Vous êtes sur la page 1sur 31

TECHNIQUES DE FORAGE : PRINCIPE & MATERIELS

UFR DESA : Géosciences Marines, Environnement, Aménagement et Gestion


Intégrée du Littoral
Rapport bibliographique
Présenté par
Mounir AMAR
Soutenue le 13 juillet 2007 devant le Jury :
 A. El Achheb : Professeur Enseignement Supérieur Encadrant
 A.Souhel : Professeur Enseignement Supérieur Examinateur
 El M.Ettachfini : Professeur Enseignement Supérieur Examinateur

1
TECHNIQUES DE FORAGE RAPPORT BIBLIOGRAPHIQUE
UFR DESA : Géosciences Marines, Environnement, Aménagement et Gestion Intégrée du
Littoral
TABLE DES MATIÈRES
UNIVERSITE CHOUAÏB DOUKKALI ............................................................................. 1
FACULTE DES SCIENCES ............................................................................................ 1
AVANT PROPOS: ........................................................................................................... 4
INTRODUCTION GENERALE: ....................................................................................... 5
BREF HISTORIQUE: ...................................................................................................... 6
GENERALITE : ............................................................................................................... 8
1. BATTAGE .............................................................................................................. 10
1.1. Principe............................................................................10
1.2. Critères .....................................................................................................11
1.3. Limites............................................................................12
1.4. Conclusion ................................................................................12
2. ROTARY ................................................................................................................ 13
2.1. Description du matériel ..........................................................................13
2.1.1. La sondeuse (fig.3) ........................................................................13
2.1.2. La garniture de foration .................................................................................15
2.1.3. Le marteau perforateur (figure 5 et 6) ................................................16
2.1.4. Les taillants (figure 6) ..................................................................................18
2.1.5. Le tricône .................................................................................................20
2.1.6. Le compresseur .............................................................................................20
2.1.7. Pompe à boue : figure 8.................................................................22
2.2. Système à circulation directe........................................................................................23
2.2.1. Principe ...........................................................................................23
2.2.2. Technique de foration au tricône à circulation directe ................................23
La réputation mondiale de la méthode rotary eut point de départ de forage d'un puits de
pétrole en 1901, au Texas, sur le fameux gisement de Spindletop. Au Rotary l'utilisation du
fluide est indispensable (M.Mili cours de forage Février 2002). .............................................24
a) Critères ….............................................................................................................................24
b) Limites.................................................................................................................................24
2.2.3. Technique de foration en percussion au MFT à circulation directe................................24
a) Critères .................................................................................................................................25

2
b) Limites............................................................................................................................25
2.2.4. Conclusion.....................................................................................................25
2.3. Système à circulation inverse ..................................................................................27
2.3.1. Principe .......................................................................................................................27
2.3.2. Technique de foration en vibropercussion (VPRH) à circulation inverse.....................27
a) Principe de la technique ...........................................................................................27
b) Critères ................................................................................................28
c) Limites......................................................................................................................28
2.3.3. Technique de foration en percussion au MFT à circulation inverse..............28
a) Principe de la technique .........................................................29
b) Critères (D’après document de FORACO):..................................................29
c) Limites....................................................................................................................31
2.3.4. Conclusion ..................................................................................31
2.4. Fluide de forage .......................................................................32
2.4.1. Types de fluide (selon M.Mili cours de forage Février 2002) : ....................................32
2.4.2. Fonctions du fluide ........................................................................32
2.4.3. Propriétés du fluide .........................................................................33
2.4.4. Inconvénients de la boue ............................................................................33
3. CAROTTAGE ......................................................................................................... 34
3.1. Principe de carottage au câble (figure12) ...........................................34
3.2. Exemple de sondeuse carottière : LF70 Carottage au diamant........................35
3.3. Critères ...................................................................................38
3.4. Limites .........................................................................................38
4. CONCLUSION GENERALE .................................................................................. 38

3
Techniques de forage Rapport bibliographique
UFR DESA : Géosciences Marines, Environnement, Aménagement et Gestion Intégrée du
Littoral
AVANT PROPOS:
Le premier but principal de forer un puit était de pouvoir accéder à la nappe souterraine et de
se disposer d’un certain débit à la surface du sol.
A ces fins, les moyens et les techniques ont subis une amélioration extraordinaire pour
atteindre à des performances beaucoup plus spécialisées, surtout avec le lancement des
campagnes de recherche d’eau puis celles d’exploration pétrolières et minières. La mise en
œuvre des sondages de reconnaissances dont le but générale c’est de s’informer
matériellement (physiquement) sur le sous-sol, à partir bien sûr de la description des
échantillons qui se mettent en surface lors de la perforation.
La technique du marteau fond de trou et celle de rotary a dépassé le stade expérimental. Ces
deux méthodes de forage ont prouvé leur pouvoir adaptatif aux nécessités économiques et
scientifiques par leurs matériels assez sophistiqués et grâce aux sondeurs qui ont pu maîtriser
la technique et acquérir une importante expérience du terrain.
L’emploi de ces deux fameuses méthodes de forage, exige de prendre en considération
plusieurs critères et d’être prêt à riposter aux différentes difficultés rencontrées au cours de
l’exécution du forage.
Dans ce sens, Mr Souhel et Mr El Achheb m’ont orienté, pour faire une étude
bibliographique,
pour cela :
Que ce soit, la technique utilisée au forage et quel que soit le but de ce dernier, il existe un
apport d'informations sur terrain, sur l'eau sur les sédiments et autres, qui pourraient être
mises en évidence et nous être beaucoup plus utile en tant qu’hydrogéologues &
sédimentologues.
Je voudrais bien, spécifier la présente étude par une description de quelques techniques
utilisées pour les forages et les sondages. Et je suivrais un classement qui va nous permettre
de savoir le taux d'utilité de chacune de ces techniques dans la prospection d'eau.

4
INTRODUCTION GENERALE:
Les populations les plus éloignées des eaux de surface, comme les rivières, les lacs, les
sources, sont venues très vite à la solution qui consiste à puiser l’eau dans le sous-sol qui s’y
trouve tout naturellement.
Très anciennement, les puits étaient exécutés par les moyens manuels, certaines de ces
techniques ont survenu jusqu’à nos jours. Par leurs simples matériels, la perforation s’effectue
manuellement ; au moins avec trois ouvriers ; aux terrains plus ou moins tendres où elle
s’achève à la rencontre de la première venue d’eau.
La plupart de ces simples techniques, dont je vais mentionner quelques-unes ailleurs, ne
dépassent pas une dizaine de mètre de profondeur.
Grâce à l’invention du moteur à vapeur qu’une machine de forage par battage mécanisé a vue
le jour et a entamé avec curiosité la recherche d’eau pour qu’elle sera ensuite surprise par sa
rencontre avec l’or noir, et c’est l'évolution. En gardant presque le même principe de forage,
l’évolution de ces appareils s’est faite pour perforer plus vite, plus profondément et bien sûr
moins chère.
Du forage par: Battage, Havage, Rotary à circulation inverse, Rotary à circulation directe,
Marteau fond de trou, Marteau fond de trou avec tubage à l'avancement, Marteau hors du trou,
Avancement ODEX et forage par Carotte, et autre toute une panoplie de méthode de forage
que chacune d'eux a des avantages et des inconvénients.
Le développement technologique et la nécessité d’exploration et d’exploitation des richesses
naturelles des sous-sol sont à l’origine du perfectionnement de ces techniques de forage
principalement celle du marteau fond de trou et celles de rotary.

BREF HISTORIQUE:
Le battage au câble ou à tige (figure1) pourrait être la plus ancienne procédure de perforation.
La première consistait à lâcher un outil de forage en métal qui s’enfonçait dans le sol par son
propre poids et à extraire la roche réduite en poudre à l’aide d’un conteneur cylindrique, alors
que la deuxième technique (utilisé au Bangladesh) consistait à enfoncer, en présence de l'eau,
une tige en bambou dans le sol et à l'aide d'une valve à mains, l'eau munie des débris est
rejeté.
D’après Mr GHAZOULI cette technique est apparus en Egypte et en Chine, il y’a quatre mille
ans. A l’époque le câble était en textile et les tiges en bambou (nom de différentes variétés de
plante analogues à des roseaux, qui poussent dans des pays chauds et dont la tige atteint
jusqu’à

5
25m).
A l’Etats-Unis de 1860 à 1866 des innovations réalisées sur la sonde percutante, ont permet
de fonder les véritables bases des techniques de pénétration en roche dure, grâce à l’invention
du levier de battage et son actionnement par l’énergie à vapeur, bientôt suivis par
l’équipement des ateliers d’une accroche coulisse (Hermann PLOTE 1986).
Dès 1880 une campagne de recherche d’eau et du pétrole par battage a été lancée avec succès
aboutissant à une amélioration du « savoir-faire » des sondeurs (Hermann PLOTE 1986). En
1890, le système rotary est devenu plus performant avec l’emploi de la boue, grâce à un
ingénieur français nommé Flauville qui a examiné en 1833 une opération de forage au câble
au cours de laquelle les appareils de forage s'enfonçaient dans l'eau. Il réalisa que l'eau, en
jaillissant, permettait d'extraire très facilement les déblais hors du puits. Dès lors, le principe
d'utilisation d'un fluide en mouvement pour évacuer les déblais du puits était établi.
A la fin de 1949, une innovation importante est apparue avec l’emploi de l’air comprimé
remplaçant le liquide de forage. Deux ans après, l’efficacité de rotary à l’aire est assimilée
(adopté) dans la recherche pétrolière avec une pénétration de 2000m de profondeur. L’une des
premières campagnes de recherche d’eau en Afrique, exécutée par cette technique (rotary à
aire), a été réalisée au Maroc en 1957, exactement sur les terrains paléozoïques du Maroc
orientale (Hermann PLOTE 1986).
Les premières applications du marteau fond de trou pour la recherche d’eau en milieu fissuré
sont signalées en Nouvelle Angleterre dans le milieu des années 1950(A.L Hodges, 1968).
Cette
Techniques de forage Rapport bibliographique UFR DESA : Géosciences Marines,
Environnement, Aménagement et Gestion Intégrée du Littoral
7
Méthode a été introduite en Afrique subsaharienne en 1973 (sud de la Mauritanie) (G.Martin,
1973) (Hermann PLOTE 1986).
Au cours des années 1960 le marteau hors de trou a subit une amélioration pour qu’il puisse
atteindre une cinquantaine de mètre de profondeur. Au Maroc, il est employé pour la
reconnaissance hydrogéologique (en 1974-76) (Hermann PLOTE 1986)
Techniques de forage Rapport bibliographique
UFR DESA : Géosciences Marines, Environnement, Aménagement et Gestion Intégrée du
Littoral
8
GENERALITE :

6
Le forage est un ensemble d’opérations qui permettent, par le biais d’un procédé mécanique,
de
creuser un trou de diamètre centi à décimétrique, généralement vertical et utilisé à des fins
scientifiques et /ou économiques Ce procédé mécanique correspond à tout un assemblage du
matériel ; monté sur camion ou bien inclut dans un atelier ; destiné à réaliser l’objectif du
projet bien sur en pénétrant le sous-sol. En fait, toutes les techniques de forage (battage,
rotary, foration à l’avancement odex…) sont valable pour les deux styles soit atelier ou bien
sur camion. Quel que soit la technique de forage employée, plusieurs précautions doivent être
prises-en
Considérations :
 La quantité d’énergie exigée pour la foration est régenté (diriger de façon autoritaire et
arbitraire) par les caractéristiques du terrain ;
Le tableau ci-dessous montre les numéros de catégorie et les caractéristiques correspondant à
Chaque type de terrain.
Catégorie du terrain
Caractéristiques du terrain
Terrain
8
Extrêmement durs Quartzites, Basaltes
8
Très durs Porphyre quartzeux, schistes siliceux, grès dur
7
Durs Granite compacte, conglomérats durs, minerais de fer
7
Durs Calcaire et grès durs, marbre, dolomite
6
Assez durs Grès ordinaire
6
Assez durs Grès schisteux
5
Moyens Schistes argileux durs
5
Moyens Schiste divers, marne compacte
4
7
Assez tendres Schiste tendre, craie, sel gemme, sol gelé, galets
4
Assez tendres Cailloutis, huile
3
Tendres Argile compacte, limon compact
3
Tendres Loess, gravier, charbon tendre
3
Terreux
Terre végétale, tourbe, sable
humide
2
Friables
Sable, remblais
1
fluents
Sable fluents, tourbe, loess saturé
d’eau
Tab 1 : Les duretés des différentes roches
Techniques de forage Rapport bibliographique
UFR DESA : Géosciences Marines, Environnement, Aménagement et Gestion Intégrée du
Littoral
9
 Pour les roches dures, les outils de foration auront besoin de refroidissement et de
lubrification ;
 Les débris de forage doivent être enlevés ;
 Les formations non consolidées exigeront l’appui pour éviter l’effondrement du puit.
Ce qui caractérise une technique de forage d’une autre c’est :
 Le type d'outil qui découpe la roche: trépan, tricône, taillant ;
 La nature des fluides qui transporte les déblais (cuttings) ;
 Le sens de circulation du fluide (boue, air et eau) pour le système rotary: celui-ci est directe
lorsque le fluide injecté à l'intérieur du train de tiges (garniture) et remonte les déblais par

8
l'espace annulaire entre le forage et la garniture; il est inverse, lorsque le fluide descend dans
ce même espace annulaire et remonte les déblais par l'intérieur du train de tiges.
Généralement l’objectif visé par la perforation et la nature du terrain à traverser, sont les
principaux facteurs prisent en considération lors du choix de la technique, alors que Les
catégories du matériel sont choisies selon les spécifications du trou, diamètre, profondeur,
position…
1. BATTAGE
La présente ancienne technique mécanisée est la plus simple et la plus utilisé au monde.
1.1. Principe
C’est une technique très ancienne, la perforation s'effectue à l’aide d’un câble muni à sa base
d’un outil appelé trépan de forme soit monolame, bilame ou cruciforme, de diamètre variant
entre 300 à 1200 mm (fig2). Cet outil est suffisamment lourd (400kg à3 tonnes) pour qu’il
puisse donner au câble une extension parfaite et pour minimiser tant que possible les
déviation du trou.
L’avancement de l’outil est régi par des mouvements de percussions qui lui sont transmis par
le câble. Cette technique de forage nécessite une injection de l’eau, depuis le début de la
pénétration jusqu’ à la rencontre de la première venue d’eau, et ceci pour refroidir et lubrifier
l’outil qui s’échauffe au cours de sa traversée des formations géologiques.
Figure (1): principe de la technique de forage au battage
Techniques de forage Rapport bibliographique
UFR DESA : Géosciences Marines, Environnement, Aménagement et Gestion Intégrée du
Littoral
11
La figure (1) c'est une description de la simple technique de forage au battage qui est encore
utilisé actuellement en plusieurs pays en Inde, Tanzanie et au Nicaragua. Cette méthode de
forage ne peut pas pénétrer des roches très dures telle que les basaltes et ne peut pas dépasser
une dizaine de mètre de profondeur.
Le même principe de battage au câble a été conservé, alors que le matériel a été amélioré pour
qu'il puisse pénétrer les roches dures et perforer vite et beaucoup plus profond. Cette
amélioration consiste à l’équipement d’un camion muni d'un levier par un treuil à câble et par
un moteur pour soulever le trépan (figure 2). Ce dernier est levé à une hauteur et avec une
fréquence qui dépend de la roche. Les déblais doivent ensuite être récupérés avec une curette.
Selon la nature du terrain, il est presque toujours nécessaire d'utiliser un tubage de travail, en
acier, pour protéger les parois du terrain.

9
Figure2: Appareil de percussion avec le trépan (cutting tool)
1.2. Critères
 Méthode rustique ne nécessitant qu'un matériel rudimentaire ;
 Peu coûteuse ;
 Diamètre important ;
 Faible besoin d'eaux au cours des travaux ;
 Technique applicable presque dans tous les terrains ;
 Bien adapter pour les forages de moyenne profondeur.
1.3. Limites
 Vitesse d'avancement faible, quelques mètres par jour ;
 Usure rapide des lames de trépan ;
 Perte de diamètre et déviations importante dans les passages fracturés ;
 Méthode peu adaptée dans les terrains plastiques ou boulants ;
 Faible profondeur d'investigation 200m.
1.4. Conclusion
Deux type de battage sont a distingué: le battage au câble, c'est la méthode la plus courante et
le battage au treuil qui est une technique utilisé en géotechnique, généralement dans la
fixation des pieux. L’apport d'information très faible, ainsi qu'on peut avoir des informations
que sur la profondeur de l'eau. Alors c’est une technique valable seulement pour des forages
d’exploitation et non pas de reconnaissance.
2. ROTARY
Lors d’un forage par rotary, la perforation s'effectue d'une manière rotative avec un matériel
lourd. La dislocation se fait par abrasion et broyage du terrain, par le biais d'un outil appelé
tricône et par roto percussion à l’aide d’un outil assemblé au marteau, appelé taillant,
l'évacuation des déblais se fait par la circulation, directe ou inverse du fluide (air, boue, eau).
L’efficacité de cette technique dépend principalement de la performance du matériel utilisé.
2.1. Description du matériel
2.1.1. La sondeuse (fig.3)
L'utilisation de sondeuses montées sur camion porteur tout-terrain est aujourd'hui largement
répandue que l'installation des ateliers. Le poids total des sondeuses compris entre 14.7 et 32
t. La rotation est assurée par un ou deux moteurs d'une puissance individuelle.
Exemple de sondeuse

10
L'évolution récente des foreuses travaillant à l'air comprimé va très nettement vers une
utilisation maximale de force hydraulique, pour tout travail autre que le fonctionnement du
marteau pneumatique et l'évacuation des cuttings. Il n'y a plus guère d'atelier travaillant dans
la
recherche d'eau qui ne soit doté au moins d'un moteur hydraulique à débit constant ou
variable. Dans le cas des appareils les plus perfectionnés, tous les mouvements essentiels
(rotation, translation, positionnement du mât, vérins, pompe à mousse) sont intégrés dans un
système
hydraulique de sorte qu'un débit d'air maximal peut être utilisé pour la foration (Hermann
PLOTE 1986).
Cette sondeuse polyvalente monté sur camion (fig.3) équipée par deux pompes à boue et un
compresseur. Elle assure une foration mixte (rotary-boue et Marteau fond de trou) avec
circulation inverse et système ODEX-RC.
Figure3 :BF831
Sondeuse polyvalente
(D’après document FORACO)
Les constructeurs décrivent leur appareil avec une grande précision, les performances de
celle-ci sont présentées sous forme d’une fiche technique en indiquant sa capacité maximale
et les caractéristiques de chacune de ces unités (moteur, tête de rotation, pompe à boue,
treuil…).
Exemple d’une fiche technique :
D’après document FORACO.
SONDEUSE POLYVALENTE BF831 (fig.3).
a) Capacités maximales
Circulation inverse: 1300 m de profondeur MFT/rotary: 2000 m de profondeur
b) Caractéristiques générales
 Forage
Angle de forage……………………………..………….……………….verticale
Capacité de franchissement……………………......................29% - 15°maxi
Vitesse de déplacement …………………….................................0 à 80km/h
 Poids et dimension (version 8×- Mercedes type 3234)
Largeur hors tout……………………………………………………….2 490 mm
Longueur hors tout, mat horizontal…………................................12 770 mm
Hauteur mat horizontal………………………………………………..4 500 mm
11
Poids…………………………………………………………………….32 000 kg
 Centrale d'énergie
Moteur: MERCEDES OM 441 LA-340HP
Puissance………………………………………………....250Kw à 1 900 tr/min
Pompe principale: POCLAIN PL………………………..…………….…...74 cc
Groupe multifonctions: Moteur hydraulique VOLVO F11/150 FCK...…150cc
 Rotation : Tête de rotation hydraulique
Vitesse de rotation………………………..................................10 à 100 tr/min
Couple maximum…………………………………………………...2 500 daN.m
Passage dans la tête……………………………………………………..120 mm
 Translation
Techniques de forage Rapport bibliographique
UFR DESA : Géosciences Marines, Environnement, Aménagement et Gestion Intégrée du
Littoral
15
Poussée……………………………………………………………..…..15 000 kg
Traction…………………………………………………………..……...80 000 kg
Vitesse de descente…………………………………………...…...4 à 20 m/min
Vitesse de remontée……………………………...........................2 à 15 m/min
Course utile……………………………………………………………………14 m
Treuil auxiliaire………………………………………………………………...2.5 t
Tubulaire utilisables……………………………………......................13 m max
 Injection air et boue
Une pompe SOGELIC : débit………………...............120 l/mm × 30 bars
Une pompe ONDINE : débit…………………………………45 l/mm × 45 bars
Un compresseur ATLAS COPCO XRHS 455……………...30 m3/h – 27 bars
Les performances avancées par les constructeurs pour les différents types de sondeuses restent
souvent très vagues et doivent être considérées avec quelque réserve, notamment en ce qui
concerne la profondeur maximale à atteindre. Celui-ci est en premier lieu fonction de la force
de traction (levée) des sondeuses et dépend donc largement du poids total de la garniture de
foration. Par conséquent, c'est le poids –et donc le diamètre- des tiges utilisées qui s'avère ici
déterminant tandis que l'influence du diamètre de foration peut être modifiée aussi bien par le

12
choix d'un diamètre de tiges adéquat qu'en utilisant un compresseur plus performant
(Hermann PLOTE 1986).
2.1.2. La garniture de foration
Les garnitures de foration sont des tiges creuses, permettant une bonne circulation du fluide,
fabriquées souvent en acier étiré, de longueur et de diamètre bien définie. Vissant les unes sur
les autres la série de garniture forme le train de tige dont la longueur de sa partie caché par le
troue indique sur la profondeur totale du forage.
Les diamètres de ces tiges sont choisis par les constructeurs pour qu’ils puissent équilibrer
entre les performances compressives de la sondeuse et le diamètre du trou à perforer.
Par exemple les sondages de reconnaissance, les diamètres courants vont de 70 à 90 mm; les
éléments lisses avec manchons au même diamètre, afin de réduire les pertes de charge lors de
l'ascension de l'air injecté, sont préférables. (Hermann PLOTE 1986).
Préalablement, sur les ateliers plus puissants, ils employaient souvent des tiges dont les
diamètres sont compris entre 114 et 140 mm (4 1/2 à 5 1/2"), et dont le poids est aussi très
sensiblement supérieur à celui des tiges utilisées pour la reconnaissance: de 79 à 118 kg pour
des éléments de 3 m (Hermann PLOTE 1986)., mais actuellement ces tiges, et plus, sont
utilisées seulement par les sondeuses montés sur camion (Figure 4.).
Leurs mises en place sont entièrement mécanisées. Et elles ont le rôle de réaliser par leurs
propre poids la charge axiale exercée sur l'outil et de maintenir par leurs rigidités la direction
de forage en réduisant ainsi la déviation de l'ouvrage.
2.1.3. Le marteau perforateur (figure 5 et 6)
Fixé au bout du train de tige pour la technique de marteau fond de trou et lie la sondeuse au
train de tige pour le marteau hors du trou.
En examinant la figure 5, on remarque que le marteau fond de trou a été conçu suivant le
principe du marteau-piqueur: l'air comprimé actionne un piston central d'où les coups de
percussion (ou de frappe) sont transmis au taillant fixé sur l'extrémité inférieur du marteau. Le
mouvement de rotation est répercuté au moyen de clavettes sur le taillant par une douille
d'entraînement. Vers le haut, à l'entrée dans le marteau, une valve d'étanchéité empêche la
pénétration d'impuretés vers les organes vitaux. C'est le plus souvent une soupape de retenue
montée sur ressort et qui se ferme lorsque la circulation d'air est interrompue. Son rôle est
particulièrement important pendant la foration en terrain aquifère (Hermann PLOTE 1986).
Figure 4: photo d'ensemble sondeuse et tiges
114mm « PROMAFOR MAROC » (D’après cliché A.El Achheb)

13
Les marteaux sont en général conçus pour travailler sous différentes pressions, et cela sans
qu'il soit nécessaire d'y apporter la moindre modification. Il existe toutefois des catégories de
marteaux "basse pression" avec une pression d'air élevée cause rapidement des dommages
réversibles à celui-ci, et surtout une forte usure de la douille d'entraînement. Il importe donc
bien de se renseigner, avant de commencer la perforation, sur la gamme des pressions
adéquates au marteau utilisé (Hermann PLOTE 1986).
Figure 5: Schéma d'un modèle de marteau fond de trou (COP 42)- Vue en coupe (D’après
document ATLAS-COPCO, n°20 306, 1980) tirer du livre de sondage au marteau fond de
trou en hydrogéologie (Hermann PLOTE 1986), et modifier.
A titre d'exemple, selon toujours le même auteur (Hermann PLOTE 1986):
 Les marteaux STENUICK ''basse pression ''de types H, ASS K (80 et 100) demandent une
pression ne dépassant pas 8 bars; les marteaux ‘‘hautes pressions '' (FLD et S) par contre
supportent jusqu'à 17 bars;
 La grande majorité des marteaux HALCO fonctionnent à des pressions de 7 à 14 bars; seuls
ceux de la série MACH peuvent être utilisés à une pression supérieure (17bars);
 Les modèles de marteaux standard ATLAS-COPCO (COP 42 et COP 62), construits pour
des pressions de 4 à 18 bars, se différencient en premier lieu par leur diamètre, le COP 6 étant
prévu pour des trous de 6''et plus;
Embout supérieur
Clapet anti-retour
Segment d’étanchéité
Tube centrale
Piston
Bouchon d’étranglement
Tube extérieur
Douille
Douille d’entraînement
Taillant
 Pour des diamètres de 6"à 6 1/2", INGER SOLLRAND a récemment remplacé son marteau
DHD 260 par le modèle DHD 360, portant ainsi la pression maximale utilisable de 17.2 à 24.1
bars.
Au sujet des dimensions des marteaux en général, les points suivants sont à prendre en
considération : dans la mesure de possible, on devra donner préférence à un marteau ayant le

14
même diamètre extérieur que le train de tiges, ceci surtout pour éviter l'effet de piston lors
d'une remontée de la garniture après constitution d'un bouchon de cuttings colmatant l'espace
annulaire entre tiges et parois du trou. Lorsqu'on dispose que d'un marteau de diamètre
supérieur, il importe de choisir un taillant de dimension telle que l'espace annulaire entre
marteau et paroi du trou puisse permettre un passage aisé des cuttings (Hermann PLOTE
1986).
2.1.4. Les taillants (figure 6)
Le taillant se fixe au bout du marteau fond de trou ou bien au bout de train de tige pour le
marteau hors de trou c’est un outil de conception robuste pour qu’il puisse attaquer la roche et
persister longtemps.
Sur le marché deux taillants de conception différente qui utilisent tous deux des éléments en
carbure de tungstène, insérés dans la face coupante en acier de l'outil. Le modèle le plus
ancien,
portant 4 lances de carbure (plaquettes) sous forme de prismes en croix (taillants en X), est de
moins en moins utilisé. Or c'est le seul type d'outil pour le marteau fond de trou qui offre une
certaine efficacité pour la foration dans les argiles compactes ou plastiques. Par contre, son
rendement dans les terrains fissurés paraît plus discutable. De toute façon, en terrain dur,
l'usure des plaquettes est relativement rapide en raison de leur grande surface d'exploitation, et
les possibilités d'affûtage sont limitées (Hermann PLOTE 1986).
Pour ces raisons, le taillant à bouton est devenu en peu de temps l'outil de perforation le plus
employé, d'autant plus que la mise au point d'un carbure encore plus résistant a permis
d'améliorer sensiblement sa longévité. Il est d'ailleurs disponible dans une plus grande variété
de diamètre que le taillant à plaquettes. La disposition des boutons en hémisphère a été
étudiée afin d'obtenir une fragmentation optimale de la roche. La vitesse d'avancement
dépasse ainsi de 10 à 20% celle d'un outil à plaquettes de même diamètre (Hermann PLOTE
1986).
Techniques de forage Rapport bibliographique
A côté du taillant à boutons normal dit de "haute pénétration" (HP), existe un taillant conçu
spécialement pour terrain très dur et appelé "robuste" (HD). Ce dernier est doté de boutons
plus volumineux qui offrent à priori une meilleure résistance aux tensions dues à la
perforation de telles formations. La grande majorité des gammes de taillants à bouton,
présenté par les différents constructeurs, peut être subdivisées à ces deux catégories: HP et
HD (Hermann PLOTE 1986).
Figure 6: Exemple de taillant avec le MFT

15
A chaque type (et à chaque diamètre) de marteau correspondent des taillants de plusieurs
diamètres qui ont été conçus dans le but d'assurer le meilleur fonctionnement du dispositif, il
faut donc absolument respecter la concordance. En outre, les possibilités de connecter sur un
marteau le taillant d'un autre de facture différente sont très restreintes, notamment en raison
de la conception variable de la queue de taillant et des différentes solutions choisies pour leur
fixation sur le marteau (Hermann PLOTE 1986).
Des taillants à boutons spéciaux ont été conçus pour l'alésage des sondages dont on veut
augmenter le diamètre, soit pour permettre leur transformation en forage d'exploitation, soit
pour atteindre la cote voulue dans de meilleures conditions techniques. A titre d'exemple, l'un
des modèles les plus courants est commercialisé dans deux catégories de diamètre : 165/254
mm et 216/304 mm (Hermann PLOTE 1986).
En foration à l'air –notamment en roches dures ou anisotropes (fracturées)- l'alésage peut se
révéler très délicat, en particulier lorsque l'ancien trou accuse une déviation importante par
rapport à la verticale, ce qui est fréquent. On a alors souvent à opter pour l'exécution d'un
sondage ou d'un forage nouveau à côté du premier en petit diamètre. La différence de coût
n'est pas tellement forte, et l'on assure ainsi un maximum de garanties de réussite. Bien
entendu, on doit combler préalablement l'ancien sondage afin d'éviter les fuites d'air
(Hermann PLOTE 1986).
Les constructeurs recommandent particulièrement des affûtages de taillant -ou plutôt des
plaquette ou boutons en carbure- afin de prolonger la durée d'utilisation des outils. Cette
opération peut s'effectuer sur le chantier au moyen d'une meule actionnée par l'air comprimé
du circuit de forage. Mais il importe de rappeler que l'usure d'un taillent est souvent autant
latérale que frontale (Hermann PLOTE 1986). L'emploi d'un taillant affûté en cours de
foration dans un terrain dur ne peut donc être admis que dans deux cas:
- a) Il y'a certitude quasi absolue que la foration peut être menée à terme avec l'outil affûté.
Dans le cas contraire –c'est-à-dire si une usure complète du taillant se produit avant la fin de
sondage – la poursuite du forage risque d'être compromise car en raison de la perte de
diamètre, un taillant neuf ne pourra pas être descendu jusqu'à la profondeur atteinte
préalablement par l'outil affûté. Des coincements se produiront, qui compromettront
l'achèvement de la foration.
- b) En dépit de son usure latérale, le diamètre du taillant affûté devra conserver une
différence substantielle d'avec celui du marteau, sinon il y aura coincements du marteau lors
de la poursuite du creusement (éclatement de l'enveloppe extérieurs en acier), et la remontée
des cuttings se trouvera gênée, voire même compromise.

16
2.1.5. Le tricône
Le tricône est constitué de trois molettes (outils de coupe rotative) qui présentent des rangées
circonférentielles de dents s'intercalant entre les rangées de dents des cônes adjacents. Les
dents sont soit en acier usinées dans le cône, soit des picots de carbures de tungstène sertis
dans les perçages à la surface des cônes.
Les molettes sont montées sur des arbres de roulements (arbre de support) qui sont partie
intégrante du corps de l'outil (figure 7).
La taille ou l'épaisseur des différents constituants de l'outil dépendent du type de la formation
à forer. Les outils pour les formations tendres, qui nécessitent peu de poids (une tonne par
pousse du diamètre d'outil), ont des roulements plus petits, des cônes moins épais et des
jambes de plus faible section que les outils pour les formations dures (poids de trois tonnes
par pousse). Ceci laisse plus de place pour des éléments de coupe longs et minces. Les outils
pour les formations dures qui travaillent avec des poids plus importants, ont des éléments de
coupe plus trapus, des roulements plus gros et des corps plus solides (M.Mili cours de forage
Février 2002).
2.1.6. Le compresseur
Le compresseur c’est le système respiratoire du chantier, cet appareil tient à sa disposition
l’assurance des opérations suivantes : l’alimentation du marteau pneumatique, le soufflage du
trou, le Corps de tricône
Arbre de support
Outil de coupe rotatif
Orifice
Figure 7: Schéma d'un tricône
Besoin d’injection, le fonctionnement des moteurs à air comprimé, et la marche des éléments
de l’équipement, comme le cyclone pour la récupération des cuttings. Le débit de l’air et la
pression du travail fournis par un compresseur constituent deux notables paramètres qui
définissent ses performances et qui jouent un rôle très important dans la détermination de la
capacité de la sondeuse.
Si la pression d'air nécessaire pour la foration avec un dispositif donné est relativement facile
à calculer, il n'en est pas de même pour le débit d'air requis. Ce dernier est fonction
principalement de la consommation d'air au niveau des dites opérations. Il importe ici de
calculer large, et bien au-delà des tableaux de consommation fournis par les constructeurs,
surtout en raison des pertes d'air qui peuvent se produire en différents points du dispositif de
foration, et tout particulièrement sur le filetage des tiges (Hermann PLOTE 1986).

17
Une augmentation de la pression de travail se traduit par une amélioration très substantielle du
taux de pénétration et, en conséquence, du rendement du chantier. Elle permet également un
meilleur soufflage du trou, même en cour de percussion, et diminue les risques de coincement.
Ceci est particulièrement appréciable en terrain très dur et en forage profond (Hermann
PLOTE 1986).
Le tableau 2 qui suit donne, à titre indicatif, les performances de la gamme des compresseurs
fabriqués par les principaux constructeurs présents sur le marché francophone d'Europe et
d'Afrique (Hermann PLOTE 1986).
Marque
Types
Pression maximale
(bar)
(1bar=1.02 kg/cm2)
Volume d'air
m3/mn
ATLAS COPCO
XR 230/350
XRH 280/350
PNS 1200
12
20
20
13-21
17-21
34
INGERSOLLRAND
du XL 600
au VHP/050
6.8
24.6
8.5
29.7
BAUER
DSF 12 H 13

18
DSF 14 H 20
13
20
24
27
HOLMAN
Rotaire 100 HP
10.5
28.5
Tableau 2 : Caractéristiques de quelques modèles courants de compresseurs
(D’après G.Bresson, 1977-modifié)
2.1.7. Pompe à boue : figure 8
Ce sont des appareils spéciaux destiné à refouler de la boue dans le trou sous pression.
D’après M.Mili (cours de forage Février 2002) elles sont presque toujours à piston et
composées des principaux éléments suivants :
 Cylindres : DUPLEX (2 cylindres) ; TRIPLEX ; SEXPLEX (pression 370 kg/cm2).
 Pistons : sa puissance d’entrée maximale est de 1000 HP, son débit maximal est d’environ
3000 Litre/mn.
Figure 8 : photo d’une pompe à boue
« PROMAFOR MAROC » (D’après cliché M.Amar)
2.2. Système à circulation directe
2.2.1. Principe
Le fluide (air, eau ou boue) est injecté en continu sous pression à l'intérieur du train de tiges à
l'aide d'un compresseur, s'il s'agit de l'air, et à l'aide d'une pompe, s'il s'agit de l'eau ou bien
d'une boue spéciale; et il sort par les orifices de l'outil puis il remonte à la surface à travers
l'espace annulaire. (Figure 9).
2.2.2. Technique de foration au tricône à circulation directe Cette technique exige l’utilisation
du tricône, comme outil de forage, lubrifié et refroidis par un fluide, généralement de l’eau ou
bien une boue spéciale.
Alors cette technique de forage au tricône, appelé aussi forage rotary, adopte le tricône
comme outil de foration. Ce dernier est monté au bout du train de tiges, animé d'un
mouvement de rotation Tige creuse (garniture)
Espace annulaire
Tricône
19
Pa roi du puits
Fluide a scendant
Fluide descendant
Figure 9: Schéma explicatif de la circulation directe de vitesse variable et d'un mouvement de
translation verticale sous l'effet d’une partie de la pression hydraulique et/ou du poids du train
de tige.
La réputation mondiale de la méthode rotary eut point de départ de forage d'un puits de
pétrole
en 1901, au Texas, sur le fameux gisement de Spindletop. Au Rotary l'utilisation du fluide est
indispensable (M.Mili cours de forage Février 2002).
a) Critères
La technique Rotary trouve son application dans le domaine pétrolière, minière et des eaux
souterraines. Parmi les principaux critères de cette technique, atteindre des profondeurs
beaucoup plus importantes.
C'est grâce à la performance de ces machines, que le rotary a permis d'atteindre plus de 12
261 m de profondeurs en Russie, et plus de 9 101 m de profondeur en Allemagne. En plus
sous réserve de l'utilisation d'un fluide de forage adapté il n'aura pas de perturbation par des
terrains peu stables ou plastiques (M.Mili cours de forage Février 2002).
Le rotary c'est une technique applicable en tous terrains et particulièrement plus efficace pour
les friables et les non stabilisés, l’usage d’une boue spéciale dans cette technique est
indispensable, il a donné beaucoup d’avantage aux foreurs pour qu’ils puissent atteindre ces
dites profondeurs. Les différentes fonctions qu’assure la boue seront mentionné dans ce qui
suit.
Son système permet un bon contrôle des paramètres de forage; tel que le poids de l'outil, la
vitesse de rotation, qualité de la boue, et débit d'injection de la boue; tout ça en fonction des
terrains à traverser (note technique n°2/Novembre 1995 DNEMT&BRGM).
b) Limites
Le rotary à la boue s'est révélé particulièrement inapte pour la recherche d'eau en milieu
fissuré. Aux pertes de la boue souvent considérable et qui nécessite une source
d'approvisionnement en eau abondante, s'associent les problèmes de colmatage des zones de
perte qui correspondent souvent aux tranches les plus productives (Hermann PLOTE 1986).
Lors de l'utilisation de l'eau ou de la boue comme fluide de forage, l'observation directe des
venues d'eau sera irréalisable. Comme il est difficile de faire une bonne description des
cuttings quand-ils sont mélangés avec de la boue.

20
La vitesse d'avancement de Rotary diminue avec l'augmentation de la dureté du terrain.
2.2.3. Technique de foration en percussion au MFT à circulation directe
Le procédé de forage M.F.T assemble la percussion et la rotation
Le marteau perforateur est entraîné en rotation par les tiges, et à l'aide d'un compresseur elles
amènent au marteau l'air comprimé nécessaire à son fonctionnement.
a) Critères
Cette technique de forage au M.F.T à l'air comprimé c'est une technique minière qui est bien
adapté à la recherche de l'eau a permis de réduire les coûts et d'améliorer les performances en
forage (Florence JAUDIN 1988).
Elle est caractérisée par un avancement plus rapide que celui du tricône, et sa profondeur
d'investigation dépende du diamètre du puits et de la puissance du compresseur d'air. Comme
elle permet un bon contrôle de plusieurs paramètres hydrogéologiques en fonction de la
profondeur: débit, qualité des eaux, cote des venues d'eau en plus de la lithologie du terrain.
b) Limites
Lorsque la charge hydraulique est importante ainsi en cas de la nappe captive, la pression de
l'eau contrebalance la pression d'air, ce qui rend l'avancement de l'outil très faible voire nul. Il
faut donc des pressions élevées pour pouvoir vaincre la lame d'eau existante. De ce fait, la
méthode de forage à l'air est limitée en profondeur (A.Gouzrou 1994).
Dans les zones karstiques il peut y avoir une perte de l'air dans les fissures, et rien ne remonte
à la surface du sol, il s'agit donc d'une perte total. Dans les formations meubles (sables,
alluvions…) cette méthode est limitée par l’effondrement. .
2.2.4. Conclusion
Les deux techniques de foration sont combinées avantageusement en utilisant des sondeuses
aptes à fonctionner aussi bien au tricône, avec liquide de forage (eau claire ou boue), qu'avec
le marteau fond de trou à l’air comprimé. Le rotary constitue ici plutôt un procédé auxiliaire
car il permet la traversée des formations tendres et/ou argileuses, alluvions, terrains
d'altérations et de décomposition, qui s'échappent au M.F.T (Hermann PLOTE 1986) «
Modifié ».
Les foreuses "mixtes" à transmission hydraulique permettent de passer, sans grandes
modifications techniques notables, sur un seul et même sondage, du rotary à boue au M.F.T
et, le cas échéant, à nouveau au rotary si les caractéristiques du terrain le nécessitent
(Hermann PLOTE 1986).
Le système rotary à circulation directe offre énorme d'information; mais avec les problèmes
de perte partielle ou total du fluide, et le mélange des cuttings par l'érosion de la paroi du puits

21
lors de leurs remonté en surface; rendre l’établissement d’un log stratigraphique du forage
impraticable.
Les deux techniques utilisées dans ce système se trouvent bloqué dans les terrains meubles de
surface quand leurs épaisseur est beaucoup plus importante, ce qui exige de faire appel à la
technique de tubage à l’avancement qui se dispose d’un outil efficace pour le soutien
temporaire de ces terrains.
2.3. Système à circulation inverse
La circulation inverse, permet de régler certains problèmes qui se posent au système
conventionnel (circulation directe) par exemple: perte de boue ou d'air, la nécessité de
puissants compresseurs, contamination des cuttings… ;
2.3.1. Principe
Le principe de la circulation inverse consiste à injecter le fluide sous pression à travers de
l’espace annulaire du train de tige à double tube, puis récupérer l’ensemble (fluide&déblais)
par l'intérieur du tube central (fig. 10).
L'espace annulaire (puit/tige) qui est très étroit, reste donc constant et la rencontre d'un niveau
aquifère se traduit par une facilité supplémentaire pour la remontée des cuttings. Deux
techniques, sont proposées par la société FORACO, technique de foration en vibropercussion
au tricône et celle de foration en percussion au MFT.
2.3.2. Technique de foration en vibropercussion (VPRH) à circulation inverse
Le principe de la vibropercussion apporte à la circulation inverse un élément complémentaire
intéressant qui est l'aptitude de forer dans pratiquement toute la gamme des formations
géologiques connues (Hermann PLOTE 1986).
a) Principe de la technique
La foration s'effectue au moyen d'un tricône à pastilles. Les cuttings évacués par circulation
d'air vers l'extérieur sont dirigés ensuite par un canal latéral d'évacuation du porte-outil vers le
tube intérieur (fig.10). A leur sortie de tube, les déblais sont acheminés par un flexible fixé au-
dessus de la tête de rotation, vers un cyclone de type standard (Hermann PLOTE 1986).
Le train de tiges ou de tubes est soumis à un mouvement vibratoire sinusoïdal entretenu,
renforcé par les chocs d'une masse sur l'outil et transmis par le train de tiges qui effectue en
même temps un mouvement rotatif. Le tube extérieur agit comme un tube provisoire de
protection, attenant directement au terrain. Cela a été possible parce que le processus de
vibration crée un état de fluidité sur la paroi du Porte outil
Canal latéral d’évacuation
Tricône

22
Figure 10: Principe du forage VPRH : taillant en position de travail (Hermann
PLOTE 1986) « Modifié ».
terrain, qui élimine la friction latérale et donc les risques de coincement (Hermann PLOTE
1986).
b) Critères
Pour la recherche d'eau, on notera surtout que l'absence d'espace annulaire empêche l'arrivée
d'eau à partir des niveaux aquifère supérieurs. Mais en remontant la garniture sur une hauteur
optimale, on peut tester par air-lift l'ensemble d'une tranche aquifère reconnue en cours de
foration (Hermann PLOTE 1986).
Dans le cas de sondage de reconnaissance, et en foration à l'air, la FORACO utilise en général
des diamètre de tiges de 5˝ et 8˝, mais peut forer à l'air comprimé jusqu'à 14˝ (Hermann
PLOTE
1986).
Parmi la gamme des avancements fournis par le constructeur, on peut relever, pour un forage
en 6˝1/4 en terrain dur à perméabilité de fissures, un temps de (selon H.PLOTE) :
- 1.3 à 3 min/m pour les schistes,
- 7 à 9 min/m pour les grès compacts,
- 5 à 8 min/m pour les granites,
- 11 à 17 min/m pour les gneiss et quartzites.
c) Limites
Face à ces performances, le procédé n'a pas réussi à faire une véritable percé sur le marché.
En effet, l'avis de nombreux sondeurs qui l'ont expérimenté est plutôt mitigé (adoucir, rendre
moins rigoureux) quant à sa réelle efficacité ; ils font surtout état d'une vitesse d'avancement
bien inférieure à celle indiquée ci-dessus ainsi que d'une certaine fragilité du dispositif utilisé
(Hermann PLOTE 1986).
2.3.3. Technique de foration en percussion au MFT à circulation inverse
La technique de forage à l'air en circulation inverse au M.F.T peut être utilisée dans toutes les
formations géologiques allant du silt au rocher. Elle constitue, en particulier, une étape
importante dans la solution des difficultés de forage en gros diamètre dans les roches dures
(calcaires, granites, etc.) et dans les roches fracturées à perte totale du fluide de circulation
(D’après document de FORACO).
a) Principe de la technique
L'air sous pression est injecté à l'intérieur de l'espace annulaire des tiges à double paroi
coaxiale, pénètre dans le bloc distributeur, sort à hauteur du marteau fond de trou pour en

23
assurer le fonctionnement, permet ensuite l'évacuation et la remontée des cuttings par le tube
intérieur des tiges à double parois (fig.11). Une vitesse de 1000 m/min est maintenue dans le
tube intérieur; elle est indépendante du rapport entre les diamètres du trou et du train de tiges
(D’après document de FORACO).
b) Critères (D’après document de FORACO):
Double paroi coaxiale
Bloc distributeur
Marteau fond de trou
Figure 11 : schéma explicatif de la circulation inverse avec photos de garnitures et du
distributeur (D’après document de FORACO) « Modifier ».
L'utilisation des tiges à double paroi, de conception robuste, est simple et rapide. Ces tiges
sont constituées par un tube extérieur de diamètre 7"5/8, et un tube intérieur de diamètre
5"1/2, avec un filetage conique API (5"1/2) de type pétrolier (figure 11); le vissage et le
dévissage s'effectuent comme ceux des tiges conventionnelles. Le diamètre du passage du
tube intérieur est de 4"3/4, c'est-à-dire suffisamment important pour réduire au minimum les
pertes de charge (D’après document de FORACO).
Le bloc distributeur stabilisateur a plusieurs rôles:
- faire passer l'air dans le circuit descendant pour assurer le fonctionnement du marteau fond
de trou.
- faire passer, par l'intermédiaire d'un raccord croisé, l'air et les cuttings dans le circuit
ascendant, c'est-à-dire dans le tube intérieur des tiges à doubles parois;
- assurer la verticalité du trou
- isoler le fond du trou de la partie du forage situé au-dessus de ce dispositif;
 Meilleure information géologique:
- L'information géologique est précise et quasi instantanée.
Les cuttings recueillis à la sortie du forage proviennent à grande vitesse, du seul fond de trou
et sont de dimensions centimétriques; il n'a pas, en particulier, de mélange avec des cuttings
provenant de l'érosion du trou, au cours de la remontée.
- L'information géologique est continue (taux de récupération des cuttings : 100%).
La traversé des zones fissurées, fracturées ou caverneuses, se traduit le plus souvent par des
pertes partielles ou totales du fluide de circulation (air, eau ou boue) dans les techniques de
forage conventionnelles (circulation directe). Au contraire, la remontée des cuttings par le
train de tiges, élimine les pertes de fluide et de cuttings et les risques associés tels que le
colmatage et la pollution éventuelle des aquifères ou le coincement de la garniture.
24
- Les arrivés successives de fluides sont individualisées.
On peut ainsi en identifier les caractéristiques physico-chimiques respectives et leur
importance relative contrairement à la méthode du forage à l'air en circulation directe qui ne
permet d'obtenir que des informations globales sur les réservoirs traversés.
 Economique:
La réduction du débit d'air nécessaire à la remontée des cuttings est très importante; par
exemple, pour réaliser un forage de 17˝1/2 (444.5 mm), le débit d'air est de l'ordre de 25
m3/min en circulation inverse et de 5 à 6 fois plus élevées en circulation directe. Autrement
dit, la circulation inverse permet de forer des ouvrages en gros diamètre, avec des
investissements et des dépenses d'exploitation réduits (compresseur de moindre puissance).
L'absence de turbulence au-dessus du bloc distributeur stabilisateur favorise la stabilité du
trou, accroît la longévité du train de tiges qui ne subit pas d'érosion externe. La surface lisse
intérieure des tubes internes favorise moins la turbulence dans le flux de remontée que la
géométrie de l'espace annulaire.
A la technique de circulation inverse à l'air, est associée en général l'utilisation d'un marteau
fond de trou et d'un taillant. Cette technique entraîne une réduction de coût de la foration dont
l'importance augmente en fonction de la dureté de la roche.
Cette réduction est due en particulier à l'avancement plus rapide, à l'économie des outils de
forage et au matériel plus léger (pas de circuits boue ni pompe et masses tige).
c) Limites
La rapidité de la perforation, peut occulter des informations importantes sur un niveau
producteur d’épaisseur réduite. Donc un contrôle continu le long de la foration est
indispensable.
2.3.4. Conclusion
Ce système à circulation inverse parait beaucoup plus adéquat pour une bonne reconnaissance
hydrogéologique du terrain, ainsi que l’individualisation et la complète récupération des
cuttings favorisent une meilleure description stratigraphique du forage.
2.4. Fluide de forage
Les fluides de forage ont été utilisés pour l'évacuation continue des déblais, d'ailleurs le fluide
utilisé initialement était l'eau, avec le développement des différentes techniques de forage qui
sont en relation avec la croissance de la profondeur, et dans des conditions géologiques de
plus en plus compliqués, le rôle du fluide est devenu de plus en plus important car il doit
assurer les fonctions suivantes (Mostapha.Saroukh 2005).
2.4.1. types de fluide (selon M.Mili cours de forage Février 2002) :
25
Le type de fluide est choisi en fonction de la nature des terrains traversés
 Air : terrain de bonnes tenues homogènes, terrains secs ou faiblement aquifères,
particulièrement recommandé dans les zones à perte non aquifères. Dans les zones légèrement
aquifères on utilise parfois des agents déshydratants (silicagel) ou des agents moussants
(savons)
 Eau : terrains consolidés, formations argileuses ou zones à pertes. L'utilisation d'eau salée
peut dépendre des conditions d'approvisionnement.
 Boue ou bien Suspension colloïdales (généralement benthonique) : terrains hétérogènes et
non consolidés et hautement perméables.
2.4.2. Fonctions du fluide
Le fluide de forage qui peut-être soit de l’air (gazeux) ou bien du liquide (eau claire, boue
spéciale, boue naturel) peut assurer les fonctions suivantes:
1. Nettoyage du fond de forage
2. Transport des déblais vers la surface
3. Refroidissement et lubrification de l'outil
4. Le maintien en suspension des déblais, des particules solides de fluide pendant l'arrêt de la
circulation directe.
5. Colmater les parois du forage temporairement
6. Exercer une contre pression sur les parois de l’ouvrage et sur le fluide contenu dans les
formations poreuses et perméables.
Afin d'assurer les dites fonctions, quand-il s’agit d’une boue les propriétés qui suivent doivent
être misent en évidence.
2.4.3. Propriétés du fluide
Les propriétés suivantes sont propres pour la boue spéciale utilisée à la prospection pétrolière,
et c’est d’après M.Saroukhe:
1. la densité: dépende de la pression des fluides contenus dans les formations; elle est
déterminée dans le chantier.
2. la viscosité: c'est la résistance exercée par le fluide lors de déplacement d'une couche de
fluide par rapport à une autre, et plus cette résistance est grande plus le fluide est visqueux, et
la valeur de cette viscosité dépende de la pression des pompe à boue et la capacité de cette
dernière à transporter les particules écrasées.
3. la thixotropie: c'est la capacité d'un fluide de devenir gel une fois qu'il est en repos et de
redevenir fluide suite d'une agitation.

26
4. colmatage et filtration: la propriété du fluide de se déposer sur la paroi du puits; c'est le
colmatage alors que la filtration désigne la capacité du fluide de céder une partie du liquide à
travers une membrane perméable sous l'influence de la différence de pression entre celle
hydrostatique et celle de formation.
5. contenue en sable: ce contenue représente la concentration en pourcentage des particules
solides contenue dans le fluide de forage, qui sont de diamètre entre 0.074 mm et 3 mm, si ce
contenu est important il y'a risque de l'action abrasive sur l'équipement, le maximum
admissible est de 0.5%.
6. le pH: montre le degré d'acidité et de l'alcalinité des fluides naturellement ils ont un pH
variant entre 7 à 8, par contre les fluides traités ont un pH qui varie entre 8 à 13; une boue
normale dont le pH est supérieur à 11 implique sa contamination par le Cimon ou par le fluide
contenu dans les différentes formations.
2.4.4. Inconvénients de la boue
La boue peut aboutir à un colmatage des parois du puits causant bien sûr un aveuglement des
venues d’eau. Comme elle masque les cuttings, qui nécessiteraient un lavage avant la
description.
3. CAROTTAGE
Le prélèvement s’effectue dans le sol sous forme de cylindre de roche appelée « carotte
».Généralement le carottage est utilisé en prospection minière, se présente sous différentes
techniques dont on cite quelques-unes : carottage simple, double, ou triple et le carottage au
câble pris comme exemple à détailler dans ce qui suit.
3.1. Principe de carottage au câble (figure12)
Les carottières à câble ou "wire-line", qui se présentent comme un ascenseur dans une cage,
constituée en l'occurrence par des tiges dont le diamètre intérieur est égal au diamètre
extérieur du carottier: le tube intérieur du carottier est verrouillé dans le tube extérieur
pendant le forage, puis la passe terminée, il est déverrouillé et remonté au moyen d'un grappin
manœuvré par un petit câble métallique entraîné par un treuil rapide (Jean-Bernard Chaussier
1992).
Ce procédé est plus rapide et assure la stabilité du trou pendant la récupération, mais les
carottes sont d'un diamètre moindre que celles du carottier classique correspondant et il est
plus onéreux à l'achat et au fonctionnement (Jean-Bernard Chaussier 1992).
Les tubes extérieurs laissés en permanence dans le trou protége le puits de l’éboulement qui
peut y arriver lors de l’arrêt de la circulation de fluide. Figure12: Carottier double (D’après
document de FORACO)

27
Le tableau suivant répertorie les diamètres utilisés par l’équipe de Foraco (Tableau 3).
Tableau 3: les diamètres des carottiers les plus utilisée
3.2. Exemple de sondeuse carottière : LF70 Carottage au diamant
Les sondeuses carottières comprennent essentiellement une tête de rotation, munie d'une
broche creuse dans laquelle passent les tiges, qui entraîne celles-ci en rotation au moyen d'un
mandrin à vis ou à mors hydraulique; la poussée sur l'outil est donnée dans la majorité des cas
par des vérins hydrauliques. Elles sont munies d'un treuil de manœuvre pour la remontée et la
descente des tiges (Figure 5).
Figure 5 : sondeuses carottières (LF 70 carottage au diamant) (D’après document de
FORACO)
Les performances de la sondeuse carottière LF 70 sont présentées dans la fiche technique ci-
dessous :
Fiche technique de LF 70 carottages au diamant
a) Capacités maximales:
PQ: 300m de profondeur
HQ: 475m de profondeur
NQ: 700m de profondeur
Avec P, H et N sont des dénominations indiquant le diamètre du trou et celui de la carotte au
câble… (Voir tableau 3)
b) Caractéristiques générales
 Forage
Angle de forage…………………………………………………30° à 90°
 Energie: moteur Deutz BF4L913
Puissance ……………………………………………….…79 kW/106 hp
Vitesse de rotation…...2500 t/mn
 Système hydraulique
3 Pompe Eaton
 Tête de rotation
Moteur de rotation………………………………………………….Rexroth
Petite vitesse / Couple………………………………....190 t/mn / 2300 N.m
Grande vitesse / Couple………………..........................1250 t/mn / 340N.m
Diamètre de passage……………………………………………...…..95mm
Capacité de mandarin Nitro-chuckTM………………….........................25 T

28
 Poids et dimensions
Largeur………………………………………………………..…1295 mm
Longueur…...................2590 mm
Hauteur (mât vertical)……………………………………………..9760 mm
Poids………………………………………………………………3220 kg
 Treuil de forage
Treuil principal
Charge au crochet (tambour vide / plein)……………………5450 / 3270 kg
Vitesse (tambour vide / plein)………………….………………59 / 80m/min
Câble……………………………………...................67 m de câble 16 mm
Treuil du carottier
Capacité de remontée (tambour vide / plein) …………………...990 /227 kg
Vitesse de remontée (tambour vide /plein)… ……………….100 / 443m/min
Câble…………………………………………...….1898m de câble 4.8mm
D’après Jean-Bernard Chaussier 1992 il existe chez chaque constructeur une gamme de
machines:
 Les très petites machines, portables à dos d'homme. Leurs performances sont limitées en
profondeur (10 à 50 m suivant les terrains), en diamètre et en champ d'action (terrain
relativement sein).
 Les machines moyennes sont les plus nombreuses. Elles peuvent forer à des profondeurs de
100 à 500 m, les plus grosses d'elles peuvent atteindre 1000m.
 Les constructeurs proposent des machines où toutes les fonctions sont hydrauliques, légères
et à vitesse de rotation élevée.
 Des machines de conception originale permettant de travailler tantôt en percussion, tantôt
en rotation.
La gamme des sondeuses carottières est très variée. Leur rendement dépend essentiellement
des terrains traversés.
3.3. Critères
La carotte est l'image fidèle du terrain traversé, généralement utilisé pour des recherches
minières : sa récupération intégrale revêt donc une grande importance.
En hydrogéologie, en plus de la stratigraphie issu de la description des carottes, ces dernières
pourraient être utile à la détermination des venues d'eau et l’épaisseur des aquifères traversés

29
d’une façon beaucoup plus précise que les autres techniques de forage destructives. Comme
elles peuvent même nous indiqué sur le degré d’inclinaison des couches traversées.
3.4. Limites
La dureté de terrain c’est le principal obstacle rencontré par ce type de sondeuses.
4. Conclusion générale
Le développement technologique qu’a connu ce domaine d’appareillage de forage et de
sondage, afin de répondre au besoin de la recherche pétrolière, minière et de l’eau d’une part
et pour la satisfaction aux exigences géotechniques d’une autre part, a ouvert la porte à une
grande variété de sondeuse de performance accès compliquée et chacune à ces capacités de
perforation.
Du battage au carottage passant par le rotary à circulation directe, puis le rotary à circulation
inverse, on assiste à une évolution au niveau des performances de l’appareillage visant
l’amélioration des techniques de forage de reconnaissance afin d’assurer la description la plus
complète du sous-sol.
La dernière technique de foration en percussion au marteau fond de trou est jugé la plus
valable pour l’étude hydrogéologique d’une région par forage de reconnaissance, alors que le
forage par carottage reste toujours la meilleure technique et la plus précise.
L’implantation d’un tel forage de reconnaissance pour un tel objectif exige une étude
préliminaire de tous les documents existant. De la part de maître d’ouvrage, il se sert de tous
les documents disponibles (carte topographique, carte géologique, carte hydrogéologique,
rapports…) et son étude se concentre sur la description de but de son projet en présentant un
dossier où il spécifie les modalités dont il veut que son forage soit exécuté.
Techniques de forage Rapport bibliographique
Alors que l’entrepreneur, il étudie minutieusement le dossier du maître d’ouvrage et il
préparât de son rôle son dossier où il décrit les performances de son matériel de foration et ces
capacités
Techniques.
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :
1. Manuels et livres :
 Florence JAUDIN - Eaux souterraines et pompes à chaleur, guide pour l’utilisation de l’eau
souterraine à des fins thermiques – manuels et méthodes - 1988 Edition BRGM (47-55) ;
 Hermann PLOTE – Sondage de reconnaissance hydrogéologique, méthode de marteau fond
de trou exécution et surveillance – manuels et méthodes – 1986 Edition BRGM ;

30
 Jean MORER – Manuel du prospecteur minier – manuels et méthodes – 1992 Edition
BRGM (206-223) ;
 Organisation mondial de la santé – Manuel de l’agent d’assainissement – 1965 (86-98).
2. Articles et sites Internet :
 Cession de formation continue sur les techniques de forage d’eau – Marrakech 1994 ;
 Cours de forage (Drilling) Février 2002 Mohamed MILI ;
 Cours de méthode de forage 2005 Mustapha SAROUKH ;
 Equipement de forage d’exploitation d’eau minérale, approche méthodologique – note
technique n°4 Novembre 1995 – Division Nationale des Eaux Minérales et Thermales BRGM
;
 Guide méthodologique pour la mise en place et l’utilisation d’un réseau de forage
permettant d’évaluer la qualité de l’eau souterraine au droit ou à proximité d’un site
potentiellement pollué – Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement.
(www.environnement.gouv.fr)

31