Vous êtes sur la page 1sur 17

UTILITAIRE SoudiX — Version

JANVIER 2016

Le logiciel SoudiX a pour but de permettre la vérification de 14 configurations soudées par cordons
d’angle.

CAS TRAITES
1. Assemblage à clin par double cordon « frontal » ;
2. Assemblage à clin par double cordon « latéral » ;
3. Assemblage à clin par simple cordon « oblique » ;
4. Assemblage à clin associant 2 cordons latéraux à 1 cordon frontal – type 1 ;
5. Assemblage à clin associant 2 cordons latéraux à 1 cordon frontal – type 2 ;
6. Assemblage à clin associant 2 cordons frontaux à 2 cordons latéraux ;
7. Assemblage des sections de type « I ou H »soumises à effort axial, effort tranchant et moment
de flexion selon la grande inertie de la section ;
8. Assemblage des sections de type « T »soumises à effort axial, effort tranchant et moment de
flexion selon la grande inertie du T soudé ;
9. Assemblage des sections de type « plat »soumises à effort axial, effort tranchant et moment de
flexion selon la grande inertie du plat soudé ;
10. Assemblage de sections tubulaires rectangulaires soumises à tout type de sollicitation ;
11. Assemblage de sections tubulaires circulaires soumises à tout type de sollicitation ;
12. Assemblage de raidisseur de type triangulaire ou trapézoïdal transmettant une charge ponctuelle.
L’utilitaire SE LIMITE à la seule vérification des cordons et ne préjuge pas de
la capacité des éléments attachés.

UNITES – ARRONDIS
Elles sont rappelées dans les masques de saisie et dans les écrans et fichiers de sorties. Sauf indi-
cation contraire, les unités sont, par défaut, les suivantes :
— dimensions en mm,
— sollicitations et efforts en N , daN ou m.daN , ou leurs multiples,
— contraintes en M P a.
Les résultats sont arrondis avec la règle suivante : dès qu’un résultat intermédiaire est affiché, il
l’est avec un arrondi. Cette valeur est retenue pour la suite des calculs.
Cette approche veut permettre à tout utilisateur de suivre le déroulement des calculs et les re-
ports de valeurs ; l’erreur commise par rapport à un calcul séquentiel qui n’arrondirait pas les valeurs
intermédiaires reste minime.

1
DOMAINE COUVERT, HYPOTHESES ET EXCLUSIONS
L’utilitaire n’a pas de limitation d’emploi particulière.
Hypothèses
— les soudures sont exclusivement réalisées par cordons d’angle ;
— les dispositions constructives précisées par les textes en vigueur sont supposées respectées ;
— si le soudage est réalisé dans des zones formées à froid, l’utilisateur DOIT s’assurer du respect
des conditions de réalisation (cf. art. 4.14 et Tableau 4.2 de la NF EN 1993–1–8) ;
— l’utilitaire suppose toujours des épaisseurs soudées inférieures à 40 mm ; la limite d’élasticité
qui est choisie dans la liste déroulante est associée à cette gamme d’épaisseur selon le tableau
3.1(NF) de la NF EN 1993–1–1.
Exclusions
— cordons discontinus ;
— soudures en entaille ou bouchon ;
— présence éventuelle de fourrures.

RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR
Tous les critères vérifiés par l’utilitaire sont identifiés par « Ok ! »ou « Non ! » en marge droite de
la feuille de calcul permettant de visualiser les critères respectés et non respectés. Il appartient à
l’utilisateur d’analyser les indications fournies et matérialisées par l’avertissement « Non ! ».

TEXTE DE REFERENCE
Les cordons sont vérifiés selon l’Eurocode 3 – Partie 1.8 (12/2005) : « Calcul des structures en
acier – Calcul des assemblages » et son Annexe nationale (07/2007).
La méthode directionnelle est retenue (art. 4.5.3.2(6) - critères des formules 4.1).

0, 9 fu q
2 + 3 × (τ 2 + τ 2 ) ≤ fu
σ⊥ ≤ et σ⊥ ⊥ //
γM 2 β w γM 2

MODE D’EMPLOI
Après avoir accepté les conditions d’utilisation de l’utilitaire, l’écran d’accueil propose les 12 confi-
gurations qu’il est possible de traiter ; la sélection s’effectue par simple clic sur l’image correspondante.
Une fois la configuration choisie, les saisies s’effectuent dans un masque spécifique.
Les masques de saisie sont homogènes et font appel aux mêmes champs.
Définition de la référence : le champ « référence du projet » permet de définir le cas traité. Il est
obligatoire. Un titre reprenant la référence du projet apparaît dans l’en-tête de la note de calculs
générée par le logiciel.
Définition la géométrie des cordons : en règle générale, chaque cordon est défini par une gorge
et une longueur. Chaque masque de saisie rappelle les notations utilisées et précise les données

2
minimales à fournir ; les données optionnelles correspondent aux zones de saisie sur fond de
couleur jaune.
Définition du matériau : la nuance qui sert à vérifier les cordons est à choisir parmi les nuances
usuelles (S235, S275 et S355 de la NF EN 10025) proposées dans une liste déroulante. Les pièces
soudées sont supposées être d’épaisseur inférieure ou égale à 40 mm.
Définition des sollicitations : chaque masque de saisie précise les données à introduire qui dé-
pendent du cas à traiter ; si des conventions de signe sont à respecter, elles sont également
rappelées.
Si une (ou plusieurs) donnée(s) est (sont) manquante(s), au lancement du calcul (bouton « calcu-
ler ») un message récapitulatif apparait dans le cadre inférieur gauche du masque de saisie et récapitule
les données manquantes ; le fond des champs correspondants est alors coloré en rouge.
Les résultats sont fournis sous forme de note de calculs dans un fichier PDF imprimable.

NOTATIONS COMMUNES – MASQUES DE SAISIE


Les notations spécifiques à chaque configuration sont explicitées au paragraphe correspondant.
Cordons
a : gorge - selon le cas, elle peut être nommée : a, aw , af , af s , af i , af 1 , af 3 .
L : longueur hors tout d’un cordon - selon le cas, elle peut être nommée : L, L1 , L2 , L3 , L4 , L5 .
b : longueur d’un cordon (configurations 4, 5 ou 6).
α : inclinaison du cordon.
fy : limite d’élasticité à considérer dans la vérification du cordon, basée sur une épaisseur < 40 mm.
fu : résistance ultime à la traction à considérer dans la vérification du cordon, basée sur une épaisseur
< 40 mm.
Pièces attachées
S1 - S2 : section d’une pièce attachée (dans les configurations 4, 5 ou 6, c’est le ratio de ces sections
qui est demandé).
tf : épaisseur de semelle d’une pièce attachée (configurations 7 ou 8).
Sollicitations
NEd : effort axial de compression ou de traction.
MEd - My,Ed - Mz,Ed : moments de flexion.
VEd - Vy,Ed - Vz,Ed : efforts tranchants.
TEd : moment de torsion.
Calculs
Lef f : longueur efficace d’un cordon ; en général considérée comme égale à la longueur du cordon
diminuée de la longueur des cratères d’extrémité.
Lmin : valeur minimale de longueur du cordon définie à l’article 4.5.1(2) de la NF EN 1993-1-8.
βw : facteur de corrélation (tableau 4.1 de la NF EN 1993–1–8).
βLw : coefficient réducteur éventuel pour cordon de grande longueur en cisaillement parallèle (art.
4.11 de la NF EN 1993–1–8).
γM 2 : coefficient partiel pour la résistance des soudures (pris égal à 1,25 selon l’Annexe nationale
française à la NF EN 1993–1–8).
σ⊥ : contrainte normale perpendiculaire au plan de la gorge.
τ⊥ : contrainte tangente (dans le plan de la gorge) perpendiculaire à l’axe de la soudure.
τ// : contrainte tangente (dans le plan de la gorge) parallèle à l’axe de la soudure.

3
METHODOLOGIE DE CALCUL

Configuration 1 — Cordons frontaux

Cette configuration traite du cas usuel de 2 cordons frontaux soumis un effort axial NEd . La confi-
guration suppose la réalisation de 2 cordons identiques disposés symétriquement par rapport à l’effort
axial ; le sens (traction ou compression) de l’effort n’a pas d’incidence sur la vérification. Chaque pièce
assemblée est définie par sa nuance (liste déroulante). Les cordons sont définis par leur gorge et leur
longueur.

Evaluation des contraintes


Lef f = L − 2a
Lmin = min (30 mm ; 6a)

NEd 2
σ⊥ = τ⊥ = et τ// = 0
2a Lef f 2
Critère 1 :
0, 9 fu
σ⊥ ≤
γM 2
Critère 2 : √
NEd 2 fu

2a Lef f βw γM 2

Configuration 2 — Cordons latéraux

Cette configuration traite du cas usuel de 2 cordons latéraux soumis un effort axial NEd . La confi-
guration suppose la réalisation de 2 cordons identiques disposés symétriquement par rapport à l’effort
axial ; le sens (traction ou compression) de l’effort n’a pas d’incidence sur la vérification. Chaque pièce
assemblée est définie par sa nuance (liste déroulante). Les cordons sont définis par leur gorge et leur
longueur.

4
Evaluation des contraintes
Lef f = L − 2a
Lmin = min (30 mm ; 6a)
NEd
σ⊥ = τ⊥ = 0 et τ// =
2a Lef f
Critère 2 (le critère 1 est sans objet) :

NEd 3 fu

2a Lef f βw γM 2

Configuration 3 — Cordon oblique

Cette configuration traite du cas usuel d’un cordon incliné d’un angle α et soumis un effort axial NEd .
L’effort est appliqué au centre de gravité du cordon ; le sens (traction ou compression) de l’effort n’a
pas d’incidence sur la vérification. Chaque pièce assemblée est définie par sa nuance (liste déroulante).
Le cordon est défini par sa gorge, sa longueur et l’angle d’inclinaison α.

Evaluation des contraintes


Lef f = L − 2a
Lmin = min (30 mm ; 6a)

NEd sin(α) 2 NEd cos(α)
σ⊥ = τ⊥ = et τ// =
a Lef f 2 a Lef f
Critère 1 : √
NEd sin(α) 2 0, 9 fu

a Lef f 2 γM 2
Critère 2 :
NEd q fu
3 − sin2 (α) ≤
a Lef f β w γM 2

5
Combinaison de cordons latéraux et frontaux – Hypothèses com-
munes aux configurations 4, 5 et 6
Les configurations 4 à 6 supposent la réalisation de cordons disposés symétriquement par rapport
à l’effort axial NEd ; le sens (traction ou compression) de l’effort n’a pas d’incidence sur la vérification.

Dans ce type de configuration, la capacité de l’assemblage ne peut, sans précaution, être prise égale à
la somme de celles des cordons. Les études expérimentales, notamment menées par PERSSON (étude
extensométrique) ont montré que la répartition de l’effort appliqué dépendait du rapport S2 /S1 des
sections des éléments attachés ainsi que du rapport L/b des longueurs entre cordons longitudinaux
et transversaux. La vérification proposée par l’utilitaire est basée sur les résultats de ces travaux ; la
répartition entre cordons s’effectue sur la base d’un comportement élastique.

Note : L’utilitaire évalue , sur la base des faisceaux de courbes issus des travaux précités (voir figure
ci-dessus ), une valeur par excès et une valeur par défaut de l’effort sollicitant les cordons frontaux :
– Si une fourchette de ratio S2 /S1 est choisie par l’utilisateur,
– valeur par excès : on considère la courbe correspondant au domaine S2 /S1 choisi pour évaluer
la part reprise par le cordon frontal,
– valeur par défaut : on considère la courbe voisine (au dessus ou au dessous selon le cas de
figure considéré) qui conduit à la part minimale d’effort dans le cordon frontal.
– Si le ratio S2 /S1 est inconnu, on se base sur les courbes extrêmes du faisceau :
– valeur par excès : on considère la courbe correspondant au ratio S2 /S1 qui conduit à la part
maximale d’effort reprise par le cordon frontal,
– valeur par défaut : on considère la courbe correspondant au ratio S2 /S1 qui conduit à la part
minimale d’effort reprise par le cordon frontal.

La valeur par excès est retenue pour la vérification du cordon frontal ; la valeur par défaut est retran-
chée de l’effort appliqué à l’assemblage NEd pour la vérification des cordons latéraux. La sommation
des efforts retenus pour chaque cordon est donc généralement supérieure à l’effort appliqué.
Une fois la part d’effort évaluée dans chacun des cordons, on se reporte aux configurations 1 (cordons
frontaux d’attaque ou ordinaires) ou 2 (cordons latéraux).

6
Configuration 4 — 2 cordons latéraux + 1 cordon frontal ordinaire

On appelle « cordon frontal ordinaire »le cordon frontal disposé du côté de la pièce de plus forte
section, situé dans le même plan que les 2 cordons latéraux.
Les cordons sont définis par leur gorge (la même pour les 3 cordons) et leurs longueurs. Chaque pièce
assemblée est définie par sa nuance (liste déroulante). Le rapport des sections attachées S2 /S1 doit
être précisé (où S2 est la section la plus « faible » – le ratio doit être inférieur ou égal à 1) ; une
option « inconnu » est proposée qui fait appel à des résultats enveloppe (voir hypothèses communes
aux configurations 4 à 6).

Configuration 5 — 2 cordons latéraux + 1 cordon frontal d’attaque

On appelle « cordon frontal d attaque »le cordon frontal disposé du côté de la pièce de plus faible
section, situé dans un plan différent des cordons latéraux. Le « cordon frontal d attaque »est toujours
plus chargé que le « cordon frontal ordinaire ».
Les cordons sont définis par leur gorge (la même pour les 3 cordons) et leurs longueurs. Chaque pièce
assemblée doit être définie par sa nuance (liste déroulante). Le rapport des sections attachées S2 /S1
doit être précisé (où S2 est la section la plus « faible » – le ratio doit être inférieur ou égal à 1) ; une
option « inconnu » est proposée qui fait appel à des résultats enveloppe (voir hypothèses communes
aux configurations 4 à 6).

Configuration 6 — 2 cordons frontaux + 2 cordons latéraux

Les cordons sont définis par leur gorge (la même pour les 3 cordons) et leurs longueurs. Chaque pièce
assemblée doit être définie par sa nuance (liste déroulante). Le rapport des sections attachées S2 /S1
doit être précisé (où S2 est la section la plus « faible » – le ratio doit être inférieur ou égal à 1) ; une
option « inconnu » est proposée qui fait appel à des résultats enveloppe (voir hypothèses communes
aux configurations 4 à 6).
Dans cette configuration le rapport S2 /S1 doit être supérieur à 0, 4.

7
Configuration 7 — Section en I ou H

Les cordons sont définis par leur gorge et leurs longueurs ; l’âme et les semelles peuvent être attachées
avec des cordons de gorge différente, mais la même gorge est supposée pour les cordons d’un même
constituant âme ou semelle.

Aucune saisie n’est requise dans les champs avec fond jaune. Les valeurs retenues par défaut sont :
– Si L2 non saisi : on considère L2 = L1 /2
– Dans tous les cas, on suppose la semelle inféreiure identique à la semelle supérieure L3 = L1 ,
L4 = L2 et af i = af s

Les cordons peuvent être soumis un effort axial NEd , un effort tranchant VEd et un moment de
flexion selon l’axe de grande inertie de la section MEd . Au moins 1 valeur de calcul doit être non nulle,
mais il faut saisir « 0 » si le champ n’est pas sur fond jaune.

Conventions de signe
– NEd : un effort axial positif correspond à une traction des cordons,
– MEd : un moment positif met en traction les cordons supérieurs pris conventionnellement comme
étant définis par af s , L1 et L2 .
– VEd : le signe de l’effort tranchant est sans incidence.

Evaluation des contraintes dans les cordons


– répartition uniforme de l’effort axial – cordons frontaux

NEd 2
σ⊥,N = τ⊥,N = et τ//,N = 0
[af s (L1 + 2L2 ) + af i (L3 + 2L4 ) + 2aw L5 ] 2
– reprise du moment de flexion par les seuls cordons de semelle – cordons frontaux –
– en semelle supérieure
!
MEd

d 2
σ⊥,M s = τ⊥,M s = et τ//,M = 0,
af s (L1 + 2L2 ) 2

avec √
d = L5 + (af s + af i ) 2 + tf

– ou en semelle inférieure
!
− MEd

d 2
σ⊥,M i = τ⊥,M i = et τ//,M = 0
af i (L3 + 2L4 ) 2
– reprise de l’effort tranchant par les seuls cordons d’âme – cordons latéraux.
|VEd |
σ⊥,V = τ⊥,V = 0 et τ//,V =
2aw L5

8
Vérification des cordons – Chacun des 3 cordons est vérifié selon les critères généraux sur la base
des contraintes élémentaires suivantes :
– Semelle supérieure

σ⊥ = σ⊥,N + σ⊥,M s τ⊥ = τ⊥,N + τ⊥,M s τ// = 0

– Semelle inférieure

σ⊥ = σ⊥,N + σ⊥,M i τ⊥ = τ⊥,N + τ⊥,M i τ// = 0

– Ame
σ⊥ = σ⊥,N τ⊥ = τ⊥,N τ// = τ//,V

Configuration 8 — Section en T

Les cordons sont définis par leur gorge et leurs longueurs ; l’âme et la semelle peuvent être attachées
avec des cordons de gorge différente, mais la même gorge est supposée pour les cordons d’un même
constituant âme ou semelle.

Aucune saisie n’est requise pour la valeur de L2 . La valeur retenue par défaut est L2 = L1 /2.

Les cordons peuvent être soumis un effort axial NEd , un effort tranchant VEd et un moment de
flexion selon l’axe de grande inertie de la section MEd . Au moins 1 valeur de calcul doit être non nulle,
mais il faut saisir « 0 » si le champ n’est pas sur fond jaune.

Conventions de signe
– NEd : un effort axial positif correspond à une traction des cordons,
– MEd : un moment positif met en traction les cordons supérieurs pris conventionnellement comme
étant définis par af s , L1 et L2 .
– VEd : le signe de l’effort tranchant est sans incidence.

Evaluation des contraintes dans les cordons


– répartition uniforme de l’effort axial – cordons frontaux

NEd 2
σ⊥,N = τ⊥,N = et τ//,N = 0
[af s (L1 + 2L2 ) + 2aw L5 ] 2

– reprise du moment de flexion par l’ensemble des cordons – cordons frontaux – sur la base d’une
répartition élastique. √
MEd 2
σ⊥,M = τ⊥,M = ! et τ//,M = 0
I 2
v
– reprise de l’effort tranchant par les cordons d’âme – cordons latéraux.

|VEd | × Ms
σ⊥,V = τ⊥,V = 0 et τ//,V =
I × (2aw )

9
Avec
– I : inertie de l’ensemble des cordons par rapport à un axe passant par leur centre de gravité,
– v : distance du point de calcul au centre de gravité des cordons
– Ms : moment statique par rapport au centre de gravité de la section de cordons située au dessus
du point de calcul,
– d1G : position du centre de gravité des cordons, mesuré par rapport à l’axe du cordon supérieur
de semelle,
– d2G : position du centre de gravité des cordons, mesuré par rapport au point extrême inférieur
des cordons d’âme,
– b : largeur de la section au point de calcul, ici 2aw .

Vérification des cordons – 4 points de calcul sont vérifiés selon les critères généraux sur la base
des contraintes élémentaires suivantes :

– Point A : dans l’axe du cordon supérieur de semelle af L1 ;


pour l’évaluation des contraintes, on considère v = d1G

σ⊥ = σ⊥,N + σ⊥,M τ⊥ = τ⊥,N + τ⊥,M τ// = 0

– Point B : point haut des cordons d’âme 2aw L5 ; √


af 2 √
pour l’évaluation des contraintes, on considère v = d1G − − tf − af 2
4
σ⊥ = σ⊥,N + σ⊥,M τ⊥ = τ⊥,N + τ⊥,M τ// = τ//,V

– Point C : au centre de gravité des cordons – cisaillement maximal dans les cordons d’âme ;
pour l’évaluation des contraintes, on considère v = 0

σ⊥ = σ⊥,N τ⊥ = τ⊥,N τ// = τ//,V

– Point D : point bas des cordons d’âme 2aw L5 ;


pour l’évaluation des contraintes, on considère v = −d2G

σ⊥ = σ⊥,N + σ⊥,M τ⊥ = τ⊥,N + τ⊥,M τ// = 0

10
Configuration 9 — Attache d’un plat

Les cordons sont définis par leur gorge et leur longueur. Les cordons peuvent être soumis un effort
axial NEd , un effort tranchant VEd et un moment de flexion selon l’axe de grande inertie de la section
MEd . Au moins 1 valeur de calcul doit être non nulle, mais il faut saisir « 0 » si le champ n’est pas
sur fond jaune.

Conventions de signe
– NEd : un effort axial positif correspond à une traction des cordons,
– MEd : un moment positif met en traction la partie supérieure des cordons,
– VEd : le signe de l’effort tranchant est sans incidence.

Evaluation des contraintes dans les cordons


– répartition uniforme de l’effort axial – cordons frontaux

|NEd | 2
σ⊥,N = τ⊥,N = et τ//,N = 0
2aw L5 2
– reprise du moment de flexion par l’ensemble des cordons – cordons frontaux – sur la base d’une
répartition élastique.

|MEd | 2
σ⊥,M = τ⊥,M = 2
! et τ//,M = 0
2aw L5 2
6

– reprise de l’effort tranchant par les cordons d’âme.

|VEd | × Ms
σ⊥,V = τ⊥,V = 0 et τ//,V = !
2aw L35
× (2aw )
12

Avec
– Ms : moment statique par rapport au centre de gravité de la section de cordons située au dessus
du point de calcul.

Vérification des cordons – 3 points de calcul sont vérifiés selon les critères généraux sur la base
des contraintes élémentaires suivantes :
– En extrémité supérieure ou inférieure des cordons

σ⊥ = σ⊥,N ± σ⊥,M τ⊥ = τ⊥,N ± τ⊥,M τ// = 0

– Au centre de gravité des cordons – cisaillement maximal dans les cordons d’âme

|VEd |
σ⊥ = σ⊥,N τ⊥ = τ⊥,N τ// = τmax = 1, 5
2aw L5

11
Configuration 10 — Tube rectangulaire

Cette configuration traite d’assemblages soudés de sections tubulaires rectangulaires soumises à un


ensemble de sollicitations quelconques. Les cordons sont définis par une gorge périphérique constante ;
leurs dimensions sont égales aux longueurs des côtés de la section rectangulaire.

Les cordons peuvent être soumis un effort axial NEd , à des efforts tranchants Vy,Ed et/ou Vz,Ed , à
des moments fléchissants My,Ed et/ou Mz,Ed , ainsi qu’à un moment de torsion TEd . Tous les champs
de saisie sont à renseigner : au moins 1 valeur de calcul doit être non nulle, mais il est nécessaire de
saisir « 0 » pour les sollicitations inexistantes.

Conventions de signe

– NEd : un effort axial positif est un effort de traction sur le joint soudé,
– Vy,Ed : effort tranchant agissant parallèlement aux cordons horizontaux ; un effort positif est
dirigé selon l’axe y+,
– Vz,Ed : effort tranchant agissant parallèlement aux cordons verticaux ; un effort positif est dirigé
selon l’axe z+ (vers le haut),
– My,Ed : moment fléchissant autour de l’axe y ; un moment positif tend la semelle supérieure,
– Mz,Ed : moment fléchissant autour de l’axe z ; un moment positif tend l’âme repérée (1) sur la
figure,
– TEd : moment de torsion autour de l’axe x ; un moment positif tourne dans le sens trigonomé-
trique.

Evaluation des contraintes dans les cordons


– répartition uniforme de l’effort axial – cordons frontaux

NEd 2
σ⊥,N = τ⊥,N = et τ//,N = 0
2aw (L1 + L5 ) 2

– reprise de l’effort tranchant y par les seuls cordons horizontaux (semelles) – cordons latéraux.

Vy,Ed
σ⊥,V y = τ⊥,V y = 0 et τ//,V y =
2aw L1

12
– reprise de l’effort tranchant z par les seuls cordons verticaux (âmes) – cordons latéraux.

Vz,Ed
σ⊥,V z = τ⊥,V z = 0 et τ//,V z =
2aw L5
– reprise du moment de flexion y par les seuls cordons horizontaux (semelles) – cordons frontaux
!
|My,Ed |

h 2
σ⊥,M y = τ⊥,M y = et τ//,M y = 0
aw L1 2
– reprise du moment de flexion z par les seuls cordons verticaux (âmes) – cordons frontaux
!
|Mz,Ed |

b 2
σ⊥,M z = τ⊥,M z = et τ//,M z = 0
aw L5 2
– reprise du moment de torsion par cisaillement de l’ensemble des cordons en supposant une
répartition par moitié de TEd sur les cordons horizontaux et verticaux
! !
|TEd |/2 |TEd |/2
b h
σ⊥,T = τ⊥,T = 0 et τ//,T = =
aw L5 aw L1

Avec √
– b = L1 + aw / √2
– h = L5 + a w / 2

Vérification des cordons – Chacun des cordon est vérifié en son point central selon les critères
généraux sur la base des contraintes élémentaires suivantes :
– Semelle supérieure

σ⊥ = σ⊥,N + σ⊥,M y τ⊥ = τ⊥,N + τ⊥,M y τ// = τ//,V y − τ//,T

– Semelle inférieure

σ⊥ = σ⊥,N − σ⊥,M y τ⊥ = τ⊥,N − τ⊥,M y τ// = τ//,V y + τ//,T

– Ame (1)
σ⊥ = σ⊥,N + σ⊥,M z τ⊥ = τ⊥,N + τ⊥,M z τ// = τ//,V z − τ//,T
– Ame (2)
σ⊥ = σ⊥,N − σ⊥,M z τ⊥ = τ⊥,N − τ⊥,M z τ// = τ//,V z + τ//,T

13
Configuration 11 — Tube circulaire

Cette configuration traite d’assemblages soudés de sections tubulaires circulaires soumises à un


ensemble de sollicitations quelconques. Les cordons sont définis par une gorge périphérique constante
et le diamètre du tube attaché.

Les cordons peuvent être soumis un effort axial NEd , à des efforts tranchants Vy,Ed et/ou Vz,Ed , à
des moments fléchissants My,Ed et/ou Mz,Ed , ainsi qu’à un moment de torsion TEd . Tous les champs
de saisie sont à renseigner : au moins 1 valeur de calcul doit être non nulle, mais il est nécessaire de
saisir « 0 » pour les sollicitations inexistantes.

Conventions de signe

– NEd : un effort axial positif est un effort de traction sur le joint soudé,
– Vy,Ed : un effort tranchant positif est dirigé selon l’axe y+,
– Vz,Ed : un effort tranchant positif est dirigé selon l’axe z+ (vers le haut),
– My,Ed : moment fléchissant autour de l’axe y ; un moment positif tend la soudure au point (A),
– Mz,Ed : moment fléchissant autour de l’axe z ; un moment positif tend la soudure au point (B),
– TEd : moment de torsion autour de l’axe x ; un moment positif tourne dans le sens trigonomé-
trique.

Evaluation des contraintes dans les cordons


– répartition uniforme de l’effort axial – cordons frontaux

NEd 2
σ⊥,N = τ⊥,N = et τ//,N = 0
2πaw Rs 2
– reprise de l’effort tranchant y : on adopte une répartition uniforme en cisaillement sur la moitié
de la section totale répartie en 2 secteurs de 90 orientés parallèlement à l effort considéré selon
la figure ci-dessous

14
Vy,Ed
σ⊥,V y = τ⊥,V y = 0 et τ//,V y =
πaw Rs
– reprise de l’effort tranchant z : on adopte une répartition uniforme en cisaillement sur la moitié
de la section totale répartie en 2 secteurs de 90 orientés parallèlement à l effort considéré selon
la figure ci-dessus
Vz,Ed
σ⊥,V z = τ⊥,V z = 0 et τ//,V z =
πaw Rs
– reprise du moment de flexion résultant (combinaison quadratique) par le cordon circulaire, dans
l’hypothèse du comportement élastique

|Mres | 2
σ⊥,M r = τ⊥,M r = et τ//,M y = 0
πRs2 aw 2

– reprise du moment de torsion par cisaillement uniforme du cordon circulaire


TEd Rs
σ⊥,T = τ⊥,T = 0 et τ//,T =
IT,soud

Avec √
– Rs = D/2
q + a w /(2 2)
2
– Mres = My,Ed + Mz,Ed 2

– IT,soud = 2πaw Rs3

Vérification des cordons – La vérification est effectuée en 4 points :


– point A : contrainte extrême de flexion composée (NEd et Mres ), associée au cisaillement de
torsion et au cisaillement dû à l’effort tranchant dans le secteur considéré,
– point B : contrainte extrême de flexion composée (NEd et Mres ), associée au cisaillement de
torsion et au cisaillement dû à l’effort tranchant dans le secteur considéré,
– point C : contrainte flexion composée issue de A corrigée dans le rapport des distances à l’axe
neutre, associée au cisaillement de torsion et au cisaillement dû à l’effort tranchant perpendicu-
laire à celui agissant dans le secteur considéré,
– point D : contrainte flexion composée issue de B corrigée dans le rapport des distances à l’axe
neutre, associée au cisaillement de torsion et au cisaillement dû à l’effort tranchant perpendicu-
laire à celui agissant dans le secteur considéré.

15
Ce qui, dans le cas de la figure ci-dessus se traduit par
– point A :
σ⊥ = σ⊥,N + σ⊥,M r τ⊥ = τ⊥,N + τ⊥,M r τ// = τ//,V y − τ//,T
– point B :
σ⊥ = σ⊥,N − σ⊥,M r τ⊥ = τ⊥,N − τ⊥,M r τ// = τ//,V y + τ//,T
– point C :
vC vC
   
σ⊥ = σ⊥,N + σ⊥,M r τ⊥ = τ⊥,N + τ⊥,M r τ// = τ//,V z − τ//,T
vA vA
– point D :
vD vD
   
σ⊥ = σ⊥,N − σ⊥,M r τ⊥ = τ⊥,N − τ⊥,M r τ// = τ//,V z + τ//,T
vB vB

– vA , vB , vC ,vD sont les distances des points A, B, C et D à l’axe portant le moment Mres

16
Configuration 12 — Raidisseur

Cette configuration traite de la liaison d’un raidissage local type : introduction d’une charge concen-
trée ou d’une réaction d’appui située dans l’angle formé par une âme et une semelle perpendiculaires
entre elles. En général, la disposition est symétrique ; ici, on analyse un raidisseur isolé, en conséquence,
FEd représente la demi-charge ou la demi-réaction d’appui.

Les cordons sont soumis un effort FEd appliqué au centre de gravité du cordon horizontal. La
soudure du raidisseur sur ses supports est supposée réalisée par 2 cordons d’âme et 2 cordons de
semelles (soudure sur les faces avant et arrière du raidisseur).

Les cordons sont définis par leur gorge et leur longueur. On peut déduire une dimension correspon-
dant à la découpe autour d’un cordon longitudinal éventuel.

Evaluation des contraintes dans les cordons – La méthode de vérification proposée consiste à
rechercher un équilibre entre les différentes sollicitations appliquées à l’ensemble des cordons. Il a été
retenu le diagramme d’équilibre suivant :

– L’effort FEd est transféré par cisaillement dans le plan des cordons verticaux (transfert dans
l’âme du profil), créant ainsi un moment dû à l’excentricité
– Ce moment d’excentrement est supposé s’équilibrer par un moment antagoniste décomposé en :
– un effort HEd rasant (cisaillement parallèle) au niveau des cordons horizontaux
– une distribution triangulaire sur les cordons verticaux (cordons frontaux) de résultante HEd
– soit : HEd = [FEd × (r + L1 /2)]/(r + 2L5 /3)

Vérification des cordons – Les cordons sont vérifiés, dans l’hypothèse d’un comportement élas-
tique, selon les critères généraux sur la base des contraintes élémentaires suivantes :
– cordons verticaux - point haut
 !
L5 L5
HEd − √ √
2 3  2

 HEd H Ed 2 FEd
σ⊥ = τ⊥ = 
 2a L + 2
 = τ// =
 w 5 2aw L5 
 2 a L
w 5 2 2aw L5
6
– cordons horizontaux √
FEd 2 HEd
σ⊥ = τ⊥ = τ// =
2af L1 2 2af L1

17