Vous êtes sur la page 1sur 44

VENDREDI 16 MARS 2018

PINK FLOYD
74E ANNÉE– NO 22760
2,60 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE
WWW.LEMONDE.FR ―
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
MEDDLE
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO CD N° 9
EN VENTE UNIQUEMENT
EN FRANCE MÉTROPOLITAINE

Génocide rwandais Enquête sur LE MONDE


DES LIVRES
les derniers secrets de la France
▶ « Le Monde » revient
sur les coulisses de
l’engagement français
au moment du génocide
au Rwanda, qui a fait,
en 1994, près
de 800 000 morts
▶ François Mitterrand
avait chargé l’amiral
Lanxade de régler la crise,
avec « des objectifs ▶ Sept pages sur la littéra-
limités », lors d’une ture russe, à l’occasion
réunion confidentielle du salon Livre Paris,
dont la Russie
▶ L’opération humanitaire est l’invitée d’honneur
lancée par Paris visait ▶ Enquête sur la politique
aussi à maintenir le d’influence de Moscou :
pouvoir hutu à Kigali comment le Kremlin
finance la réédition
▶ Les révélations d’un d’œuvres russes
officier français ayant
participé à l’opération Soldat français,
« Turquoise »
PAG ES 1 4 À 17
le 24 juin 1994, dans un
camp de réfugiés tutsi,
à Gisenyi, au Rwanda.
International
SCOTT PETERSON/GETTY La campagne
sanglante des
commandos turcs
LA RIPOSTE MESURÉE DE THERESA MAY À LA RUSSIE en Europe
▶Londres a finalement
décidé de sanctions très
Vingt-trois diplomates
russes vont être expulsés,
Vladimir Poutine, en

visite en Crimée, n’a pas dit 1 ÉDITORIAL ▶ Les justices européennes
unissent leurs efforts
mesurées envers la Russie, et la famille royale britan- un mot sur l’affaire. Scot- pour empêcher
mercredi 14 mars, après nique ne se rendra pas land Yard relance les enquê-
UN FRONT UNI les services secrets turcs
l’empoisonnement d’un à la Coupe du monde tes sur 14 morts suspectes FACE À MOSCOU d’assassiner les réfugiés
kurdes du PKK
espion russe à Salisbury de football en Russie PAG E S 2 - 3 PAG E 2 4 PAG E 4

Mayotte Energie Justice Economie


Une maladresse Le flou du Les prévenus
de la ministre gouvernement du procès Tarnac Les Etats-Unis
relance la grève sur la baisse contestent le rôle obtiennent la
générale du nucléaire même du tribunal
PAG E 9 CAHIER ÉCO – PAGE 3 PAGE 13
tête du n°2 de la
Société générale
LE REGARD DE PLANTU Didier Valet, homme
de confiance du patron
de la banque, était visé par
la justice dans l’enquête
sur le Libor londonien
CAHIER ÉCO – PAG E 5

Médias
Polémique après
la nomination
à LCP d’un proche
de l’Elysée G H O S T L A N D
La désignation
du documentariste
Bertrand Delais à la tête de
La Chaîne parlementaire
provoque des remous
Algérie 220 DA, Allemagne 3,30 €, Andorre 3,20 €, Autriche 3,30 €, Belgique 2,90 €, Cameroun 2 200 F CFA, Canada 5,40 $, Chypre 2,70 €, Côte d'Ivoire 2 200 F CFA, Danemark 34 KRD, Espagne 3,10 €, Gabon 2 200 F CFA, Grande-Bretagne 2,60 £, Grèce 3,20 €, Guadeloupe-Martinique 3,10 €, Guyane 3,20 €, Hongrie 1 050 HUF,
Irlande 3,10 €, Italie 3,10 €, Liban 6 500 LBP, Luxembourg 2,90 €, Malte 2,70 €, Maroc 19 DH, Pays-Bas 3,20 €, Portugal cont. 3,10 €, La Réunion 3,20 CAHIER
€, Sénégal 2 ÉCO – Slovénie
200 F CFA, PAG E 3,20
8 €, Saint-Martin 3,20 €, Suisse 4,00 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 3,20 DT, Afrique CFA autres 2 200 F CFA
2|
INTERNATIONAL
0123
VENDREDI 16 MARS 2018

LA CRISE ENTRE LONDRES ET MOSCOU

May riposte sans rompre avec Poutine


La dirigeante britannique opte pour des représailles diplomatiques après l’empoisonnement d’un ex-espion

londres - correspondant

A
près avoir fait monter
la pression en adres-
sant, mardi 13 mars, un
ultimatum à Moscou,
Theresa May a opté pour des sanc-
tions modestes en riposte à l’em-
poisonnement, à Salisbury, de
l’ancien agent double britannico-
russe, Sergueï Skripal, et de sa
fille, Youlia Skripal, dont elle tient
la Russie pour responsable.
Expulsion de vingt-trois diplo-
mates russes, retrait de l’invita-
tion adressée au chef de la diplo-
matie, Sergueï Lavrov, nouvelle
législation contre « les activités
d’Etat hostiles », Coupe du monde
de football privée de la présence
de la famille royale britannique :
la panoplie déployée, mercredi
14 mars, devant la Chambre des
communes par la première mi-
nistre n’est pas de nature à faire
trembler Vladimir Poutine.
Tout en qualifiant l’attentat de
Salisbury d’« acte cynique commis
par un régime dangereux », le Fo-
reign Office souligne que les rela-
tions diplomatiques ne sont pas
rompues. « Il n’est pas dans notre
intérêt national de couper tout
dialogue », a insisté Theresa May
devant les députés affirmant
qu’après les espoirs soulevés par
la Russie post-soviétique, « il est
tragique que le président Poutine
ait choisi de suivre cette voie ».

L’ambivalence de Corbyn
N’ayant pas reçu de réponse à sa Vladimir Poutine à Sébastopol, en Crimée, le 14 mars, quatre jours avant l’élection présidentielle russe. MARIA TURCHENKOVA POUR « LE MONDE »
demande d’explication adressée à
Moscou au sujet de l’usage du No-
vitchok, un puissant agent inner-
vant fabriqué en Russie, la pre- Plutôt que de décréter un boy- sanctionner les complices d’at-
mière ministre a conclu qu’« il
Aucune mesure cott de la Coupe du monde de teintes aux droits de l’homme per-
La France et l’OTAN se disent solidaires
n’existe pas d’autre conclusion que ne vise les actifs football organisée cet été en Rus- pétrés par la Russie –, elle n’a pas L’OTAN a exprimé mercredi 14 mars sa « profonde inquiétude
celle qui désigne l’Etat russe comme sie, qui aurait été très impopu- annoncé la moindre mesure vi- après cette première utilisation offensive d’un agent innervant
coupable ». Pour justifier les sanc-
financiers laire au Royaume-Uni, Londres a sant les actifs financiers et immo- sur le territoire de l’Alliance depuis la création de l’OTAN »,
tions, elle a qualifié la tentative de et immobiliers choisi de ne pas y envoyer d’offi- biliers, d’origine souvent dou- en 1949. L’Alliance atlantique a également sommé la Russie de
meurtre – Sergueï et Youlia Skripal ciels et de membres de la famille teuse, que détiennent à Londres répondre à la demande d’explication formulée par Londres, en
sont entre la vie et la mort et un
détenus à royale, une mesure qui risque de de nombreux Russes proches du vain à ce stade. La veille, Emmanuel Macron avait souligné « la
policier britannique a été conta- Londres par des passer inaperçue. pouvoir. Un gel d’avoirs ou de nou- pleine solidarité » de la France et son engagement dans « la lutte
miné – d’« affront à l’interdiction Mme May n’a pas non plus an- velles mesures antiblanchiment contre l’impunité d’utilisation d’armes chimiques ». Le ministre
de l’usage des armes chimiques ».
Russes proches noncé la suspension de l’autorisa- aurait pu compromettre l’attrait français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a annoncé
« Ce qui est arrivé ici pourrait se du pouvoir tion d’émettre de la chaîne publi- de la City de Londres déjà menacé des contacts avec Londres « pour coordonner notre réponse ».
passer dans n’importe quel autre que russe RT (ex-Russia Today) par le Brexit. Les oligarques russes
pays » occidental, a-t-elle souligné. alors que l’Ofcom, l’autorité indé- entretiennent d’autre part toute
En 2006, quatre diplomates rus- poste à Londres –, pour faire leurs pendante britannique des com- une série de professionnels bri- aussi cherché à marquer des La manière dont Emily Thorn-
ses avaient déjà été expulsés bagages. Cette expulsion, « la plus munications, lui avait adressé tanniques – avocats, courtiers, points sur la scène politique bri- berry, la ministre des affaires
après l’empoisonnement à Lon- lourde depuis plus de trente ans », mardi une mise en demeure. La li- agents immobiliers, spécialistes tannique, où son leadership est ré- étrangères du « cabinet fantôme »
dres d’Alexandre Litvinenko, un devrait « radicalement porter at- berté d’expression chère aux Bri- des relations publiques – qui les gulièrement contesté. De façon (opposition), pourtant proche de
ancien agent du KGB. Cette fois, teinte » aux capacités de Moscou tanniques aurait été malmenée. aident à placer leur fortune à Lon- inattendue, elle y a été aidée par M. Corbyn, regardait ses chaussu-
Theresa May a donné une se- en matière de renseignement, a Si Theresa May a annoncé dres ou dans des paradis fiscaux. l’ambivalence du chef de l’opposi- res pendant l’intervention de ce
maine à vingt-trois officiels rus- assuré la première ministre sans l’adoption d’une disposition de En affichant une fermeté mesu- tion travailliste. Le refus de Jeremy dernier et l’absence des tradition-
ses, considérés comme des es- faire allusion aux probables re- type « Magnitsky Act » – du nom rée et en se posant en défenseure Corbyn de soutenir explicitement nels « Yeahhh ! » d’approbation
pions – sur cinquante-neuf en présailles russes. de la loi américaine qui permet de de l’Etat de droit, Theresa May a les mesures annoncées et de met- parmi les députés amis l’ont con-
tre en cause Moscou a été accueilli firmé : cette affaire russe a ra-
avec une certaine consternation nimé la rébellion anti-Corbyn qui
A l’ONU, Londres et ses alliés dénoncent une attaque chimique sur les propres bancs du Labour. avait cessé avec son succès électo-
ral de juin.
Le plein de soutiens La députée Yvette Cooper, prési-
d’ordinaire, lorsque le Conseil de sécu- cusé Moscou « d’être responsable (…) de ce la fabrication du Novitchok. L’ambassadeur Suggérant la possibilité que la Rus- dente (Labour) de la commission
rité se réunit en urgence sur l’utilisation crime atroce » et demandé une action du Allen a estimé qu’il « n’avait pas pu être fa- sie ait « par négligence, perdu le des affaires intérieures, a contredit
d’armes chimiques, la scène du crime se si- Conseil de sécurité car « si nous ne prenons briqué par des acteurs non étatiques », mais contrôle » de l’agent innervant uti- le chef de son parti en soulignant
tue en Syrie. Situation inédite, les diploma- pas des mesures immédiates et concrètes (…), que l’histoire prouvait que cet agent « avait lisé pour empoisonner les Skripal, que les méthodes de l’Etat russe
tes ont été saisis, à la demande du Royau- Salisbury ne sera pas le dernier endroit où été développé par l’Union soviétique puis lé- M. Corbyn a justifié l’exigence de doivent faire l’objet d’une « con-
me-Uni, mercredi 14 mars, de « l’affaire des armes chimiques sont utilisées ». gué à la Russie ». Cela lui a valu une nouvelle Moscou de la remise d’un échan- damnation sans équivoque ». Une
Skripal », du nom de cet ex-espion russe rodomontade musclée de M. Nebenzia : « Si tillon. Tout en qualifiant d’« épou- douzaine de députés travaillistes
empoisonné avec sa fille Youlia dans la pe- « Dimension nouvelle » les Britanniques sont capables de dire qu’il vantables » les événements de Sa- ont d’ailleurs signé une motion se
tite ville de Salisbury le 4 mars. Très en verve, l’ambassadeur russe, Vassily s’agit de Novitchok, c’est qu’ils possèdent des lisbury, il en a profité pour accuser démarquant de la ligne Corbyn et
Londres accuse Moscou d’avoir tenté d’as- Nebenzia, a d’abord salué avec une ironie “échantillons standards” », a jugé le Russe, le gouvernement d’avoir affaibli approuvant la mise en cause de la
sassiner cet homme et sa fille avec du Novit- grinçante les talents de « chimiste expéri- estimant qu’ils sont donc « bien capables la diplomatie britannique par ses Russie par Theresa May.
chok, un neurotoxique de qualité militaire. mentée » de son homologue américaine, d’en produire eux-mêmes ». coupes budgétaires comme si La première ministre n’avait pas
« Une substance, si horrible qu’elle est inter- avant de dénoncer « la présomption de cul- Paris, de son côté, a assuré le Royaume- c’était le sujet du jour. reçu depuis bien longtemps un
dite dans les guerres, a été utilisée dans une pabilité qui prévaut sur la présomption d’in- Uni de sa « solidarité pleine et totale » en se Le malaise a atteint son pa- accueil aussi largement favorable
petite ville paisible de mon pays », a souligné nocence ». A quelques jours d’une élection gardant pour l’instant de souligner la res- roxysme lorsque son porte-pa- du Parlement. Elle a fait le plein de
le représentant adjoint du Royaume-Uni, présidentielle, dimanche 18 mars, et d’une ponsabilité de Moscou. « Nous avons at- role, Seumas Milne, a rapproché soutiens, y compris parmi les élus
Jonathan Allen. Il a demandé à ses alliés de Coupe du monde de football en juin, quel teint une dimension nouvelle », s’est alarmé le travail des services de rensei- de son propre parti « rebelles » au
se tenir « aux côtés » des Britanniques face à intérêt la Russie avait-elle à l’élimination de François Delattre, le représentant français gnement sur l’empoisonnement, « Brexit dur » qu’elle défend. Di-
cette « menace sur la paix et la sécurité », l’agent Skripal « qui ne représentait plus à l’ONU, à savoir « l’utilisation d’une subs- de leur passé « pour le moins pro- vine surprise pour une Theresa
sans que soient très claires les suites à don- aucune menace », a-t-il interrogé ? Avant de tance jamais déclarée à l’OIAC [Organisa- blématique ». Une référence aux May en sursis : dix jours après l’at-
ner, à l’ONU, à cette crise entre deux mem- lancer, sibyllin, à l’adresse des Britanniques tion pour l’interdiction des armes chimi- mensonges sur les armes de des- tentat de Salisbury et huit jours
bres permanents du Conseil de sécurité. et des Américains : « Je sais qu‘il y a des pays ques] dans un lieu public sur le territoire truction massive attribuées à avant un Conseil européen décisif
L’affaire a toutefois pris une tournure plus à qui profiterait la culpabilité de la Russie. » d’un pays européen. » p Saddam Hussein pour justifier pour le Brexit, elle pourrait perce-
internationale. Washington, par la voix de L’empoignade russo-britannique s’est marie bourreau l’entrée en guerre du Royaume- voir des « dividendes russes ». p
son ambassadrice à l’ONU Nikki Haley, a ac- poursuivie sur le terrain très scientifique de (new york, nations unies) Uni en Irak, en 2003. philippe bernard
international | 3
0123
VENDREDI 16 MARS 2018

«Les nuages s’amoncellent au-dessus de la Russie»


En campagne électorale en Crimée, Vladimir Poutine a ostensiblement ignoré la crise avec le Royaume-Uni

sébastopol, simferopol (crimée) -


envoyée spéciale
« On ne peut pas Et franchir la nouvelle frontière
avec l’Ukraine nécessite quarante
tion portée aux armes. Regardez
derrière moi, les Cosaques, ça ne
offre aussi la possibilité de voyager
en Europe, depuis la suppression,
aura de nouvelles sanctions… C’est
la Russie contre l’Occident, ça a
en permanence minutes d’attente au minimum, me plaît pas… On ne peut pas être en juin 2017, des visas Schengen toujours existé », tente de philoso-

L
a dernière fois que les ha- être dans la et jusqu’à neuf heures comme ce en permanence dans la prépara- pour les ressortissants ukrainiens. pher Andreï, un militaire en civil,
bitants de Crimée se sont fut le cas avant les fêtes de fin d’an- tion de la guerre ! » La dernière Quoique le Royaume-Uni ne fasse venu en famille. « Du moment
rendus aux urnes pour préparation née. Quatre ans après l’annexion, crise diplomatique avec le Royau- pas partie de l’espace Schengen, qu’il n’y a pas la guerre ! », l’inter-
une élection présiden- de la guerre », la péninsule reste coupée du me-Uni l’inquiète encore un peu quoique les Ukrainiens ne soient rompt son épouse. « Oui, mais le
tielle, c’était en 2010, pour élire monde, sans autre choix que de plus : « Les nuages s’amoncellent pas concernés, chacun redoute un monde entier ne fait plus confiance
l’Ukrainien Viktor Ianoukovitch. soupire Ekaterina, s’habituer à son statut de paria. au-dessus de la Russie. » conflit avec l’Europe. aux Russes », reprend Andreï.
Ce mercredi 14 mars, quelques médecin de 42 ans « Bien sûr, c’est douloureux », Place Nakhimov, parmi les ma- « Je pense que notre pays n’est
milliers d’entre eux se sont ras- soupire Ekaterina, 42 ans. Venue « Plus confiance » rins de la flotte de la mer Noire, on pour rien dans cette histoire en
semblés sur le port de Sébastopol en « groupe organisé » avec ses Comme Ekaterina, une majorité agite les drapeaux, on fredonne Angleterre, mais ça m’inquiète »,
pour écouter Vladimir Poutine, collègues, cette médecin confie sa de Criméens ont conservé leur quelques chansons, on vante un affirme Aliocha, un étudiant de
candidat à sa propre succession russe, empoisonné, ainsi que sa lassitude. « J’ai été soviétique, passeport ukrainien en plus de niveau de vie supérieur à ce qu’il 23 ans. Valentina, fonctionnaire, a
lors de la présidentielle russe, fille, sur le sol britannique. Rien ukrainienne la majeure partie de leur nouvelle identité russe. Cette était « avant ». Mais l’euphorie d’il un autre avis sur la question :
fixée le 18 mars, jour « anniver- sur les soupçons qui pèsent sur ma vie, puis russe. Ma patrie, c’est double nationalité leur permet de y a quatre ans, manifeste alors « C’est une affaire bien concrète, et
saire » de l’annexion de la pénin- Moscou après cette tentative d’as- la Crimée, je n’ai plus envie de la continuer à rendre visite à leurs fa- chez une bonne partie de la popu- personne ne sait comment ça va
sule ukrainienne par la Russie, ra- sassinat par un gaz innervant ni voir associée à un pays, dit-elle en milles restées en Ukraine, dont ils lation, est retombée. « Qu’est-ce se développer. » p
tifiée au Kremlin le 18 mars 2014. sur les sanctions annoncées par secouant la tête. Il y a trop d’atten- sont séparés depuis 2014. Elle leur que je peux dire ? Peut-être qu’il y isabelle mandraud
L’attente, meublée par des grou- Londres, mercredi 14 mars. Seul le
pes musicaux russes, a été longue ministère des affaires étrangères
sur la place Nakhimov, avant que le russe a réagi en dénonçant une
chef du Kremlin surgisse en début « provocation grossière sans précé-
de soirée pour s’adresser à la foule, dent » et « antirusse ».
pendant moins de deux minutes. Les sanctions, pourtant, les Cri-
« Il y a quatre ans, vous avez pris méens connaissent. Nombre de
une décision historique », a-t-il fonctionnaires, hier de nationalité
lancé en s’appuyant sur le référen- ukrainienne, aujourd’hui russe,
dum organisé le 16 mars 2014, non ne peuvent plus se rendre à
reconnu par la communauté in- l’étranger. « Je figure sur toutes les
ternationale, qui a suivi la prise de listes noires, y compris austra-
contrôle du territoire par les forces lienne », concède Mikhaïl Mali-
spéciales russes. « Vous avez mon- chev, le président de la Commis-
tré au monde entier ce qu’est une sion électorale de Crimée pour
vraie démocratie et non une démo- l’élection du 18 mars, qui occupait
cratie de façade », a poursuivi Vla- la même fonction lors du référen-
dimir Poutine, avant de lancer, le dum de 2014. Il est toujours im-
geste accompagnant la parole : « Je possible à tous les habitants de re-
vous serre fort dans mes bras. » cevoir de l’argent de l’étranger. Pas
Puis il s’en est allé. plus que les transferts, les cartes
Pas un mot sur l’affaire Skripal, bancaires Visa ne fonctionnent.
du nom de l’ancien colonel du Les croisières sur la mer Noire ne
GRU, le renseignement militaire charrient plus leur lot de touristes.

Quatorze morts
suspectes depuis 2006
Le gouvernement britannique a annoncé
la réouverture d’enquêtes

L a police britannique a-t-elle


fait montre de légèreté dans
le traitement d’une série de
morts suspectes survenues au
Royaume-Uni ? La ministre de l’in-
tis, morts en 2003 et 2004 respec-
tivement d’une attaque cardiaque
et dans un crash d’hélicoptère.
Trois autres morts suspectes
sont liée à l’affaire Alexandre Litvi-
térieur, Amber Rudd, a semblé nenko, du nom de l’ex-agent du
l’admettre en annonçant, mardi FSB empoisonné en 2006 au polo-
13 mars, la réouverture de qua- nium radioactif, et qui était un
torze enquêtes liées à des affaires proche de M. Berezovski : le scien-
remontant à 2006, même si ces tifique Matthew Puncher, 46 ans,
cas « ne sont pas tous réellement poignardé (l’enquête avait conclu
suspects », a-t-elle précisé dans un à un suicide) en 2016 et qui avait
entretien à l’Evening Standard. travaillé sur le cas Litvinenko ; Igor
Tête d’affiche de cette liste, qui Ponomarev, 41 ans, représentant
s’appuie largement sur une en- de la Russie auprès de l’Organisa-
quête réalisée par le site BuzzFeed tion maritime internationale,
en juin 2017, Boris Berezovski. mort en 2006 à la veille d’une ren-
L’ex-oligarque, devenu un en- contre avec un contact de M. Litvi-
nemi de Vladimir Poutine, s’était nenko ; Daniel McGrory, un jour-
réfugié à Londres en 2001. Après naliste du Times de 54 ans, mort
la découverte de son corps pendu en 2007 d’une hémorragie céré-
dans sa salle de bains, en 2013, la brale, qui avait couvert l’affaire.
police avait conclu à un suicide. Autre cas emblématique, celui
d’Alexandre Perepilitchni, mort
Emblématique au retour de son jogging en 2012,
Plusieurs associés de Berezovski qui collaborait avec Bill Browder
figurent aussi dans cette liste de dans le dossier Magnitski, particu-
noms sur lequels les services se- lièrement sensible pour le
crets américains auraient égale- Kremlin. La police, longtemps ré-
ment des soupçons : le Géorgien ticente, avait finalement ouvert
Badri Patarkatsichvili mort, une enquête. Seront aussi soumis
en 2008 à 52 ans, d’un arrêt cardia- à des vérifications les dossiers de
que ; Scot Young, professionnel de Gareth Williams, un agent du MI6
l’immobilier, tombé par la fenêtre de 31 ans qui enquêtait sur la mafia
d’un appartement en 2014 ; russe (malgré la découverte
Johnny Elichaoff, ex-investisseur en 2010 de son corps dans un sac
dans le secteur du pétrole, tombé de sport, la police avait évoqué un
du toit d’un parking en 2014 ; Paul décès « probablement accidentel »)
Castle et Robert Curtis, deux ma- et de Iouri Goloubev, un ancien as-
gnats ruinés de l’immobilier et socié de Mikhaïl Khodorkovski,
morts en 2010 et en 2012 écrasés l’ex-golden boy du pétrole russe,
sous des rames de métro ; les avo- retrouvé mort chez lui en 2007. p
cats Stephen Moss et Stephen Cur- benoît vitkine
4 | international 0123
VENDREDI 16 MARS 2018

L’Europe veut contrer les espions turcs sur son sol


Les justices européennes coopèrent pour empêcher les agents du MIT d’éliminer des responsables kurdes

L LE CONTEXTE
es justices européennes Sayan, présenté par le procureur, vaient un policier turc de haut confirmé le projet d’évasion de
veulent s’attaquer aux lors de son procès à Hambourg
« Les Européens rang et « un tireur d’élite ». Güney monté avec l’appui logisti-
commandos itinérants en octobre 2017, comme « un ne veulent pas La présence en France de ces in- que du MIT, prévue lors d’un sé-
des puissants services se- agent du MIT depuis 2013 », a été dividus a conduit la justice belge à jour à l’hôpital parisien de la Sal-
crets turcs (MIT) contre les diri- jugé pour espionnage. Il a été re-
d’assassinats en émettre, le 14 octobre 2017, « une pêtrière. Dans son enquête ac-
geants kurdes liés au PKK. Depuis mis en liberté et n’a écopé que pleine rue, d’où décision d’enquête européenne » tuelle, la justice belge a, d’ailleurs, LUTTE AUTONOMISTE
2017, la Belgique, l’Allemagne et la d’une faible peine, faute « de par laquelle elle sollicitait l’aide saisi son homologue allemande Le Parti des travailleurs du
France ont accru leur coopération preuves », a dit le tribunal.
les tactiques du ministère public pour obtenir au regard de nombreux éléments Kurdistan (PKK) est une organi-
judiciaire afin d’empêcher les Le deuxième message – « nous d’infiltration des éléments sur leurs agisse- de l’affaire Kartal rattachés à son sation politique et militaire fon-
agents du MIT d’agir à leur guise avons donné la mort à ceux qui de- ments en France, susceptibles territoire. dée en Turquie, et en guerre
en surveillant et en liquidant les vaient être éliminés (…) un hasard
douce du MIT » d’être rattachés au MIT. Des soup- contre Ankara depuis 1984. Il
principaux chefs du Parti des tra- que tu aies pu t’échapper » – évo- ADEM UZUN çons renforcés par le rôle de « Impunité » lutte pour l’autonomie des Kur-
vailleurs du Kurdistan (PKK). quait l’assassinat, à Paris le 9 jan- conseil exécutif du KNK « coordination » des activités du Le gouvernement turc a toujours des de Turquie, mais s’est im-
Cette offensive a été relancée vier 2013, de trois hautes respon- MIT en Europe prêté, par la Belgi- nié être impliqué dans les opéra- planté dans l’ensemble des zo-
par le dépôt d’une plainte pour sables du mouvement kurde en que, dans sa demande d’entraide, tions visant les dirigeants kurdes nes de peuplement kurde de la
« menaces de mort », le 1er dé- France, Sakine Cansiz, Fidan Do- tant à Lovendegem, en Belgique, à un haut responsable de la diplo- en Europe. Le MIT a démenti, pu- région. Depuis 2014, le PKK
cembre 2016, à Bruxelles par gan et Leyla Söylemez au siège du pour qu’il travaille pour le « gou- matie turque à Paris. bliquement, le 14 janvier 2014, les s’est illustré dans le combat
Remzi Kartal, l’un des principaux Centre d’information du Kurdis- vernement turc », selon un docu- La France avait déjà eu connais- accusations le concernant, no- contre l’organisation Etat isla-
représentants de la communauté tan (CIK). Le 16 janvier, Omer ment judiciaire belge. Cet sance de menaces visant Remzi tamment celles sur le triple assas- mique en Irak, mais surtout en
kurde en Belgique. Sa démarche Güney, le chauffeur de Mme Can- homme a alors tenté de recueillir Kartal. Le réquisitoire définitif du sinat à Paris. Fortes des éléments Syrie, ou ses alliés locaux ont
faisait suite à la réception, sur siz, l’une des fondatrices du PKK, des informations sur Remzi Kar- 9 juillet 2015, dans l’affaire du tri- fournis par la Belgique et faute chassé les djihadistes de Rakka
son téléphone portable, de trois se rendait à la police pour aider tal et Zubeyir Aydar, un autre diri- ple homicide contre les dirigean- d’avoir obtenu justice, les fa- avec le soutien appuyé de la
messages émis d’un numéro les enquêteurs. geant kurde en Belgique, avant tes kurdes à Paris, avait déjà con- milles des trois victimes ont dé- coalition internationale. Mais
ukrainien. Leur contenu permet- De témoin, il devenait vite le qu’il lui soit demandé de passer à clu qu’Omer Güney, un Turc ultra- posé, lundi 12 mars, à Paris, une l’organisation reste officielle-
tait de faire un lien direct avec seul auteur présumé. La justice l’étape suivante : « Liquider les per- nationaliste infiltré, avait pris nouvelle plainte contre les coau- ment considérée comme terro-
des événements visant des mem- française a estimé qu’il travaillait sonnes concernées », d’après le part à une campagne d’assassi- teurs de ces assassinats en souli- riste par l’Union européenne et
bres de la communauté kurde en pour le MIT et l’a renvoyé devant même document. nats lancée par le MIT, visant les gnant « la connexité qui paraissait les Etats-Unis.
Allemagne et en France, et mon- la Cour d’assises, mais l’action pu- Placés sous surveillance, Haci A. cadres du PKK en Europe, « dont exister entre ces entreprises crimi-
trait l’étendue du périmètre d’ac- blique s’est éteinte avant qu’il soit et ses deux agents traitants ont Remzi Kartal ». Que son nom ap- nelles en Europe ». Selon l’un de
tion du MIT. jugé, après son décès de maladie, été contrôlés, le 14 juin 2017, par paraisse de nouveau, en tant que leurs avocats, Me Antoine Comte, pays européens ne veulent pas
« Tu té (sic) réjouis des déclara- en décembre 2016. des policiers à Bruxelles dans un cible du MIT, montre que les ser- « l’impunité de ce genre de crime, d’assassinats en pleine rue, d’où
tions de la personne de Brême. (…) véhicule immatriculé en France. vices secrets turcs n’auraient pas parce que la Turquie serait un les tactiques d’infiltration douce
Nous t’aurons toujours à l’œil jus- Un policier et « un tireur d’élite » Ces derniers, qui communi- cessé, depuis 2012, jusqu’à pays ami, constitue un grave dan- du MIT, mais je ne suis pas sûr que
qu’à ta mort », indiquait le pre- Enfin, le troisième message – quaient avec des numéros de télé- aujourd’hui, de traquer les res- ger pour les opposants politiques l’Europe se soucie pour autant du
mier message. L’allusion faisait « nous allons faire en sorte que les phone français, montrèrent leur ponsables kurdes en Europe. réfugiés à Paris ». sort des responsables kurdes sur
référence à l’arrestation, fin 2016, gens qui t’entourent t’abattent » – carte de police turque en guise de La sonorisation des parloirs Interrogé par Le Monde, Adem son sol. A ce jour, quand la justice
à Brême, de Mehmet Fatih Sayan, faisait écho à d’autres éléments papier d’identité. d’Omer Güney, lors de son incar- Uzun, principale figure du con- fonctionne, c’est davantage pour
suspecté de s’être fait passer pour fournis par Remzi Kartal qui ont Le chauffeur et propriétaire de la cération à Fresnes (Val-de- seil exécutif du Congrès national dire à Ankara : “Attention, on sait
un journaliste de la télévision permis aux enquêteurs belges voiture résidait, lui, à Argenteuil Marne), avait, par ailleurs, mon- du Kurdistan (KNK), basé à ce que vous faites”, que pour con-
kurde afin d’espionner les princi- d’étendre, en juin 2017, le champ (Val-d’Oise). Deux jours plus tard, tré les liens étroits existant entre Bruxelles, qui fédère la commu- damner. Au grand jour, la Turquie
pales figures kurdes, dont Yuksel de leurs investigations. Il est, en selon la justice belge, ces deux le suspect et des agents du MIT en nauté kurde en Europe, s’est dit dit respecter les traités internatio-
Koc, président de l’association effet, apparu qu’un salarié d’ori- hommes rencontraient quatre Allemagne et en Belgique. Des peu optimiste sur l’avancée de la naux mais, en réalité, elle agit
des Kurdes d’Allemagne. Dé- gine kurde, Haci A., avait été ap- autres Turcs, à Paris. Parmi eux, perquisitions menées par la po- justice européenne face aux inté- comme un Etat bandit. » p
noncé par son ex-compagne, proché par son employeur, habi- selon la même source, se trou- lice allemande avaient même rêts des gouvernements. « Les jacques follorou

En Slovaquie, Fico offre sa S LOVÉ N IE


Le premier ministre
présente la démission
Venezuela : arrestation
démission pour mieux rebondir
de son gouvernement
Le premier ministre slovène
de centre gauche, Miro Cerar,
d’une figure du
Le premier ministre populiste cherche à éviter des élections, en
a présenté sa démission, mer-
credi 14 mars, après la remise chavisme dissident
en question d’un projet ma-
dépit de la fronde suscitée par le meurtre du journaliste Jan Kuciak jeur d’infrastructure. La Cour Le général Rodriguez Torres a été ministre
constitutionnelle a invalidé
un référendum de septem-
de l’intérieur avant de renier Nicolas Maduro
vienne - correspondant du parti Olano (« gens ordinai- bre 2017 portant sur l’aména-
« Il est de notre res », conservateurs). Un appel à gement du port de Koper. Les

L a crise politique dans la-


quelle est plongée la Slova-
quie depuis l’assassinat fin
février du journaliste Jan Kuciak, a
connu un nouveau rebondisse-
devoir de ne pas
transmettre le
pouvoir aux
manifester a également été main-
tenu pour vendredi.
Si les trois partis qui dirigent la
Slovaquie semblent s’entendre
pour gouverner jusqu’à la fin de
Slovènes avaient approuvé la
construction d’une nouvelle
voie ferrée pour desservir le
seul grand port commercial
d’une importance stratégique
L e général de réserve Miguel
Rodriguez Torres, ancien
ministre de l’intérieur du
président, Nicolas Maduro, a été
arrêté par le Sebin, le service de
taire. Comme la procureure géné-
rale, Luisa Ortega, il prend ses dis-
tances avec Nicolas Maduro lors
des manifestations de 2017, qu’il
considère légitimes, tout en con-
ment, mercredi 14 mars. Prenant
amateurs et aux leur mandat, c’est parce que les pour le pays. La Cour constitu- renseignement bolivarien, la po- damnant les violences. Il prépare
tout le monde de court, le premier braillards de derniers sondages disponibles tionnelle a reproché au gou- lice politique vénézuélienne, sa candidature à la présidence et
ministre Robert Fico, 53 ans, un sont catastrophiques pour eux. vernement d’avoir manqué à mardi 13 mars. Il est accusé de se positionne au centre de l’échi-
populiste de gauche (Smer-SD),
l’opposition » Ils sont sévèrement jugés pour son devoir de neutralité en fi- « complot » visant à fracturer quier politique, comme une alter-
a annoncé qu’il allait proposer sa leur gestion de la crise. Robert nançant la campagne avec des « l’unité monolithique des forces ar- native entre le gouvernement
démission au président de la Ré- Fico a perdu cinq points dans les fonds publics. – (AFP.) mées bolivariennes ». Ironie de Maduro et l’opposition. Le pou-
publique. Selon lui, cette décision de premier ministre. Agé de intentions de vote, par rapport au l’histoire, le général Rodriguez Tor- voir riposte en le privant de ses
prouverait qu’il a pris conscience 42 ans, ce dernier est actuelle- mois de janvier. Il a été enregistré PA K I STA N res est le créateur du Sebin, qu’il di- droits politiques pendant un an et
de la gravité de la situation. ment vice-premier ministre, en train de refuser, de manière Neuf morts dans un rigea pendant dix ans sous la pré- donc de la possibilité de se présen-
Vendredi 9 mars, plus de chargé des investissements. très sèche, une interview au site attentat suicide à Lahore sidence de son vieux camarade, le ter à la présidentielle de 2018.
40 000 personnes ont réclamé « Il est de notre devoir de poursui- Aktuality. sk, qui embauchait Jan Au moins neuf personnes lieutenant-colonel Hugo Chavez,
son départ dans les rues de Bratis- vre le mandat que nous ont confié Kuciak. « Ne me dérangez pas !, a- ont été tuées et vingt bles- au pouvoir de 1999 à 2013. « Fracture du madurisme »
lava, la capitale. Selon un son- les électeurs et de ne pas transmet- t-il lancé à un confrère du journa- sées, mercredi 14 mars au Bien placé pour accumuler des Le général ne se laisse pas démon-
dage, 62 % des Slovaques jugent tre le pouvoir sans raison valable liste lui demandant de répondre à soir, lorsqu’un kamikaze dossiers compromettants sur tous ter : en juillet 2017, il condamne le
nécessaire qu’il s’en aille. Au mo- aux amateurs et aux braillards de ses questions. Vous êtes le dernier s’est fait exploser près d’un les officiers et sur les personnali- simulacre d’Assemblée consti-
ment de sa mort, le reporter Jan l’opposition », a estimé M. Fico, se à qui j’ai envie de parler. » poste de police à Lahore, la tés civiles du chavisme, le général tuante convoquée par le chef de
Kuciak enquêtait sur des liens targuant du soutien de ses deux Une partie des médias du pays se deuxième ville du Pakistan. Rodriguez Torres est nommé mi- l’Etat. En août, il s’affiche avec les
présumés entre des proches de partenaires, même si la garde des scandalise également d’un rap- Les talibans pakistanais (Te- nistre de l’intérieur par Nicolas figures du chavisme dissident à
M. Fico et la Mafia italienne. sceaux, Lucia Zitnanska, issue du port de la délégation du Parle- hrik-e-Taliban Pakistan, TTP) Maduro, élu de justesse à la prési- l’Université catholique Andres
Pourtant, sa décision a tout de la Most-Hid, a fait part de sa déci- ment de Strasbourg, dépêchée à ont revendiqué l’attentat sui- dence, en 2013, lors d’un scrutin au Bello, à Caracas, aux côtés des diri-
manœuvre dilatoire. Car le chef de sion de démissionner. Bratislava du 7 au 9 mars. Selon ce cide, en menaçant de mener résultat controversé. En 2014, les geants de l’opposition. Le 8 mars, il
l’exécutif, qui occupe le pouvoir C’est la troisième ministre slo- document, M. Fico aurait estimé d’autres actions contre la po- manifestations de l’opposition rejoint le nouveau front élargi
depuis 2012, après avoir déjà gou- vaque qui quitte ses fonctions de- qu’il était « absurde » d’affirmer lice du Pendjab car celle-ci trouvent en lui un adversaire im- formé par l’opposition, le Frente
verné entre 2006 et 2010, a accom- puis le 26 février, date à laquelle le que la mafia italienne peut avoir tue leurs « associés ». – (AFP.) placable, combinant l’action des Amplio Venezuela Libre.
pagné son offre de retrait de con- corps de Jan Kuciak, mais aussi ce- des intérêts dans l’est de la Slova- forces de sécurité – police et gen- Selon Rocio San Miguel, experte
ditions qui semblent très loin des lui de sa petite amie, Martina Kus- quie, parce « qu’il n’y a rien là-bas ». HO N GR IE darmerie – et des irréguliers, les en questions de défense, « l’arres-
revendications des manifestants. nirova, ont été retrouvés criblés Concernant l’enquête, un Sept ans de prison ferme « collectifs » chavistes armés agis- tation du général Miguel Rodriguez
de balles dans la maison qu’ils ré- homme d’affaires italien, Anto- pour un Syrien après sant en service commandé. Entre Torres pourrait être la conséquence
La garde des sceaux renonce novaient, à une soixantaine de ki- nino Vadala, a été de nouveau in- des heurts à la frontière février et juillet, la répression se de la fracture du madurisme au
Il exige que son parti reste à la tête lomètres à l’est de Bratislava. terpellé mardi. Il avait été relâché Un Syrien accusé d’avoir par- solde par la mort de quarante-trois sein des forces armées ». Les offi-
du gouvernement de coalition Plusieurs ténors politiques ap- après une première garde à vue. ticipé à des heurts violents personnes, la plupart tuées par ciers supérieurs, très présents au
qu’il a mis en place avec l’extrême pellent désormais le chef de l’Etat, Son nom est cité dans le dernier entre migrants et forces de balle. Mais le contrôle des parami- gouvernement et à la tête des en-
droite (SNS) et la formation repré- Andrej Kiska, un outsider issu de article inachevé de Jan Kuciak. Se- l’ordre à la frontière serbo- litaires suscite des divisions au treprises publiques, s’enrichissent
sentant la minorité hongroise la société civile, très populaire – et lon le journaliste, il aurait été lié hongroise, en 2015, et dont le sommet de l’Etat. En octobre 2014, grâce aux multiples trafics : dro-
(Most-Hid) après sa réélection, en dont les relations avec le premier en affaires avec Maria Troskova, cas scandalise les défenseurs le dirigeant d’un « collectif » du gue, armes, pétrole, ressources mi-
mars 2016. Il refuse également ministre sont notoirement exé- l’assistante de Robert Fico. A la des droits de l’homme ainsi quartier 23 de Enero, bastion cha- nières et même alimentation.
toute idée d’élections anticipées crables – à refuser l’offre faite par tête d’un réseau agricole en Slo- que les dirigeants européens, viste de Caracas, est tué par la po- Mais les troupes et leurs familles
et entend continuer de gouverner M. Fico. « Changer les hommes vaquie, il serait surtout connu a été condamné, mercredi lice. A la demande des irréguliers, connaissent les problèmes parta-
le pays en restant à la tête du n’est pas suffisant pour rétablir la dans son pays d’origine pour ses 14 mars, à sept ans de prison M. Rodriguez Torres est limogé. gés par les Vénézuéliens à cause
Smer-SD et en plaçant une per- confiance de nos concitoyens en liens avec la ’Ndrangheta (la ma- en Hongrie. Ahmed Hamed a Le général conserve néanmoins des pénuries, de l’hyperinflation
sonnalité issue des rangs de la for- l’Etat et en ses institutions », es- fia calabraise). p été jugé coupable de « terro- des relations avec les officiers et et de l’insécurité. p
mation, Peter Pellegrini, au poste time, par exemple, Igor Matovic, blaise gauquelin risme ». – (AFP.) donne des cours à l’académie mili- paulo a. paranagua
6 | international 0123
VENDREDI 16 MARS 2018

En Syrie, survie
en sous-sol
dans la Ghouta
Les habitants de l’enclave rebelle
sont à bout après un mois d’assaut Des enfants
abrités
à Douma,
dans la
beyrouth - correspondant ont appris à reconnaître le fracas Ghouta,
des bombes à fragmentation, qui près de

D
ans la Ghouta, la ban- explosent en de multiples endroits, Damas,
lieue rebelle de l’est de l’odeur des obus au chlore et le bruit le 11 mars.
Damas, cible d’une des barils explosif largués par les BASSAM KHABIEH/
brutale offensive des hélicoptères. On essaie de les dis- REUTERS
forces pro-gouvernementales, des traire avec des jeux et des histoires.
dizaines de milliers de personnes Mais après un mois sous terre, nous
se terrent depuis près d’un mois sommes à bout de forces. »
dans des abris de fortune souter- Ancien verger de la capitale,
rains. Pour échapper aux bombar- haut lieu du soulèvement popu-
dements, qui ont fait au moins laire de 2011 déclenché dans le
1 200 morts depuis le 19 février, les sillage des révolutions tunisienne
familles se sont réfugiées dans des et égyptienne, la Ghouta orien-
caves, sous-sols et tunnels, sou- tale est sous le contrôle de grou-
vent insalubres, où la peur, la faim pes armés à dominante islamiste. salafiste ; et les communes agrico- Mme Lynn. Ses enfants, qu’elle avait zones rebelles, a entendu parler de
et l’ennui rythment le quotidien. Le siège et le pilonnage méthodi- les du sud-ouest, autour de Za-
« Chaque fois laissés dans l’abri, ne l’ont jamais cas de femmes abusées par des
« Imaginez une grande cellule de que auxquels cette région périur- malka, aux mains de Faylaq Al-Ra- qu’on entend vue revenir. » membres des forces pro-régime.
prison, surpeuplée, saturée de cris baine est soumise depuis 2013, et hman, une faction qui se revendi- Pour maintenir le lien entre les L’idée d’une reddition des grou-
d’enfants et de mauvaises odeurs, les rivalités entre factions rebelles que de l’Armée syrienne libre, la
un avion, hommes et le reste de leur famille, pes armés est rejetée par les trois
dont la porte est ouverte, mais qui se sont combattues à plu- branche nationaliste et islamiste tout le monde et pour partager le peu de nourri- femmes avec lesquelles Le Monde
d’où personne n’ose sortir car on sieurs reprises, ont permis aux modérée de l’insurrection. ture disponible, des passages sont a pu échanger. Toutes insistent
sait qu’un tueur nous attend de- troupes loyalistes de regagner du L’abri de Bayan Rehan, un sous-
se met à hurler » parfois aménagés entre deux sur la nécessité de respecter le ces-
hors », raconte Bayan Rehan, terrain à partir de 2016. sol d’environ 300 m2, abrite une DEANA LYNN abris. « Il suffit de creuser quelques sez-le-feu, exigé par la résolution
31 ans, une membre du Conseil lo- cinquantaine de personnes. L’ab- habitante de la Ghouta mètres, les rues entre deux immeu- 2401 des Nations unies, adoptée le
cal de Douma, le chef-lieu de la « Une miche de pain d’orge » sence d’électricité empêche d’y bles sont très étroites dans la 24 février, et aussitôt enfreinte
Ghouta, jointe par le système de L’offensive actuelle vise à donner faire fonctionner la ventilation Ghouta », expose Mohamed Ka- par Moscou et Damas. « Hors de
messagerie Whatsapp. le coup de grâce à cette ultime po- ainsi que les pompes à eau, ce qui c’était une miche de pain d’orge toub, de la Syrian-American Medi- question de quitter cette terre et de
« Le mien est à peu près correct, che d’insoumission en lisière de rend les toilettes et les douches avec du concentré de tomate, cons- cal Society, une association d’aide laisser s’y installer des Russes et
mais la plupart des abris sont sales, Damas, sur laquelle les anti-Assad des étages supérieurs inutilisa- tate Bayan Rehan. On fait un mai- médicale basée à Gaziantep, dans des Iraniens », assure Bayan Re-
humides, sans eau ni électricité, té- tirent parfois des obus de mortier. bles. Les occupants sont principa- gre repas par jour. J’ai perdu dix ki- le sud de la Turquie, en lien perma- han, en référence aux milices
moigne Deana Lynn, une Améri- En quatre semaines, la taille du ter- lement des femmes et leurs en- los depuis le début de l’offensive. » nent avec la Ghouta. chiites pro-Téhéran qui épaulent
caine de 44 ans, mariée à un Syrien ritoire aux mains des insurgés, dé- fants en bas âge. Le conservatisme Des éleveurs des zones rurales, l’armée régulière.
et qui vit depuis près de vingt ans bordés par la puissance de feu de social en vigueur dans la Ghouta que l’avancée de l’armée a poussés « Tout casser » En coulisses cependant, des con-
dans la Ghouta. A chaque fois l’aviation russo-syrienne, s’est ré- implique que les hommes se re- à se réfugier dans les villes, ont ap- Plus que jamais encerclés, les habi- seils locaux de la Ghouta ont pris
qu’on entend un avion approcher, duite de moitié. groupent à part. porté les restes de leur cheptel. Les tants des réduits rebelles vivent langue avec des émissaires du ré-
tout le monde se met à hurler. Si un Après avoir reconquis toute la La vie dans ces refuges très pré- bêtes sont parfois abattues pour désormais dans la hantise d’une gime Assad. Divers intermédiai-
Occidental débarquait ici, il s’éva- partie rurale de la Ghouta, les as- caires est concentrée sur la recher- fournir de la viande aux familles. invasion des forces pro-Assad. res, comme l’ONG suisse Humani-
nouirait au bout de cinq minutes », saillants sont parvenus à encer- che de nourriture. Quelques fa- Mais seules les plus aisées peuvent « Hier [lundi], quand on a entendu tarian Dialogue, tentent de trou-
ajoute cette professeur d’anglais, cler les trois principales zones ha- milles ont encore des réserves. « Je se le permettre. La quête de nourri- que l’armée se rapprochait, on s’est ver une alternative au scénario ca-
contactée elle aussi par Internet bitées, qui sont désormais isolées fais des soupes, un peu de riz avec ture est une opération coûteuse et mises à pleurer, confie Deana tastrophe d’une invasion des
auquel elle accède, le soir, par une les unes des autres : la ville de des fayots, on essaie d’économiser risquée. Deana Lynn affirme que Lynn. Il faut savoir que ces soldats zones urbaines. Ces contacts pour-
connexion satellitaire. Douma, au nord-est, qui est sous au maximum », dit Deana Lynn. l’une de ses voisines a été tuée n’ont pas vraiment l’habitude de raient déboucher, à court ou
« Les enfants crient en perma- le contrôle de Jaych Al-Islam (l’Ar- D’autres foyers dépendent des dis- dans une frappe sur son domicile, frapper à la porte. Leur genre à eux, moyen terme, sur une évacuation
nence, confesse pour sa part mée de l’islam), une formation sa- tributions, très aléatoires, organi- dans lequel elle s’était glissée pour c’est plutôt de tout casser. Et de vio- des rebelles de la Ghouta vers les
Nivine Hotary, une mère de deux lafiste ; la ville de Harasta, au nord- sées par les rares associations de ramener de quoi faire un repas. ler aussi. Cette peur est très pré- dernières zones du nord de la Syrie
enfants, dans un texte qu’elle a en- ouest, qui est sous la coupe charité qui ont encore les moyens « Le plafond de son appartement sente », ajoute la mère de famille, encore tenues par l’opposition. p
voyé au Monde par Facebook. Ils d’Ahrar Al-Cham, un autre groupe de fonctionner. « Aujourd’hui, s’est écrasé sur elle, raconte qui comme tous les habitants des benjamin barthe

A Afrin, des Occidentaux veulent rester «jusqu’au bout» avec les Kurdes
Des combattants volontaires français, italiens ou britanniques sont présents dans la ville syrienne menacée de siège par l’armée turque

P lus de sept semaines après


avoir déclenché leur offen-
sive, l’armée turque et ses
supplétifs syriens – des groupes
d’inspiration islamiste issus de la
ville kurde d’Afrin, prise en étau
d’est en ouest par les assaillants.
Les combattants kurdes affir-
ment se préparer à de longs com-
bats urbains. Dans leurs rangs se
ter sur place, alors que l’encercle-
ment complet de la cité et de ses
habitants pourrait se profiler. « La
situation est critique. Quoi qu’il ar-
rive, je resterai jusqu’au bout avec
Les forces kurdes qui défendent
Afrin ont été le fer de lance des
opérations contre l’EI dans l’est de
la Syrie avec le soutien de la coali-
tion internationale emmenée par
« Parmi les volontaires qui sont
restés après la chute de Rakka, il y
a ceux qui étaient déjà sensibles
aux idées du mouvement en Eu-
rope et d’autres qui se sont formés
et l’Etat turc ont la même idéolo-
gie », indique-t-il.
« Ceux qui voulaient partir ont
pu le faire. Nous sommes ici pour
rester et combattre le plus long-
rébellion armée – étaient, mer- trouve un petit groupe d’Occiden- d’autres camarades qui, comme Washington. Face à la Turquie, sur place ou qui veulent continuer temps possible », déclare, depuis
credi 14 mars, aux portes de la taux dont certains entendent res- moi, ne veulent pas abandonner puissance majeure de l’OTAN qui par solidarité avec les gens qu’ils le centre-ville d’Afrin un combat-
leurs amis kurdes », déclare le vo- les considère comme des « terro- ont rencontré ici », explique le Bri- tant italien qui emprunte le pseu-
lontaire britannique Jamie Jan- ristes » et comme une extension tannique Jamie Janson. donyme de Tekosher, également
son, joint à Afrin-ville sur la mes- du Parti des travailleurs du Kur- Plusieurs volontaires étrangers joint sur WhatsApp. Attiré par les
sagerie en ligne WhatsApp. distan (PKK) combattu par Ankara ont perdu la vie depuis le début idées du mouvement kurde, c’est
en Turquie même, elles ne peu- de l’offensive turque. La mort au sa première expérience militaire.
Mort du Breton Kendal Breizh vent pas compter sur le soutien de combat de trois d’entre eux a été « Nous allons résister ! », affirme
Comme des dizaines d’autres leurs partenaires occidentaux. officiellement annoncée. Parmi un combattant plus expéri-
combattants occidentaux, il a re- Les volontaires étrangers qui eux, un militant internationa- menté, Italien également et utili-
joint les rangs des forces kurdes ont rejoint les lignes de défense à liste breton, Olivier Le Clainche, sant le nom de guerre kurde de
syriennes pour combattre l’orga- Afrin ont fondé une unité inté- connu sous le nom de guerre de Dilsoz, joint depuis ce qu’il décrit
nisation Etat islamique (EI). Il grée aux forces kurdes et baptisée Kendal Breizh, a été tué le 10 fé- comme un village situé à proxi-
poursuit son engagement en par- « Forces antifascistes à Afrin » vrier dans une frappe aérienne mité de la ligne de front.
ticipant à la défense de l’enclave (FAAF) dont ils ne souhaitent pas turque. Il avait combattu sur « On ignore encore si l’armée tur-
kurde d’Afrin, située dans le nord- révéler les effectifs. Sur la page Fa- plusieurs fronts contre l’EI et ad- que et les milices djihadistes vont
ouest de la Syrie. cebook des FAAF, ouverte peu hérait au projet politique du essayer d’entrer dans les zones ur-
Lorsque l’armée turque et ses après le début des opérations, ses mouvement kurde et de ses alliés baines. Les forces qui défendent
supplétifs syriens ont lancé leur membres se présentent comme en Syrie. Afrin se préparent aux combats de
opération sur Afrin, le volontaire constituant « un groupe militaire rue mais il est possible que [les as-
britannique s’apprêtait à quitter le de révolutionnaires de gauche qui « Nous allons résister » saillants] décident de bombarder
pays. Rakka, l’ancienne capitale de défendent Afrin et son peuple con- Des militants de la gauche turque la ville massivement, explique le
l’EI, était tombée et, dans la zone tre l’invasion de l’Etat turc et de ses sont également représentés dans deuxième volontaire italien. Les
frontalière irako-syrienne, les der- alliés salafistes ». les rangs des internationaux ac- forces qui nous attaquent ont le
nières poches djihadistes étaient Dans les territoires que ses for- tuellement à Afrin. Pour l’un soutien d’une armée de l’OTAN
sur le point d’être réduites. « J’al- ces contrôlent dans le nord de la d’eux, qui répond au nom de mais leur idéologie est une idéolo-
© Radio France/Ch. Abramowitz

lais quitter la Syrie mais l’attaque Syrie, le mouvement kurde se veut guerre de Devrim Botan, le com- gie djihadiste. Je combattais Daech
turque m’a convaincu de rester et porteur d’un modèle politique bat mené à Afrin est le prolonge- dans l’est de la Syrie avant d’être dé-
de continuer le combat, raconte Ja- original fondé sur une forme ment de son opposition radicale ployé à Afrin. Cette attaque turque
mie Janson. Cette guerre n’a rien à d’autogestion, la promotion de au gouvernement d’Ankara. « Les renforce nos ennemis et si Afrin
voir avec celle que nous avons me- l’égalité entre hommes et femmes forces kurdes m’ont donné le choix tombe, il ne faudra pas s’étonner s’il
née face à Daech. Malgré les capa- et la coexistence entre les diverses de me battre ou non contre les for- y a de nouveaux Bataclan en Eu-
cités de résistance des Kurdes, nous communautés confessionnelles ces de mon pays d’origine. J’ai ac- rope à l’avenir. » p
sommes dépassés militairement. » et ethniques de la région. cepté de rester car pour moi Daech allan kaval
8|
FRANCE
0123
VENDREDI 16 MARS 2018

Les députés LRM montent à la tribune


Pour exister face à un exécutif tout-puissant, les parlementaires multiplient les textes collectifs

Q
uand les députés La
République en mar-
che (LRM) ont fait
leurs premiers pas à
l’Assemblée en juin
2017, certains se demandaient ce
qui pouvait les rassembler. Il y
avait certes le programme d’Em-
manuel Macron, leur Bible pour
les premiers mois du quinquen-
nat. Mais tous anticipaient les dif-
ficultés à venir. Les « marcheurs »
venant d’horizons politiques et
professionnels différents, des dou-
tes subsistaient sur la manière
dont ils parviendraient à accorder
leurs voix sur les sujets les plus cli-
vants. L’opposition y voyait, elle,
tantôt une armée de « godillots » à
la botte de l’exécutif, tantôt une
poudrière.
Pour cadrer ce « nouveau
monde », le groupe LRM a fixé une
ligne de conduite : que les débats
s’expriment en interne et ne fui-
tent pas. Dans la même veine, la
majorité a tenté de limiter le dépôt
d’amendements en solitaire par
les députés, avant même que le
gouvernement n’envisage, dans le
cadre de la révision constitution-
nelle, le « contingentement » du
nombre d’amendements que cha-
que groupe pourrait déposer lors
de l’examen d’un texte.
Dans ce contexte de réduction
des prérogatives des parlementai-
res, les députés LRM ont pris l’ha-
bitude de négocier dans le huis
clos des ministères certains points
des projets de loi. Et la confidentia-
lité exigée en début de mandat su-
bit des accrocs. Les élus de la majo- Jean-Louis Touraine, à l’Assemblée, en octobre 2017. Le député LRM du Rhône est à l’initiative d’un texte signé par 122 élus sur la fin de vie. CHRISTOPHE MORIN/IP3
rité n’ont plus peur de défendre
publiquement leur position diver-
gente sur certains sujets et ont tutionnelle… En plus des habituel- une position adverse, à l’initiative pressions sur la fin de vie ou l’im- rale du groupe, qui fait consensus,
trouvé dans les tribunes de presse les tribunes de soutien à l’action du sénateur LRM Michel Amiel, si- migration à un registre plus
« Il ne faut pas que dans son ADN social.
un espace privilégié pour faire en- du gouvernement, les prises de pa- gnée par 13 parlementaires macro- émotionnel que politique. faire des tribunes Pour l’heure, l’Elysée laisse vivre
tendre leur voix. role collectives pour émettre des nistes (Le Monde, 12 mars). « C’est la « Quand vous êtes dans l’émotion, ces débats qui ne déstabilisent pas
réserves ou proposer des pistes preuve que le débat existe », se féli- vous avez besoin de le dire. Il faut
simplement l’agenda de ses réformes. L’exécu-
Ping-pong médiatique d’action futures se multiplient. En cite M. Touraine. que ça sorte », minore-t-il. pour exister » tif et les parlementaires y voient
« Il y a un besoin des députés de par- général, les élus prennent soin Certains de ses collègues s’in- Des députés y voient eux au con- un double intérêt. « On ne peut pas
LAURENT SAINT-MARTIN
ticiper au débat public », explique d’avertir la direction du groupe et quiètent de l’installation de ce traire une manière de s’affranchir nous appeler godillots », souligne
député du Val-de-Marne
Jacques Maire, à l’origine d’un l’exécutif de leurs intentions. ping-pong médiatique. « Le risque du carcan installé par la prési- Sandrine Le Feur. Comme si des
texte, signé par 13 députés, subtile- « C’est un moyen d’interpeller diffé- de ce face-à-face sur la fin de vie, ini- dence du groupe. « Si certains pren- prises de parole plutôt à gauche ve-
ment critique sur le projet de loi remment le gouvernement et le tié à grand renfort de tribunes, nent la parole individuellement, nues de la majorité parlementaire
asile-immigration qui sera discuté président de la République », reven- n’est-il pas de séquestrer un enjeu c’est aussi parce qu’ils ont l’impres- sociales et sociétales, viennent pouvaient contrebalancer dans
en avril à l’Assemblée (Le Monde, dique Sandrine Le Feur, députée puissamment sociétal dans la seule sion que leur voix n’est pas suffi- aussi dessiner le barycentre idéo- l’opinion un gouvernement porté
1er février). « Les tribunes, ça a tou- du Finistère, initiatrice d’une tri- sphère politique ? », observait ainsi samment prise en compte », ana- logique du groupe LRM. « On com- sur sa droite. Ces tribunes permet-
jours été utile pour la majorité. bune prônant l’interdiction « le le député LRM Olivier Véran, l’un lyse un député. Selon lui, ce débat mence à découvrir le profil d’une tent aussi d’évaluer en amont les
Comme nous sommes soumis à plus rapidement possible » du gly- des chefs de file de la commission très contrôlé a provoqué l’expres- majorité plus riche que l’image rapports de force au sein du
l’agenda de l’exécutif, nous n’avons phosate signée par 53 de ses collè- des affaires sociales, sur Twitter. sion publique de plusieurs élus ré- monolithique qu’on pouvait avoir groupe, sur les textes à venir.
pas beaucoup d’espace pour porter gues (Le Monde, 22 octobre 2017). « Il ne faut pas faire des tribunes servés sur la politique d’accueil au départ », se félicite le député « On ne va pas passer cinq ans sur
nos sujets », renchérit Jean-Louis «Cela a permis d’ouvrir le débat », simplement pour exister », met des migrants en France. Le projet d’Indre-et-Loire, Daniel Laba- un programme qui a été pensé
Touraine, qui a déjà deux mandats se satisfait M. Touraine. Sa tribune également en garde Laurent Saint- de loi asile-immigration, qui sera ronne. « On a un ratio à 70 % de en 2016-2017. Il faut faire des propo-
(sous les couleurs socialistes) à son a fait grand bruit au sein de la ma- Martin, député du Val-de-Marne, discuté dans l’Hémicycle en avril, gens venus de la gauche et 30 % de sitions nouvelles », rappelle Jean-
actif. Cet élu lyonnais est à l’initia- jorité. La position du groupe était par ailleurs signataire du texte de donne lieu actuellement à d’inten- la droite », rappelle l’un de ses col- Louis Touraine. Pour l’heure, la
tive d’un texte signé par 122 élus plutôt d’attendre les résultats des M. Touraine. ses discussions au sein de la majo- lègues, bon connaisseur du majorité devrait donc continuer à
LRM (Le Monde, 28 février) pour Etats généraux de la bioéthique A la tête du groupe, on minimise rité, et des lignes différentes se groupe. Un rapport de force qui profiter de cet espace de liberté qui
demander une nouvelle législa- – comme le souhaite l’exécutif – l’importance de ces prises de pa- sont déjà exprimées sur ce thème ne correspond pas à l’équilibre permet aux députés de trouver
tion sur la fin de vie. pour se prononcer sur cette ques- role. « Il faut les désolenniser », in- lors de précédents débats. politique des mesures prises en une voie d’expression sans pertur-
Immigration, plan loup, calen- tion. Elle a même déclenché la pu- voque l’un des membres du bu- En creux, ces prises de position, début de quinquennat, beaucoup ber la marche de l’Elysée. p
drier budgétaire, réforme consti- blication d’une tribune défendant reau de LRM qui renvoie les ex- essentiellement sur les questions plus ancrées dans l’identité libé- manon rescan

Réforme des institutions : Larcher inflexible sur ses lignes rouges


Reçu à Matignon, mercredi, le président du Sénat négocie sur la dose de proportionnelle et se pose en défenseur des territoires ruraux

S a position s’est raidie au fil


des semaines, au point
d’imposer un vrai bras de
fer avec l’exécutif. Consulté sur la
réforme des institutions, mercredi
Emmanuel Macron dans sa ver-
sion définitive. « Nous verrons
alors si le gouvernement a tenu
compte de ses remarques et a repris
des éléments dans les 40 proposi-
de confiance », il reproche au pou-
voir de vouloir passer en force.
« C’est la manière de procéder qui
ne va pas », a-t-il estimé récem-
ment. Il reproche au gouverne-
très mauvais signaux », résume
son entourage.
Face à un président qui pousse à
l’extrême la logique présiden-
tielle des institutions de la Ve Ré-
tution. Il ne veut pas non plus en-
tendre parler de l’idée de l’exécu-
tif de « contingenter » le nombre
d’amendement en fonction de la
taille des groupes politiques ou
Bruno Retailleau et Christian Ja-
cob y sont aussi sensibles. Parti-
sans d’une ligne intransigeante
face à l’exécutif, les responsables
des groupes parlementaires LR
14 mars, par le premier ministre, tions que l’on a présentées fin jan- ment d’avoir manifesté des mar- publique, le président du Sénat se d’une dose de proportionnelle poussent M. Larcher à maintenir
Gérard Larcher campe sur une li- vier », dit son entourage. ques de mépris à l’égard du Parle- pose en défenseur des droits du aux législatives supérieure à 15 %. ses revendications sans fléchir.
gne plus dure que jamais. Le prési- Le verdict approche, avant la pré- ment, ces derniers jours, sur trois Parlement et comme le garant de Après en avoir fait un point non Egalement reçus à Matignon,
dent Les Républicains (LR) du Sé- sentation en Conseil des ministres épisodes clés : le recours aux or- l’équilibre des pouvoirs. « Si le des- négociable, il se dit en revanche mercredi, ils ont souligné leur op-
nat a été reçu à Matignon, après fin avril. « Le premier ministre ren- donnances pour faire adopter la sein de Macron, c’est la concentra- prêt à adoucir sa position sur le position à toute mesure marquant
son homologue de La République dra ses conclusions lundi prochain réforme de la SNCF, l’utilisation tion de plus en plus forte du pou- non-cumul des mandats dans le un « affaiblissement du Parle-
en marche (LRM) de l’Assemblée, [le 19 mars] au président de la Ré- du « vote bloqué » au Sénat pour voir, il trouvera le Sénat sur sa temps. « Il en fait une affaire de ment ». Et ils ont déclaré vouloir un
François de Rugy, en clôture de la publique, qui fera connaître ses ar- empêcher l’adoption d’un texte route », prévient l’entourage de principe mais s’il y a des avancées accord « global » avec le gouverne-
série d’entretiens lancée par le bitrages dans les semaines suivan- visant à revaloriser des pensions l’élu LR des Yvelines. sur l’ensemble de la réforme, on ment sur les trois volets de la ré-
chef du gouvernement avec les tes », indique Matignon. de retraite agricoles et la limita- peut travailler sur ce point », expli- forme, qui comprend une loi orga-
présidents des différents groupes S’il ne ferme pas la porte à un tion du droit d’amendement. « Affaire de principe » que son entourage. nique, une loi ordinaire et une ré-
parlementaires, depuis huit jours. possible compromis, le président « Gérard Larcher a demandé un En dehors de la méthode, les li- La nécessité de maintenir au forme de la Constitution. Pour
Alors qu’Edouard Philippe a re- du Sénat croit de moins en moins déclic de confiance, ce n’est absolu- gnes rouges se multiplient. Atta- moins un sénateur par départe- l’instant, « un certain nombre de
mis à ses invités une liste de 31 me- à la possibilité de nouer un ac- ment pas le cas. Au contraire. Un ché à la « non-fragmentation de la ment constitue toutefois un « ca- préalables ne sont pas levés à ce
sures envisagées par l’exécutif, cord. Après avoir demandé à accord devient très compliqué à République », M. Larcher s’oppose sus belli ». Pas question, à ses stade, c’est le moins que l’on puisse
M. Larcher attend de voir le projet l’exécutif de faire un geste, le cause des dernières mesures du à une mention de la Corse dans yeux, d’aboutir à la sous-repré- dire », a souligné M. Jacob. p
de loi de cette réforme voulue par 8 mars, en créant « un vrai déclic gouvernement, qui constituent de un article spécifique de la Consti- sentation des territoires ruraux. alexandre lemarié
france | 9
0123
VENDREDI 16 MARS 2018

A Mayotte, la base relance la guerre des barrages


Electrisés par une annonce prématurée de la ministre, les militants ont décidé de poursuivre la grève

mayotte - envoyé spécial que la suspension du mouve- mouvement n’a pas encore été ap- res restés à Mayotte, le préfet La maladresse du ministère n’a
ment et la levée des barrages al-
« Nous sommes prouvée par la population », ex- Jean-Jacques Brot, le conseiller pas facilité les choses. D’une cer-

V
ous nous avez trahis. » laient être proposées. Cette éven- scandalisés que la plique le porte-parole. Il déplore d’Etat Jean Courtial, le général de taine manière, l’exercice de ca-
Sur les barrages fina- tualité devait encore être sou- « des méthodes d’un autre gendarmerie Lambert Lucas, tharsis de Tsingoni aura toute-
lement maintenus à mise à l’approbation de la popu-
ministre annonce temps » et « une volonté d’impo- auquel s’est ajouté Yves Jobic, fois eu deux vertus. D’abord, il
Mayotte, mercredi lation, appelée à se rassembler un accord ser coûte que coûte les choix du contrôleur général de la police fallait que chacun dise ce qu’il
14 mars, les membres de la délé- mercredi matin place de la Répu- gouvernement ». Estimant que, nationale, devaient rencontrer avait sur le cœur, même si, pour
gation qui avaient rencontré, la blique, à Mamoudzou.
alors qu’aucun « finalement, la ministre n’a rien les dirigeants de l’intersyndicale ceux qui s’étaient le plus expo-
veille, la ministre des outre-mer, Mais le message a été rapide- protocole compris », il assure que « la grève et du collectif pour engager les sés, à l’image des deux jeunes fi-
Annick Girardin, essuient la co- ment balayé par la colère des gré- continue, les barrages conti- discussions sur les axes de rattra- gures émergentes de ce mouve-
lère des militants de base. Alors vistes et des barragistes. Une co-
n’a été signé » nuent, tant que nous n’aurons pas page et de développement de ment, Fatihou Ibrahim et Saïd
qu’ils se rendent à Tsingoni, dans lère attisée par le communiqué FATIHOU IBRAHIM un vrai interlocuteur ». Mayotte qui doivent émerger Hachim, l’épreuve a été rude.
le centre de l’île, où doivent se diffusé dès mardi soir par le mi- porte-parole du mouvement d’ici un mois, conformément à « Cela a été perçu comme une tra-
réunir au grand complet les diri- nistère des outre-mer se félici- Catharsis ce qui avait été convenu lors de la hison, j’ai été accusé de tous les
geants de l’intersyndicale et du tant d’« un accord mettant un Rentrée dans la nuit à Paris pour réunion de mardi soir. maux », confie ce dernier, qui fait
collectif des citoyens, Saïd Ha- terme à la crise de Mayotte ». Se- goni, l’atmosphère est tendue. faire une communication au Par ailleurs, les négociateurs état des insultes, voire des mena-
chim (CGT), Salim Nahouda lon ce texte, « les collectifs et l’in- Les échanges ne commenceront conseil des ministres de mer- vont se rendre sur tous les barra- ces qu’il a reçues au téléphone.
(CGT) et Mahamoud Azihary, fi- tersyndicale se sont engagés à dé- pas avant l’arrivée de trois credi matin, où son travail a été ges maintenus pour expliquer le Bien que désavoués en appa-
gure éminente du collectif, n’ar- bloquer les barrages de l’île au imams. Un à un, chaque partici- « salué » par le premier ministre bilan des échanges avec la minis- rence, ces derniers ont toutefois
rivent pas à se faire entendre. cours de la matinée du 14 mars ». pant est appelé à prêter serment, et le président de la République, tre des outre-mer, la nature des pu faire partager leurs convic-
Des divisions sont apparues de- Cette annonce précipitée, une in- sur le Coran, de ne pas « trahir le selon Benjamin Grivaux, le por- engagements pris et des discus- tions et ont été maintenus dans
puis que Fatihou Ibrahim, un des vraisemblable bévue, a placé les mouvement » : le serment de te-parole du gouvernement, sions qui vont se poursuivre. La leurs fonctions à la tête du mou-
porte-parole du mouvement qui membres de la délégation dans Tsingoni. La presse est invitée à Mme Girardin n’a pu que prendre tâche ne sera vraisemblable- vement. En endossant la position
paralyse partiellement le dépar- une situation délicate. quitter les lieux. Car les échanges acte de ce retournement. Interro- ment pas aisée mais c’est le prix à prise collectivement à Tsingoni
tement depuis le 20 février, a an- A l’ouverture de la réunion des vont être rudes. Les représen- gée mercredi soir lors de l’émis- payer après trois semaines de par l’intersyndicale et le collectif,
noncé, à l’issue des cinq heures dirigeants de l’intersyndicale et tants qui faisaient partie de la dé- sion « Quotidien », sur TMC, elle grèves et de blocages, la fatigue, ils peuvent continuer à aller sur
de discussion avec la ministre, du collectif, à la mairie de Tsin- légation tentent de justifier leur a toutefois promis de tenir les en- l’énervement et la radicalisation les barrages pour rencontrer les
démarche. En vain. gagements pour Mayotte pris la qui s’ensuivent. L’arrêt brutal du militants et les citoyens de base
Au terme de quatre heures de veille, même si les barrages « ne mouvement, du jour au lende- sans se faire rejeter. « Il est impor-
De nouvelles violences à M’Tsapéré réunion, la décision est prise de sont pas levés tout de suite ». « On main, n’était tout simplement tant de les préserver, note un ob-
poursuivre le mouvement et de a une telle colère, une telle peur pas jouable. servateur averti. Ce sont eux la re-
Les accès à la mairie de Mamoudzou, la préfecture de Mayotte, maintenir les barrages. C’est Fati- que ça va prendre du temps » de lève de ce territoire. Ils sont le sym-
ont été bloqués mercredi 13 mars par une centaine de manifes- hou Ibrahim lui-même qui est mettre fin à la crise, a-t-elle re- bole d’une jeunesse, d’un haut ni-
tants brandissant des banderoles sur lesquelles était écrit chargé de venir l’annoncer à la connu. « Le retour sur le terrain veau intellectuel, qui veut
« Maire corrompu » et « Stop mépris ». presse. Celui qui, la veille, avait (…) a peut-être été brutal parce Les négociateurs s’engager pour l’avenir de
Ce mouvement spontané fait suite aux violences qui ont salué « des avancées réelles » à qu’on n’a pas suffisamment expli- Mayotte. »
eu lieu dans la nuit du mardi 13 au mercredi 14 mars l’issue de la rencontre avec qué ce qui a été mis » sur la table,
vont se rendre sur La grève et les barrages conti-
à M’Tsapéré entre bandes rivales, au cours desquelles des Mme Girardin dénonce à présent a-t-elle avancé, ajoutant que, tous les barrages nuent à Mayotte. Les difficultés
voitures ont été incendiées et les forces de l’ordre mobilisées « une mascarade », « cinq heures peut-être, « la base est plus dure » d’approvisionnement et sanitai-
visées par des cocktails Molotov. Six personnes étaient en perdues ». « Nous sommes scan- que les négociateurs.
maintenus, pour res s’aggravent. Et une élection
garde à vue mercredi, dont un mineur de 12 ans, et des perqui- dalisés que la ministre annonce Malgré la position inflexible af- expliquer le bilan législative partielle doit avoir
sitions ont eu lieu, au cours desquelles la police a retrouvé qu’un accord avait été trouvé fichée à Tsingoni, la situation ne lieu dimanche 18 mars. Dans l’in-
deux bidons d’essence, un chombo (coupe-coupe mahorais), alors qu’aucun protocole n’a été semble pas totalement bloquée.
des échanges différence quasi générale. p
un harpon et un pistolet à billes. signé et que la suspension du Dès ce jeudi, les trois missionnai- avec la ministre patrick roger

En décrochage à droite, Wauquiez


fustige le « parisianisme » de Macron
Avant un déplacement dans le Loiret, le président de LR a rencontré
M. Sarkozy, mercredi, pour clore l’épisode de son cours à l’EM Lyon

Photo Michel Gibert, non contractuelle. Stone Sculpture museum of the Fondation Kubach-Wilmsen.
L aurent Wauquiez a testé un
nouveau format de com-
munication, lundi 12 mars,
en répondant aux questions des
internautes lors d’un Facebook
Sarkozy, l’accusant d’avoir placé
sur écoutes ses ministres lors de
son quinquennat. « C’était dange-
reux. Nicolas Sarkozy est au firma-
ment de sa popularité à droite »,
Laurent Wauquiez a insisté sur
ces deux thématiques, mercredi
14 mars, à l’occasion d’un dépla-
cement dans le Loiret pour sou-
tenir Jean-Pierre Door, candidat
Live. L’occasion, entre autres, de souligne un cacique de LR. LR à une élection législative par-
dévoiler ses goûts en matière de Afin de clore définitivement tielle qui doit se tenir dimanche
cinéma. Le président du parti Les l’incident – M. Wauquiez s’est 18 mars. Fustigeant conjointe-
Républicains (LR) place au firma- déjà excusé pour ses propos à ment le « jeunisme » et le « pari-
ment de son panthéon person- plusieurs reprises – et avant son sianisme » d’Emmanuel Macron,
nel le film Rogue One, tiré de la prochain cours à l’EM Lyon, ven- le président de LR a affirmé un
saga Star Wars : « J’adore ce mo- dredi et samedi, les deux hom- « soutien total » au mouvement
ment où ils disent : “Les rebellions mes se sont vus, mercredi, dans de colère des retraités, qui devai-
reposent sur l’espoir.” » Et de l’es- les bureaux parisiens de l’ancien ent manifester jeudi, notam-
poir, il en faut en ce moment au chef de l’Etat. ment pour protester contre la
président de la région Auvergne- Mais M. Sarkozy a aussi rencon- hausse de la CSG.
Rhône-Alpes, alors que les mau- tré Mme Pécresse, le 8 mars, et de- « Dans cette politique qu’il mène,
vais sondages le concernant se vait accompagner, jeudi, dans le il y a trop d’oubliés, de sacrifiés, de
multiplient. Nord, le ministre de l’action et des laissés-pour-compte. Cette politi-
Selon le tableau de bord IFOP- comptes publics, Gérald Darma- que est faite pour les premiers de
Fiducial pour Paris Match et Sud nin, pour remettre la Légion cordée, a dénoncé M. Wauquiez
Radio, publié le 13 mars, Lau- d’honneur au maire de Tourcoing, lors d’une réunion publique orga-
rent Wauquiez perd ainsi Didier Droart. Soit, d’un côté la ri- nisée à Montargis devant près de
16 points d’opinions favorables vale interne chez LR de M. Wau- 300 personnes. Ce n’est pas pour
en un mois auprès de l’électorat quiez, et de l’autre son adversaire rien qu’il s’en prend aux retraités.
de droite, et passe derrière sa ri- honni. Une manière pour l’ancien C’est parce qu’ils n’ont pas les
vale Valérie Pécresse. La prési- président de la République de moyens de se faire entendre, ce
dente de la région Ile-de-France montrer sa « liberté », comme le sont des victimes faciles. »
gagne, dans le même temps, rappelle un proche, même s’il sou- Un peu plus tôt dans la journée,
11 points, et émarge à 67 % de tient le président de LR. le patron du parti Les Républi-
bonnes opinions, contre 58 % cains avait visité une entreprise,
pour le président de LR. La dé- « La route est longue » puis une chèvrerie : une manière
gringolade était déjà similaire Outre le « cas » Sarkozy, la charge de continuer à polir son image
pour Laurent Wauquiez dans de Laurent Wauquiez consiste d’élu proche du terrain. Deux
deux autres sondages, publiés aussi et surtout à se réinstaller rendez-vous lors desquels l’inté-
début mars par les instituts Elabe dans un rôle d’opposant audible à ressé s’est refusé à évoquer son
et Kantar Sofres-Onepoint, qui Emmanuel Macron. « Il y a un trou entrevue du matin avec Nicolas
l’enregistraient respectivement d’air pour l’exécutif aussi, tient à se Sarkozy. « Je ne commente jamais
en baisse de 16 et 13 points auprès rassurer Bruno Retailleau, prési- mes discussions particulières », a
de l’électorat de droite. dent du groupe LR au Sénat. Nous évacué M. Wauquiez. « Il faut que
Ce coup d’arrêt intervient alors sommes sur un faux plat, mais Nicolas Sarkozy explique pour-
que le quadragénaire se trouvait cela vaut pour tout le monde. Avec quoi il va avec Darmanin », es- Mah Jong. Design Hans Hopfer,
Habillé de tissus dessinés par Kenzo Takada.
pourtant depuis le début de l’an- un tourbillon de réformes dont on time néanmoins son entourage,
née sur une pente ascendante. Il a du mal à voir le sens. » « La route alors que le ministre a claqué la
est clairement imputable à la po- est longue, ajoute de son côté Da- porte de LR en 2017 pour rejoin- PARIS 3 e • PARIS 12e • PARIS 7e • PARIS 14 e • PARIS 17e • ATHIS-MONS • COIGNIÈRES • HERBLAY / MONTIGNY-LES-C.(1) • ORGEVAL
SAINTE-GENEVIÈVE-DES-BOIS • SAINT-MAXIMIN • SURESNES • VAL D’EUROPE C. CIAL / SERRIS • VERSAILLES. (1) Magasin franchisé
lémique née de ses déclarations, mien Abad, vice-président de LR. dre Emmanuel Macron. Les re-
indépendant. Liste des magasins Roche Bobois de France participant à l’opération sur www.roche-bobois.com
mi-février, devant des étudiants Mais on a réussi à imposer deux, bellions se nichent décidément
de l’EM Lyon, dans lesquelles il trois sujets, comme la fracture ter- partout. p OUVERTURES EXCEPTIONNELLES LES DIMANCHES 18 ET 25 MARS
s’en prenait notamment à Nicolas ritoriale ou les retraités. » olivier faye
10 | france 0123
VENDREDI 16 MARS 2018

Macron en
« immersion »
pour défendre
ses réformes
Face à la grogne des territoires,
le chef de l’Etat veut multiplier
les déplacements de deux jours

tours - envoyé spécial à la cantine de l’établissement


avec des enseignants et des élèves.

C
onfronté à la grogne des « Quand on vient chez les gens
territoires ruraux qui pour leur expliquer quelque chose,
lui reprochent d’être le il est bien de montrer qu’on ne
« président des villes » et passe pas en coup de vent », expli-
à une baisse sensible de sa popu- que Bruno Roger-Petit, le porte-
larité dans les études d’opinion, parole de l’Elysée, pour justifier
Emmanuel Macron a décidé de ces déplacements de deux jours.
reproduire ce qui lui avait réussi A la demande du chef de l’Etat, Emmanuel Macron visite un centre d’apprentissage, à Tours, mercredi 14 mars. BENOIT TESSIER/AFP
lors de la campagne présiden- le programme des visites a été
tielle en 2017 : s’immerger au plus aussi allégé, afin de passer plus
près des Français. Le président de de temps au même endroit sans ensuite en concepts et en déci- effort pour ceux qui travaillent, il donc j’explique, je rencontre tous
la République veut multiplier multiplier les rencontres dans sions », abonde Jacqueline Gou- n’y aura personne pour payer vos
A plusieurs ceux que je peux [car] on se nourrit
les déplacements de deux jours une même journée, comme rault, la ministre auprès du mi- retraites », a-t-il ajouté. reprises, Macron du terrain », a justifié M. Macron
dans les régions, comme il s’y c’était la pratique jusqu’ici. « Les nistre de l’intérieur, qui accom- tout en assurant qu’il ne cherche
était engagé au début de son gens disent beaucoup plus de cho- pagnait le chef de l’Etat lors de sa « Aller très vite et très fort »
a été apostrophé pas à faire l’unanimité. « Je ne
quinquennat mais sans y parve- ses au bout de quatre heures première journée en Touraine, Interrogé sur la vitesse avec la- par des retraités peux pas plaire à tout le monde »,
nir jusqu’ici compte tenu de son qu’au bout d’une heure », justifie- tout comme Muriel Pénicaud, sa quelle il met en œuvre ses réfor- a-t-il concédé.
agenda international. t-on à l’Elysée. collègue du travail. mes, considérée comme trop ra-
lui reprochant la Signe que son image lui importe
Mercredi 14 mars, le chef de Ça tombe bien, Emmanuel Ma- pide par ses adversaires mais hausse de la CSG néanmoins, le président de la Ré-
l’Etat s’est ainsi rendu à Tours, où « C’est une vraie éponge » cron n’a pas été épargné par les in- aussi par certains élus de sa majo- publique était accompagné à
il a visité un centre de formation A écouter ses proches, ces mo- terpellations lors de son déplace- rité, M. Macron s’est également
intervenue Tours par la photographe améri-
des Compagnons du devoir, pour ments sont en effet un moyen ment. A plusieurs reprises, il a refusé à temporiser. « Voyez ce au 1er janvier caine Annie Leibovitz, à qui il a
y vanter sa réforme de l’apprentis- pour M. Macron de « capter l’air ainsi été apostrophé par des re- paradoxe, on dit que les réformes donné toute liberté pour le suivre
sage, avant de participer à un « dî- du pays » et d’éviter le syndrome traités, qui lui reprochent la vont trop vite mais les Français à l’Elysée et lors de ce déplace-
ner républicain » avec des élus lo- de la tour d’ivoire, qui guette tous hausse de la CSG intervenue au voudraient que les choses aillent lors des sept prochaines semai- ment. Selon son entourage, les
caux et de passer la nuit à la pré- les présidents de la République. 1er janvier. « Vous êtes partis à la re- plus vite ! », a-t-il déclaré, esti- nes. Persuadé que ce format de photos de la célèbre portraitiste
fecture. Jeudi matin, il devait « Emmanuel Macron, c’est un for- traite au même âge que vos pa- mant au contraire qu’« il faut aller déplacement de deux jours en doivent servir à illustrer un por-
poursuivre son « immersion », se- midable capteur, passer une nuit rents avec une espérance de vie de très vite et très fort dans les réfor- France est le bon, l’entourage du trait de M. Macron que le maga-
lon le terme utilisé par l’Elysée, en préfecture, déambuler dans la dix à quinze ans de plus. Je suis mes qu’on met en œuvre, car c’est chef de l’Etat en a d’ores et déjà zine Vanity Fair publiera à l’occa-
par une visite de l’école primaire rue, aller au contact des gens lui obligé d’en tenir compte », a tenté la condition pour que nos conci- prévu deux autres au cours du sion de sa visite aux Etats-Unis,
de la commune de Rilly-sur- permet de sentir les choses », as- d’expliquer le président, alors toyens en voient les effets ». Selon prochain mois, sans parler des vi- prévue du 23 au 25 avril. Un autre
Vienne, (Indre-et-Loire) puis il de- sure Bruno Roger-Petit. « C’est qu’un mouvement national de Matignon, le gouvernement a sites effectuées sur une seule type d’immersion très loin de
vait se rendre au lycée de Loches, une vraie éponge. Il entend tout ce protestation des retraités était at- prévu de présenter sept projets journée. « Il y a beaucoup de gens l’Indre-et-Loire. p
où était programmé un déjeuner qu’on lui dit et ça se transforme tendu jeudi. « Si je ne fais pas cet de loi en conseil des ministres qui ne veulent pas que ça change, cédric pietralunga

Fermetures de classes en milieu rural : bataille CHRONIQUE


PAR SOLENN DE ROYER
de chiffres entre le ministère et les syndicats Le président people
Jean-Michel Blanquer et Emmanuel Macron devaient se rendre jeudi dans une école
primaire au sud de Tours afin de calmer la colère des enseignants et des élus
et le miroir aux alouettes

C’ est la première « zone


de turbulence » que
traverse Jean-Michel
« Le monde rural
a des raisons
dans les territoires ruraux –, on
fermerait entre 600 et 700 clas-
ses, soit plus du double », fait-on
Les élus ruraux entendent, eux,
se tenir à distance de la querelle
statistique. Si, dans un communi-
L es clichés se superposent,
élégants. Sur l’un, Emma-
nuel et Brigitte Macron visi-
tent le Taj Mahal et marchent vers
le mausolée indien, main dans la
Emmanuel Macron avait dit
qu’il romprait avec la « présidence
bavarde » de François Hollande et
ne ferait pas visiter les « cuisines
du pouvoir ». Mais il a embarqué
Blanquer, disent les observa- valoir dans l’entourage du minis- qué du 23 janvier, l’Association main. Sur un autre, Macron lève le l’écrivain Emmanuel Carrère qui
teurs du monde de l’école ; son
mathématiques tre. Arrêté au 12 mars, le « solde des maires ruraux de France pouce. Puis, Brigitte arrange la cra- préparait un portrait en majesté
premier « test », imposé par la de s’agiter » officiel » dans les 47 départe- (AMRF) a sonné l’« alerte orange », vate d’Emmanuel. En bras de che- pour le quotidien britannique
préparation de la rentrée 2018 – ments les plus ruraux se décom- elle ne reprend plus à son compte, mise immaculée, le président re- The Guardian et donné tous les
FRANCETTE POPINEAU
la première de l’ère Macron. Le pose en 783 ouvertures de clas- aujourd’hui, la « rhétorique des garde vers le ciel comme il regar- accès à la photographe des stars,
porte-parole du SNUipp-FSU
ministre de l’éducation a choisi ses pour 990 fermetures. Au ni- vases communicants ». « On ne derait l’avenir et il sourit. Des po- Annie Leibowitz, pour Vanity
de le passer en se rendant à veau national, c’est un millier de conteste pas un solde positif ses pour les photographes Fair. Une communication chic ou
l’école primaire de Rilly-sur- classes en plus qui ouvriront en d’ouvertures de classes au niveau officiels ou amis du palais, dont choc sur papier glacé, indissocia-
Vienne (Indre-et-Loire), jeudi blée nationale, où des députés septembre, assure-t-on Rue de national, explique Vanik Berbe- l’agence Bestimage de Mimi Mar- ble de cette pratique du pouvoir
15 mars, aux côtés du chef de Les Républicains – dont le vice- Grenelle, en rappelant la créa- rian, le maire de Gargilesse-Dam- chand, « papesse » de la presse qui mise sur la geste, l’incarna-
l’Etat, Emmanuel Macron. Une président du parti, Guillaume tion de plus de 3 600 postes dans pierre (Indre) et président de people. Conviée aussi, une poi- tion et le contact direct avec le
petite école rurale, au sud de Peltier – mais aussi de La France le premier degré. l’AMRF. Ni l’érosion du nombre gnée de journalistes, dont Paris « peuple », en court-circuitant
Tours, qui doit bénéficier, en insoumise et du Front national d’élèves qui affecte particulière- Match et TF1, choisis par l’Elysée corps intermédiaires et médias
septembre, d’un poste supplé- sont montés au créneau, ces « Détresse locale » ment la ruralité. Mais les moyen- pour immortaliser le couple prési- traditionnels. Un « peuple » dont
mentaire lui permettant d’ouvrir derniers jours, pour rappeler le « Fake News » : l’accusation est re- nes nationales ne disent rien de la dentiel dans le temple de l’amour. on présuppose au Château qu’il
une troisième classe, et d’échap- président Macron à ses engage- prise dans un camp comme dans détresse locale quand une de nos aime entrer dans l’intimité des
per à ces fermetures dénoncées ments : lors de la Conférence des l’autre. Car les syndicats d’ensei- écoles perd une classe. » Communication chic ou choc princes et devant lequel le chef de
un peu partout ailleurs. territoires, en juillet 2017, le gnants ont, eux aussi, sorti la cal- « Quand une école disparaît, Depuis un an, Emmanuel Macron l’Etat s’est produit le 1er mars à
« Opération déminage », souf- chef de l’Etat avait assuré qu’il culatrice. Pour parvenir à des ré- quand l’enseignant part, c’est que veille de manière obsessionnelle l’Elysée, jouant « le récitant » dans
fle-t-on dans les rangs syndi- n’y aurait plus aucune fermeture sultats tout autres : le SNUipp- le village est déjà mort », observe à sa communication. Une mise en Pierre et le Loup.
caux, alors que la grogne enfle de classes rurales. FSU a recensé 816 fermetures de Christian Chevalier, membre du scène de soi léchée et ultra-con- Pendant la campagne, des ma-
depuis plusieurs semaines. De Huit mois sont passés et, entre classes rurales contre 183 ouver- Comité syndical européen pour trôlée : photos glamour sur son cronistes s’étaient émus devant la
l’Ariège à l’Orne, du Finistère aux le ministre de l’éducation, qui se tures, « même s’il nous manque l’éducation. Son département, le compte Twitter, vidéos dont il est multiplication des « unes » peo-
Vosges en passant par l’Yonne, revendique aujourd’hui comme encore une dizaine de départe- Lot, devait rendre 17 postes à la le « héros » sur « sa » chaîne You- ple sur le couple Macron. « La ci-
un même refrain résonne sur le le « premier fervent partisan des ments pour une photographie rentrée – une purge inédite. A la Tube, au son d’une musique de ble, c’est les salons de coiffure »,
terrain, où quelque 70 rassem- écoles rurales », et la commu- globale », précise sa porte-parole suite de la mobilisation locale, film à grand spectacle. Alors qu’il avaient rétorqué les stratèges du
blements ont été recensés : pour nauté éducative mobilisée, une Francette Popineau. Parallèle- cinq emplois seraient sauvés. avait théorisé une communica- candidat. Du people pour le (pe-
dédoubler les CP et CE1, mesure bataille de chiffres fait rage. De ment, il comptabilise 3 642 pos- « Tous les ans, que la droite ou la tion rare et distante, le président tit) peuple, en somme. Les Fran-
éducative phare de ce gouverne- « 200 à 300 classes, grand maxi- tes ouverts en éducation priori- gauche soit au pouvoir, on s’em- répond avec gourmandise à cer- çais avaient reproché à Nicolas
ment, celui-ci doit puiser, entre mum », seront supprimées à la taire – cible des CP et des CE1 à poigne sur les chiffres, au risque tains micros « tendance » comme Sarkozy, qui inaugura une prési-
autres viviers, dans celui de rentrée, a avancé M. Blanquer 12 élèves – pour 2 100 postes sup- de passer à côté du vrai débat, le site Konbini. Il décroche aussi dence people, le « bling-bling » et
l’école rurale que le SNUipp-FSU début mars, assurant qu’au ni- primés hors de ZEP. « Il ne s’agit regrette ce spécialiste : comment son téléphone quand l’animateur l’exhibition de son bonheur
décrit comme « dépouillée ». veau national « on ouvrait plus de pas de mettre en concurrence en- assurer la qualité de l’offre éduca- Cyril Hanouna l’appelle en direct privé. Les mêmes pourraient finir
Cette petite musique selon la- classes qu’on en fermait ». « Si l’on fants des villes et enfants des tive en zone rurale. » Comment y pour lui annoncer qu’une nuée par se lasser d’une mise en scène
quelle « on déshabille Pierre pour s’en tenait strictement à la baisse champs, reprend Mme Popineau, établir une « école durable », en de « Marylin » dénudées l’atten- de soi systématique et s’émou-
habiller Paul » s’est fait entendre démographique – 32 000 élèves mais le monde rural a des raisons somme. p dent devant l’Elysée pour lui sou- voir d’un fossé trop grand entre
jusque sous les ors de l’Assem- en moins en septembre, 20 000 mathématiques de s’agiter ! » mattea battaglia haiter bon anniversaire. miroirs aux alouettes et réalité. p
ECHOS DE CHINE PUBLICITÉ

La Chine mise sur une croissance


d’environ 6,5 % en 2018
L
a Chine fixe son
objectif de croissance
du PIB à environ
6,5 % pour 2018,
un niveau inchangé
par rapport à l’année 2017,
selon un rapport d’activité
du gouvernement présenté
à la presse. Compte tenu des
données fondamentales de
l’économie et des capacités en
termes de création d’emplois,
un taux de croissance d’environ
6,5 % devrait permettre à la Chine
de frôler le plein emploi, selon le
rapport présenté par le Premier
ministre chinois Li Keqiang lors
de la première session de la 13e
Assemblée populaire nationale,
l’organe législatif suprême
de la Chine.
La Chine souhaite maintenir
une hausse de l’indice des
prix à la consommation (IPC)
à environ 3 % et créer plus de
11 millions d’emplois dans les
agglomérations urbaines, où
« le taux de chômage au sens du
recensement de la population »
et le taux de chômage
enregistré seront maintenus
respectivement en dessous de
5,5 % et 4,5 %, indique le rapport. Des banques internationales d’investissement
« La définition de ces objectifs comme UBS, J.P. Morgan et Nomura ont également
tient compte des conditions révisé leurs prévisions à la hausse, misant sur 6,7 %.
nécessaires à l’édification d’une
société de classe moyenne et au « Actuellement, la Chine dispose d’atouts tels qu’un
fait que notre économie ait évolué système industriel complet, un marché immense, des
d’une croissance rapide vers un ressources humaines abondantes, et un regain de
développement centré sur la dynamisme dans l’innovation et l’entrepreneuriat » a
qualité, » indique M. Li. indiqué M. Li. « Nous possédons un avantage global
L’objectif de croissance du PIB évident, et nous sommes capables de réaliser un
est le même que l’an passé mais développement qui soit non seulement de meilleure
pourrait afficher une croissance qualité, mais aussi efficace, équitable et inscrit dans
différente car la Chine déclare la durée », ajoute le rapport.
accorder plus d’importance à la Bien que la Chine ait fait ses adieux à une expansion
qualité de la croissance qu’à son effrénée, en choisissant une croissance de meilleure
rythme. Nous encouragerons qualité, elle conservera son rôle de stabilisateur de
«énergiquementledéveloppement l’économie mondiale en ouvrant davantage son
centré sur la qualité », a souligné marché. Le pays ouvrira complètement son secteur
le Premier ministre. manufacturier aux investisseurs étrangers cette
L’économie chinoise a dépassé année. Parallèlement, l’accès aux secteurs comme
son objectif de croissance les télécommunications, les services médicaux,
annuelle, le PIB ayant progressé l’éducation, les soins aux personnes âgées et
de 6,9 % en 2017, première les véhicules à nouvelle énergie sera également
augmentation en sept ans. Le étendu aux investissements étrangers, selon M. Li.
même objectif de croissance En Chine, le segment des revenus moyens grandit,
du PIB fixé pour cette année il comprend environ 400 millions de personnes
devrait également être atteint qui portent un intérêt croissant pour les produits
sans grandes difficultés, selon importés. Pour encourager les importations,
des observateurs internationaux la Chine organisera cette année le premier
de la Chine. Le Fonds monétaire Salon international des importations de Chine et
international a révisé à la hausse réduira les droits d’importation sur certains
ses prévisions de croissance du produits comme les automobiles et les biens de
PIB chinois, passant de 6,5 % à consommation courante.
6,6 %, face à une perspective
optimiste de la reprise mondiale.

« La Chine redoublera d’efforts pour le bien-être de tous les Chinois »

«
Li Keqiang

La Chine redoublera d’efforts en faveur ménages à faibles revenus qui n’ont pas de logement continueraient à augmenter et que le salaire maladie de base augmentera de 40 yuans (environ
du bien-être de tous les Chinois en décent, suivis des travailleurs migrants et des minimum serait réajusté de manière adéquate. 6,3 dollars), somme dont la moitié sera consacrée à
s’attachant à résoudre les problèmes jeunes gens occupant leur premier emploi en quête Selon lui, la Chine développera une éducation l’assurance contre les maladies graves.
qui les préoccupent. Notre objectif d’un logement, pourvu qu’ils remplissent certaines équitable et de qualité. « Nous favoriserons un « Nous augmenterons régulièrement le niveau du
est d’augmenter constamment leur sentiment de conditions » a-t-il fait savoir. développement intégré de l’éducation obligatoire minimum vital dans les villes et les campagnes, les
satisfaction, de bonheur et de sécurité » a déclaré « Le gouvernement se focalisera sur la manière dans les villes et les campagnes, et continuerons allocations de l’assistance sociale, et les indemnités
le Premier ministre Li Keqiang dans un rapport d’encourager l’emploi et l’entrepreneuriat. Nous à orienter les investissements vers les régions en et subventions accordées aux militaires invalides, aux
d’activité du gouvernement présenté à la réunion renforcerons les services publics tous azimuts en difficulté et les maillons faibles. Nous réduirons le familles de militaires morts en service commandé,
d’ouverture de la session parlementaire annuelle. faveur de l’emploi, organiserons des stages de taux de déscolarisation dans les régions rurales, tout ainsi qu’à d’autres catégories d’agents de l’État et à
Un nouveau programme triennal de reconstruction formation professionnelle à grande échelle » a-t-il en nous efforçant d’éliminer au plus vite le problème leurs familles » a fait savoir le Premier ministre.
des quartiers vétustes sera mis en œuvre, et poursuivi. des « classes surpeuplées » dans les écoles des « Nous ferons face activement au vieillissement de
quelques 5,8 millions de nouvelles habitations « Etant donné que le nombre de nouveaux diplômés villes. Un effort particulier sera fait pour alléger le la population, développerons, pour les personnes
seront mises en chantier cette année. Le Premier universitaires atteindra plus de 8,2 millions en 2018, fardeau extrascolaire des élèves du primaire et du âgées, les soins de proximité ou à domicile, ainsi
ministre a réitéré que « le logement, c’est pour habiter, un nouveau record, il faudra multiplier les emplois par secondaire », a-t-il souligné. que l’assistance mutuelle. L’association des services
pas pour spéculer ». « Nous encouragerons l’achat différents canaux et faire jouer à l’entrepreneuriat son La Chine mettra en œuvre la stratégie « Chine médicaux et des services au troisième âge sera
de logements à usage personnel, développerons le rôle moteur » selon le Premier ministre. saine », a indiqué M. Li. « Nous ferons en sorte que poursuivie, et la qualité des services des maisons de
marché des logements locatifs, et soutiendrons la Au sujet de l’augmentation des revenus des l’assurance maladie de base et l’assurance contre les retraite sera élevée », a-t-il indiqué.
copropriété », a-t-il ajouté. habitants, M. Li a indiqué que la pension de maladies graves protègent mieux les Chinois » a-t-il « La Chine mettra en place une architecture de
« Nous fournirons davantage de logements locatifs vieillesse de base des retraités et la pension de poursuivi. Selon lui, l’allocation individuelle accordée gouvernance sociale dite de concertation, synergie et
publics : les principaux bénéficiaires seront les vieillesse des habitants des villes et des campagnes aux personnes qui ont souscrit à l’assurance partage » a souligné M. Li.

XINHUA NEWS AGENCY


12 | france 0123
VENDREDI 16 MARS 2018

Le gouvernement
veut restructurer
et mieux utiliser
le parc HLM
L’exécutif entend faciliter
les regroupements d’organismes
et les ventes de logements sociaux

R
egrouper les organis- enfants sont partis, nous avons, en
mes HLM, accélérer la juin 2015, imaginé un dispositif
mobilité de leurs loca- pour les inciter à bouger », sans
taires, vendre du patri- construire de nouveaux loge-
moine… Voilà les principaux ob- ments, raconte Thierry Virol, le
jectifs de la réforme du monde président de Montrouge Habitat
HLM que souhaite le gouverne- et adjoint au maire chargé du lo-
ment. Après le choc financier in- gement. « Mais ils doivent y voir
fligé au secteur, qui voit ses recet- leur intérêt financier, que le nou-
tes désormais ponctionnées de veau loyer soit nettement infé- Le quartier du plateau Rouher, à Creil (Oise), le 5 mars. Ici, Oise Habitat, principal bailleur social de la ville, a engagé
800 millions d’euros à la suite de rieur, que le déménagement ne un programme de réhabilitation de ses logements. MICHAEL ZUMSTEIN/AGENCE VU POUR « LE MONDE »
la réforme de l’aide personnalisée leur coûte rien ou presque, et il faut
au logement (APL), soit 4 % de ses surtout agir avec humanité et déli-
loyers, au tour de sa réforme catesse, c’est une population fra- Or, Emmanuel Macron estime structure commune. Et le regrou- personnes extérieures au parc
structurelle. Elle sera déclinée gile », insiste-t-il. que la France compte trop d’orga- pement n’est pas de façade puis-
Le nombre social. « Mes locataires n’ont pas
dans la future loi Evolution du lo- nismes HLM, presque 800, à la qu’il doit se doter d’un plan stra- d’organismes les moyens d’acheter, ils n’ont pas
gement et aménagement numé- Diplomatie tête de 4,8 millions de logements tégique de patrimoine et d’inves- d’apport personnel et, dans neuf
rique (Elan), présentée en conseil Ainsi, 14 locataires, sur les 74 re- et répartis en quatre familles tissement, d’une convention
HLM n’a diminué cas sur dix, la banque refuse de
des ministres le 4 avril, avant son censés, ont accepté d’emménager principales : 264 offices publics, d’utilité sociale passée avec l’Etat que de 6 % entre leur prêter », oppose Bernard Do-
examen en première lecture par dans plus petit. A titre d’exemple, 242 sociétés anonymes appelées qui détaille les objectifs de cons- mart, le directeur de l’office pu-
l’Assemblée nationale les 28 et un infirmier à la retraite est passé Entreprises sociales de l’habitat truction, de réhabilitation et
2009 et 2014 blic Oise Habitat. Les nouveaux
29 mai. La partie consacrée au lo- de 100 à 50 mètres carrés, son (ESH), 166 sociétés d’économie d’accueil de populations particu- acquéreurs ne pouvant faire face
gement social est particulière- loyer de 470 à 370 euros, et ses mixte et 39 sociétés coopérati- lières, et d’un contrôle de gestion aux charges et aux travaux, le ris-
ment abondante et détaillée. charges et taxe d’habitation ont ves. Pour qu’ils puissent mettre commun. Les réserves financiè- Pour Frédéric Paul, délégué que est donc de créer des copro-
Julien Denormandie, secrétaire diminué. Tout le monde est ga- des moyens en commun, facili- res des uns pourront, notam- général de l’Union sociale de l’ha- priétés en difficulté.
d’Etat auprès du ministre de la co- gnant puisque l’office a pu louer ter des achats groupés, voire ment, financer les investisse- bitat, qui fédère trois des quatre Montrouge Habitat se refuse à
hésion des territoires, était sur le plus cher le grand logement libéré échanger logements et locatai- ments des autres, un point très familles de HLM, « ces nouveaux toute vente « pour ne pas créer de
terrain pour en faire la promo- qui fait aujourd’hui le bonheur res, la loi prévoit donc qu’ils re- important pour le président de la groupes ne seront plus reliés à un copropriétés qui deviendront diffi-
tion. « Il vaut mieux utiliser le parc d’une famille avec enfants. « C’est joignent, d’ici le 1er janvier 2021, République qui a toujours plaidé territoire et feront peu de place aux ciles à gérer », affirme d’emblée
social et fluidifier la gestion des lo- exactement ce qu’il faut faire, mais des entités détenant environ pour que « le capital circule », ce collectivités locales, qui se voient Thierry Virol. Faute d’un locataire
gements », a-t-il insisté, mardi à plus grande échelle et, pourquoi 15 000 logements, excepté dans que la loi actuelle n’autorise pas. évincées de la programmation du acheteur, la porte est donc
13 mars, à Montrouge (Hauts-de- pas, en élargissant les possibilités les départements ruraux où ce logement social. Elles seront certes ouverte à des bailleurs privés :
Seine). Sans remettre en cause les de déménagement aux parcs de nombre est tout simplement ir- « Approfondir la coopération » présentes au conseil d’administra- « Dans les patrimoines HLM les
avantages des locataires HLM, plusieurs bailleurs », s’enthou- réaliste. Et, autant la méthode du Ce regroupement, les bailleurs tion des sociétés de coordination, moins bien situés, il y a même un
dont le sacro-saint maintien dans siasme Julien Denormandie. Cela gouvernement, fin 2017, pour n’ont pas attendu le gouverne- mais de façon diluée, sans pouvoir risque de voir arriver des bailleurs
les lieux, le gouvernement veut suppose un dialogue plus nourri imposer des coupes budgétaires ment pour le mener, mais à petit décisionnaire sur, par exemple, les très spéculatifs », autrement dit
que leur situation soit réexami- entre bailleurs sociaux. a été autoritaire, autant il fait rythme, le nombre d’organismes ventes », argumente-t-il, relevant des marchands de sommeil, pré-
née au moins tous les six ans preuve de diplomatie sur ce su- HLM n’ayant diminué que de 6 % le paradoxe d’un ministère « de la vient Anne-Katrin Le Doeuff, di-
pour faire correspondre leur loge- jet. « Nous faisons confiance à entre 2009 et 2014. « La “société de cohésion des territoires ». rectrice générale déléguée d’Espa-
ment à leurs besoins. l’intelligence collective des terri- coordination” conserve aux orga- Le gouvernement souhaite cité, agence conseil en logement
Avec ses 2 500 logements dont il Les réserves toires pour que les organismes nismes leur identité et nous son- aussi pousser les bailleurs so- social, qui suggère « d’opter pour
n’attribue qu’une centaine par an, HLM trouvent les partenaires geons à l’adopter sous la forme ciaux à vendre leur patrimoine : la solution de l’office foncier soli-
l’office public Montrouge Habitat
financières qu’ils souhaitent », explique Ju- coopérative, qui confère une voix à en 2016, ils ont cédé 8 810 loge- daire, où la puissance publique
a bien du mal à satisfaire les des uns pourront lien Denormandie. chaque membre. Cela nous per- ments et l’objectif est de 40 000 conserve la propriété du sol et peut
8 000 demandes en souffrance. La loi crée donc un outil très mettra d’approfondir la coopéra- par an. Il s’agit de permettre à des intervenir en cas de dérive ».
« En voyant toutes ces familles at-
notamment souple appelé « société de coordi- tion entre nos membres », confie locataires de devenir propriétai- L’autre, et peut-être principale,
tendant une attribution alors que financer les nation », apte à associer des orga- Pierre Quercy, le président d’Ha- res, mais ce n’est pas si simple. raison de stimuler ces ventes est
de grands appartements HLM nismes de statuts différents, bitat réuni, qui fédère déjà 29 ESH Selon nos informations, l’expé- de financer de nouvelles cons-
sont sous-occupés par des person-
investissements même éloignés géographique- et coopératives HLM totalisant rience enseigne que 40 % de ces tructions avec leur produit. p
nes seules, veufs ou veuves dont les des autres ment, tous actionnaires de cette 140 000 logements. appartements sont vendus à des isabelle rey-lefebvre

« Des organismes forts construiront là où sont les besoins »


Pour le secrétaire d’Etat Julien Denormandie, réunir des offices HLM permettra de mutualiser les moyens

ENTRETIEN Nous laissons aux organismes


la liberté de se fédérer comme ils
res HLM de devenir propriétai-
res, mais aussi donner aux
quants de drogue, ce qui permet-
tra de confisquer plus rapide-
mieux faire correspondre l’offre
et la demande. Chaque locataire
cer ou à accueillir le logement so-
cial. Il faut qu’ils puissent dési-

J ulien Denormandie, secré-


taire d’Etat auprès du minis-
tre de la cohésion des territoi-
res, observe que les regroupe-
ments d’organismes HLM per-
le souhaitent, avec qui ils le sou-
haitent. Le but est qu’ils mutuali-
sent leurs moyens pour, par
exemple, procéder à des achats
groupés, mais aussi qu’ils élabo-
bailleurs les moyens de dégager
des ressources nouvelles pour
construire. Un logement vendu
permet d’en financer deux ou
trois nouveaux. Notre objectif,
ment leurs revenus et de les ta-
per au portefeuille.

Vous souhaitez réformer le sys-


tème des attributions de loge-
en place verra ainsi examiner sa
situation tous les six ans par la
commission d’attribution des lo-
gements, pour se voir proposer –
et j’insiste sur le terme « propo-
gner des candidats répondant à
leurs priorités respectives.

Etes-vous favorable à un as-


souplissement de la loi Solida-
mettront de mutualiser les rent un plan d’investissement en qui sera atteint en plusieurs an- ment social. Dans quel but ? ser » – un logement plus con- rité et renouvellement urbain
moyens et d’élaborer des plans commun. La législation actuelle nées, est de 40 000 ventes par an, Il faut d’abord apporter de la forme à ses besoins, en fonction (SRU) ? Faut-il, selon vous, in-
d’investissement communs. ne le favorise pas, on va donc la soit moins de 1 % du parc et cinq transparence, car c’est une at- de l’évolution de sa composition tégrer dans le quota de 25 % de
modifier. Ils pourront aussi élar- fois le volume actuel. L’achat sera tente forte des Français, et intro- familiale, par exemple. logements sociaux par com-
La loi Elan prévoit un regrou- gir leurs compétences et déve- d’abord proposé à l’occupant duire de la fluidité dans le parc L’autre moyen est de rendre le mune, exigé par la loi SRU,
pement des organismes HLM. lopper des activités annexes. Les puis à un autre locataire du parc HLM, dont le taux de mobilité est système d’attribution à l’entrée une part de logements inter-
Qu’en attendez-vous et quel collectivités locales ont leur social ou à une personne éligible, faible, 9,8 % par an, souvent dans le logement social transpa- médiaires aux loyers moins
est, selon vous, le nombre opti- place dans ces groupements, qui puis aux collectivités locales et moins dans les secteurs tendus. rent et efficace en utilisant la sociaux ?
mal ? pourront opter pour un statut enfin seulement à une autre per- Tout le monde, les locataires cotation des demandes : il s’agit Non. La loi SRU est une bonne
Nous manquons de logements classique d’entreprise ou le sta- sonne physique, voire à une per- mais aussi les bailleurs et les d’attribuer des points à chaque loi qui a créé une dynamique de
HLM. Il y a 1,8 million de deman- tut coopératif avec le principe sonne morale de droit privé. Tout pouvoirs publics, a intérêt à candidature en fonction de développement du logement
deurs et, en moyenne, huit ans « un membre, une voix ». cela est très encadré et permet de critères de priorité définis par social dont nous avons besoin.
d’attente en Ile-de-France. Des or- prévenir les risques. l’Etat. Les intercommunalités Toute l’ambition de la loi SRU
ganismes plus forts pourront Pourquoi souhaitez-vous que S’agissant des copropriétés en pourront pondérer ces critères. doit donc être préservée. Lors du
construire là où sont les besoins. les HLM vendent des loge- difficulté, c’est un autre sujet, et
« Un logement Cela permettra d’harmoniser les débat parlementaire, nous
C’est un constat partagé avec les ments au rythme de 40 000 il faut être vigilant. Nous social vendu modes de sélection entre les n’accepterons que les amende-
bailleurs sociaux dont certains par an ? N’y a-t-il pas un risque sommes très mobilisés et nous bailleurs et les réservataires, qui ments dont le seul objet est de la
ont déjà commencé à se regrou- de créer des copropriétés dé- nous attelons à les recenser pour
permet d’en ont leur propre liste d’attente de rendre plus efficace. S’agissant
per. Nous voulons favoriser ces gradées et d’ouvrir la porte aux leur proposer un traitement au financer deux ou candidats. des logements intermédiaires,
regroupements pour atteindre marchands de sommeil qui cas par cas. Quant aux mar- Nous n’avons, en effet, pas nous souhaitons en voir cons-
des groupes d’au moins 15 000 lo- achèteront ces logements bon chands de sommeil, contre les-
trois nouveaux. voulu supprimer les contingents truire davantage dans les zones
gements, avec une dérogation marché pour les louer à un quels nous luttons, le projet de Notre objectif est accordés aux collectivités, au tendues mais pas au détriment
pour certains départements ru- prix exorbitant ? loi Elan prévoit des sanctions préfet, à Action logement, car du parc social. p
raux afin de tenir compte des spé- Nous poursuivons deux buts : très efficaces en leur réservant le
de 40 000 ventes tous ces acteurs doivent trouver propos recueillis
cificités territoriales. d’abord, permettre aux locatai- même traitement qu’à des trafi- par an » leur intérêt à développer, à finan- par i. r.-l.
france | 13
0123
VENDREDI 16 MARS 2018

Tarnac : le procès subversif de la justice pénale


La rhétorique des prévenus a fait glisser l’audience vers une remise en question du rôle du tribunal

A
u deuxième jour du
procès Tarnac, mer-
« Je ne serai pas
credi 14 mars, un im- ce vermisseau
perceptible glissement
s’est produit. On commençait tout
humain qui se
juste à s’habituer au flot verbal de tire-bouchonne
deux des prévenus, Julien Coupat
et Mathieu Burnel, à leur spectacu-
devant l’auguste
laire aplomb, à leur connaissance justice »
aiguë de chacune des 27 000 pages
JULIEN COUPAT
de leur dossier, tour à tour agacé
ou amusé par l’insolence de ces
vieux jeunes et les fous rires pota-
ches qu’elle déclenchait chez un les emmènent dans des réunions.
public tout acquis à leur cause. Un « réseau planétaire d’anarchis-
La présidente, Corinne Goetz- tes », selon le FBI, qui les surveille.
mann, avait déjà adroitement « On a eu des discussions entre per-
ajusté le ton de son interrogatoire sonnes engagées dans les luttes so-
– un compromis entre autorité et ciales, corrige Yildune Lévy, qui
souplesse –, ne s’offusquant plus se souvient de conversations bien
de voir Julien Coupat sortir son inoffensives. Les Américains di-
Thermos et remplir son bol à maté saient qu’ils galéraient pour trou-
en répondant à ses questions ou ver des lieux collectifs, ce genre de
de ses prises de paroles intempes- choses. » « Donc ce n’était pas une
tives. Face à ces prévenus enflam- réunion conspirative d’anarchistes
més et hautement inflammables, qui préparaient des attentats con-
qui répondent de l’accusation de tre la SNCF », conclut la présidente
sabotage d’une ligne TGV, et à des qui, contrainte de partager la
représentants du parquet accablés conduite des débats, défend au
de sarcasmes dès le premier jour, moins sa part d’ironie.
elle s’installait dans le rôle d’arbi- Il était déjà acquis que ce procès
tre attentive, scrupuleuse, protec- serait celui de l’instruction anti-
trice et ouverte, soucieuse de réta- terroriste menée dans l’affaire de
blir aux yeux de tous une image Tarnac. Les prévenus ont montré,
plus flatteuse de la justice que mercredi, qu’ils n’entendaient
celle laissée par ce dossier. Julien Coupat au palais de justice de Paris, le 13 mars. A droite, le masque est à l’effigie du procureur, Olivier Christen, pas en rester là. Du tribunal
Lorsque, présentant les photos qui représente le ministère public pendant le procès. ALAIN JOCARD/AFP devant lequel ils comparaissent,
de surveillance de la ferme du ils font une tribune pour dénon-
Goutailloux sur le plateau de cer le mécanisme même de la
Millevaches prises en 2008 par les ce dossier qui ont méthodique- qui se tire-bouchonne devant faites en garde à vue. Ce qui est dit nions internationales ayant pour procédure pénale.
policiers de la sous-direction anti- ment fouillé les conditions d’ac- l’auguste justice pour essayer sous la torture sera toujours consi- objet de préparer des actes de dé- Dans les mots de Julien Coupat
terroriste, Corinne Goetzmann a quisition de cette ferme. « Ce n’est d’amoindrir les charges qui pèsent déré comme plus vrai, même si, là, gradation ». Association de mal- résonne la voix de celui qui fut
dit : « Voilà donc la “base logistique pas la question qui vous a été po- sur lui, répond Julien Coupat. on nous le demande gentiment. faiteurs, donc. Yildune Lévy appa- leur premier avocat, Thierry Lévy,
des activistes” », chacun a perçu sée », a repris patiemment la pré- – Le tribunal est là pour com- – Peut-être devriez-vous alors raît à la barre. Moins éloquente décédé en 2017 et auquel il a rendu
les guillemets distanciés dont elle sidente, déclenchant une nou- prendre et peut-être avoir un autre aller jusqu’au bout de cette logique que son ex-compagnon, mais un hommage ému. « Bien loin de
accompagnait sa présentation. velle salve de rhétorique combat- regard que celui qui a été porté jus- et vous taire ?, observe Corinne plus légère et plus drôle, donc l’instance de vérité dont les gens de
tante de la part du prévenu : « Je ne que-là…, tente une deuxième fois Goetzmann. tout aussi redoutable. justice se repaissent », l’audience
« Récit délirant » vais pas me défendre d’un récit que la présidente. Nouvel échec. Les – Non, nous avons des choses à Ce séjour au Canada était « un est « un leurre, une pantomime »,
Elle a aussitôt enchaîné en posant je trouve délirant jusqu’au bout. » prévenus ne veulent pas de sa dire. » voyage en amoureux ». Faute de écrivait l’avocat dans son Eloge de
à Julien Coupat une question Corinne Goetzmann s’est alors courtoisie et le lui disent. passeport biométrique – ils y sont la barbarie judiciaire (Odile Jacob,
qu’elle voulait la plus ouverte pos- employée à rappeler le rôle du – Je ne me soumets pas à la ques- Conversations inoffensives opposés –, ils ne comptaient pas 2004). Cette « subversion »-là, qui
sible sur le « projet » qui avait été procès pénal, ce moment « où, jus- tion, s’enhardit à son tour le dis- Avec encore plus de précautions pousser jusqu’aux Etats-Unis. Un oblige le tribunal à ne pas seule-
le sien en acquérant cette bâtisse. tement, vous pouvez faire valoir cret Benjamin Rosoux. oratoires, la présidente aborde ami leur explique à quel point il ment instruire au mieux un dos-
La réponse est tombée comme un votre point de vue et permettre au – Ce n’est pas LA question, cor- maintenant la pièce suivante de est facile de franchir la frontière. sier mais à s’interroger sur l’es-
couperet, « Je m’étonne de cette tribunal de disposer d’autres élé- rige la présidente. l’instruction, un voyage de Julien Ils y voient « un beau pied de nez ». sence même de son rôle, est peut-
question qui reprend la trame de ments que ceux de la procédure… » – Si, c’est LA question, insiste-t-il. Coupat et de Yildune Lévy aux Et les voilà partis à travers les bois être plus redoutable que celle que
suspicion du récit initial, de cette Sa tentative pédagogique tombe à – On ne va pas jouer ce rituel, Etats-Unis via le Canada en jan- tels « des branquignolles s’enfon- les zélés policiers de l’antiterro-
façon de poser un décor, une am- plat : « J’ai un peu de connaissance cette mauvaise pièce de théâtre, vier 2008. Selon l’accusation, ils çant dans la neige avec leurs vali- risme ont cru pouvoir reprocher à
biance », aussitôt suivie d’une dia- de la procédure pénale. Elle n’a pas intervient Mathieu Burnel, en ont franchi la frontière clandes- ses de couillons de touristes ». la bande de Tarnac. p
tribe contre les services d’enquête changé depuis le XVe siècle. Je ne déniant au tribunal le droit de les tinement afin de se rendre à A New York, ils passent quelques pascale robert-diard
et le premier juge d’instruction de serai pas ce vermisseau humain interroger sur des déclarations New York pour assister à des « réu- jours avec des connaissances qui et henri seckel

A Compiègne, la justice ordonne l’expulsion U N IV E RS IT É


Parcoursup : plus
de 7 millions de vœux
JUST IC E
Ramadan clame son
innocence sur une vidéo
Au total, 887 681 candidats Le site LeMuslimPost a dif-

d’une famille dont les fils dealent dans la cité ont formulé au moins un
vœu d’orientation sur la nou-
velle plate-forme d’admission
fusé, mercredi 14 mars, une
vidéo de Tariq Ramadan dans
laquelle le prédicateur se dit
dans l’enseignement supé- « totalement innocent de ce
Après avoir été débouté à trois reprises, l’office HLM de l’Oise a obtenu gain de cause rieur, Parcoursup, qui a suc- dont on [l]’accuse ». Dans cet
cédé à APB, selon les chiffres enregistrement, visiblement
du ministère après la clôture réalisé avant son placement

I l suffit de deux ou trois fa-


milles noiseuses dont les en-
fants se livrent au trafic de
drogue pour compliquer, voire
pourrir la vie de centaines d’habi-
trois de ses fils ont été condamnés,
en 2010 pour voie de fait dans le
hall de l’immeuble, et en 2015 et
2017 pour trafic de stupéfiants. La
dernière condamnation est la plus
frais pour refaire les cages d’escalier
et les caves dévastées après avoir
servi d’entrepôt », rappelle-t-il.
« L’OPAC s’acharne sur Mme D.,
plaide une voisine et amie. C’est
note Me Didier Seban, qui défend
des bailleurs dans cette situation.
Les jugements font le constat
que les appartements, les caves, les
parties communes servaient de la-
des inscriptions, mardi
13 mars. Cela représente une
hausse de 5,23 % par rapport à
2017, « cohérent[e] avec la
hausse démographique que
en détention provisoire, le
2 mars, l’islamologue, mis en
examen pour deux viols, dit
être l’objet « d’un lynchage
médiatique ».
tants d’un quartier ou d’une cité. grave, assortie d’une peine de trois une femme qui travaille dur à faire boratoire de conditionnement, de connaît l’enseignement supé-
Et les bailleurs sociaux sont en ans et demi de prison ferme pour des ménages pour élever ses deux cache, de lieu de stockage de la dro- rieur ». Un peu plus de 7 mil- PO L IT IQ U E
première ligne, parfois bien seuls participation directe à un « trafic enfants mineurs, dont une est han- gue, mais les décisions restent peu lions de vœux ont été enre- Démission du maire
et démunis, pour répondre aux international de grande ampleur, dicapée, et qui est veuve. Elle n’est nombreuses, sans rapport avec gistrés par ces lycéens et de Sarcelles
plaintes des voisins et rétablir une impliquant 150 à 200 clients par pas responsable des faits de ses en- l’ampleur du phénomène. « Sur étudiants en réorientation. Nicolas Maccioni, maire (PS)
indispensable tranquillité. jour » venus acheter du cannabis, fants majeurs », estime-t-elle. 2 000 halls d’immeubles que nous de Sarcelles (Val-d’Oise), élu
« Nous avons décidé de réclamer de l’héroïne, du crack et de l’ecs- L’exaspération des bailleurs a été gérons, 140 sont le théâtre de trafics FA IT D IV E RS en remplacement de François
systématiquement, en justice, la ré- tasy dans la cité et le hall de l’im- portée jusqu’à l’Assemblée natio- de stupéfiants et 140 autres sont Grigny : une octogénaire Pupponi, il y a six mois, a an-
siliation du bail de locataires qui se meuble où réside la famille. nale, en 2016, dans un amende- squattés en permanence par des sous la coupe noncé, dans la nuit du mer-
livrent à de tels trafics ou hébergent ment déposé puis adopté à l’occa- jeunes, dénonce Patrice Roques, de trafiquants credi 14 au jeudi 15 mars,
des trafiquants condamnés, et Exaspération sion de la discussion sur la loi Ega- directeur général de Seine-Saint- Les pompiers ont secouru sa démission pour raisons
nous les expulserons sans état L’office a dû s’y reprendre à trois lité et citoyenneté. Le texte prévoit Denis habitat, et, dans ce départe- à Grigny (Essonne), début « personnelles et familiales ».
d’âme », affirme Vincent Peron- fois pour obtenir cette décision. une résiliation automatique du ment, faute d’effectifs, les enquêtes mars, une femme de 85 ans
naud, directeur général de l’Office En 2011 puis en 2016, il avait été dé- bail en cas de condamnation défi- policières et les procédures s’étalent sous tutelle depuis 2013, RÉ CO MP E NSE
public d’aménagement et de cons- bouté en première instance. Le nitive d’un locataire ou de ses oc- sur des années », déplore-t-il. dont l’appartement était uti- Deux journalistes
truction (OPAC) HLM de l’Oise. En juge estimait que les nuisances cupants pour détention ou trafic A son initiative, l’association des lisé par des trafiquants pour du « Monde » primés
janvier 2017, il n’avait pas hésité à avaient cessé car l’un des fils était de stupéfiants s’il se déroulait organismes HLM d’Ile-de-France cacher drogue, argent et ar- Lors de la remise des Prix de
faire évacuer et murer trente loge- en prison pour un an et de plus dans l’appartement, les parties tente de nouer un partenariat avec mes, a appris l’AFP, mercredi la presse européenne, à Buda-
ments de trois cages d’escalier au éloigné de la cité pour deux ans. communes ou l’ensemble immo- la justice pour que le parquet in- 14 mars, auprès du parquet pest, mercredi 14 mars, Sté-
Clos-des-Roses, à Compiègne, tant Or, les mesures d’éloignement bilier. La disposition a été censu- forme les bailleurs sociaux des d’Evry. Appelés pour un dégât phane Foucart et Stéphane
le climat y était devenu invivable. sont difficiles à faire respecter « et rée par le Conseil constitutionnel, condamnations pénales, et qu’il des eaux, les pompiers ont Horel, journalistes au Monde,
Aujourd’hui, il se réjouit d’une nos gardiens, même en imaginant qui lui a enlevé son automaticité. soit bien précisé, dans les dossiers découvert un logement insa- se sont vu décerner le prix
petite victoire obtenue le 27 fé- qu’ils soient informés de cette con- « Il est normal que les bailleurs d’enquête et les jugements, que les lubre à l’odeur d’urine et d’or- du journalisme d’enquête
vrier, auprès de la cour d’appel damnation, n’ont aucun pouvoir doivent démontrer les nuisances et délits ont eu lieu dans l’immeuble dure. La police y a découvert pour leur travail sur les
d’Amiens. Son arrêt résilie le bail d’empêcher quiconque de circuler que le juge les vérifie, mais de tels ou la résidence des dealeurs, afin « 10 kilos de résine et d’herbe « Monsanto Papers » dévoi-
de Mme D. et la condamne à être ex- dans la cité », souligne M. Peron- éléments sont très difficiles à rap- d’exercer, ensuite, leur droit à ex- de cannabis, quasiment lant les stratégies mises en
pulsée pour « trouble de jouis- naud. « Cette affaire nous a occa- porter : les gardiens et les voisins, pulsion devant le tribunal civil. p 22 000 euros en liquide place par la firme américaine
sance », les juges constatant que sionné près de 500 000 euros de intimidés, hésitent à témoigner », isabelle rey-lefebvre et des armes ». – (AFP.) pour défendre le glyphosate.
14 |
HORIZONS
0123
VENDREDI 16 MARS 2018

L E S S E C R E T S D E L A F R A N C E A U R WA N D A 1 | 3

I
l y a deux façons de raconter l’his-
toire : par le haut ou par le bas.
Pour comprendre l’engagement de la
France au Rwanda au printemps 1994,
savoir notamment si elle a été com-
plice des génocidaires rwandais et si
son armée a soutenu un régime enivré par la
folie meurtrière qui fit 800 000 morts en à
peine trois mois, il faut d’abord examiner les
décisions prises au plus haut niveau de l’Etat,
au cœur du pouvoir. Et remonter le temps
jusqu’au mercredi 15 juin 1994, à Paris…
Ce jour-là, une réunion de crise se tient au
palais de l’Elysée, en présence de François
Mitterrand. Voilà près de dix semaines que le
génocide a débuté, plus exactement depuis le
crash de l’avion du président hutu Juvénal
Habyarimana, abattu au-dessus de Kigali, la
capitale, par un commando inconnu. Sa mort
entraîne de violentes représailles de la part
des Forces armées rwandaises (FAR), de la gen-
darmerie et des miliciens hutu Interahamwe.
Leurs cibles : des hutu modérés et surtout la
minorité tutsi, accusée d’avoir voulu renver-
ser le pouvoir. A l’époque, une guerre oppose
en effet le Front patriotique rwandais (FPR, la
rébellion à majorité tutsi) aux forces hutu. La
France a beau soutenir le régime hutu depuis
des années, elle s’interroge sur l’attitude à
adopter face à ces massacres, dont les victimes
se comptent déjà par centaines de milliers. Le
Conseil de défense restreint organisé à l’Elysée
vise précisément à définir la stratégie à suivre.
Il est aujourd’hui possible de savoir ce qui
s’est dit, ce mercredi de juin 1994, au palais
présidentiel. Le compte rendu de la réunion,
classé « confidentiel défense », a été déclassi-
fié le 14 janvier 2008 par Nicolas Sarkozy à la
demande des juges d’instruction chargés de
l’enquête pour « complicité de génocide » sur
l’opération « Turquoise » menée par l’armée
française au Rwanda.
Ce document aide à comprendre la façon
dont les autorités ont géré ce dossier sensible
en période de cohabitation entre François
Mitterrand, président socialiste, et son pre-
mier ministre de droite, Edouard Balladur.
« Nous commencerons par le Rwanda car la si-
tuation exige que nous prenions d’urgence des
mesures », débute Mitterrand. Le ministre de
la coopération, Michel Roussin, dépeint alors
un tableau très sombre : « La situation ne
s’améliore pas. Les massacres se poursuivent,
côté hutu et côté tutsi. L’opinion publique inter-
nationale et l’opinion française sont horrifiées
devant ce spectacle d’enfants massacrés, d’or-

Les ambiguïtés de
phelinats envahis. » François Léotard, le mi-
nistre de la défense, prône la retenue : « Nous
ne pourrions faire quelque chose qu’avec l’ac-
cord des deux parties et un soutien internatio-
nal. Or, je vois mal comment nous pourrions
obtenir l’accord du FPR [la rébellion tutsi] et le
soutien international. Nous ne pourrions inter-

l’opération Turquoise
venir qu’en zone hutu. Nous serions condam-
nés par le FPR et victimes de manœuvres mé-
diatiques. Je suis donc très réticent. »

« RESTER NEUTRE », PREMIER DILEMME


Alain Juppé, le ministre des affaires étrangè-
res, lui, est plus va-t-en-guerre : « Il faut faire
vite, 2 000 à 3 000 hommes pourraient mettre
fin aux combats. Faut-il aller plus loin et envi-
sager une intervention pour exfiltrer les popu- Vingt-quatre ans après le génocide rwandais, le rôle exact de la
lations ? » Quant à Edouard Balladur, il est
partant, mais prudent : « Nous ne pouvons France auprès du régime alors en place à Kigali continue de faire
plus, quels que soient les risques, rester inac-
tifs. Pour des raisons morales et non pas mé- polémique. Dans une série d’articles, « Le Monde » revient
diatiques. Je ne méconnais pas les difficultés. »
François Mitterrand reprend la balle au sur cet épisode tragique, documents et témoignages à l’appui,
bond : « J’approuve cette façon de voir. Mais
nous pourrions limiter nos objectifs. (…) Notre notamment les bonnes feuilles d’un ouvrage écrit par un ancien
effort pourrait être limité à la protection de
certains sites, des hôpitaux ou des écoles, sans officier de l’opération « Turquoise », Guillaume Ancel
entrer dans une opération militaire d’ensem-
ble qui serait difficile car il n’y a pas de front
continu. » Alors que la réunion se termine,
François Léotard demande : « Monsieur le son arrivée à Matignon, au printemps 1993, il niques » et afficher la « neutralité » de la France lement, il considérait que vous deviez savoir ce
Président, dois-je comprendre que cette opéra- se montre plutôt réticent à tout engagement à l’égard de « chaque partie en cause ». Rester que vous aviez à faire. Comme j’étais sur la
tion est une décision ou qu’il s’agit seulement militaire en Afrique. Ses ministres Léotard et « neutre » dans un génocide, voilà un premier même ligne que lui, j’ai eu une très grande
d’en étudier la possibilité ? » François Mit- Roussin sont tout aussi circonspects. dilemme, ainsi présenté au chapitre « Situa- liberté d’action. » Si le président se méfie des
terrand conclut, tranchant : « C’est une déci- Du côté du Quai d’Orsay, Alain Juppé s’est tion » : « La guerre civile, réveillée par l’assassi- militaires (et plus encore des policiers), il a
sion dont je prends la responsabilité. (…) Ce pour sa part rallié aux interventionnistes de nat du président rwandais le 6 avril 1994, a eu confiance en cet homme rompu aux circon-
que j’approuve, c’est une intervention rapide et l’Elysée, horrifié qu’il est par l’ampleur des pour conséquence un véritable génocide perpé- volutions diplomatiques. Après sa carrière
ciblée, mais pas une action généralisée. Vous tueries dont il reçoit des comptes rendus cha- tré par certaines unités militaires rwandaises militaire, M. Lanxade bénéficiera d’ailleurs
êtes maître des méthodes, Amiral. » L’amiral, que jour plus circonstanciés. Il faut dire À L’ÉTAT-MAJOR DE (garde présidentielle) et par les milices hutu à d’une promotion rare : il deviendra ambassa-
le « maître des méthodes », c’est Jacques
Lanxade, le chef d’état-major des armées.
qu’autour de François Mitterrand, une poi-
gnée d’hommes – le secrétaire général de l’Ely-
L’ARMÉE FRANÇAISE, l’encontre de la minorité tutsi de la population
ou de certains cadres hutu modérés. » D’évi-
deur de France en Tunisie (1995-1999).

Le jour même, celui-ci présente à son minis- sée, Hubert Védrine, le chef d’état-major parti- ON SAIT DONC dence, les planificateurs de l’armée française OBJECTIF MILITAIRE ULTIME : LA CAPITALE
tre, M. Léotard, un texte « confidentiel dé- culier, Christian Quesnot, et le conseiller Afri- connaissent donc bien la situation sur le ter- En attendant, en ce printemps 1994, Mit-
fense » intitulé « Mémoire sur une opération que Bruno Delaye – souhaite poursuivre un QUI TUE QUI. MAIS rain. Ils la détaillent d’ailleurs dans deux para- terrand lui délègue toutes les opérations mili-
militaire au Rwanda ». Son but : le convaincre
de la nécessité de cette « intervention huma-
effort de guerre mené depuis octobre 1990 en
soutien des FAR contre les rebelles du FPR (*).
SAIT-ON VRAIMENT graphes aux titres éloquents : « Qui sont les
massacreurs ? » et « Qui sont les massacra-
taires, y compris les contacts politiques néces-
saires à l’exercice de ses fonctions. D’une cer-
nitaire ». Selon ce document, versé au dossier Ces hommes de l’entourage présidentiel sont QUI SOUTENIR ? bles ? » A l’état-major, on sait donc qui tue qui. taine manière, son rôle est plus important que
judiciaire dont Le Monde a eu connaissance alors persuadés de lutter contre l’extension du Mais sait-on vraiment qui soutenir ? celui du ministre de la défense dans la
dans son intégralité, l’amiral a conscience de « tutsiland » (la zone de domination de cette Jacques Lanxade joue un rôle décisif dans conduite de la guerre. M. Lanxade propose
marcher sur des œufs. « Il convient de souli- ethnie), perçue comme un complot anglo- ces heures où un choix s’impose. Premier trois options pour intervenir. Celle retenue
gner que cette opération est délicate, écrit-il, saxon contre le pré carré de la France dans la marin nommé chef d’état-major des armées, passe par l’aéroport de Goma, au Zaïre (l’ac-
qu’elle demandera des moyens de soutien im- région. Paul Kagame, l’homme fort du FPR, il a dirigé auparavant (1989-1991) l’état-major tuelle République démocratique du Congo)
portants, et qu’il faudra accepter des risques n’a-t-il pas été formé aux Etats-Unis ? N’est-il particulier du président Mitterrand. Tous voisin. Son objectif : investir et contrôler la
non négligeables pour nos troupes. » Aux « ris- pas le protégé du président ougandais Yoweri deux se comprennent à la perfection. « Fran- zone tenue par les FAR (les forces génocidai-
ques » du terrain s’ajoutent d’éventuelles se- Museveni, couvé par Washington ? çois Mitterrand ne donnait jamais une direc- res), soit environ la moitié du pays. En appa-
cousses politiques. Edouard Balladur est cons- D’après le dossier de l’amiral Lanxade, l’opé- tive précise, se souvient l’amiral, rencontré le rence, il s’agit bien d’une opération humani-
cient que le Rwanda est un « guêpier ». Depuis ration doit « faire cesser les massacres intereth- 2 mars à son domicile parisien. Fondamenta- taire. En réalité, ses buts, tels qu’évoqués dans
horizons | 15
0123
VENDREDI 16 MARS 2018

▶▶▶

est donc une opération schizophrène : stopper de 9 mm, 530 fusils d’assaut, des milliers de progression des rebelles. Le 30 juin, au mo-
les massacres d’un côté et, dans le même munitions de mortier 120 mm. ment même où le dispositif français est prêt
Un hélicoptère français temps, aider le régime des bourreaux. Les sol- Le 17 mai 1994, l’ONU finit par décréter un à passer à l’action, Paris se résout à aban-
pendant une opération dats « réguliers » protégeront les civils mena- embargo sur les armes. Dès lors, toute four- donner l’option Kigali. Interrogé par
d’évacuation, cés, tandis que les forces spéciales, « irréguliè- niture de matériel militaire peut relever de Le Monde, l’amiral Jacques Lanxade conteste
dans les collines res », feront le sale travail, c’est-à-dire l’aide au la « complicité de crime contre l’humanité ». aujourd’hui cette présentation des faits, mal-
de Bisesero, en 1994. gouvernement contre les rebelles. A plusieurs reprises, en mai et juin, des gré l’accumulation d’indices. Pour lui, « il n’a
JOSÉ NICOLAS/GETTY IMAGES Le premier officier à atterrir sur la piste de émissaires du régime de Kigali viennent jamais été question d’aller jusqu’à Kigali. On
Goma le 19 juin – avant même que le Conseil néanmoins à Paris présenter leurs doléances. ne pouvait pas y aller, assure-t-il, c’était se
de sécurité de l’ONU ne donne son feu vert à Ils ont besoin d’armes, y compris pour exter- mettre au milieu des combats ».
l’opération « Turquoise » – s’appelle Jacques miner les Tutsi. C’est l’une des idées reçues sur Le tableau de la stratégie française serait in-
Rosier, « Romuald » de son nom de code. C’est ce génocide : il serait principalement l’œuvre complet sans la liste des incidents entre le
un parachutiste, patron du détachement du de miliciens armés de machettes. Faux : COS et les rebelles de Kagame : accrochages,
COS. Dix hommes sur les 222 prévus l’accom- les machettes sont à l’origine de la mort de embuscades… Parmi les zones d’ombre
pagnent. Ancien chef de corps du 1er RPIMa, 36 % des victimes recensées. La plupart des de l’opération « Turquoise », figure un épi-
l’un des officiers les plus titrés de l’armée de tueries de groupe, dans les églises, les écoles, sode jusqu’ici méconnu : la capture, en
terre, Rosier a déjà à son actif deux missions sur les collines, ont été faites par des hommes juillet 1994, de soldats français par les trou-
au Rwanda, où il a combattu le FPR de Kagame en uniforme, à coups de grenades, de fusils, pes du FPR. L’épisode est révélé par Paul Ka-
en 1992 puis en 1993. Il connaît par cœur les d’armes automatiques. Les miliciens se sont game lui-même, dans le documentaire Inko-
officiers supérieurs rwandais ; certains sont chargés de « finir le travail ». tanyi de Christophe Cotteret, programmé le
même ses amis. « Entre le 20 et le 22 juin, en at- DÈS LE DÉPART, 10 avril sur Arte. Dans ce film, celui qui est dé-
tendant le reste de mes unités, j’ai pris différents
contacts », explique-t-il aux policiers qui l’in-
« TURQUOISE » EST DES SOLDATS FRANÇAIS CAPTURÉS ?
Quand tombe la nouvelle de l’embargo, il de-
sormais président du Rwanda, raconte com-
ment ses hommes ont piégé le COS, autour
terrogent, le 13 septembre 2007, dans le cadre UNE OPÉRATION vient donc crucial, pour les génocidaires, d’or- du 15 juillet, en lisière de la zone humanitaire
d’une instruction pour « complicité de géno- ganiser des circuits parallèles d’approvision- sûre (ZHS). « On a capturé 23 soldats français,
cide » sur plainte de six rescapés des massa- SCHIZOPHRÈNE : nement en armes. D’après l’organisation hu- on les a encerclés, indique M. Kagame. On les
cres, qui accusent la hiérarchie militaire fran-
çaise de « complicité de génocide » et « compli-
STOPPER manitaire Human Rights Watch, au moins
cinq chargements destinés aux FAR ont été
a pratiquement utilisés pour marchander en
disant : “C’est notre pays et nous allons entrer
cité de crime contre l’humanité ». LES MASSACRES débarqués sur l’aéroport de Goma entre mai sur ce territoire, que vous le vouliez ou non.
Parmi les « contacts » du colonel figurent et juillet 1994. Les circuits du mercenariat sont Donc, si vous acceptez de nous laisser entrer,
divers ministres du gouvernement génoci- D’UN CÔTÉ ET, DANS également mis à contribution. L’ex-gendarme parce que c’est notre pays, je n’ai aucun pro-
daire, dont celui de la défense, et les princi- du GIGN et de l’Elysée Paul Barril et le célèbre blème à laisser ces gens [les hommes du COS]
paux chefs militaires de l’armée nationale en LE MÊME TEMPS, mercenaire Bob Denard sont sollicités. Barril partir”. Cela nous a vraiment aidés à résoudre
déroute. S’il ne ment pas aux enquêteurs, AIDER LE RÉGIME signe un contrat d’assistance et de service le problème. » Très vite, l’Elysée aurait accepté
M. Rosier ne dit pas non plus toute la vérité. pour plus d’un million de dollars : il fournira l’échange de ces prisonniers contre l’engage-
Dans son rapport de fin de mission, il a livré DES BOURREAUX bien des mercenaires, mais pas les armes et ment de restituer la ZHS le 18 août, laissant
un indice sur certains aspects de son travail : munitions pourtant prévues en quantité. ainsi les mains libres au FPR pour prendre le
« Etant encore seul sur zone, le détachement Des trafiquants d’armes s’activent eux aussi. contrôle de ce territoire.
effectuait également quelques missions d’ex- Considéré comme le cerveau du génocide, le La capture de soldats français n’a jamais été
tractions dans la région de Gisenyi [ville rwan- colonel Théoneste Bagosora orchestre le tout. reconnue officiellement. L’amiral Lanxade la
daise située en face de Goma, de l’autre côté Des avions-cargos déchargent à Goma leurs nie. En « off », plusieurs officiers français
de la frontière]. » Sans davantage de préci- cargaisons d’armes, aussitôt transférées vers confirment sa réalité, tout en la qualifiant de
sions sur ces « extractions ». Gisenyi, côté rwandais, puis vers les camps de « non-événement ». L’embarras des uns et
Avant l’arrivée dans la région du reste des réfugiés hutu installés au Zaïre après la débâ- des autres trahit une vérité inavouable :
troupes et de la presse, Rosier a quelques cle des FAR. Or, Gisenyi et l’aéroport de Goma depuis que la justice cherche à percer les se-
jours pour extraire des « sonnettes », des sol- sont entièrement sous le contrôle du disposi- crets de « Turquoise », la zizanie règne entre
dats français ayant passé la période du géno- tif « Turquoise » : à défaut de les initier, l’armée les anciens frères d’armes. p
cide auprès de leurs homologues rwandais. française ferme donc les yeux sur ces trafics. david servenay
Combien sont-ils ? « Une dizaine », selon le gé- Dans le même temps, l’un des objectifs
néral Quesnot, interrogé en 2006 par Olivier demeure la capitale, Kigali. Le général Ques- (*) MM. Delaye, Quesnot et Védrine
Lanotte, un chercheur belge qui avance pour not, à l’Elysée, et les plus hauts responsa- ont toujours estimé que la France au
sa part le chiffre d’une « bonne vingtaine de bles de l’armée française sont convaincus Rwanda avait tenté d’obtenir, par la voie
conseillers et techniciens, tous des volontai- que « le FPR n’a pas les moyens militaires de des négociations, « un partage du pouvoir »
res ». L’information circule jusqu’à New York, contrôler l’ensemble du pays ». Erreur ma- entre les « différents acteurs de la scène
si l’on en croit l’ambassadeur néo-zélandais jeure, cette analyse sous-estime la vitesse de rwandaise ».
auprès de l’ONU, Colin Keating. Le 21 juin, ce-
lui-ci écrit aux autorités de son pays : « Une
le dossier, sont plus larges : « L’arrêt des massa- information intéressante que nous avons ap-
cres, la sauvegarde des réfugiés et l’interruption prise du secrétariat cet après-midi est que le
de l’extension du conflit. » Et Lanxade d’ajouter,
sibyllin : « Du point de vue français, il faut éviter
que nous soient reprochées et l’action d’hier et
FPR affirme que des conseillers militaires fran-
çais sont restés dans le pays et qu’ils ont formé
certaines des milices hutu. Certains sont à la
LES BLESSURES DE BISESERO
l’inaction d’aujourd’hui. » Sous cette formule campagne, mais d’autres sont à Kigali. » Fin juin 1994, des militaires français constatent des massacres de Tutsi sur ces
se cache toute l’ambiguïté de la politique fran-
çaise au Rwanda. LIVRAISONS D’ARMES « DÉFENSIVES »
collines mais n’interviennent que trois jours après. Pourquoi ? Les avis divergent
« L’inaction d’aujourd’hui », c’est l’immobi- Quelle était la mission de ces fantômes ? Ont-
lisme désespérant de la communauté inter- ils conseillé des ministres, formé des militai-
nationale. De fait, personne n’est intervenu
pour stopper le génocide depuis son déclen-
chement, début avril. Personne, sauf les re-
belles du FPR qui, village après village,
contemplent avec stupeur le désastre des fos-
res ? Ou bien participé aux opérations ? Ou
encore fait du renseignement en temps réel ?
Impossible d’avoir des certitudes, sinon
qu’ils ont soutenu et accompagné les FAR
depuis le début des massacres. De son côté,
C’ est l’histoire d’un drame
qui, à lui seul, cristallise
les haines entre les « vété-
rans » de l’opération « Turquoise ».
En 2004, le journaliste du Figaro
à Bisesero, et ce pour deux raisons : la
première étant qu’il ne s’agissait pas
de mon secteur mais de celui de Gillier
[des commandos de marine], et la se-
conde étant que je devais préparer la
gate Marin Gillier. « Il [Gillier] nous
avait interdit d’aller voir dans la mon-
tagne, alors que l’on observait des
gens qui se faisaient tirer dessus à la
kalachnikov, détaille Thierry Prun-
ses communes laissées par les bourreaux. la direction générale de la sécurité extérieure Patrick de Saint-Exupéry publie le visite du ministre Léotard, prévue le gnaud devant les enquêteurs, on
« L’action d’hier », c’est un soutien français (DGSE, service de renseignement extérieur) livre L’Inavouable (Les Arènes), où il lendemain ou le surlendemain. » voyait que c’étaient des civils. Ils ti-
sans faille au régime en place. Un soutien a mis en place un dispositif distinct, com- accuse plusieurs officiers du com- Le colonel Rosier conteste raient sur des gens qui couraient. On
qui est allé de la fourniture d’armes lourdes posé de clandestins, infiltrés sous couverture mandement des opérations spécia- aujourd’hui cette présentation des en avait fait état au débriefing. On
à l’instruction des troupes, en passant par la jusqu’au centre de Kigali pour renseigner les (COS) d’avoir laissé mourir les faits. Interrogé à son tour par les pensait que c’était des rebelles du FPR
mise à disposition de conseillers militaires leur hiérarchie à Paris. derniers survivants de Bisesero, un policiers, il affirme n’avoir eu [Front patriotique rwandais] qui ti-
issus des forces spéciales françaises (1er PIMa, Le colonel Rosier a d’autres objectifs se- massif de collines où des milliers de aucune conversation avec Duval ce raient et qui lançaient des grenades.
8e RPIMa). Dans la continuité de cette poli- crets, dans la continuité de la politique fran- Tutsi avaient trouvé refuge dès les jour-là et n’avoir reçu son compte Et chaque fois Marin Gillier a dit : “On
tique, il est logique, aux yeux des « faucons » çaise dans ce pays. Parmi eux, les livraisons premiers jours du génocide, en rendu – un fax manuscrit – que le ne bouge pas, pas de contact.” »
parisiens, d’aider les alliés de la France, d’armes. Là encore, le sujet est si délicat que le avril 1994. Alors qu’ils étaient proba- 29 juin. Face aux enquêteurs, Duval Entendu par la police, M. Gillier ex-
même s’ils se sont transformés en gouverne- général Quesnot, en poste à l’Elysée, adresse blement 50 000 au départ, il n’en persiste : le compte rendu a bien été plique ainsi sa décision : « Nous nous
ment du génocide. une note au président de la République le reste plus que 2 000, en juin, à l’arri- fait le 27 au soir, à l’oral par télé- attendions à tomber dans une em-
« Une action initiale sera conduite sur la 25 juin 1994 : « Le coût total des équipements vée des premiers soldats français. phone satellite, puis par écrit avec buscade [du FPR] à Bisesero. » En fait,
zone de Cyangugu avant un engagement et des munitions cédés aux armées et à la Des dizaines de milliers de person- un fax. Plusieurs témoignages vont il applique à la lettre les ordres : ne
éventuel en direction de Kigali », est-il précisé gendarmerie rwandaises au cours des trois nes ont été massacrées par les gen- dans le même sens, notamment ce- pas aller au clash avec les rebelles
dans le document de l’amiral Lanxade. L’ob- dernières années s’élève à 54,8 millions de darmes et les miliciens hutu. lui de l’un de ses adjoints. tutsi, désignés comme les vrais
jectif militaire ultime est donc la capitale, où francs. (…) Les armes et munitions données Le 27 juin 1994, dans l’après-midi, ennemis. Finalement, dans la soirée
les rebelles du FPR resserrent chaque jour par la France consistaient exclusivement en l’équipe des commandos de l’air du Un document antidaté ? du 30 juin, une évacuation sanitaire
leur étau sur les forces gouvernementales. En matériel de guerre lourd de nature défensive lieutenant-colonel Jean-Rémi Duval Le fax a-t-il été envoyé dès le 27 par hélicoptères est organisée pour
cherchant à se rendre à Kigali, l’état-major destiné à arrêter l’offensive du FPR. Nous découvre des rescapés, blessés, dénu- – c’est-à-dire à temps pour aller les cas les plus critiques : 800 per-
français et le cercle rapproché de François n’avons livré aucune arme individuelle qui ait tris et très affaiblis, et comprend dès le lendemain secourir la popu- sonnes sont ainsi sauvées de la
Mitterrand entendent avant tout figer les pu être utilisée ultérieurement dans les massa- qu’ils sont la proie des miliciens hutu lation – ou deux jours plus tard, ce haine des tueurs hutu.
fronts, et du même coup éviter l’effondre- cres (et a fortiori, aucune machette). » des villages alentour. Les soldats qui expliquerait le retard pris dans Cette affaire irrite les anciens de
ment des FAR et des miliciens ; bref, empê- Ici, le général Quesnot joue sur les mots et étant trop peu nombreux (16 hom- les secours ? Un tel document a bien « Turquoise » pour deux raisons.
cher la victoire des rebelles. Le but, au fond, sur la « nature défensive » du matériel, car mes) pour assurer leur protection, ils été retrouvé dans les archives de la D’abord, elle met en évidence les di-
n’est pas de stopper le génocide : Paris sait outre l’artillerie (canons de 105 mm, radars et repartent vers leur base en promet- défense, daté du 29 juin, mais sans vergences de points de vue entre
que l’essentiel des massacres a déjà été com- obus), la France a fourni des mitrailleuses tant de revenir au plus vite. Trois être signé par son auteur, ce qui ceux qui ont accompagné, instruit et
mis dans la capitale et qu’il n’y a presque plus (12,7 mm) et leurs cartouches. D’autres pays journalistes les accompagnent, dont n’est pas normal. A-t-il été antidaté ? formé les militaires rwandais avant le
de Tutsi à sauver. L’important semble plutôt ont été sollicités pour fournir le reste : Patrick de Saint-Exupéry. Serait-ce un faux ? L’enquête n’a pas génocide et les autres, sans lien par-
être la sauvegarde du pouvoir « ami ». l’Egypte, Israël et l’Afrique du Sud ont livré à Jean-Rémi Duval a raconté la suite à encore tranché. ticulier avec ces mêmes génocidai-
Pour mener à bien cette mission, l’amiral Kigali des obus de mortier et des lance-ro- la police française, dans le cadre de Une autre polémique porte sur le res. Ensuite, elle plane comme une
dispose d’un atout : le Commandement des quettes. Enfin, la liste du général n’est pas l’enquête en cours pour « complicité retour des soldats français à Bisesero, menace au-dessus de la tête d’offi-
opérations spéciales (COS), placé sous sa res- tout à fait exhaustive, comme le prouvent les de génocide » et « complicité de crime le 30 juin. Cette fois, il s’agit d’un ciers ayant depuis gagné leurs galons
ponsabilité directe. Composé de l’élite des for- archives de la Mission militaire de coopéra- contre l’humanité » sur l’opération groupe emmené par le capitaine Oli- de généraux. Pour le moment, aucun
ces spéciales (GIGN, parachutistes des troupes tion, en annexe du rapport de la Mission d’in- « Turquoise » : « Arrivé au camp, j’ai té- vier Dunant (13e RDP) et l’adjudant- d’entre eux n’a été mis en examen,
de marine, commandos de l’air et de la ma- formation sur le Rwanda de 1998. Rien léphoné au colonel Rosier [patron du chef Thierry Prungnaud (groupe mais l’idée d’avoir à assumer un jour
rine…), ce nouveau corps de l’armée française qu’en 1992, 20 000 mines anti-personnel et détachement du COS] pour lui rendre d’intervention de la gendarmerie na- d’éventuelles poursuites pour « com-
a pour rôle « d’ouvrir les portes » avant une 700 000 cartouches de 5,56 mm ont été auto- compte de ma journée et de ce que tionale). En se rendant ce jour-là dans plicité de génocide » leur est insup-
opération. En clair, faire du renseignement sur risées à l’exportation, sans compter les émet- j’estimais qu’il fallait faire. Le colonel les collines à la découverte de sur- portable, alors qu’ils estiment n’avoir
le terrain, mais aussi mener de discrètes ac- teurs-récepteurs, les appareils de vision noc- Rosier m’a répondu qu’il était hors de vivants, ils désobéissent aux ordres fait qu’obéir aux ordres. p
tions commandos. Dès le départ, « Turquoise » turne, les parachutes. En 1993 : 250 pistolets question que je retourne le lendemain de leur supérieur, le capitaine de fré- d. se.
16 | horizons 0123
VENDREDI 16 MARS 2018

L E S S E C R E T S D E L A F R A N C E A U R WA N D A 1 | 3

Les révélations
d’un officier français notamment au Rwanda. Je n’ai pas de pré-
cision à donner à ce sujet, mais cela n’a fait
A l’heure de publier à son tour son récit,
Guillaume Ancel ne cache pas ses propres
que précipiter mon départ. » Défendre son faiblesses. Le 11 juillet 1994, il a commis un
Ancien militaire, Guillaume Ancel a participé honneur sans rompre avec la solidarité de crime de guerre. En récupérant des armes
corps : l’exercice est délicat pour ceux qui ont dans une villa avec son équipe de légionnai-
à l’opération « Turquoise ». Son livre, « Rwanda, la fin quitté le service actif. res, il croise un groupe de génocidaires.
En 2005, un autre ancien de « Turquoise » se « L’un des miliciens se tourne vers moi et me
du silence », dont nous publions des extraits, rebelle, publiquement cette fois, sur France provoque du regard, il porte un gilet pare-
Culture : l’adjudant-chef Thierry Prungnaud, éclats ensanglanté, au camouflage de l’armée
contredit la version officielle d’une intervention une légende du GIGN, l’unité d’élite de la belge avec la bande patronymique du sergent
gendarmerie. Considéré comme un tireur P. Van Moyden », écrit-il. Comme neuf de
avant tout « humanitaire ». Selon lui, la France a tardé d’élite d’exception, il a participé, pendant dix- ses compagnons d’armes, ce sous-officier
huit ans, aux opérations les plus délicates. belge a été lynché, le 7 avril 1994, parce qu’il
à prendre ses distances avec le régime génocidaire Engagé dans « Turquoise » en 1994, il affirme protégeait la première ministre Agathe Uwi-
avoir été berné par ses chefs du commande- lingiyimana, assassinée par la garde prési-
ment des opérations spéciales, qui lui dentielle rwandaise. Or, quelques années
auraient parlé, lors du « briefing de situa- auparavant, M. Ancel a connu le sergent Van

L
tion », de massacres commis par des Tutsi sur Moyden lors d’un stage européen. Il ordonne
e livre s’intitule Rwanda, la fin CPA 10, les commandos parachutistes de l’air les Hutu, et non l’inverse. Puis, il raconte à ses hommes de récupérer le gilet. « Alors, les
du silence. Témoignage d’un offi- alors basés à Nîmes. Le 27 juin 1994, au « JE VOUS DEMANDE comment son supérieur direct lui aurait in- légionnaires ouvrent le feu presque simulta-
cier français (sortie vendredi
16 mars, éditions Les Belles Let-
Rwanda, c’est lui qui découvre avec ses hom-
mes les rescapés tutsi des collines de Bise-
DE NE PAS terdit d’aller à la rescousse des survivants de
Bisesero et comment, avec d’autres camara-
nément, dans un bref échange de tirs, sans ra-
fales, juste des tirs ajustés, écrit-il. Les mili-
tres, 250 pages, 21 euros). L’officier sero, 2 000 survivants sur environ 50 000. RACONTER DE des, il a désobéi pour essayer de les sauver. ciens sont trop lents pour riposter efficace-
en question, c’est Guillaume An- Il leur promet de revenir les protéger aussi ment, ils s’effondrent en quelques secondes. »
cel, 52 ans, dont vingt passés dans l’armée. vite que possible, mais ceux-ci devront fina- TELLES CHOSES, LES FOUDRES DU COMMANDEMENT Un crime de guerre, aujourd’hui prescrit,
Comme d’autres, il a participé, en juin 1994, à
l’opération « Turquoise » lancée par la France
lement attendre trois jours le retour
des Français ; trois jours où ils subiront plu-
POUR NE PAS Prungnaud est bien placé pour mesurer l’am-
pleur du drame puisqu’il a lui-même formé,
mais qui pèse sur sa conscience.
« Qu’est-ce que je gagne dans cette polémique
dans ce pays d’Afrique, théâtre du dernier sieurs assauts meurtriers des milices hutu. TROUBLER en 1992, un groupe de choc au sein de la sur le rôle de la France dans le génocide des
génocide du XXe siècle (800 000 morts en Pourquoi les Français ont-ils tant tardé à garde présidentielle rwandaise, devenue en- Tutsi ?, s’interroge-t-il. Rien d’autre que des en-
trois mois, en majorité tutsi), orchestré par le intervenir ? L’épisode reste nébuleux et fait LA VISION QU’ONT tre-temps un des fers de lance des tueries. nuis et des tensions. Je redoute que mes compa-
gouvernement en place, à dominante hutu. l’objet d’une vive polémique : Duval assure Lorsqu’il en prend conscience, ses convic- gnons d’armes craignent que je les mette en
Le récit que l’ex-capitaine tire de cette expé- avoir informé aussitôt son supérieur direct, LES FRANÇAIS tions de gendarme républicain sont ébran- cause, alors que j’ai admiré leur professionna-
rience contredit la version officielle d’une ce que ce dernier conteste. DU RÔLE QUE NOUS lées. En 2010, alors que son témoignage de lisme et leur courage, sur le terrain. Je crains
opération avant tout humanitaire. Pour lui, Si « Diego » a toujours refusé de témoigner 2005 n’a pas soulevé de réactions outrées, il aussi que ce débat n’ait pas lieu. Ce que je dis de-
les autorités politiques et militaires de l’épo- publiquement, il s’est expliqué devant AVONS JOUÉ » s’attire les foudres du commandant de l’opé- vrait susciter l’effroi. Je ne prétends pas avoir
que, sous la présidence de François Mit- la Mission d’information parlementaire ration, le général Lafourcade. Ce dernier pu- raison, je dis simplement que mon témoignage
PAUL QUILÈS
terrand, ont surtout cherché, du moins dans en 1998, puis en 2007 face aux enquêteurs blie un livre (Opération Turquoise : Rwanda, est incompatible avec la fable humanitaire. »
ancien ministre
un premier temps, à sauver un régime « ami » qui l’interrogeaient dans le cadre d’une in- 1994, Perrin, 2010), et conteste, dans un entre- Cette exigence de vérité est le point commun
de la défense
emporté par la folie meurtrière. formation judiciaire pour « complicité de gé- tien au Point, le récit de Prungnaud : « Pour ce de tous les militaires français marqués par le
Un événement particulier a incité nocide ». « Sans rentrer dans les détails, indi- brillant et très courageux soldat, la situation génocide rwandais. L’ex-capitaine Ancel vou-
Guillaume Ancel à témoigner. Il remonte au que-t-il alors aux policiers, disons qu’à la fin vécue au Rwanda a été très difficile, je regrette drait que ceux dont il a recueilli les confiden-
27 février 2014. Ce jour-là, la Fondation Jean- de ma carrière, soit au moment de ma retraite vivement qu’à partir de ce témoignage pour le ces « off » – en changeant leurs noms – pour
Jaurès, le think tank du Parti socialiste (PS), [il a quitté l’armée en septembre 1995], j’étais moins suspect on conclue que les Français ont nourrir son témoignage s’expriment un jour
organise à Paris un colloque à huis clos sur la en désaccord avec la politique française laissé tuer les Tutsi de Bisesero, donc qu’ils comme lui, à visage découvert. p
politique africaine de François Mitterrand. menée d’une manière générale en Afrique et sont complices du génocide. C’est terrible ! » david servenay
Une quarantaine de personnes – juristes, his-
toriens, diplomates… – y participent, sous la
présidence de Paul Quilès, ancien ministre
de la défense. Les intervenants se succèdent,
tous si proches du PS que les contributions
sont unanimes dans la louange.
Vient alors le tour de M. Ancel de raconter
sa guerre, lui qui était alors « officier de gui-
dage de tir aérien », chargé de diriger au sol
les missiles largués par l’aviation. Ce qu’il
raconte va à l’encontre des propos des autres
intervenants. D’après lui, « Turquoise » fut
bien une opération de guerre avant de se
muer en intervention humanitaire. « A ce
moment-là, quarante mâchoires se décro-
chent », se souvient-il. La tension monte,
l’atmosphère devient électrique. Paul Quilès
intervient. « Sorti de son contexte, jeune
homme, votre récit pourrait faire gravement
douter les Français, dit-il en pointant un doigt
rageur. Je vous demande, par conséquent, de
ne pas raconter de telles choses, pour ne pas
troubler la vision qu’ont les Français du rôle
que nous avons joué au Rwanda. »
Des militaires
D’AUTRES « ANCIENS » ONT BRISÉ L’OMERTA français
Le « jeune homme » de 49 ans est stupéfait. distribuant
Sa réponse fuse : « Le problème, il n’est pas des denrées
dans mon témoignage, il est dans votre ver- alimentaires
sion officielle, qui est bien plus romancée que à des réfugiés,
la mienne. » Rouge de colère, Paul Quilès finit au Rwanda,
par quitter la salle. Deux jours plus tard, en 1994. JOSÉ
M. Ancel entend les mêmes reproches mena- NICOLAS/GETTY IMAGES
çants, relayés par une de ses relations pro-
fessionnelles : son histoire pourrait faire
« gravement douter les Français ». « Ces mena-
ces ont déclenché ma volonté de témoigner »,
affirme-t-il aujourd’hui.
Fils de bonne famille de la bourgeoisie
lyonnaise, il n’avait pourtant rien pour sortir
du rang. Il a fait son chemin dans l’artillerie,
spécialité technique mais indispensable aux
conflits modernes, et enchaîné les mis-
sions (Cambodge, Rwanda, ex-Yougoslavie).
Diplômé de l’Ecole de guerre, il était pro-
grammé pour devenir général et transfor-
mer l’armée de terre, mais il a finalement
décidé, en 2005, de changer de vie et de bas-
culer dans le privé.
Avant lui, d’autres « anciens » de « Tur-
quoise » ont brisé l’omerta. Parmi eux, Jean-
Rémi Duval, alias « Diego ». Engagé volon-
taire à 20 ans comme deuxième classe, il
a gravi tous les échelons des forces spécia-
les, jusqu’à prendre le commandement du
horizons | 17
0123
VENDREDI 16 MARS 2018

Extraits de « Rwanda, la fin du silence. Témoignage d’un officier français », de l’ex-capitaine


Guillaume Ancel, et qui paraît vendredi 16 mars aux éditions Les Belles Lettres

« Attendez, on les désarme et ensuite


on va leur livrer des armes ? »
La rapidité est telle que les unités d’en Plus un mouvement, les pilotes ont balancer au-dessus du lac Kivu. Garoh
face ne doivent pas avoir le temps de se terminé leur procédure de décollage, aurait pu s’y opposer, mais il a validé
réorganiser tandis que nous rejoignons les rotors se mettent à tourner, faisant cette pratique…
aussi vite que possible la capitale, Kigali, vibrer tout l’appareil. J’aperçois par la
pour remettre les insignes du pouvoir au porte latérale, grande ouverte, la courbe RETOUR À BISESERO,
gouvernement que la France soutient. d’un soleil orangé qui émerge main- OUEST DU RWANDA
Tactiquement, c’est logique, puisque tenant à l’horizon. Notre hélico se sou- (…)
nous nous exerçons depuis plusieurs lève par l’arrière, les têtes rentrent dans Comme je l’ai relaté, au lever du jour du
années à ce type d’opération avec les uni- les épaules, la mission est lancée, nous 1er juillet, cette mission de combat contre
tés de la Force d’action rapide qui seront partons au combat. les ennemis des génocidaires a été annu-
BASE MILITAIRE DE VALBONNE, déployées sur ce théâtre, comme si nous Brusquement, sur le tarmac, un officier lée in extremis. J’en connais désormais
PRÈS DE LYON, FRANCE. 22 JUIN 1994 allions jouer une pièce maintes fois répé- surgit de l’estancot qui sert d’état-major plus de détails grâce au témoignage
(…) En fin d’après-midi, un officier du tée. En pratique, c’est évidemment aux forces spéciales et fait signe, les bras d’Oscar, un des pilotes de chasse engagés
bureau des opérations entre brusque- risqué, très violent et nous sommes suf- en croix, de stopper immédiatement dans cette opération et dont je raconterai
ment et me remet personnellement un fisamment entraînés pour savoir que ce l’opération. L’hélicoptère atterrit brutale- RWANDA, LA FIN DU SILENCE. le parcours un peu plus loin.
exemplaire numéroté d’un ordre pré- raid terrestre ne se passera jamais ment, à la surprise générale. Je défais ma TÉMOIGNAGE D’UN OFFICIER En croisant nos témoignages, il appa-
paratoire, dont manifestement Colin (*) comme nous l’avions prévu. ceinture de sécurité et saute par la porte FRANÇAIS raît que cette mission a été annulée par le
dispose déjà. Il s’agit de réaliser un raid (…) pour rejoindre le stoppeur, c’est le capi- Editions Les Belles Lettres, PC Jupiter situé sous le palais présiden-
terrestre sur Kigali, la capitale du taine de Pressy, en charge des opérations 250 p., 21 € tiel de l’Elysée, alors que les avions de
Rwanda, pour remettre en place le gou- AÉROPORT DE GOMA, ZAÏRE. pour ce secteur. Il comprend à ma mine chasse, des Jaguar, étaient déjà en vol
vernement, ordre expliqué par quelques 26 JUIN 1994 mauvaise que j’ai besoin d’explications. pour frapper, et que nous-mêmes décol-
schémas et des hiéroglyphes militaires Un officier d’état-major nous rend visite « Nous avons passé un accord avec le lions en hélicoptère pour rejoindre la
appelés « symboles ». sur notre campement de fortune. FPR, nous n’engageons pas le combat. » – Et pourquoi vous ne confisquez pas zone de guidage. Pourtant, le PC Jupiter
Nous débarquerons en « unité consti- J’aimerais l’interroger sur la suite de la Les rotors s’immobilisent, et les hom- aussi les machettes ? n’a pas vocation à diriger ce type d’opéra-
tuée » à Goma [principale ville de l’est du mission puisque nous étions censés ar- mes descendent sans attendre des – Pour la simple raison que tout le tion, qui est plutôt du ressort du bien
Zaïre, près de la frontière rwandaise], river par surprise pour mener une ac- cabines restées ouvertes, avec leurs sacs monde en possède. Dans ce cas, il faudrait nommé Centre opérationnel interar-
et l’opération s’appuiera sur la vitesse tion offensive, mais il ne me répond pas immenses et leurs armes sur l’épaule. aussi supprimer les couteaux, les pioches mées. C’est une procédure tout à fait in-
et la surprise liées à notre arrivée ultra- et se contente de récupérer avec d’inha- Tabal me rejoint avec calme, et Pressy et les bâtons ! » habituelle que m’a décrite mon cama-
rapide. A ce stade, la mission n’est pas bituelles précautions l’ordre prépara- reprend : Rire de ses confrères, mais la question rade et, compte tenu de ma compréhen-
encore confirmée, mais elle devient très toire reçu à Nîmes [où est basé le 2e régi- « Les Tutsi stoppent leur avance et nous est loin d’être anodine ; ne rien faire dans sion du sujet, il est probable que les évé-
probable. ment étranger d’infanterie de la Légion allons protéger une zone qu’ils n’occupent ces situations alors qu’on en a le pouvoir, nements se soient enchaînés ainsi : cette
Cet ordre ne me surprend pas vrai- étrangère]. Normalement, en opération, pas encore, à l’ouest du pays. Ce sera une c’est se rendre complice. J’aperçois dans opération de combat contre le FPR a été
ment. J’apprécie les subtiles analyses de le simple fait d’ordonner la destruction “zone humanitaire”, qui passe sous notre leur dos, de l’autre côté de la piste, une décidée sans réel contrôle politique,
politique internationale et les débats sur d’un ordre écrit suffit, mais cet officier contrôle. colonne d’une dizaine de camions trans- mais l’intervention des Jaguar a déclen-
la pertinence des interventions, mais en vérifie chaque exemplaire page par – Si je comprends bien, on renonce à portant des conteneurs maritimes, ché une procédure quasi automatique de
l’occurrence nous serons projetés à page, comme si ce document ne devait remettre au pouvoir ce qui reste du qui quittent le camp en soulevant un confirmation auprès du PC de l’Elysée,
6 000 kilomètres de la métropole pour plus exister… gouvernement ? nuage de poussière. qui s’en est effrayé. En effet, l’enga-
faire notre métier, qui est de mener des (…) – Oui, pour l’instant, nous allons vite Le journaliste n’abandonne pas. gement au combat d’avions de chasse est
opérations militaires, et celle-ci rentre voir quel cap nous prenons maintenant. » « Et les armes saisies, qu’en faites-vous ? » considéré comme stratégique du fait
dans nos cordes. AÉROPORT DE BUKAVU, ZAÏRE. Tous ces militaires étaient déterminés à Je n’ai pas envie de mentir ni de nous de leur puissance de feu, ainsi que du ris-
En théorie, c’est assez simple, je dois dé- 30 JUIN 1994 aller se battre, et ils ont été stoppés dans mettre en difficulté, alors j’esquive avec que médiatique : difficile de faire croire
gager un couloir en guidant les frappes (…) La forêt de Nyungwe constitue un îlot leur élan, comme si, au bout de la nuit, un un sourire. « Nous les stockons ici dans qu’un bombardement n’a pas été orga-
des avions de chasse, couloir dans lequel tropical sur la route menant à Kigali responsable politique avait enfin décidé des conteneurs, et nous attendons que nisé, tandis qu’il est toujours possible
la compagnie de légionnaires s’engouf- via Butare, à moins d’une centaine de ki- que ce combat ne pouvait pas avoir lieu. leurs propriétaires les réclament. » d’habiller un échange de tirs au sol en
fre, suivie par d’autres unités aguerries. lomètres de notre position. Les légion- Les soldats désarment bruyamment leur Les journalistes rient encore, ils doi- accrochage accidentel ou en riposte à
naires l’ont survolée en hélicoptère et me arsenal après avoir ôté les chargeurs. vent penser que je suis plein d’humour. une tentative d’infiltration.
l’ont décrite comme très dense, quasi im- Nous sommes un peu groggy, à la fois Ils plient bagage après m’avoir remercié En conséquence, la patrouille de Jaguar,
pénétrable pour une unité armée et soulagés mais aussi frustrés. et remontent dans l’avion qui les attend au moment de rejoindre la zone de
motorisée, en dehors de la route natio- Je retourne aux grandes tentes avec enfin sur la piste. combat, demande la validation de son
nale qui la traverse d’est en ouest, Tabal, qui se moque gentiment en s’in- J’attends avec impatience le débriefing engagement, sans doute par l’intermé-
comme un canyon de verdure verticale. terrogeant sur la fonction que je vais du soir auquel assistent tous les chefs de diaire de l’avion ravitailleur KC135 qui les
Nous devons – comprendre « nous al- maintenant pouvoir occuper. J’étais le détachement du groupement. Nous som- soutient et qui est équipé d’un système
lons tout faire pour » – stopper l’avancée responsable des frappes aériennes, il me mes une douzaine autour de la table et radio longue portée en l’absence d’Awacs.
militaire des soldats du FPR [Front patrio- propose de devenir « responsable des j’aborde sans attendre le sujet du convoi, Le PC Jupiter alerte l’Elysée – l’étage du
tique rwandais, rébellion d’obédience frappes humanitaires », ironisant sur pour lequel on m’a demandé de détour- dessus –, qui découvre l’opération, prend
tutsi, dirigée par Paul Kagame] quand ils la tonalité nouvelle et un peu surpre- ner l’attention des journalistes. Je sens brutalement conscience des conséquen-
arriveront à l’est de la forêt et qu’ils de- nante de notre intervention, car c’est la que Garoh hésite et cherche ses mots : ces possibles d’un tel engagement et l’in-
vront s’engouffrer sur cette unique route première fois que nous entendons par- « Ces armes sont livrées aux FAR qui sont terdit aussitôt.
pour la traverser. Dans notre jargon, c’est ler d’« humanitaire ». réfugiées au Zaïre, cela fait partie des ges- L’annulation, au tout dernier moment,
un coup d’arrêt, qui consiste à bloquer tes d’apaisement que nous avons acceptés de cette mission, par la présidence de la
brutalement l’avancée ennemie par une AÉROPORT DE CYANGUGU, RWANDA. pour calmer leur frustration et éviter aussi République, déclenche un débat – plutôt
embuscade solidement adossée au mas- JUILLET 1994 qu’ils ne se retournent contre nous. » que d’en être l’issue – sur le risque que la
sif forestier, à un endroit précis qu’ils ne Je suis vraiment contrarié. Je suis sidéré. France soit effectivement accusée de
pourront contourner. En rentrant tard dans l’après-midi sur « Attendez, on les désarme, et ensuite on complicité de génocide et mise au ban des
Je n’ignore pas la difficulté de la situa- la base de Cyangugu, je trouve un groupe va leur livrer des armes, dans des camps nations, alors même que la crise de Bise-
tion, car les légionnaires n’ont pas de journalistes qui assiègent le petit état- de réfugiés, alors que ce sont des unités en sero [un secteur de collines où des dizaines
d’armes lourdes. Même les mortiers lé- major, ils attendent un point de situation déroute, sans doute liées aux milices et, de miliers de personnes ont été massa-
gers dont ils disposent n’ont toujours pas et s’impatientent bruyamment. Je ne pire encore, au ravage de ce pays ? » crées] vient de débuter. Dans les jours qui
leurs munitions et ce sera difficile de veux pas m’en mêler, je les contourne Garoh me répond avec son calme suivent, des spécialistes de l’Afrique des
tenir face aux soldats du FPR connus discrètement pour aller poser mes affai- imperturbable, Grands Lacs sont consultés, et probable-
pour leur discipline et leur endurance. res sous mon lit et faire le point avec Mal- « Oui, parce que les FAR sont à deux ment dépêchés sur place, pour négocier
Un détail, nous sommes 150, les élé- vaud, l’officier rens [de renseignement]. doigts d’imploser et d’alimenter effective- un compromis avec le FPR, c’est la suite de
ments en face seraient au moins dix fois Le lieutenant-colonel Lemoine, l’ad- ment les bandes de pillards. En donnant l’opération « Turquoise » avec la création
plus, rien que sur cette route. Aussi, pour joint de Garoh, m’intercepte et me de- ces armes à leurs chefs, nous espérons d’une zone humanitaire sûre. p
contrebalancer ce déséquilibre, il nous mande de l’aider : les journalistes ne de- affermir leur autorité. De plus, nous ne
faut les avions de chasse… et je suis bien vaient pas rester au-delà de 15 heures, sommes que quelques centaines de (*) Les noms des personnes citées ont été
placé pour savoir que le dispositif d’ap- mais leur programme a été prolongé combattants sur le terrain, et nous ne modifiés par l’auteur du livre
pui aérien n’est pas rodé. sans son avis. Ils attendent un brief alors pouvons pas nous permettre le risque
« qu’un convoi de camions doit quitter qu’ils se retournent contre nous, alors que
AÉROPORT DE BUKAVU, ZAÏRE. la base pour transporter des armes vers le le FPR nous menace déjà. »
1ER JUILLET 1994 Zaïre ». Je ne comprends pas de quoi il Lemoine, son adjoint, ajoute pour
(…) Nous rejoignons le tarmac, sur le- parle, mais Lemoine me propulse devant l’aider :
quel nous attendent cinq hélicoptères les journalistes sans me laisser le temps « Ancel, nous payons aussi leur solde, en
de transport Super Puma. Le sifflement de poser plus de questions. liquide, pour éviter qu’ils ne deviennent in-
de leurs turbines crisse dans nos tym- Les journalistes m’entourent aussitôt, contrôlables, ce que nous sommes sou-
pans. Les lumières de position des héli- comme s’ils m’encerclaient. Je parle vent obligés de faire dans ces situations. »
cos forment une ligne vers l’est où le ciel doucement pour les obliger à se concen- Je trouve le raisonnement court-ter-
s’éclaire lentement des signes précur- trer sur mes propos. Je leur fais un brief miste et indéfendable : comment avaler
seurs du lever du jour. Nous embar- rapide sur la situation dans la zone et sur qu’en livrant des armes à ces militaires
quons dans le premier hélicoptère, sur mes activités de recherche et de sauve- nous améliorons notre propre sécurité ?
ces sièges en toile toujours trop étroits, tage de rescapés. La plupart s’en conten- Je leur rappelle que nous n’avons plus
les sacs comprimés entre nos genoux. tent, cependant un reporter du journal vraiment de doutes sur l’implication
Les visages des légionnaires sont fer- Le Monde n’en reste pas là : des FAR dans les massacres de grande
més. L’intérieur de la cabine est faible- « Capitaine, vous désarmez les Rwan- ampleur qu’aucun d’entre nous ne
ment éclairé par une lumière blafarde dais qui traversent votre zone ? Même nomme encore « génocide ». Mais Garoh
qui ajoute au sentiment de tension. les militaires des FAR [Forces armées stoppe là le débat, même s’il semble trou-
J’observe Tabal, très concentré sur la rwandaises] ? blé aussi par cette situation.
suite, il me renvoie sa mine confiante, – Bien sûr, nous protégeons la zone hu- Après cet événement, j’ai demandé aux
celle de la Légion étrangère qui ne doute manitaire sûre, donc plus personne n’a be- pilotes d’hélicos et aux gendarmes char- Prochain article :
pas, ne tremble pas. soin de porter une arme dans ce périmètre. gés du contrôle des armes saisies de les Les mises en garde de la DGSE
18 |
CULTURE
0123
VENDREDI 16 MARS 2018

Peter Brook fait tomber les murs


Aux Bouffes du Nord, à Paris, le metteur en scène présente une fable poétique épurée, « The Prisoner »

THÉÂTRE Qu’est-ce qui est

Q
uelques bouts de bois « contre nature »,
mort, des brindilles,
un espace vide, et
semble se
c’est déjà un voyage. demander Brook
Un de plus pour Peter
Brook, un de plus avec lui, dans
l’anthropologue
son antre, sa caverne magique dans ce conte à la
du Théâtre des Bouffes du Nord.
A bientôt 93 ans (qu’il aura dans
morale complexe
quelques jours, le 21 mars), le maî-
tre britannique signe, après Batt-
lefield, en 2015, un nouveau geste Peter Brook : il pourrait être l’île
de théâtre à l’épure somptueuse, de Prospero dans La Tempête,
un nouveau concentré de toute l’Afrique de Tierno Bokar, l’Inde
sa recherche : The Prisoner. Le du Mahabharata…
mystère semble à la mesure de la
simplicité, dans cette étrange fa- Morale complexe
ble. Elle s’ouvre avec un homme Comme à son habitude, le met-
blanc, occidental – un voyageur, teur en scène britannique, qui a
qui pourrait être Peter Brook lui- été un précurseur en ce domaine,
même. « J’étais un temps dans une a réuni une distribution cosmo-
contrée lointaine, raconte-t-il. Sa polite, où brille particulièrement
capitale était magique – mais cette Hiran Abeysekera, le jeune acteur
beauté n’était pas blanche et par- sri-lankais qui habite Mavuso
fumée, c’était une beauté rugueuse et sa quête avec une intensité
et brune, une beauté de ce mon- brûlante. Kalieaswari Srinivasan
de-là, rude, dure, avec ses murs et (Nadia), elle, est indienne, elle a
ses chemins de terre, une âpreté travaillé aussi avec Ariane Mnou-
transcendée par l’élévation spiri- chkine. Ery Nzaramba (Ezekiel),
tuelle de ses habitants. » d’origine rwandaise, belge et tra-
Chacun mettra, derrière ces vaillant en Grande-Bretagne, est
images créées en quelques également auteur. Sean O’Calla-
phrases, un pays à la fois imagi- ghan, qui endosse le rôle du voya-
naire et réel, pour nous le Yémen, geur occidental en alternance
pays aujourd’hui devenu inacces- avec Donald Sumpter, est irlan-
sible, ou l’Afrique sahélienne ; Hiran dais, comme son nom l’indique.
pour Brook, sans doute, l’Af- Abeysekera Qu’est-ce qui est « contre na-
ghanistan, devenu aussi inacces- (le prisonnier), ture », semble se demander
sible au voyageur, ou les déserts assis, et Ery Brook l’anthropologue dans ce
du nord de l’Inde. Cette entrée Nzaramba conte à la morale complexe,
en matière sonne en tout cas (son oncle conçu en compagnie de sa fidèle
comme un manifeste de l’esthéti- dans la pièce). collaboratrice, Marie-Hélène Es-
que de Peter Brook. SIMON ANNAND tienne ? Quels consensus une so-
ciété met-elle en place pour éta-
Conte initiatique blir les normes, les règles qui
Dans cette ville, le voyageur occi- vont lui permettre de se dévelop-
dental rencontre un homme au per ? A quel moment ces normes
prénom de prophète, Ezekiel, qui basculent-elles, sont-elles remi-
lui raconte une étrange histoire : ses en cause ? Certaines idées
celle de son neveu, Mavuso, qui de la justice créent-elles de l’in-
« a commis un crime indicible ». justice ? Telles sont les questions,
Une nuit, Mavuso a tué son père, vastes et pourtant amenées avec
après l’avoir surpris au lit avec sa une lumineuse simplicité, tra-
sœur, Nadia. L’a-t-il tué dans un mées par ce théâtre de Peter
élan moral, ou parce qu’il était ja- Brook qui n’a cessé de briser les
loux de son père, étant lui-même barreaux des prisons, extérieures
amoureux de sa sœur ? Nadia lui comme intérieures. p
assure que son père ne l’a pas for- fabienne darge
cée, qu’elle était consentante. ici pour réparer », répond-il aux culpabilité, l’invention de la jus- Bouffes du Nord peut faire théâtre L’espace rouge-ruines, rouge Pom-
Mavuso est d’abord puni selon la rares êtres qui croisent sa route. tice. Œdipe n’est pas loin, non de rien, s’il ne s’agissait là juste- péi, les murs à la peau blessée des The Prisoner, texte et mise
coutume : Ezekiel lui brise les jam- Ezekiel dit au voyageur occiden- plus que Dante – « Au milieu du ment d’une conception très occi- Bouffes, tels qu’ils sont superbe- en scène de Peter Brook et Marie-
bes. Une fois guéri, grâce aux soins tal : va le voir, va voir Mavuso. chemin de ma vie, je me retrouvai dentale du « rien ». ment modelés par les lumières de Hélène Estienne. Théâtre des
de Nadia, il poursuit sa quête de L’homme traverse des forêts très dans une forêt obscure »… Ce n’est pas rien, déjà, que cette Philippe Vialatte, n’ont aucun mal Bouffes du Nord, Paris-10e.
rédemption et de justice de ma- anciennes, aux arbres sacrés, et Ce qui est merveilleux, c’est grotte enchantée du Théâtre des à figurer un monde archaïque, Tél. : 01-46-07-34-50.Du mardi au
nière singulière : il part vivre, seul, des déserts. Pour apprendre de voir comment Peter Brook ar- Bouffes du Nord, que Peter Brook, un monde « premier » comme on samedi à 20 h 30, samedi à 15 h 30
muni seulement d’un drap, d’allu- quoi ? Chaque spectateur fera son rive à faire naître le théâtre à partir qui s’y est installé en 1974, a amé- parle d’« arts premiers ». Il est également, jusqu’au 24 mars.
mettes et du livre de souvenirs de chemin dans ce conte initiatique d’une matière qui semble nagée à son image et qui, parti- d’une beauté à couper le souffle, ce De 14 € à 32 €. Durée : 1 h 15. En
son père, dans un paysage désert qui remet en jeu à sa manière les minimale. On pourrait dire, pour culièrement dans ses derniers décor qui est plutôt un paysage et anglais surtitré. Tournée jusqu’à
où se trouve une immense prison. racines mêmes du théâtre occi- renverser la célèbre formule spectacles, semble l’essence qui, avec ses bois flottés, ses arbres fin 2018,à Amsterdam, Thonon-
Et il reste assis là, chaque jour, face dental, et celles de notre civili- d’Antoine Vitez (« On peut faire même de son théâtre qui met en desséchés, convoque aussi toute les-Bains, Clermont-Ferrand,
à cette prison. Il la regarde. « Je suis sation : l’interdit de l’inceste, la théâtre de tout »), que le mage des route l’imagination du spectateur. une mémoire des spectacles de Londres, New Haven et New York.

Seize minutes de danse et de transe pour le « Boléro »


La troupe de l’Opéra national de Paris interprète le ballet chorégraphié par Maurice Béjart en 1961, qui tient de l’épreuve de force

DANSE Donn, immortalisé dans le film


Les Uns et les Autres de Claude
de son vocabulaire. Le concept
de ce qui ressemble à un faux solo
un interprète. Seize minutes seu-
lement montre en main pour su-
Pour Marie-Agnès Gillot, Boléro
a ressemblé, jeudi 8 mars, à un
communauté des danseurs et des
spectateurs. A peine la dernière

C’ est une histoire de


chevilles, de mollets,
d’articulations huilées,
mais aussi de ventre qui balance,
d’infini ressassement du corps
Lelouch –, est à l’affiche jusqu’au
24 mars, dans l’interprétation de
la troupe de l’Opéra national de
Paris, à Bastille. Il est programmé
en parallèle avec Daphnis et Chloé,
est simple : une femme ou un
homme danse, entouré comme
une pierre précieuse par une cou-
ronne de quarante hommes torse
nu pour ce que Béjart présentait
blimer un engrenage de pas
détaillés jusqu’aux retourne-
ments secs de poignets. La balle-
rine russe Maïa Plissetskaïa ne
pouvait pas le mémoriser et le
furieux bras de fer au cours
duquel l’étoile de l’Opéra natio-
nal de Paris – qui fera ses adieux
le 31 mars à l’âge de 42 ans,
comme le veut le règlement de la
note a-t-elle explosé, pile au mo-
ment où l’interprète principale
s’effondre, que la salle répond il-
lico par des applaudissements et
parfois une standing ovation.
lancé à l’attaque d’une des parti- créé en 2014 par Benjamin Mille- comme un « strip-tease » mais dansait en reproduisant les gestes troupe – a résisté. Pour son ul- C’est physique, quasi mécanique.
tions les plus roboratives qui soit. pied, également sur une partition sans déshabillage. de Béjart dans la régie. Sylvie time interprétation de ce ballet Le crescendo et la tension mettent
L’ascension férocement lente du de Ravel. Cette doublette – mise à Guillem, elle, évoquait le Boléro qu’elle alla spécialement tra- sous perfusion les spectateurs qui
Boléro, de Maurice Ravel (1875- feu tendue chez le premier, coup Chorégraphie jusqu’au-boutiste en disant qu’elle s’y sentait vailler avec Béjart à Lausanne y répondent par une chair de
1937), dans la version chorégra- de chaud évanescent chez le se- Sur place, ce chef de bande, cette comme un « morceau de pain » au en 2004, Gillot s’est jetée dans poule collective. Un phénomène
phiée en 1961 par Maurice Béjart cond – opère en faveur du star, cette victime, ce bouc émis- milieu d’affamés. Nicolas Le Ri- l’arène rouge. Si l’émotion a sans rare qu’affronteront pour la pre-
(1927-2007), reste un pic de transe. chef-d’œuvre de Béjart. Sa tension saire, selon les moments et les che, pour lequel les 2 700 specta- doute troublé les lignes graphi- mière fois les étoiles Amandine
Seize minutes de grimpe pour sur l’autel de sa table rouge, re- nuances que chaque interprète y teurs de Bastille se sont levés ques de cette chorégraphie jus- Albisson et Mathias Heymann, à
une explosion ultime vécue prise de celle du Boléro originel apporte, met sa peau en jeu. Il est comme un seul homme en 2008, qu’au-boutiste, son élan mortel, l’affiche jusqu’au 24 mars. p
comme une victoire, un orgasme, chorégraphié en 1928 par Bronis- porté jusqu’au bout par le chœur parlait « d’une pièce dangereuse pas loin du sacrifice de l’Elue rosita boisseau
un sacrifice, un épuisement. lava Nijinska, efface jusqu’à la masculin prêt à le dévorer au qui mélange les genres ». Il préci- dans Le Sacre du printemps d’Igor
Ce ballet-monstre, qui dévore beauté planante des pastilles mul- moment où il s’effondre comme sait : « L’homme qui le danse n’est-il Stravinsky, était bien présent. Daphnis et Chloé, de Benjamin
les interprètes – de Sylvie Guillem ticolores conçues par Daniel Bu- une enveloppe vide. pas aussi une femme, un guerrier, Le ressort magique de ce Boléro, Millepied ; Boléro, de Maurice
à Nicolas Le Riche en passant par ren pour la pièce de Millepied. Boléro est un cadeau, une lutte, une idole, un séducteur, quelqu’un qui tient beaucoup au piège musi- Béjart. Par le ballet de l’Opéra
les historiques Duska Sifnios, Voir et revoir Boléro, lui tourner une épreuve de force dans tous les qui donne et qui prend dans le cal de Ravel, réside aussi dans la national de Paris. Opéra-Bastille,
qui créa la pièce en 1961, et Jorge autour n’épuise jamais l’impact cas, technique et psychique, pour même mouvement ? » façon dont la pièce rassemble la Paris 12e. Jusqu’au 24 mars.
culture | 19
0123
VENDREDI 16 MARS 2018

Natalie Portman dans l’enfer vert


Netflix diffuse « Annihilation », d’Alex Garland, un film de science-fiction entre horreur et philosophie

CINÉMA Le réalisateur

T
out le monde n’est pas fait de la jungle
sujet à l’ivresse de la
science-fiction, au ver-
d’Area X
tige exquis et terrifiant un jardin toxique
qui prend quand l’éventail des
possibles se déplie en univers pa-
qui se rit
rallèles. Celles et ceux qui sont de la botanique,
immunisés ne trouveront sans
doute pas grand intérêt à Anni-
où les plantes
hilation. Les patients sensibles prennent des
prendront un plaisir rare à se
perdre dans son labyrinthe ma-
formes humaines
récageux. Le deuxième long-mé-
trage du Britannique Alex Gar-
land, après le remarquable Ex nancé par un grand studio, la Pa-
Machina, navigue avec assurance ramount. Après les premières
entre l’horreur, le psychédélisme projections tests d’Annihilation,
et la philosophie, emmené par les dirigeants de la major ont
une Natalie Portman quasi exigé d’Alex Garland et de son
ascétique, dans son apparence producteur Scott Rudin qu’ils en
comme dans son jeu. changent la fin, trouvant l’his-
Elle est Lena, professeure de toire « trop intellectuelle », de-
biologie, qui attend le retour de mandant que le personnage de
son mari Kane (Oscar Isaac), mili- nonne soldate de Nathalie Port-
taire parti en mission depuis un man soit « plus sympathique », a
an. Alors qu’elle a perdu tout es- rapporté le Hollywood Reporter.
poir, il réapparaît un soir, inca- Rudin, qui détenait le droit de
pable de dire comment il a re- final cut (montage final) sur
trouvé son chemin, atteint d’un Annihilation, a pris le parti de son
mal mystérieux. En suivant le réalisateur. Par mesure de rétor-
malade, bientôt tombé aux sion, la Paramount, qui dispose
mains d’une de ces agences gou- pourtant d’un important réseau
vernementales américaines que Tessa Thompson et Natalie Portman, plongées dans la nature hostile du film « Annihilation ». PETER MOUNTAIN de distribution international, a
nous avons appris à connaître et décidé de ne sortir le film en salle
à aimer depuis le premier épi- qu’aux Etats-Unis (où il a rem-
sode de X-Files, Lena découvre gue d’une impénétrable froi- que. Il n’est pas question ici du fruit de l’imagination des per- épuisée, d’Aventures en Birmanie porté un honnête succès, malgré
l’existence de l’Area X, une zone deur (Jennifer Jason Leigh), aux- viol de la nature par les humains sonnages surgissent de la nuit, à Délivrance, prend ainsi des le peu d’enthousiasme du studio)
côtière semi-tropicale sujette à quelles se joint Lena. ou de l’appétit de conquête de no- dévorent, dépècent, sans que tours inédits. La relation entre et en Chine, vendant les droits
un dérèglement de toutes les lois Avec son décorateur Mark tre espèce. Comme le roman de ces scientifiques brillantes par- Lena et le docteur Ventress, la d’exploitation pour le reste du
de la physique et de la biologie. Digby, qui avait déjà travaillé sur Jeff VanderMeer (le Livre de po- viennent à discerner la logique psychologue qu’incarne Jennifer monde à Netflix. Une suite de dé-
C’est là que Kane a contracté sa Ex Machina, Garland fait de la che, 2017) dont il est tiré, Annihi- qui les gouverne. Jason Leigh, repose sur une riva- cisions qui n’est pas étrangère à
maladie, c’est dans cette région jungle d’Area X un jardin toxique lation s’intéresse plus à l’essence lité, une méfiance et une capa- l’un des thèmes majeurs du film,
qu’ont disparu toutes les mis- qui se rit de la botanique, où les de la vie, aux transformations Film de commando revisité cité à communiquer silencieuse- l’autodestruction. p
sions chargées de l’explorer. plantes prennent des formes hu- de la matière, qui font qu’un or- Ce film d’action (car c’en est un : ment qui n’a rien à voir avec la thomas sotinel
Pourtant, il se trouve encore des maines, où des fleurs d’espèces ganisme croît, se multiplie, se quand Alex Garland ne s’enivre dynamique purement hiérarchi-
volontaires pour découvrir le différentes poussent sur les mê- détruit. Pour les protagonistes pas de ses créations lyser- que en vigueur d’habitude dans Film américain d’Alex Garland.
mystère du shimmer (scintille- mes tiges. Ce biotope tient autant du film, ces spéculations pren- giques, il assène ses coups avec le genre militaire. Avec Natalie Portman,
ment, c’est ainsi qu’on a baptisé d’Alice au pays des merveilles que nent la forme du cauchemar. efficacité) repose entièrement En France, on ne peut voir ce Oscar Isaac, Jennifer Jason Leigh,
le phénomène) : quatre femmes de Predator. La menace qui pèse Des créatures dont on n’est ja- sur des femmes. La logique du film intime et spectaculaire que Gina Rodriguez, Tuva Novotny,
emmenées par une psycholo- sur les exploratrices est organi- mais sûr qu’elles ne sont pas le commando, que l’on croyait sur Netflix. Il a pourtant été fi- Tessa Thompson (1 h 55).

La Méditerranée, en long et en travers Au MAC Lyon, les poulets


A Villeurbanne, les artistes Maria Thereza Alves et Jimmie Durham remontent l’histoire
d’Adel Abdessemed sur le gril

EXPOSITION
villeurbanne (nord)
tant de la cause indienne, auteur
d’essais critiques. A la fin des an-
nées 1980, son mode d’action de-
Les objets
archéologiques
l’essentiel ? Faut-il se contenter de
ces aimables commémorations,
des aquarelles d’oiseaux méticu-
I l a pris sa décision après plus de trois jours d’embrasement.
Mercredi 14 mars, l’artiste franco-algérien Adel Abdessemed
a choisi de retirer l’installation vidéo qui accaparait toute
l’attention dans son exposition au Musée d’art contemporain

L es notions de « musique à
programme » et de « musi-
que descriptive », voisines
mais distinctes, sont d’usage cou-
rant en musicologie. La première
vient artistique et visuel. Perfor-
mances, assemblages, environne-
ments sont allégories ou méta-
phores de ses colères et dégoûts.
Parmi les plus puissantes, ses
sont d’une
grande banalité,
sans doute
leusement peintes par Alves et
des charmants poissons de verre
filé de Durham ? D’artistes enga-
gés, on s’attendrait à des œuvres
un peu moins joliment pittores-
(MAC) de Lyon. Pas celle du public – une quarantaine de ses
œuvres sont exposées –, mais celle d’internautes découvrant,
hors contexte, des images partagées sur Twitter par un visiteur.
Intitulée Printemps, l’œuvre, qui date de 2013, montre une ran-
gée de poulets en flammes, accrochés à un mur par les pattes. In-
désigne une composition fondée automobiles haut de gamme pour éviter tout ques. Il n’y a guère ici que deux digné par cette vision, l’internaute a interpellé plusieurs associa-
sur un sujet précis – historique ou écrasées par un bloc de pierre œuvres à plus haute tension, réa- tions luttant contre la maltraitance animale. Son message a été
religieux par exemple – qu’il faut brute de quelques tonnes.
spectaculaire lisées en commun par les artistes. visionné plusieurs centaines de milliers de fois et partagé par
évoquer ou exalter. La seconde Leur projet commun, pour l’Ins- L’une est un panneau poly- des dizaines de milliers de personnes,
s’applique à des œuvres qui intè- titut d’art contemporain de Vil- chrome de matériaux divers, du avant que le compte ne soit finale-
grent des références sonores non leurbanne (Rhône), évidemment illustrer : un fragment de tronc tesson de bouteille usé par la mer FACE À LA POLÉMIQUE, ment désactivé par son utilisateur,
musicales. Elle peut s’étendre aux intriguant quand il a été annoncé, d’olivier pour l’arbre, la réplique à la disquette informatique dé- dépassé par la situation.
inclusions de sons prélevés dans le a le monde méditerranéen pour d’un crâne de phoque moine suète et au débris de carrelage. De L’ARTISTE A PRÉFÉRÉ Face aux demandes d’explication, le
monde extérieur, collages et mon-
tages. Conçue par le couple Maria
sujet : son passé depuis les temps
les plus reculés, les inventions qui
pour la faune marine. La présen-
tation est d’une sobriété que
loin, on dirait la carte d’un port, et
les allusions aux mosaïques ro-
RETIRER SA VIDÉO musée avait réagi sur le réseau social,
avant de publier, lundi 12, un commu-
Thereza Alves et Jimmie Durham, y ont été faites, son état actuel. l’on suppose délibérée : vitrines et maines et à celles de Gaudi à Bar- DE VOLATILES niqué pour rappeler que l’œuvre était
« The Middle Earth » est une expo- socles éparpillés dans les salles celone fonctionnent efficace- « une allégorie de toutes les violences.
sition à programme et descriptive, Sobriété délibérée blanches et, au bas des murs, les ment. L’autre est un environne- EN FLAMMES Notamment celles qui sont infligées
fondée sur collages et montages. Les sections sont descriptives, noms latins de la flore régionale. ment intitulé Mediterranean Sea : aux animaux, ce qu’il [l’artiste] ne
C’est même le prototype du genre, sous des titres qui rappellent le Les objets archéologiques, à peu des bouteilles en plastique, des cesse de dénoncer dans de nombreuses œuvres et dans ses inter-
avec ses habitudes établies et ses Musée de l’homme d’autrefois et d’exceptions près, sont d’une déchets imputrescibles, des fil- views ». En insistant sur l’innocuité du gel inflammable utilisé
limites, ici flagrantes. celui des arts et traditions popu- grande banalité, sans doute là tres de cigarette, des cotons-tiges, dans la vidéo, réalisée « avec une équipe de techniciens créateurs
Les deux artistes sont connus laires, disparu du bois de Boulo- encore pour éviter tout specta- tout ce qui est chaque jour jeté à d’effets spéciaux pour le cinéma ». Et en soulignant la question du
de longue date pour leurs inter- gne en 2005. Elles s’appellent « Si- culaire. Mais, à pousser la sobriété la mer. Et, au centre, un baril plein montage : « Pour éviter toute souffrance », les poulets n’ont été
ventions critiques. Maria Thereza lex » – quelques silex taillés ra- à ce point, on court le risque d’eau. Cette brutalité ironique soumis à cet « effet de flamme que pendant trois secondes, [qui]
Alves, née au Brésil en 1961, s’est massés en Egypte par Durham –, d’ennuyer. C’est le péril du genre : rompt avec la tonalité générale et ont été ensuite montées en boucle dans un dispositif sonore et vi-
engagée à partir de 1979 en faveur « Plantes » – une collection de s’en tenir à une suite de docu- rappelle cette évidence : une suel qui en accentue la dramatisation ».
des droits des peuples autochto- plantes méditerranéennes en ments et de vestiges qui ont une œuvre d’art n’est pas qu’une idée Rien n’y a fait, le scandale n’a cessé de se propager. « Toute une
nes, bafoués par l’Etat et les entre- pots – ou « Ecriture » – des sceaux- fonction essentiellement mné- ou un sentiment, si bons soient- série de discussions nous ont amenés à nous demander, avec Adel
prises. Elle a participé à la fon- cylindres de Mésopotamie prêtés motechnique et symbolique. Ils ils. C’est une forme, qui doit inté- Abdessemed, comment se mesurer aux réseaux sociaux. Malgré le
dation du Parti vert au Brésil et par le Musée des beaux-arts de font penser à. C’est peu. resser pour être efficace. p dialogue, notamment avec des représentants de la cause animale,
adhéré ensuite au Parti des tra- Lyon. Il y a aussi une salle consa- C’est trop peu, d’autant que cet philippe dagen nous n’avons pu faire comprendre la distinction entre les images,
vailleurs. Ses participations à des crée au murex et la fabrication de exposé d’ambition encyclopédi- une œuvre d’art et les conditions de création », confie au Monde
biennales et des triennales ou à la la pourpre, une autre à la couleur que est étrangement privé des The Middle Earth, Institut Thierry Raspail, le directeur du MAC Lyon, dans la foulée d’une
Documenta de Kassel se placent bleu, une troisième au fer. Cha- chapitres historiques qui rappel- d’art contemporain, décision de l’artiste qu’il juge « sage » malgré tout. « Adel a tou-
sous le signe de l’observation et cune est didactique et métonymi- leraient empires, guerres de reli- 11, rue Docteur-Dolard, jours combattu toutes les formes de violence, et pour une vidéo qui
de la dénonciation de conflits po- que. Didactique parce que textes gion – les monothéismes sont à 69100 Villeurbanne. porte tous les charniers du monde, réalisée avec des trucages, c’est
litiques, écologiques, économi- explicatifs et photocopies de peine mentionnés – et guerres Tél. : 04-78-03-47-00. Du mercredi l’indignation générale ? Avec, au passage, des insultes racistes ? »,
ques et sociaux. Jimmie Durham, pages tirées d’ouvrages scientifi- de conquête – à peine une vague au vendredi de 14 heures constate-t-il, dépité. La vidéo va être remplacée par une autre.
né en 1940 aux Etats-Unis, a ques d’il y a un siècle présentent allusion à la colonisation. Célé- à 18 heures, samedi et dimanche Mais un cartel reviendra sur l’œuvre et sa réception, « pour en
d’abord une activité essentielle- le thème. Métonymique parce brer la naissance de l’écriture et de de 13 heures à 19 heures. Entrée : garder la mémoire ». p
ment politique et éditoriale, mili- que quelques objets sont là pour la métallurgie, est-ce vraiment de 4 € à 6 €. Jusqu’au 27 mai. emmanuelle jardonnet
20 | styles 0123
VENDREDI 16 MARS 2018

éric sanceau, « C’EST INCOMPARABLE


éleveur DE TRAVAILLER AVEC DES
VIANDES QUI ONT ÉTÉ

écolo AUSSI BIEN ÉLEVÉES.


DANS L’ASSIETTE, ON
RETROUVE LE VRAI GOÛT
Dans sa ferme près de Rambouillet, DU BON GRAS, LE GRAS
les vaches écoutent de la musique D’HERBE BIEN MATURÉ »
classique et les poules (de luxe) CHRISTOPHE CORNIER
chef de l’auberge de L’Elan
gambadent dans les prés.
Un élevage d’exception qui fait nisant notamment des rencon-
tres entre producteurs, élus lo-
le bonheur des grands chefs caux, cuisiniers, journalistes et
activistes du bien-manger. Il a ré-
cemment été approché par l’or-
ganisme Slow Food, qui défend
GASTRONOMIE ment les grands chefs tant pour
leur saveur que pour leur fi-
une nourriture « bonne, propre et
juste » et s’intéresse à la sauve-

E
n arrivant à la ferme de la nesse : marans, cou nu du Forez, garde et à la réhabilitation de ra-
Petite Hogue, près d’Auf- araucana, la très locale (et quasi ces patrimoniales telles que la
fargis, dans les Yvelines, disparue) poule de Houdan, la fa- poule de Houdan. « Ce que fait
au bout d’un chemin de verolles ou encore la rarissime Eric Sanceau est assez exception-
campagne, ce sont d’abord les ayam cémani, gallinacé noir jus- nel, affirme Juliette Helson, qui
chevaux qu’on aperçoit. De belles qu’aux os, originaire d’Indoné- chapeaute la cellule parisienne
bêtes au poil lustré et au regard sie. « Une poule N38-25, ça m’em- de Slow Food. Il aime les ani-
vif qui caracolent fièrement dans merde, assène-t-il : je suis de sou- maux, et sait se donner les
les manèges, entre les boxes et les che auvergnate, et en Auvergne, moyens de les défendre, mais
prairies. Ancien cavalier profes- on aime le traditionnel, le bien- aussi de valoriser les bonnes prati-
sionnel de niveau international, fait, l’authentique. » ques agricoles, la qualité et la du-
Eric Sanceau s’est installé sur ces rabilité des produits. »
terres, 150 hectares non loin de Auroch, salers et hereford Le dernier cheval de bataille
Rambouillet, depuis près de Rien de plus logique, pour cet d’Eric Sanceau, c’est l’abattage.
trente ans. Après avoir décroché amoureux des animaux qui « Nos vaches sont dorlotées toute
quantité de médailles, subi nom- n’avait pourtant pas, à l’origine, leur vie, mangent bien et gamba-
bre d’accidents et diverses opéra- vocation d’agriculteur, que d’éle- dent dans des prairies magnifi-
tions des genoux, ce grand spor- ver aussi des bovins et des co- ques, puis quand elles quittent la
tif a raccroché les éperons pour se chons aux côtés de ses étalons et maison, c’est la grande inconnue.
consacrer à l’élevage. Une soixan- poules de luxe. Il a acheté ses pre- J’ai beau payer plus cher pour
taine de chevaux, donc, entraînés mières têtes il y a sept ans. « C’est qu’elles aient un transport indivi-
à devenir des champions dans un une décision qui coulait de source, duel et un suivi plus attentif, on ne
cadre idyllique. car on a un vaste territoire idéal sait jamais ce qu’il se passe sur la
« Quand nous nous sommes ins- pour l’élevage, des terres humides route et encore moins dans la bou-
tallés ici, en 1989, c’était une terre et riches, surtout avec tous les ar- cherie, la zone propre de l’abattoir
céréalière dénudée, comme il y en bres et les haies que j’ai replantés », où personne ne peut entrer. »
a majoritairement dans la région, précise-t-il. Les poules d’Eric Sanceau sont de races anciennes, ici une rarissime ayam cémani. Membre de l’Association en fa-
explique-t-il ; c’était une volonté Ecolo dans l’âme, remonté con- ANTONIN LAINÉ/DIVERGENCE POUR « LE MONDE » veur de l’abattage des animaux
de faire revenir la nature partout. tre les absurdités du système dans la dignité, il dénonce les
Au fil du temps, nous avons planté agricole dit « conventionnel », sur une vingtaine de parcelles dif- au mieux pour mes bêtes et pour travaille également avec Eric San- aberrations du système, l’aliéna-
130 000 arbres, 15 kilomètres de Eric Sanceau a développé des pra- férentes, de sorte que l’herbe re- les consommateurs, pour le goût ceau. L’éthique est importante, et tion aux grands groupes agroali-
haies, ramené la vie dans les sols tiques d’élevage hautement ver- pousse pile à la bonne taille, là où comme pour l’environnement. » dans l’assiette, on retrouve le vrai mentaires et à leurs pratiques
et les champs… » Et comme il avait tueuses. En hiver, à l’étable, ses elle est la plus nutritive, soit en En moins d’une décennie, la goût du bon gras, le gras d’herbe opaques. Transparence du pro-
la place, Eric Sanceau a rapide- quelque cent cinquante vaches vingt et un jours. » Eric Sanceau ferme de la Petite Hogue est deve- bien maturé. » Les produits d’Eric cessus, étiquetage de la viande,
ment proposé d’accueillir quel- de races antiques ou rares pratique aussi un pâturage nue aussi exemplaire qu’atypi- Sanceau sont aussi vendus dans réhabilitation du métier de bou-
ques ruches, brebis et vaches (auroch, sommoise, salers, an- mixte, en lâchant dans ses que – voire anticonformiste, un sa « Boutique gourmande », ré- cher-abatteur, créations d’abat-
d’agriculteurs voisins qui man- gus, hereford, parthenaise, etc.) champs, en alternance, chevaux, terme qu’affectionne l’éleveur. cemment inaugurée à la ferme. toirs coopératifs locaux et d’abat-
quaient de terres. L’ancien cava- écoutent de la musique classique vaches, moutons, poules… « Je ne Ses produits d’exception font les toirs mobiles à la ferme sont
lier a également fait l’acquisition et se nourrissent d’un foin somp- cesse d’expérimenter, avoue-t-il. joies de ses amis chefs et connais- L’abattage, un cheval de bataille autant de pistes qu’il aborde
de poules. « Je préfère manger mes tueux, cultivé sur place, sans in- J’ai choisi de démultiplier les races seurs, comme Frédéric Vardon Contrairement à de nombreux pour faire bouger les lignes. Plus
volailles et mes œufs que ceux éle- trant chimique. Dès les premiers de vaches par exemple, parce que du 39V à Paris ou Frédéric Lar- agriculteurs ensevelis sous les que tout, Eric Sanceau espère ins-
vés ailleurs. J’ai vite compris que si rayons de soleil, elles partent je voulais voir celles qui étaient les quemin, au Trianon Palace, à Ver- dettes, Eric Sanceau, qui travaille pirer et inciter de jeunes éleveurs
je voulais de la qualité, il fallait alors paître dehors, selon un sys- plus à même de faire une très sailles. « C’est incomparable de aussi dans l’immobilier, a les passionnés à s’orienter vers des
que je la produise moi-même », tème de « pâturage dynamique bonne viande avec uniquement travailler avec des viandes qui ont moyens de ses ambitions : l’éle- pratiques plus respectueuses,
précise-t-il. tournant ». de l’herbe et du foin, mais aussi été aussi bien élevées, s’enthou- vage d’animaux est pour lui une vertueuses et savoureuses. Et se
Quand il parle qualité, Eric San- « Les vaches changent de pré celles qui s’acclimatent le mieux à siasme Christophe Cornier, chef passion plus qu’un gagne-pain. dit prêt à aider et accompagner
ceau pense notamment races an- tous les jours, en avançant – ton- la région et au territoire. Je prends de l’auberge de L’Elan à La Celle- C’est aussi pour cela qu’il peut se qui voudra. p
ciennes, qui intéressent égale- dant devant, fertilisant derrière – le temps de tester, car je veux faire les-Bordes, dans les Yvelines, qui démener pour la cause, en orga- camille labro

CUISINEZ-MOI | CHRONIQUE PAR CAMILLE LABRO


J’ai passé la nuit à Rungis avec un cuisinier volant

L e texto tombe à 1 h 32 du matin :


« J’arrive sur zone. » Dans les rues de
Paris, pas âme qui vive, à l’exception
d’Antony Cointre, alias « le Cuisinier em-
Paquin, « roi des pâtés croûte » du Repaire
de cartouche. « Rungis, tu mets au moins
un an à prendre tes repères, tu y vas
d’abord avec les copains, puis tu t’émanci-
AU MILIEU DES CAGETTES,
ANTONY COINTRE
table ! »)… Je manque de me faire renverser
par un transpalette lancé au galop dans
l’allée centrale, tandis qu’Antony Cointre
va payer son poisson auprès d’une cais-
d’Ile-de-France. On sort à peine de l’hiver,
les produits sont rares et le froid est pétri-
fiant. On verra quand même de beaux spé-
cimens de choux, betteraves, radis, cres-
ballant », qui m’attend dans sa fourgon- pes. Il y a le pire et le meilleur là-bas, il faut DÉAMBULE EN BRAS sière joviale, qui lui lance : « Salut la Petite son, champignons de Paris… Au milieu des
nette, reggae dans le poste et couette fri- savoir où aller. » Grosse ! » Il m’explique, goguenard, que cagettes, Antony Cointre déambule en bras
sée sur la tête. Nous voilà en route pour le A 2 heures, nous franchissons le péage : DE CHEMISE : c’est le nom de sa société. Ça fait rire les de chemise : « Je n’ai jamais froid, c’est
sud de Paris, direction Rungis. Antony
Cointre, dit aussi « le Gros », rapport à sa
3,60 € avec le passe pro, 15 € en tarif plein.
C’est le ticket d’entrée pour le plus grand
« JE N’AI JAMAIS FROID, gens, c’est ça qui lui plaît. l’avantage du gras ! », s’exclame-t-il en
chargeant ses caisses.
bedaine proéminente, fait le périple cha- marché de produits agricoles au monde C’EST L’AVANTAGE CASSOULET À 3 HEURES DU MATIN Dans le bâtiment bio, les menus de la se-
que semaine, comme quantité d’autres – une ville dans la ville dévolue à l’alimen- Nous arrivons au quartier tripier vers maine se profilent dans la tête du cuisi-
professionnels de la restauration. Pour tation. « A ce prix, tout le monde entre. DU GRAS ! », 3 h 30, où, à part des piles de panses, tout nier : fenouil au vinaigre d’agrumes ; ve-
moi, c’est une première. Mais ça ne garantit pas qu’on puisse ache- est bien trop rangé à mon goût. Je regrette louté de potimarron et sarrasin torréfié ;
J’ai dormi deux heures, il fait un froid ter à l’intérieur. » Derrière la barrière, l’am- S’EXCLAME-T-IL de ne pas pouvoir déambuler au milieu onglet de veau sauce césar ; embeurrée de
noir, j’ai les yeux qui tombent. Mais An- biance change. « Ici, il n’y a plus de règles ! », EN CHARGEANT des carcasses, mais Antony Cointre me fait chou de Pontoise, crumble de poires… Sans
tony Cointre sait me tenir éveillée pen- rigole mon guide à couette. Le trafic est miroiter un café bien chaud. C’est la oublier le plateau de fromages, sélection-
dant le trajet. Il raconte ses truculentes ac- chaotique, les camions roulent à gauche SES CAISSES meilleure idée qui soit. Nous filons au nés chez Gratiot affineur, « le meilleur ».
tivités de chef volant, d’ancien comédien en klaxonnant à gogo. Je m’accroche à la comptoir de la brasserie Saint-Hubert, Nous chargeons des tonnes d’œufs frais
fan de vins naturels qui cuisine désor- boîte à gants jusqu’à notre premier arrêt, à « ouverte de minuit à 15 heures ». Ici, les (pour des amis chefs), et avalons un der-
mais, entre autres, pour des tournages de la Marée. Dans l’immense bâtiment, c’est gens vivent décidément à l’envers. Cer- nier café avant de reprendre la route.
film. Cette semaine, c’est l’équipe d’ac- plutôt une marée de polystyrène qui nous tains s’enfournent cassoulet et ballons de « Rungis, c’est violent, hein ? », s’excuse pres-
teurs-danseurs du réalisateur Gaspar Noé fait face, régulations sanitaires obligent. Il rouge, tandis que d’autres trempent leurs que le cuistot, tout en mangeant du saint-
qu’il doit sustenter : « Des transsexuels et faut mettre le nez dans les boîtes blanches baguettes dans des tasses de café au lait, à marcellin au volant. Il est 7 heures, Paris
transgenres qui font du voguing, comme pour découvrir des barbues, carrelets, une heure où Paris dort à poings fermés. s’éveille. Antony Cointre part jongler aux
Madonna quoi, tu vois le genre ? » Il décrit grondins, daurades, encornets, ailes de Après quelques emplettes au département fourneaux. Je vais me coucher. p
ses débuts à Rungis avec Pinuche, figure raie, maquereaux de toute fraîcheur, gros avicole, direction le Carreau des produc-
pinardière du Baratin à Paris, et Rodolphe bulots, filets de bar à 10 € le kilo (« imbat- teurs, où se retrouvent les maraîchers Antony-cointre.com
0123
VENDREDI 16 MARS 2018 télévision | 21
Horde de robots dans le Far West VOTRE
SOIRÉE
Dans «Westword», les visiteurs d’un parc d’attractions peuvent revivre la conquête de l’Ouest, avec des figurants androïdes TÉLÉ

CANAL+ SÉRIES histoire qui leur raconte qui ils


VENDREDI 16 – 20 H 55 sont. Ça, ils le savent déjà. Ils sont VE ND RED I 16 MA RS
SÉRIE là parce qu’ils veulent entrevoir ce
qu’ils pourraient être. » TF1

Q
ue produiriez-vous si 21.00 Koh-Lanta,
vous n’aviez pour Rendre le spectateur conscient le combat des héros
seule limite que vo- A la manière brechtienne, Wes- Divertissement présenté par
tre imagination ? Une tworld casse ainsi constamment Denis Brogniart.
question que se pose le quatrième mur entre scène et 23.40 Vendredi, tout est permis
tout scénariste avant de se lancer public, rendant le spectateur avec Arthur
dans l’écriture d’une série. Une conscient, à chaque viol ou mas- Divertissement présenté
question qui s’impose aussi aux sacre, de l’overdose à laquelle il se par Arthur.
visiteurs du parc Westworld, dé- soumet passivement dans nom-
barqués du train qui les transporte bre de séries (notamment dans la France 2
dans un Ouest « sauvage » de la fin série Game of Thrones, produite 21.00 Caïn
du XIXe siècle parfaitement re- par HBO comme Westworld) et Série. Avec Bruno Debrandt,
constitué (à l’image des westerns critique. Ce qui, et l’exploit est là, Julie Delarme (Fr., saison 6, ép. 1
d’Hollywood), et peuplé d’huma- n’empêche pas de s’attacher à et 2/10 ; S4, ép. 5 et 6/10).
noïdes à leur entière disposition. l’histoire des androïdes, parce
Sachant tout de même que, qu’ils vont connaître le doute, France 3
comme dans toute fiction, la mort évoluent et aspirent à une forme 20.55 La Famille,
ici n’est jamais réelle. Ni pour les de liberté, contrairement à leurs ça me fait bien rire !
mâles venus à Westworld jouer invités, dans les seuls quatre épi- Documentaire de Mireille Dumas
les cow-boys, car ces visiteurs sodes que nous avons pu voir. et Alain Chauffour (Fr., 2018,
sont des clients que l’on compte Un conseil : ne pas délaisser 120 min).
bien voir revenir (les balles qu’ils Dr Robert Ford (Anthony Hopkins) et ses créatures. HBO Westworld au vu du premier épi- 22.55 La Vie secrète
reçoivent ne les blessent aucu- sode, qui agit en trompe-l’œil. On des chansons
nement), ni pour les humanoïdes est sans doute là face à une grande Documentaire de Chloé Chovin
(programmés pour paraître aussi exotique, sont la création d’un tionnements chez ses personna- lui proposer, pour la saison sui- série. Qui ouvre une ère, à la fois (Fr., 2018, 55 min).
vrais que des humains), puisque chercheur-showrunner, Robert ges, puisque l’étoffe des rêves se vante, une nouvelle approche de fiction et réflexion sur la création
même égorgés, saignés à blanc ou Ford (Anthony Hopkins), qui vit tisse de souvenirs… la fiction que livre le parc. A ce scé- de fictions. Une métasérie. p Canal+
scalpés, ils seront vite récupérés dans un laboratoire situé sous le Qui plus est, enrichir les androï- nariste sûr de lui, qui estime que martine delahaye 21.00 Les Gardiens
par le personnel du parc. Puis re- parc. Non content d’avoir imaginé des de plus d’humanité suppose chaque invité attend de se décou- de la galaxie vol. 2
mis en état et vidés de toute mé- et encodé des centaines de per- une vision de ce qui rend un per- vrir lui-même à travers son expé- Westworld, série créée par Film de science-fiction de James
moire avant de reprendre place sonnages différents, il souhaite sonnage attachant, et son histoire rience dans le parc, Robert Ford Lisa Joy et Jonathan Nolan. Gunn. Avec Chris Pratt, Zoe Saldana
dans la vie de ce western virtuel. maintenant les amener à un stade intrigante pour le public. Or, le oppose un non catégorique : Avec Evan Rachel Wood, Jeffrey (Fr., 2017, 140 min).
Ces « hôtes » humanoïdes, qui, supérieur de sophistication : leur chercheur-créateur de Westworld « L’idée, ce n’est pas de donner aux Wright, Sidse Babett Knudsen, 23.15 La La Land
chaque jour, accueillent des invi- permettre de rêver. Un projet faus- n’en a pas la même perception gens ce que vous croyez qu’ils veu- Anthony Hopkins (EU, 2016, Comédie musicale de Damien
tés venus vivre une expérience tien qui va entraîner des dysfonc- que son scénariste en chef, censé lent. Ils ne viennent pas pour une 70 min, puis 9 × 45 min). Chazelle. Avec Ryan Gosling,
Emma Stone (EU, 2016, 120 min).

France 5
20.55 La Maison France 5

Ginger Baker, l’art de frapper juste Magazine présenté


par Stéphane Thebaut.
22.20 Silence, ça pousse !
Portrait du brillant et explosif batteur, dont le caractère et la vie ont dépassé tous les repères de la raison Magazine présenté par
Stéphane Marie et Carole Tolila.

Arte
ARTE rado, à Hawaï, en Jamaïque, en Ita- polo, avec les femmes, en s’enfi- D’Eric Clapton à Carlos Santana en 1972), Art Blakey (1919-1990) et 20.55 La Mort en héritage
VENDREDI 16 – 23 HEURES lie, au Nigeria, en Afrique du Sud. lant des substances illicites), passant par Charlie Watts, Nick Elvin Jones (1927-2004). Des types Téléfilm de Nikolaus Leytner.
DOCUMENTAIRE Il a joué avec les plus grands, s’est dès que l’occasion se présente. Mason ou Stewart Copeland, pour qui, baguettes en main, ont élevé la Avec Josef Hader, Maria Hofstätter
fâché avec tout le monde ou pres- Les archives filmées des années ne citer que les plus célèbres, tous batterie au rang d’un art. Filmé (Aut., 2015, 90 min).

L e destin de Ginger Baker, né


en Angleterre en 1939 et
vedette de ce passionnant
documentaire, dépasse tout ce
que l’on peut imaginer. Musicien
que, s’est pris de passion pour le
polo et n’a jamais abandonné la
batterie jusqu’à ce que des problè-
mes cardiaques lui interdisent,
en 2016, de rejouer sur scène.
1960 et 1970 dénichées par le réali-
sateur Jay Bulger montrent un
grand rouquin au visage émacié
et au regard fou. Elles font enten-
dre aussi un batteur d’une puis-
évoquent un personnage dont les
traits et la vie dépassent l’enten-
dement. Et un batteur aussi à
l’aise avec un orchestre de jazz
qu’avec un groupe de rock.
en 2012 dans son repaire sud-afri-
cain, Baker n’a rien perdu de son
humour, de ses colères, de ses an-
goisses. Il parle de sa vie chaotique
et douloureuse, de la musique,
22.25 Personne ne bouge !
Magazine présenté par
Philippe Collin et Frédéric Bonnaud.

M6
génial, caractériel notoire, héroï- sance et d’une aisance rythmique « Doux Jésus, Ginger joue comme d’argent, de drogues, de femmes, 21.00 MacGyver
nomane impénitent, l’ancien bat- Visage émacié et regard fou inouïes. Les nombreux témoigna- un nègre », s’est exclamé un jour le de chevaux. Une belle vie. p Série. Avec Lucas Till, George Eads
teur mythique de Cream, Blind Orphelin de père à 4 ans, sa vie ges de partenaires musiciens ou mythique Max Roach (1924-2007). alain constant (EU, 2017, S2, ép. 1 et 2/23 ; S1, .
Faith ou de Fela Kuti n’a jamais pu semble placée sous le signe de de proches (ex-épouses, enfants) Le plus beau compliment que Gin- 10/21).
tenir en place. Riche puis ruiné à l’insécurité permanente. Et de la parlent de Ginger Baker avec, se- ger Baker pouvait recevoir de la Ginger Baker, batteur 23.35 NCIS : Los Angeles
plusieurs reprises, il a vécu en nécessité de prendre du plaisir lon les cas, admiration, tendresse, part d’une de ses quatre idoles, inconditionnel, de Jay Bulger Série. Avec Chris O’Donnell, LL Cool J
Angleterre, en Californie, au Colo- (derrière sa batterie, en jouant au effroi, tristesse ou mélancolie. les autres étant Phil Seamen (1926- (Etats-Unis, 2012, 90 min). (EU, 2010, S2, ép. 2 à 4/24).

0123 est édité par la Société éditrice


SUDOKU
HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société : 99 ans à
compter du 15 décembre 2000.
I. Bon ramassage et bon emballage. Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 18 - 064
PAR PHILIPPE DUPUIS
II. Reine et grande amoureuse inspi- N°18-064 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Rédaction 80, boulevard Auguste-Blanqui,
ratrice de Dumas. Déboîtée. III. Cou- 75707 Paris Cedex 13 Tél. : 01-57-28-20-00
leurs de terre et de tabac. Réfléchit 1 9 4 3 7 6 5 2 8
Abonnements par téléphone : de France 3289
8 5 6 2 9 1 4 7 3 (Service 0,30 ¤/min + prix appel) ; de l’étranger :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 avant de passer à l’action. IV. A déjà
2 7 3 5 4 8 9 6 1 (33) 1-76-26-32-89 ; par courrier électronique :
I
un long parcours derrière elle. 6 8 9 1 5 7 3 4 6 8 2 abojournalpapier@lemonde.fr.
Affiche les couleurs sur le chapeau. 3 8 7 9 6 2 1 5 4 Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
II V. Manœuvraient finement. Cheval 4 6 7 9 6 4 2 1 8 5 3 9 7 Courrier des lecteurs
blog : http://mediateur.blog.lemonde.fr/ ;
7 6 9 8 1 3 2 4 5
de la Manche ou antilope africaine. 4 2 1 6 5 7 8 3 9 Par courrier électronique :
III
VI. Dieu rayonnant. Point de départ.
1 7 5 3 8 4 2 9 7 1 6 courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
Médiateur : mediateur@lemonde.fr
IV
Participe au classement. VII. Le neu- 4 2 Difficile Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
vième fait des bulles. Lettres d’em- Finances : http://finance.lemonde.fr ;
Complétez toute la
V bauche. Personnel. Mises en berne. 6 1 5 grille avec des chiffres
Emploi : www.talents.fr/
Immobilier : http://immo.lemonde.fr
VIII. Belles sorties. Pour aménager allant de 1 à 9. Documentation : http ://archives.lemonde.fr
VI villes et villages. IX. Une étoile pour
3 2 9 Chaque chiffre ne doit Collection : Le Monde sur CD-ROM :
être utilisé qu’une CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
VII
Le Monde. Enrichissent les banquiers. 8 5 1 2 seule fois par ligne, Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
X. De Mobile ou de Montpelier. par colonne et par La reproduction de tout article est interdite
VIII VERTICALEMENT
4 1 8 9 3 carré de neuf cases. sans l’accord de l’administration. Commission
Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget) paritaire des publications et agences de presse
1. Gêné aux entournures. 2. Ferait n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
IX
preuve de mépris et d’insolence.
X 3. Tragiques débordements. Manifes-
ta sa force. 4. Victime expiatoire. Dé-
fait et refait chaque jour. 5. En mer Présidente :
Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
SOLUTION DE LA GRILLE N° 18 - 063 Egée dans les Cyclades. Bien compris.
80, bd Auguste-Blanqui,
6. Bout de strapontin. Démonstratif. 75707 PARIS CEDEX 13
HORIZONTALEMENT I. Argumentaire. II. Meunerie. Cab. III. Ota. Rivalisa. Pour l’avoir vu, en suivant de. 7. A sai-
Tél : 01-57-28-39-00
Fax : 01-57-28-39-26
IV. Urne. Nemo. Eh. V. Raout. Si. VI. EV. Tabelle. VII. Ter. Nounours. sir quand il est en or. 8. Fis passer L’Imprimerie, 79 rue de Roissy,
VIII. Trot. US. Usée. IX. Essartés. Sin. X. Saisissement. charge et décharge. 9. Perdit son 93290 Tremblay-en-France
Toulouse (Occitane Imprimerie)
VERTICALEMENT 1. Amourettes. 2. Retraversa. 3. Guano. Rosi. 4. Un. Eut.
temps. En péril. La Terre. 10. Pratique. Montpellier (« Midi Libre »)
Porteur de cônes. 11. Négation. Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
Tas. 5. Mer. Tan. Ri. 6. Erin. Bouts. 7. Niveleuses. 8. Team. Ln. SE. 9. Lou- Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
Quand la répétition est une erreur. durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
lou. 10. Ici. Eusse. 11. Rasés. Rein. 12. Ebahissent.
12. Est certainement belle, elle aussi. Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier
22 | débats & analyses 0123
VENDREDI 16 MARS 2018

| Rejoindre les étoiles


CARTE BLANCHE – SERGUEI
Le Parlement au cœur
de la participation
citoyenne
Plus de cent députés de La République
en marche souhaitent que la révision
de la Constitution fasse de la participation
citoyenne une mission parlementaire
inscrite dans la Loi fondamentale

Collectif Aujourd’hui, de nombreuses


initiatives encourageantes émer-
gent au sein du Parlement : l’orga-

L a dernière campagne prési-


dentielle a été le témoin
d’une volonté de renouve-
ler profondément notre démo-
cratie. Que ce soit pour identifier
nisation d’ateliers citoyens pour
participer à l’élaboration de pro-
jets de loi, le lancement d’un « Ci-
vic Bus » arpentant le territoire, la
réalisation de consultations sur
les préoccupations des Français, des missions d’information, le
rédiger des éléments de pro- développement d’une plate-
gramme ou encore interagir di- forme recueillant des questions
rectement avec les citoyens, des citoyennes écrites au gouverne-
méthodes audacieuses sont ve- ment. Ce sont des premiers
nues modifier notre façon de exemples à amplifier. C’est bien
faire la politique. en multipliant ces initiatives que
Les partis et les mouvements nous pourrons donner un an-
ont alors responsabilisé le ci- crage durable et pérenne à la par-
toyen : véritable acteur du débat ticipation citoyenne.
démocratique, il a été écouté,
consulté, mais il a aussi proposé, FACILITATEURS

Réforme constitutionnelle : amendé, modifié, corrigé. Ce rôle


qu’il a joué en période électorale
doit pouvoir se prolonger au sein
de nos institutions et dans l’en-
C’est pourquoi nous proposons
que favoriser la participation ci-
toyenne devienne une mission
parlementaire de valeur constitu-

pour un mode de scrutin moderne semble de la vie politique.


Conscient de ces profondes
mutations, le président de la Ré-
publique a annoncé vouloir révi-
tionnelle. Celle-ci pourrait venir
compléter les missions énumé-
rées à l’article 24 de la Constitu-
tion (voter la loi, contrôler l’ac-
ser notre Constitution. Nous tion du gouvernement et évaluer
La France devrait enfin dépasser l’alternative réductrice des sièges bien meilleure que le scrutin uni- nous félicitons de ce choix qui les politiques publiques).
entre scrutin majoritaire et scrutin proportionnel nominal majoritaire à deux tours français. ouvre la porte à l’importante re- En tant qu’élu dans une circons-
Ce dernier produit d’ailleurs un niveau de fonte pour laquelle les Français cription et représentant de l’en-
afin de rapprocher les électeurs de leurs représentants, disproportionnalité entre les voix et les siè- nous ont élus. semble de la nation, le parlemen-
plaident plusieurs chercheurs en sciences politiques ges inégalé, aujourd’hui, dans les pays démo- Face à ce rendez-vous tant at- taire a la faculté d’essaimer dans
cratiques. Dans le mode de scrutin irlandais, tendu, nous ne pouvons nous un territoire donné les outils né-
le niveau de proportionnalité est ajustable, à permettre de décevoir. La partici- cessaires à une meilleure com-
la baisse ou à la hausse, en fonction du nom- pation citoyenne doit conserver préhension des enjeux politiques
Collectif parti. Plusieurs modes de scrutin, actuelle- bre (respectivement faible ou élevé) de sièges cette place particulière acquise et devenir ainsi un facilitateur.
ment en vigueur dans d’autres pays, don- à pourvoir dans une circonscription. Enfin, il lors de la campagne présiden- Cette nouvelle proximité doit
nent aux citoyens une liberté de choix parmi n’est pas anecdotique de noter que le mode tielle. Le président de la Républi- permettre une communication

L e projet de transformation de la France


impulsé par le président de la Républi-
que va, sous peu, s’appliquer aux insti-
tutions politiques. La réforme du mode de
scrutin législatif en est une des cibles princi-
les candidats d’un même parti ou parmi les
candidats de différents partis. En outre, l’hé-
ritage intellectuel de Condorcet ou de Borda
est encore bien vivant en France, où les pro-
positions de vote « par assentiment » ou sur
de scrutin législatif irlandais peut s’appliquer
dans des circonscriptions élisant un ou plu-
sieurs candidats, garantissant donc une ho-
mogénéité des règles quels que soient les ter-
ritoires mais aussi les élus.
que l’a bien souligné lors de son
discours prononcé devant le Par-
lement réuni en Congrès le
3 juillet 2017 en énonçant que la
« représentativité (…) ne vivrait pas
directe entre les citoyens et les
parlementaires, et donc une
meilleure compréhension tant
des préoccupations des uns que
des actions des autres. Les parle-
pales. Le président de l’Assemblée nationale le « jugement majoritaire » ne manquent pas. Par conséquent, pour faire face à la crise de seulement une fois tous les cinq mentaires pourraient ainsi
soutient la proposition incluse dans le pro- La possibilité de choisir et d’exprimer des la représentation, et au-delà du niveau de ans, mais au quotidien dans l’ac- devenir les vecteurs de la réconci-
gramme du candidat Emmanuel Macron préférences sur les candidats est-elle un dé- proportionnalité associé aux différents mo- tion du législateur ». liation entre citoyens et représen-
d’un mode de scrutin mixte avec la majeure tail négligeable ? Probablement pas, dans un des de scrutin, plusieurs autres dimensions Le gouvernement s’apprête en tants politiques.
partie des députés élus au scrutin majoritaire pays qui souffre depuis de longues années des systèmes électoraux devraient être prises effet à présenter de nombreuses Nous allons, dans les prochai-
et la partie résiduelle au scrutin proportion- d’une crise de la représentation. Aujourd’hui, en compte dans le processus d’élaboration de propositions permettant de po- nes semaines, travailler sur ce su-
nel. Les détails du nouveau système électoral les partis politiques français suscitent la plus la réforme du mode de scrutin législatif. Le ser les jalons d’une vie démocra- jet et évaluer de nombreuses
ne sont pas encore connus, en particulier le forte défiance de nos concitoyens. Seuls 9 % chantier étant ouvert, ne laissons pas passer tique plus dynamique : limitation autres propositions similaires.
pourcentage de futurs députés élus à la pro- des répondants du baromètre de la confiance la chance de le rénover en profondeur en pas- du cumul des mandats dans le Nous espérons pouvoir recueillir
portionnelle. Néanmoins, il semble qu’une Cevipof publié en janvier ont confiance dans sant outre les conservatismes et en faisant temps, diminution du nombre de un soutien au-delà des clivages
fois encore, le débat se cantonne à l’alterna- les partis politiques. N’est-ce pas paradoxal tomber nos œillères nationales ! N’infantili- parlementaires, amélioration de politiques sur des questions aussi
tive classique, depuis le début de la Ve Répu- d’accorder institutionnellement le mono- sons pas les Français ! Une solution qui ne l’efficacité du travail parlemen- centrales que la vitalité de notre
blique, entre scrutin majoritaire et scrutin pole du choix des représentants aux partis consisterait qu’à ajouter une faible représen- taire, suppression de la Cour de vie démocratique. p
proportionnel. politiques, alors que leur légitimité même est tation proportionnelle, dans une Assemblée justice de la République…
Cette alternative demeure réductrice et peu très fortement contestée ? N’est-ce pas incon- par ailleurs aux effectifs réduits, ne repré- La participation citoyenne doit
innovante tant au regard des acquis de la gru qu’un président, élu en se présentant sente guère mieux qu’un cautère sur une trouver sa place dans cette liste.
science politique sur les systèmes électoraux hors des partis traditionnels, perpétue ce jambe de bois. Si les citoyens d’autres pays Retisser entièrement et durable-
que des expériences démocratiques de par le même monopole ? réussissent à utiliser des systèmes électo- ment le lien entre élus et citoyens ¶
monde. Tel qu’il est présenté, le nouveau raux différents de ceux dont nous avons l’ha- ne pourra se faire sans cette com- Paula Forteza, députée LRM
mode de scrutin législatif n’illustre ni la vo- PASSER OUTRE LES CONSERVATISMES bitude, il n’y a pas de raison que nos conci- posante incontournable de la dé- des Français établis hors de France
lonté proclamée par l’exécutif de sortir du Très souvent, en France, une des critiques à toyens ne puissent le faire également. p mocratie représentative. (2e circonscription) ; Matthieu
carcan idéologique franco-français de l’an- l’encontre de la représentation proportion- La révision constitutionnelle de Orphelin, député LRM du Maine-
cien monde, ni une analyse renouvelée et nelle porte sur la faiblesse du lien entre les 2008 avait tenté une première et-Loire (1re circonscription) ;
pertinente des dimensions et effets des mo- élus et les citoyens. Le scrutin de liste, qui ¶ approche en proposant un réfé- Pacôme Rupin, député LRM
des de scrutin dans notre système politique. plus est dans des grandes circonscriptions, Sylvain Brouard, directeur de recherche, rendum d’initiative partagé. Les de Paris (7e circonscription) ;
Si les effets en termes de proportionnalité éloigne les représentants des représentés. Cevipof et Liepp, Sciences Po ; Olivier Costa, assemblées détiennent elles aussi Delphine O, députée LRM
des deux modes de scrutin diffèrent, ils par- C’est le cas pour le scrutin européen dans sa directeur de recherche CNRS, Centre Emile la faculté de mettre en œuvre un de Paris (16e circonscription) ;
tagent un trait commun dans leur déclinai- forme actuelle (circonscription interrégio- Durkheim, Sciences Po Bordeaux ; Martial droit de pétition. Toutefois, ces Roland Lescure, député LRM
son française : le citoyen n’a de liberté de nale) ainsi que dans ses formes passées et fu- Foucault, professeur de sciences politiques mécanismes ne sont pas suivis des Français établis hors de France
choix ni parmi les candidats d’un parti ni en- tures (circonscription nationale). Néan- et directeur du Cevipof, Sciences Po ; Abel d’effet, que ce soit par mécon- (1re circonscription).
tre les candidats de différents partis. Si le ci- moins, là encore, pour peu que l’on s’en François, professeur d’économie, université naissance ou en raison de la com- La liste complète des signataires
toyen choisit de voter pour un parti, il doit ac- donne la peine, il existe des modes de scrutin de Lille ; Isabelle Guinaudeau, chargée plexité de leur mise en œuvre. sur Lemonde.fr.
cepter le (ou les) rang(s) des différent(s) can- qui permettent un lien de proximité plus fort de recherche CNRS, Centre Emile Durkheim,
didat(s) de ce parti. Il peut aussi, bien sûr, entre les représentants et les représentés, Sciences Po Bordeaux ; Emiliano Grossman,
choisir un autre candidat ou une autre liste tout en gardant un effet proportionnel. professeur de sciences politiques, CEE et Liepp,
de candidats, mais n’appartenant pas à ce Enfin, voter ne signifie pas toujours et par- Sciences Po ; Eric Kerrouche, directeur
tout choisir un seul candidat ou une seule de recherche CNRS, Centre Emile Durkheim,
liste. Les électeurs peuvent aussi, dans cer- Sciences Po Bordeaux ; Patrick Le Bihan,
ACTUELLEMENT, tains systèmes, signaler autant de préféren-
ces que de sièges à pourvoir dans une cir-
professeur de sciences politiques, Cevipof
et Liepp, Sciences Po ; Raul Magni-Berton,
LE CITOYEN conscription. Dans d’autres, comme dans le professeur de sciences politiques, Pacte,
vote alternatif employé en Australie depuis Sciences Po Grenoble ; Jean-François Laslier,
N’A DE LIBERTÉ 1918, les électeurs expriment des préférences directeur de recherche CNRS, Ecole d’économie
DE CHOIX NI PARMI sur tous les candidats en les classant.
Des systèmes en vigueur dans d’autres dé-
de Paris ; Simon Persico, professeur
de sciences politiques, Pacte, Sciences Po
À LIRE SUR LE MÊME SUJET
SUR LEMONDE.FR/IDEES
« Diminuer le nombre
de parlementaires, c’est affaiblir
LES CANDIDATS mocraties, comme, notamment, le vote uni- Grenoble ; Vincent Pons, professeur la représentation du peuple
que transférable, utilisé en particulier en d’économie, Harvard Business School ; Olivier « Inscrire la protection par ses élus », par le sénateur
D’UN PARTI Irlande pour les élections législatives depuis Rozenberg, professeur de sciences politiques, du climat dans la Constitution socialiste André Vallini.
1922, présentent les caractéristiques atten-
NI ENTRE dues : une liberté de choix accrue parmi les
CEE et Liepp, Sciences Po ; Nicolas Sauger,
professeur de sciences politiques, CDSP, CEE
ne suffit pas »,
par un collectif de juristes « Constitution : après 60 ans,
LES CANDIDATS DE candidats au sein et entre les partis, un lien et Liepp, Sciences Po ; Tinette Schnatterer, et de scientifiques mené déjà le quatrième âge »,
de proximité entre élus et électeurs, ainsi chargée de recherche CNRS, Centre Emile par le philosophe par le constitutionnaliste
DIFFÉRENTS PARTIS qu’une proportionnalité de la répartition Durkheim, Sciences Po Bordeaux Dominique Bourg. Olivier Rouquan.
0123
VENDREDI 16 MARS 2018 disparitions & carnet | 23

Oskar Gröning
Philippe, Guillaume et Geoffroy La famille Serre
Genestier,
son compagnon et ses enfants, a la profonde douleur de faire part du décès
Irène et Jean Mattei, Ses anciens camarades du PSU
de
ses parents,

Comptable d’Auschwitz Pierre-Olivier et Thibault Mattei,


ses frères,

ont la douleur de faire part du décès de


M. Yves SERRE,

survenu le dimanche 11 mars 2018,


saluent la mémoire de

Guy PHILIPPON,
à l’âge de quatre-vingt-quatre ans.
Marie-Flore MATTEI, décédé le 11 mars 2018.
La cérémonie des obsèques aura lieu
survenu le 10 mars 2018, à Paris. Les Amis de Tribune Socialiste,
dans l’intimité familiale, le vendredi
40, rue de Malte,
Ses obsèques auront lieu le 16 mars, 16 mars, à 11 h 30, au cimetière du Père-
75011 Paris.
à 10 heures, au funérarium de Montreuil Lachaise, Paris 20e.
(Seine-Saint-Denis).
La famille remercie par avance toutes
Jutta Pandazopoulos, les personnes qui prendront part à sa
peine. Conférence
son épouse, « Fukuzawa Yukichi à Paris en 1862 »
Isabelle Androniki Pandazopoulos
et Antoine Lacomblez, L’Union Nationale
sa ille et son beau-ils, jeudi 22 mars 2018, à 18 heures,
des Professions Libérales
Alexandre et Norah Pandazopoulos, avec Mme Shoko Yamaguchi,
(UNAPL)
son ils et sa belle-ille, journaliste,
Catherine et Louis Lancien, sur réservation, dans la limite des places
sa sœur et son beau-frère, a la douleur de faire part de la disparition,
disponibles, au 01 44 39 30 40
Helga et Baren Moitra, le 11 mars 2018, de
ou siegeparis@ffjs.org
sa belle-sœur et son beau-frère,
Fondation Franco-Japonaise Sasakawa,
Elisa, Tristan, Clara et Vicki, Alain TINAYRE,
ses petits-enfants, 27, rue du Cherche-Midi,
avocat honoraire à la cour de Paris,
Arthur Lacomblez, 75006 Paris.
ancien membre du Conseil de l’Ordre,
Gilles, Yann
commandeur
et leurs épouses, Oliver et Stefan,
ses neveux, de la Légion d’honneur,
Heloisa Castellanos,
sa compagne, Alexis, Elena, Ambroise et Théophile,
Laura et Mateo, ses petits-neveux, fondateur et président d’honneur
ses enfants, de l’Union Nationale des
Catherine, ont la tristesse de faire part du décès de Professions Libérales (UNAPL),
sa belle-ille, président d’honneur
Lucas, Jules, Lou, Nayeli et Diego, Constant PANDAZOPOULOS, de la Confédération nationale
ses petits-enfants, collectionneur-historien,
des avocats (CNA), DEMOCRATIE ET NUMERIQUE
auteur
de Vatam Vatanim, ma patrie Uçak, fondateur et ancien président
ont la tristesse de faire part du décès de La 4e édition de l’Université de la paix
du Conseil européen
des professions libérales (CEPLIS), se tiendra à la Cité internationale
Eduardo Raul COLOMBO, survenu le 12 mars 2018,
universitaire de Paris
militant anarchiste, dans sa quatre-vingt-neuvième année. fondateur et président d’honneur
du 19 au 24 mars 2018 sur le thème
En avril 2015. JULIAN STRATENSCHULTE/AP médecin, psychanalyste, de l’Union Mondiale « Démocratie et numérique :
Une cérémonie religieuse aura lieu des Professions Libérales (UMPL). enjeux et menaces ».
né à Quilmes (Argentine) en 1929, le lundi 19 mars, à 15 h 30, en l’église
mort à Paris, le 13 mars 2018. orthodoxe de Sartrouville, 100, avenue
Ses obsèques ont lieu ce jeudi 15 mars, La révolution numérique
Maurice Berteaux, suivie de l’inhumation,
à 15 heures, en l’église Saint-Germain est-elle une menace pour la
Une cérémonie réunira sa famille au cimetière de Sartrouville, 120, rue

I
de Saint-Prix (Val-d’Oise), 4, rue de la démocratie, la paix, les libertés
et ses amis au crématorium du cimetière Voltaire.
l y a dix ans, Oskar Gröning 10 JUIN 1921 Naissance Croix-Saint-Jacques. publiques ou la liberté des médias ?
du Père-Lachaise, Paris 20e, lundi 19 mars, Quels sont les déis soulevés par
n’aurait sans doute pas eu sa à Nienburg (Allemagne)
à 16 heures. Les mathématiciens d’Orsay l’intelligence artiicielle,
nécrologie dans les jour- 1942-1944 Sous-officier SS UNAPL, le transhumanisme et la robotique ?
naux. La justice allemande affecté à l’administration ont la tristesse de faire part du décès, 46, boulevard de Quel impact des fake news
Mme Ilfat Fontaine,
en aura décidé autrement. Mort du camp d’Auschwitz son épouse, le 10 mars 2018, de la Tour Maubourg, sur nos démocraties ?
lundi 12 mars à l’âge de 96 ans, cet 2015 Condamnation à Nadia, Marc, Florence, Corinne, 75007 Paris. Quel rôle pour les lanceurs d’alerte ?
ancien SS doit en effet sa noto- quatre ans de prison pour ses enfants, Michel RAYNAUD, La blockchain et les cryptomonnaies
Priya, Tara, Kiara, Vijay, Tej, Felix, professeur honoraire portent-elles les germes
riété tardive au procès dont il fut complicité d’assassinat de à l’université Paris-Sud,
Mme Marie-Thérèse Tzara,
d’une révolution ?
Thibault, Jules, Raphael, Luc, Paul, née Senghor,
le protagoniste, en 2015. Un pro- 300 000 personnes pendant correspondant Quelles sont les conséquences
ses petits-enfants, son épouse,
cès à l’issue duquel celui que la la seconde guerre mondiale M. Denis Fontaine, de l’Académie des Sciences. de la justice prédictive ?
presse baptisa alors « le compta- 12 MARS 2018 Mort Les familles Tzara, Knutson Comment combattre le développement
son frère,
Elève d’Alexandre Grothendieck, et Senghor, de la cybercriminalité ?
ble d’Auschwitz » fut condamné à
ont la tristesse d’annoncer le décès de Michel Raynaud a été l’un des moteurs
quatre ans de prison pour compli- du développement de la géométrie Du lundi 19 au samedi 24 mars,
ont la tristesse de faire part du décès de
cité d’assassinat de 300 000 per- Guy Hugues FONTAINE, algébrique d’aujourd’hui. Ses travaux ont 23 événements organisés
sonnes, entre 1942 et 1944. damner d’anciens nazis, il n’est cardiologue et docteur en Sciences, souvent été utilisés de façon cruciale dans dans 12 maisons de la Cité
les grands progrès de la géométrie
M. Christophe TZARA
Né le 10 juin 1921 à Nienburg, une désormais plus nécessaire de internationale universitaire de Paris.
arithmétique de ces cinquante dernières (ESPCI 65e),
petite ville située entre Hanovre prouver que ceux-ci ont active- survenu le 7 mars 2018, à Saint-Mandé, ancien physicien au CEA,
à l’âge de quatre-vingt-un ans. années. D’une gentillesse et d’une Conférences-débats avec :
et Brême, dans le nord de l’Allema- ment participé à la mise à mort générosité extrêmes, il savait faire partager
gne, Oskar Gröning ressemble à des déportés. A la suite de ce pro- Découvreur de la dysplasie ventriculaire avec bonheur, simplicité et humour le 7 mars 2018, Isabelle Falque-Pierrotin,
beaucoup de jeunes gens de sa gé- cès, qui fait jurisprudence, l’Office droite arythmogène, il a consacré sa vie sa profonde vision des mathématiques. dans sa quatre-vingt-onzième année. présidente de la CNIL,
nération. Son père, ouvrier dans central sur les crimes du nazisme, à l’étude des troubles du rythme cardiaque Guy Vallancien,
Nous transmettons toutes nos Une cérémonie a eu lieu le mercredi chirurgien, membre de l’Académie
l’industrie textile, a été blessé pen- créé en 1958 et basé à Ludwigs- et des cardiomyopathies du ventricule
condoléances à sa femme, Michèle et à son nationale de médecine,
dant la Grande Guerre. Membre burg (Bade-Wurtemberg), ouvre droit. 14 mars, au crématorium du cimetière
ils, Alain. Denis Vidal, anthropologue,
du Stahlhelm (« casque d’acier »), une trentaine d’enquêtes visant du Père-Lachaise, Paris 20e, dans l’intimité directeur de recherche à l’IRD,
Un hommage lui sera rendu à son familiale.
une association d’anciens com- d’anciens nazis ayant été affectés domicile, le dimanche 18 mars. Jean et Marie-Line Saint-Hubert, Antoine Deltour,
lanceur d’alerte LuxLeaks,
battants nationalistes, il inscrit à Auschwitz. Oskar Gröning est son ils et sa belle-ille,
Cet avis tient lieu de faire-part. Sarah Scheller, Raoul Wallenberg,
son fils aux Jeunesses hitlérien- l’un d’entre eux. Cet avis tient lieu de faire-part. Marie-Anne, Pierre
et Emmanuel Saint-Hubert, Academy,
nes au lendemain de l’arrivée des Au cours de son procès, qui a lieu ses petits-enfants, David Capitant,
« Car la vie et la mort sont un, Fort-de-France.
nazis au pouvoir, en 1933. à Lüneburg (Basse-Saxe), d’avril à Mme Marie-Thérèse Puyau, professeur de droit,
comme sont le ruisseau et la mer. »
Agé de 18 ans quand éclate la se- juillet 2015, ce vieillard de 93 ans sa sœur, Sophie Kwasny,
Khalil Gibran. Le Prophète. Mme Rose Valère,
Mme Yvette Saint-Hubert, Conseil de l’Europe,
conde guerre mondiale, en 1939, le déclarera notamment ceci : « Pour Laurent, Frédéric, Gérard, Gilles Luca Bolognini,
jeune homme s’engage dans la SS moi, il ne fait aucun doute que je sa belle-sœur,
Bethesda (USA). Antibes. Ses neveux, et Emmanuel, président de l’Institut italien
quelques mois plus tard. En sep- partage une culpabilité morale. Je Châteauneuf-sur-Loire. Ses parents ses ils, pour la protection de la vie privée,
tembre 1942, sa courte expérience demande pardon. (…) Concernant Et ses alliés, Harlem Désir,
Patrick Gitton, représentant pour la liberté des médias
d’employé de banque avant le dé- la question de la responsabilité pé- son époux,
font part du décès de
ont la douleur de faire part du décès de à l’OSCE,
but du conflit lui vaut d’être affecté nale, c’est à vous de décider. » Chloé, Dominique Wolton,
dans l’administration du gigantes- C’était déjà la ligne de défense qu’il sa ille, M. Léon-Laurent VALÈRE, directeur de recherche au CNRS,
M. Marc SAINT-HUBERT,
que complexe concentrationnaire avait adoptée, dix ans plus tôt, Francoise Bouvet, IPR inspecteur d’Académie, Antoine Garapon,
d’Auschwitz, en Pologne. Il y reste dans une longue interview au sa mère, survenu le 8 février 2018, directeur de l’Institut des hautes études
inspecteur principal honoraire
Laurent Bouvet, de l’enseignement technique, à Fort-de-France, sur la justice,
jusqu’en octobre 1944, date à la- Spiegel : « Pour qu’il y ait culpabilité, son frère, Serge Abiteboul,
chevalier de la Légion d’honneur, à l’âge de quatre-vingt-trois ans.
quelle il rejoint le front des Arden- il faut qu’il y ait des actes, or comme Monique Gitton, directeur de recherche à l’Institut
chevalier de l’ordre national du Mérite,
nes. Fait prisonnier par l’armée je n’en ai pas perpétré directement, sa belle-mère, commandeur Le présent avis tient lieu de national de recherche en informatique
britannique au début de 1945, il est je ne pense pas être coupable. » Ses belles-sœurs, beau-frère, dans l’ordre des Palmes académiques, et automatique.
remerciements.
ensuite envoyé en Grande-Breta- Contrairement à d’autres an- Ses nièce, neveux et cousins, médaille d’or
Toute sa famille de l’enseignement technique. Programme complet et inscription :
gne, où il passe trois ans. De retour ciens nazis, Oskar Gröning n’a ja- Et ses nombreux amis, www.ciup.fr/universite-paix
dans sa ville natale en 1947, il y dé- mais contesté l’existence de la Il a rejoint sa chère épouse, Cité internationale
croche un emploi de comptable machine génocidaire nazie, ce qui ont la grande tristesse de faire part du Le professeur Daniel Zajfman,
décès de universitaire de Paris
dans une petite verrerie. lui valut d’être durement attaqué Gisèle. président de l’Institut Weizmann
17, boulevard Jourdan, Paris 14e.
par les négationnistes. Pour l’his- des Sciences (Réhovot, Israël),
Béatrice GITTON, Ses obsèques auront lieu le vendredi RER B, T3a : Cité Universitaire.
« Culpabilité morale » torien Tal Bruttmann, auteur née BOUVET, 16 mars 2018, à 16 h 30, en l’église Notre- M. Maurice Lévy, Entrée libre sur inscription.
Pendant des décennies, Oskar d’un excellent Auschwitz (La Dé- Sciences Po (1990), Dame-de-Séméac.
Gröning se fera oublier. En 1963, il couverte, 2015), son procès fut im- président,
survenu le 28 février 2018, M. David Weizmann,
ne fait pas partie des vingt-deux portant à deux titres. D’abord sur Eric et Paul,
à Washington DC, directeur du Comité français
prévenus déférés devant le tribu- le plan historique. « A Auschwitz, à l’âge de cinquante-deux ans. de l’Institut Weizmann des Sciences,
nal de Francfort pour ce qu’on ap- Gröning n’était pas un tueur pro- ont la tristesse de faire part du décès
pellera le « procès d’Auschwitz ». A prement dit. Mais il s’est trouvé sur La cérémonie religieuse suivie de leur père, le 8 mars 2018,
à l’âge de quatre-vingt-quatorze ans, présentent à
l’époque, la justice ouest-alle- la rampe où arrivaient les juifs et a de l’inhumation aura lieu à Bonnevaux
mande s’intéresse à de plus gros participé à la comptabilité de leurs (Doubs), le samedi 17 mars.
Alan SCHWARTZMAN, M. Alain Grosmann,
bonnets, tel Wilhelm Boger, un affaires et de leur argent. En cela, architecte, trésorier du Comité français,
ancien SS connu notamment sa condamnation rappelle que le Mme Lucienne Legault-Demare, membre fondateur de l’AIA Europe membre du Comité exécutif
son épouse, (American Institute of Architects), de l’Institut Weizmann des Sciences
pour les tortures qu’il infligeait pillage des biens juifs fut un des as- Mme Francoise Leix-Legault, commandeur
aux déportés, et qui sera con- pects de la “solution finale” », ex- sa ille, dans l’ordre des Arts et des Lettres.
damné à la prison à vie. plique M. Bruttmann. leurs condoléances bouleversées
C’est en réalité un autre procès, Pour l’historien, l’autre intérêt ont la douleur de faire part du décès de Son intelligence, sa générosité, à l’occasion de la disparition
sa passion pour son métier, couronnés par de son épouse,
bien des années plus tard, qui du procès d’Oskar Gröning tient à
M. Jean LEGAULT-DEMARE, sa modestie ont été pour nous un modèle leur idèle et tendre amie,
vaudra à Oskar Gröning d’être rat- ce qu’il nous dit du rapport de l’Al- professeur et chercheur d’humanité.
trapé par son passé. En 2011, la lemagne à son passé. « Il y a là un à l’université Paris-Sud, Mme Claude, Muriel
cour d’assises de Munich con- symptôme, analyse M. Bruttmann. La présentation des condoléances GROSMANN,
damne John Demjanjuk, un an- Comme si les générations actuelles survenu le 5 mars 2018, aura lieu le samedi 17 mars, à 9 h 30, née BLACKMANN.
cien gardien du camp d’extermi- se disaient : “A nous de juger ce qui en sa quatre-vingt-dixième année. au funérarium, 7, boulevard Ménilmontant,
Paris 11e.
nation de Sobibor, à cinq ans de n’a pas été jugé. A nous de faire le Les obsèques ont eu lieu le mardi Les obsèques auront lieu le vendredi
prison pour complicité d’assassi- travail qui n’a pas été fait par nos 13 mars. Ni leurs ni couronnes. 16 mars 2018, à 11 heures, au cimetière
nat de 28 060 juifs. Cette affaire parents et nos grands-parents”. » p parisien de Bagneux (Hauts-de-Seine),
marque un tournant. Pour con- thomas wieder Cet avis tient lieu de faire-part. pjs_eco@yahoo.com 45, avenue Marx-Dormoy.
24 | 0123 0123
VENDREDI 16 MARS 2018

INTERNATIONAL | CHRONIQUE ESPION RUSSE :


UN FRONT UNI
par al ai n fr achon

FACE À MOSCOU de gauche ne saurait, apparemment, souf- que, comme le Royaume-Uni, ils attri-
Trump et Kim frir une condamnation de la Russie.
Mais le gouvernement britannique n’a pas
buaient à la Russie la responsabilité de l’at-
taque contre l’ancien espion Sergueï Skri-

à la manœuvre seulement besoin, dans cette affaire, du


soutien de Westminster, aussi précieux
soit-il. Il lui faut aussi, et surtout, celui de ses
pal et sa fille, toujours hospitalisés dans un
état critique. La Maison Blanche précise
que cet épisode s’inscrit dans un contexte
alliés. Car ce n’est qu’un début. Si les mesu- d’agressions répétées de la Russie contre
res prises par Londres sont susceptibles d’ir- l’ordre international, la souveraineté des
riter le Kremlin, elles ne pèseront vraiment Etats et le processus démocratique des pays

V LE PRÉSIDENT
ous avez dit : « dénu- que si Moscou sait que d’autres puissances, occidentaux. Elle ajoute que les Etats-Unis
cléarisation » ? Toute la solidaires, sont prêtes à renforcer ce disposi- « s’emploient, avec leurs alliés, à ce que ce
question est de savoir AMÉRICAIN, QUI N’AIME tif. Priver la Coupe du monde de football en type d’attaque odieuse ne se reproduise
si l’expression a le Russie de la présence des princes William et pas ». Là aussi, la formulation est claire : le
même sens sur les rives du Tae- PAS L’ACCORD SUR Harry revêt sans doute une haute impor- président Donald Trump, qui a toujours
dong et au bord du Potomac ? A-
LE NUCLÉAIRE IRANIEN, tance symbolique pour les sujets de la Cou- ménagé Vladimir Poutine, a cette fois-ci
t-on le même dictionnaire anglais-
coréen à Pyongyang et à Washing-
ton ? Donald Trump, qui n’aime
pas du tout l’accord négocié avec
Téhéran sur le nucléaire iranien,
VA ADORER
LES TRACTATIONS AVEC
F ièvre des grands jours à la Chambre
des communes, mercredi 14 mars : la
première ministre britannique était
interrogée par les députés sur les mesures à
prendre après l’empoisonnement au gaz
ronne, mais le risque de faire ainsi vaciller
les tours du Kremlin reste modeste… Face à
un pays qui n’hésite pas à faire assassiner
ses anciens agents ou opposants en terri-
toire étranger, le soft power a des limites.
changé de ton.
Nous sommes donc entrés dans une crise
prolongée, bien au-delà des relations bila-
térales entre Londres et Moscou. La riposte
doit être graduée, de façon à éviter que M.
va adorer les tractations à venir LA CORÉE DU NORD neurotoxique, le 4 mars, d’un espion russe L’OTAN a défini l’affaire en termes cali- Poutine ne l’exploite dans les derniers
avec la Corée du Nord. Il a ridicu- réfugié au Royaume-Uni et de sa fille. The- brés. Dans un communiqué, l’organisation jours de sa campagne pour l’élection prési-
lisé Barack Obama pour s’être fait resa May a annoncé l’expulsion, sous huit a exprimé sa « profonde préoccupation » à dentielle du 18 mars. La question a été ajou-
« rouler » par la République islami- réens. Pyongyang poussera le dé- jours, de vingt-trois diplomates russes et, l’égard de ce qui constitue « la première uti- tée à l’ordre du jour du Conseil européen du
que. On attend de voir ce que « le sir d’apaisement jusqu’à ne pas parmi d’autres mesures de rétorsion, le gel lisation offensive d’un agent innervant sur le 22 mars ; il est crucial que les partenaires –
plus grand négociateur de tous les protester contre une série de gran- des relations bilatérales de haut niveau territoire de l’Alliance » depuis la création de encore pour quelque temps – européens de
temps », comme il se présente vo- des manœuvres militaires améri- avec Moscou. celle-ci en 1949. Si les mots ont un sens, la Grande-Bretagne, dont certains, comme
lontiers, va réussir avec la Républi- cano-sud-coréennes prévues pour la première ministre britannique s’est cela veut dire qu’une attaque à l’arme chi- la France, ont déjà exprimé leur solidarité
que populaire démocratique de ce printemps. Fort bien. Mai 2018 aussi félicitée du large soutien que lui ont mique a été commise dans l’un des pays avec Londres, se montrent aussi unis qu’ils
Corée – qui n’est pas un client plus devrait donc voir Trump à l’œuvre manifesté les députés sur cette question, y membres de l’OTAN, même si ce n’est pas l’ont été face à la crise ukrainienne. La pa-
facile que la théocratie iranienne. sur les deux grands dossiers de compris sur les bancs du Labour – à l’ex- cet Etat lui-même qui en était la cible. noplie des moyens de pression sur Moscou
Mais trêve de mégotage. L’an- non-prolifération nucléaire du ception notable du chef du Parti tra- Mercredi soir, les Etats-Unis, membre le est large. Seule compte la détermination à
nonce d’une prochaine rencontre moment. L’Américain doit décider vailliste, Jeremy Corbyn, dont la sensibilité plus important de l’OTAN, ont fait savoir l’utiliser. p
entre le président américain et avant le 15 s’il abandonne ou non
son homologue nord-coréen, Kim l’accord de Vienne de juillet 2015.
Jong-un, est sans doute une Celui-ci place le programme nu-
bonne nouvelle. Ils veulent parler. cléaire iranien sous un strict
Il y a quelques semaines encore, contrôle international durant dix
ils échangeaient des invectives. Ils ans, en contrepartie d’une levée
vantaient les qualités de leur arse- progressive des sanctions pesant
nal nucléaire respectif. La Maison sur la République islamique.
Blanche s’interrogeait sur la perti- Trump juge que cet accord est
nence d’une frappe préventive, « un désastre », « le pire de tous les
conventionnelle, sur la Corée du temps », une « honte » pour le si-
Nord, histoire de donner une le- gnataire américain. Mais, s’il s’en
çon à Kim. On était sur le chemin retire, il place d’autant plus haut la
d’un conflit, potentiellement dé- barre avec la Corée du Nord. Il
vastateur pour la région. On est en ne peut pas être moins exigeant
phase de désescalade verbale. avec Pyongyang qu’avec Téhéran –
Le mérite en revient d’abord au d’autant que la Corée du Nord,
président sud-coréen. Moon Jae-in contrairement à l’Iran, a déjà
s’est servi du tremplin des Jeux une vingtaine d’ogives nucléaires.
olympiques d’hiver pour réchauf- Mauvais signe : Trump vient de
fer l’atmosphère sur la péninsule choisir un opposant farouche au
coréenne. Il a su amadouer son document de Vienne, Mike Pom-
voisin du Nord, avec un objectif : peo, pour remplacer au départe-
amener Américains et Nord-Co- ment d’Etat Rex Tillerson, partisan
réens à reprendre une forme de de l’accord nucléaire avec l’Iran.
dialogue. Mais, si le président Kim A Washington, quand on entend
s’y est résolu, Trump y est peut- « dénucléarisation », on comprend
être aussi pour quelque chose. démantèlement progressif, mais
La manière du nouveau prési- tout de même assez rapide, de
dent américain, où la violence ver- l’arsenal nucléaire nord-coréen.
bale le dispute à l’imprévisibilité, a M. Trump s’est trop avancé pour
pu impressionner Pyongyang. signer à moins. En contrepartie, la
Trump est un « maverick », un Corée du Nord obtiendrait une
franc-tireur de la vie politique aide économique, une levée des
américaine. Kim est un paria de la sanctions et, à terme, une norma-
scène internationale. Deux gros lisation de ses relations avec les
ego, peignés comme des origi- Etats-Unis. A Pyongyang, il en va
naux, deux « antisystème », différemment. On veut faire ad-
aimant le spectacle et la mise en mettre la Corée du Nord comme
scène : ils peuvent s’entendre. une puissance nucléaire militaire,
objectif poursuivi depuis des an-
L’enjeu de l’accord de Vienne nées et inscrit dans la Constitu-
Certes, en acceptant cette offre de tion. Partant de cet état de fait, on
rencontre – qui doit avoir lieu en imagine une négociation du type
mai, dans un lieu encore à trou- de celle que les Etats-Unis ont eue
ver –, Trump fait une concession. avec l’URSS du temps de la guerre
Il accorde au régime dictatorial froide. Les deux parties désar-
nord-coréen la sorte de légitima- ment. En échange de la « dénucléa-
tion que celui-ci cherche depuis risation » de la Corée du Nord, les
au moins vingt ans. Mais Kim Etats-Unis retireraient progressi-
met aussi une concession sur la vement leurs 30 000 soldats de
table. Le leadeur nord-coréen évo- Corée du Sud. Les deux parties
que, pour la première fois depuis s’engageraient à ce qu’un traité de
huit ans, la possibilité de négocier paix en bonne et due forme – et
ce qu’il appelle une « dénucléari- non plus un simple accord d’ar-
sation ». C’est du moins ce qu’ont mistice comme il en va depuis
rapporté à Washington les en- 1953 – soit signé entre les deux
voyés spéciaux sud-coréens que Corées. Elles conviendraient de
le président Moon avait dépêchés s’orienter vers un système de sécu-
à Pyongyang. Car, jusqu’à pré- rité régional qui donne satisfac-
sent, Kim, lui, n’a publiquement tion aux alliés de Pyongyang (la
rien dit ni n’a adressé de lettre Chine, notamment), comme à
écrite au président Trump. ceux de l’Amérique dans la région
Les mêmes envoyés spéciaux (le Japon et la Corée du Sud).
ont assuré que, d’ici à la rencontre Pyongyang et Washington ne
de mai, il n’y aurait pas de test nu- donnent pas – pas du tout – le
cléaire ni de tir de missile nord-co- même sens à la « dénucléarisa-
tion ». On est dans une affaire sé-
rieuse, pas dans une émission de
PYONGYANG télé-réalité. La Maison Blanche a
pris peur. Elle conditionne main-
ET WASHINGTON tenant la rencontre à une série de
« gestes concrets » des Nord-Co-
NE DONNENT PAS réens vers la fameuse « dénucléari-
sation ». Douterait-on soudain, à
– PAS DU TOUT – Washington, des fabuleux talents
LE MÊME SENS À LA de négociateur de Trump ? p

« DÉNUCLÉARISATION » frachon@lemonde.fr

Tirage du Monde daté jeudi 15 mars : 183 413 exemplaires


Fin de partie pour Toys’R’Us, L’exécutif
reste évasif
sur la baisse
un séisme pour l’industrie du jouet du nucléaire
▶ L’enseigne va

C’
probablement est un exercice para-
devoir fermer doxal qui est proposé
aux Français, avec la te-
tous ses maga- nue, du 19 mars au 30 juin, d’un
sins aux Etats- débat public national sur la pro-
Unis et au grammation pluriannuelle de
l’énergie (PPE). Paradoxal, voire
Royaume-Uni, virtuel, car les éléments soumis à
menaçant la discussion par le ministère de
la transition écologique et soli-
35 000 daire escamotent la question cen-
emplois trale du nucléaire.
▶ Endettée, Certes, l’équation énergétique
de la France ne se réduit pas à
l’entreprise l’atome. Pour autant, comme ce-
n’a pas pu lui-ci fournit aujourd’hui les trois
quarts de la consommation na-
moderniser tionale d’électricité, on voit mal
ses magasins comment trouver la formule
ni s’adapter d’un nouveau mix énergétique si
la valeur donnée à cette variable
à la concur- reste inconnue.
rence La PPE vise à définir, pour deux
périodes de cinq ans (2019-2023
d’Internet et 2024-2028), une feuille de
▶ Les 53 bouti- route plaçant le pays sur la
ques françai- bonne trajectoire pour atteindre
ses objectifs à long terme. A sa-
ses emploient A Coventry (centre voir, la neutralité carbone au mi-
1 300 salariés de l’Angleterre), lieu du siècle, la diminution de
le 13 mars. moitié de la consommation
PAG E 4
HANNAH MCKAY/REUTERS d’énergie à la même échéance, la
réduction de 30 % du recours aux
fossiles d’ici à 2030, le développe-
ment des renouvelables à hau-
teur de 32 % des besoins énergéti-
ques à la même date, mais aussi

Washington obtient la tête du numéro 2 de la Société générale la baisse de la part de l’électricité


d’origine nucléaire à 50 %, à une
date… indéterminée. p
PAG E 3
▶ La justice américaine a fait pression sur la banque, dans le cadre de négociations en vue du règlement d’un litige

L a justice américaine a le bras long. 15 mars, le cours de Bourse de la banque senté sa démission. » En fait, M. Valet était, américaines, coutumières du fait. Dans

58
Très long. La Société générale a française baissait de plus de 3 %. depuis plusieurs mois, dans le viseur de le cadre de l’accord conclu en mai 2014
annoncé, mercredi 14 mars, le dé- Ce départ – avec effet quasi immédiat, la justice américaine, à la suite d’une en- avec BNP Paribas concernant la viola-
part de Didier Valet, 50 ans, l’un de ses M. Valet devant faire ses cartons vendredi quête concernant le Libor, le taux inter- tion des embargos américains, qui
trois directeurs généraux délégués, 16 mars – est accompagné d’une explica- bancaire londonien. Beaucoup avaient s’était traduit par une amende pharaoni-
mais en réalité le véritable bras droit et tion obscure : « A la suite d’une différence remarqué que le dirigeant ne se rendait que de 9 milliards de dollars (7,3 mil-
l’homme de confiance du directeur gé- d’appréciation dans la gestion d’un dos- plus aux Etats-Unis, une destination obli- liards d’euros), des membres de l’état-
néral, Frédéric Oudéa, celui qui aurait sier juridique spécifique du groupe, anté- gée quand on dirige la banque de finance- major de la première banque française
pu lui succéder. « C’est une très grosse rieur à son mandat de directeur général ment et d’investissement… avaient été aussi débarqués.
perte », déplore un proche de l’institu- délégué, Didier Valet, soucieux de préser- Selon nos sources, le départ de M. Valet isabelle chaperon C’EST LE NOMBRE DE RÉACTEURS
tion financière. A l’ouverture, jeudi ver l’intérêt général de la banque, a pré- a été imposé par les autorités judiciaires L I R E L A S UI TE PAG E 5 NUCLÉAIRES EN FRANCE

MAISONS DE RETRAITE PERTES & PROFITS | TELECOM ITALIA


LA PRESSION
MONTE AUTOUR La retraite du général Bolloré
DU GROUPE KORIAN

C
e devait être son pont d’Arcole. Une Une moins-value de 1,3 milliard d’euros qui ne
PAG E 4 conquête éclair en terre italienne sera pas facile à récupérer.
pour renforcer son pouvoir en France. Les synergies promises ne sont pas au rendez-
Cela a toutes les chances de se trans- vous, et le paysage italien des télécommunica-
MÉDIAS former en bérézina. Deux ans et demi après son tions est devenu très mouvant. Il s’agissait au

POLÉMIQUE APRÈS
entrée au capital de l’opérateur historique Tele- départ d’expérimenter la convergence entre
com Italia, le général Bolloré cherche une voie médias et contenus que la firme française ne
LA DÉSIGNATION de sortie. Son groupe Vivendi a pris le pouvoir
en 2015 et placé ses hommes, en 2017, à la fois au
peut mener en France, puisqu’elle a vendu SFR
en 2014. Faire distribuer le contenu de Canal+
DE BERTRAND DELAIS conseil d’administration et à la direction géné-
rale de la société italienne. Mais les résultats ne
par Telecom Italia et racheter une chaîne à
péage du groupe Mediaset de Silvio Berlusconi.
À LA TÊTE DE LCP sont pas à la hauteur, il s’est fâché avec l’establi-
shment italien, et voilà qu’un célèbre fonds acti-
Ce faisant, le français s’est brouillé à la fois avec
le magnat milanais et avec les autorités de sur-
PAG E 8 viste américain, Elliott, s’invite au capital pour veillance italiennes. La convergence attendra.
demander le remplacement des administra- La coopération avec Canal+ a été « gelée ».
teurs fraîchement nommés par Vivendi.
Le nouveau patron de l’opérateur, l’Israélien Monnaie d’échange
Amos Genish vient à peine de dévoiler son plan Tout cela dans un contexte des télécommuni-
de redressement 2018-2020, qu’il est déjà remis cations transalpin marqué par l’arrivée dans
en cause. Quelques jours après sa présentation, quelques mois d’un quatrième acteur de la télé-
le mardi 13 mars, Vivendi assure à l’AFP être dis- phonie mobile, le français Iliad (Free), dont on
posé, « si nécessaire, à accompagner une autre connaît en France le pouvoir de déstabilisation.
stratégie susceptible de faire monter le cours de Enfin, l’objectif caché de toute cette opération
Bourse de Telecom Italia sur le court terme ». était de servir de monnaie d’échange à Vivendi
Pour Amos Genish, ancien fondateur de l’ex-pé- pour entrer au capital d’Orange. Il semble, là
pite brésilienne de Vivendi, GVT, revendue de- aussi, que ce ne soit plus à l’ordre du jour.
j CAC 40 | 5252 PTS + 0,36 % puis à Telefonica contre des actions Telecom Ita- Orange n’est pas plus intéressé par l’Italie que le
J DOW JONES | 24 758,12 PTS – 1 % lia, cela va demander un peu de souplesse intel- gouvernement français ne l’est par une entrée
lectuelle. L’actionnaire Vivendi ne pense pas du sulfureux Bolloré au capital de l’opérateur.
J EURO-DOLLAR | 1,2367 comme le gestionnaire Vivendi. Reste alors à imaginer la dernière conver-
J PÉTROLE | 64,87 $ LE BARIL Il faut dire que, sur le plan financier, l’opéra- gence. Celle de la lutte des actionnaires pour
tion n’est pas brillante. Acquis pour un total de faire remonter le cours et trouver une sortie ho-
J TAUX FRANÇAIS À 10 ANS | 0,836 % près de 4 milliards d’euros, les 24 % de la société norable à cette aventure italienne. p
VALEURS AU 15 MARS À 9 H 30 italienne ont perdu près de 30 % de leur valeur. philippe escande

Cahier du « Monde » No 22760 daté Vendredi 16 mars 2018 - Ne peut être vendu séparément
2 | plein cadre 0123
VENDREDI 16 MARS 2018

Le quartier
d’affaires de
Nairobi en 2015,
vu du toit
du palais des
congrès.
JOE PENNEY/REUTERS

nairobi (kenya)

A
u Kenya, certains parlent
d’un « moment français ».
Une façon de décrire la mon-
tée en charge soudaine des
entreprises tricolores sur un
marché où elles font encore
figure de petits poucets. Dans ce pays, loco-
motive de l’Afrique de l’Est et imprégné
de culture anglo-saxonne, elles n’étaient
qu’une trentaine en 2013. Cette année, le cap
des cent devrait être enfin franchi.
Des exemples ? Le constructeur PSA revient
dans le pays qu’il avait quitté en 2002, où il
assemble des véhicules depuis le mois de
juin. Au deuxième semestre 2018, c’est le
spécialiste des articles de sport Decathlon
qui ouvrira un espace de vente à Nairobi.
Plus visible encore, l’enseigne Carrefour
s’impose depuis deux ans à un rythme ef-
fréné. En avril, un cinquième magasin fran-
chisé devrait être inauguré dans la capitale
kényane, sous la bannière du distributeur.
Désireuse d’accompagner les entreprises
européennes sur ce marché, la Société géné-
rale a ouvert en octobre, à Nairobi, un bureau
de représentation, le premier d’une banque
française en Afrique de l’Est…
Le Kenya « pro-business »
attire les Français
Une véritable « remontada », tant était
marginale la place occupée, jusqu’ici, par les
sociétés hexagonales dans ce pays du Com-
monwealth. La part de marché française y est
d’ailleurs insignifiante, de 1,3 % seulement.
En 2016, la France n’était que le 16e fournis-
seur du Kenya. Loin derrière les grands émer-
gents tels que l’Inde et la Chine, mais aussi les
Etats-Unis ou le Royaume-Uni. « Ici, il ne suf- De l’enseigne Carrefour au distributeur spécialisé
fit pas de dire qu’on est Dassault ou Engie
pour s’imposer, on ne connaît pas forcément Decathlon, en passant par PSA, Thales ou la Société
nos grands groupes », souligne Pierre Gattaz,
le président du Medef. « De même, ironise- générale, les sociétés hexagonales sont de plus
t-il, le Kenya est peu connu de la France… à
part pour les safaris. » A lui seul, le pays affi- en plus nombreuses à s’implanter à Nairobi
che pourtant un produit intérieur brut (PIB)
de 78 milliards de dollars (63 milliards
d’euros). Plus que celui, cumulé, de la Côte
d’Ivoire, du Sénégal et du Gabon, trois parte- embouteillées, les centres commerciaux fleu- économie libérale si l’on compare avec des voi- Nicolas Andrieu, directeur Afrique et Moyen-
naires traditionnels de la France en Afrique. rissent à toute allure, revendiquant tour à sins tels que la Tanzanie et l’Ethiopie : il n’y a Orient de Sigfox. L’opérateur télécoms, spé-
Les temps changent. Début mars, l’organisa- tour le titre de « plus grand mall d’Afrique ». pas de restrictions sur le capital, ni d’obligation cialiste de l’Internet des objets, s’apprête à se
tion patronale française a emmené une large Avec ses 48,5 millions d’habitants en 2016, de s’allier à des partenaires locaux, observe déployer dans ce pays source d’innovations
délégation d’une soixantaine d’entreprises à le Kenya est, dans l’est du continent, le seul « ICI, IL NE SUFFIT Bruno Baroux, directeur général de Thales en majeures répliquées dans tout le continent,
Nairobi (un voyage auquel Le Monde a été con-
vié) pour prendre le pouls du pays : des grands
pays à revenu intermédiaire, avec un PIB par
tête d’environ 1 700 dollars aujourd’hui.
PAS DE DIRE QU’ON Afrique de l’Est. Et malgré les difficultés qu’il a
connues l’an dernier, le Kenya est solide et reste
tel le paiement mobile via le système M-Pesa.
Pour autant, des risques existent. La corrup-
du CAC 40, des ETI (entreprises de taille inter- L’objectif est d’atteindre 4 000 dollars d’ici à EST DASSAULT une démocratie. » Présent sur place depuis tion en est un, qui fragilise la gouvernance.
médiaire), des PME et même quelques 2030. « L’offre française “matche” bien avec une trentaine d’années, son groupe espère Le pays est aussi confronté au dérapage de ses
start-up. Certains venus découvrir le pays, le niveau du développement du pays, note OU ENGIE POUR saisir de nouvelles occasions liées aux inves- finances publiques. La concurrence chinoise,
d’autres soucieux de faire avancer des affaires
en cours. Un voyage fructueux. A peine les
Julien Garcier, fondateur du cabinet d’études
de marché Sagaci Research, installé à Nai-
S’IMPOSER, tissements massifs dans les infrastructures
auxquels le gouvernement procède.
redoutable et omniprésente dans les infras-
tructures, représente un autre défi. Mais l’en-
hommes d’affaires étaient-ils remontés dans robi. Pendant longtemps, les boîtes françaises ON NE CONNAÎT PAS Le Kenya est « pro-business » : martelé par jeu, pour les Français, consiste surtout à se
leur bus pour rejoindre l’aéroport internatio- se sont mis des barrières culturelles, pensant les autorités, le message fait mouche du côté projeter hors de leur zone de confort, celle des
nal que le président Uhuru Kenyatta jubilait qu’elles n’étaient pas attendues. C’est peut- FORCÉMENT NOS des entreprises françaises, séduites par leurs pays francophones où ils ont historiquement
sur Twitter : « Les entreprises françaises réso- être en train de changer. » entretiens avec des hommes politiques issus placé leurs pions. « Il y a une méconnaissance
lues à investir plus de 10 milliards de dollars. » Leur intérêt est renforcé par le positionne- GRANDS GROUPES » du privé. Le ministre de l’industrie, M. Moha- de cette partie du continent, on les voit souvent
ment du pays comme tête de pont pour l’Afri- PIERRE GATTAZ med, est un ancien de la banque Barclays ; ce- appliquer des comportements comme en Afri-
TÊTE DE PONT POUR L’AFRIQUE DE L’EST que de l’Est. Un rôle que lui confèrent le port président du Medef lui des télécommunications, Joseph Mucheru, que de l’Ouest, note un expert européen basé
Les détails n’ont pas été divulgués, mais une de Mombasa, le premier de la région, et l’im- a fait ses armes chez Google. « Et la population, à Nairobi. Mais ici, ça ne marche pas comme
douzaine de projets ont été retenus, dans portance de Nairobi comme plate-forme fi- en plus d’être bien formée, a une vraie appé- ça, c’est un tout autre fonctionnement. » p
l’industrie, l’énergie, l’agroalimentaire ou les nancière. « Son atout est surtout d’être une tence pour la technologie », s’enthousiasme marie de vergès
technologies. « Depuis quelque temps, nous
voyons plus de sociétés françaises s’installer
et nous souhaitons en voir encore davan-
tage », confirme le ministre de l’industrie,
Le iHub, emblème de la Tech kényane
Adan Mohamed. Pour le Kenya, il s’agit
d’attirer plus d’investissements créateurs elle arrive de kinshasa, en Répu- M-Pesa. Celui-ci compte aujourd’hui Le iHub lui-même est bien plus financements. Nouveau site d’e-com-
d’emplois. Une nécessité : alors qu’un mil- blique démocratique du Congo, et 20 millions d’utilisateurs (sur plus de qu’un espace de travail collaboratif. Du merce pour le marché kényan, Sky.
lion de jeunes arrivent chaque année sur le ses yeux brillent d’excitation. « Le 48 millions d’habitants) et 900 tran- fait de son origine, d’abord, qui re- Garden semble échapper à la règle :
marché du travail, le secteur formel n’arrive iHub est une source d’inspiration pour sactions par seconde. Cette révolution monte à l’élection présidentielle de lancé en mai 2017, il vient de lever
à fournir que 90 000 nouveaux « jobs » par tout le continent, explique Krystel en a entraîné d’autres, comme M- 2007. Sur fond de troubles et d’irrégu- 1,2 million de dollars (plus de
an. Tout juste réélu dans un climat très tendu Kalanga. Je suis venue pour compren- Kopa, qui donne accès à des systèmes larités, un site militant nommé Usha- 970 000 euros), notamment auprès
– la Cour suprême avait invalidé le premier dre comment développer la même d’énergie solaire gérés par mobile. hidi met en place un outil permettant d’un fonds danois. « On vise mainte-
scrutin en août avant de valider celui d’octo- chose chez nous. » Le iHub ? Incuba- de signaler sur Internet tout acte de nant l’Ouganda, la Tanzanie, et même
bre –, M. Kenyatta a fixé quatre priorités : l’in- teur basé à Nairobi, cette plate-forme Un manque cruel de financement violence afin d’endiguer l’embrase- le Nigeria », s’enthousiasme Isaac Hu-
dustrialisation, la sécurité alimentaire, la numérique est la plus influente de la « On parle toujours des mêmes histoi- ment. Trois ans plus tard, son équipe nja, le responsable marketing. Instal-
santé et le logement. région, voire de l’Afrique entière. res, mais il y a beaucoup d’autres inno- donne naissance au iHub. Ce concen- lés dans une aile du iHub, ils sont 18 à
Pour la France, le marché kényan est riche de C’est dans les locaux de ce lointain vations qui émergent ici, insiste Ne- tré de la scène numérique kényane travailler pour cette jeune pousse
défis et de potentiel. Le rythme de croissance cousin de la française Station F que le kesa Were, directrice des opérations endosse plusieurs costumes, entre la- créée, entre autres, par deux Danois.
du pays a presque doublé depuis le début des Medef, en visite au Kenya, a organisé du iHub. Les Kényans aiment inventer boratoire de recherche, testeur d’appli- Les statistiques montrent que 90 %
années 2010 pour atteindre 5,8 % en 2016. De un forum consacré à l’entrepreneuriat des produits basés sur nos frustra- cations et pépinière de jeunes pousses. des start-up d’Afrique de l’Est parve-
gigantesques bidonvilles bordent toujours des jeunes. Un hommage, en creux, tions. » Parmi les succès de l’incuba- Aussi prestigieux que soit l’incuba- nant à lever des fonds comptent au
Nairobi. Mais la ville, avec son centre piqué à l’habileté technologique du pays, teur, la jeune femme cite Ma3Route, teur, les obstacles restent nombreux moins un Européen ou un Américain
de gratte-ciel, est le berceau d’une classe précurseur en matière de paiement une application de suivi en temps réel pour les start-up qu’il héberge. A parmi leurs fondateurs. p
moyenne en expansion. Le long des avenues mobile avec le fameux système du trafic urbain, précieuse à Nairobi. commencer par le manque cruel de m. d. v.
0123
VENDREDI 16 MARS 2018 économie & entreprise | 3

Le flou du gouvernement sur la baisse du nucléaire


Le débat public national organisé sur la programmation pluriannuelle de l’énergie élude la question de l’atome

C’
est un exercice pa-
radoxal qui est pro-
Sur cinq Nicolas Hulot,
posé aux Français, scénarios, ministre de la
avec la tenue, du transition écologique
19 mars au 30 juin, d’un débat pu-
le ministère et solidaire, à Juillé
blic national sur la programma- n’a retenu que (Sarthe), le 8 janvier.
tion pluriannuelle de l’énergie
(PPE). Paradoxal, voire virtuel,
les deux JEAN-FRANCOIS MONIER/AFP

car les éléments soumis à la dis- qui maintiennent


cussion par le ministère de la
transition écologique et solidaire
le nucléaire aux
escamotent la question centrale niveaux les plus
du nucléaire.
Certes, l’équation énergétique
élevés en 2035
de la France ne se réduit pas à
l’atome. Pour autant, comme ce-
lui-ci fournit aujourd’hui les trois de ne pas présenter de scénario
quarts de la consommation na- d’évolution de la consommation
tionale d’électricité, on voit mal d’énergie – base de toute pro-
comment trouver la formule grammation –, de ne pas fixer
d’un nouveau mix énergétique si d’objectifs pour les renouvelables
la valeur donnée à cette variable au-delà de ceux déjà retenus par
reste inconnue. Le ministère fait l’actuelle PPE pour 2023 et de de-
valoir qu’il ne souhaite pas meurer extrêmement vague sur
préempter les conclusions du dé- le nucléaire, traité au chapitre de
bat en annonçant à l’avance le la « sécurité d’approvisionne-
contenu d’une planification en- ment ». Le mot « nucléaire » n’ap-
core en gestation. Mais la diffi- paraît même pas dans l’éditorial
culté reste entière. du ministre de la transition écolo-
Instaurée par la loi de transition gique et solidaire, Nicolas Hulot,
énergétique d’août 2015, la PPE qui introduit ce document.
vise à définir, pour deux périodes Tout au plus est-il écrit que
de cinq ans (2019-2023 et 2024- « l’objectif du gouvernement reste
2028), une feuille de route pla- d’assurer dès que possible l’at-
çant le pays sur la bonne trajec- teinte de l’objectif de réduction à
toire pour atteindre ses objectifs 50 % de la part d’électricité d’ori-
à long terme. A savoir, la neutra- gine nucléaire », et que « le rythme L’électricien n’envisage de stop- une liste de centrales à fermer », in- tion Climat, WWF, Fondation mise en place sur ce dossier, doi-
lité carbone au milieu du siècle, la de fermeture des réacteurs nu- per de premières unités qu’à par- diquait, il y a quelques semaines, pour la Nature et l’Homme, vent aider non seulement à
diminution de moitié de la con- cléaires doit être cohérent avec tir de 2029, en dehors des deux l’entourage d’Emmanuel Macron. Greenpeace, Sortir du nu- « comprendre » les enjeux énergé-
sommation d’énergie à la même l’évolution de la demande [d’élec- tranches de la centrale de Fessen- Interrogé, mardi 13 mars, sur cléaire…) déclarent ne pas vouloir tiques, mais aussi à « agir », à
échéance, la réduction de 30 % du tricité] et de la dynamique de pro- heim (Haut-Rhin), dont la décon- France Inter, le ministre de la d’un « débat tronqué ». Du fait de « choisir » et à « gouverner ».
recours aux fossiles d’ici à 2030, gression des énergies renouvela- nexion du réseau est program- transition écologique et solidaire ses « nombreux angles morts », le A cet effet, plusieurs dispositifs
le développement des renouvela- bles et du parc thermique ». Une mée pour fin 2018 ou début 2019. s’est montré très élusif. « On est dossier du ministère ne constitue sont prévus : une « plate-forme
bles à hauteur de 32 % des besoins indication est toutefois donnée : En revanche, il n’est pas certain en train de faire tourner tous les pas, selon elles, un « socle mini- contributive » en ligne, des réu-
énergétiques à la même date, sur les cinq scénarios rendus pu- que la PPE fixera le nombre et modèles, a-t-il indiqué. Tout dé- mum » pour « une PPE qui mette nions décentralisées dans des ter-
mais aussi la baisse de la part de blics à l’automne 2017 par RTE (fi- l’échéancier des fermetures de pend [pour l’objectif de 50 % de réellement la France sur la voie de ritoires urbains ou ruraux, des
l’électricité d’origine nucléaire à liale d’EDF gestionnaire du ré- réacteurs, sur les 58 que compte nucléaire] de l’utilisation qu’on va la transition énergétique ». Toutes ateliers d’information, des con-
50 %, à une date… indéterminée. seau de transport d’électricité), le aujourd’hui le parc hexagonal. En faire du biogaz, de l’hydrogène, du demandent des engagements troverses d’experts ou la consti-
Depuis l’abandon, en novem- ministère n’en a retenu que deux tout état de cause, leur liste nomi- stockage [des énergies intermit- fermes sur une diminution ra- tution d’un panel de 400 person-
bre 2017, de « l’horizon 2025 » – ceux qui maintiennent le nu- native ne devrait pas y figurer, tentes] et de notre capacité à pide de la part de l’atome. nes tirées au sort qui se pronon-
prévu par la loi – qu’il faudra cléaire aux niveaux les plus éle- contrairement au vœu initial de changer d’échelle dans le dévelop- ceront sur les questions-clés is-
donc réécrire sur ce point – pour vés en 2035. M. Hulot. pement des énergies renouvela- « Agir, choisir, gouverner » sues de ces échanges.
parvenir à cette baisse, l’exécutif A plusieurs reprises, celui-ci bles. (…) Le plus tôt sera le mieux. » La Commission nationale du dé- Reste une interrogation : ce dé-
est en effet resté des plus évasifs « Le plus tôt sera le mieux » avait fait savoir qu’il souhaitait Et d’ajouter : « 50 %, c’est un mo- bat public, qui a pris l’initiative bat « en apesanteur » pèsera-t-il
sur ses intentions en matière de Selon le cabinet de M. Hulot, la que la future programmation ment de vérité. Si on y arrive, on d’une consultation que l’exécutif sur l’élaboration de la program-
nucléaire. PPE, qui doit être adoptée fin pluriannuelle soit claire sur ce pourra peut-être aller plus loin. Si n’avait pas demandée, est cons- mation énergétique ? Le gouver-
On pouvait donc espérer que le 2018, devrait « préciser à quelle point. « Il faudra dans la PPE avoir on n’y arrive pas, ça veut dire que, ciente des limites du dossier nement annonce une « première
dossier remis par le maître date on peut arriver à 50 % de nu- un calendrier précis, avec le nom peut-être, il faudra garder un peu versé par le ministère. Elle a dé- version » de la PPE cet été, ce qui
d’ouvrage, c’est-à-dire par le mi- cléaire ». On peut imaginer que des réacteurs qui vont fermer », dé- plus longtemps la part du nu- cidé de le compléter par le récent signifie qu’elle sera, pour l’essen-
nistère de la transition écologi- celle-ci se situera autour de 2035. clarait-il au Monde en janvier. Il cléaire [à un niveau plus élevé]. » avis du Conseil économique, so- tiel, rédigée en parallèle de la con-
que, pour alimenter le débat pu- Un tel calendrier s’accorderait apparaît aujourd’hui que la vision Les partisans du nucléaire juge- cial et environnemental, qui in- sultation publique. Le ministère
blic, dissiperait ce flou. Il n’en est avec les propres plans d’EDF, qui du président de la République et ront qu’il est sage de laisser tou- vite à accélérer la mise en œuvre de la transition écologique assure
rien. Cette contribution de 168 pa- prévoit de pousser une partie de de son premier ministre, dési- tes les options ouvertes. Mais de la loi de transition énergéti- néanmoins qu’il sera « attentif » à
ges brosse un état des lieux dé- ses réacteurs jusqu’à cinquante reux de donner du temps au cette indécision courrouce les que. Les discussions, veut croire la voix des citoyens. p
taillé du système énergétique ac- ans de fonctionnement et les temps, prévaut. « Cela n’aurait pas ONG, dont plusieurs (France Na- Jacques Archimbaud, président pierre le hir
tuel, mais réussit le tour de force autres jusqu’à soixante ans. de sens de donner dès maintenant ture Environnement, Réseau Ac- de la commission particulière et nabil wakim

L’Etat veut réduire les prérogatives du « gendarme » du rail CONJ ONCTU R E


La Banque de France
relève sa prévision
de croissance
Dans le cadre de la réforme de la SNCF, l’Arafer perdrait son droit de veto sur le prix des péages ferroviaires L’« élan très fort » pris à la fin
de 2017 devrait permettre à
l’économie française de croî-
tre de 1,9 % en 2018, selon les

D ans son vaste bureau


du 48e étage de la tour
Montparnasse, Bernard
Roman a failli tomber de son fau-
teuil en lisant l’article 6 du projet
ridiquement contraignants (dits
avis conformes) sur le tarif des
péages que SNCF Réseau, ges-
tionnaire des voies et des quais
de gare, fait payer aux socié-
« modifier les modalités de fixa-
tion de ces redevances et de con-
sultation de l’Autorité de régula-
tion des activités ferroviaires et
routières, ainsi que les critères
A l’Arafer, on voit dans cette
manœuvre la main de Bercy qui
aurait bien du mal à mal à laisser
à d’autres le soin de fixer le ni-
veau des recettes des entrepri-
naire d’infrastructures. » Les ex-
perts de l’Arafer sont d’autant
plus dépités par cette option
gouvernementale qu’ils avaient
entamé une démarche de co-
prévisions de la Banque de
France publiées jeudi 15 mars.
Une estimation revue à la
hausse de 0,2 point. La de-
mande intérieure resterait ti-
de loi pour un nouveau pacte fer- tés qui font rouler des trains qu’elle prend en compte et la por- ses publiques. construction avec SNCF Réseau rée par une accélération de la
roviaire. Alerté par un journaliste (SNCF Mobilités et tous ses con- tée de son avis ». Pour dire les cho- pour adoucir les futurs tarifs. consommation des ménages.
du quotidien Les Echos, le prési- currents présents et à venir) sur ses plus clairement, en matière de « Une erreur historique » En 2019, par exemple, les péages Un rebond des exportations
dent de l’Autorité de régulation le réseau national. péage, l’Arafer ne rendrait plus Par deux fois déjà, l’Autorité de de l’opérateur Thello (filiale de est aussi attendu. En revan-
des activités ferroviaires et rou- que des avis simples, seulement régulation a dû batailler contre Trenitalia), qui propose des che, l’institution prévoit une
tières (Arafer) a découvert au dé- Fin du pouvoir d’avis conforme consultatifs. Adieu, le pouvoir des projets équivalents : en 2010 liaisons internationales Paris- hausse de l’inflation à 1,6 %,
tour de quelques phrases appa- « Sans ce pouvoir, nous serions d’avis conforme. et en 2014, lors de la précédente Venise et Paris-Milan, ont pu être contre 1,2 % en 2017.
remment anodines que la future désarmés », explique-t-on à l’Ara- « Rogner les compétences de grande réforme ferroviaire. revus à la baisse.
loi réformant le système ferro- fer. La fixation des tarifs des péa- l’Arafer au moment où on ouvre le « Heureusement, le Parlement a « Il faut en finir avec les logiques ROYAU M E -UNI
viaire français s’apprête à ame- ges ferroviaires est en effet un le- marché, cela constitue un contre- rétabli les prérogatives de l’Ara- strictement budgétaires, dit Siège social : Unilever
nuiser les pouvoirs du régulateur vier puissant permettant de faci- sens historique, fulmine Bernard fer », se rappelle M. Roman. Ce M. Roman. Une tarification intel- opte pour Rotterdam
que M. Roman incarne. liter ou non la concurrence (des Roman. L’Arafer est le premier ga- dernier entend s’inspirer de l’at- ligente facilite l’essor du train. Pre- Le conglomérat anglo-néer-
L’affaire, si elle est d’impor- péages élevés sont dissuasifs rant de la neutralité concurren- titude de son prédécesseur de nez la ligne à grande vitesse Sud- landais Unilever a annoncé,
tance, est également technique et pour les nouveaux entrants) et tielle. Je le répète : dans un marché l’époque, Pierre Cardo, en mon- Est. Sur les Paris-Lyon, des TGV jeudi 15 mars, son intention
nécessite quelques explications à d’en garantir l’équité. A plusieurs ouvert, il faut un régulateur fort. » tant au créneau et en tâchant de très rentables, inutile de toucher de supprimer son siège social
destination des non-experts des reprises, l’Arafer a censuré les convaincre à la fois le gouver- au tarif des péages. En revanche de Londres et faire de Rotter-
chemins de fer. L’Arafer, autorité propositions de tarification de nement et le Parlement qu’il sur les Paris-Chambéry, actuelle- dam son seul quartier géné-
indépendante, a été créée en 2009 SNCF Réseau. L’an dernier, le ré- faut éviter de commettre « une ment déficitaires, si vous baissez ral. Unilever précise que la
pour accompagner le secteur fer- gulateur a mis son veto aux
« Dans un marché erreur historique ». les péages, vous pouvez réduire les réorganisation n’affecte pas
roviaire dans son ouverture pro- péages 2018 du gestionnaire des ouvert, il faut un Et pour convaincre, il y a prix des billets, augmenter la fré- l’emploi des 7 300 personnes
gressive à la concurrence, en ga- infrastructures. l’exemple italien. « Le prix des quentation et, finalement, être employées au Royaume-Uni.
rantissant à tous les opérateurs de Or, le projet de loi présenté par
régulateur fort » péages a baissé de 30 % en Italie, dans une logique de développe- La société assure que sa déci-
train un accès équitable aux voies le gouvernement mercredi BERNARD ROMAN explique Bernard Roman. Résul- ment. Le but n’est pas de réformer sion n’a rien à voir avec le
ferrées et aux gares. 14 mars stipule que, pour sécu- président de l’Autorité tat, il y a eu plus de trains, plus de pour réformer mais de réformer Brexit et restera cotée à
Parmi ses principaux outils, riser les péages et les rendre de régulation des activités voyageurs et finalement davan- pour développer. » p Londres, Amsterdam et New
l’Arafer peut émettre des avis ju- plus prévisibles, il conviendra de ferroviaires et routières tage de recettes pour le gestion- éric béziat York. – (Reuters.)
4 | économie & entreprise 0123
VENDREDI 16 MARS 2018

La sécurité des produits


de consommation
Korian, des maisons de retraite
a mobilisé la DGCCRF très convoitées
En 2017, la répression des fraudes a infligé Pendant que les salariés font grève pour de meilleures conditions
2 697 amendes, pour 16,2 millions d’euros
de travail, la direction du groupe Korian doit s’expliquer sur ses résultats

E D LES CHIFFRES
ntre les scandales sanitai- La sécurité des produits de es salariés en grève rose. Après avoir légèrement re-
res et les entorses des en- consommation a beaucoup oc- contre « l’inexcusable
Depuis 2015, culé en 2017, à 14 %, la marge de-
treprises à la réglementa- cupé la DGCCRF. Dans le cadre du abandon dans lequel l’action de Korian vrait connaître une nouvelle
tion, la direction générale de la scandale des œufs contaminés au le gouvernement lais- « baisse limitée » en 2018, prévient
concurrence, de la consomma- fipronil, à l’été 2017, elle est inter- se les personnes âgées vulnéra-
a reculé de 14 % la direction. Une annonce jugée
tion et de la répression des frau- venue chez 41 opérateurs dans 22 bles ». Des députées qui récla- quand celle « pas rassurante » par les analys- 3,1 MILLIARDS
des (DGCCRF) n’a pas chômé départements, ce qui a conduit ment, elles aussi, plus de moyens tes de la Société générale. En C’est, en euros, le chiffre
en 2017. Ainsi, 112 585 établisse- « au retrait du marché de 43 réfé- pour les maisons de retraite. Un
d’Orpea, son cause, les difficultés du marché d’affaires de Korian, comme
ments et 12 414 sites Internet ont rences de produits transformés, es- Etat hostile à toute dépense sup- principal français. C’est-à-dire tout ce qui se celui de son rival Orpea en 2017.
été contrôlés, donnant lieu à 4 953 sentiellement des pâtes alimen- plémentaire. Et des investisseurs trouve au cœur de la crise du sec- Les deux groupes sont au coude-
procès-verbaux administratifs et taires ». Fin 2017, lors du rappel des impatients, eux, que ces maisons
concurrent, teur, du malaise des personnels et à-coude pour la première place
2 697 amendes, pour un montant laits infantiles premier âge en rai- dégagent les profits escomptés. a bondi de 40 % du désarroi des familles. européenne des exploitants
de 16,2 millions d’euros. son d’une possible contamination La journée du jeudi 15 mars a Le vieillissement de la popula- de maisons de retraite.
Dans son bilan, présenté jeudi aux salmonelles, elle a mené plus fourni un concentré des exigen- tion et la montée des troubles de
15 mars, le « gendarme » de la de 6 000 contrôles permettant de ces contradictoires auxquelles première à le regretter », recon- type Alzheimer bouleversent le
consommation met l’accent sur constater que « des produits rappe- doivent faire face les exploitants naît la directrice générale. rôle des maisons de retraite. D’an- 163 MILLIONS
les relations commerciales, tant lés étaient ainsi encore à la vente ou d’établissements d’hébergement Cette faiblesse fragilise l’entre- née en année, « les résidents ac- C’est, en euros, le résultat net
celles régissant les entreprises de fournis aux consommateurs dans pour personnes âgées dépendan- prise. Ces derniers mois, plu- cueillis en Ehpad sont de plus en de Korian en 2017. Il a
la distribution que les acteurs de une centaine d’établissements ». tes (Ehpad) comme Korian, l’un sieurs groupes ont pris contact plus âgés, de plus en plus malades progressé de 24 % en un an.
l’Internet, et notamment les pla- des deux champions du secteur avec Korian en vue d’une éven- et de plus en plus dépendants », ré-
ces de marché. Au total, 9 134 éta- Plaintes de l’UFC-Que choisir en Europe, avec Orpea. tuelle prise de contrôle. Cela a été sument les députées Monique
blissements ont été inspectés l’an L’institution a aussi examiné un Le cas Korian est une illustra- le cas, récemment, du fonds PAI Iborra et Caroline Fiat dans leur 740
dernier et dix entreprises assi- sujet qui agite les associations de tion parfaite de la crise des Ehpad Partners, relatent des sources rapport rendu public mercredi. Il C’est le nombre d’établissements
gnées, parmi lesquelles la cen- consommateurs, celui des nano- et de sa complexité. Jeudi, alors concordantes, confirmant une in- n’est pas rare qu’un sur deux de Korian en Europe.
trale d’achat INCA et ses man- particules, ces additifs dissimulés qu’une partie de son personnel formation de l’agence Bloom- souffre de démence. Si bien que Ils peuvent accueillir plus
dants Intermarché et Casino pour dans les produits du quotidien. défilait pour de meilleures condi- berg. Les dirigeants de PAI Par- les structures conçues il y a dix, de 75 000 personnes âgées.
des pratiques « consistant à faire Soupçonnés de répercussions sur tions de travail, Sophie Boissard, tners se verraient bien renouveler vingt ou trente ans pour accueillir
des demandes financières, sou- la santé, ils doivent être signalés la directrice générale du groupe avec Korian la bonne affaire qu’ils des personnes relativement auto-
vent sous la menace de déréféren- sur les étiquettes, comme l’oxyde privé, présentait ses résultats an- ont réalisée en achetant puis re- nomes ne correspondent plus tion du personnel et une politi-
cements, quelques mois seulement de fer (E172), le dioxyde de titane nuels et sa stratégie à des finan- vendant trois ans plus tard son aux besoins. « Le modèle [des Eh- que immobilière active : en 2017,
après la signature du contrat-ca- (E171) qui permet de blanchir et de ciers qui, eux, espèrent plutôt des concurrent DomusVi. Ils ne dé- pad] n’est plus adapté », a reconnu Korian a profité de la faiblesse des
dre annuel », souligne la DGCCRF. rendre les produits brillants, ou le bénéfices en hausse. sespèrent pas de trouver des la ministre de la santé, Agnès taux d’intérêt pour acheter les
Trois entreprises emblémati- dioxyde de silice (E551), utilisé Un grand oral important. En oreilles intéressées chez Predica- Buzyn, devant le Sénat, le 7 mars. murs de plusieurs établisse-
ques de l’économie numérique dans des préparations déshydra- novembre 2015, le précédent pa- Crédit Agricole et chez le cana- ments. Surtout, le groupe ne met
ont aussi été attaquées pour tées pour les boissons chaudes. tron avait été brusquement dien PSP, les deux premiers ac- Politique immobilière active pas tous ses œufs dans le même
des pratiques commerciales abu- En juin 2016, l’ONG Agir pour écarté par les grands actionnai- tionnaires de Korian, jugés « po- Pour faire face, Korian et ses con- panier. A côté des Ehpad, il déve-
sives : Apple et Amazon, en 2017, l’environnement avait alerté sur res. Venue de la SNCF, Mme Bois- tentiellement sortants » par les currents doivent investir lourde- loppe des solutions plus légères
et Google, début 2018. « L’enquête la présence de nanoparticules sard l’avait remplacé pour assu- analystes d’Oddo. ment, ne serait-ce que pour mo- pour des personnes moins dé-
a identifié plusieurs clauses dans dans moult produits alimentaires rer l’intégration des sociétés ac- « Le secteur est porteur, nous derniser les locaux. La question pendantes : accueil de jour, colo-
les contrats conclus entre des déve- et non signalée sur les étiquettes. quises au fil des ans, redresser la sommes sous-valorisés, et beau- des effectifs est aussi posée. Se- cations pour les seniors, etc.
loppeurs d’application d’une part L’UFC-Que choisir a déposé, début rentabilité et réduire l’écart avec coup d’argent est disponible : il est lon les députées, il faudrait dou- Il poursuit aussi son expansion
et Google ou Apple d’autre part, janvier, neuf plaintes contre des Orpea en Bourse. logique qu’une société comme la bler le nombre de personnes « au hors de France. « Comme depuis
susceptibles de constituer un désé- fabricants de produits alimen- nôtre fasse l’objet de sollicitations chevet » des personnes âgées, deux ans, nous avons bien réussi
quilibre significatif prohibé par le taires et de cosmétiques pour « Le secteur est porteur » variées, commente Mme Boissard. afin d’atteindre 60 soignants l’intégration des précédentes so-
code de commerce ». Google « non-respect de l’obligation légale Or cet écart s’est au contraire ac- Mais Korian n’est pas à vendre. pour 100 résidents. Mais per- ciétés acquises, nous pouvons de
France a déclaré, mercredi, que de signalement sur l’emballage ». cru. Depuis décembre 2015, l’ac- Aucun processus n’a été lancé en ce sonne n’est prêt à financer pareil nouveau sortir le périscope, y
ses pratiques commerciales Les résultats des contrôles « se- tion Korian a reculé de 14 %, sens. Aucune discussion n’a lieu. La effort. Ni les familles, ni les dé- compris hors de France, d’Allema-
étaient « conformes à la législa- ront présentés au niveau commu- quand celle d’Orpea a bondi de société a un plan à cinq ans, et on partements, ni l’Etat, qui dimi- gne, de Belgique et d’Italie, nos
tion française » et s’est dit prêt à nautaire [européen] pour permet- 40 %. Si bien que les deux fran- le déroule avec le soutien du con- nue au contraire chaque année quatre pays clés », fait miroiter
« expliquer [sa] position devant les tre, le cas échéant, de préciser et de çais ont beau réaliser exactement seil d’administration. » les tarifs officiels. « Cette année, Mme Boissard. Ses actionnaires lui
tribunaux ». Amazon avait été clarifier la réglementation appli- le même chiffre d’affaires Mieux encore : pour inciter les ils baissent de 1,1 %, ce qui nous ra- laisseront-ils le temps de mener à
poursuivi en juillet 2017 pour des cable », note la DGCCRF. Car, dans (3,1 milliards d’euros en 2017), Or- investisseurs à maintenir leur mène aux tarifs de 2005 », précise bien ce plan, ou finiront-ils par
clauses avec ses vendeurs tiers, près de sept cas sur dix, « la tota- pea, considérée comme une en- confiance, Korian a un peu revu à Mme Boissard. C’est une des rai- céder aux sirènes des candidats
comme la modification unilaté- lité de l’ingrédient se trouvait sous treprise mieux gérée, pèse à pré- la hausse, mercredi, les objectifs sons de la faible croissance de acquéreurs ? Compte tenu des at-
rale du contrat à son entière dis- forme nano, alors que cette carac- sent trois fois plus en Bourse que financiers du plan. Au lieu de Korian en France, et du tasse- tentes des investisseurs, attirés
crétion ou le fait « d’exiger l’aligne- téristique n’était pas, la plupart du son rival ! « La valeur de Korian et 14,5 %, la marge opérationnelle ment de sa marge. par le « papy-boom » et les pro-
ment sur les conditions pratiquées temps, spécifiée sur l’étiquetage son potentiel de croissance ne devrait atteindre 15 % en 2021. La direction du groupe tente messes de l’« or gris », le temps
par les vendeurs sur d’autres ca- des denrées concernées ». p sont pas reconnus dans le cours de Le problème est qu’à plus court donc d’améliorer sa gestion. Au paraît compté. p
naux de vente ». cécile prudhomme Bourse, c’est évident et je suis la terme, l’horizon se révèle moins programme, des efforts de forma- denis cosnard

Toys’R’Us près de disparaître aux Etats-Unis et au Royaume-Uni


Criblée de dettes, l’entreprise n’a pas pu investir sur Internet et moderniser ses magasins. Quelque 35 000 emplois sont menacés

new york - correspondant ques (dont 5 petits formats) et em- réagir à la concurrence du Web. Depuis quelques années, un cer- la période des fêtes, catastrophi-
londres - correspondance ploie 1 300 salariés, Toys’R’Us étu-
En France, Un groupe aussi gros que cle vicieux s’est mis en place : que, a eu le même effet.
die « les mesures à mettre en place l’enseigne Toys’R’Us aurait pu évoluer avec moins de dépenses pour amélio- Les racines du groupe avaient

C’ est la fin d’une des icô-


nes de la consomma-
tion des années du ba-
by-boom. L’enseigne américaine
de jouets Toys’R’Us a annoncé,
dans le but de préserver la conti-
nuité de l’activité », explique au
Monde Jean Charreteur, directeur
général de la filiale française. Se-
lon la presse américaine, l’entre-
a 53 boutiques
et emploie
1 300 salariés
son temps. Mais la présentation
est restée un peu désuète et le site
Internet n’a pas su attirer suffi-
samment. L’une des raisons de cet
échec commercial ? La direction
rer l’enseigne ou pour investir sur
Internet ont provoqué la chute
des ventes, réduisant d’autant les
profits. Les fournisseurs de jouets,
agacés des invendus, commen-
été plantées en 1948, quand Char-
les Lazarus, un ancien combattant
de la seconde guerre mondiale,
avait ouvert un magasin de meu-
bles pour bébés. Une décennie
mercredi 14 mars, qu’elle allait prise tente de trouver un acheteur était avant tout spécialisée en… in- çaient à se méfier de Toys’R’Us et plus tard, il créait Toys’R’Us, au
très probablement devoir fermer pour sauver les 82 magasins du génierie financière. En 2005, les envoyaient moins de stocks, ac- moment où la télévision décollait,
tous ses magasins aux Etats-Unis Canada, et former une entité qui duits, dominés par quelques gran- groupes de capital-risque KKR et centuant la descente infernale. imposant, grâce à la publicité,
et au Royaume-Uni, soit sept reprendrait les 200 boutiques des marques et fabriqués massive- Bain Capital se sont emparés de En septembre 2017, la crise a quelques jouets dominants, dont
cents dans le premier pays et cent américaines les plus rentables et ment en Chine, sont exactement Toys’R’Us en s’endettant de éclaté au grand jour. Aux Etats- les poupées Barbie. Rapidement,
dans le second. Près de 35 000 conserverait la marque vivante. les mêmes, que ce soit sur Ama- 7,5 milliards de dollars (6 milliards Unis, le groupe, qui croulait sous l’enseigne est devenue incontour-
emplois sont en jeu. Le PDG, Da- Rien n’est conclu pour l’instant. zon ou dans les magasins d’euros), et en faisant porter le une dette de 5 milliards de dol- nable, avec son logo multicolore
vid Brandon, en a informé ses sa- Toys’R’Us. Le consommateur a remboursement des intérêts à lars, s’est mis en faillite, sous la et son « R » inversé. A partir des
lariés au siège de l’entreprise, à Descente infernale donc peu de raisons de se dépla- l’enseigne. Cette traditionnelle protection du chapitre 11. Cette années 1980, elle s’est développée
Wayne, dans le New Jersey. Il s’agit Toys’R’Us a souffert d’un double cer. Aux Etats-Unis, le secteur a technique de private equity peut procédure a accéléré l’effondre- à l’international, d’abord au Ca-
d’un des plus grands naufrages problème : la concurrence impla- aussi été victime d’une violente fonctionner, tant que les résultats ment de la société, lors des ven- nada et à Singapour, puis un peu
dans le commerce de détail amé- cable d’Internet et un actionnaire guerre des prix, entre Amazon et suivent. Mais, en cas de difficultés tes de fin d’année. Son résultat partout dans le monde. Selon une
ricain depuis celui de The Sports qui l’a alourdi de dettes. Le chan- Walmart notamment, les jouets opérationnelles, honorer les en- avant impôt et frais financiers, enquête d’Ibisworld, Toys’R’Us
Authority, qui employait 14 500 gement des habitudes de consom- vendus à prix coûtant, voire à gagements auprès des créditeurs qui est habituellement de contrôlait, en 2016, 13,6 % du mar-
salariés et a fermé, en 2016, ses mation est le plus évident. Les perte, servant de produits d’appel. devient de plus en plus difficile. 600 millions de dollars, a été di- ché du jouet américain, contre
460 magasins de sport. jouets sont de plus en plus rem- Résultat, le chiffre d’affaires de Investir dans l’entreprise relève visé par deux en 2017. « Les six 29,4 % pour Walmart et 16,3 %
La multinationale du jouet, qui placés par les jeux vidéo ou les dé- Toys’R’Us aux Etats-Unis, à maga- alors de la mission impossible. derniers mois ont été un enfer », a pour Amazon. La chaîne avait une
possède quelque 800 magasins penses dans les nouveaux médias sins comparables, est en baisse. En 2016, aux Etats-Unis, le déclaré David Brandon, selon le gamme extrêmement large et
hors des Etats-Unis, devrait liqui- (téléphones portables, tablettes…). Au Royaume-Uni aussi, les ventes groupe a dégagé un bénéfice Wall Street Journal. En janvier, le permettait à de nombreuses PME
der ses activités en Espagne, en Concrètement, les enfants jouent reculent. Dans les deux pays, le opérationnel de 460 millions dirigeant avait d’abord proposé à du secteur de vendre leur produc-
Pologne et en Autriche, et vendre moins aux petites voitures et da- groupe a enregistré des pertes de dollars. La même année, les ses créanciers de fermer 20 % de tion. Sa disparition est un séisme
ses magasins en Australie, en Asie vantage sur leurs écrans. opérationnelles. intérêts de sa dette étaient pres- ses magasins, puis la moitié, pour l’industrie du jouet. p
et en Europe centrale. En France, Le marché du jouet est en con- Cette situation n’était pas inévi- que exactement les mêmes avant de se résoudre à une ferme- éric albert
où l’enseigne dispose de 53 bouti- currence avec Internet : les pro- table. D’autres enseignes ont su (457 millions de dollars). ture complète. Au Royaume-Uni, et arnaud leparmentier
économie & entreprise | 5
0123
VENDREDI 16 MARS 2018

Lawrence Kudlow,
des shows télévisés
à la Maison Blanche
Le commentateur de CNBC est pressenti
pour être le conseiller économique de Trump

new york - correspondant mais c’est celui de Donald Trump


et de ses amis républicains.

P our accéder au président


des Etats-Unis, la voie la
plus facile consiste à expo-
ser ses convictions sur les talk-
shows qu’affectionne M. Trump.
« L’économie commence à rugir et
cela ne fait que commencer », a dé-
claré M. Kudlow. Le conseiller
pressenti est un disciple d’Arthur
Laffer, l’économiste qui a donné
C’est le stratagème qu’a adopté, son nom à la courbe qui explique
ces derniers mois, le conseiller au que trop d’impôt tue l’impôt. Les
commerce de la Maison Blanche, deux hommes ont travaillé en-
Peter Navarro, privé d’accès au semble pour le président Ronald
président par ses adversaires poli- Reagan, dans les années 1980 :
tiques, pour faire valoir ses vues M. Kudlow, qui avait commencé à
protectionnistes. Avec succès. la Réserve fédérale de New York,
C’est ce qui devrait faire la for- était conseiller budgétaire à la
tune de Lawrence Kudlow : cet Maison Blanche, tandis que
économiste, ancien de l’adminis- M. Laffer était dans l’équipe des
tration Reagan, est un commen- conseillers économiques.
tateur vedette de la chaîne de télé- A côté des impôts, l’autre sujet
vision CNBC, qui distribue depuis qui passionne le futur conseiller :
Didier Valet, directeur général délégué de la Société générale, en février 2017, à Paris. VINCENT ISORE/IP3 des mois les bons (souvent) et les le commerce. Et c’est ici que le bât
mauvais (parfois) points écono- blesse. M. Kudlow a tiré à boulets
miques à Donald Trump. A 70 ans, rouges sur les mesures protec-
ce débatteur hors pair s’est vu pro- tionnistes qui ont entraîné le dé-
poser le poste de conseiller éco- part de son prédécesseur, Gary
nomique de la Maison Blanche et Cohn. Avec Arthur Laffer et l’éco-

La justice américaine fragilise président du Conseil économique


national. En remplacement de
Gary Cohn, ancien numéro deux
de Goldman Sachs, qui a claqué la
nomiste républicain Stephen
Moore, il a vivement critiqué l’ini-
tiative : « Trump devrait examiner
l’histoire des barrières douanières,

l’état-major de la Société générale


porte à la suite des mesures pro- car elles n’ont jamais fonctionné
tectionnistes prises par le prési- comme espéré et ont presque tou-
dent sur l’acier et l’aluminium. jours abouti à une conclusion mal-
L’annonce officielle du choix heureuse », dénoncent-ils. Toute-
de M. Kudlow, 70 ans, devrait fois, M. Trump est en passe
Didier Valet, numéro deux de la banque, quitte le groupe vendredi avoir lieu jeudi 15 mars, lors d’amender son projet, qui ne
d’une rencontre avec le président taxerait pas tous les pays, exemp-
à la Maison Blanche, mais l’inté- tant au moins temporairement le
ressé a vendu la mèche, expli- Canada, le Mexique et l’Australie,
suite de la première page tant des amendes », assure un pro- donné des estimations basses quant que M. Trump lui avait pro- ce qui le rend, selon Stephen
che du dossier. Restera l’affaire de
« Ce départ concernant le Libor en dollars. Si posé le poste lors d’un coup de té- Moore, beaucoup plus acceptable
Outre le Libor, la Société générale l’OFAC, très limitée selon cette va permettre la trésorerie dépend de la salle léphone mardi 13 au soir. « J’ai im- pour M. Kudlow.
négocie avec la justice outre-At- source : la Société générale est des marchés, elle est copilotée médiatement accepté, j’ai dit que Après avoir servi le président
lantique pour régler deux autres pointée du doigt pour avoir ac-
de débloquer les par la direction financière. Or, je serais honoré d’accepter », a Reagan, M. Kudlow a quitté
litiges. Comme BNP Paribas, cordé un crédit de 26 millions de dossiers libyens M. Valet était directeur financier confié M. Kudlow, qui a cru, lors Washington pour New York où il
Deutsche Bank ou le Crédit agri- dollars (21 millions d’euros) à un de la banque entre mai 2008 et du premier appel du président est devenu économiste en chef de
cole avant lui, l’établissement fait trader faisant du négoce notam-
et Libor », selon décembre 2011. Il a participé à des que celui-ci « [l]’appelait pour Bear Sterns. Il a quitté la banque
d’abord l’objet d’une enquête de ment avec Cuba. un connaisseur réunions où ces questions ont [lui] passer un savon ». En cause, au début des années 1990 pour
l’OFAC, le bureau du Trésor améri- été évoquées. Pour la justice amé- ses critiques sur la politique com- traiter des problèmes d’addiction
cain qui gère les sanctions finan- Stigmatisation mortelle ricaine, c’est impardonnable. Iro- merciale américaine. à l’alcool et aux drogues. Il a re-
cières à l’encontre de ceux ayant Dans ce maelström, l’affaire du Li- rations des banques partenaires nique quand tout le monde à Pa- trouvé un poste dans l’entreprise
contourné les embargos améri- bor reste à part. Il ne faut surtout qui indiquent à quel taux elles ris loue « l’éthique irréprochable » Un enfant du reaganisme de son ami Arthur Laffer, s’est
cains contre l’Iran, Cuba ou le Sou- pas la confondre avec les scanda- empruntent. La Société générale de M. Valet. Comme toute la So- Retour sur le parcours de M. Ku- converti au catholicisme et est de-
dan. Ensuite, il doit répondre à les qui ont déjà entaché le taux est accusée d’avoir minoré, entre cgen salue également l’éthique et dlow : cet économiste a beau avoir venu, dans les années 2000, une
des accusations de corruption londonien et son cousin Euribor, mai 2010 et octobre 2011 ses dé- la loyauté de Mme Sindzingre, commencé aux côtés des démo- vedette radiotélévisée.
concernant ses opérations avec le avec de lourdes sanctions pour clarations quotidiennes, afin de dont l’éviction a miné le moral crates dans les années 1970, il est Force de conviction et loyauté
fonds souverain libyen Libyan In- nombre d’établissements – dont ne pas apparaître fragilisée du- des troupes… un enfant du reaganisme, un par- seront ses atouts vis-à-vis de Do-
vestment Authority (LIA). la Société générale – et des peines rant la crise de l’euro en révélant M. Oudéa va prendre en charge tisan des baisses massives d’im- nald Trump. « Il reste loyal, même
Depuis des mois, la justice amé- de prison infligées en juillet 2016 qu’elle empruntait plus cher que directement la Banque de finan- pôts, censées doper la compétiti- lorsqu’une décision est prise con-
ricaine maintient la banque sous à quatre anciens de Barclays. La ses concurrents, signe d’une dé- cement et d’investissement en at- vité des entreprises et relancer la tre lui », a assuré Arthur Laffer au
pression alors que M. Oudéa rêve justice de part et d’autre de l’At- fiance de la communauté finan- tendant de trouver un remplaçant croissance. C’était la recette de New York Times. Lui laissera-t-on
de tourner la page au plus vite. lantique avait alors démantelé un cière. Une stigmatisation poten- à M. Valet. Pas simple. L’an der- Ronald Reagan dans les années le loisir de se tromper, comme les
Mais le passé est récalcitrant. La réseau de tradeurs indélicats qui, tiellement mortelle… nier, Christophe Mianné, figure 1980, c’est celle poursuivie par économistes-commentateurs ?
Société générale a ainsi déjà versé au milieu des années 2000, tri- En août 2017, la justice de l’Etat historique des marchés à la Soc- Donald Trump avec sa réforme Le Wall Street Journal a exhumé
963 millions d’euros en mai 2017 chaient sur le Libor afin d’amélio- de New York a inculpé deux sala- gen, qui aurait pu faire figure de fiscale. Et M. Kudlow estime que une prédiction faite par M. Kud-
au LIA pour mettre fin à des pour- rer leurs bonus. riées de la trésorerie de la SocGen, successeur, avait été prié de faire ce choc va faire progresser la low en décembre 2007 : « Il n’y a
suites engagées par ce dernier Pour comprendre ce que les Danielle Sindzingre et Muriel ses valises. En réponse à cette croissance et être financé par un pas de récession qui vienne. Le
pour des transactions réalisées Etats-Unis reprochent désormais Bescond. Ce sont elles qui déter- crise, selon nos sources, le conseil surplus de recettes fiscales. boom des années Bush est bien vi-
entre 2007 et 2009. à la Société générale, il faut se rap- minaient au sein de la banque les d’administration a d’ores et déjà Ce n’est pas l’avis des experts du vant. C’est la plus grande histoire
« Le départ de M. Valet va per- peler comment fonctionne le Li- estimations transmises à Thom- assuré M. Oudéa, dont le mandat Congrès, qui tablent sur plus qu’on ait eue. » Le mois suivant,
mettre de débloquer les dossiers li- bor. Ce thermomètre du marché son Reuters, le gestionnaire du Li- arrivait à échéance en 2019, de son de 1 000 milliards de dollars les Etats-Unis entraient dans la
byen et Libor. Les provisions déjà monétaire est déterminé chaque bor. La justice américaine les ac- renouvellement. p (808 milliards d’euros) de déficits pire crise de l’après-guerre. p
passées devraient couvrir le mon- jour à Londres à partir des décla- cuse d’avoir « délibérément » isabelle chaperon supplémentaires sur dix ans, arnaud leparmentier

Le Sénat américain assouplit la réglementation financière


Trump a salué le vote d’un texte qui détricote la loi Dodd-Frank, adoptée sous Obama. La Chambre des représentants doit encore se prononcer

new york - correspondant « Le vote du Sénat accroît les ris- tions jugées étouffantes pour les prêts [financiers] et les créations sant passer de 50 milliards de dol- Les petites banques ont aussi
ques que votre argent soit utilisé petites banques. Le débat a révélé d’emplois ont été entravés par une lars (40 milliards d’euros) à droit à toute une série d’assou-

C’ était hier, ou plutôt il y


a dix ans : la ban-
que américaine Bear
Stearns était renflouée par la Ré-
serve Fédérale (Fed) et le contri-
pour renflouer de nouveau les
grandes banques », a déploré sur
Twitter la sénatrice du Massachu-
setts, Elizabeth Warren, qui in-
carne l’aile gauche du Parti démo-
une fracture au sein du Parti dé-
mocrate, les élus des Etats cen-
traux voulant alléger les contrain-
tes pour préserver leur réseau
bancaire local. « Elle n’habite pas
régulation coûteuse ». Donald
Trump, qui avait essuyé un ca-
mouflet à l’été 2017 lorsqu’il avait
été incapable d’obtenir la révoca-
tion de la loi sur la santé (« Obama-
250 milliards d’actifs le niveau à
partir duquel cette surveillance
s’applique. La Fed a déjà limité les
tests de résistance imposés aux
banques de taille moyenne, mais
plissements. Celles disposant de
moins de dix milliards d’actifs
seront exonérées de la règle dite
« de Paul Volcker » (ancien pré-
sident de la Fed, de 1979 à 1987),
buable américain. Première crate. Elle s’en est prise à certains là où j’habite », a déclaré, à propos care »), s’est réjoui et a fait savoir le caractère strict de la loi Dodd- qui limite la capacité des ban-
alerte avant une cascade de dé- de ses amis, notant que « cette pro- de Mme Warren, la sénatrice démo- qu’il pourrait signer la loi telle Frank l’empêchait de faire plus. ques à spéculer.
faillances financières qui allait position ne serait pas en passe de crate du Dakota du Nord Heidi quelle. Reste à savoir si la Chambre Les exigences de capitaux se- A la différence du projet de la
précipiter la planète dans la pire devenir une loi sans le soutien de Heitkamp, estimant que les habi- des représentants ne modifiera ront allégées pour les banques Chambre des représentants, le Sé-
crise économique depuis 1929. ces démocrates ». Ce vote a été ac- tants de son Etat « se [moquaient] pas le texte dans un sens encore spécialisées dans la conservation nat ne touche pas au Bureau de
C’est en ce jour anniversaire que quis par 67 votes contre 31. Dix- de ce que pense Elizabeth Warren ». plus libéral, au risque de perdre les des actifs de leurs clients institu- protection des consommateurs
les sénateurs américains ont dé- sept démocrates centristes ont voix démocrates du Sénat lors de tionnels. Selon le Wall Street Jour- de produits financiers, agence in-
cidé d’assouplir le paquet de ré- joint leurs voix à celles de leurs « Régulation coûteuse » l’adoption du texte définitif. nal, cette mesure qui devrait bé- dépendante créée sous Obama et
glementations adopté en 2010 collègues républicains dans un Le promoteur du texte, Mike La loi réduit de 38 à 12 le nombre néficier à State Street ou à la régulièrement dénoncée par les
sous la présidence de Barack texte présenté comme un toilet- Crapo (Idaho, républicain), a jugé de banques (sur les 5 670 que Bank of New York Mellon pour- républicains pour son pouvoir
Obama et connu sous le nom tage de la loi censé réduire la bu- que « cette loi [avait] reçu un large compte le pays) qui seront sous rait, in fine, profiter à JPMorgan jugé excessif et sans contrôle. p
de loi Dodd-Frank. reaucratie et limiter les obliga- soutien pour une bonne raison : les haute surveillance de la Fed, en fai- Chase ou Citigroup. ar. le.
6 | management 0123
VENDREDI 16 MARS 2018

La noirceur des Le précieux apport des seniors


Aux Etats-Unis, un cabinet comptable parie sur les plus de 60 ans pour se développer
ressources humaines new york - correspondance

L J
ongtemps, il a licencié DRH. LA MACHINE e ne joue pas au golf et je n’ai
« pour des raisons futiles », À BROYER. pas de maison en Floride »,
« convaincu que cela était RECRUTER, avoue Larry Baye, 64 ans.
nécessaire à la bonne CASSER, JETER L’expert-comptable, ancien
santé de l’entreprise ». Didier Bille, de Didier Bille partenaire de grands cabi-
ancien directeur des ressources Le Cherche Midi, nets de conseil, ne se voyait pas
humaines, dénonce dans un brû- 268 pages, partir si tôt à la retraite. Alors,
lot sans concession les pratiques 18 euros M. Baye est allé proposer ses servi-
inavouables des entreprises pour ces à un chasseur de têtes. Ce pro-
gérer les salariés. « Un licencie- fessionnel l’a aidé à rafraîchir son
ment exemplaire », « Risquer la anonymes dénonçant l’un ou CV et il l’a présenté aux dirigeants
vie des autres, c’est bankable », l’autre étaient également prises de PKF O’Connor Davies – un cabi-
« Discriminez, discriminez, il en pour argent comptant », écrit-il. net comptable de 750 personnes
restera toujours quelque chose », « Les managers qui ont tenté de sur la Côte est des Etats-Unis, qui
les titres de chapitre donnent le s’opposer à ces méthodes douteu- recrute des seniors. Depuis deux
ton de ce livre témoignage, qui dit ses ont été licenciés », ajoute-t-il. Le ans, M. Baye y travaille trois jours
tout haut ce que chacun voit par- propos n’est pas d’accuser des en- par semaine.
fois entre les murs de l’entreprise. treprises en particulier, mais de « Je ne vais pas recruter dans les
La force de DRH, la machine à dénoncer la déshumanisation de maisons de retraite, plaisante
broyer est dans les détails, dans la la gestion du personnel. Christopher Petermann, l’un des
description de méthodes mises au Tous les sujets abordés sont à associés du groupe. Mais disons
service d’un cynisme sans borne, l’avenant. Les réseaux sociaux ? que nous ne tenons pas compte de
qu’il a lui-même « exécutées », Une mine d’informations person- l’âge. Nous gardons un esprit
avec parfois la volonté d’instaurer nelles, scrutée par les RH « si on ouvert. » PKF O’Connor Davies se
une culture de la peur. « L’entretien souhaite étoffer un dossier » sur un veut plus flexible que les Big Four
préalable [de licenciement] bien salarié. La sécurité des salariés ? « Si de la comptabilité, qui ont fixé un
mené est un travail d’équipe dans vous voulez avoir un bonus en fin départ obligatoire à la retraite de
lequel les ressources humaines et le d’année, on ne peut rien faire (…). On 60 à 65 ans pour faire de la place ADRIÀ FRUITOS
salarié creusent ensemble la tombe verra cela l’année prochaine », rap- aux jeunes et être capables de leur
de ce dernier », écrit ainsi l’auteur. porte-t-il, signalant au passage offrir une belle progression de car- permettent de développer de ses plus modestes. » « C’est ainsi des cosmétiques apprécient son
qu’une pression est parfois exercée rière, les meilleurs devenant asso- nouvelles affaires et servent de que j’ai découvert le système judi- savoir-faire. Les seniors sont por-
LES RÉSEAUX SOCIAUX, UNE MINE sur les salariés pour qu’ils ne décla- ciés et actionnaires du cabinet. mentors à leurs collègues. « C’est ciaire. J’ai aussi été en contact avec teurs d’idées nouvelles. Grâce à
Il présente les méthodes pour réa- rent pas leur accident du travail. Chez PKF O’Connor Davies, les tout simplement une bonne stra- une association qui m’a permis de M. Fiore, PKF O’Connor Davies
liser les objectifs de réduction d’ef- « Les RH peuvent aussi faire un plus de 66 ans n’ont pas le droit tégie, juge M. Petermann. Si l’es- comprendre le fonctionnement des peut dorénavant proposer à ses
fectif fixés aux DRH, parfois sans travail respectueux et constructif, de posséder des parts dans la so- prit reste vif, il nous apporte de la subventions pour des personnes à clients la mise en place d’un pro-
autre motivation que « l’envie de se concède toutefois l’auteur, pour ciété. L’entreprise a, elle aussi, be- valeur. » Le plus ancien cadre est faibles revenus. Je suis à nouveau jet d’actionnariat des salariés
débarrasser de quelqu’un », grâce à peu que le sujet émarge à plus de soin de cette « carotte » pour atti- âgé de 86 ans. étudiant », s’amuse-t-il. dans l’entreprise, lancé il y a trois
de fausses raisons, des pratiques 150 000 euros. » Pas de quoi redo- rer les jeunes : la promesse d’être M. Baye, lui, savoure sa seconde ans sous le nom d’ESOP (Em-
illégales comme la sous-notation rer leur blason. En rouvrant tous un jour « propriétaires » de la carrière. Il n’est pas là pour dévo- Porteurs d’idées nouvelles ployee Stock Ownership Plan).
des compétences des salariés, ou les dossiers obscurs qu’il a con- maison. Mais la compagnie aime rer les autres, mais pour conti- Alfred Fiore, lui aussi salarié de Enfin, les « vieux sages » savent
avec force coups bas : « La moindre nus, Didier Bille dresse un por- avoir à sa disposition des « pan- nuer à apprendre. « J’ai déjà été as- PKF O’Connor Davies, a 70 ans et partager leur savoir-faire avec
suspicion de faute était sanction- trait à charge de la fonction RH. p thères grises ». Une quinzaine socié, avoue-t-il. Je ne cherche pas à des poussières. L’ancien étudiant leurs jeunes collègues. « J’ai envie
née par un licenciement. Les lettres anne rodier d’employés à temps partiel qui être promu, et le titre m’indiffère. » d’Harvard, qui a travaillé à Paris et de les aider à réussir, assure
La qualification de « principal » lui à New York, était un rainmaker M. Baye. Pour moi, ces gens ne
suffit. Il n’est pas là non plus pour chez KPMG. Un vrai apporteur sont pas que des heures à facturer.
braconner sur les terres de son an- d’affaires. Il en a gardé un très bon Je peux être utile et leur montrer,
cien cabinet. Une clause de non- carnet d’adresses avec d’excel- par exemple, comment travailler
concurrence lui interdit de pren- lents contacts des deux côtés de en équipe ou comment vendre une
dre contact avec ses ex-clients. l’Atlantique. « Alfred nous ouvre affaire. » En deux ans, le vétéran
Ce qui l’intéresse, c’est de déve- des portes qui, sans lui, seraient n’a pas encore pu former un asso-
lopper la branche consultants. Le restées fermées », assure M. Peter- cié. Mais une de ses collègues
comptable est expert en détec- mann. Ses vieux amis de KPMG vient d’être promue senior mana-
tion des risques : nourriture con- lui envoient des clients poten- geuse, et il croit l’y avoir aidée.
taminée, absence de finance- tiels. Il sait renvoyer l’ascenseur. Il Selon le National Bureau of Eco-
ments, dégâts des tempêtes… Il peut aussi donner de précieux nomic Research, 60 % des retrai-
sait identifier ces risques et com- conseils lorsqu’une entreprise tés retourneraient volontiers au
ment les réduire. Chez PKF O’Con- cliente de PKF O’Connor Davies travail si on leur proposait des
nor Davies, il a rencontré d’autres rencontre des difficultés à l’inter- horaires souples, parce qu’ils en
interlocuteurs et abordé des sec- national. Et comme il a suivi en ont financièrement besoin ou
teurs d’activité différents. « Ici, France les affaires de Revlon, les qu’ils ont envie de rester actifs. p
dit-il, on travaille avec des entrepri- PME américaines dans l’industrie caroline talbot

QUESTION DE DROIT SOCIAL


Vers le covoiturage d’entreprise ?

D epuis le 1er janvier 2018, la loi rela-


tive à la transition énergétique
pour la croissance verte de 2015
oblige les entreprises regroupant au moins
100 salariés sur un site situé dans le péri-
transmis à l’autorité organisatrice de la mo-
bilité. En fonction de la localisation du site
et de leur activité, les entreprises ont l’em-
barras du choix sur l’offre de transports col-
lectifs ou alternatifs : incitation à l’utilisa-
mètre d’un plan de déplacement urbain tion du vélo et des transports en commun,
(PDU) à élaborer un plan de mobilité vélos électriques, covoiturage domicile-tra-
(PDM). Le PDU concerne depuis 1982 les ag- vail, autopartage, télétravail, « chèque-taxi »
glomérations de plus de 100 000 habitants. pour des situations exceptionnelles au pro-
Il est entendu comme une « démarche fit des « alternatifs ». Un plan de mobilité
d’élaboration d’un projet global en matière pourrait même comporter la réduction du
d’aménagement du territoire et des déplace- nombre de places de parking, une mesure
ments en vue de favoriser le développement souvent peu appréciée par les salariés.
harmonieux et maîtrisé du territoire, l’émer-
gence d’une culture commune sur les dépla- Enjeu sérieux pour les grands groupes
cements urbains et intercommunaux, l’aug- Le risque pour les entreprises de ne pas res-
¶ mentation de l’usage des transports collec- pecter l’obligation du plan de mobilité n’est
Francis Kessler tifs, le doublement du nombre de déplace- toutefois pas très important. La sanction
est maître ments à vélo et l’augmentation de la part de pour une absence d’élaboration d’un PDM,
de conférences l’acheminement des marchandises par le fer figurant à l’article L1214-8-2 du code des
à l'université et la voie d’eau ». transports, se résume à la perte du soutien
Paris-I-Panthéon- Concrètement, dans les sociétés, un plan technique et financier de l’Agence de l’envi-
Sorbonne de déplacement entreprise (PDE) existait ronnement et de la maîtrise de l’énergie
déjà depuis 1998, mais il n’était qu’incitatif. (Ademe). L’enjeu pourrait être sérieux pour
Créé pour améliorer le transport des per- les grands groupes, remettant en cause des
sonnels, ce dispositif s’était peu développé. subventions d’un plan investissements
Sous l’effet de la crise économique, le nom- d’avenir. Mais une telle sanction sera pro-
bre de recours au plan de déplacement bablement considérée comme excessive.
d’entreprise stagnait depuis 2008. Le carac- Promu par le Groupement des autorités
tère désormais obligatoire du plan de mo- responsables de transports (GART), fort de
bilité change la donne. 250 collectivités locales, le plan de mobilité
Ce nouveau plan de mobilité doit com- ne l’est pour l’instant guère par l’Ademe
porter une analyse des déplacements des dont le site renvoie encore à des outils, cer-
salariés, un plan d’action et son finance- tes réutilisables au moins pour partie dans
ment, un calendrier des réalisations et des le cadre d’un PDM, du plan de déplacement
modalités de suivi. Il doit notamment être d’entreprise. p
0123
VENDREDI 16 MARS 2018 idées | 7
ÉMERGENCES | CHRONIQUE
par mar ie de ve rg ès

L’Ethiopie en pleine crise de croissance

L’ Ethiopie, terre des opportuni-


tés, nouveau « Far East »… A
Addis-Abeba, les autorités
connaissent le bréviaire de l’attracti-
vité sur le bout des doigts. « Dans les
auquel le pays cherche aujourd’hui pé-
niblement un successeur. Le tout sur
fond de contestation antigouverne-
mentale, notamment des communau-
tés oromo et amhara, majoritaires au
l’ordre de 10 % par an pendant dix ans.
La mortalité infantile a chuté. Les uni-
versités poussent comme des champi-
gnons. En une décennie, le produit in-
térieur brut par habitant a été
de production industrielle grâce à sa
propre main-d’œuvre abondante et
très bon marché. Une nouvelle Chine,
en somme. Comme Pékin, il s’agit
d’ouvrir l’économie tout en tenant le
DE LA CHINE,
LE PAYS SEMBLE VOULOIR
TOUT ACCUEILLIR
années 1990, nous étions une toute sein de la population et très remon- multiplié par deux. Un genre de boom pays d’une main de fer : un ver-
petite économie. Nous sommes main- tées contre un appareil d’Etat contrôlé économique à la chinoise. rouillage politique en contrepartie ET TOUT EMPRUNTER
tenant l’une des plus grosses d’Afrique par l’ethnie des Tigréens. L’ex-empire du Milieu est d’ailleurs d’une croissance à deux chiffres.
subsaharienne, une destination en Ethiopie comme chez lui. Immeu- Mais ce pacte économique pourrait
sérieuse pour les investissements et un UNE INDUSTRIALISATION DIRIGISTE bles, parcs industriels, routes, tram- se lézarder. D’abord parce que la route mois, et un tiers de la population vit
futur hub industriel. » Ministre des Qu’on ne s’y trompe pas. Politique et ways, voies ferrées : un nouveau pays est encore longue avant que l’Ethiopie sous le seuil de pauvreté. Le sous-
finances, Abraham Tekeste s’adresse à économie sont ici étroitement liées. sort de terre et, partout, les Chinois puisse revendiquer le titre de tigre emploi des jeunes est massif. L’accès à
un public sagement assis dans les « Ils sont passés, en vingt ans, d’un sont à la manœuvre. Les panneaux en exportateur. Le secteur manufactu- l’eau potable, comme à des logements
rangées d’un amphithéâtre : les repré- système quasi féodal au XXIe siècle, mandarin recouvrent Addis-Abeba, rier ne représente aujourd’hui que décents, difficilement assuré.
sentants d’une quarantaine d’entre- analyse Bernard Coulais, directeur immense chantier à ciel ouvert à 5 % du PIB. Bureaucratie, manque La pression foncière monte dans
prises françaises venus, les 8 et général à Addis-Abeba du groupe 2 500 mètres d’altitude. De la Chine, de devises, crise de liquidités, faible un pays dont la population est encore
9 mars, en visite exploratoire. Avides BGI-Castel (bière et vin), le plus impor- l’Ethiopie semble vouloir tout ac- qualification de la force de travail : rurale à 80 %. Le régime est accusé de
d’en savoir plus sur le modèle d’un tant des investisseurs français en cueillir et tout emprunter : les inves- pour s’en sortir, le secteur privé doit confisquer des terres au profit de ses
pays qui connaît la croissance, la plus Ethiopie. Forcément, ça bouscule. tissements, les hommes, les équipe- avoir des reins solides. Enfin, les projets industriels. Les investisseurs
rapide du continent… Ils sont en crise de croissance. » ments, les produits de consommation, tensions montent au sein d’une large étrangers sont parfois visés. « Nos
L’Ethiopie séduit et, pourtant, La trajectoire est impressionnante, les crédits et, surtout, la méthode. frange de la population, qui juge que camions sont régulièrement attaqués,
l’Ethiopie inquiète. Miracle ou mi- stupéfiante même. Pendant long- Qu’on en juge. Le pays se définit tout ce développement se fait sans les contestataires nous reprochent
rage ? La crise politique qui sévit de- temps, les clichés misérabilistes ont comme un Etat développementaliste. lui. Si ce n’est à son détriment. d’être en cheville avec le gouvernement
puis des mois et vient de regagner en collé à la peau de l’Ethiopie, terre Autoritaire et bureaucratique, le gou- Les gratte-ciel peuvent bien fleurir à auquel nous payons nos impôts », ra-
intensité brouille les certitudes. L’état des grandes famines des années 1980 vernement a décrété une politique Addis-Abeba, les millionnaires se mul- conte-t-on dans cette ferme horticole
d’urgence a été décrété mi-février, pour et de pauvreté absolue. Mais ce pays d’industrialisation dirigiste, à base de tiplier comme des petits pains (3 100 européenne. Au point de songer à
la deuxième fois en un an et demi. Une de 100 millions d’habitants – le plans quinquennaux pris très au sé- en 2016 contre 1 300 dix ans plus tôt), quitter l’Ethiopie ? « Non, car ici tout
mesure exceptionnelle prise au lende- deuxième plus peuplé d’Afrique après rieux. Son ambition : profiter de la l’Ethiopie demeure l’un des pays les est difficile, mais tout reste possible. » p
main de la démission surprise du pre- le Nigeria – a connu ces dernières hausse du coût du travail en Asie afin plus pauvres du monde. Le salaire
mier ministre, Hailemariam Desalegn, années une croissance fulgurante, de de s’imposer à son tour comme base moyen n’excède pas 60 euros par deverges@lemonde.fr

HISTOIRE
Eolien en mer, une filière
Etats et banques centrales
face au risque systémique française d’excellence en danger
moigne l’extraordinaire service d’in-
Cinq dirigeants d’entreprises du secteur sur le territoire depuis 2012. C’est
par pierre-cyrille hautcœur
formation financière créé alors par le protestent contre la volonté du gouvernement l’existence de la filière française qui
Crédit lyonnais), leur activité a com- est menacée par ces retards, avec la
de renégocier les prix des marchés conclus il y a

D
ès la crise de la fin des an- mencé à se concentrer. Leurs premiè- perte possible de compétences-clés
nées 2000, l’union moné- res incursions dans le financement cinq à sept ans, au risque de retarder les chantiers pour nos industries. Ce sont égale-
taire européenne s’est ma- des grandes affaires financières et in- ment de nombreux partenariats avec
nifestée sous la forme dustrielles ont conduit à des faillites des sous-traitants et des centres de
d’une intervention croissante de la dans lesquelles les banques centrales pacités de production et d’exporta- recherche locaux qui pourraient per-
collectif
Banque centrale européenne (BCE) comme les gouvernements refusaient tion, la France a un rôle capital à jouer. dre de leur dynamisme.
pour assurer la liquidité des banques d’intervenir quand l’insolvabilité Aujourd’hui, nous, industriels ma- Dans un contexte, déjà difficile, le

A
et sécuriser les dettes publiques, avec semblait avérée. lors que le gouvernement jeurs de l’éolien en mer, fournisseurs gouvernement a déposé, jeudi 8 mars,
pour effet un triplement de son bilan envisage la possibilité de de turbines, constructeurs de fonda- un amendement au projet de loi
et un accroissement de son influence. CONCENTRATION ACCRUE renégocier les appels d’of- tions métalliques et béton, armateurs, « pour un Etat au service d’une so-
En revanche, la responsabilité de ré- Mais la concentration bancaire est de- fres dans l’éolien en mer or- constructeurs navals, sommes fiers ciété de confiance » actuellement exa-
tablir la solvabilité de banques au venue un souci quand les défaillances ganisés en 2011 et 2013, nous, acteurs- de participer à la structuration d’une miné au Sénat, qui envisage la possi-
bord de la faillite est largement restée de banques, de plus en plus importan- clés du secteur, alertons sur les filière d’excellence française, vecteur bilité de renégocier les appels d’offres
du ressort des gouvernements natio- tes (comme celle de l’Union générale conséquences d’un énième coup de de rayonnement pour notre écono- dans l’éolien en mer organisés en 2011
naux. L’expérience historique sug- en France, en 1882), ont fini par déclen- frein à une filière porteuse de dévelop- mie. Nos usines, nos centres d’ingé- et 2013. Il souhaite ainsi pouvoir re-
gère que cette répartition des rôles cher de véritables crises économiques. pement économique pour la France. nierie et de recherche et développe- voir à la baisse les tarifs fixés, prenant
n’est pas durable. Certaines banques centrales ont alors Le marché de l’éolien en mer est ment, nos navires et notre pavillon, à en compte les nouvelles conditions
Jusqu’au milieu du XIXe siècle, la plu- commencé à soutenir l’activité des aujourd’hui une réalité. Les énergies Saint-Nazaire, Cherbourg, Nantes, ou du marché. Aujourd’hui, tout nou-
part des banques étaient des entrepri- banques régionales pour limiter la renouvelables représentent chaque encore La Ciotat et Fos-sur-Mer, sont veau report administratif ou législatif
ses d’assez petite taille, régionales ou concentration, ou encore à garder el- année plus de la moitié des nouvelles autant d’atouts industriels de premier affaiblirait encore davantage la filière.
spécialisées. La création de banques les-mêmes un poids financier et poli- capacités énergétiques installées dans rang qui contribuent chaque jour au Nous ne pouvons nous résoudre à la
de grande taille faisait l’objet d’une tique suffisamment volumineux le monde. L’éolien en mer bénéficie à développement et à la compétitivité possibilité d’un tel gâchis industriel,
forte opposition politique, motivée pour contrôler les risques systémi- lui seul d’une croissance exception- de l’industrie française sur le marché alors même que la France, deuxième
par la crainte de voir de telles banques ques. Le bilan du Comptoir d’es- nelle : d’ici à 2030, la puissance électri- mondial de l’éolien offshore. domaine maritime du monde, dis-
acquérir une influence excessive. La compte de Paris, une des plus grandes que installée devrait atteindre 100 GW pose de tous les atouts géographiques
création de banques (privées) d’émis- banques françaises en 1913, atteignait selon les projections, presque six fois GÂCHIS INDUSTRIEL et climatiques nécessaires au déve-
sion monétaire était le résultat de alors 20 % de celui de la Banque de plus qu’aujourd’hui (17 GW) ! Si, dès 2009, à la suite du Grenelle de loppement de la filière. Le renforce-
compromis entre d’une part les ban- France, et moins de 5 % du produit na- Sous l’impulsion de la Grande-Breta- l’environnement, l’Etat avait affiché de ment de nos capacités de production
quiers, qui voulaient s’assurer mu- tional brut (PNB). gne et de l’Allemagne, l’Europe est fortes ambitions pour la création dans l’éolien en mer est source d’op-
tuellement une garantie de liquidités Depuis la crise de 2008, la concentra- moteur de cette croissance avec une d’une nouvelle filière industrielle d’ex- portunités de croissance économi-
par l’émission de billets, même con- tion du système bancaire européen augmentation des capacités de pro- cellence, en prévoyant notamment que, de créations d’emplois et d’inno-
trainte par l’obligation de convertibi- s’est fortement accrue : les cinq plus duction de 25 % en 2017, selon le rap- 6 GW de puissance pour l’éolien off- vation technologique considérables
lité métallique, et d’autre part les gou- grandes banques pèsent 45 % du bilan port de l’association Wind Europe shore sur le territoire en 2020, le déve- pour le pays. Nous ne pouvons conce-
vernements, désireux de s’offrir du total du secteur, contre 30 % en 2008, « Wind in Power 2017 – Annual Combi- loppement et la pérennité de l’ensem- voir que cette filière, pourtant si pro-
crédit bon marché et de faciliter le dé- une mesure qui sous-estime la con- ned Onshore and Offshore Wind ble de la filière sont aujourd’hui metteuse à l’export, ne puisse contri-
veloppement économique. Ces ban- centration réelle puisqu’elle ne conso- Energy Statistics » (Secteur éolien 2017 menacés. L’incertitude qui pèse sur les buer au rayonnement économique de
ques ont contribué à l’unification de lide pas les filiales. Des banques géan- – statistiques annuelles combinées de permis liés aux futurs parcs éoliens la France, faute d’un accompagne-
marchés nationaux du crédit en refi- tes se sont développées : BNP Paribas a l’éolien terrestre et en mer). Les Etats- français, pourtant attribués dès 2012, ment suffisant. Nos savoir-faire in-
nançant les banques régionales et en par exemple acquis en quelques an- Unis ont également opéré un tournant paralyse aujourd’hui toute la filière. dustriels, énergétiques et maritimes
facilitant les paiements. nées des établissements en Belgique, dans ce secteur, avec le projet de Block Notre appareil industriel est fragilisé doivent être exploités à leur juste va-
Mais cette unification fut surtout as- en Espagne, en Italie et en Allemagne Island – ferme éolienne au large de l’île par ces retards successifs, alors même leur, pour faire de notre pays une ré-
surée par l’émergence de grandes ban- et compte près de 200 000 salariés ; située dans l’Etat de Rhode Island –, et que le planning initial prévoyait un férence sur le marché éolien mondial.
ques de dépôt. Parce que le crédit est son bilan approche trois fois celui de les ambitions des Etats du Massachu- lancement des opérations pour une Les décisions gouvernementales ne
une activité à rendements croissants, la Banque de France, la moitié de celui setts, de New York, du New Jersey et du mise en service d’un premier champ doivent plus freiner, mais impulser de
tant en matière de réserves que de col- de la BCE et frise le PNB de la France. Maryland d’ajouter au total 8 GW de en 2018. Aujourd’hui, seulement cinq façon décisive le décollage de cette fi-
lecte d’informations (comme en té- Ses activités sont plus orientées vers capacités de production d’ici à 2030. à sept ans en moyenne sont nécessai- lière. La pérennité et la compétitivité
les marchés financiers que vers la De même, la Chine s’est fixé un objec- res dans les autres pays d’Europe de notre industrie en dépendent.
banque traditionnelle (dépôts et cré- tif de 5 GW de puissance installée au comme au Danemark ou en Allema- Soyons à la hauteur de nos ambitions
dits ne représentent qu’un tiers de large de ses côtes d’ici à 2020. gne, pour que les projets de parcs en matière de transition énergétique
son bilan), ce qui les rend plus ris- Dans cette nouvelle dynamique por- éoliens se concrétisent, contre dix et du grand potentiel de notre filière
quées que la moyenne des banques teuse de formidables défis en matière années en France. Ce véritable par- sur le marché mondial ! p
européennes. Lors de la prochaine d’innovation, de technologies, de ca- cours du combattant, marqué par les
crise, les Etats nationaux ne pourront recours administratifs et les reports
plus assurer le sauvetage de ces grou- divers, se révèle dangereux à très court ¶
pes bancaires européens transfrontiè- terme pour l’ensemble de notre éco- Philippe Amequin est directeur
res, trop grands pour faire faillite sans LA FRANCE DISPOSE système industriel. général de Bouygues Travaux publics ;
¶ conséquences dramatiques. De tels Cette situation est dommageable, Laurent Castaing est directeur général
Pierre-Cyrille sauvetages relèveront nécessaire- DE TOUS LES ATOUTS alors que nos activités sur le marché de STX France ; Philippe Louis-Dreyfus
Hautcœur est
directeur d’études
ment de l’Union européenne, qui de-
vra assumer le pouvoir politique et fi-
NÉCESSAIRES de l’éolien en mer représentent
aujourd’hui plus de 1 000 emplois di-
est président du conseil de surveillance
du groupe Louis Dreyfus Armateurs ;
à l’Ecole des hautes nancier qui s’ensuit. Les gouverne- AU DÉVELOPPEMENT rects et plus de 2 000 emplois indi- Jérôme Pécresse est PDG
études en sciences ments nationaux et l’Union doivent rects en France, portées par plus de de GE Renewable Energy ;
sociales (EHESS) s’y préparer. p DE LA FILIÈRE 300 millions d’euros d’achats réalisés Benoît de Ruffray est PDG d’Eiffage
8 | MÉDIAS&PIXELS 0123
VENDREDI 16 MARS 2018

Un pro-Macron à la tête de La Chaîne parlementaire


La désignation de Bertrand Delais, réalisateur de documentaires, est dénoncée par l’opposition

L
a Chaîne parlementaire Un autre parlementaire mélen- dente du Front national (FN), Ma- Malouines, M. Delais et le journa- Il souhaite, en particulier, re-
(LCP) n’en a pas fini avec choniste, Alexis Corbière (élu de rine Le Pen, a souligné, elle, dans liste Thierry Guerrier.
« Je ne veux pas centrer la chaîne sur le travail
les polémiques. La dési- Seine-Saint-Denis), administra- un Tweet, qu’il y avait « un vrai Le choix pour diriger cette pe- que LCP devienne parlementaire, accélérer la muta-
gnation, mercredi teur de LCP, qui avait participé à problème avec les médias et le tite structure de 77 personnes qui tion numérique et mettre en va-
14 mars, de son nouveau prési- l’audition des candidats en fé- traitement de l’information dans diffuse en exclusivité les séances
la courroie leur le patrimoine parlemen-
dent, le réalisateur de documen- vrier, s’inquiète d’une reprise en notre pays ». de questions au gouvernement de transmission taire, en rediffusant, par exem-
taires Bertrand Delais, suscite des main de la chaîne par un « pro- Des accusations balayées par le mardi et le mercredi n’était pas ple, les grands discours qui ont
remous. A peine était-il choisi par che » d’Emmanuel Macron : « Je l’heureux élu. « Il n’y a pas eu simple. La fin de mandat de Ma-
de l’Elysée » marqué le Palais-Bourbon. « Il y a
le bureau de l’Assemblée natio- ne veux pas que LCP devienne la d’imposition de l’Elysée. Emma- rie-Eve Malouines avait en effet ALEXIS CORBIÈRE urgence de faire de LCP un outil
nale, par 13 voix contre 7, que l’op- chaîne présidentielle, elle ne doit nuel Macron n’a pas appelé [le été entachée par l’« affaire Ha- député La France insoumise de revitalisation démocratique »,
position dénonçait un candidat pas être la courroie de transmis- président de l’Assemblée natio- ziza », du nom du présentateur avait-il expliqué lors de son audi-
imposé par l’Elysée et une vo- sion de l’Elysée. » nale] François de Rugy », a affirmé de LCP accusé par une journaliste tion, s’inquiétant de la défiance
lonté de contrôle des médias. au Monde Bertrand Delais, ajou- d’agression sexuelle. Des faits louines. Le climat social s’était des Français envers leurs repré-
M. Delais, qui a tourné sur les Climat social dégradé tant : « J’ai gagné à la régulière et qui remontaient à 2014 et qui fortement dégradé. Pour sa part, sentants.
coulisses de la campagne prési- Olivier Faure, chef de file des dé- c’est la victoire d’un processus de avaient été sanctionnés par un Thierry Guerrier s’est vu repro- Pour la rédaction, le prochain
dentielle Macron, en marche vers putés Nouvelle Gauche à l’Assem- sélection. » Un membre de la So- avertissement. cher d’avoir travaillé pour le départ de Marie-Eve Malouines
l’Elysée, diffusé en mai sur blée nationale, l’un des quatre ciété des journalistes de LCP ex- groupe Total. est vécu comme un soulagement,
France 2, s’est distingué par une candidats à la direction du Parti plique, pour sa part, ne vouloir Accélérer la mutation numérique Dans l’immédiat, M. Delais, qui après des mois de fortes tensions.
série de billets louangeurs envers socialiste, a jugé sur Twitter que faire « aucun procès d’intention ». Frédéric Haziza, suspendu le prendra ses fonctions le 8 juin La SDJ se dit impatiente de « re-
le chef de l’Etat sur le site du Huff- « la nomination d’un hagiographe « On jugera sur pièce, nous som- temps d’une enquête interne, pour une durée de trois ans, ex- trouver la sérénité et le calme pro-
Post. « Cinquante ans après 1968, d’Emmanuel Macron à la tête de mes une rédaction indépendante avait été réintégré, l’investiga- plique vouloir rencontrer les em- pices au travail ». François de Rugy
un parfum d’ORTF », s’est inquié- LCP en dit long sur ce pouvoir qui, et nous réaffirmerons cette indé- tion ayant écarté tout « compor- ployés de LCP pour leur présenter a jugé nécessaire de « donner un
tée, dans un Tweet, la députée La méthodiquement, cherche à neu- pendance », dit-il. tement inapproprié » depuis son projet. Il l’a élaboré avec l’aide nouveau souffle à LCP et de créer
France insoumise (LFI) de Seine- traliser tous les contre-pouvoirs : Le nom de M. Delais a été pro- 2014. Cela avait conduit à une de la journaliste Guilaine Chenu, les conditions d’un nouveau climat
Saint-Denis, Clémentine Autain. la presse, le Parlement, les syndi- posé par François de Rugy. Trois forte contestation en interne, la ancienne présentatrice de l’émis- au sein de l’entreprise ». Avec l’es-
Membre du bureau de l’Assem- cats, les élus locaux. Ce n’est plus personnes avaient été retenues à rédaction ayant adopté, en jan- sion « Envoyé spécial » sur France poir que les controverses s’éloi-
blée nationale, elle a voté contre La République en marche, c’est l’issue des auditions de février : la vier, une motion de défiance 2, qui sera nommée « directrice gnent une fois pour toutes… p
et fait part d’un débat tendu. une marche consulaire ». La prési- présidente sortante, Marie-Eve à l’encontre de Marie-Eve Ma- des contenus ». françois bougon

Microsoft ouvre
ses premiers centres
de données en France
Le secteur de l’informatique dématérialisée pèse
près de 10 milliards d’euros dans l’Hexagone

M icrosoft a annoncé,
mercredi 14 mars,
l’ouverture de ses pre-
miers centres de données sur le
sol français. Après une phase de
De nombreux
clients auraient
fait part de leur
test, le service est désormais ac- volonté de voir
cessible à l’ensemble de ses
clients. Le dispositif se compose
leurs données
de trois data centers installés en rapatriées
région parisienne et d’un qua-
trième dans le sud de la France,
censé prendre le relais au cas où clients diminue le temps d’accès
un accident majeur perturberait aux services installés dans le
le fonctionnement des autres. cloud. Cela permet aussi de répon-
Cette annonce intervient peu dre à leurs inquiétudes. « Beau-
après qu’Amazon Web Services coup d’entre eux tiennent à ce que
(AWS), un autre mastodonte du leurs données soient stockées en
secteur de l’informatique déma- France, que ce soit des entités pu-
térialisée – ou cloud –, a ouvert ses bliques ou des acteurs privés. Ils en
centres de données dans l’Hexa- font même un argument commer-
gone. Un signe de la forte crois- cial », relève M. Ourghanlian. De
sance de l’activité de ces deux nombreux clients de Microsoft
compagnies sur le territoire na- auraient déjà fait part à la société
tional. Microsoft évoque une pro- américaine de leur volonté de voir
gression à trois chiffres depuis leurs données rapatriées vers les
plusieurs années. « Le nombre data centers français.
croissant de clients justifiait l’im- Avec cette nouvelle offre, les
plantation de data centers », expli- géants américains du cloud vien-
que pour sa part Boris Le Cœur, nent couper l’herbe sous le pied
manageur senior chez AWS. de concurrents déjà présents
« Cela prouve qu’on est sur un dans l’Hexagone, à l’image du
marché suffisamment important français OVH, qui a déjà déployé
pour que de gros acteurs améri- treize data centers sur le terri-
cains décident d’y investir », es- toire. Important pour convaincre
time Henry-Michel Rozenblum, à les entreprises privées, l’argu-
la tête de l’association EuroCloud- ment de l’implantation locale
France, qui regroupe les princi- l’est encore plus pour s’imposer
paux acteurs du secteur. Ce mar- sur le marché des acteurs publics.
ché pèserait autour de 10 mil- Or, celui-ci offre de nouvelles oc-
liards d’euros en France, avec une casions de développement, l’Etat
croissance d’au moins 20 %. s’étant fixé des objectifs ambi-
tieux en matière de numérisa-
Avantage concurrentiel tion, pour les services aux usa-
A l’heure où les entreprises sont gers ou pour ses outils internes.
sommées de prendre le virage du D’où la nécessité d’investir dans
numérique, le cloud est un élé- de nouveaux équipements en
ment central de cette transforma- France afin de garantir la souve-
tion. Il permet de stocker d’im- raineté des données chère à l’Etat.
portantes quantités de données, Les initiatives prises par l’Europe
de mobiliser de grandes capacités au niveau de la protection des
de calcul à distance et surtout de données – avec le futur règlement
s’affranchir de l’acquisition et de européen, qui entrera en vigueur
la gestion en interne de « data le 25 mai – les incitent à donner des
centers ». « On passe d’un modèle gages de bonne volonté. « Les
de propriété, qui immobilise beau- Européens commencent à s’organi-
coup de capital, à un mode de ser. Ils ne veulent plus être les din-
consommation à l’acte », résume dons de la farce qui ne font qu’ache-
Bernard Ourghanlian, directeur ter les services des autres.
technique de Microsoft France. Aujourd’hui, la France et les autres
Dans le secteur du cloud, l’im- pays de l’Europe attendent des
plantation locale d’équipements contributions en termes d’impôt et
présente un avantage concurren- d’emplois », note M. Rozenblum. p
tiel : réduire la distance avec les vincent fagot
Ossip Mandelstam 7 pages
spécial
Un poète contre la terreur Russie
Les œuvres complètes de l’écrivain russe qui a défié Staline, et en est mort en 1938,
À L’OCCASION DU SALON
paraissent. On y saisit la cohérence d’une voix qui a su magnifiquement exalter le vivant LIVRE PARIS, DONT
LA RUSSIE EST LE PAYS
INVITÉ D’HONNEUR
ET À L’APPROCHE
DE L’ÉLECTION
PRÉSIDENTIELLE RUSSE

2|3
REPORTAGE
v Le livre russe, entre désaffection
et renaissance, est peut-être
devenu l’un des derniers espaces
de liberté du pays

Ossip

4
Mandelstam
photographié
lors d’une de
ses arrestations, ENQUÊTE
années 1930. v OFFENSIVE RUSSE DANS
COLLECTION LE SOFT POWER LITTÉRAIRE
PARTICULIÈRE v Comment Poutine utilise
la littérature pour soigner l’image
de la Russie à l’étranger

de se réjouir de nouvelles traductions par la publication du recueil majeur Tris- La « contre-terreur » poétique qui se dé-

éric marty
écrivain et universitaire
(après celle d’Henri Abril, limitée à la poé-
sie, chez Circé). Mais aussi, par l’unité ver-
bale d’un unique traducteur, Jean-Claude
Schneider, de mesurer la cohérence d’une
tia (1922).
Le deuxième acte, celui d’une incertaine
stabilité permise par la protection du
dirigeant révolutionnaire Nikolaï
ploie ainsi sur plus de vingt ans donne
tout à la Révolution sans rien lui céder, re-
tournant les défaites en victoires (« J’aime
la peur, la vénère. Je dirais presque : “Quand
6
PORTRAIT
décision poétique qui, alors, se révèle Boukharine, trouve sa conclusion en 1928 je suis avec elle, je n’ai plus peur !” », 1928), v SOUS LA CUIRASSE
dans toute son amplitude comme verbe. avec la publication d’un volume d’essais, transformant son hostilité en une empa- DE ZAKHAR PRILÉPINE
La méthode ? Celle d’Orphée : livrer la poé- De la poésie, et d’un recueil, Poèmes, où thie impitoyable pour le pouvoir, qui va v L’écrivain remarquable
sie aux Enfers et la ramener au monde figurent de multiples tentatives d’interro- jusqu’à la compassion : « La vocation so- et le « patriote » sulfureux

L’
âpre XXe siècle n’a cessé de sous la forme préservée d’une absence, ger son « beau, pitoyable siècle » jusqu’à ciale, l’exploit du poète contemporain, est
lancer de cruels défis à la d’une exténuation, d’un murmure, où « soulever ses paupières malades », pour y d’éprouver de la compassion pour un Etat
poésie. Le plus redoutable a « les lèvres d’homme,/ celles qui n’ont plus repérer la brisure, le déracinement, le qui nie le verbe. » (1921). Mais cette « contre-
sans doute été celui dont rien à dire,/ conservent le dessin du dernier « sourire idiot », la faiblesse et la cruauté terreur » passe plus que tout par l’amour
s’est passionnément emparé mot prononcé » (Moscou, 1923). de cette « bête fauve », et où, face à la du réel inaliénable, celui des objets les plus
Ossip Mandelstam (1891- Trois grandes périodes peuvent dessi- novlangue régnante, « dans le noir velours concrets, les petites choses tangibles, quo-
1938) : vérifier la validité de l’acte poéti- ner le parcours de celui que la révolution de la nuit soviétique,/ velours de vide uni- tidiennes et donc vouées à l’oubli, d’où un
que à même la terreur de l’histoire. Celle d’Octobre « a privé de biographie », versel », la poésie n’est plus que cette nominalisme inflexible ennemi de tout
de la révolution soviétique et du système comme l’illustre la dislocation de cet « ignoble médisance » qu’illustre un uni- symbolisme : « Ne compare pas : incompa-
stalinien dont il fut le contemporain, que vers en leitmotiv : « (le gel, comme rable, le vivant » (1937). Elle passe aussi par
mais aussi l’un des revenants majeurs. toujours, sent la pomme) ». l’amour – le seul qui vaille – de l’interlocu-
En octobre 1917, Mandelstam a 26 ans, il La méthode du poète ? Le dernier acte, qui court sur une di- trice en qui s’unit le corps à l’âme, celle qui
n’a publié qu’un recueil de poèmes – La zaine d’années, s’achevant donc en 1938 a « bu toute mort » (Salominka, 1922).
Pierre (1916) – et, jusqu’à sa mort, le 27 dé-
Celle d’Orphée : livrer la avec sa mort en déportation, est celui où Le corps de Mandelstam, lui, jeté dans
cembre 1938 dans un camp de transit vers poésie aux Enfers et la règne désormais un pouvoir totalitaire une fosse commune, a rejoint les millions
le goulag, il aura donc fait du stalinisme, ramener au monde sous dont le sans fin impersonnel a pour de victimes du goulag, près de Vladivos-
ce déloyal adversaire, une passion néga-
tive à la mesure du poète, « l’ami de tout
vivant », comme il se définit lui-même en
mars 1937, alors qu’il était exilé à Voronej
la forme préservée d’une
absence, d’un murmure
seul équivalent les pyramides d’Egypte.
Période dramatique où Mandelstam va
multiplier provocations, lettres ouvertes,
fuites, insultes, coups d’éclat contre le ré-
tok. Il est mort d’épuisement, presque
fou. Il avait été condamné à cinq ans de
camp de travail pour « agitation et propa-
gande antisoviétique ». p
7
SÉLECTION
pour avoir écrit une épigramme contre gime, jusqu’à cette fameuse épigramme v Le choix du « Monde des livres »
Staline, « Le montagnard du Kremlin ». éblouissant travail de mémoire qu’est Le sur Staline. Pratiquement plus aucune œuvres complètes, parmi les parutions récentes
Ultime provocation du poète au tyran Bruit du temps (1925), par lequel le poète publication alors, mais des chefs-d’œuvre d’Ossip Mandelstam, en littérature russe
dans ce duel sans merci dont il aura fait « épie le siècle ». La période d’innocence pieusement mémorisés, cachés par la traduit du russe par Jean-Claude
son destin. du « jeune poète », où il est partie pre- vestale, son épouse Nadejda. Le pamphlet Schneider, édité par Jean-Claude
Il faut saluer les éditions Le Bruit du nante de l’effervescence révolutionnaire clandestin et ultra-violent La Quatrième Schneider et Anastasia de La Fortelle,
temps (au nom mandelstamien) et La
Dogana, qui publient aujourd’hui ses
œuvres complètes, en deux magnifiques
et littéraire russe qui précède la guerre,
aura été brève. Avec le « chaos rationnel »
de la révolution d’Octobre, la guerre ci-
Prose (1930), Voyage en Arménie (1933),
par où Mandelstam renoue avec sa ju-
déité, celle des patriarches bibliques, et
deux tomes sous coffret
(Tome I : Œuvres poétiques, bilingue ;
tome II : Œuvres en prose),
8|12
Histoire d’un livre, littérature
volumes de prose et de poésie. Cette paru- vile, et jusqu’au milieu des années 1920, surtout bien sûr les fabuleux poèmes des Le Bruit du temps/La Dogana, française, chroniques, essais,
tion ne donne pas seulement l’occasion c’est le premier acte de l’œuvre, marqué Cahiers de Voronej (1935-1937). 1 520 p., 59 €. rencontre

Cahier du « Monde » No 22760 daté Vendredi 16 mars 2018 - Ne peut être vendu séparément
2 | Spécial littérature russe | Reportage 0123
Vendredi 16 mars 2018

Russie: le livre entre


deux soubresauts
de l’histoire
La crise
économique de
2008 et le piratage
ont laminé le réseau l’URSS : autrefois baptisée Kirov, du nom
du révolutionnaire dont l’assassinat ser-
de librairies et vit de prétexte à Staline pour enclencher
les grandes purges des années 1930, elle
le tirage moyen. isabelle mandraud
est redevenue Miasnitskaïa, la « rue des
bouchers ». Comme au XVIe siècle.
Une chute qui crée Moscou – correspondante Du jour au lendemain, Boris Essenkine
a surtout dû envoyer au pilon ou descen-
un paradoxe :

C
ent ans après la révolution, dre à la réserve toute la littérature sovié-
la statue de Lénine trône tique (Lénine, Kataïev…) et jusqu’à Karl
le désintérêt relatif encore dans la grande salle Marx lui-même. Les commandes d’Etat
de lecture, tout juste réno- avaient disparu. Alors, pour ne pas lais-
des Russes, et du vée, de la prestigieuse bi- ser ses rayons nus, il est parti en Chine,
bliothèque qui porte son au début des années 1990, avec sa fidèle
Kremlin, pour nom à Moscou. Depuis son piédestal, ou collaboratrice Larissa – quarante années
le livre en fait plutôt sa chaire devrait-on dire, tant il
paraît faire la lecture au public avec son
de maison elle aussi –, acheter ordina-
teurs et babioles afin de combler le vide.
désormais l’un des livre posé sur les genoux, il écrase les
étudiants, jeunes et moins jeunes, venus
Cette formidable capacité d’adaptation
est toujours à l’œuvre. Pour ne pas se
derniers espaces de consulter ici l’un des volumes extirpés
des quelque 275 kilomètres de rayonna-
laisser submerger par Internet et ces sa-
tanés smartphones, le directeur innove
liberté du pays ges de l’institution. Lénine figure aussi
en couverture d’un des ouvrages les plus
encore. On peut s’asseoir à Biblio Globus,
se restaurer, acheter des fleurs, un souve-
en vue en ce moment. Une savoureuse nir, une porcelaine ou des timbres an-
biographie de Lev Danilkine (2017, non ciens, et participer à l’un des quarante
traduite) le dépeint comme il ne l’avait clubs de lecteurs qui ont vu le jour pour
encore jamais été en Russie, sous les tous les âges et sur tous les thèmes, la
traits d’un politicien rusé, amateur de poésie, l’économie, l’histoire… Tout est
vélo et de virées en montagne. Mais le fait pour amener le client à la lecture.
succès de ce livre a été l’un des rares mar- Plus de 120 000 titres sont ici exposés.
queurs du centenaire de la révolution Un miracle.
bolchevique de 1917. Celui-ci, en effet, a Actualité oblige, à l’approche de l’élec-
été superbement ignoré, en particulier tion présidentielle, un présentoir offre
par l’actuel chef du Kremlin, Vladimir quelques biographies lisses et un peu da-
Poutine. tées du chef du Kremlin, dont la réélec-
Le livre russe a vu passer bien d’autres tion, le 18 mars, ne fait aucun doute faute du monde. Un comble dans la patrie de 446 millions d’exemplaires. Une légère
révolutions. « Vous imaginez lire Tolstoï de concurrence réelle. Mais les acheteurs grands classiques mondialement re- reprise semble toutefois se dessiner
sur un smartphone ? », soupire Boris Es- ne se précipitent pas… « Poutine n’est pas nommés tels Léon Tolstoï, Mikhaïl Boul- en 2017 (471 millions d’exemplaires).
senkine en jetant un regard navré sur à vendre », glousse Boris Essenkine, sans gakov, Fiodor Dostoïevski, Nicolas Gogol, Mais les chiffres restent cruels. La
son téléphone portable. Directeur depuis s’attarder. Un peu plus loin, c’est la moyenne du tirage par livre a été divisée
1989 de la librairie Biblio Globus, l’une Coupe du monde de football, organisée Un présentoir offre par deux en quinze ans. Elle a atteint pé-
des plus importantes de la capitale russe, cet été en Russie pour la première fois, niblement 4 017 exemplaires en 2017
cet homme a tout vu, tout enduré : la qui est mise en valeur, avec des albums quelques biographies contre 8 673 en 2003. La part des best-sel-
disparition de la littérature soviétique, sur le Spartak, le club de Moscou, et des lisses et un peu datées lers, à partir de 10 000 exemplaires, re-
l’effondrement du marché, les crises fi- récits traduits en russe d’ex-gloires inter- présente à peine 5 % de l’ensemble. « Les
nancières de 1998 et 2008, l’intrusion du nationales comme le Français Michel
du chef du Kremlin, dont tirages de 500 exemplaires n’occupent
livre électronique, le piratage des œuvres Platini. « A part la pornographie, que l’on la réélection, le 18 mars, plus seulement un tiers du marché, mais
sur Internet (lire ci-dessous)… A chaque essaie d’éviter, tout ce qui est édité doit ne fait aucun doute. quasiment la moitié », note Vladimir
soubresaut de l’histoire, il a fallu s’adap- être disponible à Biblio Globus ! », clai- Kharitonov, un expert qui consigne mé-
ter. Créé en 1957 à deux pas de la place ronne son directeur.
Mais les acheteurs ne ticuleusement toutes les données sur le
Loubianka, où siègent les services de C’est loin d’être le cas partout. Vingt- se précipitent pas… site spécialisé Gorky.media. « Un livre
sécurité soviétiques puis russes, son ma- sept ans après la chute de l’URSS, le vendu au-delà de 4 000, c’est déjà un
gasin a d’abord abandonné son nom monde du livre, en Russie, panse encore succès », reconnaît de son côté l’éditeur
soviétique, Knigi Mir (« Le monde des ses plaies. Le nombre de librairies, Maxime Gorki ou Alexandre Pouchkine. Oleg Novikov.
livres »), pour une version plus 80 000 à la fin de l’ère soviétique, reste « Cela nous place au niveau de la Polo- Ce dernier doit affronter une nouvelle
« moderne », Biblio Globus. Même le incroyablement faible : pas plus de 1 500 gne », résume avec dépit Oleg Novikov, catastrophe. L’Ukraine n’est plus un dé-
nom de la rue a changé après la chute de sur tout le territoire du plus vaste pays patron d’Eksmo, la plus grosse maison bouché. Depuis l’annexion de la Crimée
d’édition russe, elle-même actionnaire et le conflit sanglant dans le Donbass,
de Tchitaï Gorod, un réseau de 500 librai- dans l’est du pays, entre séparatistes pro-
ries. Autrement dit, un habitant de russes et forces demeurées loyales à Kiev,
Iakoutie, une région russe de l’est de la les ventes de livres russes s’y sont effon-
Deux clics pour un livre piraté Sibérie comparable par sa taille à l’Inde,
la plus désertique aussi, a peu de chances
drées, passant de 10 % à… 1 % du chiffre
d’affaires qu’il réalisait jusqu’alors.
LE PIRATE RUSSE EST LETTRÉ. Il ne Cherche-Midi, 560 p., 21 €), fascinante Selon ses estimations, jusque récem- de trouver un magasin spécialisé dans la « C’était notre plus grand marché exté-
s’intéresse pas seulement aux élec- plongée dans l’entourage de Vladimir ment, 30 % à 40 % de la littérature vente de livres près de chez lui. A elles rieur. Aujourd’hui, il n’existe quasiment
tions américaines. Il met en ligne, Poutine, qui a rencontré un vif succès étaient ainsi « pompés ». Depuis une seules, malgré des prix de vente très lar- plus. Même chose pour les Pays baltes »,
gratuitement, tout ce que l’édition en Europe, est tout aussi libre d’accès. loi sur la protection des droits des écri- gement inférieurs à ceux du marché constate celui que le quotidien Kommer-
russe, mais pas seulement, publie. Confronté à ce phénomène gran- vains, promulguée le 1er janvier 2015, la européen, qui mettent le livre à la portée sant a surnommé « le tsar des livres ».
Un livre disponible en version élec- dissant, Oleg Novikov a vu rouge. Le justice peut désormais requérir l’inter- de beaucoup, les deux plus grandes villes Parti de zéro, Oleg Novikov, un ex-in-
tronique a toutes les chances d’appa- patron d’Eksmo, l’une des plus impor- vention de Roskomnadzor. Le service de Russie, Moscou et Saint-Pétersbourg, génieur spécialisé dans les moteurs
raître sur un site Internet qui vous tantes maisons d’édition russes, mène fédéral des communications et des représentent 40 % des acheteurs. d’avion, domine aujourd’hui le secteur.
offre la possibilité d’accéder à l’objet depuis quelques années une dure médias n’ayant toutefois pas vraiment Selon la Chambre du livre, l’organisa- Fondateur au début des années 1990 du
de votre désir et de le copier sans bataille contre les anonymes pour- bonne presse en Russie, où il censure tion fédérale de l’édition qui délivre groupe Eksmo, à l’âge de 28 ans, il a ra-
verser un rouble. C’est très simple. voyeurs de livres piratés, en portant nombre de sites Internet jugés poli- l’ISBN (l’identifiant de chaque ouvrage), cheté en 2012 la maison AST, qui édite
« Le Monde des livres » a fait le test. chaque affaire qu’il trouve devant les tiquement incorrects, les réactions des le marché commence à peine à se relever notamment Gouzel Iakhina, 40 ans,
Deux clics ont suffi pour se procurer tribunaux. « Les pirates tuaient le mar- blogueurs contre Eksmo ont été féro- de la grande crise financière de 2008. écrivaine originaire du Tatarstan. Son
le nouveau livre du journaliste ché, explique-t-il. On pouvait se procu- ces. Dix à quinze sites pirates sont Cette année-là, 760 millions de livres premier roman, Zouleikha ouvre les
Mikhaïl Zygar, « L’Empire doit mou- rer des bibliothèques entières, y compris fermés chaque année. Mais le plus avaient été imprimés (il n’y a pas de sta- yeux (Noir sur blanc, 2017), une fresque
rir », sorti en octobre 2017 (non tra- les nouveautés, et beaucoup d’écrivains connu, Rutracker.org, reste bien vivace tistiques sur les ventes). Depuis, la sur la répression des paysans koulaks
duit). Son précédent essai, Les Hom- commençaient à se demander s’ils ne avec plus de 15 millions d’utilisateurs courbe n’a cessé de dégringoler, pour at- sous Staline – sa propre grand-mère
mes du Kremlin (qui paraît au devraient pas faire autre chose. » enregistrés. p i. m. teindre son plus bas niveau en 2016 avec maternelle avait été déportée à l’âge de
0123
Vendredi 16 mars 2018
Reportage | Spécial littérature russe | 3

en Russie. Dmitri Bykov peut défiler


dans les manifestations avec une pan-
carte « Ne secouez pas la barque, notre rat
devient malade », en pastichant une ex-
pression de Vladimir Poutine : son ro-
man « Juin » (AST, 2017, non traduit),
dans lequel il compare l’agressivité du
début de la seconde guerre mondiale à
celle d’aujourd’hui, a eu du succès. A l’op-
posé du champ politique, le talent de
Zakhar Prilepine, fils spirituel du natio-
nal-bolchevique Edouard Limonov,
aujourd’hui engagé du côté prorusse
dans les combats au Donbass, à l’est de
l’Ukraine, est reconnu (lire son portrait
page 6). Plusieurs de ses livres ont été
traduits, notamment en France, dont
Journal d’Ukraine (La Différence, 2017),
L’Archipel des Solovski (Actes Sud, 2017),
Ceux du Donbass. Chroniques d’une
guerre en cours (Les Syrtes, 2018). « L’intel-
ligentsia s’est divisée sur l’Ukraine et c’est
très bien pour la littérature ! Il n’y a plus de
censure idéologique mais une censure du
marché, commerciale, bien plus préoc-
cupante », assure Maxime Zamchev.
« On assiste aujourd’hui à une sorte de
synthèse : le roman contemporain puise
dans les périodes présoviétique, soviéti-

« Avec 3 000 à
5 000 exemplaires,
un écrivain est bien
moins dangereux
qu’un blogueur ! »
Maxime Zamchev
président de l’Union russe
des écrivains

que, anticonformiste ou avant-gardiste


pour mêler la sainteté, la dureté, l’amour,
la réalité noire… L’homme reste le plus im-
portant, au centre de tout », poursuit cet
expert, au fait des dernières tendances.
Selon lui, l’histoire, si souvent « tordue
dans le passé », passionne. La non-fic-
tion, les mémoires, sont plébiscitées de-
puis cinq ou six ans. La littérature foi-
sonne (lire ci-dessous). Des talents émer-
gent, sans agents littéraires – inexistants
en Russie –, et pas seulement à Moscou
ou Saint-Pétersbourg. Andreï Antipine,
33 ans (« Les gouttes du mois de mars »,
2012, non traduit), vit dans un village
dans la région d’Irkoutsk, en Sibérie
Six vues de la Russie profonde contemporaine : Levachovo, Vytegra, Angarsk, Pskov, Dno… 2014-2018. DMITRI MARKOV orientale ; Mikhaïl Tarkovski, petit-fils du
poète Arsène Tarkovski et neveu du réali-
sateur Andreï Tarkovski, s’est installé
comme chasseur-trappeur à Bakhta, un
7 ans en Sibérie –, a reçu un accueil aujourd’hui en Russie. Le « Lénine » de bande dessinée en deux tomes La Mort venue un siècle plus tard l’organe officiel trou perdu de la région de Kirov, au cen-
triomphal en Russie, où il a dépassé les Danilkine – « une révolution dans l’édi- de Staline, de Thierry Robin et Fabien de l’Union des écrivains soviétiques, tre de la Russie. Son livre Le Temps gelé
200 000 exemplaires. tion », selon son éditeur – a reçu en 2017 Nury (Dargaud, 2010 et 2012), dont existe toujours. (lire page 7) est un ensemble de récits qui
Les Russes lisent toujours. Simple- le prix littéraire russe le plus prestigieux, l’adaptation au cinéma a été suspendue Dans ses locaux, au cœur de Moscou, le évoquent les rives de l’Ienisseï, la vie de
ment, les habitudes changent. Le livre Bolchaïa Kniga, créé en 2005 par des oli- en Russie. Le livre est aujourd’hui, pour parquet grince sous les pieds. Les copies gens simples au milieu d’une nature
électronique se développe de plus en garques-mécènes et doté de 3 millions de une part, un terrain de liberté, où des ré- jaunies d’hier dorment dans des meu- démesurée, la chasse à la zibeline, les
plus. Il devrait peser 3,8 milliards de rou- roubles (43 000 euros). La même année, cits critiques et audacieux peuvent se bles le long des couloirs. Ici aussi, le cabanes en bois.
bles (54 millions d’euros) en 2017, soit « La ville de Brejnev », de Chamil Idiatou- permettre de côtoyer, sur les tables des temps a passé. Autrefois, ceux qui Il ne faut s’étonner de rien, on trouve
6 % à 7 % du marché, selon Sergueï line (non traduit), a été lui aussi distin- librairies, ceux qui stimulent la fibre n’étaient pas dans la ligne, comme de tout en Russie. Même des histoires
Anouriev, directeur général de LitRess, gué en remportant le troisième prix du patriotique. Alexandre Soljenitsyne ou Viktor d’espions mêlés à l’édition. On reconnaît
qui domine ce segment. Les achats sur Bolchaïa Kniga. A la manière d’un Houel- L’écriture au long cours est devenue Nekrassov, étaient exclus du champ litté- ainsi le PDG de Molodaïa gvardia au beau
Internet progressent (+ 20 %) et le sec- lebecq, son auteur raconte la vie compli- moins visible, moins nuisible aux yeux raire. « Aujourd’hui, on ne chasse plus per- milieu d’une cérémonie d’hommage
teur jeunesse, en particulier, connaît une quée d’adolescents dans une cité du Ta- du pouvoir. « Si, du temps de Staline, les sonne, au contraire ! », pouffe son respon- aux « illégaux » d’hier au côté de Sergueï
croissance fulgurante. Des bibliothèques tarstan, Naberejnyie Tchelny, dont était écrivains donnaient le tempo moral de la sable. Les écrivains ont perdu leur statut Narychkine, patron du renseignement
de quartier ont été rénovées et ont re- originaire l’ancien dirigeant soviétique société, ce n’est plus le cas aujourd’hui : éminent, peu d’entre eux vivent correc- extérieur russe (SVR). Tout à son enthou-
trouvé une fonction de lien social. Ins- et qui porta brièvement son nom entre avec 3 000 à 5 000 exemplaires, un écri- tement de leurs écrits ; du moins ont-ils siasme, tandis qu’il présente en ce début
tallé dans ses bureaux au 15e étage d’une 1982 et 1988. vain est bien moins dangereux qu’un blo- gagné en liberté d’expression. mars le second tome des « Agents légen-
tour de Moskva-City, le nouveau quartier Pasternak, écrit en 2006 par Dmitri gueur ! », relève Maxime Zamchev, prési- Depuis Paris où il vit désormais, le ro- daires », publié par sa maison, Valentin
d’affaires de la capitale, Oleg Novikov af- Bykov (Fayard, 2011), fait également par- dent de l’Union russe des écrivains de mancier et essayiste Boris Akounine, Iourkine s’exclame : « Vous pouvez nous
fiche ainsi, en dépit de tous les obstacles, tie des fiertés de la maison. « Autrefois, Moscou et rédacteur en chef de Litera- père du héros de ses romans policiers, considérer comme un département à part
un incurable optimisme, même s’il af- j’aurais été poursuivi pour un tel livre ! », tournaïa Gazeta. La revue littéraire, fon- Eraste Pétrovitch Fandorine, peut lancer entière du SVR ! » La scène littéraire russe
fecte, par coquetterie, de tempérer son s’amuse Andreï Petrov, directeur de Mo- dée par Pouchkine en 1829, qui était de- ses flèches sur le Kremlin. Il se vend bien est une révolution permanente. p
enthousiasme. « D’un côté, nous avons lodaïa gvardia. Il paraît loin, en effet, le
un pays qui aime lire, les classiques font temps où la publication du Docteur Ji-
partie de notre patrimoine, et nous avons vago (Gallimard, 1958) avait valu à son
de quoi en être fiers. D’un autre côté, évi- auteur, Boris Pasternak, Prix Nobel de lit-
demment, cela place la barre très haut… » térature cette année-là, d’être qualifié par Diversité des voix russes
Ses propres chiffres ont de quoi le con- Moscou d’« agent de l’Occident capita-
forter. Avec plus de 26 000 titres lancés liste, anticommuniste et antipatrioti- « NOUS SOMMES TOUS des Rodion Irina Blagodareva, Gouzel Iakhina, Ser- le passé russe à l’histoire européenne,
en 2017, soit un quart du marché, et un que ». « On peut tout dire aujourd’hui », Raskolnikov, irrésistiblement attirés gueï Lebedev, Sacha Filipenko – l’his- en y cherchant des réponses aux ques-
chiffre d’affaires de 25 milliards de rou- assure Andreï Petrov. A quelques impor- vers le lieu du crime : le passé de notre toire offre une sorte de toile de fond tions qui les taraudent.
bles (357 millions d’euros), en hausse de tantes exceptions près – notamment en pays », déclarait récemment la ro- « interactive », sur laquelle ils projet- Après les années marquées par une
15 %, Eksmo-AST s’est imposé comme le ce qui concerne l’homosexualité, dont mancière Elena Tchijova, faisant allu- tent leurs propres questionnements. intense recherche formelle (chez
leader incontestable du secteur. Son plus toute évocation est considérée comme sion au héros de Crime et châtiment, Rien d’étonnant à ce que la plupart de Victor Pelevine, Vladimir Sorokine,
gros concurrent, Prosvechtchenie (« lu- une incitation faite aux mineurs, sanc- de Dostoïevski. En effet, on est frappé leurs livres aient la Russie pour cadre. Dmitri Lipskerov), en réaction au
mières »), créé dans les années 1930, doit tionnée par la loi –, la littérature est en ef- par la persistance avec laquelle les On assiste à un élargissement de pers- « réalisme socialiste » abhorré, on note
avant tout sa place au juteux marché des fet bien moins exposée à la polémique et écrivains d’aujourd’hui continuent à pective : les voix venant de loin se font un retour aux formes narratives plus
manuels scolaires commandés par l’Etat. à la censure que la télévision, étouffée creuser le passé national. Si les aînés entendre, qu’il s’agisse de la Sibérie, du traditionnelles qui, cependant, n’ont
Molodaïa gvardia, aussi, a survécu. par la propagande du pouvoir, ou le ci- – Iouri Bouïda, Evguéni Vodolazkine Primorié (l’Extrême-Orient russe) ou rien de passéiste. Les voix russes
Créée en 1922 à l’initiative des Komso- néma, de plus en plus contrôlé. ou encore Margarita Khemlin – d’anciennes républiques soviétiques, d’aujourd’hui sont d’une diversité
mols, l’organisation de la jeunesse com- Une « novélisation » du long-métrage s’appuient sur leur expérience, les comme chez l’Ukrainien Alexeï Niki- étonnante. La Russie « ne peut prendre
muniste, la maison d’édition publie la Matilda, d’Alexeï Outchitel, qui déclen- auteurs nés dans les années 1970 tine. Mais le décor dominant reste conscience d’elle-même que par le biais
collection française « La vie quotidienne cha en 2017 l’ire des fous de Dieu ortho- – Zakhar Prilepine, Roman Sent- toutefois celui des « deux capitales », de la littérature », disait le Prix Nobel
sous… » (depuis un accord signé en 1997 doxes, devrait être publiée ; tout comme chine, Victor Remizov – croisent Saint-Pétersbourg et Moscou. Les rares de littérature Joseph Brodsky (1940-
avec Hachette) et s’est fait une spécialité devrait paraître, selon le quotidien Mos- passé et présent, tandis que pour auteurs qui sortent des frontières du 1996). Ce jugement n’a rien perdu de
du domaine des biographies, très prisées kovski Komsomolets, la traduction de la ceux de la génération suivante – pays – tel Alexeï Makouchinski – relient sa pertinence. p elena balzamo
4 | Spécial littérature russe | Enquête 0123
Vendredi 16 mars 2018

benoît vitkine et nicole vulser

C
ent livres incontournables,
c’est le compte rond choisi
par l’Agence fédérale russe
de la presse et de la com-
munication de masse pour
faire connaître au monde la
littérature russe. Une « bibliothèque
russe », pensée comme un pur concen-
tré d’âme slave. Dans la droite ligne du
programme esquissé par Vladimir Pou-
tine en 2012 pour les lycéens russes, ce
projet, censé donner une idée de la qua-
lité et de la variété littéraire de ce pays
– toutes époques confondues –, a déjà
débuté en Chine, aux Etats-Unis et en
Grande-Bretagne.
Le principe est simple. Chaque pays
peut choisir, dans une liste comptant
près de 150 titres, les fameux cent livres,
dont l’agence, qui n’impose aucun calen-
drier aux éditeurs, finance intégra-
lement la traduction et la publication.
Les premiers effets de cette politique ANNE-GAËLLE AMIOT
d’influence – ou « soft power », selon le

Offensive russe dans


concept développé par l’Américain Jo-
seph Nye en 1990 – seront visibles en
France au salon Livre Paris, qui ouvre ses Pour le reste, l’édition de livres russes
portes vendredi 16 mars et dont la Russie représente dans l’Hexagone un créneau
est le pays invité d’honneur. peu porteur, voire un secteur de niche,
D’ores et déjà quatre traductions fran- comme l’illustre le catalogue des Syrtes,
çaises soutenues par l’Agence y seront maison spécialisée dans les textes théo-

le soft power littéraire


présentées. Verdier a édité le roman logiques et historiques. Le très remar-
autobiographique du peintre Iouri An- qué Archipel des Solovki, superbe roman
nenkov, De petits riens sans importance, de Zakhar Prilepine (lire son portrait
qui n’était plus disponible (traduit du page 6), chez Actes Sud (2017), ne cul-
russe par Anne Coldefy-Faucard, 320 p., mine pour l’instant qu’à 4 500 exem-
23 €). Louison sort Le Chemin des tour- plaires. « Editer des livres russes contem-
ments, d’Alexis Tolstoï (traduit du russe porains, c’est faire du mécénat », tranche
par Alice Orane, 832 p., 26 €), tandis que
Les Syrtes, en Suisse, rééditent, le
Dans la guerre publier. » Pour Galia Ackerman, essayiste
spécialiste de la Russie, « les livres russes
tion doit donner une « sorte de vision glo-
bale de la Russie », mais chaque éditeur
Natalia Turine.
Le salon Livre Paris sera dès lors l’occa-
22 mars, Pétersbourg, un chef-d’œuvre
épuisé d’Andreï Biely, en y ajoutant un
culturelle se vendent de moins en moins bien. Si leur
traduction n’était pas financée par les
« peut ajouter un ouvrage s’il le juge né-
cessaire ». « Les débats sur la sélection
sion pour la Russie de marquer, même
symboliquement, son retour sur la scène
appareil critique (traduit du russe par mondiale, Russes, bon nombre d’éditeurs ne les sont enflammés, émotionnels, mais pour littéraire internationale. Ce grand retour
Jacques Catteau et Georges Nivat, 576 p., publieraient pas ». l’instant pacifiques », assure-t-il. Ce haut comme invitée d’honneur, treize ans
15 €). A l’occasion du bicentenaire d’Ivan Moscou, Ce qui domine cependant, parmi les fonctionnaire indique aussi que l’Insti- après l’édition de 2005, s’effectue pour-
Tourgueniev, Stock publie Le Roi Lear des réactions, c’est une méfiance qui fait tut de la traduction bénéficie du soutien tant… à la faveur d’une défection des
steppes, un recueil de textes peu connus puissance écho à celle exprimée par Antoine Jacot- d’hommes d’affaires, parmi lesquels des Pays-Bas, faute de moyens. « Nous avions
(traduit du russe par Nastasia Dahuron tet. Pour Galia Ackermann, la nouvelle oligarques comme Mikhaïl Prokhorov mené en parallèle des négociations de-
et Anne Godart-Marchal, 400 p., 20,50 €). mineure, entend politique littéraire de Moscou est à rap- ou Roman Abramovitch. Cette implica- puis mars 2017 avec les Russes », explique
Garant du sérieux des traductions, un
conseil scientifique de douze universi- gagner du terrain. procher de « ce qu’a fait la Russie ces der-
nières années dans la recherche universi-
tion du secteur privé montre, paradoxa-
lement, l’intérêt de l’Etat russe envers le
Vincent Montagne, président du Syndi-
cat national de l’édition, coorganisateur
taires, traducteurs ou libraires de France
et de Russie a sélectionné les premiers
Et d’abord à l’aide taire, en accordant des bourses aux slavi-
sants du monde entier. A condition qu’ils
programme. Par le passé, le Kremlin a
systématiquement sollicité les finance-
du salon avec la société Reed.
Mais même pour cet événement en
ouvrages. Selon Anne Coldefy-Faucard,
la traductrice de référence de Gogol, qui
de son trésor ne soient pas des opposants au régime et
que le sujet de leurs études soit validé…
ments des oligarques proches de lui pour
les projets jugés stratégiques, comme les
apparence consensuel, le soupçon d’une
utilisation politique affleure. « Les Russes
fait partie de ce conseil, « l’idée est de
faire paraître des textes majeurs mais exi-
littéraire. Tolstoï, Une manière de mettre toute la recherche
en coupe réglée ».
Jeux olympiques de Sotchi, en 2014, ou la
construction d’un pont vers la Crimée.
n’ont en rien été imposés, démine Vincent
Montagne. Le sujet du salon n’a d’ailleurs
geants que peu d’éditeurs se sentiront ca-
pables de publier sans aide ». Selon trois
Dostoïevski, Michel Parfenov, directeur de collec-
tions chez Actes Sud, craint lui aussi que
Cette stratégie d’influence, peu ou prou
comparable à ce que font tous les grands
même pas été évoqué lors de la visite
de Vladimir Poutine fin mai 2017 à
critères : « Soit des œuvres épuisées, soit
des traductions vieillies, soit des inédits. »
Tourgueniev et l’obsession du contrôle, caractéristique
du pouvoir russe, ne se retrouve dans le
Etats désireux de jouer un rôle sur la
scène internationale, s’insère dans une
Versailles. »
Reste toutefois une question sensible,
Antoine Jaccottet, qui dirige les éditions bien d’autres sont projet de « bibliothèque ». L’éditeur note offensive plus large, illustrée par l’arrivée celle de la constitution des listes
Le Bruit du temps, a renoncé à la proposi- ainsi l’absence de plusieurs écrivains des médias russes dans le paysage audio- d’auteurs invités. En 2005, les frictions
tion qui lui a été faite de financer intégra- ainsi mobilisés, majeurs, tels Boris Akounine – qui serait visuel mondial. La sphère littéraire offre n’avaient pas manqué. Anne Coldefy-
lement les Œuvres complètes du poète coupable de faire preuve d’une approche un champ d’action plus consensuel pour Faucard se souvient des « problèmes ini-
Ossip Mandelstam (lire la « une »), sur les- via le financement trop anti-autoritariste –, Nina Berberova ces projets de soft power, à même maginables avec la délégation russe qui
quelles il travaillait depuis cinq ans avec
un autre éditeur (suisse), La Dogana. « J’ai direct de nouvelles ou encore Svetlana Alexievitch, Biélo-
russe russophone et Prix Nobel de litté-
d’adoucir l’image de la Russie. Surtout, voulait imposer ses choix ». Vladimir
Grigoriev reconnaît « des malenten-
préféré refuser pour des questions idéolo-
giques, puisque l’Etat russe aurait tout
éditions dans rature 2015, dont le pouvoir goûte peu
l’approche du passé soviétique. Quant à
Le salon Livre Paris dus ». Rien d’aussi violent pour cette édi-
tion, mais le sujet reste sensible.
sera dès lors l’occasion
financé, explique-t-il. Et pour éviter
d’avoir un imprimatur sur la quatrième de
plusieurs pays. L’Archipel du goulag, d’Alexandre Solje-
nitsyne, il y est certes inclus, mais en ver- pour la Russie de
Si les 38 auteurs de la délégation reflè-
tent bien la diversité et le dynamisme de
couverture du livre… » L’éditeur évoque
même « une récupération habile », voire
L’opération vient sion abrégée (Points, 2014).
Autre défaut, le classicisme du projet.
marquer, même la littérature russe, de grands noms, tels
Vladimir Sorokine, Victor Pelevine, Dmi-
« de la propagande » : « Ils avaient trop en- de commencer « Avec ces livres, la Russie joue l’orthodo- symboliquement, tri Bykov, Boris Akounine ou Olga
vie de mettre notre beau projet dans leur xie, veut affirmer que sa littérature est ce son retour sur Sedakova, manquent. Difficile de faire la
escarcelle. A nous de ne pas être dupes. »
D’autant moins, souligne Antoine Jac-
en France qui se fait de meilleur au monde, mais on
a un peu affaire à des provinciaux… », es-
la scène littéraire part de ceux qui n’ont pas été invités par
la partie russe et de ceux qui ont décliné.
cottet, qu’Ossip Mandelstam est mort au time Michel Parfenov. A ses yeux, cette internationale « Les auteurs russes eux-mêmes se mé-
goulag, en 1938, après avoir écrit un liste des 150 incontournables proposés fient, note Michel Parfenov. Beaucoup ne
poème contre Staline. L’Institut russe de au monde entier pour exalter la « rus- veulent pas faire partie d’une délégation
la traduction a tout de même financé, sité » reste finalement « assez bateau ». Moscou, porté par la force de ses classi- officielle de l’Etat russe. » Boris Akounine
mais selon la filière habituelle, donc hors « Les Russes sont parfois victimes de leur ques du XIXe siècle, bénéficie dans ce do- a ainsi accepté de venir, mais seulement
du programme des cent livres, et pour tradition et ont peur de la nouveauté, re- maine d’un avantage comparatif certain. à l’invitation de son éditeur, Louison.
une part minoritaire du budget total, la lève Natalia Turine, fondatrice de Loui- En France, une poignée d’éditeurs, dont Pour Galia Ackerman, « la seule oppo-
traduction par Jean-Claude Schneider de son Editions et propriétaire de la librairie Gallimard, Actes Sud, Verdier, Noir sur sante déclarée qui soit invitée, c’est Lud-
l’œuvre « du plus grand de tous ceux qui du Globe, spécialisées dans la littérature blanc, Louison ou La Manufacture de li- mila Oulitskaïa. C’est habile, les Russes
ont tenté de survivre sous le pouvoir so- russe. Mais il faut dire que les Français, de vres occupent ce terrain de longue date. font pareil avec la presse, cela permet de
viétique », comme le qualifiait Vladimir leur côté, ont eux-mêmes des attentes très Mais les plus belles ventes se canton- dire que la presse d’opposition existe ». « Il
Nabokov (1899-1977). convenues, presque caricaturales, en ma- nent, justement, aux classiques. Chez y a du progrès, note toutefois Michel Par-
« C’est certes du soft power, mais c’est in- tière de littérature russe. » Actes Sud, Dostoïevski caracole toujours fenov. Je me souviens d’un salon, à Nice,
telligent, tempère Anne Coldefy-Faucard. Selon Vladimir Grigoriev, vice-direc- en tête, avec les traductions d’André où les auteurs débarquaient encadrés
Ç’aurait été choquant si on nous avait teur de l’Agence fédérale de la presse et Markowicz (69 000 exemplaires pour par des “accompagnateurs” dans le plus
imposé une liste de livres à traduire et à de la communication de masse, la sélec- Le Joueur, 1991). grand style du KGB. » p
6 | Spécial littérature russe | Portrait 0123
Vendredi 16 mars 2018

Sous la cuirasse
de Zakhar Prilepine
Il est un moderne écrivain combattant. « Patriote », il s’est battu en Tchétchénie et soutient
les séparatistes prorusses en Ukraine, pour lesquels il signe « Ceux du Donbass »

débarquaient en Grande-Bretagne ?” La
question sonne absurdement dans la bou-
che d’un Anglais, puisque les Russes ne
sont jamais venus chez eux et n’y vien-
dront jamais. En revanche, les Anglais ont
nicolas weill bel et bien débarqué plusieurs fois sur les
côtes russes : aux Solovki, à Mourmansk,

Q
uand on rencontre au Kamtchatka ou en Crimée… »
Zakhar Prilepine à Paris, Dans son nouveau livre, Ceux du Don-
on sent qu’on incarne à bass, Zakhar Prilepine pratique le style
ses yeux tout ce que re- de l’écrivain-journaliste, combinant récit
jette ce « patriote », hier et montage d’interviews – ce genre qui a
engagé volontaire en valu à la Biélorusse Svetlana Alexievitch,
Tchétchénie, aujour- en 2015, le prix Nobel de littérature. « Je ne
d’hui soutien inconditionnel des séces- suis pas sûr que la comparaison plairait à
sionnistes prorusses du Donbass, en Alexievitch, même séparée de moi par une
guerre avec l’Ukraine depuis 2014 : simple virgule », s’amuse-t-il. L’auteure de
un conformisme libéral, occidental et La Fin de l’homme rouge (Actes Sud, 2013),
proeuropéen, tel aussi que se l’imagine démocrate et très écoutée à l’Ouest, se si-
une longue tradition intellectuelle russe. tue, il est vrai, aux antipodes idéologi-
Il faut donc s’efforcer de percer une dou- ques d’un Prilepine, lequel, depuis un an
ble couche de stéréotypes, celle de nos et demi, a délaissé le roman au profit de
préjugés sur la Russie et celle nourrie par son engagement en faveur des séparatis-
les « nazbol », les nationaux-bolchévistes tes du Donbass (il a été là-bas élevé au
d’Edouard Limonov, dont Zakhar Prile- grade de « commandant en second d’un
pine a été proche, pour lever l’énigme de bataillon de forces républicaines »).
ce gaillard déroutant, né en 1975, aux ap- Le nationalisme d’extrême gau-
parences rugueuses, à l’allure de videur, che, auquel on l’associe et dont la « Répu-
condescendant parfois, chaleureux à blique populaire de Donetsk » constitue-
l’occasion, écrivain prodige, sans doute
l’un des plus marquants de la Russie
actuelle, comme lui-même le pense sans Prilepine est
trop de fausse modestie. un bon représentant
Jusqu’en 2015, Zakhar Prilepine avait
surtout la réputation d’être le chroni- d’une génération
queur incroyablement prolifique et sans qui a souffert
concession d’une Russie sinistrée par
l’après-perestroïka et d’une jeunesse à la
de la désintégration
du régime socialiste
Chez cet homme, on est
frappé par le contraste rait une sorte de préfiguration, et son
chef, Alexandre Zakhartchenko, un mo-
entre le goût de dèle viril, correspond-il effectivement à
crapahuter en uniforme ses opinions ? Pourquoi cherche-t-il à
brouiller les différences entre bolcheviks
et une culture littéraire et blancs dans ses romans ? Alors qu’il a
encyclopédique lancé une très provocatrice « Lettre à Sta-
line » en 2012 : « Tu as protégé la vie de
notre race. Sans toi, on aurait étouffé nos
ramasse (San’kia, Des chaussures pleines grands-pères et nos arrière-grands-pères
de vodka chaude, Actes Sud, 2009 et Zakhar Prilepine, en 2010. PHILIPPE MATSAS/OPALE/LEEMAGE dans des chambres à gaz soigneusement
2011). Avec coquetterie, il assure ne rien disposées de Brest à Vladivostok, et notre
inventer dans ses ouvrages. On lui doit question aurait été définitivement réglée.
du reste des récits assez crus sur ses pro- Tu as mis sept couches de Russes sous
pres campagnes dans le Caucase (Patho- des grands auteurs russes, Dostoïevski sainteté », dit-il ainsi. Récemment, il s’est années 1930, Joseph et ses frères (Galli- terre pour sauver notre semence. (…) Oh,
logies, Les Syrtes, 2007, et Je viens de Rus- ou Gorki, né, comme Zakhar Prilepine rapproché de l’Eglise orthodoxe en se mard, 1935-1938). De même a-t-il rédigé si tu avais vécu encore un demi-siècle
sie, La Différence, 2014). Pourtant, avec lui-même, à Nijni-Novgorod, sur la Volga. mariant religieusement dans la cathé- une biographie, non traduite, de l’écri- – personne n’aurait échangé la grande
L’Archipel des Solovki (Actes Sud, 2017), A l’ombre des bulbes dorés de cette cité drale de la Transfiguration, à Donetsk. vain Leonid Leonov (1899-1994). Pour le odyssée cosmique contre des iPod et des
un roman historique de 800 pages par ailleurs industrielle, Prilepine, en « Je ne saurais prétendre être un prati- slavisant Georges Nivat, professeur émé- jeux vidéo. »
consacré à ce qui fut, dans les années provincial peu attiré par l’existence mos- quant exemplaire, mais Dieu existe », rite à l’université de Genève, Zakhar Pri- « Non, je ne suis pas un nationaliste, ré-
1920, le laboratoire du goulag, il change covite, a étudié la linguistique à l’univer- commente laconiquement Prilepine, ré- lepine appartient à une lignée vivace en pond Prilepine. C’est une erreur très ré-
de genre en adoptant la fiction histo- sité et y a presque toujours habité avec sa ticent à parler de sa vie privée. Russie, où la guerre s’est rallumée, mais pandue dans la presse, et notamment
rique et a produit peut-être « son » femme et ses quatre enfants. Chez cet homme, on est frappé par le éteinte en Occident, celle des écrivains dans la presse occidentale. Je vois le
chef-d’œuvre. La prose de Zakhar Prilepine est classi- contraste entre le goût de crapahuter en combattants : « Après tout, Léon Tolstoï monde de façon bien plus complexe que
Ce livre s’est vendu à 150 000 exemplai- que et cherche surtout à métamorpho- uniforme et une culture littéraire ency- n’est-il pas sorti homme de lettres de la comme un jeu d’enfant où les personna-
res dans son pays, alors même que le ser les expériences les plus effroyables et clopédique. L’un de ses éditeurs français, guerre de Crimée [1853-1856] » avec ses ges se répartissent entre gentils et mé-
centenaire de la révolution d’Octobre les plus modernes en itinéraire spirituel. Michel Parfenov, chez Actes Sud, rappelle Récits de Sébastopol (Payot, 1933) ? chants. Pour ce qui est de la guerre civile
suscitait le malaise des élites du Kremlin. « On peut établir un lien entre la guerre et la prédilection de Prilepine pour la tétra- Le modèle qu’affectionne Zakhar Prile- [1917-1923], il est impossible de faire la dis-
Il inscrit son auteur dans la constellation la violence, mais aussi entre la guerre et la logie écrite par Thomas Mann dans les pine, jamais en mal de références, serait tinction. C’est cette complexité que j’essaie
plutôt à chercher du côté d’Hemingway, de décrire. Dans la révolution d’Octobre, il
très populaire en Russie, celui de L’Adieu y a des avancées impressionnantes et des
aux armes (1929) ou de Pour qui sonne le gens qui profitent à la situation, et, de
Rhapsodie pour le Donetsk glas (1940). Mais il cite volontiers Apolli-
naire ou Romain Gary. « Je n’appelle per-
l’autre côté, des victimes sans nombre et
des exactions dans chaque camp. »
RÉSOLUMENT protagonistes de la « sale guerre » qui a On sent bien, à lire cette rhapsodie sonne à prendre les armes », nuance-t-il Pour la reporter et écrivaine Anne Ni-
engagé aux côtés cours au Donbass, dans le but de laver de réflexions et de conversations rap- quand on évoque le goût pour la chose vat, qui vient de signer Un continent der-
des sécessionnistes ces combattants, dont il partage l’uni- portées, que la référence de Prilepine militaire qui se reflète dans ses phrases, rière Poutine (Seuil, 186 p., 18 €), Zakhar
du Donbass, Zakhar forme, des soupçons ou des stéréo- est ici la guerre d’Espagne (1936-1938), souvent aussi brèves et précises que des Prilepine, dont une partie de la famille a
Prilepine livre son types qui les entourent (alcoolisme, dont il aimerait sans doute devenir le balles de fusil. « Avant d’être écrivain, bénéficié d’une modeste ascension so-
récit subjectif d’une corruption, violence, etc.). nouvel Hemingway, tout en réveillant j’étais soldat, se défend-il, c’est ma profes- ciale au temps de l’URSS, est un bon re-
guerre quelque peu D’où les croquis littéraires intéres- l’indifférence qu’il prête au monde et sion, mon travail. Tchekhov affirmait : présentant d’une génération qui a
oubliée mais tou- sants d’Arseni Pavlov, dit « Motorola », même à la jeunesse russe face aux “S’il y a la guerre, j’irai en tant que méde- souffert de la désintégration du régime
jours d’actualité. Elle oppose depuis tué le 16 octobre 2016, de Mikhaïl événements qui secouent l’est de cin” – moi, je ne suis pas médecin ! » socialiste, alors que les plus jeunes s’em-
2014 les prorusses de l’autopro- Tolstikh, alias « Givi », tué le 8 février l’Ukraine. Mais on doute, vu la passion Puis, pour plaider à nouveaux frais le barrassent moins de cette période sovié-
clamée République populaire de 2017, ou d’Alexandre Zakhartchenko, politique plus que romanesque qui « procès » séculaire intenté à une Russie tique. Si certains, comme le politologue
Donetsk et de Lougansk aux forces l’actuel chef de la « République de l’anime, que cet ouvrage-là devienne mal comprise, selon lui, par les Occiden- Andreï Gratchev, trouvent que sa pro-
armées ukrainiennes. L’écrivain re- Donetsk », mais aussi des « femmes du son monument. p n. w. taux, et systématiquement considérée duction littéraire s’essouffle, Anne Nivat
flète le point de vue des premiers et Donbass », journalistes, voire poètes, comme agressive, il brode sur une anec- escompte qu’il ne va pas tarder à revenir
ses affirmations factuelles devront passées dans le camp des séparatistes, ceux du donbass. dote empruntée au romancier britanni- à la fiction. Lui s’obstine à mettre son ta-
être accueillies avec la plus grande ou d’Andreï Babitski, autrefois voix chroniques d’une guerre en cours que Julian Barnes, qu’il apprécie : « Un lent au service des causes qu’il défend, et
prudence. libérale et hostile à la guerre en (Vso, chto dolzhno razreshitsya… homme et une femme marchent dans la peut-être à offrir un jour au Donbass
L’intérêt de cet ouvrage militant ne Tchétchénie, converti au nationalisme Khronika idushey voynu), rue, en Angleterre. Une voiture éclabousse l’équivalent de ce que furent Douze, du
tient du reste pas aux informations antioccidental et venu apporter son de Zakhar Prilepine, en passant la femme, qui lance un “Fuck !” poète Alexandre Blok (1881-1921), ou La
fournies, mais à la galerie de por- soutien à la lutte contre les « fascistes » traduit du russe par Michèle Darcin, L’homme juge la réaction de sa compa- Cavalerie rouge, d’Isaac Babel (1894-
traits que l’écrivain a dressés de ukrainiens. Les Syrtes, 410 p., 22 €. gne excessive. “Que dirais-tu si les Russes 1940), pour Octobre et ses suites. p
0123
Vendredi 16 mars 2018
Sélection | Spécial littérature russe | 7
Le choix du « Monde des livres »
parmi les récits et romans russes
parus récemment
Sélection réalisée par Elena Balzamo

L’Echelle de Jacob Croix rouges


(Lestnitsa Iakova), (Krasni krest),
de Ludmila Oulitskaïa, de Sacha Filipenko,
traduit du russe par Sophie Benech, traduit du russe par Anne-Marie Tatsis-Botton,
Gallimard, « Du monde entier », 624 p., 20 €. Les Syrtes, 210 p., 15 €.

Auteure notamment de Sonietchka, prix A Minsk, la capitale biélorusse, le passé et le présent


Médicis étranger, et du magnifique Chapi- se rencontrent sur le palier d’un immeuble. Le jeune
teau vert (Gallimard, 1996 et 2014), Ludmila héros y fait la connaissance d’une voisine nonagé-
Oulitskaïa part ici sur les traces de ses pro- naire. A son corps défendant, car ivre du chagrin
pres grands-parents. Le point focal de ce causé par la perte d’un être cher, le voilà initié à
roman, qui embrasse trois générations de l’histoire des soldats soviétiques faits prisonniers
Russes, se situe dans les années 1970, épo- durant la seconde guerre mondiale : le régime les
que de torpeur où l’histoire semble s’être à considère comme des traîtres et persécute leurs pro-