı̂t :
,1 dans une même période de la gauche vers la droite — car plus la couche externe
de l’élément se remplit, plus il tend vers la saturation de fin de période ;
,2 dans une même colonne du bas vers le haut — car moins l’élément comporte de
couches électroniques, moins d’une part un électron supplémentaire est soumis à des
forces électrostatiques répulsives de la part des autres électrons, et plus d’autre part
cet électron est attiré par le noyau positif, car il en est plus proche.

On déduit des propriétés ,


1 et ,
2 le classement par électronégativité croissante :

Sr − Be − O − F Rép. D

Qadri J.-Ph. ∣ PTSI http ://atelierprepa.over-blog.com/ 9


Structure électronique de l’atome 2010-2011

19) F Rappel : Rayon atomique F


.
Le rayon atomique d’un élément chimique :
,1 décroı̂t dans une même période de la gauche vers la droite — et ceci bien que
le nombre d’électrons augmente ( !), car la stabilisation énergétique permet un édifice
de plus en plus compact ;
,2 croı̂t dans une même colonne du haut vers le bas — car le nombre de couches
électroniques augmente.

On déduit des propriétés ,


1 et ,
2 le classement par rayon atomique décroissant :

Sr − Be − O − F Rép. D
QCM1 • SM

10 http ://atelierprepa.over-blog.com/ Qadri J.-Ph. ∣ PTSI