Vous êtes sur la page 1sur 20

Chapitre 2: Les facteurs

Chapitre 2: Les facteurs cinétiques . Certains facteurs agissent sur la vitesse des réactions . Lesquels?

cinétiques.

Certains facteurs agissent sur la

vitesse des réactions . Lesquels?

1. Les facteurs cinétiques 1.1.La concentration.

1. Les facteurs cinétiques 1.1.La concentration. • Voir TP. • Lorsqu’on fait réagir des solutions filles
1. Les facteurs cinétiques 1.1.La concentration. • Voir TP. • Lorsqu’on fait réagir des solutions filles

Voir TP.

• Lorsqu’on fait réagir des solutions filles et

une solution mère avec le même réactif

dans les même conditions on constate que la réaction est plus lente.

Conclusion: Lorsque la concentration

d’un réactif augmente, la vitesse de la

réaction augmente.

1.2. Influence de la température.

1.2. Influence de la température.

Voir TP

• Lorsqu’on fait réagir les mêmes espèces à

des température différente on remarque

que la vitesse de la réaction augmente.

• La vitesse d’une réaction augmente

lorsque la température s’élève.

1.3. Influence de la surface.

1.3. Influence de la surface. • Un exemple de ce phénomène est lorsque tu veux faire

Un exemple de ce phénomène est lorsque tu veux faire

un feu de camp. Est-ce que tu réussis à allumer les bûches de bois directement ou tu as besoin de brindilles?

Normalement , tu auras besoin de brindilles pour allumer

ton feu car elles augmentent la surface de contact.

Donc lorsque la surface de contact augmente, la vitesse

de la réaction augmente.

• La poudre de fer réagira plus vite qu’un fil de fer.

2. La théorie des collisions.

2. La théorie des collisions. • À l'échelle moléculaire, une réaction se produit lorsque deux molécules

À l'échelle moléculaire, une réaction se produit lorsque deux molécules de réactifs

entrent en collision l'une avec l'autre.

La théorie des collisions s'énonce comme

suit: «pour qu'une réaction se produise,

les particules de réactifs doivent entrer en collision les unes avec les autres».

La théorie des collisions est utile pour

expliquer l'effet de la concentration sur la

vitesse de réaction. S'il y a davantage de

collisions dans une certaine période de temps, c'est logique que la vitesse de

réaction augmente. Le nombre de

collisions est lié directement au nombre de

particules de réactifs pour un volume

donné (c'est -à-dire une plus grande concentration de réactifs augmente la

vitesse ).

• De même elle peut expliquer l’effet de la

température, si l’on admet que les

molécules possèdent une énergie

cinétique et qu’une augmentation de la

température augmente l’agitation des molécules donc la fréquences des

collisions.

Et plus la surface de réactif sera étendu,

plus on aura de collisions efficaces.

3. La catalyse

3.1.Généralités.

3. La catalyse 3.1.Généralités. • La catalyse accélère la réaction chimique naturelle sans subir de
3. La catalyse 3.1.Généralités. • La catalyse accélère la réaction chimique naturelle sans subir de

La catalyse accélère la réaction chimique

naturelle sans subir de modifications permanentes.

Le catalyseur:

-n’est pas consommé: il est régénéré

- ne modifie pas les conditions

thermodynamiques (composition, équilibre,

réaction spontanée): il permet d’atteindre plus rapidement la fin de la réaction (équilibre ou état

final.

-n’apporte pas d’énergie: il en réduit les besoins.

3.2. Le mécanisme réactionnel

3.2. Le mécanisme réactionnel

de la catalyse.

3.2. Le mécanisme réactionnel de la catalyse . • Comme on l’a vu dans la théorie

• Comme on l’a vu dans la théorie des

collisions que la vitesse d’une réaction dépend de la fréquence des chocs

efficaces entre les réactifs.

• Il y a dons deux façons d’accélérer une

réaction:

-augmenter l’énergie cinétique (du à la

vitesse) en élevant la température.

-abaisser l’énergie d’activation.

Le catalyseur intervient de la seconde façon.

• Qu’est ce que l’énergie d’activation?

Définition: c’est l’énergie cinétique

minimum qui doit être présente au moment du choc pour qu’il soit efficace.

présente au moment du choc pour qu’il soit efficace. • A: réaction non catalysée. • B:

A: réaction non catalysée.

B: réaction catalysée

sans intermédiaire

C: réaction catalysée

avec intermédiaire

• ∆E: l’énergie de réaction reste

inchangée: pas de modification

du caractère thermodynamique

de la réaction.

Expérience montrant la

formation d’un intermédiaire de

réaction

On mélange du peroxyde d’hydrogène et des ions tartrates

Pas de réaction

On ajoute du chlorure de cobalt et la réaction démarre. Un

dégagement gazeux et la

solution vire au vert puis au rose.

5H 2 O 2 +C 4 H 4 O 6 2- →6H 2 O +4 CO 2 +2HO -

On remarque que les ions

cobalts ne sont pas dans le bilan, mais ils interviennent au cours de la réaction en formant un

intermédiaire(coloration verte) et

sont régénérés(coloration rose).

au cours de la réaction en formant un intermédiaire(coloration verte) et sont régénérés(coloration rose).

Une réaction globale lente est remplacé par plusieurs réactions rapides qui font intervenir

des intermédiaires réactionnels.

Les ions tartrates et cobalts réagissent pour donner le dioxyde de

carbone et le métal cobalt, qui à son tour va réagir avec le peroxyde

d’hydrogène pour former

l’eau et régénérer les ions

cobalts.

cobalt, qui à son tour va réagir avec le peroxyde d’hydrogène pour former l’eau et régénérer

3.3. Les différents types de catalyse

Expériences: on revient à la dismutation du peroxyde d’hydrogène catalysé par le

platine, les ions fers ou le sang

3 types de catalyse pour une même réaction.

3.3.1. La catalyse homogène.

Les ions fers en solution.

Le catalyseur appartient à la même phase que les réactifs.

Le catalyseur est consommé puis

régénéré, les mêmes molécules de

catalyseurs peuvent donc servir à plusieurs molécules de réactifs.

La réaction se déroule dans tout le

volume occupé par le système.

Plus la concentration du catalyseur est grande plus la vitesse de la réaction est importante.

par le système. • Plus la concentration du catalyseur est grande plus la vitesse de la

3.3.2 La catalyse hétérogène

Le platine.

Le catalyseur appartient à une

phase différente de celles des réactifs.

Activité documentaire: surfaces et

catalyses.

On distingue 3 phases:

-adsorption: le catalyseur fixe certains des réactifs à sa surface.

-le réaction chimique: elle se

déroule à la surface du catalyseur.

-désorption: les produits quittent la surface du catalyseur. D’autres molécules de réactifs peuvent se fixer sur le catalyseur pour que la réaction est lieu.

du catalyseur. D’autres molécules de réactifs peuvent se fixer sur le catalyseur pour que la réaction
• La réaction se déroule à la surface du catalyseur, elle est d’autant plus rapide

La réaction se déroule à la surface du

catalyseur, elle est d’autant plus rapide

que la surface du catalyseur est grande.

On utilise les catalyseurs solides sous

forme de poudre, mousse ou toile

métallique.

3.3.3. La catalyse enzymatique

Le sang.

Dans les organismes vivants, les réactions biochimiques sont catalysées

par des macro molécules organiques: les

enzymes

Les enzymes: ce sont des protéines à longue chaine qui se replient dans l’espace, de manière caractéristique et font apparaitre des cavités: les sites actifs

qui contiennent des cations métalliques.

Les molécules pénètrent dans les sites actifs où elles sont fixées pour que la réaction se déroule.

Ce type de catalyse réuni les caractéristiques des 2 autres types.

Dans le sang des mammifères une enzyme: la catalase

Sert à faire disparaitre le peroxyde

d’hydrogène qui apparait lors de la

réduction métabolique du dioxygène en eau. Le peroxyde d’hydrogène est toxique

pour les cellules.

lors de la réduction métabolique du dioxygène en eau. Le peroxyde d’hydrogène est toxique pour les
lors de la réduction métabolique du dioxygène en eau. Le peroxyde d’hydrogène est toxique pour les

3.3.4. L’autocatalyse

Expérience: on fait réagir dans deux béchers du permanganate de potassium sur de l’acide

oxalique en milieu acide.

Dans 1 bécher b, on ajoute du chlorure de manganèse.

Observation: dans les

béchers la coloration du mélange change, elle passe du rose à l’orange

puis au jaune.

Dans le bécher contenant le chlorure de manganèse la réaction

démarre plus rapidement.

l’orange puis au jaune. • Dans le bécher contenant le chlorure de manganèse la réaction démarre
l’orange puis au jaune. • Dans le bécher contenant le chlorure de manganèse la réaction démarre

La réaction est catalysée par les ions manganèses Mn 2+

Ces ions sont les produits de la réaction.

La réaction fabrique sont propre

catalyseur: on dit qu’elle est autocatalytique.

Dans ce type de réaction deux facteurs

agissent en sens inverse:

-la concentration du catalyseur( produit de la réaction) augmente au cours du temps ainsi la vitesse de la réaction

augmente.

- la concentration des réactifs diminue donc la vitesse diminue.

Ainsi: dans un premier temps la

réaction s’accélère puis elle décélère,

d’où la vitesse passe par un maximum.

Ainsi: dans un premier temps la réaction s’accélère puis elle décélère, d’où la vitesse passe par

3. 4.Le rôle pratique de la catalyse.

3.4.1 La sélectivité de la catalyse.

Un même système réactionnel évolue selon des

réactions différentes

Exemple:

2 NH 3 +3/2 O 2 → N 2 +2H 2 0

2 NH 3 +5/2 O 2 → NO+3H 2 0

La deuxième réaction est une étape importante

de la synthèse de l’acide nitrique pour les

engrais.

Cette réaction peut être accélérée par le platine, au point où elle devient prépondérente.

Le catalyseur a ici un rôle séléctif, il favorise une

réaction.

3.4.2.Importance de la catalyse.

3.4.2.Importance de la catalyse.

Dans l’industrie chimique:

-elle évite les réactions parasites.

-elle permet de travailler à température plus

réduite, donc à gagner en énergie.

• Elle permet d’augmenter le rendement horaire.

Dans la vie courante:

-les levures et leurs enzymes qui permettent de faire monter le pain, de fermenter les jus, d’affiner les fromages. Elles sont utilisées en pharmacologie ainsi que dans les lessives.

- dans le domaine de l’automobile: les pots

d’échappement.