Vous êtes sur la page 1sur 11

Université de Mostaganem Faculté des langues étrangères

M. Medjahed
Matière : Introduction en linguistique
Cours : 06

‘’ La morphologie ‘’
I. La morphologie 2

 La morphologie (du grec μορφή morphé, « forme » avec le suffixe -logie,


« discours » ; Science, étude des formes.

- GRAMM. TRADITIONNELLE. Étude des différentes catégories de mots et des


formes qu'ils présentent dans une langue (flexion et dérivation). En un sens très
large, étude de tous les procédés de formation qui mettent en jeu des morphèmes
et principalement des suffixes (morphologie suffixale); en un sens plus restreint,
étude des éléments fléchis ou désinences (morphologie flexionnelle)
(MAR.Lex.1933, p.122):

- LING. MOD. Description de la structure interne des mots et étude des règles qui
régissent cette structure (d'après Lang. 1973).
I. La morphologie 3

 La morphologie s'occupe des plus petites unités de forme et de sens, qu'on


appelle les morphèmes.

➢ Critères en morphologie
 Comme les autres linguistes, les morphologistes ont des outils spéciaux pour
manipuler l'objet qu'ils étudient. Les critères les plus utilisés sont le sens, la forme
et la distribution.

 Les critères traditionnels des parties du discours sont d'ordre sémantique,


comme on peut voir par les exemples suivants.

o Un nom se définit comme un mot qui nomme une personne, un lieu, une
chose ou un concept.
o Un verbe se définit comme un mot qui nomme une action.
o Un adjectif se définit comme un mot qui nomme une qualité.
I. La morphologie 4

 Prenons le cas des noms. Qu'est-ce qu'il y a dans le fonctionnement des noms
qui les distingue des verbes? Du point de vue de la forme, les noms peuvent
prendre le nombre singulier ou pluriel, mais non pas la personne ou le temps. Par
contre, on trouve les trois caractéristiques dans les verbes.

 Du point de vue de la distribution, les noms peuvent suivre un déterminant


(ex. le cahier, cette table, ma sœur), mais non pas un pronom (ex. *je cahier, *tu
table, *elle sœur). Par contre, les verbes peuvent suivre un pronom (ex. je marche,
tu pars, elle travaille) mais non pas un déterminant (ex. *le marche, *cette pars,
*ma travaille).
I. La morphologie 5
 Si on étend l'analyse aux adjectifs, on constate qu'ils se rangent en partie du
côté des noms. Un adjectif peut varier en peuvent suivre un déterminant, mais non
pas un pronom (ex. le petit, nombre (ex. grand, grands), mais non pas en personne
ou en temps. De même, les adjectifs *je gros). Mais dans ce cas, qu'est-ce qui
distingue les adjectifs des noms? Une différence, c'est que les adjectifs peuvent
suivre un adverbe de degré ou un adverbe d'aspect: on peut dire très petit, assez
gros, toujours rond, mais les noms n'ont pas cette possibilité (*très chaise).

 Une autre, c'est que les adjectifs peuvent varier en nombre et en genre (ex.
petit, petites), ce qui n'est pas le cas pour les noms (sauf les noms d'êtres animés,
qui peuvent varier en genre pour indiquer le sexe).

 Une autre partie du discours est l'adverbe comme bientôt, hier, là. Qu'est-ce
qui distingue les adverbes des adjectifs? Entre autres choses, les adverbes ne
s'accordent pas en genre ou en nombre: ils sont invariables. En outre, un adverbe
peut suivre un verbe (ex. elle travaille là) tandis qu'un adjectif suit (ou parfois
précède) un nom (ex. un cahier bleu, un petit cahier).
6
II. Le morphème

 Le “morphème” est la plus petite unité de la langue ayant une forme et un sens et
qui est opposé au phonème qui a seulement une forme.

 il est constitué d’un ou de plusieurs phonèmes indécomposables. Un morphème


est une forme phonologique récurrente, a une signification stable et une
distribution particulière dans le mot. En règle générale le morphème comprend
plusieurs phonèmes.
7
III. Types de morphèmes
 1 - les morphèmes lexicaux ou lexèmes : nombreux et illimités, ils véhiculent un
contenu descriptif précis. Ils sont autonomes et appartiennent à une classe ouverte
: arbre, plan, car…
 2 - les morphèmes grammaticaux ou grammème: restreints et inventoriables, ils
expriment un sens abstrait destinés à compléter le sens précèdent. Ils se divisent en
:
- Morphèmes libres (déterminants (un), prépositions (à, de, par, pour),
conjonctions (or, ni, qui, que) …)
- Morphèmes liés qui se subdivisent à leur tour :
* Morphèmes dérivationnels La dérivation peut se réaliser à partir de
préfixes comme “pré-“, “in-“, “dé-“ (préhistoire, insuffisant, décoller) ou de suffixes
comme “-ier”, “-ment”, “-erie” (olivier, facilement, imprimerie), mais aussi par
l’adjonction de plusieurs préfixes et/ou suffixes (préhistorique, impossibilité,
intergouvernemental).
* Morphèmes flexionnels (expression du pluriel (-s), du féminin (-e), de la
personne…).
8
IV. Découpage en morphèmes
 Exemple:
Commercialisations => commerc | ial | is | ation | s
ML MD MD MD MF
ML: morphème lexical/ MD: morphème dérivationnel / MF: morphème flexionnel.

 Justifier l'existence de chaque morphème en donnant des exemples d'autres mots


qui comportent le morphème en question
-commerc: commerce, commerçant
-ial-: mondial, glacial
-is-: tropicaliser, centralisateur
-ation: communication, revendication
-s : voitures, leçons
9
IV. Découpage en morphèmes
 Exercice:
- Faites un découpage en morphèmes des mots suivants. Distinguer entre les
morphèmes dérivationnels et les morphèmes flexionnels:

Internationalisation, responsables, inhabituel, fortement, agriculteur, chou-fleur,


enrager, affichiste, guitariste, archiviste, automobiliste, abattage, ajustage, accrochage,
asphaltage alphabétique, anecdotique, anatomique, emmailloter, enrober, encercler.
10

 Pour le reste de la découverte de la morphologie et de l’élément du


morphème, je vous invite à la lecture de l’article ci-joint de

Tamine-Gardes Joëlle. Introduction à la morphologie.

Bonne lecture.
V- Bibliographie 11

 Dominique MAINGUENEAU et al., Introduction à la linguistique française,


 Dominique MAINGUENEAU, Aborder la linguistique, Seuil, Paris, 1996.
 DUCROT, SCHAEFFER, Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du
 Georges MOUNIN, Clefs pour la linguistique, Seghers, 1973.
 Jean DUBOIS, Dictionnaire de la linguistique, Larousse, Paris, 2002.
 Jean-Marie ESSONO., Précis de linguistique générale, Armand Colin, 1993.
langage, Seuil, Paris, 1995.
 Tamine, J. (1982). Introduction à la morphologie (suite): La morphologie
dérivationnelle. L'information grammaticale, 14(1), 31-35.
 Manfred OVERMANN, « Introduction à la linguistique », in tome 1 : notions
fondamentales, phonétique, lexique, Hachette, 2005.
 http://www.linguistes.com/ [Henriette Gezundhajt].