Vous êtes sur la page 1sur 1

Tasnîm

Qu’est ce que le Soufisme ?

[Compte-rendu de A. H. Saleh paru dans Arabica, tome XXXII, 1985]

Martin Lings, « What is Sufism ? », Londres, 1ère éd. 1975, 2ème éd. Unwin Paperbacks 1981, 139 p. Traduction française éd. du Seuil, Paris, 1977, 184 p.

L’école anglaise de Ta‡awwuf, déjà illustre avec E. G. Browne, R. A. Nicholson et même A. J. Arberry, connaît un nouvel épanouissement avec les ouvrages de Martin Lings, importante étape dans le Soufisme actif et réel. Il n’est peut-être pas inutile de rappeler que les travaux de Browne et Nicholson, au début de ce siècle, marquent le point de départ d’études profondes et sérieuses sur le Soufisme, avec la publication scientifique et rigoureuse de quelques œuvres originales de Ta‡awwuf. Parallèlement Massignon en France, Asin Palacios en Espagne, contribuèrent à assurer les bases du Soufisme, et un véritable intérêt pour le Ta‡awwuf se développa en Occident, pour atteindre bientôt l’Orient, la terre du Soufisme. Après son livre sur A Sufi Saint of the Twentieth Century 1 , Martin Lings aborde l’ensemble du problème dans What is Sufism ?, fruit de réflexions de toute une vie consacrée à la mystique musulmane. What is Sufism ?, par la clarté des images employées pour en faciliter l’accès, nous introduit dans cette science divine qui cherche à percer « les mystères du Royaume des Cieux » (p. 12). Le titre du livre est une question simple, qui appelle des réponses aussi claires et nettes que

la question elle-même. Pour y parvenir, Martin Lings subdivise ce noyau central en trois interrogations subsidiaires : - En quoi les soufis croient-ils ? – Quel est leur objectif ? – Quelles sont leurs voies ? Les réponses à ces trois questions, constituent l’ossature du livre, et répondent à l’attente de son titre. Imagé dans son style, le livre, par son inspiration, s’inscrit dans la plus pure tradition, et s’appuie principalement sur le Coran et la sunna et aussi sur les sources originales de cette doctrine. Martin Lings donne, avec toute sa foi et sa conviction, son interprétation du Soufisme, conformément à des vues telles que celles de René Guénon – par exemple l’image du cercle et de son rayon (p. 20), ou de Titus Burckhardt sur l’art sacré

(p. 17), ou de Frithjof Schuon sur les dimensions de l’islam (p. 69).

Dans sa forme, le livre comporte une introduction, suivie de neuf chapitres : Originalité du Soufisme ; Universalité du Soufisme ; Le Livre ; Le Prophète ; Le Cœur ; La Doctrine ; La

Méthode ; L’exclusivité du Soufisme ; Le Soufisme à travers les âges, seul chapitre du livre

consacré à l’histoire de cette voie spirituelle. Autant de sujets dignes de remplir toute une vie. Le livre est complété par quelques index, fort utiles aux chercheurs et aux savants. Et quoique destinée aux Occidentaux, cette œuvre s’adresse également aux Orientaux. En fait, le livre s’adresse à tout le monde, à tout ceux qui ont un intérêt sincère et profond pour les choses spirituelles, et qui conçoivent « au moins une possibilité d’une perception intérieure directe »

(p. 7), et le Soufisme reste ainsi comme « un pont entre l’Orient et l’Occident » (p. 24).

On doit remercier l’auteur, et le féliciter d’avoir donné à l’initié et au profane un instrument claire et juste de connaissance, sur un sujet grave, et dont l’approche sera, grâce à lui, moins ardue et peut-être moins inaccessible.

A.H. SALEH

1 Shaykh Amad al-‘Alawñ, His spiritual heritage and Legacy, Londres; 1° éd. 1961, 2° éd. 1971 et 1973, George Allen & Unwin LTD, 242 p. Traduction française : Un saint musulman du XX° siècle Paris, éd. Editions Traditionnelles, 1967.