Vous êtes sur la page 1sur 51

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE KASDI MERBAH-OUARGLA


FACULTÉ DES HYDROCARBURE ET DES ENERGIES RENOUVLABLE ET
SCIENCES DE LA TERRE ET DE L’UNIVERS
Département de Forage et Mécanique des Chantiers Pétroliers

MEMOIRE
En vue De l’obtention du diplôme de Master

Option : Mécanique des Chantiers Pétroliers


Présenté par :
BARIKI Mohammed
BENAOUN belgacem

THEME

Etude Thermodynamique et Maintenance de


la Turbine à gaz SGT400
Soutenu le :23/05/2016 devant le jury :

Président : yassine abdessalam M.A.A UKM , Ouargla


Examinateur : hajab riad M.A.A UKM , Ouargla
Rapporteur : chouicha samira M.A.A UKM , Ouargla

Année universitaire :2015/2016


.

Remerciement…

Louange à Dieu le tout puissant de nous avoir aidé


à achever ce modeste travail Nous tenons à exprime
notre profonde gratitude à mon encadreur CHOIUCHA
Samira pour son suivi et soutien …
Nous tenons aussi à remercier profondément tous le
personnel de la région de SONATRACH GASSI TOUIL …
Et tous les travailleurs de service mécanique …
Nos derniers remerciements, vont à tous ceux
qui ont contribué de près ou de loin pour
L’aboutissement de ce travail.

Mohammed & Belgacem


Sommaire
Introduction
CHAPITRE I : Description de la turbine à gaz SGT 400

I .1. Généralités sur les turbines à gaz ………………………………………………. 3

I .2. Classification des turbines à gaz ……………………………………………….. 3

I .2.1. Par le mode de construction ………………………………………………. 3

I .2.2. Par le mode de travail …………………………………………………….. 4

I .2.3. Par le mode de fonctionnement thermodynamique ………………………. 4

I .3. Principales applications ………………………………………………………... 5

I .3.1. Utilisation des turbines à gaz pour la propulsion ………………………… 5

I.3.2. Production combinée chaleur-force ……………………………………….. 5

I.3.3. Production d’électricité …………………………………………………..... 6

I.4. Présentation du sujet ……………………………………………………………. 6

I.4.1. Présentation de la turbine à gaz SGT-400 ………………………………… 6

I.4.2. Principe de fonctionnement ……………………………………………….. 8

I.4.3. Caractéristiques de la turbine à gaz SGT-400 …………………………….. 9

I.4.4. Principaux composants de la turbine ……………………………………… 9

I.4.5. Système-de-démarrage …………………………………………………… 15

I.4.6. Système de lubrification et graissage d'huile …………………………….. 16

I.4.7. Système d'air de refroidissement et d'étanchéité ………………………… 17

CHAPITRE II : Maintenance de la turbine à gaz SGT 400

II.1. Définition de la maintenance ………………………………………………… 20


II.2. But de la maintenance ………………………………………………………... 20

II.3. Différents types de maintenance ……………………………………………... 20

II.3.1. La maintenance préventive ……………………………………………… 21

II.3.1.1. Maintenance préventive systématique ……………………………… 21


II.3.1.2. Maintenance préventive conditionnelle …………………………….. 21
II.3.1.3. Avantages et inconvénients de la maintenance préventive ………… 21
II.3.2. La maintenance corrective ……………………………………………… 21
II.3.2.1. Les dépannages ……………………………………………………... 22
II.3.2.2. Les réparations ……………………………………………………… 22
II.3.2.3. Avantage et inconvénients de la maintenance corrective …………... 22
II.4. Les inspections appliquées sur la turbine à gaz SGT 400 SIEMENS ……….. 22

II.4.1. Inspection en fonctionnement ………………………………………….. 22

II.4.2. Inspections préventive périodique ……………………………………... 22


II.4.2.1. Inspection de la machine pas démontée …………………………… 22

II.4.2.2. Inspection de la machine démontée ………………………………... 24

CHAPITRE IIII : Calcul thermodynamique

III.1. Calcul thermodynamique …………………………………………………… 30

III.1.1. D’après les données du constructeur …………………………………… 30

III.1.2. D’après les données de départ ………………………………………….. 33

III.1.3. Comparaison des résultats ……………………………………………… 40

III.2 Influence des facteurs sur les performances de la turbine à gaz ……………... 41

III.2.1. Influence des facteurs extérieurs sur les performances de la turbine à gaz.41

III.2.1.1. La température ambiante …………………………………………... 41

III.2.1.2. La pression ambiante ………………………………………………. 41

III.2.1.3. L’humidité relative ………………………………………………… 42

III.2.1.4. Les poussières …………………………………………………….... 42


III.2.2. Influence des facteurs intérieurs sur les performances de la TAG …… .. 42
III.2.2.1. Chute de pression dans la section d'aspiration du compresseur …… 42

III.2.2.2. Chutes de pression dans le système d’échappement ………………. 42


III.2.2.3. Influence du type de combustible …………………………………. 43
Résume
Conclusion
Bibliographie
Nomonclature :

C : Vitesse à l’entrée et à la sortie du diffuseur [m/s]


N : Vitesse de rotation de la Turbine [tr/min]
ηcc : Rendement de chambres de combustion [℅]
ηic : Rendement du compresseur [℅]
ηmec : Rendement du Compresseur – Turbine [℅]
ηi : Rendement de la Turbine [℅]
ηth : Rendement thermique [℅]
P : La pression [Bar]
PC : Pouvoir calorifique du combustible [Kcal/m3]
P : Puissance [KW]
Pu : Puissance utile [KW]
∆P : les pertes de charge [Pa]

ρ : la masse volumique [Kg/m^3]

Q : la quantité de chaleur transférée [J/s]

q c : Débit massique de combustible [kg/s]

q r : Débit massique relatif de l’air de refroidissement [kg/s]

q f : Débit massique relatif des fuites [kg/s]

T : la température [K]
W : Travaille massique [J/Kg]
ε : Taux de compression [Bar]
α : Coefficient d’excès d’air
Les Indices :
𝑎𝑚𝑏 : Ambiante
𝑎𝑡𝑚 : Atmosphérique
BP : base pression
HP : haut pression
Listes des figures : Page

Figure.I.1 : Turbines à gaz à un arbre et à deux arbres ………………...………………. 4


Figure I.2 : Turbine à gaz SGT-400 ………………………………………..…………... 7
Figure I.3 : La variation de pression et température dans une turbine à gaz …...………. 8
Figure I.4 : Schéma des principaux composants d’une turbine à gaz SGT-400 …..…... 10
Figure I.5 : Section admission d'une turbine SGT 400 ……………….……………… 11
Figure I.6: Vue en coupe de la zone de la compression d'une SGT400 …….…………. 12
Figure I.6: Vue en coupe de la zone de la combustion d'une SGT400 …….…………. 12
Figure I.8 : type de système de combustion DLE d'une SGT400 …….………………. 13
FigureI.9 : Caisse turbine du compresseur (HP) …….………………………………... 14
Figure I.10: Rotors HP, BP …….……………………………………………………... 15
Figure I.11: Disposition caisse échappement et paliers …….………………………… 15

Figure I.12: Système de démarrage hydrostatique …….……………………………… 16

Figure I.13 : Schéma de système de lubrification …….……………………………… 17

Figure I.14 : Système d'air de refroidissement et d'étanchéité …….…………………. 18

Figure II.1: Organigramme de maintenance …….…………………………………… 20


Figure III.1 : Représentation schématique d'une turbine à gaz à deux arbres ……...… 32
Figure III.2 : Diagramme T÷S de l’installation ………………………..….…………. 32
Listes des tableaux : Page

Tableau II.1 : Plan de maintenance typique ……………….………………………… 25


Tableau II.2 : Inspection type ‘a’ pour Générateur de gaz ….…..…………………… 25
Tableau II.3 : Inspection type ‘a ’pour Système de Combustion .…………………… 25
Tableau II.4 : Inspection type ‘a ’Pour Turbine de puissance ….…………….…....… 26
Tableau II.5 : Inspection type ‘a’ Pour Systèmes auxiliaires du moteur ….…….…… 26
Tableau II.6 : Plan de maintenance type B ….…………………………….………… 27
Tableau II.7: Plan de maintenance type C ….….………………………….………… 27
Tableau II.8: Plan de maintenance type D ….…….……………………….………… 27
Tableau III.1 : Les résultats de calcul d’après les données réelles ….….....………… 40
Tableau III.2 : comparatif des résultats obtenus….……………………….………… 40
La turbine à gaz à connu ces dernières années un développement considérable dans de
nombreuses applications industrielles, et en particulier dans le domaine du transport du gaz, où
conçue avec deux lignes d’arbres et accouplée à un compresseur centrifuge, elle offre une
grande souplesse d’exploitation. L’évolution de la machine et son succès ont été conditionnés
par l’amélioration des performances technique des turbines et des compresseurs.
Les caractéristiques des turbines à gaz (taux de compression, débit, puissance…etc.), Ce
qui nous mène a étudier l'influence des différents facteurs qui peuvent engendrés des problèmes
lors du fonctionnement de la turbine.
On se propose à cet effet d’effectuer une étude relative à l’analyse des performances d’une
turbine à gaz SIEMENS de type SGT-400 ainsi que l’effet des conditions environnementales
sur le fonctionnement de cette dernière.
Cette étude comporte trois parties principales :

• Description générale des turbines à gaz SIEMENS et particulièrement pour la


machine considérée de type SGT-400 ;

• Maintenance de la turbine pour connaitre les différentes phases d’entretien et


d’inspection.

• Etude thermodynamique qui a pour objet l’influence de la température ambiante et


la récupération des gaz d’échappement sur les performances de la turbine.
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

I .1. Généralités sur les turbines à gaz : [1,2]


La turbine à gaz est un moteur à combustion interne de tous les points de vue. Elle
peut être considérée comme un système autosuffisant. En effet, elle prend et comprime l'air
atmosphérique dans son propre compresseur, augmente la puissance énergétique de l'air dans
sa chambre de combustion et convertie cette puissance en énergie mécanique utile pendant
les processus de détente qui a lieu dans la section turbine. L'énergie mécanique qui en résulte
est transmise par l'intermédiaire d'un accouplement à une machine réceptrice, qui produit la
puissance utile pour le processus industriel.
Sous sa forme la plus simple, une turbine à gaz comprend un compresseur axial qui
aspire l'air à la pression atmosphérique; une chambre de combustion, où l'air comprimé est
réchauffé à pression constante par la combustion d'une certaine quantité de combustible (gaz
naturel, gasoil ou kérosène) et enfin une turbine de détente des gaz jusqu’ à la pression
atmosphérique.
I .2. Classification des turbines à gaz :
I .2.1. Par le mode de construction : (fig.I.1)
L'objectif pour lequel, on utilise la turbine à gaz définit le type qu'on doit choisir.
Dans l'industrie, on trouve les turbines à un seul arbre, dites aussi mono-arbre. Elles sont
généralement utilisées dans le cas où on cherche un fonctionnement avec une charge
constante (pour entraîner les générateurs d'électricité). Un deuxième type, englobe les
turbines à deux arbres bi-arbres; elles ont l'avantage d'entraîner des appareils à charges
variables (pompes, compresseur,…). Elles se composent de deux parties, la première assure
l'autonomie de la turbine , la deuxième est liée à la charge. Un troisième type peut être aussi
cité, ce sont les turbines dites dérivées de l'aéronautique; Elles ont une conception spéciale
suivant le domaine dans lequel elles sont utilisées. Dans ce troisième type, la partie qui assure
l'autonomie de la turbine existe toujours, et l'énergie encore emmagasinée dans les gaz
d'échappement est utilisée pour créer la poussée, en transformant cette énergie (thermique et
de pression) en une énergie cinétique de jet dans une tuyère.

2015/2016 3
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

Figure.I.1 : Turbines à gaz à un arbre et à deux arbres


I .2.2.Par le mode de travail :

On distingue deux types de turbine :

 Turbine à action :
Où l’énergie thermique est transformée complètement en énergie cinétique dans la directrice.
L’évolution des gaz dans la roue se fait sans variation de pression statique P1>P2=P3.
 Turbine à réaction :
Une partie de l’énergie thermique est transformée dans la roue en énergie cinétique et
mécanique. L’évolution des gaz dans la roue se fait avec variation de la pression statique
P1>P2>P3. Le taux de réaction ε caractérisera le % d’énergie thermique totale.
I .2.3. Par le mode de fonctionnement thermodynamique :
Il existe deux cycles thermodynamiques :
 Turbine à gaz à cycle fermé : dans laquelle le même fluide est repris après chaque
cycle.
 Turbine à gaz à cycle ouvert : c’est une turbine dont l’aspiration et l’échappement
s’effectuent directement dans l’atmosphère. Ce type de turbine qui est le plus répandu se
divise en deux classes :
 Turbine à cycle simple : c’est une turbine utilisant un seul fluide pour la production
d’énergie mécanique, après la détente les gaz possédant encore un potentiel énergétique
sont perdus dans l’atmosphère à travers l’échappement.
 Turbine à cycle régénéré : c’est une turbine dont le cycle thermodynamique fait
intervenir plusieurs fluides moteurs dans le but d’augmenter le rendement de
l’installation.

2015/2016 4
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

De nos jours la turbine à gaz connaît une large utilisation et dans différents domaines et en
particulier dans le domaine des hydrocarbures à cause de leur grande gamme de puissance et
leurs propres avantages.

I.3. Principales applications :

Chaque cas d’application d’une turbine à gaz comprend un nombre important de


paramètres de définitions spécifiques : type de combustible, durée de fonctionnement par an,
températures extérieures extrêmes, montage, nuisances, etc. Il en résulte qu’une installation
de turbine à gaz doit être personnalisée afin de répondre aux conditions d’exploitation
envisagées.

Étudions tout d’abord les utilisations principales avant de passer en revue, au


paragraphe suivant, les critères servant de base de réflexion pour choisir le dimensionnement
d’une installation.
I .3.1. Utilisation des turbines à gaz pour la propulsion :
L’utilisation de la turbine à gaz dans l’aviation (avions, hélicoptères) est bien
connue. Dans le domaine des transports civils et militaires, les turbines à gaz sont également
utilisées pour la propulsion, car elles permettent d’obtenir de grandes puissances avec des
poids et dimensions faibles par rapport à ceux des moteurs diesels.
I.3.2.Production combinée chaleur-force:
Ce type d’application permet d’économiser les dépenses d’énergies. Le couple de
force peut servir à l’entraînement d’une machine réceptrice et la chaleur peut servir pour le
chauffage, séchage, production de vapeur pour un process industriel. Le principe de cette
application peut être, encore poussé plus loin pour obtenir des installations industrielles dites
à énergie totale où la turbine à gaz peut fournir simultanément trois formes d’énergie :
électrique (alternateur), pneumatique (par prélèvement d’air sur le compresseur), calorifique
(récupérateur de chaleur des gaz d’échappement). Le rendement de telles installations est
ainsi fortement revalorisé et peut atteindre 50 à 60%.
I.3.3.Production d’électricité :

Cette application est extrêmement courante : l’arbre de la turbine entraîne un


réducteur dont l’arbre à petite vitesse entraîne un alternateur Le système mécanique est
simple et peut être comparé à un groupe turboalternateur à vapeur. Produire uniquement de

2015/2016 5
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

l’électricité avec une turbine à gaz n’est intéressant que pour des conditions d’exploitation
imposant ce système.

I.3.3.Production d’électricité :
Dans tous les types d’applications étudiés, il est tout à fait possible de remplacer
l’alternateur entraîné par une pompe, par un compresseur ou une soufflante.
I.4. Pprésentations du sujet: [3,4]
La durée de vie, la disponibilité et les coûts de maintenance sont trois paramètres clé aux
quels les utilisateurs consacrent la plupart de leur attention. Une turbine à gaz, qui est un
élément primaire de l’installation, exerce une influence directe sur ces paramètres.
A centre production (SONATRACH) l’installation de traitement de gaz est parmi les
complexes, qui permettent de récupérer, traiter, alimenter le circuit de réinjection et
commercialiser le gaz grâce à la force motrice primaire qui est la turbine à gaz SIEMENS
SGT 400. Son arrêt ou sa défaillance entraîne l’arrêt total de l’usine de traitement du gaz.
Il est donc nécessaire de formuler un plan correcte de maintenance basé sur des données
statistiques, relevées à partir de l’historique de la turbine et prendre en considération d’autres
facteurs principaux, comme par exemple les moyens locaux de maintenance et
caractéristiques particulières de l’installation où la turbine à gaz fonctionne afin de vérifier
l’état actuel de la turbine et l’influence des conditions climatiques sévères sur le rendement.
Dans la finalité de faire des révisions et des améliorations pour rendre la machine apte à
accomplir sa fonction requise avec le minimum de pannes donc assurer le maximum de
production.
I.4.1. Présentation de la turbine à gaz SGT-400 :( Fig I.2)
La turbine a gaz est un moteur a combustion interne de tous les points de vue, elle peut
etre considérée comme un système autosuffisant :en effet elle prend et comprime l’air
atmosphérique dans son propre compresseur ,augmente la puissance énergétique de l’air dans
sa chambre de combustion et converti cette puissance en énergie mécanique utile pendant le
processuAZs de détente qui a lieu dans la section turbine.L’énergie mécanique qui en résulte
est transmise par l’intermédiaire d’un accouplement a une machine réceptrice, dans le
processus industriel ou la turbine a gaz est appliquée.
La turbine à double arbre atteint une puissance utile de 12,90 MW (e) ou de 14,32 MW
(e) pour la production d'électricité et de 13,40 MW, soit 14,92 MW à entraînement
mécanique. La turbine permet un rendement électrique de jusqu'à 35,4% pour un
fonctionnement dans un cycle ouvert , une centrale électrique alimentée au gaz simple. Le

2015/2016 6
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

SGT-400 est disponible comme un paquet assemblé en usine et a un excellent rappoAperçu


des prestations.
La turbine à gaz SGT-400 se compose de deux roues turbines indépendants
mécaniquement. La roue turbine HP (haut pression) entraîne le rotor du compresseur axial de
la turbine elle même,tandis que la roue BP (base pression)deuxième étage sert à entraîner la
machine réceptrice .

Le but des roues turbines non reliés est de permettre aux deux roues de fonctionner à
des vitesses différentes pour satisfaire aux exigences de charge variable de compresseur
centrifuge.

La turbine à gaz est conçue avec quatre paliers ;

 Les paliers 1 et 2 supportent le rotor HP (haut pression).


 Les paliers 3 et 4 supportent le rotor BP (base pression).

La conception avec quatre paliers assure que les vitesses critiques des parties tournantes
soit supérieur a la plage de vitesse de service de la turbine.
Les roues de la turbine sont refroidies par l’air extrait du deuxième étage du compresseur et
par l’air de fuite d’étanchéité haute pression du compresseur.
.

Figure I.2 : Turbine à gaz SGT-400

I.4.2. Principe de fonctionnement :( Fig I.3)

Une turbine à gaz fonctionne de la façon suivante :


 Elle extrait de l’air du milieu environnant.

2015/2016 7
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

 Elle le comprime à une pression plus élevée.


 Elle augmente le niveau d’énergie de l'air comprimé en ajoutant et en brûlant le
combustible dans une chambre de combustion.
 Elle achemine l'air à pression et à température élevées vers la section de la turbine, qui
convertit l'énergie thermique en énergie mécanique pour faire tourner l'arbre ; ceci sert,
d'un côté, à fournir l'énergie utile à la machine conduite, couplée avec la machine au
moyen d’un accouplement et, de l’autre côté à fournir l'énergie nécessaire pour la
compression de l'air, qui a lieu dans un compresseur relié directement à la section turbine.
 Elle décharge à l'atmosphère les gaz d’échappement à basse pression et température
résultant de la transformation mentionnée ci-dessus.
La figure, m ontre les variations de pression et de température dans les différentes sections de
la machine correspondant aux phases de fonctionnement mentionnées ci-dessus.

Figure I.3 : La variation de pression et température dans une turbine à gaz

2015/2016 8
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

I.4.3. Caractéristiques de la turbine à gaz SGT-400 :


Vue d'ensemble :
 Deux-arbre, industrielle.
 Transmission mécanique : 13.40 MW.
 Rendement de l’arbre : 36,2%.
 Le taux de chaleur : 9,943 kJ / kWh (7028 Btu / bhph).
 Pleine charge vitesse de la turbine de puissance :8000 -10 000 tr/min.
 Taux de compression du compresseur : 16,8: 1.
 Débit de gaz d’échappement : 39,4 kg / s (86,8 lb / s).
 La température d’échappement : 555 ° C (1031 ° F).
 Les émissions typiques : NOx: <15 ppmVet CO: <10 ppm de volume (corrigé15% O2
sec).
 La capacité des carburants de valeur à moyen calorifique (> 25 MJ / Nm3 Wobbe
index).
Axial Compresseur :
 Flux axiale conception du compresseur transsonique 11 Étages.
 Aube de guidage d'entrée variables ET stators.
 Rapport de pression: (ISO) 16,7: 1.
 Débit d'air: (ISO) 38,9 kg / s.
 Vitesse nominale: 14 100 tr / min.
Combustion :
 6 chambres inverses de tubulaires de combustion d'Écoulement.
 Dry Low Emissions (DLE) Combustion System.
 unique allumeur haute énergie Dans chaque chambre.
 Possibilité d'injection de vapeur verser Le Pouvoir augmentation.
Système de carburant :
 Gaz naturel - liquide carburant - à double carburant.
 Combustibles Autres Capacité sur demande.
I.4.4. Principaux composants de la turbine : (Fig I.4) [5,6]

Les principaux composants d'une turbine à gaz SGT-400 sont :


a. Section admission.
b. Section compression.
c. Section combustion (ensemble des chambres de combustion).

2015/2016 9
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

d. Section turbine (HP et BP).


e. Section échappement.
f. La partie auxiliaire.
Diffuseurd'échappementradial

Vanne de BOVsoupapes de surpression


purge Brûleurs
interétages Chambres de combustion

Volute
d'admission
Diffuseur
d'air d'échappement
radial
Compresseur
Compresseur
compresseur
Aubes directrices
(IGVetVGV) Zone de la turbine

SGT400

Figure I.4 : Schéma des principaux composants d’une turbine à gaz SGT-400
A. Section admission : (Fig I.5)
Le corps d’admission se trouve à l’avant de la turbine à gaz, sa fonction principale est
de diriger l’air de manière uniforme dans le compresseur. Les aubes variables de la directrice
sont montées à l’arrière du corps d’admission. Le boîtier d'admission d'air est fixé au boîtier
de palier d'entrée, tous deux conçus et en forme pour fournir un chemin lisse pour l'air entrant
dans le compresseur. Une entrée l'écran et un joint flexible, qui reçoit en raison des
mouvements relatifs de dilatation thermique, sont montés sur le point d'entrée boîtier
rectangulaire à laquelle canalisation externe est connecté.

2015/2016 10
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

Figure I.5 : Section admission d'une turbine SGT 400

B. Section de compression : (Fig I.6)

Les compresseurs axiaux sont utilisés dans les machines de grande puissance, à cause
des grands débits qu'ils produisent, ces débits sont nécessaires pour produire des puissances
utiles élevées avec des dimensions réduites.

Les particules d'air, sont accélérées grâce à la rotation du rotor, où ces aubes offrent à ces
particules une énergie cinétique ; en quittant l'étage rotor pour entamer l'étage stator suivant,
une grande partie de l'énergie cinétique gagnée, se transforme en une énergie de pression à
cause du freinage.
Après avoir passé l'œil d'admission, L'air est dirigé par les aubes d'admission mobiles (IGV),
pour pénétrer dans le premier étage du rotor. Le compresseur de la turbine à gaz SGT-400
comprend 11 étages
Le rôle du compresseur axial est essentiel, il se résume en :
 Assurer l'alimentation des chambres de combustion avec l'air comprimé, pour l'opération
de combustion.
 Assurer un débit et une pression aussi élevé pour avoir une grande puissance utile.
 Assurer l'air utilisé pour le refroidissement des pièces exposées aux fortes contraintes
thermiques et assurer étanchéité des palies.

2015/2016 11
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

Vueencoupedelazoneducompresseurd'uneSGT400

Lerotorpossède11étages

Figure I.6: Vue en coupe de la zone de la compression d'une SGT400


C. Section de combustion : (Fig I.7)

L'installation du système de combustion comporte six brûleurs, comprenant chacun


un brûleur principal et un brûleur pilote et six chambres de combustion.

Les brûleurs sont montés à la partie supérieure et


les chambres de combustion sont à l'intérieur des SGT400

carters de chambre de combustion positionnés de


manière uniforme sur le carter central de la
turbine. La partie supérieure de la chambre de
combustion est assujettie sur le brûleur principal et
la partie inférieure rainurée porte le segment de
piston qui est situé dans la conduite de transition.
LesystèmedecombustiondelaSGT400
Le brûleur assure une alimentation contrôlée en estDLEseulement.
carburant sous une forme appropriée pour le bon
fonctionnement du système de combustion.

L'accès est assuré à travers le col de la chambre à combustion pour l'injection du carburant
dans le brûleur. Figure I.6 : Vue en coupe de la zone du 1

2015/2016 12
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

Brûleurs de combustible :
Lecombustibleestinjectédanslemoteurviales
brûleurs.Ilpeuts'agirdegazoudecombustibleliquide.

-Brûleurs DLE (Fig I.8)


Constitués de deux composants principaux : le brûleur pilote et le brûleur principal.
-Non DLE
Constitués uniquement d'un brûleur (MPI). Ces brûleurs seprés en tent selon différentes
configurations et différents types. Ils fonctionnent sur gaz combustible classique,
combustible liquide, bicombustible, etpe uvent également injecter de l'eau et de la
vapeur,etc.

Figure I.8 : type de système de combustion DLE d'une SGT400


D. Section turbine (détente):
Les gaz chauds comprimés, entre dans la section de turbine dite aussi section de
détente, pour céder une grande partie de leur énergie emmagasinée, ils trouvent dans leur
trajectoire la première étage (première distributeur annulaire), son rôle est de diriger les gaz
chauds sur les aubes de la première roue HP. Les gaz chauds est passé ver le deuxième
distributeur annulaire, son rôle est de diriger les gaz chauds sur les aubes de la deuxième roue
HP. Les trajectoire des gaz dans les roues HP est tangentielle au profil des intrados des aubes
afin d'éviter les chocs (perte d'énergie) et d'avoir un couple résultant maximal.
Les deux roues de turbine HP, se compose d'un ensemble d'aubes indépendantes les unes par
rapport aux autres, elles ont une forme aérodynamique étudiée avec soin pour permettre de
récupérer le maximum de couple; elles sont creuses afin de réduire leurs masses et les forces

2015/2016 13
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

centrifuges qui peuvent aller jusqu'à l'arrachement de ces dernières.Les deux étages turbine
du compresseur en porte à faux et sont refroidis par air. (FigI.9)

FigureI.9 : Caisse turbine du compresseur (HP)


Les roues HP est liée directement au rotor du compresseur axial, l'ensemble est
souvent appelé rotor, la détente des gaz dans la roue HP fait tourner le compresseur axial
(autonomie), ce rotor est supporté par deux paliers, palier du butée avant le compresseur et
palier porteur avant la roue HP.

Une deuxième détente a lieu dans les roues BP. Les gaz sortant de les roues HP
traversent une première distributeur annulaire et le deuxième BP pour la conversion d'une
partie de leurs énergies thermiques et de pression en une énergie cinétique servant à faire
tourner les roues de turbine de puissance. Les deux arbres sont indépendants.

Du fait que les gaz ont perdus une partie de leur énergie après passage dans les roues
HP, la deuxième roue de turbine est d'un diamètre plus grand, avec des aubes plus longues,
pour maximiser la surface de contact (plus de couple). Les aubes sont soutenues des deux
extrémités afin d'éviter leur Flexion.

Les gaz quittant la roue BP sont envoyés à l'échappement et, le couple résultant sert à
faire tourner la charge qui est généralement variable dans ce cas ; la variation du ce couple est
assure par la variation au débit de fuel gaz et la quantité de l’air à l’aide des deux clapets de
décharge (BOV). La deuxième roue est aussi supportée par deux paliers, un palier porteur
après la roue et le deuxième palier de butée avant la accouplement .

Un palier de butée pour résister contre la poussée axiale et limiter la position axiale
du rotor pour év iter le frottement avec les pièces du stator lors de fonctionnement est placé
du coté du premier palier porteur, il est de type à patins. (Fig I.10)

2015/2016 14
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

Figure I.10: Rotors HP, BP


E. Section échappement : (Fig I.11)
Elle a pour fonction, l'expulsion vers l'atmosphère des gaz provenant de la détente
dans les roues de la turbine.

Figure I.11: Disposition caisse échappement et paliers


I.4.5. Système-de-démarrage : (Fig I.12)
Le démarrage de la turbine à gaz est assuré par un système de démarrage hydrostatique
à entraînement par boîte de vitesse à multiplicateur de vitesse et ensemble embrayage de sur
pilotage. Le rotor de la turbine est accéléré à une vitesse à laquelle un combustible peut être
introduit dans la combustion système et en flammé pour fournir l'auto accélération soutenue,
à la normale vitesse de fonctionnement.

2015/2016 15
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

Figure I.12: Système de démarrage hydrostatique

I.4.6. Système de lubrification et graissage d'huile : (Fig I.13) [7]

Huile lubrifiante minérale est utilisée pour lubrifier et refroidir le tourillon de turbine et
les paliers lisses et des butées, les roulements moteur et les unités auxiliaires roulements de
boîte de vitesses d’engrenages et cannelures.

L'huile est aussi utilisée comme un liquide hydraulique pour-faire-fonctionner-le-départ-


hydraulique Système-lors-du-démarrage-de-la-turbine.

L'huile est délivrée à partir d'un réservoir de sur-dérapage d'huile lubrifiante et distribué à
travers le système de lubrification dans des conditions normales de fonctionnement par une
pompe à huile principale.
Le système comprendtrois pompes (auxiliaire, principale, et d'urgence) et une soupape de
commande de température, de soupape de commande de pression, filtres, deux réchauffeurs
et un refroidisseur.
Le système de contrôle enclenche la pompe auxiliaire lorsque la pompe de boîte d'engrenage
principale est incapable de fournir une pression d'huile de lubrification suffisante (pendant le
lancement et le ralentissement de la turbine).

2015/2016 16
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

Figure I.13 : Schéma de système de lubrification


I.4.7. Système d'air de refroidissement et d'étanchéité: (Fig I.14)
L'air du compresseur est utilisé pour l'étanchéité des joints à labyrinthe et le refroidissement
des composants à haute température.
L'air de pression moyenne, en provenance du dispositif de purge du septième étage du
compresseur est utilisé pour :
 Pressuriser le joint à labyrinthe d'admission
 Pressuriser les joints à labyrinthe situés de part et d'autre du coussinet de la turbine de
compresseur pour empêcher que l'air haute pression du dixième étage ne pénètre dans
le logement de palier.
 Pressuriser les joints à labyrinthe de la TP et refroidir les disques de turbine.
L'air de purge haute pression de dixième étage en provenance de la section en amont de
l'aube directrice de sortie du compresseur est utilisé pour :
 Refroidir les disques de rotor de turbine et le diaphragme intermédiaire.
 L'air haute pression est utilisé pour l'étanchéité du palier de sortie TC
 Utilisé pour refroidir les disques de rotor de TC, et les aubes de rotor de TC1 et
TC2par un système de convection à triple passage avant d'être refoulé dans le flux de
gaz..

2015/2016 17
CHAPITRE I Description de la turbine à gaz SGT 400

L'air moyenne pression provient du 7ème étage L'air moyenne pression provient du 10 ème étage

Figure I.14 : Système d'air de refroidissement et d'étanchéité


Conclusion :
La turbine à gaz type SGT-400 est une machine motrice très compliquée du point de vue
technique, comme exposé précédemment dans ce chapitre elle comporte différentes sections
mécaniques indispensables dans le processus de conversion d’énergie.
Chaque ensemble mécanique doit satisfaire des exigences de précision de fiabilité et de
sécurité pour accomplir à bien sa fonction requise. Pour cela plusieurs disciplines sont mises
en jeux pour la conception et le bon fonctionnement de cette machine, tel que la
thermodynamique et la structure des matériaux
Enfin la puissance contrôlable de la turbine SGT-400, son rendement élevé et sa fiabilité ont
fait de cette machine un équipement indispensable dans l’industrie pétrolière

2015/2016 18
CHAPITRE II Maintenance de la turbine à gaz SGT 400

Introduction :
Les installations et les équipements ont tendance à se détériorer dans le temps sous
l’action de causes multiples (usure, déformations, corrosions…). Ces détériorations
peuvent provoquer l’arrêt définitif ou momentané qui influera sur les capacités de
production et mettre la sécurité du personnel en danger.
Pour améliorer la production et la bonne conduite des différents équipements, les
ingénieurs ont mis en place une maintenance dont ils ne peuvent s’en passer, car elle est
devenue indispensable pour les entreprises.
II.1. Définition de la maintenance : [8,9]
C’est l’ensemble des actions permettant de maintenir ou de rétablir un bien dans un
état spécifié ou en mesure d’assurer un service déterminé l .
II.2. But de la maintenance :
Parmi les buts essentiels de la maintenance on cite :
 Prolonger la durée de vie du matériel.
 Diminuer le temps d’arrêt en cas de panne.
 Faciliter la gestion des stocks.
 Amélioration de production en optimisant les coûts engendrés des différentes opérations
de maintenance.
 Assurer le bon fonctionnement du matériel
II.3. Différents types de maintenance :
On distingue deux types de maintenance : la maintenance préventive et la maintenance
corrective.

Figure II.1: Organigramme de maintenance

2015/2016 20
CHAPITRE II Maintenance de la turbine à gaz SGT 400

II.3.1. La maintenance préventive :


Elle vise à diminuer la probabilité de défaillance d’un système, pour cela elle s’appuie sur
la maintenance systématique et la maintenance conditionnelle.
La maintenance préventive se divise en deux formes essentielles.
II.3.1.1. Maintenance préventive systématique :
C’est la maintenance qui est effectuée selon un échéancier établi en fonction du temps, ou du
nombre d’unités d’usage, cette maintenance se pratique quand on souhaite procurer à un
équipement une sécurité de fonctionnement.
II.3.1.2. Maintenance préventive conditionnelle :
C’est une maintenance subordonnée à un type d’événement prédéterminé révélateur de l’état
de dégradation du bien. Cette forme de maintenance permet d’assurer une surveillance continue
des points sensibles de l’équipement au cours des visites préventives dont le rôle est d’élimine
les pannes accidentelles ou de les réduire à un niveau acceptable.
Il existe un troisième type de maintenance qui est la maintenance méliorative, qui consiste à
débarrasser définitivement les causes de défaillance par des modifications, ce type de
maintenance est nécessaire pour :
 Déterminer les causes réelles du problème traité.
 Imaginer les remèdes adaptés à leur suppression.
II.3.1.3. Avantages et inconvénients de la maintenance préventive :
o Avantage
 Bonne préparation de l’intervention.
 Durée de mobilisation du matériel minimisée.
 Facilité de programmation et de planification des travaux.
o Inconvénients
 Frais de gestion des stocks importants.
 Frais dus à la planification.
 Charges supplémentaires dues formation du personnel.
II.3.2. La maintenance corrective :
Elle s’applique après la panne et consiste au dépannage ou à la réparation.
Maintenance corrective (curative) :
-Selon AFNOR :
« Opération de maintenance effectuée après détection d’une défaillance ».

2015/2016 21
CHAPITRE II Maintenance de la turbine à gaz SGT 400

Elle consiste à remettre l’équipement en état de marche lors d’une panne.


La maintenance corrective débouche sur deux types d’intervention :
II.3.2.1. Les dépannages :
Ils Consistent à la remise en marche provisoire de l’équipement. Ils caractérisent la
maintenance palliative.
II.3.2.2. Les réparations :
Dans ce cas la maintenance sera une intervention définitive et limitée, elles caractérisent la
maintenance curative. Donc la maintenance corrective assure :
 Une amélioration éventuelle (correction), visant à éviter la répétition de panne ou à
minimiser ses effets sur le système (surveillance par analyse de vibrations).
 Une mise en mémoire de l’intervention permettra une amélioration ultérieure.
II.3.2.3. Avantage et inconvénients de la maintenance corrective :
 Avantage
 Un budget d’entretien moyen.
 Coût direct minimisé.
 Frais de gestion de stocks non important.
 Inconvénient
 Temps d’arrêt et d’intervention trop élevé.
 Coût de maintenance élevée.
 Achats des pièces de rechange à un prix élevé
II.4. Les inspections appliquées sur la turbine à gaz SGT 400 SIEMENS : [4]
Introduction :
Les installations techniques représentent un important capital investi. Ce capital doit
être préservé et géré avec efficacité. La division de maintenance nécessite de réunir un vaste
éventail de compétences dans des domaines variés, ce qui conduit à l'organisation de la
maintenance autour de 4 services : services Inspection, électricité, instrumentation et
mécanique industrielle.
Un programme de maintenance préventive est une nécessité primaire afin d'assurer la
gestion correcte des installations conduites par des turbines à gaz où les arrêts forcés de
l'installation doivent être réduits au minimum. Et pour cela nous pouvons classer les
inspections de la turbine en deux types :
Types d’inspection :

2015/2016 22
CHAPITRE II Maintenance de la turbine à gaz SGT 400

Deux types principaux ont été distingués pour les pièces les plus sujettes à l’action des
gaz de combustions, les inspections peuvent être classifiées comme suit :

II.4.1. Inspection en fonctionnement (maintenance conditionnelle) :


Celles-ci consistent en la surveillance continue et générale de l’unité et des auxiliaires
avec la turbine en marche.

Il est conseillé d’enregistrer les paramètres principaux pendant les premiers démarrages
et la marche de la turbine : en effet, cette opération sert à avoir des valeurs de référence sur la
consommation, les performances, etc., quand la machine est neuve. Ceci permettra une
meilleure évaluation de tout changement de fonctionnement de la turbine à gaz au cours de sa
vie et aidera à découvrir les causes des défauts possibles et à choisir la solution appropriée.
Les données de fonctionnement doivent être acquises dans les phases transitoires
(démarrage, arrêt) et en condition de régime permanant.
Les paramètres principaux de l’inspection en marche sont :
 Vitesse de la roue HP et BP ;
 Charge ;
 Nombre de démarrage ;
 Nombre d’heures de fonctionnement ;
 Pression et température aux différents points de la turbine ;
 Température et pression ambiante ;
 Pression d’huile et du combustible ainsi que les différents filtres ;
 Vibrations des rotors de la turbine HP et BP ;
II.4.2. Inspections préventive périodique :
II.4.2.1. Inspection de la machine pas démontée :
Les taches principales selon inspection préventive périodique sont :
Tous les jours
 Vérifier l'étanchéité de la turbine
 Vérifier l'étanchéité des systèmes hydraulique, de Carburant et d'huile de
lubrification
 Vérifier le niveau de l'huile de lubrification
 Vérifier tous les auxiliaires de la turbine (autonettoyant, système d’aération)

Chaque semaine
 Effectuer un lavage à chaud ou de préférence un lavage à froid.

2015/2016 23
CHAPITRE II Maintenance de la turbine à gaz SGT 400

Tous les mois


 Effectuer un lavage à froid
 Vérifier la pression du tuyau du reniflard
 Vérifier le niveau du produit extincteur et vérifier le bon état du système
 Tester le système gaz et incendie
 Vérifier que le conduit d'admission d'air n'est pas rouillé ni endommagé, nettoyer avec
le dispositif de nettoyage à impulsions.
 Actionner le système d'huile de lubrification d'urgence pour tester son intégrité
Tous les trois mois
 Effectuer une vérification des vibrations
 Vérifier l'intégrité des pompes d'huile de lubrification d'urgence, auxiliaire et
principale
 Vérifier que tous les boulons de fixation de l'unité entraînée et de la turbine sont serrés
Tous les six mois
 Vérifier que les dispositifs anti-retours de flammes sont propres
 Vérifier que le désembueur d'huile n'est pas obstrué
II.4.2.2. Inspection de la machine démontée (maintenance préventive systématique) :
L’inspection programmée est structuré en un plan d'entretien basé sur les
recommandations de la société SIEMENS.
Les vérifications de service de l’ensemble sont effectuées tous les ans, et les contrôles de
service du turbomoteur sont réalisés sur la base d’un nombre équivalent d’heures (type de
turbomoteur, conditions d'exploitation, type de carburant, charge, heures de fonctionnement)
Inspections nécessitant le démontage des enveloppes afin d’accéder aux pièces internes selon
le degré d’inspection, les inspections peuvent être distinguées comme suite :
 Inspection type A « 9000 heures » visite du système de combustion et générateur de
gaz et la zone de la turbine par boroscope.
 Inspection type B «27000 heures » visite du système de combustion et générateur de
gaz et la zone de la turbine par boroscope et déposé.
 Inspection type C « 54000 heures » visite et remplacer des composants du système de
combustion et visite générateur de gaz.
 Inspection type D « 54000 heures » révision complète sur la Turbine de puissance,
selon l'état remplacement des composants arrivés en fin de vie.
Dans le plan d’entretien, on calcule les heures équivalentes selon la formule ci-après.
Heures équivalentes = heures d’exploitation/an + (10 x démarrages/an).

2015/2016 24
CHAPITRE II Maintenance de la turbine à gaz SGT 400

REMARQUE : le minimum requis est une inspection annuelle de type A pour le


générateur de gaz, la combustion et la turbine de puissance, indépendamment des heures
équivalentes. Pour un plan d'entretien type basé sur 8 500 heures d'exploitation par an, se
référer au (Tab II.1).

Tableau II.1 : Plan de maintenance typique


Inspection type A: (Tab II.2.3.4.5)
Système/ Composant Tâche
Ensemble rotor - Effectuer la vérification endoscopique des ailettes du
compresseur et des ailettes de la turbine du compresseur.
Aube de stator variable - Effectuer le contrôle visuel du mécanisme de fonctionnement
Tringlerie de l'actuateur et des leviers d'ailettes.
- Vérifier l'intégrité des fixations.
- Contrôler/relever les positions de fonctionnement/arrêt de la
couronne de liaison.
Carter d’entrée d’air - Effectuer le contrôle de la grille d’entrée d’air.
Moteur de turbine - Vérifier que les récipients ne présentent pas de traces de
dommage externe ni de corrosion.

Tableau II.2 : Inspection type ‘a’ pour Générateur de gaz


Système/ Composant Tâche
Généralités Effectuer le contrôle visuel des circuits de combustion dynamiques
pour vérifier l’absence de dommages ou de traces de corrosion.
Tubes à flamme de la Effectuer l’inspection endoscopique des tubes à flamme.
chambre de combustion
Pièces de transition Effectuer l’inspection endoscopique des pièces de transition.
Tableau II.3 : Inspection type ‘a ’pour Système de Combustion

2015/2016 25
CHAPITRE II Maintenance de la turbine à gaz SGT 400

Système/ Composant Tâche


Ensemble turbine - Inspection des aubes avec l'endoscope.
- Vérifier que les récipients ne présentent pas de traces de
dommage externe ni de corrosion.
Tableau II.4 : Inspection type ‘a ’Pour Turbine de puissance
Système/ Composant Tâche
Filtre, eau de nettoyage - Vérifier et nettoyer
Électrovanne, Soupape - Vérifier le bon fonctionnement.
de surpression
Clapet combiné - Vérifier visuellement qu'il n'y a pas de dommages.
d'isolement et - Vérifier l'étanchéité.
ventilation/étalonnage - Vérifier la position et le bon fonctionnement.
Orifice d'échappement, - Vérification
Ventilation
d'électrovanne de
Surpression
Tuyauterie du système - Vérifier visuellement qu'il n'y a pas de fentes, fuites et autres
dommages.
- Vérifier qu'il existe un espace suffisant entre les tuyaux.
Actuateur de système Étalonnage de l'actuateur
d'aubes directrices - Déplacer l'actuateur, vérifier son bon fonctionnement.
variables - Vérifier les angles de fonctionnement/démarrage.
- Vérifier que le feed-back est conforme aux valeurs affichées.
- Faire évoluer lentement et vérifier que la force est dans les
limites requises.
Vanne de purge - Vérifier qu'il n'y a pas d'huile ni de contaminant, nettoyer si
interétages et vanne nécessaire.
pilote - Vérifier le bon fonctionnement au démarrage de la turbine.
Tableau II.5 : Inspection type ‘a’ Pour Systèmes auxiliaires du moteur
Inspection type B : (Tab II.6)
Pour Générateur de gaz, Système de Combustion et Turbine de puissance.
Comme pour l’inspection type A.

2015/2016 26
CHAPITRE II Maintenance de la turbine à gaz SGT 400

Système/ Composant Tâche


Composants de l'extrémité - Vérification les Composants.
chaude pour GG
Tubes à flamme de la chambre - Déposer un brûleur/tube à flamme principal pour
de combustion faciliter l’inspection.
Ensemble turbine - Déposer des échantillons d'aube pour analyse.
- Vérifier l'état des aubes. Remplacement des
composants, selon l'état.
Tableau II.6 : Plan de maintenance type B
Inspection type C et D (Inspection Général) : (Tab II.7.8)
Inspection type C pour Générateur de gaz et Système de Combustion, l’inspection type D
pour la turbine de puissance.
Les inspections type C, D comme pour l’inspection type B mais remplacer les composants du
système de combustion et la turbine de puissance.
Système/ Composant Tâche
Moteur de turbine GG - Révision/échange.

Tubes à flamme de la chambre - Remplacer les tubes à flammes en fonction du nombre


de combustion d’heures de durée de vie prévu.
Pièces de transition - Remplacer les tubes de passage en fonction du nombre
d’heures de durée de vie prévu.
Tableau II.7: Plan de maintenance type C
Système/ Composant Tâche
Ensemble turbine - Révision complète, selon l'état. Remplacement de
composants arrivés en fin de vie.
Flexible, sortie de soupape de - Remplacer flexible, sortie de soupape de surpression
Surpression
Flexible, alimentation en eau de - Remplacer Flexible, alimentation en eau de nettoyage
nettoyage

Transmetteurs de pression - Remplacer

2015/2016 27
CHAPITRE II Maintenance de la turbine à gaz SGT 400

Actuateur de système d'aubes - Remplacer


directrices variables

Vanne de purge interétages et - Remplacer


vanne pilote

Tableau II.8: Plan de maintenance type D

2015/2016 28
CHAPITRE III Calcul thermodynamique

Introduction

En général, les turbines sont fabriquées par les constructeurs, pour travailler dans des conditions
standards, mais en réalité celles-ci travaillent dans des régions aux conditions climatiques
différentes afin de mettre en évidence cet impact un calcul thermodynamique s’impose :

a) D’après les données standards du constructeur ;


b) D’après les conditions climatiques (particulièrement aux températures ambiantes
différentes selon le site).
Le but de cette étude thermodynamique et de déterminer tous les paramètres et performances
de la turbine représentée à la (Fig. III.1).

III.1. Calcul thermodynamique :

III.1.1. D’après les données du constructeur : [4]

Calcul thermodynamique de l’ITG à deux lignes d’arbre, en tenant compte les différentes
pertes dans les différents éléments de l’installation et sans récupération (d’après les données du
constructeur)

Cette installation de turbine à deux lignes d’arbre est très largement utilisée par les sociétés
pétrolières dans tous les domaines et particulièrement dans les stations de compression des gaz.
Pour le calcul nous avons pris une ITG de 𝛆 =16,8 et de puissance de 13400kW d’après les
données du constructeur qui sont :
 Paramètres de l’air ambiant :
- Température de l’air ambiant : T1 =15℃ ⇒ T1 = 288 K.
- Pression de l’air ambiant : P1= 1.013 bars.
 Paramètres de fonctionnement de compresseur, de chambres de combustion et de
la turbine haute pression :
- Taux de compression du compresseur axiale : ε = 16.8
- Rendement du compresseur : ηic = 0.87℅
- Rendement de chambres de combustion : ηcc = 0.97℅
- Température à la sortie des chambres de combustion : T3 = 1256℃ ⇒ T3 = 1529 K.
 Rendement mécanique de la transmission :
- Rendement compresseur – Turbine THP : ηmec = 0.98℅
- Rendement de la turbine THP : ηiTHP = 0.88℅
- Vitesse de rotation de la THP : N = 14100 tr/min.

2015/2016 30
CHAPITRE III Calcul thermodynamique

 Paramètre de fonctionnement de la turbine de puissance (TBP) :


- Rendement de la turbine TBP : ηiTBP = 0.88℅
- Puissance utile Pu = 13400 KW.
 Rendement mécanique de la transmission :
- Turbine TBP – Charge : ηm = 0.98
- Vitesse de rotation de la turbine TBP : N = 9000 tr/min.
 Caractéristique du fluide moteur :
- Pouvoir_calorifique_inferieur_du_combustible
- _PCi _=8500 Kcal/m3. °C = 12898.33 Kcal/Kg °C = 53915.022 KJ/Kg °C
 Rendement thermique global :
- Le rendement : ηth = 36,2℅
 Les points particuliers du cycle de l’installation : (Fig. III.2) [10]
1 : Entrée dans le filtre.
1a, 1b : Entrée et sortie du diffuseur à l’entrée du compresseur.
2a, 2b : Entrée et sortie du diffuseur à la sortie du compresseur.
2 : Entrée de la chambre de combustion.
3 : Sortie de chambre de combustion.
3a, 3b : Entrée et sortie du diffuseur à l’entrée de la THP.
4a, 4b : voix de passage entre les deux roues de la TAG.
5a, 5b : Entrée et sortie du diffuseur à la sortie de la TBP.
1b : Section avant le premier étage du compresseur.
2a : Section après le dernier étage du compresseur.
3b : Section avant le premier étage de la THP.
4a : Section après le dernier étage de la THP.
4d : Section avant le premier étage de la TBP.
5a : Section après le dernier étage de la TBP.

2015/2016 31
CHAPITRE III Calcul thermodynamique

Coté
1b 3 3b 4a 4b 5a
2a 2 échappement

CC 5b
Coté
1a
admission 3a
Cr 2b TH TB Coté
P P charge

Figure III.1 : Représentation schématique d'une turbine à gaz à deux arbres.


P3b
P3 P3a
T
P4b

P5b
P4a
P5a

P2b

P2a

P1a
P1b

S
Figure III.2 : Diagramme T÷S de l’installation.

2015/2016 32
CHAPITRE III Calcul thermodynamique

Calcul thermodynamique à deux lignes d’arbre, en tenant compte les différentes pertes dans
les différents éléments de l’installation et sans récupération (sur site)

Dans les conditions réelles d’exploitation des turbines à gaz celle-ci sont généralement
confrontée à des températures in situ qui a voisinent souvent 35°C en été.
III.1.2. D’après les données de départ :

-Température ambiante :𝑇𝑎𝑚𝑏 =26 °C=299K ;


- La pression atmosphérique :𝑃𝑎𝑡𝑚 =1,013 bar ;
- Taux de compression :𝜀 =16.8 bar ;
- Coefficient d’excès d’air : α=3
 Calcul de la masse volumique
La masse volumique de l’air à l’entrée du filtre est :
T1∗ = T1 = 299 °K.
p∗ 1,013.105
ρ1 = ρ1∗ = T∗1.r = ⇒ 𝛒𝟏 = 𝛒∗𝟏 = 1,18 Kg/𝐦𝟑
1 299 .287

𝐩𝟏∗ =1,013bar 𝐓𝟏∗ =299K 𝛒∗𝟏 =1,18 Kg/𝐦𝟑

 Paramètres de l’air avant le premier étage du compresseur :



P1b = P1∗ - ∆P.
∆P = ∆P1+ ∆P2 + ∆P3.
Avec : ∆P1 : Pertes de pression d’arrêt dans le filtre d’air.
∆P2 : Pertes de pression dans la conduite.
∆P3 : Pertes de pression dans le diffuseur à l’entrée du compresseur.

- La résistance aérodynamique du filtre d’air d’une ITG moderne est très faible, elle est
égale habituellement ∆𝐏𝟏 = 0,015.𝟏𝟎𝟓 Pa.

- Les pertes de pression dans conduites d’air dépondent de la vitesse d’air (Ca) qui est de
30 à 50 m/s.
Soit dans notre cas Ca = 40m/s.
L Ca2
Les pertes de pression sont égales à : ∆P2= ξ d ρ 2

Où :
L et d : sont la longueur et le diamètre de la conduite.

2015/2016 33
CHAPITRE III Calcul thermodynamique

ξ : Coefficient d’expérience.
Admettant que la perte de pression dans cette conduite est égale à : ∆𝐏𝟐 = 0,005.𝟏𝟎𝟓 Pa.
- La perte de pression dans le diffuseur d’entrée du compresseur est déterminée par la
formule suivante :
1−η C21b −C21a
∆P3 = ρ
η 2

Où :
η : Rendement de diffuseur.
C1a Et C1b : Vitesse à l’entrée et à la sortie du diffuseur.
Le rendement de diffuseur varie de 0,85 à 0,95.
Prenons : C1b = 100m/s et η = 0,9.

2 2
∆P3= 1−0,9
0,9
.1,23 .
100 −40
2
⟹ ∆𝐏𝟑= 574 Pa

Les pertes de pression à l’entrée du compresseur :


∆P = ∆P1+ ∆P2 + ∆P3.
∆P = 0,015.105 + 0,005.105 + 574

∆𝐏 = 2,5. 𝟏𝟎𝟑 Pa = 0,025. 𝟏𝟎𝟓 Pa

Les paramètres d’entrée au point b sont alors les suivants :



- P1b = P1∗ - ∆P = 1,013.105 - 0,0257. 105 = 0,987. 105 Pa

⇒ 𝐏𝟏𝐛 = 0,987 bar

𝐓𝟏𝐛 = 𝐓𝟏∗ = 299 °K

∗ P∗ 5
ρ1b = T∗1b.r = 0,987.10
299.287
= 1,1501Kg/m3
1b

∗ ∗
𝐏𝟏𝐛 = 0,987 bar 𝐓𝟏𝐛 = 299 °K 𝛒∗𝟏𝐛 = 1,1501 Kg /𝐦𝟑 .
 Paramètres de l’air après le dernier étage du compresseur (point 2a) :
Les paramètres d’arrêt :
∗ ∗ ∗
- La pression d’arrêt P2a : P2a = ε . P1b = 16,8. 0,987= 16.58 bars.

- La température d’arrêt T2a :

2015/2016 34
CHAPITRE III Calcul thermodynamique

∗ ∗ εm −1
T2a = T1b (1 + )
ηic


T1b = 299°K

Evaluons la température à la sortie du compresseur à T2a = 645.21°K. Alors la température


moyenne de l’air dans le compresseur :
T1b +T2a 299+645.21
Tmc = = = 472,5 °K.
2 2

En utilisant cette température moyenne et les graphiques Cp =f(t) et γ = f(t), déterminons les
valeurs moyennes de Cp et γ :
γ = 1,395
γ−1
m= = 0,283
γ
{ Cp = 1010 j/Kg. k

Et comme : r = Cp . m = 1010 × 0,283 = 286 j/Kg.K


∗ (16.8)0,283 − 1
Donc : T2a = 299 [1 + ] = 692,55°K
0,87

P∗ 16,58.105
Et : ρ∗2a = T∗2a.r = 692,55.286 = 8.37 Kg/m3 .
2a

∗ ∗
𝐏𝟐𝐚 = 16.58 bars 𝐓𝟐𝐚 = 692.55°K 𝛒∗𝟐𝐚 = 8.37Kg/𝐦𝟑 .

 Les paramètres de l’air avant la chambre de combustion :

P2∗ = P2a

- ∆P ; où : ∆P = ∆P1+ ∆P2
Avec :
∆P1 : Pertes de pression d’arrêt dans le diffuseur après le dernier étage du compresseur.
C22a − C22b
∆P1= (1- η) ρ∗2b
2

Où :
η = 0,5 ÷ 0,7 ; rendement du diffuseur à la sortie du compresseur.

C2a = 40 m/s

ρ2b = ρ∗2a = 8,37 Kg/m3 .

2015/2016 35
CHAPITRE III Calcul thermodynamique

1202 − 402
∆P1= (1- 0,6) 8,37 × = 21427,2 Pa.
2

∆P2 : pertes de pression dans la conduite entre le compresseur et la chambre de


Combustion (2b, 2).

∆P2 = 0,01. P2a = 0,01 .16,58.105 = 16580 Pa.
∆P = 21427,2+ 16580 = 38007,2 Pa.

Donc : P2∗ = P2a



- ∆P = 16,58 – 0,38007 = 16.2bars.
T2∗ = T2a

= 692,55°K.

P∗ 16,2 .105
ρ2∗ = T∗2.r = 692,55.286,7 = 8,16 Kg/m3
2

𝐏𝟐∗ =16,2 bars 𝐓𝟐∗ = 692,55 °K 𝛒∗𝟐 = 8,16 Kg/𝐦𝟑 .

 Les paramètres du gaz après la chambre de combustion :


On évalue les pertes aérodynamiques pendant l’apport jusqu'à 1℅ de la pression de l’arrêt à
l’entrée de la chambre de combustion.
P3∗ = P2∗ - ξ. P2∗ = 16,2– 0,01.16,2 = 16,03 bars.
γ = 1,305 m = 0,2337
T3∗ = 1529 °K ⟹ { ⟹ {
Cp = 1230j/Kg°K r = 287,47 j/Kg °K.
P∗ 16,03.105
ρ3∗ = T∗3.r = 1529×287,47 = 3,6469Kg/m3
3

𝐏𝟑∗ =16,03 bars 𝐓𝟑∗ = 1529 °K 𝛒∗𝟑 = 3,6469 Kg/𝐦𝟑 .


 Les paramètres du gaz avant le premier étage de la turbine THP :

P3b = P3∗ - ∆P . Où : ∆P = ∆P1 + ∆P2 .
Avec :
∆P1 : Pertes de pression d’arrêt dans la conduite.
∆P1 = 0,005. P3∗ = 0,005.16,03 = 0,08015 bar.
∆P2 : Pertes de pression d’arrêt dans le diffuseur d’entrée de la conduite.
1− η C∗3b − C∗3a 1−0,9 1102 − 402
∆P2 = ρ∗3 = . 4,1958.
η 2 0,9 2

⟹ ∆𝐏𝟐 = 0,02447bars

P3b = 16,03 – (0,08015 + 0,02447) = 15,92bars.

T3b = 1529°K.

2015/2016 36
CHAPITRE III Calcul thermodynamique

∗ P∗ 15,92.105
ρ3b = T∗3b.r = 1529.287,47 = 3,6219 Kg/m3
3b

∗ ∗
𝐏𝟑𝐛 = 15,92 bars 𝐓𝟑𝐛 = 1529°K 𝛒∗𝟑𝐛 = 3,6219 Kg/𝐦𝟑 .

 Les paramètres du gaz après le dernier étage de la THP :


Le rapport de pressions de la THP peut être déterminé en faisant le bilan énergétique du
générateur du gaz (compresseur axial – Turbine).
ℑcr = ℑTHP
1
Ma .Wcr . η = Mg . WTHP . ηmec(THP)
mec(cr)

Où :
Ma , Mg : Débits massiques de l’air et des gaz.
Wcr , WTHP : Travaille mécanique du compresseur et de la turbine THP, qui tiennent compte
les pertes mécaniques.
Admettons que : ηmec(cr) = ηmec(THP) = 0,98 ; et en première approximation : Ma = Mg .
Alors nous obtenons :
Wcr = WTHP . ηmec(THP) . ηmec(cr)
γ−1
m= ; r = m.Cp
γ

∗ 1 ∗
(Cp)a.T1b . .((εcr )mair − 1) = ηmec(cr) . ηmec(THP) .Cpg .T3b . ηiTHP . (1 − (εTHP )−mg )
ηcr

γ = 1,395

T1b = 299°K m = 0,283
Cpa = 1010 j/Kg. k { ∗ } ; Tm = 393.55°K {
T2b = 692.55°K j
r = 286 Kg . k

Cpg = 1165j/Kg. k (pour Tmg = 943,71°K)


γ−1
γ = 1,33 ⟹ m = = 0,2481
γ

r = 0,2481 × 943,7 = 288,2 j/Kg .°K


Donc :
1
1010×299×0,87×(16.80,283 − 1) = 0,98×0,98×1165×1529×0,88×(1 − (εTHP )−0,2481 )

𝛆𝐓𝐇𝐏 = 5.43
P∗3b ∗ 15.92
= εTHP ⟹ P4a = = 4.36 bars.
P∗4a 5.43

2015/2016 37
CHAPITRE III Calcul thermodynamique

T∗3b 1529
(T4a )∗s = (ε mg
= (5.43)0,2424 = 971.01°K.
THP )

∗ ∗ ∗
T4a = T3b - ηTHP .(T3b − (T4a )∗s )

T4a = 1529 – 0,88. (1529 – 971.01) = 980.96 °K
∗ P∗ 4,36.105
ρ4a = T∗4a.r = 980.96 ×287,74 = 1.495Kg/m3 .
4a

∗ ∗
𝐏𝟒𝐚 = 4.36 bars 𝐓𝟒𝐚 = 980.96 °K 𝛒∗𝟒𝐚 = 1.495 Kg/𝐦𝟑 .
 Les paramètres avant le premier étage de la TBP :
La pression d’arrêt :
∗ ∗
P4d = P4a - (∆P1 +∆P2+∆P3)
∆P1 : Les pertes dans les diffuseurs de sortie de la THP.
C24a − C24b 902 − 402
∆P1 = (1- η).ρ∗4a . = (1-0,6). 1,479. = 1942.2 Pa.
2 2

∆P2 : Les pertes de pression dans la conduite 4b ;4c



∆P2 = 0,005×P4a = 0,005 × 4.36 = 0,0218 bar.
∆P3 : Les pertes dans les diffuseurs à l’entrée de la TBP.
1−η ∗ C24d − C24c
∆P3 = ( ).ρ4a .
η 2

1− 0,9 1202 −402


∆P3 = ( ).1,494. = 1062.4Pa.
0,9 2

∆P = 1942.2 + 2180 + 1062.4 = 5184.6Pa.



P4d = 4.36 –5184,6.10−5 = 4.31bars.
∗ ∗
T4d = T4a = 980.96°K.
∗ P∗ 4.31 .105
ρ4d = T∗4d.r = 1013.96 ×287,98 = 1.476Kg/m3 .
4d

∗ ∗
𝐏𝟒𝐝 = 4.31bars 𝐓𝟒𝐝 = 980.96°K 𝛒∗𝟒𝐝 = 1.476Kg/𝐦𝟑 .
 Les paramètres après le dernier étage de la TBP :
La pression statique à la sortie du silencieux P5 est égale à la pression atmosphériqueP1.
Si la vitesse à la sortie du silencieux C5 = 20 m/s et ρ5 = 0,95 Kg/m3 , nous avons alors :
C∗ 0,95 × 202
P5∗ = P5 + ρ. 25 = 1,013.105 + = 1,014.105 Pa.
2

Admettons que la vitesse à la sortie du dernier étage de la TBP est C5a = 90 m/s et que
les pertes de pression dans les parties 5a ,5b et 5b, 5 sont égale à 1,5℅ :
P∗5 1,013.105
P5∗ = P5a

. (1 – 0,015) ∗
⟹ P5a = =
(1 – 0,015 ) (1 – 0,015 )

2015/2016 38
CHAPITRE III Calcul thermodynamique


P5a = 1,028 bars.
Et le rapport de pression dans la TBP :
P∗ 4,31
ε∗TBP = P4d
∗ = 1,028 = 4.24
5a

D’où
∗ ) T∗4d 980.96
(T5a s = (ε mg = 4.240.247 =606.58 K
TBP )

∗ ∗ ∗ ∗ )
T5a =𝑇4𝑏 - ηTHP. ( 𝑇4𝑏 -(T5a s )=1013,96-0,88(1013,96-709.68) =616.19K
P∗ 1,028.105
ρ∗5a = T∗5a.r = 616,19×286,71 = 0,481 Kg/m3
5a

∗ ∗
𝐏𝟓𝐚 = 1.028 bars 𝐓𝟓𝐚 = 616.19 °K 𝛒∗𝟓𝐚 = 0.481 Kg/𝐦𝟑 .
 Débits massiques et rendements :
 Travaux massiques de la TBP :

WTBP = (Cp ) . T4d . ηTBP . [1 − (εTBP )−mg ]
g

𝛾=1,328

T4d = 980.96 °K Cp=1098.44 j/Kg .deg
⟹ Tmg = 798.57°K ⇒ r =288, 9j/kg. deg

T5a = 616.19°K m = 0,2469
WTBP = 1098.44 × 980.96 × 0,88.[1 − (4.24)−0,2469 ] = 284466.785 J/Kg.
Sur l’arbre de la machine réceptrice, la puissance égale à 13,4MW, le débit massique des gaz
(Gg ) .
TBP

Trouvant la (Gg)TBP :
ℑeff 13,4.106
ℑeff = ηm . Gg . WTBP ⟹ Gg = η = 0,98 × 284466.785=48.06Kg/s
m .WTBP

(Gg ) = 48.06 Kg/s.


TBP

Avec :
ηcc : Le rendement thermique de la chambre de combustion qui tient compte la combustion
incomplète et les pertes de chaleur vers le milieu extérieur.
q c : Débit massique de combustible
q r : Débit massique relatif de l’air de refroidissement
q f : Débit massique relatif des fuites
q c = 0,01788 kg/s

2015/2016 39
CHAPITRE III Calcul thermodynamique

q r = 0,05 kg/s
q f = 0,01 kg/s
Gg 48,06
Ga = (1−q = 1−0,05−0,01+0,01788 = 45,57 Kg/s
r −qf )+ qc

Le débit massique du combustible :Gc = Ga .q c = 45,57 × 0,01788 = 0,815 Kg/s


Gc = 0,815 Kg/s
Donc le rendement thermique est :
ℑ WTBP × Gg 284466.785 ×48.06
ηth = Q u = = = 0,3111
cc Pci × Gc 53,9150.106 × 0,815

𝛈𝐭𝐡 = 31,11 %

Les pressions Les températures Les mass volumiques WTBP=284466.785 J/Kg


P1=0,987bar T1=299k 𝜌1 =1,1501 kg/m3
Ga=45.57Kg/s
P2=16,58bars T2=692,55k 𝜌2 =8,37 kg/m3
Gc=0,815Kg/s
P3=15,92bars T3=1529k 𝜌3 =4,1684 kg/m 3

Gg=48.06Kg/s
P4=4,36bars T4=980,96k 𝜌4 =1,495 kg/m 3

ηth =31.11%
P5=1,028bars T5=616,19k 𝜌5 =0,481 kg/m 3

Tableau III.1 : Les résultats de calcul d’après les données réelles (sur site)
III.1.3. Comparaison des résultats :

Résultats 𝑮𝒄 𝑮𝒂 𝑮𝒈 𝑾𝑻𝑩𝑷 𝜼𝒕𝒉


Kg/s Kg/s 𝐤𝐠/𝐬 KJ/Kg %
Données
Donnée du constructeur :
T0=288K 0,695 38,9 39,4 344276.15 36,2
𝒫𝑢 = 13,4𝑀𝑤
Sur site :
T0=299 K 0,815 45.57 48.06 284466.785 31,11
𝜀=16,8
Tableau III.2 : comparatif des résultats obtenus

2015/2016 40
CHAPITRE III Calcul thermodynamique

Enfin on observe les résultats principaux obtenus. Dans le régime considéré nous avons
les diminutions des caractéristiques principales :
∆𝑊𝑇𝐵𝑃 𝑊𝑇𝐵𝑃 −𝑊′𝑇𝐵𝑃 344276.15−284466.785
= = = 17,37%
𝑊𝑇𝐵𝑃 𝑊𝑇𝐵𝑃 344276.15
∆𝜂 𝜂−𝜂′ 0,362−0,311
= = = 14.06%
𝜂 𝜂 0,362

Conclusion :
A partir de ce calcul thermodynamique, on peut voir clairement l’influence très importante
de la température de l’air à l’entrée du compresseur axial, cela provoque en premier lieu la
variation des rapports de compression de l’air de combustion, dont la puissance diminue quand
la température de l’air atmosphérique aspiré augmente.
Cela a naturellement aussi son influence sur la diminution de rendement thermique de la
turbine à gaz de 36, 2% à 31,1%, ce qui influe négativement sur l’exploitation de la turbine.

III.2 Influence des facteurs sur les performances de la turbine à gaz : [3,4]

III.2.1. Influence des facteurs extérieurs sur les performances de la turbine à gaz :

Une turbine à gaz emploie de l'air atmosphérique, donc ses performances sont
considérablement influencées par tous les facteurs qui ont un effet sur le débit massique de l'air
refoulé au compresseur.

Ces facteurs sont :

 La température ;

 La pression ;

 L’humidité ;

 Les poussières.

III.2.1.1. La température ambiante :


A mesure que la température d'admission du compresseur augmente, le débit massique d'air
diminue (en raison d'une diminution de masse spécifique), par conséquent, le rendement de la
turbine et la puissance utile diminuent.

III.2.1.2. La pression ambiante :


Si la pression atmosphérique diminue par rapport à la pression de référence, le débit
massique de l'air diminue (en raison d'une diminution de sa masse spécifique) il en est de même
la puissance utile.

2015/2016 41
CHAPITRE III Calcul thermodynamique

III.2.1.3. L’humidité relative :


L'air humide est moins dense que l'air sec, donc si l'humidité relative augmente, la puissance
débitée diminue et la consommation spécifique augmente.

III.2.1.4. Les poussières :


Lorsque la concentration en poussière dans l’atmosphère augmenté à cause du vent de sable
la quantité d'air admise dans le compresseur diminue ce qui fait diminuer la puissance de notre
turbine.

III.2.2. Influence des facteurs intérieurs sur les performances de la TAG :

Outre les facteurs externes décrits dans le paragraphe précédent, il y a d'autres facteurs qui
influencent sérieusement sur les performances de la TAG. Ceux-ci peuvent être nommés
comme les facteurs intérieurs, parce qu’ils sont liés aux systèmes auxiliaires de la turbine à gaz.

Ils sont énumérés ci-dessous :

 Chute de pression dans la section d'admission du compresseur ;

 Chute de pression dans le système d'échappement de la turbine ;

 Type de combustible.

III.2.2.1. Chute de pression dans la section d'aspiration du compresseur :


Les chutes de pression sont provoquées par le système d'admission de la turbine. Ce dernier
est composé d'un filtre à air, un silencieux, un coude, des variations de section des
tuyauteries…etc. Installés en amont de la bride d'aspiration du compresseur. Quand l'air
traverse ce système, il est soumis au frottement qui réduit la pression et poids spécifique. Ces
chutes causent une réduction de la puissance utile et l'augmentation de la consommation
spécifique, comme précédemment à cause de l'influence exercée par la pression ambiante.

III.2.2.2. Chutes de pression dans le système d’échappement :


Celles-ci sont provoquées par le système d'échappement de la turbine, composé d'un ou
plusieurs silencieux, de coudes, diffuseurs…etc., par lesquels les gaz d'échappement traversent
ce système sont expulsées à l’atmosphère.

Les gaz d'échappement traversant ce système sont soumis aux pertes dues aux frottements, qui
augmentent la valeur de la contre pression, par rapport à la valeur de la pression extérieure ou
atmosphérique. Les pertes réduisent la détente dans la turbine, car cette dernière s'arrête à une

2015/2016 42
CHAPITRE III Calcul thermodynamique

isobare plus haute que celle de référence, et ceci a comme conséquence la réduction de la
puissance utile et l'augmentation de la consommation spécifique.

III.2.2.3. Influence du type de combustible :


On obtient de meilleures performances si l'on emploie le gaz naturel plutôt que le gasoil.
En effet la puissance débitée quand la charge est basse et les autres conditions (température
ambiante, chute de pression, …etc.) sont identiques et supérieure d'environ 2%, tandis que la
consommation spécifique est inférieure de 0,7 jusqu’ à 1% selon le modèle de TAG. Ces
différences deviendront d'autant plus remarquables si nous comparons les performances
obtenues avec du gaz naturel et avec des types de combustible de plus en plus lourds, tel que
les combustibles résiduels. Ce comportement est dû au pouvoir calorifique plus élevé des
produits générés par la combustion du gaz naturel.

Conclusion :
On constate que l’humidité, la poussière, la température ambiante et la pression ambiante
influent le rendement, la pression, et la consommation spécifique.

2015/2016 43
La turbine à gaz sont utilisés dans le monde entier dans la génération de l’électricité des
centrales thermique et de l’industrie des hydrocarbures, dans différents endroits géographiques
avec des condions climatique variable de température et pression, les turbine à gaz sont très
sensible à la variation de la température de l’air ambiant de ce fait rendre les turbines utilisées
dans les conditions rides du sud algérienne sensible à la variation de la température.

La réalisation de ce mémoire nous permis d’acquérir des connaissances sur le rôle de


turbine à gaz, et sur les opérations de révision de celle-ci.

Une étude thermodynamique de la turbine à gaz SGT 400 a été réalisés et a montré que
ses performances dépendent sensiblement à des conditions d’exploitation notamment la
température, elle présente la cause de chute de performance de turbine et par la suite au
rendement théorique.
[1] Earl, Logan (Turbomachinery, basic theory and application), Marcel Dekker,
Inc,1953
[2] RI, Lewis (Turbomachinery, performance, analyses), British library,1996
[3] Documentation SONATRACH DP Gassi Touil
[4] Manuel SIEMENS SGT 400 Gas Turbine
[5] Mémoire master : Morsli H /Ben Seddik Dj/ Brahimi S (Etude de Turbine à gaz
MS5002b)2013
[6] Mémoire fin formation SH : Dartagnan Abdk (Etude thermodynamique de Turbine à gaz
MS5002C)2014
[7] Mémoire Ingénieur : Bouchaala Reguieg Mohamed/ Benmessaoud Mostefa (Etude de
système de lubrification et calcul des paramètre de fonctionnement des palies de la turbine
MS3002) 2007
[8]MT Bouzianne,Peliachi, S Bensaada (Principe de la maintenance industrielle)
Edition universitaire europiennes 2011
[9] Andres Biarciotto ;Pierre ;Boye Pascal(Guide de maintenance industrielle)
Deiegrave 2008
[10]SLDixan (Fluid mechanics ,thermodynamiques of turbomachenery) 1978
Résume

Les turbines à gaz industrielles jouent un rôle important dans les systèmes de production
de puissance et les centrales de production de gaz.Bien que les nombreux avantages de ces
équipements, leurs haute sensibilités à l’influence de variation de la température de l’air
ambiant qui change considérablement entre le jour et la nuit et entre les saisons.Ce travail
présente les résultats de l'étude thermodynamique de la turbine à gaz SGT 400 ; en comparant
les résultats obtenus par le constructeur à T=15°C avec ceux retrouvés par le calcul sur site à
T=26°C (condition de température aride à Gassi Touil).Les principaux résultats de calcul
montrent que le rendement à T=15°C,η=36.2% alors à T=26°C,η=31.11% donc la puissance
utile diminue et le rendement thermique est diminué par 5%.

Mots clés : turbine à gaz, étude thermodynamique, rendement thermique, puissance


thermique.

Abstract
The industrial gas turbines play amportant role in the power generation systems and gas
production plant.

Although the advantages of these equipments are numerough their highsensituvity to the
influence of variation en temperature of the ambient air witch changes ansiderably between
day and night and between seasons . This work presents the results of thermodynamic study
of the gas turbine SGT 400, by comparing the obtained results by the manufacturer at T=
150C .and those found by calculating on site at 260C (dry temperature condition) at (Gassi
Touil) . The performance at T = 15°C , η = 36,2% witch at T= 260C , η = 31,11% thus
the power autput decreases and the thermal performaceredunced by 5% .

Key words :Gaz turbine, thermodynamic, study ,thermal performance ,thermal power.