Vous êtes sur la page 1sur 3

Techniques de production

autre que la coupe

1. Usinage par électroérosion :


C’est un procédé d’usinage où
l’enlèvement de matière est obtenu par
décharges électriques entre une électrode
constituée par la pièce et un électrode
constituée par l’outil. L’arc électrique produit
entre les 2 électrodes arrache de petites
particules de métal qui sont évacuées pas le
liquide ( diélectrique ) qui circule.

a) Usinage
L’électrode a pratiquement la forme de l’empreinte à obtenir. On réalise la forme en
déplaçant cette électrode au fur et à mesure de l’usinage. Le déplacement du porte-outil est
asservi pour maintenir constant l’espace pièce-outil. Il n’y a jamais contact pièce-outil.
Ce type d’usinage se caractérise par :
 usinage sans déformation pour l’usinage de faible diamètre puisqu’il n’y a pas de
contact pièce-outil ;
 usinage de métaux durs, traités ou réfractaires ;
 précision de l’ordre de 0.01 mm jusqu’à 2 µm en finition. ;
 reproduction automatique de forme ;
 obtention de surfaces complexes ;
 l’état de surface comporte de petits caractères ( arc électronique ) ou de picot
(circulation de diélectrique ) ;
 l’électrode s’use ( usure difficile à contrôler ) ;
 l’usinage est limité aux matériaux conducteurs et aux formes démoulables ;
 débit maximal de copeaux : ébauche ( 5cm3 /min ) et finition ( 0.05cm3 /min ).

b) Applications
 Usinage de matrices de forge et moule de fonderie.
 Découpage au fil ( contour de pièces , analogie avec scie à ruban ).
 Moyens pratiquement réservés à l’obtention d’outillage.

c) Matériaux
 Electrodes = graphite, cuivre, cupro-tungstène, laiton…
 Diélectriques = hydrocarbures, huiles aux silicones.

STI GM Page 1/3


2. Usinage électrochimique :
On fait passer un courant
électrique continu entre 2 électrodes ( 1
pièce anode et 1 outil cathode ) baignant
dans un électrolyte. On réalise ainsi une
action électrolytique accélérée et
contrôlée. Le métal enlevé à l’anode est
évacué par l’électrolyte qui circule sous
pression, évitant ainsi le dépôt sur l’outil
cathode comme en galvanoplastie.

a) Usinage
L’électrode à pratiquement la forme de l’empreinte à réaliser. En usinage, l’atttaque
chimique est continue, on utilise des électrodes protégées ( isolées par un vernis ou un
plastique sur leur corps ).
Il n’y à jamais contact entre la pièce et l’outil.

b) Remarques
 Usinage sans échauffement du métal.
 Obtention de surfaces complexes.
 Usinage de matériaux durs, traités ou réfractaires et conducteurs.
 Usure nulle de l’outil.
 Bon état de surface sans trace d’outil.
 Débit important de métal usiné ( 5 à 10 fois celui de l’électroérosion ).
 Le déplacement de l’électrode-outil n’est pas asservi.
 La précision d’usinage reste faible.
 Forme de l’électrode difficile à déterminer pour certains usinages.

c) Applications
 Rectification plane ou cylindrique.
 Ebauche de matrices ou moules, ébavurage, affûtage.
 Possibilités : précision 0,01 mm en rectification et 0,1 mm en défonçage.

d) Matériaux
 Electrolytes = chlorure de sodium, nitrate de sodium.
 Electrodes = graphite, cuivre, cupro-tungstène ;

3. Comparaison des 2 procédés :


Les 2 procédés conviennent bien à l’usinage des
matériaux conducteurs difficilement usinables par
les procédés classiques à cause de leur grande
dureté ou de la complexité des formes intérieures.

STI GM Page 2/3


a) Avantages de l’électrochimie sur l’électroérosion
 Débit de matière 3 à 4 fois supérieur.
 Pas d’opération d’ébauche ni de demi-finition.
 Suppression totale de l’usure de l’outil.
b) Inconvénients de l’électrochimie sur l’électroérosion
 La puissance consommée pour enlever un cm3 de métal est 2 à 3 fois supérieur.
 La précision maximale est de 0.05 mm ( à cause du phénomène d’érosion ).
 La pression importante de l’électrolyte tend à écarter la pièce de l’outil et à les
déformer s’ils ne sont pas suffisamment rigides.
c) Conclusion
L’usinage électrochimique est un procédé concurrent de l’électroérosion. Ils offrent
sensiblement le même domaine d’application. Les 2 procédés ne peuvent s’appliquer qu’à
l’usinage de matériaux conducteurs de l’électricité.
Comparaison des 2 procédés pour un travail de défonçage :
Performances limites de
Précision Débit maxi de Puissance
Rugosité Usure de
dimensionnelle matière en absorbée en W
Ra en m l’électrode
en mm cm3/min par cm3/min
Electroérosion 0.2 à 0.4 0.01 à 0.02 oui 4.8 1700
Electrochimique 0.1 0.05 non 16 7150

4. Comparaison avec des usinages conventionnels :


Gamme d’usinage conventionnel
Gamme électroérosion

STI GM Page 3/3