Vous êtes sur la page 1sur 14

Le roman

Un roman est un récit imaginaire qui présente des personnages vivant des aventures dans un
contexte spatio-temporel donné.

Fonctions du roman :
- Divertir (fonction imaginative)
- Dépeindre la réalité (fonction descriptive)
- Instruire (fonction didactique)
- Critiquer (fonction argumentative)
Narrateur : celui qui raconte l’histoire
Narrateur interne : narrateur qui écrit à la 1ère personne (« je », « nous »)
Narrateur externe : narrateur qui écrit à la 3ème personne (« il », « elle », « ils », « elles »)
Point de vue interne : le narrateur raconte en se mettant dans la peau du personnage qui vit la scène
Point de vue externe : le narrateur raconte à travers les yeux d’un témoin
Point de vue omniscient : le narrateur raconte à travers les yeux de quelqu’un qui sait tout
Relations entre les personnages : opposant/adjuvant, amoureux/aimé, dominant/dominé…
Portrait : description physique ou morale d’un personnage
Portrait direct (= explicite) / portrait indirect (= implicite)
Dialogues : paroles échangées entre les personnages
Discours direct (guillemets, tirets) / discours indirect (verbes de parole) / discours indirect libre
Incipit : premières pages d’un roman
Fonctions de l’incipit :
- Présentation du cadre spatio-temporel
- Présentation du ou des personnages
- Annonce de l’intrigue
- Susciter la curiosité du lecteur
Excipit : dernières pages d’un roman
Fonctions de l’excipit : bilan de l’histoire, message de l’œuvre
Genres dérivés :
- Nouvelle (= récit court)
- Conte (= récit fantastique ou merveilleux)
- Roman épistolaire (= échange de lettres)
- Roman autobiographique (= récit par l’auteur de sa propre vie)
La poésie

Un poème est un texte écrit en vers ou en prose et qui vise à suggérer des idées, des impressions ou
des émotions par le jeu du rythme, des sonorités et des images.

Fonctions de la poésie
- Poésie lyrique (= sentiments / émotions)
- Poésie ludique (= jeu avec le langage)
- Poésie engagée (= dénonciation des injustices)
Vers : ligne comportant un certain nombre de syllabes et se terminant par une rime
Vers libre : vers qui n’obéit pas aux règles du vers traditionnel (régularité, rimes…)
Prose : qui n’est pas écrit en vers
Rime : répétition de sons identiques
Rimes suivies (AABB) / rimes croisées (ABAB) / rimes embrassées (ABBA)
Rime pauvre : 1 son commun
Rime suffisante : 2 sons communs
Rime riche : 3 sons communs ou plus
Strophe : groupement de vers séparé des autres par une ligne blanche
Calligramme : poème qui représente visuellement le sujet dont parle le poète
Sonnet : poème composé de deux quatrains suivis de deux tercets
Rythme binaire (vers en 2 parties) / rythme ternaire (vers en 3 parties)
Hémistiche : moitié d’un vers
Enjambement : prolongement d’une phrase d’un vers au vers suivant
Rejet : partie de l’enjambement placée après la fin du vers
Contre-rejet : partie de l’enjambement placée avant la fin du vers
Assonance : répétition d’un même son voyelle
Allitération : répétition d’un même son consonne
Harmonie imitative : suggestion par les sons de l’idée décrite par le poète
Paronomase : utilisation de mots proches sur le plan sonore
Diérèse : étirement d’une syllabe en deux syllabes (effet d’expansion)
Synérèse : contraction de deux syllabes en une seule (effet de resserrement)
Rime intérieure : rime située à l’intérieur d’un même vers
Figures de style dominantes : comparaison, métaphore, personnification
Le théâtre

Le théâtre est un genre littéraire qui met en scène des personnages au travers de dialogues et de
situations.

Fonctions du théâtre :
- Divertir (faire vivre des émotions)
- Édifier (améliorer l’homme)
- Dénoncer (critiquer la société, faire réfléchir)
Théâtre classique : théâtre du XVIIème siècle encadré par des règles strictes
Règle des trois unités : unité de temps / unité de lieu / unité d’action
Règle de bienséance : non représentation de paroles ou de propos choquants
Règle de vraisemblance : rendre l’intrigue crédible (réaliste)
Comédie : genre théâtral qui vise à faire rire ou sourire
Procédés comiques : de mots / de geste / de caractère / de situation / de répétition
Vaudeville : comédie qui repose sur le thème de l’adultère (mari / femme / amant)
Farce : comédie populaire qui repose sur des jeux de scène et un registre de langue grossier
Tragédie : genre théâtral qui vise à inspirer la terreur ou la pitié
Héros tragique : personnage illustre ou légendaire soumis à des passions contradictoires
Dilemme : choix dans lequel deux valeurs ou deux sentiments entrent en conflit
Catharsis : phénomène par lequel le spectateur se libère des passions vécues par le héros
Acte : subdivision d’une pièce correspondant à une étape de l’intrigue
Scène : subdivision d’un acte
Scène d’exposition : première scène d’une pièce de théâtre
Nœud : point culminant de l’action
Dénouement : dernières scènes d’une pièce
Théâtre dans le théâtre : scène dans laquelle les personnages jouent un autre rôle que le leur
Tirade : longue réplique d’un personnage
Monologue : longue réplique prononcée par un personnage seul sur scène
Aparté : réplique que les personnages présents sur scène ne sont pas censés entendre
Didascalie : indication scénique écrite en italique
Décor : permet de situer l’action dans l’espace et dans le temps
Costume : indique l’époque de l’action et le niveau social ou le caractère des personnages
La littérature d’idées

La littérature d'idées regroupe tous les textes ayant pour but de convaincre, de persuader ou de
faire réfléchir le lecteur. La littérature d'idées concerne tous les genres littéraires.
Fonctions de la littérature d’idées :
- Convaincre (faire adhérer à une idée par des arguments rationnels)
- Persuader (faire adhérer à une idée par des arguments émotionnels)
- Délibérer (faire réfléchir par la confrontation des points de vue)
Argument : élément de raisonnement visant à convaincre ou à persuader
Thèse : position défendue par un auteur sur un sujet
Argumentation directe : l’auteur défend sa thèse en son nom propre (explicite)
Argumentation indirecte : l’auteur défend sa thèse par l’intermédiaire d’un récit (implicite)
Argument d’autorité : référence à une personnalité reconnue comme légitime dans un domaine
Argument ad hominem : argument qui repose sur la critique de l’individu qui défend une idée plutôt
que sur la critique de l’idée en elle-même
Raisonnement par l’absurde : raisonnement qui consiste à défendre une idée en montrant que l'idée
contraire est absurde
Démonstration : raisonnement logique par lequel on prouve la vérité d’une affirmation
Connecteur logique : mot de liaison indiquant une relation logique entre deux propositions
Apologue : texte narratif contenant une morale
Éloge / blâme : texte en faveur (célébration) ou en défaveur (condamnation) d’une idée ou d’une
personne
Conte philosophique : récit fantastique dans lequel l’auteur défend une thèse sur un sujet
Fable : poème mettant en scène des personnages imaginaires et contenant une morale
Comédie classique : genre théâtral du XVIIème siècle dans lequel le dramaturge se moque des travers
de son époque pour amener le lecteur / spectateur à corriger ses défauts
Théâtre de l’absurde : mouvement théâtral visant à faire réfléchir le lecteur / spectateur sur
l’absurdité de l’existence
Discours : texte destiné à être prononcé à l’oral et en public
Orateur : personne qui prononce un discours
Éloquence : art de bien s’exprimer
Essai : ouvrage de réflexion dans lequel l’auteur expose ses opinions
Satire : critique moqueuse
Pamphlet : texte polémique dans lequel l’auteur défend une thèse en ayant recours à l’exagération
Question rhétorique : question qui sous-entend la réponse pour créer un sentiment d’évidence
Les mouvements littéraires

Un mouvement littéraire est une période au sein de laquelle les écrivains partagent
une vision commune de la littérature.

Mouvement qui place au centre de sa réflexion Montaigne


HUMANISME XVIème l'Homme et son élévation intellectuelle et Rabelais
morale. Érasme

Mouvement qui valorise l'ordre, la beauté et le Molière


Fin
CLASSICISME respect des règles, notamment des règles La Fontaine
XVIIème
littéraires. Racine

Mouvement qui défend la liberté, la raison, la Voltaire


LUMIÈRES XVIIIème tolérance, et qui lutte contre les préjugés et Diderot
l'"obscurantisme". Rousseau

Mouvement qui valorise les sentiments Hugo


Début
ROMANTISME (notamment l'amour), la sensibilité personnelle Lamartine
XIXème
et le désir d'évasion. Chateaubriand

Mouvement romanesque qui cherche à décrire Balzac


Milieu
RÉALISME fidèlement la réalité (notamment sociale), sans Stendhal
XIXème
l'embellir ni l'idéaliser. Flaubert

Mouvement romanesque, dans le


Fin Zola
NATURALISME prolongement du réalisme, qui s'appuie sur
XIXème Maupassant
l'analyse scientifique pour décrire la réalité.

Mouvement poétique dans lequel les écrivains Baudelaire


Fin
SYMBOLISME cherchent à décrire le monde à travers des Verlaine
XIXème
images, des métaphores et des symboles. Rimbaud

Mouvement qui rejette la raison et la logique Breton


Début
SURRÉALISME et qui accorde une grande importance aux Éluard
XXème
mondes du rêve et de l'inconscient. Aragon

Mouvement qui cherche à exprimer l'absurdité Beckett


Milieu
ABSURDE de la condition humaine et l'angoisse de Ionesco
XXème
l'homme face à l'existence. Camus

Mouvement qui rompt avec le roman Sarraute


NOUVEAU Milieu
traditionnel et rejette les notions de Duras
ROMAN XXème
personnage et d'intrigue narrative. Butor
Les registres littéraires

Un registre littéraire correspond à l'ambiance et au type d'émotion qu'un auteur


cherche à transmettre dans son texte. On parle également de "tonalité".

COMIQUE Faire rire ou sourire (humour)

TRAGIQUE Faire naître la terreur ou la pitié (fatalité)

LYRIQUE Faire naître des sentiments (joie, tristesse, colère…)

PATHÉTIQUE Faire naître la compassion (souffrance)

ÉPIQUE Faire naître l’admiration (héroïsme)

FANTASTIQUE Faire naître le sentiment de l’étrange (surnaturel)

POLÉMIQUE Combat d’idées, opposition violente

DIDACTIQUE Instruire le lecteur


Les types de textes

NARRATIF Récit d’actions et d’événements

DESCRIPTIF Présentation des caractéristiques d’un lieu ou d’un personnage

ARGUMENTATIF Texte qui vise à convaincre ou à persuader

INFORMATIF Texte qui vise à renseigner ou à expliquer


Les procédés d’écriture

Un procédé littéraire est une technique d'écriture employée par l'auteur d'un texte
pour produire un effet particulier sur le lecteur.

1) Les champs lexicaux

Un champ lexical désigne un ensemble de mots se rapportant au même domaine.


Exemple : tableau, cahier, professeur, apprendre, récréation → champ lexical de l’école

2) Les niveaux de langue

Le niveau de langue est un mode d'expression d'un auteur ou d'un personnage, qui indique sa
situation d'énonciation ou son appartenance sociale.

Niveau familier → Il crèche dans une super baraque.


Niveau courant → Il vit dans une très belle maison.
Niveau soutenu → Il réside dans une somptueuse demeure.

3) La grammaire

La grammaire désigne l'ensemble des règles qui encadrent l'expression écrite ou orale. L'analyse
grammaticale consiste à identifier la classe et la fonction d'un mot ou d'une proposition.

Les classes grammaticales

→ noms communs : chaise, lion


Noms
→ noms propres : François, Paris

→ mélioratifs : spacieuse
Adjectifs
→ péjoratifs : abominable

→ verbes d’action : manger, finir, prendre…


Verbes
→ verbes d’état : être, devenir, rester, demeurer…

→ de lieu : ailleurs, autour, devant…


Adverbes → de temps : après, autrefois, désormais…
→ de manière : gentiment, communément…
→ articles définis : le, la, les
→ articles indéfinis : un, une, des
Déterminants
→ déterminants possessifs : mon, ta, ses, notre…
→ déterminants démonstratifs : ce, cet, cette, ces…

→ pronoms personnels : je, tu, il, elle…


→ pronoms réfléchis : me, te, se, nous…
→ pronoms possessifs : le mien, les vôtres…
Pronoms
→ pronoms démonstratifs : celui, ceux-là…
→ pronoms relatifs : qui, que, dont, où
→ pronoms interrogatifs : qui, laquelle…

→ conjonctions de coordination : mais, ou, et, donc, or, ni, car


Conjonctions
→ conjonctions de subordination : quand, tandis que, parce que…

Interjections ah, ouf, hélas, ô…

Les fonctions grammaticales

Sujet Le professeur interroge ses élèves.

COD Les élèves ont organisé une fête de fin d’année.

COI J’ai parlé à ton professeur principal.

Attribut du sujet Tu sembles inquiet.

→ de lieu : Elle va à la salle de sport.


→ de temps : Je finis à 17h.
Complément circonstanciel → de but : Lucas travaille pour réussir son examen.
→ de moyen : Nous allons en Espagne en avion.
→ de manière : Les enfants jouent sagement.

Complément d’agent Des empreintes ont été découvertes par la police.

→ relative : Les enfants regardent les oiseaux qui volent.


Proposition subordonnée
→ conjonctive : Il est indispensable que tu te ressaisisses.
Les types de phrases

Phrase déclarative Paul joue au ballon dans la rue.

Phrase interrogative À quelle heure viens-tu ?

Phrase exclamative Quel beau feu d'artifice !

Phrase injonctive Va ranger ta chambre.

Les formes de phrases

Phrase affirmative Vous avez dit la vérité.

Phrase négative Il n’a pas le droit de faire cela.

Phrase active Le cuisinier a préparé un délicieux rôti.

Phrase passive La place sera bientôt prise par un invité.

4) La conjugaison

La conjugaison désigne l'ensemble des formes que peut prendre un verbe, selon le mode, le temps,
la voix et la personne.

Les modes

Indicatif → énoncer un fait : J’ai travaillé toute la nuit.

Impératif → exprimer un conseil ou un ordre : Ne rentre pas trop tard.

Subjonctif → exprimer une éventualité : Il y a des chances qu’il ne vienne pas.

Conditionnel → exprimer une hypothèse : Ils partiraient s'ils le pouvaient.


Les temps

→ présent : Il vient.
→ imparfait : Il venait.
→ passé simple : Il vint.
→ futur : Il viendra.
Indicatif
→ passé composé : Il est venu.
→ plus-que-parfait : Il était venu.
→ passé antérieur : Il fut venu.
→ futur antérieur : Il sera venu.
→ présent : Mangez tout de suite.
Impératif
→ passé : Ayez mangé avant mon retour.
→ présent : Il faut qu’il arrive avant midi.
→ imparfait : Il fallait qu’il arrivât avant midi.
Subjonctif
→ passé : Il faut qu’il soit arrivé avant midi.
→ plus-que-parfait : Il fallait qu’il fût arrivé avant midi.
→ présent : Vous ne diriez pas cela si vous la connaissiez.
Conditionnel
→ passé : Vous n’auriez pas dit cela si vous l’aviez connue.

Les valeurs

→ présent d’énonciation : Je fais un exercice.


→ présent de narration : Alors que j'attendais le tramway, un homme
Présent de l’indicatif s'approche de moi.
→ présent d’habitude : Je vais à la piscine le lundi.
→ présent de vérité générale : La Terre tourne autour du soleil.

→ imparfait : descriptions, actions d’arrière-plan, actions qui durent


Imparfait et passé simple
→ passé simple : actions, actions de premier plan, actions brèves

→ souhait : Je voudrais un téléphone pour mon anniversaire.


Conditionnel
→ incertitude : Le professeur aurait changé le sujet du contrôle.

→ souhait : Je souhaite que tu viennes à la fête que j’organise.


Présent du subjonctif
→ ordre : Qu’il s’en aille immédiatement.

5) La ponctuation

La ponctuation est l'ensemble des signes qui organisent la structure d’une phrase.

Le point marque la fin de la phrase. Le point d’exclamation souligne une émotion.

La virgule marque une pause dans la phrase. Le point d’interrogation indique une question.

Les deux points introduisent une explication. Les guillemets ouvrent un dialogue.
Les points de suspension marquent l’interruption
Le tiret marque un changement de locuteur.
d’une phrase ou indiquent une énumération.
6) Les figures de style

Une figure de style est un procédé littéraire qui permet de donner un effet particulier à ce qui est
exprimé. Elles sont très fréquentes dans les œuvres littéraires.

Les figures d’analogie

Rapprochement de deux termes à l'aide d'un mot de comparaison


Comparaison ("comme", "tel", "ressembler"...).
Exemple : Ses cheveux sont blonds comme les blés.

Comparaison sans outil de comparaison.


Métaphore
Exemple : L'Égypte est le berceau de la civilisation.

Fait d'attribuer à une chose ou à un animal des propriétés


Personnification humaines.
Exemple : Le destin frappa à ma porte.

Les figures d’opposition

Emploi de deux mots de sens opposé.


Antithèse
Exemple : Je contemplais la beauté de ce grand désastre.

Antithèse dans laquelle les deux termes opposés sont placés côte-
Oxymore à-côte.
Exemple : Une boucherie héroïque.

Fait d'exprimer le contraire de ce que l'on pense vraiment


Antiphrase (intention ironique).
Exemple : Tu as perdu ton téléphone ? Bravo !

Les figures de substitution

Remplacement d'un mot par une expression qui le définit.


Périphrase
Exemple : Le Roi-Soleil.

Remplacement d'un mot par un autre qui lui est lié sur le plan du
Métonymie sens.
Exemple : Nous sommes allés boire un verre.

Métonymie dans laquelle le mot utilisé désigne une partie de la


Synecdoque chose évoquée.
Exemple : Les voiles disparurent à l'horizon.
Les figures d’amplification

Description exagérée de la réalité.


Hyperbole
Exemple : Ce sac pèse une tonne !

Liste plus ou moins longue de termes.


Énumération/accumulation
Exemple : Il était vif, espiègle, impatient et rusé.

Énumération de termes organisée de façon croissante (gradation


Gradation ascendante) ou décroissante (gradation descendante).
Exemple : "Je me meurs, je suis mort, je suis enterré." (Molière)

Les figures d’atténuation

Emploi d'un mot ou d'une expression qui atténue la réalité.


Euphémisme
Exemple : Il est issu d'une famille modeste.

Fait de dire moins pour suggérer plus (double négation).


Litote
Exemple : Ce n’est pas très malin de sa part.

Les figures de construction

Enchaînement de deux propositions ayant une structure


Parallélisme grammaticale identique (ABAB).
Exemple : "Innocents dans un bagne, anges dans un enfer." (Hugo)

Enchaînement de deux propositions ayant une structure


Chiasme grammaticale symétrique (ABBA).
Exemple : "La beauté sur les fronts, dans les cœurs la pensée." (Hugo)

Répétition d'un mot ou d'une expression en début de phrase ou de


paragraphe.
Anaphore
Exemple : "J'accuse le général Mercier de s'être rendu complice...
J'accuse le général Billot d'avoir eu entre les mains..." (Zola)