Vous êtes sur la page 1sur 200

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE


D’ANTANANARIVO
DEPARTEMENT BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES EN VUE DE L’OBTENTION DE DIPLOME


D’INGENIEUR EN BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS

« ETUDE DE CONSTRUCTION D’UN PONT NEUF DE TYPE


BIPOUTRE MIXTE SUR LA RIVIERE DE BEFANDRIANA SUD,
AU PK 102 + 400 DE LA ROUTE NATIONALE N°9 SUIVANT LES
NORMES EUROCODES. »

Présenté par : Monsieur RAKOTONIMANANA Tohavina Andriamparany

Sous la direction de : Monsieur RAJOELINANTENAINA Solofo

Promotion 2013
UNIVERSITE D’ANTANANARIVO
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE
D’ANTANANARIVO
DEPARTEMENT BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES EN VUE DE L’OBTENTION DE DIPLOME


D’INGENIEUR EN BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS

« ETUDE DE CONSTRUCTION D’UN PONT NEUF DE TYPE


BIPOUTRE MIXTE SUR LA RIVIERE DE BEFANDRIANA SUD,
AU PK 102 + 400 DE LA ROUTE NATIONALE N°9 SUIVANT LES
NORMES EUROCODES. »

Rédigé par : RAKOTONIMANANA Tohavina Andriamparany

Membres de jury :

Président : Monsieur RAHELISON Landy Harivony, Chef de département BTP – ESPA,


Maitre de conférences.
Rapporteur : Monsieur RAJOELINANTENAINA Solofo, Enseignant ESPA, Maitre de
conférences.

Examinateurs : Madame RAVAOHARISOA Lalatiana, Enseignant ESPA, Maitre de


conférences ;
Monsieur RAKOTOARIVELO Rivonirina, Enseignant ESPA, Maitre de
conférences ;
Monsieur RAZAFINJATO Victor, Professeur titulaire.

Date de soutenance : 23 Octobre 2014


ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

REMERCIEMENTS

Au terme de ce mémoire, il m’est très agréable d’exprimer toute ma gratitude, ma


reconnaissance et mes très vifs remerciements à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à
l’élaboration de ce travail.

En particulier, nous adressons nos sincères remerciements à :

 Dieu Tout Puissant ;


 Monsieur ANDRIANARY Philippe, Professeur, Directeur de l’Ecole Supérieure
Polytechnique d’Antananarivo qui n’a pas ménagé son temps pour promouvoir l’image de cette
prestigieuse école d’ingénieur ;
 Monsieur RAHELISON Landy Harivony, Maître de conférences, Enseignant
chercheur, Chef du département « Bâtiment et Travaux Publics », malgré ses lourdes
responsabilités, n’a pas cessé de nous prodiguer des conseils visant à nous garantir une carrière
professionnelle honorable ;
 Monsieur RAJOELINANTENAINA Solofo, Maître de conférences, Enseignant
chercheur, Directeur de ce mémoire, mon encadreur pédagogique, qui tout au long de ces années
m'a toujours dirigé et conseillé. Je le remercie également pour toutes les discussions, suggestions
et ses précieux conseils. Je n’oublierais jamais son aide, sa sympathie et sa bonne humeur
lors de la réalisation de notre premier ouvrage ;
 Monsieur RANDRIANANDRASANA Augustin, Chef de projet de l’ouvrage d’art
au sein de l’ARM de m'avoir proposé ce thème, Je le remercie infiniment pour sa confiance et
ses précieux conseils ;
 Tous les membres de jury, d'avoir accepté de s’intéresser à ce travail ;
 Tous les enseignants ainsi que le personnel de l’Ecole Supérieure Polytechnique
d’Antananarivo ;
 Toute la famille et les amis pour tout leur soutien.

RAKOTONIMANANA Tohavina Andriamparany

i
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS ........................................................................................................................ i 

TABLE DES MATIERES...............................................................................................................ii 

LISTE DES TABLEAUX .............................................................................................................. ix 

LISTE DES FIGURES ................................................................................................................ xiii 

LISTE DES ABREVIATIONS ..................................................................................................... xv 

INTRODUCTION ........................................................................................................................... 1 

PARTIE I : ETUDES DE FAISABILITE DU PROJET 

CHAPITRE I :  PRESENTATION GLOBALE DU PROJET .................................................... 3 

1.1.  GENERALITES DU PROJET ......................................................................................... 3 

1.1.1.  Localisation du projet ................................................................................................ 3 

1.1.2.  Description du projet ................................................................................................. 4 

1.1.3.  Zone d’influence du projet ........................................................................................ 4 

1.2.  ENVIRONNEMENT GEOGRAPHIQUE DU PROJET ................................................. 4 

1.2.1.  Pluviométrie .............................................................................................................. 4 

1.2.2.  Températures ............................................................................................................. 5 

1.2.3.  Régime de vent .......................................................................................................... 5 

CHAPITRE II :  ETUDE SOCIO-ECONOMIQUE DE LA ZONE D’INFLUENCE ............... 6 

2.1.  SUR LE PLAN SOCIAL .................................................................................................. 6 

  Démographie ............................................................................................................. 6 

  Santé .......................................................................................................................... 8 

  Enseignement et éducation ........................................................................................ 9 

  Infrastructures socio-culturelles ................................................................................ 9 

  Les ressources en eaux ............................................................................................ 10 

2.2.  SUR LE PLAN ECONOMIQUE ................................................................................... 11 

2.2.1.  Agriculture............................................................................................................... 11 

2.2.2.  L’élevage ................................................................................................................. 12 

ii
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

2.2.3.  Pêche ....................................................................................................................... 12 

2.2.4.  Le tourisme .............................................................................................................. 13 

2.2.5.  Ressources minières ................................................................................................ 13 

2.2.6.  Transport ................................................................................................................. 13 

CHAPITRE III :  ETUDE Du TRAFIC ...................................................................................... 15 

3.1.  CLASSIFICATION DES VEHICULES ET COMPTAGES DES TRAFICS ............... 15 

3.2.  ESTIMATION DU TRAFIC DE L’ANNEE FUTURE .............................................. 15 

CONCLUSION PARTIELLE ....................................................................................................... 16 

PARTIE II : ETUDE PRELIMINAIRE 

CHAPITRE IV :  ETUDE HYDROLOGIQUE .......................................................................... 18 

4.1.  LE BASSIN VERSANT ................................................................................................. 18 

4.2.  ESTIMATION DES DEBITS ........................................................................................ 19 

CHAPITRE V :  ETUDE HYDRAULIQUE .............................................................................. 20 

5.1.  DETERMINATION DE LA COTE NATURELLE D’EAU ...................................... 20 

5.2.  SURELEVATION DES EAUX ..................................................................................... 21 

5.2.1.  Coefficient du débit C et perte de charge ................................................................ 22 

5.2.2.  Perte de charge résultant du frottement ................................................................... 23 

5.3.  DETERMINATION DE LA PLUS HAUTE EAU CONNUE (PHEC) ........................ 23 

5.4.  HAUTEUR SOUS-POUTRE HSP ................................................................................. 23 

5.5.  PROFONDEUR D’AFFOUILLEMENT ..................................................................... 24 

5.5.1.  Profondeur due à la réduction de section ................................................................ 24 

5.5.2.  Calcul de la profondeur normale HN d’affouillement ............................................. 24 

5.5.3.  Profondeur d’affouillement due à la présence de pile ............................................. 25 

5.5.4.  Protection de la pile contre l’affouillement ............................................................. 25 

CHAPITRE VI :  ETUDE DE LA VARIANTE PRINCIPALE ................................................. 26 

6.1.  PONT A POUTRES EN BETON PRECONTRAINT ................................................... 26 

6.1.1.  Présentation générale ............................................................................................... 26 

iii
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

6.1.2.  Efforts dans la structure ........................................................................................... 26 

6.1.3.  Efforts dans les fondations ...................................................................................... 27 

6.1.4.  Intégration dans le paysage ..................................................................................... 27 

6.1.5.  Construction ............................................................................................................ 27 

6.1.6.  Quantité de matériaux ............................................................................................. 27 

6.2.  PONT SUSPENDU ........................................................................................................ 27 

6.2.1.  Présentation générale ............................................................................................... 27 

6.2.2.  Efforts dans la structure ........................................................................................... 28 

6.2.3.  Efforts dans les fondations ...................................................................................... 28 

6.2.4.  Intégration dans le paysage ..................................................................................... 28 

6.2.5.  Construction ............................................................................................................ 28 

6.2.6.  Quantité de matériaux ............................................................................................. 28 

6.3.  PONT BIPOUTRE MIXTE ACIER BETON ............................................................... 28 

6.3.1.  Présentation générale ............................................................................................... 29 

6.3.2.  Efforts dans la structure ........................................................................................... 29 

6.3.3.  Efforts dans les fondations ...................................................................................... 29 

6.3.4.  Intégration de paysage ............................................................................................. 29 

6.3.5.  Construction ............................................................................................................ 29 

6.3.6.  Quantité de matériaux ............................................................................................. 29 

6.4.  ANALYSE DE LA VARIANTE.................................................................................... 29 

PARTIE III : PREDIMENSIONNEMENT ET CALCUL DE STRUCTURE ............................. 14 

CHAPITRE VII :  HYPOTHESES DES CALCULS ET PREDIMENSIONNEMENTS .......... 32 

7.1.  HYPOTHESES DES CALCULS ................................................................................... 32 

7.1.1.  Principaux normes utilisés....................................................................................... 32 

7.1.2.  Phasage de construction .......................................................................................... 32 

7.1.3.  Matériaux utilisés .................................................................................................... 33 

7.2.  PREDIMENSIONNEMENT DE LA CHARPENTE ..................................................... 35 

iv
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

7.2.1.  Hauteur des poutres ................................................................................................. 35 

7.2.2.  Entraxe des poutres ................................................................................................. 36 

7.2.3.  Semelle .................................................................................................................... 36 

7.2.4.  Eléments transversaux ............................................................................................. 36 

7.3.  PREDIMENSIONNEMENT DE LA DALLE ............................................................... 37 

7.3.1.  Aciers passifs ........................................................................................................... 37 

7.3.2.  Tonnage total de charpente...................................................................................... 37 

7.4.  CARACTERISTIQUES DE LA POUTRE POUR UNE TRAVEE .............................. 38 

CHAPITRE VIII :  EVALUATION DES CHARGES................................................................ 39 

8.1.  CHARGES PERMANENTES ET CLIMATIQUES...................................................... 39 

8.1.1.  Charges permanentes ............................................................................................... 39 

8.1.2.  Les charges climatiques........................................................................................... 40 

8.2.  CHARGES D’EXPLOITATIONS .............................................................................. 40 

8.2.1.  Surcharges dues au trafic ......................................................................................... 40 

8.2.2.  Actions sur les trottoirs............................................................................................ 44 

8.2.3.  Charges thermiques ................................................................................................. 44 

8.2.4.  Force de freinage ..................................................................................................... 48 

CHAPITRE IX :  COMBINAISONS D’ACTIONS ET CALCULS DE STRUCTURE ......... 49 

9.1.  COMBINAISONS D’ACTIONS ................................................................................. 49 

9.1.1.  Situation de projet ................................................................................................... 49 

9.1.2.  Notations et généralités ........................................................................................... 49 

9.1.3.  Combinaisons d’actions .......................................................................................... 50 

9.2.  CALCULS DE LA DALLE ........................................................................................... 51 

9.2.1.  Calcul des sollicitations de flexion de la dalle ........................................................ 51 

9.3.  ETUDE DE LA POUTRE PRINCIPALE ...................................................................... 53 

9.3.1.  Analyse structurale .................................................................................................. 53 

9.3.2.  Les sollicitations ...................................................................................................... 58 

v
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CONCLUSION PARTIELLE ....................................................................................................... 60 

PARTIE IV : CALCUL DU PONT MIXTE 

CHAPITRE X :  ETUDE DE LA DALLE EN BETON ARME................................................. 62 

10.1.  GENERALITES.......................................................................................................... 62 

10.1.1.  Texte réglementaires ............................................................................................ 62 

10.1.2.  Classe d’exposition .............................................................................................. 62 

10.1.3.  Classe structurale Si ............................................................................................. 62 

10.1.4.  Enrobage des armatures passives (EN 1992-1-1 § 4.4.1) .................................... 62 

10.1.5.  Enrobage minimal (EN 1992-1-1 § 4.4.1.2) : ...................................................... 63 

10.2.  CALCUL DES ARMATURES DANS LES SECTIONS S1 ET S2 .......................... 63 

10.2.1.  Sollicitations des calculs ...................................................................................... 64 

10.2.2.  Armatures ............................................................................................................ 64 

10.2.3.  Espacement de ferraillage .................................................................................... 64 

10.3.  JUSTIFICATION LOCALE DE LA DALLE EN BETON ARME ........................... 64 

10.3.1.  Vérifications des contraintes à l’ELS (EC2 7.2) ................................................. 64 

10.4.  RESISTANCE EN FLEXION A L’ELU.................................................................... 66 

10.5.  EFFORTS TRANCHANT (EC2, 6.2.1 et 6.2.2) ........................................................ 67 

10.6.  RESISTANCE AU POINÇONNEMENT .................................................................. 68 

10.6..1.  Contour de contrôle de référence ......................................................................... 68 

10.6..2.  Calcul de la résistance au poinçonnement d’une dalle ........................................ 68 

10.6..3.  Contrainte maximale de poinçonnement sur le contour de l’aire chargée........... 69 

10.7.  MAITRISE DE LA FISSURATION [(1992-1-1§7.3.3. (2)] ...................................... 70 

10.7.1.  Ouverture calculée de fissure............................................................................... 70 

CHAPITRE XI :  VERIFICATIONS DES SECTIONS TRANSVERSALES ........................... 72 

11.1.  VERIFICATIONS DE LA SECTION SUR APPUI INTERMEDIAIRE P1 ............. 72 

11.1.1.  Géométrie ............................................................................................................ 72 

11.1.2.  Propriétés des matériaux ...................................................................................... 72 

vi
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

11.1.3.  Sollicitations ........................................................................................................ 73 

11.1.4.  Détermination de la classe de section .................................................................. 73 

11.1.5.  Analyse élastique de section ................................................................................ 75 

11.1.6.  Interaction M-V ................................................................................................... 77 

11.2.  VERIFICATION DE LA SECTION A MI-PORTEE DE LA TRAVEE P1-P2 ........ 78 

11.2.1.  Géometrie ............................................................................................................ 78 

11.2.2.  Propriétés des matériaux ...................................................................................... 79 

11.2.3.  Sollicitations ........................................................................................................ 79 

11.2.4.  Détermination de la classe de section .................................................................. 79 

11.2.5.  Analyse plastique de section ................................................................................ 81 

11.2.6.  Vérification de section ......................................................................................... 83 

11.2.7.  Interaction M-V ................................................................................................... 83 

CHAPITRE XII :  JUSTIFICATION DE LA MEMBRURE AU DEVERSEMENT ET


VERIFICATION DES SECTIONS MIXTE AUX ELS ............................................................... 84 

12.1.  GENERALITES.......................................................................................................... 84 

12.2.  METHODE DE CALCUL .......................................................................................... 84 

12.2.1.  Vérification .......................................................................................................... 84 

12.2.2.  Sollicitations pour le déversement ....................................................................... 87 

12.2.3.  Vérification au déversement ................................................................................ 87 

12.3.  JUSTIFICATION DES SECTION MIXTES AUX ELS ........................................... 88 

12.3.1.  Limitation de contrainte ....................................................................................... 88 

CHAPITRE XIII :  JUSTIFICATION A LA FATIGUE, connecteurs, soudures ....................... 91 

13.1.  INTRODUCTION (EN 1994-2 § 6.8.) ....................................................................... 91 

13.1.1.  Charpente métallique ........................................................................................... 91 

13.1.2.  Chargement de fatigue ......................................................................................... 92 

13.1.3.  Amplitude de contrainte  p ............................................................................. 96 

13.2.  ETUDE DES CONNECTEURS ............................................................................... 103 

vii
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

13.2.1.  Généralité ........................................................................................................... 103 

13.2.2.  Résistance d’un goujon a tète ............................................................................ 103 

13.2.3.  Dimensionnement sous ELS caractéristique ..................................................... 104 

13.2.4.  Dimensionnement sous ELU fondamentale ...................................................... 106 

13.2.5.  Dispositions constructives relatives à la connexion .......................................... 107 

13.2.6.  Nombre de connecteurs par travée .................................................................... 108 

14.1.  ETUDE DE LA CULEE ........................................................................................... 109 

14.1.1.  Predimensionnement des éléments de la culée .................................................. 109 

14.1.2.  Etude des éléments de la culée .......................................................................... 110 

14.2.  ETUDE DE LA PILE ............................................................................................... 119 

CONCLUSION PARTIELLE ..................................................................................................... 135 

PARTIE V : EVALUATION FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS


ENVIRONNEMENTAUX 

CHAPITRE XVI :  ETUDE FINANCIERE .............................................................................. 138 

16.1.  PHASAGE ET DESCRIPTION DES TRAVAUX .................................................. 138 

16.2.  COEFFICIENT DE MAJORATION DE DEBOURSES K : ................................... 139 

16.3.  EXEMPLE DE SOUS DETAILS DE PRIX............................................................. 139 

16.4.  ESTIMATION GLOBALE DU COUT DES TRAVAUX ....................................... 141 

16.5.  ETUDE DE RENTABILITE DE L’INVESTISSEMENT ..................................... 142 

16.5.1.  Généralités ......................................................................................................... 142 

16.5.2.  Valeur actuelle nette (VAN) .............................................................................. 142 

16.5.3.  Taux interne de rentabilité (TIR) ....................................................................... 143 

CHAPITRE XVII :  ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX................................ 144 

17.1.  IDENTIFICATION DES IMPACTS POTENTIELS ............................................... 144 

17.1.1.  Au cours de préparation et la phase du chantier ................................................ 144 

17.1.2.  Au cours de la phase d’exploitation de la route ................................................. 144 

17.2.  MESURES D’ATTENUATION ............................................................................ 145 

viii
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CONCLUSION ........................................................................................................................... 147 

BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................................... 148 

ANNEXES ...................................................................................................................................... I 

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1.  Pluviométrie moyenne mensuelle Station de Morombe............................................ 4 

Tableau 2.  Pluviométrie moyenne mensuelle station de Toliara ................................................ 4 

Tableau 3.  Température à la station de Morombe – Période 1961 – 2007 ................................. 5 

Tableau 4.  Vitesses moyennes et maximales des vents (en km/h), ainsi que la direction :
station de Morombe ......................................................................................................................... 5 

Tableau 5.  Population de 2010 de la zone d’influence élargie du projet .................................... 6 

Tableau 6.  Population de 2010 de la zone d’influence immédiate du projet .............................. 7 

Tableau 7.  Estimation du nombre de la population après 25 ans de mis en service. .................. 7 

Tableau 8.  Répartition des établissements sanitaires publics et privées ou confessionnelles. .... 8 

Tableau 9.  Personnel soignant des services publics de la santé. ................................................. 8 

Tableau 10.  Nombres des infrastructures en éducation. ............................................................ 9 

Tableau 11.  Les infrastructures socio-culturelles. ..................................................................... 9 

Tableau 12.  Répartition des sources d’approvisionnement en eau potable. ............................ 11 

Tableau 13.  Production en tonnes des cultures........................................................................ 11 

Tableau 14.  Volumes des élevages dans la région Atsimo Andrefana .................................... 12 

Tableau 15.  Produits marins .................................................................................................... 12 

Tableau 16.  Données LUXCONSULT mars 2003, actualisation des données 2003 — données
AIC Octobre 2006 ......................................................................................................................... 15 

Tableau 17.  Trafic généré avec les actualisations et estimations en 2116 .............................. 16 

Tableau 18.  Caractéristique du bassin versant de Befandriana Sud ........................................ 18 

Tableau 19.  Calcul du débit de crue du projet ......................................................................... 19 

Tableau 20.  Recherche de la hauteur d’eau naturelle .............................................................. 21 

ix
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 21.  Tableau synoptique pour la comparaison de variante.......................................... 30 

Tableau 22.  Les normes utilisées ............................................................................................. 32 

Tableau 23.  Précisions selon la figure 3 .................................................................................. 34 

Tableau 24.  Dimensionnement des épaisseurs d’âme et semelle ............................................ 36 

Tableau 25.  Formule de predimensionnement de la dalle ....................................................... 37 

Tableau 26.  Predimensionnements des charpentes métalliques .............................................. 37 

Tableau 27.  Prédimensionnements de la dalle......................................................................... 38 

Tableau 28.  Caractéristiques des entretoises (IPE 600) .......................................................... 38 

Tableau 29.  Variations des épaisseurs des âmes et semelles ................................................... 38 

Tableau 30.  Poids propre de la charpente métallique. ............................................................. 39 

Tableau 31.  Poids propre de la dalle........................................................................................ 39 

Tableau 32.  Poids propre de la superstructure ......................................................................... 40 

Tableau 33.  Coefficient d’ajustement ...................................................................................... 41 

Tableau 34.  Découpage de la voie ........................................................................................... 41 

Tableau 35.  Caractéristique de la voie..................................................................................... 41 

Tableau 36.  Modèles des charges de trafic .............................................................................. 42 

Tableau 37.  Charge relative au convoi LM1 ........................................................................... 42 

Tableau 38.  Récapitulatif des valeurs de calcul intermédiaires de la fonction de fluage et le


coefficient d’équivalence. ............................................................................................................. 48 

Tableau 39.  Résultats après interpolation ................................................................................ 52 

Tableau 40.  Sollicitation de calcul à l’ELS et à l’ELU ........................................................... 53 

Tableau 41.  largeur efficace de la dalle ................................................................................... 55 

Tableau 42.  Coefficients de souplesse ..................................................................................... 56 

Tableau 43.  Sollicitations dues aux charges permanentes et aux charges d’exploitations ...... 60 

Tableau 44.  Sollicitations de la poutre principale ................................................................... 60 

Tableau 45.  Sollicitations des calculs ...................................................................................... 64 

Tableau 46.  Calculs des armatures .......................................................................................... 64 

x
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 47.  Vérifications des contraintes à court terme ......................................................... 65 

Tableau 48.  Vérifications de contrainte à long terme :............................................................ 65 

Tableau 49.  Vérification du moment résistant......................................................................... 66 

Tableau 50.  Ouvertures calculées ............................................................................................ 71 

Tableau 51.  Vérification de l’ouverture de fissure .................................................................. 71 

Tableau 52.  Termes de souplesse, flexibilité, extensibilité, .................................................... 86 

Tableau 53.  Rigidité de cadre d’entretoisement ...................................................................... 86 

Tableau 54.  Calculs des paramètres ........................................................................................ 87 

Tableau 55.  Limitation de contrainte dans la charpente. ......................................................... 89 

Tableau 56.  Coefficients λ1 ..................................................................................................... 92 

Tableau 57.  Coefficients λ max ................................................................................................. 95 

Tableau 58.  Les valeurs de λ .................................................................................................. 95 

Tableau 59.  Les valeurs de λ .................................................................................................. 95 

Tableau 60.  Moments fléchissants maximale et minimale ...................................................... 96 

Tableau 61.  Module de flexion de section (charpente, mixte non fissurée, fissurée) ............. 98 

Tableau 62.  Amplitude de contrainte ...................................................................................... 98 

Tableau 63.  Vérification des contraintes ................................................................................. 99 

Tableau 64.  Valeur de Δσ Rsk ................................................................................................... 99 

Tableau 65.  Vérifications aux appuis .................................................................................... 102 

Tableau 66.  Vérifications en travée ....................................................................................... 103 

Tableau 67.  Espacement des connecteurs aux ELS ............................................................... 106 

Tableau 68.  Espacement des connecteurs aux ELU .............................................................. 107 

Tableau 69.  nombre de connecteur sur le demi-ouvrage. ...................................................... 108 

Tableau 70.  Résultats de predimensionnement ..................................................................... 109 

Tableau 71.  Modèle LM1 réduit à 30% ................................................................................. 110 

Tableau 72.  Expressions analytique ...................................................................................... 110 

xi
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 73.  Sollicitations sur le mur garde grève ................................................................. 111 

Tableau 74.  Combinaison d’actions dans le mur garde grève ............................................... 111 

Tableau 75.  Sollicitations sur le mur de retour ...................................................................... 112 

Tableau 76.  Combinaisons d’actions ..................................................................................... 113 

Tableau 77.  Poids propre de l’élément de la culée ................................................................ 113 

Tableau 78.  Sollicitations des réactions aux appuis .............................................................. 114 

Tableau 79.  Combinaisons d’actions ..................................................................................... 114 

Tableau 80.  Expressions analytiques ..................................................................................... 114 

Tableau 81.  Sollicitations aux efforts horizontaux ................................................................ 115 

Tableau 82.  Combinaisons d’actions des efforts horizontaux. .............................................. 115 

Tableau 83.  Calculs des armatures ........................................................................................ 115 

Tableau 84.  Vérifications des contraintes à l’ELS ................................................................ 116 

Tableau 85.  Armatures d’efforts tranchants .......................................................................... 116 

Tableau 86.  Prédimensionnement de la pile .......................................................................... 120 

Tableau 87.  Réaction d’appuis .............................................................................................. 120 

Tableau 88.  Poids propre de la pile ....................................................................................... 121 

Tableau 89.  Effet du vent ...................................................................................................... 121 

Tableau 90.  Vérification de la stabilité de pile ...................................................................... 122 

Tableau 91.  Armatures du chevêtre ....................................................................................... 123 

Tableau 92.  Calculs de sollicitations dus à l’excentricité ...................................................... 124 

Tableau 93.  Dimensionnement de l’appareil d’appui ............................................................ 126 

Tableau 94.  Coefficient de souplesse des appuis .................................................................. 127 

Tableau 95.  Effort de freinage ............................................................................................... 127 

Tableau 96.  Efforts dus aux retraits, fluage du béton et variation de température. ............... 128 

Tableau 97.  Vérifications de l’appareil d’appui .................................................................... 129 

Tableau 98.  Données pressiométriques ................................................................................. 131 

Tableau 99.  Action de calcul ................................................................................................. 133 

xii
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 100.  Nombre de pieu .............................................................................................. 133 

Tableau 101.  Combinaisons d’actions pour une semelle ..................................................... 134 

Tableau 102.  Moments fléchissants dans les demi-semelles ............................................... 134 

Tableau 103.  Armature de semelle de liaison ...................................................................... 135 

Tableau 104.  Armatures compléments ................................................................................ 135 

Tableau 105.  Phasage et description des travaux................................................................. 138 

Tableau 106.  Valeurs des coefficients pour le coefficient de déboursé K ........................... 139 

Tableau 107.  Devis quantitatif et estimatif .......................................................................... 141 

Tableau 108.  Mesures d’atténuation selon les analyses des impacts. .................................. 145 

LISTE DES FIGURES

Figure 1.  Localisation du projet ................................................................................................ 3 

Figure 2.  Pont à poutres en béton précontraint ....................................................................... 26 

Figure 3.  Pont suspendu .......................................................................................................... 27 

Figure 4.  Pont bipoutre mixte ................................................................................................. 28 

Figure 5.  Limite d'élasticité en fonction de l'épaisseur, selon la norme EN10025-3.............. 33 

Figure 6.  Coupe transversaux du pont mixte .......................................................................... 35 

Figure 7.  Schéma présentant les variations d'épaisseur de la membrure inférieure des poutres
dans la travée principale ................................................................................................................ 38 

Figure 8.  Modèle de charge LM1 ........................................................................................... 43 

Figure 9.  Positionnement des voies pour le calcul de la poutre gauche ................................. 43 

Figure 10.  Charges du système TS sur le tablier du pont bipoutre ........................................... 43 

Figure 11.  Répartition transversale des charges UDL sur le tablier du pont bipoutre .............. 44 

Figure 12.  Sections d’étude ...................................................................................................... 51 

Figure 13.  Modélisation de calcul de la dalle selon l’abaque. .................................................. 52 

Figure 14.  Coupe transversale de la dalle ................................................................................. 54 

xiii
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Figure 15.  Détermination des portées équivalentes pour la largeur efficace des membrures en
béton et répartition de la largeur efficace en travée. ..................................................................... 55 

Figure 16.  Ligne d’influence de moment fléchissant en travée (Σ2) ........................................ 58 

Figure 17.  Ligne d’influence de moment fléchissant sur appuis (Σ1) ..................................... 58 

Figure 18.  Ligne d’influence des efforts tranchants en travée (Σ2) .......................................... 58 

Figure 19.  Ligne d’influence des efforts tranchants sur appuis (Σ1) ........................................ 58 

Figure 20.  Coefficient de répartition transversale du chargement TS ...................................... 59 

Figure 21.  Coefficient de répartition transversale du chargement UDL................................... 59 

Figure 22.  Chargement de la travée centrale à partir de LI ...................................................... 59 

Figure 23.  Chargement pour la vérification de section aux appuis .......................................... 60 

Figure 24.  Section de calcul ...................................................................................................... 63 

Figure 25.  contour de contrôle de référence ............................................................................. 68 

Figure 26.  Coupe transversale de la section sur appui P1 ........................................................ 72 

Figure 27.  Coupe transversale à mi- portée de la travée entre P1-P2 ....................................... 78 

Figure 28.  Modélisation de portique ......................................................................................... 85 

Figure 29.  Chargement de calcul de la rigidité ......................................................................... 85 

Figure 30.  Modèle de charge de fatigue FLM3 ........................................................................ 92 

Figure 31.  Courbe caractéristique de résistance en fatigue ...................................................... 99 

Figure 32.  Calcul de la contrainte σs,min,f ............................................................................... 102 

Figure 33.  Schéma de calcul ................................................................................................... 109 

Figure 34.  Poussée de terre sur la garde grève ....................................................................... 110 

Figure 35.  Schéma du mur en retour....................................................................................... 111 

Figure 36.  Allure de LI de la réaction C0 ................................................................................ 114 

Figure 37.  Ferraillage de peau ................................................................................................ 117 

Figure 38.  Schéma de calcul pour le ferraillage de mur de front............................................ 117 

Figure 39.  Ferraillage de la dalle de transition. ...................................................................... 119 

Figure 40.  Schéma de la pile ................................................................................................... 119 

xiv
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Figure 41.  LI de la réaction P1 ............................................................................................... 120 

Figure 42.  Schéma de calcul des armatures ............................................................................ 122 

Figure 43.  Schéma de l’appareil d’appuis .............................................................................. 126 

LISTE DES ABREVIATIONS

ANP : Axe Neutre Plastique


ARM : Autorité Routière de Madagascar
CDG : Centre de Gravité
CEG : Collège d’Enseignement Général
CHD : Centre Hospitalier de District
CHR : Centre Hospitalier Régionale
CSB : Centre de Santé de Base
CU : Centre Universitaire
DRCI : Durée de Récupération de Capital Investi
EIE : Etude d’Impact Environnemental
ELS : Etats Limite de Service
ELU : Etats Limite Ultime
EPP : Ecole Primaire Public
FLM3: Fatigue Load Model 3
HA : Haute Adhérence
INSTAT : Institut National de la Statistique
IP : Indice de Profitabilité
LI: Ligne d’Influence
LM1: Load Model 1
LM2: Load Model 2
P.K : Point kilométrique
PHEC : Plus Haute Eau Connue
Pu : publics
Pv : privée
PVHT : Prix de Vente Hors Taxe
R.N : Route nationale
RDM: Résistance de Matériaux.
SETRA : Service d’Etude Technique Routiers et Autoroutiers
STE : Service de Télé-enseignement
TP : Travaux Publics
TRI : Taux de Rentabilité Interne
TS: Tandem System
UDL: Uniformly Distribution Load
VAN : Valeur Actuelle Nette

xv
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

INTRODUCTION

La croissance des échanges dans tous les domaines existant au sein d’une région constitue
un étalon infaillible du développement de celui-ci à Madagascar. La région dont il est question
possède, en son sein, d’énormes potentiels dans plusieurs domaine en occurrence celui de la
production agricole.
Il est évident qu’au vu de la conjoncture actuelle de Madagascar, carences et mauvais états
des infrastructures existantes si on ne mentionne que les routes et ponts au sein de la région
d’Atsimo Andrefana qui, honnêtement parlant, constitue les artères du développement des régions
alentours, il est quasi-impossible d’exploiter les richesses de ce région. La statistique au sein du
Ministère de Travaux publics montre qu’environ 93% des infrastructures routières et ouvrages
d’art dans la région d’Atsimo Andrefana ont été construites durant la période de la colonialisation
et n’ont jamais été entretenus en comparaison de celles des autres régions.
Construire de nouvel infrastructure routière résultera-t-il certainement le désenclavement
de la région d’Atsimo Andrefana et qui devrait satisfaire au besoin du peuple, être à jour au point
de vue technologique et correspondre à la fois à l’économie et à la politique d’entretien vécues par
la nation malagasy ?
Face à tous ces problèmes, aussi on a le mémoire intitulé : « ETUDE DE
CONSTRUCTION D’UN PONT NEUF DE TYPE BIPOUTRE MIXTE SUR LA RIVIERE
DE BEFANDRIANA SUD, AU PK 102+400 DE LA RN9 SUIVANT LES NORMES
EUROCODES » qui apporte les éléments d’appréciation et des solutions plus rationnelles.
L’ouvrage se divise en cinq parties :
- Partie I : Etudes de faisabilité du projet ;
- Partie II : Etude préliminaire ;
- Partie III : Etude de la superstructure ;
- Partie IV : Calcul du pont mixte ;
- Partie V : Evaluation financière et étude d’impacts environnementaux.

1
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

PARTIE I : ETUDES DE FAISABILITE


DU PROJET
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE I : PRESENTATION GLOBALE DU PROJET

1.1. GENERALITES DU PROJET

1.1.1. Localisation du projet

Le projet de construction du pont se situe dans la région d’Atsimo Andrefana de Madagascar,


District de Morombe, Commune Rurale de Befandriana Sud, au P.K. 102+400 de la Route Nationale
N°9 reliant Toliara et le District de Morombe.

Befandriana Sud

Source : BD 500 FTM/MAEP/SAGE


Figure 1. Localisation du projet

3
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

1.1.2. Description du projet

Le Projet d’Aménagement des Infrastructures Routières (PAIR) vise à désenclaver


la partie Sud-Ouest de la grande île. Il consiste principalement en :

- l’aménagement en bicouche du tronçon de route en terre reliant Toliara


(PK2) à Analamisampy (PK107), soit un linéaire de 105 km sur la RN9 (Toliara/Bevoay) ;
- la reconstruction du Pont Pomay sur la RN35, d’une portée de 80 m ;
- la construction du pont de Befandriana Sud sur la RN9, d’une portée de 150 m.

1.1.3. Zone d’influence du projet

La zone d’influence élargie englobe les régions du Menabe et d’Atsimo Andrefana. Elle
s’étend sur une superficie de 112 357 km2, dont une superficie de 46 121 km2 pour la région du
Menabe (7,9% de la surface de Madagascar) et une superficie de 66 236km2 pour la région
d’Antsimo Andrefana (11,3% de la surface de Madagascar).

1.2. ENVIRONNEMENT GEOGRAPHIQUE DU PROJET

1.2.1. Pluviométrie

Les précipitations dans le Sud-Ouest de Madagascar sont surtout influencées par la


présence des massifs, le canal de Mozambique et aussi la zone géographique du passage du
tropique du Capricorne. Ainsi les précipitations sont remarquablement insuffisantes et irrégulières.
Les moyennes annuelles, ne dépassant pas les 400 mm dans la zone d’étude. Plus de 80% des
précipitations en moyenne se font pendant la saison humide.
Les tableaux ci-dessous récapitulent la pluviométrie moyenne mensuelle des stations
Morombe et Toliara.

Tableau 1. Pluviométrie moyenne mensuelle Station de Morombe.


Mois Jan Fev Mars Avril Mai Juin Juill Aout Sept Oct Nov Dec Ann
Pluies 28,1 56,3 - 15,6 16,5 - 0,6 0,9 16,2 - 13,8 348,7 496,7
(mm)
Tableau 2. Pluviométrie moyenne mensuelle station de Toliara
Mois Jan Fev Mars Avril Mai Juin Juill Aout Sept Oct Nov Dec Ann
Pluies 111,5 125,9 2,8 20,1 0,1 11,6 - 8,0 - 14,2 0,2 7,8 302,5
(mm)

La période la plus humide se situe entre le mois de Décembre et Février alors que la période sèche
s’étale de Mars à Novembre.

4
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

1.2.2. Températures

La variation des températures tout au long de l’année reste faible. L’amplitude thermique
annuelle est comprise entre 7 et 10°C). Les moyennes annuelles sont comprises entre 21 et 28°C.
Le tableau ci-dessous présente les températures nominales, maximales et moyennes mensuelles
pour la région de Morombe.

Tableau 3. Température à la station de Morombe – Période 1961 – 2007


Mois Jan Fev Mars Avril Mai Juin Juill Aout Sept Oct Nov Dec
T min 22,9 22,6 21,8 19,7 16,5 14,2 14 14,6 16,2 18,5 20,2 22,1
T max 32,7 32,1 32,2 31,3 30,1 28,7 27,6 28,7 29,7 30,2 31,4 31,4
T moy 27,8 27,3 27,0 25,5 23,3 22,4 20,8 21,6 22,9 24,3 25,8 26,7
Source : Service METEO
Avec : Tmin, Tmax, Tmoy : température minimale, maximale, moyenne.

1.2.3. Régime de vent

La frange côtière est balayée en permanence par un vent dominant, le « Tsiokatimo », de


direction Sud-Ouest, Nord Est, et qui constitue un facteur sélectif local de la végétation.
Dans les Sud-Ouest, l’Alizé franchissant la falaise orientale, y subsidient, c’est-à-dire sec et de
caractère anticyclonique, ce qui donne le plus souvent une dorsale anticyclonique sur l’ensemble
de la région.
En été, l’échauffement de la vallée de la TAHEZA, en fin d’après-midi provoque
l’ascendance d’un vent local appelé « TSIOK’ORA » provoquant de forts orages de fin de journée.
Près de côtés, la brise marine, toujours en fin de journée, peut également déclencher quelques
précipitations.
Le tableau ci-dessous récapitule les vitesses moyennes mensuelles et les vitesses
maximales des vents en km/h ainsi que la direction des vents au niveau de la station de Morombe.

Tableau 4. Vitesses moyennes et maximales des vents (en km/h), ainsi que la direction :
station de Morombe
Mois Jan Fev Mars Avril Mai Juin Juill Aout Sept Oct Nov Dec
Vent 13 13 12 12 13 12 14 15 12 17 17 14
moyen
Direction SE/SW E/W S/SW S/SW S/SW S/SW S/SW S/SW S/SW SW SW N/W

Vent 216 126 80 83 86 76 97 90 115 115 97 223


maximal
Source : Service METEO

5
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE II : ETUDE SOCIO-ECONOMIQUE DE LA ZONE


D’INFLUENCE

2.1. SUR LE PLAN SOCIAL

Démographie

La hausse du nombre des usagers de la route est fonction de l’augmentation du nombre


total de la population. Ainsi, une projection de ce nombre s’avère nécessaire pour les 25 années
à venir afin de bien préciser les études.

2.1.1.1. Effectif de la population

a. Zone d’influence globale :

En 2010, la population de la zone est estimée à 1,7 millions d’habitants, avec une densité
moyenne relativement faible de 15,7 habitants/ km². Ce qui est relativement faible par rapport à la
densité nationale : 35,7 habitants/ km².

Tableau 5. Population de 2010 de la zone d’influence élargie du projet


Région Population en 2010 Superficie en Km² Densité habitants/km²
Menabe 546 024 46 121 11.8
Atsimo - Andrefana 1 214 262 66 236 18.3
Zone d’influence 1 760 286 112 357 15.7
Madagascar 20 984 371 587 295 35.7
ZI / Madagascar 8.5 % 0.19 %
Source : INSTAT -2010 (22 régions en chiffres actualisée à un taux de 3% par an)

b. Zone d’influence immédiate :

La zone d’influence immédiate du projet est formée par les Districts de Toliara I, Toliara
II et Morombe. La population est estimée à 496 294 habitants dont plus de 66% sont dans les deux
districts directement concernés par le projet Toliara II et Morombe. Selon le dernier recensement
national en 1993, la croissance démographique pour Toliara I est estimée à 4,6%. Pour Toliara II
et Morombe, les taux d’urbanisations se situent de 1% à 12% et la croissance démographique est
de 2,5% par an.

6
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 6. Population de 2010 de la zone d’influence immédiate du projet


Districts Population en 2010 Superficie en Km² Densité habitants/km²
Toliara I 144 512 282 512
Toliara II 243 728 6,420 38
Morombe 108 055 8,982 12
Sous-total ZI
496 294 15,684 32
immédiate
Sous-total ZI élargie 1214262 112357 10.8
Source : INSTAT – 2004

2.1.1.2. Les conditions de vie :

La population vit généralement dans les zones de plaines et regroupée au niveau des
agglomérations et de villages pour des raisons de sécurité.
Les maisons d’habitation sont pour la plupart construites avec des matériaux locaux : terre
battue, planche de bois, paille et les toits sont en tôle ou en paille.
Les prix très bas des produits obligent les gens à s’endetter auprès des collecteurs qui ont
le monopole. Le niveau d’instruction de la population est généralement bas et le taux d’incidence
de la pauvreté touche les 80% en milieu rural.

2.1.1.3. Perspective démographique :

L’ouvrage est supposé mis en service en 2016. On peut estimer le nombre de population
bénéficiaire de ce projet dans les années futur par la loi exponentielle :
N n = N i .(1+α) n (1)

Nn , Ni : Effectif de la population à l’année n et l’année de mis en service i.


α : Taux d’accroissement annuel naturel dont on garde 4,6% pour Toliara I et 3% les autres.
Les résultats de l’estimation sont récapitulés dans le tableau ci-dessous dans les 25 années à venir :

Tableau 7. Estimation du nombre de la population après 25 ans de mis en service.


Région Population en 2016 Population en 2041
Menabe 614 554 1 286 740
Atsimo - Andrefana 1 377 006 3 053 439
Zone d’influence 1 991 561 4 340 179

Il est à noter que la population des deux régions sur la route concernée par le projet est
estimée à 1,9 millions vers l’année de mise en service. Après 25 ans, le tableau montre que les
nombres seront doublés. L’augmentation des besoins, la prospérité des échanges et les activités
économiques sont donc estimables.

7
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Santé

2.1.2.1. Infrastructures

Presque les centres médicaux publics de tous les niveaux existent dans la région d’Atsimo
Andrefana. Le tableau ci-après montre la répartition des établissements sanitaires publics et
privées dans cette région :

Tableau 8. Répartition des établissements sanitaires publics et privées ou confessionnelles.


Sous- CHR CHD2 CHD1 CSB2 CSB1
préfectures Pu Pv Pu Pv Pu Pv Pu Pv Pu Pv
Toliara I 2 0 1 1 0 0 3 6 5 1
Toliara II 0 0 0 0 0 0 11 5 12 0
Morombe 0 0 0 0 1 0 4 1 19 0
Betioky 0 0 1 0 1 0 12 0 7 3
Ampanihy 0 0 0 1 1 0 11 0 4 2
Sakaraha 0 0 0 0 1 0 6 1 5 1
Ankazoabo 0 0 0 0 1 0 2 1 12 0
Beroroha 0 0 0 0 1 0 5 0 8 0
Benenitra 0 0 0 0 1 0 3 0 9 0
Ensemble Region 2 4 7 71 89
Source : Direction Interrégionale de la Santé Toliara (Décembre 2013)
CHR : Centre Hospitalier Régionale ; CHD : Centre Hospitalier de District ; CSB : Centre de Santé
de Base. Pu, Pv : publics et privée.

2.1.2.2. Personnels :

Le Ministère de la Santé a entrepris des efforts considérables pour renforcer le


dispositif d’encadrement sanitaire local : recrutement de médecins et infirmiers, tous sont
diplômés d’Etat. Il appuie aussi les ONG à caractère médical.

Tableau 9. Personnel soignant des services publics de la santé.


Médecins Dentistes Sage-femme Infirmiers Aides-soignants
Sous-préfectures
Pu Pv Pu Pv Pu Pv Pu Pv Pu pv
Toliara I 6 10 2 5 13 2 21 25 3 4
Toliara II 5 3 0 0 8 0 21 15 14 9
Morombe 5 3 0 0 5 1 11 16 11 10
Betioky 41 2 2 1 10 0 25 31 14 17
Ampanihy 4 4 0 0 4 2 8 8 13 13
Sakaraha 6 0 0 0 5 0 5 6 13 12
Ankazoabo 1 1 0 1 3 3 5 6 10 11
Beroroha 3 0 0 0 0 0 7 8 8 7
Benenitra 3 0 0 0 0 0 3 2 6 9
Ensemble Région 97 11 56 223 184
Source : Direction Interrégionale de la Santé Toliara (Décembre 2013)

8
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Malgré l’effort du Ministère de la Santé dans le renforcement de l’équipe médicale,


on note l’insuffisance du personnel médical par rapport à la croissance démographique. De plus,
l’accès aux services sociaux de base est pratiquement inexistant dans la quasi-totalité des
agglomérations et villages. La pratique de la médecine traditionnelle tient encore une place
importante dans la vie quotidienne de la population. Le paludisme, les infections respiratoires et
les maladies sexuellement transmissibles constituent les maladies les plus prépondérantes dans
la zone du projet.

Enseignement et éducation

La région d’Atsimo Andrefana est dotée de plusieurs établissements publics et privés


y compris tous les niveaux et aussi de centre de formation professionnelle.
Le nombre d’établissements scolaires publics ou privés existants est récapitulé dans le
tableau suivant :

Tableau 10. Nombres des infrastructures en éducation.


Etablissement EPP CEG Lycée CU STE
Nombre 581 65 12 1 1
Source : INSTAT-monographie Tuléar 2001
EPP : Ecole Primaire Publics ; CEG : Collège d’Enseignement Général ; CU : Centre
Universitaire ; STE : Service de Télé-Enseignement.

Malgré l’existence des infrastructures en éducation, l’absence des infrastructures routières est
toujours un grand problème. On a un accès difficile pour les enfants pour aller à l’école : trajet non
sécurisé, inondation durant la saison de pluie.

Infrastructures socio-culturelles

Le nombre d’infrastructures socio-culturels et sportifs par sous-préfecture est présenté dans


le tableau ci-après. Tous les chefs-lieux de sous-préfecture ont leur terrain de football plus ou
moins aménagés. On note aussi l’émergences de centres d’activité préscolaire privé ou
confessionnel presque dans les villes de la région.

Tableau 11. Les infrastructures socio-culturelles.


Types 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Ensemble region 3 9 12 4 34 3 15 14 1
Source : région et développement, Dirasset.

9
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

1-Gymnase ; 2-Terrain de football ; 3-Terrain de sport collectif (Basket,Hand,Volley Ball) ; 4-


Centre d’animation et de promotion de la jeunesse ; 5-Centre d’activité préscolaire ; 6-Pré-
coopérative de couture en veilleuse ; 7-Bibliothèque ;8-Salle de spectacle ; 9-Salle d’exposition

Il apparaît ainsi que, le manque de loisir pour les zones reculée, est l’une des causes
de l’exode rural.

Les ressources en eaux

2.1.5.1. Les eaux superficielles et les principaux cours d’eau :

Située à l’aval d’un bassin versant relativement développé, la zone de passage de la RN 9


est régulièrement traversée par des cours d’eau de dimensions plus ou moins variables.
Trois cours d’eau d’importance relativement grande caractérisent toutefois la zone d’influence
du projet, il s’agit du Sud vers le Nord des fleuves suivant:
- Le fleuve Fiherenana : il présente une longueur de 138 Km et draine un bassin
versant d’environ 8000 Km².
- Le fleuve Manombo : il apparait de moindre importance que le Fiherenana,
mais développe, toutefois des surfaces inondables plus vastes à la fin de son parcours entre
Ankilimalinika et Ankililoaka.
- Le fleuve Befandriana : Parait le fleuve le plus important dans le projet, il draine
un bassin versant considérable et développe à l’aval au Nord du village de Befandriana de larges
étendues inondables utilisées comme rizières. Il est soumis comme les fleuves précédents à
des régimes de crues importantes au cours de la saison des pluies.

2.1.5.2. Les eaux potables :

Malgré l’existence des ressources citées ci-dessus, le taux d’accès de la populations aux
infrastructures d’eau potable est encore faible dans la région sud-ouest, les débits sont très
irréguliers. Mais étant donné le climat et la nature des terrains, la principale ressource en
eau potable de la zone demeure la nappe phréatique. En milieu urbain, ce taux est de 80 à 90%
contre 25 à 30% en milieu rural.
Le tableau ci-après présente les points d’eau aménagés par les services décentralisés
(Ministère de l’Energie et des Mines - MEM) et les collectivités appuyées par ces services :

10
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 12. Répartition des sources d’approvisionnement en eau potable.

Sous-préfectures Nombre de village Puits Bornes fontaines Forages


Toliara II 23 13 105 18
Morombe 12 8 36 7
Sakaraha 5 - 49 5
Beroroha 1 - 6 1
Ankazoabo 1 - 12 1
Ampanihy - 53 17 -
Total 42 74 225 32
Source : INSTAT 2003 auprès de Service Régional de l’Hydrogéologie de Toliara

2.2. SUR LE PLAN ECONOMIQUE

2.2.1. Agriculture

L’agriculture constitue la principale activité dans la région plus particulièrement dans


les plaines alluviales. Divers produits y sont cultivés comme le riz, l’arachide, le maïs, la
canne à sucre, le manioc, le coton…
Les tonnages des productions par an sont montrés dans le tableau ci-dessous en 2010.

Tableau 13. Production en tonnes des cultures.


Sous- Canne à Patate Manioc
Région préfectures Riz Maïs Arachide sucre douce
Beroroha 14155 905 50 820 3785 2630
Morombe 47935 7550 455 13980 13885 33515
Ankazoabo 21430 2810 735 390 445 14520
Atsimo Betioky 71780 15012 1865 2200 16335 55265
Andrefana Ampanihy 4110 1105 580 310 2310 13330
Sakaraha 30720 7539 1940 3790 2165 41755
Toliary II 15295 9757 95 12690 16645 29370
Benenitra 11635 366 305 100 270 3170
TOTAL REGION (T/An) 217 060 45 044 6 025 34 280 56 840 193 555
Source : Annuaire Statistique Agricole 2009-2010

On constate que les tonnages de productions sont élevés mais à cause de l’enclavement de
la zone, on a une grande difficulté pour l’évacuation des produits. Le monopole de la collecte de
produits à prix bas serait donc favorisé. Le transport aussi est réservé par une minorité et les
échanges économiques intercommunaux sont très faibles.

11
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

2.2.2. L’élevage

Le pâturage constitue la première source de revenue de plusieurs ménages. L’élevage


extensif est développé dans les plateaux herbacés situés en hauteur ;

Tableau 14. Volumes des élevages dans la région Atsimo Andrefana


Régions Bovins Porcins Ovins Caprins
Atsimo Andrefana 1 173 690 59570 307 480 536 800
Source : Annuaire Statistique Elevage 2009-2010

On aura le même problème comme dans l’agriculture mais la différence est que l’élevage est
encore menacé par le dahalo.

2.2.3. Pêche

Il s’agit de la pêche maritime, la pêche continentale, l’aquaculture, la pisciculture et la


culture d’algues. La pêche constitue l’activité principale des villages littoraux de sud-ouest
surtout pour les villages de Toliara II. La possibilité limitée en matière d’agriculture et d’élevage,
la potentialité en ressource marine et la sécheresse de la région poussent les gens à s’orienter vers
la pêche. Pour la majorité des cas, cette activité se fait encore de façon traditionnelle ou familiale.

Les productions sont résumées dans le tableau ci-dessous :

Tableau 15. Produits marins


Produits Toliara Morombe
Poissons (kg) 2 862 809 818 060
Crevettes (kg) 930 634 14 685
Crabes (kg) 22 366 9 333
Langoustes (kg) 10 243 5 566
Poulpes (kg) 635 352 16 527
Calmars (kg) 169 962 4 352
Trépangs (kg) 65 564 43 847
Algues (kg) 1 410 320 -
Coquillages (kg) 131 411 4 500
Ailerons de requin (kg) 7 140 212
Autres (kg) 84 153 73 934
Source : Min PRH - Année 1999

12
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

2.2.4. Le tourisme

Une activité touristique balnéaire s’est développée le long du tracé de la RN 9 dans le


district de Tuléar et plus particulièrement à Ifaty ainsi que plus au Nord autour de la
localité de Morombe. Une cinquantaine d’établissements hôteliers sont déjà recensés en 2003 à
Tuléar I et II.
Ailleurs, malgré les potentialités remarquables, le tourisme demeure très peu développé et
se limite au simple passage de certains visiteurs dans les localités d’intérêt écologique
particulier.

2.2.5. Ressources minières

La région de Toliara possède un sous-sol d’une richesse inestimable, surtout dans les zones
d’Ampanihy et de Betioky sud.
La carrière de Besosa dans le sous-préfecture d’Ampanihy dissimule une grande
quantité de pierres précieuses et semi-précieuses (grenat, calcite, cipolin). D’autres produits
du sous-sol existent dans la région d’Ampanihy (jaspe, quartz, tourmaline). Par ailleurs, la
partie nord est riche en or et en pierres précieuses (Soamanonga, Lazarivo, Soaserana).
La région sud-ouest regorge de pierres précieuses dont le saphir. L’exploitation optimum
du kaolin viserait la fabrication de porcelaine.
Le marché intérieur étant faible et cela nécessiterait au préalable l’obtention des marchés
extérieurs.

2.2.6. Transport

2.2.6.1. Le transport terrestre :

L’état des routes demeure un grand problème dans cette partie de Madagascar. La
médiocrité de l’infrastructure constitue le facteur bloquant du développement de la région.

2.2.6.2. Le transport fluvial :

Les fleuves de Manombo, Fiherenana et Onilahy ont des régimes irréguliers qui ne
permettent pas la navigation sur leurs cours. Seul la Mangoky a un débit suffisant pour permettre
la navigation, mais par pirogue uniquement sur 150 km, de son embouchure à Ambohibe
jusqu’à Beroroha. Il existe des échanges de produits entre les riverains du fleuve : produits
agricoles, de pêche et produits de première nécessité.

13
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

2.2.6.3. Trafic maritime :

La région sud-ouest dispose de deux ports : le port courrier secondaire de Toliara et le port
de cabotage secondaire de Morombe. Le produits transportées sont composées principalement des
PPN dont le riz, le sucre, et aussi les zébus vers les marchés extérieures.

2.2.6.4. Trafic aérien :

Il y a six terrains d’aviation dans la zone de Tuléar dont deux seulement ouverts à un trafic
réguliers. L’aérodrome bitumé de Morombe qui mesure 1 300 x 30 mètres est doté d’une
station radar et d’un système de communication Air-Sol VHF. Il est desservi par Twin Otter de
l’air Madagascar, à une fréquence de deux fois par semaine. L’aéroport de Toliara est situé à
Ankarongana dans le Sous-préfecture de Toliara II. Il possède deux pistes bitumées de 1 500
x 30 mètres et 800 x 15 mètres pouvant accueillir les Boeing 737, les ATR42 et les Twin Otter. Il
dispose aussi des infrastructures d’aide à la navigation nécessaires au trafic de jour et de nuit : un
tour de contrôle et une station radar. Il est desservi par 13 vols par semaine en 2001: 9 vols par
Boeing 737 passant soit par Morondava, soit par Tolagnaro, 2 vols par ATR 42 et 2 vols par Twin
Otter.
Le transport aérien est une solution à l’enclavement des régions, mais la politique
des avions pleins appliqués par Air Madagascar est dictée par des considérations de
rentabilité. Il est navrant de constater que les zones très enclavée, ne soit pas desservies par Air
Madagascar.

L’étude socio-économique montre que le problème majeur de la région Atsimo Andrefana


est l’insuffisance des infrastructures routières comme, passons maintenant à l’étude du trafic.

14
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE III : ETUDE DU TRAFIC

La conception des ouvrages d’art dépend fortement de son utilisation et l’importance du


trafic.

3.1. CLASSIFICATION DES VEHICULES ET COMPTAGES DES TRAFICS

Les ministères des Travaux publics à Madagascar classent les véhicules circulant en six
catégories :
- A : Véhicules particuliers ;
- B : familiales, bâchés, minibus ;
- C : Camions et autocars de PTC < 10 T ;
- D : Camions et autocars de PTC entre 10 et 16 T ;
- E : Camions de PTC > 16 T ;
- F : Trains doubles et articulés ;
Le tableau suivant récapitule les résultats des comptages faits par LUXCONSULT en 2003 et
AIC Progetti en 2006 au poste de la Commune Befandriana Sud.

Tableau 16. Données LUXCONSULT mars 2003, actualisation des données 2003 —
données AIC Octobre 2006
Comptage Actualisation Comptage
Véhicules Mars 2003 des données en Octobre 2006 TMJ %
(LUXCONSULT) 2003
A 26 39 124 110 38
B 45 67 110 103 36
C 23 34 31 32 11
D 21 25 40 38 13
E 3 4 3 3 1
F 1 1 1 1 0
Total 119 169 309 286 100
Source : ARM.

3.2. ESTIMATION DU TRAFIC DE L’ANNEE FUTURE

L’estimation des trafics a pour but de prévoir les trafics futurs en se basant sur les données
acquises actuellement en connaissant les taux d’accroissement annuels de la prévision.
Cette projection est faite à partir de l’année 2006, et est donnée par la formule suivante :
Tn = T0 (1+α) n

15
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Avec :
- Tn : nombre de véhicules de l’année n ;
- T0 : nombre de véhicules de l’année de référence, dans notre cas l’année 2006 ;
- n : nombre d’années entre l’année de référence et l’année voulue ;
- α : taux de croissance annuel.
Dans notre projet, l’ARM considère :
 Pour les véhicules légers (V.L) : un taux d’accroissement annuel de 8 %
 Pour les poids lourds (P.L) : un taux de croissance annuel moyen de 7 %

Tableau 17. Trafic généré avec les actualisations et estimations en 2116


véhicules 2006 2016 2026 2036 2046 2056 2116
A 124 268 578 1248 2694 5816 272 770
B 110 237 513 1107 2390 5159 241 974
C 31 67 144 312 673 1454 68 193
D 40 79 155 304 599 1178 34 709
E 3 6 12 23 45 88 2603
F 1 2 4 8 15 29 868
Total 309 659 1405 3002 6416 13 725 621 116

L’analyse de ces résultats nous amène à conclure que le trafic devient plus intense en
fonction du temps et de l’année.

CONCLUSION PARTIELLE

La zone du projet est située dans la région d’Atsimo andrefana du pays. Celle-ci est
caractérisée par un taux de pauvreté supérieur à la moyenne nationale, 75% contre 69% à l’échelle
nationale en 2005. Les croissances démographiques sont considérables. Malgré à une forte
potentialité économique importante basée sur ses ressources aussi bien naturelles, cette région
peut se trouver enclavée pendant de longue période atteignant huit mois dans l’année. On a
donc besoin d’infrastructure routière tel que le pont de Befandriana Sud.
Les résultats trouvés dans l’étude du trafic aussi montrent que l’évolution du trafic est très
considérable. Ainsi pour assurer la sécurité des usagers, il sera nécessaire que l’ouvrage à réaliser
soit compatible avec l’évolution du trafic. Comme la longueur du pont est égale 150 m ainsi que
d’après la prévision du trafic, on propose un pont à 2 voies pour que l’ouvrage puisse
recevoir sans problème le trafic prévu.
On peut donc passer aux études préliminaires qui sont l’étude hydrologique, hydraulique et
la comparaison des variantes.

16
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

PARTIE II : ETUDE PRELIMINAIRE


ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE IV : ETUDE HYDROLOGIQUE

La présente étude hydrologique a pour objectifs spécifique de caractériser les données


physiques du bassin versant interceptant le pont de Befandriana Sud afin d’évaluer les apports en
vue de dimensionner l’ouvrage de franchissement pour la crue du projet.

4.1. LE BASSIN VERSANT

La délimitation du bassin versant concerné par la présente étude a été effectuée en se basant
sur la carte au 1/100 000eme de la FTM.
Le bassin versant est caractérisé par la surface, la longueur, la forme et leur pente.
La forme du bassin versant dépend du coefficient K appelé coefficient de Gravelius qui
est obtenu par la formule suivante :
P
K= (2)
2 π×S
On a K = 1,4 > 1, on peut considérer la forme du bassin versant comme allongée.
On peut donc transformer géométriquement le bassin versant en rectangle équivalent de
même surface, même périmètre et aussi même coefficient de Gravelius K. Les caractéristiques de
ce rectangle sont obtenues par les formules suivantes :
  1,12  
2
L = K S 1+ 1 -   
 1,12   K  
  
 P
l = -L (3)
 2
 ΔH
I = L


Les caractéristiques du bassin versant dans notre projet sont résumées dans le tableau suivant :

Tableau 18. Caractéristique du bassin versant de Befandriana Sud


Nom de la Surface Périmètre Longueur Altitude Altitude Dénivellation Pente
rivière du B.V du B.V maximale exutoire
(km²) (km) (km) (m) (m) (m) (m/km)

Befandriana
Sud 663 128,8 51,5 800 132,46 667,54 12,96

18
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

4.2. ESTIMATION DES DEBITS

Pour le bassin ayant des superficies dépassant la centaine de km², il est rare qu’un
phénomène pluvieux puisse intéresser la totalité du bassin versant. Les formules de transformation
pluie-débit montrent leurs limites.
Au niveau de l’ouvrage pour l’estimation des débits de crue à Madagascar, deux formules ont
été citées. Ces deux formules intègres uniquement la superficie du bassin versant et on utilise dans
notre projet.
Formule SOGREAH : Q =11.S0,8 (4)

Formule DORCSH : Q = 70.S0,5 (5)


Avec :
S : superficie du bassin versant (km²) ;
Q : débit en m3/s.

Les débits calculés par ces formules ont une récurrence supérieure à 100 ans qui est prescrit
par la norme actuelle « EUROCODE ».

Tableau 19. Calcul du débit de crue du projet


Nom de la rivière Surface du B.V SOGREAH DORSCH
km² m3/s m3/s
Befandriana 663 1989 1802

Comme il y a récurrence de 100 ans, le pont projeté au niveau de la rivière de Befandriana


Sud sera dimensionné pour un débit de 1802 m3/s d’après le tableau ci-dessus.

19
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE V : ETUDE HYDRAULIQUE

Le franchissement de cours d’eau nécessite un ouvrage hydraulique capable d’évacuer les


débits de crue estimés dans le calcul hydrologique. Le but de notre étude permet d’assurer le bon
calage de futur ouvrage afin d’éviter tout risque provoquant par la crue qui est fonction du niveau
de plus haute eau connue (PHEC) et la surélévation du niveau de l’eau au droit de l’ouvrage.

5.1. DETERMINATION DE LA COTE NATURELLE D’EAU

Pour connaitre la plus haute eau (PHE) à prendre en compte dans notre projet, il faut
déterminer la cote naturelle de l’eau, au droit du franchissement, sans l’ouvrage et pour la crue du
projet.
Cette cote peut être déterminé par enquêtes sur terrains auprès des riverains, mais à défaut
de ces données recoupées, on procède à trouver par calcul cette valeur. On peut considérer que
l’écoulement est uniforme et on procède à utiliser la méthode de MANNING STRICKLER. Elle
concerne les ouvrages en cadres ou à travées multiples.
Ce calcul est valable dans le cas où l’ouvrage encadre parfaitement un lit bien marqué.
Q = K.R 2/3 .Sm .I1/2 (6)

Q : débit de crue calculé, dans notre cas on a Q (100) = 1802 [m3/s]


K = 25 : coefficient de rugosité de MANNING STRICLER ;
R : rayon hydraulique où

S : section mouillée ;
P : périmètre mouillé ;
I : pente du lit d’écoulement 0.3 %

La méthode de calcul de la hauteur d’eau naturelle se fait par approximations successives


c’est-à-dire on change la valeur de la hauteur h jusqu’à ce qu’on atteigne la valeur du débit estimer
précédemment en utilisant la formule citée ci-dessus.

20
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Le tableau suivant nous montre ces résultats d’approximations selon la hauteur considérée.

Tableau 20. Recherche de la hauteur d’eau naturelle


H (m) S (m²) P (m) R (m) Q (m3/s)
1,00 132,00 134,5 0,98 178,53
1,50 199,50 136,7 1,46 351,47
2,00 268,00 138,9 1,93 568,64
2,50 337,50 141,2 2,39 826,26
3,00 408,00 143,4 2,84 1121,71
3,50 479,50 145,6 3,29 1453,06
3,95 544,71 147,7 3,69 1780,74
4,00 552,00 147,9 3,73 1818,83

Ces valeurs trouvées permettent de tracer la courbe de tarage (cf. annexe hydraulique) et
de fixer la hauteur h = 3,98 [m] qui évacue un débit Q = 1802 [m3/s].

5.2. SURELEVATION DES EAUX

L’ouvrage hydraulique apporte dans la plupart des cas une surélévation de la cote naturelle
de l’eau, qui est plus ou moins grande selon l’importance des perturbations que cet ouvrage apporte
à l’écoulement de la crue.
La présence des piles, des culées et des remblais d’accès rétrécit la section mouillée de
l’écoulement et qui provoque la perturbation de ce dernier. Ce rétrécissement entraine une
surélévation des eaux. En effet, on prévoit un dispositif qui annule le problème de cette
surélévation en ajoutant la côte d’eau naturelle par la hauteur de surélévation.
La surélévation des eaux est calculée par la formule :
Q2 2
VAM
Z = - α +h f (7)
2g.C2 .S02 2g
Où :
ΔZ : Surélévation de la ligne d’eau entre l’amont et l’aval de l’ouvrage (m) ;
Q2
: Perte de charge due aux caractéristiques hydrauliques ;
2g.C2 .S02
S0 : Débouché du pont correspondant au débit Q (m3/s) ; (S0 = 549,08 m2)
C: Coefficient de débit,
g: Force de pesanteur (9,81 m/s2)
2
VAM
α : Pression dynamique en amont.
2g

21
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

α: Coefficient représentant la distribution des vitesses dans la section considérée ;


VAM : Vitesse moyenne à l’amont (m/s).
Δhf : Perte de charge par frottement (m).

5.2.1. Coefficient du débit C et perte de charge

Le coefficient du débit est calculé par la formule :


C = Cc .C E .Cθ .C P .C F .C Y .C X .CS (8)

b
CC : coefficient de contraction f ( ; m)
B0
b = 12 m : largeur moyenne du remblai d’accès taluté 1/1
B0 = 150 m : débouché linéaire efficace du pont
2
T0
m = 1- : Contraction où T = K.S.R 3 ; la rivière dans notre projet ne présente qu’un
TAM
seul lit d’où T0 = TAM, en effet m = 0. On aura Cc = 1,00
CE : coefficient dû aux conditions d’entrée
On fait la construction de l’ouvrage sans mur en ail d’où CE = 1,00
Cθ : coefficient dû au biais du pont
Dans notre projet, on construit un pont droit ou 90° donc Cθ = 1,00
CP : coefficient dépendant des piles f  n P ;m 

nP = 4 ;

Diamètre de pile   0.75 m


B0=150 m
m=0
Lecture sur abaque CP = 1,00
CF : coefficient dépendant du nombre de FROUDE
Q
Fr = (9)
SAV g.YAV

SAV ; YAV : la section de l’écoulement et la profondeur moyenne à l’aval.


Dans notre projet on aura SAV = S0 = 549,08 [m²] et YAV = h = 3,98 [m]
Où Fr = 0.53 et l’abaque donne CF = 1,01
CY : coefficient dû à la profondeur relative de l’eau ;
y a +y b h
On a y = = où y = 0,03 où CY = 1,00
2.B0 B0

22
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Cx : coefficient dû à l’excentricité du pont par rapport à l’écoulement majeur


On projette l’ouvrage sans excentrement d’où CX = 1,00
CS : coefficient dû à la submersion de l’ouvrage
Notre ouvrage à construire n’est pas submersible donc CS = 1,00
D’où le coefficient de débit C  1,01

 La perte de charge Q 2 /(2g.C 2 .S02 ) = 0,54 [m]

 La hauteur d’eau correspondant à la pression dynamique en amont


 .(VA M 2 )/2g = 0,56 [m]
Q
Où : VAM =  3, 3 m / s et 1 c’est-à-dire que la vitesse d’écoulement est homogène.
S

5.2.2. Perte de charge résultant du frottement

Q 2 Q
H f = L AM ( ) + b ( )2 (10)
TAM T0
Où LAM = B0 = 150 [m] : distance entre l’ouvrage et une section suffisamment loin des
perturbations provoquées par l’ouvrage.
b = 12 [m] : largeur moyenne des culées
TAM = T0 = K.S.R2/3
On aura H f = 0,49 m

Où :
ΔZ = 0,47 m

5.3. DETERMINATION DE LA PLUS HAUTE EAU CONNUE (PHEC)

On a PHEC = h+Z (11)


Et PHEC = 4,45 m

5.4. HAUTEUR SOUS-POUTRE HSP

On a HSP = PHEC+Tirant d'air (12)


Pourtant, on a une zone d’écoulement qui est libre avec une longueur du pont Lp = 150 m, un tirant
d’air 1,5 [m] est suffisant.
Ou HSP = 5,95 m

23
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

5.5. PROFONDEUR D’AFFOUILLEMENT

Les premières causes de destruction de l’ouvrage et presque tous les accidents survenus
sont liés par le problème d’affouillement. Il faut donc prendre des mesures pour la sécurité de
l’ouvrage et surtout pour les usagers.
Le calcul de profondeur d’affouillement est donné par la relation :
H L = H R +H N +H LC (13)
HR : Profondeur due à la réduction de la section du cours d’eau par la présence de remblai
d’accès ;
HN : Profondeur normale d’affouillement ;
HLC : Profondeur d’affouillement due à la présence de la pile.

5.5.1. Profondeur due à la réduction de section

Dans notre projet, nous n’avons pas de réduction de section d’où HR = 0

5.5.2. Calcul de la profondeur normale HN d’affouillement

Compte tenu de la dimension caractéristique des matériaux de fond, nous utiliserons les
formules relatives aux lits à sédiments fins.
On a D 0 = 0,48.Q 0,36
0 (14)

D0 : profondeur moyenne de l’écoulement ;


Q0 : débit du projet.
Cette équation représente la variation maximale de profondeur moyenne de l’écoulement
à plein débit.
A1
Et H N = D0 - (15)
Bm
A1 : section mouillée [m²] correspondant au PHE de projet et ne tenant pas compte de la
profondeur HN ;
Bm : largeur au miroir [m] du lit mineur de la rivière correspondant à la crue du projet.
Avec A1 = 549,08 m² ; Bm = b + 2mh = 145 m ; D0 = 7,13 m

Et HN = 3,35 m

24
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

5.5.3. Profondeur d’affouillement due à la présence de pile

H LC =1,4 P
P : largeur de la pile projetée sur un plan perpendiculaire à l’écoulement ; et P = 1 m
Où HLC = 1,4 m
La profondeur totale d’affouillement HL = 4,75 m

5.5.4. Protection de la pile contre l’affouillement

Les procédés recommandés dans notre ouvrage consistent à déverser des blocs
d’enrochement dans la fosse d’affouillement. On utilise dans ce cas des roches résistant aux
désagrégations et aux altérations et leurs dimensions sont données par la formule d’IZBASH :
ρ.V 2
d= (16)
0.72.g.(ρs -ρ)
d : Diamètre de l’enrochement ;
: Masse volumique de l’eau 1000 [kg/m3] ;
: Vitesse de l’écoulement en crue 3,3 [m/s] ;
: Masse volumique de l’enrochement 2650 [kg/m3]
g : Accélération de pesanteur 9,8 [m/s2]
On trouve
d = 0,92 m

L’élaboration des études hydrologiques et hydrauliques sur les régimes des eaux à transiter
à travers l’ouvrage projeté pendant la période la plus défavorable en l’occurrence celle des crues
ne seraient qu’un atout pour assurer un bon fonctionnement et une durabilité souhaitable du projet.

25
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE VI : ETUDE DE LA VARIANTE PRINCIPALE

Ce chapitre présente les différents ouvrages techniquement possibles pour franchir la


rivière de Befandriana Sud en fonction du contexte du projet (hydraulique, géotechnique,…) et
d’apercevoir la variante retenue en fonction des critères suivants :

- Présentation générale de la variante ;


- Efforts dans la structure ;
- Efforts dans les fondations ;
- Intégration dans le paysage ;
- Construction ;
- Quantité de matériaux.

L’analyse des points de comparaison aboutit au choix de la solution structurale retenue. Trois
variantes seront donc présentées :

- Pont à poutres en béton précontraint ;


- Pont suspendu ;
- Pont bipoutres mixte acier béton.

6.1. PONT A POUTRES EN BETON PRECONTRAINT

35 m 40 m 40 m 35 m

Figure 2. Pont à poutres en béton précontraint

6.1.1. Présentation générale

Le pont à poutres en béton précontraint étudié est de type VIPP de portée de 150 m. La
portée est composée de quatre (04) travées indépendants, dont deux travées de rive de portée 35
m et deux travée centrale de 40 m. Les poutres ont une hauteur de 1,70 m. Les piles et les culées
sont fondées sur des pieux forés reliés par une semelle de liaison. Les piles en BA sont constituées
de 3 fûts reliés en tête par un chevêtre.

6.1.2. Efforts dans la structure

La hauteur des poutres étant de 1,70 m pour une portée de 40,00 m, l’élancement est donc proche
d’environ 1/20. Ceci est raisonnable pour ce type d’ouvrage, les efforts dans la structure peuvent
alors être considérés comme raisonnables.

26
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

6.1.3. Efforts dans les fondations

L’utilisation de 2 piles entre les culées répartit au mieux les charges verticales entre ces
appuis. Les pieux descendus jusqu’au substratum confèrent une très grande portance; ainsi les
fondations sont sollicitées raisonnablement.

6.1.4. Intégration dans le paysage

Ce type de construction s’adapte bien à la majorité des sites; en effet, les poutres sous-
chaussées ne perturbent pas la vue. Cependant, il parait trop sobre pour un environnement
chaleureux et dynamique tel que Befandriana Sud.

6.1.5. Construction

Les poutres sont préfabriquées et le hourdi coulé sur place. La difficulté réside dans la réalisation
et la manutention des poutres qui doivent être réalisées avec beaucoup de précautions: les
entreprises d’exécution sont rares à Madagascar.

6.1.6. Quantité de matériaux

La quantité de matériaux utilisés pour la structure reste raisonnable. Ce sont les pieux forés qui
nécessitent un volume élevé de béton.

6.2. PONT SUSPENDU

40 m 90 m 40 m

Figure 3. Pont suspendu

6.2.1. Présentation générale

Le pont suspendu ou à précontrainte extérieure étudié a une portée totale de 170m. Une
nouvelle fois, la portée est divisée en trois parties, deux travées de rive de 40 m et une travée
centrale de 90 m.
Les ponts suspendus sont en réalité des ponts en arc qui sont inverses, et dont la solidité
dépend de la « traction » et non plus de la « poussée ». Le principe des ponts suspendus est de
maintenir le poids du tablier par deux câbles porteurs.

27
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

6.2.2. Efforts dans la structure

La hauteur statique de la structure au niveau de la fondation est de 40 m vis-à-vis d’une


portée de 170 m. L’élancement global est par conséquent de plus de ¼. Par contre la dalle de
roulement est mince, le tablier étant suspendus. La hauteur statique de l’ouvrage étant important,
les efforts dans les piles sont assez faibles. Le tablier est globalement comprimé par le câble ancré
à ses deux extrémités, demandant plusieurs mois ainsi que la fermeture du pont durant ce délai.

6.2.3. Efforts dans les fondations

Les fondations sont sollicitées de manière très raisonnable. Les culées ne sont quasiment
pas sollicitées, tout le tablier étant supporté par le système suspendu.

6.2.4. Intégration dans le paysage

Les pylônes du pont dépassent seulement de 20m la ligne du tablier. Ceci permet à
l’ouvrage de ne pas prendre trop d’importance dans le paysage, toutefois, l’intégration est moins
naturelle que pour les ponts à structure porteuse inférieure.

6.2.5. Construction

Des fondations profondes contre un glissement généralisé de la zone d’appuis doivent être
envisagées. Le tablier ne peut être construit que sur cintre. En effet, l’ancrage des câbles
porteurs provoquant la compression généralisée du tablier ne peuvent se faire qu’une fois le
tablier entièrement construit. Cette construction est par conséquent très défavorable dans ce site
de construction.

6.2.6. Quantité de matériaux

La quantité de matériaux est faible, les pylônes étant peu sollicités et le tablier mince.

6.3. PONT BIPOUTRE MIXTE ACIER BETON

45 m 60 m 45 m

Figure 4. Pont bipoutre mixte

28
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

6.3.1. Présentation générale

Le pont étudié a une portée totale de 150 m comportant trois (03) travées continues dont
deux (02) travées de rive de 45 m et une (01) travée centrale de 60 m. Le tablier repose directement
sur le poutre et relié avec des connecteurs.

6.3.2. Efforts dans la structure

La hauteur de poutre est de 2,100 m dans tout l’ouvrage c’est-à-dire un élancement d’ordre de 1/28
de chaque travée. Ceci est raisonnable pour ce type d’ouvrage donc les efforts dans la structure
sont considérées comme raisonnables.

6.3.3. Efforts dans les fondations

L’utilisation de deux (02) piles entre les culées répartit au mieux les charges verticales entre ces
appuis et les fondations sont sollicitées raisonnablement.

6.3.4. Intégration de paysage

Ce type de construction s’adapte à la majorité des sites et les poutres sous-chaussées ne perturbent
pas la vue.

6.3.5. Construction

Les poutres sont préfabriquées et les hourdis coulés sur place.

6.3.6. Quantité de matériaux

La quantité des matériaux utilisés dans ce type de structure reste raisonnable.

6.4. ANALYSE DE LA VARIANTE

Les analyses des variantes proposées ci-dessus permettent de tirer la variante principale à
partir du tableau des comparaisons suivant :

29
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 21. Tableau synoptique pour la comparaison de variante


Variante Pont en béton précontraint Pont suspendu Pont bipoutres mixte
Efforts dans la structure favorable favorable moyen
Efforts dans les fondations moyen favorable favorable
Intégration de paysage moyen défavorable favorable
Construction favorable pas envisageable favorable
Quantité de matériaux moyen favorable défavorable
Conclusion envisageable abandonnée envisageable

Après comparaison, à part du pont à poutres en béton précontraint, le pont bipoutre mixte
est aussi envisageable. Pour le choix final de la variante retenue, on insiste du point de vue
« esthétique». Le pont bipoutre peut prendre plusieurs formes qui ne perturbent pas le vue alors
que le pont à poutres en béton précontraint ne l’est pas. Le pont bipoutre mixte est donc adopté et
qui est le seul dans la suite de l’étude.

30
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

PARTIE III : PREDIMENSIONNEMENT ET CALCUL DE


STRUCTURE
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE VII : HYPOTHESES DES CALCULS ET


PREDIMENSIONNEMENTS

7.1. HYPOTHESES DES CALCULS

Ce projet est réalisé intégralement par la norme « EUROCODE ».

7.1.1. Principaux normes utilisés

Les principaux Eurocodes utilisés sont résumés dans le tableau suivant

Tableau 22. Les normes utilisées


Normes Titres Référence Indice
Eurocode 0 Base de calcul de structure
Annexe A2 Application aux ponts NF EN 1990 P 06 101
Eurocode 1 Actions sur les structures
Partie 1-1 charges permanentes NF EN 1991-1-1 P06-111-1
Partie 1-4 Vents NF EN 1991-1-4 P06-114-1
Partie 1-5 Actions thermiques NF EN 1991-1-5 P06-115-1
Partie 1-6 Actions en cours d'exécution NF EN 1991-1-6 P06-116-1
Partie 1-7 Actions accidentelles NF EN 1991-1-7 P06-117-1
Partie 2 Actions sur les ponts dus au trafic NF EN 1991-2 P06-120-1
Eurocode 2 Structures en béton
Partie 1-1 Règles générales pour le béton NF EN 1992-1-1 P18-711-1
Eurocode 3 Calcul de structure en acier
Partie 1-1 Règles générales acier NF EN 1993-1-1 P22-311-1
Partie 1-5 Plaques raidies NF EN 1993-1-5 P22-315
Partie 1-8 Assemblages NF EN 1993-1-8 P22-318-1
Partie 1-9 Fatigue NF EN 1993-1-9 P22-319-1
Partie 1-10 choix de qualité d'aciers NF EN 1993-1-10 P22-380-1
Partie 1-11 Câbles NF EN 1993-1-11 P22-381-1
Partie 2 Ponts métalliques NF EN 1993-2 P22-320
Eurocode 4 Calculs des structures mixtes aciers-béton
Partie 2 Ponts mixtes NF EN 1994-2 P22-420-1
Eurocode 7 Géotechniques
Annexe C3 Essai pressiométrique, pieux NF EN 1997-2 P94-252-1

7.1.2. Phasage de construction

Les hypothèses prises en ce qui concerne les phases de construction sont importantes pour
toutes les vérifications effectuées au cours du montage de la structure en acier du tablier et pendant
le coulage du béton. Elles sont également nécessaires pour la détermination des valeurs des
rapports modulaires acier/béton. Enfin, les phases de construction doivent normalement être
prises en compte pour le calcul des sollicitations exercées dans le tablier. (EN 1994-2, 5.4.2.4)

32
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Le mode de construction est le suivant :


- Lançage de la charpente métallique dans les deux côtés ;
- Coulage des segments de dalle par pianotage (dalle coulée sur place) ;
La longueur totale de 150 m a été divisée en 15 segments identiques de longueur 10 m. Ces
segments sont coulés dans l'ordre indiqué dans la figure à l’annexe de phasage de construction.
Le temps nécessaire au coulage de chaque segment de dalle est évalué à 3 jours. Le premier jour
est consacré au coulage du béton, le second à sa prise et le troisième au déplacement du coffrage
mobile. La dalle est ainsi achevée dans un délai de 45 jours. (EN1994-2, 6.6.5.2(3)).
- Mise en place des superstructures.
On suppose que l’installation est achevée dans un délai de 30 jours de sorte que le tablier est
entièrement construit à la date t =75 jours (cf. Annexe phasage de construction)

7.1.3. Matériaux utilisés

7.1.3.1. Acier de charpente : EN 1993-1-1 2 § 3.2(2))

L'acier de charpente est de nuance S355. La limite d'élasticité des tôles dépend de leur épaisseur,
- Poids 77.0 kN/m3;
- Le module d'élasticité pour l’acier est pris égal à : Ea = 210 000 MPa
- Module de cisaillement G=81 000 MPa ;
- Coefficient de Poisson : = 0.3.

Figure 5. Limite d'élasticité en fonction de l'épaisseur, selon la norme EN10025-3.

33
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 23. Précisions selon la figure 3


t (mm) ≤16 >16 <40 <63 <80
≤ 40 ≤63 ≤80 ≤100
fy (MPa) 355 345 335 325 315
fu (MPa) 470 470 470 470 470

7.1.3.2. Armatures passives (EN1992-1-1, 3.2 + annexe C)

Les barres d'armature en acier utilisées dans ce projet sont des barres à haute adhérence de
f
classe B possédant une limite élastique f sk =500 MPa ; la valeur de calcul est f sd = sk ; γs =1,15
γs
coefficient de sécurité.

7.1.3.3. Béton (EN1992-1-1, 3.1.2, tableau 3.1)

Le béton normal de classe C35/45 est utilisé pour la dalle en béton armé. Les principales
caractéristiques mécaniques sont les suivantes :
- Classe d’exposition du tablier XC3 ;
- Résistance caractéristique en compression sur cylindre à 28 jours f ck  35 MPa ;

- Valeur moyenne de la résistance à la compression f cm  f ck  8  43 MPa ;

- Valeur moyenne de la résistance à la traction f ctm  0,30.f ck 2 / 3  3, 2 MPa ;

- Fractile 5% de la résistance à la traction f ctk, 0.05   2, 2 MPa ;

- Fractile 95% de la résistance à la traction f ctk, 0.95  4, 2 MPa ;

Module d’élasticité E cm  22000  f cm / 10 


0,3
-  34077 MPa .

7.1.3.4. Connecteurs

Goujons ∅ 22 mm réalisés à partir d’un acier de nuance S235 J2G3 suivant norme NF
EN 10025 de σ rupture = 450 MPa et σ élastique = 350 MPa. On dispose transversalement 4 files de
goujons par poutre.

7.1.3.5. Conventions de signes

- Les contraintes de compression sont positives.


- Un moment positif tend la fibre inférieure et comprime la fibre supérieure.

34
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

7.1.3.6. Module d’élasticité (EN1994-2, 3.2(2))

Dans l'EN1992-1-1, le module élastique pour l'acier des armatures est Es = 200 000 MPa.
Cependant, par souci de simplification par rapport au module utilisé pour l'acier de construction,
l'EN1994-2 autorise l'utilisation de Es = Ea = 210 000 MPa , ce qui sera le cas dans notre projet.

7.2. PREDIMENSIONNEMENT DE LA CHARPENTE

La longueur totale de l’ouvrage est de 150 m donc l’ouvrage sera à travées multiples qui
peuvent être soit continus ou en une série des travées indépendantes. Cette dernière solution peut
permettre un investissement initial plus faible, mais elle exige la réalisation de joints au niveau de
tous les appuis et les coûts de maintenance de ces joints entraînent un coût final du cycle de vie
plus élevé. En outre, il est moins confortable de rouler sur une série de travées simples. En
conclusion, un pont continu est préférable.

Figure 6. Coupe transversaux du pont mixte

7.2.1. Hauteur des poutres

L’ouvrage comporte trois travées continues dont (02) travées de rive de longueur d’ordre
de 0.75L de travée centrale.
On considère des poutres métalliques de hauteur constante. Les changements d'épaisseurs
des semelles se font vers l'intérieur des poutres.
La hauteur des poutres métalliques dépend des portées et de la largeur de l'ouvrage.
L B
0,45
L ref 
h p = max  ref   ; 0,40+  (17)
 28  12  35 

2Lcentre +1,25Lrive
Avec L ref =
3
Les poutres sont des profils reconstituées soudés (P.R.S)

35
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

7.2.2. Entraxe des poutres

Pour un ouvrage à entretoises on prendra Lentraxe = 0,5 à 0.55B, avec B la largeur de l'ouvrage

7.2.3. Semelle

7.2.3.1. Largeur de la semelle inférieure

La largeur de la semelle inférieure et supérieure est constante sur tout l’ouvrage. La largeur
de la semelle inférieure est obtenue par :
 B L  B 
bi =  0,25+ + ref  0,92+  (18)
 40 125  150 

7.2.3.2. Largeur de la semelle supérieure :

Les semelles supérieures sont plus étroites car d'une part il n'y a pas de risque de
déversement en service (dalle connectée), et d'autre part les aciers passifs de la dalle sont proches
et contribuent à la résistance de la section. Pour la largeur du tablier inférieure à 15 m, on a
bs = bi -10 à 20 cm (19)

7.2.3.3. Epaisseur des âmes et semelles :

Tableau 24. Dimensionnement des épaisseurs d’âme et semelle


Sur appui En travée
Semelle On prend la même épaisseur la semelle A cause des problèmes de fatigue on ne
inferieur et supérieur descendra pas en dessous de 25 mm pour
bi t fi et de 40 mm pour t fs
t fi = t fs =
10
Ame 25  t w  28 mm 16  t w  18 mm

7.2.4. Eléments transversaux

On choisira un bipoutre à entretoises, qui consomment moins d'acier et est plus économique
et les entretoises sont généralement espacées de 6 à 8 m et qui sont constituées de profilés laminés
(IPE ou HEA) de 400 à 700 mm de hauteur. Les entretoises sur appuis sont des PRS (poutres
reconstituées soudées) de plus grandes dimensions. Les entretoises sont soudées aux semelles des
montants verticaux des âmes des poutres principales.
On adopte donc dans ce projet de l’IPE 600 A espacé de 7,5 m.

36
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

7.3. PREDIMENSIONNEMENT DE LA DALLE

La dalle est modélisée comme étant un rectangle unique dont l'épaisseur est obtenue à partir
des formules donné ci-dessous.

Tableau 25. Formule de predimensionnement de la dalle


Au centre de la dalle Au niveau de la poutre
Lentraxe (B - Lentraxe )
e = 0,12+ (20) e = 0,13+ (21)
50 26

On retiendra la valeur moyenne pour le projet à


 L B - L entraxe 
e = 0,5. 0,12+ entraxe + 0,13+  (22)
 50 26 

7.3.1. Aciers passifs

On considèrera que les aciers passifs longitudinaux représentent 1.30% de l’aire de la dalle
dans les sections près des piles, et 1.00% de l’aire de la dalle dans les sections à mi- travée (la
moitié en nappe supérieure, et la moitié en nappe inférieure). On considèrera une distance de 4 cm
entre la fibre extrême du béton et l’axe des aciers passifs (lit supérieur et lit inférieur). On a donc
enrobage + 0.5 = 4 cm.

7.3.2. Tonnage total de charpente

Le tonnage total de charpente peut être estimé à partir des expressions ci-dessous. Les
valeurs comprennent le poids des poutres principales, le poids des éléments transversaux
(montants, entretoises ou pièces de pont), et des éventuels raidisseurs supplémentaires.
 B
P = 63+0,9.L1,2
ref .  1,34 -  + 0,25.L ref (23)
 40 
Les résultats des predimensionnements sont résumés dans le tableau ci-dessous :

Tableau 26. Predimensionnements des charpentes métalliques


Désignations Symboles Valeurs Unités
Hauteur hp 2100 mm
Largeur des Supérieure bs 830 mm
semelles Inférieure bi 930 mm
Poutres
Epaisseur des Sur appui tfs, tfi 93 mm
semelles En travée tfs, tfi 40 mm
Epaisseur des Sur appui tw 26 mm
âmes En travée tw 18 mm

37
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 27. Prédimensionnements de la dalle


Au centre de la dalle eC 0,22 m
Dalle Epaisseur de la Au niveau des poutres ep 0,29 m
dalle Dalle de calcul E 0,25 m
Armatures Sections près des piles A 0,030 m²
passives Sections à mi- travée A 0,023 m²
Tonnage de la charpente T 211 kg/m²

Tableau 28. Caractéristiques des entretoises (IPE 600)


Désignations Symboles Valeurs Unités
Hauteur h 600 mm
Largeur semelle b 220 mm
Epaisseur semelle tf 19 mm
Hauteur d’âmes d 514 mm
Epaisseur d’âmes tw 12 mm
Rayon de courbure r 24 mm
Masse par mètre linéaire P 122,4 kg/m
Aire de la section A 156 cm²

7.4. CARACTERISTIQUES DE LA POUTRE POUR UNE TRAVEE

Pour la portée considérée, les épaisseurs de tôle varient le long de l'ouvrage (épaisseur de
la semelle inférieure, de la semelle supérieure et de l'âme).
Pour limiter les problèmes de fatigue, on limitera les variations d'épaisseur dans les
semelles : tf,max ≤ 1.5 tf,min.
Les changements d’épaisseurs se feront selon le schéma ci-dessous.

Figure 7. Schéma présentant les variations d'épaisseur de la membrure inférieure des


poutres dans la travée principale

Tableau 29. Variations des épaisseurs des âmes et semelles


Dimensions Travée de rive Travée centrale
Longueur (mm) 5 000 10 000 15 000 5 000 10 000 30 000
Semelle (mm) 93 70 40 93 70 40
Variations hw (mm) 1914 1960 2020 1914 1960 2020
Epaisseur de tw (mm) 26 22 18 26 22 18

38
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE VIII : EVALUATION DES CHARGES

8.1. CHARGES PERMANENTES ET CLIMATIQUES

8.1.1. Charges permanentes

Les charges permanentes sont constituées par le poids propre de la charpente, poids de la
dalle en béton et les superstructures.

8.1.1.1. Charpente métallique

Le poids des éléments transversaux (montants + entretoises) et celui des connecteurs sera
modélisé par une charge verticale uniformément répartie sur une poutre principale. La valeur de
cette charge est calculée à partir du métré global de la charpente.
Le poids des éléments transversaux sur appuis est sans influence sur les résultats
de flexion longitudinale. Il joue néanmoins sur la valeur des descentes de charge sur les
culées et sera donc modélisé (y compris le poids des débords de dalles et d’équipements au
niveau des culées).

Tableau 30. Poids propre de la charpente métallique.


Description Section1 Section2 Section3
Poutres 16,44 12,84 8,22
Entretoises 0,34 0,34 0,34
Connecteurs 0,06 0,06 0,06
TOTAL (KN/ml) 16,84 13,24 8,62

8.1.1.2. Dalle en béton

Le béton est considéré avec une densité de 25,00 kN/m3 et un coefficient de


majoration/minoration de 1/1.

Tableau 31. Poids propre de la dalle


DENSITE 25 KN/m3
LARGEUR 4,5 m
EPAISSEUR 0,25 m
TOTAL 28,13 KN/ml

39
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

8.1.1.3.Superstructures (EN 1991-1-1 Annexe A Tableau A.6 et EN 1991-1-1 § 5.2.3)

Les poids volumiques sont définis dans l’Eurocode 1 et les charges sont pondérées avec des
coefficients de pondérations.

Tableau 32. Poids propre de la superstructure


Densité
Epaisseur Largeur charges charges
Désignations (kN/m3) ou Pondérations
(m) (m) (kN/ml) considérés
(kN/m)
Chape 1,2 4,32
25 0,03 4,8 4,32
d'étanchéité 0,8 2,88
Couche de 1,4 9,41
24 0,08 3,5 9,41
roulement 0,8 5,38
Trottoir 24 0,15 1 1 3,6 3,6
Longrine pour
25 0,2 0,25 1 1,25 1,25
BN4
Barrière BN4 0,65 1 0,65 0,65
19,23
TOTAL (kN/ml) 19,23
13,76

8.1.2. Les charges climatiques

Les effets du vent sont négligés pour la flexion longitudinale de l’ouvrage en service
compte tenu de portées envisagées et de la hauteur du pont. Par contre l’impact du vent est
considérer sur le dimensionnement des piles et culées.

8.2. CHARGES D’EXPLOITATIONS

8.2.1. Surcharges dues au trafic

L’Eurocode mentionne trois paramètres caractérisant les trafics :

8.2.1.1. Classe de trafic

L’Eurocode définit trois classes de trafic selon la nature de celui-ci :

- 1ere classe : elle couvre les effets d’accumulations possibles de véhicules lourds sur
l’ouvrage, compte tenu de la composition du trafic sur itinéraire correspondant. Elle doit être
adoptée pour des ouvrages destinés à supporter une grande proportion des véhicules se rapportant
à des activités utilitaires lourdes (industrielles, agro-alimentaires ou forestières).

40
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

- 2eme classe : elle couvre les effets d’accumulations de véhicule comme la première classe,
mais pour les compositions de trafic les plus courantes sur les réseaux routiers et autoroutiers.
- 3eme classe : elle concerne la présence de véhicules lourds probable, mais en petit nombre
ou occasionnelle rendant peu probable la présence simultanée sur l´ouvrage de multiples véhicules
de ce genre avec des caractéristiques sévères.
Dans le présent projet donc, on installera dans la classe 2
Les coefficients d’ajustement valent :

Tableau 33. Coefficient d’ajustement


Classe de trafic Q1 Qi (i≥2) q1 qi (i≥2) qr
2 0,90 0,80 0,70 1,00 1,00

8.2.1.2. Largeurs de la chaussée et découpage de la voie

En ce qui concerne l’EN 1991-2, l’article 4.2.3 (2) nous indique que lorsque la largeur de
la chaussée est supérieure à 6 m, le nombre de voies conventionnelles est égal à la partie
entière du quotient par 3 de la largeur totale, et la largeur d’une voie est de 3 m. La largeur restante
constitue l’aire résiduelle :

Tableau 34. Découpage de la voie


Largeur de la Nombre des voies Largeur d’une voie Largeur d’aire
chaussée « w »(m) (m) résiduelle

w1  5,4 n=1 3 3
5,4  w1  6 w1 0
n=2
2
6  w1 w1 w1 - 3.n1
n1 =E(
) 3
3
w w
Où E( 1 ) désigne la partie entière de 1
3 3
Selon ce tableau, les caractéristiques de la voie dans notre projet sont résumées dans le tableau suivant :

Tableau 35. Caractéristique de la voie


Largeur de la Nombre de voie Largeur de la voie Largeur de l’aire
chaussée w (m) (m) résiduelle (m)
7 2 3 1

8.2.1.3. Modèles des charges (EN 1991-2 § 4.3.2)

Quatre modèles des charges verticales sont définies dans l’Eurocode suivant les effets du trafic :

41
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 36. Modèles des charges de trafic


Types Nécessités
Modèles
Charges concentrées TS Uniformément réparties UDL
LM1 Vérifications générales
Couvrant la plupart des effets du trafic de camions et de
et locales.
voitures
Charge d´essieu unique appliquée à des surfaces spécifiques
LM2 Vérifications locales.
de contact des pneumatiques
Série d´ensembles de charges d´essieu représentant des
LM3 Vérifications générales
véhicules spéciaux (ex transport industriel)
et locales.
Chargement de foule
LM4 Vérifications de situation
critique non prise en
compte dans LM1
TS: Tandem System; UDL: Uniformly Distributed Load

a. Modèle LM1

Le système LM1 modélise les situations de trafic fluide, d’encombrement et de congestion


en présence d’un pourcentage important de poids lourds.
 Les charges UDL
Les charges réparties UDL ne sont appliquées que sur les parties défavorables qui
est dans le sens transversal puisque la voie dont l’emplacement est le plus défavorable est la
plus chargée. Ce système dépend de la classe de trafic et de la voie la plus chargée :
UDL = αq.qk (24)

 Les charges TS:


Le modèle TS est un système de charges concentrées à double essieu, chaque essieu ayant pour
poids :
TS = αQ.Qk (25)

Tableau 37. Charge relative au convoi LM1


voie 1 voie 2 aire résiduelle
0,90 0,80 0
0,70 1,00 1,00
Largeur (m) 3,00 3,00 1,00
(kN) 300 200
(kN/m²) 9 2,5 2,5
TS (kN) 270 160 0
UDL (kN/m²) 6,3 2,5 2,5
UDL (kN/ml) 18,90 7,50 2,50

42
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Figure 8. Modèle de charge LM1

 Positionnement des voies de circulation dans notre projet


La position des charges UDL et TS du modèle LM1 longitudinalement et
transversalement est telle qu’on obtient l’effet la plus défavorable de la poutre maîtresse
étudiée.

Figure 9. Positionnement des voies pour le calcul de la poutre gauche

On utilise une ligne d'influence transversale rectiligne (cf. Figures 9 et 10) en supposant
qu'une charge verticale introduite dans le plan de l'âme d'une poutre principale est entièrement
supportée par cette poutre. Les parties défavorables de chaque ligne d'influence longitudinale
sont alors chargées selon la distribution transversale des charges verticales de trafic UDL et TS
entre les deux poutres principales.

Figure 10. Charges du système TS sur le tablier du pont bipoutre

43
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Figure 11. Répartition transversale des charges UDL sur le tablier du pont bipoutre

Les réactions valent :


TS : R1 =292 kN; R 2 =138 kN

UDL : R1 = 25,70 kN/ml ; R 2 =5,50 kN/ml

b. Modèles LM2

Ce modèle consiste en une charge d´essieu unique βQQak, Qak étant égal à 400 (kN)
majoration dynamique comprise, qu´il convient d´appliquer en un point quelconque de la chaussée.
Il n’y a pas de spécification différente donc on prend βQ égal à αQ1 selon l’Eurocode.
D’où
β Q .Q ak = 0.9×400 = 360 kN

8.2.2. Actions sur les trottoirs

Pour les ponts routes avec trottoirs ou pistes cyclables, il n´y a lieu de considérer que la valeur de
q fk = 5 kN/m²

8.2.3. Charges thermiques

8.2.3.1. Retrait du béton (EN 1992-1-1 § 3.1.4(6))

La déformation totale du retrait se compose de la déformation due au retrait de dessiccation qui


traduit une évaporation progressive de l’eau contenue dans le béton et de la déformation due au
retrait endogène qui traduit la poursuite de l’hydratation de ciment après la prise. A court terme,
pour les ponts mixtes, s’ajoute le retrait thermique qui traduit la différence de température entre le
béton et la charpente métallique lors du coulage.

A court terme : εcs ( t) = εca ( t) + εcd ( t) + εth (26)

A long terme : εcs (¥) = εcd (¥) + εca (¥) (27)

44
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

a. Retrait à la mise en service (court terme)

 Retrait endogène (NF EN 1992-1-1 §3.1.4(6))


Le calcul du retrait endogène nécessite de connaître l’âge du béton à l’instant tini considéré. A
cet instant, chaque plot a un âge différent. Pour simplifier, on considère l’âge moyen de tous les
plots calculés en tenant compte du phasage de construction.
Dans notre cas, t = 55,5 jours (cf. Annexes phasage de construction)

ε ca ( t ) = β as ( t ).ε ca (¥) (28)

(-0.2 t ) ü
ï
β as ( t ) =1- e =0,775 ï
ï
ý  ε ca ( t ) = 4,84.10
-5
-5 ï
ε ca (¥) =2,5.(f ck -10).10 =6,25.10 ï
-6
ï
þ
 Retrait de dessiccation (NF EN 1992-1-1 Annexe B2)
ε cd ( t ) = β ds ( t, t s ).K h .ε cd,0 (29)

Age ts du béton quand le retrait de dessiccation commence : 1 jour (EN 1994-2 5.4.2.2 (4))
é æ f ö÷ ù
ê çç ÷ú
ê çç -α . cm ÷÷ ú
ê çç ds,2 f ÷÷ ú
ε
cd ,0 (
ê
= 0,85 . ê 2 2 0+ 1 10 .α
ê d s,1
.e
è
) cm ,0 ÷ø ú -6
ú .1 0 . β R H = 2 ,5 3.10
ú
-4 (30)
ê ú
ê ú
ê ú
ë û
é RH 3 ùú
Où β RH = 1,55. ê1 - ( ) = 0,756 (31)
ê RH ú
ë 0 û
Avec RH = 80 % (par hypothèse) et RH0 = 100 % humidité relative.
t - ts
β ds ( t,t s ) = = 0,113 (32)
( t - t s ) +0,04. h 30
A c 2.2,25
Avec h 0 =2. = = 484mm
u 9,3
Ac aire de la dalle en béton et u le périmètre du tablier.
La valeur de Kh dépend du rayon moyen h0. Comme h0 = 484 mm, on procède à l’interpolation
linéaire et on aura Kh = 0.704
Et ε cd ( t ) = 2,013.10-5

 Retrait thermique : (NF EN 1994-2 §7.4.1(6) + NA)


T
ε th = α th . (33)
2
αth =10-5 / C : Coefficient de dilatation thermique

45
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

T = 20°C : Différence de température recommandée


20
ε th =10-5 . =10-4 /°C
2
Bilan des retraits à la mise en service :
ε cd + ε ca + ε th =1,68×10-4

b. Retrait au temps infini (long terme)

 Retrait endogène :
εca (¥) = 2,5.(fck -10).10-6 = 6,25.10-5
 Retrait de dessiccation :
εcd ( t) = βds (¥, ts ).Kh .εcd,0 = 1´0.704´2.53´10-4 = 1,78´10-4
 Bilan des retraits à temps infini :

ecs (¥) = ecd (¥) +eca (¥) = 2,41´10-4


Appliqué à la totalité de la dalle, après achèvement des phases de bétonnage

c. Actions dues aux retraits

L’action du retrait est introduite sur le modèle filaire sous la forme d’un effort normal :
Nb = Ecm.εcs.Ab (34)

Cet effort est appliqué au centre de gravité de la dalle en béton et se ramène au niveau du

centre de gravité de la section mixte à l’effort normal Nb et au moment fléchissant Mb = Nb.Zb


Zb est la distance entre la centre de gravité mixte et le centre de gravité de la dalle.

8.2.3.2. Fluage du béton – coefficient d’équivalence

a. Généralités

Le fluage est la déformation évolutive au cours du temps d’une structure en béton soumise
à une charge de compression constante. Dans une structure mixte, les charges de flexion
longitudinale ayant une courte durée d’application sont reprises par une section résistante
mixte homogénéisée, fissurée ou non. Pour homogénéiser la section mixte (non fissurée),
on divise l’aire du béton par un coefficient d’équivalence n0 = Ea / Ecm avant de l’ajouter

à l’aire de charpente métallique ;

46
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

L’effet du fluage, qui par définition même du phénomène ne joue que sur les charges ayant
une longue durée d’application, est pris en compte par une diminution de la section
résistante du béton, c’est-à-dire une augmentation du coefficient d’équivalence.

b. Coefficient d’équivalence (EN 1994-2 § 5.4.2.2 (2))

Le coefficient d’équivalence pour les calculs de la structure à long terme est noté nL. Il
dépend du type de charge appliqué sur la poutre (par l’intermédiaire du coefficient ψL) et du fluage
du béton à l’instant considéré (par l’intermédiaire de la fonction de fluage φ(t, t 0)) :
n L = n 0 .[1+ψ L  t,t 0  ] (35)

Coefficient n0 : n0 = 6,162

Coefficient L :
Il traduit la dépendance du coefficient d’équivalence au type de charge appliquée :

- charge permanente (poids propre des plots de bétonnage, superstructures) : ψL= 1,1
- Retrait du béton (effets primaires et secondaires) : ψL= 0,55
- Précontrainte par déformation imposée : ψL= 1,5

c. Fonctions de fluage

0,3
æ t-t ö÷
φ( t,t 0 ) = φ0.ççç 0
÷÷ = φ0 , lorsque t→ ∞ (36)
çèβ +t-t
H 0ø
÷

Avec :
H est un coefficient ne dépendant que de l’humidité relative et du rayon moyen h0 = 484 mm
déjà calculé dans le paragraphe précédent pour le retrait.
é RH ù
ê 1- ú
ê 16,8 1
φ0 = φRH .β(fcm ).β( t 0 ) = ê1+ 100 .α1 úú .α2 . 0,2 (37)
ê 0,10. h 0 ú
3 fcm 0,1+t 0
êë ûú

α1 et α2 : Ils tiennent compte de l’influence de la résistance du béton lorsque fcm ³35 MPa dans
le cas contraire α1= α2=1.

Comme fcm = 43 MPa


35 0,7 35
On a: α1 = ( ) = 0,866 et α2 = ( )0,2 = 0,960
fcm fcm

47
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

t0 : L’âge moyen du béton (en jours) lorsque le cas de charge considéré est appliqué sur la
structure :

- pour les charges permanentes exercées sur les structures mixtes bétonnées en plusieurs
étapes, une valeur unique moyenne t0 peut être utilisée pour la détermination du coefficient
de fluage (EN 1994-2 5.4.2.2 (3)) ;
- Pour le poids propre d’un plot de la dalle : âge moyen pour toutes les phases égales à la
moitié de la durée totale de bétonnage de la dalle complète qui est :

t0 =45/2 =22.5 jours

- Le cas de charge des superstructures s’applique 30 jours après la fin du bétonnage

t0 = 55,5 jours

- pour le retrait, supposer que l’âge au moment du chargement est d’un jour (EN
1994-2 5.4.2.2 (4)).

t0 = 1 jours

β ( t 0 ) =0,509

Le tableau suivant récapitule les valeurs de calcul intermédiaires de la fonction de fluage,


ainsi que les valeurs des coefficients d’équivalence utilisés dans la suite de l’étude.

Tableau 38. Récapitulatif des valeurs de calcul intermédiaires de la fonction de fluage et le


coefficient d’équivalence.
Chargement L to 0 (t,t0) nL
Bétonnage 1,10 22,50 1,53 1,53 17,73
Superstructures 1,10 55,50 1,29 1,29 15,98
Retrait long terme 0,55 1,00 2,73 2,73 16,54

8.2.4. Force de freinage

Une force de freinage, notée Qlk, s´exerçant comme une force longitudinale, au niveau du
revêtement de la chaussée, doit être considérée.
Q lk = min (0,6α Q1.(2Q1k )+0,10α q1.w1.L; 800 kN) (38)

Qlk = min (607,5; 800 kN) = 607,5 kN

48
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE IX : COMBINAISONS D’ACTIONS ET CALCULS DE


STRUCTURE

9.1. COMBINAISONS D’ACTIONS

9.1.1. Situation de projet

Pour le projet du pont mixte, les vérifications pour les différentes situations sont indispensables :
Projet transitoire Projet durable Projet accidentel
- A la mise en service (état du - Séisme ;
- Charpente seule sous son poids
pont en fin de construction) ; - Chocs.
propre (avec différentes phases
- En fin de durée de vie, c'est-
suivant les étapes choisies pour le
à-dire 100 ans.
montage) ;
- Fin du bétonnage de chaque plot.

Dans notre projet, on ne s’intéressera qu’aux situations du projet durables.


Pour chaque situation du projet durable, on définit les combinaisons de l’Etat Limite de Service
(ELS) et celles de l’Etat Limite Ultime (ELU).

9.1.2. Notations et généralités

Gk,sup : Etat caractéristique des sollicitations dans la structure sous charge permanente
défavorable (poids propre nominal et superstructure maximale) en tenant compte du phasage de
construction ;
Gk,inf : Etat caractéristique des sollicitations dans la structure sous charge permanente
favorable (poids propre nominal et superstructure minimale) en tenant compte du phasage
de construction) ;
S : Enveloppe des sollicitations dues à l’action du retrait du béton ;
Tk : Enveloppe des sollicitations caractéristiques dues aux effets thermiques ;
UDLk : Enveloppe des sollicitations verticales caractéristiques dues aux charges
uniformément réparties ;
TSk : Enveloppe des sollicitations verticales caractéristiques dues aux charges
ponctuelles.
qfk : Enveloppe des sollicitations verticales caractéristiques dues aux charges
uniformément réparties sur les trottoirs.

49
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

9.1.3. Combinaisons d’actions

Les groupes des charges pour les ponts routiers en situation de projet durable selon l’Eurocode :

 g r1 a : LM1 (TS+UDL) + qfk,comb avec qfk,comb =3kN/m2 charges de piétons

 g r1 b : (effets locaux) LM2(360 kN) ;


2
 gr3a : qfk =5 kN/m

 gr2 (calculs appuis) : : Les forces de freinage et d’accélération. Elles sont horizontales
et servent principalement au dimensionnement des appareils d’appuis et des joints de dilatation
donc on ne peut pas considérer ici.

9.1.3.1. Combinaison à l’ELS : (A2.4.1 de l’annexe A2 de l’EN 1990)

a. Combinaison à l’ELS caractéristique

La combinaison caractéristique se présente comme suit :


G k,sup (ouG k,inf ) + ( UDL k + TSk +q fk ) (39)

b. Combinaison à ELS fréquent

La combinaison à considérer est comme suit : åG


j ³1
k,j + Pk + ψ1,1Q k,1 + åψ 2,i Q k,i
i >1

G k,sup (ouG k,inf ) + (0,40.UDL k + 0,75.TSk +0,40.q fk ) (40)

c. Combinaisons à ELS quasi-permanent

La combinaison à considérer est la suivante : åG


j ³1
k,j +Pk + åψ 2,i Q k,i
i >1

G k,sup (ou G k,inf ) (41)

9.1.3.2. Combinaison à l’ELU autres que celles de fatigue : (NF EN 1990)

En situation de projet durable, pour des justifications de dimensionnement des


éléments structuraux, la combinaison fondamentale ELU à considérer est la suivante :

åG
j ³1
k,j +Pk +ψ1,1Q k,1 + åψ 2,i Q k,i
i >1

1,35G k,sup (ou 1,0G k,inf ) +1,35( UDL k + TSk +q fk ) (42)

50
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

9.2. CALCULS DE LA DALLE

Le but de ce paragraphe est de déterminer les moments aux appuis et en travées afin de
dimensionner la dalle en béton armé et justifier la poutre principale.

9.2.1. Calcul des sollicitations de flexion de la dalle

9.2.1.1. Sections d’étude :

On étudiera les deux sections caractéristiques de la dalle qui sont S1 (encorbellement) aux droits
des appuis où les efforts tranchants sont plus importants et S2 au milieu de la dalle où les moments
fléchissants sont maximaux.

Figure 12. Sections d’étude

9.2.1.2. Méthode de calcul :

On utilise les abaques pour la flexion locale de la dalle du SETRA ouvrage d’art n°54
applicables uniquement aux ponts bipoutres à entretoise et calculés avec le nouveau règlement
EN 1991-2.

a. Hypothèses

Ces abaques devraient faciliter le dimensionnement des tabliers de cet ouvrage avec les trois
hypothèses suivants :
- Balancement des travées : rapport d’encorbellement entraxe 0,4 ;
- Profils de l’intrados : linéaire dans l’encorbellement (épaisseur variant de 0,75h à 1,5h),
parabolique entre poutres (épaisseur variant de 1,5h à h)
- Largeur de la chaussée : longrine de largeur 0,64m, pas de séparateur central
- Chargement : structure strictement chargée avec l’EN1991-2 ; les charges concentrés sont
diffusés selon une pente 1/1 jusqu’au feuillet moyen de la dalle. La hauteur E de répartition des
charges est :

h
E = e+ (43)
2

51
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Avec :
e : Epaisseur de couche de revêtement ;
h : Epaisseur au centre de la dalle ;
u : Largeur de la roue au modèle de charge LM1.

Figure 13. Modélisation de calcul de la dalle selon l’abaque.

b. Lecture

- Pour les moments fléchissants au centre de la dalle, on lira directement la valeur pour
l’entraxe des poutres prévu.
- Pour les moments d’encastrement, on lira selon les valeurs résultant la longueur fictive de
l’encorbellement préservant l’excentrement du tandem le plus lourd définie par :
Encorbellement fictive = Encorbellement réel - Longrine réel+0,64
 Moment d’encastrement :
Les paramètres d’entrés sont :
ìM = -125kN.m/ml
Encorbellement 2,42 müïï ïïï e,c
ýí
E = 22 cm ïïþ ïïM = - 90,5kN.m/ml
ïî e,f
 Moment au centre de la dalle :
Les paramètres d’entrés sont :
E = 22 cm
Encorbellement 2,95 m

Tableau 39. Résultats après interpolation


E Moment Longitudinal (ox) (kN.m/ml) Moment Transversal (oy) (kN.m/ml)
(cm) Caractéristique Fréquent Caractéristique Fréquent
20 46 33 96 64
22 43,2 32,2 95,2 62,8
25 39 31 94 61

52
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

D’après ce tableau, on a les résultats suivants après interpolation.


Suivant la direction ox :
ìïM = 43,2kN.m/ml
ïï e,cx
í
ïïM = 32,2kN.m/ml
ïî e,fx
¨ Suivant la direction oy :
ìïM =95,2kN.m/ml
ïï e,cx
í
ïïM =62,8kN.m/ml
îï e,fy

9.2.1.3. Sollicitations des calculs à l’ELS et à l’ELU :

Tableau 40. Sollicitation de calcul à l’ELS et à l’ELU


Moments fléchissants (kN.m/ml) 
Combinaisons ELS Fréquent ELS caractéristique ELU
S1 -83.00 -122.50 -165.38
suivant ox 32.20 43.20 58.32
S2
suivant oy 62.80 95.20 128.52

9.3. ETUDE DE LA POUTRE PRINCIPALE

9.3.1. Analyse structurale

L’analyse structurale est l’analyse de l’ouvrage dans son ensemble pour la détermination
des sollicitations de flexion longitudinale et des contraintes correspondantes dans toutes ses
sections. Selon l’EN 1994-2 § 5, cette analyse est une analyse linéaire élastique au premier ordre
en tenant compte de la fissuration, du retrait et du fluage du béton, ainsi que du phasage de
construction.

9.3.1.1. Analyse globale élastique

On appelle analyse globale élastique la détermination des efforts dans la structure (moment
fléchissant, effort tranchant) par un calcul élastique c’est-à-dire que les efforts intérieurs sont
déterminés en supposant que les matériaux ont un comportement élastique linéaire.

53
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

a. Fissuration du béton

 Généralités :
L’Eurocode 4 a pris en compte la fissuration du béton dans le calcul des sollicitations
qui se fait par deux analyses globales successives : « non-fissurée » et « fissurée ».
Dans notre projet, la méthode utilisée consiste à adopter une inertie de flexion fissurée sur
une longueur égale à 15 % de la travée de part et d'autre de chaque appui intermédiaire.
Toutefois, cette méthode n’est applicable que pour les poutres continues avec un rapport entre
travées adjacentes supérieur à 0,6 qui est notre cas.
 Zones fissurées :
Une zone fissurée autour de P1 qui commence à l'abscisse x = 38,25 m et qui finit à
l'abscisse x = 54,0 m.
Une zone fissurée autour de P2 qui commence à l'abscisse x = 96,00 m et qui finit à
l'abscisse x = 111,75 m.

b. Trainage de cisaillement et largeur efficace de la dalle

 Trainage de cisaillement
La répartition des contraintes normales dans une section transversale n’est pas uniforme
car plus une fibre longitudinale de la dalle est éloignée transversalement de l’âme métallique, plus
elle présente un retard de déformation sur la fibre centrale et ce phénomène est appelé trainage de
cisaillement.
 Largeur efficace de la dalle
Le traînage de cisaillement dans la dalle en béton est pris en compte par réduction de la
largeur réelle de la dalle à une largeur dite « efficace », ce qui influence la valeur des
caractéristiques mécaniques des sections.

Figure 14. Coupe transversale de la dalle

54
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

La largeur du béton est calculée par la formule suivante :


b eff = b 0 +β1b e1 +β 2 b e2 (44)

Avec :
æL ö
b ej = min çç e ; b j ÷÷÷ : La valeur de la largeur efficace de la membrure de béton de chaque côté de
çè 8 ø
l'âme où :
Le : La portée équivalente dans la section transversale concernée (figure 11);
bj : La largeur géométrique réelle de la dalle associée à la poutre principale ;
b0 : Représente l’entraxe des rangées extérieures des connecteurs, goujons.
Le
β j = 0,55 + 0,025. £ 1,0
b ej

Figure 15. Détermination des portées équivalentes pour la largeur efficace des membrures
en béton et répartition de la largeur efficace en travée.

Le = 0.80 L rive pour les travées de rive ;


Le = 0.70 Lcentre pour la zone centrale de la travée centrale ;
Le = 0.25 (Lrive + Lcentre) pour les appuis intermédiaires.
D’où les résultats suivants

Tableau 41. largeur efficace de la dalle


Travée de Travée Sur P2 et
Zone Sur C0 Sur P1
rive centrale C3
Le (m) 36 36 26,25 42
be1 (m) 2,17 2,17 2,17 2,17
symétrique

be2 (m) 1,72 1,72 1,72 1,72


0,97 0,97 0,85 1,0
1,00 1,00 0,90 1,0
beff (m) 4,22 4,22 3,78 4,28

55
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

9.3.1.2. Calculs des poutres continues

On cherche à déterminer les efforts maximaux dans les deux sections étudiées : la section sur
pile Σ1 et la section au milieu de la travée centrale Σ2. La structure étant hyperstatique, on se base
sur le théorème des trois moments pour déterminer la valeur des moments sur les piles. On note
M1 le moment sur la pile P1, et M2 le moment sur la pile P2.

a. Résistance de matériaux

 Coefficient de souplesse :
Les coefficients de souplesse pour une poutre à section variable sont obtenues par :
ìï
ïïa = x k (1- x ) 2 1 dx+...+ Li (1- x ) 2 1 dx
ïï i ò0 Li EI0k òx j Li EI ji
ïï
ïï xk x x 1 Li x x 1
íbi = ò (1- ) . dx+...+ ò (1- ) . dx [44]
ïï 0 Li Li EI0k x j Li Li EI ji
ïï
ïï xk x 2 1 Li x 1
ïïci = ò0 ( ) dx+...+ ò ( ) 2 dx
ïïî Li EI0k x j Li EI ji

I : Moments d’inertie de la section ; E : Module d’élasticité et Li : Portée de la section.


Après calcul, on aura

Tableau 42. Coefficients de souplesse


Coefficient de souplesse Travée de rive Travée centrale Travée de rive
ai (1/m.MN) 6, 09  10 4 8, 08 104 6, 09  10 4
bi (1/m.MN) 4,15 104 4, 79 104 4,15 104
ci (1/m.MN) 6,16 104 8, 08 104 6,16 104

 Les rotations isostatiques


Les rotations sont obtenues à partir de
ìï ' 5
ïï(ωi ) k = å - Li .α.(1- α ).(2- α )
ïï k =1 6EI k Li Li
í où α k-1 £ α £ α k et 1 £ k £ 5 (45)
ïï '' 5
Li α 2
ïï(ωi ) k = å .α.(1- 2 )
ïïî k =1 6EI k Li

 Les moments sur appuis


Notre ouvrage est à trois travées symétriques, les moments sur appuis sont :
(c1 +a 2 )(ω'2 -ω1'' )-b 2 (ω3' -ω"2 ) -b 2 (ω'2 -ω1" )+(c1 +a 2 )(ω3' -ω''2 )
M1 = ; ¨ M 2 = (46)
(c1 +a 2 )2 -b22 (c1 +a 2 ) 2 -b 22

56
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

 Moments fléchissants
Le moment fléchissant dans la section d’abscisse x de la travée n° i à pour expression :
x x
M i (x) = μ i (x,α) + M i-1 (1- ) + Mi (47)
Li L

ì
ï α
ï
ï(1- ).x pour x < α
ï Li
Moments fléchissants isostatique μ i (x,α)= ïí :
ï
ï x
ï(1- ).α pour x > α
ï
î Li
ï
 Efforts tranchant
M i -M i-1
Vi (x) = τi (x,α) + (48)
Li

ì
ï α
ï
ï - ; pour α<x
dμ i (x) ïï Li
Efforts tranchants isostatique τi (x,α) = =í
dx ï
ï α
ï1- ; pour α>x
ï
î Li
ï
 Réactions d’appuis
La réaction au droit de l’appui simple Ai vaut
M i-1 -M i M -M
Yi = Yi+1, iso (0) - Yi+1, iso (Li) + + i+1 i (49)
Li Li+1

b. Lignes d’influences

Une ligne d’influence est la représentation graphique de l’évolution de la valeur d’un


effort (moment de flexion, effort tranchant ou réaction d’appui), à un emplacement donné, due à
une force unitaire mobile parcourant la structure. Les lignes d’influence constituent un outil
particulièrement efficace pour l’analyse de l’effet des actions mobiles qui peuvent avoir
différents points d’application sur la structure.
 Moment fléchissant aux appuis et en travée d’abscisse x
Sous l’action de la charge P, les moments fléchissant M i (α) et M i (α,x) ont pour valeur

1 ''
ωi' (α)+ ωi (α)
1 φi x x
M i (α)=- (50) ; M i (a,x) = μ i (x,α) + M i-1 (a ) (1- ) + M i (a ) (51)
bi 1 Li Li
-1
φi φi '
bi b
Où φi sont obtenues par la relation '
= a i +ci-1 -bi-1φ i-1; i' =ci +a i+1 -bi+1φ i+1 avec φ 0 = φ'i  0
φi φi

57
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

9.3.2. Les sollicitations

9.3.2.1. Traçage de la ligne d’influence

Connaissant la ligne d’influence, on peut déterminer aisément la position du chargement


produisant les effets défavorables. Pour calculer les sollicitations maximales et minimales dans les
sections d’études, on peut donc considérer les cas suivants :

(m)

Figure 16. Ligne d’influence de moment fléchissant en travée (Σ2)

(m)

Figure 17. Ligne d’influence de moment fléchissant sur appuis (Σ1)

(m)

Figure 18. Ligne d’influence des efforts tranchants en travée (Σ2)

(m)

Figure 19. Ligne d’influence des efforts tranchants sur appuis (Σ1)

58
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

9.3.2.2. Coefficient de répartition transversale

Du fait de la souplesse transversale des structures de type bipoutre mixte, une charge
excentrée transversalement n’est pas reprise à égalité par les poutres métalliques. Il est donc
important de tenir compte de la position transversale des charges sur le tablier, afin de connaitre
précisément ce que reprend chaque poutre.
On adoptera une répartition transversale de type Courbon : c’est-à-dire qu’on considère
qu’une charge appliquée au droit d’une poutre est intégralement reprise par la poutre en question,
et que la deuxième poutre ne reprend rien.

Figure 20. Coefficient de répartition transversale du chargement TS

Figure 21. Coefficient de répartition transversale du chargement UDL

9.3.2.3. Répartition des charges UDL et TS dans la section (Σ2)

Connaissant la ligne d’influence, les positions des charges UDL et TS dans la travée centrale sont :

Figure 22. Chargement de la travée centrale à partir de LI

59
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

9.3.2.4. Répartition des charges UDL et TS dans la section (Σ1)

Le tandem TS se trouve à une distance X=22 m de l’appui P1 pour avoir l’effet la plus défavorable

Figure 23. Chargement pour la vérification de section aux appuis

9.3.2.5. Résultats

Les résultats des calculs sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 43. Sollicitations dues aux charges permanentes et aux charges d’exploitations
Charges Sollicitations Section (Σ1) Section (Σ2)
Permanentes Moments fléchissant (MN.m) -19.586 7.935
Efforts tranchant (MN) 1.835 0
UDL Moments fléchissant (MN.m) -9.011 5.995
Efforts tranchant (MN) 0.771 -0.076
TS Moments fléchissant (MN.m) -3.512 2.777
Efforts tranchant (MN) 0.164 -0.146

9.3.2.6. Sollicitations des calculs à l’ELS et à l’ELU

En prenant les mêmes combinaisons des sollicitations des moments transversaux, on aura :

Tableau 44. Sollicitations de la poutre principale


Section (Σ1) Section (Σ2)
M ser (MN.m) -32.109 16.707
E.L.S
Vser (MN) 2.770 -0.222
M ed (MN.m) -43.347 22.555
E.L.U
Ved (MN) 3.740 -0.300

CONCLUSION PARTIELLE

Les analyses structurales sont des étapes très importantes. Les efforts trouvés permettent de faire
le vrai dimensionnement après toutes les vérifications nécessaires des sections considérés. On
passe maintenant à l’étude proprement dit étude du pont mixte.

60
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

PARTIE IV : CALCUL DU PONT MIXTE


ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE X : ETUDE DE LA DALLE EN BETON ARME

10.1. GENERALITES

10.1.1. Texte réglementaires

La dalle est soumise à la flexion simple. On utilisera pour les surcharges : Eurocode 1-Partie
3 : « Charges sur les ponts dues aux trafics » ; pour le béton armé : Eurocode 2 : « Calcul des structures
en béton ».

10.1.2. Classe d’exposition

La classe d’exposition est liée aux conditions et données relatives de l’environnement et aux
matériaux. Pour les ouvrages d’arts, la classe d’exposition adoptée est la classe XC3 (cf : annexe béton
armé).

10.1.3. Classe structurale Si

La classe structurale permet de caractériser les critères liés à la durabilité de l’ouvrage. La


classe structurale à utiliser pour une durée de vie 50 ans est la classe S4 or notre ouvrage est conçu
pour une durée de vie de 100 ans, il faut donc faire la modulation selon le tableau de classe structurale
(cf. Annexe béton armé: tableau 4.3 NF de EN 1992-1-1 NA).
i=4  S4  +2  durée de projet 100 ans  -1  résistance>c30/37  -1  enrobage compact  = 4
La classe est S4

10.1.4. Enrobage des armatures passives (EN 1992-1-1 § 4.4.1)

L’enrobage nominal est le résultat d’un compromis entre une valeur élevée, favorable pour la
durabilité, et une valeur plus faible, favorable pour le bon fonctionnement mécanique de la dalle qui
est donc la somme d’un enrobage minimal et d’une marge pour tolérance d’exécution.
cnom = c min +Δcdév (52)

Les dalles sont bétonnées en place et pour la raison de choix d’une géométrie simple on retiendra
cdév  10mm .

62
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

10.1.5. Enrobage minimal (EN 1992-1-1 § 4.4.1.2) :

Un enrobage minimal doit être assuré afin de garantir :

- la bonne transmission des forces d’adhérence ;


- la protection de l’acier contre la corrosion ;

La valeur à utiliser est la plus grande des valeurs de cmin satisfaisant aux exigences à la fois en ce

qui concerne l’adhérence et les conditions d’environnement.


On a donc :

c min =max c min,b ;c min,dur + Δcdur,γ -Δcdur,st - Δcdur,add ; 10mm

Avec :

- c min,b : Enrobage minimal vis-à-vis des exigences d’adhérence ;

- c min,dur : Enrobage minimal vis-à-vis des conditions d’environnement ;

- Δc dur,γ : Marge de sécurité ;

- Δc dur,st : Réduction de l’enrobage minimal dans le cas d’acier inoxydable ;

- Δc dur,add : Réduction de l’enrobage minimal dans le cas de protection supplémentaire ;

Pour la classe XC3, cmin, dur  25 mm et les autres sont tous nul d’où cmin  25 mm

On a donc :

- Pour la nappe supérieure (XC3) : c nom = c min +Δcdév =25+10=35mm

- Pour la nappe inférieure (XC3) : c nom = c min +Δcdév =25+10=35mm

10.2. CALCUL DES ARMATURES DANS LES SECTIONS S1 ET S2

On calcul la dalle par bande d’un mètre c’est-à-dire comme une poutre de largeur 1m en flexion
simple. Le calcul suit l’organigramme « flexion simple » dans l’annexe béton armé.

Figure 24. Section de calcul

63
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

10.2.1. Sollicitations des calculs

Les sollicitations sont déjà calculées dans le chapitre précèdent.

Tableau 45. Sollicitations des calculs


Sections Mser (MN.m) MEd (MN.m)
S1 -0,123 -0,166
suivant ox 0,043 0,058
S2
suivant oy 0,095 0,129

10.2.2. Armatures

Les armatures trouvées sont les suivants :

Tableau 46. Calculs des armatures


Section Armatures Armatures minimales Armature réel
calculés (cm²) (cm²) (cm²)
S1 20,48 3,59 21,01 ou 3HA25 +2HA20
S2 ox 6,52 3,59 6,79 ou 6HA12
S2 oy 15,46 3,59 15,71 ou 5HA20

10.2.3. Espacement de ferraillage

Selon l’EC2-7.3.3 (2), l’espacement des armatures sont déterminés en fonction de la contrainte
des armatures tendues et de l’ouverture des fissures. Les espacements sont tirés à partir du tableau des
espacements maximum (cf. Annexe béton armée).
On prend pour HA25 un espacement s = 200 mm
HA20 un espacement s = 170 mm
HA12 un espacement s = 160 mm

10.3. JUSTIFICATION LOCALE DE LA DALLE EN BETON ARME

10.3.1. Vérifications des contraintes à l’ELS (EC2 7.2)

Les vérifications à l’ELS consistent à vérifier :


- La limitation de la contrainte de compression du béton à 0.6 f ck effectuer sous

combinaison caractéristique ;

64
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

σc  σc (53)

M ser
Où σ c = K.x1 avec K =
Icf

On cherche la position de l’axe neutre x1 à l’aide de l’équation statique de la section homogénéisé

réduite :
b w .x12
µ + α e (A s1 +A s2 )x1 - α e (A s1d-A s2d ' ) = 0 (53-1)
2
Calcul de moment quadratique I cf provenant de l’équation de l’équilibre des moments de la section

par rapport à l’axe neutre :


bw .x13
Icf = + αe As2 (x1 - d' )2 + αe As1 (d-x1 )2 (53-2)
3
‐ La limitation de contrainte de l’acier à 0.8 f yk sous combinaison caractéristique ;
σs  σs (54)

Avec : σ s =α e .K.(d-x1 )

α e : Coefficient d’équivalence armature/béton. Pour vérifier les armatures passives, c’est

généralement le calcul à long terme, conduit avec un coefficient d’équivalence α e  15 recommandée

par l’Eurocode.
Les résultats de calculs sont résumés dans le tableau ci-dessous :

Tableau 47. Vérifications des contraintes à court terme


Paramètres X1 (m) Mser (MN) Icf (m4) K (MPa/m²) Ϭc (MPa) Ϭs (MPa)
Section S1 0.089 0.123 0.001 167.274 14.902 129.874
Section S2x 0.057 0.043 0.000 136.082 7.726 132.489
Section S2y 0.080 0.095 0.001 158.298 12.635 131.683

Tableau 48. Vérifications de contrainte à long terme :


Paramètres X1 (m) Mser (MN) Icf (m4) K (MPa/m²) Ϭc (MPa) Ϭs (MPa)
Section S1 0.089 0.123 0.001 167.274 14.902 315.931
Section S2x 0.057 0.043 0.000 136.082 7.726 322.979
Section S2y 0.080 0.095 0.001 158.298 12.635 320.982

65
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

On a
σ s  400 MPa
σ c  21MPa
Donc
Les contraintes sont admissibles à l’ELS.

10.4. RESISTANCE EN FLEXION A L’ELU

On vérifie sous la combinaison fondamentale à l’ELU si le moment sollicitant est inférieur au


moment résistant ultime.
M ELU  M Rd (55)

Le moment résistant ultime est calculé à partir de diagramme contrainte déformation suivants :
Béton : Armatures passives :
Diagramme rectangulaire équivalent Diagramme bilinéaire (classe B)
λ = 0.80 ; η=1.00 f sd = 435 MPa
f cd = 23.3 MPa k =1.8
ε cu3 = 0.35% ε ud = 0.9 ; ε uk =4.5%

On néglige les armatures comprimées.


λ
M Rd = λ.x.η.f cd (1- ).x + fsd As (d-x) (55-1)
2

ε cu3
x = d.  15.51mm
ε ud +ε cu3
D’où les résultats :

Tableau 49. Vérification du moment résistant


Section M ELU (MN.m) M Rd (MN.m)
Aux droits de poutre métallique 0.166 0.197
Au milieu de la dalle 0.129 0.139

Les aciers sont suffisants vis-à-vis de la flexion locale à l’ELU.

66
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

10.5. EFFORTS TRANCHANT (EC2, 6.2.1 ET 6.2.2)

Le but dans ce paragraphe est de vérifier si les armatures d’effort tranchant est nécessaire.
VEd  0.231MN/ml

VEd  VRd,c (56)

Avec : VEd  0.231MN/ml

La résistance transversale de la dalle en l’absence d’armature d’effort tranchant est obtenue par la
formule :

VRd,c =  max CRd,c k(100ρ l f ck )1/3 ;v min  +k1σ cp  b w d (56-1)

Où :
f ck  35MPa ;

0.18
C Rd,c =  0.12 ; k1 =0.15 ;
γc

200
k=1+  2.0 ; d (mm) ou k=1.96 ;
d
A sl
ρl =  0.02 ou ρ l =0.098 : Taux d’armature transversales tendues.
bw d

C Rd,c k(100ρ lf ck )1/3 = 0.76MPa 



0.34 1/2   1.34 MPa (56-2)
v min =( )f ck  1.34MPa 
γc 
N Ed
σ cp = < 0.2f cd ; Avec N Ed  0 pas de charges extérieurs appliqués donc σ cp =0 ;
Ac

 VRd,c =0.288MN

VRd,c =0.288MN / ml  VEd  0.231MN/ml

Les armatures pour neutraliser l’effort tranchant ne sont pas nécessaires.

67
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

10.6. RESISTANCE AU POINÇONNEMENT

Elle consiste à vérifier si l‘effort tranchant engendré sous l’effet d’une charge concentrée est
admissible dans la dalle centrale. On utilise la charge LM2 a 2 ×b 2 =(0.35×0.60 m²) qui représente une

charge localisée.
La vérification se fait à l’E.L.U.
v Ed  v Rd,c (57)

10.6..1. Contour de contrôle de référence

L’Eurocode 2 définit un contour appelé contrôle de référence u1 et on admet que les charges
se répartissent uniformément dans ce contour.

Figure 25. contour de contrôle de référence

d y +d z
La hauteur utile de la dalle est considérée comme constante et prise égale à d eff = .
2
Avec d y et d z : hauteurs utiles des armatures dans les deux directions perpendiculaires ;

d z =0.183 
  d eff =0.196 m
d y =0.209 

u1 : Périmètre de contour de contrôle

10.6..2. Calcul de la résistance au poinçonnement d’une dalle

La valeur du calcul de la résistance au poinçonnement d’une dalle sans armatures de


poinçonnement est donnée par la formule :
CRd,c .k.(100.ρ1.f ck )1/3 +k1.σ cp
vRd,c =Max  (57-1)
 v min +k1.σ cp

68
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

σ c,long 
σ cp = max ;-1.85 = - 1.85 MPa 
2  = - 0.222MPa (57-2)
k1 = 0.12 

vmin =0.035.k 3/2 . f ck =0.586 MPa



0.15 
CRd,c = =0.10
γc 

 ly  0.0032  ρ lzρ ly 
  ρ l =min   0.0053  C Rd,c k(100ρ lf ck )1/3 =0.529 MPa (57-3)
 lz  0.0085 0.02 

 200 
1+ 
k=min  d =2
2 
 

Où vRd,c =0.364 MPa

10.6..3. Contrainte maximale de poinçonnement sur le contour de l’aire chargée

La charge poinçonnant LM2 est :


β Q .Qak
vEd = = 0.18 MPa
2
Contrainte maximale de poinçonnement :
u1 =2(0.35+0.60+4×0.11)+4×3.14×0.196= 5.24 m

VEd 0.18
vEd = = = 0.175 MPa
u1×d eff 5.24×0.196
On a donc :
vEd = 0.175 MPa  vRd,c = 0.364 MPa

Les armatures pour surveiller le poinçonnement ne sont pas nécessaires.

69
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

10.7. MAITRISE DE LA FISSURATION [(1992-1-1§7.3.3. (2)]

Pour la flexion locale selon (EN 1994-2 § 7.4.1(2)), on calcule directement, de façon conventionnelle,
l’ouverture des fissures et on vérifie qu’elle est inférieure à une valeur fixée par les spécifications du
projet.
w K  w max (58)

10.7.1. Ouverture calculée de fissure

L’ouverture calculée des fissures est obtenue par la formule :


w K =Sr,max (ε sm -ε cm ) (58-1)

10.7.1.1. Espacement maximal de fissure Sr,max


On a a+ <5.(c+ ) armatures tendues avec faible espacement; Sr,max est donné par l’expression :
2

Sr,max =k 3 c+k1 k 2 k 4 (mm) (58-1-a)
ρ P,eff

Avec : k1 =0.8 : Barres à haute adhérence ;

k 2 =0.5 : Flexion ;

25 2/3
k 3 =3.4( )  2.71 Avec c = 35 (mm) enrobage ;
c
k 4 =0.425 Valeur recommandée ;

 : Diamètre de la barre en (mm) et c enrobage des armatures en (mm)



2.5(h-d)

As  (h-x)
ρ P,eff = : Avec A c,eff =b w h eff où h eff =min  avec x correspondant à σs ;
A c,eff  3
h
 2

A c,eff : Aire de la section effective de béton autour des armatures tendues ;

70
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

10.7.1.2. Allongement relatif des aciers ε sm -ε cm

Elle est obtenue par l’expression :


f ct,eff
σ s -k t (1+α e ρ P,eff )
ρ P,eff σs
ε sm -ε cm =  0.6 (58-1-b)
Es Es

Avec σs : contrainte dans les armatures de béton armé tendues, en supposant la section est

fissurée ;
kt  0.6 à courte durée et kt  0.4 à long durée ;

f ct,eff =f ctm =3.2MPa : Valeur moyenne de la résistance en traction du béton au moment où les

premières fissures sont supposées apparaître ;


α e : Coefficient d’équivalence acier/béton.

Tous les résultats sont donnés par le tableau suivant :

Tableau 50. Ouvertures calculées

Section de la  h eff A c,eff As Sr,max ε sm -ε cm wK


dalle (mm) (mm) (mm²) (mm²) ρ P,eff (mm) (mm)
Au appuis 25 78.16 78160 21.01 0.0269 253 0.00031 0.078
Au milieu 20 78.16 78160 15.71 0.0201 307 0.00028 0.086

10.7.1.3. Vérification

Pour les classes d’expositions XC3, l’ouverture maximale des fissures pour le béton armé aux
Eurocodes est w max  0.3mm

Tableau 51. Vérification de l’ouverture de fissure


Section wK (mm) w max (mm) Conclusion

Au droit de poutres métalliques 0.078 0.3 Vérifié


Au milieu de la dalle 0.086 0.3 Vérifié

La maitrise de fissure est assurée.

71
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE XI : VERIFICATIONS DES SECTIONS TRANSVERSALES

Les différentes sections critiques à vérifier sont la section sur appui intermédiaire P1 et la section à
mi- portée de la travée P1 - P2.

11.1. VERIFICATIONS DE LA SECTION SUR APPUI INTERMEDIAIRE P1

11.1.1. Géométrie

Au droit de l’appui P1 aux ELU, la dalle en béton est entièrement tendue. La résistance du béton est
donc négligée lors de la vérification de la résistance de la section.

Figure 26. Coupe transversale de la section sur appui P1

11.1.2. Propriétés des matériaux

f yw = 345 MPa car 16 mm  t f =26mm  40mm


 f yw
 235  f ydw = =345 MPa
ε w = f = 0.825 γ M0
 yw

f yf = 315 MPa car 80mm  t f = 93 mm  100mm


 f
 235  f ydf = yf =315 MPa
ε f = f = 0.863 γ M0
 yf

72
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

11.1.3. Sollicitations

Les sollicitations exercées dans la section considérée sont les suivantes :

M Ed = 43.35 MN.m ; VEd = 3.70 MN

11.1.4. Détermination de la classe de section

11.1.4.1. Semelle supérieure

La semelle supérieure est tendue : classe 1

11.1.4.2. Semelle inférieure

La semelle inférieure est en compression, et


c bf b -t
= if w = 4.86  9ε = 7.29 ; Donc de classe 1
tf 2.t f

11.1.4.3. Ame

L'âme est tendue dans sa partie supérieure et comprimée dans sa partie inférieure. Pour la
classification de l'âme en acier, la position de l'Axe Neutre Plastique (ANP) est déterminée de la façon
suivante :

a. Résistance plastique de toutes les armatures de la dalle :

f sk
N su +N sl =(A tsur +A tslr ). (59)
γs
Avec :
π.d sur 2 
A sur = =3.142cm 2 
4  b eff 3780 A tsur = n.A sur = 59.38 cm 2 
 ;n= = =18.9  
π.d lr 2 2  sl 200 A tslr = n.A Lr = 92.77 cm 2 
A lr = =4.909cm
4 

N su +Nsl = 6.615 MN

73
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

b. Résistance plastique de la semelle supérieure, en acier :

f yw 
N atfs =A atfs . 
γ M0   N atfs = 24.32 MN (60)
2
A atfs =t tfs .b tfs =9.3×83=771.9 cm 

c. Résistance plastique de l’âme, en acier, supposée complètement comprimée :

f yw 
N aw =A aw . 
γ M0   N aw = 17.16 MN (61)
2
A aw = t w .h w =2.6×191.4= 497.64 cm 

d. Résistance plastique de la semelle inférieure, en acier

f yf 
N atfi =A atfi . 
γ M0   N atfi = 27.24 MN (62)
2
A atfi =t tfi .b tfi = 9.3×93 = 864.9 cm 

e. Résistance plastique en acier

N a  N atfs  N aw  N atfi  68.72 MN (63)

A atfi +N aw  N atfs +N su +N sl 

et  (64)
N atfi  N aw +N atfs +N su +N sl 

D’après (66), l’axe neutre plastique (ANP) est dans l’âme.

Sa position se détermine à l’aide de l’équation d’équilibre des forces :


2.h.b tfi .f yf +Nsu +Nsl -N a
z pl =  1.99 m (65)
2.b tfi .f yf
Donc, l’âme est comprimée sur plus de la moitié de sa hauteur, et l’on a :
(z pl -t f )
1.99-0.093
α= =0.99  0.5
= (66)
hw 1.914
Par conséquent, la limite d'élancement entre la classe 2 et la classe 3 est donnée par l’équation (67).

74
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

cw h 456 w
= w  73.61   31.59 (67)
tw tw 13  1
L'âme en acier est donc au moins de classe 3 et la détermination de la classe est alors basée
sur la distribution des contraintes élastique à l'ELU donnée par l'analyse globale prenant en compte le
phasage de construction :
On a :
 w,sup -252.27
ψ=  = - 0.93 > -1 (68)
 w,inf 271.42
Puis on vérifie si :

hw 42ε w
 (69)
t w 0.67+033ψ

hw 42ε w
 73.61 et  95.43
tw 0.67+033ψ

L’âme est de classe 3.

La classe de section est le max (classe 1 ; classe 2 ; classe 3)

La section transversale au niveau d’appuis P1 est de classe 3 et elle est vérifiée par une analyse
élastique de section.

11.1.5. Analyse élastique de section

11.1.5.1. Justification en flexion

On vérifie seulement les contraintes de flexion dans fibres extrêmes de poutre :


f f
On a σs_sup  - yf (70) σs_sup = -242.22 MPa  - yf = -315 MPa
γ M0 γ M0
f f
σs_inf  yf (71) σs_inf = 279.61MPa  yf = 315 MPa
γ M0 γ M0
f f
σ arma_max   sk (72) σ arma_max = -301.07 MPa  sk = - 435 MPa
γs γs

La section est vérifiée en flexion

75
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

11.1.5.2. Vérification de la résistance à l’effort tranchant

Il convient de vérifier la résistance au voilement par cisaillement de l’âme si :


hw 72
> ε w (73) : Pour une âme non raidie
tw η
hw 31 h
> ε k (74): Avec k τ = 5.34 +4.( w )2  5.60 : pour une âme raidie. Dans ce cas, l'âme est
tw η a
raidie au moyen de raidisseurs verticaux.
On a:
hw 31
= 73.65 > ε w k τ = 50.43
tw η
Il convient donc de vérifier l'âme pour le voilement par cisaillement.
La résistance au voilement par cisaillement est donnée par :

VRd = min(Vb,Rd ;Vpl,a,Rd ) (75)


ηf yw
Avec : Vpl,a,Rd = hwtw [75-1] Vpl,a,Rd = 11.90 MN
γ M0 3
Et
χ w f yw b fi t f2f yf  M Ed 2 
Vb,Rd = Vbw,Rd + Vbf,Rd = hwtw + 1-( )  (75-2)
γ M0 3 γ M0c  M f,Rd 

a. Contribution de l’âme

 χ w f yw
Vbw,Rd  hwtw
 γ M0 3
  f yw
 λ w = =1.01

  τ cr 3  Vbw,Rd = 8.16 MN (75-2-1)
χ  0.83 = 0.824   τ = k σ = 196.15 MPa
 w  cr τ E
λw 
 π 2 .E.t 2w
  σ = = 35.023 MPa
  E 12(1-ν 2 )b 2w

b. Contribution des semelles

b fi t fi2 f yf  M Ed 2 
Vbf,Rd  1- ( ) 
γ M0c  M f,Rd  (75-2-2)

76
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

M f,Rd : Moment résistant

La semelle inférieure de la section transversale est une section en acier tandis que la semelle
supérieure est une section mixte. M f,Rd est alors calculé avec les caractéristiques de la semelle

inférieure seule en négligeant la résistance de l’âme.

Pour le calcul de M f,Rd la position de l'Axe Neutre Plastique (ANP) est déterminée ainsi :

Comme :
 N atfi  N atfs =51.66MN  Nsu +Nsl =6.615MN
  L'axe neutre plastique (ANP) est dans la semelle
 N atfi =27.24MN < N atfs +Nsu +Nsl =31.05MN
supérieure à une distance zpl de la fibre inférieure extrême de la semelle inférieure.

2.h.b tfi .f yf +Nsu +Nsl -N atfi -N atfs


z pl =  2.013m
2.b tfi .f yf
Et le moment résistant est : M f,Rd = 105.79 MN.m

D’où
 M f,Rd = 104.82 MN.m

Vbf,Rd   1.6b fi .t fi2 .f yf   Vbf,Rd  0.75MN
c=a  0.25+ t h 2 f  = 2.7 m
  w w yw 
Et

 Vpl,a,Rd = 11.90 MN
VRd  min   VRd = 8.91 MN
 Vb,Rd  Vbw,Rd  Vbf,Rd  8.91MN

VEd
=0.41  1 : La résistance à l’effort tranchant est vérifiée.
VRd
VEd
=0.42  1 : Le cisaillement est vérifié
Vb,Rd

11.1.6. Interaction M-V

On a :
VEd =3.74 MN < 0.5VRd =4.08MN

77
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Et
 VEd
V =0.46  1
 bwRd
 (76)
 M Ed =0.40  1  M Ed  M f,Rd
 M f,Rd

Selon l'EN 1993-1-5, 7.1 (1), il n'y a pas d'interaction. Cela signifie que les semelles sont
suffisantes pour résister seules au moment fléchissant, de sorte que l'âme peut être utilisée en totalité
pour la résistance à l'effort tranchant.

⇒Il n'y a pas d'interaction.

11.2. VERIFICATION DE LA SECTION A MI-PORTEE DE LA TRAVEE P1-P2

11.2.1. Géometrie

A la mi- portée de la travée P1-P2, à l'ELU, la dalle en béton est comprimée sur la presque totalité de
sa hauteur. La contribution du béton est donc prise en compte dans la résistance de la section
transversale.

Figure 27. Coupe transversale à mi- portée de la travée entre P1-P2

78
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

11.2.2. Propriétés des matériaux

f yw = 345 MPa car 16 mm  t w =18mm  40mm


 f
 235  f ydw = yw =345 MPa
ε w = f = 0.825 γ M0
 yw

f yf = 345 MPa car 16mm  t f = 40 mm  40mm


 f
 235  f ydf = yf =345 MPa
ε f = f = 0.825 γ M0
 yf

11.2.3. Sollicitations

Les sollicitations exercées dans la section transversale sont :


M Ed =22.55 MN.m ; VEd = 0.30 MN

11.2.4. Détermination de la classe de section

11.2.4.1. La semelle inférieure

La semelle inférieure est tendue : classe 1

11.2.4.2. La semelle supérieure

La semelle supérieure est mixte et elle est connectée à la dalle suivant les recommandations de
l'EN1994-2, 6.6 : Classe 1

11.2.4.3. Ame

Pour la classification de l'âme en acier, la position de l'Axe Neutre Plastique (ANP) est déterminée de
la façon suivante :

a. Résistance plastique du béton comprimé

f ck 
N c =0.85.A c 
γc   N c = 21.22 MN
A c  e.beff  0.25  4.28  1.07 

79
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

b. Résistance plastique de la totalité des armatures supérieures :

N sur = A tsur .f sd = 3.65 MN

c. Résistance plastique de la totalité des armatures inférieure :

N slr = A tslr .f sd =3.65 MN

d. Résistance plastique de calcul de la semelle supérieure en acier :

f yw 
N atfs =A atfs . 
γ M0   N atfs =11.454 MN
2
A atfs =t tfs .b tfs =4×83= 332 cm 

e. Résistance plastique de l'âme, en acier :

f yw 
N aw =A aw . 
γ M0   N aw =12.54 MN
2
A aw = t w .h w =1.8×202= 363.6 cm 

f. Résistance plastique de la semelle inférieure en acier :

f yf 
N atfi =A atfi . 
γ M0   N atfi = 12.83 MN
2
A atfi =t tfi .b tfi = 4×93 = 372 cm 
 Résistance plastique de calcul de la partie en acier :
N a  N atfs  N aw  N atfi  36.83 MN

Dans notre cas présent :

N a = 36.83 MN  N c  21.22 MN 

N atfi  N aw  25.37 MN  N c +N atfs = 32.68 MN 

L’ANP est donc situé dans la semelle supérieure.

80
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

L’équation d’équilibre des forces axiales plastiques permet de déterminer sa position :


Nc
z pl =h - e + =2.07 m (77)
b eff .f cd

La totalité de l’âme est tendue donc de classe 1

La section transversale située à mi- portée de la travée P1-P2 est de classe 1, et elle est vérifiée par une
analyse plastique de section.

11.2.5. Analyse plastique de section

11.2.5.1. Vérification de la résistance en flexion

Le moment résistant plastique est calculé à partir de la position de l'axe neutre plastique ANP :
M pl,Rd = 68.62 MN.m
L'armature comprimée de la dalle en béton est négligée conformément à l'EN 1994-2, 6.2.1.2(1).
On aura
M Ed = 22.55 MN.m  M pl,Rd = 68.62 MN.m

La résistance en flexion est vérifiée

11.2.5.2. Vérification de la résistance à l’effort tranchant

Il convient de vérifier l'âme pour le voilement par cisaillement si :


hw 72
> ε w (78)
tw η
Dans ce cas, l'âme est raidie par des raidisseurs verticaux intermédiaires.
hw 31
> ε w k (79)
tw η

hw 2
k τ = 5.34 +4.( )  5.63
a
Ou
hw 31
=112.22 > ε w k  50.57
tw η
L’âme doit donc être vérifiée pour le voilement par cisaillement. La résistance au cisaillement de
calcul maximale est donnée par :

81
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

VRd = min(Vb,Rd ;Vpl,a,Rd ) (80)


ηf yw
Vpl,a,Rd = hwtw (80-1) Vpl,a,Rd = 8.69 MN
γ M1 3
Et
χ w f yw b fi t f2f yf  M Ed 2 
Vb,Rd = Vbw,Rd + Vbf,Rd = hwtw + 1-( )  (80-2)
γ M1 3 γ M1c  M f,Rd 

a. Contribution de l’âme

 χ w f yw
Vbw,Rd  hwtw
 γ M1 3
  Vbw,Rd = 4.45 MN (80-2-1)
χ  1.37 =0.61  λ = hw
=1.53
 w (0.7  λ )  w
 w 
 37.4t w w k

b. Contribution des semelles

b fi t fi2 f yf  M Ed 2 
Vbf,Rd  1- ( )  (80-2-2)
γ M1c  M f,Rd 

M f,Rd : Moment résistant plastique

La semelle inférieure de la section transversale est une section en acier tandis que la semelle
supérieure est une section mixte (poutre en acier + dalle en béton + barres d'armature en acier
éventuellement). Il convient d'utiliser les formules données pour le calcul de Vbf,Rd avec les propriétés
de semelle inférieure en acier.

c. Moment résistant plastique

La résistance à la flexion plastique de calcul Mf,Rd de la section transversale composée


uniquement des semelles (semelle en acier + dalle en béton + barres d'armature en acier
éventuellement) doit normalement être calculée en premier. Mf,Rd est calculée comme Mpl,Rd mais en
négligeant la contribution de l'âme.

Pour calculer Mf,Rd, on commence par chercher la position de l’Axe Neutre Plastique de la section
composée uniquement par les semelles.

82
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

 N c =21.22 < N atfs  N atfi  24.29 MN


 (81)
 N c  N atfs  32.68 MN > N atfi = 12.83 MN
L’axe neutre est dans la semelle supérieure
N atfs +N atfi
z pl = h- e +  2.095m (82)
beff .f cd
Le moment résistant plastique des semelles seules est ensuite calculé :
M f,Rd = 56.94 MN.m
 M f,Rd = 104.82 MN.m

Vbf,Rd   1.6b fi .t fi2 .f yf   Vbf,Rd  0.20MN
 c=a 

0.25+  = 2.11 m
  t w h 2wf yw 

Vb,Rd =Vbw,Rd  Vbf,Rd = 4.65 MN


η t w h w f yw
Vb,Rd = 4.45 MN < = 8.69 MN
γ M1 3

Vpl,a,Rd = 8.69 MN
VRd  min   VRd = 4.65 MN
Vb,Rd  Vbw,Rd  Vbf,Rd  4.65MN

11.2.6. Vérification de section

La vérification est effectuée de la manière suivante :


VEd
3  =0.064  1  Donc la section (Σ2) est justifiée sous effort tranchant.
VRd

11.2.7. Interaction M-V

VEd =0.30 MN < 0.5VRd =2.33 MN

Il n’y a pas d’interaction moment-effort tranchant. Les semelles sont donc suffisantes
pour résister au moment de flexion et l’âme entière peut donc résister au cisaillement.

83
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE XII : JUSTIFICATION DE LA MEMBRURE AU


DEVERSEMENT ET VERIFICATION DES SECTIONS MIXTE AUX ELS

12.1. GENERALITES

12.1.1. Introduction

Le déversement est un phénomène d'instabilité affectant une poutre subissant un moment


de flexion. En effet, lorsqu'une poutre est fléchie, sa face inférieure est tendue et sa face supérieure
est comprimée.

12.1.2. Principe

Lorsque cet effort de compression atteint une valeur critique dépendant notamment des
conditions d'appui et de la distribution du moment de flexion, le côté comprimé va voiler à
la manière d'un poteau comprimé qui flambe. L’étude sera réalisée au droit des 2 changements de
section de part et d’autre de la pile P1. En effet, ces changements de section constituent des pics
de compression dans la semelle inférieure, et sont donc les endroits les plus sujets au déversement.

12.1.3. Vérification

Pour vérifier la membrure inférieure d’un bipoutre mixte au déversement en service,


on se ramène à l’étude du flambement latéral de la semelle inférieure comprimée au niveau
des piles intermédiaires. On considère alors que la semelle est simplement appuyée latéralement au
niveau des piles et des culées.

12.2. METHODE DE CALCUL

Il est nécessaire de calculer la charge critique de flambement latéral par une méthode générale
qui nécessite de calculer la charge critique de la façon la plus exacte possible (EN 1993-2 §
6.3.4.1).

12.2.1. Vérification

On peut modéliser le pont bipoutre comme un portique à 2 étages modélisant le cadre (entretoise +
dalle béton, cf. Figure ci-dessous) en supprimant la barre représentant la dalle en béton.

84
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Figure 28. Modélisation de portique

Pour le calcul du portique, deux configurations de charges sont envisagées :

Figure 29. Chargement de calcul de la rigidité

La rigidité est obtenue par :


1 1 
Cd  min  ;  (83)
 1  2 
Ou les déplacements δ1 et δ 2 sont obtenus par
2
 h m1 
2
 C - B2 
1  h  h m2
δ1 = A+A t + B3 +  m  Bt +D+D t . δ 2 = A+ A t + B1 +C-   (84)
3 b
 e  B 2 +C+D+D t 
 

Avec :
At , Bt , Dt : Termes de souplesse liés aux sections réduites d’effort tranchant de l’entretoise  e et des

montants verticaux  m .

h 'm1 2h 'e h'


At = ; Bt = ; D t = m2 (84-1)
GΣ m GΣ e GΣ m

85
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

A , B1 , B2 , B3 , C , : D : Termes de flexibilité et d’extensibilité ;


Flexibilité de la partie inférieure d’un montant :
1 h '3m1
A= (84-2)
3E I m1
Flexibilité de l’entretoise :
b'e h 2m1 b'e h 2m2 b'e h 'm
B1 = ; B1 = ; B3 = (84-3)
2E I e 2E Ie 2E Ie
Flexibilité de la partie supérieure :
1 h '3m2
D= (84-4)
3E I m2
Extensibilité :
b'e 1
C= (84-5)
2E A e

Tableau 52. Termes de souplesse, flexibilité, extensibilité,


A t (m/MN) B t (m/MN) D t (m/MN) b e (m) b 'e (m) h 'm1  h 'm2 (m)
Appui P1 0.00070 0.00716 0.00070 0.657
Section 1 0.00072 0.00716 0.00072 4.724 4.524 0.68
Section 2 0.00076 0.00716 0.00076 0.71
A (m/MN) B1  B2 (m/MN) B3 (m/MN) C (m/MN) D (m/MN) I m1 = I m2 (m4)
Appui P1 0.00563 0.01178 0.05158 0.00069 0.00563
Section 1 0.00624 0.01205 0.05158 0.00069 0.00624
Section 2 0.00711 0.01241 0.05158 0.00069 0.00710 0.00008

Tableau 53. Rigidité de cadre d’entretoisement


1 1  1 1 
Changement de section  ;  (MN/m) Cd  min  ;  (MN/m)
 1  2   1  2 
Appui P1 (31.98 ; 81.57) 31.98
Section 1 (30.73 ; 75.99) 30.73
Section 2 (29.13 ; 69.40) 29.13

On déduit de ce tableau que la section aux appuis P1 est le plus défavorable donc dans toute
la suite on prend la rigidité aux appuis.

86
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

12.2.2. Sollicitations pour le déversement

On prend le moment maximal qui est le moment sur appui P1 qui donne l’effet le plus
défavorable. Pour étudier le flambement latéral de la semelle inférieure, on calcule l’effort normal sur
le long de la semelle à partir de moment fléchissant maximale par la formule suivant :
M max
M max = 43.35 MN.m N Ed   21.59 MN
h
Où h : distance entre les centre de gravité de la semelle inférieure et supérieure.

12.2.3. Vérification au déversement

La largeur des semelles est constante, on peut appliquer la méthode simplifiée en calculant
la contrainte critique avec la section d’épaisseur maximale et la contrainte sollicitant maximal.
Ces hypothèses minimisent la charge critique et sont sécuritaires. Il faut donc vérifier que :
1
χ LT = < 1.0 (85)
2 2
Φ LT + Φ LT -λ LT

Le calcul est réalisé comme suit :

12.2.3.1. Vérification de la rigidité des maintiens latéraux

On vérifie si :
4N E
Cd > (86)
L

Tableau 54. Calculs des paramètres


Cd 31.98 t fi bfi2
c=  = 4.26 MPa I= = 6.23×10-3 m 4 : Inertie de la semelle
a 7.5 12
inférieure
cL 4
2
γ= = 42200 m = sup ( γ =41.62 ; 1.00)= 41.62
EI π2
π 2 EI N cr = mN E =149.31 MN : Effort normal critique
N E = 2 =3.587 MN
L au flambement

4N E
D’où Cd =31.98 MN/m> =0.24 MN/m : les maintiens latéraux sont rigides
L

87
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

L’élancement réduit :
A eff.f y
λ LT = (87)
N crit

Avec :
h w,c .t w
A eff. = bfi t fi + Aeff. = 102.9×10-3 m2
3
h w,c : Hauteur d’âme comprimée

f y =315 MPa

λ LT =0.47

On peut déterminer Φ LT à partir de la courbe de déversement qui est fonction de ( λ LT ;  LT ).

 LT : Facteur de déversement

Section en I : soudée 
 h
Hauteur du PRS h  2100 mm    2.52  2  COURBE d
b
Largeur min du PRS : b  830 mm 

Le facteur de déversement est  LT =0.76

1
1+α LT (λ LT -0.2)+λ LT  = 0.71
2
Φ LT = (88)
2  
χ LT  0.80  Le critère de déversement est donc vérifié

12.3. JUSTIFICATION DES SECTION MIXTES AUX ELS

Les justifications aux ELS permettent d’assurer le bon fonctionnement du pont en service,
mais également de limiter les déformations affectant son aspect et de maîtriser les dommages nuisant
à son aspect, sa durabilité ou sa fonction.

12.3.1. Limitation de contrainte

Les contraintes calculées en élastique à l’ELS caractéristique sont limitées dans la


charpente métallique comme dans le béton du hourdis et dans les armatures passives. Néanmoins,
compte tenu des vérifications de l’ELU, cette limitation n’est généralement pas dimensionnant.

88
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

12.3.1.1. Charpente métallique

Sous la combinaison caractéristique de l’ELS, les contraintes normales et de cisaillement dans


la charpente métallique doivent vérifier :
fy
σ² Ed,ser  3τ² Ed,ser  (89)
γ M,ser

La résistance de la dalle est négligée, les deux fibres de la semelle doivent être vérifiées.
M Ed,ser VEd,serS
σ Ed,ser = y (89-1) τ Ed,ser = (89-2)
I twI
y : Ordonnée par rapport à l’axe neutre de la section mixte ;
S : Moment statique de la dalle par rapport à l’axe neutre de la section mixte ;
I : Inertie de la section mixte (fissurée et non-fissurée).
fy
 345 MPa
γ M,ser

Les calculs sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 55. Limitation de contrainte dans la charpente.


Section semelle σ Ed,ser (MPa) τ Ed,ser (MPa)
Appuis P1 Semelle supérieure 135.79
Semelle inférieure 239.43 10.94
En travée Semelle supérieure 118.35
Semelle inférieure 269.99 1.23

La condition (89) est alors vérifiée

12.3.1.2. Béton du hourdis (EN 1994-2 § 7.2.2 et EN 1992-1-1 § 7.2)

Afin de limiter le fluage et la microfissuration excessifs dans le hourdis, la contrainte


de compression doit être limitée dans le béton. En effet, des fissures longitudinales peuvent apparaître
si le niveau de contrainte sous combinaison caractéristique de charges excède une valeur critique. On
peut limiter donc le contrainte à :
σ c  0.6 f ck = 21 MPa : Pour limiter la fissuration de flexion longitudinale ;

σ c  0.45 f ck : Pour ne pas avoir à considérer le fluage non linéaire.

89
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Bien que le béton de la dalle du pont mixte soit de classe XC, ce critère permet de s’affranchir
de tout risque de fatigue du béton de la dalle. Il n’est pas donc nécessaire de faire la vérification.

12.3.1.3. Respiration de l’âme (EN 1994-2 § 7.2.3 et EN 1993-2 § 7.4)

On appelle « respiration de l’âme » la légère déformation répétée de l’âme hors de son plan,
à chaque passage de véhicules sur le pont, avant de revenir à sa position initiale. Cette déformation se
fait suivant l’allure de la déformée du premier mode critique de voilement, et est susceptible de générer
des fissures de fatigue à la jonction âme/semelle ou âme/raidisseur vertical.
Pour les ponts routiers dont les âmes sont dépourvues de raidisseurs longitudinaux, les risques
de respiration de l’âme sont négligeables si :
hw
 min 30+4L;300
tw
Travée h w (mm) t w (mm) L (mm) hw / tw min 30+4L;300  Vérification
Rive 2020 18 45 112.22 210 VERIFIE
Centrale 2020 18 60 112.22 270 VERIFIE

La respiration de l’âme n’est donc pas à considérer.

90
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE XIII : JUSTIFICATION A LA FATIGUE, CONNECTEURS,


SOUDURES

13.1. INTRODUCTION (EN 1994-2 § 6.8.)

La vérification à la fatigue consiste à s’assurer que la probabilité de ruine d’un ouvrage


par propagation de fissures à l’intérieur d’un composant du tablier soumis à des variations
répétées de contraintes reste faible. Les composants à vérifier vis-à-vis de la fatigue sont :
- La charpente métallique et ses connecteurs ;
- Les armatures passives de la dalle;
- Le béton de la dalle.

13.1.1. Charpente métallique

Pour les calculs de fatigue de la charpente métallique, l’Eurocode autorise le recours à la méthode
simplifiée des étendues de contrainte équivalentes. La variation de contrainte dans un détail
donné de la charpente est alors obtenue par le passage unique sur le pont d’un camion calibré pour
avoir le même effet que le trafic réel. La méthode simplifiée s’applique avec le modèle de charge de
fatigue 3 définis par l’EN 1991-2 et aussi appelé FLM3.
Le format de vérification de la méthode simplifiée des contraintes équivalentes est le suivant :
Δσ c
γ Ff .Δσ E2  (90)
γ Mf

γ Ff : Coefficient partiel appliqué aux charges ;

Δσ E2 : Étendue de contrainte équivalente d’amplitude constante relative à 2 millions de cycles ;

γ Mf : Coefficient partiel de résistance à la fatigue ;

Δσc : valeur de référence de la résistance à la fatigue à 2 millions de cycles.

Sous l’action du modèle de charge de fatigue FLM3, l’étendue des contraintes Δσ E2 est donnée
par (EN 1994-2 § 6.8.6.1(2)):
Δσ E2 =λ.Φ σ max,f -σ min,f (91)

λ : Coefficient de dommage équivalent ;


Φ=1 : Coefficient de dommage équivalent d’impact. (cf. EN 1994-2 § 6.8.6.1(7))

91
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Dans notre projet, l’étude étant réalisée en durée de vie sûre donc l’Eurocode préconise les
coefficients : γ Ff  1 ; γ Mf  1.35 .

13.1.2. Chargement de fatigue

Le modèle de charge FLM3 permet de calculer les sollicitations de fatigue. Il s’agit d’un
modèle à véhicule unique composé de 4 essieux (120 kN par essieu). Il circule centré dans les voies
lentes définies au projet. La surface de contact de chaque roue est un carré de 0.40 m de côté.

Figure 30. Modèle de charge de fatigue FLM3

13.1.2.1. Coefficient de dommage équivalent

Le coefficient de dommage équivalent est donné pour les ponts routiers dont les portées ne
dépassent pas de 80m par :
4
λ= λ i  λ max (92)
i=1

a. Coefficient de λ1 :

Le facteur λ1 prend en compte les effets de l’endommagement dû au volume de trafic en


fonction de la longueur Li de la ligne d’influence de la sollicitation considérée. Il contient également
un « facteur de passage » de N 0 cycles par an à 2  106 cycles en 100 ans.

Tableau 56. Coefficients λ1


Moments fléchissants Efforts tranchants
Lieu de section Longueur Li (m) Valeurs Longueur Li (m) Valeurs
Rive 45 2.12 18 2.47
Appui 52.5 1.925 60 2
Centrale 60 2.05 24 2.41

92
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

b. Coefficients λ 2 :

Le facteur λ 2 prend en compte la composition du trafic :


1/5
Q N 
λ 2 = m1  obs  (93)
Q0  N o 

Avec :

  n i Q5i 
1/5

Q m1 =  : Poids moyen des poids lourds sur la voie 1 (voie lente) ;


  n 
 i 

Q0 = 480 KN : (Poids du modèle FLM3 : 120 kN * 4 essieux) ;

N o  0.5  106 ;

Qi : Poids (en kN) du poids lourd i circulant sur la voie lente, tel que spécifié par l’autorité
compétente ;
n i : Nombre de poids lourds de poids Qi circulant sur la voie lente, tel que spécifié par l’autorité
compétente ;
 Nombre total annuel des poids-lourds circulant sur la voie lente
Le nombre indicatif de véhicules lourds prévus par an et par voie lente doit être donné par le
cahier des charges du projet. Dans notre projet, on retient une catégorie de trafic 2 : « route avec un
trafic de camions moyen ».
D’où :
N obs  0.5  106

 Poids moyen des poids-lourds circulant sur la voie lente :


N’ayant aucune information sur la composition du trafic, on considérera les camions
équivalents définis dans le Tableau 4.7 de l’EN 1991-2 § 4.6.5, qui simule un trafic supposé produire
un endommagement de fatigue équivalent à celui du trafic réel de la catégorie correspondante,
en considérant le trafic longue distance. Poids de chaque camion :
- Camion 1 : 70 + 130 = 200 kN
- Camion 2: 70 + 120*2 = 310 kN
- Camion 3: 70 + 150+90*3 = 490 kN
- Camion 4: 70 + 140 + 90*2 = 390 kN
- Camion 5 : 70 + 130 + 90 + 80*2 = 450 kN

93
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

On a donc :

  n i Q5i 
1/5 1/5
 20  2005  5  3105  50  4905  15  3905  10  4505 
Q m1 =  
  n   20  5  50  10  10
 = 445.4 KN

 i 

Valeur de λ 2
1/5
445.4  0.5  106 
λ2 =    0.928
480  0.5  106 

c. Coefficients λ3 :

Le facteur λ 3 est fonction de la durée de vie souhaitée de l’ouvrage. Dans notre cas on a une durée de

vie 100 ans donc :


1/5
t 
λ 3 =  LD  =1 (94)
 100 

d. Coefficients λ 4 :

Le facteur λ 4 prend en compte les effets du trafic lourd sur les autres voies lentes définies dans le
projet.
1/5
 N k  ηk .Qmk  
5

λ 4 = 1+    (95)
 k>1 N1  η1.Qm1  

Avec :
k : Nombre de voies supportant le trafic lourd (voies lentes) ;
N k : Nombre de poids lourds par an sur la voie k ;

Qmk : Poids moyen des poids lourds sur la voie k ;

 k : Valeur de la ligne d’influence de la voie pour la sollicitation qui produit l’étendue de contraintes.
Comme on n’a qu’une voie lente à considérer : λ 4  1

e. Coefficients λ max

Le facteur λ max est la valeur maximale tenant compte de la limite de fatigue.

94
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Il est déterminé à partir du spectre de l’étendue de contraintes approprié, qui sont donnés dans l’EN
1993-2 (cf. « l’annexe Fatigue »).
On obtient les valeurs suivantes :

Tableau 57. Coefficients λ max


Moments (MN.m)
Lieu de section Longueur Li (m) Valeur
Travée de rive 45 2.00
Sur appui 52.5 2.205
Travée centrale 60 2.00

Pour l’effort tranchant, l’Eurocode ne définit pas de limite.


D’où le tableau récapitulatif de valeur de λ :
 Pour le moment fléchissant :

Tableau 58. Les valeurs de λ


Lieu de section λ1 λ2 λ3 λ4 λ λ Max
Travée de rive 2.15 0.928 1.00 1.00 1.9952 < 2.00
Appuis P1 1.925 0.928 1.00 1.00 1.7864 < 2.21
Travée centrale 2.05 0.928 1.00 1.00 1.9024 < 2.00

 Pour l’effort tranchant :

Tableau 59. Les valeurs de λ


Lieu de section λ1 λ2 λ3 λ4 λ λ Max
Travée de rive 2.47 0.928 1.00 1.00 2.29 /
Appuis P1 2 0.928 1.00 1.00 1.86 /
Travée centrale 0.928 1.00 1.00 2.24 /
2.41

Tous les coefficients de dommage équivalent sont vérifiés.

13.1.2.2. Coefficient de dommage d’impact (EN 1994-2 § 6.8.6.1(7))

Pour les ponts routiers, Φ = 1 car les effets dynamiques sont inclus directement dans la
calibration des charges d’essieu du camion FLM3.

95
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

13.1.3. Amplitude de contrainte  p

13.1.3.1. Sollicitations (EN 1994-2 § 6.8.4(1))

Le calcul des sollicitations est effectué à partir de la combinaison de base non cyclique
accompagnée de l’effet du convoi de fatigue.
 G k,sup (G k,min )+(1ou0)S+0.6Tk  +FLM3 (96)

Tableau 60. Moments fléchissants maximale et minimale

Section Permanente (MN.m) FLM3 (MN.m) M Ed (MN.m) 


max -22.61 1.03 -25.54
Appui
min -20.87 -4.67 -21.58
max 10.96 4.76 15.72
Centre
min 9.91 1.24 11.15

13.1.3.2. Calcul des contraintes

L’amplitude de contrainte  p s’obtient par Δσ p = σ max,f -σ min,f où les contraintes sont

calculées à partir de M Ed,max,f et M Ed,min,f avec les coefficients d’équivalence à court terme.

Avec les conventions de l’EN 1994-2 § 6.8, le moment maximal M Ed,max,f est celui qui

engendre l’effort de traction maximal dans la dalle.


Pour le calcul des contraintes, trois cas sont à envisager :
Première cas : M Ed,max,f et M Ed,min,f induisent des contraintes de traction dans la dalle de béton

(sections sur piles)


On les décompose alors en M a,Ed repris par la section en fonctionnement de charpente seule,

M c,Ed issu de la combinaison de base non cyclique et repris par la section en fonctionnement mixte

fissurée, et enfin M FLM3,max (respectivement M FLM3,min ) dû au passage du convoi de fatigue FLM3 et

repris par la section en fonctionnement mixte fissurée.


va  
σ max,f = M a,Ed * + M c,Ed * 2 + M FLM3,max * 2
Ia I2 I2
(97)
v  
σ min,f = M a,Ed * a + M c,Ed * 2 + M FLM3,min * 2
Ia I2 I2

96
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

L’amplitude de contrainte s’écrit donc finalement :


2

Δσ P = σ max,f -σ minf = M FLM3,max - M FLM3,min *  I2
(98)

L’amplitude de contraintes est indépendante de l’état de contraintes sous combinaison de base


non cyclique.
Deuxième cas : M Ed,max,f et M Ed,min,f induisent le contraintes de la dalle en béton (sections en travée)

Les contraintes s’écrivent alors :


va  
σ max,f = M a,Ed * + M c,Ed * 1 + M FLM3,max * 1
Ia I1 I1
(99)
v  
σ min,f = M a,Ed * a + M c,Ed * 1 + M FLM3,min * 1
Ia I1 I1
L’amplitude de contrainte s’écrit :
1

Δσ P = σ max,f -σ minf = M FLM3,max - M FLM3,min *  I1
(100)

L’amplitude de contraintes est également indépendante de l’état de contraintes sous combinaison


de base non cyclique.
Troisième cas : M Ed,min,f induit dans la contrainte de compression et M Ed,min,f induit dans la contrainte

de traction.
a 2 2
σ max,f = M a,Ed * + M c,Ed * + M FLM3,max *
Ia I2 I2
(100-1)
a 1 1
σ min,f = M a,Ed * + M c,Ed * + M FLM3,min *
Ia I1 I1

Or, d’après l’article 6.8.5.3(2) de l’EN 1994-2, lorsque M Ed,max,f induit de la compression dans la dalle

de béton, les contraintes dans l’acier sont déterminées avec les propriétés de la section non
fissurée.
Donc :
a 1 1
σ max,f = M a,Ed * + M c,Ed * + M FLM3,max *
Ia I1 I1
(100-2)
a 1 1
σ min,f = M a,Ed * + M c,Ed * + M FLM3,min *
Ia I1 I1

97
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Finalement, l’amplitude de contrainte est similaire au deuxième cas :


1
 
Δσ P = σ max,f -σ minf = M FLM3,max - M FLM3,min *
I1
(100-3)

νi
 Détermination des modules de flexion :
Ii

Tableau 61. Module de flexion de section (charpente, mixte non fissurée, fissurée)
Charpente seule Mixte
NON
FISSUREE FISSUREE
Paramètres section 1 section 2 section 3 (Appuis) (Travée)
Moment d'inertie (m4) 0.1797 0.1404 0.0869 0.2508 0.1830
y Gi (m) 1.0063 1.0073 1.0114 1.3384 1.6530
-3 0.1786 0.1394 0.0859 0.1939 0.1107
Face inférieure SI (m )
-3 0.1968 0.1498 0.0895 0.2084 0.1135
Face supérieure SI (m )
-3 0.1643 0.1285 0.0798 0.3881 0.4496
Face inférieure SS (m )
-3 0.1514 0.1208 0.0770 0.3407 0.4094
Face supérieure SS (m )
SI : semelle inferieure ; SS : semelle supérieure

13.1.3.3. L’amplitude de contrainte

Aux appuis : M Ed,max,f et M Ed,min,f induisent des contraintes de traction dans la dalle de béton (section

fissurée) on utilise le premier cas ;


Au centre de la travée centrale : M Ed,max,f et M Ed,min,f induisent le contraintes de la dalle en béton

(section non fissurée), on utilise le deuxième cas.

Tableau 62. Amplitude de contrainte


Moment fléchissant ν -3
Section (MN.m) (m )
I Δσ P (MPa) Δσ E,2 (MPa)
Maximal Minimal
Aux appuis 1.03 -4.67 5.337 30.42 54.34
En travée 4.76 1.24 9.032 31.80 60.49

13.1.3.4. Vérifications

Les valeurs Δσc de référence de la résistance à la fatigue à 2 millions de cycle dans ce projet
sont :

98
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Aux appuis Δσc = 80 MPa

En travée Δσc = 125 MPa

Tableau 63. Vérification des contraintes


Section Δσc (MPa) γ Ff .Δσ E2 (MPa) Δσ c / γ Mf (MPa) Conclusion

Aux appuis 80 54.34 59.26 Vérifié


En travée 125 60.49 92.60 Vérifié

13.1.3.5. Justification des armatures passives

On fait la comparaison entre l’étendue de contrainte agissante et la contrainte résistante correspondant


aux barres utilisé. L’étendue de contrainte résistante Δσ Rsk est obtenue pour un nombre N* de cycles

défini à partir d’une courbe caractéristique de résistance en fatigue (S-N).

Tableau 64. Valeur de Δσ Rsk


Types d’armatures N* Exposant de la contrainte Δσ Rsk (MPa)
K1 K2
Barres droites et pliées 106 5 9 162.5
Barres droites et treillis soudés 107 3 5 58.5
Dispositif couplage 107 3 5 35

Figure 31. Courbe caractéristique de résistance en fatigue

On vérifie si :
Δσ Rsk (N*)
γ F,fat .ΔσS,eq (N*)  (101)
γs,fat

99
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

N* = 106 : Cycles de fatigue et Δσ Rsk =162.5 MPa

γ F,fat =1.0 et γ s,fat  1.15 : Coefficient partiel relatif aux charges FLM3 et aux matériaux ;

Δσ Rsk (N*) =162.5 MPa : Etendue de contrainte pour N* cycles ;

ΔσS,eq (N*)=λ s σ s,max,f -σ s,min,f : Etendue de contrainte normales équivalente dans les armatures ;

s : Facteur de correction.

a. Facteur de correction s

4
λ s =φ fat . λ si (102)
i=1

λs1 : Correction pour la portée ;

λs2 : Correction pour le volume de trafic annuel ;

λs3 : Correction pour la durée de vie ;

λs4 : Correction pour le nombre de voies ;

φfat : Coefficient de majoration dynamique tenant compte de rugosité de la surface du tablier.

 Coefficient de portée λs1 :

Section L (m) λs1


Appuis 45 1.13
Travée 60 1.22

 Coefficient pour le volume de trafic annuel λs2 :

N obs
λ s2 =Q. 9  0.857 (103)
2.0
N obs  0.5 : Nombres de camion par an en millions ;

Q  1 : Facteur tenant compte de la nature de trafic.

 Correction pour la durée de vie λs3 :

Pour une durée de vie de l’ouvrage à 100 ans λ s3  1.0

100
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

 Coefficient de voie λs4 :

λ s4  9
N obs;i
 1.08 (104)
N obs;1

 Coefficient de majoration dynamique φfat :

On considère un revêtement de bonne qualité d’où φfat  1.2

Valeurs de s

Section λs1
Appuis 1.26
travée 1.36

b. Amplitude de contrainte

L’amplitude de contrainte est évaluée :


ΔσS,p  σ s,max,f -σ s,min,f (105)

On procède de façon analogue à la charpente métallique :

Appuis : M Ed,max,f et M Ed,min,f induisent des contraintes de traction dans la dalle de béton

Les contraintes dans les armatures peuvent s’écrire :


σ s,max,f = σ s,max,f,0 +Δσ s,f (105-1)

f ctm
Avec : Δσ s,f = 0,2. (105-2)
α st .ρ s
A.I
Et α st = où A, I, Aa, et Ia le moment d’inertie de la section mixte fissurée et la charpente seule ;
A a .I a

ρs : Pourcentage d’armatures longitudinales

ν2
σ s,max,f,0 = M c,Ed,max,f .
I2

La contrainte σ s,min,f est obtenue à partir du diagramme de la figure ci-dessous

101
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Figure 32. Calcul de la contrainte σ s,min,f

Et on a :
M c,Ed,min;f
σs,min,f  σs,max,f . (105-3)
M c,Ed,max;f

Tableau 65. Vérifications aux appuis


Paramètres Combinaison 1 Combinaison 2
M c,Ed,max,f (MN.m) -27.28 -25.54
M c,Ed,min,f (MN.m) -21.58 -19.84
ν -3
(m ) 5.33 5.33
I
σ s,max,f,0 (MPa) -145.58 -136.30
 s , f (MPa) -30.93 -30.93
σ s,max,f (MPa) -176.51 -167.23
σ s,min,f (MPa) -139.62 -129.90
ΔσS,p (MPa) 36.89 37.33
λ s .ΔσS,p (MPa) 46.48 47.04
Δσ Rsk (N*) / γ s,fat (MPa) 141.30 141.30
Vérification Vérifié vérifié

En travée : M Ed,max,f et M Ed,min,f induisent le contraintes de la dalle en béton :

ν1
ΔσS,p = ΔM FLM3 . (106)
I1

102
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 66. Vérifications en travée


détails ΔM FLM3 ν -3 ΔσS,p λ s .ΔσS,p Δσ Rsk (N*) / γ s,fat vérification
(m )
(MN.m) I (MPa) (MPa) (MPa)
valeurs 3.52 9.033 31.80 43.24 141.30 Vérifié

La fatigue n’est pas à craindre

13.2. ETUDE DES CONNECTEURS

La connexion a pour but d’empêcher les glissements relatifs entre l’ossature métallique
et la dalle en béton ainsi que de transmettre les efforts entre l’acier et le béton de la structure mixte.
La connexion est vérifiée à long terme en service sous combinaisons rares, à l’ELS et à l’ELU ainsi
qu’à la fatigue.
Les connecteurs utilisés sont des goujons de diamètre 22 mm, de longueur 200 mm et de limite
élastique 350 MPa et disposant transversalement à 4 files de goujons par poutre.

13.2.1. Généralité

Pour dimensionner la connexion, à l’ELS comme à l’ELU, l’EN 1994-2 utilise un


calcul élastique, fondé sur l’équilibre d’un bloc de dalle entre 2 sections critiques successives
supposées non fissurées, même quand le béton est tendu.

13.2.2. Résistance d’un goujon a tète

13.2.2.1. Mode de ruine

On distingue deux modes de ruine pour ce type de connecteurs :


- La ruine par cisaillement de l’acier en pied, vis-à-vis de laquelle on a une résistance
caractéristique :
(1) πd 2
PRk =0.8*f u * (107)
4
- La ruine par écrasement du béton en pied, vis-à-vis de laquelle on a une résistance
caractéristique:
(2)
PRk =0.29*α*d 2 * f ck *E cm (108)

103
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

13.2.2.2. Schéma d’un goujon

Avec :
d : diamètre du goujon = 22 mm ;
h : hauteur de goujon = 200 mm ;
f u : résistance ultime à la traction de l’acier du goujon = 450 MPa (< 500
MPa);
f ck : résistance caractéristique à la compression du béton = 35 MPa (>17.2
MPa);

Schéma d’un goujon Ecm : module élastique du béton = 34077 MPa

h h
α=0.2*( +1) si 3   4, sinon α  1 or α  9.09 d'où α  1
d d

13.2.2.3. Résistance caractéristique PRk d’un goujon : (1994-2 § 6.6.3.1(1))

PRk  min(PRk
(1) (2)
; PRk ) (109)
Ou
(1)
PRk  0.1368 MN 
  PRk  0.1368 MN
(2)
PRk  0.1533 MN 

13.2.2.4. Résistance de calcul PRd d’un goujon : (1994-2 § 6.6.3.1(1))

La résistance de calcul d’un goujon s’obtient en divisant PRk par le coefficient partiel γ v =1.25 ;

- A l’ELU :
1
PRd
ELU
 * PRk PRd
ELU
 0.8  0.1368  0.1095 MN
γv
- A l’ELS :

PRd
ELS
 k S * PRk PRd
ELS
 0.6  0.1368  0.0657 MN

13.2.3. Dimensionnement sous ELS caractéristique

Le dimensionnement des connecteurs se fait à court terme.

104
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

13.2.3.1. Flux de cisaillement

Lorsque le comportement de la structure demeure élastique dans une section donnée, chaque cas de
charge de flexion générale produit un flux de cisaillement longitudinal v L,Ed , à l’interface entre la

dalle en béton et la charpente métallique :


v Ed
v L,Ed = µ c * (110)
I mixte
Où :
µ c : Moment statique de la dalle en béton par rapport au centre de gravité de la section mixte ;

b eff .e.y c
µc = (110-1)
n0

I mixte : Moment d’inertie de la section mixte en considérant non-fissuré même dans les tronçons
fissurées ;
I b yc2 .SaSb
I mixte =Ia + + (110-2)
n0 n 0S

v Ed : Effort tranchant sous le cas de charge considéré, issu de l’analyse globale élastique
fissuré .
Le flux de cisaillement final s’obtient en additionnant algébriquement les contributions de
chaque cas de charge élémentaire et en respectant le phasage de construction.
ELS
VL,Ed (x)= max  v max ;v min  (111)

12.2.3.2. Principe de dimensionnement

Dans toute section du tablier, la densité de connecteurs doit être suffisante pour reprendre
intégralement le flux de cisaillement.
On doit vérifier en tout point x :
N i ELS
v ELS
L,Ed (x) = *PRd
li
Pour des raisons constructives, il n’est en général pas envisageable de faire évoluer continûment
la densité de connecteurs. On divise alors l’ouvrage en n tronçons de longueur li , i  1 ; n  ,

105
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

sur chacun desquels on dispose un nombre Ni, i  1 ; n  , de connecteurs (densité constante par

tronçon). L’espacement maximal est alors donné pour 4 goujons rangée par :
4 * PRd
ELS
ELS
emax i = (112)
max(v ELS L , Ed )

Les résultats de calcul sont dans les tableaux suivants :

Tableau 67. Espacement des connecteurs aux ELS


ELU
N  µ c (mm3)  y c (m)  I mixte (m4)  VEd (MN)  VL,Ed (MN)  e (mm)
0 5 0.178 1.119 0.2991 2.059 1.229 210
5 15 0.178 1.118 0.2520 1.030 0.729 360
15 30 0.178 1.114 0.1691 0.444 0.467 560
30 40 0.178 1.118 0.2520 1.533 1.085 240
40 45 0.178 1.119 0.2991 2.726 1.627 161
45 50 0.178 1.119 0.2991 2.570 1.534 175
50 60 0.181 1.118 0.2520 1.570 1.127 235
60 75 0.180 1.114 0.1691 0.222 0.237 1110

13.2.4. Dimensionnement sous ELU fondamentale

Le dimensionnement des connecteurs à l’ELU se fera également à court terme.

13.2.4.1. Dimensionnement élastique (EN 1994-2 § 6.6.2.2(4))

Quel que soit le comportement de l’ouvrage à l’ELU, élastique dans toutes les sections ou avec
certaines sections en comportement élasto-plastique, le dimensionnement de la connexion débute par
un calcul élastique du flux de cisaillement, avec la même méthode que pour l’ELS caractéristique.
Le flux de cisaillement est donné par :
ELU
VL,Ed (x)= max  v max ;v min  (113)

Calculé à partir des efforts tranchants de l’ELU et des caractéristiques mécaniques d’une section
résistante non fissurée, en respectant le phasage de construction.

13.2.4.2. Flux de cisaillement

Le flux de cisaillement ne doit pas dépasser de plus de 10 %, ce que la densité de connecteurs permet
de reprendre (cf. EN 1994-2 § 6.6.1.2(1)) :

106
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

N i ELU
ELU
VL,Ed (x)  1.1* *PRd (114)
li
L’espacement des goujons dans chaque tronçons est donnée par :
ELU
ELU 4*PRd
e maxi = 1.1* (115)
max(v ELU
L,Ed )

Le calcul se fait d’une manière analogue au paragraphe précèdent et on obtient le tableau suivant :

Tableau 68. Espacement des connecteurs aux ELU


ELU
N  µ c (mm3)  y c (m)  I mixte (m4)  VEd (MN)  VL,Ed (MN)  e (mm)
0 5 0.178 1.119 0.2991 2.78 1.659 290
5 15 0.178 1.118 0.2520 1.39 0.984 490
15 30 0.178 1.114 0.1691 0.6 0.630 765
30 40 0.178 1.118 0.2520 2.07 1.465 330
40 45 0.178 1.119 0.2991 3.68 2.196 220
45 50 0.178 1.119 0.2991 3.47 2.071 230
50 60 0.181 1.118 0.2520 2.12 1.522 315
60 75 0.180 1.114 0.1691 0.3 0.320 1510

13.2.5. Dispositions constructives relatives à la connexion

Pour assurer un comportement mixte de la poutre, l’espacement maximal entre deux rangés de
connecteurs successifs est fixé à:
emax = min (800 mm ; 4ed ) (116)

ed = 250 mm : Epaisseur de la dalle


D’où
e = 800 mm
Les critères relatifs à la charpente principale donnent des espacements longitudinaux
maximum à respecter ; mais il existe également des espacements minimum à respecter lorsque
le type de connecteur utilisé est le goujon :
Dans le sens longitudinal : e min  5d  e min  110 mm

Dans le sens transversal : e min  2.5d  emin  55 mm

107
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

13.2.6. Nombre de connecteurs par travée

On dimensionne suivant l’ELS les nombres des connecteurs.

Les résultats sont montrés dans le tableau suivant :

Tableau 69. nombre de connecteur sur le demi-ouvrage.


Abscisse x (m) Espacement (m) Nbre Esp Nbre connexion
0 5 0.21 24 96
5 15 0.36 28 112
15 30 0.56 27 108
30 40 0.24 42 168
40 45 0.16 31 124
45 50 0.175 29 116
50 60 0.235 43 172
60 75 0.65 23 92
TOTAL DEMI-OUVRAGE 988

Les nombres des connecteurs pour le fil de poutre étudié sont comptés au total à 1976 goujons.

108
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE XIV : ETUDE DES INFRASTRUCTURES

14.1. ETUDE DE LA CULEE

14.1.1. Predimensionnement des éléments de la culée

14.1.1.1. Schéma des éléments à dimensionner :

Figure 33. Schéma de calcul

14.1.1.2. Predimensionnement :

Tableau 70. Résultats de predimensionnement


Eléments Longueur Largeur (m) Hauteur (m) Epaisseur (m)
(m)
Mur garde grève Lgr = Lch hgr = ht + hap egr = max (0.30 ; hgr/8)
Lgr = 8.00 hgr = 2.25 egr = 0.30
Sommier ls = es+ emf /2
Lso = 8.00 eso = 0.80
ls = 1.50
Mur en retour 3m ≤ Lr ≤ 6m ; L r  3m hmr = hgr + eso
er = (lr + 2) /20 = 0.25
hmr = 3.05
Mur de front L mf = 7,00 h mf  2,30 e mf = 0,80
Dalle de transition Ldt = 7.80 ldt = 3.00 edt = 0.30
Semelle sous culée Lsc = 9.00 lsc = 3.00 esc = 1.00

109
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

14.1.2. Etude des éléments de la culée

14.1.2.1. Mur garde grève :

Remblai
Garde grève Pps Ppp

Figure 34. Poussée de terre sur la garde grève

a. Sollicitations

 Poussée des terres :


L’Eurocode recommande d’utiliser le modèle LM1 réduit de 30% pour charger la chaussée situé
derrière les culées et appliqués sur une surface rectangulaire de 3 m  2, 20 m .

Tableau 71. Modèle LM1 réduit à 30%


Voie 1 Voie 2 Aire Résiduelle
TS (KN/m²) 0,7 Q1k =31,82 0,7 Q1k = 21,21
UDL (KN/m²) 0,7 q ik  6,3 0,7 q ik = 1,75 0,7 q ik = 1,75

On a alors la charge moyenne (surcharge de remblai) : q c  30, 22 (KN/m²) ou q c  30, 22 (KN/m/ml)

Tableau 72. Expressions analytique


Poussée de terre Résultante Moment fléchissant Efforts tranchant
h 2
hgr Ppp
Permanentes Ppp = γ h k aγ
gr
(117) Mpp  Ppp (118)
2 3
Pps = qckaqhgr (119) hgr Pps
Surcharges Mps  Pps (120)
2

γ h =18 (kN/m²/ml) : Poids volumique du remblai par ml de garde grève ;


π φ
k aγ = tan² ( - ) = 0,33 : Coefficient de poussée des terres ;
4 2
1-sinφ
k aq = = 0,33 : Coefficient de poussée de terre dus aux surcharges ;
1+sinφ
φ = 3 0 ° : Angle de frottement du sol.

110
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

 Effet de freinage :

La force de freinage à prendre en compte est le force dépendant du modèle de chargement


LM1 (TS, UDL) défini dans l’EN 1991-2.L’intensité de force de freinage est :
Qlk  607.5 (KN) ou Qlk  75.94 (KN/ml)
D’où les sollicitations :

Tableau 73. Sollicitations sur le mur garde grève


Résultante Moment Efforts tranchant
ACTION (kN) fléchissant (kN.m/ml) (kN/ml)
15.04
POUSSE DE PERMANENTE 15.04 11.28
TERRE 22.44
SURCHARGE 22.44 25.24
75.94
FREINAGE 75.94 170.87

b. Combinaisons d’actions

Tableau 74. Combinaison d’actions dans le mur garde grève


Etat limite Moment fléchissant Efforts tranchant
(MN.m/ml) (MN /ml)
ELU 0.280 0.153
ELS 0.207 0.113

14.1.2.2. Mur en retour :

Les murs en retour sont encastrés dans le mur garde grève, mur de front et le sommier. Ayant
pour rôle de soutenir les talus de remblai, ils sont alors sollicités par leur poids propre et la poussée
de remblai. Les surcharges accidentelles et les poussées dans le mur dues aux charges locales sur les
remblais qui sont appliquées à l’abscisse du centre de gravité G comprenant : une charge verticale de
40kN et une charge horizontale de 20 kN.

Figure 35. Schéma du mur en retour

111
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

a. Centre de gravité

Le centre de gravité G (xG, yG) est repérée par :

xG =
S x
i i
 1,80 m ; yG =
S y
i i
 1, 23 m
S i S i

(xi, yi) : Coordonnées du centre de gravité ;


Si : Surface de la portion i.

b. Efforts verticaux

 Poids propre :

Le poids propre est obtenu par : Pmr = γb emr S i

 Charge verticale :

Charge verticale P'mr = 40 kN appliqué à 1m de l’extrémité du mur.

c. Efforts horizontaux :

 Poussée de terre :
La poussée de terre se répartit dans toute la surface du mur :
h mr
Ptmr = +0.5 (T/m²)
3
 Charge horizontale :

La charge horizontale est P'tmr = 20 kN appliquée à 1m de l’extrémité du mur.

d. Sollicitations :

Les sollicitations dans le mur en retour sont résumées dans le tableau suivant :

Tableau 75. Sollicitations sur le mur de retour


Charges Moments fléchissant (kN.m/ml) Efforts tranchant (kN/ml)
Verticale 112.14 93.12
Horizontale 159.89 119.55

112
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

e. Combinaisons d’actions :

Tableau 76. Combinaisons d’actions


Charges Etat-limite Moments fléchissants (MN.m/ml) Efforts tranchants (MN/ml)
ELU 0.151 0.126
Verticale ELS 0.112 0.093
ELU 0.216 0.161
Horizontale ELS 0.160 0.120

14.1.2.3. Mur de front :

Le mur de front est un élément constitutif de la culée. Il sert à soutenir les terres. Il est donc
sollicité par son poids propre, les charges et les surcharges venant du tablier et les charges dues aux
poussées des terres

a. Efforts verticaux :

 Poids propre :

Tableau 77. Poids propre de l’élément de la culée


Eléments Garde Sommier Mur en Mur de Dalle de TOTAL
grève retour front transition
Poids (kN/ml) 16.875 30 19.0625 100 22.5 188.4375

 Réactions d’appuis :
 Ligne d’influence
Les lignes d’influence de réaction d’appui permettent de déterminer aisément les zones à charger pour
les surcharges UDL et TS. Elles sont obtenues par :
Mi-1 -Mi Mi+1 -Mi
Yi = Yg + Yd + + (121)
Li Li+1

Yg : Réactions isostatiques en Ai dans la travée Ai-1Ai ;

Yd : Réactions isostatiques en Ai dans la travée AiAi+1 ;


Mi-1; Mi ; Mi+1 : Moments aux appuis ;
L;i Li+1 : Longueur des travées.

113
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

TS
UDL UDL

Figure 36. Allure de LI de la réaction C0

 Réactions dues aux charges permanentes et aux surcharges

Tableau 78. Sollicitations des réactions aux appuis


Sollicitations Permanentes Surcharges
Efforts normale (MN) 1.812 0.811

Tableau 79. Combinaisons d’actions


Etat limite Efforts normal (MN)
ELU 3.54
ELS 2.623

b. Efforts horizontaux :

 Poussée des terres :


1
P= γ h k aγ (h mf +h s ) 2 (122)
2

h mf : Hauteur de mur de front ;


hs : Hauteur du sommier ;
π φ
k aγ = tan² ( - ) = 0,33 : Coefficient de poussée des terres ;
4 2
γ h =18 (kN/m²/ml) : Poids volumique du remblai.
 Force de freinage :
Les forces de freinage sont Fr =39.87 kN et F1 =30.13kN

Tableau 80. Expressions analytiques


Charges Moments fléchissant Efforts tranchant
Poussée de terre h +h P + Fr
P mf s + Fr (h mf +h s )
3
Force de freinage F1 (hmf +hs ) F1

114
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 81. Sollicitations aux efforts horizontaux


Charges Moments fléchissant (kN. m/ml) Efforts tranchant (kN/m)
Poussée de terre 139.83 93.403
Force de freinage 55.58 30.13

 Combinaisons :

Tableau 82. Combinaisons d’actions des efforts horizontaux.


Etat limite Moments fléchissant (MN. m/ml) Efforts tranchant (MN/m)
ELU 0.314 0.116
ELS 0.233 0.86

14.1.2.4. Déterminations des armatures des éléments de la culée :

Les éléments (mur garde grève, mur de front, mur en retour) sont sollicités en flexion simple. On suit
l’organigramme flexion simple (cf. Annexe béton armé)

a. Mur garde grève et mur en retour

 Armatures

Tableau 83. Calculs des armatures


Mur en retour
Paramètres
Mur garde grève Horizontale Verticale
Med (MN.m) 0.28 0.216 0.151
Mser (MN.m) 0.21 0.16 0.112
Ted (MN) 0.153 0.161 0.126
Tser (MN) 0.113 0.12 0.093
b (m) 1 3.05 0.25
h (m) 0.3 0.25 3.05
µcu 0.23875 0.09174 0.00397
µcu < µlu = 0.3717, Section simplement armée
zc (m) 0.23 0.20 3.01
As1 (cm²) 28.35 24.44 1.15
As,min (cm²) 3.54 8.76 10.07
Comparaison As > As,min As < As, min
Section minimale Vérifié Non vérifié (on utilise As,min)
6 HA 25 5 HA 25 7 HA 14
Aréel (cm²)
29.45 24.54 10.78

115
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

 Vérifications des contraintes à l’ELS


On vérifie si :
σs  σs σs  0.6f cd  21 MPa
 (123) avec 
σc  σc σ c  0,8f yd  400 MPa

Tableau 84. Vérifications des contraintes à l’ELS


Paramètres Mur garde grève Mur en retour horizontale Mur en retour verticale
αe 15 15 15
Aw (cm²) 3441.75 7993.10 7786.70
V' (cm) 16.48 12.91 155.59
x (cm) 11.51 6.10 56.32
Icf (cm4) 150089.46 110374.98 11209007.97
K 138.19 144.96 1.00
Ϭc (Mpa) 15.90 8.84 3.35
Ϭs (Mpa) 310.75 334.91 36.75
Conclusion Vérifié Vérifié Vérifié

 Armatures d’efforts tranchants


On doit vérifier :
VEd  VRd,c (124)

Où VRd,c  max(VRd,c1;VRd,c2 ) (124-1)


VRd,c : Effort tranchant résistant de calcul d’un élément sans armatures d’effort tranchant,

Tableau 85. Armatures d’efforts tranchants


Mur garde grève Mur en retour H Mur en retour V
Crd,c 0.120 0.120 0.120
K 1.869 1.964 1.258
k1 0.150 0.150 0.150
vmin (MN) 0.529 0.570 0.292
Vrd,c1 (MN) 0.140 0.374 0.220
Vrd,c2 (MN) 0.219 0.403 0.196
Vrd,c (MN) 0.219 0.403 0.220
ρ 0.010 0.003 0.001
VEd (MN) 0.153 0.161 0.126
Comparaison Vrd,c>Velu Vrd,c>Velu Vrd,c>Velu
et Conclusion Vérifié Vérifié Vérifié

116
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

 Armatures de peau
 Rôle
Pour la section de grande hauteur h > 1.00 m cas du mur en retour, on prévoit des armatures de peau
pour contrôler la fissuration et garantir une bonne résistance pour les risques d’épaufrure. Une section
d’armatures de peau supplémentaires est régulièrement disposées entre l’axe neutre et les aciers
tendus.
 Dispositions constructives
As,surf > 0,01A ct,ext 
 (125)
s t < 15 cm 
Avec A ct,ext est l’aire du béton tendu à l’extérieur des cadres (située sous x, la zone comprimée) ;

St espacement des armatures verticales.

Figure 37. Ferraillage de peau

On a 0,01A ct,ext = 14,21 cm² . En respectant les dispositions constructives ci-dessus, on prend

A s,surf = 15,39 cm² ou 10 HA 14 pour armée le mur en retour.

b. Mur de front

Le mur de front est comprimé par les réactions des superstructures. On suppose que le sommier est
associé à lui. Selon l’Eurocode 2, on fait le calcul en flexion composée.

Figure 38. Schéma de calcul pour le ferraillage de mur de front

117
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

 Calcul armature principale


Pour une section rectangulaire, l’équilibre des aciers par rapport aux aciers tendus s’écrit :
M BC =0,8hbf cd (d-0,4h) (126) M BC =8,47 MN.m
Et on a le moment réduit :
M BC h h
µBC = = 0,8 (1-0,4 ) (127) µBC =0,4867
bd²f cd d d
Le moment réduit de la section calculé au centre de gravité des armatures tendues est :
M AEd
µAu = (128) µ Au =0,025
bd²f cd
Avec :
 A h
M Ed =N Ed (e +d- 2 ) M AEd  1,894 MN.m
 (128-1) 
e = M Ed + l0 +max(2cm; h ) e  0,12 m
 N Ed 400 30

M AEd : Moment réduit au centre des armatures comprimé ;

e : Centre de pression.
µ Au  µ BC : La section est partiellement comprimée.

On détermine donc les armatures comme en flexion simple et on aura les armatures en flexion simple :
A s  55,36 cm² > A s,min  14,39 cm²

Les armatures en flexion composée sont donc :


N Ed
A r =As  (129)
σ1,e

Après calcul, on trouve A r < 0 donc on peut armer le mur de front avec l’armature minimale,

A r =A s ,min = 3 HA 25

 Armature de peau
Comme dans le mur en retour, on a A s,surf = 8,42 cm²

On prend A reél = 8 HA12= 9,05 cm²

118
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

c. Dalle de transition

Le compactage du remblai au droit des culées est très difficile. Quand la compacité n’est pas
atteinte, on risque d’avoir beaucoup de tassement. En effet, la dalle de transition est destinée à atténuer
ce tassement en répartissant les charges vers les remblais. Elle assure aussi la transition entre la
chaussée souple au niveau des routes avec la chaussée semi-rigide du pont.
Dans la pratique, la dalle de transition est armée par de treillis de T12 avec une maille de 20cm x 20
cm.

Figure 39. Ferraillage de la dalle de transition.

14.2. ETUDE DE LA PILE

14.2.1. Prédimensionnement de la pile

14.2.1.1. Schéma des éléments de la pile :

Figure 40. Schéma de la pile

14.2.1.2. Prédimensionnement des éléments de la pile :

La pile est constituée par un chevêtre, deux colonnes et la semelle.

119
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 86. Prédimensionnement de la pile


Hauteur : h ch  1,00 m
Chevêtre
Longueur : Lch = 7,00 m
Largeur : lch =1,50 m
Hauteur : H = 5,50 m
Colonne Diamètre : D =0,75 m
Longueur : L  9,00 m
Semelle Hauteur : h = 1,50 m
Largeur : l = 3.5 m

14.2.1.3. Efforts verticaux

a. Lignes d’influences des réactions aux appuis de la pile P1

On procède comme dans la culée et l’allure est donnée par la figure suivant :

TS
UDL

Figure 41. LI de la réaction P1

b. Réaction due aux surcharges

La réaction d’appuis pour une poutre dus aux surcharges est : Yq = 2209.76 kN

Tableau 87. Réaction d’appuis


Charges Réaction d’appuis (kN)
Permanente 7296.48
Surcharges 4419.52

c. Poids propres des éléments de la pile :

Les poids propres des éléments de la pile sont résumés dans le tableau suivant :

120
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 88. Poids propre de la pile


Eléments Charge (kN)
Chevêtre 262.5
Libre 33.58
Colonne Déjaugé 87.92
Semelle 1050

14.2.1.4. Efforts horizontaux

a. Effet de courant :

Le courant exerce une pression hydrodynamique H sur les parties immergées.


H = ρ.k.A.V² (130)

ρ = 10 kN/m3 : Poids volumiques de l’eau ;


k = 0.4 : Coefficient dépendant de la forme des colonnes ;
A=D.PHEC = 3.33 m² : Maître couple de l’obstacle selon la direction de l’écoulement
V = 3.33 m/s : Vitesse en amont au droit de l’obstacle
H = 145.36 kN

b. Effet du vent :

Prenons la pression du vent cyclonique égale à 4kN/m² sur l’ouvrage et 0.8 kN/m² sur le garde de
corps.

Tableau 89. Effet du vent


Forces Chevêtre Colonne Garde-corps Tablier
V (kN) 4.5 14.4 37.8 493.5

c. Effet de freinage :

La force de freinage est déjà calculée dans la culée.

14.2.1.5. Vérification de la stabilité de la pile :

La pile doit être vérifiée au glissement et au renversement, longitudinalement et transversalement. Il


faut donc :

121
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Stabilité au renversement : Stabilité vis-à-vis du glissement


MS  1.5M R (131) f.Fv  1.5FH (132)

Fv ; MS : Efforts et Moment des forces qui tendent à stabiliser la pile par rapport au point de
renversement (réaction de la superstructure et le poids propre de la pile).

FH ; MR : Efforts et Moments des forces qui tendent à renverser la pile (vent, courant et force de
freinage).
f = 0.6 : Coefficient de frottement entre le béton et le terrain de fondation.

Tableau 90. Vérification de la stabilité de pile


Transversalement Longitudinalement Conclusion
MS 24.01 MS 31.01 MS
(MN.m)  4.61  1.5  7.29  1.5 VERIFIE
5.21 MR 4.25 MR
MR (MN.m)
Fv 9.23 f.Fv 9.23 f.Fv
(MN.m)  6.83  1.5  7.91  1.5 VERIFIE
0.81 FR 0.70 FR
FH (MN.m)

14.2.1.6. Etude du chevêtre

a. Modélisation

Le système {semelle + colonnes + chevêtre} est supposé rigide dans la suite. Le chevêtre est assimilé
à une poutre reposant sur 2 appuis. C’est seulement le poids du chevêtre qui crée sa flexion. En effet
la compression venant de la superstructure est transmise directement aux colonnes qui jouent le rôle
de poteaux. Les 2 parties extrêmes se comportent comme des consoles.

b. Armature en flexion

Figure 42. Schéma de calcul des armatures

122
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 91. Armatures du chevêtre


Appuis Travée
Med (MN.m) 0.277 0.621
Mser (MN.m) 0.205 0.460
Ted,g (MN) -0.444 0
Ted,d (MN) 0.799 0
Tser,g (MN) -0.329 0
Tser,d (MN) 0.592 0
µcu 0.0119 0.0266
µcu < µlu = 0,3717
zc (m) 0.96 0.95
As1 (cm²) 6.66 15.04
As,min (cm²) 19.34 19.34
As1 (cm²) 19.34 19.34
4 Φ 25 4 Φ 25
Aréel (cm²)
19.64 19.64
10.27 10.27
As,surf (cm²)
7 HA 14 7 HA 14

14.2.1.7. Armatures de colonne :

a. Sollicitations

Pour une section circulaire, on a


4l0 20.A.B.C
λ= < λlim = (133)
D n
Avec :
1
A= : φef est inconnu pour la prise en compte de fluage donc on prend A = 0.7
1+0.2φef

B = 1+2ω : ω est inconnu donc on prend B = 1.1

C =1.7 - rm : En général rm =1 D’où C = 0.7


NEd
n= : Effort normal réduit.
ACfcd
λ = 20.53 > λ lim  10.21  Calcul en flexion composé.

123
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 92. Calculs de sollicitations dus à l’excentricité


Excentricité du premier Imperfections Sollicitations au centre de
ordre géométriques gravité
 N Ed = 8.22 MN
MEd 0.189 l0 3.85 
e1 =   0.023 m ei =   0.009 m  M Ed,0 = N Ed .e 0 = 0.268MN.m
NEd 8.22 400 400 e = e +e = 0.032 m
 0 1 i

b. Excentricité du second ordre :

Moment réduit à l’ELU :


On a :
h h µBC = 0.189
µ BC = 0.8 (1- 0.4 )
d d
Et λ = 20.53 > λ lim  10.21  nécessité de calcul de l’effet du second ordre.
h Δe0 = 2.21cm
Δe 0 = max(2cm; )
30
Et on réduit les sollicitations au centre de gravité des aciers tendus.
 h
 M Ed,A = N Ed (e 0i +d - ) MEd,A =0.477 MN.m
 2
 e 0i = e1 +e i +Δe 0

Le moment réduit dus à l’effet du second ordre est :


MEd,A
µAu = µAu = 0.48
bd² fcd
On fait la comparaison entre le moment réduit :

µBC = 0.189 < µAu = 0.48 La section est entièrement comprimée

c. Section d’armatures initiale :

La section d’armatures étant inconnue à ce stade, on prendra donc une section de départ,
symétrique, obtenue en négligeant les effets du second ordre à partir des diagrammes d’interaction
(cf. Annexe béton armé)

124
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Pour cela, on peut assimiler la colonne comme un rectangle de 0.665*0.665 m². pour une
section symétrique (béton et armatures), il convient de prendre en compte le supplément
d’excentricité : Δe0 =2.21cm
 Arguments d’entré dans les abaques :
M d = M Ed,0 +N Ed .Δe 0 M d = 0.45 MN.m

Md 0.45
µ= µ=  0.092
b.h².fcd 0.665  0.665²  f cd
NEd 8.22
ν=n= ν=  1.13
b.h.fcd 0.665  0.665  16.7

On trouve les pourcentages des armatures dans les abaques :


µ = 0.092 
   tot =0.46
ν =1.13 
Puisqu’on dispose une armature symétrique donc
1 f
As1 = As2 =  tot bh cd As1 = As2 = 39.04 cm²
2 f yd

On prend As1 = As2 = 39.27 cm² = 8 HA 25

 Armature transversale :
 max
t  max (6mm; )  8mm
4
st  min(20min ; D ; 400 mm) = 40 cm

max min  25 m : Diamètre minimale et maximale de barre dans la section circulaire


D : diamètre de colonne.
 Longueur d’ancrage dans le chevêtre :
La longueur de l’ancrage de référence est donnée par :
 σsd
lb,rqd =  hs (134)
4f bd
f bd  2,25 η1 η2f ctd  3.49 MPa : Limite de la contrainte d’adhérence ;

0,7fctm
fctd  αct  1.55 MPa : Résistance de calcul en traction du béton ;
γs

125
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

fctm =0.3fck 2/3 : Résistance moyenne en traction ;


η1 = η2 =1 : Bonne condition d’adhérence et   32mm .

lb,rqd = 78 cm
La longueur d’ancrage dans le calcul est :
lbd = α1 α2 lb,rqd = 62.4 cm
cd  
1  1  0.15 : Fonction de condition d’enrobage ;

α2 = 1- kλ =1 : Fonction du confinement des armatures transversales.

14.2.2. Appareil d’appuis

On dispose pour chaque appui de l’ouvrage deux appareils placés transversalement (un sous chaque
poutre). Les appareils d’appuis à utiliser sont en élastomère fretté où les frettes sont en aciers
inoxydable avec une limite d’élasticité fy = 500 MPa.
Les culées sont supposés infiniment rigide seuls les appareils d’appuis se déforme

14.2.2.1. Schéma et dimensionnement de l’appareil d’appuis

Tableau 93. Dimensionnement de l’appareil


d’appui
a=45 cm Largeur dans l’axe longitudinale
b=60 cm Largeur transversale
ts=7,60 cm Epaisseur de la frette
t = 1,20 cm Epaiseur du feuillet elementaire
tt = 0,40 cm Epaisseur de l'appareil
cf = 10,71 Coefficient de forme (ab/2*t(a+b)
Figure 43. Schéma de l’appareil d’appuis

14.2.2.2. Distribution des efforts horizontaux

On suppose que les culées soient supposées infiniment rigides. Seuls les appareils d’appui en
élastomère se déforment. Pour les piles, seules les déformations des colonnes, chevêtre et appareil
d’appui seront à considérer. On va considérer les efforts normaux dus aux charges permanentes et

126
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

surcharges d’exploitation, les efforts fléchissant dus au freinage, au retrait et à la variation de la


température.

a. Coefficient de souplesse

Les coefficients de souplesse sont calculés à la section de la culée et sur appuis.

Tableau 94. Coefficient de souplesse des appuis


Eléments Coefficient de souplesse Valeur (m / MN)
Instantanée Différé
appareil 1 t
Culée d’appui = t 0.088 0.176
K app nGab
1 (h ch +h col )3 -h 3col
Chevêtre = 0.0006 0.0016
K ch 3nEI ch
1 h 3col
Pile Colonne = 0.030 0.090
K col 3nEI
1 t
Appareil = t 0.088 0.176
K app nGab

G : Module d’élasticité transversale de l’appareil d’appui où G =1.6 MPa (instantanée) et


G = 0.8 MPa (différé) ;
E : Module d’élasticité de béton où E = 3.3  10 4 M Pa (instantanée) et E = 1.1  10 4 M Pa (différé) ;
bch .e3ch
Ich =  1.97 m4 : Moment d’inertie du chevêtre ;
12
n = 2 : Nombre d’appareil d’appui sur les culées et sur les piles.

b. Efforts de freinage :

Les efforts de freinage sont calculés comme dans le tableau ci-dessous :

Tableau 95. Effort de freinage


Ki
FL = H L (MN)
Effort de freinage
 Ki Uf (m)
Instantanée Culée 0.148 0.004
Pile 0.106 0.004
Différé Culée 0.099 0.088
Pile 0.123 0.088

127
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Uf : Déplacement d’appuis dus aux forces de freinage.

c. Efforts dus aux retraits, au fluage et à la variation de température :

Les retraits sont calculés dans le paragraphe fluage et retraits du béton.


Désignation Courts termes Long termes
Retraits 1,68104 2,41104

On a

F=
r K.U'
i i (135)

Fr : Efforts dus aux retraits, fluage du béton et variation de température ;


Ki : Coefficient de rigidité de i ;
U'i  U 0 + d i : Déplacement des appuis par rapport à C0 ;

U 0 =-
K d
i i
: Déplacement de la culée C0 ;
K i

di = εli : Déformation totale de l’appui ;

Tableau 96. Efforts dus aux retraits, fluage du béton et variation de température.
C0 P1 P2 C2
X (m) 0 45 105 150
di, CT (m) 0 0.00756 0.01764 0.0252
di, LT (m) 0 0.010845 0.025305 0.03615
U0, CT (m) -0.013
U0, LT (m) -0.018
Ui, CT (m) -0.013 -0.005 0.005 0.013
Ui, LT (m) -0.018 -0.007 0.007 0.018
Fr, CT (kN) -143.182 -57.273 57.273 143.182
Fr, LT (kN) -204.545 -79.545 79.545 204.545

14.2.2.3. Vérifications des appareils d’appuis :

On vérifie les appareils d’appui à long terme.

128
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 97. Vérifications de l’appareil d’appui


Conditions Applications numérique Conclusion
Glissement Fr + FL < Rf 0.293  0.41 Vérifié
Pression R 2.aGcf
moyenne σm =  σ max = σ m = 45.89 MPa  σ max  33.82 MPa Vérifié
ab 3t t
Epaisseur de t t  max(U f ;U'i ) t t  0.076  0.022 Vérifié
l’appareil
d’appui
Epaisseur de 2,6.Rt
frette ts  t s  4 mm  1.6 mm Vérifié
abf y
Déformation α cd +α qd +α αd <7 α cd +α qd +α αd =2.39 < 7 Vérifié

R : Réaction sur un demi-mur de front ;


a, b, tt , ti , cf : Caractéristique de l’appareil d’appui ;
1.5R
αcd = : Déformation dus aux charges de la superstructure ;
Gabcf
Ui +U f
α qd = : Déformation dus aux déplacements des appuis ;
tt
ca²
α αd = : Déformation initiale ;
13t²
0.6
f = 0.1+ =0.113 : Coefficient de frottement ;
σmax

σmax : Pression limite ;


F,r FL : Efforts dus aux retraits et freinage.

129
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE XV : FONDATION

15.1. GEOTECHNIQUE

15.1.1. Sondages pressiométriques (cf. Annexes géotechniques)

15.1.1.1. Coupes des sols en place :

Suivant les sondages à la tarière mécanique, le site du projet présente superficiellement d’une
couche d’Argile Limoneuse (L.A). Et jusqu’à 14 m de profondeur, on rencontre une succession
alternée des couches de Sables fin Argileux (S.A) et de l’Argile Sableuse (A.S). Notons à part qu’au
niveau du point Pr2, de 1,30 m à 5,00 m de profondeur, la nature observée est de l’Argile plastique.
De 14,00 m à 18,00 m de profondeur, c’est une couche de Roche Décomposée (R.D) et avant
d’atteindre le banc rocheux vers 22,50/23,50 m de profondeur, on rencontre de couche de calcaire
friable (cf. Annexes géotechniques).

15.1.1.2. Hydrologie de site :

En date de septembre 2010, pendant laquelle les sondages ont été effectués, la nappe phréatique a été
décelée vers 0,60/1,60 m de profondeur.

15.1.1.3. Mesures pressiométriques :

Jusqu’à 22 /23,00 m de profondeur, les caractéristiques intrinsèques obtenues à chaque mètre de


profondeur varient de :
E = 0,80 à 35,20 MPa
Pl = 0,08 à 2,70 MPa

15.1.1.4. Données pressiométriques :

Le Tableau 98 ci-après montre les résultats des sondages pressiométriques effectués dans le site du
projet

130
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 98. Données pressiométriques


Sondage Pr1 Pr2
Profondeur (m) E (Mpa) pi (Mpa) E (Mpa) pi (Mpa)
1 1.2 0.14 0.90 0.08
2 0.9 0.11 0.80 0.08
3 0.9 0.12 4.00 0.45
4 3.8 0.38 6.30 0.60
5 3.9 0.48 11.50 1.07
6 3.7 0.47 10.20 0.94
7 6.2 0.58 7.40 0.85
8 6.3 0.56 3.70 0.47
9 7.7 0.67 5.70 0.61
10 7.1 0.69 5.50 0.67
11 6.9 0.69 6.20 0.72
12 10.2 0.77 6.00 0.74
13 9.5 0.80 4.90 0.70
14 11.4 0.86 5.00 0.84
15 13.3 1.00 6.60 0.96
16 22.4 1.33 10.30 1.03
17 26.8 1.59 11.40 1.25
18 33.6 1.97 17.80 1.68
19 29.5 1.83 25.40 2.05
20 34.1 1.99 20.30 1.87
21 31.3 1.84 31.00 2.25
22 33.1 1.91 32.10 2.70
23 35.2 2.12
Source : LNTPB

15.1.1.5. Recommandations :

Pour le cas du présent projet, il s’agit d’un ouvrage d’art dont l’importance repose sur la
résistance de la fondation vis-à-vis des efforts horizontaux (crue mini d’un débris solide). Ainsi, la
fondation proposée est de type profond avec des pieux forés simples ancrés dans les couches
résistantes.

15.1.2. Calcul de la capacité portante ultime des pieux

La capacité portante ultime des pieux est déterminée selon l’Eurocode 7, annexe C3.

131
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Q = A.k  pLM - p0  +P (qsi .zi ) (136)

Où :
A : Aire de base du pieu qui est égale à l’aire réelle des pieux à base fermée ;

pLM : Valeur représentative de la pression limite à la base du pieu corrigée pour toutes les couches
molles sous-jacentes ;

p0 = 0,5 (σv - u) + u : Avec σv est la pression de surcharge verticale totale au niveau de l’essai et u
est la pression interstitielle au niveau de l’essai ;
k : Facteur de capacité portante donné dans le tableau C.4 (annexe géotechnique) ;
P : Périmètre du pieu ;

qsi : Résistance du fût par unité de surface pour la couche du sol i donnée sur la Figure C.1,
lue conjointement avec le Tableau C.5 ;(annexe géotechnique) ;

zi : Epaisseur de la couche i.
Après calcul, on trouve :
Qpr1 = 1.92 (pointe) + 4.30 (frottement)
Qpr2 = 2.59 (pointe) + 4.31 (frottement)

15.1.3. Détermination de la résistance de calcul Rcd et nombre des pieux

15.1.3.1. Résistance de calcul

La résistance de calcul est définie par :


R cd = R b,d + R s,d (137)


R b,d = R b,k / γ b , γ b  1.6 (pointe)
 : Résistance de pointe et frottement affectant le coefficient γ
R s,d,  R s,k / γ s , γ s  1.3 (frottement)

R cd,Pr1 = 4.51 MPa et R cd,Pr2 = 4.93 MPa

15.1.3.2. Action de calcul

On utilise la combinaison à l’ELU qui résulte les actions le plus défavorable.

132
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Fcd, = N'Ed

Tableau 99. Action de calcul


Sollicitation Culée Pile
Fcd, (MN) 7.89 17.92

15.1.3.3. Calcul pieu

a. Nombre

Fcd
n p  1.5 (138)
R cd

Tableau 100. Nombre de pieu


Culée Appui
R cd,pr1 4.51 4.51
R cd (MPa) R cd,pr2 4.93 4.93
Fcd, (MPa) 7.89 17.92
n p,pr1 2.60 5.96
np n p,pr2 2.40 5.46

On dispose donc 4 pieux sous semelle dans la culée et 6 pieux sous semelle des piles.

15.2. CALCULS SEMELLE

15.2.1. Calcul des armatures de la semelle

Notre semelle est portée par 4 pieux sous culée et 6 pieux sous pile. On suppose que les pieux
travaillent 2 à 2 de façon symétrique et supportent les demi-charges venant du dessus. Ce qui se
ramène à calculer une demi-semelle sur 2 ou 3 pieux.
Calculs semelle :

15.2.1.1. Descente des charges

Les sollicitations arrivées à la base de la semelle sont :


Culée C0 :
- Réactions de la culée dus aux superstructures et les surcharges

133
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

- Poids propre des éléments d’infrastructure (chevêtre, pile, semelle)


Appui P1 :
- Réactions d’appuis dus aux superstructures et les surcharges
- Poids propre des éléments d’infrastructure (chevêtre, pile, semelle)
On peut résumer dans le tableau ci-dessous :

Tableau 101. Combinaisons d’actions pour une semelle


Sollicitations Culée Pile
N’Ed (MN) 7.89 17.92
N’ser (MN) 5.846 13.27

15.2.1.2. Sollicitations pour une demi-semelle

N Ed b
Les moments fléchissants de calcul sont obtenues par : M = (2d'- a- a )
8 B
B : Largeur de la semelle correspondante ;
b : Largeur dans le sens transversale des éléments transporteurs verticaux ;
a : Largeur dans le sens longitudinale des éléments transporteurs verticaux ;
d’ : Distance entre axe des pieux
NEd : Charge soumise à la demi-semelle.

Tableau 102. Moments fléchissants dans les demi-semelles


Sollicitation   Culée Appui
Moment fléchissant (MN.m) 2.278 8.157

15.2.1.3. Calculs des armatures

Les semelles sont sollicitées en flexion simple et on prend d (bras de levier de l’armature
tendus) à partir de la formule :
a a
0.7 (a'- )  d  a'- ; a' = 1.75 m a = 0.4 m
2 2
Où 0.935  d  1.35 ; on prend d=1.35 m et la hauteur réelle de la semelle vaut 1.40 m.
D’où les armatures

134
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Tableau 103. Armature de semelle de liaison


Armatures Culée Appui
As1 (cm²) 39.23 144.72
A réel (cm²) 39.27 ou 8 HA 25 144.76 ou 18 HA 32

15.2.2. Dispositions constructives

On prévoit les façons dont on va ferraillé les semelles d’où il y a peut-être des modifications des
valeurs issues des calculs.

Tableau 104. Armatures compléments


Armatures Culée Appui
A sup  0.1A 8 HA 10 10 HA 14
A v  0.1A / d 6 HA 10 7 HA 14
A v  0.05A / d 4 HA 10 7 HA 10

CONCLUSION PARTIELLE

La troisième partie consiste aux vérifications de tous les éléments de la superstructure du pont
mixte. Elles sont très lourdes à causes de détails et paramètres non négligeable.
On constate que tous les éléments à justifier sont vérifiés autrement dit que les dimensionnements sont
bon vis-à-vis aux sollicitations auxquels les éléments sont soumis. Les éléments predimensionner
auparavant sont donc retenus sans modifications mais avec respect de toutes les hypothèses considérer
auparavant aussi.
Pour les infrastructures, le choix de 4 pieux dans la semelle sous culée et 6 pieux dans la semelle sous
piles est convenable du fait de la symétrie et du côté pratique de la réalisation.
On passe dans le chapitre suivant qui est évaluation financière et l’étude d’impact
environnemental du projet.

135
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

PARTIE V : EVALUATION FINANCIERE ET ETUDE D’IMPACTS


ENVIRONNEMENTAUX
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE XVI : ETUDE FINANCIERE

Dans ce chapitre, on évalue le coût nécessaire pour la réalisation du projet tout en


respectant la règle de l’art et les différentes prescriptions techniques.

16.1. PHASAGE ET DESCRIPTION DES TRAVAUX

Les travaux à effectuer comprennent plusieurs étapes :

Tableau 105. Phasage et description des travaux


N° phase Etapes Activités
1 Les travaux - La commande des aciers ;
préparatoires - La fabrication en atelier ;
- L’installation de chantier ;
- La construction des ouvrages auxiliaires ;
- Le transport sur chantier ;
- La réalisation du terrassement.
2 Mise en œuvre - La réalisation de la fondation de l’ouvrage :
de  Forage des pieux ;
l’infrastructure.  Réalisation des semelles.
- Exécution des culées :
 Réalisation du mur de front ;
 Réalisations des chevêtres ;
 Réalisation mur garde grève, dalle de transition ;
 Réalisation des murs en retour ;
 Mise en place des appareils d’appui.
- Exécution des piles :
 Exécution des colonnes ;
 Réalisation des chevêtres ;
 Mise en place des appareils d’appui.
3 Travaux de la - Assemblage sur chantier ;
superstructure. - Lancement des poutres principales ;
- Coulage de la dalle ;
- Mise en place de la couche d’étanchéité ;
- Mise en place des trottoirs.
4 Mise en place - Exécution des remblais d’accès ;
des protections - Mise en œuvre des tapis d’enrochement ;
et des - Mise en œuvre de la couche de revêtement du tablier ;
équipements de - Mise en place des équipements : barrière de sécurité,
l’ouvrage glissière…
- Peinture, implantation des balises et les marquages au sol
;
5 Les travaux de - Epreuve de charge sur l’ouvrage ;
finition  Nettoyage du chantier ;
 Réception provisoire ;
 Repli du chantier.

138
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

16.2. COEFFICIENT DE MAJORATION DE DEBOURSES K :

Le coefficient de vente à pour expression :


(1+f g ) (1+f c )
K= (139)
TVA
1- ba(1+ )
100
Où les coefficients fg, fc, ba sont respectivement les pourcentages des FG (Frais Généraux), FC
(Frais de Chantier, BA (Bénéfice et Aléas) et TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) qu’on peut prendre
à 20%.
Le tableau ci-dessous montre les valeurs des coefficients cités ci-dessus dans le projet :

Tableau 106. Valeurs des coefficients pour le coefficient de déboursé K


Origine des frais Interprétation Pourcentages
Frais généraux Nécessaires au bon fonctionnement
Proportionnels aux déboursés de l’entreprise : (4 à 30 %)
"FG" - Frais de siège ; de CR
- Frais d’exploitation ;
- Frais d’étude… 25 % (0.25)
Frais proportionnels aux Les frais à imputables à un ouvrage
dépenses indirectes de chantier mais ne pouvons pas être affecté à un (5 à 20 %) de
"FC" ouvrage élémentaire : DS
- Grues ;
- Centrale béton… 15 % (0.15)
Bénéfice et Aléas "BA" Rémunération de capitale de
l’entreprise et compensation des (0 à 10 %) de
imprévus : CR ou PVHT
- Arrêt de chantier
- Reprise de mal façon… 7 % (0.07)

D’après calcul, on a
K = 1,57

16.3. EXEMPLE DE SOUS DETAILS DE PRIX

139
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

Prix n°   
Désignation Acier ordinaire HA
Rendement 5500 kg/j   
Composantes des prix Coûts directs Dépenses directs Total (Ar)
Désignations U Qté U Qté PU (Ar) Matériel M.O Matériaux   
Matériels Outillages fft 1 fft 1 45,000.00 45,000.00   
Total matériels 45,000.00
Main d'œuvre
Façonnage Chef de chantier Hj 1 h 1 1,050.00 1,050.00   
Chef d'équipe Hj 1 h 3 950.00 2,850.00
Ferrailleur Hj 3 h 8 850.00 20,400.00
Manœuvre Hj 3 h 8 600.00 14,400.00
Montage Chef d'équipe Hj 1 h 3 1,050.00 3,150.00
Ferrailleur Hj 1 h 8 850.00 6,800.00
Manœuvre Hj 2 h 8 600.00 9,600.00
Total main d'œuvre 58,250.00
Matériaux Aciers kg 1 kg 5500 2,900.00       15,950,000.00   
Fils recuits kg 0.05 kg 275 1,800.00       495,000.00
Total matériaux 16,445,000.00
Déboursé sec (DS) 16,548,250.00
K=1.57 P.U = K(DS/R) 4,723.77
Arrondi à 4,724.00

140
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

16.4. ESTIMATION GLOBALE DU COUT DES TRAVAUX

Il s’agit d’une estimation globale du coût de l’ouvrage.

Tableau 107. Devis quantitatif et estimatif


N° Désignation Unités Quantités P.U en Ariary Montant en Ariary
0 INSTALLATION ET REPLI DE CHANTIER
0.1 Installation de chantier Fft 1 500000000.00 500000000.00
0.2 Repli de chantier Fft 1 300000000.00 300000000.00
1 TERRASSEMENT ET TRAVAUX PREPARATOIRES
1.1 Nettoyage de lit de cours d'eau U 2 5520000 11040000.00
1.2 Ouvrage de déviation U 1 90000000 90000000.00
1.3 Démolition des constructions bétonnées m3 500 50000 25000000.00
1.4 Fouille en tout terrain pour fondation de l'ouvrage m3 528 25000 13200000.00
1.5 Forage de pieux ml 460 600000 276000000.00
2 INFRASTRUCTURE
2.1 Béton Q400 m3 361.28 550000 198705735.34
2.2 Béton Q350 m3 228.47 450000 102811186.02
2.3 Acier HA kg 13798.18 5400 74510192.95
2.4 Coffrage m² 543.56 200000 108711255.76
2.5 Enrochements m3 300.00 50000 15000000.00
3 SUPERSTRUCTURE
3.1 Béton Q400 m3 337.50 550000 185625000.00
3.2 Acier HA m3 21937.50 5400 118462500.00
3.3 Poutre PRS S355 kg 284850.00 11500 3275775000.00
3.4 Connecteurs kg 2134.08 11500 24541920.00
3.5 Entretoise (IPE) kg 12117.60 11500 139352400.00
3.6 Coffrage métallique kg 1425.00 200000 285000000.00
4 EQUIPEMENTS
4.1 Béton Q350 m3 75.00 450000 33750000.00
4.2 Acier HA kg 1762.50 5400 9517500.00
4.3 Coffrage m² 150.50 200000 30100000.00
4.4 Barrière BN4 ml 300.00 90000 27000000.00
4.5 Joints de chaussée U 45.00 2500000 112500000.00
4.6 Appareil d'appuis U 0.16 160000 26265.60
4.7 Signalisations Fft 2.00 3000000 6000000.00
TOTAL HTVA 5962628955.67
TVA (20 %) 1192525791.13
TOTAL TTC 7155154746.80

Arrêté le présent devis à la somme de SEPT MILLIARDS CENT CINQUANTE-CINQ


MILLIONS CENT CINQUANTE-QUATRE MILLE SEPT CENT QUARANTE-SIX
ARIARY QUATRE-VINGT (7 155 154 746. 80 Ariary) dont la TVA de 20 % est de UN
MILLIARD CENT QUATRE-VINGT-DOUZE MILLIONS CINQ CENT VINGT-CINQ
MILLE SEPT CENT QUATRE-VINGT ONZE ARIARY TREIZE (1 192 525 791. 13
Ariary).

141
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

16.5. ETUDE DE RENTABILITE DE L’INVESTISSEMENT

16.5.1. Généralités

La pertinence du projet est justifié par la rentabilité impliquant les recettes apportées par le
projet sont supérieur à la dépense qu’il représente.
On utilise la théorie micro-économique classique pour justifier la rentabilité qui est
paramétré par : valeur actuelle nette positive ( VAN  0 ), taux de rentabilité interne supérieure au
taux de placement bancaire ( TIR  t ), délai de récupération de capital investi (DRCI) et l’indice
de profitabilité supérieur à 1 ( IP >1 )

16.5.2. Valeur actuelle nette (VAN)

La somme des « cash-flows » prévisionnels du projet actualisé au taux d’actualisation est traduit
par :
VAN =  Fp (1+t)-p - I (140)

Où :
Fp : Flux net de trésorerie de la période p ;

Fp = R n -A : Avec R n le bénéfice net (recette – dépense) et A l’amortissement.

t = 12% : Taux d’actualisation de la banque centrale ;


I : Investissement initial.
p : Nombre d’années

16.5.2.1. Bénéfice net

La recette annuelle initiale (année 0) de mise en service est estimée à 500 000 000, 00 Ariary pour
le district le plus concerné avec un taux de croissance annuelle de 5%.
Les dépenses sont composées par le coût d’entretien tous les 2 ans pour maintenir l’ouvrage en
bon état estimé à 5% de la recette annuelle et les autres dépenses de district estimé à 10% de la
recette annuelle.

16.5.2.2. Amortissement

Le taux d’actualisation de l’amortissement est de 5% à partir de délai de récupération de capital


investi.

142
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

16.5.3. Taux interne de rentabilité (TIR)

La valeur de TIR correspond au taux d’actualisation qui rend nulle la VAN.


TIR = Fp (1+x)-p - 1 (131)

16.5.3.1. Délai de récupération de capital investi (DRCI)

Le DRCI correspond au nombre de période où le capital investi est récupéré.

16.5.3.2. L’indice de profitabilité (IP)

L’indice de création de valeur est obtenu par :

IP =
 F (1+x)
p
-p
-1
(132)
I

16.5.3.3. Applications numériques

Après les calculs (cf. Annexe Evaluation de projet), on fait des interpolations pour le DRCI et le
TIR et on aura les valeurs numériques suivantes :
19 ans  
DRCI    19.65 ans 
20 ans  
VAN  52 154 995.26  0 
  Vérifiés
12 % (VAN = 52 154 995.26)  
TIR :   12.054 % (VAN = 0) 
14 % (VAN = -858 440 483.08) 

IP = 1.21 

Toutes les conditions citées ci-dessus sont remplies donc on constate que le projet est
rentable.

143
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CHAPITRE XVII : ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX

Le projet de construction d’un nouveau pont entrainera des impacts potentiels négatifs et
positifs sur son environnement naturel et humain au cours de ses trois principales phases, celle de
la préparation, celle du chantier et celle de l’exploitation. L’objectif de cette étude est alors
d’identifier ces impacts et d’évoquer les possibles mesures d’atténuation ou de compensation pour
assurer l’intégrité de l’environnement dans le développement de la zone du projet.

17.1. IDENTIFICATION DES IMPACTS POTENTIELS

17.1.1. Au cours de préparation et la phase du chantier

Les impacts potentiels au cours de ces phases sont à caractère exclusivement négatif dont il s’agit
de :

- La perte d’activités et d’emplois, suite à la libération de l’emprise de la route.


- La gêne de la circulation et l’aggravation de l’insécurité routière,
- Les risques de dégradation de la santé publique à travers la prolifération des maladies
sexuellement transmissibles, MST, suite à l’arrivée massive des employés et des ouvriers sur
les lieux du chantier et l’augmentation de passagers.
- Les autres impacts négatifs à signaler au cours de ces phases et qui sont d’importance
variable s’articuleraient autour du risque de dégradation des ressources naturelles et d’atteinte
à la santé humaine à travers la pollution de tout genre (pollution sonore, dégagement de
poussière, déchets, eaux usées, huiles usagées), l’aggravation de l’érosion et la détérioration
du couverture végétale dans les zones d’emprunt, l’atteinte aux richesses forestières et à la
biodiversité et l’entrave à la circulation naturelle des eaux de surface.

17.1.2. Au cours de la phase d’exploitation de la route

Trois impacts majeurs caractériseraient cette phase dont les deux premiers sont négatifs et un
dernier positif, il s’agit de :

- L’augmentation du trafic routier et l’amplification des risques d’accidents ;


- Les risques d’augmentation de la pression sur les ressources naturelles
et particulièrement les forêts tout autour du tracé de la route ;
- Le désenclavement de la région et la promotion de son développement et par

144
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

conséquent l’amélioration de la qualité de vie de sa population constituant l’impact positif


majeur du projet et le sens même de sa réalisation.

17.2. MESURES D’ATTENUATION

Tableau 108. Mesures d’atténuation selon les analyses des impacts.


Impacts Importance et Mesures
nature.
Phase préparation du chantier
Démolition d’habitats et perte Indemniser les populations à déplacer à la hauteur
d’activités et d’emplois. Majeure/Négatif de la valeur actuelle de remplacement de leurs
biens démolis.
Démolition des infrastructures Prévoir des mesures d’accompagnement pour les
hydrauliques et communautaire et infrastructures communautaires afin d’éviter tout
risque d’accidents pour les usagers Majeure/Négatif
risque d’accident : Clôture, signalisation,
de l’eau.
ralentisseur de vitesse…,
Phase de chantier
Création d’emplois pour les besoins Inciter l’entreprise à recruter en priorité auprès de
directs et indirects du chantier la population locale essentiellement celle affectée
Moyenne/Positif par le projet et plus particulièrement en ce qui
concerne la main d’œuvre non qualifiée.
Gène de la circulation et aggravation Utilisation d’engins disposant de certificat
de l’insécurité routière et des d’aptitude à la circulation :
risques d’accidents.
Majeure/Négatif - Délimitation des itinéraires des engins ;
- Mise en place de la signalisation routière
appropriée ;
- Information des riverains et des usagers
de la route du programme de chantier.
Pollution sonore Etablissement d’un horaire de travail de manière
à minimiser les nuisances sonores :
Mineure/Négatif - Formation des travailleurs ;
- Entretien régulier des véhicules ;
- Limitation des vitesses à la traversée des
agglomérations et des zones sensibles.
Risque de pollution : Poussière, Récupérer les eaux usées domestiques des base-vie
huiles usagées, eaux usées, déchets et les évacuer vers des puisards :
- Collecter et stocker les déchets domestiques
issus des base- vie dans des sites appropriés
Majeure/Négatif - Collecter et entreposer les filtres et les huiles
usagées dans des récipients fermés
- Couvrir les camions transportant les matériaux
pendant les périodes de vent violent et arroser
régulièrement les pistes en travaux
particulièrement en période sèche.
Dégradation de la santé de la
- Conception et mise en œuvre d’un programme
population à travers la Majeure/Négatif
d’éducation, d’information et de
propagation des MST

145
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

communication sur les MST à l’intention du


personnel de l’entreprise ;
- Soumettre régulièrement le personnel à des
visites et examens médicaux de dépistage de
MST et orienter le cas échéant les personnes
affectées vers le Programme National de lutte
contre les MST ;
- Mettre des préservatifs à la disposition du
personnel de l’entreprise régulièrement et en
quantité suffisante ;
- Conception et mise en œuvre d’un programme
d’éducation, d’information et de
communication sur les MST à l’intention des
populations locales.
Aggravation de l’érosion et
- Choisir les sites d’emprunt hors des zones
dégradation du couvert végétal
sensibles ;
dans les zones emprunt.
- Mener l’exploitation de manière à prévoir et
mettre en application toute mesure de stabilité
Moyenne/Négatif anti érosive ;
- Restaurer et réhabiliter tout site exploité après
achèvement des travaux ;
- Elaboration d’un plan de gestion
environnemental spécifique par site et le faire
approuver avant le démarrage de son
exploitation.
Phase d’exploitation
Augmentation du trafic routier et
- Interdire la réinstallation de la population sur
amplification des risques d’ l’emprise et les abords immédiats de la route ;
accidents. Majeure/Négatif
- Mettre en place une signalisation routière
appropriée.
Risque d’augmentation de la - Elaborer et mettre en œuvre des campagnes de
pression sur les ressources communication et de sensibilisation au tour de
naturelles tout autour du tracé de la richesse naturelle ;
la route Majeure/Négatif - Renforcer les moyens de gestion et de contrôle
des réserves et des forêts naturelles à proximité
de la route ;
- Promouvoir des actions ponctuelles de
reboisement.
Désenclavement de la région et Conception et mise en œuvre d’une campagne de
promotion de son Majeure/Positif promotion de la région et de ses atouts.
développement
Promotion de la qualité de vie Promotion et amélioration d’activités
des populations riveraines Majeure/Positif génératrices de revenus.

L’étude d’impact environnemental permet de cerner l’enjeu environnemental du projet.


Les impacts sont surtout positifs pour la population. Toutefois, des mesures sont prises pour
limiter, voire éradiquer, les éventuels impacts négatifs durant le chantier.

146
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

CONCLUSION

La réussite du projet de construction de pont neuf de Befandriana Sud aura à terme un


impact social important non seulement sur les populations riveraines mais aussi sur tous les
usagers de la route en termes de gain de temps, de meilleur accès aux services sociaux de base
pour les ménages pauvres, mais également de meilleur écoulement des productions agricoles.
Il y aura aussi un impact économique pour les villages riverains en ce qui concerne la
valorisation des potentialités touristiques et minier, ce qui contribuera à la création d’emplois et
à l’augmentation des revenus.
Du point de vue technique, pour les superstructures, l’étude est principalement orientée
vers : le dimensionnement des éléments de la charpente métallique et du béton armé qui constituent
la construction mixte, la détermination des efforts agissant dans les structures ainsi que les
vérifications des contraintes dans les différents éléments d’un tel ouvrage. Pour les infrastructures,
on calcul la descente des charges puis on détermine les efforts agissant dans chaque élément. Ces
derniers sont très importants pour les dimensionnements des armatures afin que les éléments
dimensionnés résistent très bien aux sollicitations auxquels ils sont soumis.
L’utilisation des normes Eurocodes comme règlement dans le présent projet est satisfaisant
dans le cas de Madagascar (même si le cout de l’ouvrage est très onéreux). Ces normes visent une
durée de vie très longue de 100 ans pour le pont et qui correspond à l’insuffisance du budget de
l’Etat pour la construction neuve. En notant que l’Eurocode n’est pas un manuel de
dimensionnement mais un texte de règlements.
Il paraît évident de dire que ce mémoire de fin d’étude fût une bonne expérience en
complément de la formation que nous avons suivi à l’ESPA. De plus, il nous a permis d’apprendre
des logiciels de calculs très intéressants dans le domaine du génie civil tels que : EXCEL,
ACOBRI, MIXTEWIN, EC4, LTbeam et de connaitre les nouvelles règlements EUROCODES.
Pendant l’élaboration de ce mémoire, beaucoup de difficultés sont rencontrés comme dans
les étapes de vérification des sections mixtes et justification à la fatigue. On considère beaucoup
des paramètres et de plus les calculs sont très lourds. Mais on choisit la méthodologie de suivre à
la lettre le guide Eurocode et enfin on a réussi de résoudre ces problèmes même s’il engage
beaucoup de temps.
L’étude du côté structurale des pieux est écartée dans l’étude de construction de pont de
Befandriana Sud. Ceci peut constituer un travail à part entière en ajoutant avec une élaboration de
programme de calcul des pieux automatisé selon les conditions géotechniques et structurales des
ouvrages d’art à construire.

147
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

BIBLIOGRAPHIE

[1] Aribert J. M., Abdel-Aziz K., Calcul des poutres mixtes jusqu’à l’état ultime avec un effet
de soulèvement à l’interface acier béton, Construction métallique, 1985, n°4.
[2] Aude PETEL, Gilles LACOST, Jean Michel LACOMBE, Pont mixte acier béton,
Septembre 2012.
[3] Courbon J.,Calcul des Structures,191 p, DUNOD, 1972.
[4] Damier Dreier, Conception et dimensionnement d’un pont, Lausanne, Juillet 2006.
[5] Jan Bujnak, Analyse globale de poutres mixtes acier béton, Université de Zilina, Slovaquie,
septembre 2007.
[6] Jean Marie Paillé, Calculs des structures en béton, Guide d’application (632.p), Eyrolles,
Saint-Germain, 2009.
[7] Jean Roux, Maitrise de l’Eurocode 2 (Tome 1), Guide d’application (358 p), 2009.
[8] Jean Roux, Pratique de l’Eurocode 2 (Tome 2), Guide d’application (685 p), 2009.
[9] Réné Maquoi, Rik Debruyekere, Jean François Demonceau et Lincy Pil, Guides de
construction métallique et construction mixte acier-béton dans les bâtiments et dans les ouvrages
d’arts selon l’Eurocode 4 (322.p), Colophon, 2010.
[10] Sebastien Burlon, Méthode de dimensionnement et justification de la portance des pieux
selon l’EUROCODE 7, La défense, 11 juin 2013.
Christian GILBERT, Le calcul des fondations, ENPC, Paris, Fevrier 2012.
[11] SETRA : Guide méthodologique – Eurocodes 3 et 4 – Application aux ponts routiers
mixtes acier-béton. Sétra, Juillet 2007.
[12] SETRA, Abaques des calculs des moments sur appuis d’un bipoutre mixte de section
variable liés aux phasage de construction (135.p).Ouvrage d’art n°64, juin 2008.
[13] SETRA, Abaques pour la flexion locale d’un bipoutre à entretoise (40 p), Ouvrage d’art
n°54, Mars 2007.
[14] SETRA, Cours d’eau et ponts, 172 p, SETRA, Juillet 2007.
[15] SETRA, CTICM, Combri (Partie I : Application des règles Eurocodes), guide de
conception, (293.p), 2008.
[16] SETRA, CTICM, Combri (Partie II : Pratique actuelle et conceptions nouvelles des ponts),
Guide de conception, 142 p, 2008.
[17] SETRA, Guide de conception méthodologique d’application aux ponts routes mixtes acier
béton : Eurocode 3 et 4, SETRA, juillet 2007.

148
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

[18] SETRA, Guide de conception et justification des ponts métalliques et mixtes : résistance à
la fatigue, SETRA, CTICM, SNCF, mai 2009.
Cours
[19] Rahelison, Landy H., Cours et polycopié de Mécanique des sols et de Management de
construction routière, BTP3-5e A,Vontovorona, 2011-2013, ESPA.
[20] Rajoelinantenaina, S., Cours et polycopié de Ponts, BTP4e A, Vontovorona, 2012, ESPA.
[21] Rakotoarivelo, R., Cours Résistance des matériaux et Calculs des structures. BTP3-4e A,
Vontovorona, 2011- 2012, ESPA.
[22] Rakotonirina, S., Cours et polycopié de Mécanique des sols, BTP4e A, Vontovorona, 2012,
ESPA.
[23] Rasolofoniaina, Rivo L., Cours et polycopié de Construction métallique, BTP5e
A,Vontovorona, 2013, ESPA.
[24] Ravaoharisoa, L., Cours de Béton Armé aux Etats-Limites, BTP3e A, Vontovorona, 2011,
ESPA.
Webographie
www.cours génie civil.com
www.afnor.com
www.calameo.com
www.technique-béton.com

149
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO/ MEMOIRE INGENIORAT/ BTP

ANNEXES
ANNEXES

ANNEXES A: CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES SECTIONS

Structure mixte
Aire de la section

Aa = bitfi + hwtw + bstfs : Section métallique ;


Ab = edalle.beff : Section du béton ;
Am,non fiss =Aa +Ab /neq : Section mixte non fissurée ;

Am,fiss = Aa + Aarma,inf + Aarma,sup : Section mixte fissurée.


Moment d’inertie de section

bi t3fi bWt 3w bs t 3fs t t h


Ia = + + +(YGas - fs )2 .bst fs +(YGai - fi )2.bi t fi +( -YGai ).t w h w : Charpente ;
12 12 12 2 2 2
e3dalle
Ib =beff . : Béton ;
12
Im,non fiss =Ia +Ib /neq +Aa (Ya -YG,non fiss )2 +Ab /neq (Yb -YG,non fiss )2 : Mixte non fissurée ;

Im,fiss =Ia +Aa (Ya -YG,fiss )2 +Aarma,inf (Yarma,inf -YG,fiss )2 +Aarma,sup (Yarma,sup -YG,fiss )2 : Mixte fissurée.
Centre de gravité
A i Yi e dalle
YGa = : Charpente ; Yb =h+ : Béton ;
Ai 2

YG,non fiss =(AaYa +AbYb /neq )/Am,non fiss : Mixte non fissurée ;
A a YGa +A b Yb /n eq
YG,fiss = : Mixte fissurée ; neq : Coefficient d’équivalence
A a +A b /n eq

I
ANNEXES

ANNEXES B: ABAQUES POUR LA FLEXION LOCALE DE LA DALLE

Annexe B1 : Abaque du moment d’encastrement et moment longitudinal au centre pour la


classe de trafic 2

II
ANNEXES

Annexe B2 : Abaque du moment transversal au centre, classe de trafic 2

III
ANNEXES

ANNEXES C: ABAQUES DE CALCUL DES MOMENTS AUX APPUIS

Annexe C1 : Abaques M1 et M2 Charge ponctuelle au milieu de la travée 1

IV
ANNEXES

Annexe C2 : Abaques M1 et M2 Charge uniformément répartie dans la travée 1

V
ANNEXES

Annexe C3 : Abaques M1 et M2 charge ponctuelle et charge répartie au milieu de la travée2

VI
ANNEXES

Annexe C4 : Abaques M1 et M2 Charge uniformément répartie dans tout l’ouvrage

VII
ANNEXES

ANNEXES D: HYDROLOGIE ET HYDRAULIQUE

Q(m3/s)
Debit

Hauteur

Courbe de tarage

Influence de la contraction Influence de l’angle d’ouverture

Influence du nombre de Froude

Influence de nombre de pile

VIII
ANNEXES

ANNEXES E: EUROCODE 2

Annexe E1 : Diagramme de calcul d’enrobage minimal

Classe structurante S4 (projet 50 ans) ;


Classe de résistance du béton.

Majoration ou minoration à partir de la classe d’exposition


de l’élément étudié (tableau 4.3NF)
Classe structurale recommandée S4
Classe d’exposition
Critère X0 XC1 XC2/XC3 XC4 XD1 XD2/XS1 XD3/XS2/
XS3
Durée 100 ans 100 ans 100 ans 100 ans 100 ans 100 ans 100 ans
d’utilisatio Majoration Majoration Majoration Majoration Majoration Majoration Majoration
n de projet de 2 classes de 2 classes de 2 classes de 2 classes de 2 classes de 2 classes de 2 classes

Classe de 3 0 / 37 3 0 / 37 35 / 45 40 /50 40 /50 40 /50 45/ 55

résistance Minoration Minoration Minoration Minoration Minoration Minoration Minoration


de 1 classe de 1 classe de 1 classe de 1 classe de 1 classe de 1 classe de 1 classe
Enrobage Minoration Minoration Minoration Minoration Minoration Minoration Minoration
compact de 1 classe de 1 classe de 1 classe de 1 classe de 1 classe de 1 classe de 1 classe

Classe Si
i = 4 + majorations éventuelles
- minorations éventuelles

Exigence environnementale pour Cmin, dur (mm)


Détermination de Classe Classe d'exposition
Cmin, dur en fonction de Si Structurale X0 XC1 XC2/XC3 XC4 XD1/XS1 XD2/XS2 XD3/XS3
S1 10 10 10 15 20 25 30
S2 10 10 15 20 25 30 35
S3 10 10 20 25 30 35 40
S4 10 15 25 30 35 40 45
S5 15 20 30 35 40 45 50
S6 20 25 35 40 45 50 55

Cmin,b=max ( des armatures ou n des paquets de barres)

Cmin=max (Cmin,b ; Cmin, dur ;10mm)

Cnom = Cmin + cdev


Tolérances cdev = 10 mm

IX
ANNEXES

Annexe E2 : Classe du béton en fonction de l’environnement et classe de résistance

Classe du béton en fonction de l’environnement :

X
ANNEXES

Classe de résistance du béton :

XI
ANNEXES

Retraits du béton :

Moments réduits 10-4µlu dans le cas où la contrainte de compression du béton n’est pas limitée :

Limitation de contrainte dans les aciers et dans le béton selon l’Eurocode :

Classe de ductilité des aciers:

XII
ANNEXES

Annexe E3 : Organigramme de calcul en flexion simple

Diagramme A

XIII
ANNEXES

Diagramme A

Diagramme B

XIV
ANNEXES

Diagramme B

Annexe E4 : Diagramme de calcul de vérification d’une section en B.A (ELU, ELS)

Vérifications d'une section en


béton armé

Vérifications à l'ELU Vérifications à l'ELS

Diagramme C Vérifications de l'ouverture


Vérifications des contraintes des fissures

Diagramme C

Vérifications à l'ELU

Aciers transversaux Aciers longitudinaux

Résistance à Flexion
Résistance en l'effort Poinçonneme locale Cisaillement le long des
flexion tranchant nt à l'ELU cumule des surfaces des reprises
armatures

XV
ANNEXES

Diamètre maximal des barres en fonction de l’ouverture de fissure

Espacement maximal des barres en fonction de l’ouverture de fissure

Annexe E5 : Diagramme de calcul de la nature de sollicitation de section.


Sollicitations
N, M

N<0 N>0
Eléments en Eléments en

Calcul e0
Calculs de

Sections Sections Sections Sections


entièrement tendue partiellement partiellement entièrement
tendue tendue comprimée

XVI
ANNEXES

Annexe E6 : Abaques d’interaction selon l’Eurocode 2 (sections entièrement comprimée)

XVII
ANNEXES

ANNEXES F: EUROCODE 3

Annexe F1 : Diagramme de calcul de classement de section

Classification des
section

calcul de l'élancement d'une paroi de profilé

classe 1 classe 2 classe 3 classe 4

Analyse plastique ou Analyse élastique calcul d'une section


Analyse plastique ou élastique
élastique efficace

Réclassement en 3

Analyse élastique

Annexe F2 : Diagramme de justification d’une section métallique

Justifications d'une
section métallique

E.L.U E.LS

Vérification Etude du Etude au Vérifications Vérifications Vérifications


Justification à l'effort voilement déversement des de la flèche de contrainte
en flexion sous raidisseurs
tranchant
cisaillement
Diagramme
Intéraction D Vérifications Rigidité au
M-V de la rigidité à flambement par
l'effort torsion
tranchant

XVIII
ANNEXES

Diagramme D

vérification au déversement

Elements transversaux Poutre principale

Calcul du moment critique Détérmination de la rigidité de portique

calcul d'élancement reduit Calcul de charge critique

calcul d'elancement reduit

Calcul facteur de
réduction

XIX
ANNEXES

Annexe F3 : Critères pour la classification des semelles et Critères pour la classification de


l’âme pour un profilé métallique

XX
ANNEXES

Annexe F4 : Choix des courbes de flambement

Courbe de flambement a0 a b c d
Coefficient 0.13 0.21 0.34 0.49 0.76

XXI
ANNEXES

Annexe F5 : Fatigue

1 pour les moments fléchissants sur appui et à mi- portée pour les ponts routiers

max pour les moments fléchissants sur appui et à mi portée dans les ponts routiers.

XXII
ANNEXES

XXIII
ANNEXES

ANNEXES G: GEOTECHNIQUE

Annexe G1 : Point de sondage

Coupe de sol en place

XXIV
ANNEXES

Annexe G2 : Résultats aux sondages pressiométrique (Pr1, Pr2)

XXV
ANNEXES

Annexe G3: Détérmination de la capacité portante des pieux

Frottement latéral des pieux

(1) Frottement latéral (MPa)/ (2) Pression limite (pLM) (MPa)

XXVI
ANNEXES

Propriétés des couches


N° couche 1 2 3 4 5 6 7
z (m) 1.1 2.4 3.5 7 4 1.5 5
Pr1
h (kN/m3) 19.3 18.3 18.1 19.2 17.5 18.2 17.6
sat (kN/m3) 20.8 21.4 19.8 19.9 20.3 20 20.3
Source : LNTPB

N° couche 1 2 3 4 5
z (m) 1.3 3.7 9 4.8 3.7
h (kN/m3) 20.1 19.1 18.4 17.3 17.6 Pr2
sat (kN/m3) 21 22.4 19.8 19.9 20.1
Source : LNTPB

Calcul de la capacité portante des pieux


Sondage Pr1 Pr2 qsi
classe Classe
z(m) E (Mpa) pi (Mpa) E (Mpa) pi (Mpa) Pr1 Pr2
1 1.2 0.14 A 0.90 0.08 A 0 0
2 0.9 0.11 A 0.80 0.08 A 0 0
3 0.9 0.12 A 4.00 0.45 A 0 0.022
4 3.8 0.38 A 6.30 0.60 A 0 0.025
5 3.9 0.48 A 11.50 1.07 B 0 0.06
6 3.7 0.47 A 10.20 0.94 B 0 0.057
7 6.2 0.58 B 7.40 0.85 B 0 0.054
8 6.3 0.56 B 3.70 0.47 A 0 0.022
9 7.7 0.67 B 5.70 0.61 A 0 0.024
10 7.1 0.69 B 5.50 0.67 A 0 0.026
11 6.9 0.69 B 6.20 0.72 B 0 0.04
12 10.2 0.77 B 6.00 0.74 B 0 0.04
13 9.5 0.80 B 4.90 0.70 A 0 0.023
14 11.4 0.86 B 5.00 0.84 A 0 0.038
15 13.3 1.00 6.60 0.96 A 0.08 0.119
16 22.4 1.33 10.30 1.03 A 0.16 0.115
17 26.8 1.59 B 11.40 1.25 B 0.18 0.16
18 33.6 1.97 B 17.80 1.68 B 0.2 0.187
19 29.5 1.83 B 25.40 2.05 B 0.11 0.12
20 34.1 1.99 B 20.30 1.87 B 0.119 0.12
21 31.3 1.84 B 31.00 2.25 B 0.12 0.12
22 33.1 1.91 B 32.10 2.70 B 0.2
23 35.2 2.12 B 0.2

XXVII
ANNEXES

ANNEXES H: PHASAGE DE CONSTRUCTION

Ordre de bétonnage des segments des dalles

Age du béton à la fin de chaque phase

Load Time Seg1 Seg2 Seg3 Seg4 Seg5 Seg6 Seg7 Seg8 Seg9 Seg10 Seg11 Seg12 Seg13 Seg14 Seg15 Age t0
Seg 1 0
Seg 2 3 3 3
Seg 3 6 6 3 4.5
Seg 4 9 9 6 3 6
Seg 5 12 12 9 6 3 7.5
Seg 6 15 15 12 9 6 3 9
Seg 7 18 18 15 12 9 6 3 10.5
Seg 8 21 21 18 15 12 9 6 3 12
Seg 9 24 24 21 18 15 12 9 6 3 13.5
Seg 10 27 27 24 21 18 15 12 9 6 3 15
Seg 11 30 30 27 24 21 18 15 12 9 6 3 16.5
Seg 12 33 33 30 27 24 21 18 15 12 9 6 3 18
Seg 13 36 36 33 30 27 24 21 18 15 12 9 6 3 19.5
Seg 14 39 39 36 33 30 27 24 21 18 15 12 9 6 3 21
Seg 15 42 42 39 36 33 30 27 24 21 18 15 12 9 6 3 22.5
Fin 45 45 42 39 36 33 30 27 24 21 18 15 12 9 6 3 24
superstructure 75 75 72 69 66 63 60 57 54 51 48 45 42 39 36 33 54
phase de co 75 75 72 69 66 63 60 57 54 51 48 45 42 39 36 33 55.5

XXVIII
ANNEXES

ANNEXES I: EVALUATION FINANCIERE

Annexe I1 : Devis quantitatif des matériaux


Eléments Unités Nombre Quantités

INFRASTRUCTURE
Béton Q400 m3 18.064
Pieux 8
Acier HA 500 kg 451.604
Béton Q350 m3 27.000
Semelle Acier HA 500 kg 2 634.50
Coffrage m2 51.00
Mur de front Béton Q350 m3 12.88
Acier HA 500 kg 2 302.68
Coffrage m2 41.48
Mur en retour Béton Q350 m3 2.29
CULEES
Acier HA 500 kg 4 53.76
Coffrage m2 10.63
Mur garde grève Béton Q350 m3 5.40
Acier HA 500 kg 2 126.90
Coffrage m2 39.75
dalle de transition Béton Q350 m3 7.02
Acier HA 500 kg 2 161.46
Coffrage m2 29.88
Appareils d'appuis Elastomère 4 0.02
Béton 400 m3 18.06
Pieux 12
Acier HA 500 kg 451.60
Béton 350 m3 42.00
Semelle Acier HA 500 kg 2 1050.00
Coffrage m2 62.50
Colonne Béton 350 m3 2.43
PILES
Acier HA 500 kg 4 57.10
Coffrage m2 12.96
Chevêtre Béton 350 m3 10.50
Acier HA 500 kg 2 246.75
Coffrage m2 27.50
Appareils d'appuis Elastomère 4 0.02
SUPERSTRUCTURE
Poutres et ses éléments kg 2 142425
METALLIQUES Entretoises kg 20 605.88
Connecteurs kg 3952 0.54
Revêtements T 96.6
CHAUSSEE Accrochages et impregnation T 10.5
Joints ml 45
tuyaux de drainage ml 30
Garde-corps ml 300

XXIX
ANNEXES

Annexe I2 : Calcul de la VAN

ANS REC AN (Ar) Dép An (Ar) Dépense (Ar) Recette nette (Ar) Flux nette (Ar) Depense totale (Ar) Ammort(Ar) TAUX VA (Ar) Flux total (Ar)
1 500,000,000.00 50,000,000.00 450,000,000.00 807,757,737.34 50,000,000.00 357,757,737.34 0.893 721,212,265.48 721,212,265.48
2 525,000,000.00 31,500,000.00 52,500,000.00 441,000,000.00 798,757,737.34 84,000,000.00 357,757,737.34 0.797 636,764,777.85 1,357,977,043.34
3 551,250,000.00 55,125,000.00 496,125,000.00 853,882,737.34 55,125,000.00 357,757,737.34 0.712 607,776,866.39 1,965,753,909.72
4 578,812,500.00 28,940,625.00 57,881,250.00 491,990,625.00 849,748,362.34 86,821,875.00 357,757,737.34 0.636 540,030,446.36 2,505,784,356.09
5 607,753,125.00 60,775,312.50 546,977,812.50 904,735,549.84 60,775,312.50 357,757,737.34 0.567 513,371,248.30 3,019,155,604.39
6 638,140,781.25 31,907,039.06 63,814,078.13 542,419,664.06 900,177,401.40 95,721,117.19 357,757,737.34 0.507 456,057,886.13 3,475,213,490.52
7 670,047,820.31 67,004,782.03 603,043,038.28 960,800,775.62 67,004,782.03 357,757,737.34 0.452 434,617,476.95 3,909,830,967.47
8 703,550,211.33 35,177,510.57 70,355,021.13 598,017,679.63 955,775,416.97 105,532,531.70 357,757,737.34 0.404 386,021,660.63 4,295,852,628.09
9 738,727,721.89 73,872,772.19 664,854,949.71 1,022,612,687.05 73,872,772.19 357,757,737.34 0.361 368,764,386.62 4,664,617,014.72
10 775,664,107.99 38,783,205.40 77,566,410.80 659,314,491.79 1,017,072,229.13 116,349,616.20 357,757,737.34 0.322 327,470,037.46 4,992,087,052.18
11 814,447,313.39 81,444,731.34 733,002,582.05 1,090,760,319.39 81,444,731.34 357,757,737.34 0.287 313,567,527.12 5,305,654,579.30
12 855,169,679.06 42,758,483.95 85,516,967.91 726,894,227.20 1,084,651,964.54 128,275,451.86 357,757,737.34 0.257 278,403,143.81 5,584,057,723.11
13 897,928,163.01 89,792,816.30 808,135,346.71 1,165,893,084.05 89,792,816.30 357,757,737.34 0.229 267,192,603.32 5,851,250,326.43
14 942,824,571.16 47,141,228.56 94,282,457.12 801,400,885.49 1,159,158,622.83 141,423,685.67 357,757,737.34 0.205 237,186,820.20 6,088,437,146.62
15 989,965,799.72 98,996,579.97 890,969,219.75 1,248,726,957.09 98,996,579.97 357,757,737.34 0.183 228,137,746.40 6,316,574,893.02
16 1,039,464,089.71 51,973,204.49 103,946,408.97 883,544,476.25 1,241,302,213.59 155,919,613.46 357,757,737.34 0.163 202,483,279.93 6,519,058,172.95
17 1,091,437,294.19 109,143,729.42 982,293,564.77 1,340,051,302.11 109,143,729.42 357,757,737.34 0.146 195,170,888.71 6,714,229,061.66
18 1,146,009,158.90 57,300,457.95 114,600,915.89 974,107,785.07 1,331,865,522.41 171,901,373.84 357,757,737.34 0.130 173,195,246.62 6,887,424,308.29
19 1,203,309,616.85 120,330,961.68 1,082,978,655.16 1,440,736,392.50 120,330,961.68 357,757,737.34 0.116 167,279,258.88 7,054,703,567.17
20 1,263,475,097.69 63,173,754.88 126,347,509.77 1,073,953,833.03 1,431,711,570.37 189,521,264.65 357,757,737.34 0.104 148,420,907.03 7,203,124,474.20
21 1,326,648,852.57 132,664,885.26 1,193,983,967.31 1,551,741,704.65 132,664,885.26 357,757,737.34 0.09256 143,628,609.61 7,346,753,083.81

XXX
ANNEXES

ANNEXES J: FERRAILLAGE

Annexes J1 : Plan de ferraillage

XXII
ANNEXES

Annexes J2 : Nomenclatures

XXIII
Auteur: Mr RAKOTONIMANANA Tohavina Andriamparany
E-mail: tohavinaa@gmail.com
Nombre de pages : 149
Nombre de tableaux : 108
Nombre de figures : 44
Titre du mémoire :

« ETUDE DE CONSTRUCTION D’UN PONT NEUF DE TYPE BIPOUTRE MIXTE SUR


LA RIVIERE DE BEFANDRIANA SUD, AU PK 102 + 400 DE LA ROUTE NATIONALE
N°9 SUIVANT LES NORMES EUROCODES. »

RESUME

Le présent travail présente l’étude de construction d’un pont neuf de Befandriana Sud. Il
s’agit d’un pont de 150 m de long de type bipoutre mixte à entretoise répartie en trois travées
continues. Le dimensionnement a été fait selon les normes EUROCODES qui constituent la
nouvelle norme de conception en vigueur en matière de construction et d’ingénierie civile. La
première partie de l’étude porte sur la justification du projet basée sur les potentialités
démographiques, économiques et de l’évolution du trafic dans la région Atsimo Andrefana.
Les analyses structurales pour la détermination des efforts auxquels la structure est soumise, ainsi
que les vérifications des sections dimensionnées ont été ensuite effectuées. D’autres points clés
tels que le dimensionnement des connecteurs, la prise en compte de la fatigue et le
dimensionnement des infrastructures ont été également abordés.

ABSTRACT

This work presents the study of the construction of a new bridge in Befandriana Sud. The
bridge is 150 m long. It is a three span continuous mixed double girder bridge. The dimensioning
has been done according to the EUROCODES which are the new standards for structural designs
in Construction and Civil engineering. The first part of the study addresses the project
justification based on the demographic and economic potentials, and the traffic growth in the
south west region. The structural analysis and the analytical stress calculation have been
completed. All the dimensioned parts have been checked. Other key points such as the
dimensioning of the connectors, the fatigue life calculation, and the dimensioning of the
infrastructure have been discussed and taken into consideration.

Mots clés : Béton armé, métallique, Ponts, bipoutre, mixte, Eurocode, encorbellement, fissurée.
Directeur de mémoire : Monsieur RAJOELINANTENAINA Solofo