Vous êtes sur la page 1sur 19

République du Cameroun Republic of Cameroon

******** ********
Ministère de Ministry of Higher
l’Enseignement Supérieur Education
******** ********
Université de Maroua The University of Maroua
******** ********
Institut supérieur du Higher institute of Sahel
sahel ********
BP 46 Maroua
********
Tél : (237) 222 62 30 76 / (237)222 62 08 90
Département de Fax : (237) 222 29 15 41 / (237)222 29 31 12 Department of Material
Traitement Des Site : www.uni-maroua.citi.cm Processing, Architecture
Matériaux, Architecture et E-mail:Institutsupsahel.uma@gmail.com and Habitat
Habitat. ********
********
UE : ERGONOMIE.

TRAVAIL PERSONNEL DE L’ETUDIANT

THEME : UTILISATION DE
L’ERGONOMIE EN L’ARCHITECTURE.

NIVEAU  : MASTER I GCA

Rédigé par  :

1. NNA ELELEP LOUIS SECOND MARCEL …………………12X469S


2. SICHUI WANSI DOUGLAS………………………………….12X235S
3. PISSOM MICHEL …………………………………………….12X520S
4. DONMEZA MOMO BENITO ………………………………..12X057S
5. POKAM FREDERIC…………………………………................15E1086S
6. FOPAH FOKA ANICET ………………………………………..15E762S
7. BLAISE PASCAL NKONGNE …………………………………15E760S
8. TCHOUMI NGASSA BELMOND ………………………………15E358S
9. DONGMO METSIGUIA BEAUCLAIRE ………………………15E761S

Enseignant  : Dr GALY MOHAMADOU

Année académique : 2016/2017


ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant

I. Table des matières

INTRODUCTION......................................................................................................................2
I. ARCHITECTURE...............................................................................................................3
I.1. Définition.....................................................................................................................................3

I.2. Historique....................................................................................................................................3

I.3. Théorie de l’architecture.............................................................................................................3

I.4. Les concepts les plus utilisés........................................................................................................4

I.5. Les applications de l'architecture................................................................................................4

II. ERGONOMIE.....................................................................................................................5
I.1. Définition.....................................................................................................................................5

I.2. Historique....................................................................................................................................5

I.3. Les bases de l’ergonomie.............................................................................................................5

I.4. Les dimensions de l’ergonomie....................................................................................................6

I.5 Les secteurs privilégiés.................................................................................................................6

I.6. Les essences de l’ergonomie........................................................................................................7

I.7. Les conduites utilisées en ergonomie...........................................................................................7

I.7.1 Les conduites d’intervention................................................................................7


I.7.2 L’analyse de l’activité..........................................................................................8
III. RELATION ENTRE L’ERGONOMIE ET L’ARCHITECTURE..............................8
III.1. Terminologie.............................................................................................................................9

III.2. Ergonomie et conception architecturale..................................................................................9

III.3. Le rôle de l’ergonome.............................................................................................................10

III.4. Rôle de l’Architecte................................................................................................................11

IV. QUELQUES CAS PRATIQUE.................................................................................14


CONCLUSION.........................................................................................................................17
BIBLIOGRAPHIE....................................................................................................................18

Page 1
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant

INTRODUCTION

La réalisation de projets architecturaux d’envergure est une tâche ardue et complexe


qui exige de la part des intervenants internes de l’établissement et externes à l’établissement
une collaboration soutenue qui passe nécessairement par une concertation organisée des
utilisateurs directs. C’est ainsi que la recherche de la satisfaction ultime, du confort profond,
les énormes difficultés qu’il rencontre dans l’accomplissement de tâches de ses activités dans
ses différents équipements sont autant des préoccupations jalonnant les vécus de l’homme.
For est de constater, l’architecture lui apporte un souffle de soulagement, vient en secours
avec le concours de l’ergonomie afin de lui permettre de mieux exécuter les activités à travers
les différents espaces pour les différentes tâches. L’homme est donc la mesure de toute chose.
Il est l’alpha et l’oméga de tout projet. Dans ses relations avec son environnement qui est sans
cesse évolutif, il est appelé à modérer son milieu de vie afin de mieux l’adapter à ses
conditions de travail. L’art de concevoir, de disposer et d’orner les édifices à savoir
l’architecture, dans les nomes de ses applications se doit de faire intervenir plusieurs autres
domaines dont l’ergonomie qui est la science du travail. C’est dans ce même ordre d’idée que
nous pouvons dire que : « la sécurité n’est pas rentable. La production l’est, mais la
production sécurisée l’est encore plus. » Le rapprochement entre l’ergonomie et
l’Architecture est en quelque sorte situé au niveau de l’espace de travail. Il est question pour
nous de ressortir le rôle de l’ergonomie dans l’architecture. Nous allons tout au long de notre
investigation appréhender premièrement la notion d’Architecture, d’ergonomie, nous verrons
l’application de l’ergonomie dans l’architecture et enfin une conclusion générale qui fera la
synthèse de l’étude.

Page 2
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant

I. ARCHITECTURE

I.1. Définition

L’architecture peut être définie comme l’art de concevoir, de représenter et de


construire les ouvrages selon les proportions et les normes définies par leurs caractères, leur
destination et de procéder à leur décoration.

I.2. Historique

L'histoire de l'architecture est une subdivision de l'histoire de l'art qui est une
discipline qui a pour objet l'étude des œuvres dans l'histoire, et du sens qu'elles peuvent
prendre, ses principes, ses idées et ses réalisations. Cette discipline, comme toute autre forme
de connaissances historiques, est soumise aux limitations et aux forces de l'historiographie : il
existe différents points de vue relatifs à son étude, dont la plupart sont occidentaux. En dehors
de la valeur symbolique des constructions, la valeur d'usage associée à la technique de
construction est étudiée dans l'histoire de la construction.

I.3. Théorie de l’architecture

La théorie de l’architecture est beaucoup développée par le traité de Vitruve et sa suit


qui enseigne que dans tous ces différents travaux, on doit avoir égard à la solidité, à l’utilité, à
l’agrément : à la solidité, en creusant les fondements jusqu’aux parties les plus fermes du
terrain, et en choisissant avec soin et sans rien épargner, les meilleurs matériaux ; à l’utilité,
en disposant les lieux de manière qu’on puisse s’en servir aisément, sans embarras, et en
distribuant chaque chose d’une manière convenable et commode ; à l’agrément, en donnant à
l’ouvrage une forme agréable et élégante qui flatte l’œil par la justesse et la beauté des
proportions. On ne saurait terminer sans noter que : les principes architecturaux sont restés
stables à travers le temps. Même si les méthodes de la conception architecturale ont évolué
avec la mise à disposition des outils de reproduction puis de conception. Cependant il n'existe
pas de véritable rassemblement consensuel de la profession sur une théorie moderne, la notion
du Beau étant devenue moins académique et remise en questionnement.

Page 3
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant
I.4. Les concepts les plus utilisés

L'architecture moderne représente qui représente un type de construction spécifique et


reconnaissable, caractérisé par l'emploi de matériaux industriels surtout l'acier, le verre et le
béton ; dépourvus d'ornementation et assemblés de manière à former des volumes
géométriques simples, librement disposés dans l'espace. L’architecture actuelle se caractérise
par le pluralisme des partis et des doctrines.

I.5. Les applications de l'architecture

L'architecture s'occupe des bâtiments, des espaces publics, des villes et villages, des
paysages, mais aussi d'ouvrages d'art, de navires (architecture navale).
Étant donné l'ampleur de ses applications et la volonté d'expression mise sur la construction,
l'architecture dans toute son histoire est une activité plus proche des arts et métiers qu'une
activité scientifique rigoureuse qu'elle est plus ou moins devenue. L'architecture fait d'abord
appel à des savoirs organisés en un ensemble qui lui est particulier par son application à la
construction tels que la composition, la géométrie, la morphologie, l'ornementation,
l'harmonie à base religieuse ou non, en même temps que le métré, la statique et le droit
classiques à la construction; L'architecture va puiser d'abord dans les savoir-faire des
différents beaux-arts et des différents métiers du bâtiment. Mais l'architecture va aussi puiser
dans les ressources de différentes disciplines scientifiques : la géologie, la résistance des
matériaux ainsi que dans les différentes sciences humaines comme l'anthropologie, la
sociologie, la psychologie (ergonomie), l'écologie ou la géographie. L'architecture puise aussi
dans l'histoire. L'architecture se différencie de la construction en ce que l'architecture apporte
une dimension particulière de réflexion et de planification de la part du concepteur, lorsqu'il
envisage l'ensemble du cycle de vie d'une construction. Cette réflexion est à la fois esthétique,
sociale, environnementale et philosophique. L'architecture naît de besoins fonctionnels tels
que habiter, travailler, faire du sport, soigner, se divertir, traverser un fleuve. Des réponses
formelles spécifiques sont apportés à ces besoins concernant l’organisation, la structure, la
technique de construction, tout en répondant à des objectifs notamment esthétiques et sociaux.
L'architecture naît de besoins de représentation des idéaux et de la mémorisation des faits
passés.
La corrélation entre la variété des besoins, la variété des réponses possibles, et la variété des
sensibilités esthétiques donne une infinité d’architectures différentes et de nombreuses

Page 4
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant
interprétations par des architectes. On peut néanmoins les regrouper par périodes, par courants
de styles formels ou éthériques, par type de structure, par type de technique, par fonctions.

II- ERGONOMIE

I.1. Définition

L’ergonomie peut être définie comme l'étude scientifique de la relation entre l'homme
et ses moyens, méthodes et milieux de travail et l'application de ces connaissances à la
conception de systèmes qui puissent être utilisés avec le maximum de confort, de sécurité et
d'efficacité par le plus grand nombre (Dr GALY).

I.2. Historique

Fondé comme champ disciplinaire dans la seconde moitié du xx e siècle, le terme


ERGONOMIE vient du grec Ergon qui signifie Travail et de Nomos qui signifie la règle.
Sperandio nous apprend que le terme semble avoir été inventé en 1857 par un naturaliste
polonais, auteur d’un précis d’ergonomie ou de la science du travail basée sur des vérités
tirées des sciences de la nature d’où l’Ergonomie est considérée comme une discipline
hybride (Sperandio).

I.3. Les bases de l’ergonomie

Elle est fondée sur des modèles de la situation de travail. En particulier celui de
Jacques Leplat qui mettent l'accent sur la différence de nature entre la tâche c’est à dire projet,
consigne, du domaine du virtuel, du futur et l'activité c’est à dire du corps - dont le cerveau
bien sûr qui prend des postures et fait des mouvements, actionne des commandes, gère des
processus de pensée, communique avec autrui, organise ses actions etc.
Les systèmes concernés par cette adaptation peuvent être des espaces physiques de travail,
par exemple postes de contrôle, chaînes de production, des éléments de ces espaces par
exemple synoptiques, contrôles-commandes des processus de gestion de la production, des
interfaces professionnelles ou grand public ; on parle alors d' interface homme-machine, telles
que des logiciels, des sites internet ou intranet, ainsi que l'organisation du travail comme la
rotation des horaires, organisation des services ainsi que des modes de management.
Le premier trait dominant de l'analyse de cette activité, c'est que l'opérateur régule son

Page 5
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant
activité, en fonction de son environnement externe, de son état interne comme la fatigue par
exemple pour obtenir un maximum de régularité de la performance : accélération du rythme
de travail pour rattraper du retard ou faire face à une urgence, modification du mode
opératoire face à la mauvaise qualité des résultats obtenus.

I.4. Les dimensions de l’ergonomie

On dénombre trois dimensions classiques :

 L'ergonomie physique : Elle s'intéresse prioritairement aux caractéristiques


anatomiques, anthropométriques, physiologiques et biomécaniques de l'Homme dans
leur relation avec l'activité physique. Les problèmes évoqués sont par exemple : les
postures de travail, les manipulations d'objets, les mouvements répétitifs, les troubles
musculo-squelettiques, la disposition du poste de travail, la sécurité et la santé de
l'opérateur ;

 L'ergonomie cognitive : Elle concerne les processus mentaux liés à l'activité de


travail tels que : la perception, la mémoire, le raisonnement, le langage et les réponses
motrices. Les sujets d'étude visent notamment la charge mentale, la prise de décision,
la performance, l'inter-action Homme-Machine, l'erreur et la fiabilité humaines, le
stress professionnel ;

 L'ergonomie organisationnelle : Elle recouvre l'optimisation des systèmes socio-


techniques, les structures organisationnelles, la définition des règles et processus de
travail. Ce qui renvoie à des thèmes tels que : la gestion des ressources humaines, la
communication, les horaires et rythmes de travail, le travail en équipe, les nouvelles
formes de travail par exemple : le travail dans les services ou le télétravail.

I.5 Les secteurs privilégiés

A priori, beaucoup de règles ergonomiques se sont dégagées dans le domaine de


l'aéronautique, où la lisibilité immédiate des instruments et l'accessibilité des commandes
peuvent faire la différence entre une situation critique que l'on sauve et une qui se termine par
des dommages coûteux en termes humains comme matériels. L'examen des boîtes noires
après chaque accident d'avion informait sur toute erreur humaine commise, se reflétant dans
les conceptions de cockpits futurs par des conceptions permettant de mieux les éviter.
Les enjeux unitaires étaient moins importants en informatique, mais se chiffraient cette fois-ci

Page 6
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant
en millions d'utilisateurs. Un tel bras de levier avait des conséquences financières directes
dans le domaine du commerce. On a découvert alors par essais et erreurs la loi de Fitts et la
loi de similarité.
L'expansion des sites Internet et des services accessibles par ces moyens accroît le besoin de
rendre un site facile à utiliser, et même facile à apprendre ; il faut donc bannir les
fonctionnalités peu utiles ou difficilement accessibles aux handicapés moteurs ou visuels.

I.6. Les essences de l’ergonomie

Les principes de l'ergonomie sont la vue globale des conditions de travail, la pluri et
l'inter disciplinarité et la participation de tous les acteurs ; donc de l'opérateur, c’est-à-dire du
salarié qui occupe ce poste de travail et la productivité du système Homme-Machine,
productivité sans laquelle il n'y a pas de travail. La physiologie du travail, la psychologie du
travail et l'ingénierie sont à l'origine de l'ergonomie, puis s'y sont rajoutées de la sociologie, de
la biomécanique et de l'anthropométrie. La majeure partie de la formation se fait par apport de
connaissances sur le fonctionnement de l'homme et des organisations, par apprentissage de
méthodes d'analyse du travail, et par des études de cas qui facilitent l'acquisition de la
méthodologie d'intervention. L'intervention de l'ergonome peut se situer soit au stade de la
conception de l'objet, du poste de travail ou de l'installation, de l'atelier, du processus. C'est de
l'ergonomie de conception, soit en correction d'un poste suite à accident ou pathologie, ou
encore plainte des tenants du poste. Il peut aussi s'agir d'aménager un poste de travail pour
l'adapter à un handicap de l'opérateur, ou lorsque les objectifs visés par l'entreprise ne sont pas
atteints c'est-à-dire la qualité ou productivité insuffisante, plaintes des opérateurs ou lorsque
l'entreprise souhaite se lancer dans une réorganisation, mettre en place un nouveau système
informatique.

I.7. Les conduites utilisées en ergonomie

• I.7.1 Les conduites d’intervention


L'intervention ergonomique se déroule en plusieurs étapes : analyse de la demande, recueil de
données, premières hypothèses, analyse des tâches et analyse de l'activité par observation et
entretien avec les opérateurs, élaboration d'un modèle de fonctionnement de l'opérateur, de
l'atelier, puis propositions d'aménagement ou de conception, suivi de la réalisation, du
démarrage, et enfin évaluation et suivi des conséquences du changement par analyse des
indices socio-économiques et opinions des opérateurs.

Page 7
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant
• I.7.2 L’analyse de l’activité
L'analyse du travail est beaucoup plus développée par l’ergonomie francophone et désigne
une démarche méthodologique beaucoup plus utilisée en organisation, en gestion de
production et des ressources humaines qui recouvre l'ensemble des pratiques mises en œuvre
pour administrer, mobiliser et développer les ressources humaines impliquées dans l'activité
d'une organisation et en ingénierie de formation. Cette démarche vise à recueillir des données
indispensables avant la réalisation d’une intervention, d’une formation ou d’un recrutement.
Généralement, on distingue deux niveaux dans l’analyse du travail :

 l’analyse de la tâche et/ou des activités constitutives de l’emploi ;

 l’analyse des conduites opératoires de la personne, qui permettent d’apprécier les


registres de fonctionnement utilisés comme les compétences mises en œuvre ou
requises pour la réalisation d’une activité.

II. RELATION ENTRE L’ERGONOMIE ET L’ARCHITECTURE

Selon Lionel Dunet - président du CNOA – 2009, le travail premier des architectes,
c'est de faire de l’esthétique, du fonctionnel et de la sécurité dans leurs œuvres. Mais selon
l’ergonome, l’esthétique qui ne fonctionne pas, n’est qu’une tricherie, cela n’est pas une
bonne architecture. Les architectes aujourd'hui doivent introduire dans leur projet la notion de
développement durable, du confort, la dimension et dynamique du corps humain surpris dans
ces conditions de travail encore plus sensibilisés à cette alliance du beau et du fonctionnel
Ainsi, la conception architecturale requiert de créer des espaces esthétiques avec une bonne
qualité d'usage et de fonctionnement. Ces qualités peuvent être optimisées dans une
complémentarité de travail entre l'architecte et l'ergonome : La compréhension de l'usage et
utilisation des espaces par l'analyse du travail de l'opérateur que l'ergonome sait appréhender
mieux que l'architecte, alors que l'architecte maîtrise l'architecture et l'intégration
environnementale que l'ergonome.

La relation entre l’ergonomie et l’architecture sera présenté en expliquant la place de


l’ergonomie dans les conceptions architecturales

Page 8
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant
III.1. Terminologie

- Maitre d’ouvrage : c’est une personne physique ou morale pour qui l’ouvrage est
construite, il est le responsable de ce dernier, il définit les objectifs, finance et exploite
l’ouvrage.
- Maitre œuvre : c’est une personne physique ou morale qui pour sa compétence
technique est choisi pour la maîtrise d’œuvre dans l’exécution, le contrôle, le suivi et
la réception des travaux.
- Ergonome : est un prestataire de service porteur d’une technicité particulière au
même titre qu’en bureau d’étude technique.
- Bureau d’étude technique : c’est une personne morale qui réalise les études
techniques et peut suivre l’exécution de l’ouvrage projeté.
- Architecte : c’est le chef d’orchestre des projets de Génie civil.

III.2. Ergonomie et conception architecturale

L’objectif de l’introduction de l’ergonomie dans la conception est avant tout d’éviter


que des moyens de travail soient mis en place à partir de représentations erronées de l’activité
de travail et engendrent des difficultés de tous ordres pour les opérateurs.

Notons que les ergonomes en générale pensent que, les Architectes ont tendance à
passer plus de temps sur la conception des façades au détriment des exigences de
fonctionnement et de santé des acteurs. Cela est vrai mais est-ce vraiment le fruit d’une
intention délibérée ou le résultat d’une situation qui ne met pas à la disposition des
concepteurs suffisamment les données sur le fonctionnement d’un ouvrage et sur les activités
de travail qui s’y déroule ? Cet aspect questionne de ce fait sur la qualité des programmes
architecturaux mis à la disposition des élèves- architectes, questionnement qui devrait
particulièrement intéresser les ergonomes pour leurs interventions futures. Notons que les
architectes ne manque pas d’intégré l’ergonomie dans leur conception à l’exemple de
l’architecte BRUNO Michel qui montre dans son œuvre du palais de justice d’Avignon
l’importance de l’ergonomie dans la conception

Page 9
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant

Dans le but de percevoir, à partir d’une analyse du travail, quel est l’impact réel de
l’organisation du travail, il est certain que les architectes ne disposent pas des mêmes outils
que les ergonomes ou les ingénieurs en organisation.

III.3. Le rôle de l’ergonome

Comme définit plus haut, l’intervention de ce dernier dans les projets architecturaux sont de
très grandes ampleurs à savoir :

 Rechercher les modalités lui permettant de dialoguer aussi bien avec le maître
d’ouvrage qu’avec le maître d’œuvre afin de favoriser  leurs  négociations ;

 Il participera à la conception avec les architectes en charge du projet en  apportant 


des  repères sur  le  travail  futur ;

 Réagir par rapport à des propositions déjà élaborées par les concepteurs ;

Page 10
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant
 Participer à la définition des objectifs du projet et à sa conception ;

 Construire la démarche et à structurer la conduite de projet.

En définitif nous pouvons dire que L'ergonome peut dans le cadre de la conception des
bâtiments être appelé en amont du projet à la phase diagnostic/analyse des besoins, dans la
phase descriptive des besoins, en phase de conception des bâtiments et espaces et dans le
cadre de la correction de l'existant.

III.4. Rôle de l’Architecte

Avant de parler du rôle de l’architecte nous vous présenterons les différents types
d’architectes qui existent afin de mieux expliciter le rôle de chacun :

 L'ingénieur-architecte

Il conçoit des édifices esthétiques faisant appel au savoir scientifique bien élaboré garantissant
la sécurité de l’ouvrage.

 L’architecte-urbaniste

L’architecture est exercée, dans le respect des procédures administratives du lieu d'édification,
par des architectes dont le titre professionnel est protégé juridiquement, ou des spécialistes
assimilés à des architectes. L’architecte- urbaniste conçoit l’élément de mobilier et la ville
entière dans les règles de l’art.

 L’architecte-paysagiste

À partir du XXe siècle, les parcs et jardins sont conçus par des architectes-paysagistes
en relation avec les urbanistes pour les villes où sont créés les « espaces verts » ou en relation
avec les architectes pour les immeubles à jardin. Au XXI e siècle, les architectes-paysagistes
composent les murs végétalisés dans des espaces sans emprise au sol.

La vocation de l’architecte est de participer à tout ce qui relève de l’aménagement de


l’espace et plus particulièrement de l’acte de bâtir. L'architecte intervient sur la construction,
la réhabilitation, l'adaptation des paysages, des édifices publics ou privés, à usage d'habitation,
professionnel, industriel, commercial, etc. Son concours est obligatoire pour l'établissement
du projet architectural faisant l'objet d'une demande de permis de construire ; sauf pour les cas

Page 11
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant
dérogatoires prévus par l'article 4 de la loi sur l'architecture. L'architecte répond aux attentes
de chaque usager en veillant au respect de l'intérêt collectif.

L’architecte est chargé par le client, appelé maître d’ouvrage, de concevoir le projet
architectural (ERNST NEUFERT).

Ce projet définit par des plans et documents écrits l’implantation des bâtiments, leur
composition, leur organisation et l’expression de leur volume ainsi que le choix des matériaux
et des couleurs. Outre l’établissement du projet architectural, l’architecte est compétent pour
intervenir à tous les niveaux d’un projet, de la conception à la réalisation des travaux :

 choix du terrain ;

 conception ;

 expertise ;

 évaluation économique ;

 montage financier ;

 démarches administratives ;

 appel d’offre ;

 suivi du chantier ;

 réception des travaux.

L’architecte peut d’autant mieux remplir ses missions qu’il prend en charge l’opération de
bout en bout. Proche et disponible, l’architecte est le mieux placé pour vous assister dans
toutes les opérations de suivi du chantier. Il vous guide dans le processus de construction et
vous aide à transformer vos idées en réalité en tirant le meilleur profit d’un site. Sa prestation
complète est facteur de qualité, de performances et d’économies sur la durée. Elle garantit au
client le meilleur rapport qualité/prix au moment de l’investissement et des économies
appréciables à l’entretien.

Page 12
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant
L’architecte rencontre les clients, dirige les chantiers et entretient des contacts avec ses
différents interlocuteurs :

 élus ;

 fonctionnaires ;

 industriels ;

 banquiers ;

 promoteurs ;

 entrepreneurs.
Homme ou femme de terrain, il ou elle veille personnellement à l’avancement des travaux.

Dans le monde, font appel à l’architecte :

 le particulier

Par ce que construire ou rénover est l’une des décisions les plus importantes de sa vie et de
celles de sa famille.

 l’élu local

Par ce qu’il est jugé, avec son équipe, sur sa capacité à parfaire le territoire, améliorer les
équipements collectifs et la qualité de la vie de ses concitoyens.

 le commerçant

Par ce que l’aménagement de son magasin et l’agencement de sa vitrine influent sur son
chiffre d’affaire.

 le promoteur

Par ce qu’acheteurs et locataires sont de plus en plus sensibles à la qualité des espaces, des
prestations et de l’environnement, facteurs de meilleure commercialisation.

Page 13
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant
 l’industriel

Car la fonctionnalité, la souplesse d’utilisation et les performances techniques des


locaux sont garants d’une meilleure productivité. L’ambiance des lieux de travail et leur
image sont autant d’atouts pour l’entreprise.

 les copropriétaires

Car l’aménagement et l’entretien des parties communes influent sur le montant des charges et
la pérennité du patrimoine.

 l’agriculteur

Par ce que la modernisation des bâtiments agricoles des exploitations familiales et collectives
améliore leur rentabilité et préserve la qualité du paysage.

III. QUELQUES CAS PRATIQUE.

Pour tous Projets de construction, l’architecte procède tout d’abord à la simulation des
idées selon les besoins pour être d’avantage objectif, explicite et persuasif.

Techniques de support à la simulation

Les principales techniques de support à la simulation habituellement utilisées sont : le


plan à l’échelle agrandie, la représentation en trois dimensions (3D) et la simulation en
grandeur réelle.
 Simulation en grandeur réelle

Figure : simulation d’une salle de réanimation pour un projet d’urgence

Page 14
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant
Il est parfois nécessaire d’utiliser des maquettes en grandeur réelle pour valider les
dimensions et le fonctionnement avec les utilisateurs avant de procéder à la construction,
particulièrement lorsqu’il s’agit d’aménagements qui seront reproduits à plusieurs
exemplaires. Ce fut le cas pour le poste infirmier type du futur hôpital de Terrebonne (figure
suivante). Le même exercice a été fait pour les modèles de chambre à un et deux lits.

Figure : prototype du poste infirmier type au futur centre hospitalier pierre-le gardeur.
Validé par les utilisateurs avant la construction définitive

 Simulation en plan.

La fonction accueil-triage

La fonction accueil-triage est névralgique. Cette fonction consiste, pour l’infirmière, à


recevoir le client, faire un examen clinique sommaire – questionnement sur les symptômes et
contrôle des signes vitaux – et de lui attribuer un niveau de priorité.

Concept d’aménagement de l’accueil-triage

L’analyse de la fonction accueil-triage a permis d’établir des critères précis pour


concevoir un espace qui réponde aux besoins. La figure ci-dessous illustre un concept
d’aménagement qui devra toutefois être adapté à la configuration particulière de chacun des
projets.

Page 15
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant

FIGU
RE : concept d’aménagement de l’accueil-triage

Page 16
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant
IV. CONCLUSION

Parvenu au terme de notre travail où il était question de présenter une brève étude sur
le thème ergonomie au service de l’architecture, nous pouvons constater que l’objectif visé
est que les aménagements répondent adéquatement aux activités futures des utilisateurs qu’ils
soient employés, clients, visiteurs, usagers ou fournisseurs. Il faut donc faire l’analyse des
activités en cause afin de les anticiper correctement. L’ergonomie au service de l’architecture
est donc un partenariat qui contribue à l’optimisation de l’usage des ouvrages de Génie Civil
issus de ce partenariat. Notons que L'ergonome peut dans le cadre de la conception des
bâtiments être appelé en amont du projet, à la phase diagnostic/analyse des besoins, dans la
phase descriptive des besoins, en phase de conception des bâtiments et espaces et dans le
cadre de la correction de l'existant. L’ergonome a donc pour but principal dans la conception
des édifices d’étudier le comportement des sujets au travail ou à la maison, afin d’améliorer
leurs conditions de travail pour optimiser le rendement, leur confort et le bien-être en
générale.

Page 17
ERGONOMIE AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE.
Travail Personnel de L’Etudiant
V. BIBLIOGRAPHIE

- ASSTSAS : COLLECTION PARC : L'ERGONOMIE PARTICIPATIVE DANS LA


CONCEPTION DES BATIMENTS HOSPITALIERS NO 8

- COURS NON PUBLIE D’ERGONOMIE DU DR GALY, 2015

- PRECIS D’ERGONOMIE DE SPERANDIO ;

- LES ELEMENTS DES PROJETS DE CONCEPTION <<L’homme mesure de toute


chose>>, P. 43 ERNST NEUFERT.

Page 18