Vous êtes sur la page 1sur 90

RDM - Eléments finis

Yves DEBARD

Institut Universitaire de Technologie du Mans


Département Génie Mécanique et Productique
Yves DEBARD Mai 2001

Institut Universitaire de Technologie du Mans


Département Génie Mécanique et Productique
Avenue Olivier Messiaen
72085 Le Mans Cedex 9

Tel : 02 43 83 34 64 Fax : 02 43 83 31 49

E-mail : yves.debard@univ-lemans.fr http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi

RDM - Eléments finis

Géométrie - Maillage
Elasticité - Thermique
Flexion des plaques
Dépouillement des rosettes

Sommaire :
Pages

1 Présentation

4 Installer le logiciel

6 Commandes utilitaires

8 Géométrie

29 Maillage automatique

36 Maillage par blocs

43 Elasticité - thermique

53 Flexion des plaques

59 Calculs et résultats

62 Exemples
Présentation 1

Présentation

L'évaluation du comportement mécanique et/ou thermique d'une pièce par la méthode des éléments
finis peut être décomposée en cinq phases :

Modèle géométrique :
- contour extérieur,
- lignes intérieures, points à mailler,
- discrétisation ou maillage du domaine...

Définition du problème :
- élasticité plane ou de révolution,
- thermique plan ou de révolution,
- flexion des plaques,
- section droite.

Entrée des données mécaniques et thermiques :


- matériaux, épaisseurs,
- conditions aux limites,
- charges...

Calculs :

- déplacements, contraintes,
- actions de liaison...

Exploitation des résultats du calcul :


- déformée,
- courbes isovaleurs, graphes,
- éditions...
2 RDM – Eléments finis

RDM - Eléments finis comprend cinq modules :

- Géométrie et maillage:

Ce module permet la modélisation de la géométrie de la structure, le maillage de la pièce à étudier.


Deux méthodes de maillage sont proposées : maillage automatique en triangles à trois ou six noeuds,
maillage par blocs étudier en triangles à trois ou six noeuds et/ou en quadrangles à 4, 8 ou 9 noeuds.

Les fichiers créés par ce module ont l'extension .GEO.

- Thermique et élasticité :

Ce module permet la détermination du comportement mécanique ( statique et dynamique ) et/ou


thermique ( dans le domaine stationnaire ) de pièces planes ou de révolution.

Les sollicitations prises en compte sont :

- les charges ponctuelles et nodales.


- les charges réparties.
- le poids propre.
- les déplacements d'appuis.
- les forces d'inertie ( problème de révolution ).
- les charges thermiques ( températures imposés, flux de chaleur, convection... ).

Les charges thermiques peuvent être :

- des températures imposées.


- des sources de chaleur.
- des flux de chaleur imposés.
- des échanges de chaleur par convection.

Les fichiers créés par ce module ont l'extension .CAL.

- Section droite :

Ce module permet la détermination des caractéristiques d’une section droite et les contraintes sur
cette section pour un effort donné.

Les fichiers créés par ce module ont l'extension .CAL.


Présentation 3

- Flexion des plaques :

Ce module permet la détermination du comportement statique et dynamique de plaques sollicitées en


flexion. Le cisaillement transverse est pris en compte.

Les sollicitations prises en compte sont :

- les charges ponctuelles et nodales.


- les charges linéiques.
- les charges surfaciques.
- le poids propre.
- les déplacements d'appuis.

Les fichiers créés par ce module ont l'extension .PLA.

- Dépouillement des rosettes :

Ce module permet le dépouillement des rosettes à 45°, 60° ou 120°.

RDM - Eléments finis

Importer :
Géométrie - maillage
IGES, DXF
Fichier .GEO

Elasticité - thermique Flexion des plaques Section droite

Fichier .CAL Fichier .PLA Fichier .CAL

Dépouillement des rosettes


Etat de contrainte
4 RDM - Eléments finis

Installer et configurer le logiciel

Installer RDM

♦ Insérer la disquette 1 dans le lecteur de disquette.

♦ Sélectionner la commande EXECUTER dans le menu DEMARRER.

♦ Taper A:INSTALL puis valider.

♦ Modifier éventuellement l'installation proposée :

C:

RDM6

EXECRDM BIBLI

TEMP

APPLI

Celle ci est mémorisée dans le fichier INSTALL.DAT qui se trouve sur la disquette 1 :

$debut du fichier
$executables * répertoire qui contient les exécutables
c:\rdm6\execrdm
$bibliothèque * bibliothèques : matériaux, profilés...
c:\rdm6\execrdm\bibli
$travail * répertoire de travail : données, résultats
c:\rdm6\appli
$temporaires * répertoire qui contient les fichiers temporaires
c:\rdm6\temp
$exemples * répertoire qui contient les exemples
c:\rdm6\exemples
$fin du fichier

♦ Lancer l'installation.

♦ Installer éventuellement les fontes MTEXTRA et FENCES.

♦ Lancer le module Flexion, puis entrer la longueur de l'écran ...


Installation 5

Modifier la configuration du logiciel

- Activer le menu Configurer RDM.

- Entrer les dimensions de l'écran en mm.

- Sélectionner le type curseur : petit, grand.

- Définir la couleur du fond.

- Sélectionner la couleur des boutons.

- Entrer le coefficient de loupe. Ce coefficient est utilisé par les commandes Zoom plus et Zoom
moins.


6 RDM - Eléments finis

Commandes utilitaires

Ressources disponibles

- Sélectionner la commande Ressources disponibles.

Quitter une procédure modale

- Pointer dans la zone des menus, presser la touche Echap du clavier ou le bouton droit de la souris.

Consulter la dimension des tableaux

Cette commande fournit la dimension des tableaux : noeuds, liaisons, charges...

- Sélectionner la commande Dimension des tables.

Afficher les attributs une entité

Cette commande permet d'afficher les attributs d'une entité : point, segment, arc, élément, charge...

- Désigner une entité à l’aide du bouton droit de la souris.

Exporter un dessin

- Sélectionner la commande Exporter du menu Fichier.

- Désigner le format du fichier :

HPGL, HPGL 2
POSTSCRIPT
WMF ( Windows MetaFile )
EMF ( Metafichier étendu )

- Entrer le nom du fichier.

Imprimer le dessin

- Sélectionner la commande Imprimer du menu Fichier.

- Entrer la dimension du dessin.


Commandes utilitaires 7

Gestion de l'écran graphique

- Activer le menu Afficher.

Zoom

- Sélectionner la commande Zoom.


- Désigner les deux extrémités de l’une des diagonales de la nouvelle fenêtre de travail.

Zoom plus/moins

- Sélectionner la commande Zoom plus ou Zoom moins.


Cette commande permet de diminuer/agrandir la partie du dessin visible dans la fenêtre. Le facteur
d’échelle utilisé est le coefficient de loupe ( voir configurer RDM ).

Centrer la fenêtre de travail sur un point

- Sélectionner la commande Centrer.


- Désigner le centre de la nouvelle fenêtre de travail.

Afficher tout le dessin

- Sélectionner la commande Echelle maximale.

Réafficher le dessin

- Sélectionner la commande Mise au net.


8 RDM - Eléments finis

Géométrie

Le module Géométrie est un logiciel de dessin 2D qui permet la modélisation des structures planes en
vue de leur calcul par la méthode des éléments finis. Ce module prend en compte les contraintes du
Maillage. En particulier, un point ( point isolé ou extrémité d'une courbe ), est lors de sa création
attaché aux entités existantes ( point ou courbe ). Ce mode de fonctionnement est prioritaire sur le
calage.

Remarques :

♦ L'unité de longueur utilisée est le millimètre.


y/z
♦ Les coordonnées des points sont définies dans le repère {xy} pour un
problème plan et le repère {rz} pour un problème de. L'axe x/r est horizontal
et dirigé de la gauche vers la droite; l'axe y/z est vertical et dirigé de bas en
x/r
haut. Si le problème est de révolution, l'axe de symétrie est l'axe z.

Menu principal

Commencer une nouvelle étude

- Sélectionner la commande Nouvelle étude du menu Fichier.

- Définir le cadre de travail :

Le cadre de travail est la fenêtre de référence. Il est défini par les L


coordonnées du point O, sa longueur (L) et sa hauteur (H).
y
Les limites du cadre de travail peuvent êtres modifiées au cours
H
de la modélisation : sélectionner la commande Modifier le cadre
de travail du menu Modéliser.

On revient à cette fenêtre de travail en pointant la case menu O


x
Echelle maximale du menu Afficher.

- Indiquer si le dessin doit commencer par une ébauche :


Géométrie 9

L'ébauche permet la création de droites verticales et horizontales qui serviront de support aux
constructions ultérieures (segments, arcs, raccordements...). Cette phase de travail se termine en
pointant la case menu Fin ébauche. Le programme calcule alors les coordonnées des points
d'intersection des droites. Ces points permettent la discrétisation des droites en segments. Seuls sont
conservés les segments dont les deux extrémités sont situés dans le cadre de travail.

Fin ébauche

Rappeler un dessin paramétré

- Sélectionner la commande Bibliothèque du menu Fichier.

- Entrer le numéro du dessin paramétré.

- Entrer les paramètres du dessin.

Rappeler un dessin sauvegardé sur le disque

- Sélectionner la commande Ouvrir du menu Fichier.

- Entrer le nom du fichier.

Enregistrer les données

- Sélectionner la commande Enregistrer du menu Fichier.

- Entrer le nom du fichier.

Le dessin est sauvegardé dans un fichier dont l'extension est .GEO.

Remarque : par défaut, le programme effectue une sauvegarde dans le fichier $$$.GEO.
10 RDM - Eléments finis

Importer un dessin

Cette commande permet d'importer un dessin généré avec un autre logiciel :

- Format IGES1 : Le fichier doit avoir l'extension .IGS.

- Format DXF ( AUTOCAD2 ) : Le fichier doit avoir l'extension .DXF.

- Sélectionner la commande .IGS ou .DXF du menu Importer.

- Entrer le nom du fichier.

- Entrer le nom de l'unité utilisée pour créer le dessin ( mètre / millimètre ).

- Entrer la précision avec laquelle seront effectués les calculs ( construction des tableaux ) lors du
transfert des données.

Mailler la structure ( maillage automatique )

- Activer le menu Mailler ( Delaunay ).

Mailler la structure ( maillage par blocs )

- Activer le menu Mailler par blocs.

Remarque : si le menu Mailler par blocs est caché, activer la commande Options du menu Outils.

Caractéristiques d’une surface

- Sélectionner la commande Surface.

Cette commande permet le calcul des caractéristiques d'une surface.

1 IGES : Initial Graphics Exchange Specification.


2 DXF et AUTOCAD sont des marques déposées d'Autodesk.
Géométrie 11

Outils

Afficher les points

- Sélectionner la commande Points du menu Afficher.

Mesurer
y D E
- Sélectionner la commande Mesurer du menu Modéliser.
- Désigner deux points (O) et (E). dy
O dx
Cette fonction fournit :

- la distance (D) entre les points. x


- la différence des abscisses : (dx).
- la différence des ordonnées : (dy).

- l'angle du vecteur OE avec l'axe x.

Inventaire de la base de données

- Sélectionner la commande Inventaire du menu Modéliser.

La fonction fournit le nombre de points, segments...

Activer / désactiver le calage

- Sélectionner la commande Calage du menu Modéliser.

Lorsque le calage est actif, un segment ou un arc est calé horizontalement (verticalement) si la droite
qui passe par les points extrémités est horizontale (verticale) à 15 degrés près.

Modifier le cadre de travail

- Sélectionner la commande Modifier le cadre de travail du menu Modéliser.


- Désigner les extrémités de l'une des deux diagonales du nouveau cadre de travail.

Modifier le trait courant

- Sélectionner la commande Modifier le trait courant du menu Modéliser.

- Désigner une couleur dans la palette de couleurs.

- Désigner un type de trait : plein, pointillé, mixte, plein fort.


12 RDM - Eléments finis

Attribuer le trait courant à une entité

- Sélectionner la commande Attribuer le trait courant à une entité du menu Modéliser.

- Désigner une entité.

Compacter les données

- Sélectionner la commande Compacter les données du menu Modéliser.

Cette fonction permet le nettoyage des données :

- les points isolés et les entités dupliquées sont éliminés.


- un point proche d'une courbe est projeté sur celle-ci.
- les courbes de longueur nulle sont éliminées.
...
Géométrie 13

Points

- Activer le menu Points du menu Modéliser.

Créer des points par numérisation

- Pointer dans la zone graphique.

y
x,y
Créer un point par ses coordonnées cartésiennes
x
- Entrer les coordonnées x et y du point.

y
Créer un point par ses coordonnées polaires
R
- Entrer la coordonnée radiale (R) du point.
α x
- Entrer la position angulaire (α) du point.

Intersection de deux segments

- Désigner deux segments.

Intersection de deux arcs

- Désigner deux arcs.

Intersection d'un segment et d'un arc

- Désigner le segment/droite.
- Désigner l'arc/cercle.
14 RDM - Eléments finis

Discrétiser un segment ou un arc

Cette commande permet de remplacer un segment (arc) par plusieurs segments (arcs) de même
longueur.

- Désigner l'entité à discrétiser.


- Entrer le nombre d'entités à créer.

Point milieu
2
Cette commande permet la création du point (M) situé au milieu de deux
points donnés (1) et (2). M
1
- Désigner un point (1).
- Désigner un point (2).

Projeter un point sur une entité ( segment / arc )


P
- Désigner un point (P). P C
- Désigner une courbe (C). C
H
Le point (H), projection du point (P) sur le support de la
H
courbe (C) est créé.

Point sur segment

- Désigner un segment (S). D S


- Désigner l'extrémité de référence (R). P
- Entrer la distance (D) du point à créer (P) au point de référence. R

Point centre d'un arc (cercle)

- Désigner un arc (A). A

Le point (C) situé au centre de l'arc est créé.


C
Géométrie 15

Droites

- Activer le menu Droites du menu Modéliser.

Droite verticale d'équation x = A


y
- Entrez la valeur de A.

Droite horizontale d'équation y = B A B

- Entrer la valeur de B. x

Droite passant par deux points

- Désigner deux points (1) et (2). 2


1

Droite parallèle à un segment

- Désigner le segment/droite de référence (S).


- Désigner un point (P) du demi-plan, limité par (S), qui contient la droite. D S
- Entrer la distance (D) de la droite à l'entité de référence. P

Droite parallèle à un segment et passant par un point

- Désigner le segment de référence (S). P


- Désigner un point (P) de la droite. S

Droite définie par un point et par son inclinaison

- Désigner un point (P) de la droite.


- Entrer l'inclinaison (α) de la droite avec l'horizontale. P

α
x

Demi-droite

- Désigner l'origine (O) de la demi-droite.


- Entrer l'angle (α) de la demi-droite avec l'horizontale.
α
x
O
16 RDM - Eléments finis

Droite passant par un point et perpendiculaire à un segment


P
- Désigner un point (P) de la droite à créer.
- Désigner le segment de référence (S). S

Bissectrices de deux segments


1
- Désigner deux segments (1) et (2). 2

Droite tangente à un arc et parallèle à un segment

- Désigner un segment (S).


- Désigner un arc (A). S
A

Droite tangente à un arc et perpendiculaire à un segment

- Désigner un segment (S).


- Désigner un arc (A). La position de ce pointer définit la position du point
S
de tangence. A

Droite tangente à un arc et de direction donnée

- Désigner un arc (A). La position de ce pointer définit la position du


point de tangence. A
- Entrer l'inclinaison (α) de la droite par rapport à l'axe x. α x
Géométrie 17

Segments

- Activer le menu Segments du menu Modéliser.

Segment défini par deux points


2
- Désigner les deux extrémités (1) et (2) du segment.

1
Segment horizontal

- Désigner l'origine (H) du segment.


- Entrer la longueur du segment (L). y
L
L
Segment vertical H
V
- Désigner l'origine (V) du segment.
- Entrer la longueur du segment (L).
x

Polyligne

- Désigner les sommets de la polyligne.


- Terminer en pointant dans la zone des menus.

Rectangle
2
- Désigner les deux extrémités (1) et (2) de l'une des diagonales du
rectangle.
1
18 RDM - Eléments finis
Arcs

- Activer le menu Arcs du menu Modéliser.

Arc défini par trois points 1


3
- Désigner les deux extrémités (1) et (2) de l'arc.
- Désigner un point (3) de l'arc. 2

Arc défini par deux segments et par son rayon


P
- Désigner les deux segments (1) et (2) qui limitent l'arc. 1 2
- Désigner un point (P) du quadrant, limité par les deux segments, qui contient
R
l'arc.
- Entrer le rayon de l'arc (R).

Demi-cercle

- Désigner les deux extrémités (1) et (2) de l'arc.


3
- Désigner un point (3) du demi-plan, limité par la droite (1-2), qui contient 1
l'arc. 2

Quart de cercle

- Désigner les deux extrémités (1) et (2) de l'arc.


2 3
- Désigner un point (3) du demi-plan, limité par la droite (1-2), qui contient l'arc.

1
Arc défini par ses deux extrémités et son rayon

- Désigner les deux extrémités (1) et (2) de l'arc.


2 3
- Désigner un point (3) du demi-plan, limité par la droite (1-2), qui contient l''arc.
- Désigner un point (4) du demi-plan, limité par la droite (1-2), qui contient le R
centre de l'arc. 1
- Entrer le rayon de l'arc. 4
Géométrie 19

Arc défini par son centre, son origine et un point


P
- Désigner le centre de l'arc (C) .
- Désigner l'origine de l'arc (O).
- Désigner un point (P) tel que l'extrémité de l'arc se trouve sur la demi-droite qui Q
a pour origine le centre de l'arc et qui passe par le point (P).
- Désigner un point (Q) proche de l'arc.
C O

Arc défini par son centre, son origine et son angle d'ouverture
α
- Désigner le centre (C) de l'arc.
- Désigner l'origine (O) de l'arc.
- Entrer l'angle d'ouverture (α) de l'arc.
C O
20 RDM - Eléments finis

Cercles

- Activer le menu Cercles du menu Modéliser.

3
2 P
R

C C 2
1 1

Cercle défini par deux points diamètralement opposés

- Désigner deux points diamètralement opposés (1) et (2) du cercle.

Cercle défini par son centre et un point

- Désigner le centre (C) du cercle.


- Désigner un point (P) du cercle.

Cercle défini par son centre et son rayon

- Désigner le centre (C) du cercle.


- Entrer le rayon du cercle ( R).

Cercle défini par trois points

- Désigner trois points (1,2,3) non alignés.


Géométrie 21

Raccordements

Pour toutes les procédures suivantes, la position du pointer, lors de la désignation des entités à
raccorder, définit la position des points de tangence.

- Activer le menu Raccordements du menu Modéliser.

Arc tangent à deux segments


1
- Désigner les deux segments (1) et (2). R
- Entrer le rayon de l'arc.
2

Segment partant d'un point et tangent à un arc

- Désigner l'arc (A). A


P
- Désigner le point (P).

Segment tangent à deux arcs

- Désigner deux arcs (1) et (2). 1


2
1
2
Arc tangent à deux arcs
C
C
1 2
2
1 1
2
C

- Désigner les deux arcs (1) et (2).


- Désigner le centre de l'arc (C).
- Entrer le rayon de l'arc de raccordement.

Arc tangent à un arc et à un segment

- Désigner un segment (S).


- Désigner un arc (A). A
- Entrer le rayon de l'arc de raccordement. A S
S
22 RDM - Eléments finis

Transformations géométriques
Les transformations géométriques permettent de déplacer ou copier une entité ou les entités
contenues dans une fenêtre.

Sélectionner la commande Transformer du menu Modéliser.

Translation

Vecteur translation défini par deux points :

- Désigner l'origine du vecteur translation.


- Désigner l'extrémité du vecteur translation.

Vecteur translation défini par composantes :

- Entrer les composantes du vecteur du vecteur translation.

Translation horizontale :

- Entrer la composante horizontale du vecteur translation.

Translation verticale :

- Entrer la composante verticale du vecteur translation.

Rotation

Axe de rotation défini par un point :

- Désigner un point.
- Entrer l'angle de rotation.

Axe de rotation défini par ses coordonnées :

- Entrer les coordonnées de l'axe de la rotation.


- Entrer l' angle de la rotation.

Symétrie par rapport à une droite

Axe de symétrie défini par deux points :

- Désigner les deux points.

Axe de symétrie vertical :

- Désigner un point.

Axe de symétrie horizontal :

- Désigner un point.
Géométrie 23

Bibliothèque de structures planes

Remarque : l'axe x est horizontal et dirigé de la gauche vers la droite ; l'axe y est vertical et dirigé du
bas vers le haut.

Mode opératoire

- Sélectionner Bibliothèque du menu Fichier.

- Entrer les dimensions de la structure ( en mm ).

Structures 1 et 2

Paramètres : coordonnées du point O , L , H

1 2
H

O
L

Structures 10, 11, 12, 13 et 14

Paramètres : coordonnées du point O , L , H , R

10 11
H

O L

12 13 14
24 RDM - Eléments finis

Structures 20, 21, 22 et 23

Paramètres : coordonnées du point O, rayons intérieur et extérieur

20 21

22 23

Structures 30, 31 ( pièces avec entaille )

Paramètres : L , H , d , h

31 31
H

O h

d
L
Géométrie 25

Structures 40, 41, 42 et 43

paramètres : coordonnées du point O et rayon de l'arc

40 41

42
43

Structures 50, 51, 52 et 53

paramètres : coordonnées du point O , L , H , a et b

H
50 51
b
O
a
L

52 53
26 RDM - Eléments finis

Structures 60 et 61

paramètres : L , H , a , b et h

60 61
b H

h
O
a
L

Structures 70, 71, 72 et 73

paramètres : coordonnées du point O , L , H , E et R

R
E
70 71
H
O
L E

72 73
Géométrie 27

Structures 80, 81, 82 et 83

paramètres : coordonnées du point O , L , H, a , b et R

80 b
H 81

O R
a
L

82 83

R3
Structure 95 : came R1
R2 95
paramètres : longueur de la came L , R1 , R2 et R3

100
Structure 100 : dent de crémaillère

paramètre : module de la dent


28 RDM - Eléments finis

Structures 110 et 111

paramètres : L , H et R

110 111
H

Structures 120, 121, 122 et 123

paramètres : coordonnées du point O , L , H , D , E1 , E2 et E3

E2 E2

120 H D H 121

E1 O E1 O
L L

E2 E2

E3 E3

D
122 D H H 123

E1 E1 O
O
L L
Maillage 29

Maillage automatique

Le mailleur automatique permet la discrétisation d'un domaine plan en triangles à 3 ou 6 noeuds à


bords droits ou curvilignes. La méthode utilisée est la triangulation de Delaunay.

Les étapes de la modélisation sont :

♦ modélisation de la géométrie : contour extérieur de la pièce, lignes intérieures, noeuds


imposés ( points à mailler ) ...

♦ choix des paramètres du maillage : nombre d’éléments à générer...

♦ choix du type d'élément et maillage du domaine par triangulation de Delaunay.

Ces opérations sont effectuées avec le module Dessin - Maillage.


30 RDM - Eléments finis

Modélisation de la géométrie

Le contour extérieur de la pièce doit être :

- fermé,
- en trait continu,
- formé de segments, d'arcs et de cercles.

exemples : C1 , C2

N2
N8 C1
N6
SD

C2 N9

N7
N5

PM1
LM PM2

N4
N3 N1

La géométrie peut également comporter des lignes intérieures ( en trait pointillé ). Ces lignes
serviront éventuellement de support à des charges, des liaisons... Certaines de ces lignes peuvent
former des sous-domaines et permettront d’introduire des changements de matériau, d’épaisseur...

exemples : LM , SD

On peut de plus marquer des points ( Commande Points à Mailler du menu Modéliser ) : ces points
seront des noeuds du maillage. Ils peuvent se trouver sur le contour ou à l’intérieur du domaine. Ces
points serviront éventuellement de support à des entités : charges, liaisons...

exemples : PM1 , PM2

remarque 1 : les points anguleux ( tolérance 15° ) seront des noeuds du maillage.

exemples : N1 , N2 ...

remarque 3 : un cercle contient un point qui sera un noeud.

exemple : N9

remarque 2 : l’ensemble des courbes comprises entre deux noeuds est appelée « ligne frontière ».

exemples : ( N3 N1 ) , ( N1 PM2 ) , ( N4 N5 ) ...


Maillage 31

Commandes disponibles

Paramètres du maillage

- Sélectionner la commande Paramètres du menu Modéliser.

- Entrer les paramètres :

♦ nombre approximatif d’éléments à générer.

♦ nombre d’itérations lors de la phase d’amélioration du maillage.

♦ valeur minimale acceptable pour la qualité du jacobien ( valeur conseillée 0.7 ).

Les paramètres du maillage sont enregistrés dans le fichier RDMDAT.INI situé dans le répertoire qui
contient les exécutables.

Modifier la taille des éléments autour d’un noeud

Cette commande permet de densifier le maillage autour d’un noeud.

- Sélectionner la commande Modifier la taille des éléments du menu Modéliser.

- Entrer le coefficient.

- Désigner un point à mailler.

Discrétiser le domaine

- Désigner le type d’élément : triangle à 3 ou 6 noeuds à bords droits ou curvilignes :


32 RDM - Eléments finis

Afficher les caractéristiques d’un élément

Cette commande permet l’affichage des caractéristiques d’un élément : noeuds, représentation
paramétrique, qualité géométrique...

- Désigner un élément à l’aide du bouton droit de la souris.

Afficher la qualité du maillage

- Sélectionner l’une des commandes suivantes du menu Afficher :

⇒ Qualité ( Distorsion ).

⇒ Qualité ( Noeud milieu ).

⇒ Qualité ( Jacobien ).
Maillage 33

Messages d’erreur

Remarque : pour localiser les erreurs concernant le maillage de la frontière, sélectionner la


commande Maillage frontière du menu Afficher.

Les principaux messages d'erreur rencontrés lors de la procédure de maillage automatique sont :

♦ Deux noeuds sont confondus :

Le point susceptible d'être créé est situé trop près d'un point existant. La tolérance est égale à la plus
grande longueur du dessin divisée par 900.

Cette erreur concerne essentiellement les noeuds situés sur la frontière :

- la frontière présente deux discontinuités angulaires trop rapprochées ( A et B ).

A
B

⇒ Modifier la géométrie dans le module de dessin ( fusionner les deux points , raccorder les
arêtes par un arc... ).

- le coefficient de discrétisation est trop grand le long d’une ligne « frontière ».

⇒ Diminuer le coefficient de discrétisation.

♦ Point extérieur au domaine :

Le point susceptible d'être créé est extérieur au domaine.

Cette erreur provient souvent d'un point à mailler.


34 RDM - Eléments finis

♦ Deux segments « frontière » se coupent :

F1

F2

A D
I

C
B

F1

F2

A D
I

C
B

Cette erreur provient le plus souvent :

- de l'intersection de deux segments portés par des lignes intérieures ( exemple : AB et CD ).

⇒ Créer le point intersection ( I ) des lignes dans le module de dessin.

- d'une discrétisation insuffisante de la frontière ( F1 et F2 ).

Dans ce cas, on peut :

⇒ ajouter des points à mailler sur la frontière.

⇒ modifier le coefficient de discrétisation.

⇒ utiliser l'option « maillage non uniforme de la frontière ».


Maillage 35

♦ La frontière n'est pas assez discrétisée :

Une ligne « frontière » fermée doit être discrétisée en au moins trois tronçons. Par défaut, une telle
ligne possède au moins un noeud.

Cette erreur concerne le plus souvent une frontière intérieure ( trou trop petit ) :

ou

Pour remédier à cette erreur, on peut :

⇒ ajouter des points à mailler.

⇒ utiliser l'option « maillage non uniforme de la frontière ».

♦ Point sur segment « frontière » :

Cette erreur provient le plus souvent :

- de l'intersection de deux segments portés par des lignes intérieures.

- d'un point à mailler.


36 RDM - Eléments finis

Maillage par blocs

Le mailleur par blocs ou mailleur structuré permet la discrétisation d'un domaine plan en :

- triangles à 3 ou 6 noeuds.

- quadrilatères à 4, 8 ou 9 noeuds.

à bords droits ou curvilignes.

Le domaine est découpé en sous-domaines de topologie simple ( triangle ou quadrangle ). Ces sous-
domaines sont ensuite discrétisés par le mailleur en éléments. La densité du maillage est définie par la
donnée du nombre d'éléments à générer le long des arêtes des sous-domaines.

Les étapes de la modélisation sont :

♦ modélisation de la géométrie ( contour extérieur de la pièce ).

♦ construction des sous-domaines.

♦ maillage des arêtes des sous-domaines ( choix des densités d'éléments ).

♦ choix du type d'élément et maillage du domaine.

Ces opérations sont effectuées avec le module Dessin - Maillage.


Maillage 37

Modélisation de la géométrie

Contour extérieur

Le contour extérieur de la pièce doit être :

- fermé,
- en trait continu,
- formé de segments et d'arcs

Construction des sous-domaines

Au cours de cette phase de travail, la structure est décomposée en sous-domaines séparés par des
arêtes ( cette opération constitue un pré-maillage du domaine ). La densité du maillage est définie par
la donnée du nombre d'éléments à générer le long d'une arête.

Une arête ou « ligne frontière » peut être un segment, un arc ou une polyligne ( segments + arcs
) : si en un point, deux lignes se raccordent en faisant entre elles un angle égal à 180° ( tolérance =
15° ), elles appartiennent à la même arête.

Les segments et les arcs créés au cours de cette opération doivent être en trait pointillé.

Les sous-domaines sont du type :

- « triangle » : un sous-domaine « triangle » est limité par trois arêtes. Les trois arêtes comportent le
même nombre de noeuds (N).

- « quadrangle » : un sous-domaine « quadrangle » est limité par quatre arêtes. Deux arêtes opposées
comportent le même nombre de noeuds (N,M).

3 4
N
1
N N M

M
3
1
N 2 N
2

Cette phase de travail qui constitue la première étape du maillage doit être effectuée avec soin : la
qualité du maillage et donc la qualité des résultats en dépendent. En particulier :

- éviter d'avoir des sous-domaines trop déformés.

- les angles doivent être plus petits que 180°.


38 RDM - Eléments finis

Remarques :

- les sommets des sous-domaines sont des noeuds imposés du maillage.

- chaque élément est lié à un sous-domaine. Cette propriété est utilisée pour la définition des
attributs des éléments qui appartiennent au même sous-domaine : épaisseur, matériau, charges...

Quand cette phase de travail est terminée, activer le menu Mailler par blocs.

Principe du maillage par bloc

A chaque sous-domaine, on associe un domaine de référence (triangle ou quadrangle). Ce dernier est


discrétisé régulièrement. Le maillage de référence est ensuite transporté sur le sous-domaine réel.

η Sous-domaine « triangle »

Triangle de référence

ξ ξ

η
η

ξ ξ

Quadrangle de référence Sous-domaine « quadrangle »

Bibliographie :

[G5] [MAI 13]


Maillage 39

Commandes principales

Discrétiser les limites des sous-domaines

- Sélectionner la commande Lignes frontières du menu Mailler.

- Entrer le coefficient de discrétisation ( nombre d'éléments à générer le long d'une ligne ).

- Désigner les lignes concernées.

Remarques :

* deux arêtes opposées d'un sous-domaine « Quadrangle » ont le même coefficient de


discrétisation.

* les trois côtés d'un sous-domaine « Triangle » ont le même coefficient de discrétisation.

* par défaut, le coefficient de discrétisation est égal à 1.

Discrétiser le domaine

- Sélectionner la commande Domaine du menu Mailler.

- Désigner le type d'élément dans la bibliothèque :

Remarque : les modules Thermique, Elasticité et Section droite utilisent les 5 types d'élément; le
module Plaque n'utilise que les éléments du type triangle à 3 noeuds et quadrilatère à 4 noeuds.
40 RDM - Eléments finis

Exemple

Considérons la structure plane suivante :

R=30

R=10 R=15

95

Les étapes de la modélisation sont les suivantes :

- Lancer le module Dessin - Maillage.

- Sélectionner la commande Bibliothèque du menu Fichier :

* Entrer le numéro de la structure : 95.

* Entrer les dimensions de la structure : ( 95 , 30 , 15 , 10 ) mm , avec sous-domaines.

A
B

remarque 1 : la structure est divisée en 2 « triangles » et 8 « quadrangles ».

remarque 2 : la « ligne frontière » AB est composée d’un segment et d’un arc.

- Activer le menu Mailler par blocs.


Maillage 41

- Sélectionner la commande Ligne frontière du menu Mailler.

* Entrer le nombre d’éléments à générer le long d’une « ligne frontière ».

* Désigner une ligne.

3
3
2
3

- Sélectionner la commande Domaine du menu Mailler.

* Désigner le type d’élément à générer.

Suivant le type d'élément choisi, on obtient :

♦ triangle à 3 noeuds : toute la structure est discrétisée en triangles à 3 noeuds :


42 RDM - Eléments finis

♦ quadrilatère à 4 noeuds : les sous-domaines « quadrangle » et « triangle » sont discrétisés


respectivement en quadrilatères à 4 noeuds et en triangles à 3 noeuds :

♦ triangle à 6 noeuds : toute la structure est discrétisée en triangles à 6 noeuds.

♦ quadrilatère à 8 noeuds : les sous-domaines « quadrangle » et « triangle » sont discrétisés


respectivement en quadrilatères à 8 noeuds et en triangles à 6 noeuds :

♦ quadrilatère à 9 noeuds : les sous-domaines « quadrangle » et « triangle » sont discrétisés


respectivement en quadrilatères à 9 noeuds et en triangles à 6 noeuds :
Elasticité - thermique 43

Elasticité - thermique

Le module Elasticité - thermique permet la détermination, par la méthode des éléments finis, du
comportement mécanique ( statique et dynamique ) et thermique ( en régime permanent ) de pièces
planes ou de révolution.

Les hypothèses retenues sont :

- les déplacements sont petits.

- les matériaux sont homogènes et isotropes.

- les relations entre les contraintes et les déformations sont linéaires.

Les problèmes traités sont :

♦ en thermo-élasticité :

⇒ contraintes planes.

⇒ déformations planes.

⇒ problème axisymétrique ( l’axe z est l’axe de révolution ).

♦ en thermique :

⇒ problème plan.

⇒ problème axisymétrique ( l’axe z est l’axe de révolution ).


44 RDM – Eléments finis

Commandes principales

Rappeler une structure

- Sélectionner la commande Ouvrir du menu Fichier.

- Entrer le nom du fichier.

Enregistrer les données

- Sélectionner la commande Enregistrer du menu Fichier.

- Entrer le nom du fichier.

Les données sont sauvegardées dans un fichier dont l'extension est .CAL.

Remarque : le programme effectue, par défaut, une sauvegarde de sécurité dans le fichier $$$.CAL.

Editer les données

- Sélectionner la commande Données du menu Fichier.

Lancer un calcul statique

- Sélectionner la commande Analyse statique du menu Calculer.

Lancer un calcul dynamique

- Sélectionner la commande Analyse dynamique du menu Calculer.


Elasticité - thermique 45

Bibliothèque d’éléments

Les éléments utilisés reposent sur une formulation déplacement. La représentation de la géométrie et
du champ de déplacement ( et/ou du champ de température ) sur un élément utilisent les mêmes
fonctions d'interpolation ( représentation isoparamétrique ) :

- représentation de la géométrie :

 n

x = ∑ N (ξ, η) x
i i
 i =1
 n

y = ∑ N (ξ, η) y
i i
 i =1

- représentation du champ de déplacement :

 n

u = ∑ N (ξ, η) u
i i
 i =1
 n

v = ∑ N (ξ, η) v
i i
 i =1

- représentation du champ de température :

 n

T = ∑ N (ξ, η) T
i i
 i =1


ξ et η sont les coordonnées paramétriques
( x , y ) sont les coordonnées d'un point de l'élément
( xi , yi ) sont les coordonnées du ième noeud de l'élément
( u , v ) sont les composantes du déplacement du point ( x , y )
( ui , vi ) sont les composantes du déplacement du ième noeud de l'élément
T est la température au point ( x , y )
Ti est la température du ième noeud de l'élément

vi
η Ti
ui

v
(0,1) T
u
(x,y)

(ξ,η) y
ξ
(0,0) (1,0) x

Elément de référence Elément réel

Bibliographie : [B5]
46 RDM – Eléments finis

Matériaux

Par défaut, la structure est en acier.

- Activer le menu Matériaux du menu Modéliser.

Les éléments sont groupés par matériau. Une couleur est associée chaque groupe.

Définir les groupes

Changer la couleur courante

- Désigner une couleur dans la palette des couleurs.

Changer la couleur d'un élément

Cette commande permet d'attribuer la couleur courante à un élément.

- Sélectionner la commande Elément.

- Désigner un élément.

Changer la couleur des éléments d'un sous-domaine

Cette commande permet d'attribuer la couleur courante aux éléments d'un sous-domaine.

- Sélectionner la commande Domaine.

- Désigner un élément du sous-domaine.

Modifier les caractéristiques d'un matériau

- Sélectionner la commande Modifier.

- Désigner un élément du groupe.

- Entrer les caractéristiques du matériau :

* nom.
* module de Young ( en MPa ).
* coefficient de Poisson.
* masse volumique ( en kg/m3 ).
* coefficient de dilatation ( en degré-1 ).
* conductivité thermique ( en W/(m.K ).
* capacité calorique volumique ( en J/(m3.K) ).
Elasticité - thermique 47

Lire un matériau dans la bibliothèque

- Sélectionner la commande Bibliothèque.

- Désigner un élément du groupe.

- Désigner un matériau.

La bibliothèque de matériaux est contenue dans le fichier texte : materiau.dat :

$DEBUT DU FICHIER
$REFERENCE
S. LAROZE, J.J. BARRAU - Mécanique des structures Tome 1, page 69 - Eyrolles, Masson 1988
$ATTRIBUTS * liste des attributs à lire pour chaque matériau
MODULE - module de Young en MPa
POISSON - coefficient de Poisson
MASSE VOLUMIQUE - masse volumique en kg/dm3
DILATATION - coefficient de dilatation ( x 10e6 ) en 1/K
CONDUCTIVITE - conductivité thermique en W/(m.K)
CAPACITE - capacité calorique volumique en J/(m3.K)
LIMITE ELASTIQUE - limite élastique en MPa
/// - fin de la liste des attributs
$MATERIAUX * liste des matériaux
210000 0.285 7850 12.5 71.1 3.65 200 *Fer
220000 0.285 7850 13 50 3.58 1450 *Acier 45 SCD 6
203000 0.29 7850 15 35 3.74 200 *Acier Inox
100000 0.29 7100 11 58 3.83 200 *Fonte
110000 0.33 4500 8.5 16.7 2.35 260 *Titane
105000 0.34 4400 8 7.2 2.30 870 *TA 6 V
67500 0.34 2700 24 209 2.39 30 *Aluminium
74000 0.33 2800 22.6 159 2.69 240 *AU 4 G
73000 0.34 2750 22 159 2.64 400 *AU 2 GN
72000 0.35 2800 23.5 135 2.7 210 *Zicral AZ8GU
100000 0.34 8930 16.5 393 3.43 40 *Cuivre
92000 0.33 8400 20.8 121 3.16 180 *Laiton UZ40
106000 0.35 8800 17.5 47 3.10 126 *Bronze
130000 0.34 8250 17 47 3.45 175 *Bronze Béryllium
294000 0.05 1850 12.3 160 1.88 60 *Béryllium
45000 0.34 1740 27 160 1.88 60 *Magnésium
16700 0.44 11350 29.1 33 1.42 1.4 *Plomb
2900 0.4 1800 81 0.18 1.62 80 *Plexiglas
6000 0.25 2600 6 0.98 2.18 50 *Verre
$FIN DU FICHIER

Remarque : le nom du matériau doit être placé en fin de ligne et précédé du caractère « * ».
48 RDM – Eléments finis

Epaisseurs

- Activer le menu Epaisseurs du menu Modéliser.

Les éléments sont groupés par épaisseur. Une couleur est associée chaque groupe.

Définir les groupes

Changer la couleur courante

- Désigner une couleur dans la palette des couleurs.

Changer la couleur d'un élément

Cette commande permet d'attribuer la couleur courante à un élément.

- Sélectionner la commande Elément.

- Désigner un élément.

Changer la couleur des éléments d'un sous-domaine

Cette commande permet d'attribuer la couleur courante aux éléments d'un sous-domaine.

- Sélectionner la commande Domaine.

- Désigner un élément du sous-domaine.

Définir l’épaisseur d’un groupe d'éléments

- Sélectionner la commande Définir.

- Désigner un élément du groupe.

- Entrer l'épaisseur.
Elasticité - thermique 49

Changement de repère

Il est possible de définir un changement de repère nodal. Cette opération est nécessaire pour
introduire un appui incliné ( déplacement nul, déplacement imposé non nul ou appui élastique ).
r
Le repère local est défini par la donnée d’une direction 1 . Cette direction est définie par deux
nœuds, ses paramètres directeurs ou sa position angulaire par rapport à l’axe global x. Le repère local
est alors construit de la manière suivante :
r
- l’axe local x est porté par la direction 1 .
- l’axe local z est l’axe global z.
- le repère local { x y z } est orthonormé et direct.

Liaisons extérieures - symétries

- Activer le menu Liaisons/Symétries du menu Modéliser.

Remarque : pour un problème de révolution, bloquer un noeud revient à bloquer l'arc de révolution
passant par le noeud.

Les types de liaison disponibles sont :

- l'appui simple : u = 0 , v = 0 , appui simple incliné.

- la rotule : u = v = 0 .

- le déplacement imposé : u = k , v = k.

- l'appui simple élastique : la réaction est proportionnelle au déplacement :

Fx = - K u / Fr = - K u , Fy = - K v / Fz = - K v.

Ajouter une liaison nodale ou des liaisons réparties sur une ligne

- Désigner le type de liaison.


- Désigner un nœud ou une ligne

Ajouter / annuler une symétrie par rapport à un plan

Une symétrie par rapport à un plan d'équation x / r = A implique u = 0 pour tous les points de la
structure situés dans ce plan. De même, une symétrie par rapport à un plan d'équation y / z = A
implique v = 0 pour tous les points de la structure situés dans ce plan.

- Désigner le type de symétrie.


- S'il s'agit d'une création, désigner un noeud du plan de symétrie.
50 RDM – Eléments finis

Définition des cas de charges

Le logiciel permet la définition de plusieurs cas de charges (sans compter les combinaisons).

Remarque : les déplacements imposés non nuls sont définis avec les liaisons extérieures.

Ajouter un cas de charges

- Sélectionner la commande Ajouter un cas de charges du menu Modéliser.

Détruire un cas de charges

- Désigner le cas de charges ( menu Modéliser ).


- Détruire toutes les charges.
- Sélectionner la commande Compacter les données du menu Modéliser.

Ajouter une charge à un cas de charge

- Désigner éventuellement le cas de charges ( menu Modéliser ).

- Désigner le type de charge :

Les sollicitations disponibles sont :

♦ Charge nodale ( problème plan )

- Entrer les composantes de la force en N.


- Désigner un noeud.

♦ Charge circonférentielle ( problème de révolution )

- Entrer les composantes de la force par unité de longueur ( en N/mm ).


- Désigner un noeud.

♦ Charge uniformément répartie le long d'une ligne ( problème plan )

- Entrer les composantes de la force par unité de longueur( en N/mm ).


- Désigner une ligne.

♦ Charge surfacique ( problème de révolution )

- Entrer les composantes de la force par unité de surface ( en MPa ).


- Désigner une ligne.
Elasticité - thermique 51

♦ Poids propre

♦ Pression

- Entrer la valeur de la pression ( en MPa ) : une pression positive est dirigée de l'extérieur vers
l'intérieur de la pièce.

- Désigner une ligne.

♦ Gradient thermique

- Entrer la température de référence. Les charges thermiques sont celles qui sont définies dans le
menu thermique.

- Entrer la température initiale.

♦ Forces d'inertie ( problème de révolution )

- Entrer la vitesse de rotation autour de l'axe z ( en tours/min ).

Annuler une charge

- Désigner éventuellement le cas de charges ( menu Modéliser ).

- Sélectionner la commande Annuler du menu Charges.

- Désigner le type de charge.

- Désigner une entité chargée.

Créer / modifier une combinaison de cas de charges

- Sélectionner la commande Combinaisons du menu Modéliser.

- Désigner une combinaison ( modification ).

- Entrer les numéros des cas de charge et les coefficients correspondants.

Exemples : combinaison 1 : ( cas 1 * 1.33 ) + ( cas 3 * 1 )


combinaison 2 : ( cas 1 * 1.33 ) + ( cas 3 * - 1 )
...
52 RDM – Eléments finis

Charges thermiques

Par convention les flux entrants sont notés positivement.

- Activer le menu Charges thermiques du menu Modéliser.

Les charges thermiques prises en compte sont les suivantes :

Source de chaleur

- nodale : une source de chaleur ponctuelle est définie par la puissance calorique générée. Elle
s'exprime en Watt.

- volumique : une source de chaleur volumique est définie par la puissance calorique générée par
unité de volume. Elle s'exprime en Watt/m3.

Température imposée

La température peut être imposée en un point ou sur une surface.

Flux imposé

Le flux thermique peut être imposé sur une surface frontière. Il s'exprime en Watt/m2.

Echange superficiel par convection

La convection est l'échange de chaleur entre un solide et un fluide. Soit un point M sur la surface
frontière d'un solide. Soient TM la température du solide en M et TF la température du fluide au
voisinage de M. L'expérience montre que la puissance calorique q cédée par le solide en M, par
unité de surface, est égale à :

q = h ( TM - TF ) ( loi de Newton )

où h est le coefficient d'échange par convection. h s'exprime en W/(m2.°C).


Flexion des plaques 53

Flexion des plaques

Le module Plaques permet la détermination, par la méthode des éléments finis, du comportement

mécanique ( statique et dynamique ) des plaques sollicitées en flexion.

Les hypothèses retenues sont :

- les déplacements sont petits.

- les matériaux sont isotropes.

- les relations entre les contraintes et les déformations sont linéaires.

- le cisaillement transversal peut être pris en compte (modèle de Reissner-Mindlin) ou négligé


(hypothèse de Kirchhoff ).
54 RDM – Eléments finis

Commandes principales

Rappeler une structure

- Sélectionner la commande Ouvrir du menu Fichier.

- Entrer le nom du fichier.

Enregistrer les données

- Sélectionner la commande Enregistrer du menu Fichier.

- Entrer le nom du fichier.

Les données sont sauvegardées dans un fichier dont l'extension est .PLA.

Remarque : le programme effectue, par défaut, une sauvegarde de sécurité dans le fichier $$$.PLA.

Cisaillement transversal pris en compte / négligé

- Sélectionner la commande Cisaillement transversal du menu Modéliser.

Editer les données

- Sélectionner la commande Données du menu Fichier.

Lancer un calcul statique

- Sélectionner la commande Analyse statique du menu Calculer.

Lancer un calcul dynamique

- Sélectionner la commande Analyse dynamique du menu Calculer.


Flexion des plaques 55

Bibliothèque d’éléments

Les éléments utilisés sont le triangle à 3 noeuds et le quadrangle à quatre noeuds :

z wi
wi
y
θiy θiy
x θix i θix
i

♦ Eléments avec prise en compte du cisaillement transversal

Leur formulation est basée sur la théorie de Reissner-Mindlin.

- élément triangle à 3 noeuds : DST ( Discrete Shear Triangle ).

- élément quadrangle à 4 noeuds : Q4γγ ( MITC4 ) ( Mixed Interpolated Tensorial Components ).

♦ Eléments de Kirchhoff

L'énergie de cisaillement transversal est négligée. Les hypothèses de Kirchhoff sont introduites de
manière discrète.

- élément triangle à 3 noeuds : DKT ( Discrete Kirchhoff Triangle ).

- élément quadrangle à 4 noeuds : DKQ ( Discrete Kirchhoff Quadrilateral ).

Bibliographie : [B6] [PLA 1] ... [PLA ...]


56 RDM – Eléments finis

Changement de repère

Il est possible de définir un changement de repère nodal. Cette opération est nécessaire pour
introduire un appui incliné ( déplacement nul, déplacement imposé non nul ou appui élastique ).
r
Le repère local est défini par la donnée d’une direction 1 . Cette direction est définie par deux
nœuds, ses paramètres directeurs ou sa position angulaire par rapport à l’axe global x. Le repère local
est alors construit de la manière suivante :
r
- l’axe local x est porté par la direction 1 .
- l’axe local z est l’axe global z.
- le repère local { x y z } est orthonormé et direct.

Liaisons extérieures - symétries

- Activer le menu Liaisons/Symétries du menu Modéliser.

Les types de liaison disponibles sont :

- l'appui simple : w = 0 , θx = 0 ou θy = 0.

- le déplacement imposé : w = k , θx = k ou θy = k.

- l'appui élastique : l’action de liaison est proportionnelle au déplacement :

Fz = - K w , Mx = - K θx ou My = - K θy

Ajouter une liaison nodale ou des liaisons réparties sur une ligne

- Désigner le type de liaison.


- Désigner un nœud ou une ligne.

Ajouter / annuler une symétrie par rapport à un plan

Une symétrie par rapport à un plan d'équation x / r = A implique θy = 0 pour tous les points de la
structure situés dans ce plan. De même, une symétrie par rapport à un plan d'équation y / z = A
implique θx= 0 pour tous les points de la structure situés dans ce plan.

- Désigner le type de symétrie.


- S'il s'agit d'une création, désigner un noeud du plan de symétrie.
Flexion des plaques 57

Cas de charges

Le logiciel permet la définition de plusieurs cas de charges (sans compter les combinaisons).

Remarque : les déplacements imposés non nuls sont définis avec les liaisons extérieures.

Ajouter un cas de charges

- Sélectionner la commande Ajouter un cas de charges ( menu Modéliser ).

- Désigner le type de charge.

Détruire un cas de charges

- Désigner le cas de charges ( menu Modéliser ).

- Détruire toutes les charges.

Ajouter une charge à un cas de charge

- Désigner le cas de charges ( menu Modéliser ).

- Désigner le type de charge.

Les sollicitations disponibles sont :

♦ Charge nodale

- Entrer les composantes de la force Fz , Mx et My.


- Désigner un noeud.

♦ Charge uniformément répartie le long d'une ligne

- Entrer les composantes de la force fz , Mx et My.


- Désigner une ligne.

♦ Charge surfacique sur un élément, un sous-domaine ou toute la structure

- Entrer les composantes de la force par unité de surface.


- Désigner un élément.

♦ Poids propre
58 RDM – Eléments finis

Annuler une charge

- Sélectionner la commande Annuler du menu Charges.


- Désigner le type de charge.
- Désigner une entité chargée.

Créer / modifier une combinaison de cas de charges

- Sélectionner la commande Combinaisons du menu Modéliser.


- Désigner une combinaison ( modification ).
- Entrer les numéros des cas de charge et les coefficients correspondants.

Exemples : combinaison 1 : ( cas 1 * 1.33 ) + ( cas 3 * 1 )


Calculs et résultats 59

Calculs et résultats

Calculs
Analyse statique

Les déplacements nodaux sont les solutions du système d’équations linéaires :

[ K ] [ U ] = [ F ] où

- [ K ] est la matrice de rigidité de la structure


- [ F ] le vecteur chargement
- [ U ] le vecteur déplacement

Mode opératoire

- Sélectionner la commande Analyse statique du menu Calculer.

Analyse dynamique : modes propres

Les modes propres de la structure sont les solutions du problème aux valeurs propres :

[ K ] [ U ] = ω2 [ M ] [ U ] où

- [ K ] est la matrice de rigidité de la structure


- [ M ] la matrice masse de la structure
- ω une pulsation propre et [ U ] le vecteur propre associé

Le résultat dépend de plusieurs paramètres : maillage de l’ossature ( nombre d’éléments )...

Remarque : la matrice masse est consistante.

Mode opératoire

- Sélectionner la commande Analyse dynamique du menu Calculer.

♦ entrer le nombre de modes propres à étudier.


♦ entrer le nombre d’éléments : maillage de l’ossature.
♦ sélectionner la méthode de calcul : itération inverse ou itération sur sous espace.
♦ entrer la précision avec la quelle les fréquences propres seront calculées : soient ω l'une des
pulsations propres, ωi-1 et ωi les valeurs de ω obtenues lors de deux itérations successives.
L'itération s'arrête quand la quantité  ωi-1 - ωi  ⁄ ωi est plus petite que la précision choisie.
♦ indiquer si les énergies élémentaires doivent être calculées.
60 RDM – Eléments finis

Résultats

Déformée

Les déplacements sont amplifiés de telle manière que le déplacement maximal soit représenté par un
vecteur de longueur donnée L.

Editer les résultats

- Sélectionner la commande Editer > Résultats du menu Fichier.

Editer le fichier .RES

- Sélectionner la commande Editer > Fichier RES du menu Fichier.

Afficher les déplacements nodaux

- Sélectionner la commande Déplacements.

Représenter les faces principales

- Sélectionner la commande Faces principales.

Représenter les courbes isovaleurs

- Sélectionner la commande Isolignes.


- Sélectionner la grandeur à représenter.

Représenter les domaines isovaleurs.

- Sélectionner la commande Isovaleurs.

- Sélectionner la grandeur à représenter.

Cercles de Mohr en un noeud

- Sélectionner la commande Cercles de Mohr.

- Désigner un noeud.
Calculs et résultats 61

Actions de liaison

- Sélectionner la commande Actions de liaison.

Valeur d'une grandeur physique le long d'une droite

- Sélectionner la commande Coupe suivant droite.

- Désigner deux points.

Valeur d'une grandeur physique le long d'une ligne « frontière »

- Sélectionner la commande Coupe suivant ligne « frontière ».

- Désigner deux noeuds situés sur la frontière extérieure du domaine.

- Désigner un noeud appartenant à la ligne.


62 RDM – Eléments finis

Exemples

Exemple 1 : Contraintes planes - Plaque percée d'un trou circulaire, sollicitée en traction

Référence : Théorie de l'élasticité

Données du problème :

La plaque carrée de côté 2L et d'épaisseur e représentée sur la figure est percée en son centre d'un trou
circulaire de rayon a petit devant L.

L
C

x
L
A
a
B

Soient E et ν les caractéristiques élastiques du matériau.

La plaque est soumise à une contrainte de traction σ sur les côtés situés à x = ± L.

On donne :

L = 400 mm , a = 20 mm , e = 10 mm

E = 210000 MPa , ν = 0.27

σ = 10 MPa

Modélisation et calcul :

Le problème est symétrique par rapport aux axes x et y. Il suffit donc de modéliser le quart de la
pièce.

Lancer le module Dessin - Maillage.

Unités * mm

Bibliothèque * structure 10 : centre ( 0 , 0 ), L = H = 400 , R = 20 , sans sous-domaines


Calculs et résultats 63

Mailler(Delaunay) * menu maillage automatique

Paramètres * nombre d’éléments : 300

Modifier localement la taille des éléments

* en C : 0.5 , en A et B : 5

Discrétiser le domaine* discrétiser la structure en triangles à 6 nœuds à bords curvilignes

Elasticité/Thermique * enregistrer les données


passer dans le module élasticité
( commande Elasticité/Thermique du menu Fichier )
problème : contraintes planes

Matériau * module d’Young = 210000 MPa , coefficient de Poisson = 0.27

Epaisseur * l’épaisseur est égale à 10 mm

Liaisons/Symétries * symétrie par rapport aux plans x = 0 et y = 0

Cas de charges * la pression sur la face x = L est égale à -10 MPa

Calculer * enregistrer les données et lancer le calcul

Résultats :

Référence : pour une plaque infinie ( L très grand ) :

- en A : σxx = 3 σ = 30 MPa.

- en B : σyy = - σ = -10 MPa.

On obtient :

Densité Nombre σxx en A σyy en B


d’éléments d’éléments ( en MPa ) ( en MPa )
en A et B générés
3 343 25.10 -6.68
4 388 26.57 -8.20
5 430 27.43 -9.88
10 611 29.84 -9.68
20 850 30.10 -10.16

Remarque : pour extraire ces quantités, opérer de la manière suivante :

- effectuer un zoom autour du trou.


- afficher les faces principales.
- désigner les points A et B à l’aide du bouton droit de la souris.
64 RDM – Eléments finis

Exemple 2 : Contraintes planes - Plaque rectangulaire soumise à l’action de la pesanteur

Référence : S.P. TIMOSHENKO, J.N. GOODIER, Théorie de l’élasticité,


Librairie Polytechnique Béranger, 1961, page 266

Données du problème :

σ=-ρgH
Géométrie :
D
- plaque rectangulaire : A

- L = 1000 mm H = 3000 mm épaisseur = 100 mm

M
Propriétés du matériau :
H g
- masse volumique : ρ = 7800 kg m -3

y
- module d’Young : E = 200000 MPa

- coefficient de poisson : ν = 0.3 B C


x
L

Conditions aux limites :

- au point A ( 0 , H ) : dx = dy = 0
- au point B ( 0 , 0 ) : dx = 0

- la face supérieure est soumise à une force de pression égale à -ρgH où g est l’accélération de la
pesanteur ( g = 10 m s-2 )
- la plaque est soumise à son poids propre

Modélisation :

Lancer le module Dessin-Maillage

Bibliothèque * structure 1 : L = 1000 , H = 3000

Points * ajouter un point au milieu de la face supérieure ( A )


ajouter un point au milieu de la face inférieure ( B )
ajouter un point au milieu du rectangle ( M )

Points à mailler * transformer les points A, B et M en points à mailler


( ces points seront des noeuds du maillage )

Mailler(Delaunay) * maillage automatique


la structure est discrétisée uniformément en ~ 200 triangles à 6 noeuds
Calculs et résultats 65

Elasticité/Thermique * enregistrer les données


passer dans le module élasticité
( commande Elasticité/Thermique du menu Fichier )
problème : contraintes planes

Matériau * module d’Young = 200000 MPa , coefficient de Poisson = 0.3


masse volumique = 7800 kg m-3

Epaisseur * l’épaisseur est égale à 100 mm

Liaisons * au point A : dx = dy = 0
au point B : dx = 0

Cas de charges * poids propre


* pression : - 0.234 MPa sur la face supérieure

Calculer * enregistrer les données et lancer le calcul

Résultats :

νρgxy ρg 2
Référence : σ xx = 0 , σ xy = 0 , σ yy = ρgy , u = − , v= ( y + νx 2 − H 2 )
E 2E

On obtient :

référence RDM - Elasticité


v en B -1.7550E-3 mm -1.7550E-3 mm
v en C -1.7404E-3 mm -1.7404E-3 mm
u en D -0.1755E-3 mm -0.1755E-3 mm
σyy en M 0.117 MPa 0.117 MPa
σyy en A 0.234 MPa 0.234 MPa
66 RDM – Eléments finis

Exemple 3 : Problème axisymétrique - Disque annulaire en rotation

Référence : A. BAZERGUI, T. BUI-QUOC, A. BIRON, G. McINTYRE, C. LABERGE,


Résistance des matériaux,
Editions de l’Ecole Polytechnique de Montréal, 1987, page 294

Données du problème :

z
ω
z

ω a
2t
t B
A r
2a b
2b

Géométrie :

- disque annulaire d’axe z :

rayon intérieur : a = 10 mm
rayon extérieur : b = 100 mm
épaisseur : 2 t = 20 mm

Propriétés du matériau :

- masse volumique : ρ = 7800 kg/m3

- module d’Young : E = 200000 MPa

- coefficient de Poisson : ν = 0.3

Conditions aux limites :

- dz = 0 pour tous les points du plan moyen du disque

- le disque tourne autour de l’axe z : vitesse de rotation N = 3000 tours/min ( ω = 2πN/60 rad s-1 )
Calculs et résultats 67

Modélisation : lancer le module Dessin-Maillage

Il suffit de modéliser la moitié d’une section méridienne.

Bibliothèque * structure 1 : xO = 10 , L = 90 , H = 10

Mailler(Delaunay) * menu maillage automatique


la structure est discrétisée uniformément en ~ 200 triangles à 6 noeuds

Elasticité/Thermique * enregistrer les données


passer dans le module élasticité
( commande Elasticité/Thermique du menu Fichier )
problème : Elasticité axisymétrique

Matériau * module d’Young = 200000 MPa


coefficient de Poisson = 0.3 , masse volumique = 7800 kg/m3

Liaisons * dz = 0 sur AB

Cas de charges * vitesse de rotation = 3000 tours/min

Calculer * enregistrer les données et lancer le calcul

Résultats :

Référence :
1− ν 
2 2 3+ ν  a 
2
3+ ν  1− ν  a2
- r = a : σ rr = 0 , σ θθ = ρω b  +   , u= ρ ω b a 1 +
2 2
  
 b   3 + ν  b  
4  1 − ν  4E

1− ν  3+ ν  a2 3+ ν 
2 3 1− ν  a 
2
- r = b : σ rr = 0 , σ θθ = ρ ω b 1 +
2 2
   , u= ρω b  +  
   b 
4  1 − ν b  4E  3 + ν 

2
3+ ν  a
- la contrainte radiale est maximale pour r = ab et est égale à : ρ ω 2 b 2 1 − 
8  b

On obtient :

référence RDM - Elasticité


u en A 3.182E-4 mm 3.186E-4 mm
σθθ en A 6.36 MPa 6.43 MPa
u en B 7.054E-4 mm 7.076E-4 mm
σθθ en B 1.41 MPa 1.41 MPa
σrr max 2.57 MPa à 30 mm 2.58 MPa à 32.5 mm

remarque : pour extraire ces quantités, sélectionner la commande Coupe suivant ligne puis désigner
les points A et B.
68 RDM – Eléments finis

Exemple 4 : Thermo-élasticité - Tube épais soumis à un gradient thermique

Référence : Guide de validation des progiciels de calcul de structures, AFNOR, 1990, page 332

Données du problème :

z
Géométrie :
C D
Cylindre creux d’axe z : Ri
H
Ri = 20 mm , Re = 80 mm
A B
H = 20 mm

Propriétés du matériau : Re

Module d'Young = 100000 MPa


Coefficient de Poisson = 0.3
Coefficient de dilatation = 1E-5 K-1

Conditions aux limites :

La structure est axisymétrique


dz = 0 : côté AB et côté DC

Chargement thermique :

Température intérieure Ti = 100 °C


Température extérieure Te = 0°C
Température de référence To = 0 °C

Modélisation :

Lancer le module Dessin-Maillage

Bibliothèque * structure 1 : xO = 20 , yO = 0 , L = 60 , H = 20

Mailler(Delaunay) * maillage automatique


la structure est discrétisée uniformément en ~ 200 triangles à 6 noeuds

Elasticité/Thermique * enregistrer les données


passer dans le module élasticité
( commande Elasticité/Thermique du menu Fichier )
problème : Elasticité axisymétrique

Matériau * module d’Young = 100000 MPa


coefficient de Poisson = 0.3
coefficient de dilatation = 10-5 K-1

Liaisons * dz = 0 sur AB et CD
Calculs et résultats 69

Charges thermiques * température imposée : TAC = 100 °C , TBD = 0 °C

Cas de charges * gradient thermique : température de référence = 0 °C

Calculer * enregistrer les données et lancer le calcul

Résultats :

On obtient :

r grandeur référence RDM - Elasticité


Ri σθθ -100.86 MPa -103.75 MPa
σzz -130.26 MPa -133.34 MPa
ur 7.644E-3 mm 7.70E-3 mm
Re σθθ 42.00 MPa 41.97 MPa
σzz 12.60 MPa 12.57 MPa
ur 30.60E-3 mm 30.60E-3 mm

remarque : pour extraire ces quantités, sélectionner la commande Coupe suivant droite.
70 RDM – Eléments finis

Exemple 5 : Thermo-élasticité - Réservoir sphérique soumis à une pression intérieure et


à un gradient thermique

Référence : L. LANDAU, E. LIFCHITZ, Théorie de l’élasticité, Mir, 1967, page 31


S.P. TIMOSHENKO, J.N. GOODIER, Théorie de l’élasticité, Librairie Polytechnique Béranger,
1961, page 449

Données du problème :

z
Géométrie :
b
- rayon intérieur de la sphère : a = 100 mm
a
- rayon extérieur de la sphère : b = 200 mm

Propriétés du matériau : r

- module d’Young : E = 200000 MPa


- coefficient de poisson : ν = 0.3
- coefficient de dilatation : α = 12 e-6 K-1

Chargement thermique :

- température intérieure : Ti = 100 °C


- température extérieure : Te = 0 °C

Cas de charge 1 :

- la face intérieure de la sphère est soumise à une force de pression égale à : p = 100 MPa.

Cas de charge 2 :

- la sphère est soumise au gradient thermique défini ci-dessus : la température initiale T0 est égale à
0 °C.

z
Modélisation :

Lancer le module Dessin - Maillage

Il suffit de modéliser la moitié d’une section méridienne de la sphère r


A B

Bibliothèque * structure 20 : rayon intérieur = 100 mm , rayon extérieur = 200 mm


( pas de sous-domaine )

Mailler(Delaunay) * maillage automatique


la structure est discrétisée uniformément en ~ 400 triangles à 6 noeuds
Calculs et résultats 71

Elasticité/Thermique * enregistrer les données


passer dans le module élasticité
( commande Elasticité/Thermique du menu Fichier )
problème de révolution

Matériau * module d’Young = 200000 MPa


coefficient de Poisson = 0.3
coefficient de dilatation = 12 E-6 K-1

Liaisons * symétrie par rapport au plan z = 0 ( AB )

Cas de charges * la surface intérieure de la sphère est soumise à une pression : p = 100 MPa

Charges thermiques * température imposée surfacique : Ti = 100 °C , Te = 0 °C

Ajouter un cas de charges * la sphère est soumise à un gradient thermique : T0 = 0 °C

Calculer * enregistrer les données et lancer le calcul

Résultats :

Cas de charges 1 :

Référence :

p a3  1 + ν b3 
u=  (1 − 2 ν ) r + 
E b3 − a3  2 r2 

a3 b3 − r 3 a3 b3 − 2 r 3
σ rr = p σ θθ = p
r 3 b3 − a3 2 r 3 b3 − a3

On obtient :

référence RDM - Elasticité


u(r=a) 0.0400 mm 0.0400 mm
u(r=b) 0.0150 mm 0.0150 mm
σrr ( r = a ) -100 MPa -99.62 MPa
σrr ( r = b ) 0 0.05 MPa
σθθ ( r = a ) 71.43 MPa 71.48 MPa
σθθ ( r = b ) 21.43 MPa 21.44 MPa

remarque : pour extraire ces résultats, effectuer une coupe suivant la ligne AB.
72 RDM – Eléments finis

Cas de charges 2 :

Référence :

α E(Ti − T0 ) a b  1 a 2 b2 
σ rr =  a + b − (b 2 + a b + a 2 ) + 
1− ν 
b3 − a 3 r 3 
 r 
α E(Ti − T0 ) a b  1 a b2 2

σ θθ =  a + b − (b 2 + a b + a 2 ) + 
3  
1− ν b −a 
3
2r 2r 3 

3 a2 b2
La contrainte σrr est maximale lorsque : r 2 =
a 2 + a b + b2

On obtient :

référence RDM - Elasticité


u(r=a) 0.0343 mm
u(r=b) 0.0686 mm
u maximal 0.0752 mm à r = 161 mm
σrr ( r = a ) 0 2.41 MPa
σrr ( r = b ) 0 -0.35 MPa
σrr maximal -55.27 MPa à 130.93 mm -56.25 MPa à r = 133.33 mm
σθθ ( r = a ) -244.90 MPa -245.58 MPa
σθθ ( r =b ) 97.96 MPa 97.82 MPa

remarque : pour extraire ces résultats, effectuer une coupe suivant la ligne AB.
Calculs et résultats 73

Exemple 6 : Analyse thermique - Domaine en L avec singularité géométrique

Référence : Guide de validation des progiciels de calcul de structures, AFNOR, 1990, page 276

Données du problème :

A F
Géométrie :

AF = EF = 800 mm
BC = CD = 400 mm
épaisseur = 1 mm
B G
Propriété du matériau : C

coefficient de conduction = 1 W m-1 K-1

Conditions aux limites :


D E
segment AF : température = 10 °C
segment DE : température = 0 °C

Modélisation :

Lancer le module Dessin-Maillage

Bibliothèque * structure 50 : xO = 0 , yO = 0 , L = H = 800 , a = b = 400

Points * ajouter un point au milieu de EF

Points à mailler * transformer le point G en point à mailler

Mailler(Delaunay) * maillage automatique


la structure est discrétisée uniformément en ~ 400 triangles à 6 noeuds

Elasticité/Thermique * enregistrer les données - passer dans le module élasticité


( commande Elasticité/Thermique du menu Fichier )
problème : Thermique - problème plan

Matériau * coefficient de conduction = 1 W m-1 K-1

Epaisseur * épaisseur = 1 mm

Charges thermiques * température imposée : TAF = 10 °C , TDE = 0 °C

Calculer * enregistrer les données et lancer le calcul


74 RDM – Eléments finis

Résultats :

Températures obtenues ( en °C ) :

référence RDM - Thermique


point C 6.667 6.667
point B 9.009 9.003
point G 5.495 5.499
Calculs et résultats 75

Exemple 7 : Analyse thermique - Cylindre creux bimatériaux : convection

Référence : Guide de validation des progiciels de calcul de structures, AFNOR, 1990, page 260

z
Données du problème : F E D
Ri
1 2 r
Géométrie :
A Rm B C
- cylindre creux d’axe z : Re

Ri = 300
Rm = 350 mm
Re = 370 mm
AF = 20 mm

Propriétés du matériau :

- matériau 1 ( entre Ri et Rm ) : coefficient de conduction = 40 W m-1 K-1

- matériau 2 ( entre Rm et Re ) : coefficient de conduction = 20 W m-1 K-1

Conditions aux limites :

Convection sur les faces interne ( AF ) et externe ( CD) :

- face interne : coefficient de convection = 150 W m-2 K-1 , température du milieu extérieur = 70°C

- face externe : coefficient de convection = 200 W m-2 K-1 , température du milieu extérieur = -
15°C

Modélisation :

Lancer le module Dessin-Maillage

Nouvelle étude * ébauche


cadre de travail : origine = ( 300 , 0 ) - longueur = 70 - hauteur = 20
Horizontale * ajouter deux droites horizontales à y = 0 et y = 20
Verticale * ajouter deux droites verticales à x = 300 et x = 370
Type de trait * trait pointillé
Verticale * ajouter une droite verticale à x = 350
Fin ébauche

Mailler(Delaunay) * menu maillage automatique


la structure est discrétisée uniformément en ~ 200 triangles à 6 noeuds

Elasticité/Thermique * enregistrer les données


passer dans le module élasticité/thermique
( commande Elasticité/Thermique du menu Fichier )
analyse thermique - problème axisymétrique
76 RDM – Eléments finis

Thermique * définir les charges thermiques

- convection sur la face interne ( AF ) :


coefficient de convection = 150 W m-2 K-1
température du milieu extérieur = 70°C

- convection sur la face externe ( CD ) :


coefficient de convection = 200 W m-2 K-1
température du milieu extérieur = -15°C

Matériaux * créer le deuxième groupe de matériau


* définir le matériau 1 : coefficient de conduction = 40 W m-1 K-1
* définir le matériau 2 : coefficient de conduction = 20 W m-1 K-1

Calculer * enregistrer les données et lancer le calcul

Résultats :

On obtient :

référence RDM - Thermique


r = Ri température 25.42 °C 25.42 °C
-2
densité de flux 6687.44 W m 6632.19 W m-2
r = Rm température 17.69 °C 17.69 °C
densité de flux 5732.09 W m-2 5732.40 W m-2
r = Re température 12.11 °C 12.11 °C
densité de flux 5422.25 W m-2 5459.15 W m-2
Calculs et résultats 77

Exemple 8 : Flexion d'une plaque circulaire et encastrée sur son contour

Référence : Solution analytique

Cas 1
Données : P
O
Considérons une plaque circulaire de rayon R, d'épaisseur e, R
encastrée sur son contour. Soient E et ν les caractéristiques
élastiques du matériau.
A
Données numériques :
Cas 2
R = 1 m , e = 10 mm
q
E = 200000 MPa , ν = 0.3 O

Cas de charge 1 :
r
La plaque porte en son centre une charge P verticale et
dirigée vers le bas. On donne : P = 5000 N. A

Cas de charge 2 :

La plaque porte sur toute sa surface une charge uniformément répartie, verticale et dirigée vers le
r
bas. Soit q la charge par unité de surface. On donne : q = 0.001 MPa.

Modélisation et calcul :

Le problème est symétrique par rapport aux axes x et y. Il suffit donc de modéliser le quart de la
pièce.

Lancer le module Dessin - Maillage.

Bibliothèque * structure 40 avec : XO = YO = 0 , R = 1000 mm

Mailler(Delaunay) * menu maillage automatique


la structure est discrétisée uniformément en ~ 400 triangles à 3 noeuds

Plaques * enregistrer les données


passer dans le module plaques
( commande Plaques du menu Fichier )

Matériau * module d’Young = 200000 MPa , coefficient de Poisson = 0.3

Epaisseur * l’épaisseur est égale à 10 mm

Liaisons * symétrie par rapport aux plans x = 0 et y = 0


la plaque est encastrée sur l’arc
78 RDM – Eléments finis

Cas de charges 1 * le point O porte la charge ( - 1250 N )


( le quart de la plaque porte le quart de la charge )

Cas de charges 2 * la plaque porte sur toute sa surface la charge q ( - 0.001 MPa )

Calculer * enregistrer les données et lancer le calcul

Cisaillement * le cisaillement transverse est négligé

Résultats :

E e3
Posons D =
12 (1 − ν2 )

Cas 1 Théorie ( Kirchhoff ) RDM-Plaques ( DKT )


Flèche en O -P R2/ 16 π D = -5.43 mm - 5.50 mm
Mxx en A P / 4 π = 398 N 410 N
Myy en A P ν/ 4 π = 119 N 121 N
Mxx en O -∝ - 2219 N
Myy en O -∝ - 2219 N

Cas 2 Théorie ( Kirchhoff ) RDM-Plaques ( DKT )


Flèche en O - q R4 / 64 D = - 0.853 mm - 0.8553 mm
Mxx en A q R2 / 8 = 125 N 131 N
Myy en A q R2 ν / 8 = 37 N 39 N
Mxx en O - q R2 ( 1 + ν ) / 16 = - 81 N -81 N
Myy en O - q R2 ( 1 + ν ) / 16 = -81 N -81 N

Remarque : flexion avec prise en compte du cisaillement transversal ( cas 2 ) :

w e
Flèche au centre : = (1 + 4.57( ) 2 ) où wK est la solution de Kirchhoff :
wK R

e en mm théorie RDM - Plaques ( DST )


10 1.000 1.003
100 1.046 1.048
150 1.103 1.105
200 1.183 1.185
Calculs et résultats 79

Exemple 9 : Vibrations de flexion d'une plaque mince, carrée et encastrée sur un côté

Référence : R.D. BLEVINS, Formula for natural frequency and mode shape, Krieger, 1993, p. 254

Données :

Considérons une plaque carrée de côté a, d'épaisseur e, encastrée sur l'un de ses côtés.
Soient E et ν les caractéristiques élastiques du matériau et ρ sa masse volumique.

a = 1 m , e = 10 mm

E = 200000 MPa , ν = 0.3

ρ = 8000 kg m-3

Le cisaillement transversal est négligé ( hypothèse a


de Kirchhoff ). a

Problème : étude des 6 premiers modes propres


de la plaque

Modélisation et calcul

Lancer le module Dessin-Maillage

Bibliothèque * structure 1, origine ( 0 , 0 ), L = H = 1000, pas de sous-domaines

Mailler par blocs * maillage par blocs


la structure est discrétisée en 10 x 10 quadrangles à 4 noeuds

Plaque * enregistrer les données


passer dans le module Plaque
( sélectionner la commande Plaque du menu Fichier )

Matériau * module d’Young = 200000 MPa


coefficient de Poisson = 0.3
masse volumique = 8000 kg m-3

Epaisseur * e = 10 mm

Liaisons * encastrement sur un côté

Cisaillement * le cisaillement transversal est négligé ( éléments DKQ )


80 RDM – Eléments finis

Dynamique * 6 modes propres , méthode : itération sur sous-espace

Calculer * analyse dynamique : enregistrer les données et lancer le calcul

Résultats :

Référence :

Bn Ee 2
ωn = où n est le numéro du mode.
a2 12 ρ (1 − ν 2 )

n 1 2 3 4 5 6
Bn 3.492 8.525 21.43 27.33 31.11 54.44

Pulsations en radians/seconde :

mode référence 3 x 3 DKQ 5 x 5 DKQ 10 x 10 DKQ 30 x 30 DKQ


1 52.84 51.94 52.32 52.46 52.51
2 128.99 126.47 127.86 128.47 128.67
3 324.25 346.30 334.08 325.27 322.35
4 413.52 431.53 422.30 414.47 411.79
5 470.72 489.78 479.28 471.24 468.60
6 823.71 860.53 837.57 824.64 820.16

Mode 4 :
Calculs et résultats 81

Exemple 10 : Section droite - Triangle équilatéral

Référence : Solution analytique

Données du problème :
Z
B
Géométrie : triangle équilatéral de côté a = 10 mm

Force intérieure : moment de torsion MX = 1000 N.mm

z G Y

Modélisation et calcul : y
O A
Lancer le module Dessin-Maillage a

Nouvelle étude * cadre de travail : origine = ( 0 , 0 ) , longueur = 20 , hauteur = 20

Point * point O = ( 0 , 0 ) mm
* point A = ( 10 , 0 ) mm
* le point B est défini par ses coordonnées polaires ( 60°, 10 mm )

Segment * fermer le triangle

Mailler(Delaunay) * menu maillage automatique


la structure est discrétisée uniformément en ~ 200 triangles à 6 noeuds

Section droite * enregistrer les données et passer dans le module élasticité


( commande Section droite du menu Fichier )

Calculer * enregistrer les données et lancer le calcul

Résultats :

xG = a 2
Référence : - centre de gravité G :
yG = a 3 6
3
- constante de torsion de Saint Venant : J = a 4
80
MX
- contrainte de cisaillement maximale : τ max = 20 3
a
On obtient :

référence RDM - Elasticité


xG 5 mm 5 mm
yG 2.887 mm 2.887 mm
J 216.506 mm4 216.517 mm4
τmax 20.00 MPa 19.99 MPa
82 RDM – Eléments finis

Exemple 11 : Vibrations de flexion d'une plaque mince, carrée et libre

Référence : R.D. BLEVINS, Formula for natural frequency and mode shape, Krieger, 1993, p. 254

Données :

Considérons une plaque carrée de côté a, d'épaisseur e. Soient E et ν les caractéristiques élastiques du
matériau et ρ sa masse volumique.

a = 1 m , e = 10 mm

E = 200000 MPa , ν = 0.3

ρ = 7800 kg m-3

Le cisaillement transversal est négligé ( hypothèse


de Kirchhoff ). a
a

Problème : étudier des 6 premiers modes


propres élastiques de la plaque.

Calcul :

Introduire un décalage spectral égal à 10 Hz ( il y a 3 modes rigides )

Résultats :

référence :

λ2i E e2
fi = avec λi = 13.49 , 19.79 , 24.43 , 35.02 , 35.02 , 61.53
2 π a2 12 ρ (1 − ν 2 )

On obtient ( fréquences en Hz ) :

mode référence 3 x 3 DKQ 5 x 5 DKQ 10 x 10 DKQ 30 x 30 DKQ


1 32.90 33.69 33.18 32.93 32.85
2 48.26 50.35 49.13 48.16 47.82
3 59.58 64.59 61.86 59.91 59.26
4 85.41 88.68 86.80 85.42 84.92
5 85.41 89.61 87.74 85.67 84.95
6 150.06 165.17 162.26 154.31 149.54
Calculs et résultats 83

Exemple 12 : Contraintes planes : déformations et contraintes d’origine thermique

Référence : Solution analytique : théorie des poutres

Données :
y

B TBC
C

M x
H O

A TAD D
L

Considérons la poutre OM de longueur L et de section droite rectangulaire ( hauteur H , épaisseur e )


représentée sur la figure ci-dessus.

Soient E et ν les caractéristiques élastiques du matériau et α son coefficient de dilatation.

Le déplacement horizontal de AB est nul. Le déplacement vertical du point O est nul.

La poutre est soumise à un gradient thermique : les températures des surfaces BC et AD sont
respectivement égales à TBC et TAD. La température de référence ( température de montage ) est égale
à TO = 0.5 ( TBC + TAD ).

On donne :

L = 300 mm , H = 30 mm , e = 10 mm

E = 210000 MPa , ν = 0.3 , α = 13 10-6 °C-1

TBC = 50 °C , TAD = 30 °C d’où TO = 40 °C

Première étude :

Evaluer le déplacement vertical du point M.

Deuxième étude :

On bloque le déplacement vertical du point M .

Evaluer l’action de liaison en M et la contrainte σxx en B .


84 RDM – Eléments finis

Modélisation :

Ajouter un point à mailler en M.

Discrétiser la structure en ~ 600 triangles à 6 nœuds.

Résultats :

Référence ( théorie des poutres ) :

TBC − TAD
Posons : ∆T =
H

Première étude :
1
Le déplacement vertical du point M est égal à : v M = − α ∆T L2 = - 0.3900 mm
2

Deuxième étude :

L’action de liaison en M est solution de l’équation :

 L3 6 L  1 e H3 E
R M  +  − α ∆T L2 = 0 avec I = , A = e H et G =
3 E I 5 A G 2 12 2 (1 + ν)

d’où RM = 203.16 N

L RM H
La contrainte σxx en B est alors égale à : σ xx = − = - 40.63 MPa
I 2

Eléments finis :

On obtient :

vM = -0.3900 mm

RM = 203.0 N

σxx = - 40.94 MPa


Calculs et résultats 85

Exemple 13 : Plaque ou poutre

Référence : Théorie des poutres

Données :
z y
A

h
3L
B x

L d

Considérons la poutre AB de longueur 4L et de section droite rectangulaire représentée sur la figure


ci-dessus.

Cette poutre est modélisée comme une plaque. Le cisaillement transversal est négligé ( hypothèse de
Kirchhoff ).

3L L

Soient E et ν les caractéristiques élastiques du matériau et ρ sa masse volumique.

La plaque est encastrée en x = 0 et repose sur un appui simple en x = 3L.

On donne :

L = 100 mm , d = 30 mm , h = 10 mm

E = 200000 MPa , ν = 0.3 , ρ = 8000 kg/m3

Modélisation :

Ajouter un point à mailler en B.

Discrétiser la structure en ~ 600 triangles à 3 nœuds.


86 RDM – Eléments finis
Chargements :

Premier cas de charge :

La plaque porte le long de la ligne x = 4L une force verticale d’intensité p = - 10 N/mm.

Deuxième cas de charge :

La plaque porte le long de la ligne x = 4L un couple d’intensité c = - 100 N.

Troisième cas de charge :

La plaque porte sur toute sa surface une force d’intensité q = - 0.1 N/mm2 .

Quatrième cas de charge :

La plaque est soumise à son poids propre ( g = 10 m/s2 ).

Résultats :

Référence ( théorie des poutres ) :

Le moment quadratique de la poutre par rapport à y est égal à : I = 2500 mm4

13 p d L3
Premier cas de charge : w B = = −0.6500 mm
12 E I

− 5 c d L2
Deuxième cas de charge : w B = = 0.0750 mm
4EI

− 3 q d L4
Troisième cas charge : w B = = 0.0375 mm
48 E I

Quatrième cas charge : wB = 3.00 E-4 mm ( formule ci-dessus avec q = - ρ g h )

Eléments finis ( plaque ) :

Premier cas de charge : wB = - 0.6369 mm

Deuxième cas de charge : wB = 0.0737 mm

Troisième cas charge : wB = 0.0396 mm

Quatrième cas charge : wB = 3.17 E-4 mm